Portraits de Stars - Magazine Sports et Loisirs

sportsetloisirs.ch

Portraits de Stars - Magazine Sports et Loisirs

STARS

EN NOIR ET BLANC

Bruits de coulisses, scandales et passions,

les Editions Atlas nous invitent

à découvrir l’histoire d’une

trentaine des plus grandes stars hollywoodiennes

à travers un magnifique

volume, principalement en

noir et blanc.Avec sa filmographie,

ses anecdotes et ses superbes photographies

richement commentées,

cet ouvrage de référence se laisse

feuilleter comme un magazine ou

comme un roman noir. Un incontournable

pour les passionnés.

Nostalgie du mythe, du rêve.

Silence… On tourne ! Bogart

s’avance, Bacall, forcément sublime,

ne va pas lui dire non. Un baiser,

ce baiser, c’est tout Hollywood.

STARS DU CINÉMA

HOLLYWOODIENNES

Carla Morandi

sportsetloisirs.ch

49


Lauren

Bacall

Un tempérament

de fer

derrière des yeux

de velours : celle

qui fut "The

Look" sut toujours

réveiller

l’instinct du

dompteur chez

l’homme.

50

© Cinémagence

"The Look"

Un seul film, Le Port de

l’Angoisse, suffit à propulser

Lauren Bacall au firmament

d’Hollywood. Celle qui ne

serait jamais une starlette y rencontra

l’homme de sa vie :

Humphrey Bogart. Elle fut la

beauté, l’intelligence, l’humour

et l’élégance, l’ambiguïté et l’insolence.

Celle que l'on surnomma

"The Look" reste aujourd’hui

l’un des derniers mythes

vivants d’Hollywood.


© Kobal

"Bogey"

A sa mort, en 1957, tout

le monde eut le sentiment

de perdre un ami

intime. "Qui ne porte

pas le deuil d’Humphrey

Bogart, mort d’un

cancer et d’un demimillion

de whiskies ?",

écrivait André Bazin.

Malgré son physique

inquiétant, sa voix

caverneuse, son sourire

carnassier et son francparler

qui terrifiait

Hollywood, "Bogey",

comme l’appela toute

une génération, incarne

certainement l’un des

mythes les plus durables

qu’ait engendré le cinéma.

© Kobal

Humphrey

Bogart

Dans les années

soixante,

"Casablanca"

devint un film

culte. Ses admirateurs

savaient

par cœur toutes

les répliques

d’Humphrey

Bogart devenues

classiques.

sportsetloisirs.ch

51


Marlon

Brando

D’ "Un Tramway

nommé Désir" à

"Apocalypse

Now", Marlon

Brando a créé à

l’écran des

personnages

d’une épaisseur

et d’une

profondeur

inoubliables.

Marlon Brando

en Napoléon

dans "Désiré",

Jean Simmons y

faisait Désiré

Clary et Merle

Obéron

Joséphine de

Beauharnais.

52

© Kobal

© Kobal

"Le Parrain"

En signe de protestation, il

refusa, avec éclat, le second

oscar pour son rôle dans le

célèbre film de Francis Ford

Coppola, Le Parrain. Malgré

ses airs de "dur", Marlon

Brando était un fervent mili-

tant. Il refusait que l’on projette

ses films dans les salles

pratiquant la ségrégation

raciale et se mobilisa pour

les grandes causes humanitaires

: l’Unicef, Martin

Luther King et les Indiens

d’Amérique.


"La Fureur de vivre"

François Truffaut dira que son

jeu "contredit cinquante ans de

cinéma américain" et qu’il est

"une gifle à la tradition psychologique".

On ne dira jamais

assez quelle fut l’influence de

James Dean. Influence sociologique

et morale, bien sûr,

mais aussi artistique. D’Elvis

Presley à Johnny Hallyday,

d’innombrables vedettes l’ont

imité. Du Français Gérard

Blain au Polonais Zbigniew

Cybulski, beaucoup de jeunes

acteurs se sont inspirés de son

romantisme et de son jeu

expressionniste, de son "mal

de vivre" qui était peut-être

tout simplement le nouveau

"mal du siècle".

« La fureur de vivre » (à gauche, avec Nathalie

Wood)

James

Dean

Effrayée par les

risques qu’il

prend, la Warner

lui interdit de

piloter pendant

le tournage de

"Géant". Mais,

aussitôt après le

dernier tour de

manivelle, James

Dean reprend le

volant de sa

nouvelle

Porsche.

Le 30 septembre

1955, le destin

qu’il avait si

souvent nargué

était au rendezvous.

sportsetloisirs.ch

53


Marlene

Dietrich

Dans "L’Ange

bleu", Josef von

Sternberg, génie

baroque, fit du

personnage vulgaire

de Lola

Lola un symbole

de séduction

perverse, fabriquant

ainsi de

toutes pièces le

"mythe Marlene"

54

© Kobal

" L’Ange bleu "

Une voix rauque, aux tonalités

troubles, qui semble chuchoter des

confidences graves ou des sousentendus

canailles. Le mythe de

Marlene Dietrich aurait-il été le

même si elle n’avait pas chanté ?

