01.07.2013 Views

Nouvelle Traduction. - Notes du mont Royal

Nouvelle Traduction. - Notes du mont Royal

Nouvelle Traduction. - Notes du mont Royal

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

<strong>Notes</strong> <strong>du</strong> <strong>mont</strong> <strong>Royal</strong><br />

www.notes<strong>du</strong><strong>mont</strong>royal.com<br />

Ceci est une œuvre tombée<br />

dans le domaine public, et<br />

hébergée sur « <strong>Notes</strong> <strong>du</strong> <strong>mont</strong><br />

<strong>Royal</strong> » dans le cadre d’un exposé<br />

gratuit sur la littérature.<br />

Source des images<br />

Google Livres


, $ $ "<br />

-* '*<br />

/<br />

L'ODYSSEE<br />

DHOMERE-<br />

<strong>Nouvelle</strong> <strong>Tra<strong>du</strong>ction</strong>.<br />

PREMIERE PARTIE,<br />

A PARIS,<br />

Chez CLAUDE BARBIN, au Palais,<br />

fur le fécond Perron de<br />

la $airite Chapelle..<br />

M. DC. LXXXI.<br />

Avte FrivUegc dnRoy.


f\<br />

KF.CPIÀ<br />

b&C&i*CENS î


ARGUMENT.<br />

OWMî la Paille<br />

félon " : Âriftôte , eft<br />

compofée de deux<br />

parties, doxrt-Punê<br />

eft^là '*vérité : l quï tùf^ert ,dt<br />

f6ndéntént : ^ fc'-'l'aùtrç eft'-'îa<br />

'fîdion * qui eft ®àl voSIe ingénieux<br />

f fous lequel'on cache<br />

cette vérité -pour 'la- rendre<br />

plus agréable : Horace .qui a<br />

jugé de l'Otlyflëefiir les pria.<br />

cipes de cet admirable Philofophe,<br />

nous a appris quelle eft<br />

la -vérité quiy «ft nfermée4ea<br />

• " - - - j - ' •$ tj ; :


jiRGP'MENT.<br />

ïenurquantdans foo Epi lire à<br />

Lollius, crue le retour dTttyâe<br />


de hu Royaume r il a faifi»<br />

doue» une. caufe jufte & giorieiife<br />

de ftxi abfence , Ct'la.<br />

faire paroèftpeen quelque for.<br />

te-invotantaire;, HTtciribuSaf<br />

la guenedeTroye, ilaqueMo<br />

ttwte h Grèce fut engagée, &<br />

en oewpf éfence jamais Hflyfie<br />

que dans le deffiein.


JRGVMB'ÏTT..<br />

mtt avec quelque application»<br />

la Poétique d'Ariftote ou celle<br />

d J Horacef 8c ilsreconnoLfiront<br />

-bien que je ne me-.fins,pas<br />

trompe dans-la confticution-véritable-de<br />

ce Pocroe; • • :<br />

C'eftpar cefeuimoyeaquc<br />

l'on ' peut entrer dans Perdre<br />

merveilleux de POdyflee. .<br />

Au i. 2.3. & 4. livres Le Pocte.<br />

dMpofe toutes choies. Il y diftribuë<br />

à Uiyfle^ i Pénélope, à.<br />

Telemaque, à'Antinous & à.<br />

d'autres, quM a nommez comme<br />

ilky a'plûj les personnages<br />

qu'ils doivent faire danrle<br />

lefte <strong>du</strong> Poëme..<br />

.Au 5, la première iûée quele<br />

Poète'donne d'Ulyfle, ju-<br />

'ftifie Péloignement où il -fcj<br />

trouve , "il eii où il ne peut eftreretenu<br />

par les charmçs de Ca^;


'ARGUMENT.<br />

ïypfo : On le reprefente affi*<br />

fur Je bord de la mer , qu'il<br />

confidere comme un obftacltf<br />

qui s'oppofe àfon retour , &£<br />

à la veiie de fa chère patrie;<br />

Ce qui fait naiftre la penfée<br />

de mille avantures qui luy<br />

font arrivées dans fes- voyages<br />

, & de toutes les difficultez<br />

qu'il aura à fur<strong>mont</strong>er<br />

pour retourner en Ithaque, 5c<br />

y reftablir Tordre & la paix<br />

Au 6. après une furieufe<br />

tempefte , il arrive au pals<br />

des Pheaciens , où. il gagna<br />

l'eftirae de Ta Princeffe Naufcaa,<br />

quoy qu'il luy fuft inconnu.<br />

Au 7. Il slntro<strong>du</strong>it prés<br />

çVAlcinoûs Roy des Pheaciens,<br />

8c il luy parle avec tanc<br />

de prudence,qu'ii obtint deluy<br />

un vaideau ,pour retourner en<br />

ithaque. a iiij


Au g. I] o'im'ec point la ja><br />

*>»fie des Pbeaàa» i car û<br />

s'excufe d'abord de prête»,<br />

dre aux prix de leurs exercices^<br />

y ayant eftéengagé, il<br />

*fe de k vi&oire avec rate<br />

grande modération.<br />

Au 9.10. 1U &c u. R coo.<br />

teluy-mefme les différais pénis<br />

oùiil aeftcexpofé y & é<br />

n'y a point d'areocuxe oit le<br />

Poëte n'enferme quelque in,<br />

Itruction admirable : Mais il<br />

ne s'écarte jamais <strong>du</strong> point de<br />

Morale, qui fert de fonde,<br />

menr à toote h FaWe > & la<br />

prudence eûL toujours la plia<br />

diftinguée. Il reprefente pat<br />

tout Ulyûè tel qu'il fe Feft<br />

propofédés fcn premier vers,.<br />

Au 15, Luy ayant fiât for.<br />

<strong>mont</strong>er tant d'obltacies, il le


Êiif repaflcr en Ithaque, o&<br />

feu amence avait cauis beau**<br />

coup de defordres*<br />

An 14, Comme il ne ($ fait<br />

point «mnfiiftre > ce; fige- dcu<br />

guifemenf a» des effet s merrciL<br />

teux* Preraiweiïiciif, il & met:<br />

en feuxeté^&ûl ne tombe pas.<br />

dans le roatheur cf Agamewu<br />

non quifitctnépaf iSgiftbeà<br />

foa retour de Troye $ c'eft<br />

poucquay ce funeflie évene».<br />

ment effeiouvent touché dans<br />

l 9 Odyfféey pour faite, romain<br />

ç«or pur i'ôppafitioa d'une<br />

con<strong>du</strong>ite trop- précipitée *<br />

Combien 'ccèie- oTftyfle finicglée<br />

par tes véritables hu<br />

BÛeces de k prudence. Deplus<br />

il tire de grands; avantzu<br />

gcs pour iirprendre fet emiew<br />

mis* Enfin, il .ne partage avec*<br />

perfonae la gloire de* foa en*


T A&GVMM2ff.<br />

freprife jufqu'à ce qifil Teiecote,-<br />

il demeure inconnu £<br />

fes ennemis.<br />

Au 15. -Telentaque 'iflenr<br />

dansbmaifoivd*£umée, od<br />

Ulyfle eftoit arrivé' j Mai«<br />

comme Minerve luy avoie<br />

changé les traits de ton virage,<br />

il n'eftoit pas reconnoiflable<br />

: En cet eftat, il repreiènre<br />

bien" les .véritables fagest<br />

qui - voyent toutes chofes-f &<br />

qui ne felaiCent pas aifémene<br />

connoiftre.<br />

Au 16. Bien qu'il euft. appris»<br />

d'Eumée f & qu'il euft reconnu<br />

luy^mefine-les.genereufes<br />

inclinations de fen msf il differoit<br />

néanmoins de s'en faire<br />

connoiftre ,& il ne luy confiai<br />

kfecretdefon retour que par<br />

un commandement expiés* de<br />

Minerve-


Au 17.. En l'abfence d'Eirmée<br />

, ayant concerté les manières-<br />

de punir lems ennemis f<br />

Telemaquevaà-la ville, où il<br />

rend compte a Pénélope -des<br />

voyages de Sparte & de Pifos.<br />

-• Au 18, Olyffe.jCbuffre les infuites<br />

des Amans de Pénélope^<br />

avec toute la diffimulation que<br />

confeille la prudence, qui attend<br />

les occafions d*cclatter à<br />

propos. 11 eft contraint de<br />

combatre contre Irus, & il le<br />

dompte aifément.<br />

Au 1$. Quoy' qu'il parle à<br />

Penclope ,'tl ne juge pas qu'i<br />

doive encore luy découvrir le<br />

myftere de fon retour : Mais<br />

n'ayant pu éviter d'eftre reconnu<br />

par Euryclée, il luy dé.<br />

fend de le faire connoiftre. •<br />

. Au tof s'eftant afTuré de I*<br />

fidélité d'Enmée & de.PMe*


fins, il box déclare ce qu'il eflL<br />

AVL ii. Penelopeayanc pro-<br />

)o£é L'exercice de tirer- avec<br />

J 'arc d'UlyUe dans nu aaoneaur<br />

8c ayant promis qu'elle ckoifiroit<br />

le vainqueur p#Mf fous<br />

époux t Ulyfie^feui réimporta,<br />

la viâcdre.<br />

«Au »u Anne de eét arc, il<br />

tua Antinous, & il commencer<br />

defe venger de fes.ennè«ïis#<br />

'Au 2}, &au-i4. P^ûdopc 8ç.<br />

Laërte teaàmoiffkm (Ilyflè^<br />

lequel après avoir appailè la<br />

édition "de» Ithaçien?. jouît:<br />

en reposLcbibônheut qitfil s*efl.<br />

procttr érpar la. prudeiice.<br />

Pour-ce qui eft dé la coww<br />

paraifoa des deux Po£mes.v<br />

je croy pleuvoir Sm que s*ii:<br />

y a plus defetidan&fflKade,<br />

§ y a plusdedefHn dansl'CX<br />

dyffee Homère a prapotttioo».


JtRGrMJBWT. •<br />

me fan Me à fes &jets. île!-<br />

••dans fllliade ce qm "y eft%<br />

Adrilte,-Grand» Noble, plan<br />

d*ardc«r ^ & il et dans FO-<br />

•dyfiée, comme UJyile^ Éige^<br />

judicieux ^ cloquent , modère<br />

& d'une con<strong>du</strong>ite admirable.<br />

En quoy Ton ne peut allez<br />

.admirer l'eften<strong>du</strong>jë de Ion ge«><br />

nie j car une penMution n'eft<br />

Jamais plus loiiable que lors<br />

•que ceiuy «qui la pofledea en<br />

•mefme; temps h perfedion<br />

qui luy eft oppoféè. Quicon*<br />

'que ne va pas d'une extrémité<br />

à l'autre, & ne les touche<br />

pas toutes deux enfembie f ne<br />

<strong>mont</strong>re pas de véritable grandeur.<br />

S'il m'eftoit permis de<br />

croire ;qu'ayant employé <strong>du</strong><br />

temps à tra<strong>du</strong>ire ces deux


'AKGVMEWT*<br />

-Poëmes qui .ont des .caraderesfidifferens.,<br />

il en faftdire<br />

ce que jîen penfe., j'avouerois<br />

que J'admire .plus 11-<br />

Jiade > M -que je fuis f lut<br />

charmé de l'Odyflee.


3^C «5"C ^ C 3^5 JPC «5ns. S^B «S^Bi 991S»<br />

Extrait dm Prhikge<br />

• ife Roy.<br />

P 'Ar grâce & Privilège <strong>du</strong> Roy;<br />

donné à Paris le deuxième Janvier<br />

16Î1. Signé par le Roy «1 fou<br />

ConfeiL L i P.i T IT. 11 eft permis<br />

au $ienr-CLAUDE BARBIM;<br />

Marchand Libraire à Paris, de<br />

faire imprimer , vendre & débiter<br />

Les œuvres £M§mere » tra<strong>du</strong>ites<br />

nouvellement fmr le Sieur DE LA<br />

VAITII I* , en tel volume» mar-<br />

.ge , caraâere , & autant de fois<br />

que bon luy femblera, pendant le<br />

iemps & efpace de ûx années coniècutives<br />

, à commencer <strong>du</strong> jour<br />

4}ue ladite Tra<strong>du</strong>éfcion fera achevée<br />

d'imprimer pour la première fois:<br />

Avec defïènfes à tous Libraires,<br />

Imprimeurs, & autres perfonnes,<br />

de quelque qualité & condition<br />

* 'qu , #es.loieçitf.d , impiiwei: oujfws


imprimer, ^rendre ny débiter fecHt<br />

livre., à peine--de confifcatton des<br />

exemplaires , deux mil livres daipeeâe,<br />


L'ODYSSEE<br />

D'HOMERE.<br />

PREMIERE PARTIE,<br />

LIVRE PREMIER.<br />

Ani/EZ-moy, divine<br />

Miife , de la fàgefle<br />

de ce Héros f<br />

qui après avoir pris la fuper-.<br />

bc Troye, eim de Vile en<br />

Tmwl* . A _


a L'ODYSSE'E<br />

'• Ville, & connût les Coutumes<br />

différentes de tant de<br />

Peuples.<br />

Il prenoit un extrême foin<br />

de la confervation , & <strong>du</strong><br />

retour de fes Compagnons}<br />

& fans doute il les auroit<br />

con<strong>du</strong>its heureufement dans<br />

leur Patrie. Mais ils attirèrent<br />

fur eux-mefmes lajufte<br />

colère des Dieux , ayant en.<br />

levé les troupeaux confierez<br />

au Soleil dans l'Ifle de Trinacrie.<br />

, Dites-moy donc, à fille de<br />

Jupiter, tous ces grands évenemens,<br />

afin que je les apprenne<br />

à la pofteritc.<br />

Il y avoit long-temps que<br />

les Grecs ettoient de retour


-de la guerre de Troye,, mais<br />

fJIyile eftoit encore éloigné<br />

de fon païs & de fa femme^<br />

•& Peoeloppe Fattendoit avec<br />

une impatience digne de l'amour<br />

qu'elle confërvoit-pour<br />

luy..<br />

- Calypfo -, la plus belle des '<br />

Nymphes , le retenait • prés<br />

d'elle 5 & avoic'le deflein de<br />

ie pi'en'dré pouf époux. Mais<br />

enfin lorfque le temps , où<br />

les -De-ftifis avaient marqué<br />

fon retour fut arrivé , bien<br />

qu'il eût encore beaucoup de<br />

cfaofes à fouffrir i les-Dieux<br />

néanmoins luy furent favorables<br />

f excepté Neptune qui<br />

s'oppofbit. toujours au bonheur,<br />

dont il devoit jouir en<br />

Ithaque^<br />

Aij


4 L'ODYSSéE*<br />

Mais pendant vn long fejour<br />

que ce Dieu fit en Ethiopie,<br />

où il fe plaifoit à<br />

recevoir l'encens que luy<br />

©ffroient ces Peuples j tous<br />

les autres Dieux eftant ak<br />

femblez , Jupiter parla de<br />

la mort d'Egyfte en ççs ter.<br />

mes ;<br />

Vous fijavez que nous<br />

fommes expofez tous les<br />

jours aux injuftes accufations<br />

des mortels. Ils nous imputent<br />

les malheurs qui leur arrivent<br />

j comme fi par leur<br />

propre aveuglement , ils ne<br />

s'y precipitoùent pas eux-mefm:s,<br />

C'eft ainfi qu'Egyfte<br />

violant toutes nos Loix , a ér<br />

poufé Clytemneftre femme<br />

4'Agameranpn,quoy qu'il ne


X>'Ho-J£ERE, Lh. 1." |<br />

par pas ignorer à quelles extrémitez<br />

il- fe verroit ré<strong>du</strong>it<br />

par les fuites* de cette paffion<br />

crimiiiclle. Il drelïa des<br />

embûches à Agamemnon, &<br />

le tua. Ce fut en vain que<br />

Mercure luy avoit reprefente,<br />

qu'un jour Orefte van*,<br />

geroit la mort de ce Roy .<br />

Je cœur d'Egyfte fut infenfî-<br />

Me. Ha fouttert enfin lajufte<br />

punition de k$ crimes.<br />

H s*eft rendit digne, dit Minerve<br />

j de la fin maLheurem<br />

le qu'il z eue s &• il eft bien<br />

jufte-que l'infolence & la témérité<br />

fbienc punies }- mais 3<br />

ê Souverain des- Dieux' ?<br />

mon cœur eft touché d^n<br />

extrême déplailîr 3 quand je<br />

confidere' les mal-heurs <strong>du</strong><br />

ipge & <strong>du</strong> vaillant •Olyflè.<br />

A w


6 L'ÛD YSSl r E*'<br />

Il y a long temps, qu'éloigné<br />

-de fa maifon f il eft per^<br />

fècuté de la mauvaise fortune.<br />

Il eft preièntement dansune<br />

Ifle oà la fille d'Atb<br />

le retient f & ne veut pas lu y<br />

permettre d'enfoctir. Que ne<br />

îuy dit-elle pas tous les jours,»<br />

four luy faire perdre le defir<br />

qu'il a de retourner en Mit-.<br />

que ? Cependant il aimerolt<br />

mieux voir 9 meûne de* loin f<br />

la fumée des maifons d'Ithaque<br />

f que goûter les plaifirs<br />

de llfle deficieufe de Calyp.<br />

£o. Les chagrins & les. ennuis<br />

de ce Prince ne voexu<br />

cent-ils pas iroftre pitié ! car<br />

enfin , c'eft le meuné UlyCe<br />

qui vous a offert datas Tatr<br />

mée des Grecs vu fi grand<br />

nombre de facrifices. Pou*<br />

vez-vous âme le traiter % ê


D'HOMME, Lh.L 7<br />

le plus jufte & le plus grand_<br />

des Dieux , comme s'il eC<br />

tok-voftrc eonemy , & qu r M<br />

fcaft mérité voftre colère i<br />

Jupiter répondit qu'il n'a-'<br />

voit pas. oublié la vertu <strong>du</strong><br />

divin UJyfle y qu'il eftoit le<br />

plus làge de tout les mor*<br />

fris , & qu'il avoit fignalé<br />

fa pieté par un grand nombre<br />

de viâimes, -Mais Nep.<br />

ÎMie , reprit.il, eft toujours<br />

en colère contre luy y depuif<br />

• que ce Prince • créya, l'oeil de<br />

Polypbéaie.. Ce Cyclope eft<br />

fils d'une des plus belles M y nu<br />

pàes de k mer 5 il mok une<br />

force: incomparable # êc Tef~<br />

tac .o& ' il a cité re<strong>du</strong>k a engagé<br />

Neptune à s'oppofer act<br />

retour dIJlyflè f. & â 'exciter<br />

contre luy. tant deœmgeftes,<br />

A iiij'


f L'ODYSSEV<br />

Mais javoiie qu'il eft temps<br />

que nous* Unifiions fes longues<br />

courfes ,, en appaifant la co*.<br />

1ère de Neptune. Pourra-t*il<br />

hty feul refifter à ce que nous,<br />

defirons i<br />

Apres que Minerve .eut r&<br />

mércié Jupiter 3 & que le retour<br />

d'Ulyfle eut efté conclu^<br />

avec le confencemenr de tou.<br />

teTaflembleyon réfohit d'envoyer<br />

Mercure versCalypfoî<br />

pour luy faire fçavoir Tordre<br />

des Dieux, fur le retour d'O.<br />

lyfà* Minerve fe chargea <strong>du</strong><br />

loin de defcendre dans Tlfle<br />

d'Ithaque ^de parler au fils<br />

.d'Ulyfle , de luy confèUlerce<br />

qu'il - auroic


lrffOMEIJB,LlV.L 9«<br />

chercher des-nouvelles de foti<br />

père 3 & de luy faire acquérir<br />

une nouvelle gloire digne delà<br />

naiflànce»-<br />

Oti k. vît auffî.toff attatcher<br />

à les pieds des ailles pluséclatantes<br />

que for f &'en cet"<br />

«Hat ftirprenant palier au deffus<br />

derniers, & defcendreau-<br />

Palais- de Pénélope. Il luy<br />

plut de prendre la figure <strong>du</strong>*<br />

Roy des Taphyens-& déporter<br />

la lance -à. la main..<br />

• Ea maifon


IO L'OBYSSE'é<br />

extraordinaire de tous tes Hem<br />

dUlyfTe,<br />

Telemaque av


fi*HoMNUE, LlV.I. tt<br />

Comme il n'y avait peribnne<br />

5 qui réglai: les choies r le<br />

luxe, l'abondance* la profufion<br />

s'y trouvaient toujours.<br />

Tous les preœndans -ne confideroient<br />

les biens dTHyfle*<br />

que tomme une proye deftincc<br />

llettf ambitionf ou à leur de- 1<br />

fauche.<br />

Sur la fin <strong>du</strong> fepas, fe/s que<br />

le vin • commençait à échauffer<br />

les efprits , Phemion excellent<br />

Muficien *chanta quelques<br />

airs. Les' uns accommo*»<br />

doient leurs voix i la fîenno*<br />

les auttes danfoient 9 & répondoient<br />

par leurs geftes êc<br />

par les inouvemens de leurs<br />

corps , aux difierens tons de<br />

ion chant, i<br />

- Teiemaqiie * ménagea: les<br />

A ¥|


» I/OD-YSSE'B-<br />

wtomeos de ces plaifirs, pour<br />

parler à Minerve.. Il s'apro~<br />

che d'elle pouc nfeftre* enten<strong>du</strong><br />

de pertonne.. Aimable Etranger<br />

, luy dit-il y ne foyer<br />

point fùrpris x_ je vous _ conjure<br />

, de. ce que j'ay à' vous<br />

dire :. Vous voyez, icy. toute<br />

la maifon occupée à la, dan,*<br />

- ce & au., chant , au lieu <strong>du</strong>.<br />

deiiii- où* Toa devroit. eftreour<br />

Fabfence dlJlylIè.. He*<br />

E<br />

isi il a. pery peutreftre dans<br />

les* ondes s- il eft- peut-eftrè<br />

cxpofé. maintenant en. quel*»<br />

'que endroit de. la. terre fans<br />

lepulture i. mais t ô Dieux,!*<br />

ôtez-wmoy cette crainte qui<br />

m'inquiète. : Faites. que je. le<br />

«wyc. icy. quelque jour remettre<br />

cette Iflfe dans "l'eftat flo.*<br />

atiCàntiOÙ-elleaefté. On ver-<br />

JBQû tous* c.e&, téméraires.» dif?.


fâroiftrc.Heks fje me Jatte*<br />

.fans douce'd'une-.vainc e(pe~<br />

rance}, lé temps ;de fon-retour<br />

cft paflë •:. Mais vous-, chef;<br />

Inconnu*, ,faites-moy le.plaî*<br />

fir de me conter vos-, aventures<br />

:. Qui-eftes-vous h dé quel<br />

j>aïs?r- Sur. qpeLvaiffeaux élites-vous/arrivé<br />

t; 04*: font<br />

ceux qurvous onriiiivi r N f c^<br />

tes. vous point- un des anciens<br />

amis d'Ulyffèr eiLceicy lepremier-<br />

voyage que vous. ayez.<br />

fki&en Ithaqjie.; ' ~<br />

ta fige* Minerve répondit*<br />

Qu'elle commandoit aux Ta*<br />

pliieos }v qu'elle avoir beaucoup<br />

1 'de vaifleaux/ur là mer§<br />

qpe Laërte l'avoit receuë aultrefois^daas*<br />

cete'Ifle h quelle •<br />

çroyoit • y • rrouver Uîyfle an<br />

leïcur-de tous (çs voyages^.


14 •" •i*ÔD-tS'S-B r E-<br />

câr 9D&A 3 je ' %ay "bien, ditcite<br />

,- ^a # il ^ priât péri.. Ii<br />

faut - q»*il - îok 'Kkenn ' dans^<br />

Quelque- -pèrt f dont i ne peut?<br />

pas àîfimeMfortir j, ta ne tous<br />

dire que ce que les Dieux<br />

m'iitfpfficbt.j je puis TOOS affeuréf<br />

que vous te reverrex<br />

t>im-toftî &lkgefle'te retirera<br />

de tous les périls -ôà' tes<br />

voyages root expofë/Quand<br />

en a de la prudence &de la<br />

jrertu f • on fur<strong>mont</strong>e tour.<br />

Mais comme je vous vois foui<br />

les mefmes traits qull avoir,:<br />

avant qull partîft pour la<br />

-guerre de Troye, je vous prie<br />

de me dire* li vous n*eiiei<br />

pas foû fils*<br />

• Ouy f répondît Telemaque<br />

, je 1e fuis y & Pénélope<br />

tue parte fouvent de luy 9


BHOMéJU, tir. L if<br />

pour m'obliger à me rendre<br />

digne de ma a&iftaçé. Mai*<br />

c'eft yae cfeofe tien difficile<br />

pourmoy , car il o'y a dan*<br />

toute la fie


Telâtmqueluy dit que les»<br />

uns eftoient de Samos , -lesautres<br />

de Zacynthe , ou de<br />

DulicMe^ que Fêfperance d*âccroiftre<br />

leurs petits Royaumes<br />

les avoir attirer en- Ithaque*.<br />

pour- s'y•' rendre maiftres <strong>du</strong><br />

•cœur de'Pénélope f qui corni<br />

mandotr pendant fàbfencc<br />

d'UlyiTe , que l'on croyoit:<br />

raorti Il apâta que leurs'dif-<br />

' ferens interefts broiiilloieot<br />

tout T qu'ils ne s'âceordoient<br />

que dans vne feule choie-)<br />

qui eftoit de defoler toute'<br />

i f Iflè , & de piller toutes Jes^<br />

ricrhelles de ion père- y que<br />

JPenelope ne içavoir quel part<br />

ti elle devoir prendre-$ qu'elle<br />

n'6foit pas irriter-par- vu<br />

refus ? qui-aurait de-tachetu<br />

[es fuites, aucipi- des- pr&en*.


&'Ho.MZKE y LiVl- L -Vj<br />

dans ; qu'en attendant toujours<br />

le retour dtJlyfler çllc<br />

les ménageait 5 mais qu'an<br />

Heu de reconnoître les - égards<br />

qu'elle avoit • dans ' fa<br />

con<strong>du</strong>ite pour ne ks pas dèflfobliger^<br />

ils fe fèr¥oicnt de<br />

fabfence dlHyflè', & "que<br />

chacun, d'eux eftablifloic là<br />

grandeur 8t fa fortune fur la<br />

luïoe de.la miferablf Ifle d'Ithaque.<br />

'<br />

„ Mifwwvftâ ,pôe entendre<br />

ces paroles, (ans eaeflxe ton,<br />

chce. Ah 1 dk-.elie- v que le<br />

retour ' d'EJlyflè aurait bien'.<br />

tolfc fini- tous- ces- delordres/<br />

Mais «ifei ^ i| dopend de-la<br />

?olofité des- -Dieux; ' .Gèpdiu<br />

dant j'ofçjrois vous donner, mm


1# l/IlIÀI)E,L.XV*I<br />

-Il -y va dte'Voftre gloire de<br />

chercher UlyCe ¥oftre père,.<br />

Pourquoy afallez vous- pas à '<br />

Pylos,.en demander'des nouvelles<br />

au divin Neftor i pourquoy<br />

ne paflez.vous pas à<br />

Sparte 3. chez Menelas f qui<br />

de tous les Grec« eft celuy<br />

qui eft revenu le dernier de<br />

la guerre? Qu'elle ioye ffauriez-vous<br />

pas d'efperer , qull<br />

viendra au plôtoft vanger la<br />

iruïfie^evdAfie -Ifte , Rapprendre<br />

-qu'il- eft -vivant 3 &/ que<br />

vous ief reverrez • âpres-' une<br />

fi longue aèfeocc l Si" von*<br />

nfari appreniez pas


D'HOMEJU, Hit. I. 1$><br />

con<strong>du</strong>ite en éloignant ces<br />

téméraire* t. qui font ' les- auteurs<br />

dqs ealasmitez publîques}<br />

Oceftc a-t'H pas vangé' -<br />

Âgameoiaoa t feras: ~ vous<br />

.moins généreux que luy ? Je<br />

ferois plus long-temps . avec<br />

vous , mais ' on attend mon<br />

retour -, je vous eu ay aCez.<br />

dit | c*eft à vous a exécuter<br />

ce que voftre propre gloire<br />

TOUS cooiailesa mieux quemoj»<br />

' ." .<br />

Tetemaqœ vouloir l'airef-<br />

•ter pour avoif le «»ps 4e<br />

Juy jaure. quelque prcfeatf âc<br />

lui téiB#§«er la recotmoit*<br />

Jà»ce qu'il avoit des-âges i-<br />

.T« j -qitfi en «irais. Kcëui..<br />

•Mais ne : nTofrtigtz -pas , dit<br />

JMioerye, à refter plus longtfppiid.<br />

j'iiidcilmpàtNa»


m . L'ODY'SSSfe<br />

ce de me; rendre près* de ctxxxque<br />

f ai quitte^.- Si vous faites<br />

ce que je vous ay die f ee me<br />

Jfera une ehofe plus- agréable,<br />

que le prefenf le plus cooft.<br />

.derable que je pourrols-recelokde<br />

vous..<br />

• Minerve fe retira après cet<br />

entretien , & difparut plus<br />

promptement qu'un oiîèan<br />

.qui sfélevé ilaplus hautere.<br />

f<br />

on de fak.. Tekmaque fe<br />

ntit animé d'an- nouvel ef*<br />

-prit. 'Cette Déeieauiî- guerrière<br />

que gavante, lui avoit<br />

.infpiré une Ear-dieffcr extraordinaire,<br />

ôc un* courage tout<br />

•héroïque. ' Le delr de vok<br />

Uiyfle Ténlammoit d'une manière<br />

nouvelle Y & il ne crût<br />

pas. que celui, qui. lui a vok<br />

f arlé ne fufr que le Prince


D'HOMèRE, LIV. I. u<br />

des Taphiens •.: mais quelque<br />

Divinité favorable qui avok<br />

voulu -paroiftre fous la forme<br />

de'cet'Eftranjrec.<br />

Durant leur entretien Plie-'<br />

mion avoir continué de. chanter<br />

^ .& Pénélope fuivie de<br />

quelques-unes de (es femmes*<br />

cftoit entrée dans la lalle, oà<br />

tous fes amans entendoknt<br />

les admirables chanfons. Lors<br />

qu'il chanta un récit des trif.<br />

tes avanture« des Grecs § qui<br />

avoiene eu part à la conqueue<br />

de T-roye % lefouvenir cVDlylfë<br />

la toucha fi fort, que-Telcmaque<br />

rentrant dans l'aâemble<br />

5 trouva cette Princeflè<br />

toute en larmes. Phemioo au,,<br />

roit• efte. pe»i de fon indifere,-.<br />

tkm, file Princen'avoiccon*<br />

fideré que beaucoup d'aiiu


tX L J ODYSSE r B<br />

très grands, hommes a volent<br />

.eu part aux aventures donc<br />

Whemioa avoit parlé t qu'il avoit<br />

moins conlîderë le fujet<br />

ciefon récit, que la nouveauté<br />

de i*air t & la beauté <strong>du</strong><br />

chant5 & que de tout temps<br />

les aôions des hommes les plus-<br />

Illuftfes ont elle expofées aux<br />

veis des Po'êm*<br />

-Niammmm «somme il ne<br />

pouvoir plus fupporter les<br />

prétentions des Amans de fa.<br />

mère3 il-la pria de le retirer.<br />

A peine fut-elle, fortie, qu'il<br />

leur adreCe ce difcours : Je<br />

ne troublerai pas, dit-il, vô~<br />

trejoye^ mais |e vous avertis<br />

que ce doit élire le dernier<br />

feftin que TOUS ferez en cette<br />

maifon. Il eft temps que<br />

wus nous laifliez en repos, &


D*H0MERE,tlV.I. 13<br />

je jure que je fçaurai me vanger<br />

de ceux qui voudront malgré<br />

moy prendre part à mes<br />

affaires , pour avancer leurs<br />

propres interefts. Ainfî je<br />

prie les Dieux de m'aban.<br />

donner , s'il eft vrai que je<br />

n'aye pas refblu dé perdre tous<br />

ceux qui s'oppoferont ici à mes<br />

deflèins.<br />

Cette nouvelle hardeiflê de<br />

Telemaque les étonna, on fut<br />

quelques momens fens lui ré-<br />

)ondre : mais enfin Antinous<br />

ui parla en ces termes :<br />

Î<br />

Prince, à vous entendre<br />

parler, on ne peut pas douter<br />

que les Dieux ne vous ayent<br />

donné une merveilleufe éloquence.<br />

Ceft un titre considérable<br />

pour poflèder le


*4 • t 1 ODYSSéE<br />

Royaume que voftre père 1<br />

gouverné autrefois,<br />

Eft-ce-, reprit Ëurymaque,<br />

cet:'.Eftranger qui vous a deftinc<br />

au • trône dans la longue<br />

converfation que vous avez<br />

eue avec lui ? il avoit aflèi<br />

bonne.raine ; pourquoi n'a.<br />

t'il voulu eftre connu- de per*<br />

fonoe ? Vous a-t'il appris<br />

quelques nouvelles'dTJlyfle?<br />

Le reverra-t'on bien-tofl dans<br />

ce 'Palais s Pourquoi s*eft-M<br />

retiré, fans nous faire part de<br />

cette heureufe revolutio%quc<br />

tout le monde attend avec<br />

une extrême impatience? '.<br />

C*eft ainfî qu'ils fe mettaient<br />

peu en peine de la colère de<br />

Telemaque^ & qu'ils ne pré-voyoientpas<br />

ce qu'ils avoient<br />

. ' à


• i>'Ho'M£&E,Liv.L i|;<br />

à craindre <strong>du</strong> jeune Prince,<br />

que les confeik -de Minerve<br />

avoient élevé, au .deflys des<br />

, fioibleilès de fon âge. Us p^fl<br />

ferent le reftéj<strong>du</strong>ijour en pïaifirs-5<br />

& ne fqrtirent que lors<br />

. qùe.la rjuit .fort avancée 5 les<br />

obligea d'aller Je delafTer -de<br />

la fatigue, de leurs débauchesparlés<br />

charmes & par lesdou- •<br />

ceurs <strong>du</strong> iommeiL<br />

Cependant Telemaque outragé<br />

de leurs piquantes reparties<br />

v'& '1er des .glorieux<br />

defleins que Minerve luy avoit<br />

infpirez 9 lèntoit fon ame -<br />

agitée <strong>du</strong> défi* de la vengeance<br />

de 1* efperancedé voir Ulyd<br />

fe 5 & de lapaflîoû d'acquérir<br />

de la gloire digne <strong>du</strong> nom qu f ii<br />

I -portoit.<br />

TmeJt^ B<br />

-.. ' *****


ï6 i'O-DîSSi'i<br />

Euryclée qui avoit efté mi*<br />

fe près de luy par Laërtes fba<br />

grand père, & qui avoir, eu le;<br />

loin d'élever fon enfance, a~<br />

voit mérite rhonnetir de fa<br />

confidence, 8c le voyoit à<br />

toates les heures <strong>du</strong> jour. Il<br />

Fentretin* prefque toute la<br />

nuit de fcs nouveaux defleins,<br />

& le jour alloit bien-toft commencer<br />

à par-oiftre, tors qpe le<br />

fommeil donna un peudereljU<br />

eheà fes inquiétudes,<br />

'jft» d* premier livre,


B'BCSMEKE , LIT. II. 17<br />

LODYSSEE<br />

D'HOMERE.<br />

L ira E 11.<br />

•'-•M<br />

E S Hérauts ayant:<br />

publié une A Semblée<br />

par l'ordre de_<br />

Telemaque, ce jeune<br />

Prince s'y trouva dés la<br />

pointe <strong>du</strong> jour , avec une<br />

magnificence extraordinaire.<br />

Gonime il n'y en avoit point<br />

Bij


*8 I/ODYSSE'E<br />

eu depuis l'abfence d'Ulyfle,<br />

on y accourut de tous coftez<br />

avec empreflement.<br />

On eftoit charmé de voir<br />

Telemaque pareil à TAftre,<br />

qui commençoit à paroiftre.<br />

^11 y avoit en lui je ne fçai<br />

'quoi de grand qui lui gagnoic<br />

l'eftime publique-<br />

Au milieu des applaudiflémens<br />

que le peuple lui donnoit,<br />

& des vceux que l'on<br />

faifoit pour lui-, un Egyptien<br />

eftabii depuis long-temps<br />

en Ithaque , dont l'un des<br />

fils avoit péri â la fuitte d'U-*<br />

lyfle , & Vautre eftoit Amant<br />

de la Reine, demanda fièrement<br />

quel fujet on avoit eu<br />

d'ordonner cette Aflemblée,<br />

£c .qui eftoit celui qui s'eftoic


D'HOME£E , Liv*. IL 19<br />

donné l'autorité d'en commander<br />

la publication ?-<br />

Teldbiaque fe fervant de<br />

foccafîon favorable qu'il avoit<br />

de • parler f répondit au<br />

vec afleurance que c'eftotc<br />

par fon ordre que Ton eftoit<br />

aflemblé , qu'il eftoit temps<br />

de remédier aux- defordres<br />

qui troubloient fa Maifon-j<br />

-éi de détruire les deflein»<br />

pernicieux des • Seigneurs qui<br />

diUîpoient les richefles d'Ulyfle<br />

, qu'il e(peroit que les<br />

Dieux favoriferoient le defk<br />

qu'il avoir d'en punir les AIT--<br />

'teurs^ qu*il eftoit réfblu de<br />

-les chafler, & .qu'enfin il n'y<br />

-avoit point de guerre plus<br />

da'ngereufe que les fadions<br />

qui caufoient la ruïne. entieie<br />

<strong>du</strong> bien public 3 &/ la def-<br />

B iij


jo VODYSSI'E<br />

trnation particulière de les af^<br />

faires#<br />

. Il prononça ce difcôuis a*<br />

vec une force qui eftonn» •<br />

tout le monde ? on • voy'oit<br />

la colère & l'indignation dam<br />

toutes (è$ manières. Il tarifa<br />

fon Sceptre y il mefla des' •<br />

larmes à fes paroles } te on<br />

eftoit dans le filence , lor^<br />

• qu*Antinotts^ repartit en ces.<br />

termes.<br />

Seigneur^ ce n*eft pas fai*<br />

ie un, bi>n ufage de la grandeur<br />

de voftre ame & de<br />

voftre vertu y que d'ipfnlter<br />

. publiquement à la con<strong>du</strong>itedes<br />

Princes qui font ici. Sont-,<br />

ils les caufes des .defordres<br />

dont vous vous plaignez ? Ne<br />

doit-on pas. plïkoft les. tmptfe


D'HôMlMjilT. IL ' }I<br />

ter à la Reyœ » Il y a^ plus<br />

-de .trois ans qu'elle entretient<br />

les uns & les autres par die<br />

vaines cfpertnces* On içaic<br />

qu'elle attend- - le retour dTFlyHè<br />

, qu'elle n'aime aucun<br />

4c Ses pœttedanSy & qe'eL<br />

le donne lieu a leurs preteii-<br />

•fions pour fe fervir de Jeux<br />

crédit & de leur autorité, ou<br />

<strong>du</strong> moins ain qu'ils ne foient<br />

~pas contraires à Ces intcrefts*<br />

A-t'on pas découvert nn an.<br />

tifice dobt clk s'eft iervte<br />

cour les tromper i Elle 4u<br />

•voit dennandc de me fe dé.<br />

clarer qu'après qu'elle aurok<br />

achevé un .ouvrage qui eftoic<br />

commencé. ;On a f^eu qu'elle<br />

dé&ifpit la .nuit ce qu'elle<br />

travaiiloit <strong>du</strong>rant le jour^.<br />

que fon • deflein eftoit d*amutet-tom<br />

fee Aman** te. à» les<br />

B iiij


ji • E'ODYSSEV- '<br />

retenir prés d'elle pour en<br />

eftre toujours la Maifttefle.<br />

Si leur prefenee a caufé des<br />

troubles, c s eft Pénélope que<br />

Ton en doitaccufer,. c'eft eL<br />

Je qui doit eftre éloignée,. &<br />

•h$ chofes feront bien-, toft<br />

dans leur première tranqui-<br />

Jité. Elle ne peut plus tromper<br />

perfonne t quoi qu'elle<br />

fbit plus ^artificieuiè que Ty.<br />

je ou qu'Âlcmene :. Elle Va<br />

, qu*un de ces partis à choifïr,<br />

ou de fë déclarer ou de fe re- •<br />

tirer. . Si elle refufe & l'un<br />

& l'autre, M' n'y a perfonne<br />

qui ne continue fès.préteib»<br />

tions, & vous ne .verrez,point<br />

.ce bel -ordre t où vous-vouiez<br />

rétablir la République., . -<br />

Telemaque entendit avec:<br />

' àorreur- ce difçjours d'Antu


D'HOMèRE, livUI. 55<br />

nous & la prtfpofition d'éloigner<br />

fa mère. Quoi, difoitw<br />

il , je pourrois taire à ma<br />

Mère le commandement inu<br />

jufte de fe retirer ?• Elle qir£i<br />

m'a nourri ,. qui m'a élevé,,<br />

recevroir-elle cette recom'.<br />

penfe de ies foins & de fa<br />

«endreflê ? L'ombre de mon<br />

Père ne l'a vangeroit-elle pas?<br />

«u s'il eft encore fur là ten.<br />

re, ne reviendroit- il pas de<br />

Textremité de l'Univers pour<br />

me punir ? N'a-t'elle pas fon.;<br />

Père qui s*irriteroir avec rat.<br />

fon de l'ingratitude que j'auxois<br />

eu pour elle? Mais que<br />

diroient les Grecs, quediroic<br />

la pofterité, que diroit Pénélope<br />

elle mefme ?• Sa Galère<br />

, fon indignation; n'attireroit-elle<br />

pas fur moi la<br />

vengeance des Dieux î Non,


54 L*ODTSÏlfc<br />

Seigneurs , je ne puis mC<br />

trer dans ce parti : Mais ne<br />

.pouvez - vous* pas abandon,<br />

ner vos prétentions „ puifque-<br />

: ¥ous voyez, qu'elles font vaines<br />

i pourquoi vous- trompez-<br />

TOUS • vous - mefme en travers<br />

&nt mes dèfleins ï les Dieux<br />

m'en, vengeront & je ies^aide-.<br />

ray à punk les coupables-<br />

Fendant- cette conteftation*<br />

•un. prodige arriva ^ dont il y<br />

•eut des interprétations bien*<br />

différentes.. Deux Aigles s'é-,<br />

levant: au dédis' d'une Monu<br />

«agne voifïbe^ volèrent- qnei-<br />

• que temps au milieu de Vàity<br />

d'abord; leurs ailles s'étendoient<br />

fans aucune agitation::<br />

mais. lors; qu'elles iè furent<br />

approchées*.elles les agitoient<br />

--d'une. manière extraordinaires,<br />

enfuice fondant tout d'un


itffoHi&E , tït. IL 3|<br />

coup dam f Âffemblée % & re-<br />

araant fièrement tous les akfftans<br />

y elles commencèrent:<br />

a fe battre & 1 voler dans<br />

toute la Ville y qui eftoit effrayée<br />

de ce préfage. Enfits<br />

après âtdtf répan<strong>du</strong>- lâ< terreur<br />

: daos' le- coeur de tout' le<br />

peuple, Jupiter qui les envof<br />

ôit,. leur commanda de dàffâroîtfe.<br />

• Mais Hâlytfeerfe r le plus*<br />

Ifabilé de fon temps- dans les*<br />

Augures,, ne manqua pas d'être<br />

prié d'expliquer celuycy-<br />

Il ne fit point de difficult<br />

té d r ea donner une interprétation<br />

peu fâTorabte' aux A~<br />

mans de Pénélope r & de dire<br />

hautement que 1 îe fage-<br />

Ulyfle ferait bien-toft de re-<br />

*t#ur 1 leur defàvantage & £<br />

* vj:


%ê L'ODYSSE'B<br />

leur ruine infaillible! -qu'il j<br />

en auroit qui fe repentiroient<br />

de n'avoir pas refifté aux in—<br />

jufles prétentions, des. Priaces<br />

^ que fou explication eftoic<br />

certaine > qu'ils pouvoient fe<br />

fouvenir qu'il avoit commencé<br />

vingr ans, auparavant de<br />

les aCûrer <strong>du</strong> retour d*01y£<br />

fe,. & qu'il leur avoit max*.<br />

qué que Ton ne pafleroit pas<br />

Tannée t fans que l'événement<br />

-fut- une preuve certaine<br />

de la vérité de fes. predictiens..<br />

E:urimaque fils de PolyBele<br />

mocqua des. difeours de ce<br />

Vieillards II les traita de-vi*<br />

fions.. & de fonges. • tes.OL<br />

féaux, ne volent-ils.pas, difoic .<br />

il, où-il leur plaift j. faut-il.<br />

mm$xçmoy£ï aux^nctuyennea»


izarres de leur vol pour' re-<br />

-gler noflxe con<strong>du</strong>ite. Haly-<br />

•iàerfe, m peux,:s'il te plàift,<br />

régler'par tes.-predidions tes<br />

aifxâire&particulieres. £a République,<br />

a d'autres Loix qui<br />

m gouvernent.. Devrois-tu<br />

eniâmer la colère d'un jeune •<br />

Prince par un difCours tout<br />

lëditkux. NL'eftoit-il pas plus<br />

à propos de le porter à unejufte<br />

modération , tu n'as.<br />

mérité par là que la. haine<strong>du</strong><br />

public & la punition que<br />

doit attendre ta. foie terne»<br />

xité;<br />

11 continua-de re<strong>mont</strong>rer<br />

a.Telemaque la neceflité qu'il<br />

y avoir paur fa propre faris»<br />

facfcion. •& pour le repos de<br />

la. Patrie , que Pénélope fe<br />

déclarait en • faveur de. qweL


3$ . x'ODTSStfB' • .<br />

qu'un r que iba- cfaoix ferait<br />

ceUer mutes les prétentions.j.<br />

.qu'il y alloit de la glaire de<br />

chacun des Princes de n'eH<br />

tre pas tt premier à fe retirer<br />

, que k jalcmfîe jointe'-à<br />

leur ambition les retiendrait<br />

toâjbufs en Ithaque r jufqn*à<br />

'ce que la prefèrencç<br />

cuft elle accardee i quelqu'un.<br />

d'eux»<br />

Telemaqiie preceffa qull<br />

ne pouvoit accepter cette*<br />

dernière proportion- v qu'on<br />

ne lui cuft accordé des Va&<br />

féaux & des hommes pouraller<br />

à Sparte & à -Pylos j.<br />

que s*il y apprenoit la mort'<br />

d'CJlyffef il prierait fa Meie<br />

de fe déclarer pour celui<br />

de [es Amans qu'elle- efti-<br />

«mit le plus >;.. & qu'apris le*


» v H0M-EllA*LlV.n r r- fjp<br />

• feonneurs qu'il rendrait â -Ja*<br />

mémoire de fou père., Il ver~<br />

# roit fin» avec Joye tous ce^<br />

troubles par ks Moces de la;.<br />

Reine.<br />

Mentor qu'Ulyile avoir M~<br />

& dans rifle pour avoir foi»<br />

de fes. affaires <strong>du</strong>rant fon abfènee<br />

r appuya de fon auto-<br />

-rite ce que Tclemaque pro-*pofbic<br />

 la vérité vdir~il, £<br />

voir avec qu'elle indiffeien-<br />

•ce, & quel oubli on traite*<br />

les affaires d'Uiifle r y a.tïE<br />

un Roi qui ne foit pas convaincu<br />

par cet exemple defingratitude<br />

& de l'mjufijce<br />

de tes Sujets.: Y m a-t J il unfeui<br />

jufques i prefent.qui ait:<br />

approuvé les généreux fènti-<br />

• mens de Tekroaqee*. Le def- •<br />

• ûkx plein de tendreifè.&.de


1<br />

40* • I ' O D T S S ï *<br />

reconnoiflarice qu'il a d'aller<br />

cxpofer. fa vie-aux périls de la<br />

• Mer i pour apprendre àel<br />

nouvelles, <strong>du</strong> Roi ,.ne mérite.;<br />

tfil pas tous nos éloges,. Cependant<br />

on n'applaudir point:<br />

à un- courage fi héroïque j.<br />

pour moi je trouve ce lîlence<br />

injurieux. & infupportable..<br />

C'èffc ainïTque dans cette *<br />

Affemblée eliacun parloit félon<br />

les differens- interefts-ou<br />

de focu ambition ou de fbtr;<br />

amour. Evenoride bien loin<br />

dtentrer dans le fentiment de-<br />

Mentor, s'emporta jufqu'aux<br />

inventives contre lui-., on---fe<br />

fepara fans que Ton euft pris •<br />

aucune réfolution-i de • forte<br />

que les-affaires fureur dans le<br />

-mefme .defordre. qu'auparavant,.


