Ateliers de théâtre amateur - Aix-en-Provence

aixenprovence.fr

Ateliers de théâtre amateur - Aix-en-Provence

Calendrier 2010 / 2011

Lundi 18 octobre - 19h (Entrée libre)

Présentation de la saison

Mardi 19 octobre

À 12h30 Animation

dans le Grand Hall de l’Université

À 18h30 Réunion d’information

sur les ateliers de théâtre amateur.

Mercredi 20 octobre - 20h30

Ce serait trop long

à t’expliquer… le mieux,

c’est que tu viennes.

Saison russe en Pays d’Aix

Mardi 26 octobre - 20h30 (Entrée libre)

Dessin de lumière.

Spontanéité du dialogue

Mômaix, spectacles jeune public.

Vendredi 29 octobre - 14h30 et 19h

Dans ma maison de papier,

j’ai des poèmes sur le feu

Mardi 2 novembre - 19h

Peter Pan ou le petit garçon

qui haïssait les mères

Mardi 7 décembre - 19h

La trafiquante

Vendredi 5 novembre - 20h30

Sukhobezvodnoïé / Endroit sec

et sans eau

Co-programmation avec les ATP d’Aix

Mardi 9 novembre - 20h30

Mercredi 10 novembre - 19h

Ensorcelés par la mort

Théâtre Antoine Vitez Saison 2010 / 2011

www.theatre-vitez.com • theatre.vitez@univ-provence.fr 04 42 59 94 37

Jeudi 25 novembre - 19h (Entrée libre)

Les borgnes

ou le colonialisme intérieur brut

Du vendredi 7

au dimanche 16 janvier (Entrée libre)

8 ème festival de théâtre amateur

du Pays d’Aix

Mercredi 26 janvier - 20h30

Jeudi 27 janvier - 19h

La RéCréation (Étape de travail 1)

Mercredi 2 février - 20h30

La Mouette

Mercredi 9 février - 20h30

Acte Vegas, Une autre Mouette

Mercredi 16 février - 19h (lecture)

Nina ? (Épilogue)

Atelier de Création de l’Université de Provence

Du mardi 8 au samedi 12 mars

Mardi, vendredi, samedi - 20h30

Mercredi, jeudi - 19h

Le diable probablement

Mercredi 16 Mars - 20h30

Le Verfügbar aux enfers

Mardi 29 mars - 20h30

Mercredi 30 mars - 19h

Fantine(s)

Esquisses de figures troubles

Mercredi 6 Avril - 20h30

Les quatre jumelles

Atelier de Création de l’Université de Provence

Du mardi 3 au samedi 7 Mai

Mardi, vendredi, samedi - 20h30

Mercredi, jeudi - 19h

Têtes rondes et têtes pointues

ou Pauvres gens ne sont pas riches

Atelier de Création de l’Université de Provence

Vendredi 13 mai - 20h30

Architectures contemporaines

Opus 4

Atelier de Création de l’Université de Provence

Du jeudi 19 au samedi 21 mai

Jeudi, samedi - 20h30

Vendredi - 19h

Revue

ou Qu’est ce qu’on chantait

ces années-là !!!

Jeudi 26 et vendredi 27 mai (Entrée libre)

3 ème Festival des Bahuts

En partenariat avec le Théâtre de Lenche

Du samedi 11 au vendredi 17 juin

16 ème Festival de jeune théâtre amateur

3 jours et plus…

En partenariat avec le CFMI

Vendredi 24 juin - 19h, 19h30 et 20h

(Entrée libre)

Le dit des murmures


Edito

«

Le livre doit être la hache qui brise la mer

de glace qui est en nous » a dit Kafka en

janvier 1904 à son ami Oskar Pollak.

La construction des conditions d’une rencontre

avec nos intimités me paraît encore ou à nouveau

un horizon positif pour relier l’intimité des artistes

et la demande sociale.

Nous avons donc envie d’évoquer cette saison et

de partager avec les spectateurs l’état actuel de

nos sentiments et de leur fonctionnement.

Que faisons-nous aujourd’hui de nos sentiments ?

Comment pouvons-nous les exprimer et les investir

dans la relation aux autres et dans la transformation

de nos vies ? Sont-ils ce qui passe entre nous

et le monde : torrent vivifiant ou maigre filet d’eau

croupie ? Ne seraient-ils pas seulement des

masques de surface que nous endossons et qui

s’agitent à notre place pour que se maintienne en

nous l’obscurité d’une chambre close mortelle et

froide.

Oui, malgré la reconnaissance affichée de l’individu,

j’ai souvent l’impression que nous vivons nos

vies de façon quasi anonyme, comme si notre

mer intérieure était gelée par sa valeur même.

Notre sensibilité est plutôt supposée et posée

qu’exercée ou même consciente et activée. L’introspection

se fait avec des mots usés, relève de

la conversation et du rituel social plutôt que du

trouble, de la surprise, de ce qui noue notre rapport

à un monde dont nous faisons partie et dont nous

sommes aussi séparés par la frontière fragile de

notre peau.

Face au dehors, nous ne sommes en principe plus

dupes de rien même si nous admettons de fait

presque tout. Et en nous, nous campons sur la

valeur d’une identité vide empruntée comme un

vêtement de hasard.

Gérons-nous nos sentiments ou ne sommes-nous

pas plutôt gérés par eux ? Ceci n’est pas forcément

nouveau ou la marque distinctive du monde

contemporain. L’Histoire formate toujours sournoisement

le rapport au bonheur et à la souffrance.

Mettre donc en jeu, cette saison sur la scène

l’univers varié des sentiments personnels et

collectifs.

- Avec une envie d’empathie et de bain bienfaisant

ou au contraire une volonté critique un peu chirurgicale.

- En faisant fondre doucement la glace ou en

l’attaquant à coup de hache.

- En regardant derrière nous pour voir ce que révèle

le voile de la nostalgie et en essayant de planter

nos dents dans ce qui nous échappe et pourtant

nous agit.

- En osant renouer avec la guerre froide entre le

gel du monde communiste et les flux de l’existence

libérale.

"Je suis une mouette" répète compulsivement

l’actrice Nina dans ses amours et ses voyages. Elle

pourrait être une figure de l’individualisme

contemporain et de ses leurres. Sortie de l’enchantement,

elle est tentée par l’assoupissement dans

la neige, mais elle se trouve soudain face au choc

rouge du tir à bout portant qui a atteint l’autre,

entre silence blanc et cris aigus des compagnes

ailées.

Soyons slaves !

Danielle Bré


Photos et textes

de Catherine Ricoul

Les photos et textes fil rouge de cette saison sont

extraits de journaux de bord de Catherine Ricoul,

plasticienne et voyageuse, journaux tenus lors

de voyages dans l’Arctique.

Catherine Ricoul enseigne le français aux étudiants

étrangers au SCEFEE, au sein de l’Université

de Provence.

Les yeux grand ouverts, vers le lointain, plus loin que loin, aux extrémités nord du monde.

Lancement de saison

Lundi 18 octobre à 19h - Entrée libre

Présentation de la saison

Avec l’équipe du théâtre et les artistes programmés. Une soirée où sens et divertissement vont tenter de cohabiter.

Mardi 19 octobre à 12h

Animation dans le Grand Hall de l’Université

Avec Anthony Doux, accordéoniste, et Danielle Stéfan, chanteuse.

À 18h30 - Amphi Guyon

Réunion d’information

sur les ateliers de théâtre amateur

Une dizaine d’ateliers de théâtre amateur sont organisés sur les sites universitaires d’Aix et Marseille Saint-Charles.

