N° 260 - Conseil Général du Nord

lenord.fr

N° 260 - Conseil Général du Nord

BALADE

LES SECRETS SUCRÉS

DE LA BETTERAVE

ACTUS

JOURNÉES DU PATRIMOINE :

SUPPLÉMENT SPÉCIAL

260 SEPTEMBRE 2012 ÉDITION MÉTROPOLE

DANS VOTRE ARRONDISSEMENT OSTRICOURT : AU BOIS DU COURT-DIGEAU, ON AMÉNAGE ET ON PRÉSERVE

DOSSIER

Études, sport, vie quotidienne…

DES COLLÉGIENS

MIEUX ACCOMPAGNÉS


LA PHOTO DU MOIS

L’appel de Londres

Les Experts méritent leur surnom. Pour la deuxième fois consécutive, l’équipe de France de handball est championne olympique. Du jamais vu !

À quatre jours de l’ouverture des Jeux olympiques de Londres, l’équipe de France avait disputé un dernier match préparatoire contre la Hongrie aux

stades de Flandres, à Dunkerque. Nikola Karabatic (photo) et ses coéquipiers ont fait rêver les Français. Bravo et merci !

Photo prise à Dunkerque, le 22 juillet 2012 à 18 h 17, par Christophe Bonamis.

Magazine

d’information

du Conseil général

du Nord

51, rue Gustave-Delory

59047 Lille Cedex

Tél. 03 59 73 83 98 / Courriel : lenord@cg59.fr

Directeur de la publication : Patrick Kanner, président du Conseil général du Nord

Directeur de l’information et de la communication : Hubert Loppinet Rédacteur en chef :

Franck Périgny. Rédaction : Laurence Blondel, Valérie Dassonville, Antoine Platteel,

Alexandra Pigny, Françoise Poiret-Colonge, Arnaud Raes Secrétariat de rédaction : Laurence

Blondel, Valérie Dassonville et Alexandra Pigny, assistées de Ouardia Saïdi Responsables

de production : Bertrand Leverd, Patrick Lenoble Responsable photo : Dominique

Lampla Photographes : Christophe Bonamis, Philippe Houzé, Emmanuel Watteau,

Photothèque du Conseil général du Nord. Service iconographique : Barbara Bonny.

Conception éditoriale et graphique : Agence Cinquième colonne. Conseil en communication

: R Com’ Rigaux. Photogravure : Nord Compo. Impression : Lenglet Imprimeurs.

Le magazine est distribué gratuitement à tous les habitants du Nord.

Si vous ne le recevez pas régulièrement ou pour le recevoir à partir d’un autre

département contactez le service lecteurs-abonnement au 03 59 73 85 29 ou

par courriel : diffusionnord@cg59.fr.

Site Internet :

2 Septembre 2012

Rejoignez le Département sur Facebook :

www.facebook.com/departement.du.nord

ISSN1169-4947. Dépôt légal: septembre 2012. Tirage : 1 129 500 exemplaires. Tous droits

de reproduction réservés. © 2009-2012. Imprimé sur papier certifié FSC ® C015845.

SOMMAIRE

Engagements

Jeunes en recherche d’emploi :

la mobilité, c’est permis 4

ACTUS

Des repas de la ferme d’à côté6

ON AVANCE ! Un outil d’aide

à la décision pour les élus 8

Au naturel

Les Blongios : depuis 20 ans

au service de la nature 10

DOSSIER p. 12

Rentrée 2012 :

un bel élan

Issu d’une concertation

à laquelle tous les Nordistes

étaient invités à participer,

le Projet éducatif global

départemental est expérimenté

dès cette rentrée.

Libre expression 18

10 12


Pour le bien-être de tous les collégiens

• L’éducation est essentielle pour l’avenir de

notre société. C’est pour cette raison que

nous avons souhaité, avec Bernard Baudoux,

vice-président en charge des collèges, que le

premier thème discuté dans les Ateliers

citoyens départementaux soit l’éducation des

jeunes Nordistes. Écouter les Nordistes,

construire ensemble, définir les priorités

absolues d’une offre éducative de qualité

nous est apparu incontournable dans une

démarche telle que celle de la construction

de notre Projet éducatif global départemental

(PEGD).

L’objectif du PEGD est de proposer à l’ensemble

de la communauté éducative (Éducation

nationale, associations d’éducation populaire

ou de quartier, parents d’élèves…) un nouvel

espace de rencontre et de dialogue animé

par un objectif commun : le bien-être des collégiens.

Pour cela, une trentaine de propositions ont

été retenues, classées selon six grandes priorités

et actées par le Conseil général dans sa

séance plénière du 25 juin dernier. Ces prio-

SEPTEMBRE 2012

Le mini-journal

de l’arrondissement

de Lille p. 19

Aménager et préserver

le bois du Court-Digeau 19

Adieu Léon-Blum,

bonjour… Léon-Blum 21

L’agriculture,

c’est aussi produire du lien 22

19

Ils font le Nord

Leur mission :

faire rebondir vos idées 23

Dans mon collège

La littérature, pas si dure

à la Villa Yourcenar 24

Une mini-entreprise

qui ne connaît pas la crise 25

Des compétitions

« olympiques » 25

rités tournent autour des thèmes de la réussite

scolaire pour tous et la lutte contre le

décrochage scolaire, de la lutte contre toutes

les formes de discriminations et de violences,

de la santé des jeunes, mais favorisent également

l’ouverture du collège sur son quartier,

l’accompagnement à l’autonomisation du

jeune et son ouverture aux cultures et sur le

monde, et enfin le rapprochement des

familles et de l’institution scolaire.

Avec cette démarche innovante, je suis persuadé

que nous allons dans le sens de l’histoire

!

Patrick KANNER

Président du Conseil général du Nord

president@cg59.fr

BALADE p. 26

Loin d’être bêtes,

les betteraves

Gros plan sur ce légume qui bat

la campagne en automne. 26

Les recettes

Cake aux amandes et à

la betterave et salade

de betteraves aux épinards 32

Histoire d’un jour

1 er septembre 1944 33

EDITORIAL

L’objectif du Projet

éducatif global

départemental

est de proposer

à la communauté

éducative un nouvel

espace de rencontre

et de dialogue.

Sport

La balle et la batte 34

VOS SORTIES 35

L’expo du mois

Recto ou verso, des dos

qui nous interrogent 38

La rencontre

Xavier Cuchérat est comme

un poisson dans l’eau 39

23 26 34

Septembre 2012 3


Jeunes : la mobilité, c’est permis

1

Le constat

Plus de la moitié des

jeunes de 18 à 25 ans

accompagnés par les

Missions locales n’ont pas le

permis de conduire. Or celuici

est souvent indispensable

pour décrocher un emploi.

La réponse

2 Le Conseil général

a décidé de renforcer l’aide

au financement du permis

déjà prévue au titre

du Fonds départemental

d’aide aux jeunes (FDAJ).

3

ENGAGEMENTS

CHAQUE MOIS, LE CONSEIL GÉNÉRAL REND COMPTE DE L’AVANCÉE DE SON PROJET DE MANDAT.

ENGAGEMENT :

Où en est-on ?

La mesure a été adoptée

à l’unanimité le 26 juin

dernier : dès 2013, 1 000

jeunes en parcours

d’insertion pourront

bénéficier d’une aide de 1 000

euros, à condition d’avoir

déjà réussi l’épreuve du Code

de la route.

L’AVIS DE…

Patrick Garcia

Animateur à la Mission locale

de Roubaix

Le Département a souhaité

s’appuyer sur l’expérience

des Missions locales : du

financement de permis, nous en faisons

depuis longtemps… Le montant

retenu me semble être le bon, car

il faut en moyenne 30 h de conduite

pour assurer le permis. Et accorder

le financement à des jeunes qui ont

déjà le code permettra d’éviter

la démotivation. »

4 LE NORD Septembre Octobre 2012 2011

« Nous créerons une bourse pour le financement du permis de conduire pour les

jeunes en recherche d’emploi… »

Première leçon de conduite pour Doriane à l’auto-école Noël, à Croix. « Accorder le financement une fois que

le jeune a décroché le code, je trouve ça beaucoup plus intelligent », commente Charles Mendès, le gérant. PH. CB

• « Je cherche un emploi d’hôtesse

de caisse, mais il faut

avoir le permis de conduire.

J’habite à Roubaix et s’il fallait

remplacer quelqu’un au

pied levé à Wasquehal ou à

Lille, je serais bloquée.» Heureusement

pour Doriane, 23

ans, la Mission locale de Roubaix

va l’aider à se payer le permis.

Elle a décroché le code le

15 juin, reste la conduite…

Aider des jeunes en recherche

d’emploi à financer leur permis,

le Département le faisait

déjà avec le Fonds départemental

d’aide aux jeunes (FDAJ).

Mais la mesure concernait 150

jeunes chaque année et le montant

de l’aide était plafonné à

400euros. Le 26 juin dernier,

les conseillers généraux ont

décidé, à l’unanimité, qu’un

effort supplémentaire était

nécessaire. Le montant de

l’aide a été porté à 1 000 €

(80% du «coût plancher» d’un

permis, estimé à 1200 €). Ils

ont également voté un crédit

d’un million d’euros qui

devrait permettre de financer

mille permis dès 2013.

« Agir sur les freins »

« Le taux de chômage des 16-

25ans est de 30% dans notre

département. Cette donnée

illustre à elle seule l’importance

d’agir sur les freins à

l’insertion professionnelle rencontrés

par les jeunes», souligne

Fabien Thiémé, vice-pré-

sident du Conseil général

chargé de l’Enfance, de la

Famille et de la Jeunesse.

Lequel remarque qu’avant

même son entrée en vigueur,

l’aide au financement du permis

« rencontre d’ores et déjà

un vif succès, à en juger par les

demandes qui nous parviennent».

Le dossier de demande

sera disponible auprès des

Missions locales et des services

sociaux du Département.

FRANCK PÉRIGNY

LE PROJET DU DÉPARTEMENT ET VOUS

Qu’est-ce que c’est ?

Le 4 juilllet 2011, le Conseil général du Nord a adopté à l’unanimité

ses priorités pour le mandat 2011-2014.

Où puis-je le lire ?

Sur notre site internet : lenord.fr/engagements

Comment puis-je participer ?

Rejoignez-nous sur notre site jeparticipe.cg59.fr

ou sur Facebook : www.facebook.com/departement.du.nord


Environnement Grande-Synthe accueillera, dans quelques jours,

les 2 es assises nationales de la biodiversité.

LA BIODIVERSITÉ AU CŒUR

DES ÉCHANGES

Une visite de la dune Marchand sera proposée au cours

de ces trois journées. Seule réserve naturelle nationale

du Nord, le site, propriété du Conservatoire du littoral,

est géré par le Département. PH. PHILIPPE HOUZÉ

• Les 26, 27 et 28 septembre

auront lieu à Grande-Synthe

les 2 es assises nationales de la

biodiversité. L'occasion pour

les élus, techniciens des collectivités,

spécialistes, représentants

des secteurs privés

et associatifs, d’échanger

autour de leurs pratiques, de

leurs expériences et de leurs

savoir-faire.

« Avec 3 200 ha d’Espaces

naturels sensibles en propriété

15 et 16 septembre

JOURNÉES DU

PATRIMOINE :

NOTRE SUPPLÉMENT

• Vous avez dû trouver

avec ce numéro un supplément

de 32 pages

consacré aux Journées

europénnes du patrimoine

qui auront lieu les

15 et 16 septembre. Au

programme, dans le

Nord et au-delà des frontières

: visites et ateliers

de découverte, expositions,

spectacles…

+

sur Internet

Supplément téléchargeable

sur lenord.fr

ou en gestion, le Département

est un acteur majeur de la préservation

de la biodiversité.

C’est donc tout naturellement

que nous nous sommes associés

à l’organisation des assises

nationales de la biodiversité»,

explique Jean Schepman, viceprésident

du Conseil général

chargé du Développement

durable, de l’Environnement

et de la Politique de l’eau.

Au programme de ces trois

19 septembre

JOURNÉE DU

TRANSPORT PUBLIC

AVEC ARC-EN-CIEL

• Le réseau Arc-en-ciel

participera à la Journée

du transport public, le

19 septembre, et sera

présent au Village de la

mobilité installé place de

la République à Lille. Le

réseau Arc-en-ciel, c’est

plus de 600 autocars qui

parcourent chaque

année près de 24 millions

de kilomètres.

Pour en savoir plus sur Arcen-ciel

: lignes, tarifs, horaires…

lenord.fr

journées : des conférences,

séances plénières, tables

rondes et visites de terrain permettront

d’aborder les grandes

questions liées à la biodiversité

(changement climatique, aménagement

du territoire, santé

publique, renaturation d’anciennes

friches industrielles…).

VALÉRIE DASSONVILLE

Programme et inscriptions en ligne

sur www.assises-biodiversite.com

Patrimoine

LE DÉPARTEMENT, « PARTENAIRE ESSEN-

TIEL » DE LA MAISON CHARLES-DE-GAULLE

Le Département du Nord souhaite devenir « un partenaire

essentiel » de la Maison natale Charles-de-Gaulle, rue Princesse

à Lille, a déclaré Patrick Kanner le 20 juillet. Classée

Monument historique en 1990, la Maison a été inaugurée

en 2005 après plusieurs années de rénovation à laquelle a

participé le Département. Propriétaire de la Maison, la Fondation

Charles-de-Gaulle reste « la garante de sa dimension

historique et pédagogique ». PH. CHRISTOPHE BONAMIS

ACTUS

Identité

Nouveau visage

et nouveau nom

pour votre

magazine

BALADE

LES SECRETS SUCRÉS

DE LA BETTERAVE

ACTUS

JOURNÉES DU PATRIMOINE :

SUPPLÉMENT SPÉCIAL

• Vous l’avez certainement

remarqué lorsque, comme

chaque mois, il a été déposé

dans votre boîte aux lettres :

« Le Nord » change de visage

et même de nom, puisque

votre magazine affiche désormais

le titre « Nord le Département

». Cette nouvelle présentation

met le magazine au

diapason de la nouvelle identité

visuelle du Département

du Nord.

10 septembre

SÉANCE PLÉNIÈRE

EN DIRECT

• La prochaine séance

plénière du Conseil

général du Nord aura

lieu le 10 septembre

prochain dans

l’hémicycle du Conseil

général, 2 rue

Jacquemars-Giélée à

Lille. Vous pourrez

également suivre cette

séance en direct sur

notre site Internet.

+

260 SEPTEMBRE 2012 ÉDITION AVESNOIS

DANS VOTRE ARRONDISSEMENT POIX-DU-NORD : LES COLLÉGIENS DÉCOUVRENT LE MUSÉE DÉPARTEMENTAL MATISSE

DOSSIER

Études, sport, vie quotidienne…

DES COLLÉGIENS

MIEUX ACCOMPAGNÉS

sur Internet

Séance en direct sur

lenord.fr

rubrique « Nord en vidéo »

Septembre 2012 5


ACTUS

Restauration scolaire Le Département expérimente l’achat régulier

de productions issues de l’agriculture de proximité pour les collèges.

Quand le déjeuner provient

de la ferme d’à côté...

• « D’habitude, je vends mes

productions en direct sur les

marchés, et j’ai dû notamment

adapter la taille de mes emballages,

mais tout se passe bien »,

témoigne Thérèse-Marie Couvreur,

productrice de produits

laitiers à Roncq. Elle fait partie

de la trentaine d’agriculteurs

volontaires qui expérimentent

cette année la vente

de proximité aux restaurants

scolaires des collèges, projet

initié par le Département en

collaboration avec la Chambre

d’agriculture.

Il s’agit dans un premier temps

de faire se rencontrer les chefs

de cuisine ou les gestionnaires

d’établissements et les producteurs

de viande, de produits laitiers,

de fruits et légumes, afin

que ceux-ci approvisionnent

régulièrement les collèges environnants

en denrées fraîches.

Cette action contribue au développement

de l’économie

Santé

UNE ÉTUDE POUR MIEUX CONNAÎTRE

LE DIABÈTE

6 Septembre 2012

Le collège de Cappelle-en-Pévèle fait partie des établissements qui expérimentent

les achats de proximité pour le restaurant scolaire. PH. P. HOUZÉ

locale et permet de réduire la

production de CO 2 en limitant

les transports. Elle permet

aussi de proposer aux collégiens

des déjeuners à base de

produits sains, issus de l’agriculture

durable ou même biologique.

Les premières expériences

sont concluantes.

« Quand la fréquence des commandes

est en dents de scie, le

fait que l’on puisse les antici-

• Le Centre d’études et de recherches pour l’intensification

du traitement du diabète (CERITD), en

collaboration avec le CHRU de Lille, recherche 500

familles diabétiques sur deux générations afin de

les inclure dans le programme Descendance. Celuici

se présente sous la forme d’une vaste étude sur

le diabète de type 2 qui a pour objectifs de déterminer

la part de l’héritage familial dans le développement

de la maladie et de mettre en place des outils

pour intervenir le plus tôt possible chez les enfants

génétiquement prédisposés.

Le diabète de type 2 est en augmentation rapide

en France et touche aujourd’hui plus de 2,5 millions

de personnes.

Pour les familles intéressées, Numéro Vert : 0 800 300 341

ou www.ceritd.fr

+

15 septembre

INAUGURATION

DU VÉLODROME

STABLINSKI

• Le 15 septembre sera

une grande date pour le

cyclisme nordiste.

Le nouveau vélodrome

Jean-Stablinski, à Roubaix,

sera inauguré.

Pour l’occasion, un

grand rassemblement

de pistards sera organisé

à partir de 19 h. De

nombreuses courses,

jeunes, séniors, handisport

auront lieu sur le

nouvel anneau.

www.velodrome-couvertroubaix.com

sur Internet

Découvrez l’« assiette durable » en

vidéo sur notre site lenord.fr,

rubrique « Nord en vidéo »

per trois semaines à l’avance

est très intéressant pour

nous», explique Mme Couvreur.

Et, selon les chefs de

cuisine, les achats de proximité

entraînent moins de

gâchis. ARNAUD RAES

15 au 21 octobre

Mettre

à l’honneur

les personnes

âgées

• Du 15 au 21 octobre prochains,

Gisèle Casadesus sera

la marraine de la Semaine

bleue, semaine nationale des

retraités et des personnes

âgées, qui aura pour thème

« Vieillir et agir ensemble dans

la communauté ».

À cette occasion, de nombreuses

manifestations sont

prévues. Comme chaque

année, trois prix, le plus important

étant financé par le

Conseil général du Nord,

récompenseront des initiatives

en faveur des personnes âgées.

www.semaine-bleue.org

À partir du 13 septembre

QUOI DE NEUF, DOCTEUR ? MÉDECINE

ET SANTÉ À L’ÉPOQUE ROMAINE

• Il y a deux mille ans, dans

la continuité de la médecine

d’Hippocrate, les Romains ont

développé une pratique médicale

centrée sur une lutte quotidienne

pour la santé. L’exposition

Quoi de neuf, docteur ?,

créée par le musée romain de

Nyon en Suisse, présente des

objets en rapport avec les opérations

chirurgicales, les cabinets

de médecins, l’hygiène

ILL. DOMINIQUE MUTIO

Ex-voto en pierre

calcaire figurant

un enfant emmailloté.

PH. F. PERRODIN -

MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE -

VILLE DE DIJON

du corps ou encore les pratiques religieuses liées

à la santé.

Au Forum antique de Bavay du 13 septembre au 15 janvier.

Tél. 03 59 73 15 50. lenord.fr


Tourisme Le Département accompagne les porteurs

de projets de création ou de rénovation.

CAMPINGS ET HÔTELS

« DURABLES »

Le camping des dunes à Zuydcoote a bénéficié de l’aide du Département

pour le raccordement des emplacements au réseau d’assainissement.

PH. PASCAL BONNIÈRE

• Vous souhaitez créer ou

rénover votre hôtel ou votre

camping ? Le Département

peut vous accompagner

(études, travaux, équipements).

Votre projet doit prendre

en compte les principes

du développement durable et

être situé dans une commune

de moins de 25000 habitants.

Depuis la mise en place de ce

dispositif d’aide aux héberge-

Réglementation

CAMPER DANS LES DUNES

N’EST PAS AUTORISÉ

ments touristiques durables

(2008), neufprojets d’hôtellerie

durable de plein air et trois

projets d’hôtellerie durable ont

été subventionnés.

VALÉRIE DASSONVILLE

Service tourisme du Département

Tél. 03 59 73 58 11.

+

sur Internet

Guide de l’hébergement touristique

durable sur lenord.fr/hebergement-touristique-durable

• Chaque été, les gardes départementaux du littoral,

qui assurent la surveillance des massifs dunaires

appartenant au conservatoire du littoral, doivent

faire face à de nombreuses incivilités: dépôts sauvages,

feux de camp, dégradations de la signalétique…

Pour rappel sont interdits, dans les dunes,

le camping, le feu sous toutes ses formes, le dépôt

d’ordures, la cueillette, les chiens non tenus en

laisse, les promeneurs en VTT, à cheval, en quad

ou à moto…

Tout contrevenant s’expose à une amende de

135euros en cas de non respect de la réglementation.

Les gardes départementaux disposent en effet

d’un pouvoir de police et sont habilités à verbaliser,

notamment ceux qui se risqueraient à planter

leur tente dans le sable.

Pari gagné Le Bassin minier du Nord Pas-de-

Calais a été classé par l’UNESCO le 30 juin.

Le Bassin minier au

patrimoine mondial

• Le Bassin minier du Nord-

Pas-de-Calais vient d’entrer au

club très fermé des sites inscrits

au Patrimoine mondial de

l’UNESCO. Le Département

du Nord avait soutenu cette

candidature en signant la

charte de l’association BMU,

porteuse du dossier depuis

10 ans. Le Département est

lui-même propriétaire ou gestionnaire

d’une dizaine de ter-

Ceux qui voudraient camper dans les dunes s’exposent

à une amende de 135 euros.

PH. GARDES DÉPARTEMENTAUX - FERME NORD

rils, soit 800 hectares protégés

au titre des Espaces naturels

sensibles. Pour accroître

les chances du dossier, le

Département avait également

proposé que certains de ces

terrils soient classés « sites

naturels ».

+

sur Internet

Notre « Balade » de mai consacrée

au Bassin minier sur lenord.fr

La fosse d’Arenberg, ouverte en 1899 par la compagnie des mines d’Anzin, fait

désormais partie du Patrimoine mondial de l’UNESCO. PH. EMMANUEL WATTEAU

9 septembre

80 E ANNIVERSAIRE

DU GRAND PRIX

FOURMIES

• Créé en 1928, le

prestigieux Grand Prix

cycliste de Fourmies

fêtera sa 80 e édition

le 9 septembre.

Un tout nouveau tracé

a été dessiné par les

organisateurs, qui fera

la part belle au secteur

du ValJoly.

Les coureurs, à peine

sortis du Tour de France,

tenteront de succéder

à Guillaume Blot,

vainqueur en 2011.

grandprixdefourmies.com

Septembre 2012 7


ACTUS

ON AVANCE ! Le conseil départemental d’évaluation des politiques publiques, composé d’élus

et de représentants de la société civile, se réunit environ deux fois par an pour émettre ses avis.

Un conseil départemental, outil d’aide

à la décision pour les conseillers généraux

• Fin septembre, le Conseil

départemental d’évaluation

des politiques publiques

(CDEPP) planchera sur la

démarche Agenda 21 du

Département du Nord. Il se

réunira également en fin d’année

sur les thématiques de l’accueil

de jour des personnes

atteintes de la maladie d’Alzheimer

et sur la politique touristique

du Département mise

en œuvre par le CDT.

Créé en 2000, le CDEPP est

aujourd’hui présidé par Bernard

Haesebroeck, vice-président

du Conseil général en

charge de la Qualité du service

public départemental et

des Finances. Il est composé de

trois collèges : conseillers généraux,

maires et personnalités

qualifiées.

« Nous sommes tous des spécialistes

dans des domaines

très variés », souligne Marie-

Agnès Bajeux, magistrate

10 au 14 octobre

FÊTE DE LA SCIENCE :

LE PLEIN D’ÉNERGIE !

• La 21e édition de la Fête

de la science aura lieu du

10 au 14 octobre 2012 sur

le thème « Les énergies

pour tous ». L’an dernier

dans le Nord, plus de 200

projets ont attiré près de

39 000 visiteurs. Cette

année, des « villages des

sciences » s’installeront à

Cambrai et Cappelle-la-

Grande et le festival

Fantastic de Lille 3000

présentera des

événements spéciaux.

www.forumdepartementaldessciences.fr

8 Septembre 2012

Les membres du CDEPP autour de Patrick Kanner. PH. PHILIPPE HOUZÉ

honoraire et membre du

CDEPP depuis sa création.

Leur mission : émettre un avis

sur les travaux menés par la

Direction de l’évaluation du

Département du Nord. Ils ne

donnent pas un avis sur la

politique, mais sur la manière

dont ses résultats sont évalués.

« Notre instance offre un véritable

regard extérieur sur des

travaux menés en interne,

explique Marie-Agnès Bajeux.

Ce qui est intéressant ici, c’est

29 septembre

DES CHAUSSURES

CONTRE LES MINES

• Le 29 septembre à

Coudekerque-Branche,

Lille, Saint-Amand-les-

Eaux et Valenciennes,

Handicap international

vous invite à marquer

votre soutien aux victimes

des mines antipersonnel

et des bombes à

sous-munitions en lançant

symboliquement

une paire de chaussures

et en signant une pétition.www.pyramide-dechaussures.fr

Mme Bajeux.

PH. PH

30 septembre

60 ANS POUR LES CHIENS

GUIDES D’AVEUGLES

• À l’occasion du 60 e

anniversaire des éco -

les de chiens guides

d’aveugles de France,

le centre Paul-Corteville

à Roncq ouvrira

ses portes le 30 septembre

de 10 h à 17 h.

Chaque année, plus de

200 chiens guides sont remis gratuitement à des

personnes déficientes visuelles grâce au travail

de formation assuré par ces écoles.

Centre Paul-Corteville

295 rue de Lille à Roncq

Tél. 03 20 68 59 62.

www.chien-guide.org

que la société civile contribue

à la vie politique. Ce sont généralement

deux mondes qui ne

se connaissent pas bien. »

Lors de l’installation du nouveau

CDEPP le 30 mai dernier,

Patrick Kanner, président du

Plus de 200 chiens guides sont

formés chaque année. PH. DR

Conseil général, a souligné à

quel point cette instance était

un élément important de la

démocratie participative. Il souhaite

ainsi que le travail d’évaluation

alimente encore plus le

débat politique et qu’il soit utilisé

comme outil d’aide à la

décision pour lui-même et ses

collègues conseillers généraux.

« Tout au long de l’évaluation

nous rencontrons les services

Ce qui est intéressant ici,

c’est que la société civile

contribue à la vie politique.

du Département et les élus,

ajoute Mme Bajeux. Cela crée

une véritable dynamique et il

peut y avoir des répercussions

directes sur la manière dont

sont menées certaines politiques

au quotidien. » A. PIGNY

22 septembre

LE MIN A 40 ANS ET

OUVRE SES PORTES

• Le Marché de gros-

Lille, 2 e Marché d’intérêt

national de France

après Rungis, fête ses

40 ans. À cette occasion,

une journée portes

ouvertes exceptionnelle

est organisée le samedi

22 septembre de 10 h

à 17 h. C’est seulement

la 2 e fois en 40 ans que

le MIN, habituellement

réservé aux

professionnels, s’ouvre

au grand public.