D r HÔKtÉiaCBïliv r .II. -4*<br />

• Telemaque accablé de- chagrin<br />

& d'inquiétude, alla fur<br />

le bord de la Mer"^ & s'eftans<br />

purifié en fe lavant de (es ondes<br />

pour rendre fa prière plus<br />

agréable aux Dieux :• Qui,<br />

que tu fois 3 dit il, en fe pJroTternant<br />

fur k Rivage ! ©-Dieu<br />

inconnu ^ dont je receus hier<br />

un confeil fi jtïfte , aidé-moi<br />

à l'exécuter malgré les Grecs<br />

qui s'y oppofent j • & faismoi<br />

" furmoncer lès_ obftacles<br />

qu'on -apporte 2'uhe~éntreprîfe<br />

fi glorieufe & fi digne de<br />

moi; • •<br />

' Minerve fe preftnta à<br />

tay aufli-toft, mais-elle s f étoit<br />

cachée fous 1a figure de<br />

Mentor s elle en ayoit tous<br />

les traits', le gefte, la parole<br />

yoftre naiflànce, lui^elle,.


4* . t*0ors&i't<br />

me fait efperertun heureux<br />

fuccez de voftre entrepriiè *<br />

mais voftre eiprit & voftre<br />

cœur m'en donnent une entière<br />

affeurance.' S'il eft rare<br />

que les enfans foient auffi vertueux<br />

que leurs Pères, il Feft<br />

encore } d'avantage qu'ils le<br />

Joient flm qu'eux,, Vous n'a**<br />

vez pas feulement l'avantage<br />

d'eftre fils dtJlyflè & de Per<br />

nelope* mais vous imitez par*<br />

£uteaent .leur vertu. Vouf<br />

aurai fans éoute de la fermer<br />

té & de" la conClance dan»<br />

cette rencontre}. il faut vaincre<br />

ces Fadieux qui- s'opposent<br />

au bon-lieur public, &<br />

qui se prévoient pas* aveugles<br />

. qu'ils font , que lettr<br />

dernier. jour approeàe. Permettez-moi<br />

de vous acconv<br />

jpagnec dosant le voyage* oà


D'HOMèRE, LIV. II. 43<br />

je prendrai part parc avec<br />

plaiiîr à tout ce qui vous arrivera.<br />

Je vous offre un vaii~feau<br />

, des Compagnons , 6c<br />

tout ce qui peut vous eftre<br />

neceiïàire : Vous avez au Palais<br />

des provisions qù'Euryclée<br />

ne vous refufera pas.<br />

Suivez feulement les Dieux,<br />

& ne vous dérobez point vou*<br />

mefme à- la gloire de voftre<br />

deflinée.<br />

Et effet , Telemaque ne<br />

penfa plus qu'à partir au plûtoft.<br />

Antinous voulut enfia<br />

Tarrefter par les délices , «c<br />

lur Êiire confîderer fes belles<br />

refolutions comme une<br />

pure vifion, où il n'y avoitr<br />

rien de folide. Tantoft il luy<br />

jparloit de Jeux, de Speclacles,<br />

de Feftins : Tantoft il :<br />

le railloit fus le voyage de


44 VODYSSEV<br />

Sparte & dePyios, 8c faifoft<br />

tous Ces efforts pour en détourner<br />

ce jeune Prince; en<br />

fui reprefenrant ou les charmes<br />

<strong>du</strong> repos ou la fatigue<br />

des voyages.<br />

On s'entretenoit desja partout<br />

de celuy qu'il vouloit<br />

entreprendre : Comme il n % y<br />

avoit point d'autorité que l'on<br />

eraignift , il y avoit une licence<br />

de parler fi grande, que<br />

Thelemnqm? iervait de raillerie<br />

au milieu des feftins $ ks<br />

uns ^contrefaifànt les Politiques<br />

parloient d'un ton ferieux<br />

, & faifoient femblant<br />

de craindre que fous le prétexte<br />

de chercher Ulyflè v il<br />

n'allaft demander <strong>du</strong> fecoûrs<br />

aux Républiques voifines. Les<br />

autres feignoient une mail.


D^H'OMIR-E, LTV. II. 45<br />

-cieufe triftefle .de fou départ.<br />

N'eft-ce pas aflez , difoient.<br />

'ils? que nous ayons per<strong>du</strong><br />

Ulyflê 1 Faut-il encore que<br />

Telemaque s'expofe à périr,<br />

& «que cette nouvelle 'perte .<br />

augmenté le regret que nous '<br />

ayons desja de la première?<br />

'Si cela arrivoit qui eft-ce qui<br />

partageroit le Trône? quêterions,<br />

nous, quel parti aurions- '<br />

nous à prendre;.<br />

'Mais s'élevant au deffus de<br />

tous ces bruits, & ne penfapt<br />

qu'à • fuivre & à exécuter le.<br />

confeil de Minerve} il trayailloit<br />

a .mettre fon Vaifleau en<br />

citât de partir au pluftoft .5' on<br />

rariyie, on l'équipe, on met<br />

fur le bord des gens choifis<br />

par Minerve ellerijiefme, Cajr '<br />

fommmm de paroiftre fous


46 i* O D ¥ S S E f E<br />

la figure de Mentor, elle eo-<br />

^ageoit les hommes les mieux<br />

faits à s'embarquer avec Telemaque.<br />

Elle luy -rendit encore<br />

un bon -office, envoyant<br />

un (bmmeil profond à tous<br />

ceux qui euflent pâ troubler<br />

fon départ s'ils en avoient fçeu.<br />

le temps. Car perfonne n*en<br />

avoit efté bien perfuadé , &~<br />

oîi avoit pris ce qu'il en avoit<br />

avancé comme une vaine orientation,<br />

de fon courage.<br />

Ainfi toutes chofes eftant<br />

preftes pour fortir <strong>du</strong> port,<br />

Telemaque après avoir méfié<br />

fes larmes à celles de fa chère<br />

Eurycléef qu'il-pria de confo.<br />

1er Pénélope pendant fon abfénce,<br />

<strong>mont</strong>a {ur un Vaifleau<br />

avec Minerve*


sTHoia-KB ,-Lnr. II. 47<br />

La, nuie & le vent le favori*<br />

foieot. On offiic <strong>du</strong> vra en Sa*<br />

crif ce aux Dieux immortels»<br />

Q&ea 'beat en' chantant leurs<br />

louanges. Os adrefa âm F^eux<br />

particuliers à Minerve ^ & <strong>du</strong>rant<br />

le relie de la nuit un Vent<br />

fi favorable eoloit les voiles,<br />

que L'on ne pwwit pas fou-<br />

Jkaiter une navigation plus heu*»<br />

.reufe.<br />

Ï3fei Jk fetmt Zmm


48 L'ODYSSE'é<br />

L'ODYSSÉE<br />

D'HOMERE<br />

LIVR.E- JI.L<br />

E jour commençoir,<br />

lors^qu'eftant encore<br />

en "'Mer rik virent de<br />

loin toutes les marques<br />

d'un Sacrifice que les<br />

Pyliens offroient à Neptune<br />

fur le rivage. Ils touchèrent<br />

fcien-toft le port} & cependant


D vi HO'AE&s^ Liv-. IL 49<br />

*dânt Minerve donnoic a Te.<br />

kmaque les inftrùdions ne-<br />

«ceflàiresliitles demandes qu'il<br />

devbic faire à Neftor. Car<br />

-.a'eftant point encore forti<br />

d'Ithaque ^ & ayant à traiter<br />

.avec le Roy qu'une longue<br />

•expérience., & la réputation<br />

4e fa fagefle .élevoient au deffus<br />

de tous les .hommes } 1<br />

eft certain que cette -occa.<br />

fion devoit dire de -quelque<br />

.cmbaras pour ce jeune Prince.<br />

Il eft vray, luy difoit Minerve^-que<br />

la foien-fe&nce-ne<br />

•vous* permettrait pas de faire<br />

•des demandes à Neftor 9' au<br />

lieu d'écouter ce qu'il au-<br />

Ta envie de -vous dire. Il eft<br />

difficile dans- la-jetmefle oh<br />

-vous eftes., de mériter l'eftime<br />

d'un Prince le plus avanxé<br />

en âge de toute la-Grèce?<br />

TmtJL C


50 ••a'-CpDYSSjB**<br />

Mais voftre feule naiflànce<br />

vaut un grand nombre d'années<br />

, & la faveur <strong>du</strong> Ciel<br />

'Vous rendra digne de l'amitié<br />

de Neftor.<br />

Il écoutoit avec une extrême<br />

attention les fages confeils<br />

qu'on hiy donnoit. Neftor<br />

accompagné des Princes<br />

fesfils , les receut à la defcente<br />

<strong>du</strong> Vaiflèau. Pififtrate<br />

fit les honneurs de cette<br />

réception, il toucha les mains<br />

de Telemaques& de Minerve,<br />

& leur donna le premier rang<br />

au feftin magnifique que l'on<br />

fit, & où on fervoit une partie<br />

des yi&imes que l'on ayoit<br />

facrifiées , l'autre ayant<br />

efté brûlée & ré<strong>du</strong>ite en eea.<br />

dres.


•tfHoMEllS j Liv. III. jî<br />

Comme Minerve paroi/1<br />

fbk fous la figure <strong>du</strong> vieillard<br />

Mentor , la confîderation de<br />

l'âge obligea Pifîftrate à lui<br />

pref enter un vafe d'or plein<br />

d'excellent vin., pour l'offrir<br />

à Neptune - ^ & joindre [es<br />

vœux & fes prières à celles<br />

des Pyliens.s Elle leur fceuc<br />

gré de cette préférence, &<br />

enfoite donnant la Coupe à<br />

Telemaque,, & addrelïanc enfemble<br />

leurs vœux à Neptune<br />

, ils firent mille fcuhaits<br />

.pour .Neftor •& pour les Py-<br />

Jiens, &Ieprièrent auffi d'eftre<br />

favorable à leur Navigation.<br />

Apres -que le repas -fut finis<br />

Nous pouvons prdeiitcmeiit,<br />

dit Neftor 3 vous demander<br />

-qui vous eftes , & quel eft le<br />

Jujet de voftre voyage.<br />

C ij


$i i* ODYSSéE<br />

Je fuis ., reprit Tekmaque^<br />

le fils dTJlyfle, qui a fait la<br />

•guerre avec vous <strong>du</strong>rant le<br />

-iîege de Troye. Depuis la<br />

prife de cette Ville 3 on a enten<strong>du</strong><br />

parler de tous les Cafitaines.<br />

On fçait le retour<br />

eureux de quelques-uns., & '<br />

le naufrage de quelques autres.<br />

Mon père eft le feul5<br />

cdont je ri'ay peu découvrir<br />

aucunes nouvelles. Il mefemi>le<br />

quêtes plusfuneftes m*accableroient'-moins<br />

que cette<br />

•incertitude cruelle , qui m e<br />

fait craindre toutes choies<br />

pour luy. -Je vous- conjure,<br />

Seigneur , par le fouvenir de<br />

•f@n amitié de m'apprendre ce<br />

jque vous en fçavez.<br />

Vous renouveliez en mon<br />


jb'HoMËRJg, LlV. Iïï. jf<br />

fondit Neftof, au trifte fou-<br />

Venir des périls que nous a~<br />

vons courus fur les Mers fous<br />

" la con<strong>du</strong>ite d'Achille,- & àla<br />

funefte penfée de ce que<br />

ndûs avons per<strong>du</strong> au fiege de'<br />

îroye.- he vaillant Ajax y<br />

perdit la vie:- l'invincible A-chille<br />

r le divin Patrocle, y<br />

finirent leurs jours;• Là' moii !<br />

" fils , mon cher fils périt en:la<br />

fleur de fon âge ,- & Tonne<br />

peut" vous dire tous les<br />

malheurs que cette funefte<br />

guerre a caufés a la Grèce.<br />

Mais fi le- fage Ulyïïe n'àvoic<br />

remédié aux maux- preHànts*<br />

dont nous aurions- cfté ac.<br />

câblez v qui pourrait vousexprimer<br />

l'èftat- où nous aurions<br />

efté ré<strong>du</strong>its ?-• Toutes-<br />

Ifcs affaires fe regloient par<br />

fim incomparable fagefle. Cc :<br />

Gfij- •


54* h r O BYSSE T £.<br />

fut ïuy qui trouva le moyen'<br />

de dompter cette fuperbe<br />

Troye , que dix années de<br />

Siège n'avoient point encore<br />

abbatuë. La conteftatioa<br />

que la colère de Pallas alluma<br />

entre les Grecs, après la<br />

deftru&ion de cette ville, fut<br />

une nouvelle caufe de nos<br />

malheurs. Menelas vouloit<br />

que Ton s^embarquaft au plûtoft,<br />

pour retourner en Grèce.<br />

Agamemnoft ne jugeoic<br />

pas que l'on d'euft précipiter<br />

le départ , & qu'il eftoit<br />

j ufte d'appaifer par les facrifîces.<br />

la colère de Pallas.<br />

11 croyoit que les Dieux font<br />

comme nous,, & qu'ils paffent<br />

avec inconftance d'une<br />

• paffionàuneaotre. Les Dieux<br />

n'approuvèrent point ce que<br />

l'on traitoit dans cette Af-


D'HoME&EjLlV • III. 55<br />

femblée. Il n'eftoit pas permis<br />

de la faire le foir. Chacun<br />

y parloit félon (es interefts<br />

particuliers. Il n'y eut<br />

jamais- une fi grande divrfîoitk-<br />

Menelas fortir<strong>du</strong> Port dés le<br />

commencement <strong>du</strong> jour. Je le<br />

fuivis : le vent nous fut allez<br />

favorable} de forte que Neptune<br />

ayant applany les flots ><br />

& ren<strong>du</strong> la Mer tranquille,<br />

nous arrivâmes fieureufement<br />

à Tenedos. UlyiTe avoit foie<br />

un projet d'accommodement<br />

entre les deux Princes f mais<br />

Jupiter en rompit toutes les<br />

niefures,. & les divilîons croit<br />

fant de part & d'autre, le<br />

party mefme de Menelas fe<br />

fcpara.' , J'arrivay long-temps<br />

avant luy à Lesbos, ayant<br />

fait, voile avec mes Compa-<br />

C iiij.


j£ t* O D YS S E'È<br />

•<br />

gnons r & confïderant que*<br />

dans- les 'grands .voyages le<br />

retardement apporte toujoursquelque<br />

préjudice. Quand<br />

il nous eut rejoints r nous co*<br />

toyames au deflus de Seyo^<br />

pour aborder vers rifle de'<br />

Pfotia 5 ou relâcher à Mimante.*<br />

Comme nous eftions in«<br />

certains laquelle de ces deux,<br />

joutes nous devions fuivre,..<br />

pous eûmes recours à l'affiC<br />

tence des Dieux 3 qui con<strong>du</strong>isent,<br />

nos vaifleaux verr<br />

FEubee.' C'éft là que je me<br />

feparài de la Flote pour revenir<br />

• 4 Pylos f où quelquedivinité<br />

favorable me procura,<br />

un heureux retour..<br />

Depuis ce- temps , je n'ay<br />

rien appris de nouveau. IJL<br />

n*y a que la mort funefte d*A-


if HOMERI, LlV. III. 57-<br />

amenon , qui a fait trop de -<br />

f rûit", pour n'en avoir pas en-~<br />

ten<strong>du</strong> parler. On a parlé -<br />

auffi des Amants de Pénélope.<br />

. Mais--c*eft vous,. Prince, \<br />

qui< nous en donnerez-'. de$*<br />

nouvelles plus certaines 1 que<br />

celles que Ton -a'fceuës jtiLquesàprefent,<br />

feulement par •<br />

le bruit public des ravages.*<br />

qu'ils font en vofixe Ifle..<br />

Telèmaque luy raconta Tétarpitoyable'<br />

des•"affaires delà<br />

maifon , & peienit en peu»,<br />

de paroles Finfoience d*un*<br />

grand nombre de pretendans,,<br />

qui- avoient tous -différents,<br />

interefh f &" qui ; tfëftoiene:<br />

unis que dans le deflein de<br />

détruire tout le bien d'Ulyf-fe..<br />

Enfin comme il avoit une *<br />

grande curiofité. de fçavoii?:<br />

Cv


58 L'O DYSSE'E.<br />

les circonftances. de la mort<br />

d'Agamenonr parce que Fexemple<br />

d'Orefte pouvoit lui<br />

élire avantageux , il pria Neftor<br />

de reprendre fon difcourst<br />

& de luy en apprendre les particularitez*<br />

Quand ^gyfthen'auroitpas<br />

elle puny de fon crime, continue<br />

Neftor, en auroic-il fuy<br />

la punition 3 lors que Menelas<br />

fut de retour en Grèce.<br />

Son.carp* mefme. n'auroit pas<br />

efté enterré ; mais demeurant<br />

expx>fé dans. les. champs il auroir<br />

efté la proye des oyfeaux.<br />

& des chiens- Ce lâche s'amufok<br />

dans Argos à gagner<br />

le cœu-r de la Reine ,. lors,<br />

mefme que nous eftions tous,<br />

cxpofèz devant Troye aux<br />

périls, de. la mort r pour la.


D'HOMEBJBJ.DV. III. j9<br />

gloire denoftre commune Patrie..<br />

Il eft vray que la vertu<br />

de Clytemneftre Fa deffendit<br />

quelque temps des pourfuites<br />

dangereufes de ce Pernicieux<br />

Amant, Sa pudeur refifta<br />

d'abord au penchant de<br />

fbn cœur. Mais enfin lors- qu%<br />

elle devint fragile, iEgyfthe^<br />

qui n'a voit plus à vaincre que<br />

celurà qui Âgamemnonavoic<br />

commis- la garde de la Reine<br />

v fe délivra'bien-toft de &<br />

prefence importune, Femmenanc<br />

dans* une Iflc defèrte-,<br />

où il Fabandonna , & où la<br />

faim exécuta le cruel defleia<br />

qu'iEgyfthë avoit de le faire<br />

périr.-<br />

Il n'y eut plus rien: après<br />

cela qui. troublaft fes amours<br />

avec la trop cré<strong>du</strong>le Clytenu


éo I'ODTSSE'E<br />

neftre5 jafques à ce que le<br />

retour d*Agamemoon leur eue<br />

donné un nouveau fujet d'inquiétude.<br />

Troye eftoit prife..<br />

Les Grecs eftoient atten<strong>du</strong>s,<br />

avec joye & avec impatience<br />

dans leur pays.. ^gyfthe,,<br />

qui avoit la- paffion de commander<br />

feul à Mycenes y oiutre<br />

celle qui f engageait à fe<br />

conferver la Reine ,. drefla.<br />

des embufehes pour faire périr<br />

Agamemnon au port mefme<br />

où il venoit rendre grâces*<br />

aux Dieux d'eftre échappé detant<br />

de-dangers.<br />

Cependant ce fut en'-ce lieu*<br />

d'afleurance & de tranquilitd9.que<br />

ce Paricide luy oftala<br />

vie , & que par la mort <strong>du</strong>- ;<br />

Roi, il s'ouvrit une voye fan.<br />

glanteau tronc


B'KToMiR^tiv.Iir, Cv<br />

Il jouir de fon crime <strong>du</strong>-<br />

•rant lepr années.. Mais en-finr<br />

Orefte ,. que fon avoir<br />

tenu éloigné dans Athènes,,<br />

retourna à- Argos ,, malgré-<br />

^£gyfthe9& le punit enfin <strong>du</strong>*<br />

rapt de Glytemneftre fa mère,.de<br />

la mort <strong>du</strong> Roy fon père<br />

r & de Flnjufte ufurpatioô.*<br />

de fon Royaume..<br />

Vous* vom- fcntex* émeu,,<br />

Prince,., par • l'exemple d'Orefte<br />

,. & vous punirez, comme<br />

iuyr. les- pretendans quiufurpent<br />

voftre autorité. .Mais -<br />

puis que vous delîrez fçavoir •<br />

quelques nouvelles d'Ulyflè,,<br />

il feroit bon de palier à h<br />

Cour de Menelas , Il en auta<br />

peut eftre à vous appren*. •<br />

àiCs Ceft celuy de tous les-


6* L'ODYSSéE 1<br />

Grecs qui a fait de plus longs :<br />

voyages. Mon fils- vous accompagnera<br />

, & je prieray<br />

Meneias- de vous donner tous<br />

les fecours qui vous font neceflàires.<br />

Je fens renaiftre en<br />

moy la mefme tendrellè que<br />

j'avois pour Ulyfle. Voftre<br />

air fl vos manières font toutes<br />

de luy , il n'y a rien, de grand<br />

que Ton ne puifle efperer de<br />

vous*.<br />

C'èft akfl que la journée<br />

k paiToit dans ces entretiens,<br />

Minerve ayant aflifté Telemaque<br />

de fa prefence , &<br />

voulant fe retirer , prit le<br />

prétexte de la neceflitc de fe<br />

trouver au vailïeau , pour y<br />

donner ordre, & pour fçavoir- '<br />

ce qui-fe paflbit. On vour


D'HOMEUE, LIV. III.. 63<br />

loit la retenir. Elle feignit de<br />

vouloir palier en Cauconne*<br />

Mais on auroit toujours continue<br />

de la prier de demeurer,<br />

au Palais, ta elle ne fuft dif- .<br />

parue fi promptement, que<br />

Neftor reconnut que c'eftoit<br />

fans doute une Deeflè5 qui.<br />

avoic accompagné Telemaque<br />

<strong>du</strong>rant fon voyage... Neftor<br />

fe rejoiiit avec luy de la.<br />

protedion de Minerve } car.<br />

il fut perfuadé que c'eftoit<br />

elle mefme qui témoignoit<br />

fon amitié pour Ulyfle, par<br />

les foins qu'elle prenoit de<br />

foa fils.. Aufli-toft.qpe.le jour,<br />

eut paru v on fit. un Sacrifice,<br />

en fon honneur»<br />

V<br />

Tous les Compagnons de<br />

Teleioaque s'y trouvèrent :


Où amena la Viâs me f toute•<br />

éclatante des orneraens, dont -<br />

on-FàvoIt- enrichie. Minerve<br />

eftoic ravie de l'honneurqu'elle<br />

recevoir des Pyliens..<br />

Toutes. les* fondions- différentes',<br />

des Sacrificateurs furent<br />

partagées entre les Princes-,<br />

.dont deux, con<strong>du</strong>isentT<br />

-la^Viâime v» les autres portoyent<br />

,t l'un une Corbeille:<br />

pleine de farine ^l'autre un ;<br />

vafe pour recevoir?- le- fang..<br />

Trafîmede portoir là hache,,<br />

qui: la devoir immoler :: Eit<<br />

effet il l'eftendir fur- la terre,.<br />

& à ce mefme moment- Pi-..'<br />

fïftrate luy.portant*le couteau i<br />

•â la gorge, acheva le Sacrifice..<br />

Apres que fan-eut .-mangé*:


D'HOMEKS, Iiv.JII. 6f<br />

quelques parties de cette Victime<br />

& que Ton eut achevé<br />

ce feftin; Je puis,, dit Neftor<br />

, confentir prefeneemenr<br />

mon cher Telemaque, à voftre<br />

départ. La- DeeCe qui*<br />

vous a con<strong>du</strong>it icr,. & quenous<br />

venons d'honnorer parnos<br />

Sacrifices y ne vous abandonnera<br />

point..<br />

Allez-, mes chers enfans;~<br />

fous la con<strong>du</strong>ite des Dieux<br />

immortels. Vous Terrez Mc~<br />

nelas à Lacedemone, & j'auray<br />

une extrême joye de vous,<br />

revoir à voftre retour..<br />

Pifïftrate & Teleraaque<strong>mont</strong>èrent<br />

fur un '<strong>du</strong>r-attelé<br />

de chevaux, extrêmement:<br />

vifles9. En. effet ils firent une


66 t* O D Y S S E£ •<br />

fi grande diligence qu'ils achevèrent<br />

leur voyage avant la<br />

fin de cette journée.<br />

pin <strong>du</strong> troifiéme Livre-<br />

^••S-A<br />

-:^iV.' -;<br />

•&l:ï;} :<br />

"**•.•":' S- ,<br />

&*>:••< r<br />

pr'k-<br />

iÇ-Ç»<br />

. „.„-.-<br />

f--A..,*i<br />

•:.-..l^f.. .<br />

: l>l- ; r ;<br />

""^ -TV<br />

- :j y •-••<br />

•<br />

'^M<br />

>« • /' '"*


D'HOMèRE, LIV. IV. ^7<br />

L'ODYSSEE<br />

D'HOMERE<br />

LIVRE IV.<br />

|fp| EliEMAQUE & Pip.<br />

(iftrate trouvèrent<br />

en arrivant à Spar-<br />

^^ te , toute la Cour<br />

dans une grande joye.. Menelas-<br />

venoit de conclure le<br />

mariage de Megapente ' fbn<br />

fils naturel, avec, une belle<br />

Lacedemonienne % qui eftoit<br />

i


«8" " t'Oviss*'*<br />

'd'une-'famille ancienne ,- Se<br />

qui avoit de grands biens. Il<br />

avoit arrefté le mefme'jour<br />

celuy d'Hermione fa fille uni*aveele<br />

fils d'Achille..<br />

Il y avoit donc vne réjoûif-fance<br />

extraordinaire y où- lesfeftios<br />

, la danfe , le chant oc~cupoient<br />

agréablement toutle-'<br />

monde,<br />

Eteonée , auquel il appar-'<br />

partenoit de les prefenter ,craignoit<br />

de les intro<strong>du</strong>ire<br />

dans un temps où le Roydonnoit<br />

ordre à cette réfpiiiïïanee<br />

publique :•; Mais W<br />

défapprouva cette crainte, : &luy<br />

commanda d'aller au de-vant<br />

d'eux ?.& de les faire-vernir<br />

au Palais,.


•tfHoMBiu^Liv.ïV'. %<br />

'fis ne purent -s'empefclier<br />

d'admirer en y entrant, la fu-<br />

;perbe ftm<strong>du</strong>re-<strong>du</strong> baftiment,<br />

' la richefle des lambris 9 for<br />

..qui brilloit de tous cotiez;<br />

Âpres qtf on les eut con<strong>du</strong>its<br />

à des bains magnifiques 3 ou/<br />

l'air que l'on refpiroit eftoit<br />

-.plus parfumé., que rôdeur des<br />

plus agréables ieurs , & qu'ils .<br />

y eurent pris les habits que fou<br />

a coutume de prefenter aux<br />

Eftrangers,,on les mena dans<br />

la fale où eftoit le Roy , qui<br />

" les receut le plus obiigeam-<br />

:ment <strong>du</strong> monde. On leur prefenta<br />

dans des^ vafes de pur<br />


jo I.'ODY-SSE'E<br />

eftew à voftre air., il eft aïfé<br />

de juger que vous elles<br />

nés pour régner. Mais avant<br />

que de vous entretenir f je<br />

trous prie de -prendre part à<br />

à noftre joye y & de manger.<br />

Je vous aflure que je m'interefleray<br />

a toutes vos avantures.<br />

. ' Telemaque & Pifîftrate ré.<br />

pondirent à cet acceuil fi<br />

obligeant , par des remercimens<br />

accompagnez _ de manières<br />

fort foumifes,, & ci'-vn<br />

profond refped.<br />

Le Roy les fervoit luy mefme<br />

, & comme la joye publique<br />

donnoit une grande<br />

liberté de parler, il y avoiî<br />

un bruit confus, formé de la<br />

iHifereoce des voix- de ceux


s'HôMS&E, Liv. IV. 71<br />

qui s'entreeenoient ks MUS ayec<br />

ks autres.<br />

Telemaque faifok -remarquer<br />

à Piïïftrate toutes les<br />

merveilles de ce magnifique<br />

Palais .j car en effet ce n'eu<br />

•toit que marbre f ce a'eftoit<br />

/qu'or & qu'argent.<br />

Menelas qui s*apperceut<br />

des louanges qu'ils do.nnoient<br />

à la ^beauté de fon Palais 3 &L<br />

que Telemaque difoit -que<br />

Jupiter i -eftoit ' moins richement<br />

logé que Menelas.: Prinjce<br />

^ lui dit-il ^ on ne" peut<br />

.comparer un mortel aux<br />

JDieux,toùt ce qu'ils pofledent<br />

eft éternel^ &c_ topt ce que<br />

«nous avons^pafïe 6c' fe.djétrûit.'<br />

_ Mais kelas ! fi vous fçaviez ce<br />

qneces riçheflèsoie .çoiiïcot,


7* ^ -'L'O'D'YSf E'i<br />

«vous verriez que je me trouve-<br />

•xois bien plus heureux, fi je ne<br />

les pofledois pas. J'aurais mon<br />

frères le grand Agamemnon.<br />

Ceft <strong>du</strong>rant mes voyages, &<br />

«mon abfence qu'^Egyfthe me<br />

le ravit: JEgyfthe ce.perfide,<br />

«qui augmenta fes crimes par<br />

•ceux qu'il-fie commettre à<br />

•Clytemneftre. Ainfi au milieu<br />

de cette abondance f je ne<br />

;puis m°empefcher de m'aban-<br />

-donner au déplaifîr , quand<br />

il me fcuvient de la funefte<br />

perte que j'ay faite.: Ce qui<br />

.«t'accable fouvent , eft que<br />

de tant cfamis que j'ay veus<br />

à la guerre, il n'en refte preU<br />

que plus. Du moins fi le fa-<br />

>ge , fi le vaillant Ulyffe joiiif-<br />

•ibit ici avec moy de toute<br />

cette magnificence. Mais de<br />

.tous les 'Grecs 9 c'eft celuy que<br />

le


D'HOME&E, LiV, IV. 75<br />

le* deftin a expofé -à de plus<br />

fâcheufes avantures : Sa deH<br />

tin ce -le fait errer dans le<br />

. monde , & allarme tous ceux<br />

qui l'aiment. Je le regrette<br />

inceflàminent. Laerte Ion père<br />

5 • la- chafte Pénélope ., le<br />

jeune Telemaque fon rfils,<br />

} >erdront peut eftre'bien-toffc<br />

a confolation de Tattendret<br />

qui eft la feule qui leur refte.<br />

*Ce -difcours a voit touché<br />

Telemaque. Menelas qui<br />

s'apperceut de l'embaras &<br />

cktdefordre o,ù eftoit ce Prince,<br />

le prit aiilfi-toft-pour le<br />

fils de Ion -cher Uiyfle. -L'entretien<br />

tomba tout d'un-coup*<br />

Ils avaient .tous deux dçs<br />

chofes .fort tendres à fe dire.<br />

Jvfais Telemaque eftoit dans<br />

mne trop - grande agitation


**><br />

74 •' I'ODYSSE'ï<br />

pour parler, & le Roy attenJ<br />

'doit, qu'il luy déclarait fou<br />

•nom & le fujet de fcn"voya-<br />

JB e -<br />

Hélène , qui parut en ce<br />

moment., interrompit le filence..<br />

Elle .eftoic habillée en<br />

Diane, & ep quelque eftat<br />

•qu'elle fe mift 9 on eltoit toujours<br />

charmé de la -voir. En<br />

voyant Telemaque , elle eut<br />

•la mefme penfée de luy que<br />

Menelas.<br />

'Ouy, Seigneur, comtnen.<br />

^a-felle à lui dire., quand je<br />

devrois eftre 'trompée dans<br />

ma .conjeétufe, je vous avoue<br />

^queje prens un de ces


JD'HOMZ&E, Lrv.1V. 75<br />

*'*veu une reiïemblance plus<br />

.parfaite. Menelas eftoit ravi<br />

«que la Reine tût efté dans la<br />

•mefme penfée que lui II lui<br />

iît remarquer fes 'cheveux,<br />

fa telle, fes yeux. Mais, continua-1'il-,<br />

ce qui m'a le plus<br />

•perfuadé, eft qu'il n'a pxl<br />

entendre fans une agitation<br />

-extraordinaire., - ce quejediibis<br />

par occafion des malheurs<br />

-<strong>du</strong> vaillant Ulyfle,<br />

Pififtrate prit alors la pa-<br />

Tole 5 Grand Roy , dit-il,-il<br />

«eft vrai que vous voyez le 'fils<br />

•cTUlyfle. Il n*eflpoint neceffaire<br />

qu'il parle pour, fe faire<br />

reconnoiftre. Mon . père Je<br />

Roy des Py liens ma commandé<br />

de Faccompagner -en ce<br />

voyage.- Il -Ta entrepris par<br />

• ie defir de vous voir , & far<br />

D 3J


7 6 : L ' O D I S S E ' E •<br />

1*efperatice qu'il a de recevoir<br />

de vous le fecours de vo«<br />

eonfeils, C'eft vous feul, il.<br />

luftre Prince,, .qui pouvez re^<br />

medieraux maux preflàns^donc<br />

les Italiens font accablez, &<br />

jdeftruire tous ces petits Princes<br />

, qui perfecutent par Jeurs<br />

pourfuittes la vertu de Pêne- •<br />

lope 5 .& qui difolent toute<br />

fa maifon.-<br />

Ce m'eft un grand bon-heur,<br />

reprit Meaelas-, de voir chez<br />

moi le fils de mon. .cher Ulyfl<br />

Je, '.qui a expofé fa vie en<br />

tant de • combats pour mon<br />

intereft. O Dieux^ i avec<br />

-quelle pa-ffion ai-je defiré fon<br />

retour, & de pafler agrea-<br />

.blement avec lui le relie de<br />

•mes jours* Ar-gos aurait efté<br />

plus à lui qu'a moi.mefme:<br />

-jipus aurions pnj <strong>du</strong> plaifîr


D'HOMèRE, £iv.IV. 77<br />

cfvne amitié confiante s ayant<br />

eu part aux mefmes travaux,<br />

HOUS aurions adouci noftrc<br />

vieillefle, par les charmes <strong>du</strong><br />

mefme repos s mars les Dieux<br />

ont porté envie à la douceur<br />

d'vn fi beau deftin. Ils- le<br />

font errer encore après tant<br />

de-temps y loin de fa patrie-,<br />

& de tout ce qu'il a de plus<br />

-cher au monde*-<br />

Cet entretien avoit déjà<br />

troublé' toute la joyc de ce<br />

feftin. Hélène- &• Menelas<br />

ne pouvoient fe fouvenir, fansregret<br />

que leurs amours euf.<br />

fent courte- tant de fang 6c<br />

de larmes. Le fils de Neftor<br />

regretoit fon frère Antiloque<br />

, & Telemaque crouvoit<br />

ton: père encore plus digne<br />

4e fes- pleurs r de n'eftre- c-<br />

D, iij.


7^ * L r ÛD'YSS! r E<br />

chape de fi -grands danger* r<br />

que pour eftre expofé tousles<br />

jours à de nouvelles avaii*.tures.<br />

Pififlrate demanda pardo».<br />

au Roy d'avoir caufé toutes<br />

ces plaintes. Il luy dit que<br />

c'eftoit vn des malheurs d s Ulyffe<br />

& -de fon fils.de communiquer<br />

au milieu de la plusgrande<br />

allegreflê les gemifTenjents<br />

que leur fortune meritoit<br />

j mais que Je lieu & le<br />

temps dévoient obliger depenlèr<br />

à autre chofe.<br />

• Menelas fut ravi de la fageiTe<br />

de Pififlrate / qui dansun<br />

âge fi peu avancé, avoir<br />

toute l'éloquence & toute la.<br />

fageffe de Neftor. On continua<br />

le repas,. où le vin. qn€


B'HOMEBJé, LIV.IV. 7|><br />

Ton beuvoit diflipoic peu à<br />

peu la trifteflèj & faifoit reûaiïlrelajoye.-<br />

Hélène commanda que l'onfervift<br />

de celuy de Polydamie.-<br />

Il eftoit méfié de quelques<br />

liqueurs venues <strong>du</strong> cofl<br />

té d'Egypte , & il avoir une<br />

qualité qui le rendoit la choie<br />

la plus admirable qui fuft<br />

ai* monder-<br />

Dés le moment que l'on<br />

avoit commencé d'en prendre,<br />

Tarne fe trou voit comme<br />

noyée dans un fleuve d'oubli,<br />

tes chofes les plus touchantes<br />

ne caufoient plus ny pitié<br />

ny trifteffe.<br />

En effet, Telemaque n'a-<br />

•oit plws cet air ferieux3 que<br />

Diiij


§*0 . L* O D TS S E r E'<br />

l'occupation des grandes affaires<br />

, a coutume de donner<br />

au vifage. Pifïftrate avoèt<br />

les manières libres ; & lors<br />

qii'Hekne continua de "leur<br />

parler <strong>du</strong> Siège & de Ja prife<br />

de Troye' y & que Menclas<br />

ajouta, ce qui s'eftoit paflc<br />

dans le temps où tous les<br />

Capitaines eftoient enfermez<br />

dans le. Cheval de bois j on<br />

ne fentoit plus ces tendres<br />

mouvemens , qui intereflent<br />

le"cœur aux- avanturés deceux<br />

que l'on, aime ,.. & qui<br />

luy font.éprouver une revo*<br />

lution de mille pallions différentes.<br />

. ' Ceft ainfi que l'on<br />

finit cette journée..-<br />

I^e lendemain le Roy en*,<br />

tretint en-particulier Teiema—<br />

que. Ce Prince expQfa an.


D'HOMI&E, L&IV. 8i<br />

Roy en peu de paroles, l'état<br />

des Itacieos , le- defïr qu'il avoit<br />

d ! apprendre des nouvelles<br />

xTUly lie 3 l'extrême beibin-<br />

.


8 : l l f ODYSSE r £<br />

nu vingt jours entiers dans<br />

les fables qui font proche le<br />

Phare d'Egypre.- . Le vent ne<br />

donnoit aucun fecours aux<br />

Matelots , qui faifoient ' de<br />

•vains efforts pour avancer.<br />

Les provifîons fe corompoient.<br />

Il failoit bien, toft ou périr pair<br />

Ja faimJ ou relâcher en Egypte<br />

, pour en faire de nouvelles<br />

5 & retarder a'mfi noftre<br />

voyage. Idotée une des Nymphes<br />

de cette Mer & fille de<br />

Prothée un des Dieux Ma.<br />

rins favory de Neptune eut<br />

pitié de noftre emparas. Elle,<br />

prit le temps que tout le<br />

monde eltoit occupé à la pek<br />

che, pour m'a border, fans eftre<br />

veuc de perfonne quedemoy •<br />

Pourquoy 5 dit -elle , vous<br />

. arxcftez^vous fur ce rivage-dç-


B'HoMIREjtlvJV. 8Î<br />

fert y 'où vous manquez de<br />

toutes chofes i Faut-il.retar.<br />

dervoftre courfe par Famufement<br />

de la pefche, où je vous<br />

vois perdre le temps/<br />

O Nymphe y luy répondisje,<br />

c'cft contre noftre gré que<br />

vous nous voyez- icy : Quelque<br />

Dieu ennemy nous em. '<br />

pefche d'avancer. Je ne fçay<br />

pas pourtant ^ je vous jure";<br />

pourquoy j'ay mérité un fi<br />

rude châtiment- mais ô Divine<br />

Nymphe, j'ay fujet d'efperer<br />

de n'eftre plus malheureux<br />

3 fi je puis me promettre<br />

voftre protection.<br />

Elle fut fi touchée de mon ,<br />

difcours , qu'elle m'apprit'qu'il<br />

falloir avoir recours à<br />

fon père, qu'iffçavoit routes<br />

D vj


K4 *' O D'Y s s l'E­<br />

tes profondeurs de la merV<br />

qu'il dégagerait nos vaiffeaux<br />

de ces bancs de-fable, & que<br />

")e pourrais mefme fçavoir de<br />

iuy reftat oè* fe trouvokiit<br />

mes amis .abfents.,<br />

Mais,, continue•- t'èlle , ileft<br />

prefque impoflible de Fa*<br />

border^ & qtJand on eft enin<br />

prés de-luy, il eft encore<br />

impoflible d'en recevoir aucune<br />

réponfè. Il prend ton*<br />

tes fartes, de formes.,, pour<br />

échapper auxqueftions,qu'on<br />

veut luy propofer. Ain-fi<br />

pour ayioir de, luy, quelques<br />

oracles, ilfautde:ftirprendre,le<br />

retenir avec violence, ne:<br />

^étonner* point de - tous- les<br />

diaiigeï^ens:, qu'il fait paroi*<br />

tre v" ne relafcher rien.de.<br />

ce/que l'on. aura, entre fe&.


im£Ùns9.fans^ obtenir de lu'y<br />

une réponfe for ce que l'on<br />

de&e. d'apprendre,..<br />

A- peine la Nymphe mV<br />

voit-elle Inftruit- de ce que<br />

je de.¥ois faire', qu'elle fe<br />

plongea fous -les ondes. Pour<br />

inoy. j'eftois dans une extra*<br />

ine Impatience. que la nuit<br />

£uft paflee pour furprendre<br />

Prothée. .'Je choifîs trois de<br />

mes • Compagnons -,, &• nous<br />

eftant cachez fur le iivage de<br />

la mer ,.nous apperceumes les<br />

flots s-éflfcver & nous entent<br />

difmes- un bruit- méfié à celuy-des<br />

vagues. G'eftoic Prothée<br />

qui con<strong>du</strong>iibit-un troa^<br />

peau des plus beaux poiflbns<br />

de la mer, ,& qui arrivoit .fui<br />

le rivage comme un-Berger<br />

vient, dans une prairie. avec


Sfr t f *0 D Y S S E r £-<br />

fcn Troupeau de moutons.<br />

Or le Berger & le Troupeau<br />

s'èftant endormis f nous le<br />

furprimes, & toutes les formes<br />

différentes qu'il preno%<br />

ne nous empefcherent point<br />

de le retenir, Ceftok une<br />

chofè effrayante, que d'avoir<br />

entre ks bras tantoft un<br />

•Lion, ou une Panthère, tantoft<br />

un Dragon, ou une eaucoulante<br />

avec 'plus-de rapidité<br />

qu'un torrent. Enfin il<br />

fe Jaiflà gaigner par noftre<br />

confiance, & reprenant fa<br />

figure naturelle :• Ceft Jupi*<br />

ter, me ditùil, ô fils d'Atrée,<br />

qui vous retient. Que n'avezvous<br />

recours au Ciel dans<br />

vos adverfîtez. Retournez à<br />

voftre bord, & préparez un<br />

Sacrifice folemnei au plus<br />

grand des Diçux} voftre re-


D'HOMèRE, Lm IV. 87*<br />

tour fera I^eureux i mais il*<br />

faut prendre voftre route parles<br />

colles d'Egypte.<br />

La curiofité que j'eus d f api<br />

prendre.de luy des nouvçlles»<br />

de la Grèce me coûta bien*<br />

des foâpirs : J'eus pitié de la*<br />

témérité d'Ajax 9 qui infultoit-<br />

aux Dieux y au milieu<br />

mefme des orides3 oà fon vaiffeau<br />

venoit de périr. Il ne<br />

put fbuffrir que Neptune le<br />

iauvaft <strong>du</strong> naufrage. Jefçay<br />

nager, difoit-il, & le Ciel &<br />

la Mer ne fçauroient me nuire.<br />

Il ne falut neantmoins<br />

qu'un coup de .trident de<br />

Neptune, pour le punir de fou<br />

impieté.<br />

Mais qu'elles larmes ne me.<br />

ritoient pas lesfuneftes nou-


M" xtôDtssElr<br />

velles-que j'appris d'Agamem:<br />

non.- Il devoit arriver 'heureufement<br />

au protnontoke<br />

de Malées : Junoo l'a voitcoofervé<br />

dans toes les dangers<br />

de la guerre &' de la mer.<br />

Eallôit-il qu'un vent contrai,<br />

re le- repo-uflaft vers les terres<br />

• ou le perfide jfjgyfthe<br />

luy preparoit %une- cruelle<br />

mort. Dans' ce trifte eftat<br />

que ferois-je devenu fans Pet<br />

perance que Protiiée me<br />

donna qu'Ofefte vangeroit là-><br />

mort de fon Pere,.& que je<br />

ferois prefent.au feftin qui fe<br />

fairoit en réjottiflance- de la.<br />

mon d'iEgytthe*.<br />

C'éft ainfî 'qu'il'meflbit aux<br />

triftes avantures qu'il m'apre-noit<br />

5 quelque chofe quipouiftoirme-confoler<br />

j.pour ne-me


D'HOMèRE, LIT. IV. 8y<br />

kiCer pas dans Paccablementr<br />

d'une extrême affiidion. .<br />

Mais la nouvelle qui mê<br />

donna une joye fort grande,<br />

fut celle de fçavoir qu*Ulyfle<br />

n'avoir point pery 3 qu'il eftoit<br />

^dans llfle de la belle' Calyp>fo-,<br />

prés- de laquelle fa vie<br />

ferait heureufè, fi- la paffion<br />

de-revoir fon Itaquf luy permettoic<br />

de prendre quelques<br />

plâifirs, eftantefloigné- dePenelope<br />

ic de ?om, Cette<br />

Nymphe, me dit-il, le retient<br />

malgré luy. Elle imagine tous<br />

les jours- de nouveaux, prétextes^<br />

pour- retarder- fon retour..<br />

Mais;oe le reverra en<br />

Itaque ^ & il délivrera bien toft<br />

£a chère Pénélope des perfeu<br />

cutions, quefes lâches amans»<br />

luy foflrfoufirir*.


Les chofes me font arrf<<br />

vées,. mon cher Teiemaque,<br />

comme il me les a prédites.<br />

Je jouis des- douceurs qu'il<br />

m*a fait efperer.- Il faut at-tendre<br />

l'effet de la prédictionqui<br />

regarde l'heureux retour^<br />

dTJlyfle. Cependant je vousoffre<br />

5 mon filsv tout ce que<br />

Vous pouvez' defirer icy , &'•<br />

vous pouvez" y commander'<br />

avec autant- d'autorité que<br />

chez vousi<br />

Telemaque répondit à toute**'<br />

ces offres obligeantes de Me-nelas..<br />

Il le remercia deiuy a*-'<br />

voir appris des nouvelles dU.<br />

lyOhySc il le pria de luy permettre<br />

de retourner en Pylos,<br />

mil les compagnons qu'il avoir<br />

laiffez fur fon vaiffeau Fatten-doien<br />

t- avec impatience. ;


D'HoMEni.Lir.lV. • 5J*<br />

Durant que ces chofes fe~<br />

•paflbient à Argos, on conei.niioit<br />

en Itaque les jeux &<br />

les divertiflemens ordinaires.-<br />

On a¥oit coutume d'y vivre*<br />

dans une fi grande négligence<br />

pour les aflatres s que Fan*<br />

n'avoit pas eu le foin' de fça*voir<br />

fi Telemaque avoit paffe<br />

la Mer.. On fe contentade<br />

croire <strong>du</strong>rant les^ premierspurs<br />

de fou abfenee qu'il étoit<br />

dans vne de £es maifons--à<br />

la campagnes Ainfî roue- le*<br />

monde fut furpris y lors que<br />

Noemas fe plaignit de ce que*<br />

le vaMëâu qu'il avoit prefté*<br />

"à- Mentor pour Telemaquen'eftoit<br />

point de retour..<br />

Qupy , luy dit, Antinous ^<br />

vous avez prefté vn Vaifleau<br />

à Mentor 3 pour con<strong>du</strong>ire Telemaque<br />

à Pylos >, & quanta


fl t'OjDYSSlV '<br />

eft.il parti ,. qu'elle compa-gnie<br />

avoitii i • racontez nioy<br />

k chofc comme elle-' s'eft<br />

paflee.<br />

Je ne'puis comprendre, reprit<br />

Neomas, tout ce que vous<br />

me demandez. J'ay veu Mentor<br />

fur le Vaiueau' de Télémaque^Ie<br />

Fay'veu partir } oh<br />

m'afliire pourtant que ce<br />

mefme Mentor eft ici. le<br />

leur ay prefté mon vaifTeai*,,<br />

. & je n'ây pu le refbfer à ;<br />

leurs.prières , quoy qu'il mfe<br />

fiift neceflaire ailleurs; Vue<br />

troupe de jeuhefle la plus fa-,<br />

ge & la plus vaillante les a<br />

Siivis; 11 y a' quelque Dieu*<br />

qui-a donné le mouvement'à'<br />

toutes ces chofes: Et vne-divinité'<br />

s'eft- cachée fous h fo%<br />

me de Menton.