Ouverts à tous, ils fonctionnent un soir par semaine et aboutissent à des spectacles joués en juin lors du festival

«3 jours et plus…». Présentation des ateliers en présence des animateurs et inscriptions.

(Voir les conditions page 22).

Mercredi 20 octobre à 20h30

Ce serait trop long à t’expliquer…

le mieux, c’est que tu viennes.

Mise en scène : Haim Menahem

Avec : Philippe Séjourné, Christian Mazzuchini et Haim Menahem

Cie Théâtre Provisoire, Marseille

Tout est dans le titre ! Et pourtant, malgré ce message elliptique, cette création prend appui sur une problématique

on ne peut plus définie : comment réinstaller le théâtre dans une dynamique d’échange ?

Ils invitent les gens à s’attabler. Peut-on leur parler à ces hommes acteurs ou convives ? Quand se taire ?

Quand continuer de vivre, boire, rire ? Où sont les distances, où sont les lignes à ne pas dépasser ?

Qui est acteur ? Où est le spectacle ?

1


2

Dans le cadre de la Saison Russe

en Pays d’Aix, en collaboration

avec Datcha Kalina

Mardi 26 octobre - 20h30

Entrée libre

Spectacle en russe et français

Mise en scène : Aliona Galkina

Responsable du projet : Jeannette Jivova

Professeur de musique : Olga Pavlova

Professeur de chant : Maria Lobachkina

Avec : Kiril Vladimirov,

Vera Gorbatova, Kristina Jabbarova,

Irina Starikova, Tatiana Tchirkova,

Aleksandre Fiodorov.

Compagnie Perspective,

cie universitaire de Nijni Taguil

Lundi 25 octobre à 16h

salle des professeurs :

Rencontre avec l’équipe de Dessin de lumière.

Spontanéité du dialogue, co-organisée avec le

département d’études slaves et Gouzel Petrova.

Ce spectacle sera également visible

vendredi 22 octobre à 20h30

au théâtre "Ainsi de suite".

Dès le départ, rien n’est tranquille, de violentes rafales, comme des adieux à la terre.

Dessin de lumière. Spontanéité du dialogue

D’après La guerre n’a pas un visage de femme de Svetlana Alexievitch

Elles se sont engagées très jeunes dans l'Armée Rouge pour combattre l'envahisseur nazi lors de la seconde guerre mondiale.

Alors qu'elles avaient 80 ans, Svetlana Alexievitch a recueilli leur témoignage.

Tout ce que nous savons de la guerre nous a été toujours conté par des hommes. Les femmes se réfugient toujours dans le

silence et si d’aventure, elles se décident à parler, elles racontent non pas leur guerre mais celle des autres et ce n’est que dans

l’intimité de leur maison, ou bien entourées d’anciennes camarades de front, qu’après avoir essuyé quelques larmes, elles

évoquent une guerre à vous faire défaillir le cœur.

La guerre féminine possède ses propres couleurs, ses propres odeurs, son propre éclairage et son propre espace de sentiments.

Ses propres mots enfin.

« Après la guerre, pendant longtemps, j’ai eu peur du ciel, peur de lever la tête en l’air. J’avais peur de n’y voir qu’un champ

labouré. Or les freux le traversaient d’un vol familier. Les oiseaux ont vite oublié la guerre.»

Svletana Alexievitch

Née en Biélorussie en 1947, Svetlana Alexievitch développe très tôt l'interview comme instrument de travail, dans son œuvre

entièrement consacrée aux tragédies de son pays.

Elle commence sa carrière d'écrivain par deux livres sur la Seconde Guerre mondiale. Puis, dans Les cercueils de Zinc, elle

s’attaque au mythe de la guerre de libération en Afghanistan, ce qui lui vaudra d’être jugée en 1992 pour atteinte portée à la

mémoire des soldats soviétiques.

Dans Ensorcelés par la mort, elle s’attache à la voix de ceux qui n’ont pas su ou pas voulu survivre à l’effondrement de l’URSS

et du communisme.

La supplication revient dans un témoignage bouleversant sur le monde après Tchernobyl.

Svetlana Alexievitch vit depuis de nombreuses années en exil où elle continue son œuvre.

Le théâtre Vitez accueille également Ensorcelés par la mort mardi 9 et mercredi 10 novembre, du même auteur,

mis en scène par Nicolas Struve (voir page 6).


Les pieds sur la banquise, je tangue et titube devant la mer glacée et le ciel de plomb.

3


4

Dans le cadre de Mômaix, temps

fort de spectacles à voir en famille.

Tarif unique : 5 euros

Vendredi 29 octobre - 14h30 et 19h

À partir de 8 ans - Durée : 1h

Mise en scène : Denis Woelffel

Dramaturgie : Laurent Crovella

Avec : Orianne Bernard, Sandra Denis,

Quentin Lemaire

Régie Générale : Christine Denis

Scénographie : Emmanuelle Bischoff

Musique : Les Weepers Circus

Compagnie Sémaphore, Strasbourg

Coproduction : Expressions Communes, Maison des Arts et des

Congrès de Niederbronn-les Bains, CREA de Kingersheim.

Avec le soutien de la DRAC Alsace - Ministère de la Culture, la

Région Alsace, le Conseil Général du Bas-Rhin.

Mardi 2 novembre - 19h

À partir de 6 ans - Durée : 1h25

Mise en scène : Alexis Moati

Adaptation : Andrew Birkin

Traduction : Céline Albin-Faivre

Dramaturgie : Stratis Vouyoucas

Assistant à la mise en scène : Benjamin Nadjari

Scénographie : Thibault Vancraenenbroeck

Costumes : Aude Claire Amédéo

Lumières : Benoît Fincker

Univers sonore : Josef Amerveil

Avec : Fanny Avram, Léna Chambouleyron,

Carole Costantini, Pierre Laneyrie,

Chloé Martinon, Charles-Éric Petit

Cie vol plané, Marseille

Qui je suis, je suis partie. Se réfugier parfois dans le rêvoir de la nuit.

Un monde refait surface comme d’étranges signaux de brume de l’intime.

Dans ma maison de papier,

j’ai des poèmes sur le feu

De Philippe Dorin

Une petite fille construit sa maison imaginaire. Deux minutes plus tard, elle est devenue une vieille dame.

Mais elle porte toujours ses chaussures d’enfant.

« Aimée, Emma, c’est presque le même nom.

– Oui, c’est juste le temps qui change. »

« Tous les enfants sont à l’intérieur d’une vieille personne, mais ils ne le savent pas encore. »

Philippe Dorin

Peter Pan ou le petit garçon qui haïssait les mères

Tiré de l’œuvre de James Matthew Barrie

Les Darling sont une famille tout à fait ordinaire de Londres, une famille comme il faut, bien que modeste,

voyez-vous. Comme tous les soirs chez les Darling, les enfants jouent à être des parents. Après quoi, ils partent

pour le pays des rêves, la tête pleine des histoires merveilleuses que leur raconte leur grande sœur Wendy.

Tapi derrière la fenêtre de leur chambre, Peter Pan vient les écouter. C’est le seul enfant à ne grandir jamais, jamais.

Mais ce soir, Mr et Mrs Darling s’apprêtent à sortir…

Peut-être changeons-nous vraiment ; à l’exception d’un fragment de nous-mêmes, à peine plus grand qu’une

poussière dans l’œil et qui, comme elle, danse devant notre regard en ensorcelant toute notre vie.

Je ne veux pas couper le cheveu auquel il est pendu.