Autoroute A25 / Rocade Nord-

Ouest, sortie MIN-ZAMIN.

Parking assuré.


Entreprendre au féminin En 2005, Stéphanie Morvan a créé Joker, une entreprise

de services à la personne qui compte aujourd’hui 150 salariés.

Elle a la fibre entrepreneuriale,

sociale et solidaire !

•Lauréate de Nord Entreprendre,

Stéphanie Morvan est la

secrétaire de l’association

Femmes chefs d’entreprises

et fait partie du réseau de marrainage

créé par Initiatives

plurielles pour soutenir les

créatrices d’entreprises. Diplômée

de l’ESC Brest, elle a

d’abord travaillé 7 ans dans

l’industrie. « Mais j’avais envie

de créer une entreprise. En

2005, le plan de développement

des services à la personne

a été le déclic, et j’ai

créé Joker. »

D’abord spécialisée dans le

ménage et le repassage, son

activité s’est élargie à la garde

d’enfants, au jardinage, au bricolage,

au maintien à domicile

des seniors, au nettoyage

des bureaux. « Maintenant il

y a 150 salariés : 5 administratifs

et 145 intervenants à domicile.

» Agréée « entreprise

sociale et solidaire » (1) , Joker

Stéphanie Morvan a installé son entreprise rue Nationale, à Lille. PH. CB

recrute surtout des demandeurs

d’emploi et des bénéficiaires

du RSA, peu diplômés,

peu expérimentés. «Nous les

formons en les plaçant en

situation, dans des “maisons

pédagogiques” : c’est un public

majoritairement en échec scolaire

qui n’a pas envie de se

retrouver en classe », explique

Stéphanie Morvan. «On leur

apprend le savoir-faire et le

Sécurité routière

UNE CHARTE AVEC LES MOTARDS EN COLÈRE

• En 2011, sur les 38 décès liés à des accidents de

la route dans le Nord, on dénombrait 12 motards.

C’est pourquoi le Département du Nord et la Fédération

française des motards en colère (FFMC) ont

signé une charte, le 9 juin dernier à Vieux-Reng,

visant à mieux intégrer les préoccupations des

motards en matière de sécurité sur les routes départementales.

À travers cette charte, le Conseil général s'est engagé

à mettre en œuvre un certain nombre d'actions

concrètes, comme par exemple l'analyse d'ici fin 2012

de la sécurité des 800 km de glissières que comporte

le réseau routier départemental.

De son côté, la Fédération française des motards en

colère participera à l'expertise du patrimoine routier

et sera associée aux réflexions pour l'élaboration

du projet routier.

savoir-être : mettre le réveil, lire

un plan, parler aux clients… »

« Ce qui me fait courir, conclutelle,

c’est de donner leur

chance à des candidats défavorisés,

leur proposer un

emploi et une formation à un

métier non délocalisable. »

ANTOINE PLATTEEL

(1) À ce titre, elle a pu bénéficier du Fonds

d’investissement pour le développement

de l’entrepreneuriat social et solidaire, un

dispositif co-financé par le Département.

DR Rémi Pauvros, alors 1 er vice-président du Conseil général du Nord, aux côtés des Motards

en colère, le 9 mai dernier à Vieux-Reng. PH. CHRISTOPHE BONAMIS

Du 10 au 12 septembre

Au salon Créer,

tout le monde

a « le pouvoir

d’entreprendre »

• Pour la sixième fois, le salon

Créer invite à Lille Grand

Palais les créateurs et repreneurs

d’entreprises et les porteurs

de projets. Toutes les

structures d’aides à la création

d’entreprise de la région seront

représentées, autour de cinq

thématiques : l’accompagnement,

le financement, l’implantation,

la franchise et le

développement.

Cette année, les femmes entrepreneurs

seront particulièrement

mises en valeur avec des

partages d’expériences et des

modèles de réussite (lire cicontre).

Des espaces spécifiques

concerneront les jeunes

et les demandeurs d’emploi.

Quant à la « Nuit du salon

Créer », le 10 septembre à partir

de 18 h 30, elle sera consacrée

à « l’artisanat, première

entreprise de France ».

Entrée gratuite sur inscription.

www.saloncreer.com

Septembre 2012 9


AU NATUREL

Savoir-faire L’association qui organise, toute l’année, des chantiers nature d’une journée,

d’un week-end ou d’une semaine, ouverts à tous, fête en 2012 son vingtième anniversaire.

Les Blongios : depuis 20 ans

au service de la nature

• Aménagement de gîtes pour les

chauves-souris, creusement de mares

pour favoriser la reproduction des amphibiens,

réouverture de zones humides,

arrachage d’espèces envahissantes… L’association

les Blongios* agit depuis 20ans

pour la nature, en organisant des chantiers

–une soixantaine par an (ouverts à

tous), dans le Nord Pas-de-Calais, en Picardie,

Normandie et Camargue. «La force

de l’association, c’est le bénévolat,

explique Laura Masquelier, vice-présidente

de l’association. En 20ans, plus de

8 000 bénévoles ont participé à nos chantiers

nature. Et depuis le départ, les valeurs

de partage, de solidarité et de convivialité

sont toujours restées les mêmes.»

Les chantiers nature, réalisés avec des

méthodes de gestion douce, sont l’occasion

pour les bénévoles de découvrir un

site naturel, sa biodiversité, son patrimoine…

Pour son vingtième anniversaire,

l’association les Blongios, qui intervient

La Coordination mammalogique

du Nord de la France (CMNF) a

présenté, en juin, les résultats

de l’enquête participative sur

l’écureuil roux réalisée entre

2009 et 2011.

•Mieux connaître la répartition de l’écureuil

roux et les densités de populations

présentes dans la région et obtenir des

données sur l’habitat de l’espèce, tel était

l’objectif de l’opération de science participative

« Ch’ti écureuil » menée par la

CMNF. « L’écureuil roux est une espèce

sur laquelle nous avions peu de données,

explique Vincent Cohez, vice-président de

la CMNF. L’enquête a suscité un vérita-

10 Septembre 2012

En juin dernier, les Blongios ont réalisé un chantier nature dans l’enceinte fortifiée de Lille.

Ils ont notamment creusé une mare. PH. PHILIPPE HOUZÉ

sur les Espaces naturels sensibles du

Département, organise un temps fort, le

13octobre prochain: un chantier nature

la journée, suivie d’un bal le soir, à la

salle des fêtes de Fives à Lille.

VALÉRIE DASSONVILLE

ble engouement. Nous avons reçu de

nombreux témoignages, des photos…»

Entre 2009 et 2011, l’écureuil roux a été

observé 2813 fois par 1696 observateurs

(âgés de 6 à 96 ans!). Il est présent dans

les forêts, les jardins, les parcs mais aussi

le bocage –l’Avesnois est le secteur où il

est le plus représenté– ou les boisements

dunaires du littoral. L’écureuil roux est une

espèce protégée. Ses populations peinent

cependant à s’accroître. En cause: la fragmentation

de ses milieux de vie et les collisions

sur les routes.

L’enquête est terminée mais vous pouvez continuer

à envoyer vos témoignages sur le site www.chtiecureuil.fr

ou participer aux enquêtes sur les écureuils

menées par le museum national d’histoire naturelle,

sur http://ecureuils.mnhn.fr.

* Le Blongios est un petit héron que l’on rencontre beaucoup

dans le marais audomarois mais qui est en voie de

raréfaction dans la plupart des pays européens occidentaux.

Les Blongios

Tél. 03 20 53 98 85.

www.lesblongios.fr - contact@lesblongios.fr

ZOOM SUR…

Une meilleure connaissance de l’écureuil roux

L’écureuil roux a été observé 2 813 fois

en trois ans. PH. THIERRY TANCREZ


Biodiversité Une zone humide de 20 ha est en cours d’aménagement. Il s’agit de la mesure

compensatoire environnementale la plus importante liée à l’implantation du terminal méthanier.

Une zone d’accueil en cours de création

pour les oiseaux migrateurs à Gravelines

• Afin de compenser l’impact du terminal

méthanier de Dunkerque sur la faune

sauvage et ses habitats naturels, Dunkerque

LNG (maître d’ouvrage du terminal)

crée une zone humide pour offrir des

conditions favorables aux oiseaux migrateurs.

Située sur la commune de Gravelines,

à proximité immédiate de la station

de lagunage, cette zone de 20 ha alimentée

par la nappe affleurante vise à compenser

la perte de la zone de vase où les

limicoles (petits échassiers qui se nourrissent

d’invertébrés présents dans la

vase) venaient s’alimenter et se reposer.

L’objectif est de favoriser la reproduction

et le stationnement de ces oiseaux,

notamment lors de leur halte migratoire.

Les travaux entrepris en juin consistent

en un modelage des polders existants.

Un cheminement piéton sera également

réalisé au cours de ce chantier qui devrait

durer 7 à 10 mois. Le projet, mesure compensatoire

majeure fixée par arrêté préfectoral,

a été porté par le Grand port

maritime de Dunkerque et Dunkerque

LNG et a bénéficié de l’appui d’un comité

Observations

SUR LA TRACE DES ANIMAUX

DE NOS FORÊTS

• Le Muséum national d’histoire naturelle,

Natureparif et l’association Noé

Conservation lancent un appel au public

pour mieux connaître et mieux comprendre

la forêt. L’opération intitulée «50 000

observations pour la forêt» a pour but de

recenser 24 espèces (vertébrés, papillons,

coléoptères et gastéropodes) vivant dans

nos forêts. Pour participer à cette enquête,

nul besoin d’être un spécialiste, d’autant

que des moyens d’identification en ligne

ont été mis à la disposition des observateurs.

Vous avez jusqu’au 30 novembre

pour participer à cette enquête.

Présentation, mode d’emploi, outils d’observation…

sur www.biodiversite-foret.fr

Les travaux entrepris en juin dernier visent à créer une zone humide de 20 ha, notamment pour

accueillir de petits échassiers et leur permettre de se nourrir. PH. PHILIPPE HOUZÉ

d’experts environnementaux. La gestion

du site sera ensuite confiée au Département

du Nord. « Nous gérons 3300 ha

d’espaces naturels sensibles, a rappelé

Jean Schepman, vice-président du Conseil

général chargé du Développement durable,

de l’Environnement et de la Politique

de l’eau. Nous avons une certaine expé-

Les enfants de l’école de Péronne-en-Mélantois ont

présenté les animaux du marais, parmi lesquels

les papillons, aux écoliers de Montigny-en-Ostrevent.

PH. PHILIPPE HOUZÉ

rience que nous voulons mettre au service

du port pour protéger la biodiversité.»

Les principes de gestion prévoient

notamment la mise en place d’un pâturage

de la prairie humide, la fauche d’une

partie des roselières qui pourraient s’installer,

le débroussaillage sélectif…

VALÉRIE DASSONVILLE

Sorties scolaires

À LA DÉCOUVERTE

DE LA NATURE

• Le 28 juin, les CE1-CE2 de

l’école La-Fontaine de

Péronne-en-Mélantois

ont guidé les CE2 de

l’école Malraux-Pasteur

de Montigny-en-Ostrevent

à travers le Marais

de Bonnance. Le 14 juin,

les enfants de Montigny

avaient invité de la même

façon les écoliers de la

Pévèle dans le Bois de

Montigny... Des découvertes

d’Espaces naturels

sensibles sous l’égide

du Département !

Septembre 2012 11


dossier

Rentrée 2012

Expérimenté dans 30 collèges, le Projet

éducatif du Département prend en compte

tous les aspects de la vie des collégiens.

DOSSIER RÉALISÉ PAR

ANTOINE PLATTEEL

ET FRANÇOISE POIRET-

COLONGE

PHOTOS :

CHRISTOPHE BONAMIS,

PHILIPPE HOUZÉ

ET EMMANUEL WATTEAU

En couverture

Les 6 e du collège Renaud-

Barrault à Avesnelles, à

la piscine d’Avesnes-sur-

Helpe. PH. PHILIPPE HOUZÉ

12 Septembre 2012

l faut faire en sorte que le collège soit un

lieu où l’on puisse prendre plaisir, en y

développant la culture par exemple, un

lieu de respect, en luttant contre les violences

physiques et verbales, un lieu où

l’on prend soin des personnes comme

du matériel. » On associe rarement école et plaisir,

c’est pourtant ce qu’avait fait Cassandra, collégienne

à Anzin, en prenant la parole au forum

de clôture sur le Projet éducatif global départemental

(PEGD), le 15 mars dernier à Mons-en-Barœul.

Libérer les envies, les idées, les propositions, c’était

l’objectif des sept ateliers citoyens auxquels un millier

de Nordistes ont participé début 2012, contribuant

ainsi à l’élaboration du PEGD.

Projet éducatif global : qu’est-ce que c’est ?

Au départ, un constat : jusqu’aux années 70, l’école

et la famille se suffisaient à elles-mêmes, le système

éducatif s’appuyait sur ce binôme, l’ascenseur

social fonctionnait à peu près normalement.

L’éclatement de la famille, les révolutions technologiques,

la montée du chômage ont changé la

donne. Désormais, la réussite d’un jeune n’est

plus assurée par la seule acquisition des savoirs

dans le cadre de l’école. S’épanouir, par les voyages,

par la culture, le sport, la citoyenneté est devenu

une condition nécessaire à son intégration sociale.

À la fin des années 90, aux côtés de l’État (en

charge des programmes, des enseignants, de la

médecine scolaire, de l’orientation), on a vu les communes

investir le champ éducatif, développant des

Projets éducatifs globaux (PEG) à l’intention des

Un lieu à vivre

Faire du collège un lieu de réussite scolaire et d’épanouissement

personnel des élèves, c’est l’objectif du PEGD

(photo : le collège Lévi-Strauss, à Lille).


94 800

C’est le nombre d’élèves

scolarisés dans les 200

collèges publics du Nord.

: un bel élan !

Bernard Baudoux

vice-président chargé

des Collèges

« Le Projet éducatif

global départemental

(PEGD) se fonde sur

une approche globale

de l’enfant : si on veut

sa réussite, il faut se

soucier de sa formation

bien sûr, mais aussi

de sa culture, de sa

santé, de sa maîtrise

de l’informatique… Avec

le PEGD, on imagine le

collège du futur, la formation

dans les 20 ans

à venir. Les jeunes ne

trouvent plus le savoir

uniquement à l’école, ils

apprennent aussi en

voyageant, en allant au

théâtre, en faisant du

sport. Cette transversalité,

c’est aussi celle

des services du Département

mobilisés par

le PEGD, enseignement,

sport, santé, culture…

Enfin, il faut souligner

que le PEGD est issu

d’une co-construction

avec tous les partenaires

de l’école. »

Septembre 2012 13


dossier

Anne Mikolajczak

Présidente de

la Fédération laïque

de conseils de parents

d’élèves (Nord)

« L’entrée en 6 e marque

aussi une rupture pour

les parents, qui ont

souvent plus de mal à

rentrer dans un collège

que dans une école…

Fin septembre, début

actobre, la FCPE organise

des séances d’information

sur tout le

territoire, pour que les

parents connaissent

mieux l’institution, les

conseils de classe, etc.

Nous souhaitons que

dans le collège il y ait

un lieu dévolu aux

parents – ça figure

d’ailleurs dans le PEGD.

Dans les nouveaux collèges,

cette salle est

prévue. On voudrait

que cela soit plus formalisé,

que le collège

soit vraiment accessible

aux parents en

dehors des horaires de

cours – l’ouverture de

la salle polyvalente du

collège le soir peut

aussi y contribuer. »

Rens. 03 20 17 09 40.

14 Septembre 2012

Des collèges bientôt numériques

Le Département passe la vitesse supérieure : d’ici fin 2012, tous les

collèges publics seront dotés de tableaux blancs interactifs.

De nouvelles ressource pédagogiques

L’utilisation du tableau blanc interactif demande d’abord un investissement pour les enseignants. Mais ces nouvelles

ressources pédagogiques peuvent être stockées et mutualisées au sein des équipes.

• « Le premier jour, j’ai projeté sur le tableau

blanc interactif (TBI) une vidéo de Youtube pour

expliquer ce qu’est un boarding-school (un internat).

L’image, c’est efficace ! Les élèves ne notent

sur le cahier qu’après avoir compris ce dont il est

question », raconte Clotilde Liénard, prof d’anglais

au collège Schaffner, à Roost-Warendin.

Des élèves accros

Établissement « pilote », ce collège du Douaisis a

été doté par le Département, à la rentrée 2011, de

35 TBI (un par classe), sur lesquels les enseignants

projettent des images d’un mètre sur deux, puisées

dans des manuels scolaires ou sur internet,

pour faire cours. Un stylet rend cet outil aisément

intéractif. « Les élèves nous disent : on voudrait

aller plus souvent au tableau !», se félicite Jean-

Luc Ménissez, le principal. De la part des ensei-

gnants, je n’ai pas de remontées négatives, au

contraire : certains sont devenus accros !»

Mieux, avec l’arrivée du numérique dans le collège,

on a observé une baisse de 25 % de l’absentéisme

et une réduction de 50 % des punitions infligées

aux élèves. « Au début du cours, l’enseignant

pointe les absents sur ordinateur : aussitôt des SMS

sont envoyés aux parents. Lesquels ont aussi accès

au cahier de texte électronique et au bulletin de

notes », explique Jean-Luc Ménissez.

Un tel espace numérique de travail (ENT), qui

suppose que chaque classe soit équipée d’un poste

informatique, sera installé pour fin 2012 dans 20

collèges pilotes, étendu à 80 en 2013 et généralisé

à tous les collèges publics en 2015.

D’ici fin 2012, tous les collèges publics vont être

dotés de huit TBI (autant que de matières) et

toutes les salles seront câblées.


écoliers. Dès lors, pourquoi ne pas créer des PEG

départementaux pour les collégiens, confrontés à

cette période si cruciale de l’adolescence ?

Élu en mars 2011 à la tête du Conseil général,

Patrick Kanner a fait de l’élaboration d’un PEGD

une des priorités de son mandat. Après la Seine-

Saint-Denis, la Seine-et-Marne et le Val-de-Marne,

le Nord est le quatrième département de France

à se doter d’un Projet éducatif global.

Celui-ci n’est pas un nouveau dispositif, mais bien

une politique mettant en synergie, en convergence,

en complémentarité, des actions éducatives

menées par les partenaires (Éducation nationale,

établissements, associations, parents d’élèves,

communes, Département, etc.).

Contribuer à l’épanouissement des jeunes

Depuis la décentralisation, le Département assure

la construction, l’entretien et le fonctionnement

des collèges du Nord. Mais il a aussi développé des

outils et dispositifs volontaristes, qui contribuent

à l’épanouissement du jeune : aide à la demi-pension

et assiette durable (alimentation saine et

équilibrée) ; opérations telles « Collège au cinéma »

ou « Planter un arbre dans la cour du collège »;

agenda 21 des collèges ; création du Fonds d’appui

aux projets éducatifs des collèges ; mise en

place d’un Conseil départemental des jeunes ;

bourse départementale ; chéquier Jeunes en Nord

Pour l’année 2012-2013, le Département renforce

encore son action, en incluant dans le PEGD la création

du Pass’Sport en Nord (voir p.17), le soutien

à l’apprentissage de la natation (par la prise en

charge par le Département du transport entre le

collège et la piscine) ou le développement du « collège

numérique » (lire page précédente).

Ateliers citoyens et intelligence collective

Mais le Département « souhaitait aller plus loin

et renforcer l’offre éducative destinée aux jeunes »,

explique le président Patrick Kanner. D’où le lancement

en novembre dernier d’une vaste consultation

des Nordistes, au travers d’ateliers participatifs

et du site internet jeparticipe.cg59.fr, pour

aboutir à un PEGD co-construit avec l’ensemble

des partenaires, au premier rang desquels l’Éducation

nationale. Cet exercice de démocratie participative

inédit a porté ses fruits : une centaine

63 millions d’euros

C’est le budget consacré au plan « collège numérique »

sur trois ans (investissement, maintenance des équipements,

haut débit et le déploiement des Espaces numériques de travail).

Lévi-Strauss à Lille :

ouvert sur le quartier

• À la pause de midi, les mardis et jeudis, il arrive

que Thomas, Saïd ou Sarah désertent la cour de

récré du collège Lévi-Strauss pour le foyer des

élèves. Là, 15 élèves au maximum font des parties

de 1 000 Bornes, Pictionary ou Puissance 4,

sous la houlette de Cindy Szczepaniak, animatrice

en temps partagé à la Maison de quartier des

Bois-Blancs. « Je crée un lien entre le collège et l’extérieur.

Le soir, je fais de l’accompagnement scolaire

à la Maison de quartier des Bois-Blancs et la

plupart des élèves que je suis sont au collège Lévi-

Strauss, explique Mme Szczepaniak. Dans le quartier,

les gens me connaissent en tant qu’animatrice.

Ils me font confiance et n’hésitent pas à

m’interpeller quand il y a un problème au collège.

Je répercute alors auprès du préfet des études ou

des enseignants. »

« Je crée un lien »

À la pause de midi, Cindy Szczepaniak anime un club de jeux

de société.

Le principal, Jean-Philippe Papineau, n’y voit que

des avantages : « Je n’ai pas de personnel disponible

pour animer un tel club et Mme Szczepaniak,

qui connaît les élèves des Bois-Blancs, est la

plus à même de les persuader de venir à son aide

aux devoirs. » Mais le collège pratique l’ouverture

sous d’autres formes : des élèves font du sport à

la maison de quartier Vauban, laquelle dispose

d’un dojo. Et des associations viennent au collège,

comme Ch’ti Teranga, dont les membres

font de la danse africaine dans la salle culturelle.

Cédric Guidez

ALSES au collège Paul-

Éluard de Beuvrages

« Je suis acteur de liaison

sociale dans l’environnement

scolaire

(ALSES) à mi-temps

avec un poste d’éducateur

de rue. Ce lien

entre la rue et le collège

est indispensable.

Mon poste d’ALSES est

le fruit d’une convention

entre le Département,

le collège et un

club de prévention, le

CAPEP d’Anzin. Je travaille

en lien avec la

communauté éducative

et en particulier

l’infirmière et l’assistante

sociale du collège.

Nous organisons

ensemble des actions

collectives. L’an dernier,

nous avons mené un

projet sur l’estime de

soi et une action de

prévention de la violence.

J’interviens aussi

individuellement

auprès des jeunes qui

peuvent me parler de

leurs soucis sans être

jugés. J’ai un rôle de

soutien éducatif,

d’écoute active et de

discussion. »

Septembre 2012 15


dossier

Des étudiants à l’aide des collégiens

● « J’ai besoin de l’AFEV pour mes études car

j’ai de grandes ambitions, proclame avec

assurance Mamady Touré, 15 ans. Je veux être

président de la Guinée ! », enchaîne-t-il avec

Baptiste et Mélissa

membres du Conseil

départemental des jeunes

de 2010 à 2012

« En décembre dernier,

le Conseil départemental

des jeunes (CDJ) a

voté à l’unanimité pour

participer au PEGD.

Nous sommes allés

à l’atelier citoyen

organisé dans notre

arrondissement. Nous

y avons présenté le

CDJ, avant de participer

aux discussions. C’était

très intéressant de discuter

avec des adultes

qui faisaient attention

à la parole des jeunes.

C’était pour nous l’occasion

d’expliquer ce

qu’on fait au collège.

+ sur Internet

Toute l’actualité du CDJ sur

jeunesennord.cg59.fr

Par ailleurs, le PEGD

intègre plusieurs projets

conçus par le CDJ,

notamment autour de

la prévention de la

dépendance au multimédia

et sur une amélioration

de l’accessibilité

aux jeunes des

musées. »

16 Septembre 2012

sérieux. Arrivé il y a un an à Roubaix avec ses

trois frères et sœurs pour rejoindre ses parents,

Mamady est passé par une classe d’adaptation

avant de rejoindre très vite une classe de 3 e au

collège Sévigné où il a très vite obtenu des

résultats brillants. Un succès qui trouve son

origine dans son travail bien sûr mais aussi sans

doute dans l’aide que Lucie Spileers lui

dispense chaque mercredi.

À 25 ans, Lucie, comme beaucoup d’étudiants

ou de jeunes engagés en service civique, est

bénévole à l’Association de la fondation

étudiante pour la Ville (AFEV). But de cette

association : lutter contre les inégalités en

mobilisant des étudiants pour intervenir dans

les quartiers défavorisés auprès d’enfants de 5

à 15 ans. Il ne s’agit pas uniquement

d’accompagnement scolaire mais aussi

d’ouverture sur la ville, avec une découverte des

lieux culturels, comme la médiathèque et les

musées. « C’est un échange, une relation de

confiance, un peu comme entre un frère et une

de propositions ayant trait à la jeunesse et à l’éducation,

pendant, avant ou après le temps scolaire,

ont émergé. Une trentaine ont été retenues, autour

de six priorités : la réussite scolaire pour tous et

la lutte contre le décrochage scolaire ; la lutte

contre toutes les formes de discrimination et de

violence ; la santé des jeunes (mieux-être et mieux

vivre ensemble) ; faire du collège un lieu ouvert

sur le quartier; l’accompagnement à l’autonomisation

du jeune, à son ouverture aux cultures du

monde ; rapprocher les familles et l’institution

scolaire.

Un projet expérimenté dans 30 collèges

Le PEGD sera expérimenté dès la rentrée 2012 dans

30 collèges publics volontaires, répartis sur l’ensemble

du territoire et correspondant aux problématiques

et enjeux les plus divers. Chaque établis-

Une relation de confiance

Telle une grande sœur attentive, Lucie fait découvrir à

Mamady les lieux culturels de Roubaix, ici la médiathèque.

sœur, explique Lucie. Je vais souvent chez

Mamady, ça me permet de le voir dans son

environnement, je sais comment il travaille

chez lui. On parle beaucoup, on fait un peu de

devoirs, notamment de l’anglais qui était son

point faible. C’est enrichissant pour moi aussi. »

AFEV

L’AFEV a des antennes à Dunkerque (tél. 03 28 25 38 69),

à Valenciennes (tél. 03 27 51 11 17) et dans la métropole lilloise

(tél. 03 20 04 03 90).

www.afev.fr

sement choisira deux ou trois actions du PEGD les

mieux adaptées à sa spécificité, des actions proposées

lors des ateliers citoyens ou découlant des

dispositifs déjà existants du Département.

Parmi les actions qui peuvent être engagées dès la

rentrée au sein des collèges-tests, citons : l’expérimentation

d’internats favorisant la réalisation de

projets sportifs ou culturels (voir p. 17) ; les projets

de tutorat (voir ci-dessus) ; le renforcement des

partenariats avec les associations d’éducation populaire

; l’aménagement de lieux spécifiques favorisant

l’accueil et les échanges avec les parents d’élèves

(voir p. 14) ; le rapprochement entre collèges et

grandes écoles…

Au terme de l’expérimentation, une délibérationcadre

sera examinée par le Conseil général en

juin 2013, en vue d’une généralisation du PEGD

aux 200 collèges publics du Nord d’ici 2015.


Le PEGD présenté

dans les territoires

Les Nordistes ont été

sollicités pour contribuer à

l’élaboration du PEGD, lors

des Ateliers

départementaux citoyens.