D'H-OMERï ,Xnr* IV. 53<br />

-«Cette nouvelle troubla tous<br />

les Amants de Pénélope, qui<br />

furent touchez d'vnc terreur<br />

commune. Dam cette crainte<br />

générale , -il n'y e-ut qu'Antinotis<br />

, -qui tranfporté de<br />

colère leur dit. Attendrons-<br />

BOUS y Seigneurs, -que ce Jeune<br />

téméraire vienne icy nous<br />

égorger. Vous voyez' qu'il a<br />

eu. l'infolence d'entreprendre<br />

vn voyage , d'ammener vu<br />

vaifleau 5 de fe choifîr des<br />

.compagnons-fans lenconfente-<br />

•ment de la -Reyne , fans 4'avis<br />

d'aucun <strong>du</strong> païs. Que ne<br />

fera-1 n pas à fon retour ?<br />

•Que n'ofèra-t'il pas entre-<br />

.prendre? Il eft de hoftre feu~<br />

xeté d'aller audevant de .luy,<br />

c'eft à vous de me donner au<br />

plûtoft vn vaifTeau r j'irây le<br />

punir de fa témérité , &VOIM


^4' I'ODT-S-SE'B<br />

conferver vos biens & voftre<br />

-vie au péril de la mienne..<br />

•On approuva le deflein<br />

•«d'Antinous, & on commença •<br />

a travailler à l'exécuter. Mais<br />

Pénélope ne fut pas longtemps<br />

fans apprendre par<br />

Médon ., qui eftok dans les<br />

interefts d'Vlyfle 7 le deflein<br />

.de fes .amans contre fon fils.<br />

Elle qui tfavoit .pas fçeu<br />

.fon voyage , eftoit dans la<br />

•-plus graade afflidion qu'elle<br />

eut jamais refentie. Son cher<br />

Telemaque eftoit parti f & elle<br />

ne fçavoit point en quel<br />

endroit <strong>du</strong> mcpde il avoit<br />

entrepris d'aller. Elle n'ofoit<br />

«defirer qu'il revint j elle crai.<br />

gnoit de le voir accable pat<br />

•fajit -de rebelles. Tout lin


J?HoME&E, LlV. IV. 9|<br />

•eftoir contraire. Elle fe plai-<br />

*gnoit de fon abfence 3 &<br />

,n f ofbit defïrer fon retour.<br />

Helas ., dit-elle 3 fi jenfle<br />

>efté avertie, je l'aurais détourné<br />

d*expo(èr fa vie aux<br />

périls de la mer$ je luy aurois<br />

.confeillé de n'attirer<br />

point contre luy la vengeance<br />

de tant de Princes.<br />

-Que feray-je * N'effois-je<br />

•pas allez defolée par l'abience<br />

d* VlyfTe i -Que deviendra<br />

Telemaque / Faudra-t'iL<br />

ignorer encore long - temps<br />

ion deftin--?<br />

• Euryclée la confoloit par<br />

• Fefperance cfvne prote&ioa<br />

,celefte , fous laquelle il p.<br />

«oiç. 11 n'a point entrepris f


«£6 L I OD-YS'S"B , B<br />

difoit-e'le9ma chère PrincefL<br />

le f le voyage faos quelque<br />

ordre des Dieux. Minerve<br />

raccompagne , & le défendra-contre<br />

fes injuftes. canemis.<br />

C'eft à elle qu'il faut<br />

prefenter vos vœux. Elle fera<br />

touchée devoftreafflidion,<br />

& vous fera trouver quelque<br />

repos.<br />

Pénélope approuva le confeil<br />

d'Euriclée. Elle -fe retira<br />

avec toutes fes filles y pour<br />

fâcrifier à Minerve. A peine<br />

le facrifice fut-il achève , que<br />

foitpar la faveur des Dieux,<br />

foit par l'accablement de<br />

fon afflidion , elle fe trouva<br />

- furprife 4* vu profond fomîneii<br />

Minerve


a>'HoME&E,Lnr.IV. 57,<br />

'Minerve prit cette occa*'<br />

^îon de -fe <strong>mont</strong>rer à elle<br />

•fous la figure de fà focur .^ &<br />

•de lui faire efperer le retour<br />

".heureux de fon -fils. * Elle lui<br />

• .reprefentoit -qu'il eftoit fous<br />

la protreéHon des Dieux, qui<br />

ne permettaient pas que<br />

Finjuftice triomphait de fa<br />

^verra. La joye que -.cette vL<br />

lïon donna à Pénélope diffipa<br />

ion- ennuy .& fon fommeil.<br />

Ellç Réveilla avec ail<br />

fûrance de revoir fon fils f<br />

attribuant a Minerve la donceur<br />

<strong>du</strong> longe agréable -qu'el. '<br />

le avoir-eu.<br />

'Ses Amants eftoient fbrtîs<br />

-<strong>du</strong> port dlcaque , de eftoient<br />

arrivez à Afteris. . C'eft vue<br />

çetite lie fur le paiïàge de<br />

Samos 9 &^ de. Pylos ea<br />

Timi* fi


98 x'OOYSîSE-E 1<br />

Itaque, où ils attendoiant<br />

Telemaque à fbn retour pour<br />

le fprprendre,.<br />

'jFin <strong>du</strong> quatrième Livre*<br />

>'..- y,'-,..:A;:-;**«*j!<br />

!<br />

* > • • 2 » ^ / i . ^ ? > i > > M , ' • £ • : \ - . ;••*


D'HOMèRE, LIV. V. 99<br />

L'ODYSSEE<br />

D'HOMERE<br />

LIVRE V.<br />

^aaiaiaMiUW.il . E P E N D A N T<br />

Wnm Minerve " fe ref-<br />

Pî|rV^J|j| fouvsnant des<br />

|^^|i; malheurs d'VlyC<br />

le, parla vne Teconde<br />

fois £ luptter dans vne<br />

dflemblée, où tous les Dieux<br />

XextouTCceot, excepté Mep-<br />

• £ ij


tune qui eftc^it encore en IL<br />

thiopie. Ulyfle, dit-elle, fi fà-<br />

•ge 3 fi vaillant & fi pieux eft<br />

.encore retenu par la Mymphe<br />

Calypfe-, pendant quefon_fî}5<br />

Je cherche à Pylos, à Lace.<br />

demone* & qtfil- eft en danger<br />

lie tomber dans des embûches<br />

,où fes ennemis l'attendenr.<br />

f 3E.ft-.ce ainfiL .que les Dieu?<br />

y protègent la_ luftice & la<br />

V^Vertu ^.Qûj^cftrce qui you-<br />

/""dra les adorer, fi Finjuftice<br />

)• triomphe 9 &. ..fi le vray me-<br />

\ rite eft abandonné aux per.-<br />

-V fecutîons de la fortune*<br />

Jupiter ne voulut pjus dif.<br />

•ferer de fecourir Ulyffe. Il<br />

-commanda à Mercure de défi<br />

cendre vers la Nymphe, Sç<br />

rie - faire enforte qu'elle donliaft<br />

un vaifleau à Dlyllè pour<br />

retourner en I|aque. le l'a±


ô'HôMéRé 5 liv. T. -ïOï-<br />

fois desja ordonné t dit-ii, à<br />

Minerve , & • encore prefeiu<br />

Éement je vous commets le<br />

foin <strong>du</strong> jeune Telemaque, &<br />

fous ordonne de l'éloigner<br />

de rifle d'Àfteris ,- quand ii ; '<br />

repaiera la mer. • Il n'eft pas<br />

jufte que Tvn "& VàMteyfêfl<br />

prouvent pas fafliftence <strong>du</strong>r"<br />

Ciel y qu'Ms ont -méritée par<br />

leur pieté.-<br />

.Mercure afoit dèsjâ atta- '<br />

«hé fes ailles r & tenant- fen><br />

Ca<strong>du</strong>cée dans la main , il<br />

pafibit au defliis de la mer i<br />

-avec'plus de viteifè que i'oyfeau<br />

rdont le vol eft le- plus-<br />

.rapide.- De là-s'avançant dans-<br />

*ne Ifle deferce,- il approche"<br />

de ragréable retraite de Ca-r<br />

lypfo.- Il n'y a voie rien de<br />

plus charmant que cette fo-iimdç<br />

i Les yeux de Mercut*


101 L'ODYSSB'B"<br />

re accoutumez à- voir tout ce l<br />

qu'il y a de- plus beau dans<br />

F V ni vers-, regardoienr avec<br />

.plaifir les merveilles- dont<br />

la '" nature avoit embelly ' ce<br />

rivage • les aulnes-,, les peupliers<br />

5 les cyprès 3 &c 'les<br />

cèdres, formoient vn bois? où<br />

Biil-le oyféaux différents faiioient-une<br />

agréable harmonie:<br />

Quatre fontaines partageant<br />

leurs cours en? autant de'Canaux<br />

arrofoient tes ffeurs<br />

. dont- les bords 'de- ces ruif-<br />

. féaux eftoient couronnez. Une<br />

vigne, qui s'eftoit élevée jufques<br />

au haut d'un rocher, fie<br />

qui le couvroit de (es pamprès,,<br />

avoit eften<strong>du</strong>fa bran-<br />

. ches de tous coftez- r que Je<br />

. bazard ou la nature., plutoft<br />

. que Fart ou Fin<strong>du</strong>ftrie a voit<br />

tellement difpofées y qu'il s A en,


S-HOMS&B, Liv. V+ i0j<br />

eftoit fait plu-fieurs petks Palais<br />

de ver<strong>du</strong>re, oùregnoienc<br />

J'ombre & la fraîcheur, Ce£toit<br />

fous ce rocher ,-dans une<br />

grotte allez -vafte, que la<br />

Nymphe faifoit fon fejour.<br />

A peine Mercure y entra- t'i^<br />

«juli fut reconnu de ta Nymphe.<br />

Bien qu'elle jugeait ai.<br />

iément, quel eftoit le fujet<br />

de fon ambaflàde, dont ellene-<br />

pouvoit fe promettre- rien<br />

d'agréable, elle ne laiflà pas<br />

de luy faire tous les hon~'<br />

neurs qu'il pouvoit. atten<strong>du</strong>e<br />

d'elle.<br />

Elle luy offrit le Neéfcar,<br />

& l'Ambrofîe f. & l'ayant<br />

fait aleoir fur un trofne, elle<br />

luy demanda, ce qu'il avoit<br />

à luy ordonner.<br />

Il s'acquita.auffi-toft-deià.<br />

coiiunjtfton & luy déclara, la<br />

Eiiij


104 t § 0DY-5SI^<br />

volonté de Jupiter fur le retour<br />

d'Ul.yffe -en Itaque. Ceffe<br />

-ainfi, répondit Calypfof que*<br />

lupiter ne fçauroit permettre<br />

de jouir CE repos de ce que-<br />

Ton aime II ne peut fcnffrir<br />

qu'un "mortel foit' aimed'une<br />

Déeflè: Il en eoufta....<br />

la vie à Oriott , pour avoir<br />

efte" favorïfiF ae l'Aurore»,<br />

Diane l'ayant percé de fesflèches..<br />

Et Jupiter luy mef.<br />

me tua de fà foudre le malheureux<br />

lafon ,. Amant de-<br />

Cerés». Ulyffe aura bien-toft:<br />

la mefme deftinée $ _ en vaéû<<br />

je 1'àuray recciï dans cette<br />

Ifle j lors qu^prés la perte •<br />

de fon vaifleau, il s'éfiorçoir<br />

de fe fauver <strong>du</strong> naufrage,,, oùtous<br />

fes Compagnons périrent.<br />

Helas y en quel eftat je<br />

le trouvayl; . U combattoîc:.


contre le vent & contre lés<br />

vogues,. La mort à tous moments<br />

fe prefentoit à Tes yeux: :<br />

Euy ay.je fait- quelque tort<br />

de l'aectteilir,. de Fâimer,,&<br />

de luy promettre de le rendreimmortel<br />

r s'il pouvoir* cKaC<br />

fer ; de fon aoie-les triftes m-quiétudes<br />

que luy donne Pàb-fence-dé<br />

Pénélope.- Mais puisqu'il<br />

plaift- a Jupiter- de le*<br />

faire périr fur la mer, puis-je<br />

refifter à- fà volonté ? Je vou-drois<br />

pouvoir luy fournir un<br />

Vaifleau v des Compagnons,-<br />

•& tout' ce qui- pourrait' luy<br />

rendre fon retour cpmmodéj<br />

Mais je n*ay que des Gonfeils<br />

à luy donner, & des defirs à'<br />

faire pour luy v eitant icy feule<br />

8c làns- ouvriers.<br />

Mercure reprefenta â cet*<br />

Ev-


io6 L'OOTSSE'B -<br />

te Nymphe qui! eftoit dan~<br />

gereux de n'obeïr- pas à lupi-<br />

.ter : que fon commandement<br />

.eftoit exprés,• & qu'elle ne<br />

devoit rien craindre pour<br />

,Ulyfle, puis que le plus grand<br />

des Dieux s'interefibit à# fon<br />

retour».<br />

Uiyfle eftoit fur le rivage,<br />

fins fçavoir ce., qui fe paitoit<br />

dans la Grotte de Calypfo.<br />

J\ y paflbit tout fon temps,<br />

efperant que le Ciel favorable<br />

luy donneroit quelque<br />

moyen de jretourner. Cependant<br />

il. fe faifoit je ne<br />

' fçay. quel plaifir, tantoft de<br />

méfier fes foûpirs. "avec les<br />

v,ents, qui- paroifToient favorables,,<br />

& qui fouffloient vers<br />

Icaque», tantoft de considérer<br />

la route qu'il, aurait à. te^


D'HOMèRE, Liv. V* 107<br />

tnt. Il luy fembloit que fes<br />

regards qui s'eftendoient fur<br />

Ja mer le delivroienc . en<br />

quelque- manière de la-- captivité<br />

où- il eftoit, & qu'il fc<br />

trouvoit dans cette efpact<br />

• immenfe 3 que fes yeux décou»vroknc<br />

- ._<br />

11 fbuïageoit ainfî fbtr déplaifir<br />

, lors que la Nymphe<br />

Je vint trouver- •, après que<br />

Mercure fe fur retire, H faut*,<br />

Juy dit-elle , fe fëparer, M<br />

vous permetre en£n , ce que<br />

vous defirez depuis fi longtemps.<br />

Les Dieux- s'interet<br />

fent pour toy , ingrat., qui<br />

t'es fait un ' mérite de-' ne<br />

.prendre ' aucun ' phrifir dans<br />

cette charmante iolitude*. Ma<br />

beauté ny mes faveurs- n'ont<br />

pu te gagner. Et cependant<br />

E vj


it>8" L'OD-YS-SEB*<br />

je t'aime ajQTez encore, pour<br />

faVorifer ton voyage :•• le-<br />

Deftin qui eft plus fort quemoy<br />

m'oblige de prendre ceparty<br />

: Il faut luy obeïr,• ôt<br />

oe te voir jamais..<br />

Ah r Nymphe > s'écria Uly£<br />

fe j comment pourrois-jp paffer<br />

tant de Mers ?:• Pourquoyvouler<br />

- vous- me punir en-.<br />

m'expofant k ces- vagues,,<br />

dont les, plus- grands vaifieaux.<br />

ne peuvent: fup porter les efforts<br />

h Croyez-vous,.mon aii»<br />

niable Déefle , que je-confente<br />

jamais k m'èloigncr de<br />

vous y fans eUxe-aCeurdquevous.jugez<br />

mon. retour fi ne.<br />

ceffaire, &• fi- digne d*an homme<br />

que tous honorez de voC<br />

tre- tendrefle , que ce vous


B'HOUEXE , LÎV. V. xoy?<br />

fembleroit «ne choie injiifte-'<br />

-de vous y oppofe-p.-<br />

• Calypfo approuva ce qu'il."<br />

difoit *; en fcûriant agréablement.<br />

Vous- parles toujours,,<br />

luy-dit elle , - avec Beaucoup-de<br />

fagefiè. Vous-voulez*douter<br />

• de mon fecours, ain que -<br />

je vous jure par le Styx que/<br />

je veux obeïr au Deftin. Aprés^<br />

avoir-veu que Je vous aimois,.<br />

vous-; verrez ' ce que je.: ferayv<br />

pour-&cilicer voftre.entrepri-<br />

En fe parlant; ainfî, ils en.'.<br />

trerent dans- la grotte ^ ok 3<br />

Ulyfle 'eut part au Neâàr &<br />

à rAmbrofie, que la Nymphe<br />

avoit prefentée à Men.<br />

cure. Cependant elle ne pou-<br />

*oit retenir-fes plaintes. Situ


fijavcrisv diibit-elley de que<br />

tu dois encore fouffrir ravant<br />

que d'arriver en ce païs, où<br />

ces defirs emportent ton cœur,.<br />

Si tu le. fçavois v dis-jë ! Mais<br />

tous les plaifirs de ce défère.<br />

ne peuvent te plaire. Je n*ay<br />

pas aflefc de naiflànce, allez<br />

de î beauté , pour farrefter.<br />

Pénélope t'efkplus dhere qu'u*<br />

ne immortelle v C'eft - elle,<br />

qui a pu. gagner ton amour.<br />

Mais que dis-je?. va v je con--<br />

Jfens à ton voyager pars5 je Je<br />

veus bien.. Si j'avois eu-plus<br />

de charmes 3 tu aurois coulènty<br />

à vivre avec moy, &<br />

tu n'aurais < pas-confïderé com*<br />

me Je plus grand de tes-malheurs<br />

rimmortalité que jç ce<br />

^reparais..<br />

, Pleplfc aux Dieux- 7 qu'il


fuft en mon pouvoir, Juy répondit<br />

UlyCe , de recevoir<br />

icy tout le ; bien que vous avez<br />

la bonté, de me vouloir<br />

iaire. ' Soyez-perfuadée, mon<br />

incomparable Déefle, que je<br />

;ne •penferois .pas à m'éioigner<br />

.4e -vous.. Ce n'èft point la<br />

Jbeauté-de Pénélope r qui me<br />

Ait defîrer mon retour.. Y<br />

eira-t'il une plus grande.que<br />

la voftre^ Mais il faut obeïr<br />

au Ciel , 8c fuivre les ordres<br />

qu'il me donne.. Si quelques<br />

-malheurs m'arrivent encore,<br />

f m "• fuis fi accoutumé à fou£ir<br />

, que. les. accidents les<br />

•plus extraordinaires-ne m!e£<br />

.connent: plus..<br />

Enfin Ulyfle n'eut jamais<br />

plus de prudence que dans<br />

ce dernier entretien., U.mef-


lolt mille témoignages dereï-<br />

{ >eA- & d'amour à- toutes^<br />

er-raifons dont il fe fervoie-,'<br />

cour- obtenir dé Galypfo le*<br />

lecours qu'il luy demandoitj,<br />

de forte • que cette- aimable<br />

Nymphe entrant' dans f tous*<br />

les fentimens defon-cher Amant,<br />

luy fournit- des le lendemain-<br />

tout ce qui eftoit neceflaire<br />

pour faire* un- vaif*feau.-<br />

Elle luy donna• une hacher<br />

dont le manche eftoit'de boisd'olivier<br />

s & à-peine luy'eutelle-<strong>mont</strong>re,<br />

les arbres les pluspropres'pourla-conftruâiond'ùn<br />

VàiCeau* 4, qu'il ' les ab±<br />

batic.. Elle ne pouvoir _ le voir •<br />

travailler avec tanr d'ardeur,'<br />

fans avoir <strong>du</strong> chagrin de ce<br />

qu'il avoit un fi grand em-


S'HOMEKS, tic tT. ' - fif<br />

-preflement de -fomr de Ton*<br />

ïfle.- fille fe retira dans fit--<br />

Caverne, pendant qu'il ofte"<br />

fout le bois- fuperiu y pour<br />

rendre tout égal r & ' pour<br />

ajufter enfemhie les différentes<br />

parties de vingt grands*<br />

arbres,, dont- fon vaifleau 4e-<br />

-voit -eflre^compofé.. Mais k'<br />

divine Calypfo ne pur néanmoins<br />

luj- refufër les- voiles-''<br />

MiïL l#c ifarJiiŒôi- oui: iwy e£L<br />

colent - neceflaires.. Il conti~jauoit<br />

à. travailler aux mafts,<br />

•aux antennes rau gouvernail..<br />

îl effeva le long des -bords de:<br />

grands air r les attachant avec<br />

des doux, & mettant de"<br />

ia poix dans chaque jointure;<br />

JLesplu-s habiksmaiftres n'ont*:<br />

jamais achevé un Vaifleau a-<br />

•¥cc plu» de foin & de juftefl"<br />

fe* H prenoit garde à- tout;,'


»4-" t f Ol>YSSB f E-.<br />

& fe faifoit' un' rempart cot£<br />

tre toutes les fureuis de la<br />

mer..<br />

Au cinquième jour ayant<br />

fini cet ouvrage , & un vent<br />

favorable s'eftant* levé-, il fe<br />

met- en mer. Il eftoit desja à<br />

la veuë des coites- des Pheaciens<br />

,- qu'il commentait i<br />

découvrir, & qu'il auroit pri-<br />

£es pour clac' nuogâ^ «'il- ti'enft<br />

remarqué 1 qu'elle avotent<br />

toujours la mefme figure». Il<br />

efperoit d'eftre bien-toft ea<br />

feureté, après tant de périls<br />

& tant de travcrfes*<br />

Mai9 cette' joye ne <strong>du</strong>ra.<br />

gueres j, Car Neptunef rêve-<br />

Bant <strong>du</strong> pays des Ethiopiens^<br />

& découvrant. <strong>du</strong> haut <strong>du</strong>-<br />

Pro<strong>mont</strong>oire do-Solymes ,Jr


D'HOMèRE, LIT. V. mf<br />

Vaïffeau dtJlyfle^preft i-a*.<br />

••border au port des Pheaciens,<br />

frémit de . colère & d'in<strong>du</strong><br />

-gnation- i & frapant la terre ^<br />

de fou Trideot,. il aflemble<br />

les vents, la nuit & Forage.<br />

Le temps devint-gros, la mer<br />

s'enfle , l'air eft couvert d'é-<br />

-paifles ténèbres : Il .n'y eut<br />

jamais une' tempefte £ terri^<br />

bk. .<br />

Qu'aeroit fait Ulyfle pour"<br />

-refifter à la fureur de Nep-*<br />

tune?- Il n'eftoit plus temps-<br />

'de «defîrer -de n'eftre point'<br />

forti <strong>du</strong>- defert tranquile de<br />

• Caly.pfa.. Son fragite Vaif.<br />

-fcaueftoit; la proye des vents.<br />

-Tantaft le mafts avec les<br />

• -voiles, eftoàt emporté par leur<br />

-violence : tantoft ils s*àbifmoit<br />

au fond d'une vague,.


& & £ ' ' 0 £ Y S S B ' B •<br />

qui ne le repôufloit que pouf<br />

Jexpofer à quelque nouveaupéril.-<br />

L'art dUlyffe cedoit à<br />

ces efforts. Le gouvernail e£<br />

toit enlevé.- : Le naufrage e£c<br />

toit certain y & la mort prefente.'<br />

M combattoit encore<br />

néanmoins • contre l'orage,-,<br />

lors qu'un coup de vent l'en-levé<br />

loin de fon vaifieau r &•<br />

Fenfevelit au milieu des on-*<br />

des.. Lapefanteur de fes*-ha-bits<br />

r la force de Forage rlxhauteur<br />

des vagues le retiiw<br />

rent long-temps, abyfmé fans-*<br />

qu'il puft s'élever jufques fur'<br />

l'eau,. Son- vaifleau- ne pÉr<br />

fupporter tant d'ailauts,, tons*s'ouvrir.<br />

Il s'efforce d'en faîfir<br />

quelque *tâe,;& s'êftànt'<br />

appuyé deflîis ,.il eft empor--<br />

•të <strong>du</strong>rant' cette horrible tem-~<br />

f elle d'un collé- & é*im autrer


£'HOMBKB,Lfc.V. «y<br />

Ixucothaë, fille de Cad-<br />

«lus, qui de mortelle eftoic<br />

devenue Nymphe de la merr<br />

fut émeuë 'de compafiïon»<br />

Elle preod une ' planche dm.<br />

-débris , & s'eftaat affife conw<br />

me deflus un char , elle s'âp^<br />

proche cfpiyCe pourlecopîbier.<br />

Prenez 3 iuy •dit-elle ,f généreux<br />

Ulyflè,, Fçcharpe que<br />

|e vous prefentç Abandon-<br />

- nez cette planche , qui né<br />

peut vous con<strong>du</strong>ire jufqu'au<br />

.port. Oftez vos habits, qui-<br />

>vous enipefpheroient de ria-<br />


mï L'ODTSSE'E<br />

£Ile difparùt aiiffi-tcift-enTe<br />

plongeant dans la mer. UlyC<br />

le avoit entre les mains cette<br />

ccharpe fatale -, mais il ne<br />

fçavoit encore quel parti il<br />

devoit prendre. Helas , diibit-il,<br />

c'eft -peut-élire une<br />

Divinité ennemie ., qui me<br />

veut ofter ce rëfte de vaiL<br />

fèati , -qui me défend .encore<br />

contre Ëorage. Faut.-il en<br />

homme defefperé , me précipiter<br />

moy-mefme dans..ces<br />

vagues irritées. Pourrois-Je.<br />

aborder en nageant jufqu'au<br />

rivage qui eft fi éloigné. -Ne<br />

fera-I^


T?HohnwjkîÀ%V. -»rj|<br />

•ceau de bois ' fous luy.. * Aui&~<br />

toft il quitte (es habits f , &<br />

mettant autour de luy l'échat-pe<br />

de Leucothoë % il fe jette<br />

enfin dans la mer , & commet<br />

fa deftinée -,à la mercy de ks<br />

flots.<br />

'Neptune le voyant en cette<br />

extrémité , détourna la<br />

tefte*. & pouffant fes che-<br />

*" vaux 5 arriva dans ion fejour<br />

ordinaire d J Agues, prévoyant<br />

# qu'il tfeftok pas neceflàire<br />

d'adjoûter de nouveaux mal»<br />

heurs aux peines que devoit<br />

foufirir Ulyflè , avant que<br />

d'arriver au port;. . , '<br />

Cependant Minerve fç fervant<br />

de Fabfence de Neptu- •<br />

ne^ appaife la tempefte, -ne<br />

permet plus au -vents de JDU£


fler, excepté à celuy quiporJ-<br />

; tant, les vagues* vers la terre,;<br />

.aideroit par .-ce moyen Ulyd.<br />

•fe, & le foulageroit dans k$-<br />

«pénibles efforts y qu'il avoit-<br />

[à faire pour y arriver*<br />

Il âvoit desja -nagé - deux<br />

§ours & deux nuits f & Il ar-<br />

'rivoit à terre.* lors qu'il fut<br />

fur le -point de périr à ïen-,<br />

adroit' mefine xxà. il -venoit<br />

chercher fa/cureté, La cô*<br />

.te à laquelle iiabordoit eftoltà<br />

^efca^pée-j: de plus ce n'eftoie<br />

.qti'un rocher qui paroiffoit<br />

Jierifîe de mille pointes inégales.<br />

La raer alloit battre<br />

contre.ce rocher avec une ex-<br />

•tréme violence,, .& il y avoit<br />

danger en fe laiflàht emporter<br />

à fon cours, d'eftre écra~<br />

fé jcoiaxe ks. éclieùs, x>u ea<br />

xsfiftaitt


*i<br />


fît L'OD^SSEE*<br />

fut pas plâtoft entré qu'il<br />

luy offrit fcs voeux. Le<br />

Fleuve l'écouta, il abbaiffâ<br />

fes £ors j & le con<strong>du</strong>ifît<br />

fur fes_ botds,. où<br />

UlyiTe ne fut ' pas plâtoft<br />

arrivé , qu'il délie l 9 écharpe<br />

qu'il avoit receuë de Leucothoë<br />

dans le temps le<br />

plus dangereux de fon naufrage<br />

& la jettaot dans<br />

le fleuve, il accompagna<br />

cette adion des remercie-<br />

•mens qu'il devoit à cette<br />

favorable Déeffe, t •<br />

Mais au lbrtir de tant<br />

de périls, ce rivage defert<br />

n'offroit rien d'agréable i<br />

Ulyfle. "11 fut contraint<br />

de fe couvrir de feuilles,<br />

pour fe mettre a couvert<br />

des- incommodités de l'air,


D S HOM!Ri3Liv.V. T2|<br />

1|- fe fait de deux oliviers<br />

-dont les branches eftoienc<br />

eptrelaflees f un azile contre<br />

les belles fauvages* C*eft-là<br />

que Pallâs' luy envoya un a»<br />

greable fbmmeil , . pour le<br />

foulager de toutes les fatigues<br />

qu'il avoit en<strong>du</strong>rées.<br />

Fin <strong>du</strong> cinquième Livre.<br />

r-r-<br />

Fi]


JR4 • l''Oj> Y ssfy'<br />

D'HOMERE<br />

IIFRE Vf.<br />

ENDA'NT qtfUlyfle^<br />

-;accabl.é de<br />

travail & de fommeil,<br />

dortnoit fur<br />

cesx deux oliviers ? Mfoerve<br />

décandit $n Jg Ville '.des<br />

Pàeacieos. .Ces Peuples ajraft<br />

beaucoup fouffert par<br />

le -yoifignage des * Oyclopej<br />

.dans Fancieone ville d'Hy-<br />

|perîeJ JKau-fithoûs leur perr<br />

i&ada jfe baftir pje no».-


Velle fille,- qnr fuff v affé<br />

éîdighéè de ces Cyclopès,,<br />

pour" m craindre plus- d'eà<br />

eftfâ' furprià. Ce fut* donc<br />

luy, qui éleva les" murailles<br />

de' Sctierie f - qui" y bâtit<br />

des^ -Ifemplès', -qui" f<br />

fartagea -les maifons- &£• les<br />

ieos',. te qui- avant • fait<br />

abandonner' âUsr : Hypèriensleur<br />

pays y les fit 'pfler : enceluyicy^<br />

où- fcs peuple*<br />

vivoient dans lé repw $c<br />

dans l'abondance» • -. •<br />

Après M ttiott' de ce premier<br />

de leurs Rois,- Alci-<br />

H0ite &ii'°fils f regndit pâifï:<br />

blement, & eftoic»' fur" le<br />

point-" de marier la, jeu*ttc;<br />

PrincejQê- NaûÏÏcâa J làfflto,''<br />

"•


né : .-I-'OD-^SJîI'<br />

A<br />

^ La nuit avoir ..répan<strong>du</strong><br />

les ténèbres §c le •fomroeii<br />

dans tout lUiiivers^ Nau-t<br />

ficaa dormoit . dans .une- .<br />

chambre <strong>du</strong> Palais; de fan<br />

père 5 accompagnée de deux<br />

filles qui eftoient à fon fer-;<br />

jice. * .<br />

# A Minerve5 qui-' voulait-.fe~<br />

courir .Ulyflè par le moyen<br />

de cette Princeflê, prit kr<br />

. figure de I>ymante t .qui<br />

eftoit une des amies de<br />

'Naufkfa ^ tftant' tfonfte<br />

elle, en k leur -de -fém<br />

âge , • & .d'ua naturel fort<br />

infinuant*- .<br />

S'eftant approchée:-.dé fon'<br />

lit .j Quoy ! luy dit-elle, vous:<br />

dormez"- auffi tranquillement^,


JD'HOMEKB, Liv.-VI. 117<br />

que fi irons ne deviez point<br />

penfer aux apprefts de 'vos<br />

nopces. C'ett eftre ou beaucoup<br />

pareflenfe j. ou , bitft<br />

feu prévoyante , tous vos<br />

abits âuroient befoin-d'eftré<br />

lavez- dans^ lé Fleuve prochain.<br />

Il y va de voftregk*.<br />

re , de vous donner vous-'"<br />

ttiefiite ce foin. Je le partageray<br />

avec vous, demandés<br />

le Char de voftre Pêne , 6t<br />

nous paCerons en ce travail<br />

Jfr jour, qui va- biea-toft paroiftre.<br />

Minerve âifp&mt * auflî. teft;<br />

& s'en alla ao <strong>mont</strong> Olympe<br />

f ce "<strong>mont</strong> délicieux que<br />

les vents refpedenr5 qui n'efl<br />

jamais obfcurci par les nuages<br />

oà Pair eft toujours fe-<br />

-lain , & que les Dieuxprcn-<br />

•* • M . . . » *<br />

F uij


i*& L'OïnrssB'è<br />

aent plaifir d'habiter;<br />

Des- que l'Aurore fut le-<br />

•vée , la belle Naufîcaa fe<br />

réveille , s'eftonne de fou<br />

fonge, & fe levé, pour en<br />

parler à fon père & à-fà-tne-t<br />

Après leur en avoir conté<br />

toutes les circonftances, il faus<br />

donc ,. dit-elle y que je mon»<br />

tse fur voftre Char , & que<br />

faille fur, les. bprds de ce<br />

Sleuve.„<br />

Elle ne parla point de l&<br />

circonftance qui regardoit le<br />

jour de fes nopees., elle cràignoit<br />

ce terme, 8c fa pudeuc<br />

Eempefchoit de. s'en fervir.<br />

I*e Royrx qui comprenait:


B'HàMEllBjLlV.VI. Ilj<br />

fcïen ce quelle 1 n'ofoit pas'<br />

luy dire , commanda quon'<br />

Jâi atfellaft font Char; Et<br />

comme elle devoit parler tout<br />

le jour à la campagne ,. on %<br />

donna ordre d*y Faire porter<br />

à-manger; Elle partit avec<br />

une gâyfetê-extraordinaire, fé<br />

promettant de palier agréai<br />

MementM journée avecJDynunte.<br />

Elle avoit elle-mefme<br />

ks rhèmes en main, & '<br />

pouflant à toutes bride*; elle<br />

arriva en peu d'heures 1 aux<br />

bords <strong>du</strong> Fleuve , où lé terroir<br />

eftoit le plus agréable do-'<br />

monde.<br />

On ne penfa d'abord qu'à<br />

laver les robes, à lés eftèn-'<br />

<strong>du</strong>e • on fe faifoit un' plailir<br />

de travailler en prefence de<br />

cette jeune Princeflè, & elle •<br />

F v


IJO - - •I , -QDY.*S*V" •;••<br />

s'en -faifbirauffi' de -donner les*<br />

ordres, par tout. Comme cet--"<br />

te occupation exemptoit dé<br />

ce refped -régulier , que l'ona<br />

pour les perfoones de qualité<br />

j il y avoit/daos tout fon ;<br />

monde un air de familiarité,.<br />

qui faifoit la joye,£ommi**<br />

pe. . :<br />

Apres quelques heures d'où*<br />

vrage./la Princefle difna à<br />

l'ombre des' Olivier*:. Elle<br />

Lufla le foin <strong>du</strong> travail à fesgens^<br />

& commença avec quelques-unes<br />

de ks amijçs J, çton*<br />

ter. , " .. .<br />

On Pauroit prife-popr EjkrQe<br />

au "-milieu de ks Hymphfs^<br />

quand elle eft à la chaffe aux<br />

<strong>mont</strong>agnes detTaygete, oa<br />

d'JErymantJie» , '


D'HOMIRê, Ltv. VI. 131<br />

• Cependant le Jour s'avan- t<br />

çoît , & fi, Minerve n*euft<br />

infpiré â-Naufîcaa de pouler<br />

une balle à une des filles de<br />

fa fuite, pcut-eftre quei'occafion<br />

'de -fecourir Ulyffe fe<br />

feroit per<strong>du</strong>e. Mais dans.ce<br />

jeu, ou ks unesâ& les autres<br />

fe renvoyoient la balle f un<br />

contre-temps d f une de ces<br />

filles f qui la jetca dans ce<br />

Fleuve, la voulant pouffer<br />

autre part ,- leur fit faire un<br />

« éclat de rire fi haut, quVnfin<br />

DlyfFe s'éveilla tout furpris<br />

<strong>du</strong>' bruit f qu'il venoit<br />

d'entendre* Il ne fçavoit en<br />

qfuel pais il fe trotuvoir. Quelles<br />

voix , difoit-ii, viennent<br />

• de frapper mes oreilles > •Sout-<br />

. elles d'hommes^ de-femmes ît<br />

Suis-je- dans un pâïs de bar- 1


%V t'OD YSSfe'fl<br />

Ifare», quifnéprifentles Dieu«c<br />

&. l'hofpitalité ï- Il me fan-..<br />

hle que j'entens des- femmes<br />

qui fe répûiKçmê. Ne.foot-ce<br />

point, des .Nymphes ,, qui £ç, *<br />

plaifent .au-rivage de ce Fleu—.<br />

wc- ^ eu.; des.. Eaunes ^ ou. des* »<br />

Satyres*.<br />

IJ s'avança -venJé lieu, .oiti<br />

M.bruit, continuoit de.fe fai-*.<br />

se..entendre. Il avoit arraché;quelques<br />

branches.- couvertes*.-;<br />

de. feuilles- v„ dont. il fe cou-**<br />

woit.... Il fbrtoits * da bôist en*<br />

cetueftat., comme • un : Uon: : »<br />

que la,, faim chafle " de • fa ca-*verne<br />

fie des-forefts,. .lots qu'ils<br />

£pt..- apperceu,par4es. filles .*de.v<br />

ïfâuftaa^<br />

Bîtës • firent -un -grand cry*^ ^<br />

&Ja.crainte leur .citant-, tout:.


B'HOMERïJLIV.VT: §&<br />

le foin qu'elles devoienravoir?<br />

de la Princeflè, elles s'écartent<br />

en fuyant le plus- loia*<br />

qu'il leur fut poffible,.<br />

Nauficaa ne fë laifla points<br />

emporter à. cette frayeur..<br />

Elle s!arrefta &. attendit- que^<br />

ce. Phantome s'àpprochaft ><br />

d'elle , il eftoié impoffible de *<br />

demeflér ce que ce pouvoirs<br />

eftre. Ir eftoit couvert de<br />

l'écume de la. mer , dont forta<br />

corps eftoit-fali., La ver<strong>du</strong>re '<br />

des feuilles r dont il eftoit re-veftu,<br />

jointe a l'état où il é*toit<br />

ré<strong>du</strong>it ,.. le rendoit Ja- 1<br />

chofe la-plus, lùrprenante dm<br />

nionde. - :<br />

Ulyflê ne fçàvoit s'il, devoir<br />

s'approcher en cette mifera-<br />

MeJgure, pourembraflèr-less


IJ4» / ^OjDTMV* .<br />

genoux de cette Princele*<br />

En manquant à ce devoir 9 il<br />

ne luy témoignoit pas aiez.<br />

de refpe£fc j Mais la bien fean~.<br />

ce ne Jtay..permettoit pas auffi<br />

de pzrmiktû-fi^é^Mëf>U<br />

il- cra^aoit/.jéo;étirer, ionméfml<br />

: *I1 ^zriëfM'à^nt dés '<br />

qu'il'fut aïTés prés^pouireir<br />

effare enten<strong>du</strong>^' "<br />

- Qui, qjufr-vous foyez^ dk il,<br />

car je ne fçay fi !véus


D'Homu, Liv. FI. ijy<br />

ceiïè <strong>du</strong> monde. Ma fortune<br />

& mon deftia m'ont déjà; fait<br />

errer partout l'univers. Mais,<br />

je n'ay rien vu ,. qui ne vous<br />

foit inférieur. JVfes yeux accoutumés<br />

à voir ce qu'il y a<br />

de plus- beau : fqnt fiirprii' Jen<br />

vôftre prefèncb t .c'efl; l'admiration<br />

&. Ile refpe& que j'ay<br />

pour vousy qui me deffendeht<br />

d'aller me jetter à vos:pjed?s,<br />

& embraflèr vos genoux, Il'é- ;<br />

rat ; on je fuis v ©ft trop muerâblé<br />

• U y a vingt jours.;que v<br />

je fuis parti de llfle d'Ogy- »<br />

gie. ..Apres une ifurieùfe tempefte:,<br />

<strong>du</strong>rant laquelle ayant:<br />

fait naufrage. r < il a;: fallu.- lutter<br />

çontire les vagues irritées. ;<br />

Je ne puis vous dire tout ce<br />

que les Dieux ont voulu que<br />

j'ayè fouffert. Makv incomparable<br />

PrincelTe ^ mes mal-


Ï3# " L^D-YSSlï- '<br />

Ifeiir$'Vt>nt finir ;


# 'Nàufîcaaeftanreftcnioéè de:*<br />

^éloquence de cet inconnu •,<br />

. luy répondit qu'il ne devoir<br />

pas fe plaindre,.'de Teftaroù<br />

M eftoit-ré<strong>du</strong>it-, que fon dit<br />

cours faifoit bien paroiftre'<br />

qu'il meritok: un-fort, plusproportionné-<br />

à fa naiflance ,,<br />

que Jupiter fe" plaifoit. fouvent<br />

i confondre & à-meflet'<br />

la «pauvreté avec ia- malheurs^ où; il fe *<br />

trouvoir que pour, éprouve^<br />

fii.-confiance.. . -<br />

Elle luy promit que.fe:pa^<br />

tarie luy- ferviroit 'd'afiie r oit<br />

elle luy' donneroit. les. mo^<br />

yens* de fe reftablir,;& d'ê^<br />

tare content des foins*qu'elle:<br />

^endroit.de fa fortune*- • " • !


IjS "V.ODf SSE f J| ' •<br />

Ses filles qtfe' la crainte<br />

avoit efloignées r avoient ett<br />

tonte d'avoir laifle leur Princeife<br />

feule > & commençoient<br />

à s'en. approcher * à Fenvy<br />

Fune de l'autre j. .penfezvous<br />

t leur dit-elle y que cet<br />

eftranger Foit ' ennemi y qui<br />

vienne nous déclarer la guer-><br />

re y Qui eft-ee qui peut fe<br />

plaindre de nous , qui vivons<br />

en cette lue , feparc»<br />

<strong>du</strong> 'commerce <strong>du</strong> refte <strong>du</strong><br />

monde y fàtisfaks de noftre<br />

fort , & obligés au Ciel de<br />

mille faveurs que nous en recevons.<br />

Cet ' Eftranger a efté<br />

jette -par la-.tempefie fur. ce<br />

rivage i II eft.jufte.dele faire<br />

Jouir au .droit de? Fhofpitalité<br />

f que Jupiter recompenfé<br />

fi Ebmlement, Approdte?t •


D I HCMEU,£IIV V. "ï'If<br />

êc ,ayefc "'foin* *-de' lay iaire<br />

reparer ' les forces qu'il %<br />

per<strong>du</strong>es, en luy donnant.<br />

tous les" fecours 7 qui four<br />

neceffaires, ' ,<br />

On obéit i la FriaceCe y<br />

tJlyïfe fe retira' daos un<br />

endroit écarté, pour n*offenfer<br />

-pas ' les yeux dé too»<br />

tes les filles par feftat où<br />

il le trots Y*SC« O»- -*v©ir eu<br />

fol» d'y porter quelques<br />

parfums, ( qui avoient déjà'''<br />

ftrvi à. la' Princeïîe " au<br />

forcir de -fort baia» - '<br />

Il - s'en fervit, -pour ôfier.<br />

toute la fàletc, &-récume,'<br />

•^ dont-l'eau delà 'iner-l'àvoit<br />

'couvert*-11 prit'*desv habits^<br />

. qull y trouva--àtiffi, 1 &* a*<br />

faut afrotté ' fes cheveux y


qu'Ai âfoir'fori beaux,* 1*<br />

kS' laiflà defceodre jufqueg'<br />

fur fes épaules.» "Gomme-il y<br />

avoit long-temps qu'il B*a~<br />

voit mangé, il m> diffère<br />

pas- plus long-temps' à-manager<br />

&•&.' boire ce qu'oirlui ;<br />

avoir- apporté. - Nauïîcaa a*<br />

yaot fçeu» par une • de- fes<br />

elles* que Fôiv pouvoir le<br />

voir^ s'dpprôeha- des arbres»-,<br />

laur- lefquelc ,ôû. .luy 3VOÎÇ<br />

fervy* à «manger.*<br />

J<br />

Véritablement e!fe fut fursrife<br />

de- fa bonpe mine. - Ele"<br />

n'avoir pu rien remar­<br />

que* de- confiderable-' eû T fàr»<br />

perfonne ,„ tant- l'étac eu i|<br />

îè-prefenta : d'abord' à- (c$<br />

ypa- •; eftotfc - : piçoyaWe*<br />

Je ne Pavois • pris ^ -difcit-<br />

.çlfe qpev comme- quelque-


imiferable -échappé par' ! ha-<br />

,.xard aux foreurs -de k<br />

'.tempefte. Mais -fa taille..,<br />

fes manières, . -fa • ' • fermeté<br />

dans-le mal-heur., fort éloquence<br />

imonftrent bien que<br />

c'eft quelque chofe de grand3<br />

•je ne demanderois pas aux<br />

Dieux un époux 3 qui eufl:<br />

,dje f lus' Jbèll.es- qualités.<br />

• On eftoit preft de reJ<br />

•tourner à- la Ville , oachargeoit.<br />

fur les chars<br />

féqpipage -que Fou avoit<br />

apporté, lors qpe £ïanfica£<br />

jparla à Ulyflè.<br />

. Je -vas, lui dit-elle, a U<br />

Ville, où le Roy qui eft<br />

•mon Père, & les plus grandj<br />

des Pheacîens, vous rece*<br />

yréne avec joye y mm afin


*& .-. L'ODYSSéE<br />

' de ne vous prcfenter pas £<br />

tux3 fans â¥oir pris qudU<br />

ques mefurest je vous prie<br />

d'obièrver • ce que _ j'ay . à"<br />

/ vous dire. Je lèray devant<br />

vous à ' Scierie i pour ne<br />

l> m*expofer pas à ce que<br />

\ ton dirait-,, fi je vous- y<br />

emmenois moy~yicfm&m dans<br />

• mon char. Nous ne pou-<br />

- vons trop crairidre ou" l'a-<br />

/ mourf ou mefme. toutes les<br />

apparences "' de' l'amour. Ce<br />

1 : -qui • p , eft( qu f un pur effet<br />

\ .<strong>du</strong> hasard paJTeroit pour<br />

' .une partie; préméditée , où<br />

/ j'aurois efté à h rencontre<br />

d'un eftrangér.<br />

._ Mais il vous fera facile<br />

de me fuivret la Ville n'eft<br />

pas} éloignée. Vous verrez<br />

d'un collé un très- beau


D*HOMERE, Liv, VI. t4J<br />

port où l'on a confàcré<br />

un Temple à Neptune,<br />

& une grande place qui<br />

découvre tout le port.<br />

Vous verres d'un autre<br />

collé un bois confàcré à<br />

Pallas, & c'eft en ce lieu,<br />

que vous vous arrefterés,<br />

attendant que j'aye eu le<br />

temps d'arriver au Palais.<br />

Il n'y a rien de plus agréable<br />

que ce bois j une<br />

fontaine en arrofe une<br />

grande partie , avant qHe<br />

^d'entrer dans le jardin<br />

<strong>Royal</strong>, où elle fe fepare<br />

en différents canaux pour<br />

donner de la fraifcneur<br />

aux fleurs, qui parfument<br />

l'air, que l'on y refpire.<br />

Vous ne trouvères pas le<br />

retardement fort long, ny<br />

defagreabie.


t&4 - 'V-ODI-SS-é^E?<br />

Xa 1 PrincefTe "<strong>mont</strong>a fuf<br />

-foachar, après avoir ; donné<br />

•ces .avis à Ulyfle, il la fui-.<br />

voit d'afleç prés,' jufqu'à'<br />

-ce qû'eftant ,>arrive • fur le<br />

vfoir dans Je bois de Minerve,<br />

il s'y arrefta, peut,<br />

•laifler arriver la Priacefle<br />

.devant luy. '<br />

Jamais il -ne. s'addrefià i<br />

'Minerve avec plus d!ardeur*<br />

Ma Déeffev -luy . die-il*<br />

adorable -fille de Jupiter 9<br />

toujours caillante.,, toujours<br />

invincible .9 fage & belle<br />

Minerve,,- n'en tendres •- vous<br />

Jamais mes -.prières / a!ày.je<br />

".pas afles. fouffeft fur la<br />

•mer, où Neptune m'a traité<br />

avec tant- de fureur 5.<br />

4Jueje:trouye enfin .dans cet,<br />

tt


ISOMERE Liv.Vl. r4|<br />

te Ifle quelque repos , &<br />

procures -moy la faveur 6c<br />

Jamme des Pheaciens.<br />

Pailas entendit fa prierei<br />

mais comme Keptune con!<br />

W toujours Je Ja haine<br />

* d ^s fentimens de vengeance<br />

contre iuy , ejje fie<br />

découvrit point'tous les<br />

/ecours ^ luy ^<br />

^in<strong>du</strong>fixième Livre.<br />

ÏU* ;3 -•••..,,^ :<br />

^j'.<br />

:7:,.{<br />

. fi"v,'' : '- !• ,."'"> '<br />

lë^v ""••rT<br />

Tonul.<br />

. •? Ï T-"' '•>V.: ;•.:'*•';• • ^L 4 •^ :«.<br />

} .<br />

'*•<br />

»•.<br />

• */'<br />

.; : ..^ 7<br />

". ;**


\*t&<br />

x'Opy.sJE'*<br />

,,.,,^..j:<br />

L'ODYSSEE<br />

^HOMERE-<br />

IJFKB VU.<br />

IENDAJIT qutTllyflè<br />

adreflbit fes<br />

prières à Miner-<br />

^fctve , Naufîcaa eut<br />

[e temps d'arriver<br />

au Palais d'Alcinous. EU?<br />

y fut rçceuë tomme fi ellg


TTHOMERE^IV^VII. Ï47<br />

cuft fait un long voyage.<br />

Tout le monde s'empreiToic<br />

à luy témoigner de l'amitié<br />

, les uns la' con<strong>du</strong>ifoierit<br />

en fon appartement,<br />

les autres avoient foin de<br />

l'équipage, & des habits<br />


f48 , 'ITOIïTSîICB<br />

' Ton aime, lors mefme que<br />

l J jon J*ea a point de fujet.<br />

Minerve ^qui aymoiç yiy&<br />

fe, craignit auffi qu'en eni'<br />

trant dans la Ville., il ne<br />

fut expofé à quelques infultes,<br />

les Pheaciens n'ayant poinj:<br />

4'honnefteté pour les eftrah-<br />

' «ers. C'eft pourquoy elle<br />

§pàiffit l'air, & le couvrit<br />

d'un nuage, afin que voyanj<br />

{ tout il ne fut yeu de p«-<br />

Jonne. . .<br />

Dlyflè eftoit devenu umfible<br />

par £e moyen „ mais<br />

comment auroit il pu le<br />

con<strong>du</strong>ire luy-mefme au Pilais,<br />

Se le découvrir j touje<br />

la Fille ayant beaucoup. 4e<br />

maifons magnifiques î Mais<br />

Mjoerve ne le laiflà pas<br />

U>n$ temps.eq


$ 5 #aWR.E,Liv.VlL 149*<br />

- Elle prit fa Egure d'une<br />

jbune fille,, qui poitoit une<br />

cruche" d'ea«,> ôt elle s'ap-i<br />

procha fi ^prés dtftyfle qu'il<br />

eut l'occafiéft de luy dire,,<br />

qu'il eftoit un étranger que<br />

la tmt avoit jette fur le<br />

rivage prochain , àpré* la<br />

pertequ'il' svoit >faiïe de<br />

ton ^ajflôâ» j qu'il ae csofti<br />

noiflbit perfonne ¥ •& qu'il<br />

Ja prioit de le mener au<br />

&oyy 4nV; il ô^eroit eroiiv^f-<br />

'<strong>du</strong> > fecoar^i &c


ceux qui fe prefenterontprë*<br />

de vous.. JPaffês {ans permettre<br />

à vos yeux, aucune^<br />

çuriofité. Qn eft ., infoknt<br />

kyv le peuple.y lefl; incivile<br />

.-Il y, a> des-, gens de. , mer^<br />

/, f leur humeur en devient auf*<br />

> / fi , bj?arre ^. que l'élément<br />

/ V fur Jequel .ils font prefqueT<br />

\ *v toujours,.. •'.'•'••:<br />

. Horatit. cet entcetiêq r ils<br />

perceus de-. perfotv&ifcNou}<br />

tommes blen-toft au Châ#<br />

teau*, Fous j&r4in)enc<br />

an- iB.o^-ri i# è»r^Cpr.Orfe<br />

fait - ccM#dere%;^[en feb'<br />

gaigne- par; une; manière.,!§»


fi'HoM-EfLE,LlV.VIÎ. IJI<br />

hre & hardie, ce que h^<br />

qualité' d^tratmer K ;d'iii*<br />

connu fait " perdre."" Mais. je.<br />

•ous .confeille de voir premièrement<br />

la. Reyne. Elle<br />

eft- femme, ôç- îneçe d'AJr<br />

cinotts,, eftant - -fille dp £


-afleurer ' quelle, efl digne<br />

<strong>du</strong> 'rang,' ôè- elle eft née,,<br />

: & * de raffeâicm que te-<br />

-Roy & le peuple ont pour'<br />

r €lie. -Tous lesdi&rens qui?<br />

vaillent x s'accordent par 1 fâinediation<br />

& ' ; 1W n r obtient<br />

•tien <strong>du</strong>r 'Roy fans employer<br />

•le crédit qu'elle a- prés de<br />

iuy» 11 -TOUS- -importe- dène<br />

f de la voirf • & de- la. met^<br />

•tre daâs vos interefts.., Les^<br />

•femmes le laiflenc aifémenfc:<br />

-loucher . dfe- compaffibn». Si<br />

Vous pouvez vous ininuër<br />

'clans (on e(prit„ & TOUS*<br />

fervir de k fntié^ qtsi- eft:<br />

' Un moyett infaillible ' de' fe<br />

faire protéger „ (oyez perfuade<br />

que fit faveur vousprocurera<br />

-les- moyens -qui<br />

feront neceflEàires pour re^parer<br />

les pertes que vous aveat


faites „da^s voftre naufrage;<br />

liais vbïlà;* k '"Palaisicotres<br />

,.tcothipe' je Vous ay'<br />

âit^lfc'-eiperéfc' tout -tie 'ht<br />

gëherqfité- <strong>du</strong>- Hoy & de 1*<br />

lieyne«« - -<br />

r f Kïiiieïye-• ffhit* pk l pttfc<br />

tttffc* ceffé\tié^<br />

le quitte SeKerïe'' pour aller "<br />

a : Athènesr -ou- : . a- Mara*<br />

ffion;- : '-*• . .; . :<br />

lit) i • ;; "K; • .: i'j . "_ '*<br />

~" ; l%Èr :a?Mt'* adihifé'"" : lf<br />

iifcouirs' ;âc- ' l cette. jeune"<br />

Ilïe,, iî : "fè prefentoit i (bit<br />

cfprir'iitié- -infinité ' 4e xêri<br />

tenoij:" détendre.