James Matthew Barrie (extrait de la Dédicace aux cinq de Peter Pan, trad. Franck Thibault)

Co-production : Cie Vol Plané / théâtre du Gymnase (Marseille), Théâtre Massalia. Avec l’aide de l’Adami et de l’Assami.

Vol Plané est aidé au projet par le Ministère de la Culture-Drac PACA, la Région PACA, le Conseil Général 13 et la Ville de Marseille.


Dans le cadre de Mômaix, temps

fort de spectacles à voir en famille.

Tarif unique : 5 euros

Mardi 7 décembre - 19h

À partir de 6 ans - Durée : 45 mn

Mise en scène et marionnettes : Bérangère Vantusso

Avec : Lara Bruhl

Spectacle conçu à partir des poèmes de

Valérie Rouzeau, Carl Norac, Jacques Roubaud,

Francesco Pittau et Leslie Kaplan

et des illustrations de

Stéphane Poulin, Lionel Le Néouanic,

Kitty Crowther, Dominique Maes

et Bernadette Gervais

Horizon perdu. Je recueille ce qui se trouve sur mon chemin émouvant.

La trafiquante

Poésie-marionnette

La trafiquante s’expose. Elle a des trucs dans des boîtes fermées ; parfois elle les ouvre devant le monde.

Au fond il y des mots. Courts, longs, en vers, en prose. Des poèmes. Elle ouvre les boîtes, elle secoue, elle

construit, elle installe, elle tend des câbles, elle parle.

Trr…

Voici d’iliade longtemps j’étais petite enfant

Et je touchais à tout

Alors « la trafiquante », mon père me baptisa

Ou plutôt me rappela.

Avec ce sobriquet

Je devins fière fière fière comme une bougie,

Tout s’éclairait même le crapaud pisseur

Caché trrès au fond de mon cœur. »

Valérie Rouzeau

Production : La Maison de la Poésie Paris, scène conventionnée de création en poésie

5


6

vendredi 5 novembre - 20h30

Spectacle en russe surtitré

Mise en scène : Tatiana Frolova

Régisseur lumière / son : Vladimir Smirnov

Traduction et surtitrage : Sophie Gindt

Avec : Dmitri Botcharov, Elena Bessonova,

Vladimir Dmitriev

Théâtre KnaM, Komsomolsk-sur-Amour, Sibérie orientale

En co-programmation avec

les ATP d’Aix-en-Provence

Mardi 9 novembre - 20h30

Mercredi 10 novembre - 19h

Spectacle en français

Texte français : Sophie Benech

Mise en scène : Nicolas Struve

Scénographie : Damien Caille-Perret

Lumière : Pierre Gaillardot

Régie : Emmanuelle Phelippeau-Viallard, David Antore

Avec : Christine Nissim, Stéphanie Schwartzbrod,

Bernard Waver

Cie L’oubli des cerisiers, Paris

Production : Studio-Théâtre de Vitry. Co-production : Arcadi.

Coproduction pour la reprise : Arcadi,

Compagnie L’Oubli des cerisiers, Théâtre des Quartiers d’Ivry.

Manifestation organisée dans le cadre de l’année

France-Russie 2010.

Mardi 9 novembre à 18h30, Amphi A

Rencontre avec l’équipe d’Ensorcelés par la mort

et avec Kira Peskhova du Département d'études slaves pour

une présentation de l’œuvre de Svetlana Alexievitch.

L’air de rien. Ici, sous un jour éreinté, bat le cœur noir de l’Arctique. Des jours sans fins. « Aller là » passer l’hiver.

Sukhobezvodnoïé / Endroit sec et sans eau

D’Olga Pogodina

C’est une pièce auto-biographique. Olga parle de son frère en prison qui lui écrit fréquemment, la suppliant d’écrire

plus, lui demandant sans cesse de lui envoyer des cigarettes, des gâteaux, des lunettes pour lire, finissant toujours

ses lettres par une formule tout à la fois ironique et hypocrite, "mais seulement si tu en a les moyens”.

Quelques années plus tard, il est sorti de prison et Olga n’a plus jamais eu de nouvelles de lui.

Moi : On peut se vider comme une poubelle. Alors dans cette poubelle apparaîtra aux yeux de tous une réserve d’illusions

vieillies, entières et disparates, brisées et recollées. L’illusion est une tromperie des sentiments, quelque chose d’artificiel

; un état maladif, une perception erronée des objets et des faits. La télé et le ternet (comme dit un de mes amis),

sont des sources intarissables d’illusions.

Ensorcelés par la mort

D’après Svetlana Alexievitch

Dans l’immédiat après Union Soviétique, trois récits tirés d’entretiens menés par Svetlana Alexievitch, avec trois

anciens membres du parti communiste d’URSS, chacun ayant tende se suicider parce qu’intimement attaché

au monde qui s’effondrait.

Le premier bolchevique que j’ai entendu, c’était dans mon village. Un jeune étudiant en capote militaire qui faisait

un discours sur la place, près de l’église.

« Qu’est-ce que c’est le régime soviétique ? demandent les paysans.

- Ce sera quand nos femmes porteront des robes de soie et des chaussures à talons. Il n’y aura plus de riches

et de pauvres. Tous les gens seront égaux. Tout le monde sera heureux. »

Ma mère aura une robe de soie… Ma sœur portera des chaussures à talons…

Comment ne pas être séduit par un rêve pareil ? Ce sont les pauvres qui ont suivi les bolcheviques, ceux qui n’avaient

rien. Ils étaient les plus nombreux.

Svletana Alexievitch

Le théâtre Vitez accueille également Dessin de lumière. Spontanéité du dialogue d’après La guerre n’a pas

un visage de femme, du même auteur mardi 26 octobre (voir page 2).


Sur la banquise, je regarde le bateau, les petites flaques bleutées, je suis vivante.

7


Dans le cadre des Ateliers de l’Euroméditerranée,

un partenariat Université

de Provence, Marseille Provence Capitale

Européenne de la Culture,

Théâtre Antoine Vitez.

8

Jeudi 25 novembre - 19h

Entrée libre

Ouverture au public de l’Atelier mené par

Kheireddine Lardjam avec des étudiants

en théâtre de l’Université de Provence

et de jeunes acteurs algériens.

Du vendredi 7 au dimanche 16 janvier

Entrée libre

8 ème festival

de théâtre

amateur du

Pays d’Aix

Spectacles des compagnies

et ateliers amateurs

issus des communes

du Pays d’Aix

L’autre versant, rêvé, désiré ou remémoré, parfois insaisissable, se dévoile.

Les borgnes

ou le colonialisme intérieur brut

De Mustapha Benfodil

Dans un asile de fous croupit Salah, un vieil instituteur affaibli

et aveugle. Un jour, il reçoit la visite singulière de Samir, qui

prétend être son fils. Samir est metteur en scène de théâtre et

travaille sur une pièce, Les Borgnes, qui traite de ce qu’il croit

être sa tare secrète, la maladie de la "borgnitude" qui lui fait

voir, à lui aussi, la chose et son contraire.

On se moquait beaucoup de moi

À cause de mes lunettes ridicules

Mes lunettes borgnes

Qui changeaient de couleur au gré des jours

Mistero Buffo

de Dario Fo

Cie Les Maskarons, Saint-Cannat

Le mystère bouffe raconte, entre autres, la crucifixion du

point de vue des bourreaux : clouer un homme n’est pas une

sinécure et comprend nombre de difficultés techniques...

