L'homme au complet m..

chalonmelanie.free.fr

L'homme au complet m..

Il faut que je vous voie. Je n’ose pas venir à l’hôtel. Je vous attends derrière le pont. Venez en

mémoire de la cabine 17. L’homme que vous connaissez sous le nom d’Harry Rayburn.

Mon cœur battait à rompre. Il était là ! Oh ! je l’avais su – je l’avais su tout le temps ! Je l’avais senti

près de moi.

Je nouai une écharpe autour de ma tête et sortis. Je devais être prudente. Il était traqué. Personne ne

devait nous voir. Je me glissai devant la chambre de Suzanne. Elle dormait. J’entendais son souffle

régulier.

Sir Eustace ? Je m’arrêtai devant sa porte. Oui, il était en train de dicter à miss Pettigrew, j’entendais

sa voix monotone répéter : « En ce qui concerne le problème du travail parmi les indigènes… » Elle

s’arrêta et je l’entendis jeter quelques mots d’une voix grincheuse…

Je me glissai plus loin. La chambre du colonel Race était vide. Je ne le voyais pas dans le hall. Et

c’était lui que je craignais le plus. Tant pis ! Je n’avais pas de temps à perdre. Je sortis furtivement de

l’hôtel et me dirigeai vers le pont.

Là, j’attendis dans l’ombre. Si quelqu’un me suivait je le verrais passer le pont. Mais non. Personne.

Je m’avançai. À peine avais-je fait quelques pas, que j’entendis un bruit léger derrière moi. Ce ne

pouvait être quelqu’un qui m’avait suivie de là-bas. C’était un homme qui m’attendait là.

Tout à coup, sans rime ni raison, mais avec la sûreté de l’instinct, je me sentis menacée, avec la

même intuition du danger que la nuit à bord du Kilmorden.

Je me retournai. Silence. Je fis un pas. De nouveau, ce bruit. Une seconde fois, je fis volte-face.

L’homme vit qu’il était découvert et s’élança sur mes traces.

Il faisait trop noir pour le reconnaître. Je distinguai seulement qu’il était de grande taille et que c’était

un Européen et non un indigène. Je pris mes jambes à mon cou et courus. Je l’entendis derrière moi. Je

courus plus vite, les yeux fixés sur des pierres blanches qui m’indiquaient la route, car il n’y avait pas de

lune, cette nuit-là.

Soudain, mon pied sentit le vide. J’entendis l’homme derrière moi éclater de rire, un rire sinistre. Les

échos de ce rire retentissaient à mes oreilles, au moment où je tombai… tombai… tombai… dans le vide,

dans le gouffre.

More magazines by this user
Similar magazines