Il entre dans. le:: Palais^<br />

tout ce; qu'il :,.voit, 3 ^ le ^ra*(<br />

vit / il '-voit -d'abord•• trois.'<br />

grandes-Taies, où l la; lumière<br />

des flambeaux faifoît uneffet<br />

admirable. Gomme lesmurailles.,<br />

eftoienr d'airain,.,<br />

les gor;tes. toutes d'or, fotL*<br />

tenui'.fur des "gôteauR.d'ar-r<br />

geçrv il* fe faiîbit. une rer<br />

flexion. qui : jettbit un.. cclat<br />

-fi" brillant que l'on*<br />

Suroît ; cru, vpir., ia. , • lurttijere •<br />

inefrae- *.*<strong>du</strong>. ^ fdleïï- -11 'n'y;<br />

a¥oit: rien.' de/ fins, riche<br />

pour; la- matière r ày~- deplus,<br />

'bqiu -jour- .f .l^ouyjrage ^<br />

que. ; . deux-, 'grandes


© , H6MER.I,1IV.VH. ijy<br />

menaçans garder le Tuperbe<br />

Palais d'Altinotts.<br />

Paflànt dans un Salon ;<br />

H. adrairoit les beautés des<br />

tapifferies-, dont il eftoit<br />

paré. C'eftoit les ouvrages<br />

d'Arête,, où l'aiguille avoit<br />

fait unr mélange fi jufte de<br />

For & 4e la fbye, & en<br />

avoir formé des traits fi<br />

naturels, que le pïas habile<br />

incéau n'aurcàt pas eu<br />

Ê<br />

on te de hiy céder l'avan­<br />

tage dé la fidelle reprcfentation<br />

des hiftoires que l'on<br />

y voyoit. Ce Salon eftoit<br />

éclairé par des, ftatuës eu<br />

forme de jeunes hommes,<br />

qui tenoient des . flambeau»<br />

allumés.<br />

Cependant toute cette<br />

G vj


ïJ6 ; L'.OD.YSS'BV :' i<br />

clarté ' ne pouvoit dlffiper<br />

le nuage y dont ..Minerve<br />

1'ayoic environné. Il n'eftoit<br />

Yeu ' de r perfonne. 3 ' & . il<br />

voyolt tonne* '.chèfe?» Am<br />

Ibrtir de ce. Salçm fi magnifique<br />

> il découvrit les<br />

plus oeaux jardina <strong>du</strong> mon*<br />

de. -Les arbres y croiCoient<br />

heureuflemenr fie* portoienfc-<br />

4es fruits * en. toutes les foi*<br />

fons de Tannée.. L'air des


faifîns T dont Jes uns 'oeitt^<br />

mençoient à fleurir r les au-très<br />

le tournotenry.les autres*<br />

fftotenr meurs- fie ^ propres ••apeuré<br />

cueillis*. ••, : .<br />

~ WCUT claires fontalttes^'ar-rofoientee<br />

Jicu fi chûtmiûtyYu«'<br />

•è-'-n&aifcliîilbîele^ plantes^<br />

«llanrpar mille petits ruitiëaux*:<br />

différents ciereher leurs- ra--<br />

«ne*.,, &. l'autre fortoirdes*<br />

jprdmsv entrant'dans 4es ap--'<br />

gartemens <strong>du</strong>' Palais--& àelài<br />

dans la-' viller pour la 'corn*-modità<br />

<strong>du</strong> -pubàc. -<br />

, Enfin 1 : agrés~~ que le* •/£•ge-<br />

XZIyfle-. * eut: conlderéquelque.-<br />

temps- 'toutes ces •<br />

beautés ^ il entra dans-*<br />

la grande fale,, où eftoit AL<br />

«mou* avec fes favoris. -11}


fàerifioîent â'MerCHre,.ielori<br />

h/ couftume , après le iba~<br />

per r en- beuvant à ion- honneur<br />

de grandes coupes d'or*.<br />

pleines de vin-excellente .<br />

Lors-qutTly fie fut au milieud*eux^<br />

tous r & afles prés de<br />

la Reyne* Minerve diffipa Je<br />

nuage ,. qui k-


avec- une attention- çunoiv-<br />

Reyne fille <strong>du</strong> divin REei<br />

xeeor v;gc vous» grand R-Qy t,<br />

je .viens- vous .demander vô.<br />

treproiedioo. Apres av4>ir per<strong>du</strong>:<br />

mon-irailleau^ û mîeft imJ<br />

poflïble de. pépier, à moa^ retour<br />

v. fi -vous ,„>ufqueis:les<br />

Dieux m'adreCent. prefente-<br />

'{nent^ne. m'en- accordez., ua<br />

autre j, Jet les., pjie ces Dieux<br />

dp ; vous _ eftre • favorables- y. ;&.<br />

de. vous rendre Je lâcn que jçt<br />

ircevray des, Pkeaciens, ,<br />

: Sa Ea-rai^pé nèiftt pas pjij*<br />

içngue.;;-jQuan'4 PP fft^dani<br />

Itacc^bleipenç ,'-, pn- eft 'trop<br />

occupéf de Tes douleurs, pour<br />

avoir un - grand loifir de par*.<br />

1er» 11 fe çetire tJ & comme


ïi'eutt vêt<strong>du</strong> prier'-en' fileta<br />

«e ks Dieux domeftiques,- 11feprofterne<br />

devant- le- feu.r<br />

- Olteftoit ftfrpris'de fa liât<br />

tangue & defes manières^ 8£<br />

peu s'en fallut'que l'on n'euftcUr<br />

mépris" pocH^îuy." 'Mais*<br />

Eckéûée ,< •qui^oyoit que cflèfl<br />

toit' violer- les 'Lôifc;, « q«è ; "flè '<br />

recevoir" uisf eftcanger fans' le :<br />

lëcobrir, * prit la • liberté- de re-àKHi&er<br />

à Mclnoés J }t qtie J éë&<br />

kicoii%MX-e(toît«nlaprM^ëà^<br />

et Jiipifér^^<br />

feuler le plus grand &$--Dieu»<br />

de ne protéger pas les ; eftran~gfcnfy'<br />


s'Hcoaiz , Iw. VIL ifteftoit<br />

jufte dé le jeâwt>kavt$-'<br />

les marnes honneurs v qui- fè'<br />

font ,par toute la . tore ai»<br />

eftrangers,.<br />

- Gomme Ecbenée'effoir fortconfiderable<br />

par fen âge , -6c: '<br />

}>ar le rang qu'il tenait entrelès-Pàeaciens^le<br />

Roy l'ëcouta<br />

avec plaifir, 8c pour fatis-faire<br />

en mefinc temps au&loix:<br />

«le lliofpitaiité ^. M' **àvanta*<br />

•ers Ûlyfle %- le prit -par."W<br />

vain- & le fit afieoir en-la>»<br />

place.- mefme - de Lardamu$.fon<br />

fils r voulant honorer UIy(~- '<br />

éeipar cette prefcrqiçe fi"rcTmkrqiable.^<br />

•<br />

. Auffi»toft' on le fërvir de hmefme<br />

manière que l'oh '-<strong>du</strong>*roit.fervi-le'ftdy;<br />

- tllylle j>r&-<br />

«Mit kjcoupe-d'&r-^ ne otto*-


.gua-.pàS: d'offrir Je vin à Jbpfe:-<br />

$çr? & de le remercier <strong>du</strong> foin<br />

.q p*ii. avoit, pris- de luy. Ea<br />

coupe pafla au Roy v_ & de<br />

maitreninain, a tous les Princes',:<br />

'&• aux- Pàeaciens , qui<br />

«ftpient dans-laXale^ ;<br />

f ontenoû? verfoir le. via<br />

dans cette coupe, :& chacun<br />

y &]0it- far couttume • donnoic<br />

quelques Jottanges ' à Jupiter<br />

pxo&e&eiïr; de: tous* ceux'-que<br />

quelques• avantures • avoient<br />

•floignés^de leur patrie.: -<br />

—Le Roy .propofa de : faire<br />

affembler le lendemain- 'k$<br />

plu* confidèrables de la'villepour<br />

délibérer Im ' les. moyens^<br />

.que l'on- donneroit; à xtt'&<br />

tcaeger pQurie faire-, retournet<br />

• àeufeufement. - en . fou-


l> l MQMSUj'LiTfVIX. .;?#><br />

pais. Car çnfm^4}f°fc}\'ïl\(F<br />

cen'eft qu'ua-mortel y. il çft'<br />

julle de le fecoorir dansl*ér<br />

Jtaignemeàe ,#%.il c ;fe prouve.<br />

-Çe-feroit pne cruauté de Tabandojnper<br />

4 aux • rigueurs de là<br />

.snaûvaifefortune^Si c'eft quelqu'un<br />

des Dieux qui fbit 'descen<strong>du</strong><br />

<strong>du</strong>-- Ciel ^ il eft raifoa.<br />

aable de nous fou venir des*<br />

biens, que nous en avons re-c«us.-;<br />

Vous-vfç?vez-qu'ils^ fr<br />

iont. trouvés aoés- fouyçnt au;<br />

,milieu. de ' nos _ iacrifices y &.<br />

\jjyoe; c'ëft-de ïeur_ proteâàoç-.<br />

'que' oojis' viennent Cabondanu-<br />

^e&iâ-jaix, dont, nop^joiiif^-<br />

~4bns». _ _ -<br />

DlyJfle;tte.pouvaat^as.-£bufr<br />

fbuffrir * Relire, gjis pour: un<br />

Dieu-, répondit auffi-Àrîb au*<br />

JLey ^a&jle&airamures dçA vie


1*4 ^ÔDttsE'k<br />

èftoierit trop fêcheufes pou*<br />

Hé pas fe fouveiiir qu'il eftoit<br />

iiè mortel r fujet aux miferes,<br />

•qu'it n'eftoilP|>omt femblaf-<br />

©le aux Dieux qui' vivèn't<br />

avec tranquillité fur TOlyml<br />

pe,,qu*ïl eftoit un mal-heureufe<br />

Prince, que fon mauvais deftôh<br />

né fe laflbit point de perfecuter.<br />

Il eftbir déjà tard , ' & fciefc<br />

que tout le monde euft une<br />

grande curiofité' d'entendre<br />

mftoire dont 0ïyfïeV ferai.<br />

Bloif leur promettre ïê-ïecïty,<br />

il ne ialfoitpas pourtant l'éx;ppfer<br />

ine fe délalïerpasdéfès<br />

jfktigues.- fl avoit un extrême<br />

©ëfoin' dé màné^r' 6c de fcç-<br />

$ôS^OU*fëJcàbhx ' u •;".'.'::<br />

1 '&d commerï^t XIOûC à fe/


etirer,, .& CFlyCe fe trouva<br />

feul.ave£ le Roy .fie .la Reyne<br />

Mlle avoit .reconnu for luy lei<br />

;fca-bits .que -la PrincefFe avoit<br />

.portés an .Fleuve 9 lik avoit<br />

mm extrême impatience -d?acu<br />

f rendre quelque .chpfê de m<br />

mmtm^ ....<br />

r CJtyCe:-qiji me--.vouloir *pas<br />

lui déplaire f, fe trouvoit<br />

dans un fcaffiSs jrand embarcas<br />

-i Car auffi .d'ailleurs 'A<br />

«ràienoit ^ennuyer laReyne<br />

.en ïuy ..contant toute. .cette<br />

. longue fuite devantures., bon**<br />

^ -nés & mauvaifes .," où il s*é«<br />

* toit trouvé. r Pour là fàris*<br />

. fairedonc,,. fansméfier au plai*<br />

•fir que fa curiofité fe promet*<br />

foit, le dçfagr|ment (fueinu<br />

fortune narration, • -


*. ?I;1 lay dit- en pea de par©.;<br />

les' ^ qu'il -venoit de palierlept":<br />

années '"entières . dans-<br />

Fille, de' Calypfo, "où il- avoir<br />

elle porté par «.une violente<br />

tempefte , dans laquelle les<br />

vaiffeaux & fes compagnons<br />

•avoient péri , que Calypfo<br />

pofledoit tonte cette lïïe^<br />

fans avoir • aucune compagnie<br />

ny d'hommes ny -de Dieux,<br />

qu'il avoit euie bon-heur de<br />

ne luy pas-déplaire., que les<br />

Dieux n J avoient pas approu-<br />

' vé {on retardement en cette<br />

Iflè y qu'il en eftoit' forti<br />

pour leur obeïr, qu'après dix*,<br />

lept jours d'une heureufe na~<br />

vigation f . une horrible tempefte<br />

avoit brifé fon vaiflèau,<br />

.qu'il avoit deffen<strong>du</strong> a la nage<br />

ila viç cjontre les "flots & lef


^HDMEHE^LIV.YII. i€f<br />

, Cochers , •& 'qu'enfin pair le<br />

fecqurs "favorable .d'une- Divinité<br />

j il eftoit arrivé "fur les<br />

bords (<strong>du</strong>'Pieuve 4es'P.hë&<br />

cien&<br />

•Mais qu'aurois;jefeit, coft*<br />

tinuë-ril, fur ces bords. Il<br />

falloit périr par les incommodités<br />

<strong>du</strong> froid •& .de la ferai.<br />

Mais une PrinceCe ou plûcoft.<br />

.une DéefTe , xar elle en<br />

a toute la beauté „ m'a donvé<strong>du</strong><br />

fecours .dans cette pref*<br />

fente *occafion.^ Elle eftoit fur<br />

les bords, de ce Fleuve, fit<br />

-.compagnie s'effraya,, eo me<br />

•voyant fortir <strong>du</strong> "'bois , couvert-<br />

de l!écume de la mer _,<br />

.Brdë branches d'Oliviers. Il<br />

n'y \eut qu'elle, qui ne fé laiC<br />

fa point funprendre d\ine fi k-<br />

•gere craioïe^&^uinjeut.poinf


*6B. & 9 Oinrs3x*a<br />

.jdc mépris pour un .homme*<br />

.qui fe trouvoit .dans le plus<br />

-pitoyable eftat <strong>du</strong> monde<br />

C'eft -ce que je pois.,, divine<br />

Princefle, vous apprendrepre*<br />

•fentément de moy.<br />

. ' Le 'Roy & la- Reyne comprirent<br />

aifëment qu'il parloit<br />

de la Princefle Naufîcaa leur<br />

Elle. "Ils apprirent avec plaij<br />

:.fir quelle a^oir receu la première<br />

,cet in àurau-, & quelle<br />

l'avoit afEfté genereufement<br />

dans un temps auquel ilaurok<br />

£eri,4ans (on fecours*<br />

. Ma^is le Roy -aurait defîré<br />

-quelle Feuft- fait <strong>mont</strong>er fur<br />

fon Char , & qu'elle feuft<br />

con<strong>du</strong>it au Chafteauf Tans le<br />

kifler dans un pais inconnu<br />

expofé i rindi&rete curio-<br />

Uté


T> , HOMîR.I,LIV.VII. .-jty<br />

fité des - Pheaciens.<br />

Ulyffe juftifîa û bien<br />

Je procède de la prin_<br />

ceffe , que le Roy ne<br />

Pouvoit affës admirer k<br />

fagefle & l'Eloquence .de<br />

cet étranger.<br />

• Meuft aux Dieux , dL<br />

loit-i que vous euiliez<br />

ma nlle en mariage , avec<br />

autant de richeflès que<br />

vous pouvés en defî?er.<br />


1 7 0 I / O D Y S ^ S E * £ - •<br />

vous retenir ? & une morcelle*<br />

ofe - t'elle prétendre à<br />

vou? engager , vous - qui '<br />

avés préféré les.. peines §c<br />

les fatigues d'un retour dit<br />

fiole aux earefles d*une<br />

suffi belle Nympbe ., .que.<br />

la Divine Calypfb i il faut<br />

contenter vos defîrs , incomparable<br />

inconnu. .Quand vo/<br />

ftre 'pays feroit plus çfloigné<br />

que l'Eubee 5 les- Pheaciens<br />

entendent fi bien la<br />

mer 9 &c ils 'fe fervent de<br />

" navires .fi légères, , que fi<br />

IsTeptune ne stoppçfè pas à<br />

voftre retour, vous revers<br />

rés en peu .de 'temps voftre<br />

patrie. Lors que Rfaa^<br />

.dâmanfe fit le voyage-d'Eu*<br />

'bée', pour voir le mon*<br />

ftrueux Titye fils de la ter,.<br />

re V ils nmmm- m^§


S'HOMZHXJLIV.VIÏ. 171<br />

tant de force qu'ils rentre-<br />

• *ent -dans le • port le. meil<br />

me jour qu*ils en eftoient<br />

partis.<br />

' Ulyflfe ne powoit pas eH<br />

çerer une réponce pins favorable.<br />

Il en rendoit mille<br />

aâions de grâces a Jupitajr.<br />

Je TOUS fopplie ^ <strong>du</strong><br />

toit - il , » & fcuverain des<br />

Dieux 3 de me conferver la<br />

protedion de ce généreux<br />

Prince» ~ Comme _ je cooferveray<br />

toute ma vie la reconnoiflànce<br />

, que je fuis<br />

obligé d'avoir pour 'toutes<br />

les nonneftecez que j'en reçois.<br />

Mais la nuit eftant dcja<br />

fort avancée , & le repos<br />

«flanc aeceilaire à Ulyfle,<br />

Hij


17* . ±*-0'Sfstti<br />

foit pour le rétablir de fe*<br />

Joagues foufFraruces ., foiç<br />

pour le préparer à foufter<br />

nir les fatigues de fon.yoyar<br />

ge, la Reyne fe retira, Ôc<br />

le Roy lui fit efperer en<br />

Je quittant , qu'il engage<br />

joit les Ptieapien? , dps le<br />

jour fûivant à le con<strong>du</strong>ire<br />

iur un de leurs vaifleauç<br />

fiiX il luy plairojt.<br />

fin fa fe£&me Livre-


fi'BoMiREi Liv. Yirr. *7j<br />

V<br />

ï<br />

L'ODYSSEE<br />

D'HOMERE.<br />

Mi^MfcMi'MM*—bÊmmmÊf<br />

iUssr-f-ds*- que 1er<br />

jour * parut f -AIçU<br />

nous mena Uiyfle"<br />

fur un" 'vaiifèau , où'<br />

les Pheaciens devoiem.' - s'ak<br />

femblcr f fiiivanr Pordre 1 qu'il<br />

leur en* avort donnée • Mi*-,<br />

aenre^quî- yoVoic queVei


174 -fc'.Obrssi'k<br />

ftoit une ocçafîon de la*<br />

dernière importance f, dai&<br />

laquelle. il s'agtflbk de coiu t<br />

•<strong>du</strong>re le retour d*Ulyfleyfe ;<br />

dçguifa cp .àerault,^J6C. parlant<br />

aux Pheackns, leur <strong>du</strong><br />

foit qu'il eftoit jpfte de fecourlr<br />

un homme, que les<br />

Dieux avoient commis à leur<br />

generolîté- + -qu'il"''y aurok:<br />

•de Fin humanité de n'eftre<br />

pas touchés par la veuë dmtrifte<br />

eftat % où, le naufrage;<br />

Favoit'. ré<strong>du</strong>it r .enfin que,les<br />

Dieux, ou 'luy - mefmereconnoiftfoiefîf<br />

Iç ptàilr ( qui<br />

luy 4eyoit fait., - • ." [ ,* A ; ::<br />

: Elle n'av.oit pas, oublié de<br />

luy donner . ce jour*]! de<br />

certaines manières: cadttttrBu.<br />

bleS , §t je ae içay quoyrdéft<br />

grand y : qti& là -plufpan-


.j<br />

&'HojwrEBJEfLlV.VlII. 175<br />

écs, Pheaciens le prenoient<br />

pour quelqu'un des Dieux :<br />

En effet Alcinoiis obtint de<br />

cette aflfemblée tout ce qu'il<br />

demanda pour Uîyfle. Il n'y<br />

a voit perlbbae qui- ne s'înfeœfïalt.<br />

au' mal-heur d'ira<br />

•étranger , qui eftoit B bien?<br />

lait, & qui parloit avec tant'<br />

de fagefle quïl gâgnoit "' le<br />

%œtir de .tout le monde.- "Sa<br />

prefence engagea les Phea*.<br />

tiens pour; le moins autant"<br />

que la harangue d'Atcinoûs..<br />

Ce Prince leur reprefenta<br />

que fon Palais avoit elle de<br />

tout temps r un azile, d'oii<br />

perfonne n-'eiioic jamais forci<br />

, fans y recevoir la protection<br />

qu'il y eftoit venu<br />

thercher j que c'eftoit une<br />

•bligation naturelle de trai-


«7* I'OOYSSî'E<br />

ter les hommes les plus itiJ.<br />

connus, comme on a coutume<br />

d'en ufer avec ceux que<br />

Ton connoift le plut , puisque<br />

la nature eft également<br />

la mère & des uns, & des<br />

autres % que fans s'informer,.<br />

fi celuy qui leur demandoit<br />

<strong>du</strong> fecours v> venoit d'Orient,<br />

©u d'Occident r il eftoit jtu<br />

ne de ne le refufer pas }.enfin<br />

que pour ce qui eft de<br />

luy il alloit paflèr la journée<br />

à luy donner une fefte,<br />

à laquelle il invitoit tous<br />

ceux qui voudraient contribuer<br />

à l'honneur qu'il eft<br />

neceiTàire de rendre aux<br />

étrangers..<br />

©n applaudit, généralement<br />

à la. harangue <strong>du</strong> ge*<br />

nereux Alcinotis. On chqj.


tfHbMKri, tiv. VIII. tyj<br />

fit cinquante jeunes homflies,<br />

pour <strong>mont</strong>er fiir unf<br />

vâifleàu, qui fut* détonné<br />

pou* le voyagé. On fe pre-><br />

pâra'auffi-toft -, & par l'ëmi<br />

pfeiTemèntqlieles uns avoientf<br />

a eflever les mats\ lès autres<br />

à" attacher les rames; •<br />

©éuxc-cy-à charger lès provifiohs<br />

• cêox-ià a tendre*<br />

tes voiles ,' en flémoignoie<br />

«ne ardeur extraordinaire de<br />

s'acquitter dès devoirs - det<br />

i'Iioipitalirë, -<br />

- Cependant on retourna?<br />

au Palais , ou Ton avoir préparé:<br />

tout ce qui - peut» renJ<br />

are un repas-des plus nia*<br />

gmfiques. On y avoit Démo- ;<br />

docus cet excélleat; Jbtiêur ,<br />

d'inftruments . CeftoktmaJ- /<br />

weugle,mais qui avoit tant d'au-» •<br />

H v


178 -^Opjs&^B,<br />

très advantages x qu'il n'ayolt •<br />

pas fujet, d'çftre -mal-content<br />

dç la Battre. Il cha^u*<br />

ta _ <strong>du</strong>rait le .-rep^s les^ ftjr$-?<br />

tagemes. des s ' Grecs. a^ lîege<br />

de Troye. H'n'y avoir rien*<br />

de plus charmant:-que'-font*<br />

cîiant. Ji contippa-, par «et<br />

récit d'une.- querçlk.-'. encrç;<br />

Ùlyflè , & Achille i; • Aga-,.<br />

menmon eftoit; .meflé; dans<br />

cette .querçlle- ,, car -il' fç;<br />

plçifqic . a ^vo|r_ la . divifîpji*<br />

entre les Princes de.fonar-.<br />

mée , & au. Heu d'appaiferles-<br />

conteftationç, Jl^'auroifc<br />

foit par -leur moyen?,'&• ferendolt;<br />

necelïaire à FM. "Je;<br />

à l'autre party.. . : . • •>


D'HOMEKE^LIV. VTIL. IJf<br />

comtraignift fa douleur, Se<br />

qu'il cacliaft les larmes,que<br />

le fujët des chanfons de De*<br />

modocus avoit • attirées de<br />

fes yeux-- , Àlcinoîls s'en aperçait'<br />

r 8e jugeant bien quecet<br />

étranger s'incereflbit au»<br />

mal-heurs-.'de? Grecs , il detourai<br />

lfc coifrerfatiôir r &*<br />

if propDfa-aux-Plïeaciens lei<br />

jeux de la lime r de la dan:_<br />

fe, de la courfe.f.<strong>du</strong> palet;<br />

Î mm <strong>mont</strong>rer fl difqir. il, à<br />

'ïlluflre- inconnu , qu'il n'y;<br />

avoit . pointvd'exercices" o4l'ba<br />

'ne puft- faire- paroiftre<br />

une adreffe particulière..<br />

Oh le (uivit â' ce' nouveau<br />

fpedacle v 0cyaler Éiatrée><br />

Ârchialus ^ Thion v Euryale,<br />

Eardamats & cent autres fuient<br />

de toutes ces parties.<br />

Hvj.


180 L'ODTSSZ'S<br />

©fa commença par le jeur<br />

de la courfe. Dés que la*<br />

Barrière fut ouverte., ,on les <<br />

vit plâtoft voler que. courir "<br />

dans la lice.,. Mais: Clitonée-,<br />

lès devança tous,, & il étok<br />

déjg. arrivé», au terme,. f<br />

qpe les autres eftoient. en. -<br />

core dans la. poudre- de la.<br />

carrière»:.<br />

Ees Àtfiîlètes'- parafent':<br />

enfuite.: pour combatre. ' Ilsfk<br />

cplletoiens fur le., fable,,.<br />

& celuy qui., foûtehok ' le*»<br />

efforts de. tous les aiflàiLiants,.<br />

lins eftre abbacu,.<br />

ttmportoit. le prix» de cet""<br />

exercice. Ce- fut -Euryale-<br />

411t. terrafla tous les. Aude*<br />

tes-, qui l'attaquèrent.".


ifHbMEnijLiVâVlir • jSi f<br />

, 'Àmphiafâs'; remporta lé'<br />

ptix de. Ja^ cfanfe $ & ceuxou<br />

combat*, à • coups - de<br />

Bping, &. <strong>du</strong>* pjdet fuirent<br />

donnes au vaillant/<br />

Elathrée.. UlyfTe ne pjrenoiiaucun<br />

çjaifir à" 'tous ces s<br />

jçux^ , qui- ne ' fervoient que-'<br />

de retardement à-'£ès..defîrs.^<br />

Mais Oé eft-^ccmtKÛrie^ dçr;<br />

- s'accommoder, "au '^Tcmfs^<br />

Se de différer ce^quT""^aiftJ<br />

le plus, quand on fçait bien-<br />

que la précipitation eft inu-*<br />

Ole.." ' " ' ~~'" r<br />

_ Gomme. l'Eonneffeté" dé-::<br />

mandoit qye Vx>n, priait- O* \<br />

lyfè-d'entrer-dans quelqu'une<br />

ce xes exercices, Lardamàs -<br />

un des - fils. d'Àlcfnou* s*ap-.groch&t<br />

de- luy;,. ~fit luy, pre»-<br />

j


fenta le deffy. Il . n f y eur •<br />

rien, de plus %>nnefte que*<br />

fon compliment. Si vos manières<br />

v dic.il , ne nous affâroient<br />

qu J il n'y a aucun*<br />

de ces exercices où vous ne*<br />

jtuiffiés acquérir 4e la gloire,<br />

on ne vous prierait pas devous<br />

y expôfer. Touc inconnu<br />

que' vous fbyez r il nous,<br />

eft impoffible de voir voftre'taille,.<br />

&. je ne fçay quoy.de<br />

. grand en toute voftreperfonne,.<br />

fans eftre per~<br />

fuadés; que vous pouvésentreprendre<br />

de nous vaincre t,<br />

& qu'il n f y" aura- point de:<br />

Monte aux Pheaciens de ce- .<br />

âet la vidoire à. un étranger<br />

comme vous.. •<br />

Ulyflè receut cette civilîce<br />

<strong>du</strong>.-Prince avec tous les*


témoignages de féconnoîiP<br />

lance _ qu'il * ley dévoie.. Mais •<br />

^Fèftar oà.. je ftwsJ dit-il-v neme<br />

• • permet -gutfres* d*afpirer -<br />

à* la- gloire v que.* VQ»S trie.-<br />

-laites l'honneur de.-, m'ôffiïr;<br />

le ne • penle qu*â -mon : retour..<br />

C'eft'. â:voa^qui-elles • dans le*<br />

#epos?l de retire ' voftre. vie- •<br />

«ricore plus'- agréable- 'par<br />

ces divertiflemens. .Pour' moyf %<br />

Prince,,qui- fuis -un- homme*"<br />

errant dans le> monde y.qu'ày -<br />

je à< faire: • fihon.' 4 ; 'defirerd'eftre<br />

au- plôtoft;" dans- la*<br />

niefme trànqéillitév dWnt jeudis<br />

que vous- jbfiiffôs dans»<br />

cetheurciix- : -Royauttîei • ? :<br />

luryale %.- celuy mefmequî'<br />

*foit remporté'le prit dela<br />

Lutte donna un faux- -<br />

feus, à cette réponfç d*U:


lfyf&i. i* trouta mauvais 1er<br />

refus f qu'il faMbft, & com—<br />

sAe.fi-le Priace en avoicefté :<br />

offenfé, il eafift une quereUl^i-OIyCe,<br />

' ; Il faut bienluy ,dit fl,que vôu**<br />

«tefoyezpas tel que vous pa^<br />

rôiflcs. ' 'Au- lien- de , vousplaindre<br />

de- voftjfe deftkt^<br />

tt'eftes--vous 'pas e "trop: bm^<br />

reux- d'eire- dans- un- paysoù<br />

vous-n'ayez rien demandé<br />

que fous tfayez-obfe-~<br />

nu. t , âUegr^lfc"-puWicpe;$c."<br />

les Jeu*que:vous, voyez : fône*<br />

pour vous- faire- •-honneur ^<br />

le- Prince-, luy^mépe. fopsoffre<br />

un'-rang entre les-pre.<br />

tnj&rs-'det- -Phegciens.- Pour*<br />

peu que* l"6aayjc : appris" â : -<br />

iFÎvre, on f^ait , mieux en*<br />

«fer- 4 que vous n'ayez • fait;.


S'HOMBREJ-IVIVIIT. I*5'<br />

Pour moy je me- détrompede<br />

ce que- l'on, a- cru- d'à- '<br />

Bord.<br />

Cet Athlète- pouflët plas"<br />

loin fa brutalité. • Il • traitta-'<br />

OiyfTe d'Ecrivain de vaiffeau,*<br />

ou-tout au plus de- Secrétaire,,<br />

qui fe fervoit de Ta*<br />

vautage- de-fa fïneflc,. pour'<br />

réuffir dans - le. projet qu'il-.<br />

avoit • fëir d'obtenir d'en*<br />

commander" un •& de faim*<br />

quelques brigandages fur lar»<br />

mer-<br />

• Ulyfle fit féntir -â" cet* inf<br />

folent par la manière mépris<br />

faute, dont il le regarda ^<br />

ce.qp'il auroit deu craindre-:<br />

de • ion reCentiment r fi fes<br />

mains. n'avoit efté liées pac/<br />

le refped-qu'il devait a%i


Roy. Au refte l'A&ion d'Eu*<br />

ryale fut defapprouvée de<br />

tout le monde. C'eft, difoiten,<br />

violer le droit des gens,,<br />

que d'infulter à un inconnu,<br />

& de le traiter en termes<br />

outrageants. Quand il<br />

ii ne fçauroit pas nos exercices,<br />

en merite-t'il moins de<br />

1 gloire. Sont-ils pas difFerens<br />

^ en chaque pays. Ce que le*<br />

V uns eftiment, les autres le mégrifént-iis<br />

pas fouvent. Apresx<br />

le~travail,quecét étranger*<br />

fouffert,, après avoir reliM<br />

à latempefte, & avoir dompté<br />

la mer, efUl befoin de<br />

l'éxpofer à des exercices violents,<br />

au lieu de le laiiTer<br />

en repos, afin qu'ilfe prépare<br />

aux, nouvelles fatigues,,<br />

qu'il aura à foûtenir <strong>du</strong>rant<br />

ion retour*. Enfla Minetve


»TFT6MEKi,Or.VIII. i%j<br />

à*oit tellement rourné tous<br />

tes Kieaciens, qu'il n'y avait<br />

perfonne qui ne trouvât fore<br />

mauvais llnfulte qu'Euriale<br />

avoit .faite à leur hotte.<br />

Cependant Vlyflê ne voulait<br />

pas jouir plus long-temps<br />


fôn- bras, il jette ce pai<br />

1er fi haut & fi loin;,<br />

qu'il alla choir- bien aûdeli<br />

de tous ceux, qui avoient<br />

ôfté jettes auparavant. L'ef:<br />

fort même avec lequel il 1«<br />

lança dans l'air, fut fi extraordinaire<br />

que les Pheaciens<br />

furent furpris <strong>du</strong> bruit;<br />

qui en retentit, & que chacun<br />

fut faiCt- de je ne fçay<br />

quelle crainte , comme fi<br />

Aon devoit eilre accablé de<br />

ce coup.*<br />

Perfbjone n'entreprît de<br />

poufler plus loin un pàler.Euryalé<br />

mefine fut furpris d'un*<br />

coup» de cette force, que<br />

l ? on ne devoir pas attendre<br />

d'un homme qju fortoit dw<br />

naufrage.


ï5 l Ht>Miiiiïlïv;VIII. ity<br />

Mais (Jlyfle fl'abufà point<br />

-.«te j kt gloire qu'il avoir ac<br />

.quife. 11 eftoit «trop -fàge de.<br />

perdre * fes affaires par -le<br />

•contre-temps d'une fotte vanité.<br />

Il offrit -à combattre<br />

.des poingsf :ou à la lutte*<br />

.mais il fit de grandes excep-<br />

; fions , pour ne pas engager<br />

aucun combat avec les Pria. .<br />

ces -fils .d'Alcinous. Il craignoit<br />

t que l'envie, -ou h jaloufie<br />

ne-les xhangeaft à fou<br />

égard, & il eftoit dans un<br />

eftat où leur amitié iuy é-<br />

«oit -plus neceflaire que la<br />

tgloire de .remporter le prix<br />

rde ces exercices.<br />

Ainfi fans offencet ' les -<br />

f%eaciens par une vaine '<br />

oftentation, il dégagea fealement<br />

foa tienneûr dei s >^<br />

5


Julie foubcon, dont Eurya-<br />

•le avoit elle le téméraire auteur,<br />

& il -combatit moins<br />

pour -vaincre % que pour<br />

monftrer qu'il n'eftoit pas<br />

indigne de Teftime d'AIdU<br />

nous. " - N<br />

Ce Prince .admiroit la fagefle<br />

dTJlyCe^qei avoit démette<br />

L'embarras, que l'imprudence<br />

d'Euryale k*y avoit.<br />

fait v de forte que fbn ad?<br />

refle & fon, courage avaient<br />

paru aux yeux- de tout Iç<br />

inonde, fans s'attirer'L'envie<br />

de perfonne<br />

Âpres donc' que le Roy<br />

Juy eut donné àc ° grandes<br />

louanges t & que ces exercices<br />

furent., finis , comme<br />

on vouloit faire voir à Dlyf-


%y% • L'OD-YSSE'B<br />

fa voix , & Il -chantôit alors<br />

les amours .de Mars .&c de<br />

Venus.<br />

11 n'oublia pas l'artifice<br />

dont Vulcain fe fervit pour<br />

découvrir les faveurs, que !<br />

Venus accordoit à fon amant.<br />

Il mefloit dans fa chanfbn<br />

tous les évenemens les plus<br />

particuliers -de -cette %iftoire.<br />

Apollon *y -eftok en intelligence<br />

avec Vulcain , pour<br />

le vanger de Mars. Les<br />

Dieux accouraient pour fe<br />

rire <strong>du</strong> piège , dans lequel<br />

il eftoit tombe. Venus al»<br />

loit le cacher en Gypre.'<br />

En tta mot , fi Neptune<br />

ne fe fuft interefle pour le<br />

Dieu de la guerre % Vuloin<br />

.dont ' tout l'Olympe<br />

¥oy^k Je deplaifir-, -auroit<br />

jporté.


forte plus loin -fon reiïên~<br />

timent--<br />

-" "Comme :1e-' chant -donnoit<br />

beaucoup de " grâce -à ftijet<br />

y qui' '--d'ailleurs eftoit<br />

alTés capable de ^plaire , il y<br />

avoit. une j joye- commuée<br />

•dans "toute l'aflenïblcè. Ulyf-<br />

Fe .mefme y le ' fage, 'Ulyiïe,<br />

qui .ne s'occupoit que de la<br />

j>aflîon 'de révoir fon Ifle<br />

"cTItaque^ eftoit charmé d'eiau<br />

tendre r>emodocasL. • '' ' *<br />

'"Le 'Roy voulant entretenir<br />

" le • plaifir _ qu'il avoir par<br />

la varieré des païTe-temps}<br />

•car"il fçavolt que l'on--s'en*<br />

nuye de tout, commanda'a,<br />

'Hali & â Lar damas, de danfer<br />

une. nouvelle


ils ' firent pa«>Iftre 'tant -.de<br />

juftefTe % & de bonne.grace#<br />

qu'Ulyffe qui voyoit que<br />

û Roy s*cn jaifoit Jbanaetir,<br />

oe manqua pas de leujf<br />

donner de grandes louanges.<br />

. Non , 'ditil # il n'eft"<br />

pas poffible dé voir- mieux<br />

danfèr, il n*y a ïim de pkp<br />

ayfè f de plus libre -^de plus<br />

dégagé 5 En -effetf Ceslçiian*»<br />

ges datèrent fi fort Alcinogs,<br />

qu'il awnmança. à .ctire aux<br />

Pbeaciens. qu'il eftdt temps,<br />

de penfer t félon la- coâtu*.<br />

me, à donner des prefent?<br />

à leur Hofte f que Eon n'en<br />

pouvoit pas faire unimoiru<br />

dre que. d'usé vcfte &::d'ua<br />

talent d J or 9 qu'il • en doncerait-<br />

. f exemple" '&* qu'il<br />

jcotnmencefok le premier |


^THoipitalité.<br />

Eurple entra dans le ïen*<br />

^timçnt <strong>du</strong> Roy,4 il -voyoit<br />

.tien que é'eftoit faire fa<br />

cour , que de reparer am<br />

ïpluftoft ^incivilité, qu'il avoit<br />

commife^ contre un hom-<br />

:me%, que le Roy bonoroit<br />

'«d'une protedion û particulière.<br />

Ainfi fans retarder ua<br />

-moment., -il s'avance vers<br />

CFlyCe , & luy fait préféra:<br />

-


que pour fe donner fûn 1<br />

l'autre de plus grands tcipoignages<br />

d'une yeritabje<br />

amitiés<br />

Comme la nuit s'appro-'<br />

choit, on retourna au Pa~"<br />

lais., pour, le feftin magnifique<br />

que la Reyne donnoic<br />

A l'Inconnu , chacun luy apporta<br />

de fi riches prefens<br />

en veftes, en or , en argent<br />

& en raretés, ou .curiofitds<br />

con-fiderables , que jamais ou<br />

n'avoit veu une plus grande<br />

jprofuiïon,<br />

La Reyne commanda d*enfejrmer<br />

toutes ces richeCes,<br />

& de les mettre en eftat<br />

d*eftre portées feurement<br />

fur le vaifTeau, qutJlyffe de*<br />

ypit <strong>mont</strong>er,. Il lesiipitluy*


D*HoME&E,LiV'.VIII. r?7<br />

ftîefme avec des nœuds,<br />

dont il avoit appris autrefois<br />

Je fecret par Circéf & fe<br />

' voyant bien-toft au moment<br />

de fon retour, il avoit une •'<br />

Joye^ qui J e -.. rcndoit" agréa-,_/.<br />

ble à tout fe monde,' & qui /<br />

acc&mpâgnoit fort à propos<br />

les remerciemens qu'il eftoit<br />

oblige de faire aux uns &<br />

aux autres; _<br />

Il n'avoit point encore<br />

veu la Princefle Naufîcaa^<br />

depuis qu'il eftoit' arrivé à ;<br />

Scberie. Il eftoit preft d'en. "<br />

trer dans la- Salle <strong>du</strong> fefttnf.<br />

lors que cette belle Princeffe-Iiiy<br />

dit en paffant qu'elle 1<br />

efperoit bien qu'il fe fouviendrait<br />

d'elle-, -lots qu'il'<br />

ferait arrivé dans fon Pays f<br />

le qu'il conteroit plus-d'une


i.<br />

lj$ t'QDTS.Sl'B<br />

' fois à fcs amis qu'elle avoir<br />

eftd la première, qui l'avoir<br />

teceu dans le pays des Phea»ciens*.<br />

^ Ulyfle.Juy fit de grandes*<br />

f proteftations de la haute<br />

/ eftime qu'il Éaifoit de &<br />

v/ generofité- & de la parfais<br />

/ ' te recoonoiflance des plai^<br />

firs qu'il avoit reçeus delle^<br />

v Otty, dit-il ? belle Princefle^<br />

*) Je vous dois ma vie .6c ma-.<br />

/ bonne fortune ^ je veux vous»<br />

/ témoigner • le reflentiment<br />

V que jeu ay^mais il eft trop<br />

; grand pour l'exprimer dans*<br />

/ ce moment, tout favorable<br />

" qull peut eilre. Mais f ay.<br />

mabie Déefle? je f exprime.<br />

ray ce reflentiment, 'mes pa*<br />

: rôles-ne le peuvent,, mes ao.<br />

• tions & ma con<strong>du</strong>ite e^fer


B'HOMER.ïJLIV.VIII. 19$<br />

jfont de plus fidelles preuves.<br />

Puis que je ne vis au- '<br />

jourd'huy que par. vous ,<br />

dois-je vivre pour une autre<br />

perfonne,. que pout „VQUS~<br />

même.<br />

la Princeflfè fut obligée '<br />

de Ce retirer, fort contente<br />

<strong>du</strong> difcours d*Ulyflè. Alcitïoiis<br />

le fit affeoir prés de<br />

luy, dés qu'il fut entré dans<br />

h. folle,.' oà on avoit fervy,<br />

II y avoit une grande profufion<br />

de viandes. Le Roy<br />

continuant fes foins obligeons<br />

pour UlyfTe luy fer,<br />

voit des mets les plus délicats<br />

que l'on prefentoit,<br />

UlyfTe qui avoit reconnu<br />

a ue le R,oy aymoit le mu.<br />

. cien Demodocus, pour fîa-<br />

I iiij


aeo I'ODYS S i^ter<br />

la paflîon; de ' ce Prince^<br />

prerioit à fort tour foin de<br />

fou rauficien. On ne luy fervoie<br />

rien de délicat> dontit<br />

n'en envoyait à Demodocus,<br />

lequel de Ton coilé tfaifoit<br />

mille remerciemens à un.<br />

fi généreux Effranger.. ;<br />

Mais h compbifance d'U'lyffe<br />

luy coufta bien des-, larmes,<br />

il crut 'faire ;plaifir «an<br />

Prince d'engager le charmant<br />

Demodocusà. chanter quelques<br />

airs.. En effet il en chanta<br />

, mais le fujet eftoit pris -<br />

des dernières avantures des<br />

Grecs an'SiegedeTïpye^ •.'<br />

Il recitoif comment^ une:<br />

partie des - Grecs s'eftoià enfermée<br />

par le _ confeii ; d*U-%<br />

tyfïr dans un cheval de boisk


D t HoMEU>Liv;Vlir.' lot-"<br />

les différents- ' advis des<br />

Tfroyens, lors que les-Grecs<br />

ayant fait une feinte d'abandonner<br />

le fîege, cette machine<br />

tomba en leur' puiflànce<br />

avec le camp des Grecst.<br />

qui s'éftoieor retirés j enflai _<br />

comment' ' les Troyens • ayant:<br />

fait entrer "ce "cheval dans*<br />

leur ville, les- Grecs en-dé-cendirent<br />

<strong>du</strong>rant la- nuit,.<br />

qui fe-fc faifirenr des portes<br />

delà ville,, qu'ils commencèrent.<br />

L ré<strong>du</strong>ire- en ceo-dresi<br />

Ulyfle ne- pouvoir entendre<br />

ce récit fans en eft retouché.-,<br />

il contraigodk .fa;<br />

douleur,..il- retenoit .fcsv larmes<br />

. mais Àlcinoiis remar-<br />

.gjia: nue', féconde fois la.