Les joyeuses commères de Windsor

de Shakespeare

Cie Les Juliennes, Venelles

Échoué dans la petite ville de Windsor, Falstaff s'empresse

de faire la cour à deux bourgeoises pleines de bon sens qui

remarquent vite qu'il en veut plus à leurs écus qu'à leurs

charmes.

Jours pairs : verre noir

Jours impairs : verre rouge

Fils de harki, moi ?

Oui, peut-être

Les jours impairs

Ou « pères »

Peu importe !

Le Pôôôôôvre !

On s’est plus moqué de moi, après

Pourtant,

J’en disais des conneries

Je foutais joyeusement la pagaille dans l’alphabet des

éléments

Je baisais allègrement l’Ordre Narratif National.

Les rustres

de Goldoni

Cie Théâtre Plus, Simiane Collongue

Dans le milieu des marchands de Venise en 1760, quelques

femmes charmantes s'opposent à leurs maris, barbons

grincheux, cocasses et grotesques, qui croient préserver par

la force leur autorité menacée par les idées nouvelles...

La guerre de Troie n’aura pas lieu

de Jean Giraudoux

Cie Théâtre du Sud, Bouc Bel Air

La pièce décrit la bêtise des hommes et leur obstination.

Giraudoux décrit la situation en Europe où tout le monde voit

venir la guerre mais ne fait rien. Son œuvre se termine par

l'inévitable guerre, reflet de la réalité.


Pied à terre, j’aperçois au loin les visages. Une voix vient de l’autre rive. Les premières rencontres.

Enfant j’étais

Cie On verra ça demain, Aix-en-Provence

Création sur le thème de la maltraitance des enfants, à partir de récits et témoignages

de l'enfance racontés par des adultes.

Grand-peur et misère du IIIe Reich

de B. Brecht

MJC Prévert, Aix-en-Provence

Brecht s’est directement inspiré de récits de témoins oculaires et d’extraits de journaux

pour ce texte qui montre l’enracinement du régime nazi dans toutes les sphères du

peuple allemand.

Le dire troublé des choses

de Patrick Lerch

Cie Anagramme, Pertuis

Captifs, ils tournent tous sur le manège de l'abrutissement, scandent le non-sens

de leurs petites vies insignifiantes, sous la musique de l'incapacité d'être, en cercles

vicieux concentriques vers le néant existentiel de l'absurde.

Petits jeux avec frontières

de Catherine Suty

Cie Les électrons flous, Venelles

Des comédiens parisiens dans un pays improbable des Balkans : la Slovéquanie,

à la veille du référendum d’adhésion à l’Europe. Absurdité de la situation politique,

choc des cultures, vrais et faux semblants, et valse mêlée des sentiments.

Deux femmes pour un fantôme

de René de Obaldia

Cie La colline douce, Coudoux

L'épouse et la maîtresse, victimes de l'égoïsme masculin, recréent un mari et un amant

idéal pendant que celui-ci meurt dans un accident de la route. Mais Pierre devient un

fantôme...

Finies les vacances

Cie Lamouraire, Aix-en-Provence

On se chamaille, on s'embrasse, on chante, on boit, on rit, on est un peu pompette

et on ne s'ennuie pas.

La croisée des chansons

Atelier du personnel de la MMSH, Université de Provence

Spectacle de chansons en lien avec le thème de la saison du théâtre Vitez.

Variations énigmatiques

d'Eric-Emmanuel Schmitt

Alter égaux Théâtre, personnels de l’Université de Provence

Qui aime-t-on quand on aime ? Sait-on jamais qui est l'être aimé ?

L'amour partagé n'est-il qu'un heureux malentendu ?

Et des petites formes originales créées en regard

du thème de saison du théâtre Antoine Vitez :

Comédie

de Samuel Beckett

Cie du Labyrinthe, Aix-en-Provence

Parfaitement diserts, les personnages de la pièce parlent de leurs sentiments,

de leur vie et de ses avatars, de leurs émotions avec une grande simplicité

et une grande clarté. Mais s’écoutent-ils les uns les autres ?

Duo

Cie Les Ritourn’elles, Aix-en-Provence

Duo de clown sur le thème de la saison

Temporairement épuisé

d’Hubert Colas

La Nacelle en Lubéron, Pertuis

Une génération de la fin des années 80, les vingt, vingt-cinq ans, une sortie définitive

de l'enfance. La recherche du premier grand choix amoureux...

Naissances d'adultes écorchés vifs.

Cie Les Caquetants, Ventabren

Création à partir d’improvisations sur le thème de la saison.

9


10

Mercredi 26 janvier - 20h30

Jeudi 27 janvier - 19h

Conception et mise en scène : Danielle Bré

Assistant à la mise en scène et dramaturge :

Mathieu Cipriani

Assistante :

Sofy Jordan

Scénographie et lumières :

Christophe Chave

Avec :

Yoann Goujon, Bryce Quétel,

Amandine Thomazeau, Charlotte Ramond,

Stina Soliva, Pierrick Bonjean

Cie In Pulverem Reverteris, Aix Marseille

Partenaires : 3 bis f, Théâtre de la Minoterie,

théâtre Massalia, Théâtre Comœdia.

Face à nos ombres et au vent, face au miroir, funambules immobiles, vagabonds, suspendus entre ciel et mer.

La RéCréation

(Étape de travail 1)

D’après l’œuvre de Robert Walser

Spectacle dédié aux jeunes de 16 à 25 ans

Une cour de récréation mentale pour une jeunesse contemporaine possible. Et si l’opacité des jeunes n’était que le reflet

du silence des adultes ?

Jakob

Depuis quelque temps, je suis devenu nerveux, si l’on peut appeler nervosité une certaine tension jointe à l’affaiblissement

des facultés d’observation. Tout est devenu trop délicat, on est non point sur la terre ferme mais comme flottant en l’air.

Et puis cette continuelle possession et conscience de soi, cela y fait peut-être aussi. On attend toujours quelque chose,

et finalement cela vous affaiblit. Et d’un autre côté on s’interdit sévèrement d’attendre car cela est inadmissible.

Nous vivons déjà presque ailleurs. C’est comme si nous étions ici, respirant, dormant, mangeant, veillant, assistant à des cours

et apprenant des leçons mais d’une façon toute provisoire.

Quelque chose comme une force motrice impitoyable bat bruyamment des ailes chez nous. Serait-ce que nous épions l’avenir.

Un quelconque après.

Robert Walser, l’Institut Benjamenta.

Julie

J’ai l’impression de voir à travers le corps de mes camarades et de mes parents, au sein de leurs pitoyables entrailles, je les

entends penser et s'instruire. Je les vois commettre erreurs et bêtises. Mais en fin de compte c’est moi la plus fragile, la plus

faible et la plus infidèle à moi-même qui soit sur terre. Je voudrais jeter un cri, appeler très fort au secours,

mais je n’en suis pas capable. Je suis vide, durcie, glacée.

Un château de cartes, voilà ce qu’est pour moi l'architecture de l'univers, il n’y a pas si longtemps solide, somptueuse :

rien qu'un souffle, un pas, un léger mouvement, un toucher, et elle va s'effondrer en minces plaques de papier.

Robert Walser, Sur quelques uns et sur lui-même


Île de Herschel, 69°34' Nord - 138°55' Ouest. Vue de l'ancienne station baleinière.

11


12

Mercredi 2 février - 20h30

Adaptation et mise en scène : Mikaël Serre

Dramaturge : Jens Hillje

Scénographie : Antoine Vasseur

Costumes : Fanny Brouste

Lumières : Sébastien Michaud

Assistante à la mise en scène :

Chloé Brugnon

Avec : Olav H. Benestvedt,

Servane Ducorps, Jean-Marie Frin,

Elsa Grzeszczak, Gaël Leveugle,

Sam Lowick, Charles-Henry Thissen,

Christelle Tual.

