L'homme au complet m..

chalonmelanie.free.fr

L'homme au complet m..

lunettes, et je restai presque tout le temps enfermé dans ma cabine, sous prétexte de maladie.

« À Londres je n’eus pas de peine à suivre ses traces sans être remarqué. Il alla droit à l’hôtel et ne

sortit que le lendemain. Je le suivis. Il se rendit dans une agence de location et demanda des

renseignements sur des villas de banlieue.

« Accoudé au guichet voisin, je demandai des renseignements moi aussi. Soudain, Anita Grunberg

– ou Nadine, comme vous voudrez – entra. Insolente, hautaine et presque aussi belle qu’autrefois. Dieu !

que je la haïssais. Cette femme qui avait brisé ma vie et celle d’un homme qui valait mieux que moi. À

cet instant, j’aurais pu lui tordre le cou, l’étrangler, la broyer… Je voyais rouge. Ce fut sa voix qui me

ramena à la réalité, une voix claire et perçante, avec un accent étranger exagéré :

« — La villa du Moulin, à Marlow. La propriété de sir Eustace Pedler. Peut-être me conviendra-telle.

En tout cas, j’irai visiter.

« L’homme lui donna un visa et elle sortit avec une démarche de reine. Elle n’avait pas paru

reconnaître Carton, mais j’étais sûr que leur rencontre était préméditée. De ce que j’avais entendu, je tirai

immédiatement une conclusion. Ne sachant pas que sir Eustace Pedler était à Cannes, je crus que toute

cette affaire était un prétexte pour le rencontrer dans sa villa. Je savais qu’il avait été en Afrique du Sud

au moment du vol, et comme je ne l’avais jamais vu, j’en déduisis immédiatement que c’était lui le

mystérieux « colonel ».

« Je les suivis tous les deux et je vis Nadine entrer dans le restaurant du Hyde-Park Hôtel. Craignant

d’être reconnu par elle, je rejoignis Carton. J’espérais qu’en le prenant à l’improviste, je le forcerais à

m’avouer la vérité. Je descendis derrière lui dans le métro. Il était tout seul au bout du quai. Il n’y avait là

qu’une jeune femme quelconque, personne d’autre. Je décidai de l’aborder brusquement. Vous savez ce

qui arriva. Terrifié à la vue d’un homme qu’il croyait en Afrique du Sud, il perdit la tête, recula et tomba

sur la voie. Il avait toujours été un lâche. Sous prétexte d’être un médecin, je tâtai son corps et fouillai ses

poches. Il y avait dedans un portefeuille avec quelques billets de banque, une ou deux lettres sans

importance, un rouleau de pellicules que je dois avoir perdu quelque part, et un papier notant un rendezvous

pour le 22 janvier à bord du Kilmorden Castle. J’étais dans une telle hâte de sortir du métro avant

qu’on ne me retînt, que je perdis la feuille, mais heureusement je me rappelai les chiffres.

« Dans le lavabo du café le plus voisin, je me débarrassai de mon déguisement. Je ne voulais pas être

arrêté comme pickpocket d’un cadavre. Puis je retournai au Hyde-Park Hôtel. Nadine déjeunait encore.

Je ne vous décrirai pas en détail comment je la suivis à Marlow. Elle entra dans la maison, et j’entrai à

sa suite quelques instants plus tard, disant à la concierge que j’étais avec elle.

Il s’arrêta. Il y eut un lourd silence.

— Anne, vous me croirez, n’est-ce pas ? Je jure devant Dieu que je dis la vérité. Je l’ai suivie dans la

maison avec le désir de la tuer, et elle était morte ! Je la trouvai dans cette chambre, au premier. Dieu !

C’était horrible. Morte, et je n’étais arrivé que trois minutes après elle et la maison semblait vide !

Immédiatement je me rendis compte de la situation terrible où j’étais. D’un coup de maître, l’homme

qu’on avait voulu faire chanter s’était débarrassé de sa persécutrice et avait trouvé un bouc émissaire à

qui on attribuerait le crime. Une deuxième fois, j’allais être la victime du colonel.

« Je ne sais plus comment je réussis à sortir en gardant un air plus ou moins normal. Mais je savais

que bientôt on découvrirait le crime et que mon signalement serait connu dans tout le pays.

« Pendant plusieurs jours, j’osai à peine sortir. Finalement, la chance me servit. Dans la rue,

j’entendis l’entretien de deux hommes âgés, dont l’un était sir Eustace Pedler. J’eus immédiatement l’idée

de m’attacher à lui en qualité de secrétaire. Je n’étais plus si sûr que ce soit lui le colonel. Peut-être

n’avait-on choisi sa villa que par hasard, pour quelque obscure raison que je ne saisissais pas.

— Savez-vous, interrompis-je, que Guy Pagett était à Marlow au moment du meurtre ?

More magazines by this user
Similar magazines