102 L f O*EDYSS! , l<br />

contrainte f où il eftoit, &:<br />

F agitation extraordinaire dé<br />

fon vifage.<br />

Comme il avolt tous les/<br />

'égards poffibles pour luyf.<br />

& que par la plus grande lion*<br />

netteté <strong>du</strong> monde il vouloir<br />

le ménager, il fit ceïïer Deroodocus.<br />

C'eft afles, dit-il,.<br />

fouvent les plus belles cho»<br />

fts deviennent delàgreables f,<br />

quand elles font trop longues.<br />

Mais enfin avant que -de<br />

fe fcparerne peut-on pas apprendre,<br />

de vous, continuecil<br />

j'addrefànt à Ulyfiè,<br />

qui vous eftes, quel -cft le<br />

lieu de .voftre hoitfancef<br />

quels peupla y- habitent %-


D'HôMmx,I£v.-VIII. îo}<br />

peut-on demander, 's'ils ont<br />

quelque connoiïïànce , des"<br />

Dieux, s'ils fe gouvernent<br />

par des loix établies entre<br />

eux,,quels Arts ils connoiffenc<br />

le mieux* Pour nous la Navigation<br />

nous plaift. Les<br />

Pneaciens y font fi habile^<br />

que vNej>cune Vefr jpltiht<br />

quelquefois dfe- Devoir Jttn^is<br />

veu périr un. de leurs<br />

Navires. Jay bien reconnu<br />

que le récit de Troye vous<br />

a touché. Vous -y avés f pris<br />

trop de part four n'y avoir<br />

pas quelque intereft fort particulier.<br />

Ne faites--point- de<br />

difficulté de nous raconter<br />

mutes vos avantures,. puis<br />

que vous devés eftre perïuadé<br />

que vous eftes avec<br />

des gens,., qui ne défirent<br />

Iv J. "


que de vous donner .des té»*<br />

Bioignages. de .leuc. ami^<br />

tié. . ....-.'. f :.:- -<br />

)<br />

#».


&'FïoME!iE;LmIX; lof;<br />

L'ODYSSEE'-..<br />

D'HOMERE;<br />

• " i l . ; i- 3<br />

LPV&E ix;<br />

O u i B'Z-- VOUS-'<br />

grand- PHnce^réi'<br />

pondit •' Utyfle,-"'<br />

que ' je trouble*<br />

par le ' -récit de :<br />

mes 'malheurs, la joye de<br />

toute cette affemblée-. Ne*<br />

jftroic-.ee pas urne- choie*'


f ïm • agréable ; d'entendre<br />

.cHkttttr Deritôdociis,' qtied'apprendre<br />

de môy. 'les pW<br />

«fiées & les plus faeheùfés*<br />

avantures r qui foient jamaisarrivées..-Le<br />

feui fouvenir<br />

m'en effraye & au. lieu dela.<br />

joyer que yoftre ,f re{en~<br />

ce me donnç, j-e fen$ une-'<br />

«riftefle qui?, m'accable r& je*<br />

crains bien'- de changer fal—<br />

.-legrefle de ce fcftin en gemiflemens,..<br />

& en larmes. Car<br />

enfin vom voyez rkomme<br />

<strong>du</strong> monde r que les Dieu»<br />

©nt,le plus-eproq?c. par ton-:<br />

tes fortes de. périls.. Maispuifque<br />

vous attendez/ de,<br />

inoy^ quç je. vous conte<br />

toutes iç€$ ^chpfes', je ne<br />

dois pas 'vo»s ,f^Mét,Jl dfc ; -<br />

vray qu'il, y a. un fi . grand-.<br />

nçmbse de. xmwmmÀ. ?00$ ;


s 9 HoMEisf,£rcnC a»T<br />

'dire que je ne fç^y# pas*<br />

Sien par lefqpelles Je dois*<br />

commencer.*<br />

Pour ce qui eft de mon*<br />

nom , je fuis -bien atfè devous<br />

l'apprendre,. pour von$prier'<br />

de vous-, fouvenir- • demoy<br />

f,pulfq«e je ne petdray.jamais<br />

Fèfttme que je dois*<br />

à- la généralité; des Phea*<br />

ciens. Je fuis cet Ulyfle».<br />

fils* de JLaerte f qui ay quel-"<br />

que réputation dans le mon-de<br />

, par les chofes qui font,<br />

arrivées , au liège & à- la<br />

prife de Troye : Ithaque<br />

eft mon .pays f cette Me fi<br />

charmante & dont le <strong>mont</strong><br />

Nerite eft une partie fort"<br />

confiderable. Elle eft eiv<br />

vironnée de Dulkhium, de<br />

Samos f le 4k Zacynthev"


soft. tf'O'ïiYSS'tfb:<br />

qui; font auflL des Mes fbrD<br />

agreaBles, y mais oomne:<br />

Ithaque a beaucoup de .-<strong>mont</strong>agnes,,<br />

elle ett plus élevée^<br />

& fon terroir ' eft auffi. plus<br />

fertile. Elle eft- expofée au* •<br />

Couchant, &L cette fituatioiv<br />

la rend plus tempérée que*<br />

les autresv qui font'bradées t<br />

• par les chaleurs, <strong>du</strong>* midi»;<br />

CeftUàque }îay une extrê-*<br />

me paffioni d'eftre au plutoft.,.en<br />

ayant efté éloigné,*<br />

il «y, a prés.de vingt années.<br />

Jpay. paCé- la. plus grande.<br />

artie de ce temps-là dans;<br />

Ê<br />

is ifles. des-deux' Nymphes*<br />

Çalvpfo , & Circé. Si les-<br />

^plaifîrs avoient pu me:<br />

/v feire perdre l'amour natiu<br />

7 rd que l'on/a pour fa Patrie<br />

, il y a' long - tempsgiilthaqwe<br />

me Ëmitr un:


pays indiffèrent. Mais ceci<br />

te paJËon ne fè " pert jamais..<br />

CefT 1%' plus "forte<br />

: & la- plus confiante de toutes<br />

les inclinations rles autres-<br />

ifbnt que de certains<br />

temps favorables r pour en«<br />

traîner Je cœur. Cellexy<br />

'en eft toujours la mai--<br />

•ftrefle., : .<br />

*• Mais pour : reprendre unpeu<br />

de plus loin- mes différents<br />

voyages ^ je vous,<br />

diray ?qu'àu partir de Troye^<br />

fefperois un retour te'-plus<br />

favorable <strong>du</strong> monde. Le vent:<br />

éftoit- bon r & j'abôrdayfeien-toft<br />

au- port* des Cico-<br />

Hiens', prés de- Jar Ville<br />

'é'Ifmat e. Mais " il y -fellut<br />

combattre , da' Ville fut<br />

grife r- & pillée,, le butiil


fût partagé entre les Capv<br />

faines , Se fans m'arrefter<br />

vainement" en ce port, je<br />

1s faire au* Grecs qui me<br />

fuivoient , une prompte rer<br />

traite fur nos vaifeaux*<br />

Ceu* qui n'obéirent paf<br />

afles exadement à - mon or* '<br />

dre en furent punis- auffi-'<br />

coIL tes Ciconiens ^de la<br />

ferre- ferme s-aïFem'Merenr<br />

m G. grand- nombre , que-"<br />

Bon* croiroii qu'il n'y a pat*<br />

lus^ de feuilles ;. ny de.<br />

S<br />

eurs au- printemps ,. qult<br />

y avait 4e gens dans kur$><br />

troupes.,, 1s accoururent:<br />

fu& le rivage^ ( Tout ce qui^<br />

fb trouva' hors-'des vailleaujf<br />

ait tué r ou pris, Comme<br />

Mis nous 'furprkent dés le*<br />

rand matin , nous- eômef*<br />

; fo#tenk,de radçs agGitt«S|<br />

f


B^HoMiRi^Liir.IX. m<br />

avant que de pouvoir nour<br />

mettre en mer. Ce peuple<br />

eft accoutumé' - à la guerre.<br />

La Cavalerie y- eft bon^<br />

ne , ils defcendenç de Che*.<br />

val, lors que foccafion If<br />

demande y & alors on' n*a^<br />

jamais vea rien de plus, ferme<br />

, pour, repouflèr. Vea-nemi,<br />

ny de plus vigoureuxpour<br />

l'attaquer. Ils tuèrent"<br />

for chacun de nos bordsdouze<br />

de nos camarades,^<br />

9t là deffaitte auroir efte<br />

plus grande * fi après que*<br />

BOUS eûmes foutent 'toute:<br />

la journée plufièura diffëaents<br />

aflàuts ,. la nuit:, ne*<br />

les avoit obligés de fe retirer..<br />

Je fis rendre lès derniers<br />

de?oux à. ceux qui- araienç


ïtt L r 0D!SS : E'E'<br />

péri- dans cette- rencontre.<br />

Je les appellay trois<br />

fois félon la coâtume., les<br />

uns après les- 'autres , -&<br />

je plaignis leur mai - heur<br />

de périr amii dans une<br />

©ccafîon de peu d'éclat,<br />

après avoir) échappé de tant<br />

de- dangers confiderables au<br />

lége fameux de la' fùper^<br />

fee Troye;. -<br />

Cependant j'eftbis déjà:<br />

afles avancé, en mer , lors<br />

que Jupiter fit élever ' un<br />

vent terrible i: le- temps<br />

cftoit gros , la mer s'irrifcoit<br />

,. les nuages eftoient<br />

épais, fobfcurité de h 'nuit<br />

augmentoit la frayeur • publique..<br />

Le jour ne ramena<br />

fe lumière, que pour nous<br />

découvrir tous les préfages. t


tfHoMEU, LIT. IX. 113<br />

'd'une funefte tempefte, La<br />

force des coups de vent<br />

avoit abbam quelques -uns<br />

de nos mats. II y avoit<br />

un 'extrême danger de périr.<br />

On prît le parti d^<br />

relafcher vers une cofte<br />

dont jie n'eftois pas jdXou<br />

gné.<br />

Apres'deux jours 8c deux<br />

nuits que <strong>du</strong>ra cette tem-<br />

{ lefte , l'Aurore parut fi beL<br />

e le xroifiérae jour , que<br />

.«os craintes fe - xlil&perenfc,<br />

JL/air eftoit ferain $ la mer<br />

s'eftoit abbaiffée .5 & ' de<br />

tous les yents qui a voient<br />

efté fi violents , il.n'en eftoit<br />

jefté qu'un f mais fort apj)aifé<br />

5 .& qui ri'avoit retenu<br />

de force 3 qu'autant qu'il<br />

nous en felloit, pour, pftjrc


iï4 • N I , ODISVE ,, «<br />

t>ien-toft en Ithaque. Non*<br />

!»ous ranifmes donc aufli-<br />

€oft en mer ^ -on mit les<br />

•voiles j .& on- commença à<br />

courir plus heureufement<br />

.que -nous n'ofions avoir<br />

«opère. Mais le vent fc<br />

changea. #. il devint fort &<br />

contraire. 11 BOUS repoufle<br />

irers le Cap. de Malée î<br />

M 'là nos vaifTeaux fc trouvant<br />

fur des courants dan-'<br />

;^ereux _f il rfy avoit plu«<br />

«nul moyen • de , les gouverner.<br />

"Le vent* & ces tpr-<br />

•rents les détournoient d'un<br />

cofté •& d'un autre. Nous<br />

iCnrâmes ainfi, nous éloignant<br />

toujours de plus en plus<br />

dltaque. \li y avoit déjà-<br />

•neuf -jours que nous eftions<br />

.abandonnés au gré de ces<br />

«rajgues# & .<strong>du</strong>' venir # lors


S>'Ho.ME]LB)LlV.lX. *lf.<br />

^qu'enfin il fallut prendre<br />

ferrç.<br />

* Après un peu de repos;<br />

j'envoyay pour fçavoit des<br />

"nouvelles. Car ". nous ne<br />

pouvions pas fçavoit -fur<br />

quels rivages nous -allions,<br />


ilas agréable. Ils ne fe<br />

fbuviennent plus de leurs<br />

"^parents ny de leurs amis.<br />

Us ne peuvent fe deffendre<br />

contre « les délices de<br />

,'ce fruit. Je fus oblige d'en-<br />

. lever, d'entre ces 'peuples s*<br />

ceux qui -.eftoient allés découvrir<br />

.le pays. . Ils s'en<br />

trouvaient u ,'bieh qu'il fallut<br />

_ ufer de violence , pour<br />

-Jes faire rentrer dans ks<br />

.ya^iTeaux.'., f , ..:.' ..' .' , 1<br />

:<br />

T \ . l i •; - , - • • : • • • J<br />

Je .craignis pour les autres<br />

les ' charmes & les enchantements<br />

de ce fruit 9 &<br />

je donnay ordre . d'aller au<br />

plûtoft " en ' mer." La Joye #<br />

que Fefperance d'un prompt<br />

retour avoit donnée s'eftoit<br />

jehangée dans une • trifteJTe<br />

générale. 11 fallut encore<br />

- * - - relâcher


D'HOMèRE, Liv. IX. «7<br />

relâcher à I'Ifle des Cyclo-<br />

es , peuples iàrfc iiumanité,<br />

;ns juftice , & fans pieté.<br />

f<br />

Us jouïflent pourtant d'un<br />

des meilleurs pays <strong>du</strong> monde.<br />

Us ne fement ny ne<br />

cultivent leurs 'terres. Cependant<br />

elles leur* donnent<br />

4a blé,


«î ' L'ODYSSéE "<br />

:Du,port, où nous entraînes<br />

^ on vbyôit un ftombrt<br />

infini de cnëyfeS/faaHràgès;<br />

qui' paiflbieifc * : dâïis' itric<br />

agréable prairie.. ,..T ô ' ufc Y ' e ft<br />

idans "une .grande _ liberté,<br />

les chafleiirs né '^àrëÉTeni<br />

point tà\ leurs : p|ègï$ dans<br />

les. forêflk ' Les^Cycîopés<br />

contents des troupeaux 'qu'ils<br />

pôflècLent » ne fçâvent point<br />

J'art de tendre des "'rhéts,<br />

pour .acquérir ce ^ qu'ils n'ont<br />

pas. La ' navigation ' leur<br />

eft inconnue. Le défît de<br />

profiter des. richeflès d'aujrruyne<br />

le$ fait ^ point 'for*<br />

'tir de 'leur patrie./ Ils 'font<br />

'dans'le plus fertile /tertoir<br />

<strong>du</strong> monde. §i n'eftatft point<br />

cultivé ott en #tire. 'tùût<br />

ce qui éft nëèeflairé'm la<br />

wie^que fisroitcçfr>iB^Pfl e»


D'HOMèRE, LivilX. n^<br />

«voit quelque foin ? Les<br />

anoiflons y feroienc abom<br />

dantes., la vendange y fei<br />

roit pleine. On y/jouïroie<br />

-«e trop 4e tiens.<br />

• Xe port e& commode,<br />

fl neft point neceflaire d'y<br />

jetter les anchres yks Tai£<br />

féaux y font en feureté.<br />

Mais poHr ,en fortir • y<br />

faut attendre un vent 'qui<br />

reporte les vaifleaux à la<br />

•mer„ ,oà fe ferVir> 4e xa<br />

ânes.<br />

Nous mouillâmes en ce<br />

Jieu par un ,pur hasard,<br />

il eftoit nuit. La -lune ne<br />

auifoit point , les. ténèbres<br />

cachoient toutes chofes<br />

•Perfonne n*avoit découvert<br />

«ette Ifle, on ne s W


m® L'ODYSSéE , -<br />

cevoit pas mefme que fo»<br />

devoit élire prés de H .ter-.<br />

re> ,.'-bien que- les .vaguer<br />

s'clevaffent , pour aller s\é-tendre<br />

* 6c le perdre fur le<br />

rivage. Cependant on ne<br />

fut pa* plûtoft . arrivé que<br />

Ton ployé les voiler. ' Ou<br />

attçndoit. avec impatience<br />

h jour j .pour fçavoit a<br />

iquçlles coftes ,00 ' ayoiç '<br />

jabprdé.<br />

Dés qull parut + ©ou$<br />

fumes ravis de voir un<br />

payfage fi charmant. Nous<br />

defceadiimes ' à terre ^ 'où<br />

tout eftoit plein de chaflfe<br />

Il y en ..feut pour • {pus les<br />

«raifleanx. . Qn em vefcut<br />

jcout. le-- jour avec le vin<br />

qu!on ayoit apporté dlf.<br />

Jîiar.ç., c Ot e»tei)doit le j?twjs


'ft'HélKSHB, LlV. IX*. ftï<br />

•tfe quelques ~Cyclopef,' qui'<br />

demeuraient fur cette coite;<br />

On voyoif la fijtnée de queli.<br />

ques-unes de leurs Cabanes^<br />

mais il- eitait trop tard pour<br />

s'avancer plus loiw. On retourna<br />

a la flotte. Et le<br />

fommeil y fit cefîer <strong>du</strong>rant<br />

-le refte de la nuit ,- rembarras<br />

'& l'agitation des«<br />

-matelots - •<br />

• Dés qu'il' fut' JoUr je'<br />

thoiiis les plus"vaIllanshomrmes<br />

de mon ¥aifleau % _&<br />

ayant donné* ordre de m*âttendre<br />

, je* promis de* recoure<br />

Ber , auflî-toft qttc j'aurois<br />

appris quels peuples Mbii<br />

toienC une Iflé, qui nous<br />

parôiCoic'fî belle & fi ni<br />

«àe.. - " " i


1» L , "0"DYSSB%' ..<br />

Je .defceadis à terre r ^<br />

après avoir avancé 'dans uHf;<br />

longue forait de kurier%,<br />

je trouve une caverne d'une<br />

largeur eftonnante. JJf<br />

trouvay un • grand nombrf<br />

de moutons ^ de b&ufv<br />

& de; chèvres , qui repo^foienr.<br />

Vis-â-vis de cette<br />

caverne s'élevoit une vafte<br />

Cabane , baftie de pierre de<br />

taille, le toit eftoit foûtenu<br />

par des arbres d'une<br />

hauteur c^oraordinaire.<br />

Nous ne trouvâmes pef^<br />

fbnne, dans • la caverve ' ny<br />

dans "la cabane. Le . Cy*<br />

clope eftoit aux champs ^<br />

où il_ avoit mené- paiftre<br />

fes ' troupeaux. Toute : fa.<br />

caverne eftoit' dans fut<br />

ordre que nous, admirions^


Les agqeaux fepatés dtjpi<br />

çoft^', les .cfcevreaux' d'api<br />

aptre t ceux " qui * ne fai- •<br />

foient que de naiftre eftoiei^t<br />

encore £epatc$< des plus<br />

fores i au refte tout le-meu-<br />

Me de fon ménage n r e£toit'<br />

pas moins bien rangé. On<br />

voyoit M .de grands pots<br />

à conferver le lait, ici des<br />

paniers dç jonc , dans le£<br />

-quels il faiioit dçs fromages.<br />

." " _ \<br />

Il n'y a voit aucuif -de<br />

mz: -fiûte.', qui n'aymafl:<br />

fnieu^ -fortir de là , §c rejoindre<br />

ai): pjûtoft les vaiL<br />

îçaux * que df s'arrefter.<br />

Ils vouloient emporter une<br />

•proyii|oa • de • •. frpmaga Sf<br />

•«mmçgçr quelques •moutons»,<br />

le", fe-retirer* £t pleuft ap


«4 r'ODYSSB'ï:<br />

Ciel, que j'euHe accepta -ce<br />

parti. Mais je ne vouloir<br />

pas fbrtir de ce pats r fans,<br />

voir ce Cyclope..<br />

Nous mangeâmes dans ;f|<br />

caverne en l'attendant; 'Nous<br />

avions apporté <strong>du</strong>- vin , que<br />

nous avions pris chés ms<br />

Ciconiens, à la prife dfe là<br />

Ville dlfmare. Un Preftre<br />

d'Apollon nfén avoir fait<br />

i >refe»t 9 pour reconnoiftre<br />

a protedion que . je . luy&<br />

avois donnée; Lors quej'eus<br />

pris . la.'-Ville-,. & que<br />

les foldats y pafoienr am<br />

Il de répée tous les àaBitans<br />

, je luy " avois. fauve la<br />

. vie , & à la femme x Se à.<br />

fit £lle. Comme il defiroiï:<br />

me témoigner le îfeCentimette<br />

<strong>du</strong> plaifîr' que je luy-avois»


fak\ il-me' fit" apporter donxe<br />

bouteilles d*une liqueur<br />

la, plus- excellente- qui ayt*<br />

jamais* elle',, il le# avoitf:<br />

gardées luy-- môme r fànf*<br />

vouloir en : donner le- foi».<br />

à- au€»n\ de les- fervitenrs^<br />

- Nous* ..mangions 'dès' fi-a-itiàgesr-<br />

<strong>du</strong>- Gyclope ,- to-<br />

Beu?ionS' de- ce vin ,- lorsr<br />

qu'enfin. il' arriva , rainer'<br />

nant' une grande partie de:<br />

fe& -troupeaux*.<br />

Je- fbs effrayé Y je *vwis^<br />

l^voite r en lé voyanr,,<br />

cfêftok" un vafte- .corps ,.<br />

comme celiiy d'une mon^<br />

- tagne. Il 1 n'y eut' jamaisi»<br />

motfftre plus épouven-cible.<br />

11 portoit. fur fes*<br />

épaules- une-charge de bds


s*6 * L'ODY'SSE*^ .<br />

fec y apparemment pour le<br />

feu de Ion fbuper. Le bruit<br />

qu'il' fit,; en le .jetcant à<br />

• terre , à rentrée $e h caverne<br />

r retentit fi fort t><br />

que tous mes compagnons,,<br />

iiifis de je ne fçay qu'elle.crainte<br />

, s'écartèrent pour<br />

fc cacher en différents endroits<br />

de cette terrible de*meure..<br />

. Il. .{ait entrer toutes lès*brebis<br />

& • toutes- les chèvres-'<br />

pour en tirer- le kit , &.<br />

H laifle dehors- tous les mâles.<br />

Il ferme' enfin là caverne<br />

f pouflapt une roche<br />

fi haute \ & fi forte r qu'il<br />

adroit efté impoffibie de<br />

h mouvoir , quelque* for cède<br />

boeufs v ou de chevaux, ^<br />

que Ton y aproit. em~


D-'HoMiiyBtiîT^rx, 127.<br />

floyée^<br />

Je - fe. Voyais" faire .tour<br />

fm. _ factage- r tantoft iirer<br />

Je; lait, de., fes . brebis Se<br />

de ks chèvres r tantoft aç.<br />

coinmoder t fes fromages r<br />

ici • ; fairp ., approcher lesagneaux<br />

.prés cie ' kups me*res;,là;<br />

lepr donner <strong>du</strong>-fou*<br />

jpage , & . travailler ' a toutes<br />

ۍs etiofes*.*<br />

Enfin il allumé / fôn £éwr<br />

$C comme Fobkprité , qui<br />

nous âvoit cachés , fut diffipée<br />

pat cette clarté , it<br />

nous appercent y ceux -li<br />

d'un ;cofté ;gt oeii^cy d'iw$<br />

;. Qui ' eftes vous donc ?"<br />

nous dit - il d'un ton me- •


•açànt. Des Pyrates',.. quf?<br />

•pour piller . &' pour faire<br />

périr les- autre»/ hommes ,.<br />

nç craignes pas, yotis-mémes<br />

de. vous* éxpofcr fur<br />

la mer r. Quoy r des, Marchanda<br />

que' l'avarice- fait.-,<br />

pafler d'Un- bout' de- l'Uni»-:<br />

vers a: fautre. ,s pour; ' s'en--.<br />

richir ,, entretenant- le : iuxede;<br />

leur, 'patrie • •v, Eftes-vous. *<br />

des. vagabonds- qpi- coures..<br />

fes. mejs , par .la- .vaine?curiqfite<br />

d ! àpprendte • ce • quii<br />

fe ' pafle "'chez autruy-?; '•<br />

'Comme- fi- -figure: éftoit:<br />

mouftraeufe , & • la voix- ru-- -<br />

de & effrayahte •, : -'il ; eft.<br />

way: que- nous-, eftio.ns;tknr<br />

«ne peine extrême dé # nous*; :<br />

voir "enfermés &- re<strong>du</strong>ks ; è*<br />

o ? eipera rien- que.-de- Min*


B^HbMiiôvti^DC H&<br />

tfiànité âè cet impitoyable:<br />

ntonftre.-. - .-' • •<br />

• Je pris' neantmôins; I* pa-iroîe,<br />

& J "luy dis que nousN'<br />

eftion»-- de- ces- Grecs- qui*<br />

avions- eu'- part 'à la guerre-:<br />

de-Troyé-, qu'après la'-priifè<br />

de-la- Vi) le-nous Retour--<br />

Bîons -en- Grèce- ,, que- les,*<br />

vents nous- avolent écartés,-,que<br />

nous- citions-< de l'armée<br />

d'Agamemnoir , que je:le<br />

priois* de- nous- tramer:<br />

mec: l^ofpitatité^ que -Jupiter<br />

a commander v & delà:<br />

(bu venir "que-.-les--- Eftran-igers<br />

font fous... la. protédion';<br />

des Dieux , & que l'on doit: '<br />

craindre de les-.offenfêr..<br />

Tu es Bien* téméraire •;,<br />

me dit. il fièrement ', dtf .nenir<br />

de fi. loin me-dife


nr fur la -ە$mm &* ftr<br />

'"Tôbeïflaûce r ' que €u fti*<br />

que " je dois^ aux Dieux»<br />

Appraaes que les - Gyclopes*<br />

ne * craignent' . point.. vofW<br />

Jupiter ,.ny vas Dieux, Pour<br />

. n'avoir '. pas-. elle- pourris- <<br />

-d'une -chèvre :y ils ne s^<br />

eftiixienr pas* moins Heureux,.-<br />

Je verray. ce qpe. je doisfaire<br />

de toy , je n'iray poinr<br />

confulter- d'Oracle : là-deflusr<br />

C'eft m


B*Hoii!EIUB, ÇlY. IX fjtv<br />

çftoit importer de ne pa^.<br />

fe découvrir i luy,, de craku<br />

te dégager tous ipes conw<br />

pagnons t fiç de les expofer<br />

à la fureur des; Gyclopes^<br />

Je luy dis donc que monvaifleau<br />

n'avoir pu "relïfter<br />

à la teiqgefte r & que- nous*<br />

avions eu-, beaucoup de peine<br />

à nous fauver <strong>du</strong>- naui<br />

frage. A peine écoutoit-ii<<br />

ce que je^difois. 11 nous><br />

regardoit avec fon oeil ter*<br />

rible r & dédaignoit de<br />

continuer à parler.. • Enfin,<br />

il fe iàifîc tout d'un coup- t<br />

"de deux- de mes compagnons<br />

y & après les ayoir<br />

' élevés en- àaut, il ' les abat<br />

avec violence ,. ft^leur écra*> ,<br />

fc la telle. 11- les met bien-.<br />

toit après en pièces y la<br />

terre eft couverte de leur-


ftngr ÏP cft ; . «ifàngfànt#<br />

Miy-mefmc. Ge - monfke *,,<br />

ec crttel monftre. les* marc*ge"<br />

; fit" les* dévore.- Iùgé&<br />

en quel* eftar nous' eftions^'<br />

a 1 voir ce ftoefte & épou^<br />

ventable repas;-<strong>du</strong>*-plus mé-éhant'*'<br />

de • tous • lés • Gyclo-a<br />

pèsj Gar--.que pouvions- nou&<br />

attendre?: '<br />

A]prés ( s'élire ' rsflafie'. de*<br />

ectte abominable manière;,.<br />

'&• avoir' bû* plufièurs- cruelles*<br />

de lait*, il s'ëtendir<br />

pour dormir- au milieu ! de'ûs<br />

troupeaux. . Combien de<br />

fois 4 - eus- .je- lé* deflHp de<br />

m'àpprocher de; lny , Bc<br />

plongeanr Inon épée- dans 1<br />

ion-corps*, percer fon cœur;<br />

pour vanger; la mort de<br />

• ihcs * deux camarades • ï *, Mair,


fe'HosmiE, LIT. IX. xft.<br />

"que ferions mus- devenus F<br />

II auroit fëlltr : périr' dans<br />

"cette caverne, car il eftbic.<br />

împoffîbie- d'bfter la • pierre.-<br />

. qui la fermoit*. H* fallut<br />

«lonc «tendre ce que- fâ<br />

criiauté déciderait' de* nô±iftre<br />

vie»,-<br />

A peine ce" crueffut-ii<br />

éveillé, qu'il-fe prépare un<br />

déjeuner auffi fùnefte, que<br />

le- repas* dtt-Tolr précèdent;.<br />

M tira le lait de.. k$- brebis<br />

, il' approcha lès petits*<br />

prés dé leur mère.- - It fit<br />

fes fromages' ,. comme s'il<br />

n'âvoit eu nulle entrèprifetxtraordinaire<br />

dans- reprit*.<br />

• II' prend" deux autres demes<br />

compagnons.-* 11 • en fait<br />

pu carnage horrible*.- Il -lek»


j$4 ï'Ofiftss.ï**<br />

déchire 1 -, & .remplit- de leur<br />

chaif Fabyfme infamble 4e<br />

Ion ventre*. Ce monftre ou^<br />

?re fa caverne plus £uoefte<br />

four nous % que fi- elle a?oit'<br />

cftc- h -retraite des lyons^<br />

#u des tigres, Jl'feit lortir<br />

au pafturtge fes .troupeaux,;<br />

& . comme il àvoit remiiè<br />

fam. effort la pefante -ro.<br />

che, qui- luy fervoit _ de por~<br />

«e, M s r m fert .pour .neuf<br />

'enfermer tous dans, fil • ca%<br />

yesne* -<br />

. Je * cEercEois-, '^ans jnoi*<br />

'Hfprie--quelque- raoyçn 4f<br />

f unir ce barbare r •& dç'<br />

pous cfelfwey <strong>du</strong> danger dç*<br />

devenir fa. proye*- M n'y'<br />

twoie aucune ^ppatence dé*<br />

Fattaquer . i, force -ouverte;,<br />

Ce n'éitaît J>M ipe refou%


ce. pour nous x de Jbafter<br />

ià rage par une entreprife<br />

fi v téméraire.- Enfin après*<br />

avoir délibère l©ng-teropsr<br />

voicy le moyen- .donc je<br />

fis eftat de-'me fervir.* Il<br />

y. avoit à- rentrée de &<br />

. caverne une mafluë : d'une<br />

longueur fi pridigieufer.que<br />

nous prenions garde que-<br />

•le mats d'une galère n'êftoir<br />

pas' plus- >grand.. Nous en v<br />

coupâmes- fur .la 'grofleuf^<br />

dequoy faire une autre^<br />

maflue. le la Is aiguifer<br />

en ' pointe.. Ee bois^ - cm<br />

eâanr.fer, elle prit aifemenc;<br />

le feu.. Mais afin que le*<br />

Cyctep'e ne -s%r apperceuftr<br />

pas ,-j'eus foin de la tenir<br />

cachée r ' jufqn'è ce que^<br />

Foccaïïon fut venue' dem'm<br />

• fervir à brader l'œil*


de ce menfim Quatre dey<br />

plus hardis- de la troupe<br />

entreprirent avec moy d*e:<br />

xecuter ce projet de ven*<br />

f<br />

îance , qui eftoit auflî le<br />

ul moyen; d'échaper â 6-<br />

jpagp.. •<br />

H revint" à fou ordinaire;<br />

mais il fit rentrer tout fon<br />

feeftaii- r & ii roula- la roche<br />

-contre l'ouverture : de ce<br />

trifte féjour. H recommen*.<br />

ce fon ménage accoutumé^<br />

•& lors-, qu'il fat preft-ifout<br />

per , il étrangle encore deux<br />

•det'noftres.. le m'approchaj<br />

de luy r portant en* mes<br />

•mains un vafe de-'ce vin<br />

-admirable, que nous'-avionsapporté.<br />

buvés-j luy dis-je- .<br />

peur- eftre me ; fçaurés vousgré.<br />

<strong>du</strong> prefenc que Je vont,


©TiOMEfcE, L1V.IX. X37<br />

«offre. C'eft un vin excellent<br />

qui nous eft refté après<br />

le ..débris Ae noftre -yaifleau,<br />

nous méritions d'eftre traités<br />

de vous d'Aine autre manière*<br />

Mais enfin voudriés-vous4<br />

dans la peine & l'inquiétude<br />

oiji nous fommes , nous<br />

ofter l'efperance de revoir<br />

«oftre patrie £<br />

ÎI prit la coupe, la beut,<br />

.& y ayant pris un extrême<br />

piaifir, il «n'en demanda<br />

encore une fois. le trouve,<br />

dit-il, cette liqueur fort<br />

bonne. Elle a je ne fçay<br />

quoy de l'Ambrofie & <strong>du</strong>.<br />

Medar! Les Cyçlopes oap<br />

de bons vins. Mais j'avoue<br />

,que celuy - cy les furpaifo<br />

j[l voulut fcayoir mon nom,<br />

& me promit, de me trai.


A3 8 L'ODTSSE'S.<br />

;ter avee Jiofpkaiité*<br />

Je remplis fà -coupe une<br />

troifiéme fois., il l'avale avec<br />

plaifir. Il ne paroiflbit plus<br />

avoir cette cruauté qui<br />

«ous effrayoit. le careflois<br />

.ce monftre, & je tâcnois de<br />

le gagner par la douceur<br />

de mes paroles. Il revenoit<br />

toujours à me demandermon<br />

stiom.<br />

Dans Ferrtbarras ©u feftoîs;<br />


JD > Ho : MElLB)LlV. IX %%f<br />

>geray. Voila- qifelîe eft Thoù<br />

j>ïtalltc -que je jpràti^ueray en<br />

mn endroit. , • *<br />

Hs'eftendit f tertre., en me<br />

prononçant fes terribles pa*.<br />

coles. Le vin & le fom-<br />

.fcieil l'accablèrent, '-Cefftoit<br />

•une " chofe 'horrible que-' -dé<br />

l'entendre' -ronfler," l Codeur<br />

•4U 'Vur mêlée avec celle,<br />

'dés chairs, q.çftl av6it der'<br />

vôrées. infedoit • toute tcetrt<br />

^taverne..' On' y" perifToit pat<br />

îa puanteur 4e fk isref^ira*-.<br />

jtion.<br />

; Cependant Jallay prendre<br />

fha jnailaè', j'aHùmay ' M<br />

"pointe dans le £eu* -que-le<br />

Cytlope : avok couvert - dç<br />

cendres. Je fis voir à mes<br />

compagnons l'importance de


^4° ".* "X'-O'DYSS-E*! ' -<br />

• fcar^ieJTe & Fintrepidké nous<br />

eftoient oeceflaires. Nous approchons<br />

<strong>du</strong> Cyclope. Peu-'<br />

dant que -quatre de mes compagnons<br />

-enfoncent c^ bois<br />

& ce feu dans fon oeil, je<br />

les .aydols a le déraciner, ôc<br />

joignant enfemble ' tous nos<br />

efforts., nous roulions ." JA<br />

{ jointe «de cette .maffiië- dans<br />

e fond de,:J*œil, dont le<br />

fang -coulent'de tous œflés<br />

fur Ija faceclli.'Gyciope^, ije<br />

feu ^rûlqit. fis' paupières^ Se<br />

lors qu'il Vint i.nager "dans<br />

le"lang, Il y fît le mefme<br />

bruit que Fon entend dans<br />

une forge, lorfque fon plonge<br />

un rer. chaud .dans l'eau, •<br />

pour : luy .donner la trç&npev<br />

"<br />

La douleur Ii^y fit jetter<br />

" " * " des<br />

~~">v


D'HOMERE^LIV. IX. i4f<br />

àes cris, dont toute la <strong>mont</strong>agne<br />

retentit. J] arrache<br />

cette mafluë qui -eftoit enfoncée<br />

dans iàtefte. Il appelle<br />

àfonfècours avec des hurlemens<br />

furprenans tous les<br />

autres Cyclopes. Il jette à<br />

terre cette fatale mafluë Se<br />

cherche ça & là 0ù nous<br />

eftions.<br />

Apres l'avoir aveuglé de<br />

-cette forte, nous nons ctions<br />

retirés loin de Juy, &<br />

nous attendions quel feroit<br />

enfin l'effet de fa Tage &<br />

de Ces -cris. Un grand nombre<br />

de Cyclopes, qui avoienc<br />

enten<strong>du</strong> ces hurlemens, accoururent<br />

à fa fa porte, &<br />


241 x X'ODY.SSB**<br />

FOUS avoir attaqué dans votre<br />

maifon ? Comme celuycy<br />

s'eftoic perfuadé que je '<br />

me nommois perfonne , il<br />

»e put leur faire comprendre<br />

en difant'ce nom, qu'il<br />

y avoit un ennemy au dedans^<br />

dont -il .avoir cité<br />

snaLrraitté. Car Je fens de<br />

fon difcours eftoit confus.<br />

Ils entendoient qu'il n'avoit<br />

efté blefle de perfonne , &<br />

pour luy il rejQfentxrie une<br />

fi violente douleur, que fes<br />

cris ne faàlbietu: qu*augmen-,<br />

ter Terreur des , Cyclopes t<br />

à laquelle il a'eftoic, pas çn<br />

eftatde prendre garde. C'efl:<br />

une afflidion f ajoûtoient-ils,<br />

que Iupiter fenvoye. Il faut<br />

ployer .fous les coups de la<br />

colère, quelques rudes qu'ils<br />

|biçnt. Mais il faut je fojj-


D'HOMèRE, Lir. IX. .243<br />

venir d'invoquer Neptune<br />

ton père. Il appaifera l'indignation<br />

<strong>du</strong> Ciel. Il n'arrive<br />

jamais que tous les Dieux<br />

foient irrités en mefine.<br />

temps.<br />

J'écoutois toutes ces confolations<br />

& je fus ravi d'entendre<br />

qu'ils fe retiroient.<br />

Iamais une équivoque ne fut<br />

plus à .propos. Elle les tronu<br />

pa tous, & nous fàuva d'entre<br />

les mains de ce furieux.<br />

Jlalloit de cofté & d'autre<br />

dans fa caverne. Il eftendoit<br />

ks bras, & tâchoit de nous<br />

prendre. Mais il n'y avoit<br />

rien de plus ayfé que d'échaper<br />

à toutes fes pourfuit-<br />

-tes. Car ï'jefpace eftoit grand,<br />

-& quand il nous auroit pouC<br />

Siés dans quelque coin , on


:i44 -L'ODYSSE'E<br />

pouvoit - facilement .s'en dj%<br />

gager, prenant quelques melures<br />

pour paffer ..ai feureté<br />

prés de luy.<br />

Il crut qu'il nous arrefte-<br />

•roït au paffage. Il ouvre ,â<br />

demi fa caverne., de forte<br />

iqu'iï n'y avoit de place -que<br />

pour .palier trois !ou 'quatre<br />

enfemble. Il fe met au. -milieu<br />

qu'il occupoit en eftendant<br />

fes bras £c £e$ jambes.<br />

Il commence à faire fortir<br />

fes moutons ,5 & a les tàfter<br />

ïes uns après les autres. Nous<br />

aurions efté les plus téméraires<br />

<strong>du</strong> mpnde de donner<br />

dans pu piège fi -greffier.<br />

Cependant • :il fallipit ou for.<br />

^tir PU périra Mes compagnons<br />

•me prioient de les délivrer<br />

,d*qnë' #iort fi' -funefte. • 5 e


• ï ^ H Q M E R E , L i v ^ I X . 1 4 5<br />

repaflbis 1 dans ,mon efprit<br />

une infinité de ftratagémes.<br />

Enfin ayant chpifv neuf des<br />

plus/ beaux ôc des plus forts.<br />

Béliers , je les aÇtachay trois<br />

à troisy &je liay fous leuij<br />

yentrç chacun de mes conv<br />

pagpons y qui paflerent dq<br />

gette focçe heureufement, fan*<br />

ffe regqnnws..<br />

Je tentey le.mefme bazard<br />

pour moy.- H y ayoit u,g<br />

freUer plus grand & pîit*<br />

fort que tous les autres.<br />

Je me cache awiïî fousfo^<br />

ventre & me tonapt lié avçç'<br />

Iviy ,- j'avance jafqu"à Ja porT<br />

tè.- Le Cycfope le touche ^<br />

le reconnoift à l'ëpaifleur de<br />

fà laine y le earefle, & le.<br />

retient. Comment , difoit-il,<br />

CU 1 n'es pas aujourd'huy te<br />

L n'y


24^ ' I/"ODY'S-SE*B" -<br />

premier au pafturage MM éf<br />

couché de l'affiiéhon de ton<br />

maiftre ? -TU ne vois plus<br />

cet oeil qui te- con<strong>du</strong>iîoit •<br />

& que tu copnoiffpis. Un<br />

traître me'; l\ arraché. Tu<br />

me <strong>mont</strong>rerais ce traître;<br />

fi ta pouvois m'exprimer<br />

ta fidélité. Si je le tenois<br />

•ce feelerat , qui m*a empois<br />

fonné de fon vin , & qui<br />

m'a- ftt'rpr» parla feinte douceur<br />

de Tes paroles r Faut-il<br />

que ce mîfèrable "n'ait pas<br />

Ja tefte écrafée. contre ' ce<br />

rocher ? Eft.il poffible qu'il<br />

fè ' dérobe à mon ' refléntiment<br />

? Qu'il ^riflè , & je<br />

feray fkisfait..<br />

Ce monftre occupé de &<br />

rage , de fon ckfefpoir , de<br />

& vengeance , faille -paflèi-


• B^HoMEni, LUT. IX. f47<br />

le bélier que -je tenois erafcrafle<br />

par' la leine de fon<br />

col f & qui' m'aydoit "à<br />

tampet contre la- terre.<br />

- Nom fefpirâmes avec plat.<br />

Ir , lors que nous fûmes en .<br />

liberté. Chacun prit tout<br />

ce qu'il peut' emmener des<br />

plus beaux & des meilleurs<br />

fiftoutons , Se avec ce butin<br />

IïOUS fîmes toute la diligence-<br />

poffible pour defeendre<br />

au rivage , -oà"-me$ compagnons<br />

demeurez ; au vaifleaa •<br />

m'attendoient avec ; une extrême<br />

inquiétude. On char,<br />

ge au- plutoft' ce que nous"<br />

avions-.- Nous <strong>mont</strong>ons fut'<br />

noftre bord t te les matelots<br />

affis fur leurs bancs nous<br />

tfloignenr de- cette maudite<br />

terre- à force de rames^<br />

Lïiij


]Le Cyclope* accourut au*<br />

Bruit qu'il entendoit r maisnous'eftïons<br />

déj^ aflçs avan~ces<br />

, pour pe- plus craindre<br />

£es menaces.. Le mal-heureux".<br />

& le barbare,',difois-je r d f avoir-<br />

indignement- violé: fe<br />

droit- d'hofpitalké. .Falloit-li,.<br />

horrible monftre .,... faire<br />

un carnage* impitoyable deceux<br />

qui t'âvoienr confié-<br />

.'leur vie i C'eft une jufticede<br />

t'âvoir ainfi" .traité; D&.<br />

vore maintenant , miièrableaveugle<br />

* ceux que le, fort.<br />

jettera lue ce rivage..<br />

IF entendit- mes: plaintes;,.<br />

& mes reproches 9 & -il. ne<br />

put les fouffrir^ -Ççinaie il<br />

•avoit la force " d'un Géant,.,<br />

il prend la moitié d'une roche<br />

a l'élevé dans fès;.iQ9ios*


fi ? H'oMEKB, LlV. IX. 24^<br />

&. kt" % pqufle ' avec ¥ioleoce.<br />

Il eft vray qu'il s'erj falur<br />

fort' peir-, qu'elle # ne tombait<br />

fur le; vaifleau.- Elle"<br />

l'âuroit enfoncé* - dans la mer,,<br />

ùit <strong>du</strong>' .môia$ elle" auroirabatU'Iè-*<br />

ftfa&'j- fa: cbute 'fit un-"<br />

êÊrê^ûbh 'bmit^ La mer* s'en*<br />

éfiitfë : ïîês yagues's'eleverenr^<br />

& le ydîflëaO'futfpri&'''pax uw;<br />

tourbillon; impétueux desilotsqffr<br />

: fe chQquereht r alla" re~<br />

tôuéb'er*- le mage. Oh" fer*<br />

crp-t-per<strong>du</strong>^ mais d*ua- coup"<br />

de rame, dont: je frappay %<br />

terre , je repouflay en» merle<br />

-vÀiCBM v '-on .redouble ks '<br />

efforts -dûs rameurs--,, '.oq fé*-<br />

Joigne ••;. chacun: penfe: à fe<br />

retirer d'un' péril £. terri-ble-<br />

- * •<br />

-fetie-pouvais m'erapâfchsfc<br />

L v


*$>• i 9 O D Y S S E ' E -<br />

d'infiilter au Cyclope.. Apx<br />

prens y luy dis»-je , .que le<br />

nom* de Perfonnê't'a trpnw<br />

pé.. Je- fuis UlyCe fils de<br />

Jtaërte. Tu es. trop-heureuxi<br />

de n'avoir pas perL- Tu le<br />

mcrkois.. Mais ca; vie m'eftoio<br />

iieceflàire pour „me • fervir de<br />

tes bras r à, nous; ouvrir la<br />

porte de ta caverne. Sans;<br />

cela, tu, verrois i prefènt. le<br />

Palais de. Pluton y & m ne<br />

ferois.- pas, encore -fur-la.ter.-;<br />

ne , pour . infeâer ce rivage<br />

par- ta, cruautés ..'.-.<br />

• Ce- dïfocrtjifs FétQnoa.* ! îi-elfc<br />

•ray-j dit-il, que -ton, nom»<br />

m'a. trompé; On, • jn&voit<br />

jMcdk que. je perdrois la.<br />

Jumiere -par un ftratagéme<br />

d*tî?yCè«. ïl faut o.beïr au,<br />

4ellii3u. Ma» nos toie^ font:


• B ' H O M I M , L i v : i X . 2 5 1<br />

paflies. Approche ton-vaifl<br />

fcau v tu- recevras» de moy<br />

l'hospitalité que- m dois en»<br />

attendre. Neptune eft mon<br />

gère , je le -prieray de t'eftr©<br />

favorable. Tu nfas rien - k<br />

craindre de mon, reflentiment^<br />

Si .tu ;m'às pfté- la lumière,<br />

it peut aifement. me- la. renJ*<br />

dra.<br />

€e difcours- îjto plaifoit £<br />

aucun, de mes ./compagnons.-<br />

Ils ccrêooiêiif^ de- retomber<br />

cjntre tes mains r. car enfi».<br />

ils ne. ^aifoient pas un grand* '<br />

fond fuK.toutes'fes^promeCes.,<br />

Ils avancèrent donc de plus*<br />

en plus fur la mer.. Le Cy~dope<br />

rfdperant pjus>fe van-<br />

_gpr de nous-par luy-mcmef.<br />

adreffe cette cruelle - priere-<br />

A Maxime*. . .. . \ i<br />

r


ij* ' i'O DYSSfe's "' :<br />

- Dieu de la nier , s'écria^<br />

t-ti, putfque vous' elles mon.<br />

père, &c • -que je -puis me<br />

donner la gloire-- d'cftre<br />

voftre fils, vangés - moy dm<br />

fis 'de LaSrte... - ' Empei chezce<br />

-vagabond, ce âeftro&eur<br />

de -villes ,-4e- revoir f;: jâiîiaî*<br />

fa" patrie, 8i 4es «déffim Vpp* •<br />

pofènt à mes veux-, <strong>du</strong> moins<br />

qu'il n'y retourne.- qu'après<br />

snroir per<strong>du</strong>- toti*-. 4cs • Grecs •<br />

de ùL fuite, & savoir'fonffeit;.-<br />

CDUS les- cnacix:'t^t 9 ilv:-.meHcè.\<br />

'M ajouta mille-, imprécation? '<br />

,contre nom *. 8c «6ns* voulut •<br />

accabler une ïècwide ; (ëk^<br />

• d'un' rocher r~'^*&''fëhça-"<br />

comme 1 ' fi ce' &a#àit 'tlVé.*<br />

qu'une ifiëoh'e'-qtôl .eiift ifëçr<br />

avec un arc. Le -gouvernaite»<br />

• fut pr&fque- -emporté.- Oa *<br />

fe Jiafia ^de rejoindra-*o* :


v&ifleaùx' r>à' fôn : '- efioir<br />

dans- une -peine:' ; extréf¥i«de-<br />

nous.. On partages. If •<br />

butin- entre, tous r fie om<br />

offrit fur le rivage un fiucrifice<br />

à-. Xupiter^ '-•• • 'i<br />

. Mais il; eftoir inflexible.,<br />

'Il avoir refblu-de nous faire<br />

périrv fit. je- ne. fusexempt<br />

;