Production : la Comédie de Reims,

Centre Dramatique National en coproduction

avec la Rose des Vents, Scène Nationale

Lille Métropole.

En long, en large, contre le temps et les lois de l’attraction. Ça reste entre nous. Nous cherchons notre passage.

La Mouette

D’Anton Tchekhov

Nina veut devenir une super Nina.

Constantin veut être reconnu comme écrivain et transmettre une pensée sur le monde.

À leur manière propre, ils entrent en résistance...

Partir, faire des enfants, devenir actrice, tomber amoureuse d’un écrivain célèbre…

qui n’en rêve pas de ce rêve de princesse ? Et ce rêve de princesse aux conséquences parfois ravageuses est peut-être le plus

honnête, franc et sain qui soit.

Capitaliser sur la jeunesse qui n’a parfois que le rêve comme valeur-refuge, c’est un sport mondialement pratiqué.

L'œuvre dramatique doit, au-dede tout intérêt littéral ou purement historique, accéder à un niveau où elle sera ressentie et

comprise par les générations nouvelles. L'œuvre dramatique est une création liée à son époque dépendant de tous les éléments

de l'heure, de la société, des problèmes sociaux. Le théâtre de toutes les époques vit et s'effondre toujours avec son actualité.

L’époque qui passe par-dessus I'œuvre met en valeur l'un ou l'autre des éléments de cette œuvre ou les plonge dans l'ombre.

Toute époque vivante trouve dans les époques précédentes les éléments qui lui conviennent et les met de nouveau en lumière.

L'œuvre n'a rien de figé ni de définitif.

Ervin Piscator, Le théâtre Politique


Mercredi 9 février - 20h30

Mise en scène : Geoffrey Coppini

Collaboration chorégraphique :

Thierry Thieû Niang

Dramaturgie : Youness Anzane

Scénographie : Marion Abeille

Univers sonore : Erik Billabert

Lumières : Victor Egéa

Costumes : Floriane Gaudin

Avec : Marion Abeille, Arnaud Aldigé,

Maude Buinou, Lou Colombani

Chargé de production : Jérôme Nunes

Last Cie, Marseille

Co-production : Système Friche Théâtre,

dans le cadre d’ActOral 10. Ce projet reçoit le financement

de la région PACA, la Ville de Marseille,

la Commission Européenne (PEJA).

LAST Cie est aidée par La Distillerie (Aubagne),

le théâtre de La Minoterie, le Théâtre des Bernardines

et le GRIM (Marseille).

Projet lauréat Mécènes du Sud.

Manifestation organisée dans le cadre

de l’année France-Russie.

Mercredi 16 février - 19h (lecture)

Texte et lecture : Sabine Tamisier

Texte écrit avec le soutien du Centre

National du Livre (bourse d’encouragement 2007).

Texte à paraître aux éditions Théâtrales en 2011.

Création par la Cie "l’homme debout" (Lyon) en 2011.

Cette constante oscillation d’horizons mouvants, cet univers parcouru d’un archipel de solitude morcelée.

Acte Vegas,

Une autre Mouette

De Liliane Giraudon d’après Tchekhov

Il y a trois protagonistes, qui sont aussi une foule, des

ombres, des gens qui s'invitent lors d'une nuit de folie, de

morts de rire parce que farce cruelle du destin etc, de crimes

répétés sans remords. Êtres de fiction par passion, ils seront

sans morale, bien entendu, insatiables, prêts à tout inventer,

poseurs de gestes et de questions esthétiques, le genre, le

(la ?) mode, le style, le code. Des obsédés artistiques qui ont

connu Arkadina de son vivant et ri des ambitions ultimes de

son fils Konstantin. Ont-ils connu la fin des idéologies ? Des

avant-gardes ? Oui bien sûr, et ils pratiquent quelque chose

de la performance comme un hoquet temporel.

Nina ? (Épilogue)

Lendemains pour La Mouette d’Anton Tchekhov

Ce qui arrive à Nina après la mort de Treplev. C’est la nuit.

Une femme marche dans la ville. Une comédienne.

C’est Nina. Il neige.

Je vais cesser

TREPLEV

je ne suis qu'une passeuse de mots,

je suis faite

du son des autres

Alias Nina :

Quel effet ça fait un mort ?

Et puis deux.

On apprend la chose.

On ne comprend pas.

C’est abstrait.

C’est après que le vide s’installe.

Vivant, je refusais de le voir. Je lui interdisais…

Maintenant il n’est plus là. Je ne peux plus le fuir ni rien lui

interdire.

Son cinéma il est terminé. Comme ses improvisations soitdisant

idiotes et tout ce cirque

autour de lui…

Lui et sa pseudo mère. Sa terrible mère.

Ils me sont rentrés dans les os.

Et le panier de prunes très sucrées il est passé où ?

Et elle …

Maintenant elle se prend pour un radiateur. Cette conne.

Liliane Giraudon

VOCABLES

D'EMPRUNT mais

aujourd'hui soudain

c'est l'équinoxe

ce MATIN

la marée monte

j'ai une nausée

je ne veux plus avoir à me plaindre.

Le jour se lève tu entends ?

Trésor n'aboie plus. Il s'est habitué

ou il s'est endormi .

Sabine Tamisier

13


14

Atelier de Création

de l’Université de Provence

Du mardi 8 au samedi 12 mars

Mardi 8, vendredi 11, samedi 12 - 20h30

Mercredi 9, jeudi 10 - 19h

Mise en scène : Frédéric Poinceau

Avec des étudiants des cursus

théâtre de l’Université

Mercredi 16 Mars - 20h30

Mise en scène : Danielle Stéfan

Dramaturgie : Dominique Chevé

Arrangements musicaux : Alain Aubin

Scénographie : Christian Geschvindermann

Assistante à la mise en scène : Hélène Arnaud

Chorégraphie : Anne-Marie Chovelon

Costumes : Virginie Bréger

Création lumière : Jean-Luc Martinez

Comédiennes-Chanteuses : Frédérique Soulomiac, Amandine

Buixeda, Marie-Ange Jannuccillo, Alice Mora, Elisabeth

Moreau, Henriette Nhung Pertus, Murielle Tomao

Musiciennes : Aurélie Lombard (accordéon),

Magalie Braconnot (violon)

Production "Femmes et résistances"

(Trafic D’arts II, Nuits Blanches en Compagnie,

Léda Atomica Musique)

Co-production : Théâtre du Gyptis, 3 bis f

Projet soutenu par la Ville de Marseille, la Ville d’Aix-en-Provence,

le Conseil Général 13 et l’association des amis de Germaine Tillion

Mauvaise passe ! Les vents ont soufflé. Bientôt, nous serons en quarantaine glaciaire. Un air de déjà-vu. Dépositaire d’une mémoire du monde.

Le diable probablement

D’après le scénario de Robert Bresson

Un garçon d'une vingtaine d'années est découvert, mort, dans une allée du cimetière du Père-Lachaise, deux balles dans la tête.