Il est donc normal que le

Département les informe

maintenant de ce que sont

devenues leurs

propositions. Ce sera fait

du 18 septembre au

16 octobre, lors de

réunions ouvertes à tous

dans les six

arrondissements du Nord.

+

PH. D. LAMPLA

sur Internet

Renseignements

et inscriptions sur le site :

jeparticipe.cg59.fr

Pass’ Sport en Nord

Dès cette rentrée, le

Département apporte un

soutien financier de 50 ¤

pour toute inscription d’un

élève de 6 e dans un club

sportif du Nord partenaire

du dispositif. Toutes les

disciplines sont

concernées, qu’elles aient

ou non une fédération

olympique.

Les familles peuvent se

procurer un formulaire

Pass’Sport en Nord sur le

site jeunesennord.cg59.fr.

1 million d’euros

C’est le montant du crédit de paiement voté par le Département

le 26 juin dernier pour les actions menées dans le cadre du PEGD au sein

des 30 collèges volontaires, pendant l’année test 2012-2013.

RENTRÉE : QUESTIONS & RÉPONSES

AIDE

EXISTE-T-IL

UNE BOURSE

DÉPARTEMENTALE ?

Oui : pour améliorer les

conditions de vie des

collégiens, le Conseil

général attribue, sur

conditions de ressources,

une bourse

départementale,

laquelle est cumulable

avec la bourse nationale

et l’accès à la restauration

scolaire. Pour

l’année scolaire 2012-

2013, son montant a

été porté de 66 à 68 ¤.

Les imprimés de

demande de bourse

sont distribués par le

collège.

Tél. 03 59 73 60 49.

DEMI-PENSION

LES TAUX D’AIDE

À LA DEMI-PENSION

RÉÉVALUÉS ?

Les trois taux de l’aide

que le Département

apporte aux familles

pour permettre à

chaque élève de bénéficier

de la restauration

scolaire ont été portés,

pour cette années

2012-2013, selon le

barême de ressources

et la composition de la

famille, à :

1,82 ¤, 1,40 ¤ et 0,87 ¤.

Cette aide est cumulable

avec la bourse

départementale et les

aides de l’État. Un

dépliant spécifique est

à la disposition des

familles dans les collèges

publics et privés.

MOBILITÉ

LE TRANSPORT

SCOLAIRE :

À LA CHARGE

DU DÉPARTEMENT ?

Le Département

finance le transport

scolaire de 113 000

élèves, dont

38 000 collégiens. Il y a

trois conditions à cette

prise en charge : habiter

le Nord ; fréquenter

son établissement scolaire

de rattachement ;

être dans le périmètre

de prise en charge de

l’établissement.

Direction des transports,

43 rue Gustave-Delory, Lille.

Accueil, du lundi au vendredi de

8 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 17 h,

tél. 03 59 73 67 40.

COUP DE POUCE

OÙ SE PROCURER

UN CHÉQUIER

JEUNES EN NORD ?

Avec le chéquier Jeunes

en Nord, le Département

offre aux élèves

de 3 e 50 ¤ de participation

à leurs achats de

livres, DVD, places de

spectacle ou de

cinéma. Pour recevoir

ce chéquier à domicile :

à partir du 15 septembre,

télécharger et

remplir un formulaire

sur le site

jeunesennord.cg59.fr

INTERNAT

Une nouvelle conception

de l’excellence

Progresser dans une ambiance chaleureuse

« L’internat, au début, faut savoir s’intégrer, et après ça va

comme sur des roulettes. »

• Kyllian est venu

pour la section

football du collège,

Mélanie, Sophia et

Elsa parce qu’elles

avaient des problèmes

ou que leur niveau

avait baissé l’année

précédente. Internes

au collège Félix-del-

Marle à Aulnoye-

Aymeries, ils en

énumèrent les

avantages :

« L’ambiance, les

rigolades, on est avec

des gens de notre âge,

on aide les plus petits,

il y a beaucoup

d’activités, on s’est

améliorés… »

Sur les 40 places que

compte aujourd’hui

l’internat (dont la

capacité devrait être

doublée d’ici deux

ans), 25 sont

labellisées Excellence.

« Le but est d’offrir un

cadre propice au

travail à un enfant qui

a un potentiel scolaire

mais qui, pour

différentes raisons,

n’arrive pas à aller

aussi loin qu’il le

pourrait », explique

Gabrielle Lamotte,

conseillère principale

d’éducation. Outre les

locaux agréables et

l’heure d’étude

encadrée chaque soir,

les internes

bénéficient d’un

programme d’activités

varié : initiation au

cirque, à la boxe,

atelier estime de soi,

danse, réalisation d’un

court-métrage…

Loin de sa famille, le

jeune apprend

l’autonomie et ses

résultats souvent

augmentent.

Septembre 2012 17


LIBRE EXPRESSION

Conformément à la délibération du Conseil général en date du 16 décembre

2002, en application de la Loi du 27 février 2002 relative à la démocratie

de proximité, une tribune politique est publiée chaque mois dans Le Nord.

GROUPE SOCIALISTE GR. COMMUNISTE - FRONT DE GAUCHE GROUPE UNION POUR LE NORD

Une rentrée scolaire

sous le signe

du changement

Didier Manier

Président du groupe

« Socialiste

et apparentés »

● Priorités du quinquennat de François

Hollande, la jeunesse et l’éducation ont

fait l’objet de mesures d’urgence : augmentation

de 25 % de l’allocation de

rentrée scolaire, recrutement de 1 000

professeurs supplémentaires dans le premier

degré et de 355 dans le second

degré, mise en place d’une formation

adéquate pour les enseignants et l’organisation

d’une large concertation pour

refonder l’école de la République. Les premiers

engagements sont tenus !

Dans le Nord, le Conseil général se mobilise

lui aussi pour l’égalité des chances

entre les collégiens. Un tout nouveau

Projet éducatif global départemental

vient d’être voté !

Il s’agit de tout faire pour la réussite de

chaque élève en associant formation,

nouvelles méthodes pédagogiques à l’instar

du collège numérique mais aussi

actions citoyennes, culturelles et sportives.

Cette année, 30 collèges expérimentent

le nouveau programme. Il sera très vite

généralisé à l’ensemble du département.

L’école doit être un vrai lieu d’épanouissement

pour tous. C’est notre volonté

dans les collèges nordistes !

Bonne rentrée à vous !

18 Septembre 2012

L’avenir de nos jeunes

passe par une bonne

rentrée 2012

Aymeric Robin

Vice-président du groupe

Communiste –

Front de Gauche

Conseiller général délégué

à la Jeunesse

● Le Conseil général met en place un

Projet éducatif global départemental ambitieux

visant ainsi à mettre en synergie

toutes les politiques départementales tournées

vers nos jeunes au collège. C’est une

bonne chose. Mais pour que l’avenir de

la jeunesse soit assuré, il faut que l’État

mette tous les moyens au service de l’Education

nationale.

Car force est de constater que si le nouveau

gouvernement a pris conscience du

malaise du monde de l’éducation, il n’a

pas encore répondu aux attentes des

parents d’élèves, des enseignants et des

élus.

Pour la rentrée 2012, son annonce de

débloquer 18 postes dans le Nord dans

le 1 er degré, sans rien préciser pour le

secondaire, permet les plus vives inquiétudes

car le projet de carte scolaire du précédent

gouvernement prévoit toujours,

pour cette rentrée dans l’Académie de

Lille, 207 fermetures de classes, 339 suppressions

de postes dans le 1 er degré et

plus de 600 dans le secondaire dont 400

en lycée professionnel.

Dans cet esprit, le groupe Communiste-

Front de Gauche vient d’être à l’initiative

d’une motion sur l’éducation qui a été

votée par la seule majorité de gauche.

Son objectif est de tirer la sonnette

d’alarme sur la situation désastreuse de

notre Académie et d’appeler l’État à prendre

les mesures nécessaires. Mobilisonsnous

ensemble dans les semaines qui

viennent pour garantir une rentrée digne

de ce nom.

Pour notre part, nous entendons continuer

à défendre l’école de la République pour

tous avec ses principes d’égalité, une école

dont la vocation pédagogique nécessite

des personnels et des moyens suffisants.

La rentrée

de tous les dangers

Jean-René Lecerf

Président du groupe

« Union pour le Nord »

• Que de changements depuis la rentrée

2011 : un nouveau président, une nouvelle

majorité au Parlement, un nouveau gouvernement.

Mais, hélas, la crise est toujours

là avec son cortège de fermetures

d’entreprises et de pertes d’emplois. À nos

portes l’Espagne, hier prospère, avoisine

les 25 % de taux de chômage tandis que

son taux d’emprunt équivaut à 6 fois celui

de l’Allemagne, 3 fois celui de la France.

On connaît la situation de la Grèce, de l’Irlande

et du Portugal comme les lourdes

menaces qui pèsent sur l’Italie. Qui serait

assez naïf ou irresponsable pour nous

croire à jamais protégés de pareilles tempêtes

?

Pendant ce temps, le spectacle continue…

Le nouveau chef de l’État tente de tenir

ses promesses électorales – qui pourrait

l’en blâmer ? – et la nouvelle opposition

se lance dans une critique radicale de l’action

gouvernementale. Bref, si les électeurs

ont changé de rôle, le scénario reste

désespérément identique.

Ne pensez-vous pas pourtant que notre

pays gagnerait à davantage de consensus

? Je suis par exemple convaincu que

la TVA compétitivité, qui permettait de

financer la protection sociale par les produits

d’importation et d’abaisser le coût

du travail, était une bonne réforme et

qu’il aurait fallu l’instaurer dès 2007. À l’inverse,

la pression sur la CSG affectera

notre consommation et favorisera les

importations. J’ai la faiblesse de croire

que bon nombre de partisans du nouveau

pouvoir partagent cette analyse mais

sont prisonniers de leurs critiques systématiques

d’hier. Il n’est pas sûr pourtant

que nous ayons encore les moyens de

sacrifier à ces jeux politiciens d’un autre

temps.


• « Avez-vous beaucoup de

lecteurs ? D’où vient votre passion

d’écrire ? Est-ce que c’est

l’éditeur qui vous demande de

faire un livre ou c’est vous qui

le proposez ? Vous êtes bien

connue en France ? » Les

élèves du collège Montaigne

de Poix-du-Nord en ont des

questions à poser à Marie Sellier

! Auteure de 80 ouvrages

pour les jeunes, elle a l’habitude

de ce genre de rencontre,

mais trouve celle-ci vraiment

intéressante. Le matin, elle a

été particulièrement bien

accueillie par les 6 es : «Ils

m’avaient préparé un spectacle

à partir d’un de mes livres.

C’est incroyablement émouvant

pour un auteur de redécouvrir

ses phrases, ils m’ont

fait découvrir le livre autrement

! Et ensuite, nous avons

eu un échange de très bonne

teneur, j’ai été bluffée par la

qualité de leurs questions. »

Des livres créés par les élèves

Cet après-midi, pas de spectacle,

mais les 5 es lui présentent

le fruit de leur travail : les livres

qu’ils ont eux-mêmes réalisés.

Les 5 es Chantilly, s’inspirant

de Mon carnet vietnamien,

ont confectionné par groupes

de deux un carnet de voyage

imaginaire, sur le pays de leur

rêve (réel ou fictif). Les 5 es Vincennes,

quant à eux, ont réa-

CHEZ VOUS

lisé ensemble Notre petit

Matisse. « Parmi ses nombreux

ouvrages sur l’art, Marie

Sellier a notamment publié

des livres pour enfants présentant

un musée. Il y a par

exemple Mon petit Versailles

ou Mon petit Orsay, mais Mon

petit Matisse n’existait pas »,

explique Catherine Deville,

documentaliste et coordinatrice

du projet, mené avec ses

collègues de français et d’arts

plastiques.

« On a été voir le musée départemental

Matisse au Cateau-

Cambrésis et on a chacun

choisi une œuvre que l’on a

dessinée, raconte Eraldo. Moi,

ARRONDISSEMENT D’AVESNES

Cantons de Avesnes Nord • Avesnes Sud • Bavay

• Berlaimont • Hautmont • Landrecies • Maubeuge Nord

• Maubeuge Sud • Le Quesnoy Est • Le Quesnoy Ouest

• Solre-le-Château • Trélon

Poix-du-Nord Après avoir travaillé plusieurs mois en s’inspirant des livres de Marie Sellier,

des élèves de 6 e et 5 e ont accueilli cette auteure, spécialiste des livres d’art pour la jeunesse.

Quand le collège permet à des auteurs en

herbe de rencontrer un écrivain confirmé

Marie Sellier a commenté les ouvrages réalisés par les élèves et a répondu à toutes les questions

qu’ils lui ont posées. PH. CHRISTOPHE BONAMIS

j’ai choisi Le poème de l’angle

droit de Le Corbusier, parce

que je l’ai trouvé difficile et

intéressant. » « On a d’abord

visité le musée avec une guide

qui nous a raconté la vie des

œuvres, ajoute Brenda. Je

n’étais jamais allée dans un

musée avant, j’aimerais bien

en visiter d’autres. »

Notre petit Matisse rassemble

donc les œuvres reproduites

par les collégiens, accompagnées

à chaque fois d’un texte

qu’ils ont rédigé. Marie Sellier

prend le temps d’en lire

plusieurs, de les commenter.

Elle en profite pour apprendre

aux élèves quelques mots de

vocabulaire comme une

monographie, un pop-up ou

un cul-de-lampe. Et apprend

des jeunes qu’un tondo est

une œuvre ronde. Après

encore quelques réflexions sur

l’art et l’écriture – « Le texte est

une matière vivante. Une fois

publié, il est inscrit dans le

marbre, mais avant, jusqu’au

dernier moment, on peut

changer des choses » – et une

séance de dédicaces, Marie Sellier

repart, laissant les élèves

enchantés et l’équipe enseignante

prête à démarrer de

nouveaux projets…

FRANÇOISE POIRET-COLONGE

AVESNES-SUR-HELPE Septembre 2012 19


Maubeuge

L’ÉTÉ SE TERMINE,

L’ÉCOLE DE RUGBY

REPREND SES ACTIVITÉS

• Seule ville du Val de Sambre

à posséder un club de rugby,

Maubeuge possède deux

équipes séniors (plus de

19 ans), une équipe juniors

(moins de 19 ans) et une

équipe cadets (moins de

17 ans).

Mais elle a aussi une école de

rugby qui accueille les enfants

(garçons et filles) à partir de

5 ans pour les initier aux règles

de ce sport d’équipe et à ses

valeurs.

L’an dernier, cette école a été

dotée pour quatre ans du

« label qualité » de la

Fédération française de rugby.

Ce label garantit l’excellence de

son niveau en matière

d’accueil, de formation, de

structures et de

communication.

Informations sur place le samedi

à partir de 13 h.

École de rugby de Maubeuge

Stade Jean-Serra

boulevard La-Fontaine

à Maubeuge.

Tél. 03 27 67 18 46.

DANS LES AUTRES ARRONDISSEMENTS

ORCHIES

RETROUVER

SES RACINES

• L’Unité territoriale de

prévention et d’action

sociale du Département

à Orchies et le club Léo-

Lagrange de Somain

ont mis en place Les

Balades du goût, notamment

à l’intention des

allocataires du RSA pour

travailler la mobilité,

découvrir le territoire et

son histoire par le biais

de balades culturelles et

patrimoniales.

Dunkerque

Maubeuge

CAMBRAI

Fatiha Zaïr joue le rôle de facilitateur

entre les gendarmes et les personnes

en situation de détresse. PH. CB

Bourbourg

Abscon

20 Septembre 2012 AVESNES-SUR-HELPE

Lille

Douai

UNE NOUVELLE ÉLUE POUR MAUBEUGE-NORD

Cambrai

Baisieux

Orchies

Valenciennes

• En juin, lors des élections législatives, Rémi Pauvros a été élu député

de la troisième circonscription du Nord. Afin de respecter la réglementation

relative au cumul des mandats, il a démissionné de son siège de

conseiller général. C’est donc sa suppléante Nathalie Montfort, une Maubeugeoise

de 42 ans, qui lui succède comme conseillère générale du canton

de Maubeuge-Nord. Rémi Pauvros était le premier vice-président du

Conseil général chargé des Transports et des Infrastructures. Le nouvel

exécutif du Département vous sera présenté dans votre magazine du mois

d’octobre.

INTERVENTION SOCIALE

À LA GENDARMERIE

•Les sept brigades de gendarmerie du

Cambrésis accueillent une travailleuse

sociale qui intervient pour aider les victimes

et les personnes en détresse.

Elles évalue la nature des problèmes

auxquels sont confrontées les victimes,

effectue un diagnostic pour prévenir

les risques, en collaboration avec

les gendarmes. Cette expérimentation

menée dans le Cambrésis et l’Avesnois

est financée à parts égales par le Départartement

du Nord et l’association

HAVRE, à Cambrai.

MAUBEUGE

Avesnes

WIGNEHIES

Nathalie Montfort. PH. P. HOUZÉ

BOURBOURG

BALADES À VÉLO LE

LONG DU BARREAU

• Les premiers travaux

d’aménagement d’un

espace de nature, serpentant

le long du Barreau

de Saint-Georges,

viennent de se terminer.

Cet espace qui s’étend

sur 38 ha est composé

d’une piste cyclable

(financée par le Département),

de plantations

de fourrés et de boisements

formant un écran

végétal avec l’aire d’activités

économiques, de

prairies, de zones

humides…


Wignehies

L’art s’invite à l’EHPAD

Les Vertes années

Dès sa façade, l’établissement arbore deux des mosaïques assemblées par

l’artiste Jacques Van Roy . PH. CHRISTOPHE BONAMIS

• Philippe Pelletier, directeur

de l’établissement d’hébergement

pour personnes

âgées dépendantes Les Vertes

années, aime citer Victor

Hugo : « Le beau est aussi

utile que l’utile. » Cette

conviction l’a animé lorsque,

après avoir rencontré Jacques

Van Roy lors d’un vernissage,

ils ont convenu de collaborer

pour enrichir l’établissement

d’une œuvre de cet artiste

qui ne vit pas très loin de

Wignehies, à Obrechies.

Il s’agit d’une mosaïque, ins-

BAISIEUX

PH. DL

DE NOUVEAUX

JARDINS FAMILIAUX

• En juin dernier,

Patrick Kanner était à

Baisieux pour inaugurer,

au côté du maire

Francis Delrue, les jardins

familiaux gérés

par l’association Baisieux

jardine.

La mairie a reçu le soutien

financier du Département

(36 960 ¤) pour

la réalisation de ces 30

parcelles de 120 m 2 .

ABSCON

NATUR’AILES DÉPLOIE

SON NATUREL

• Natur’ailes, la fête des

Espaces naturels du

Nord organisée par le

département, aura lieu le

dimanche 9 septembre, à

la carrière des Peupliers

à Abscon. Au programme

: visites commentées,

ateliers de

fabrication d’épouvantails

et de nichoirs, initiation

à l’orientation,

balades à vélo (possibilité

d’en louer sur place),

spectacles, etc.

Programme sur lenord.fr

CHEZ VOUS ARRONDISSEMENT D’AVESNES-SUR-HELPE

tallée dans cinq endroits différents

de la résidence. Chacune

est formée de petites

pièces représentant une danseuse

en mouvement. Tous

les résidants qui le souhaitaient

ainsi que les membres

de leur famille et le personnel

ont choisi cinq pièces qui

ont été assemblées par

Jacques Van Roy.

Ce projet a été financé

notamment par le Département,

au titre de l’innovation

et de la culture.

Journaliste responsable du secteur

Françoise Poiret-Colonge, tél. 03 59 73 84 04

Du 15 au 19 octobre

Les écocitoyens regardent

dans leur assiette

• Cette année, la semaine

locale du développement

durable baptisée « Soyons

tous écocitoyens en Sambre-

Avesnois » sera centrée sur

l’alimentation.

Comme chaque année, le

Département a fédéré de

nombreux partenaires qui

proposent des manifestations

variées afin de sensibiliser

un vaste public à un

mode de vie plus respectueux

de l’environnement.

Enfants et adultes pourront

par exemple visiter des expositions

sur le rôle des abeilles

dans la pollinisation, apprendre

à décorer leur assiette

avec des fruits et légumes,

écouter des histoires et

contes autour des légumes,

participer à un atelier cuisine,

visiter une ferme,

confectionner des ustensiles

de cuisine en terre ou cueillir

des champignons.

sur Internet

Programme complet sur lenord.fr

Visite du verger conservatoire du Quesnoy lors de la précédente édition de

la semaine « Soyons tous écocitoyens en Sambre-Avesnois ». PH. C. BONAMIS

Lors de la précédente édition,

en 2010, sur le site des Cinq-Tailles

à Thumeries–La Neuville. PH. PH

AVESNES-SUR-HELPE Septembre 2012 21

+


LE PORTRAIT DU MOIS

Un jeune réalisateur

qui n’a peur de rien

En mars, Selim Saifi a tourné à Maubeuge la série télévisée Pidza Express

qui passera bientôt sur Wéo. Il n’a que 20 ans. PH. CHRISTOPHE BONAMIS

• « C’est incroyable ce que je

suis en train de vivre ! Je suis

déjà sur d’autres projets, ça s’enchaîne

à cent à l’heure. » Âgé de

20 ans, Selim Saifi vient de réaliser

les dix premiers épisodes

d’une toute nouvelle série télévisée

baptisée Pidza Express –

un projet qui mûrit depuis déjà

cinq ans puisqu’il a commencé

à écrire le scénario alors qu’il

était en seconde. «Pendant les

cours », précise-t-il… Ce qui

aurait pu ne rester qu’un délire

d’ado est devenu réalité, grâce

à l’audace, à la pugnacité et à

la chance de Selim.

Encore lycéen, il a appelé au

culot des techniciens dont il

avait lu le nom sur des génériques

et a fait deux stages sur

des tournages prestigieux où

il a rencontré John Travolta et

Jean Dujardin. Ce dernier l’a

encouragé. Fort de ses conseils,

il a envoyé son scénario à nombre

de producteurs et, devant

leur refus, a décidé de créer

avec son père sa propre société,

Miles Production. Cela leur a

CHEZ VOUS ARRONDISSEMENT D’AVESNES-SUR-HELPE

permis de démarcher les

chaînes de télévision. Plusieurs

ont exprimé leur intérêt. La

chaîne Wéo a accepté de les

soutenir, de même que le

CRRAV (Centre régional de ressources

audiovisuelles) et le

CNC (Centre national du

cinéma). Des techniciens professionnels

ainsi que deux

acteurs connus – Julien Courbey

et Khalid Maadour – ont

accepté de tourner gratuitement

un pilote l’an dernier.

Et en mars 2012, Selim a investi

Maubeuge pour y tourner la

première saison de sa série.

Pourquoi Maubeuge alors que

le jeune homme vit à Lille ?

« Parce que j’y ai mes attaches

et aussi pour des raisons logistiques

et pratiques. » Dans l’attente

impatiente de la diffusion,

Selim garde pourtant les

pieds sur terre : « D’une famille

modeste, je ne suis pas du

genre à prendre la grosse tête ! »

FRANÇOISE POIRET-COLONGE

www.pidzaexpress.com

RENDEZ-VOUS

Nature

• Sains-du-Nord

Mercredi 8 septembre

Tout au long du circuit des

haies et des ruisseaux, apprenez

à connaître les baies sauvages

comestibles, ornementales

ou toxiques.

RV MAISON DU BOCAGE, 14 H

ÉCOMUSÉE DE L’AVESNOIS

TÉL. 03 27 60 66 11.

• Hestrud

Dimanche 9 septembre

Au cours de cette balade de

6 km dans le bocage, vous

pourrez observer les premiers

oiseaux migrateurs.

RV DEVANT LE CAFÉ-MUSÉE

DE LA DOUANE, 9 H 30.

OFFICE DE TOURISME DU SOLRÉZIS

TÉL. 03 27 59 32 90.

• Gussignies

Mercredi 15 septembre

Le CPIE Bocage de l’Avesnois

propose à tous ceux qui le souhaitent

de devenir Guides

Nature volontaires pour animer

bénévolement des sorties

nature, participer à des inventaires

naturalistes et collaborer

à différents projets. Pour

cela, il organise un cycle de formation

gratuite de dix séances,

de septembre à juin. Cette première

réunion d’information

vous permettra d’en savoir

plus.

INSCRIPTION PRÉALABLE

TÉL. 03 28 26 86 76.

• Fourmies

Mercredi 19 septembre

Sur le circuit du camp de Giblou,

partons à la découverte des

champignons.

RV SUR LE PARKING DES ÉTANGS DES

MOINES, 14 H.

LES FRANCAS

TÉL. 03 27 59 13 10.

• Willies

Dimanche 23 septembre

Une petite balade de 6 km

autour du ValJoly, sur le chemin

de la chapelle Saint-Hiltrude,

sera l’occasion d’apprendre à

reconnaître quelques champignons.

RV PLACE DE LA MAIRIE, 15 H.

OFFICE DE TOURISME DU SOLRÉZIS

TÉL. 03 27 59 32 90.

• Locquignol

Vendredi 28 septembre

Une promenade à la tombée de

la nuit vous permettra peutêtre

d’entendre le ululement

d’une chouette ou d’apercevoir

quelques chauves-souris.

RV DEVANT LA MAIRIE, 19 H 30.

RAINETTE ENVIRONNEMENT

TÉL. 03 27 60 70 93.

• Bavay

Samedi 29 septembre

Une promenade le long des

ruisseaux et dans les chemins

champêtres pour observer les

animaux avant la trêve hivernale.

RV SUR LE PARKING DE LA PLACE DE

LOUVIGNIES, 14 H.

ANGLE 349

TÉL. 03 20 83 26 17.

Exposition

• Solre-le-Château

Jusqu’au 23 septembre

L’association cent lieux d’art 2

vous propose de découvrir de

jeunes artistes issus de l’école

supérieure des arts de Mons

en Belgique : Bisou Belette,

Arnaud Eeckhout, Julie Moulin

et Jean-Baptiste Vigneron.

VITRINE PAULIN

WWW.CENTLIEUXDARTDEUX.ORG

22 Septembre 2012 AVESNES-SUR-HELPE


• Conflit familial, violences

verbales et physiques sur fond

de grande précarité, tard le soir.

Une patrouille de la gendarmerie

de Cambrai intervient.

Les militaires constatent

qu’une mineure est en danger.

Il faut la protéger. Ce sera la

mission de Fatiha Zaïr, nouvelle

intervenante sociale de la

compagnie de gendarmerie de

Cambrai.

« Je savais que l’expérience des

intervenants sociaux en gendarmerie

fonctionne bien au

niveau national et j’ai souhaité

créer un tel poste à Cambrai»,

explique le commandant

Karine Lejeune, chef d’escadron

de la Gendarmerie de

Cambrai.

Parler le même langage

Mais au fait, qu’est ce qu’un

intervenant social en gendarmerie

? Nommée dans ses fonctions

à Cambrai en mai dernier,

Fatiha Zaïr répond : «Je

suis un trait d’union, un facilitateur,

entre les militaires et

les victimes de violences ou les

personnes en situation de

détresse. Sur réquisition des

gendarmes, j’évalue la nature

des problèmes auxquels sont

confrontées les victimes, j’effectue

un diagnostic pour prévenir

les risques. Mon travail

réside autant dans l’aide et

l’écoute, en toute confidentia-

CHEZ VOUS

Intervenante sociale en gendarmerie, Fatiha Zaïr joue le rôle de facilitateur entre les gendarmes et les personnes

en situation de détresse. PH. CHRISTOPHE BONAMIS

lité, que dans la prévention de

la délinquance. »

Pour le commandant Lejeune,

cette action permet aussi de

repérer des personnes qui n’auraient

pas encore été identifiées

par les services sociaux du

Département, par exemple.