154: IîODYSSB'B<br />

mir les- voiles au vent-, 6c<br />

on commença à voguer, en<br />

pleine mer.<br />

Fin dû neuvième Zivn:


»*HOM£RE , LiVvX. »5j,<br />

t<br />

ï<br />

LODYSSEE<br />

D'HOMERE:<br />

•O-US arrivâmes; en.ï'ïfle<br />

d'^Eolie ,, on;<br />

règne ce Prince (L<br />

çkeri des Dieu*,.<br />

M


fj# . -fc'ODISSES '-<br />

machines de guerre , & un<br />

rojcfcèr î'iîeye # haut, î|ue<br />

l'ôu j^eur de deCuy déçip»yrir<br />

jessMmeoient lpin.<br />

Il a-fix fils^ fi^fix filles^.,<br />

qu'il kyéaifc i$u£ t^d^ri^r*<br />

il ne cherche- poinr d'autre<br />

pfaffir;i|iig qtliiy:4^ftr# éditeur<br />

cbmpâgnie^ mais pour les<br />

rendre- infeparaBles, fiefèvoir"<br />

dSfflTfottforô riar^fifëcr «s<br />

cette .b,£lle famille^ il' ne leur<br />

a- poinC* chekcSe r: '^attiaoces<br />

étrangères:, mais il a donné-<br />

I : Chacune 'de : ~fes; x 0çs . uÂ*<br />

r * "foute cette r: imîfpn . eff<br />

«crûjours' dans les% divertifle><br />

mçnts^-ou'-k'-joye'' qu'ils ont<br />

à*^ftre enfemblé \ leur' fait<br />

tttt 1 jrtaifiîr dont'- ils ne- fe


' D'HOMEKE, LlT.X'. 257-<br />

faflent" point..<br />

' J'y fus recéu-le plus agréablement"<br />

<strong>du</strong> monde..' Le Roy<br />

m'obligea d'y pafTerun: moisentier<br />

,, 8c de luy" raconter<br />

les avantures'- des- Grecs" ? &<br />

là'prife de Troye,. dont il<br />

apprenoir avec plaifir tout<br />

le.' détail. Mais- comme je<br />

ne penfois qu'à mon - retour,,<br />

je le priay- • d'approuver la<br />

refolùtion que" j'àvois -prife*<br />

de ne refter pas plus longtemps<br />

en i£olie..<br />

L'êbvie .qu'il' eut de* me*<br />

faire:-, plaifir l'empefcha de*<br />

s*bppofer; à- la: prierez


tous les vents qui pouvoieno<br />

me nuire. Car Jupiter luy<br />

% donne le ..pouvoir de lesretenir<br />

% ou de les lâcher^<br />

1J attacha luy.mefme cette<br />

peau avec. des cordons d'argent-<br />

& de^foye dans un<br />

endroit -<strong>du</strong> vaifleaa- 3. &<br />

Jors- que je fus fur le point<br />

de partir % il nbus donna un<br />

vent fi favorable ,.. que nous<br />

eftions feurs" cfarriver toîcn*<br />

toit .en Itaque. Mais j'eftoi*<br />

refervd encore & de oou-'<br />

velles avantures ,.&mes.compagnons<br />

furent eux-radm»<br />

la» caufe de leur perte-<br />

U y avoit neuf" jours. ^<br />

qu'ayant toujours le mefirie<br />

vent en. pouppe t. nous avions<br />

couru fi. heureufement. ,,<br />

qu'enfin* nous, decouvrimes»


D'HOMèRE, LIV.X. XJJ<br />

Itaque , & que nous- en<br />

eftions- déjà- • aiTés prés ,<br />

pour voir les flambeaux<br />

que^ Ton apportoit fur le<br />

rivage r lors que'la nuit fut<br />

'un peu avancée.<br />

Il eft vray qu'ayant efté:<br />

fatigué <strong>du</strong>rant* ces* neuf jours,.<br />

par- des ' veilles • continuel:*<br />

fcs r je me- laiflày abbatre<br />

au- fommeil ,. lorsque je<br />

crus* qu*ii ne pouvoir plusnous<br />

arriver . aucun; mal.<br />

heur. Nous eftions à la rade<br />

-, & il. n'y avoit plu»<br />

qu'à atten<strong>du</strong>e le - jour, pouç<br />

entrer dans le port... Fa-.<br />

vois*-veu que Ton y. atten»<br />

doit 'avec le mefme. em-*<br />

preflèment. que nous avions<br />

cFy arriver f fi les écûeils<br />

& les bancs, de fabk $ qui-


en rendent" l'entrée difficile^<br />

ne - nous* avoient" obligés<br />

de'«différer jufques* au' leiwdemain<br />

r pour' ne ; 'pas- nouseipofer<br />

au perif. d'eftre bri


:D'HoMÈk! ,liy.X. - %6f<br />

vvèroit.<br />

'Eft-.ce pas .entre nousrûne<br />

' coutume inviolable ^<br />

fe difôieût - ils 9- % que Foti<br />

partage tout ce que Lon<br />

gagne i Eft-il jDfte .que<br />

nous' ayons texpofé -.noftre<br />

vie ' à .tous le* dangers 9<br />

&


%6i L'ODYSSE'E<br />

j*re pour exécuter leur entreprife.<br />

/<br />

^ Ils .détachent cette peau<br />

la taie ., où . ils -croyoient<br />

trouver des tréfors. Les<br />

vents en " ibrtent ; avec violence<br />

, & nous repouflant<br />

en pleine mer, JIOUS portent<br />

avec une extrême impetuofitc<br />

' vers les coftes<br />

d'fldEolie.' Je m'éveilfay .f<br />

mais je vous avoue que<br />

d'abord je ne pouvois pas<br />

comprendre quelle effcoic<br />

une révolution fi étrange.<br />

Quelque temps après je .me<br />

trouvay. accablé de douleur<br />

& de defefpolr. Je ne croyois<br />

plus eftre obligé .de. penfer<br />

à cooferver ces ingrats, qui'<br />

s'eftoient attirés leur propre<br />

maLheu^, Cependant ils


D'HOMEUE yiLiv.X. 163<br />

ttchoient de me • fléchir<br />

par leurs larmes. ' Les -vents<br />

ëiloient violents , .& 'je n'a-<br />

.vois jamais couru la mer'<br />

avec tant de rapidité.<br />

* Nous relâchâmes en peu<br />

de' temps , au port d\*Eblie<br />

j ou j'entrepris une féconde<br />

féis ,de mettre -le<br />

Roy dans 'les interefts de<br />

noftre - retour , & • de " feuver<br />

ceux qui- m'a voient<br />

trahi avec tant de lâcheté.<br />

•Mais ^Eole ne voulut plus<br />

m'entendra. 11 me conftdera<br />

comme un ''homme qu'il<br />

ne luy -eftoït pas permis<br />

d'alïîfterç puis, qu'il fèmbloic<br />

que les Dieux te declaroiçnt<br />

trop contre moy. Il me<br />

crut coupable- 5 parce que<br />

je «'eftois. pas heureux, La


.1^4 X'ODïSSE'E<br />

profperité dont il joUiflbit,<br />

l'empefchoit cle croire que<br />

la. vertu fe trouve fouvent<br />

.aux prifes avec la fortune.<br />

'<br />

Ainfî je fus contraint .de<br />

.quitter VJEolie , fans y recevoir<br />

aucun fecours. C'eft<br />

alors que mes compagnon?<br />

n'efperant plus de retourner<br />

en Ithaque, fe reprochoient<br />

les uns aux autres la faute<br />

qu'ils avoient >commife ,_ &.<br />

qu'ils me faifoient mille<br />

prières pour leur en accorder<br />

le pardon , nous fumes<br />

fix jours entiers fiir la mer<br />

iàns découvrir aucune terre.<br />

Le feptiéme j'aperceus<br />

me «cofte , & ayant moyiîiefme


*mefme le gouvernail en main,<br />

BOUS allâmes vers -une Ville<br />


x$6 L # ODYSSE'I : '<br />

ques-uns pour découvrir quels<br />

•peuples habitaient en ce<br />

païs<br />

'C'eftoit ccluy des Leftrl.<br />

gons, qui paffent leur vie à<br />

nourrir grand nombre de<br />

troupeaux s & h 'ville eft<br />

celle de Jtamos s ou regnoit<br />

Antiphate. Mes Compagnons<br />

qui eftoient allés vers la Villet<br />

rencontrèrent prés la fontaine<br />

d'Artafie la fille- de ce<br />

Roy t qui ne dédaignoit pas<br />

d f y venir prendre de Peau.<br />

Elle les con<strong>du</strong>ifit au Palais t<br />

où ils trouvèrent la Reyne fa<br />

mère $ rtiais elle eftoit d'une<br />

taille ïï 'monfirpeufe , qu'ils<br />

commencèrent à craindre d*é*<br />

tre tombés dans des mains<br />

au Si cruelle» > que celles de<br />

Polipheme, Es effet &~prç-»


fmce' d'Antiphate les furprit<br />

tellement, -qu'ils ne purent<br />

.-s'empefcher de ie retirer a»<br />

plûtofl: de devant luy 9 & de<br />

prendre la fuite.<br />

Il prévint un de ceux qui<br />

fuyoient, il Feftrangle impitoyablement<br />

^ &. fait pourfuivre<br />

les deux autres qui Fac-><br />

compagnoient, pendant qu'il<br />

dévore celuy qu'il avoit iâifL<br />

Tous les Vaiffeaux furent fur-<br />

' gris avec 4ceux qui vouioienc<br />

ry retirer. Leur-fuite ne fervitqu'à<br />

faire connoiftre a ces<br />

cruels • Leftrigons ,• l'endroit<br />

.que nous avions; pris -comme<br />

«n azile. Ces peuples ne cèdent<br />

en rien aux Géants. Ils<br />

-•en ont la taille, l'înfolence<br />

& la ~cruautc. Il fallut céder<br />

a leur nombre* llsaccabloient<br />

Mij


nos Navires à coups -de roches<br />

j il .ify avoit aucun nio*<br />

yen de refïfter. aux redoutaoies<br />

.aHàuts qu'ils nous donnoient.<br />

Ils entrèrent de tous<br />

coftez , & ils tuoient rout ce<br />

qui s*i>ppofoit à eux. "<br />

Tout ce que je pu faire<br />

dans cette extrémité, après<br />

avoir efïayé en vain de les<br />

jepouffer ^ fut-de couper lés<br />

cordes qui attachaient mon<br />

t vaifleau au rocher., & de me<br />

mettre en mer , pour fauvèr<br />

<strong>du</strong> moins ceux que j'avois<br />

avec moy„ Ainfi il ne me<br />

reftoit plus -qu'un feu 1 vai0eaut<br />

fous les autres avoien.t péri,<br />

-& 0'a.Yoienc pas différé fort<br />

long-temps.à eftre punis de<br />

h . conjuration qu'ils a voient<br />

ibjmée cjontre ;moy 9 lorfque


flous fûmes fur le peint d'arriver<br />

cm Ithaque:-<br />

• Mais il n'èftoit plus tempsdes^eiffouvenir<br />

} le péril comfimin',<br />

où nous eftions, nous-<br />

• avoit tous retïnis - 8c il ne<br />

s'agifloit plus de fe reflentir<br />

des injures particulières , aa<br />

moment qu'il falloir fe -delà<br />

vrer d'un ennemi', qui- nous<br />

attaquoit. On ; ftt des effortsextraordinaires<br />

pour fe mettre<br />

en feureté. Les uns tem<br />

doient les voiles , les autress'employoient<br />

à- la rame. Icy<br />

on" repoufibit ces Géants r<br />

qui s'avançoienr jufques dans<br />

la mer > pour nous retenir-<br />

Là attentifs au vent, & aux<br />

courants de la mer, on» les<br />

menageoit^ pour fe* retirer <strong>du</strong><br />

f eril r où nous nous trouvions;.<br />

' " mjr •••


%jO l r OD¥SSI-l<br />

Enfin après aYoir efté quelques<br />

jours fur la mer 3 j'arrivay<br />

â nfl'e d"i£aa oi faàbi*<br />

toit la belle Circé/ cette<br />

Nymphe immortelle, forar dûprudent<br />

jEate ,.quiavoient le'<br />

Soleil pour leur père > &Perfé<br />

fille de l'Océan T pour leur<br />

mère. Mais que nous fervoit-<br />

II d'eftre arrives à cette.cofte..<br />

Nous n'avions, prefqué rien à<br />

efperer i & toutes chofes à<br />

craindre, nous paffâines dans<br />

en port écaite deux jours &.<br />

deux nuits dans la plus grande<br />

inquiétude <strong>du</strong>' monde. Ne<br />

fortirons-nous-. jamais,, difoiton,<br />

des' dangers & des fatigues<br />

de la mer, que pour<br />

rencontrer fur h terre des pe*<br />

rils^& des aYanturés encoreplus<br />

fâcheufts tlï hm% bien*


i/HoMERE, LlV. X. 1-ft<br />


*7* Z*Oî)Y$$BTM.<br />

pour reconnoiftre déplus priés?<br />

.quel .fecours nous pouvions<br />

en attendre. On arrefta donc<br />

.que quelques-uns iro.ient.avec<br />

ordre, de s'informer exaucement<br />

de la. religion & des<br />

•mçeurs des peuples de cenourtveau<br />

pays^<br />

Cependant comme-en nfé*<br />

Joignant <strong>du</strong> rivage , j*eftois«<br />

,cntjré avec mes. armes, dans,<br />

une foreft y qui. n^eftoit pas,<br />

éloignée v les Dieux, qui n'a.<br />

-banaog^<br />

"mes jufques à leur refiifer les<br />

cfiofes. neceflaires. à leur con.<br />

fervation*,:- Les pieuxydi$~je,<br />

1 me firent, rencontrer- un.Cer^..<br />

qui defçeûdoit d'ùn-pafturageélevé-*,<br />

four boire; dans,.un<br />

ivuifTeau-,. qui epuloit. à l'en*<br />

ttée dd-^ foreft,.& qui.poiv


toit à- la .mer de* ondes -plus»<br />

belles < que- " forgent* k ; plus*<br />

pur. , Javois . mon épée f»<br />

mon aro & mes flèches-,, il»<br />

eftoit fur le bord <strong>du</strong> ruifibau,*<br />

lorfque la flèche que- je<br />

tiray luy perça réfpine- éw<br />

dos ,- depuis une extrémité?<br />

jrifqu'à' foutre.. Le-*coup • fo-^<br />

yant*. rerarerfé il fe-releva sw<br />

vain- à' direifer reprifes r la/<br />

playe.- eftoit- fi'grande &- fi:<br />

profonde f qn'à-peine j'eus' le:<br />

tfemps' d'arriver y. qu'il eftoit"<br />

déjà fur fes fins.. Il fallutap^<br />

poyer mon' pkd> contre, iuyv<br />

pour retirer- ma flèche ^. tamril<br />

avoir elle pénétré- de- Ut<br />

idoknce-cbir-coup.. .<br />

Tour grand qui! eftoit, ]c %<br />

«e-laiflay pas de le charger*<br />

fur moy». L'iurdeur ;que j'avc»8>«


1J4 I'ODYS S E*I<br />

de fecourir mes Compagnons<br />

dans k dernière mitere, où*<br />

ils .eftoienf 3me rendoit cette<br />

charge moins pelante.. J'en<br />

mois lié 'les .pieds- avec des*<br />

branches d'bfîèr, pour l'apporter<br />

fur mes-efpauîes plus aifément.<br />

Je me ibutenois. cm<br />

m'appuyant -fur utr javelor<br />

que j-avois à la maia,.& j*àvois<br />

.de k joye d f àborderainli<br />

mes compagnons T qui m'ac»<br />

tendoientfiir le rivage. . .<br />

• Mais amr$r leur dis-je, il<br />

n?eft pas encore temps de def-<br />

"cendre à la trifte demeure de*<br />

Pluton.. Non-, les Dieux qufc<br />

nous éprouvent par' tant de*<br />

malheurs ne .veulent-pas aujourd'hui<br />

que vous periffîer<br />

de faim, r Ceftf un de leursprefents-<br />

que je vous apport^<br />

recevons ce qu'ils -nous pat


fi*HôMÊRÉ, tiV'.'X. IJf<br />

envoyé, noftre bon-heur défend<br />

de leur volonté.<br />

Ils écoutèrent avec plaifi*<br />

ce que je difois. On apprefta.<br />

en diverfes manières cette*<br />

feeureufe chaCe , que j'avoit<br />

faite , & on pafïa le reljre <strong>du</strong><br />

Jpur'^ en mander, relevant<br />

par lès douceurs de l'ëTperancè<br />

l'extrémité de l'eftat o&<br />

liôus eftions ré<strong>du</strong>its..' •.<br />

Ënfuite, lèfomrneil vint noué<br />

faire oublier tous nos deplaifirs,<br />

& bien que nous fuflions<br />

fcs hommes <strong>du</strong> monde les<br />

plus malheureux , la nuic<br />

ftieut appaifer'par iè" repos<br />

«eus les léntimèns de'nos infortunes.<br />

Lorfque le jour parât,<br />

on tira au fort, & Êurytegirefijiyï<br />

de vingt-deux nom*<br />

M vj


%j£ • L'ODYSSéE<br />

mes fut- obligé, d'entrer dans-<br />

Je. pays ^ & djén* rapportecdes.<br />

nouvelles. Je demeuray.<br />

avec vingt-deux autres, fur-Jevaifleau.<br />

Véritablement cette •<br />

feparation efto.it r»dc de.gart:<br />

$„ d'autre.*<br />

\ Us fe fouvenoleat.d'iinicoflc:<br />

'fies. Çyclop.es fie. des Leflri-.<br />

gons^de Pojypiieme. fit d'Atu».<br />

tiphate ^ 8c. ae faatre.. il iious*<br />

çftoit ipipolible.- de. n'entrerr<br />

m$ pour. - eux, dan$*le$-:?erita-.<br />

&es..fujëts ' qu'ils, avoièhr d^ë^<br />

ère. effrayer. La,..douleureftoitc<br />

ëgale des deux.;, collés.-. Nous.;<br />

nous vpyons,.aJb.aadonnés fans,<br />

lêux fecputf..^ &.aa.fie« f£ea.<br />

ètperèr/^ -nôjbs./eftio^ renw.<br />

plii,d.e. crante qu'ils ne perif-.<br />

ftnt ep:&méfmçs'v' iû :{alloient><br />

4jproiiyer. ime/foîtuRç^jn.cêirr-:<br />

*Y ~..*


taine.j-.ft: la^noftre n'arma<br />

{ jjoint. d'autre, refïaurce ,.jque •<br />

es périls 3 ou Us s'alloient:<br />

expofer/ ;Sans de. nouvellesprovisions<br />

,, il n'y. a voit plus.<br />

d'apparence, de fe. remettreen<br />

mer.. Mais..pour en-avoin*<br />

il, falloir, fe. bazarder:;, te<br />

nous, feuVer,- ainfL tous, en*femble-,<br />

ou" périr - tous 7,lc&><br />

iras -par - la. cruauté des bar- -<br />

tares -,., les-autres par la' faim,»,<br />

pjus> cruelle., qpe les barba*.<br />

tes* meftnes../ Au; Fpftèrnous*<br />

ne * fçavions.. en,_cpel» co.ftéç<br />

<strong>du</strong> monde .nous-avions abbr-~<br />

àé., Nous-avû>n& entièrement*<br />

per<strong>du</strong>. noftre route;; te - Mu.<br />

dj^h Sepieptrion^rprient^<br />

KOccident, ^ ne" nous^ .eftokat j<br />

plus -connus..^ - * • " \


me* mefle nos larmes er£<br />

fem&lè ,- Eurylôque partir<br />

ayant reeeu mille témoignages<br />

de noftre amitié , car 1<br />

BOUS ne pouvions pas faire<br />

âfféV de veux pour obtenir<br />

<strong>du</strong> Ciel qu'il luy donnait<br />

an heureux fuceés de cette'<br />

•ntfreprifè.-<br />

Us allèrent vers Pendroitf<br />

d'où j'avois veu fortir de la?<br />

fomée. En effét ils y trou-r<br />

vërèrit fur le penc&ant d'ùir<br />

cofteâu une taaifon Bâffie<br />

de très- belles pierres de*<br />

taille.- lofais s'en citant api<br />

proche* ils Virent' fàtûp uni<br />

grand nombre de lîotrs -


&Vo«iia;B,ImX. vj'f<br />

leurs fiflènt. Ils en eftoieiïtr<br />

lattes avec plus d'èmprefe-ment'<br />

qulls tfàutoietit: effcd*<br />

de . leurs chiens- meftnes^<br />

Cependant as eftoient étrangement'<br />

furpris- de fe voir-"<br />

au milieu-' de ces- lions r ôc<br />

de ces loup- ? Car ils ne<br />

%avoie«r pat encore que la:<br />

Mymplie de ce îku les avuir<br />

apprivoifes rm que par le'<br />

moyen- de quelques- herbes*<br />

enchantées r elle avoir changé-<br />

leur .férocité' naturelle*<br />

en douceuf x. & en: ferailia^<br />

«té;<br />

-Comme -ils a , èffoienr pat*<br />

éloignés dit •' cfeafteau ± ils*<br />

entendoienr la voir de- la.-<br />

Mympbe T qui y cftoir %. fie<br />

qui païlant le temps à de*'<br />

«wrages dignet d'une Déel%


fe- fkifMC on-- plaifir cîe foir»<br />

travail> &. de fan- chant-<br />

Mais il ne s ! agiffoirpas d'en-tendre<br />

feulement chanter, to<br />

.lèurdeftinée demandok d'au—<br />

très Recours*.<br />

Polytés-' un dès,plus- COII-fîderables*-<br />

après Euryloqueinterrompit*<br />

la- furprife 'où'l'on*<br />

eftoir , &- s'adrefanrè<br />

fes • camarades* j -.pourquoy?<br />

dit-il v^'êntroo* - nous pas:*<br />

dam- ce-'-chafteau'?: Il y a^<br />

tropr' de* douceur; dans- la*-*<br />

voix de celle qui' chante,,<br />

pour' craindre d'en' eftretrakés<br />

- avec * quelque- cruauté-,<br />

d'ailleurs; il- u'y/a quela<br />

hardieflèv qui ; puifle nous*<br />

délivrer* des- mal-heurs oùri<br />

nous femmes engagés. Prions-*<br />

jostte. D&fife- de-, nous - eftrc-


B*HôMERIS Lvr. X". ICï*<br />

fevorablè , & de nous' dom<br />

•ner un- azil'e dans &- maûfon-..<br />

Son- difcours fur approui-<br />

; vc. On appelia la Nynuphe<br />

r qui- parut bien-toft 'ai<br />

la porte ^ 6c qui- les reee-<br />

•vant avec un vifàgefavora*.<br />

Me , les oblige* d'entrer<br />

dans fon Chafteau.. Euryw-<br />

-loque plus> fage r ou. plusheureux<br />

que - iea mitres - 'de* -<br />

roeura. sb là* porte 11 -fe-<br />

• défia de-toutes les care£ès><br />

.de- Gircé^ne pouvant-croi*.<br />

m que l'on- fift à* des in4<br />

connus un accueil fi obligeant<br />

r fans, avok quelquedeiièim<br />

.En effet, après - que tous<br />

les. compagnons d'EurykAjuoL-


4k t $ ÔDfSSÉ f Ê-<br />

eurent- mangé & qu'ils eifr<br />

rem bê <strong>du</strong> viû pramnien^<br />

ils commencèrent à feotir '<br />

en eux-mefmes un> changeraient<br />

qu'ils tie pouvoient<br />

comprendre,* Ils n'avoientf<br />

plus cette mefme ardeur'<br />

pour retourner en Ithaque.<br />

Ilne. ftupkfe indifférence leur'<br />

eftoir toutes- les- }uftes in^<br />

quiétudes qu'ils dévoient*<br />

avoir. Ils- ne s'interefibienfc<br />

plus les «us pour les autreti^,<br />

& Ians-. fe mettre en- peine<br />

4è leurs-. compagnons y ' il»<br />

feomofenf tout leur foin à<br />

celuy de fe nourrir de" gland..<br />

Bs eftôietit dan?* un morne"<br />

filence f<br />

& ne fe faiferient"<br />

plus part ou de leur joye^<br />

' eu. de- leur triileffe^ Mais*<br />

lors- que- là Nymphe les eut<br />

Moches d'une vet^archan*


fée qu'elle àvôit à k mtio^<br />

leur changement fut £ vi.fble<br />

r qu'ils n'a voient plusaucune<br />

figure .humaine.. Il»<br />

fentirent alors la vérité de<br />

leur changement. Car la<br />

force de charme n'avoir .pas^<br />

cfté jufqu'à leur faire perdre<br />

la ' connoiilance de ce<br />

qu'ils. -avotent elle,- Us ' fr<br />

virent donc ré<strong>du</strong>its au gland,. '<br />

& Cirec elle - mefme les*<br />

€haflà daes une eftable oui<br />

Ms demeurèrent. enfermez..<br />

., Èuryloqwrqui-ne voyoir<br />

plus paroiftre fes camarades,,.<br />

jugeoit qu'il leur eïtoit arrivé<br />

quelque mal-heur , &<br />

revint au plûtoft nous trou^<br />

ver f- pour nous en 'rendreconte.<br />

- Mais il vouloir par^<br />

1er & M. ne le. pouvott ga*.


Son" cdcur eftoit ïail ? d'une<br />

fi grande douleur v que fcs<br />

fcûpirs & £c$ larmes luy<br />

eftoient la liberté' de pro*<br />

Boncer une parole.. Four<br />

moy je ne' doutois pas'- de<br />

la mort' de tous mes compagnons<br />

,.&'encore là croyois*<br />

je arrivée par quelque ac-<br />

' rident bien funefte ,. te bien*<br />

extraordinaire.*<br />

Enfin . après' avoir appris-<br />

Ife. détail de tout leur voyage<br />

v il faut , luy dis-je, retourner<br />

' à' cette funeftrmaifon.-.<br />

Ceft à ; vous r Eurylox<br />

que , de me con<strong>du</strong>ire' par<br />

l'è chemin- ' que vous'* avcs<br />

tenu. Je prenois mon épée<br />

& mes- autres* armes , ûm<br />

difanr ces*-' paroles j mais<br />

Euryloqne-. fis jetant 4«ies


tfHûME&E, Li v* X. 18 j<br />

•pieds me conjuroic de ' ne<br />

.m'expofer point â un daa.<br />

•ger fi évident. Non 9 dL<br />

foit-il, généreux Uly.iïe , il<br />

n'eft plus temps de fècourir<br />

nos compagnons. Mais il.<br />

çft encore temps de fauver<br />

ceux qui font icy , &" de<br />

nous . retirer d'une lue plus<br />

barbare que celle -des 'Cy-<br />

,clopes ^ on des Leftrigons.<br />

Mais j'eftois refolu d'aller.<br />

J'eftojs • defcen<strong>du</strong> à terre.<br />

Mais Euryloque faifi de<br />

frayeur ne puf fe refoudre<br />

.â m'accompagnes 11 n'eut<br />

•pas bonté de demeurer fur<br />

le vaifTeau ô & de déshonorer<br />

toute :j& vie par cette<br />

lâcheté, . ' '<br />

J'avançois vers ce cofteau^<br />

ijue l'on dpcouyre dp JQîB#


#<br />

a S £ • ^ O O Y S S I I<br />

«&* je voyois déjà' léchât<br />

teau^ que je confîderois com*<br />

me un lieu où. les Dieux<br />

avoient deftiné d'éprouver<br />

•encore ma vertu. Le defîr<br />

4e délivrer mes compagoons<br />

ciccupoit tout mon cœur,<br />

& je ne penfois qu'à reiiflïr<br />

au plutoft dans mon entreprife,<br />

lors qu'un homme h<br />

prefente tout d'un coup devant<br />

moy. Il eftoit en la<br />

fleur ' de fon âge f dans cet<br />

(^ agreaMe _tenips deTïTîe,<br />

(eu'la jeuBefle^'enifceïïit : ks<br />

\plus -belles perfennes.<br />

Il me prefenta la -main,<br />

& m*accompageant dans ce<br />

chemin difficile , & où il<br />

falloir kiceflàmment traverfer<br />

par des broflailles s Se<br />

par des épines, il me difoic


B'HOME&E, Lnr.X. ttf<br />

à peu prés ces paroles.<br />

_11 eft vray que vos corru"<br />

pagnons font dans on eftran.<br />

:ge eftac Les enchantements<br />

"de Cirçé les ont ré<strong>du</strong>its à<br />

cie vivre plus .que de glandf<br />

«fperez-vous UlyÇe , les délivrer<br />

de la condition miferable<br />

où ils ne font plus que<br />

des belles ? Pour moy je<br />

puis vous dire que voftre<br />

cfperânce eft vaine , vous<br />

périrez vous-mefme , car il<br />

ify a point de vertu qui<br />

puifle garantir le plus grand<br />

,des'Héros des "charmes de<br />

cette Nymphe. 11 n'y a<br />

qu*uo feul moyen f pour ronv<br />

pre tous ces enchantement^<br />

& je veux bien vous Fajp*<br />

prç.ndrf.


II me <strong>mont</strong>ra une herbe,'<br />

oqui a les racines noires ,*§£<br />

les fleurs auflï blanches que<br />

le lait, il l'arrache luy-me£V<br />

me de la terre , & m'apprit<br />

le fecret de l'arracher,, fans'<br />

.lequel ce prefervatif .deviens<br />

.droit 'Uft funefte poifon.<br />

Moly eft le, nom de cette<br />

Plante-, & voicy comment,<br />

il me confeilla de m'en fer-<br />

«ir.<br />

#<br />

Auffi^tofl: que vous ferë*<br />

.-arrivé dit-il., -Circé vous<br />

} >refentera un brûvage , dans<br />

equel elle inefle avec d'exjceilent<br />

«vin ^ -des poifons<br />

très peçœcieux. Mais fbyé&<br />

feur que Pherbe que je vous<br />

donne, oftera toute leur force.<br />

„ Elle voudra vous toucher<br />

d'une verge enchantée.<br />

Mais


D'ROME&ë , Lïv.X 2%<br />

.Mais' -au 'moment qu'elle<br />

•voudra le faire ,5 Toyez preft<br />

vous.mèfîne ' a la frapper de<br />

iroftre épce , parés-vous de<br />

fon coup , & faites luy crainare<br />

le Toftre. Qu'un air<br />

menaïlant accompagne 'toute<br />

voftre aâion. 'Et fouvenés*.<br />

vous que *de xe moment<br />

de courage ' dépend tout le<br />

bon-heur <strong>du</strong> relie de voftre<br />

vie.<br />

Je ne doutais point que<br />

ce ne fiift* un Dieu ., qui<br />

s'eftoit prefenté à moy dans<br />

cet affreux défère f mais : je<br />

fus .perfuadé que c'eftoit<br />

Mercure , lorsque je le vis<br />

s'élever en l'air , le Ca<strong>du</strong>cée<br />

à la main , & les aîles -aux<br />

pieds. Je 'luy promis des<br />

facrifîces à mm retour cm<br />

Tmml* N


*9© i f Oflïss a* e<br />

Ithaque § & rempli de la<br />

confiance qu'il m'avoit Infpirëe<br />

if j'arrive au Palais, de<br />

"Circé.<br />

• Lors qu'elle nf entendit ji<br />

la porte , elle vint me prier<br />

xTentr.gr 3 je la fuiv-ois # con-<br />

.Jiderapt toutes chofes avee<br />

une extrême .puriofité. Elle<br />

pie fit aflepit fur une .chaife,<br />

dont les ' pieds % les bras p &ç<br />

le dos eftoient d'Argent. 'On<br />

carreau jniagpifique-en cachok<br />

le fond. ' Comme il. eiok<br />

fèrt ' haut , \on y <strong>mont</strong>ok<br />

par un marche-pied d'Or.<br />

Tout le relie . <strong>du</strong> meuble<br />

jeftcnt de Ja mefme richejïe,<br />

Mais .commg fi die eût von-<br />

&V s'acquitter au plûtoft des<br />

.jdeybïrs de. fhoj|>kafité ? elle<br />

îwprg&ore juif Cpiipe pfcir


me de ce Fin Pramnien, -*oi.<br />

^elle avoit coûtome -de mefler<br />

{es poifons. Quand j'en eps<br />

:M., elle ne douta pas de<br />

••leur effet., 'Va maintenant,<br />

4iitrelle, gronder avec les autres.<br />

Elle vouloit &ccompa~<br />

:gner ces -paroles en me irapant<br />

d'un -coup de fa verge<br />

fatale. Mais l'ayant évité,<br />

.& 'tirant Tépée , je m'ap-.<br />

proche (Telle avec Taâion<br />

-.d'un iliommp çn ; colère 3 &<br />

•preft ' à la frapper elle-meC<br />

me.<br />

Elle ïiit furprife de -me<br />

-trouver .en .-eftat de refifter<br />

;â' fes . .^nçhantemens , eh 1/<br />

.gui ;efte$ vous ?. me dit-^llé,<br />

.après avoir fait. un. grand--<br />

«cry. De quel endroit <strong>du</strong><br />

monde venez, vous? Qu'elle<br />

"" Mij ' "


cft voftre naMance ? Eftesvous<br />

un Dieu , ou* un mortel<br />

feulement 2 Mes -charmes'<br />

•ont toujours _ triomphé de<br />

tout. A peine le vin -de cette<br />

coupe eft-îl fur k langue,<br />

.que Ton eft faifi de la ftupidité<br />

des belles. N'eftesvous<br />

point cet Ulyflè, dont<br />

Mercure jna parlé ? Ce Dieu<br />

nfa prédit qu'à ion retour<br />

de Troye ^ il pafferoit ici.<br />

•C'eft itiy fans doute, qui<br />

vous a découvert lé feul moyen<br />

de ne périr pas par mes encfeantements.<br />

Je ne veux pas<br />

n/oppofer à la proceûioa<br />

qu'il vous a donnée. An<br />

.contraire je fuis ravie qu'il<br />

ait pris foin de voftre vie,<br />

j'en auray foin moy-mefme.<br />

Mais remettes voftre épée,<br />

d 0*eit plus temps de xica


&*HMERrE-, LlV.X.- 195<br />

craindre T II n'y a point'<br />

de marques d'amitié y ny de<br />

fendrefle que je ne vous*<br />

f rie d'exiger de moy. Quetoute<br />

noftre delïïance celle<br />

& que l'amour vienne eftablir.<br />

..entre vous & moy cette<br />

tranquille ,afliiranee< qui eft'<br />

entre les." - cœure qu'il- a<br />

unis..<br />

, Plus: les- avances de. cette<br />

JDéefle èftoient -grandes ,-plus<br />

|e craignois. aimt qu'elles, ne<br />

îîillcnc des. pièges pour me<br />

furprendre. Quoy 1 luy dû<br />

fois-je , II n'y a qu'un momest<br />

que vous avlés xelbïu<br />

loa perte,. :Vou&-ayés- changé"<br />

tous inçs compagnons daim<br />

une forme balle & brutale,.<br />

vous le? retenez- dans, des eftablet<br />

à. le rejjaiftre de gland;.<br />

ET %


Je ferois nrtcty-mèfme'Tabai{n&<br />

à cet eHâtige caftât, fi Materne<br />

ne m*avoit fias efté favorable<br />

r Si vous paffés- aufemeot<br />

de 11 crHaute : y g£<br />

de la haine. j. àf la • déueeur<br />

& à'l^môur,'j& wus : avôtttf.<br />

qu'il m'eft ikftOffiMé «fëùi<br />

blier en 1 prtr de temps létraitement<br />

que vous avés fait<br />

aux autres r & que vous m'avies<br />

préparée itoy, Je' Aie<br />

lerois : à' vous après telà c<br />

Je' lerois fans épee yûns ar-*<br />

mes, au- milieu des plaifir&<br />

que vous me pf omettes t Qui;<br />

vous empefcSeroit de me. fur.<br />

prendre, & de' tenter -Fteni<br />

treprife que vous- n'avez pu<br />

exécutes contre' moy i Si<br />

vous me jurer par -le Styx,%<br />

ce fleuve 'fi xtdoutafriç au3fc<br />

Pieux xneimes : ,;fi' toi», iifèn-f


tfffoMÉRÉ ^ llV. X. iff<br />

gagés vos faveurs par' ce"<br />

ièrment* inviolable, le refpect<br />

que je • dois à" la religion 1<br />

m'obligera de n'attendre plusde<br />

vous- que les- téfnoigpa*ger<br />

obligeants- de vôike :<br />

amour.<br />

Elle phMiotfçà d'un ww<br />

atf&ré-' te jurement que je*<br />

hj demandois.* Elle appelle<br />

ks Dieux'" y pour -eft're * lestémoins-<br />

de te- finecrtté- 'de<br />

& paffion. Elle me It mille<br />

Cendres- pr otefiatkins> de m*ayttier.-<br />

Gomme j'àvois un ex*<br />

•Crème defîr de retirer mes<br />

compagnons d'entre fèsmain?,.<br />

ë£- que d'ailleurs- nous ' ne<br />

pouvions penfer à 1 noftre refour<br />

fans eneftte fecotmis;<br />

Je commençay à entrer en<br />

tout ce qu'elle me propo-<br />

N- iiij;


*$£ L''OD-YSSB'B<br />

fcit , Se à efperer que. cettr<br />

avanture nous feroit favo*<br />

iable.„<br />

Je la. fulvis dans- une de<br />

tes chambres y où je. trou~<br />

vay quatre Nymphes _ qui la<br />

fervoient. Les unes eftoient.<br />

• des Nayades „ qpi eftoient<br />

fbrties de ces fleuves fuperbes.<br />

'qui font alliés avec<br />

L'Oceaa, & qui ky portent<br />

toutes leurs- eaux. Les au*<br />

tees eftoient des Bamadrya*<br />

des ,. dont, la tige eftoit auffi.<br />

ancienne que les ferefts ou<br />

elles eftoient nées*. La pre*<br />

miere a voit apprefté le repasf<br />

& avoit .couvert la* table des<br />

mets les plus,délicieux,toute,<br />

la vaiflèlle. eftoit d'Argent<br />

f & on ne potuvoir<br />

gas, voir »y plus de dchdTe^


#HoMiiŒ",Liv,X% i^7*<br />

tfy. plus d s abondance. ©ne"<br />

féconde- ' verfoit- dans une*<br />

Coupe cf Or <strong>du</strong> ma exceh<br />

knt. Une troifiéme ' a voit<br />

foin 4es bains & des par--'<br />

ftims. Enfin la- dernière-<br />

«l'avoir ' préparé-" on - • ht- mar.goifi^ue.<br />

Cette maifon" que j f avo»><br />

confidèrée de loinv commet<br />

un* lieu* de • peine & de ' tra- ;<br />

Taux-, eftoir devenue" pontraoy<br />

un P&làis enchanté*-<br />

Ifc fembknr €|u«: c'eftok leféjour<br />

des plaifirs-,-des-grâces<br />

, & de Vàmotir.- Toutes'ces-<br />

Nymphes eftoienr oeettpées'à<br />

nie Servir.- Mais en-fin<br />

toutes" leurs- délices - nepouvoienr<br />

pas> me "délivrer<br />

<strong>du</strong>? chagrin fecrer ,. dontîteftois<br />

• tourmenté* - ' Mes-inaii -


'heuft. paCés me!'- laifoienr<br />

craindre ceux: qui' n'êftoienr<br />

pas encore,.-& qiiine.de-.<br />

voient peut-eftne jamais .arriver.<br />

. Mes- ami* dans- • la*.<br />

mîfere venaient. troubler par<br />

un trifte fouvenk -las Joye<br />

qui; fe prefentoit à- rnoy*.*<br />

Feftois- eflbigné dm pays queles<br />

Dieux, m'àvoienr deftiné..<br />

Toutes ces* pénfces- diffèrent<br />

tes. eaufbienc une-.agitation?<br />

extraordinaire: dans- mon*<br />

cœur r<br />

& j'eftois • occupé:<br />

de mille fâcheufes réflexions..<br />

" •<br />

Toute- cette-, triftefle pa*roiflbit'-<br />

maigre- m©y 'daos^<br />

mes manières.. Ckcé. voyante<br />

bien 4 - que- tous ks^ plaifirs*<br />

de- Ion- palais-- ne me toitcltoient<br />

.point „.qrfàris««MiF,, :


i?ftbMi&lB,-£iv.X. 299<br />

. ifte di&elle-j généreux Ulyfie }•<br />

Craignes vous encore quelque-'infidélité<br />

?. ne vous-ayje<br />

pas afTûré- par le plus<br />

inviolable de mus- les* fav<br />

•ffiens- fl que vous-ne recevrics<br />

de moy que des niât,<br />

ques-d'une confiante atoitié ?•<br />

BiiEpés donc le • chagrin -<br />

qui vous-accable ,. &• peni<br />

Es ' que ce n'efi- pas ? * cftte*fage<br />

, que de réfuter ' lesplailïrs<br />

que Fbn : vous • offre;<br />

Et le moyen* ,, luy dis-je,<br />

de penfer aux» plaifirs • dam<br />

le îieu : mefme oiï'jene puis<br />

ignorer que- ceux-- que * fayine<br />

font'* dans la• dernière mifère ?•<br />

'Gei" trilles • penfëes "nfeflent<br />

une fecrette- àmertume_ à<br />

/•contes- les- 'délices "de 'ce<br />

y 'fsftia


trouver aucune douceur<br />

Ah,, DéefTe L S'il elt vray<br />

que je fols .aimé ,-.sïl eft<br />

vray que vous, preniés inte»<br />

refis à, mon- bon-henr ,ûe<br />

dépend il pas'de vous tout<br />

ce bon*heur i- Kendes-may<br />

mes. compagnons ,4 & vous<br />

me rendez,, heureux.. Je pa€><br />

feray agréablement ma vie<br />

avec vous.. Vous ne me.<br />

verrez;- plus que de la joye^<br />

«fcompagpée. d'une, fincercjneconnôiflance<br />

,. que- je corn -<br />

fervmy tpûjours^<br />

. Je pprononçois- ees*^ paroles?<br />

d*tUL air paffionné. L'admL:<br />

natio»: que. j pavois • pour. ùL\<br />

beauté. mTavoit peuue-eftce dé^lf<br />

donné, de l'amour. Mais,<br />

|p ne.- le.- greacris encore que-.<br />

•Minime, .une geneteufe corn?»