"Lili Marlene", "La Vie en rose",

"L’Ange bleu". Elle fait naître le

désir et s’y soustrait avec dédain,

se moquant des passions qu’elle

déchaîne sur son passage au nom

de l’idée suprêmement romantique

qu’il n’y a pas d’amour possible.

La femme fatale était aussi

une femme fataliste, lassée par les

vicissitudes de l’amour.


© Kobal

Le cow-boy aux

yeux froids

Sergio Leone résume ainsi

sa rencontre avec l’un de

ses acteurs fétiches : "Il ne

portait ni barbe ni cigare,

mais il avait les yeux

froids, et c’est ce qui m’a

plu". Carrure de bûcheron

et démarche de félin,

Eastwood cultive les paradoxes

avec l’ironie laconique

du personnage qui a

fait son succès. Clint Eastwood

a exercé plusieurs

métiers : ouvrier, bûcheron,

pompiste, militaire, terrassier.

C’est par hasard qu’il

fut engagé pour un petit

rôle, en venant se faire

payer la piscine qu’il venait

de creuser !

© Kobal

Clint

Eastwood

"L’Amérique n’a

engendré que

deux formes

d’expression originales

: le jazz

et le western",

dixit Clint

Eastwood. "Bird"

fut sa contribution

au jazz.

Quant aux

westerns, il est le

seul réalisateur

qui continue

d’en tourner.

sportsetloisirs.ch

55


Greta

Garbo

Sa façon de

rester impavide

pour exprimer

aussi bien le

plaisir que la

douleur, la spiritualité

que la

sensualité, ont

quelque chose de

magique. D’une

lueur dans le

regard, elle

ensorcelle.

56

© Kobal

L’érotisme spiritualisé

Le "phénomène Garbo" demeure

l’une des plus troublantes

incarnations de la passion

amoureuse à l’écran. De film en

film, elle affirme ce personnage

– si peu conventionnel – de

© Kobal

créature de séduction, qui

domine chaque situation tout

en restant merveilleusement

féminine. Le spectateur lui

prête des pensées secrètes

inavouables. Mais qu’éprouvait-elle

vraiment ?

Ernest Lubitsch dirige Greta Garbo dans le désopilant «Ninotchka»


© Kobal

"Le plus bel animal du monde"

Après de nombreux mariages et aventures, Ava

Gardner était sur le point de succomber aux

charmes de Robert Mitchum mais, écrira-t-elle :

"Je n’en ai pas eu le temps. Frank Sinatra est entré

dans ma vie". Cette union orageuse et dévastatrice

durera jusqu’à la rencontre avec Luis Miguel

Dominguin, idole de l’Espagne, qu’elle chérissait

tant. C’est grâce à lui qu’elle mit fin à une relation

qu’elle qualifia "du plus grand mariage à éclipses

du siècle". Enfin, elle vivra des amours violentes

avec George C. Scott, sujet à des rages quasi meurtrières

qui manquèrent de la défigurer. Le responsable

en était l’alcool, dont ils abusaient tous deux.

Ava

Gardner

Comment la

petite fermière

sudiste devint

"le plus bel animal

du monde",

ainsi que la baptisèrent

les

publicitaires

hollywoodiens.

Telle est la fascinante

histoire de

cette actrice

dont la vie fut

une quête frénétique

et tragique

de l’amour et de

la liberté.

sportsetloisirs.ch

57


Charlton

Heston

Charlton Heston

pendant le tournage

du

"Seigneur de la

guerre". Une

photo symbolique

de ce "profil

d’aigle" célébré

par Michel

Mourlet.

58

© Cinemagence

© Cinemagence

L’Histoire selon Heston

Plus encore que le rôle de Moïse,

c’est celui de Ben-Hur (le film le

plus primé de tous les temps avec

ses onze oscars), qui consacrera

définitivement Charlton Heston

comme le grand acteur épique du

cinéma américain de l’après-guerre.

Destiné à renflouer les caisses

de la MGM, Ben-Hur aura coûté la

bagatelle de 12 millions et demi

de dollars. Mais il en rapportera

80, sauvant ainsi la célèbre compagnie

d’une faillite certaine.


Marilyn

Les dernières images que nous connaissons

de Marilyn sont bouleversantes. Dans les

rushes récemment exhumés de son dernier

film demeuré inachevé, Something Got to

Give, elle apparaît dans toute la gloire d’une

féminité radieuse, tout en grâce enfantine, en

charme impudique et en irrésistible séduction,

justifiant pour l’éternité ce propos de

l’écrivain Norman Mailer : "Elle était une

corne d’abondance. Elle engendrait des rêves

de miel".

© Gamma

L’Atlas des stars d’Hollywood, les acteurs de l’âge d’or. Edition Atlas. 55 fr. 50.

© Kipa

Marilyn

Monroe

Le monde ne

l’aura pas vu

vieillir. Elle est

partie au faîte

de sa beauté et

de sa gloire,

emportant avec

elle tous ses

secrets. Sous le

masque radieux

de l’innocence et

de l’ingénuité, la

petite

Américaine

montée au firmament

des

cieux hollywoodiens

cachait en

réalité une

mélancolie

inguérissable.

sportsetloisirs.ch

59

More magazines by this user
Similar magazines