« J’entretiens donc une relation

étroite avec la Direction territoriale

de prévention et d’action

sociale du Département à Cambrai,

avec des structures d’hébergement

d’urgence, et avec

l’association HAVRE, spécialisée

dans la prise en charge des

problèmes liés aux violences

conjugales», précise Mme Zaïr.

Elle ajoute : « Ce métier consti-

ARRONDISSEMENT DE CAMBRAI

Cantons de Cambrai Est • Cambrai Ouest • Carnières

• Le Cateau • Clary • Marcoing • Solesmes

Cambrai Les sept brigades de gendarmerie du Cambrésis accueillent un travailleur social qui

intervient pour aider les victimes et les personnes en détresse. À la rencontre de deux mondes...

Intervention sociale à la Gendarmerie

pour prévenir des situations à risque

tue une vraie immersion dans

le monde de la gendarmerie.

Chacun a un rôle bien défini et

les échanges sont quotidiens ;

nous finissons par parler le

même langage, ce qui n’est pas

évident au début, car le monde

militaire et celui des travailleurs

sociaux sont très différents,

voire parfois antagonistes.»

Fatiha Zaïr, qui possède

un bureau à la gendarmerie de

Cambrai, se déplace à la

demande des militaires dans

les six autres gendarmeries du

Cambrésis et peut, le cas

échéant assurer des permanences,

notamment au Cateau-

Cambrésis et à Caudry. «Le

rôle d’écoute, de dialogue et de

conseils de Mme Zaïr complète

parfaitement les actions judiciaires

et nous permet de nous

concentrer davantage sur nos

missions premières», se réjouit,

au final, Karine Lejeune.

ARNAUD RAES

EXPÉRIMENTER POUR INNOVER

Le poste d’intervenant social en

gendarmerie est une expérimentation

menée dans le Cambrésis et

l’Avesnois. Le poste est financé à

part égale par le Département et

l’association HAVRE, à Cambrai.

CAMBRAI Septembre 2012 19


Proville

60 HECTARES

DE BIODIVERSITÉ

Un espace naturel protégé à

l’entrée du bois Chenu, à Proville,

vient de voir le jour. PH. C. BONAMIS

• Un espace naturel dans le

Cambrésis est chose suffisamment

rare pour être soulignée.

En juin dernier a été officiellement

ouverte la Réserve naturelle

régionale de Proville. Celleci

s’étend sur 60 hectares, au

nord de la commune.

La réserve naturelle est traversée

par l’Escaut et constitue,

de par ses prairies et boisements,

une zone humide riche

en biodiversité. Elle est parcourue

par des sentiers de promenade

et le Conservatoire des

sites naturels y organise des

visites guidées.

Profitez-en !

DANS LES AUTRES ARRONDISSEMENTS

ORCHIES

RETROUVER SES

RACINES

• L’Unité territoriale de

prévention et d’action

sociale du Département

à Orchies et le club Léo-

Lagrange de Somain

ont mis en place Les

Balades du goût,

notamment à l’intention

des allocataires du RSA

pour travailler la mobilité,

découvrir le territoire

et son histoire par

le biais de balades culturelles

et patrimoniales.

Dunkerque

Cambrai

Ostricourt

AVESNOIS

REGARDER DANS

SON ASSIETTE

• Du 15 au 19 octobre,

la semaine locale du

développement durable,

organisée par le

Département et baptisée

« Soyons tous écocitoyens

en Sambre-

Avesnois », sera

centrée sur l’alimentation

: contes autour

des légumes, atelier

cuisine, visite d’une

ferme, confection d’ustensiles

de cuisine en

terre, cueillette de

champignons…

Programme sur lenord.fr

20 Septembre 2012 CAMBRAI

Lille

Douai

SAINT-GEORGES-SUR-L’AA - BOURBOURG

Le corridor a pour vocation de permettre

des déplacements doux et de favoriser

le développement de la biodiversité. PH. PH

Bourbourg

PROVILLE

Orchies

Cambrai

Valenciennes

LE SALON DE L’INSERTION, UNE INITIATIVE À RECONDUIRE

• Le 26 juin dernier, les différents acteurs du Forum permanent de l’insertion

du Cambrésis ont organisé un salon de l’insertion au marché

couvert de Cambrai. Rappelons que le Forum de l’insertion est un lieu

d’échanges visant à favoriser par une démarche participative, l’expression

des 7 000 allocataires du RSA du Cambrésis.

Le salon de l’insertion, qui a connu un vif succès, a permis aux participants

de prendre connaissance des actions menées dans le domaine

de l’insertion par la santé, la mobilité, le logement, etc.

BALADES À VÉLO

LE LONG DU BARREAU

• Les premiers travaux d’aménagement

d’un espace de nature, serpentant

le long du Barreau de Saint-Georges,

viennent de se terminer.

Cet espace qui s’étend sur 38 ha est

composé d’une piste cyclable (financée

par le Département), de plantations de

fourrés et de boisements formant un

écran végétal avec l’aire d’activités économiques,

de prairies, de zones

humides…

Trois autres tranches d’aménagements

seront réalisées d’ici 2015.

Abscon

Avesnes

Le salon de l’insertion, le 26

juin dernier à Cambrai. PH. EW


Proville

LA NOUVELLE MAIRIE

INAUGURÉE CET ÉTÉ

Patrick Kanner, lors de l’inauguration.

PH. CB

• Patrick Kanner, président du

Conseil général, a inauguré le

30 juin dernier, la mairie de Proville.

Celle-ci a en effet été complètement

rénovée. Le bâtiment

principal constitue aujourd’hui

la salle des cérémonie, tandis

qu’une extension permet l’accueil

du public et des services.

Cette rénovation a été réalisée

selon la démarche de Haute

qualité environnementale,

notamment en ce qui concerne

la gestion de l’énergie et de l’eau.

Les travaux ont été subventionnés

par le Département

à hauteur de 240 000 euros, au

titre du Fonds départemental

pour l’aménagement du Nord.

OSTRICOURT

PH. PH

ON AMÉNAGE

ET ON PRÉSERVE

• Le bois du Court-

Digeau et le terril Saint-

Éloi, propriétés du

Département, vont faire

l’objet d’aménagements.

En conciliant accueil du

public et préservation de

l’environnement, ils permettront

notamment de

relier les deux sites grâce

à une boucle de randonnée.

CHEZ VOUS

ARRONDISSEMENT DE CAMBRAI

Journaliste responsable du secteur

Arnaud Raes, tél. 03 59 73 84 01

Cambrai

Le devenir des 355 hectares de la Base aérienne

passera par la création d’un syndicat mixte

• Que faire de la BA 103 de

Cambrai actuellement en

cours de démantèlement ?

Patrick Kanner, président du

Conseil général du Nord,

accompagné de Dominique

Dupilet, son homologue du

Pas-de-Calais et de Daniel Percheron,

président du Conseil

régional, ont exposé, en juin

dernier à Cambrai, quelques

pistes de réflexions.

L’emploi, une priorité

Située au cœur d’un dense

réseau de communications, la

BA 103 s’inscrit aussi comme

le prolongement du canal

Seine-Nord et de la future

plate-forme multimodale de

Marquion. Selon les trois collectivités,

il faut absolument

tirer parti de cette position

stratégique unique en Europe

du Nord ouest. «Il s’agit d’une

démarche volontariste des collectivités,

car il faut tout faire

pour préserver le potentiel

exceptionnel du site, en termes

ABSCON

NATUR’AILES DÉPLOIE

SON NATUREL

• Natur’ailes, la fête des

Espaces naturels du

Nord organisée par le

département, aura lieu le

dimanche 9 septembre,

à la carrière des Peupliers

à Abscon. Au programme

: visites commentées,

ateliers de

fabrication d’épouvantails

et de nichoirs, initiation

à l’orientation,

balades à vélo (possibilité

d’en louer sur place),

spectacles, etc.

Programme sur lenord.fr

La base aérienne 103 a fermé définitivement ses portes en juin dernier.

Les collectivités locales doivent discuter de son avenir. PH. DOMINIQUE LAMPLA

de développement économique

et de réindustrialisation

du Cambrésis », a souligné

Patrick Kanner en évoquant

un projet lié à la réalisation

de la plate-forme de Marquion

: « La BA 103 pourrait

constituer une base arrière

pour les entreprises creusant

le canal Seine-Nord Europe,

avant de servir d’extension à

la plate-forme logistique, à la

dimension européenne. C’est

une perspective économique

majeure génératrice d’em-

plois. » Avant tout, MM. Kanner,

Percheron et Dupilet ont

appelé de leurs vœux la constitution,

d’ici la fin de l’année,

d’un syndicat mixte ouvert

composé des Conseils généraux

et du Conseil régional,

mais aussi de toutes les collectivités

et des partenaires

économiques du secteur, qui

seraient l’interlocuteur de

l’État, actuel propriétaire du

site de la base aérienne.

Les prémices d’une nouvelle

ère pour le Cambrésis ?

Lors de la précédente édition,

en 2010, sur le site des Cinq-Tailles

à Thumeries–La Neuville. PH. PH

CAMBRAI Septembre 2012 21


LE PORTRAIT DU MOIS

Gérard et sa vie

dans les arbres !

M. Domise-Pagnen s’est pris de passion pour la généalogie à 17 ans. PH. CB

• Président fondateur du

Groupe des généalogistes amateurs

du Cambrésis (GGAC),

Gérard Domise-Pagnen a

découvert la généalogie en

1956. Cette passion ne l’a

jamais quitté. « Ma grand-mère

était la gardienne de l’histoire

familiale qu’elle nous racontait

souvent. À 17 ans, j’ai voulu

vérifier la véracité de ces histoires

et j’ai commencé à faire

des recherches sur mes ancêtres»,

explique-t-il. La généalogie

n’est alors pas dans l’air

du temps. Mais patiemment,

Gérard se construit son arbre

généalogique, amassant des

milliers de photocopies d’actes

de naissance, de mariage, de

décès, etc. «Du côté de ma

femme, j’ai pu remonter

jusqu’en 1180 !»

Travail de fourmi

Après la création du GGAC,

en 1969, la généalogie nordiste

se développe dans l’ombre du

travail des historiens. «Il fut

une époque où nous étions

traités avec condescendance

par ces derniers, mais

aujourd’hui, les choses ont

changé, les historiens ont aussi

besoin de nous », précise

M. Domise-Pagnen. Les généalogistes

fournissent en effet

un travail de fourmi, très chronophage,

pour constituer des

arbres généalogiques, aidés

aujourd’hui par des outils

informatiques performants.

« L’intérêt n’est pas uniquement

de recenser une liste

d’actes et de dates, mais de

faire ressurgir du passé, des

histoires, des anecdotes et des

vies entières », souligne-t-il.

Mais la généalogie ne s’improvise

pas. Il faut en connaître

la méthodologie. Cela s’apprend

au sein des associations

comme celle du GGAC, basée

à Escaudœuvres...

ARNAUD RAES

Le GGAC organise Scaldobrésia 2012

les 15 et 16 septembre

(voir ci-contre).

Rens. 03 27 75 20 15.

www.ggac.fr

CHEZ VOUS ARRONDISSEMENT DE CAMBRAI

RENDEZ-VOUS

Expositions

• Le Cateau-Cambrésis

Christian Bonnefoi, Dos à Dos

Exposition en collaboration

avec le domaine départemental

de Kerguéhennec (Morbihan).

Lire Expo du mois p. 38.

JUSQU’AU 16 SEPTEMBRE AU MUSÉE

DÉPARTEMENTAL MATISSE.

ENTRÉE MUSÉE : 5 ET 3 ¤ (GRATUIT LE

PREMIER DIMANCHE DU MOIS).

RENS. 03 59 73 38 00.

• Proville

Les monnaies romaines découvertes

dans le Cambrésis (I er -IV e

siècles) : effigies et symboles.

Exposition organisée par l’association

Puerorum-Villa avec

la médiathèque de Proville et

l’association Camerix.

JUSQU’AU 29 SEPTEMBRE À LA

MÉDIATHÈQUE, RUE DE LA PAIX.

RENS. 03 27 70 74 87.

WWW.MEDIATHEQUESDELESCAUT.FR

Animations

• Caudry

Les Naturiades du Val du Riot

Premier festival Nature du

Cambrésis, les Naturiades permettent

au grand public de

découvrir, de façon ludique et

pédagogique, la biodiversité

animale et végétale du Cambrésis,

à travers des stands,

des ateliers et des animations.

LE SAMEDI 8 SEPTEMBRE DE 14 H À

19 H ET LE DIMANCHE DE 10 H À 19 H,

À LA BASE DE LOISIRS DU VAL DU RIOT,

RUE AMPÈRE À CAUDRY.

RENS. 03 27 85 27 67.

WWW.VALDURIOT.FR

• Escaudœuvres

Scaldobrésia 2012

Plus important congrès de

généalogie au nord de la Loire,

organisé par le Groupe des

généalogistes amateurs du

Cambrésis.

Présence de 50 associations et

organismes. Stands, expositions

et cycle de conférences.

LES 15 ET 16 SEPTEMBRE,

DE 10 H À 18 H, SALLE POLYVALENTE

D’ESCAUDŒUVRES.

RENS. 03 27 74 50 59.

WWW.GGAC.FR

Conférences

• Rumilly-en-Cambrésis

Le CLIC de la Vallée du Haut-

Escaut organise une conférence

sur le thème des accidents

domestiques chez les

personnes âgées. Cette conférence

sera animée par un coordinateur

expert en prévention

des risques et un ergothérapeute.

LE JEUDI 4 OCTOBRE DE 14 H 30

À 16 H 30, À LA SALLE DES FÊTES.

RENS. CLIC DE LA VALLÉE DU HAUT-

ESCAUT, MAISON MÉDICO-SOCIALE,

1A RUE JEAN-JAURÈS,

59159 MARCOING.

TÉL. 03 27 82 83 84.

• Marcoing

Atelier « Premiers secours »,

avec démonstration de l'utilisation

d'un défibrillateur, animé

par un pompier professionnel

et organisé par le CLIC de la Vallée

du Haut-Escaut.

JEUDI 11 OCTOBRE

AU CENTRE D’INCENDIE

ET DE SECOURS DE MARCOING.

POUR TOUT PUBLIC.

RENS. 03 27 82 83 84.

22 Septembre 2012 CAMBRAI


CHEZ VOUS ARRONDISSEMENT DE DOUAI

Cantons de : Arleux - Douai Nord • Douai Nord-Est • Douai

Sud • Douai Sud-Ouest • Marchiennes • Orchies

Lewarde Les Balades du goût : une action qui favorise la mobilité des allocataires du RSA et

qui leur fait découvrir des richesses locales.

Au Centre historique minier de Lewarde,

ils ont retrouvé leurs racines...

• Claire, médiatrice culturelle,

assure la visite. « La fosse Delloye

a été parmi les premières

à fermer dans le Nord Pas-de-

Calais, après seulement 40 ans

de production. Le Centre historique

minier (CHM) a été

créé ici, en 1984, dans des bâtiments

presque intacts »,

explique-t-elle en préambule.

Chaque visiteur a été coiffé

d’un casque et le groupe, d’une

vingtaine de personnes, s’entasse

dans l’ascenseur. « La

cage descend à 8 mètres par

seconde, à une profondeur

maximale de 480 mètres »,

commente Claire.

L’illusion est parfaite, la visite

instructive. Utilisation des chevaux

dans la mine, conditions

de travail, risques du métier,

progrès techniques : l’auditoire

est conquis, et les questions

fusent. Rien d’étonnant à cela :

dans le groupe, plusieurs ont

un papa qui a été mineur,

Jeannine, Moussa, Bianca,

Joëlle...

Après la visite, dans la salle

des pendus, un ancien mineur,

Joël Pamart, témoigne de ce

qu’a été son quotidien pendant

ses quelque 15 années

au fond de la mine, à la fosse

9 de Oignies puis à Forbach,

en Moselle. « Je suis le seul et

dernier ancien mineur à témoigner

au CHM, alors qu’on a été

jusqu’à 4 : les mineurs, il y en

Dans la salle des pendus, un ancien mineur, Joël Pamart, témoigne de ce qu’a été son quotidien pendant

ses quelque 15 années au fond de la mine. PH. EMMANUEL WATTEAU

a de moins en moins », dit-il

en conclusion.

Cette visite fait partie d’une

action baptisée Les Balades du

goût, mise en place par l’Unité

territoriale de prévention et

d’action sociale du Département

à Orchies et le club Léo-

Lagrange de Somain, notamment

à l’intention des

allocataires du RSA.

Mobilité et insertion

« L’objectif, c’est de leur faire

découvrir des richesses près

de chez eux et de leur montrer

qu’on peut faire des choses

même sans avoir de voiture »,

souligne Anne-Marie Accettone,

conseillère en économie

sociale et familiale. « Le fil

rouge, c’étaient les recettes de

cuisine », ajoute Florence Masclet,

assistante sociale.

Une première sortie a été organisée

au musée de la chicorée

à Orchies, chacun réalisant un

livret de recettes à base de chicorée

ou de chicons.

La deuxième visite a été celle

du CHM, que le groupe a rallié

en louant des vélos auprès

de l’association Écaillon-Solidarité-Insertion.

Pour le retour

à Somain, le collectif a pris un

car Arc-en-Ciel. Chacun avait

préparé son pique-nique, avec

cette consigne, visant à améliorer

l’équilibre alimentaire :

pas de chips ! «C’est le groupe

qui a choisi et préparé cette

sortie au CHM et qui s’est renseigné

sur le trajet », souligne

Jérémy Crescence, animateur

au club Léo-Lagrange.

Une troisième journée est prévue

: visite de Douai, du beffroi

de l’hôtel de ville et du site Les

Brasseurs de Gayant.

ANTOINE PLATTEEL

LUTTE CONTRE L’EXCLUSION

L’action Les Balades du goût fait

partie du Plan de développement

local pour l’insertion du Douaisis.

Elle est financée par le Département

à hauteur de 16 500 euros.

DOUAI Septembre 2012 19


Marchiennes

L’ATELIER PATRIMOINE

A TRAVAILLÉ LE BOIS

Michel Karpowicz a encadré les

enfants de l’atelier Patrimoine. PH. EW

• Sous la houlette du sculpteur

Michel Karpowicz, les enfants de

l’atelier Patrimoine ont réalisé au

printemps dernier des sculptures

en bois autour du thème

de la frontière. Leurs créations,

de même qu’une installation de

Michel Karpowicz, sont exposées

dans le Jardin des Moines

de la brasserie Dufour jusqu’au

30 septembre, et lors des Cucurbitades

2012, début octobre.

Ce projet a été porté par les Amis

de Marchiennes et soutenu

financièrement notamment par

le Département et par le Parc

naturel transfrontalier du Hainaut

(dans le cadre des

« Aventures artistiques »).

VALENCIENNES

CONTOURNEMENT

EN BONNE VOIE

• Les travaux d’aménagement

du contournement

nord de Valenciennes,

reliant Raismes

à Saint-Saulve, via Beuvrages

et Bruay-surl’Escaut,

devraient

démarrer en 2014.

Coût de l’opération : 125

millions d’euros, financés

par le Département.

L’enquête d’utilité

publique sera réalisée

cet automne.

20 Septembre 2012 DOUAI

Dunkerque

Lille

Douai

Cambrai

DANS LES AUTRES ARRONDISSEMENTS

CAMBRAI

Ostricourt

LAMBRES-LEZ-DOUAI

Bourbourg

Fatiha Zaïr joue le rôle de facilitateur

entre les gendarmes et les personnes en

situation de détresse. PH. CHRISTOPHE BONAMIS

SOMAIN

AUBY

Valenciennes

Somain

INAUGURATION DU COLLÈGE VICTOR-HUGO

• Le président du Conseil général, Patrick Kanner, et le vice-président

chargé des Collèges, Bernard Baudoux, ont inauguré le 21 juin

le collège Victor-Hugo qui a fait l’objet d’une restructuration et d’une

extension.

Meilleur accès pour les personnes à mobilité réduite, espaces verts,

salle culturelle, nouvelle salle de sport et nouveau restaurant

scolaire : l’environnement des collégiens et du personnel d’encadrement

a été grandement amélioré ! Le Département a pris en charge

l’investissement, qui a été de 6 M¤.

INTERVENTION SOCIALE

À LA GENDARMERIE

•Les sept brigades de gendarmerie du

Cambrésis accueillent une travailleuse

sociale qui intervient pour aider

les victimes et les personnes en

détresse. Elles évalue la nature des problèmes

auxquels sont confrontées les

victimes, effectue un diagnostic pour

prévenir les risques, en collaboration

avec les gendarmes. Cette expérimentation

menée dans le Cambrésis et

l’Avesnois est financée à parts égales

par le Départartement du Nord et l’association

HAVRE, à Cambrai.

MARCHIENNES

Avesnes

P. Kanner a admiré l’éclairage pour

le moins original du collège. PH. DL

AVESNOIS

REGARDER DANS

SON ASSIETTE

• Du 15 au 19 octobre,

la semaine locale du

développement durable,

organisée par le

Département et baptisée

« Soyons tous écocitoyens

en Sambre-

Avesnois », sera centrée

sur l’alimentation : histoires

et contes autour

des légumes, atelier cuisine,

visite d’une ferme,

confection d’ustensiles

de cuisine en terre,

cueillette de champignons…

Programme sur lenord.fr


Lambres-lez-Douai

UN EHPAD

DANS LE FUTUR

ÉCOQUARTIER

Didier Manier, président de Partenord

Habitat (à droite), lors de

la pose de la première pierre. PH EW

• Au sein du nouvel écoquartier

Théodore-Monod, on a

posé le 14 avril dernier la première

pierre de l’Établissement

d’hébergement pour personnes

âgées dépendantes qui

s’ouvrira mi 2013 rue de la Paix.

Cet EHPAD comportera 80 lits,

dont 12 pour l’unité Alzheimer

et 13 pour l’unité évolutive

PASA (pôle d’activités et de

soins adaptés). Cette opération

Partenord Habitat représente

un investissement de

9,94 M¤, incluant une subvention

du Département de 2 M¤.

Le gestionnaire de l’EHPAD est

la fondation Caisse d’épargne

pour la solidarité.

OSTRICOURT

PH. PH

ON AMÉNAGE ET

ON PRÉSERVE

• Le bois du Court-

Digeau et le terril Saint-

Éloi, propriétés du

Département, vont

faire l’objet d’aménagements.

En conciliant

accueil du public et préservation

de l’environnement,

ils permettront

notamment de relier les

deux sites grâce à une

boucle de randonnée.

CHEZ VOUS

SAINT-GEORGES-SUR L’AA - BOURBOURG

BALADES À VÉLO LE

LONG DU BARREAU

• Les premiers travaux

d’aménagement d’un

espace de nature, serpentant

le long du Barreau

de Saint-Georges,

viennent de se terminer.

Cet espace qui s’étend

sur 38 ha est composé

d’une piste cyclable

(financée par le Département),

de plantations

de fourrés et de boisements

formant un écran

végétal avec l’aire d’activités

économiques, de

prairies…

ARRONDISSEMENT DE DOUAI

Journaliste responsable du secteur

Antoine Platteel, tél. 03 59 73 84 00

Abscon

Natur’ailes déploie son naturel

à la carrière des Peupliers le 9 septembre

• Natur’ailes, la fête des

Espaces naturels du Nord, aura

lieu le dimanche 9 septembre,

à la carrière des Peupliers à

Abscon. « Le site s’étend sur

40ha. Il s’agit d’une ancienne

carrière où l’on exploitait la

craie dans les années 70,

raconte Damien Santer, responsable

des gardes départementaux

du Cambrésis-Douaisis-Valenciennois.

Cette craie

servait à alimenter les fours à

chaux d’Usinor à Denain.»

Des animations pour tous

À la fin des années 80, la carrière

des Peupliers a été acquise

par le Département puis renaturée

par l’Établissement

public foncier Nord Pas-de-

Calais. Aujourd’hui, elle abrite

des espèces animales et végétales

remarquables (amphibiens,

rhinante, verger avec

d’anciennes variétés régionales

de pommiers, poiriers…). Le

site est en partie géré par pâturage

extensif, mis en place avec

Lors de la précédente édition de Natur'ailes, en 2010, sur le site

des Cinq-Tailles à Thumeries–La Neuville. PH. PHILIPPE HOUZÉ

l’aide d’une bergère et de ses

moutons. À l’occasion de

Natur’ailes, de nombreuses animations

seront proposées : des

visites commentées sur le

thème des insectes, des oiseaux

ou encore de la géologie du

site, des démonstrations de

taille d’arbres fruitiers –la carrière

des Peupliers abrite en

effet un verger avec des pommiers,

poiriers, pruniers et cerisiers–,

des ateliers de fabrica-

tion d’épouvantails et de

nichoirs, une initiation à l’orientation,

des balades à vélo (possibilité

de louer des vélos sur

place), des spectacles (contes,

marionnettes…), etc.

Natur’ailes

De 10 h à 18 h, entrée gratuite.

Renseignements au 03 59 73 58 16.

+ sur Internet

Découvrez la carrière des Peupliers

en vidéo ainsi que le programme de

Natur’ailes sur lenord.fr

Le corridor a pour vocation de permettre

des déplacements doux et de favoriser

le développement de la biodiversité. PH. PH

DOUAI Septembre 2012 21


LE PORTRAIT DU MOIS

Alain Dupuis nage

dans le bonheur

Le Nord compte 3 800 adhérents à la Fédération française de plongée...

dont Alain Dupuis ! PH EMMANUEL WATTEAU

• Avec près de 300 licenciés,

le Plongée-club de Douai est un

des plus gros clubs sportifs de

la région, et le plus important

club de plongée au nord de

Paris. Créé en 1967, il est présidé

par Alain Dupuis depuis

1971 : « Ces quatre décennies,

je ne les ai pas vu passer »,

constate cet ancien moniteur

de sport qui, à 73 ans, reconnaît

consacrer chaque semaine

à son club « plus de temps

qu’un salarié ».

Alain Dupuis est né à Leforest,

où fut construite en 1939

« la première piscine couverte

et chauffée du Pas-de-Calais ».

Le jeune Alain y passe tout

son temps, adhère à la section

natation de l’Amicale des

anciens élèves de Leforest,

puis, une fois installé à Douai,

aux Francs nageurs cheminots

de Douai. « J’ai continué à pratiquer

la natation, mais surtout

comme entraîneur et

comme joueur de water-polo »,

raconte-t-il. À la piscine des

Glacis (ouverte en 1958), Alain

Dupuis côtoie le club de plongée

et son président d’alors,

Claude Soulary, qui lui dit :

« Tu seras mon successeur. »

La prophétie se réalise en 1971.

Depuis lors, Alain Dupuis n’a

cessé de développer le club.

D’abord en proposant aux 8-

12 ans des initiations à la nage

avec palmes, l’apnée, la plongée

en scaphandre, le tir sur

cible, la photo sous-marine...