D'HbMEUE y LIT. XT. - yan<br />

paffîon r que • je devois, aux;<br />

œal-heurs- de •mes- compagnons.<br />

La Nymphe- en fur<br />

touchée * & * fans différer:<br />

plus-long.temps à'me donner*<br />

cette dernkre preuve de (om<br />

engagement avec moy^elle*<br />

fait ouvrir les- portes des»<br />

eftables-;- elle • touche* de? (à*<br />

verge" enchantée tous- cesnouveaux^<br />

monftres*, -&>. etleî.<br />

les -arrofe auffi d'une, liqueur-qui<br />

eftoir l'Antidote da^pou-<br />

'ion ,. qui - les - avoit défigurés»'.<br />

Ils fenûrent-une nouvelle vu<br />

-gueur;. Il leur fenbloit':<br />

qu'ils fortoient:. d*ûir pco--fond<br />

aflbupiflèment, leur tc--<br />

Ile- s*efleva^ en hauc ,.-tou*.<br />

leurs traits fe racommoderent^<br />

& au4ieu d'eftre kerifles- d'âne,<br />

peau^piquante & laie,ils**<br />

IL retrouvèrent couverts. ...der


leurs- iabks* - fis • para- iflbiear<br />

{ dits jeunes • qu'ils- n'eftoteac,<br />

eur taille en- eftoir deveuë<br />

pies grande \ il -n'y ayoit auetur<br />

a eux * h qui'- ce chan^<br />

gement nfeuft- eft4' avantageux*<br />

Ce fut d'abord" entre nous*<br />

un eftonnemenr gênerai..<br />

J?eftois'i&vi de les- ayoir de-livres<br />

K te ils eftoiepr eux-.mefmes-'<br />

dans .des- emporte-mens_<br />

de joye- te de refeon*.<br />

«oiflànce, qu'ils -ne pouvoientaCés<br />

me témoigner-. Où fe*<br />

eenoit" embraie- comme fîi.<br />

rôn s fe' revoyoir après • une<br />

longue abfence... 'Les- larmes--.<br />

que Fèn répandent', ne trou^<br />

'bloienr points la joye de fe*<br />

v#ir Mors- de~ ce miferab'le-<br />

©Hat,, te ne- desàonoroientr-


D'HOMERï , Lir.X. $ay<br />

point Je bien fair que nous-<br />

«cewons. La Dcefle ellemefme<br />

méfia fès pleurs avec:<br />

les noftres, & eut de Jajoye*<br />

de voir des cœurs unis partout<br />

ce fincere;<br />

• • • •<br />

H faut", nous' dk:elîe^ : etn<br />

recompenfe-- de toutes -.vos-*<br />

peines- y. vms- parier-- d'unemanière<br />

qui vous, fera •-otublier<br />

ce que^ vous^ avés* fouftrfc.<br />

Ulyffë commandés queï*ùn><br />

approche voftre vaifieau,.,<br />

&' qu'on rattache • à-la terreferme...<br />

Defarraés-le ,~&: enfermés^,<br />

dans, ces.» cavernes-i<br />

qui* fonr proche de la i»er,v r<br />

tout-ce que' vous- avés d'é- •<br />

quipage. Le refte de. vos<br />

compagnons- aura part- it<br />

voftre bonAcuiv Vous règne- v


3PiÇ * •' -iTO-lJY-STB'fc<br />

sd?iriy&- 1« bien' que'je<br />

vous fetay,.vous obligera.de*<br />

ne- TOUS • plaindre ' jamais* de-*<br />

wftre avantore.-<br />

Jpavtok> déja-refoki dr faire?<br />

tin" lèBg'fejour eo- : cette'-Ifle^'foit<br />

oue l'amour m'en euft':<br />

infpire le defiero», fom qu*è-ftant<br />

las-* de tant- d'avantu-res<br />

fâcheufes', je me fufièu'<br />

laiffé charmer pair • l'eipera». •<br />

ce* de. gouftec ua> peu •


B'HoMERi,LlY.X." fO^<br />

vrance de leurs compagnons^<br />

que leur .retour- en- Ithaque<br />

ne leur en euft pu- ddnnetf<br />

davantage.. Ce n'eftoic-que:<br />

vœux, qu*aéEons de grâces*..<br />

que louanges dans la bou«?<br />

che de tout le monde. Oà<br />

tntre dans le port 5 on apjfreile<br />

toutes chofes pour<br />

venir tous enfemble chés ta<br />

'; Mais Eutyloque qui n*ë~*<br />

r'*oit: pas encore raflèuré-dtf<br />

•Tes frayeurs , o'approuwifc<br />

pas ce deflein. Irons - nous,..<br />

difoicil y nous prefenternous.<br />

tnefmes i la plus çruellçt<br />

Magicienne' <strong>du</strong> monde. J'ayi<br />

veu v fay wu. des hommes<br />

changé! les- uns* en»<br />

loups, les : autres en-. Lions*.<br />

SèKuce-noftre ddtin-de-'gu*


der là maifon fous ces figii-^<br />

res épouvantables. Eflr-ce<br />

pas^ une -témérité' de ^s'ex-<br />

f<br />

jfer à- " ces enchantemens *<br />

a fageie d'UlylSe ^faimu<br />

l'elle d'entre les mains do-<br />

Cyclope eeuil qui- en forent'<br />

dévorés • en fa prcfenee. £} !<br />

continiloit ainff Ion difcoursr<br />

& comme il n'y a rien qui<br />

fe communique plus*- a£fc-*<br />

ment


w f HoMiitE, Liv. X. 30T<br />

de faim fur le rivage v et<br />

me promirent de Te laiJTer<br />

con<strong>du</strong>ire.,. 'ol v je "voudrais*.<br />

Nous nous- avançâmes donc<br />

enfemble f Eurytoqcte mefme^<br />

qui 'fat alarme dé 'mes menace*<br />

5 & qui ne pur obliger<br />

perfônné à demeurer a-<br />

¥ec;iuf-r Ér -le vaifleau^-fur x<br />

'contraint malgré luy de nout*<br />

fiîivre.<br />

-'"' La . Nymphe- avoir • engrand<br />

foin de "'mes côm-pagnons<br />

qui eftpienr de*<br />

meures dans ' fon ' Ghafteau^<br />

k%- a voient elle régales <strong>du</strong>*.<br />

bàin : T de# 'parftuhs ; : '8c : dés<br />

Affina - Ele-leut. 'avoir-fait:<br />

préfent d'habits- précieux-, de^<br />

forte que ^nous lés trouvât<br />

mes tous- fort- fatisfaits' de&<br />

fkiûfs. } qïi'ilt. : oft- avaient te±


fût X.'O'D'YSS-B'B-<br />

Ceux, qui' venoient -d'arriver,<br />

forent traités avec- la<br />

mefroe bonté. Us furent furpris^<br />

de voir la beauté de %<br />

£ircé$ & qu'elle fe chargeoit<br />

elle mefme de* tous-les<br />

foins- peceflaires- à> les bien<br />

feceyohr y J de forte .qu'çlle*<br />

prevenoit obligeamment-t|ufqpes<br />

à leurs defirs. Lorsque<br />

nous fûmes tous enfemble<br />

, & que* le * foqiveoir'<br />

de nos- avanture*. paffièesaugmentent-le<br />

ppx> de- fkeu.<br />

feux Eftat, onnouseflions^il'<br />

le faifbit je: ne J^f ,qu?eMe<br />

agréable xoAfufion de p^Bxù<br />

le & de joye|- -ces-deux; paf><br />

lions, différentes- fe niellant<br />

dans- nos coeurs^ ,, y • iqetjneat<br />

ce. $i*4Jet- oqt: :,df


ïf H0MBM, Lw." X, y® J<br />

•plus touchant- ien,c[ont nous commencions<br />

à j.oufrr, n'empefchoit pas les<br />

ibûpirs •& les -gemiflèmencs<br />

de prendre part A' noftre<br />

FF*<br />

Mais infenfîblemeot toute<br />

-cette-triftele fé diflïpa. On ne<br />

parlaplus que de rejoûiflan-<br />

,ces, dfejeaxfde feftios.Je fçay<br />

difôit Qrcé tous -vos malheurs.<br />

Mercure me les a<br />

contc^l! n'eftplus temps d'y<br />

f enfer. Il fauc reparer ipaio*


#<br />

/ 5» «.''ODYSSJTJI<br />

/ tenant par- le repos «outet<br />

( Jes fatigues^ que la mer<br />

\ wou$ .a fait Ibiiffrir. Il faut<br />

.que les -piaifirs -vois vangent<br />

de i'intjuftics 4e la -for-'<br />

'tnne. -Ce -que je veux faire<br />

-jp.our vous., pafièra toujours<br />

•fos -defîrs.f êc ws efperantces.<br />

. ...... .<br />

. En effet on ne peut pas<br />

4'imaginer un eflat plus .heureux<br />

, que., c<strong>du</strong>y* cm nous<br />

.citions. C*eftoit une vie.toiu<br />

te de divertiffemens , ou les<br />

• plus grandes -affaires: ne con-<br />

.îîftoient que dans le choix<br />


CTHOMEJLE » lav. X -yi<br />

.-autres. Cependant mes com^<br />

pagnons ;fe laflerent de leur<br />

•tranquillité j quand le cœur<br />

eft fans, affaires on s'eonuye<br />

4>kn.toft dans le fié Jour le<br />

plus agréable.<br />

Il. y avoit une .année que<br />

:aous eftions dans Fifle , 8c<br />

je vous adyoof qu'à ïïîOR .<br />

xon^ite cettie année n'avoit<br />

<strong>du</strong>ré -qifun moment. Mes<br />

.compagnons me firetit fou*<br />

.venir que .le temps eftoit<br />

>ropre à la navigation , que<br />

Î<br />

es ..deftins m'appelbknt ea<br />

jEthaque.» .& que je ©e de-<br />

•ypis pas préférer Circé i<br />

la gloire que j'aurais de<br />

ies con<strong>du</strong>ire dans .leur<br />

patrie. Nous payâmes le jour<br />

"dans .cet entretien , que I*<br />

•bonne chère, le vin^ la joye<br />

j^iidpiem pks . fenûtar, $


qui -par 'cet air de famii<br />

liarité s'infinuoit d'avantagé<br />

dans • mon efprit- L'amour<br />

de la gloire fe réveilla-dans<br />

mon cœur, & acheva de<br />

me perfuader la neceffité <strong>du</strong><br />

retour f dont on parlait,<br />

• Je .-pris un temps favorable<br />

pour en parler à là<br />

Déeflè. Je • menageay des<br />

moments à propos*; où il<br />

me 'femblôit qu'elle fe laid<br />

ferait gagner par mes prières.<br />

-Ce fut en une -de cesoccalions<br />

iieureofes 5


D'HOHEIûB,- Lrv..X. jii<br />

Jieur de mon deftiû. Mais<br />

les Grecs veulent re-fôir leur<br />

^patrie ils m'en foMciteuttcmsles<br />

jours, ils ^ m'allègent les<br />

•uns 'après les autres3 & je<br />

ne puis refifter à leurs prietes.<br />

Mais..<br />

. Elle irîimeerronipîc- .auflL<br />

, toft ne voulant' pas • me lajfl<br />

. 'fer douter '.un -moment de fa<br />

generofitc -. ouy, dit- elle., généreux<br />

dlyfle j'approuve<br />

voftre embarquement, li n'èïi<br />

pas jufte -de s'oppofer à la<br />

gloire de voftre deftinée, 8c<br />

>de vous retenir-icy5 malgrévos<br />

compagnons. Mais .ce<br />

n'eft pas encore vers Ithaque<br />

-qu'il faut entreprendre un<br />

iroyage. 'Non, Prince, vous<br />

«e reverrés jamais cette Ifle,<br />

^quei'vous ne iaye? décen<strong>du</strong>


ji4 x'O-Dyisfc 1 * .<br />

jufques m Royaume de Pluton<br />

f où les deftins vous<br />

commandent d'aller , pour<br />

confulter l'ombre. de - Tirefias<br />

Je Thebain., le lameux<br />

aveugle., .qui par. les lumie-:<br />

ré$ de fon efprit^fçait pénétrer<br />

les ténèbres de l'avenir.<br />

C'efib» la feule jje tontes<br />

ks ombres" à -laquelle-<br />

Pxoferpine ayt confervé la<br />

' connoiflance des chofes .qui.<br />

fe font faites fur ia terre. _<br />

C'eft 4 J elle dont vous de-<br />

Vies attendre les confeils qui<br />

vous 'font neceffaires y pour<br />

régler la con<strong>du</strong>ite .4© voftrç<br />

'vie.<br />

Je vous avoue que ce<br />

.commandement fut un .coup<br />

de foudre f qui m'accabla. Je<br />

.me yoy.ois preçipi.ts tout d*u»


tfHOMEllB, Liv. X. 31J<br />

••coup à- la ---trille- neceflité<br />

-d'aller • dans - un Royaume , *<br />

dont -on ne m'avoit fait que '<br />

des -peintures ^terribles. He- :<br />

las, luy dis-je, y a fil rien''<br />

fur la -terre, -ou -fut la mer,<br />

qui approche-des ; horreurs<br />

de .l'épouvantable féjour j-où<br />

•vpus * «l'ordonnez - de de£<br />

•cendre.- Y* peut-on aller<br />

•fans y périr; Qoi fcft-ce cTentre<br />

-les vivans qui" a « entrepris<br />

ce Surprenant '-voyage?<br />

eft-ce- pas à la'mort -de nous<br />

y- -con<strong>du</strong>ire. Car au reftew<br />

ma Ileelre,, qui peutm'ap*<br />

prendre • les -chemins pénibles<br />

de ce Royaume. Si une Divinité<br />

-ne . m'accompagne,<br />

-puis-je fans cette protediom<br />

'me mefler témérairement awec<br />

ces*Qrabres.


5t^ î/ODTSSSV<br />

Je voujs donneray tpus-te»<br />

.avis . neceflaires-, reprît-elle,<br />

pour réûfir en ce vo.yagp -fôç.<br />

traordinaire^ PreipkfPPîepc<br />

•qiiand voftre vaiflçat} fera<br />

en pleine mer., & ' que-, le vent<br />

commencera à- enfler vps<br />

voiles j coures vers lç- 5f p*-<br />

.tentrion. Vous paierez hm^<br />

• jreufemenc la mer3 .&. vpus.<br />

arriverez fur un rivage ^ où<br />

«ous trouvères un boi$, cjui<br />

appartient à ProferpiB& il<br />

n'y a -gue des peupliers 9 des<br />

aulnes, "SKT^Iés^^T^^utxes<br />

arbres'lŒerîîies. Vous n'y<br />

'rntendres point le ramageêçs<br />

oyfeaux, L'omjbre, FobL<br />

furiré* te fltence y'régnent<br />

Apres. ayok mk. v#ftre.<br />

vaiueau à i'ajachrft». il. faudra<br />

firavprfer le Jbois/dPJtf


ô'HOMMI,XIV. X. 317-<br />

je i^oos ay parlé 3 la le Coeyte,».<br />

qui vient dtrStyx, &<br />

le. Phlegetan entrent dans<br />

PÀcheron t qui porte £es<br />

eaux am palais de Plut<br />

ton,- Vous îtiivrés le* cours<br />

de ce fleuve', jufques à ce<br />

que tous vous trouviez<br />

prés d r un rocher ,oà les ffotsde<br />

Tâcheron venantfè ffft-ferr<br />

vous entendrez un bruit<br />

effroyable.-<br />

C%ft-lâ -


j-tfT . E'ODY&SE'é<br />

mettrez- de làcrifier ausrmorcr<br />

une, vache noire' & ftedle^. •<br />

quand vous- ferés de retour<br />

• en Ithaque, &, en particolier<br />

à Tirefîas un des'plus-<br />

-beaux moutons noirs,, que<br />

vous pourrez.trouver- •<br />

Mais il faut facrifier aumefme<br />

lieu une brebis noi-<br />

.re, vous, éloignant- de. vos -<br />

compagnons, & ayant la te Aetournée<br />

vers la fource des*<br />

•fleuves* Eux-mêmes de leur-<br />

• cofté immoleront- le- plus<br />

•grand nombre de brebis qu'il<br />

fera 'poflible, les offrant à<br />

-Pluton,. &à Pro(èrpine..~Pre-<br />

.ncs garde d'obferver toutes<br />

ces cérémonies. Mais fur<br />

tout que les Ombres ne ; s*ap-<br />

: prochent point-des 'vi£times^/<br />

avant que Tirefîas foit arr%


IS'HOMERE, Liv.-X. yiy'<br />

•é. Efcartés les- à coups<br />

d'épée.- Le célèbre Devin fe<br />

prefentera à- vous. Vous eisfepdrés<br />

ce qu'il vous dira.<br />

Vous reftablircs vos affaires<br />

par fès confeils, & vous retournerez-<br />

-heureufement en<br />

ïtaque,<br />

- Elle finit arafi tous- ces-a^'<br />

vis y & pour me donner en-<br />

'core de nouvelles marques<br />

de Ton- amitié t elle me com»<br />

bla de rickes prefents , me<br />

priant de confer-ver. quelque'<br />

îbuvenir d'elle dans la fuite<br />

de toutes mes- avantures»<br />

Mes compagnons furent'<br />

ravis déjoye, quand je leur<br />

appris que noftre embarque,<br />

ment eftoit refolu, que Circe<br />

L f approuvoitx & qu'il faL<br />

4 ' O iiij[


Mt défcendre fur le rivager<br />

pour armer ; noftre vaîÏÏèau».<br />

ia mort. d*Elpenor trou~<br />

bh la- • jqyer que nous a.<br />

•vions. Il.. efteit en la fleur<br />

de ibri âge, dans ce. temps:-<br />

©â- ies paffions prévalent fc<br />

fouvent à-, la raifon.: Dansla<br />

dernière débauche que'<br />

l'on fie, le vin l'ayant af~<br />

foupi-^ fie le bruit <strong>du</strong> départ<br />

qu'il entpndit,, l'àyanr<br />

éveillé , comme il ne .s*&*<br />

mit pas- encore- remis de:<br />

•Pyvreffe <strong>du</strong> vin fie <strong>du</strong> fonvmeil,<br />

un faux pas qu'il fîffc<br />

en descendant d*iin .efca~.<br />

lier fut là caufe de fa<br />

mort*. Nous ne .oerdifmesque<br />

luy <strong>du</strong>rant le féjonr<br />

d'jEaa, ou pfaftoft il n'y<br />

eut que luy, qui fe per^<br />

dit par Jâ déëâucàe dére-"


|lée.. •<br />

Mais-- k triftefiê fut biete<br />

plus grande r quand "Ils<br />

apprirent que ce n'eftoir<br />

pas : f®ui Ithaque que nouspartions...<br />

C'èftotc le plu><br />

trifte fpeâacle <strong>du</strong> mondeque<br />

de. - wir ks': ftns- S'àrfâcher<br />

de 'dépit . lés cfce-veuif.<br />

& les-autres déplo*.<br />

rer leiie ' tatouvetie. mkic*<br />

Cependant c'èftbiren'vain<br />

qu'ils s'accabloient- de déplaifîrw<br />

• Il ^ falloit ' obeïr ^ aux<br />

deftins* Clècé nous accompagna<br />

v jufques fur le bord<br />

<strong>du</strong> vaifleau, où elle attacha<br />

un bélier %, & un e brebis-<br />

, 5c elle difparut inconti-


3X2 L'OD-YSSB'B<br />

lient. Car perfonne ne peur<br />

voir les Dieux, quand ils ne:<br />

veulent, pas. eftre yifibles..<br />

'Mm de dixième Mvtt.-<br />

i-; ;:<br />

?,'" ' ••"..: r-ri '^:, .t.".-.; •


D'HOMEIE, £ir: XI. 113-<br />

L'ODYSSEE<br />

D'HOME&E.<br />

LIVRE X:î:<br />

W^W^I I^CE" fît lè-<br />

;i ^T-'^/l ver un ' vent fa—<br />

È h..L..Mi vorable ,.. là mer<br />

h "::Ï'1^1;I ciioit fort bonne*<br />

"""' êc nous né pouvions<br />

pas défîrer un temps»<br />

plus commode..<br />

Gependant nous ellions<br />

O vj.


! $14 't^O-DTSSJB'j! •<br />

triftes. Car nous ne poiuvions<br />

quitter- fans rçgretc<br />

cet aymable féjour ny aller-'<br />

fans crauK&'au Royaume de-.-<br />

Pluton»,<br />

11 ify avoir perfbnne quic<br />

lie- fuft occupé- de. fou chagrin,.<br />

On entreteû'otr , dans-'<br />

un profond ïilence.-fes triftes><br />

- rêveries, jufques- au-foir que*<br />

nous- abordâmes, chés • les^<br />

Gimmeriens*.<br />

Ceft' un: pays«fîtué ai.x ex^-<br />

'Oremités de la*-mer >, oà leï<br />

Soleil ne'paroift'-jamais., Cespeuples<br />

.font enfevelis dans lestenebres»<br />

épailles d'une nuirf<br />

continuelle J ils rie fçaventca- '<br />

que c'èft que l'aurore,., p-y<br />

le midy ,, ny le couchant;<br />

Tous les jours ne font'.que-


d'éternelles- ombres.. Ils patient<br />

aiofiileur me uns wkr.<br />

SL lumière,..<br />

Cependant* il- fallût' y/<br />

aborder./Nous-- prîmes .toutes<br />

,.le£'wâimes r% qui*,nous»<br />

eftoienr neceflàires- &: coftoyant<br />

toujours» te* mer,,<br />

nous cherchions m • 'Mois ^<br />

dont" Circé nom avoit fait:<br />

la defeription^ Nous le trou-<br />

.vafmes-- enfin,,, M alors^ Euryloque*<br />

& Pérménidê. nos*<br />

Sacrificateurs fe préparèrent:<br />

aux cérémonies, de nos. facrifîces..<br />

J;a?ois mon- ép4e i«<br />

la- main,'&. en ayant fait*<br />

une- foflfe profonde 1 d'une.'<br />

coudée avec autant de lar-<br />

eur, je fais mes afperfions*.<br />

f e- miel,,, de vin, & d'eau,,<br />

y mêlant-ia plus-, pure fleur-


• de • froment, & accôfflpâ- •<br />

gnant auflr cette adion • de-<br />

• vœux-- &' de prières que fadreflbîs.<br />

aux Ombres, le leur ;<br />

irometS' après mon retour en <<br />

Î<br />

thaque* la vache la plus*<br />

grale de toute Ylûs;'te 1*<br />

Tyrefîas, le - bélier le plus r<br />

noir & le meilleur de tottst<br />

nies troupeaux..<br />

• Auprès ces " premières • cérémonies,<br />

on-immola:les ani'imaux;<br />

dont' le fang couloit:<br />

dans cette fbffe myfterieu-fe.<br />

Les s ombres y accouru *•<br />

renf -aufli-toft, comme on*<br />

voit que les-pyfeaux- s'âflem-;<br />

bleet'dâns -un: bois qui leur<br />

plaift; J'éftois touché '<strong>du</strong> forr<br />

de tant de jeunes garçonsfit<br />

de ; jeunes -filles que je*<br />

wpis. Ils fembloient avoir-'


A'Hb.MERJB, Lk. XL $gj*<br />

. Kgret^ d^Ore. fortis .de la me;.<br />

& que-la-fleur de leur- âge-<br />

«uft fi peu. <strong>du</strong>ré. Je voyois. •<br />

auflî .des. vidliârds* qui n'a-voient-<br />

'pu fe rebutter des<br />

incommodités de leur, vidL<br />

•leflè.. Mais, je/ fus, furpris*<br />

d'entendre- des cris Jiorrii<br />

bies de Capitaines, qnk *u<br />

voient péri-, dans* les com4<br />

bats. Us'.rouloieflr au touf<br />

de cette, fpfle avec-une extrême<br />

impatience de boire-<br />

<strong>du</strong> ^ ïang dont :. die : eftoier -<br />

f<br />

leine. le les- en éloignois»<br />

coup- d'efpée, pendant»<br />

que mes compagnons-- acte*<br />

verent-- le-Sacrifice ,\en brxL*.<br />

lant- les viétimes. fur-un -bu-.-.<br />

cber , les offrant -à Plu ton*.<br />

&.à.Proferpine.„<br />

Entre toutes ces Ombres-^


dont j'eftois environné , lapremière<br />

que e reconnusfiit<br />

celle d'EIpenor , que<br />

nous avions per<strong>du</strong> dans l'Iflé<br />

de Circé. ta. precipîtatiofi<br />

de noftre embarquement<br />

nous avoit empefchez de luii<br />

rendre les- devoirs de If<br />

fepulture. ta douleur de ié><br />

perte fe renouvella en le<br />

voyant. Eh quoy, iuy disje<br />

, cher EJpenot >( vous eftes.»<br />

donc defcen<strong>du</strong>< dans ces<br />

triftes lieu» j Pleuft au deftin<br />

que vous- nous euffiez accompagnez<br />

fur la mer. Mais<br />

dites-moy ,. qu'elle eft~ donc<br />

la yoye par laquelle vous<br />

cftes venu avec une fi grènde<br />

diligence que nous , à qui<br />

iés vents onr efti fi fava*<br />

$afcîes "r


- D 3 HOMïRE1EIV,X£ yty<br />

Tous vous trompez • bien-r<br />

.dîtJl ,"1age' UÏyfle, de peu-fer<br />

-queles morts ayent'quel- %<br />

que befoin de la -mer r ott< \<br />

• des vents, pour arriver en : /<br />

ce lugubre fépur. -Vous*- (<br />

fçavez la " fatale avanture~ )<br />

• quî m'y a- fait' defcendre.* v<br />

£a joye r la d'ébauche ..v ./<br />

l'imprudence- m'bnr feparé: [<br />

d'avec vous y mais* & quel- l<br />

que chofe vous eft cher danslà<br />

vte , il vous- aymct Pe-V"^<br />

.jaelope.^Telemaque r JLacrte,,^<br />

jp vous conjure par tout' /<br />

-ce qu'il y a de plus firint,, \<br />

de-ne I<strong>du</strong>er pas inon-corpsr /<br />

Jan&- lùy donner le- reposa }<br />

«l'un-tombeau, tfe fçay que w<br />

•vous reverrez 1 Me de Cir*.<br />

fcè j fi.vous craignez la co*-<br />

1ère des- Dieux n'y paflTez:<br />

!ga& fans, nrïbanorer. d'im '


#0' I'GDYSSE'É<br />

Bûcher,. & d'ope Epitaphe..<br />

La; pofterité la lira fur le<br />

rivage , & en apprenant fe<br />

mal-heur de moh deftin-,<br />

elle apprendra auffi la' pieté<br />

<strong>du</strong> généreux. Ulyfle.<br />

Je promis à cette pauvre<br />

Ombre ce qu'elle me demandoit.<br />

Mais <strong>du</strong>rant tout<br />

cet entretien , feftois inceffàmmenr;<br />

obligé d'écarter<br />

mille Phantomes , & de les<br />

cmpefcher de goufterlè fang<br />

des victimes, avant que Tyrefîas<br />

fufl: arrivé. Entre<br />

ces ombres que je chaffois,<br />

helas je reconnus Anticlce,<br />

ma mère v Elle n'avoit pu<br />

fupporter la longueur de*mon<br />

abfence fans mourir. Elle<br />

voltigeoir autour de moy,<br />

cérame- ft elle avoir voulu


D'HOME&E, LIV. XI. ..j$r<br />

Je plonger ,dans ce r fang. -<br />

11 m'eftoit commande d'en<br />

.refèrver les- prémices à.Tyrefias.<br />

Il fallut".renoncer-' à la,.<br />

.pitié que me donnoit ' l'eutpreflemenc.de:<br />

cette Ombre,,<br />

qui. m'eftbit *fi chère.. .<br />

Mais enfin -Titeflàs»-arriva; -<br />

Il avoit un . Sceptre., en: kmain<br />

, & me'dit après-m'a^<br />

. voir reconnu. Que vous .elles ><br />

.à .plaindre d'eftre obligé de'<br />

venir en ces- triftes ' lieux.,<br />

Mais- retirè$»vous ^.remettes<br />

voftre épee... Âpres que j!au».<br />

ray- bit .-le fang. de vos vL<br />

'aimes-,, vous, entendrès ceque<br />

j'auray- à. vous, predi»<br />

•eu.-<br />

En effet- il bât de ce fang;<br />

confacre far nos, cérame*-


3&i t'Ont s Si'ê<br />

nies r comme on boit quelque<br />

liqueur agréable> quand<br />

on eft preflë par l'ardeur &<br />

là violence Je là foif. Incontinent<br />

après ce divin Prophète<br />

*ae prononça ces Oracles.<br />

Vous defîrés , dit:il , illifc<br />

ftre XJlyffe,, un retour heureux<br />

en Maque. Mais un<br />

Dieu s'y oppofe , & le réf.<br />

ièntimene pre faute..


i> f HOMBMI , Liv. XI. M -<br />

-Vous'aborderés en Trina*<br />

crie , apris mille a¥antures -<br />

ficàeufes for la mer. -Oa<br />

nourrit en -cette Ille de-<br />

.grands troupeauxf, que l'on,<br />

.cpqfacre au Soleil, Si h<br />

neceflïte , la faim , l'avarice<br />

-portent' ¥os compagnons i<br />

comniewre ip- (^crilegp * en<br />

-ufurpaat. ces. ^çjiolçs îaintesi.<br />

PjrifqjtfeUcs. appartiennent i.<br />

celuy qui «oit toutes cho~<br />

içs., (pypz perfuadc que, vous .<br />

ferez un lamentable naufra* -<br />

g£»v°& vous- ferez vousJ<br />

mefme-dans un extrême clan-<br />

-ger.de-périr. Tous recourunerez<br />

' feul en Ithaque ê^m<br />

un -vaifleau qui ne fera pas<br />

i -vous. Vous y trouverez<br />

jde nouvelles affaires. Il fan*<br />

dra chaflo: tous ces vains<br />

peteod^ps, de. . Betietepe t>


334 • •L"'ÔDTSSé , I<br />

•vaincre les nos par la .fof-<br />

>cc % gagner les autres par<br />

• voftre iagefle. 11 y a • des<br />

peuples ., qui. .ii'ont jamais*<br />

•veu la,mer,'Si qui -n'ont<br />

point--chés eux 'Tufâge <strong>du</strong><br />

tel y qui vous ayderont dans '<br />

•voftre. entreprise. Neptune'.<br />

enfin 'fera appàifé par un<br />

facriice que «vous ' luy" ferez ; '<br />

•voftre vielléflê .fera lieureufe; '<br />

vous jouirez cPiin' repps.que<br />

vous- aurez ntâritë;. ^Mjtik .--fe<br />

mer i: vous


ifHoî*oiii,Xiv.Xt 3n<br />

Heur ( refifter. Mais Je 'vous<br />

-prie de .«Rapprendre une<br />

.chofe. le vois ici prés l'Om- *<br />

l>re de mz mère. Elle -ne<br />

"daigne pas me regarder., ny<br />

me parler. Comment pour*<br />

rois-je me faire çonnoiftn»'<br />

.à.^eUei , .<br />

ll.eft.'aifé de -vous l'apprendre<br />

, me .répond-il. Les<br />

••••Ombres aufquelles vous .refuferez<br />

. quelque part au. fang<br />

de vos viifUines ^ ne -vous<br />

connoiftront point.. Mais ,<br />

elles n'en auront pas plûtoft<br />

pris qu'au liep d.e s'enfuir.<br />

' de vous ., elles vous répon- •<br />

dront à tout -ce qu'il vous<br />

plaira .de leur demander.<br />

.Tirefias méfiant retiré y ma<br />

«ère s'approcha 9 je la.laijt '.


•fay boire à fou aife, & j'en'<br />

_ fus aufS-toit reconnu.- jQqoy,<br />

•me dit. elle cfu-n ton le plus<br />

«trille <strong>du</strong> monde + comment<br />

;vous eftes -vous Jiazardc de<br />

descendre dans ce pays 4e<br />

'de-ttil &" de trifiefle' 3 Ah<br />

mon fils * comment • avez-<br />

-voiis- paffé .tant 4e fleuves,<br />

.& tant de -mers, -.qui nous<br />

Jèparent s Helas 3 apprenezriiioy<br />

'Voftre deftince, Eftes.'<br />

vous ".encore erranr avec vos<br />

compagnons "? KPdtes - vous<br />

«point encore retourné- • en<br />

• Grèce ? Avez" vous veu Pe-<br />

. «étape; avez vous' veu Tèlemaque,/<br />

Je pris la parole* pour la<br />

fâtisfaire , & je luy raconteen<br />

peu de mots, l'eftat de<br />

ma vie. le luy tendis ' k$<br />

bras


©•HOMèRE ,-LIV. XL $}j<br />

liras pour l'embrafler,, m'ef- •.<br />

forçant par trois fois de la<br />

prendre > ' & par trois fois \<br />

«lie difparut 'd'entre -mes<br />

-mains , comme fi elle.-n'eufl:<br />

efté qu'un fonge. Ah t ma -'<br />

mère, luy dis-je ^ Fourquoy ';<br />

me refufez-vous le plaifir de [<br />

Vous •embraiïer .?• Avez-vous )<br />

oblié 'que je fuis voftre fils? ^<br />

;permettez»moy la trille fa- .<br />

•tisfaftion que je. vous de». •<br />

-mande, -Confirions, .nous Tua *<br />

l'autre partces lugubres -cm*.<br />

: braflemeias. s Ne . me fçyez<br />

pas., chère "Ombre , y a-t'if<br />

ici une JLoy allez -cruelle. ; ;<br />

pour nous -deffendre un plaL \<br />

fir fi raifonnable ? le-ne %om'- .'<br />

.aurois donc venc' *que pour ;<br />

augmenter par voftre *efus ;<br />

le regret que j'ay de Ravoir<br />

*que mon abfence a efté la<br />

Tmwl* ' P


coiifè 4e voftre' mottj<br />

jt • ^Helas -i me répondit elle,..<br />

/•._ ctroyez-vous mon cher fils,<br />

1 , ^ue les morts coDfepvenc ici<br />

/ Quelque ckofè des corps-dans<br />

; (lefqueis ils. ont vefcu.? UH<br />

/ |ieu les purifie de.- toute la'<br />

/matière dans laquelle ils<br />

( >cftoIenc engagez <strong>du</strong>rant la<br />

\ \wie* Nous -ne femmes plus<br />

/ • «ue des • âmes cjui fubfiftons<br />

, Uns avoir rien de. foiide*<br />

/ ' Tout le commerce- qui eft<br />

v . £ntre nous f eft uu*- commer-<br />

/ m de pur efprit. Ceft l'eftat<br />

I ' mm -tous les mortels doivent<br />

'; /eftre un Jour» Vos bras ne<br />

/ "' peuvent plus arriver jufques<br />

; - à- moy* Mais alle&, mon filsf<br />

retourne» à k lumière <strong>du</strong><br />

Soleil» Je croy que là douleur<br />

: la fi» cM^aroiftre. le ne"


Il Vis 'jrfus* 3-mais Proferpine<br />

.ayant fait'forcir les' femmes<br />

des pins' grands Capitaines<br />

•de la Orece ? j*en -vis un<br />

grand nombre arriver autour •<br />

de moy. 'Comme- | f avois<br />

une grande curiofké d'apçrendre'<br />

de leurs nouvelles^<br />

Je refcto 4e ; - ne leur "permettre<br />

pas d'a'ppitoclier <strong>du</strong> j<br />

b&ffm facfe , que les "mies<br />

après les autres. Ainfi Je<br />

tiîray mon • épée pour e»<br />

écarter le> nombre.<br />

- La "belte' "Ityi» fin: ïarpre*<br />

. -miere que je ièiCay paiïè% "<br />

fans fa connoiftrë. Elle m'ap-<br />

•prit fës- amours ; airec Neptu*<br />

îie 5 dont elle àvoit


349 'VODYSSE 9 ! ;.<br />

qui ayoit efté maiftrëflè'de<br />

Jupiter & mère d'Amphion<br />

SL de Zetus ,. fondateurs de<br />

h Ville de Thebes " s . elle<br />

paroiiloit .encore fiere d'avoir<br />

cité aymce <strong>du</strong> plus grand<br />

des Dieux. Alcmène eftoit<br />

ayec elle , qui eftoit fem- -<br />

me d'Amphitrion 9 & jnere<br />

'<strong>du</strong> grand Hercule 3 que lupiter<br />

• reconnoiflbit pour fon<br />

fils. Enfuite Megare fille-de<br />

Creon fe prefènta } elleieftoit<br />

femme d'Hercule 9 & elle en<br />

eftoit • aymée. Mais helas «<br />

<strong>du</strong>rant jja • furie dont il eftoit<br />

tourmenté par la colère de •<br />

lunon 9 il la tUa 9 & fut en<br />

mefme-temps & fon amant •<br />

&. fon meurtrier. Le maL<br />

faeur 'de locafte me toucha'<br />

fenfiblemenf. Elle eftoit fenv •<br />

-tnp de Laïus % •


. d'Oedipe. Mais celuy-ci qui<br />

ignoroit le fectet de fa naiflance<br />

, tua fou père. Jocafte<br />

qui ne coçmoiïloit point- auiï<br />

..Ion fils .,. devint fa femme,<br />

ïàmais. la maligne fureur <strong>du</strong><br />

deftin ne fit voir au jour<br />

-tant .de honte & d'horreur?<br />

• locâfte 'ne put apprendre<br />

tant'de crimes \ fans périt<br />

-de deplaifir. Oedipe régna<br />

.à Thebes. Mais le» furiesrendirent<br />

fon règne mal-heureux.<br />

Apres elle je vis cette<br />

charmante, Cloris , qui mérita<br />

par fa beauté le cœur<br />

de Neleus. Ce Prince eut<br />

d'elle la plus belle famille<br />

<strong>du</strong> monde.. 11 fut- père de<br />

.Neftor-, de Chromais y . &<br />

de Peryclimene. ' Mais- il n'y<br />

eut jamais rien de plus beau,<br />

que Pero leur fille. Ceftoic


$4* z p O'pw JSB'I<br />

un mtfa&le .que - Ton or<br />

.pouvoir voir 3. fans €n ^ftre<br />

• forpris^ Mais -Meteus fou pe~<br />

m -p£ .la. :vpuloir donner qifà<br />

celuy 'melme y '& -chargé de cfaai-.<br />

©es, & il n'obtint fit libertéque<br />

de • h gjenetofîté' d'IphLçle-<br />

fotj, vainqueur». Leda<br />

fèmatz cfe Tyndare arriva»»<br />

file, eftote mère de Gaftor<br />

Jfc . 4&- ppliux ^ l'un, qui<br />

#^fypifc •dcefler .des. chevaux,,<br />

ï'aptfe qtii a éré-le premier .dans,,<br />

ïart de f Eferiaie.. €es.: deux,<br />

Jreres parfagenencFimmûrtaEt<br />


H^HOMSKE^V. XL 34}<br />

vie , & qui 'pat de continuelles<br />

révolutions - font tantoft<br />

avec les Dieux , & tantoft<br />

awc les Ombres* • ipM<<br />

medie-yqui vint "après- Leda,avoit<br />

efté femme <strong>du</strong> Géant<br />

Al<strong>du</strong>s* Mais ayant efté furprife<br />

par Neptune t elle ew<br />

avoit eu : Ephûtlte*. & Otus^<br />

Jamais- la terrd- ne port»<br />

rien de plus grand punir<br />

leur âge y que ces deux<br />

Aloïdes y à l'âgé de neuf 'Mm^<br />

is a voient plus, de neuf" coudées*<br />

de hauteur 5 &* autant<br />

de, grolïeur. Âlotis- le» ds*ftinéit<br />

déjà à la guerre contre<br />

les Dieuk. Ils* eJloient<br />

Mardis*. |ls ménaçofc&c tout<br />

l'Olympe.. Us entreprenoienr<br />

d'èntaftet des. <strong>mont</strong>agties< pour<br />

-cfcatadet fc Ciel , te déttofner<br />

les;Dieux.- Ils fétifc<br />

." • ' P Uiji


344' L r 0. D Y &/$£*£-<br />

fent fait fans doute , mais<br />

ils- 'fe tuërenr l'un l'autre<br />

• par l'adrefle de Diaee.-<br />

Ariadne pafla , cette fille<br />

de Minos, que Thefée emmena<br />

de Crète à Athènes..<br />

Mais il ne jfe&it pas longtemps<br />

de les- charmes, Dia-<br />

, ne l'enleya en llfle de Na-<br />

• xi r où- elk fut aymée de<br />

Bacchus» - •<br />

Phèdre , Procrïs, Cfyme-<br />

•ne y payèrent a leur tour.,<br />

le. m'arreftay à confideref<br />

-la trHteie cTEryphile. Elle<br />

.avoir préféré FOr d'Adrafte<br />

à la juftice qu'elle devoit à<br />

-fon mari Mais , Prince,. la<br />

nuit eft trop avancée pour<br />

•ous raconter • tes noms, on<br />

«les avantures de toutes lés.<br />

Ombres qui fe prefenterent


D^HOMIUI, Liv. XL 34|<br />

à moy , & d'ailleurs je dois<br />

craindre de vous ennctyer par<br />

un difcqurs trop long. Pour<br />

ce qui eft de mon recour,<br />

je m'en repofe fur la protection,<br />

dçs- Dieux,.. & fur la<br />

voftre»<br />

On avoir écouté favora*<br />

blemeiat Ulyfle f & on avoic<br />

>ris. un extrême piaifir à<br />

f 'entendre. •. La Heyne qui<br />

avoic eité fenfible à toeces<br />

les avancures- facjieufes qu'il<br />

avoit éprouvées- , en " -diloic<br />

cous les biens imaginables.<br />

Avons nous- efté trompez<br />

, difoic-elle, à Fair de<br />

cet étranger ? Quelle confiance<br />

'n'a-rtl pas eue dans<br />

les plus grands périls ? C'eft<br />

à nous de nous acquitter<br />

'Pi


34*' * E^O'bTSSBÏ '."<br />

des devoirs d'Hofpifâlité^,<br />

que Fou eft .obligé- de rendre"<br />

à. -ce Héros. . Nous Je.pouvons<br />

v ayant recem. dansée<br />

pays tant de faveurs • des,<br />

Dieux, immortels- „ &L il lesmérite<br />

? luy que fà-. &ge(fë-<br />

& fon courage- deffëndent:<br />

toujours- contre- la colère ' de.*<br />

Neptune.. Echence applaudit,<br />

aux, louanges, que la.<br />

Reyne-' .donnoic. à>. Ufyfle*.<br />

Son, âge y. fon-. expérience „<br />

là, qualité ?, luyr donnoienc<br />

uni des premiers fangs à" la.<br />

Cour. d'Âlcinous. Ce Prince*<br />

témoigna' à' Ulyfle que tour<br />

ferait: preft- au plûtoffc pour<br />

fon • retour - y mais-. qu'il - pour<br />

voit- demeurer dans ion:<br />

Royaume aufli" long - tcmps><br />

qu'il luy plairait. H n'y.<br />

a»oit aucun des Pàeacieos.-


D'HOHIKB, Iiv. XI. 347<br />

qui n'approuvait que l*oa«<br />

Ift pour'Ulyflc un armement -<br />

digne, de là naiflance & de 1<br />

fon mérite.- 11 en fit £es- rei<br />

mercimeos au j 'Roy,, à !&•<br />

Reyne, & k toute la Cour;.<br />

Ce tue feroicrleor difok-il^<br />

la chofe la plus agréable <strong>du</strong>*<br />

monde: de. faire un long;<br />

lëjour 'dans un " pays a& -je-'<br />

reçois tant de bien, faits- ;,<br />

& oii je trouve • une fi ge^<br />

nereufe' protection. Si- je<br />

n'avois qu f i iuivre fflonr- inclination<br />

,. je ne vous prie-rois<br />

pas d'avancer le plu*<br />

qu'il fera poffible mon embarquement;.<br />

J'aurais le plaï-<br />

Ir de jouir avec vous de*><br />

douceurs <strong>du</strong> plus heureux<br />

pay^ que j'aye veu. Mais><br />

<strong>du</strong> moins j?auray- le plaifir<br />

de- porte» ca- ma - pâme h-


348 .L'ODISSE'B<br />

gloire d'un 1 peuple .fi généreux.<br />

On'y verra, Seigneur,<br />

routes, les marques que je<br />

recevray de voftre libéralité,<br />

& j'apprendray i Telemaque<br />

à partager avec moy Ifi<br />

,reïTentiment de.- l'honneur-<br />

&>. <strong>du</strong> piaifïr que je reçois..<br />

. On fait juftice, dit Akifwiis,<br />

à ce que vous eftes.<br />

On vou§ a- aifément diftingué<br />

de ces avanturiets qui<br />

n'ont point d'autre mérite,<br />

que' la hardieffe qu'ils ont<br />

à fe donner des entrées dans<br />

toutes les Cours des Princes*.<br />

Vous, avez' une éloquencedigne<br />

d'un Héros. Nous en<br />

avons efté charmé»,, & * je<br />

croy que Voa eft dans la<br />

snefme • impatience, que moy<br />

d'attendre kjuite de vos a-


fHoMS&B ,LiVr XL J4y<br />

•antures. La nuit efl: encorelongue<br />

, & quand* on la pafl<br />

feroit touce-entière â TOUS entendre,<br />

on- n*auroir pasfujet<br />

de fe plaindre 'de nfevoir<br />

pas gouftc. la douceur <strong>du</strong><br />

iommeih Achevés donc,<br />

généreux Ulyfie, ce que<br />

vous a vies commencé.. Vous<br />

n ? avez encore rien dit des<br />

âmes de ces grands Héros ,<br />

qui vous fuivirent i la guerre; t<br />

& qui y ont achevé leur'<br />

deftinée, Ulyfle voyant que<br />

Ton efloirdans up ïïlence,<br />

qui cémoignoït qne * F on avoit<br />

une extrême envie de<br />

^entendre;, reprit fon-difcoursi<br />

le-ne dois pas ,. dit.il, vous .<br />

refufer,. ce que vous me demandés.<br />

Mais helas 5 tous les<br />

malheurs- que je vous ay<br />

contés ne fout rien en- çOXQQ


paraifon de ceux que )*kf<br />

maincenanr à- vous diretJuucs<br />

que Proferpine eut &<br />

I eigné ces-illuftres Héroïnes*<br />

que Javois veuës ,1'anied'jy»<br />

gamemnon parâifToit au milieu<br />

de tous ' ceux- qui- perû.<br />

rentr avec lùy. dans- la raai^<br />

fou d'^Egifte, Ge HérosbeutT<strong>du</strong><br />

fang 5 <strong>du</strong> facrifice,,<br />

. & il me reconnut" auiE-rofly<br />

il eftendit fes bras v & il dcfi*<br />

foit de m'èmbraffet.. Maisill<br />

n'avoit. plus- rien" de fohde^<br />

ny de ferme. Ifc m'effôrços,,<br />

auffi de- L'èmbrafTer,-& je ne<br />

. trouvois^ .(qu'une.* . Ombre ,,<br />

qui 1 fe diffipoic plus aifanentque<br />

l'air op qu'un-- fange»le<br />

ne ponvois- pas nfempcii<br />

cher de'pleurer- voyant œr<br />

fi" grand Capitaine en cér<br />

état,. Sa -krmes répondaient'


à mes pleurs, & mon coeur<br />

citant pénétré -de.- douleur<br />

•fe de compaflïop^ je fus*<br />

<br />

gorgé.-Us m'ont- lacriftc ai<br />

leurs criminelles amours,.,<br />

dànsj'un- feftin où" je n'at-tendois<br />

que de la joye, j*ayv<br />

tarouvay la- mort la plus,<br />

cruelle & la plus- indigne t.


qui ait jamais efté. Tous':<br />

ceux que vous voyez avec<br />

moy périrent dans cette déplorable<br />

' fefte. Kous eftions<br />

eften<strong>du</strong>s dans la ïàile ,de ce<br />

fïraefte repas « où. nos foûpirs<br />

r nos- gemiffemens T<br />

nos plaintes auraient touché<br />

les coeurs les plus- barbares.<br />

T'entendis- prés de moy<br />

la voix- de Callàndre que<br />

Pinfîdeile Clytemneftre n'a-'<br />

voit pas exceptée de ce<br />

ma(Tacre,r le vis mourir-cette<br />

Princeflè & ma douleur _<br />

achevant mon deftin, je péris<br />

bien-toft moy- mefme. le .<br />

m'ettois promis de la joye<br />

à mon retour tle n*ay trouvé<br />

que de la. perfidie. On<br />

ne pardonnera jamais une<br />

adion fi deteftable au nom<br />

de Clytemneftre. Elle fera


BHOMIRE* Lfa XL. 355<br />

expofée aux reproches de<br />

tous les i fiecles, & les plus<br />

llluftres femmes*aUront honte<br />

d'être d'un fexe deshonnoré<br />

par • une fi laftfae trahie<br />

ion..<br />

Helas ! luy dis.je, lupiter<br />

a donc bien de la haine pour<br />

la race <strong>du</strong> malheureux Atréc<br />

puifque après avoir elle conservé<br />

dans la- guerre . oûe<br />

tant de vaillans hommes ont<br />

péri pour Hélène, vous perifL<br />

îes par Clytemneftre- & que<br />

fa niaifon vous devient plusfunefte'<br />

que- la guerre la.<br />

'plus fànglante.<br />

Ah/- reprk-i!f. f'zj commis<br />

trop ayfement tout mon<br />

deftin à la -fidélité- de Cly~<br />

temneflxe». le devois fçavo^:


574 & r 0.tn$*'£fe '<br />

que h eonftance eft uîiè<br />

vertu rare ,. Qu*ii efij<br />

"difficile d*arrefter k légèreté<br />

d # un cœur ^ Je que<br />

.-•ce n'eifc pas eftre. fàge r<br />

-/ que de n'avoir pas une «M.<br />

^ lance raifonnabie. V excepte'<br />

de ces reproches fa chatte<br />

P'fenelope~ Elle eftoit fccr<br />

jeune, quand nom partîmes*<br />

pour le,' fiege de Troye, Elfe 1<br />

'a eflâvé <strong>du</strong>rant voftre ab


*n'-Ithaque ne vous lattes<br />

point cotmeiftite»- P«~<br />

Mes vos mefnres, avant que<br />

jèe faire aucun «élat?. Vaycs><br />

jen quel eftat fera Peaelppe»,<br />

Car jeniSor apnes. zwok wm~<br />

Clytemneftre infideller iln*ya<br />

peint de Y£ttmy qui'Vne<br />

me foit fufpeâe.Mais apprenez<br />

jnoy, cher Ulyffe, quelque»<br />

nouvelles fi'Oréfte» Ne Ku<br />

irez vous point. veu à SpaK-<br />

*e, en: Pylos-, "eu- è Atàe-<br />

Bfs i Car enfin il jouit encore:<br />

de la lumieie <strong>du</strong> So*-<br />

,eil, .<br />

J'eus <strong>du</strong> dépMfïr de _ ne<br />

pouvoir le ûtisfaire- Mes*<br />

••eyigés fofenpefchaKnei'en*<br />

Ravoir, rien- d'àffiUic,. & • je*<br />

ne -dévots] |>jas • l'entretenirptioemenr<br />

de bruits. inces»-


$f6> t'O'DtSSBV<br />

fâiûs,. Nous-demeurions dam<br />

un -filence qui exprimoit nô*<br />

tre trifteïfe^ lors que les ombres-<br />

d^Àchilte, de Pâtre-<br />

.clcy d'Antiloquç & d'Ajax<br />

s'approchèrent de moj.<br />

Quoy !, me dit Achille" furpris»<br />

de me voir chés les<br />

morts % par quelle eftrange<br />

avanruve,. Olyfle, vous txour<br />

ve-t'oa en- cette redoutable<br />

demeure ï Tous ne nous j<br />

voyez plus que comme, des-<br />

Ombres.-. Cette vaine apparence<br />

eft tout ce qui noustelle<br />

de ce qoe nous- citions,<br />

autrefois-' ' -<br />

Je luy dis que' j^eftois venu<br />

conluker le fçavant Ty*<br />

•relias, que j'eftois encore*<br />

«rantr n'ayant pu .jufquçt»