L’a-t-on assassiné, s'est-il suicidé ? Il menait, semble-t-il, la vie des jeunes gens de son époque. Entouré d'amis,

il passait de nombreuses heures en discussions sans fin sur les dangers qui menacent le monde : pollution, gaspillage des

ressources naturelles, décomposition du tissu social, famine, guerre…

Charles : La croissance ! La croissance de quoi ? Du bonheur, par la carte de crédit ? Si je perdais la vie voilà ce que je perdrais

(en énumérant un annuaire) : l'éducation de 9 à 10 ans, l'éducation de 11 à 15 ans, la bibliothèque de l'homme cultivé, la taxe

locale d'habitation, les acomptes provisionnels… Je crois le plus que je peux à la vie éternelle mais, si je me suicide, je ne peux

imaginer que je serai jugé pour n'avoir pas compris ce que personne ne peut comprendre. Plus rien de politique dans ma vie, si ce

n'est le refus de toutes les politiques. Je ne veux pas que l'on me force à ne plus vouloir, à remplacer mes non désirs par de faux

désirs, calculés par des statistiques, des sondages, des calculs, des classifications américano-soviétiques super-connes. Je ne

veux pas être un esclave.

Robert Bresson

Le Verfügbar aux enfers

de Germaine Tillion

Tragi-comédie en forme de revue écrite au camp de concentration de Ravensbrück

Prologue : Je voudrais ici chanter les aventures, et la vie, et la mort d’un animal craintif en dialecte vulgaire, appelé

"Verfügbar".

Le naturaliste : L’objet de ma conférence est l’étude approfondie d’une nouvelle espèce zoologique, celle des Verfügbar.

Le terme appartient au dialecte germani-con et signifie "disponible". Il est le produit de la conjugaison d’un gestapiste

mâle avec une résistante femelle…

Comprendre une mécanique qui vous écrase, démonter mentalement ses ressorts, envisager dans tous ses détails une

situation apparemment désespérée, c'est une puissante source de sang-froid, de sérénité et de force d'âme. Rien n'est

plus effrayant que l'absurde. En faisant la chasse aux fantômes, j'avais conscience d'aider un peu, moralement, les

meilleures d'entre nous.

Germaine Tillion


Mardi 29 mars - 20h30

Mercredi 30 mars - 19h

Mise en scène et adaptation : Christelle Harbonn

Scénographie : Christophe Chave

Vidéo et photos : Xavier Oliviero

Création Sonore : Sébastien Rouiller

Régie et lumière : Jocelyne Rodriguez

Avec : Marianne Houspie, Pascal Farré,

Peggy Péneau, Olivier Boréel

Cie Demesten titip, Paris Marseille

Co-production : Par les Villages,

3 bis f - lieu d’arts contemporains

Le projet est soutenu par la Région PACA, la ville

de Marseille, le collectif 12 et l’Institut Marcel Rivière

(Yvelines). Co-réalisation : Le Vent Se Lève (Paris).

Mercredi 6 Avril - 20h30

Mise en scène, scénographie - lumières :

Christophe Chave

Avec : Edith Amsellem, Magali du Sartel

Marianne Houspie, Jocelyne Monier,

Anne Naudon, Peggy Peneau

Chargée de production / Collaboration artistique :

Cécile Quaranta

Aide à la gestion : Archipel Nouvelle Vague

Cie LESGENSDENFACE, Aubagne

Coproduction : 3 bis f - lieu d’arts contemporains

(Aix-En-Provence) - Théâtre Comœdia (Aubagne) -

La Friche La Belle de Mai / Système Friche Théâtre

(Marseille).

La cie est subventionnée par La Ville d’Aubagne

et le Conseil Régional PACA et est partenaire de

La Distillerie-Lieu de création théâtrale (Aubagne), et

du Théâtre de la Minoterie (Marseille). Bourse d'aide

à la création artistique 2009 - Ville d'Aubagne.

Calme incertain, nous restons vulnérables. Géographie émotionnelle, ce n’est pas moi que je regarde là.

Fantine(s)

Esquisses de figures troubles

D’après Les Misérables de Victor Hugo

Cette création présente l’histoire de Fantine, la mère de Cosette, et interroge tous les motifs qui poussent certains à la détruire et

d’autres à la sauver. Le roman de Victor Hugo est constitué de scènes et de portraits. Cette adaptation part du même principe,

rendant compte subjectivement de la pensée d’une femme née et morte par hasard, sans destinée exemplaire.

Qu’est-ce que c’est que cette histoire de Fantine ? C’est la société achetant une esclave.

Au point de ce douloureux drame où nous sommes arrivés, il ne reste plus rien à Fantine de ce qu’elle a été autrefois.

Elle est devenue marbre en devenant boue. Qui la touche a froid. Elle passe, elle vous subit, et elle vous ignore. Elle a tout

ressenti, tout supporté, tout éprouvé, tout souffert, tout perdu, tout pleuré. Elle n’évite plus rien. Elle ne craint plus rien.

Tombe sur elle toute la nuée et passe sur elle tout l’océan ! Que lui importe ! C’est une éponge imbibée.

Victor Hugo, Les Misérables

Les quatre jumelles

De Copi

L'action se déroule chez les sœurs Smith, en Alaska. Dans ce lieu imaginaire, les sœurs Goldwashing, jumelles elles aussi,

débarquent chez les sœurs Smith. Naît alors un combat sans merci, une lutte à mort sans fin. Ces jumelles sont immortelles.

Elles sont condamnées à s'entretuer indéfiniment.

Les Quatre Jumelles est un objet théâtral non identifié, un tourbillon, une ronde délirante et fascinante.

Un corps agile, des vêtements flottants ; un sourire au coin des lèvres aussi chargé d’amitié que d’ironie ; une intelligence

lucide et désarmante ; un regard surprenant d’attention ; un rire franc et sonore, scandé souvent de bouffées de fumée ;

tout à coup, des phrases entières presque chantées ; une fragilité du corps dans une superbe charpente intellectuelle,

tel m’est toujours apparu cet être attachant, brillant, pudique, infiniment discret, rieur et virevoltant qui s’appelait Copi.

Jorge Lavelli, metteur en scène.

15


Du mardi 3 au samedi 7 Mai

Mardi 3, vendredi 6, samedi 7 - 20h30

Mercredi 4, jeudi 5 - 19h

16

Ateliers de Création

de l’Université de Provence

Mise en scène : Nathalie Garraud

Avec des étudiants des cursus

théâtre de l’Université

Vendredi 13 mai, à partir de 20h30

Conception : Le Département de Musique

de l’Université de Provence, l’Association

Architectures contemporaines, l’AMU,

Action Musicale Universitaire.

Direction artistique : Christine Esclapez

Le festival se poursuit samedi 14 mai

à partir de 18h30 au GRIM - Scène

musicale de Montevideo / Marseille

Du jeudi 19 au samedi 21 mai

Jeudi 19, samedi 21 - 20h30

vendredi 20 - 19h

Mise en scène : Danielle Stéfan

Avec des étudiants des cursus

théâtre et musique de l’Université de

Provence

Et plus loin (avant, après), je ne cesserai d’en tracer et retracer le brûlant sillage et les courants secrets.

Têtes rondes

et têtes pointues

ou Pauvres gens ne sont pas riches

de Bertold Brecht

L'action se situe dans un pays imaginaire appelé "Yahoo".

Mettez des têtes pointues d'un côté, des têtes rondes de

l'autre. Ajoutez-y un dictateur, marionnette d'un vice-roi

fortuné qui prépare son retour en force. Séparez bien les

pauvres des riches. Et vous obtenez une comédie satirique où

racisme, égoïsme et intérêt sont pointés de la tête.