Portes ouvertes le 4 octobre

La section de nage en monopalme

du Plongée-club est par

ailleurs très compétitive : en

2012, neuf médailles aux derniers

critériums nationaux et

quatre aux championnats de

France seniors. Le club propose

du fit’ palm et, bien sûr,

de la plongée adulte, avec bouteilles

ou en apnée, en piscine

ou en milieu naturel. « En

matière de sécurité, on travaille

beaucoup la prévention

et toutes les plongées se font

à deux au minimum. »

Pour faire connaître ses activités,

le club organise des portes

ouvertes le jeudi 4 octobre, de

19 h 30 à 22 h, à la piscine des

Glacis (rue d’Arleux à Douai).

Rens. 06 12 89 27 81.

www.plongeeclubdouai.fr

CHEZ VOUS ARRONDISSEMENT DE DOUAI

RENDEZ-VOUS

Exposition

• Douai

Du 22 au 30 septembre, de 14 à

19 h, salle d’Anchin, rue Fortier :

l’exposition Tous dans la ronde

(peinture, sculpture, céramique,

verre) réunit artistes

professionnels et artistes en

situation de handicap. Thème

de l’édition 2012 : « Raconte moi

une histoire ». Le vernissage a

lieu le vendredi 21 septembre,

à 19 h.

ENTRÉE GRATUITE.

Rendez-vous

nature

• Auberchicourt

Le vendredi 7 septembre :

balade contée sur le terril Sainte-

Marie, organisée par le Conservatoire

d’espaces naturels.

RENDEZ-VOUS À 20 H, À L’ENTRÉE

DU SITE, FACE AU CENTRE ÉQUESTRE.

Le samedi 15 septembre et

dimanche 16 septembre :

le temps d’un week-end, des

bénévoles soucieux de la protection

de la nature assurent

sur le terril Sainte-Marie des

travaux de gestion, dans une

ambiance conviviale. Nourriture

et hébergement sont pris

en charge.

WEEK-END ORGANISÉ PAR

LES BLONGIOS : HEURE ET LIEU DE

RENDEZ-VOUS INDIQUÉS LORS DE

L’INSCRIPTION AU 03 20 53 98 85.

• Râches

Le dimanche 23 septembre :

accompagné d’un guide géologue

du musée d’Histoire

naturelle de Lille, découvrez la

région il y a 300 millions d’années,

à travers les roches et

les fossiles des terrils de l’Escarpelle

et des Pâturelles.

RENDEZ-VOUS À 10 H, PARKING

AU PIED DU TERRIL, RUE PASTEUR.

• Marchiennes

Le dimanche 9 septembre :

découvrez les oiseaux migrateurs,

dans une zone qui fut

autrefois une partie des viviers

de l’abbaye de Marchiennes.

RENDEZ-VOUS À 9 H,

PLACE GAMBETTA.

• Rieulay

Le mercredi 19 septembre :

découverte des plantes des

terrils de l’Escarpelle et

des Pâturelles.

Le samedi 29 septembre :

découverte de la roselière des

Fiantons, de ses espèces

animales et végétales bien

spécifiques.

RENDEZ-VOUS À 15 H,

À LA MAISON DU TERRIL.

• Flines-lez-Râches

Le dimanche 16 septembre :

accompagné d’un guide du

musée d’Histoire naturelle de

Lille, découvrez la région il y a

300 millions d’années, à travers

les roches et les fossiles du

terril Germignies-Nord.

RENDEZ-VOUS À 10 H,

PARKING AU PIED DU TERRIL,

CHEMIN DE HALAGE DE LA SCARPE.

• Arleux

Le mardi 18 septembre : dans le

marais d’Arleux, découverte de

l’anguille, de ses habitats et de

ses mœurs.

RENDEZ-VOUS À 14 H 30,

CHEMIN DES CARS.

Littérature

• Somain

Les 1 er et 2 décembre 2012,

de 10 à 18 h : 3 e édition du

Salon du Livre.

La ville de Somain prépare cet

événement et invite tous les

auteurs de la région (romans,

livres jeunesse, BD sur le thème

du fantastique) à s’inscrire :

fetesetculture@ville-somain.fr

CENTRE CULTUREL ALBERT-CAMUS

ENTRÉE GRATUITE.

22 Septembre 2012 DOUAI


CHEZ VOUS

Le prolongement du Bassin

de l’Atlantique n’a pas été fait

(pour l’instant) mais le Barreau

de Saint-Georges a permis

de «désengorger» la voie des

huttes.

Boisements, prairies,

zones humides…

Pour compenser l’impact de

la création de cette infrastructure,

le Grand port maritime

de Dunkerque a réalisé, dans

le cadre de son schéma directeur

du patrimoine naturel,

un corridor écopaysager.

« L’objectif est de concilier les

projets d’aménagement et de

développement économique

ARRONDISSEMENT DE DUNKERQUE

Cantons de : Bailleul Nord-Est • Bailleul Sud-Ouest • Bergues

• Bourbourg • Cassel • Coudekerque-Branche •

Dunkerque Est • Dunkerque Ouest • Grande-Synthe •

Gravelines • Hazebrouck Nord • Hazebrouck Sud •

Hondschoote • Merville • Steenvoorde • Wormhout

Saint-Georges-sur-l’Aa - Bourbourg Les travaux d’aménagement de cet espace de

nature, serpentant le long du Barreau de Saint-Georges, viennent de se terminer.

Le Grand port maritime de Dunkerque

a réalisé un corridor écopaysager

Le corridor a pour vocation de permettre des déplacements doux et de favoriser le développement de la biodiversité. PH. PHILIPPE HOUZÉ

•Le Barreau de Saint-Georges

a été créé et mis en service en

2008. Cette voie ferrée longue

de 7,4 km relie la voie des

huttes – qui dessert le port

ouest– et la voie Calais-Dunkerque.

«Au départ, le barreau

de Saint-Georges devait répondre

à une volonté du port de

prolonger le Bassin de l’Atlantique

qui reçoit les plus gros

minéraliers destinés à Arcelor

Mittal, explique Régis Delplanque,

chef du département

des voies ferrées portuaires au

Grand port maritime de Dunkerque.

Mais la voie des huttes

commençait également à être

saturée.»

avec la conservation du patrimoine

naturel sur le long

terme », indique M. Delplanque.

Le nouvel espace de nature

s’étend sur 38 ha entre les communes

de Saint-Georges-surl’Aa

et Bourbourg. Composé

d’une piste cyclable qui permet

des déplacements doux, de

plantations de fourrés et de

boisements formant un écran

végétal avec l’aire d’activités

économiques, de prairies, de

zones humides…, il constitue

un agréable lieu de promenade.

De plus, il représente la

première «branche» du réseau

de connexions écologiques qui

vont mailler le territoire portuaire,

dans une logique de

trame verte et bleue. Les travaux

des premiers aménagements,

auxquels le Département

a participé (financement

au titre de la voirie de l’itinéraire

cyclable), viennent de se

terminer (13,9ha). Trois autres

tranches devraient intervenir

d’ici 2015. La gestion écologique

de cet espace sera assurée

par la Communauté

urbaine de Dunkerque, également

partenaire du projet.

VALÉRIE DASSONVILLE

DUNKERQUE Septembre 2012 19


Hazebrouck

STÉPHANIE BODÈLE

NOUVELLE CONSEILLÈRE

GÉNÉRALE

• Afin de respecter la règle de

non-cumul des mandats, Jean-

Pierre Allossery, élu député le

17 mai dernier dans la 15e Stéphanie Bodèle, nouvelle

conseillère générale du canton

d’Hazebrouck Nord. . PH. PH

circonscription

du Nord, a démissionné

de son siège de conseiller

général du canton

d’Hazebrouck Nord.

Sa remplaçante lors des élections

cantonales de mars 2011,

Stéphanie Bodèle, lui succède

au Conseil général.

Depuis mars 2011, Jean-Pierre

Allossery était également viceprésident

chargé de la Culture.

Son ou sa remplaçante à cette

fonction sera désigné(e) le

10 septembre lors de la séance

plénière du Conseil général.

DANS LES AUTRES ARRONDISSEMENTS

ORCHIES

RETROUVER

SES RACINES

• L’Unité territoriale de

prévention et d’action

sociale du Département

à Orchies et le club Léo-

Lagrange de Somain

ont mis en place Les

Balades du goût,

notamment à l’intention

des allocataires du RSA

pour travailler la mobilité,

découvrir le territoire

et son histoire par

le biais de balades culturelles

et patrimoniales.

STAPLE

Dunkerque

HAZEBROUCK

CAMBRAI

INTERVENTION SOCIALE

À LA GENDARMERIE

• Les sept brigades de gendarmerie du

Cambrésis accueillent une travailleuse

sociale qui intervient pour aider les victimes

et les personnes en détresse.

Elles évalue la nature des problèmes

auxquels sont confrontées les victimes,

effectue un diagnostic pour prévenir

les risques, en collaboration avec

les gendarmes. Cette expérimentation

menée dans le Cambrésis et l’Avesnois

est financée à parts égales par le Départartement

du Nord et l’association

HAVRE, à Cambrai.

STRAZEELE

Abscon

AVESNOIS

REGARDER DANS

SON ASSIETTE

• Du 15 au 19 octobre,

la semaine locale du

développement durable,

organisée par le Département

et baptisée

« Soyons tous écocitoyens

en Sambre-

Avesnois », sera centrée

sur l’alimentation : histoires

et contes autour

des légumes, atelier cuisine,

visite d’une ferme,

confection d’ustensiles

de cuisine en terre, cueillette

de champignons…

Programme sur lenord.fr

20 L Septembre 2012 DUNKERQUE

Lille

Douai

Cambrai

Baisieux

Orchies

Valenciennes

Avesnes

Strazeele

LE PASSAGE À NIVEAU MIS EN SÉCURITÉ

• Le passage à niveau n°34, situé sur la RD 947 dans la commune de Strazeele est désormais sécurisé.

Il faut dire que ce passage à niveau était considéré comme préocuppant, avec trois incidents constatés

en 10 ans, dus notamment à une vitesse excessive des automobilistes.

Courant juin, des travaux ont ainsi été réalisés par la direction de la Voirie départementale. Différents

aménagements (réfection des îlots bordurés et de la chaussée, aménagement d’un passage piéton, déplacement

des arrêts de bus, pose d’un revêtement haute adhérence pour réduire les distances de freinage

et attirer l’attention des conducteurs…) permettent de faire baisser la vitesse des véhicules en

approche du passage à niveau et de contribuer à une meilleure visibilité de celui-ci.

Cette mise en sécurité, financé à hauteur de 125 000 ¤ par le Département, fait partie de la démarche

départementale de sécurisation des passages à niveau prioritaires, inscrite au plan routier 2011-2015.

Fatiha Zaïr joue le rôle de facilitateur

entre les gendarmes et les personnes en

situation de détresse. PH. CHRISTOPHE BONAMIS


Staple

Une rentrée labellisée HQE

pour les élèves staplois

Les écoliers de Staple ont un nouvel établissement de 550 m 2 . PH. PHILIPPE HOUZÉ

• Cette rentrée est un peu différente

des autres pour les

élèves de Staple. Ils font en

effet leurs tout premiers pas

dans le nouveau pôle scolaire

labellisée Haute qualité environnementale.

D’une superficie

de 550 m 2 le nouveau bâtiment

dispose de deux salles de

classes primaires, d’une salle

de classe maternelle, d’une

salle de repos et d’un jardin

pédagogique.

Côté HQE, la gestion de l’éner-

BAISIEUX

DE NOUVEAUX

JARDINS FAMILIAUX

• En juin dernier, Patrick

Kanner était à Baisieux

pour inaugurer, au côté

du maire Francis Delrue,

les jardins familiaux

gérés par l’association

Baisieux jardine.

La mairie a reçu le soutien

financier du Département

(36 960 ¤) pour

la réalisation de ces 30

parcelles de 120 m2 PH. DL

.

gie a été priviligiée avec une

isolation renforcée, une orientation

qui favorise l’apport de

lumière naturelle, un sas d’entrée

pour limiter la déperdition

de chaleur, un chauffage

assuré par une chaudière à

granulés…

Les travaux de construction

de l’école ont été subventionnés

au titre du Fonds départemental

pour l’aménagement

du Nord à hauteur de

240 000 €.

ABSCON

NATUR’AILES DÉPLOIE

SON NATUREL

• Natur’ailes, la fête des

Espaces naturels du

Nord organisée par le

département, aura lieu le

dimanche 9 septembre,

à la carrière des Peupliers

à Abscon. Au programme

: visites commentées,

ateliers de

fabrication d’épouvantails

et de nichoirs, initiation

à l’orientation,

balades à vélo (possibilité

d’en louer sur place),

spectacles, etc.

Programme sur lenord.fr

CHEZ VOUS ARRONDISSEMENT DE DUNKERQUE

Journaliste responsable du secteur

Alexandra Pigny, tél. 03 59 73 83 99

Hazebrouck

Coups d’accélérateur pour

les travaux du nouveau cinéma

• Entamés en avril dernier

avec l'enfouissement d'un

transformateur électrique sous

la Grand’Place, les travaux de

relocalisation du cinéma d’Hazebrouck

prennent ce mois-ci

une nouvelle tournure avec

l’aménagement du bâtiment.

Au 4 Grand’Place s’installeront

ainsi quatre salles de

cinéma (510 places) flambant

neuves. Soit deux fois plus de

salles que l’actuel cinéma Arcen-ciel

situé rue Pihen.

Le bâtiment de 1000 m 2 sera

également composé d’une

confiserie et d’un espace

détente.

Construit dans la volonté de

redynamiser le centre ville,

notamment en lien avec les

restaurants et commerces

alentours, ce projet bénéficie

du soutien du Département à

hauteur de 800 000 €, au titre

du Fonds départemental pour

l’aménagement du Nord, volet

« Grands projets ».

Ouverture prévue au printemps

2013.

Équipé de 510 places, le nouveau cinéma d’Hazebrouck devrait ouvrir

ses portes au printemps 2013. PH.PHILIPPE HOUZÉ

Lors de la précédente édition,

en 2010, sur le site des Cinq-Tailles

à Thumeries–La Neuville. PH. PH

DUNKERQUE Septembre 2012 21


LE PORTRAIT DU MOIS

Un musée de la mine

sur le littoral

Daniel Maudoux pose devant la reconstitution en maquette d’un carreau

de mine dans le musée de la mine Joël-Fontaine. PH. PHILIPPE HOUZÉ

• « J’ai été mineur à la fosse 5

de Sallaumines pendant

12ans, tout comme mon père,

ma grand-mère, mes oncles…

Je suis le dernier mineur de la

famille. Après, les mines ont

fermé petit à petit, obligeant

cadres, porions et ouvriers à se

reconvertir. Dans les années

60, un accord a été passé entre

Usinor et les Houillères. C’était

la grande époque de la sidérurgie,

on a été nombreux à quitter

le bassin minier pour s’installer

autour de Dunkerque.

La plupart travaillait dans la

métallurgie, aux chantiers

navals ou à la SNCF. Moi, je

suis arrivé en 1974.»

L’histoire de Daniel Maudoux,

est celle de centaines de personnes.

Ces anciens mineurs

venus s’installer à l’autre bout

du département ont vite ressenti

le besoin de former une

association pour se retrouver.

« À chaque fois qu’on se réunissait,

certains apportaient

des objets de leur passé. C’est

comme ça qu’est née l’idée du

musée de la mine.»

Aujourd’hui, le musée est ins-

tallé à Grande-Synthe et géré

par l’association des anciens

mineurs de Grande-Synthe,

dont Daniel Maudoux est président.

Aucune visite ne se ressemble

« On a reconstitué un carreau

de mine d’il y a une trentaine

d’années sous forme de

maquette. Tout y est : chevalement,

machine d’extraction,

réseau ferroviaire…»

Le musée est également riche

en photos et objets. Une cuisine

d’autrefois a été aménagée

ainsi que les galeries souterraines.

Les visites, gratuites, sont effectuées

par la dizaine de bénévoles

de l’association, tous

d’anciens mineurs. «Chacun

parle de son vécu, poursuit

Daniel Maudoux, alors la visite

est à chaque fois différente. »

CHEZ VOUS ARRONDISSEMENT DE DUNKERQUE

LAURENCE BLONDEL

Musée de la mine Joël-Fontaine,

centre Langevin,

rue Cortot à Grande-Synthe.

Ouvert le samedi de 14 h à 16 h 30, le

dimanche de 10 h à 12 h et sur rendezvous

pour groupes et scolaires.

Tél. 03 28 61 32 69 ou 06 22 07 72 48.

RENDEZ-VOUS

Nature

• Zuydcoote

Le 12 septembre : le CPIE flandre

maritime vous invite sur le site

de la dune Dewulf à la découverte

des fruits sauvages et le

19 septembre, des plantes

comestibles et médicinales.

Le 15 septembre : le CPIE propose

une réunion d’information

pour présenter le rôle des

guides natures volontaires.

Si vous souhaitez animer des

sorties nature grand public ou

encore participer à des inventaires

naturalistes avec des

chargés d'étude, cette réunion

est faite pour vous !

SUR INSCRIPTION AUPRÈS

DU CPIE FLANDRE MARITIME :

TÉL. 03 28 26 86 76 OU

CONTACT@CPIEFLANDREMARITIME.FR

• Saint-Jans-Cappel

Le 23 septembre : sur le circuit

du mont Noir, les guides nature

des monts de Flandre vous

font partager la beauté des

paysages d’automne.

RENDEZ-VOUS À 14 H 30,

À L'ENTRÉE DU PARC DÉPARTEMENTAL

DU MONT NOIR.

RENS. GUIDES NATURE DES MONTS

DE FLANDRE,

TÉL. 03 28 49 13 57.

Salon

• Bailleul

Les 13 et 14 octobre, de 10 h à

19 h, au complexe Natalis

Dumez : Tradi Flandre, 4 e salon

du terroir et des traditions en

Pays de Flandre. Plus de 80

exposants proposent un

grand marché du terroir, des

animations autour du pain, des

savoir-faire flamands (dentelle,

torchis…), des initiations au tir

à l’arc, à la boule flamande, aux

jeux d’estaminet, des rencontres

avec des écrivains locaux,

la découverte des animaux

flamands…

RENS. PAYS DE FLANDRE

TÉL. 03 28 65 76 79.

WWW.PAYSDEFLANDRE.FR

Personnes âgées

• Killem

Le 25 septembre de 14 h 30 à

16 h 30, à la salle polyvalente :

dans le cadre de ses Mardis

du CLIC, le CLIC des moulins de

Flandre propose une conférence

sur le thème « En vieillissant,

coment prendre soin de

sa santé ? », animée par

le Dr El Azouzi, gériatre, praticien

hospitalier à Dunkerque.

CLIC DES MOULINS DE FLANDRE

TÉL. 03 28 62 83 68.

WWW.APAPAD.FR

• Socx

Le 9 octobre de 14 h 30 à

16 h 30, à la salle polyvalente :

dans le cadre de l’opération

nationale Octobre rose, le CLIC

des moulins de Flandre propose

une réunion de sensibilisation

au dépistage du cancer du sein,

avec le comité féminin Nord

Pas-de-Calais pour la prévention

et le dépistage du cancer.

CLIC DES MOULINS DE FLANDRE

TÉL. 03 28 62 83 68.

WWW.APAPAD.FR

Culture

• Hazebrouck

Du 12 au 16 septembre : Hazebrouck

ville ouverte. Le spectacle

de rue est mis à l’honneur

dans toute sa diversité (spectacle

musical, cirque, acrobatie,

danse, fanfare…).

Le dimanche, de 8 h à 20 h, les

chineurs trouveront également

leur bonheur avec la foire à la

brocante, en plein centre ville.

Et tout le week-end : des expositions,

le village des associations,

les ateliers du Centre

socio-éducatif…

OFFICE DE TOURISME

DU PAYS D’HAZEBROUCK.

TÉL. 03 28 43 44 37.

WWW.CSEHAZEBROUCK.FR

22 Septembre 2012 DUNKERQUE


• Situé aux portes de la Métropole,

à Ostricourt, le bois du

Court-Digeau s’étend sur 52

hectares acquis par le Département

en 1999, au titre des

Espaces naturels sensibles. Le

bois fait partie d’un complexe

forestier plus large, qui inclut

le bois de l’Offlarde et la forêt

domaniale de Phalempin. Son

intérêt écologique est incontestable.

« C’est un bois ancien,

explique Christophe Hildebrand,

ingénieur écologue au

Département, qui comprend

notamment des chênes âgés et

beaucoup de matière morte, ce

qui favorise la diversification

des écosystèmes et constitue

des zones de nidification

importantes pour certains

oiseaux (pics, mésanges…).

Concernant la flore, on trouve

ici des espèces protégées

comme le maïanthème à deux

feuilles, l’hottonie des marais

ou l’œnanthe aquatique… »

Le site présente également un

intérêt pour ses zones marécageuses.

Réserve boisée

et sentier de randonnée

Dans un premier temps, un

plan de gestion sur 15 ans a été

élaboré en partenariat avec

l’Office national des forêts

(ONF). « On a décidé de créer

une réserve boisée sans intervention

lourde, poursuit Chris-

CHEZ VOUS

tophe Hildebrand. L’objectif,

c’est une protection intégrale

du site qui permet d’étudier le

processus d’évolution naturelle

des milieux forestiers.»

Mais parallèlement, «nous

devons ouvrir le maximum

de sites pour en faire profiter

les Nordistes, tout en veillant

à préserver la biodiversité »,

explique Jean Schepman, viceprésident

chargé du Développement

durable, de l’Environnement

et de la Politique de

l’Eau. À partir de septembre,

des travaux d’aménagement

seront donc réalisés. Ils permettront

notamment de relier

le bois du Court-Digeau au terril

Saint-Éloi (également pro-

ARRONDISSEMENT DE LILLE

Cantons de Armentières • La Bassée • Cysoing • Haubourdin

• Lannoy • Lille Centre • Lille Est • Lille Nord • Lille Nord-Est •

Lille Ouest • Lille Sud • Lille Sud-Est • Lille Sud-Ouest • Lomme

• Marcq-en-Barœul • Pont-à-Marcq • Quesnoy-sur-Deûle •

Roubaix Centre • Roubaix Est • Roubaix Nord • Roubaix

Ouest • Seclin Nord • Seclin Sud • Tourcoing Nord • Tourcoing

Nord-Est • Tourcoing Sud • Villeneuve d’Ascq Nord

• Villeneuve d’Ascq Sud

Ostricourt Le bois du Court-Digeau et le terril Saint-Éloi, propriétés du Département, vont faire

l’objet d’aménagements qui concilient accueil du public et préservation du site.

Au bois du Court-Digeau,

on aménage et on préserve

Des travaux d’aménagement permettront bientôt de relier le bois du Court-Digeau au terril de Saint-Éloi.

PH. PHILIPPE HOUZÉ

priété départementale) grâce

à une boucle de randonnée,

qui passe par la forêt domaniale

et suit un cheminement

piétonnier. Passerelles, pontons

et platelages (cheminements

en bois servant à traverser

les zones humides) seront

agencés. Parallèlement, le

potentiel écologique des plans

d’eau et des berges sera développé.

Un travail sur les lisières

forestières sera également

entrepris afin de diversifier

les habitats naturels et de développer

la diversité écologique.

Des zones clôturées permettront

le pâturage d’animaux.

Quant aux travaux prévus sur

le terril Saint-Éloi, ils permet-

tront à certaines espèces de

plantes et d’animaux typiques

des milieux chauds et secs de

se développer.

L’ouverture au public, qui

pourra stationner sur de petits

parkings prévus à cet effet, est

prévue pour le printemps

2013.

LAURENCE BLONDEL

LE DÉPARTEMENT INVESTIT POUR

LES ESPACES NATURELS SENSIBLES

Le Département finance les aménagements

du site du bois du Court-

Digeau, qui s’élèvent à 510 000

euros. Il a également sollicité

l’appui de fonds européens.

LILLE Septembre 2012 19


Baisieux

LES JARDINS FAMILIAUX

INAUGURÉS

Patrick Kanner et le maire Francis

Delrue, lors de l’inauguration en

juin dernier. PH. DL

• À Baisieux, les potagers arrivent

en ville. La mairie (avec le

soutien du Conseil général à

hauteur de 36 960 euros) a

créé 30 parcelles de 120 m 2 .

À terme, elles seront 46.

Ce projet, qui fait suite à une

demande des habitants est

géré par l’association Baisieux

jardine. L’une des parcelles est

réservée à un jardin solidaire,

un projet pour accompagner

des personnes autistes. Ramener

la nature en ville se fait ici

selon la norme HQE avec par

exemple l’eau de pluie récupérée

pour l’arrosage. Ces jardins

sont aussi une voie verte dans

la ville : piétons et vélos pourront

les traverser pour une

balade entre fruits et légumes.

Mairie de Baisieux : 03 20 19 63 63.

DANS LES AUTRES ARRONDISSEMENTS

ORCHIES

RETROUVER SES

RACINES

• L’Unité territoriale de

prévention et d’action

sociale du Département

à Orchies et le club Léo-

Lagrange de Somain

ont mis en place Les

Balades du goût,

notamment à l’intention

des allocataires du RSA

pour travailler la mobilité,

découvrir le territoire

et son histoire par

le biais de balades culturelles

et patrimoniales.

Bourbourg

CAMBRAI

Dunkerque

Orchies

Abscon

BOURBOURG

BALADES À VÉLO LE

LONG DU BARREAU

• Les premiers travaux

d’aménagement d’un

espace de nature, serpentant

le long du Barreau

de Saint-Georges,

viennent de se terminer.

Cet espace qui s’étend

sur 38 ha est composé

d’une piste cyclable

(financée par le Département),

de plantations de

fourrés et de boisements

formant un écran

végétal avec l’aire d’activités

économiques, de

prairies, de zones

humides…

20 Septembre 2012 LILLE

Lille

Douai

Valenciennes

Cambrai

Métropole

ART ET SPECTACLE EN TOURNÉE

• Peintre, sculptrice, auteur, Käthe Kollwitz est une figure majeure de l’art allemand.

Son œuvre est hantée par la perte de son fils lors de la première guerre mondiale.

Elle consacrera une partie de sa vie à dénoncer l’absurdité de ce conflit. Certains

des textes issus de son journal sont mis en scène lors d’une lecture spectacle. Deux

représentations auront lieu dans la métropole : le 15 septembre à 19 h, au musée

de la Résistance de Bondues (1) et le 4 octobre, à 18 h 30 à la Maison natale Charlesde-Gaulle

(2) à Lille. Une 3 e représentation se déroulera à Ypres le 25 octobre, à 20 h (3) .

Une exposition a lieu en marge de la représentation (15 et 16 septembre à Bondues

et du 8 septembre au 7 octobre à Lille).

(1) Réservations au 03 20 28 88 32 (2) Réservations au 03 28 38 12 05

(3) avec In Flanders fields museum, représentation au théâtre de la ville - Vandenpeere - Boomplein-

B-8900 Ypres - Tél. 00 32 57 239 450 ou réserv. internet kenniscentrum@ieper.be

INTERVENTION SOCIALE

À LA GENDARMERIE

• Les sept brigades de gendarmerie du

Cambrésis accueillent une travailleuse

sociale qui intervient pour aider les victimes

et les personnes en détresse. Elles

évalue la nature des problèmes auxquels

sont confrontées les victimes,

effectue un diagnostic pour prévenir

les risques, en collaboration avec les

gendarmes. Cette expérimentation

menée dans le Cambrésis et l’Avesnois

est financée à parts égales par le Départartement

du Nord et l’association

HAVRE, à Cambrai.