©"HOMEïIBJLIV.XI 3J7-<br />

•à lors -arriver en - Grèce.<br />

Mais, que voftre fort eft heureux<br />

\ difois-je j verra- t-oa<br />

jamais un Héros .plus adoré i<br />

Vous avez efté Je plus illuftre<br />

de nos Capitaines j &<br />

#ous commandés encore à<br />

tous ces morts qui vous environnent.<br />

Voftre gloire a,<br />

efté ^ immortelle , & ' vous<br />

eftes au Royaume de Plutoa<br />

ce que vou5 -eftiez dans la<br />

Grèce j<br />

. Vous--ne fçavez pas , me;<br />

.•dit-il j| ce que c'eft que h<br />

- mort. Groyez-moy, j'ayme*<br />

rois mieux eftre le dernier<br />

de tous les hommes , qu'e<br />

.d'eftre ici la première; de<br />

coûtes les .Ombres. Ày'mez<br />

la vie , coifttae le premier<br />

dp tous tes tiens. To»r


$1: ••' ^•#»fs-$-#i / *<br />

•eft Icy deilruit. On tfy i<br />

plias de rang. Nous (bouffies<br />

tous- égaux, & on ne<br />

tious doit plus rktt. Mais,<br />

dites . moy je- vous^ vous prie<br />

dts nouvelles de Neoptole-*<br />

itoe. Fait - il patoiftre un<br />

courage digne de fît* -naifV<br />

•iânee f Âyme-fil les armes,<br />

& la ^girerre -? £c 'Pelée eft--<br />

M" encore honoré dans la J<br />

Theffalie- 5 Son extrême*<br />

vieilleflè ne le rerid-eltef<br />

point .méprifable aux. MyrraidoBs<br />

1 ^ Hfelàs-1 je ne fçan-<br />

.ibis' plbs- eftre fon appuy*<br />

jfe ne fuis-plus cet Achille<br />

ïï redoutable aux Troyens.<br />

Je n f ay plus cette force'<br />

'que j'aurois fait fentir à ceux'<br />

qui n'auroient pas refpeéfcé<br />

la vieilleflè , de mon père.-<br />

Tout- efl: paie pour moy*-


Je .-n'ay rien de nouveau f<br />

luy- dis je , à vous apprea-<br />

.dre de -fêlée. Mais je puis<br />

•'Vous parler de voftre fils..<br />

G'eft moy qui Je menay<br />

dans mon vaiffeati au fatneux<br />

iîege de Troye f<br />

l'ayant- pris .en rifle de<br />

Scyre ., fa fagefle ' fe fit<br />

dîftinguer dans mm les confiais<br />

de guêtre , où Neftorf<br />

luy & moy , gouvernions<br />

toutes chofes. Mais- il eftoir<br />

toujours à la tefte de ceux<br />

qui fe trouvoient dans quelque<br />

occafion, - On ne la jamais<br />

veu ménager fa vie.<br />

Les périls oâ f on efloit leplus<br />

expofé, if eftoient point<br />

trop grands pour luy. Cornfeien<<br />

de Tr-oyens ne fontils<br />

point tombez fous fes<br />

£o.ups> On -ne peut - pat


Twjpw^ "'^W<br />

3Ï0 ' .A*Ol>YS'.SI*E -<br />

-vous dire toutes les -viAoïces<br />

qu'il a remportées. Il<br />

vainquit Telephis , & Euriphile.<br />

.-Le grand nombre<br />

de leurs .amis , que Fefperance<br />

de la gloire engageojt '<br />

.à leur .deffenfe ne pût empefcher<br />

leur , mort. Il<br />

triompha -de tout ce qui<br />

.ofoit lui refifter. • Mais il ne<br />

fut jamais plus intrépide<br />

•que dans l'occafïpn daa*<br />

gereufe où Ton' eftoit dans<br />

ia machine d'Epeus, On<br />

entendait les . Troyens<br />

qui délibéraient de l'ouvrir;<br />

ils auraient trouvé les plus<br />

llluftres Capitaines de la<br />

Grèce -enfermez dans ce<br />

cheval. Au -bruit de la délibération<br />

des ennemis 9 . les<br />


.D'HOMEUE, Lnr.XI. 3^1<br />

d'eux s'ils avoient efté découverts.<br />

Les plus hardis<br />

paiïrent 'dans ce danger.<br />

Il n*y -eue


36i L'ODYSSE'E<br />

Soldats.<br />

L'Ombre d'Achille fentit<br />

de la joye d'apprendre que<br />

Neoptoleme eftoit digne de<br />

luy. Elle fe retira avec un<br />

air content dans une prairie<br />

agréable où je la voyois fe<br />

promener fièrement, & le<br />

réjouir <strong>du</strong> courage de fon<br />

fils. Les autres morts eftoient<br />

triftes , Se s'entretenoient<br />

de leurs malheureufes avan*<br />

tures.<br />

Il n'y avoit qu'Ajax qui<br />

dédaignoit de s'approcher.<br />

Il fe fouvenoit avec dépit<br />

d'avoir per<strong>du</strong> contre moy<br />

k vaine prétention qu'il<br />

-avoit fur les armes d'Achille.<br />

Mais cette vidoire que je<br />

remporta? ,.'.fiit û wnefte


©'HOMEUE , Liv. XI. 3«3<br />

*ux Grecs , que j*eus regret<br />

de ne l'avoir pas per<strong>du</strong>e*<br />

Ce généreux Capitaine rie<br />

put fouffrir d'eftre vaincu.<br />

Le déplaifir qu'il en eut fut<br />

lî violent qu'il fe tiia luymefme.<br />

le m'adfeâày à luy<br />

pour rengager à me répondre,<br />

& je choifis les paroles<br />

les plus obligeantes. Généreux<br />

Ajax , Juy dis-je, confervez<br />

"vous encore <strong>du</strong> réf.<br />

fentiment contre moy , ou<br />

contre les Grecs. Que voftre<br />

perte nous a. courte i<br />

Vous eftiez noftre Achille.<br />

Vous nous defFendréz contre*<br />

les ennemis. ; Toute la Grèce<br />

a honoré de fes larmes<br />

voftre tombeau; Helas.«nous<br />

ne fommes pas les caufes<br />

de voftre funefte accident.<br />

I«piter a témoigné la hayne"


564 I^ODYSSS'E<br />

qu'il portoit aux. Grecs , en<br />

vous feparant d'avec eux. Car.<br />

après la morr d'Achille, ils<br />

n'avoient plus de reflburce<br />

que dans voftre valeur.<br />

Apres \uy avoir parlé, i\<br />

ne me répondit rien. Il fe<br />

retira fièrement vers l'Erebe.<br />

Mais j'aymay mieux parler<br />

à d'autres Ombres que de<br />

le fuivre. le vis Minos, juge<br />

des Enfers , ayant up.<br />

Sceptre en fa main. On fe<br />

iuftifioit en fa prefenee , &,<br />

iprés avoir enten<strong>du</strong> ceux<br />

qui arrivoient au Royaume<br />

de Pluton, il leur prononcoir<br />

leur Arreft fuivant ce<br />

qu'ils avoient mérité.<br />

Vaperçeus de l$>ra àam.<br />

uoe prairie ^ cckbrt Orioni


'HoMË&E* Liv. XL 365<br />

qui clierchoit ies âmes des<br />

belles fauves , qu'il avoir<br />

tuées à la chaffe. le le<br />

voyois courir d'un cofté * &<br />

d'un autre y ayant encore<br />

une mafluc de fer à la<br />

main.<br />

J'eus la 'curiofîré de m'a*<br />

vancer^ pour découvrir quelque<br />

chofe des tourmens dès<br />

âmes malheuretifès. Tkyef<br />

fils de la terre 9 eftoit efteo*<br />

<strong>du</strong> dans un cfpace- de neuf<br />

arpents ", qu J ii rempitflbît par<br />

fz monftrueufe grandeur.<br />

Deux .Vautours , dont il ne<br />

pouvoir J& • defeadi© -, kiy<br />

déchiroiecit • tnceflàffiest le<br />

cœur. 'C'eftakk juftè punitîon<br />

.de fm : owie-y ayant<br />

voulu fiifpitodre Latone<br />

qui eftek aymee de lupicer


$66 L'ODYSSEE<br />

dont il avoit Finfblence<br />

d'eftre rivaL i * *.<br />

Tantale fouflfroit un étran»<br />

ge. fuppBce. IL eftoit tourmente<br />

-d'une >foif brûlante.<br />

Il iè jettoit en vaiut an<br />

milieu d'un fleuve. Toute<br />

F eau fuyoit auflx-toft. il la<br />

pourfiiivoit j il eftoit preft<br />

d'en prendre & d'ei* boire.<br />

Elle ,arrpfoit quelques fois<br />

jufqpes -à. fes lèvres. Il ou.<br />

¥rok fa bouche .altérée , &<br />

s*efforçoit -de la .plonger dans<br />

le fleuve , .pour eftaindre<br />

l'ardeur - der fa . foif 7 . mais<br />

^ous ces.efforts, eftoient.imi».<br />

tiies ^ Peau fuyott-au ' tno-'<br />

ment qu'il croyôîc en prenr<br />

dre y & il m orouvoit plus*<br />

qu'une feclaerefle .qui " le, con- '<br />

funoir. JU tfettoit pas moins


D v HaMEiLE,Liir.XI. $67<br />

tourmenté ' de la faim.. Il<br />

voyoit les 'plus beaux fruits <strong>du</strong><br />

'monde que les branches des<br />

arbres prefentoient à fes mains.<br />

Il ne les avoit pas plûtoft<br />

avancées , que ces branches<br />

fe ictiroient : Un vent ' les<br />

eflevoit fi haut , que ç'eftoit<br />

en vain qu'il les .regardoit,<br />

& qu'il en vouloit .ctteil*<br />

Jir. . • .<br />

Sifyphe portok inceflam.*<br />

ment une pefante pierre ju£<br />

ques au haut d'une <strong>mont</strong>agne<br />

i à peine avoit. il-achevé<br />

ce travail que la pefan.<br />

teur de la -pierre... la ! faiiant<br />

retomber' jufques-; au. bas f<br />

fans qu'il peuft' la retenir,<br />

il defeendoit • luy - mefme<br />

pour recommencer à la porter.<br />

x Je le voyois^ couvert


*éfr L'ODYSSéE<br />

de pouffiere "& de 'lueur y &<br />

accable rftin frayai! , dont<br />

M ne pouvoit Jamais atteadre<br />

aucune fin*<br />

- Pour ce qui -cft.d*Hercttw<br />

le je, ne iris- que limage de<br />

ion ame / car il, eft awc<br />

les Dieux , avec lefquels. il<br />

a part aux délices de 1*0lympe.<br />

On entendoit autour<br />

de ion Ombre de grands:<br />

cris t &'• *w voyô-it tous Ici<br />

morts; prendre, la fuite*<br />

comme iuie troupe d*Oyféaux<br />

qui s*envole aux approches<br />

; .<strong>du</strong> chaleur*. ÊÙe<br />

avok Tare, à 'k main , êc<br />

fur un Baudrier d'Or , on<br />

yoyiMt des Lyoro % .des Sangiiçrs<br />

^ des. Ours % & toutes<br />

'les autres figures .% qui re~<br />

prefencent lès .fiftoâres*. Feu


» J K©'MHiEt.LiT. XI y6f<br />

fus reconnu, & j'entendis*<br />

diitinûeatent ces paroles,<br />

Te éprouves fans doute,,<br />

Brave -Olyflè p un fort comme<br />

le mien. Tu fijais ce<br />

que j*ay eu î foufjFrif r bien<br />

que- je âiCesfils de lupiter.<br />

le defcendis dans ces UeuxF<br />

d'oè j'emmenay Cerbère*<br />

Mercure & Minerve m'aflïaèrent<br />

daas cette terrible<br />

cntreprife, La vertu r avec<br />

h faveur des Dieux y triêm*»<br />

fàe de tout».<br />

Javois *enj»re~ envie déparier<br />

à ces anciens Héros,,<br />

Thefée & firitfioûs. Mais^<br />

ayant enten<strong>du</strong> un effroyable*<br />

ferait f je craignis que Proferpine<br />

ne me punift de ma<br />

curioïïtc , faifant paroiire


L'ODYSSE'E<br />

37°<br />

devant moy la telle horriblç<br />

de Me<strong>du</strong>fë. Ainfi j'allai<br />

trouver mes compagnons ><br />

& ayant levé i'Anchre nous,<br />

nous remifmes en mer.<br />

J%i <strong>du</strong>. onzième Zivrc^<br />

fmmn<br />

mm


D'HOMIIUEJLIV.XII. 571<br />

L'ODYSSEE<br />

D'HOMERE.<br />

*»<br />

L IF-RE XII. ^<br />

PRES nous eftrc<br />

efloignez-. do rivage<br />

.des Cimmeriem &<br />

avoir couru fur.mer<br />

mec un /vent favorable ROUS<br />

regagnâmes- rifle, d* . Cîrcé.<br />

Fenvoyay chez cette D.éeâé<br />

-prendre k corps d*Elpen»r><br />

03


pour luy drefler un' bûcher,<br />

& ayant élevé un tombeau,,<br />

j-y lis graver une rame avec<br />

fon nom. La Nymphe .ayant<br />

appris noftre .retour vint fur<br />

le rivage f où nous receu»<br />

mes encore mMle témoignages<br />

de fon amitiés Elle<br />

nous avoit -fait apporter de<br />

grandes proviftons de pai%<br />

de viande,. & de vin. Elle<br />

cttoit a» milieu: de nous<br />

tous ^ & fe rejoûiffoit <strong>du</strong><br />

fucccs <strong>du</strong> voyage que nous<br />

avions . fait y _ mettant à. la<br />

Joyé


• D!£OMEU» Liv.XIL 17$<br />

fallu ' que vous voyez ces<br />

noirs rivages ,'avant, que la<br />

mort vous y con<strong>du</strong>ire. . Il<br />

eft jufte , mes amis r que<br />

vous preniez un peu de<br />

jçepos , -demain vous -contfrancrez<br />

voftre route versltha-<br />

'que. Jay.-des avis- 'àmpor*<br />

tans x à vous donner . pour<br />

voftre retour. ,, je ne pu»<br />

wfempefcher-. de • craindre<br />

encore . pour- vous beaucoup<br />

de malheurs. Mais il faut<br />

les éviter par • voftre &*<br />

gcfle.<br />

Nous pafl&mes-- .onfemWe<br />

-tout k jour:, '& nous râ»<br />

chioi» de < charmer- noftre<br />

inquiétude ' par" la jpye des<br />

feftins. "Lors, que la-nuit .Bat:<br />

venus , je ' laifny mes corn*,<br />

pagnons, fur ce -rivage. 6c


574 " VODYSSB'*<br />

j'allay avec Circc f qui<br />

m'emmena dans fou Palais*<br />

^<br />

Elle me fie conter tour<br />

le détail de mon voyage r<br />

apprenant avec pkifir tout<br />

ce que favois-' veu chés/les»<br />

morts. * Vous- allez entrer,<br />

me dit-elfe f. àaaa& in danger<br />

qui me fait • trembler<br />

peur TOUS. Je'vous ayme<br />

trop ,'cher TJlyffe, pout ne<br />

vous -avertir pas d J y. prendre<br />

garde* Le péril eft d'autant<br />

plus grand , qu'on .ne le<br />

craint pas. Vous verrez cfe*<br />

Sirènes qui ne font pas<br />

snoiar agréables que les- plus<br />

belles Nymphes* Elles ont<br />

Fart d*engager la hommes*.<br />

Leurs voix font fi : doucer<br />

qwe fo» ne peut pas- refiHer


D'HOMEM» LIT. XII. 371<br />

à leurs- charmes* Elles ©ai.<br />

jg ne" fçay quoy 'de fi touchant<br />

f, qu'il n'eft pas- pot<br />

fib.lè de s'en deffendre. On<br />

fe- laiHe emporter au plaifir<br />

de les entendre. Il fem^<br />

ble-qu'on -ne. doit apprehenr<br />

der rie»' de fâcheux , & que<br />

leur douceur ne promet, que<br />

cie la joye* Mais on né<br />

s'eft jamais, latffê furpreodrc<br />

a leurs attraits , fans > reconnoiftre<br />

+ quoy que .trop- tard,,<br />

leur infidélité; On peritr<br />

iBiferâblement entre leurs<br />

mains. Elles fe plaifent à<br />

faire mourir leurs amans r<br />

Qt à arrofer de. • leur, fàng<br />

le fuoefie Pakls où- • elles<br />

exercent for eux toute forte<br />

de cruauté..<br />

". £ft fuite cBe m f àppritle


fji t r ODnsE r i<br />

moyen de ne céder pas &<br />

leurs eiatàanteieens^ • Elle<br />

me cooniaïKlA de me feire<br />

-lier au mas de mon ¥aifieaur<br />

& d'avertir nies gens de de<br />

«fofter pas ces tiens* qu r a-<br />

f<br />

'rés que nous en ferions*<br />

ien efloigsez,. - Pour ce qui<br />

cft de .tous mes compagnons s<br />

Il a faut , dit-elle 9 leyr fermer<br />

les oreilles avec - de ïm<br />

cire. ' Je n*ay rien à vous<br />

dire <strong>du</strong> relie de voftfe • navigation<br />

, vous irez o& " les<br />

Dieux vous con<strong>du</strong>iront.. Cependant<br />

j*ay encore à vousavertir<br />

:de deux rochers •terribles<br />

qui font dans la iuer.<br />

les vagues & brifent coi*,<br />

tr^eùx avec un bruit effiroyai>!e.<br />

Ceft un- pa^ge lï<br />

dangereux que l'on ne man*<br />

que Jamais d'y iake n£u£bu


D*HoMEKE,Lnr»XU. 377<br />

ge. Les Colombes qui nour-<br />

.riflènc Iupiter y perifient<br />

fouvent > ôc il eft obligé<br />

d*en .envoyer de nouvelles»<br />

pour apporter fou Âmbrofie.<br />

Il n'y a que -le navire<br />

, des Argonautes. y qui n*a<br />

point péri dans ce redoutable<br />

paflage. Mais il y aurait<br />

elle brifé , fi la Déefle<br />

qui aymoit Jafon n'en avoir<br />

pris, elle-mefma-- la copdo-L<br />

te..<br />

1 Un de ces rochers eft<br />

d f ufie _ hauteur que f on ne<br />

peut regarder fans étonnement<br />

f fà tefte eft élevée<br />

Jufques au Ciel-, & environnée<br />

en- tout temps de -ces.<br />

•terribles nuages >: où fe for.<br />

ment les tempeftes. - Jamais<br />

fair nNr eft-ferain. • Les'itt.


$jî L'ODXSSE'S<br />

peurs qui sy arreftent pour<br />

le changer en orages y font<br />

une obfcurlté" • continuelle.<br />

Au refte cette- hauteur eft<br />

fî efcarpée , .& le joc en<br />

• eft fi nud t qu'il n'y a point<br />

d'homme allez -hardi pour<br />

entreprendre d'y <strong>mont</strong>er^<br />

« 11 y a- au milieu de cet<br />

affreux eciieil une caverne<br />

tournée Yers le .Soleil couchant<br />

,- dont l'entrée paroift<br />

Faite. Ceftr - là que Scyila<br />

fait fa demeure , d'où f on<br />

entend fes rugiflemens plus<br />

terribles que ceux des -Lions t<br />

Ç'eft un. monftre- ' éppuventable,<br />

que",les Dieux raefmes<br />

ne peuvent : regarder<br />

fans . efiroy.. Elle a douze<br />

griffes f fix gueules à -trois<br />

fangs de.- dents furiçuîfes,


D'HOMèRE, Liv. XII. 379<br />

fïx teftes feparées fur autant<br />

de Troncs différents,<br />

la moitié de fofl corps eft<br />

cften<strong>du</strong> dans fa caverne,<br />

& l'autre moitié elle la<br />

<strong>mont</strong>re , 'quand elle allonge<br />

fes teftes fur les Dauphins,<br />

& fur les Baleines , qu'elle<br />

devôre } il n'y a point de<br />

Pilote qui fe puifle exempter<br />

de la mort. Car elle<br />

eftend fur les vaifleaux qui<br />

paflènt , ou fes griffes , ou<br />

fes gueules , dont on voit<br />

couler le fàng des corps<br />

qu'elle engloutit.<br />

L'autre ^cûeil , eft moins<br />

élevé, & on en pafle fi<br />

prés que Ton n'en eft pas<br />

éloigné de la portée d'une<br />

flèche ; on y découvre va<br />

figqier fauvage v ÔG ,c'eflr


3%® L'ODYSSéE<br />

deilbus cet arbre que Chaxybde<br />

fe_ remplit de tous les<br />

courants "d'eau dont elle* eft<br />

environnée. Elle les pouffe<br />

deliors trois fois le jour, êc<br />

les reprént autant de fois.<br />

Prenez garde de ne pafler<br />

pas prés d'elle aux 4 heures<br />

Qu'elle avale avec avidité<br />

& avec un bruit terrible<br />

toutes ces vagues.. Vous<br />

perdriez voftre vàiffeau dans<br />

cet abyfme inepviiàble. "Il<br />

faut • mieur approcher ' '4e '<br />

"Scylta>«cbazardîer quelques»<br />

uns dç ?os compagnons à<br />

devenir la proye de ce mon-<br />

• ftre % que de périr tous'dâns<br />

le -gouffre' ••iûfattâble de<br />

Cfaaryède.V ' ' ;<br />

' ' Mais dites » méy Je vous<br />

'.jprie % loy 1 cKs-Jc, après''avoir


D'HOMBRS, LIV. XII. 381<br />

•cvlté Chârybde , fi j'appro-,<br />

chois trop prés de Scylla,<br />

& que ce monftre affreux<br />

devoraft quelques - uns dq<br />

mes compagnons f ne pour,<br />

rois-je pas en tirer quelque<br />

vengeance /<br />

. Ah j me dit-elle. 3 cher<br />

Ulyffe , il ne s'agit plus ici<br />

d*eftre brave} ne croyez pas<br />

que vous ayez à combatte<br />

un ennemi .dont la valeur<br />

puifle triompher. Scylla ef|<br />

invincible. Vous -avez fçeu<br />

fur<strong>mont</strong>er Troye. Mais il<br />

n'y. a point de vidoire à<br />

efperer contre ce monftre*<br />

le plus feur eft de s'eneftoigner.f<br />

Se d'échapper à .fà<br />

fureur, en le . fuyant. Il y<br />

a un extrême' péril à s'arrefter<br />

pour combatre9 Q^eL


Jf8f- L*ODTSSB f «<br />

ques efforts que l'on prepare<br />

, on eft . bien-toit faifi<br />

de fes griffes. Elle avaoce<br />

& die retite fes horribles<br />

gueules. Avant que de recevoir<br />

aucune playe , elle<br />

aura dévoré cinq ou fis<br />

hommes. . paffez donc avec<br />

toute la" diligence poffible*<br />

Invoquez le nom de C raté,<br />

mère de cette terrible ScyL<br />

k 3 & n'attendes aucun<br />

fecours dans cette rencontre<br />

, que de la fagefle de<br />

voftre con<strong>du</strong>ite.<br />

Je n'ay plus qtf un avis<br />

important à vous donner.<br />

Vous arriverez dans rifle<br />

de Trinacrie, mais je crains<br />

bien que le féjour ne vous"<br />

en foit funefte* Phaëtufè &<br />

JLarapeie y gardent êc$


B*HoMEiiE,Liv.XII. 3S3<br />

troupeaux. Ces Nymphes<br />

font filles <strong>du</strong> Soleil, & de<br />

Neeera, Elles fe plaifent à<br />

la campagne \ où fans fe<br />

mettre en peine des affaires<br />

des Dieux & des hommes,<br />

elles vivent en bergères.<br />

Leurs troupeaux font admirables.<br />

"Le Soleil luy*mefme<br />

fe fait un plaiir .de faire<br />

croiftre leurs pâturages f &<br />

de les engraifler <strong>du</strong> fuc des<br />

plantes les plus fertiles. Il<br />

s'intereffe à. les clever , il<br />

ayme à les voir fauter, fur<br />

l'herbe & fur les fleurs, . IL<br />

y a une attache fi grande<br />

que je ne puis aflez vous<br />

avertir d'empefeher vos corn,,<br />

pagnons de leur faire.quel.<br />

„ que . tort 3 ils en feroient<br />

.bien-toft punis ., & je ne<br />

ftjay pas fî vous .ne feriez


3$4 L'OBYSSE'B<br />

point envelope vous*-mefineda-ns<br />

la vengeance que le<br />

Soleil en tireroir, <strong>du</strong> moins<br />

vous verriez périr vos compagnons<br />

f & i quelles avaitturcs<br />

ne feriez vous pas ex *<br />

pôle vous - mcfme ?<br />

La nuit fe j>afla dans cet<br />

entretien, Lors que Je jour<br />

çarut, je fus obligé de me<br />

feparer de cette aymable<br />

Dçeie , Se de rejoindre mon<br />

vaiUèau. -On fortit <strong>du</strong> Port,<br />

•on bat- la mer i force de<br />

rames jufqu'à ce'qu'un vent<br />

favorable que Circé nous<br />

envoya , nous fift avancer<br />

en pleine mer. On n'eut<br />

plus befoin d'Avirons. Le<br />

vent qui eftoît fort, nous<br />

aydoit- aflez. Il n'y avoir<br />

qu'à's'en fèrvir pour 'nous<br />

gouver-


D'HOMèRE, Liv. XII. 385<br />

gouverner.<br />

Je pris ce temps favora-'<br />

blé, pour déclarer ce que<br />

Circé m'avoit prédît. Je<br />

commanday *|ue l'on m'attachât<br />

au mas <strong>du</strong> naviremes<br />

compagnons iè bouchèrent<br />

les oreilles avec de<br />

la cire , pour n'entendre<br />

point le chant des Sirènes,<br />

& comme le vent eftoit<br />

bon , nous y arrivâmes bientoft.<br />

Mais une ï>onace ftous y<br />

forprit. Le vent cefla , la.<br />

tner eftott tranquille, & quelques<br />

efforts


386 . L'O&ISSB'B .<br />

*lles, généreux U«yfle ? Eftes~<br />

vous ennemi de nos chants?<br />

N'avez, vous pas aflèz fouffert<br />

f pour vous arrefter ua<br />

moment à prendre l'Innocent<br />

plailïr de nos voix ? C*e4ici<br />

que'Ton prend quelque<br />

repos au miEeu d'une longue<br />

navigation. Nous fçavons<br />

vos avanturef. Nous avon^<br />

•fouvent chanté les faits généreux'<br />

des Grecs fie des<br />

Troyens. Ne vtius haftez<br />

donc pas f & ne vous re- :<br />

fufez -point. un pkifir qui<br />

charme tous ceux qui cou*.<br />

rent fur cette.mer» .<br />

J'eftois charme moy-mefine<br />

de la douceur; de leurs voix.<br />

Je ne voulois pas feulement<br />

m'arrefter, mats je les aurols<br />

Mfm 'dàps leur. Palais. H


D'HOMEKE^Lî^XII. 387<br />

y avoit je ne fçay quoy qui<br />

«n'engageoit, je ne me fou-<br />

•enois plus des avis ^de Cira<br />

ce , de l'amour de la patrie,<br />

& <strong>du</strong> defir de recon<strong>du</strong>ire<br />

heureufèment en Ithaque tous<br />

mes compagnons. Déliez*<br />

moy , difois-je , j*ay honte<br />

d'eftre dans cette captivités<br />

Ce n'eft pas en fuyant qu'il<br />

faut combatre le plaifir i<br />

c'eft par l'ufage légitime que<br />

l'on en fait, qu'il faut le<br />

modérer.<br />

Mes compagnons ne pou-'<br />

voient entendre mes plaintes<br />

non plus que le chant de<br />

«es Sirènes. Je les menaçais<br />

en vain par mes regards;<br />

en vain je les priois par des<br />

lignes de fdûmiffion & de<br />

tendrefle. Ils me firent le<br />

Rij


$8S t'-Oï)yssî # i ••<br />

plaifîr de ne m'accordes pas<br />

ce que je;defîrois 'avfl$v4n& :<br />

extrême- emprefleinenc^ • - /<br />

* Cependant on pafia outre...^<br />

&' nous apperceu-mes ^§&|É#*/<br />

cher couvert- d'un ' lùfri^W^'<br />

nuage, d'où. fortoie. lïn Jtfiiffv.<br />

épouvantable,. Tout*• le.mort--, '<br />

de en fut fur pris, ' La, fra-ye.nr<br />

fit tomber des main*? toute!!.<br />

les raflniS.. On eftok^dâifs.<br />

un abbatement où la .-craintes.<br />

'de périr ne prefèntotc plu»"<br />

à un chacun qu'une mort<br />

affreufe.-' Tf.tr - ^ ? .,,*;"<br />

• falMs de cotw celiez &<br />

je parfois aux pns. &• aux.<br />

autres pour les animer. Eftce<br />

là s leur difois - je, i je<br />

premier péril où nous ayons .<br />

ffté -t Wm. avons-pou? p*$*


D'HOMèRE, Lnr.XII. .jg-^<br />

veo /de plu? grands ? Ne<br />

•vous fouvietit. il. plus de Polypheme<br />

, dont je vous ay<br />

deEvrez i Croyez-vous donc<br />

que nous.n'ayons rien à attendre,<br />

de-la. fageffe de naître<br />

; con<strong>du</strong>ite i ('Ceft- fe deJ<br />

fier de- & .vertu , que de"<br />

n'en efperer plus rien y Je<br />

kur.-.reprelentay . fortement<br />

que ooftre > deftin_ dépendait<br />

de. leur obefllance. Je donnay-<br />

•' mes ordres, par tout*<br />

Je reglay-, le gouvernail On<br />

, reprit les Avirons > on ploya<br />

les & lors-que<br />

toutes chofes'eftoient de(è&<br />

perées f nous commençâmes<br />

d'eTperer. . - -<br />

Cependant ' je - fçavois que.<br />

le dtegec dtoit grand t je<br />

Riij


,39*V l/01>YSfE*ï<br />

n'avôis dit-"'4 perfonne que<br />

Scy \\d *• • dévtirofo • • • toujoursquelques-"uns<br />

de ceux qui<br />

paflbienc Cette craint» au-,<br />

rèk-'inis' le defcrdre* •' -On<br />

n'aurôk pi garder ion'rang-*<br />

Chacdi^ie îeroit retiré. • Pour<br />

itioy- je m*ë§ois «rmé ,: Si<br />

j'eftoîs • deflus ie'tillftc prell<br />

i repoufler • là violence- de<br />

ce mordre.-' ; Q2*?f 'que C§rce<br />

nfëtift>'averti quli eftoir ^<br />

inutile "die > f attaquer,. • je* ne<br />

pouvais'' pas me refoule é<br />

•oit .dévorer mes compagnons'<br />

^ ;;: ou à efbe Ittioyu.<br />

mejfiité Gt-fmfë^: fàms-luf<br />

faire - ; quelque fefiftaacej-.<br />

Nous- en eftions- : aflea<br />

prés fans pouvoir la découvrir.<br />

' Je regaifdôîi -ftïÉjoârs<br />

veo le mililiï'cte ce^ftoeher


D'HOMèRE,- LIT. XII. 391<br />

inacceflîble } là hauteur m'avoit<br />

iafle les yeux * & Je<br />

ne pouvois plus en fupporter<br />

raffreufe obfcurité. Nous<br />

eftlons dans le dangereux<br />

détroit qui cft entre, ces<br />

deux écûeils.<br />

.. Charybde de l'autre cofté<br />

fe rempliflbit _ des vaftes flots<br />

de la mer. C'eftoit une choie<br />

horrible que de k ¥oir<br />

les repoufler dehors. . Ils en<br />

fortoient comme des.boûil-<br />

Ions impétueux fe répandent<br />

d'une cuve échauflce" que<br />

Ton a remplie. Ces vagues<br />

rentraient & fortoient avec<br />

ME bruit épouventable» Tan^<br />

toft on- découvrait jufques<br />

aux pieds de ce rocher , tantoft<br />

les flots battoient jufques<br />

fur fa., telle»<br />

Riiij


39* ï/ODYSïBV<br />

. Tout le monde eftolc fur<br />

fcs gardes. On travailleur<br />

de fous coftez» le con<strong>du</strong>isis<br />

de l'œil , de la main-,<br />

& de la voix tout ce travail.<br />

L/occafioa eftoit importante.<br />

11 n'y- avok pas un moment<br />

à perdre. Autrement on alloit<br />

eftreentraiftié- dans cet Jkbjfme,&<br />

peçir dans ce flux<br />

& ce reflux de vagues qui<br />

fe ckoquoient incefêmmenr^<br />

Cependant ScyHa nous- enlevé<br />

fix des- plus vailkns<br />

hommes de noftre vaifleau»<br />

Elle les avoit déjà emportez<br />

|trës de là caverne, lors que<br />

je les apperceus qui me tendoient<br />

les bras. Cette cruelle<br />

k$ déchiroit & les devoroit<br />

impitoyablement. Jem'entendois<br />

nommer .par ces'


s"HoiaiJ,Liv:XIL 19)<br />

nial-heureux , '& je fremiflbis<br />

•de rage ,. ne pouvant leur<br />

donner aucun, fecours, le<br />

n'ay * jamais fenti- rien déplus<br />

rude en tout, ce que<br />

j*ay (buffets jufqu'à prefent.<br />

11 fallut abandonner à ce<br />

ptonftre abominable nos chers<br />

compagnons,- & dvisec -au<br />

plûtofl d'en- perdre, encore<br />

d'avantage.. O'n redoubloit<br />

les- efforts des Avirons %. tout<br />

eftoit dans Fadion-. On<br />

croyoir n'eftre jamais hors<br />

'<strong>du</strong>- péril de Scylla &'de<br />

Charybde, ' On. s'en, retira<br />

enfin t "& après avoir .un.<br />

feu .couru- en pleine mer f<br />

nous- nous trouvâmes- prés<br />

des .cottes, de. Tiiaacrie..<br />

Mais je ne vouïois- pas<br />

peemectte *p f 0û- y relâchât,<br />

••.. Ri


194 •'"i*Ob-*fsi i *...<br />

Il me'lMvênôu;-ydm- prediL<br />

étions ' de Timfîa^ fie de.<br />

Cire©, le conmandoiS''q.iie<br />

dans une iflt' qpà dewée:<br />

nous eiibre fipàefteu<br />

• Ma» oo nfeflbîr pas- " em<br />

éflat de m-'obeïr.; -La navigation-<br />

avoir efté'' difficile air<br />

paffage de Charybde & de<br />

ScyHft. l'y avôit long-temps. •<br />

que; l'on ne s'eftek point<br />

Kpo/e;. Et'mefmes'il'- eftoie<br />

mecelaire- de-' prendre terre,<br />

pour avoir, de *l'eau'.. . Eury-<br />

Joque - me repf efeotoit ' que<br />

Je- ne devoïs.pas avoir•• cette<br />

<strong>du</strong>reté pour mes cofBpigpons.;<br />

Ils n'ont pas' f dilbk-. Û-r<br />

voftrp-"courage ni vos-forces, '•<br />

Ils font abbatus <strong>du</strong> travail^<br />

& de la oajntç qu'ils on|


s'Hoicuti, Lnr. XII. 395<br />

eug» 11 ajoûtoit que l'onvoyoit<br />

des Ignés d'une ter-'<br />

rible tempçfte t. que la nuit<br />

eftoic proche T -& qu'il y ;<br />

avoit un danger • manifeftc ;<br />

à continuer leur route fur<br />

une mer qu'ils- ne connoiCibienc<br />

pas-<br />

Je- commeorçay I recennor.ftre<br />

que le deftin nous entrainoit<br />

toujours \. & que"<br />

l'on'ne peut éviter les malheurs<br />

'où- nos' defîrs. mefinesfervent<br />

à- nous- con<strong>du</strong>ire.,<br />

le ne permis pas néanmoins<br />

qu'on allait à •. terre • t. fkm<br />

avoir oblige tout le monde<br />

par -un ferment inviolable<br />

de. ne s'attirer point par"<br />

aucune ie|uftice la vengeance<br />

des Dieux.. ' . .<br />

H4 ;


if 6 I'OD-YSSB'A;<br />

On aborde avec cette<br />

refolution. en Trinacrie. r oui.<br />

fon donne quelque relâcheaux<br />

inquiétudes que l'on*<br />

avoit eues* Oa regretoic la-.<br />

perte que Ton. avoit laite<br />

prés de Scylk f> mais em.<br />

mefine- temps. y OïL imputoit:<br />

à fa bonne fortune de n f a*.<br />

voir pas. elle, <strong>du</strong>- nombre -de<br />

ceux que. ce- monftre avoit<br />

ravis. Les. provilions de Circe.<br />

fervoient à fe reikWirtt<br />

& on paâoit infenfiblement<br />

de la, crainte „ de F inquiétude<br />

* fie de. \fk douleur à<br />

h* jpye* • -<br />

Âpres les-* premières* fietr^<br />

*res <strong>du</strong>- fommeil f< il. ft levé;<br />

«a grand vent t fie ' la metc<br />

s'émeut: avec violence^ Lex<br />

miages ewokjat dans. l 9 aif


»TCoiCEiS',Liv,XIL JJ-J<br />

avec 'impetiiofité, & ai* Heu<br />

de voir l'Aurore , le Ciel fe<br />

couvrit d'une épaiffiè obfcu..<br />

^ritc , il n'y avoit pas d'ap.<br />

parente de fe remettre en*<br />

mer, Noftre vaifleau n'eftoit<br />

pas, mefme en- feureté..<br />

. Pour éviter • les-, incommo^<br />

dkez de cette Airieufe.- tempefte<br />

3 nous Marnes obligez:<br />

d'entrer dans une caverne.prochaine<br />

f où: les NympEes^<br />

de la mer avoient coâtume<br />

de fe. retirer. Cfeft-là* *jueje<br />

crus-, à propos déparier<br />

i mes compagnons ibr lfc~.<br />

tat oà la fortune: nous avoit:<br />

fe<strong>du</strong>its* ><br />

Nous avons dans le vaiflèau;;<br />

leur dis*je, ce qui nous eft:<br />

neccflake pont jrivic.. Nous:


jff " JL r O*DY SSl r fi :<br />

•oili dans cette lie où l'on<br />

nous a avertis de 'ne .faire<br />

aucun tort" aux' troupeaux<br />

des Dieux.. Ne contraignons'<br />

as le Ciel par nos lacri-<br />

f<br />

:ges de nous envoyer tous*<br />

les mal-heurs dont les prédirons<br />

de Tirefia* & dé<br />

Cirée nous ont' iaenaflez;.<br />

In effet j. on • les- craignit.-'<br />

On renouvelia 1 l'es' fecmens;<br />

que Ton avoir -déjà faits r &<br />

©n refolut de vivre d*une^<br />

nâaniere ''fi; réglée r que FOIïcuft<br />

aiez cfe'provifibns pour<br />

le fëjour- que- la cémpefte*<br />

obligeroit de faire en ce<br />

Port,<br />

Cependant elle continuoir<br />

avec la mefme violence, &


D'HOMèRE-, LIT.-XIL &jp<br />

<strong>du</strong>rant un mois entier *,. if<br />

n'y eut que. deux vents qui<br />

rpgwefent ,. cdijr;*-d'Orient,.<br />

& eeky <strong>du</strong> Midi,, qui nous.eftoiênt<br />

fi- contraires , & qui?<br />

eftoient fi • forts* , qull nV<br />

avoir nulle- apparence'de le<br />

mettre en mer.-' Cependant<br />

nos-, provifîom- fe consumèrent<br />

j, on eftoit preffe-tle la*<br />

faim y & comme ks> prediétions,<br />

"n'avoient, point défen<strong>du</strong><br />

la cbafle rm la- pe£<br />

ché'r on crut . que* la ne^<br />

ceffitc • nous difpenfoit de., la?,<br />

coutume de s'abftenit des.<br />

Oyfeaux y & àc$ r FoifFons^<br />

Mais- ce que Fondée preitoir<br />

ne" fuiifoit. pas. a ? tant? cfc*<br />

inonde*' . ; \ ? •<br />

• 'le m'ëflôîgnay'ùn peu' de 1<br />

mes compagnons-1 pourrai*


'4J/B& • L'OBYS&B'S-<br />

le ma prière,aux Dieuxr6t<br />

Içur demander <strong>du</strong> fecoms.<br />

dans- cette preflàote occasion.,<br />

le m'euois purifie dans-<br />

Feau. de la mer ,. mes vœux.<br />

eftoient fervents, j'invoquois.*<br />

tout le Ciel m'addreCapttaiv<br />

tofib à lupiter,,tantoft. à Minerve<br />

¥ ou à Mercure r om<br />

i quelque autre Divinité*<br />

• Je m'effois arreffé. dansun<br />

lieu v où j'eftois à- l'abri:<br />

<strong>du</strong>. vent .y & où. je. tçouvois*<br />

un calme qui. me charmoit»<br />

Apparemment les: Nymphes<br />

y «noient fi?uvent i car il<br />

y avok i- Tentour des fieges<br />

êc. quelques lits* faits de galon..<br />

~ F y dormis, quelquetemps-<br />

3. pendant qu'Êurylo.<br />

que donnoit à. mes compagnons,<br />

un pernicieux, cou*


D*BoMERl, LlV. XII. 4


4©2 l/01$YS-SÉ*l<br />

vais qu'on Iuy" prefente def<br />

viAimes ? Ce n'eft que la<br />

necefité- prenante d'éviter<br />

une mort terrible , qui nous<br />

contraindra de referver-pour<br />

noftre ûfage quelque partie<br />

de- nos viûimes. Car an<br />

lefte pour honorer ce Dieuy<br />

cous luy bâtirons ' un Temple<br />

• en Ithaque ,. nous l'enrichirons<br />

de ' nos prefens,,<br />

& - nous apprendrons à noire<br />

pofterité que e*eft luy<br />

qui mous awtm conférée là<br />

•ie. le ne puis croire -que<br />

les Dieux veuillent -punir<br />

une ââcion que la necefitté<br />

juftifïe. Ce fera mefme' une<br />

efpecé _de clémence , s'ils-<br />

BOUS" font périr : plûtoft par<br />

un naufrage ,. • que par une<br />

famt cii&eUe. ' Faut. M ' fe<br />

loir • confiimer peu i peu,.


^^Br'HaMEKE,Lrv. XIL 4031<br />

e &foufrrir toute» les rigueurs<br />

d'une mort tyrannique , qui<br />

refufe de finir les tourmen*<br />

'qu'elle fait en<strong>du</strong>rer , pour<br />

les faire fentir plus longtemps<br />

1 Du inouïs ou je<br />

deffendray ma vie contre<br />

les flots irritez , ou je l'abandonneray<br />

à leur fureur r<br />

que je n'èp rouveray qu'un<br />

moment.<br />

La crainte de fa mort<br />

eriielle dont Euryloque lèvte<br />

parlait , les perraada, II*<br />

crurent aifément que le preu<br />

texte d'offrir des facrifices.<br />

fa ex€uferoit ea prefërice<br />

«les Dieux» On alla cfcoifir<br />

dans le pafturage le .plu*<br />

proche' tes meilleures vi&imes,<br />

& conime on :n*avoit<br />

»y via ny fdriaé* on fe &«*


404 t W 0Bl$$B r Ê<br />

vit de feûiMcs de choifii?<br />

& d'eau, pouf faire k$. in- *<br />

fufions & les axerions de»;<br />

ïàcrifîces..<br />

On s'efforce d*appaifer'fes<br />

Dieux par le* prières :* pas<br />

les* vœux, & par les .prpmêles<br />

$ & oh immole avec<br />

cérémonie, les vidimes; On<br />

les brufloit déjà dans le<br />

feu , & on préparait celles<br />

que fou devoir ' manger r<br />

lors «pie revenant fur. le. rk<br />

va g c * F *«*»• «>ute. cette<br />

odeur*; * -<br />

Ah Dieux f m r écriay.jer<br />

vous m'avez, envoyé mm<br />

fomipeil qui fera la caufe<br />

de k perte de .tous mescompagnons.<br />

; Lainpctie s f ctoit<br />

déjà * plainte de feule-


D'HOMèRE, Liv.XIL 40J<br />

vement de -fes bœufs les<br />

plus gras & les plus beaux}<br />

Se Apollon s f en pkignoic à<br />

_ - lupitjer. Il ,menaçoit -de re~<br />

. fufcr fa lumière au monde<br />

^"'fî ,ks compagnons<br />

d'Ulyflê n'eftpient punis an<br />

pifkoll'de leur folle terne-<br />

. otié. 'C'eftoit mon plaifir,<br />

diloit.il,, de -voir croiftre<br />

mes troupeaux. le les Yoyois<br />

aïkr ' le • matin au pafturage,<br />

' & rentrer le foip- en bon-<br />

^ cpHànt , j'ay eu horreur de<br />

;?>leur facriice. La fumée<br />

Y' m*en a efté infupporfable f<br />

•fc fi ires malheureux cchap*.<br />

.. pent à ¥oftre 'vengeance f<br />

* Pluton ne me refuîera pas<br />

de fe_ charger <strong>du</strong> foin- de<br />

** les punk. Mercure qui<br />

gftoit prés de lupiter ,t lors<br />

que tomes ces plaintes- ftj#-


4oC L'ODYCSE'B<br />

rent faites , en avoir conté<br />

tout le détail ,à Calypfo,-<br />

& -cette belle Déefle m'en<br />

.«voit entretenu iouveût.<br />

Au refte eftanf arrivé , je<br />

leur faifois ! de feveres reproches<br />

*--mais il n*y avoic<br />

plus de remède _ au facrile-<br />

e qu'ils' a voient commis*<br />

f<br />

a tempefte dora encore fm<br />

jours'entiers % <strong>du</strong>rant lefquels<br />

II-abrita dëS ! prodiges 1 furpteriàtisï<br />

r TLe& peiuçc-des victimes<br />

fâifoient des' mugillemens<br />

comme fi elles âvoient<br />

efté animées- On-lesvoyoic<br />

&• remuer/ ''OW' ,7 ehtendoic<br />

les. Nymphes "qui- Te plaignoient.<br />

' Cependant au<br />

ïeptiéme j-our Saturne nous .<br />

lit paroiftre la mer fort<br />

•calme, . Ie.quittay ituffi-toft


D*HOMSJLE9LIV.XIL 407<br />

ce" rivage , où je n'avois<br />

xà éviter par mes foins<br />

Î es effets des triftes prédirions<br />

de Tirefias & de<br />

Circé. Mais lors que nous<br />

Eûmes en pleine mer f un<br />

nuage commença à paroiftre<br />

fur noftre tefte, 11 eftoit<br />

•rempli de foudres & d'orages.<br />

D'abord un vent inu<br />

Î>etueux en fortic avec vioence<br />

j il fe répand fur la<br />

•mer où l'agitation devient<br />

horrible } il rompt les cor*<br />

dages , il enlevé les voiles,<br />

il abbac" le maft , il en<br />

accable Je Pilote qui eftoit<br />

m vain -i fon gouvernai),<br />

•il nous porte i fon gré<br />

tantoft fur le haut des flots<br />

irritez , tantoft il nous pre*<br />

cipite dans l'abyfme d'une<br />

vague, profonde. Tout treiOr


.408 I'O'DYSSB'B<br />

ble y tout frémit fous fit<br />

violence<br />

Le Ciel eftoit en mefme-:<br />

temps ep^feu. Le tonnerre<br />

retentiffoit avec des éclats<br />

effroyables. lupiter eftoit luyw<br />

mefme -clans ce -nuage terrible<br />

, il lance enfin (es éclairs<br />

& (es foudres fur mon vaiffeau.<br />

Les uns periflènt dans<br />

la mer , ks autres font coufumez<br />

par le feu. - Le vaiffeau<br />

eft brifé. '<br />

Entre 'tant de defaftres<br />

je . demeure fur une partie<br />

de ce déplorable débris,<br />

l'ay a combattre contre les<br />

vents ^ la mer, te le Ciel<br />

en colère..' Le maft flottoit<br />

autour de moy. le farrefte,<br />

.& le lie avec la planche<br />

(pi


B-I-fûMCKE, tlT. XXT. 40^<br />

qm me r eftoit. Oeffc en cet"<br />

*ftat que je reiblus de- me<br />

defféndre contre ma. mauvai-<br />

(g fortune jiiiais j-'ëusdeoou^<br />

veaux ennemis à combattre*.<br />

Comme gallois an gr4 desvents<br />

, }e 'me trouve encore.<br />

dans le redoutable détroit de<br />

Scylla- & de Cfaarybde ..r. le<br />

ve-nç fie les courants de 1&<br />

mer m'èntratfcent dans-< cevaffce<br />

abîme, au temps qu'elle<br />

engloutifibtt tous, les flots-.<br />

avec un- ferait effroyable. Je<br />

fi»-- porté, dans-' ce gouffçe j<br />

ma planche .& mon mats s'abîmèrent<br />

en» ce moment r je<br />

les abandonne pour m'atra-'<br />

chtr 4 une une branche* <strong>du</strong><br />

figuier iàtt-iage dont je vous<br />

ay parie? 3 • qui* s'eftend au<br />

deffus dei ce goniPre, J'àctendois<br />

avec imgtficnce qpe Cfca-


4iP' • L'ODYîSB'E .<br />

rybde pouffant dehors tout ce<br />

qu'elle a voit englouti y me readîft<br />

auffi . le débris de mon<br />

vaiffeau, c'eftoit une reCouc.<br />

•ce bien fragille s. mais je n'a*<br />

vois plus aucun fecours à e£<br />

perer f que celuy-lâ. J'aurois •<br />

péri fur cet arbre ^ fi je n'a-<br />

¥ois retrouvé ce -relie pitoyable<br />

ée aauffage $ au<br />

temps que Charybde • commença<br />

à-rejetter^ les iragues^<br />

il fut pouffé dehors. Je defcens<br />

deffus ,. au mo'ment q«e<br />

les' Ûots- le pouflbient- fous<br />

moy. |e le gouvernois le<br />

mieux qu'il m'eUoit poïEble<br />

f mes bras me iervoienr<br />

d'aviron, je tâchois de fortir<br />

de ce Détroit* où j'ai-<br />

¥ois toujours i craindre , &<br />

la fureur de Scylla Y & Tabffoae<br />

de Charybde.. Les. ^«t


D'HOMèRE, LIT. XII. 41»<br />

Dieux enfin fe . laflerene de<br />

me '-perfecuter. "Un vent favorable<br />

me pouCa en haute<br />

mer , & après quelques joursde<br />

cette terrible manière de<br />

Navigation , j'abotday dans<br />

rifle d'Ogigye. Je vous- ay<br />

déjà dit que la • Nymphe<br />

Calypfo 'me Ift un accueil<br />

obligeant f que j'ày paffd<br />

quelques années dans fouille<br />

, •& que je n'en fuis for.<br />

ty que parce que les Dieux<br />

veulent qpe je retourne et*<br />

Ithaqpe,<br />

Je ne vous aurais parmef-<br />

'tne compté .toutes ces avanfures,<br />

iï j'avois pu. ne vous-<br />

•#beïr pas.. Je crains bien que:<br />

•le difcours ne v&as en ait fatiguez,<br />

Ainfî je ne crois pas»<br />

-4evctir recommencer et qm


s'eft paffé depuis mon arrivée:<br />

^ n# Ogyg^ e jwfques au <strong>mont</strong>ent<br />

qu f iio€ deftieee plus-.<br />

&vorable~ma porté dans- vautre<br />

Me.<br />

jFin <strong>du</strong> douzième Z>ivre.<br />

[^WE<br />

JÈMwf-<br />

Jljjljâft. Jk jJi^Jv- » fcr<br />

im^/: 1 '*'''--^. y<br />

«fcâ$&.<br />

m-m-^.<br />

-."v. "~: \.;-N<br />

•^ Là. L«.,u<br />

^T^^Z^rrrrrrrrr- •- -. .•<br />

L^feàtfiUifc a^^a