Et les autres / Ceux qui en ont assez

Parce qu'ils en ont vu de trop / Et qui veulent oublier

Alors y se jettent à l'eau / Mais la Seine

Elle préfère / Voir les jolis bateaux

Se promener sur elle / Et au fil de son eau

Peut-être verrons-nous la fin du siècle

Sans rien apercevoir qui nous inquiète

Peut-être est-il sauvé, notre vieux monde

La crise était peut-être peu profonde

Le spectre va peut-être disparaître,

Les cris se taire, si on les ignore ?

Nous mangerons souvent ensemble encore

Et nous mourrons dans notre lit, peut-être.

Peut-être qu'ils crieront non pas "à mort !" mais "bravo" !

Quand sur leur dos nous mangerons la laine

La lune va peut-être rester toujours pleine,

Et la pluie pour toujours tomber de bas en haut ?

Bertold Brecht

Architectures contemporaines, Opus 4

Festival universitaire de jeunes créations musicales

Ce festival propose un espace de rencontres artistiques (créations, productions, débats) où la musique occupe une place centrale.

Ces rencontres ont comme vocation de mettre en lumière les créations étudiantes de futurs professionnels du monde artistique.

Revue ou Qu’est ce qu’on chantait ces années-là !!!

En écho à l’opérette de Germaine Tillion

Divertissement musical à partir des chansons des années 1930-1940 parodiées dans Le Verfügbar aux enfers.

Jouer aux caravelles / Sur la Seine

Les ennuis / Y’en n'a pas qu'à Paris

Y’en a dans le monde entier / Oui mais dans le monde entier

Y’a pas partout Paris / V'là l'ennui

Francis Lemarque, A Paris.


Village d'Angmassalik, Groenland. Au loin, les icebergs glissent, vêlés sans fin par un glacier à l'agonie.

17


18

Jeudi 26 et vendredi 27 mai

Entrée libre

Accueil de spectacles

d’ateliers de théâtre des collèges

et lycées du pays d’Aix

du samedi 11 au vendredi 17 juin

En partenariat avec

le Théâtre de Lenche, Marseille

Tarifs : 3,5 € un spectacle

5 € une soirée

Hors Les Murs…

Atelier de Création de l’Université de Provence

du 15 au 18 juin

au Théâtre des Bernardines, Marseille

Mise en scène : Marie Vayssière

Avec des étudiants des cursus théâtre

de l’Université de Provence

Vendredi 24 juin 19h, 19h30 et 20h

En partenariat avec le CFMI

Entrée libre, réservation obligatoire (jauge très réduite)

Création : Benjamin Dupé

Avec les étudiants du CFMI

Je redeviens le guetteur de traces, pour sauver de l’oubli les secrets de l’océan. Un hublot taché de sel tenait parfois lieu de boussole.

3 ème Festival des Bahuts

LE PHILOSOPHE : Tu redoutes que nous ne transformions le théâtre en fonctionnaire en maître de cérémonies en prêcheur

de morale travaillant avec les moyens de l’art. Tranquillise-toi, là n’est pas l'intention. On peut considérer l'art dramatique

comme une manifestation humaine élémentaire, qui a sa fin en elle-même. Il diffère en cela de l'art de la guerre,

qui n’a pas sa fin en lui-même. L'art dramatique relève des forces sociales élémentaires, il repose sur une faculté sociale

immédiate, un plaisir de l'homme en société, il est comme le langage lui-même, il est un langage pour lui-même.

Bertold Brecht, L’achat du cuivre

3 jours et plus… 16 ème édition du Festival de jeune théâtre amateur

Spectacles réalisés dans le cadre des ateliers de théâtre amateur organisés par le théâtre Antoine Vitez, l’association

Pratik Teatr et l’Université de Provence.

Bonne ou mauvaise, une pièce de théâtre contient toujours une image du Monde. C’est pourquoi on fera bien

de considérer les formes variées que prend le jeu théâtral en dehors des grandes institutions et notamment

les efforts spontanés, et les formes embryonnaires du théâtre des amateurs.

Bertold Brecht, Sur le métier de comédien

Entends-tu Moscou ?

de Sergei Tretiakov

La pièce est un agit-guignol qui, comme tout agit-guignol, oppose la classe des possédants à celle du prolétariat :

dans l’Allemagne en ébullition des années vingt, l’inauguration par les autorités d’un monument à la gloire des

dirigeants de la province et des industries étrangères sera prétexte à la grogne et au sabotage de la manifestation.

Le théâtre Vitez s’associe à la production et accueillera des répétitions.

Le dit des murmures

Spectacle musical jeune public à partir de 7 ans


L’expérience du passage, c’est dépasser une frontière pour échapper à son étreinte puissante. Navigation à ciel ouvert.

Et aussi

Before and after

Ce dispositif est ouvert à tous ceux qui sont

intéressés par l’élaboration personnelle d’une

culture théâtrale.

Il s’agit concrètement, par des rencontres

autour des spectacles vus et à voir, de permettre

le dépassement de la fréquentation du théâtre

comme consommation et de répondre à la

demande de ceux qui veulent avoir plus

d’informations sur les équipes et les enjeux

artistiques à l’œuvre.

Ces rencontres seront animées par Danielle Bré,

Directrice du théâtre, et Cécile Boudard, chargée

du public, en présences des metteurs en scène

et acteurs invités.

• Lundi 25 octobre à 16h, salle des professeurs :

Rencontre avec l’équipe artistique de Dessin de

lumière. Spontanéité du dialogue.

• Mardi 9 novembre à 18h30, Amphi A :

Rencontre avec l’équipe d’Ensorcelés par la mort

et Kira Peskhova pour une présentation de

l’œuvre de Svetlana Alexievitch.

et de 13h30 à 15h30 au Théâtre Antoine Vitez :

• Jeudi 18 novembre

• Jeudi 16 décembre

• Jeudi 17 février

• Jeudi 7 avril

• Jeudi 12 mai

Dispositif d’Éducation Artistique

e t Culturelle (EAC) de la Ville

d’Aix-en-Provence

Nous accueillons trois spectacles compris

dans le dispositif EAC (programme à préciser)

Travail avec les collèges et lycées

du pays d’Aix

Dans le cadre de conventions avec les

établissements secondaires, nous accueillons

les élèves et leurs enseignants en groupe sur

certains spectacles et nous organisons dans

l’année des journées de rencontre des ateliers

de pratique théâtrale.

Se renseigner auprès de Cécile Boudard.

Collaboration avec d’autres opérateurs

Le théâtre Vitez est membre du Groupe du 27,

groupe informel des équipes professionnelles de

théâtre, chanson et danse du Pays d’Aix.

Le théâtre Vitez collabore avec Opening Nights,

pour la suite du projet "Par les villages" en

demande de labellisation dans le cadre de

Marseille Provence capitale européenne de

la culture.

Le théâtre Vitez organise cette saison une

relation privilégiée avec le Centre Social

Jean-Paul Coste.

19


20

Passeport

Le Passeport Vitez

est un dispositif qui vous permet

d’accéder, sur présentation

de votre carte "Laissez-Passer",

aux spectacles suivants

à des tarifs préférentiels.