VILLENEUVE D’ASCQ

BAISIEUX

TEMPLEUVE

Fatiha Zaïr joue le rôle de facilitateur

entre les gendarmes et les personnes

en situation de détresse. PH. C. BONAMIS

Avesnes

Käthe Kollwitz,

Autoportrait,

en face, rigolant,

vers 1888-1889,

Musée Käthe-

Kollwitz, Berlin.

PH. © ADAGP, PARIS 2012.


Villeneuve d’Ascq

Adieu Léon-Blum,

bonjour… Léon-Blum

• Bâti dans les années 70, le collège

du quartier Pont-de-Bois à

Villeneuve d’Ascq est devenu

obsolète et inadapté.

Le Conseil général a décidé

d’en construire un totalement

nouveau, un investissement

de 24millions d’euros. Ce futur

établissement pourra accueillir

près de 700 élèves. Pour

Patrick Kanner, président du

Conseil général, « cette microsociété

mérite un cadre de vie

et des moyens optimum ».

Comme tous les nouveaux collèges

construits dans le Département,

il respectera la

L’entrée du futur collège Léon-Blum

à Villeneuve d’Ascq. PH. MARIE-PASCALE BOUCHEZ

AVESNOIS

PH. CB

REGARDER DANS

SON ASSIETTE

• Du 15 au 19 octobre, la

semaine locale du développement

durable,

organisée par le Département

et baptisée

« Soyons tous écocitoyens

en Sambre-Avesnois

», sera centrée sur

l’alimentation : contes,

ateliers, expositions…

Programme sur lenord.fr

démarche HQE. Pour plus de

luminosité à l’intérieur, les

salles de cours seront organisées

autour d’un vaste atrium.

À l’extérieur, de nombreux

espaces verts, dans la cour

mais aussi sur le toit.

L’eau de pluie sera récupérée

pour les sanitaires. Quant à

l’eau utilisée dans le restaurant,

elle sera chauffée grâce à

des capteurs solaires.

L’établissement sera numérique,

avec notamment des

tableaux interactifs. Les collégiens

pourront les découvrir à

la rentrée 2013.

ABSCON

NATUR’AILES DÉPLOIE

SON NATUREL

• Natur’ailes, la fête des

Espaces naturels du

Nord organisée par le

département, aura lieu le

dimanche 9 septembre, à

la carrière des Peupliers

à Abscon. Au

programme : visites commentées,

ateliers de

fabrication d’épouvantails

et de nichoirs, initiation

à l’orientation,

balades à vélo (possibilité

d’en louer sur place),

spectacles, etc.

Programme sur lenord.fr

ARRONDISSEMENT DE LILLE

CHEZ VOUS Journaliste responsable du secteur

Laurence Blondel, tél. 03 59 73 84 02

Templeuve

Un théâtre de poche voit le jour

L’ancien centre d’incendie et de secours a été transformé en théâtre de

120 places. PH. PHILIPPE HOUZÉ

• Un équipement culturel de

proximité dédié au spectacle

vivant : c’est ainsi que l’on

peut qualifier le « Petit théâtre

de Templeuve» qui met sur

pied sa première saison en

septembre.

Cette ancienne caserne de

pompiers était vouée à la

démolition. La municipalité

et la compagnie La Belle Histoire

ont décidé de se lancer

dans une toute autre aventure

et le local a été aménagé en

conséquence : création de

loges, installation de gradins,

insonorisation du bâtiment…

des travaux auxquels le Département

a apporté son soutien

financier. Géré par l’association

Au petit théâtre de Templeuve,

dont Stéphane Van de

Rosieren est le directeur artistique,

le lieu propose dès sa

quinzaine inaugurale en septembre

des spectacles grand

public de qualité et des temps

forts comme les comédies du

vendredi ou les dimanches en

famille.

LAURENCE BLONDEL

www.aupetittheatre.fr

Lors de la précédente édition,

en 2010, sur le site des Cinq-Tailles

à Thumeries–La Neuville. PH. PH

LILLE Septembre 2012 21


LE PORTRAIT DU MOIS

L’agriculture, c’est

aussi produire du lien

Depuis 2000, Ingrid et Bertrand organisent chaque année la Fête de

la citrouille et de la coloquinte sur l’exploitation familiale. PH. PHILIPPE HOUZÉ

• Quand Ingrid et Bertrand

Coustenoble ont repris la

ferme familiale, ils avaient une

idée en tête : faire vivre le lieu

autrement. La bonne idée, elle

est venue d’un heureux

hasard. Marie-Bernadette, la

mère de Bertrand, avait commencé

à planter quelques coloquintes.

Mais en 2000, surproduction.

Plutôt que jeter, les

Coustenoble ont décidé de

mettre la plante à l’honneur.

« Avec quelques amis producteurs,

on a monté une fête. Il

a plu tout le week-end, on s’en

est sortis avec des tentes de

l’armée prêtées par la mairie.

On s’est bien amusés, on a

décidé de continuer.» Les 29

et 30 septembre, ce sera la douzième

édition.

« On s’est pris au jeu. Nous ne

sommes pas des spécialistes

mais de vrais passionnés. »

L’objectif est désormais de proposer

différentes variétés

(51sortes de courges sont plantées

cette année) et bien sûr

différentes recettes. «On les a

toutes testées, on ne propose

que ce qui est bon. »

Dans cette ferme, l’agriculture

est raisonnée et on recherche

le contact direct avec le

consommateur. Même chose

pour l’autre produit phare : la

bière de Bertrand. «À la base,

je suis brasseur amateur.

Aujourd’hui, je fabrique 13500

litres par an, avec mon orge. La

bière de la Ferme des Mottes

est vendue uniquement chez

moi et dans d’autres fermes.»

Faire vivre l’agriculture en

milieu péri-urbain et conserver

une vie de famille («amener

les filles à l’école à vélo tous les

matins, c’est la vie») est un

travail de tous les jours. Alors

l’aide de bénévoles est la bienvenue

pour l’organisation de

la fête. Ce sont les membres de

l’association L’imaginaire de

Marie-Groëtte (du nom d’une

figure légendaire des Weppes

qui vivrait dans les fossés) qui

viennent apporter leurs bras et

leurs envies pour vous accueillir.

JULIEN LAURENT

Fête de la citrouille et

de la coloquinte, 29 et 30 septembre

Ferme des Mottes

330, rue de la Ferme-des-Mottes

59274 Marquillies

www.fermedesmottes.fr

CHEZ VOUS ARRONDISSEMENT DE LILLE

RENDEZ-VOUS

Personnes âgées

• La Madeleine, Lambersart,

Lompret, Marquette-lez-Lille,

Pérenchies, Quesnoy-sur-

Deûle, Saint-André-lez-Lille,

Verlinghem, Wambrechies

Le CLIC Métropole Nord Ouest

propose de septembre

à décembre 3 cycles de

formation :

- un cycle sur la relation d’aide

destiné aux aidants proches

qui consacrent du temps à une

personne âgée en perte

d’autonomie afin qu’ils puissent

s’informer et échanger sur

leurs pratiques et leurs

préoccupations.

- Un programme sur l’entrée

dans la retraite, « Préparer

et vivre sa retraite » pour les

retraités ou futurs retraités

qui s’interrogent sur cette

nouvelle étape de leur vie.

- Une sensibilisation à la bonne

gestion de son budget destinée

aux retraités ou aux futurs

retraités.

PARTICIPATION GRATUITE.

INSCRIPTION OBLIGATOIRE.

RENS. CLIC MÉTROPOLE NORD OUEST,

BP 70013 - 59871 SAINT-ANDRÉ

CEDEX, TÉL. 03 20 51 60 83.

COURRIEL : CLICMNO@GMAIL.COM

WWW.CLICMETROPOLENORDOUEST.FR

Parrainage

• Lille

L’antenne Parrainage Nord

du Centre français de protection

de l’enfance recherche

des parrains et marraines de

proximité bénévoles.

Leur rôle : accueillir régulièrement

un filleul, enfant ou adolescent

en difficulté. À ce jour,

181 enfants sont parrainés

mais de nombreuses

demandes ne peuvent être

satisfaites.

CENTRE FRANÇAIS DE PROTECTION

DE L’ENFANCE - ANTENNE PARRAINAGE

NORD, 17, RUE COLBRANT À LILLE

TÉL. 03 20 74 89 37.

NORD.PF@CFPE.ASSO.FR

WWW.CFPE.ASSO.FR

Pour

les personnes

sourdes

• Lille

La ville de Lille a mis en place un

service gratuit destiné aux personnes

atteintes de surdité :

un système de visiointerprétation

à distance.

Deux sites sont équipés :

> Hôtel de ville,

2, place Augustin-Laurent

La visio-interprétation permet

d’accomplir plus facilement les

démarches administratives et

d’obtenir des renseignements

relatifs à l’état civil, l’inscription

sur les listes électorales, la délivrance

de carte d’identité…

WEBSOURD EST DISPONIBLE DU

LUNDI AU VENDREDI DE 9 H À 12 H

ET DE 14 H À 17 H. POUR LES

CONNEXIONS SUPÉRIEURES À UN

QUART D’HEURE, PRENDRE RENDEZ-

VOUS PAR FAX AU 03 20 49 55 28 OU

PAR MÉL : HANDICAP@MAIRIE-LILLE.FR

> Maison de la médiation

et du citoyen

Websourd facilite le lien avec la

CAF, la CPAM, la Maison départementale

des personnes handicapées,

les médecins, pharmaciens,

établissements

scolaires…

CONNEXION LUNDI ET MERCREDI

DE 12 H À 16 H 30, MARDI DE 13 H

À 18 H, VENDREDI DE 13 H À 16 H 30.

FAX : 03 20 49 55 83.

MÉL : MEDIATION@MAIRIE-LILLE.FR

Événement

• Marcq-en-Barœul

Fête « Des livres et vous »

le 29 septembre dans tous les

quartiers : ateliers, animations,

troc de livres…

RENS. 03 20 45 46 37

WWW.MARCQ-EN-BAROEUL.ORG

22 Septembre 2012 LILLE


• « Le contournement nord

de Valenciennes va permettre

d’améliorer la circulation, de

désenclaver des quartiers et

même des villes et de favoriser

le développement économique

du territoire», a expliqué

Jacques Marissiaux,

vice-président du Conseil

général et maire de Bruay-surl’Escaut,

lors des réunions

publiques de présentation du

projet qui ont eu lieu au début

de l’été.

Le nouvel aménagement

consiste en la création d’une

voie, en déviation de la RD375

entre Raismes et Saint-Saulve.

Longue de 5 km, cette voie

CHEZ VOUS

traversera les communes de

Beuvrages et Bruay-sur-l’Escaut

et reliera la RD 75 (rocade

est de Valenciennes) à l’autoroute

A 23 via la RD 169 à

Raismes.

« Le contournement nord de

Valenciennes, ça fait 20 ans,

peut-être même plus, qu’on

en parle, a jouté M. Marissiaux.

C’est un sujet difficile car ça

coûte très cher: il y a sur le

tracé des ouvrages d’art et passages

en sous-terrain.»

Un projet en deux temps

D’un montant estimé à

125millions d’euros, le projet

va se dérouler en deux temps:

ARRONDISSEMENT DE VALENCIENNES

Cantons de : Anzin • Bouchain • Condé-sur-l’Escaut • Denain •

Saint-Amand Rive Droite • Saint-Amand Rive Gauche •

Valenciennes Est • Valenciennes Nord • Valenciennes Sud

Valenciennois Les travaux d’aménagement de cette nouvelle voie, longue de 5 km, devraient

démarrer en 2014 et se terminer en 2017. Coût de l’opération : 125 millions d’euros.

Le contournement nord de Valenciennes

sur de bons rails

Le contournement nord de Valenciennes reliera Raismes à Saint-Saulve, via Beuvrages et Bruay-sur-l’Escaut. PH. DR

une première phase –pour un

montant de 65 millions d’euros–

correspondant à la réalisation

d’une première section

(partie ouest, de Saint-Saulve

à la zone Poléco à Bruay), et

une seconde phase –60 millions

d’euros – de la zone

Poléco à la RD 169. Les travaux

devraient démarrer en

2014 pour s’achever en 2017.

Le Département, avec cette

opération, entend poursuivre

plusieurs objectifs : structurer

le réseau routier départemental

dans la partie nord et

ouest du Valenciennois,

accompagner l’évolution du

territoire, notamment dans

son développement économique,

permettre le développement

des modes de transport

doux (le déplacement des

piétons et deux-roues seront

pris en compte), améliorer le

cadre de vie des habitants.

Le projet prendra également

en compte les aspects environnementaux

(présence d’espaces

boisés, zones humides,

espèces protégées…) et sera

réalisé en application de la

démarche «Route durable».

L’enquête d’utilité publique

sera réalisée cet automne.

VALÉRIE DASSONVILLE

VALENCIENNES Septembre 2012 19


Pays de Condé

MINE D’ART EN SENTIER :

LES ŒUVRES

TOUJOURS VISIBLES

L’œuvre « Mines de couleur » de

Margrit Neuendorf et Olivier Huet,

visible à l’entrée de Vieux-Condé.

PH. PHILIPPE HOUZÉ

• Vous avez été très nombreux

à parcourir, cet été, le circuit

nature Mine d’art en sentier et à

prendre part aux animations

proposées. À travers quatre

communes (Fresnes-sur-Escaut,

Vieux-Condé, Hergnies et Condésur-l’Escaut)

et sur un tracé de

8 km (composé de 2 boucles de

4 km), 11 artistes internationaux

ont réalisé des œuvres faisant

écho au territoire et à son

histoire. Une expérience qui a

permis d’associer les habitants,

acteurs culturels, sociaux, éducatifs

et touristiques et pourrait

être reproduite dans d’autres

secteurs du Bassin minier.

www.pnr-scarpe-escaut.fr

DANS LES AUTRES ARRONDISSEMENTS

ORCHIES

RETROUVER SES

RACINES

• L’Unité territoriale de

prévention et d’action

sociale du Département

à Orchies et le club Léo-

Lagrange de Somain

ont mis en place Les

Balades du goût,

notamment à l’intention

des allocataires du RSA

pour travailler la mobilité,

découvrir le territoire

et son histoire par

le biais de balades culturelles

et patrimoniales.

Dunkerque

Orchies

Bourbourg

ROUVIGNIES

CAMBRAI

INTERVENTION SOCIALE

À LA GENDARMERIE

•Les sept brigades de gendarmerie du

Cambrésis accueillent une travailleuse

sociale qui intervient pour aider les

victimes et les personnes en détresse.

Elles évalue la nature des problèmes

auxquels sont confrontées les victimes,

effectue un diagnostic pour prévenir

les risques, en collaboration avec

les gendarmes. Cette expérimentation

menée dans le Cambrésis et l’Avesnois

est financée à parts égales par le Départartement

du Nord et l’association

HAVRE, à Cambrai.

Fatiha Zaïr joue le rôle de facilitateur entre

les gendarmes et les personnes en situation

de détresse. PH. CHRISTOPHE BONAMIS

AVESNOIS

20 Septembre 2012 VALENCIENNES

Lille

Douai

Cambrai

Valenciennes

Valenciennes

LE CENTRE MULTI-ACCUEIL « COMPTINES » AGRANDI

• Le centre « Comptines » a fait l’objet d’importants travaux de rénovation

et d’extension. Sa surface est passée de 96 à 223 m 2 et sa capacité

d’accueil a été portée de 15 à 20 enfants (plus deux places d’urgence).

Les cinq nouvelles places ont vocation à accueillir les enfants

de familles qui ont des besoins fluctuants (personnes en recherche

d’emploi, formation, intérim…). Dans le cadre de sa politique en faveur

de la petite enfance, le Département a participé aux travaux d’extension

du centre « Comptines ».

Centre multi-accueil « Comptines »

3, rue Claudin-Lejeune à Valenciennes - Tél. 03 27 22 43 93.

Baisieux

RAISMES

Avesnes

Lors de l’inauguration, en juin

dernier, en présence de Fabien

Thiémé. PH. PAULINE MANET

REGARDER DANS

SON ASSIETTE

• Du 15 au 19 octobre, la

semaine locale du développement

durable,

organisée par le Département

et baptisée

« Soyons tous écocitoyens

en Sambre-Avesnois

», sera centrée sur

l’alimentation : histoires

et contes autour des

légumes, atelier cuisine,

visite d’une ferme,

confection d’ustensiles

de cuisine en terre, cueillette

de champignons…

Programme sur lenord.fr


Rouvignies

RD 70 : LA CHAUSSÉE

DU PONT RÉPARÉE

La chaussée a été réparée de part

et d’autre du pont de Rouvignies.

PH. EMMANUEL WATTEAU

• Les services de la voirie du

Département ont réalisé cet été

des travaux de réparation de

la chaussée de part et d’autre

du pont de Rouvignies, sur

la RD 70. Celle-ci présentait en

effet une fissuration et un affaissement

de chaque côté du pont.

Les travaux ont consisté en

la pose de joints de dilatation

sur la chaussée et les trottoirs

et la réfection des trottoirs

en bouts d’ouvrage. Ils vont

garantir davantage de sécurité

et de confort aux automibilistes

qui franchissent le pont.

Montant de l’opération :

106 700 euros.

BAISIEUX

PH. DL

DE NOUVEAUX

JARDINS FAMILIAUX

• En juin dernier, Patrick

Kanner était à Baisieux

pour inaugurer, au côté

du maire Francis Delrue,

les jardins familiaux

gérés par l’association

Baisieux jardine.

La mairie a reçu le soutien

financier du Département

(36 960 ¤) pour

la réalisation de ces 30

parcelles de 120 m 2 .

CHEZ VOUS ARRONDISSEMENT DE VALENCIENNES

• Natur’ailes, la fête des

Espaces naturels du Nord, aura

lieu le dimanche 9 septembre,

à la carrière des Peupliers à

Abscon. « Le site s’étend sur

40ha. Il s’agit d’une ancienne

carrière où l’on exploitait la

craie dans les années 70,

raconte Damien Santer, responsable

des gardes départementaux

du Cambrésis-Douaisis-Valenciennois.

Cette craie

servait à alimenter les fours à

chaux d’Usinor à Denain.»

Des animations pour tous

À la fin des années 80, la carrière

des Peupliers a été acquise

par le Département puis renaturée

par l’Établissement

public foncier Nord Pas-de-

Calais. Aujourd’hui, elle abrite

des espèces animales et végétales

remarquables (amphibiens,

rhinante, verger avec

d’anciennes variétés régionales

de pommiers, poiriers…). Le

site est en partie géré par pâturage

extensif, mis en place avec

l’aide d’une bergère et de ses

Journaliste responsable du secteur

Valérie Dassonville, tél. 03 59 73 84 03

Abscon

Natur’ailes déploie son naturel

à la carrière des Peupliers le 9 septembre

moutons. À l’occasion de

Natur’ailes, de nombreuses animations

seront proposées : des

visites commentées sur le

thème des insectes, des oiseaux

ou encore de la géologie du

site, des démonstrations de

taille d’arbres fruitiers –la carrière

des Peupliers abrite en

effet un verger avec des pommiers,

poiriers, pruniers et cerisiers–,

des ateliers de fabrication

d’épouvantails et de

SAINT-GEORGES-SUR L’AA - BOURBOURG

BALADES À VÉLO LE

LONG DU BARREAU

• Les premiers travaux

d’aménagement d’un

espace de nature, serpentant

le long du Barreau

de Saint-Georges,

viennent de se terminer.

Cet espace qui s’étend

sur 38 ha est composé

d’une piste cyclable

(financée par le Département),

de plantations

de fourrés et de boisements

formant un

écran végétal avec

l’aire d’activités économiques,

de prairies…

Lors de la précédente édition de Natur'ailes, en 2010, sur le site

des Cinq-Tailles à Thumeries–La Neuville.PH. PHILIPPE HOUZÉ

nichoirs, une initiation à l’orientation,

des balades à vélo (possibilité

de louer des vélos sur

place), des spectacles (contes,

marionnettes…), etc.

Natur’ailes

De 10 h à 18 h, entrée gratuite.

Renseignements au 03 59 73 58 16.

+ sur Internet

Découvrez la carrière des Peupliers

en vidéo ainsi que le programme de

Natur’ailes sur www.cg59.fr

Le corridor a pour vocation de permettre

des déplacements doux et de favoriser

le développement de la biodiversité. PH. PH

VALENCIENNES Septembre 2012 21


LE PORTRAIT DU MOIS

La WiWi Family sur

le devant de la scène

Jeoffrey et Lucas Willaey, accompagnés de leur père Michel, forment

le groupe La WiWi Family . PH. EMMANUEL WATTEAU

• La WiWi Family est un

jeune groupe pop rock du

Valenciennois. Lucas et Jeoffrey

Willaey, 12 et 13 ans, sont

guitaristes, batteurs et chanteurs.

Ils sont accompagnés à

la basse par leur père Michel,

musicien autodidacte et ancien

choriste en studio. « Au départ,

on jouait comme ça, à la maison,

racontent-ils. Un jour, on

s’est lancé le défi de faire une

vraie scène, dans un bar à

Valenciennes, et on y a pris

goût.» C’était il y a deux ans.

Depuis, le trio a gagné en technique

–Lucas et Jeoffrey sont

par ailleurs élèves au conservatoire

de Valenciennes. Il se

produit désormais dans tout le

Nord Pas-de-Calais, une à deux

fois par mois, dans des festivals

(Prisches, Bousies, Esquelbecq…)

ou des centres culturels

(comme l’Escapade à Hénin-

Beaumont).

Une aventure familiale

Leur répertoire? Des compositions

personnelles qu’ils

construisent à trois et des

reprises de grands standards:

les Stocks, AC/DC, Téléphone

ou encore les Beatles… «Les

CHEZ VOUS ARRONDISSEMENT DE VALENCIENNES

gens aiment bien entendre des

standards», explique Michel

Willaey qui partage avec ses

fils sa passion pour la musique

et plus particulièrement pour

les groupes des années 70 et

80. « La génération actuelle

écoute la même musique que

ses parents, ce qui n’était pas

le cas de la génération

d’avant.»

Lucas et Jeoffrey alternent

aujourd’hui musique classique

(de par leur formation) et pop

rock. « Ce sont deux univers

différents», disent-ils avant de

préciser : «La technique du

classique permet d’enrichir le

jeu et donc de donner quelque

chose d’intéressant dans le

rock.» Les projets du groupe?

Évoluer en intégrant un troisième

« jeune ». Michel, le

papa, se verrait alors bien

abandonner la basse pour

gérer le son et manager le

groupe, mais la WiWi Family

entend bien rester une aventure

familiale.

VALÉRIE DASSONVILLE

La WiWi Family

Tél. 06 32 86 42 42.

http://my.zikinf.com/lawiwifamily

ptitmiche@hotmail.com

RENDEZ-VOUS

Jeunesse

• Marly

Vous avez entre 11 et 25 ans,

vous avez un projet, vous avez

besoin d’un coup de pouce

pour le réaliser ? Venez le

défendre le 17 novembre

prochain au Forum des initiatives

jeunesse du Valenciennois.

Vous remporterez

peut-être une bourse pour

financer votre projet !

DATE LIMITE DE DÉPÔT DES DOSSIERS

DE CANDIDATURE : 17 OCTOBRE 2012.

À TÉLÉCHARGER SUR LE SITE

JEUNESENNORD.CG59.FR

Philatélie

• Denain

Le club philatélique organise,

le dimanche 23 septembre de

10 h à 17 h, la 25 e rencontre

des collectionneurs. Sur 180 m

de table, négociants amateurs

et professionnels proposeront

timbres-poste, lettres de

toutes périodes, cartes

postales, monnaies, muselets

de champagne, fèves…

À LA SALLE DES FÊTES MUNICIPALE.

ENTRÉE GRATUITE.

Film

• Anzin

À l’occasion de la journée

mondiale sur la maladie

d’Alzheimer, les Centres locaux

d’information et de coordination

Est et Ouest du Valenciennois

proposent la projection du

film Se souvenir des belles

choses, le 21 septembre à 15 h

à la médiathèque. La projection

sera suivie d’une table ronde

avec des professionnels qui

accompagnent les malades

et les aidants.

CLIC DU VALENCIENNOIS

TÉL. 03 27 27 59 52.

Conférence

• Maing et Fresnes-sur-Escaut

Les CLIC Est et Ouest

du Valenciennois organisent,

les 14 et 18 septembre à 14 h,

avec le groupe Humanis

une conférence sur les services

à la personne. L’occasion d’en

expliquer le fonctionnement,

les démarches administratives,

les obligations, les contraintes…

LE 14 SEPTEMBRE À MAING

(SALLE DES FÊTES) ET

LE 18 SEPTEMBRE À FRESNES-SUR-

ESCAUT (SALLE BARBUSSE).

CLIC DU VALENCIENNOIS

TÉL. 03 27 27 59 52.

Sorties nature

• Hergnies - Site d’Amaury

Dimanche 16 septembre

« En tandem entre terres et

eau »

De l’étang d’Amaury aux

étangs du Val de Vergne, cette

promenade vous emmène à la

découverte des paysages et

des sites permettant le repos

des migrateurs.

Tandems fournis.

Dimanche 7 octobre

« Fleurs, fruits et graines »

Balade familiale guidée

pour découvrir les arbres et

arbustes qui fournissent les

fruits et graines indispensables

aux nombreux animaux

pour passer les périodes de

l’hiver et de la migration.

INFORMATION DU LUNDI

AU VENDREDI AU 03 27 25 28 85

OU CENTRE-AMAURY@PNR-SCARPE-

ESCAUT.FR

RV À 9 H 30 AU CENTRE D'AMAURY.

Expo

• Trith-Saint-Léger

La médiathèque Gustave-

Ansart accueille durant tout

le mois de septembre

une exposition sur « La vie des

ouvriers du textile en 1900 ».

RENSEIGNEMENTS :

SERVICE MUNICIPAL DE LA CULTURE,

TÉL. 03 27 24 69 20 ET SUR

WWW.TRITH.FR

22 Septembre 2012 VALENCIENNES


ILS FONT LE NORD

À LA RENCONTRE DES AGENTS DU DÉPARTEMENT

Victor Burette (debout au centre) lors de l’Atelier citoyen départemental à Marly, en février dernier : « Le but est aussi de développer l’engagement

citoyen. » PH. PHILIPPE HOUZÉ

Leur mission : faire rebondir vos idées

1 Créée il y a un an, la

Mission démocratie

participative compte

4 agents : Jérôme Hesse,

Jocya Vancoillie, Victor

Burette et Safia Bourouni.

2 Vous

Très demandée

Jocya Vancoillie

reçoit «énormément»

de

demandes de

participation aux

Conseils cantonaux

de concertation.

pouvez vous aussi

participer et vous informer

sur l’actualité des Ateliers

citoyens et des Conseils

cantonaux de concertation

sur le site jeparticipe.cg59.fr

LILLE

La Mission démocratie

participative aide les

Nordistes à participer

à l’élaboration des politiques

départementales.

• « Lors de la constitution du

Conseil cantonal de concertation

(CCC) commun aux deux

cantons de Villeneuve d’Ascq,

nous avons lancé un appel

aux personnes souhaitant participer

en tant que citoyens,

raconte Jocya Vancoillie. Nous

avons reçu 158 candidatures

pour 24 places. » Les titulaires

ont été tirés au sort, une

méthode qui permet au

« citoyen lambda» d’accéder à

cette nouvelle instance démocratique.

« Les CCC sont en quelque

sorte l’équivalent des conseils

de quartier, poursuit Jocya

Vancoillie. Ils permettent aux

citoyens de participer à l’élaboration

des politiques pub liques,

ce qui est la définition de

la démocratie participative:

pas une simple consultation

mais une véritable co-construction.»

Neuf conseils ont été

installés à ce jour et les créations

se poursuivent. L’anecdote

villeneuvoise le montre :

l’attente est réelle. «Nous recevons

énormément de candidatures

de citoyens pour des

CCC qui n’ont même pas

encore été créés !»

Au sein de la Mission dirigée

par Jérôme Hesse, Victor

Burette est plus particulièrement

chargé des Ateliers

citoyens départementaux. Les

premiers du genre, l’an dernier,

ont largement contribué

à l’élaboration du Projet éducatif

global (lire notre « Dossier

», p. 12 à 17). Dès cet

automne, l’opération sera

renouvelée sur le thème de la

mobilité. Mais Victor Burette

reste modeste : « Les Ateliers

citoyens servent à amorcer le

processus. Les services concernés

reprennent ensuite la

démarche à leur compte et

intègrent le dialogue et la coconstruction

à leurs méthodes

de travail au quotidien.» Car

les quatre mousquetaires de la

L’objectif final, c’est d’élaborer

des politiques plus cohérentes,

plus utiles et plus efficaces.

démocratie participative ont

surtout pour mission de diffuser

la démarche au sein de

tout le Département. «L’objectif

final, souligne Jérôme

Hesse, est d’élaborer des politiques

publiques plus cohérentes,

plus utiles et plus

efficaces au service des Nordistes.»

FRANCK PÉRIGNY

Septembre 2012 23


DANS MON COLLÈGE

Ecriture 300 collégiens se sont rendus à la Villa départementale Marguerite-Yourcenar au printemps

dernier pour aller à la rencontre d’écrivains et participer à un grand concours d’écriture.

À la Villa Marguerite-Yourcenar,

la littérature, c’est pas si dur !

• Ils sont venus de Merville, Haubourdin,

Bailleul… 300 collégiens de tous niveaux

ont découvert la Villa départementale

Marguerite-Yourcenar, et son parc, au

mont Noir, les 10 et 11 mai derniers.

Sur place, ils ont assisté au spectacle Le

roi et le cadavre de et par Emmanuel de

Lattre, ont participé à divers ateliers d’écriture,

de bande dessinée (dont celui animé

par Rafaël Morales, illustrateur d’Alix), de

reliure et ont rencontré plusieurs auteurs

(Samira El Ayachi, Maria Poblete, Stéphanie

Hochet, Olivier de Solminihac…).

Chaque élève est reparti avec en poche un

chèque-lire d’une valeur de 6 euros, offert

par le Département.

Parallèlement, les prix du grand concours

d’écriture, organisé par la Villa en partenariat

avec le Rectorat de Lille et le musée

départemental de Flandre à Cassel, sur le

thème « Visite au musée », ont été remis.

Les textes et le palmarès sont disponibles

sur le site lenord.fr

Quentin Dabe, en 4 e à Bailleul

J’aime beaucoup lire même si je suis

« moyen » en français. Cette journée m’a

plu parce que ça m’a permis de voir pour

24 Septembre 2012

Quentin Dabe

Selon Quentin,

la journée à la Villa

Marguerite

Yourcenar peut

inciter beaucoup

d’élèves de son âge

à lire davantage.

PH. CHRISTOPHE BONAMIS

Ambrine

Bouchahdane

Ambrine a rencontré

l’auteur Samira

El Ayach qu’elle a

trouvée « super

sympa ».

Cette rencontre lui a

donné envie d’écrire

à son tour.

PH. CHRISTOPHE BONAMIS

la première fois une pièce de théâtre.

C’est aussi la première fois que je venais

à la Villa Yourcenar, c’est superbe. Je

pense qu’il devrait y avoir d’autres journées

comme celle-là car cela donne l’envie

aux jeunes de lire.

Ambrine Bouchahdane, en 4 e à Douai

J’avoue que je n’ai pas tout compris au

spectacle qui se rapportait aux Mille et une

nuits, les textes me paraissaient assez difficiles

et la mise en scène était surprenante.

Mais c’était une expérience intéressante.

J’ai quand même préféré la

rencontre avec l’auteur Samira El Ayachi

autour de son livre La vie rêvée de Mademoiselle

S.

Adeline Lebrun, en 4 e à Steenvoorde

Je suis plutôt romans fantastiques et

autres et, en suivant l’atelier de bande

dessinée, j’ai pu me rendre compte du travail

minutieux que représente cette forme

d’écriture. Cela m’a en tout cas donné

une motivation supplémentaire pour

découvrir d’autres types de lectures.

PROPOS RECUEILLIS PAR ARNAUD RAES

Adeline Lebrun

À l’atelier d’écriture,

Adeline a dû faire

le portrait de

la personne qui était

en face d’elle.

Elle a trouvé

l’exercice un peu

difficile, d’autant

qu’il a fallu lire son

portrait à haute

voix devant tout

le monde !

PH. CHRISTOPHE BONAMIS

L’avis de…

Cécile Desoindre

Professeur de Français au collège Maxime-Deyts

de Bailleul.

Une manifestation comme celle-ci donne

l’opportunité aux élèves de rencontrer

des artistes. Cela permet de rendre plus

concret ce que l’on étudie en classe de

manière à ce que les élèves réfléchissent

et se construisent une culture.

L’un des messages que je souhaite leur

faire passer au travers de rencontres avec

des artistes et des auteurs, c’est que la littérature

est quelque chose de vivant et est

accessible à tous, même aux non-lecteurs.

Chacun peut être touché par l’art, il n’y

a pas une seule et unique vérité.


Lors de la remise des prix du concours

de micro-entreprises. PH. EMMANUEL WATTEAU

Gouzeaucourt

UNE MINI-ENTREPRISE

QUI NE CONNAIT PAS LA CRISE

• Le collège Pharamond-Savary de Gouzeaucourt,

dans le Cambrésis, a l’esprit d’entreprise.

Pour la seconde année consécutive,

le collège a remporté le concours régional

de micro-entreprises organisé par l’association

Entreprendre pour apprendre.

Encadrés par Mlle Joly, professeur de français,

et M. Neveux, professeur de mathématiques

et de physique, 14 collégiens ont créé,

dès septembre 2011, une mini-entreprise

spécialisée dans la conception de produits

cosmétiques.

« C’était une vraie société, avec ses services,

ses employés, des salaires et des fiches de

paie, ses actionnaires… », raconte M. Neveux.

Savons, gel douche, produits démaquillants,

mousse à raser, crème exfoliante, shampooing,

tout a été conçu avec des matières

premières 100 % naturelles, achetées, en

quantités savamment dosées, sur internet.

Des produits conçus de A à Z

Business plan, packaging, les élèves ont

conçu, de A à Z, chacun des produits proposés

à la vente au sein de l’établissement,

mais aussi au marché de Noël et via le fleuriste

de la commune. « Ce concours permet

aux élèves de faire preuve d’innovation et ils

prennent conscience que concrétiser un projet,

ce n’est pas facile, il faut s’investir et faire

preuve d’esprit d’équipe, note M. Neveux.

Sans s’en rendre compte, ils font des maths,

du français, de l’informatique, de la gestion… »

Après avoir passé le cap du jury régional

composé de chefs d’entreprises, les collégiens

se sont rendus à Paris, disputer le

concours national, fin juin.

ARNAUD RAES

1

2

Bailleul

LES ÉLÈVES ONT (TRÈS BIEN) FAIT DE LA RÉSISTANCE

• Cinq élèves du collèges Maxime-Deyts à

Bailleul, accompagnés de leur professeur

d’histoire-géographie, ont reçu le premier

prix du concours national de la Résistance et

de la Déportation 2012, dans la catégorie

Travaux collectifs.

« Le thème de cette année était “Résister

dans les camps”, et nous avons travaillé sur

le thème de l’enfermement avec ma collègue

d’arts plastiques explique Mme Ostojski, professeur

d’histoire. C’est ce qui a séduit le

jury. »

Un grand bravo également aux élèves du

collège Saint-Joseph de Wattrelos, primésdans

la catégorie Travaux audiovisuels.

Des compétitions

« olympiques »

Depuis 2009, le Département est partenaire

de l’opération Jeux en Nord, menée par le Comité

départemental olympique et sportif du Nord et

les Comités départementaux sportifs. À l’occasion

de compétitions sportives, une centaine

de collégiens ont été selectionnés depuis 2009

pour assister aux JO de Londres en juillet dernier.

1

2

Le 17 juin dernier, la dernière édition de Jeux

en Nord se déroulait au Palacium

à Villeneuve d’Ascq. Plus de 1 000 collégiens

y ont participé à des challenges dans

de nombreuses disciplines dont le hockey.

PH. C. BONAMIS

Le 23 juin dernier, les jeunes sélectionnés

recevaient leur billet pour les JO de Londres

ainsi qu’un équipement aux couleurs

du Nord des mains de Patrick Kanner,

président du Conseil général du Nord et

de Laurent Coulon, vice-président chargé

des Sports. PH. DOMNIQUE LAMPLA

Les élèves de 3 e du collège Deyts à Bailleul

ont reçu leur prix à Lille le 20 juin dernier.

PH. EMMANUEL WATTEAU

Septembre 2012 25


BALADE

Depuis des décennies la betterave est cultivée

dans la région. Rouge, à sucre ou fourragère,

elle contente à la fois les hommes et les bêtes.

Gros plan sur ce légume

qui bat la campagne en automne.

LOIN D’ÊTRE

BÊTES, LES

BETTERAVES

a fait 200 ans tout juste ! Deux cents ans que

la betterave nous sucre. Depuis qu’un certain

Napoléon I er décréta un blocus continental

contre l’Angleterre. Il espérait ainsi mettre en

péril l’économie britannique en interdisant

l’accès aux ports, mais prive du même coup les

Français de coton, de café et de sucre de canne…

Les scientifiques agronomes sont bien vite

consultés par l’Empereur et sur leurs conseils

est lancé un programme de plantations de betteraves sucrières

que l’on sait riches en sucre.

Mais il faudra attendre 1812 pour que le botaniste Benjamin

Delessert réussisse à fabriquer le premier pain de sucre, qu’il

26 Septembre 2012

présente à Napoléon. Celui-ci est ravi ! Il encourage alors la production

massive de betteraves à sucre et distribue de l’argent

aux agriculteurs qui acceptent de pratiquer cette culture.

Dans la région, les usines sucrières sortent de terre. Dans les

années 1830, le Valenciennois devient l’une des premières

régions sucrières de France.

Il faut dire que la culture de cette plante bisanuelle (la première

année, elle constitue ses réserves de sucre dans la racine, la

seconde elle utilise le sucre en réserve pour se reproduire) est

particulièrement adaptée à notre région. « La betterave aime

les climats assez doux, explique Xavier Laude, producteur, président

de la Commission interdépartementale betteravière du

Nord et du Pas-de-Calais et président de la coopérative de la


QUATRE VARIÉTÉS

DE BETTERAVES

• Quatre variétés sont cultivées

dans la région : la betterave rouge, la

betterave sucrière, la bette et la betterave

fourragère pour les animaux.

PH. B. BAUDIN/BAR FLORÉAL/CEDUS

LA FRANCE

AU PREMIER RANG

• Le sucre est le principal débouché

de la betterave. La France

est le premier producteur mondial

de sucre de betteraves.

PH. S.PELLY/CEDUS

Sucrières

Pour les betteraves sucrières, la récolte démarre fin

septembre et doit être terminée avant les grands

froids. L’une des principales préoccupations du

planteur est qu’elles soient acheminées rapidement

à l’usine car elles perdent très vite de leur teneur

en sucre. PH. PHILIPPE HOUZÉ

UN LÉGUME CONSOMMÉ

TOUTE L’ANNÉE

• La betterave rouge, traditionnellement

cuite, est un légume d’hiver

mais elle est disponible toute l’année

notamment en emballage sous vide,

après avoir été pasteurisée. PH. CB

PH. DR

EN SALADE OU EN

RAGOÛT, ÇA A DU GOÛT

• La betterave sucrière se mangeait

autrefois en salade avec une vinaigrette

ou en ragoût, à la place des

pommes de terre. Les feuilles étaient

consommées comme des épinards.

Septembre 2012 27


BALADE

Escaudœuvres

La dernière sucrerie du Nord produit

chaque année 230 000 tonnes de sucre blanc.

PH. PHILIPPE HOUZÉ

Dans la betterave, rien ne se perd !

On en fait du sucre, mais aussi de

la nourriture pour les bêtes, de

l’alcool et du bioéthanol.

sucrerie d’Escaudœuvres. Elle n’aime pas la sécheresse mais a

besoin d’ensoleillement. Nos sols et notre climat offrent un excellent

compromis.» Pas étonnant donc que le Nord soit l’une des

principales régions productrices et que la France soit le premier

producteur mondial de sucre de betteraves.

« Dans le Nord Pas-de-Calais, poursuit M. Laude, 55 000 hectares

sont cultivés avec de la betterave sucrière. C’est une culture

particulière car elle bénéficie d’une réglementation spécifique

au niveau européen. Depuis plusieurs années, des quotas

de production ont été définis et un prix minimum est garanti

28 Septembre 2012

aux cultivateurs, ce qui en fait une production intéressante. Ce

système fonctionnera jusqu’en 2015 et nous, producteurs,

sommes en train de nous battre pour qu’il soit maintenu

jusqu’en 2020, afin de nous laisser le temps de nous positionner

sur le marché mondial face à des concurrents comme le

Brésil.» Qui produit beaucoup de sucre, mais à base de canne

(et non de betterave !).

« On utilise de moins en moins de produits phytosanitaires »

La culture de la betterave a beaucoup évolué au cours des dernières

décennies. « On travaille de mieux en mieux, souligne

M. Laude. Chaque année, notre productivité augmente.» Des

progrès dus aux évolutions techniques, agronomiques (sur la

sélection des semences) et environnementales. « On utilise de

moins en moins d’engrais et de produits phytosanitaires pour

faire un produit de meilleure qualité et dont la teneur en sucre

est très bonne.» Avec 96 tonnes à l’hectare, la production a atteint

un nouveau record de rendement en 2011.


LA RÉCOLTE AVANT

L’ACHEMINEMENT

• 55 000 hectares sont consacrés à

la culture de la betterave sucrière

dans la région. Une fois récoltée, la

production sera acheminée jusqu’à

l’usine pour être transformée. PH. PH

DOUCHE OBLIGATOIRE

AVANT LA COUPE

• Après avoir été lavées,

les betteraves sont acheminées

sur un immense tapis roulant

avant de passer à l’épreuve

du coupe-racine. PH. PH

DES MACHINES, DES

HOMMES, DES FEMMES

• Durant la campagne sucrière,

l’usine fonctionne 24 heures sur 24.

Ici à Escaudœuvres, 100 saisonniers

travaillent au côté de la centaine de

salariés permanents. PH. PH

La dernière du Nord à nous sucrer

• C’est la dernière sucrerie du Nord. Implantée à

Escaudœuvres, dans le Cambrésis, elle a été fondée en

1872 par l’ingénieur Jules Linard. À l’époque, elle fonctionnait

suivant un concept moderne car elle était alimentée

par de nombreuses râperies (où les betteraves

étaient coupées en fins morceaux) reliées entre elles

par une conduite souterraine.

Aujourd’hui les choses ont bien changé et la sucrerie

Tereos n’utilise plus ce procédé. Un ballet incessant

de camions (600 à 700 par jour lors de la campagne de

septembre à décembre) apporte quotidiennement plus

de 15 000 tonnes de betteraves. « De septembre à

décembre, l’usine fonctionne 24 h sur 24, explique

Thierry Cousson, directeur du site. Nous travaillons

avec 1700 planteurs qui cultivent 19 000 hectares de

betteraves dans un rayon de 30km. Ils font partie

de la coopérative Tereos et sont payés en fonction de

la teneur en sucre de leurs betteraves et du tonnage

fourni.Ils sèment, cultivent, arrachent puis stockent les

betteraves en bordure de champs. Charge à l’usine de

les transporter et de les traiter», souligne M. Courson.

À leur arrivée, les betteraves sont lavées (l’eau est recyclée),

puis découpées en cossettes et mises dans un

cylindre avec de l’eau chaude afin d’en extraire le jus.

Celui-ci sera filtré et subira une évaporation avant

d’être cristallisé puis séché.

« Tout est bon dans la betterave, poursuit M. Courson,

tout est utilisable et on n’en fait pas que du sucre.»

Après extraction du sucre des cossettes, restent les

pulpes qui serviront à l’alimentation du bétail.

L’écume, issue de l’épuration du jus par un traitement

au lait de chaux, servira d’amendement pour les

champs. Quant aux sirops de basse pureté (chargés en

minéraux récupérés en fin de cristallisation), ils serviront

à produire du bioéthanol.

111 salariés permanents et une centaine de saisonniers

travaillent sur le site d’Escaudœuvres. L’usine produit

chaque année 230 000 tonnes de sucre blanc.

À leur arrivée à l’usine d’Escaudœuvres, après avoir

été transportées en camions, les betteraves sucrières

sont déchargées et lavées, puis viennent les étapes de

la diffusion et de l’épuration avant

l’évaporation et la cristallisation (photo p. 28). PH. PH.

AH LES BELLES

COSSETTES BLANCHES !

• Les betteraves sont découpées en

cossettes qui seront mises en cylindre

avec de l’eau très chaude pour en

extraire le jus. C’est l’une des premières

étapes de la transformation. PH. PH

Septembre 2012 29


BALADE

La belle rouge !

À Louvil

L’arrachage des betteraves rouges se fait en octobre, quand les températures chutent, afin d’assurer une meilleure conservation.

PH. CHRISTOPHE BONAMIS

• Essentiellement produite dans le centre de la France,

la Bretagne et le Nord, la betterave rouge est un

légume racine également appelé betterave potagère.

Albert Bernard, agriculteur à Louvil, en produit chaque

année 250 tonnes sur son exploitation bio et a été l’un

des premiers à s’intéresser à cette culture.

« C’est un légume intéressant qui, s’il a besoin d’un sol

assez riche, ne craint ni le stress hydrique, ni les

maladies, explique-t-il. On la sème fin mai - début juin

et on la récolte début octobre, elle est ensuite

conservée en silo ou sous hangar.»

La betterave potagère est la seule betterave à être

« Une autre spécificité de cette culture, poursuit M. Laude,

c’est qu’elle est entre les mains des producteurs, via un système

de coopératives performant. C’est un vrai atout, ça nous permet

d’avoir une prise réelle sur notre avenir.»

Et elle a de l’avenir la betterave, car si on en fait majoritairement

du sucre, elle a aussi de multiples autres usages. Parmi

30 Septembre 2012

rouge. Riche en glucides (mais elle possède des fibres

qui permettent une assimilation progressive par

l’organisme), en oligo-éléments et en minéraux, on la

consomme cuite (comptez 2 h 30 de cuisson si vous

décidez de l’acheter crue !) ou crue, râpée et

assaisonnée. Albert Bernard destine l’essentiel de sa

production à la transformation (les légumes sont lavés,

épluchés, cuits et mis sous vide pour être prêts à

l’emploi), mais on peut aussi s’approvisionner

directement à la ferme toutes les fins de semaine.

Magasin à la ferme Castel (légumes bio), rue de Péronne à Louvil.

Ouvert le vendredi de 9 h à 18 h et le samedi de 9 h à 10 h et de 12 h à 14 h.

ceux-ci, la production de bioéthanol, un biocarburant destiné

aux moteurs à essence. Plus anecdotique, elle entre dans la composition

de produits aussi différents que la levure de boulangerie

ou… le Pastis de Marseille.

Étonnante, la betterave !

LAURENCE BLONDEL


EN TOUTES LES SAISONS,

LA BETTERAVE, C’EST VACHEMENT BON !

• La production de sucre de betterave est une activité agro-industrielle dont la

principale caractéristique est de valoriser la totalité de la plante et d’offrir un

débouché utile à tous les produits issus du process sucrier.

Les pulpes de betterave serviront notamment à alimenter les animaux.

D’ailleurs les vaches en raffolent. PH. PH

1 La

voie ferrée entre Thumeries

et Roost-Warendin amenait

autrefois les ouvriers à la sucrerie

de Thumeries.

Aujourd’hui, elle a été reconvertie

en voie verte pour les promeneurs.

PH. EMMANUEL WATTEAU

2La récolte des betteraves

(ici des betteraves rouges)

est aujourd’hui mécanisée.

Une fois arrachées, elles sont

stockées avant d’être acheminées

par camions jusqu’aux usines

de transformation.

PH. CHRISTOPHE BONAMIS

2

1

UNE BETTERAVE,

C’EST 20 MORCEAUX DE SUCRE

• Une betterave sucrière produit en moyenne 20 morceaux

de sucre. Avec une tonne de betterave, on obtient environ 150 kg de sucre.

Le sucre obtenu avec la betterave sucrière a la même valeur nutritionnelle

que le sucre de canne.

PH. M. ROUGEMONT/CEDUS

Septembre 2012 31


BALADE

RECETTES

Cake aux amandes

et à la betterave

sucrière

PH. CB

Ingrédients

- 400 g de betterave sucrière

- 120 g de farine

- 1/2 sachet de levure chimique

- 3 œufs

- 80 g de poudre d’amandes

- 40 g de beurre fondu

- 60 g de raisins secs

- 2 cuillères d’amandes effilées

ou concassées.

32 Septembre 2012

Préparation

- Faire cuire la betterave à la

cocotte minute après l’avoir pelée et

coupée en gros morceaux.

- La couvrir d’eau et laisser cuire

30 à 35 mn.

- Préchauffer le four à 200 °C.

- Écraser la betterave égouttée

au presse-purée, ajouter la farine

et la levure, puis incorporer les

œufs, la poudre d’amandes, le

beurre fondu et les raisins secs.

- Verser dans un moule à cake

beurré, parsemer le dessus avec les

amandes effilées ou concassées.

- Faire cuire 20 mn à 200 °C, puis

25 mn à 150 °C.

- Laisser légèrement refroidir avant

de démouler.

Salade de betteraves

rouges aux petites

pousses d’épinards

PH. CB

Ingrédients

(pour 4 personnes)

- 3 petites betteraves rouges crues

ou cuites (la recette peut être faite

avec deux variantes).

- 200 g de jeunes pousses

d’épinards

- 1 gousse d’ail

- 1 jus d’un demi citron

- 8 brins de persil plat

- 2 œufs et un jaune

- 1 cuillère à soupe de moutarde à

l’ancienne

- 10 cl d’huile

- sel

- poivre

Préparation

- Faire durcir les œufs 10 mn à l’eau

bouillante salée. Les rafraîchir et

les écaler.

- Enlever les tiges des feuilles

d’épinard, rincer et éponger les

feuilles.

- Mettre une pincée de sel et de

poivre dans un bol. Ajouter la

moutarde et un jaune d’œuf. Émulsionner

la sauce en versant peu à

peu l’huile comme pour une mayonnaise.

Réserver.

- Peler les betteraves et les couper

en carrés (si elles sont cuites) ou

les râper (si elles sont crues).

Ajouter l’ail pelé et haché, le jus de

citron, du sel et du poivre.

- Concasser les œufs durs.

- Dresser les épinards dans les

assiettes. Mettre la betterave au

centre. Parsemer d’œuf dur

et de persil haché.

Servir avec la vinaigrette à part.


1 ER SEPTEMBRE 1944

• Il est 17 h 45 le 1 er septembre

1944 quand le dernier

train de déportés, «le train de

Loos», s’ébranle pour se diriger

vers la Belgique, les Pays-

Bas puis l’Allemagne. À son

bord, 871 détenus, résistants

pour l’essentiel, venant des

prisons de Béthune, Valenciennes,

Douai, Arras et regroupés

à la prison de Loos avant

leur départ.

Leur journée a été longue et

pénible. Elle a commencé vers

5 h du matin par l’appel. Puis

jusqu’au soir, se sont enchaînées

80 rotations entre Loos et

Tourcoing. Il s’agit d’acheminer

les prisonniers jusque la

gare de marchandises (l’une

des seules encore en fonctionnement)

où les SS ont fait

preuve d’un zèle déterminé

afin de dénicher une locomotive

et des wagons pouvant

transporter les hommes. Les

wagons, en nombre insuffi-

sant, sont des wagons à bestiaux.

Le voyage sera long et

éprouvant. Les hommes sont

entassés par 80 ou 90, sans

eau, sans air... Certains mourront

pendant le voyage, d’autres

seront blessés, quelquesuns

tenteront une évasion.

Monnaie d’échange

L’heure de la libération du pays

a pourtant sonné depuis le 6

juin 44 avec le débarquement

en Normandie : l’armée allemande

bat en retraite. Sans

doute ces derniers déportés

sont-ils destinés à servir de

monnaie d’échange, voire

d’otages avec les Alliés.

Quoi qu’il en soit, les prisonniers

croient à une libération

par les Alliés ou la Résistance

locale... En vain. La Résistance

belge tentera une action de

sabotage mais les Allemands

ont pris la précaution de changer

plusieurs fois la direction

HISTOIRE D’UN JOUR

Les hommes sont entassés

dans des wagons à bestiaux

et le numéro du train et la tentative

échouera.

Après plus de 40 h de voyage,

les détenus arrivent à Cologne

le 4 septembre. Ils sont parqués

dans les locaux de la foire

commerciale. Une partie est

ensuite embarquée vers Mulheim

pour aider au déblaiement

de la ville après son bombardement.

Pour les autres, le

voyage continuera encore trois

jours. Ils arrivent à Orianenbourg,

d’où ils gagneront à

pied le camp de concentration

de Sachsenhausen, à 30 km

de Berlin. Ils y subiront une

mise en quarantaine terrible

avant de repartir en octobre

vers d’autres camps où ils

connaîtront le froid, la faim, les

mauvais traitements, la maladie.

Leur calvaire s’achèvera

en avril/mai 1945 avec l’arrivée

des Alliés. Seuls 275 rescapés

rentreront chez eux.

LAURENCE BLONDEL

Un mémorial pour les déportés

du train de Loos

Au cimetière de Loos, un monument

rappelle le souvenir des

871 déportés du train de Loos.

Devant, au sol, est dessiné le triangle

rouge des prisonniers politiques.

PHOTO EMMANUEL WATTEAU

Ce jour-là, le dernier train de déportés quitte le Nord pour les camps nazis.

Il emmène près de 900 personnes, toutes résistantes. Seules 275 reviendront.

Un témoignage

émouvant

«Le 1 er septembre

44, le train de Loos

a emporté mon

grand-père, Arsène Deboosère,

arrêté pour espionnage le 18

août 44. Il avait 41 ans, cinq

enfants et une petite-fille qui a vu

le jour la veille du départ du train.

Il n’est jamais revenu. Dans la

famille, on n’a jamais beaucoup

parlé de cette histoire. Ma grandmère

et mes parents en savaient

d’ailleurs très peu de choses. »

Ainsi témoigne Patrice Deboosère,

jeune réalisateur nordiste

qui a décidé de refaire le terrible

voyage de son grand-père avec

quatre rescapés : Jean, Jules,

Victor et Marcel, qui ne l’ont pas

connu. Un documentaire aux

témoignages justes et émouvants.

« En faisant ce film, conclut

Patrice, j’ai pu mettre des mots,

des lieux et des visages sur cette

histoire. À présent je peux

la raconter. »

« Le dernier train », documentaire

de Patrice Deboosère, 52 mn, disponible

auprès de Mobilis productions :

03 20 74 58 59 -

delphine@mobilisproductions.com

À consulter également l’ouvrage d’Yves

Le Maner : Le grand drame de la déportation

dans le Nord Pas-de-Calais, 2003.

Septembre 2012 33


SPORT

« Chacun se présente face au lanceur à tour de rôle,

on est obligé d’y aller ! » PH. PHILIPPE HOUZÉ

34 Septembre 2012

SPORTS

Base-ball Sport national aux États-Unis, à Cuba et au Japon, le base-ball existe aussi dans

le Nord. Des pratiquants passionnés ont créé leur club, comme les Korvers de Dunkerque.

La balle et la batte : le base-ball, une

histoire américaine en version française

● « J’ai commencé en suivant un copain.

J’hésitais un peu parce que personne ne

connaissait ce sport. » Aujourd’hui, Benjamin

est un des espoirs des Korvers. Et

après l’hésitation du début, c’est la passion

qui le guide : « J’adore ! C’est un jeu

intelligent, où il faut toujours être à 100 %.

Mon truc, c’est quand je suis face au batteur

pour l’éliminer, un vrai duel. » Car

le base-ball est un sport particulier. Neuf

joueurs en défense contre un en attaque

(le batteur) qu’il faut éliminer. C’est aussi

L’avis de…

Ludovic Godard

Entraîneur des Korvers de Dunkerque,

« Pour pratiquer le base-ball, il faut être

polyvalent. On joue avec les deux mains,

il faut une bonne coordination motrice,

courir vite, lancer et taper fort. Mais tout

cela se travaille. Et avec les différents

postes, on accepte tous les gabarits, grands

ou petits. Il faut aimer réfléchir aussi,

c’est un sport tactique, bref un sport complet.»

un sport confidentiel en France, seulement

10 000 licenciés. À Dunkerque, ils

sont 80, de 6 à 40 ans, garçons et filles.

Ludovic Godard, l’entraineur, estime que

ce sport rend humble : « On rate souvent,

cela oblige à se remettre en question. Il

faut de la stratégie, penser 2 ou 3 coups

à l’avance. Mais surtout, il faut savoir courir.

Ce n’est pas facile, mais tout le monde

a sa chance. Il n’y a pas de remplaçants.

Chacun se présente face au lanceur à tour

de rôle, on est obligé d’y aller ! »

Pour recruter de nouveaux membres, le

club fait des démonstrations dans les

écoles ou pendant les vacances scolaires.

Et puisque les médias parlent peu de leur

sport, les Korvers misent sur la convivialité.

Les spectateurs qui viennent aux

matches, entre 50 et 80 en moyenne, ont

droit à une explication des règles ainsi

qu’au partage d’un barbecue ! Une

démarche originale pour un sport qui ne

l’est pas moins.

JULIEN LAURENT

PRATIQUE

Il existe plusieurs clubs dans le Nord :

● Les Korvers de Dunkerque :

www.korvers.com

● Les Vipères de Valenciennes :

www.baseballvalenciennes.com

● Les Dragons de Ronchin :

www.dragonsronchin.com

Plus d’infos sur le site de la fédération :

www.ffbsc.org


ACCESSIBLES

Les concerts de poche

Cette association, créée en 2005 par la pianiste

Gisèle Magnan, programme de nombreux concerts et

ateliers dans quinze départements dont le Nord,

dans les quartiers ou dans les villages et toujours à

des tarifs très raisonnables, afin de permettre à tous

de découvrir la musique classique.

PH. DR

EXPOSITIONS

JUSQU’AU 16

SEPTEMBRE

Jardin d’ombre,

jardin de lumière

œuvres d’ Annie Bascoul

Caudry

Musée de la dentelle

Tél. 03 27 76 29 77

Roubaix, La Madeleine, Loos, Templeuve…

De septembre à décembre

wwwconcertsdepoche.com

ÉLECTRONIQUE

Le NAME Festival

Après une première étape en juin aux Folies de Maubeuge,

la huitième édition du NAME Festival se poursuit,

avec des soirées électro sur le littoral et dans la Métropole,

des rencontres à la gare St-Sauveur à Lille ainsi que

des « masterclasses » à destination des collégiens.

JUSQU’AU

17 SEPTEMBRE

Eugène Leroy,

le dessin

Tourcoing

MUba Eugène Leroy

Tél. 03 20 28 91 60

14 AU 23 SEPTEMBRE

Des œuvres vues

de l’intérieur

le rapport de l’art à la

sphère domestique

Tourcoing

Hospice d’Havré

Tél. 03 59 63 43 53

L’AGENDA DE VOS SORTIES

DU 5 SEPTEMBRE AU 15 OCTOBRE 2012

Lille, Tourcoing et Dunkerque

Du 3 septembre au 8 octobre

www.lenamefestival.com

7 SEPTEMBRE

AU 8 OCTOBRE

Käthe Kollwitz

une artiste allemande face

à la guerre

Lille

Maison natale de Charles de

Gaulle, du 7/9 au 8/10

Bondues

Musée de la Résistance,

les 15 et 16/9

TENDRE

Journal intime

Durant leur résidence à l’atelier départemental du verre, Anne-Claude Jeitz

et Alain Calliste ont réalisé une série de livres de verre symbolisant

différentes étapes du journal intime d’une jeune fille.

Accompagnée de deux œuvres plus imposantes mais tout aussi

émouvantes, elle compose une exposition pleine de charme et de poésie.

Sars-Poteries

Au musée-atelier départemental du verre, jusqu’au 10 février 2013

Tél. 03 59 73 16 16.

AMUSANT

Zizi sexuel, l’expo !

Inspirée de la bande dessinée de Zep, autour

du personnage de Titeuf, cette exposition à la fois ludique

et instructive répond, à l’aide de jeux, de quiz,

de manipulations ou de vidéos à beaucoup des questions

que se posent les 9-14 ans sur l’amour et la sexualité.

Villeneuve d’Ascq

Au forum départemental des sciences, jusqu’au 3 mars 2013

Tél. 03 59 73 96 00.

JUSQU’AU

30 SEPTEMBRE

De Heemskerck

à Le Brun

les plus beaux dessins du

Mont de Piété

Bergues

Musée du Mont de Piété

Tél. 03 28 68 13 30

JUSQU’AU

30 SEPTEMBRE

Humaine

photographies de Marc

Pataut

Douchy-les-Mines

Centre régional de la

photographie

Tél. 03 27 43 56 50

JUSQU’AU

30 SEPTEMBRE

Au cœur

des carreaux

carreaux vernissés

flamands

Godewaersvelde

Musée de la vie frontalière

Tél. 03 28 42 08 52

Septembre 2012 35

PH. DR

PH. DR


L’AGENDA DE VOS SORTIES

EXPOSITIONS

22 AU 30 SEPTEMBRE

36 e salon des Arts

190 peintres et sculpteurs

Caudry

Salle des fêtes

et Pont des Arts

Tél. 03 27 70 09 67

29 ET 30 SEPTEMBRE

Exposition

internationale de

véhicules incendies

Estaires

Salle des fêtes Le Caméo

Tél. 06 87 32 39 08

12, 13, 14 OCTOBRE

Akheos

Peintures et sculptures

Douai

Halle aux draps

JUSQU’AU

28 OCTOBRE

People and places,

la condition humaine

dialogue entre l’art contemporain

et les collections historiques

de la photohèque

Augustin Boutique-Grard

Douai

Musée de la Chartreuse

www.ville-douai.fr

8 SEPTEMBRE

AU 31 OCTOBRE

Joseph Dezitter

artiste flamand

Bergues, Bollezeele,

Bourbourg, Dunkerque

et Wormhout

Tél. 03 28 22 22 86

14 SEPTEMBRE

AU 16 NOVEMBRE

Corpus Scripti

exposition de photos de

Jean-François Spricigo

Lille

Église Saint-Maurice

TéL 03 20 51 91 30

DU 15 SEPTEMBRE

AU 24 DÉCEMBRE

Batailles

Gravelines

Musée du dessin et de

l’estampe originale

Tél. 03 28 51 81 00

JUSQU’AU 14 JANVIER

Babel

85 œuvres contemporaines

autour de la tour de Babel

Lille

Palais des Beaux-Arts

www.pba-lille.fr

36 Septembre 2012

MUSIQUE

15 ET 21 SEPTEMBRE

Cercueil

pop-électro

Buysscheure

Salle Tisje-Tasje, le 15 à 20 h

Tél. 03 28 43 01 00

Beaudignies

Salle des fêtes, le 21 à 20 h 30

Tél. 03 27 45 05 93

20, 21, 22 SEPTEMBRE

Pierrick Pedron

« Cheerleaders »

Dunkerque

Jazz-Club, 20 h 45

Tél. 03 28 63 51 00

21, 28, 29 SEPTEMBRE

L’orchestre national

de Lille

direction Laurence Equilbey,

joue Schubert, Haydn,

Dvorak et Franck

Orchies

Pacbo, le 21 à 20 h

Hazebrouck

Espace Flandre,

le 28 à 20 h 30

Fourmies

Théâtre Jean-Ferrat,

le 29 à 20 h 30

Tél. 03 20 12 82 40

3 OCTOBRE

Lynda Lemay

Roubaix

Colysée, 20 h 30

Tél. 03 20 24 07 07

4 OCTOBRE

Randy Weston

Roubaix

Colysée, 20 h 30

Tél. 03 20 24 07 07

11 OCTOBRE

Titan Parano

Verlignhem

Café de la Fontaine

Tél. 03 20 08 89 13

11 ET 12 OCTOBRE

L’orchestre national

de Lille

direction Jean-Claude

Casadesus, joue Mantovani

et la 9 e de Beethoven

Lille

Palais Rameau, 20 h

Tél. 03 20 12 82 40

11, 12, 13 OCTOBRE

Gueorgui Kornazov

« Horizons » quintet

Dunkerque

Jazz-Club, 20 h 45

Tél. 03 28 63 51 00

12 OCTOBRE

Laurent Voulzy

Roubaix

Colisée, 20 h 30

Tél. 03 20 24 07 07

JEUNE PUBLIC

19, 22 ET 23

SEPTEMBRE

Une histoire un

rêve, un rêve une

histoire

par Badasa Théâtre,

dès 4 ans

Lambersart

Pré fleuri

Tél. 03 20 31 35 50

DANSE

22 SEPTEMBRE

Du fer au verre

musique et danse relatent

l’histoire régionale de la

sidérurgie

Aulnoy-lez-Valenciennes

Nymphéas, 20 h 30

Tél. 03 27 23 30 51

7 OCTOBRE

Petites virtuosités

variées

par les solistes et danseurs

de l’opéra de Paris

Armentières

Vivat, 17 h

Tél. 03 20 77 18 77

9 OCTOBRE

Hidden

chorégraphie Carolyn

Carlson

Roubaix

Colisée, 20 h 30

Tél. 03 20 24 07 07

10 ET 11 OCTOBRE

The cradle of

humankind

chorégraphie Steven Cohen

(déconseillé aux moins de

18 ans)

Villeneuve d’Ascq

Rose des Vents

Tél. 03 20 61 96 96

12 OCTOBRE

Le sacre du

printemps

chorégraphie

Jean-Claude Gallotta

Dunkerque

Kursaal

Tél. 03 28 51 40 40

FÊTES /

FESTIVALS

4 AU 29 SEPTEMBRE

Festival culturel

marionnettes, théâtre,

exposition, conférence…

Bousies

Musée des évolutions

Tél. 03 27 77 46 41

9 SEPTEMBRE

Fête de la tomate et

des légumes

anciens

exposition, dégustation,

vente, conférence…

Haverskerque

Salle des fêtes

Tél. 03 28 40 61 12

15 ET 16 SEPTEMBRE

Journées

de la céramique

exposition-vente,

démonstrations

de tournage et de raku

Sars-Poteries

Salle des fêtes et chapiteau

Tél. 03 27 59 35 61

16 SEPTEMBRE

Fête du lait

Marché du terroire, salon de

l’élevage, village du lait,

animations de rue…

Le Quesnoy

Tél. 03 27 77 51 60

21 ET 22 SEPTEMBRE

Rafales d’art

spectacles en plein air,

gratuits et ouverts à tous

Dunkerque

www.lebateaufeu.com

29 ET 30 SEPTEMBRE

Fant’Ascq

festival de magie

Villeneuve d’Ascq

Espace Concorde

Tél. 03 20 43 55 75

7 OCTOBRE

7 e fête

de la confiture

quiz, dégustations, ateliers,

jeux anciens…

Houplines

Salle des fêtes, 10-19 h

Tél. 06 08 11 12 92

7 OCTOBRE

22 e Cucurbitades

fêtes de la courge et de la

sorcellerie

Marchiennes

Tél. 03 27 90 58 54

THÉÂTRE

26 SEPTEMBRE

AU 12 OCTOBRE

Au bois lacté

de Dylan Thomas, version

scénique et mise en scène

Stuart Seide

Lille

Théâtre du Nord

Tél. 03 20 14 24 24

29 SEPTEMBRE

Un soir à Babel

mise en scène Julien Bucci

La Madeleine

Millénaire, 20 h 30

Tél. 03 20 55 19 51

30 SEPTEMBRE

Les 3 coquins /

Jour de soldes

La troupe Nova-Villa fête

ses dix ans. PAF 4 ¤, gratuit

pour les moins de 12 ans

Denain

Théâtre

Tél. 06 27 92 22 31

5 OCTOBRE

Les conjoints

d’Éric Assous, mise en

scène Jean-Luc Moreau

Roubaix

Colysée, 20 h 30

Tél. 03 20 24 07 07

12 OCTOBRE

Déshabillez mots

de et par Léonore Chaix

et Flor Lurienne

Armentières

Vivat, 20 h 30

Tél. 03 20 77 18 77

18 OCTOBRE

Le songe

d’une nuit d’été

de Shakespeare, mise en

scène Nicolas Briançon,

avec Lorànt Deutsch

Roubaix

Colisée, 20 h 30

Tél. 03 20 24 07 07

18 ET 19 OCTOBRE

Vol au-dessus

d’un nid de coucou

d’après Ken Kesey, mise en

scène Stéphane Daurat

Tourcoing

Théâtre municipal R. Devos

Tél. 03 20 27 13 63

TOURISME

22 SEPTEMBRE

Visite du barrage

Réservation obligatoire

Eppe-sauvage

Barrage du ValJoly, 15 h

Tél. 03 27 61 83 76


SALONS /

FOIRES

9 SEPTEMBRE

Salon du livre

d’histoire régionale,

de la généalogie et

des collections

Phalempin

Complexe Jacques-Hermant

Tél. 03 20 90 10 94

15 ET 16 SEPTEMBRE

Les journées

de la céramique

exposition vente, démonstrations

de tournage et de

raku avec A-S. Gilloen

Sars-Poteries

Salle des fêtes, 10 h 30 - 18 h

Tél. 03 27 59 35 61

16 SEPTEMBRE

25 e foire

de la Rhônelle

brocante, expositions, produits

du terroire, spectacle…

Villereau

Tél. 06 31 90 29 54

21 AU 27 SEPTEMBRE

3 e salon Matières

et Créations

Fourmies

Théâtre Jean-Ferrat, 11-19 h

le week-end, 14-18 h en

semaine

29 SEPTEMBRE

5 e salon du polar

rencontres et dédicaces

avec de nombreux auteurs

Templemars

Espace culturel N. Dejonghe

Tél. 03 20 58 99 99

2 OCTOBRE

Le train Bien Vivre

pour Bien Vieillir

bilan de forme, test de

mémoire, ateliers cuilnaires,

prévention…

Lille

Gare Lille-Flandres

6 ET 7 OCTOBRE

3 e salon Auto Rétro

Cambrai

Palais des Grottes

www.autos-anciennescambresis.com

6 ET 7 OCTOBRE

Salon

de la maquette

et de la figurine

Orchies

Salle du restaurant scolaire

11 OCTOBRE

Rendez-vous

Recrutement

Experts

inscription préalable

obligatoire sur le site

Lille

CCI Grand-Lille, 16-21 h

www.recrutementexperts.fr

SPORT

8 SEPTEMBRE

ET 13 OCTOBRE

Challenge

carnassier

concours de pêche

en trois manches

Eppe-sauvage

Station touristique du ValJoly

Tél. 03 27 61 83 76

9 SEPTEMBRE

17 e foulées

de Ludopital

Courses et randonnée

urbaine au profit des

enfants hospitalisés

Roubaix

Parc Barbieux, dès 8 h 30

www.ludopital.fr

16 SEPTEMBRE

Journée

découverte de la

marche nordique

organisée par le Comité

départemental d’athlétisme

Eppe-Sauvage

ValJoly

Tél. 03 27 61 83 76

16 SEPTEMBRE

24 e semi-marathon

Marcq-en-Barœul

Départ 9 h 30

Tél. 03 27 72 49 21

6 ET 7 OCTOBRE

Critérium national

de 470

Régate de dériveurs

organisée par le club

de voile du ValJoly

Eppe-sauvage

ValJoly

Tél. 03 27 61 83 76

14 OCTOBRE

La Noyellaise

4 parcours VTT de 15, 25, 35

et 45 km

Noyelles-sur-Sambre

Tél. 03 27 66 68 67

CONCOURS

JUSQU’AU 31 OCTOBRE

Concours de

nouvelles

fantastiques

deux catégories d’âges :

11-15 ans et 16-20 ans

Somain

Règlement et thèmes

à demander par mail :

fetesetculture@ville-somain.fr

LIVRES

Lille

par Stéphanie Morelli

et Lise Herzog

Un « city guide » aux

allures de carnet de

voyage. C’est ainsi que

l’on pourrait résumer

ce petit ouvrage bien

fait qui propose des

balades par quartier et quelques

escapades à Roubaix et dans les

Flandres. Des adresses complètent

l’ensemble.

À la fois pratique et esthétique.

Éditions Ouest France, 10,20 ¤.

Mon premier livre

de cuisine :

30 recettes bien

de chez nous

Un livret de recettes

régionales pour les enfants, avec de

bons basiques comme la flamiche

aux poireaux ou la tarte au sucre

mais aussi des plats plus originaux

tels que la Ch’tiflette ou les lasagnes

d’endives au jambon. Réalisé par le

Comité de promotion Nord Pas-de-

Calais, il conjugue recettes faciles,

explications simples et des tas

d’informations sur les produits

régionaux.

Consultation en ligne sur

www.saveurs-npdc.com ou livret disponible

sur demande au Comité de promotion Nord

Pas-de-Calais, 56, avenue Roger-Salengro -

BP 80039 - 62051 Saint-Laurent-Blangy

Cedex, avec 1 timbre à 1,73 ¤.

Carrières noires

par Elena Piacentini

Pierre-Arsène Leoni,

ex-commandant de la

PJ de Lille, a regagné

sa Corse natale après

avoir quitté la police.

Mais un bref retour

dans la capitale des Flandres lui vaut

d’être embarqué dans une affaire

politico-criminelle qui l’entraînera

dans les sous-sols de la métropole.

Bastiaise de naissance et lilloise

d’adoption, Elena Piacentini livre ici la

4 e enquête de Leoni (les trois

premières sont parues dans la

collection « Polars en Nord »). Audelà

du récit mené avec beaucoup

d’habileté, Carrières noires se

distingue par l’écriture

particulièrement travaillée, qui

témoigne d’un véritable amour des

mots.

Éditions Au-delà du raisonnable, 368 p.,

18,50 ¤.

La Résistance

dans le Nord-

Pas-de-Calais

par Robert Vandenbussche

En 1940, le Nord-Pasde-Calais

occupé

devient « zone

interdite », contraint

de vivre – littéralement –

à l’heure allemande. Et dès 1940,

la résistance s’organise. Richement

illustré, jalonné de noms familiers

(Natalis Dumez, Suzanne Lanoy, le

capitaine Michel…), le passionnant

récit de Robert Vandenbussche a le

mérite de raconter la résistance à

hauteur d’homme.

Éditions De Borée, 384 p., 28 ¤.

Stabat Mater

par Frédéric Coudron

Flic dépressif et

alcoolique, tueur en

série machiavélique…

vous avez dit

clichés ? Mais il s’agit

de littérature de

genre, et s’approprier

les poncifs pour mieux les dépasser

fait partie des rites de passage

incontournables pour un auteur de

thrillers. Ce premier roman d’un

Nordiste qui ne cache pas son

admiration pour Jean-Christophe

Grangé est un récit nerveux,

ramassé, qui se lit comme le

synopsis d’un film (très) noir. Le ton

désabusé du narrateur force le

lecteur à se concentrer sur la

mécanique inéluctable du récit.

Éditions Ex-Aequo, 164 p., 15 ¤.

Septembre 2012 37


L’EXPO DU MOIS

Depuis qu’il a découvert les Dos sculptés de Matisse, Christian Bonnefoi n’a cessé de s’inspirer de cette référence. PH. EMMANUEL WATTEAU

L’exposition Dos à dos présente une partie des œuvres de l’artiste

contemporain Christian Bonnefoi, profondément inspiré par Matisse.

Recto ou verso, des dos

qui nous interrogent…

• Paris, 1970 : lors de la rétrospective

Matisse au Grand

Palais, Christian Bonnefoi,

jeune historien de l’art, découvre

les Dos sculptés par l’artiste.

Dès lors, ils ne cesseront

plus de le hanter, imprégnant

son travail de recherche artistique.

Il évoque une « référence

de type icônique ».

Le musée départemental

Matisse au Cateau-Cambrésis

et le Domaine départemental

de Kerguéhennec dans le Morbihan

se sont associés pour

présenter en même temps cet

été l’œuvre de Christian Bon-

38 Septembre 2012

nefoi. Au Cateau, toute l’exposition

est centrée sur ces Dos.

En effet, le musée possède,

suite à un don de la famille

Matisse en 1990, les quatre

plâtres originaux qui ont servi

à la fabrication des sculptures

en bronze, aujourd’hui dispersées

dans divers musées européens.

Avant de découvrir les

œuvres de Bonnefoi, il est

donc fortement conseillé de

monter d’abord à l’étage du

musée Matisse pour revoir les

célèbres bas-reliefs. Ensuite,

on peut prendre le temps de

regarder dans la première salle

d’exposition temporaire un

film tourné dans l’atelier de

Bonnefoi où on le voit travailler

et parler de son travail.

En quarante ans, des tout premiers

collages sur papier journal

aux monochromes découpés

de 2012, l’artiste n’a cessé

de s’interroger et de faire évoluer

son «dispositif». Son langage

est un peu abscons pour

les non-spécialistes : « Dans le

collage, ce que je retiens, c’est

la sortie hors du tableau et le

retour de ce retrait dans le

tableau », dit-il par exemple.

Et cependant, même sans rien

y comprendre, les visiteurs se

laissent saisir par la beauté de

ses œuvres. Ils s’amusent de

Désastre, une sculpture en

pièces détachées crayonnées,

comparent les différents

tableaux des séries Babel et

s’arrêtent devant la Composition

2 du Cateau, des papiers

collés sur un large pan de mur.

FRANÇOISE POIRET-COLONGE

Le Cateau-Cambrésis

Jusqu’au 16 septembre au musée

départemental Matisse. Le week-end

des Journées du patrimoine (16 et

17/09), carte blanche à Christian

Bonnefoi : lecture de poésies et

ponctuation musicale.

Tél. 03 59 73 38 00.

www.museematisse.cg59.fr


Chargé d’études

en environnement,

Xavier Cuchérat

s’intéresse

particulièrement

aux escargots,

limaces et moules

d’eau douce.

Sa discipline,

la malacologie, suscite

de plus en plus

d’intérêt. Rencontre

en eaux peu

profondes avec un

passionné de nature.

Xavier Cuchérat a prospecté, cet été, les petites rivières de l’Avesnois. PH. CHRISTOPHE BONAMIS

Comme un poisson dans l’eau !

•Tenue de plongée sur le dos

et batiscope* à la main, Xavier

Cuchérat vient de remonter

d’une prospection dans la

Hante, un petit cours d’eau de

l’Avesnois. Chargé d’études en

environnement, cet homme de

terrain s’intéresse particulièrement

à deux groupes de mollusques:

les gastéropodes

(escargots et limaces) et les

bivalves (moules d’eau douce).

Sa discipline, la malacologie,

suscite de plus en plus d’intérêt.

« J’interviens pour des

expertises réglementaires

(études d’impact) sur les escargots,

les limaces et les moules

d’eau douce – par exemple en

cas de démantèlement d’un

barrage ou de franchissement

d’un cours d’eau par un

ouvrage d’art, explique-t-il. Et

je réalise des inventaires de

connaissance générale au cours

desquels toutes les espèces présentes

sur un site (Espace naturel

sensible, réserve naturelle…)

sont répertoriées.»

Cet été, c’est donc dans la val-

lée de la Hante, de la Thure et

le bassin de la Solre que le

Lillois Xavier Cuchérat a mené

des investigations. Les plongées

ne sont qu’un aspect de

son travail mais elles sont spectaculaires.

Du plus petit ruisseau

aux rivières les plus

grandes comme la Vienne ou

la Seine, Xavier Cuchérat se

jette à l’eau (du printemps à

l’automne) partout en France.

« Mieux vaut être bien couvert,

dit-il, car l’eau est fraîche.»

Un métier de passionné

Sa méthode de recherche de la

Mulette épaisse –une moule

protégée au niveau national–

a fait de lui le spécialiste de

l’espèce au plan national. Le

cours d’eau est «saucissonné»

en tronçons et chacun d’entre

eux est observé pendant

30minutes par deux «plongeurs».

« Nous ramassons les

individus visibles à la surface

du sédiment, les comptons, les

mesurons et les remettons à

l’eau.»

La Mulette épaisse assure un

rôle de filtration des eaux des

rivières et participe à leur épuration.

Une seule moule peut

filtrer 40 litres d’eau par jour!

« Autrefois, il y avait des dalles

entières de Mulettes, indique

Xavier Cuchérat. Les popula-

tions ont régressé à cause de

leur exploitation (en Allemagne,

on les donnait aux bestiaux),

la transformation des

cours d’eau, la pollution ou

encore la disparition des poissons,

car l’espèce a besoin des

poissons pour se reproduire.»

Mais le malacologue ne passe

pas sa vie dans l’eau. Il réalise

également des inventaires

dans les dunes, les tourbières,

sur les terrils…, «du niveau de

la mer au sommet des montagnes».

RENCONTRE

Pour les escargots, dont le rare

et très petit Vertigo Desmoulin,

les recherches s’effectuent

à vue. « On ramasse de la litière

sur le sol, on la fait sécher et

on la tamise en observant à la

loupe. On cherche dans la

végétation, sous des morceaux

Le malacologue ne passe pas sa

vie dans l’eau. Il réalise également

des inventaires terrestres.

de bois, dans les orties… aussi

bien en ville que dans les villages,

les prairies, les forêts…»

Xavier Cuchérat le reconnaît,

pour exercer son métier, «il

faut être mordu» tout en précisant:

« Je voulais faire de ma

passion mon métier.

Aujourd’hui, c’est mon métier

qui est ma passion.»

VALÉRIE DASSONVILLE

* Sorte d’entonnoir avec un fond vitré qui

permet de voir sous l’eau.

Septembre 2012 39

More magazines by this user
Similar magazines