Renseignements et réservations :

ATP d’Aix-en-Provence

04 42 26 83 98

Pavillon Noir, Aix-en-Provence

0811 020 111

Théâtre des Bernardines, Marseille

04 91 24 30 40

TNM La Criée, Marseille

04 91 54 70 54

Théâtre du Gymnase, Marseille

0820 000 422

Théâtre Gyptis, Marseille

04 91 11 00 91

Théâtre du Jeu de Paume, Aix-en-Provence

0820 000 422

Théâtre de Lenche, Marseille

04 91 91 52 22

Théâtre Massalia, Marseille

04 95 04 95 70

Théâtre de la Minoterie, Marseille

04 91 90 07 94

Théâtre des Salins, Martigues

04 42 49 02 00

Théâtre du Merlan, Marseille

04 91 11 19 20

3bisf, Aix en Provence

04 42 16 17 75

Les 5 et 6 novembre

Last Meadow

Chorégraphie de Miguel Gutierrez

8 € Pavillon noir

Du 16 au 20 novembre

Folisophie

Conception et mise en scène de Michel Massé

7 € théâtre Gyptis

Du 23 au 27 novembre

Premier amour

De Samuel Beckett

Mise en scène de Sami Frey

6 € Théâtre du Jeu de Paume

Les 3 et 4 décembre

Il / Houwa

De Driss Ksikes

Mise en scène de Jaouad Essouani

5 € Théâtre de la Minoterie

Du 6 au 11 décembre

Tête de lune

Conception et interprétation de Stéphanie Jame

à voir dès 7 ans

6 € Théâtre de Lenche

Du 7 au 11 décembre

Le livre d’or de Jan

Texte et mise en scène d’Hubert Colas

6 € Théâtre du Gymnase

Les 10, 11, 15, 16 et 17 décembre

Eric Von Stroheim

De Christophe Pellet

Mise en scène de Renaud-Marie Leblanc

7 € Scène Nationale du Merlan

Du 15 au 18 décembre

Sale Août

De Serge Valetti

Mise en scène de Patrick Pineau

9 € La Criée, à la friche la Belle de Mai

Du 11 au 14 janvier

Debout

Compagnie Arketal

Marionnettes tout public à partir de 9 ans

4 € Théâtre Massalia

Du 11 au 22 janvier

Pas encore prêt

D’Aurélie Leroux

6 € Théâtre des Bernardines

Du 11 au 29 janvier

La Rosa Blanca

De Maryse Aubert

Mise en sène de Adel Hakim

6 € Théâtre de Lenche

Du 12 au 15 janvier

Vers toi terre promise

De Jean-Claude Grumberg

Mise en scène de Charles Tordjman

6 € Théâtre du Jeu de Paume


Du 18 au 22 janvier

6 hommes grimpent la colline

De Gilles Granouillet

Mise en scène d’Eric Leconte

5 € Théâtre de la Minoterie

Le 25 janvier

Les règles du savoir-vivre

dans la société moderne

De Jean-Luc Lagarce

Mise en scène de François Berreur

6 € ATP au Pavillon Noir

Du 25 au 29 janvier

La tragédie du roi Richard II

De William Shakespeare

Mise en scène de Jean-Baptiste Sastre

6 € Théâtre du Gymnase

Du 25 au 29 janvier

Pollock

De Fabrice Melquiot

Mise en scène de Paul Desveaux

9 € La Criée

Les 27 et 28 janvier

Sous le volcan

De Josse de Pauw d’après M. Lowry

Mise en scène Guy Cassiers

8 € Théâtre des Salins

Les 4 et 5 février

Les affluents

Chorégraphie et interprétation

Par les danseurs du ballet Preljocaj

8 € Pavillon noir

Le 10 février

L’art résiste au temps

Un projet pas simplement musical

Du Collectif Inouï

Entrée libre 3bisf

Du 15 au 19 février

Les acteurs de bonne foi

De Marivaux

Mise en scène de Jean-Pierre Vincent

6 € Théâtre du Gymnase

Du 8 au 26 mars

Le voyage de Pénazar

Ecriture et mise en scène de François Cervantes

4 € Théâtre Massalia

Du 8 au 27 mars

Un pied dans le crime

D’Eugène Labiche

Mise en scène de Jean-Louis Benoît

9 € La Criée

Du 15 mars au 2 avril

Roméo et Juliette

De William Shakespeare

Mise en scène Françoise Chatôt

7 € Théâtre Gyptis

Du 23 au 26 mars

Daddy, I’ve seen this piece six

times before and I still don’t know

why they’re hurting each other…

Chorégraphie : Robyn Orlin

8 € Pavillon noir

Du 5 au 9 avril

On ne sait comment

D’après Pirandello

Mise en scène de Marie-José Malis

6 € Théâtre des Bernardines

Du 6 au 9 avril

Noli me tangere

Texte et mise en scène de Jean-François Sivadier

9 € La Criée

Le 8 avril

Kolik

De Rainald Goetz

Mise en scène de Hubert Colas

8 € Théâtre des Salins

Du 11 au 13 avril

A.L.I.C.E.

Ecriture et mise en scène de Benoît Bradel

Tout public à partir de 10 ans

4 € Théâtre Massalia

D u 7 au 10 juin

Les Perses

D’Eschyle

Mise en scène d’Olivier Py

5 € ATP en tournée sur la Communauté

du Pays d’Aix

21


22

Ateliers de théâtre amateur

Des ateliers ouverts à tous, à partir de 18 ans,

sont organisés de novembre 2010 à juin 2011.

Ils se déroulent un soir par semaine de 19h à 23h,

et deux week-ends dans l’année, sur les campus

d’Aix et de Marseille Saint-Charles, dans l’Université

ou les cités universitaires.

Tous ces ateliers ont pour objet des créations qui

seront présentées en juin 2011 dans le cadre du

Festival du jeune théâtre amateur "3 Jours et

Plus…" au théâtre Vitez et au théâtre de Lenche

à Marseille.

Une quinzaine d’ateliers différents sont proposés :

pièces d’auteurs classiques ou contemporains,

projets à thèmes…

La présentation de toutes les propositions

2010 / 2011 sera faite par les animateurs

mardi 19 octobre à 18h30 à l’amphi Guyon

(site Schuman, Aix-en-Provence).

Les inscriptions se prendront à la suite de

cette réunion.

Pour les étudiants inscrits à l’université de

Provence, ces ateliers peuvent vous donner

droit à un bonus comptabilisé dans votre

cursus.

Tarif annuel des ateliers

plein : 90 € / réduit : 70 €

L’inscription comprend le prix du laissez-passer.

Tarif réduit consenti au personnel des Universités Aix-

Marseille, aux étudiants, moins de 26 ans, demandeurs

d'emploi, professionnels de la culture et de l’enseignement

et adhérents ATP, Théâtre des Ateliers, 3 bis F,

Théâtre et Chansons.

La fréquentation de ces ateliers est pour nous liée à une

pratique de spectateur. C’est pourquoi le Laissez-Passer

Vitez est inclus dans le coût de l’atelier. Faire du théâtre

va en effet de pair avec le fait d’en voir.

État d’esprit

Plus que des ateliers de formation, il s’agit de

pratiques de production artistique amateur.

Ce mot amateur induit un rapport spécifique à l’art

dont nous pensons qu’il est indispensable dans le

paysage théâtral d’une société : rapport interne à l’art

(on est dedans et pas devant) et l’on en fait pour le

plaisir.

C’est cette exigence du plaisir qui met en tension

processus artistique et pratique sociale, de façon nonprotocolaire,

selon des motifs souvent intimes et secrets,

souvent mouvants et en devenir, ayant à voir avec la

liberté et l’appropriation individuelle et collective

d’une culture.

Nous pensons qu’il est important de préserver et de

privilégier ce modèle de pratique de l’art, à tout prendre

plus proche du positionnement artistique que l’ensemble

des pratiques éducatives de l’art. Celles-ci visent le plus

souvent les bénéfices culturels induits par les normes

sociales ambiantes. Ce sont des réponses aux besoins

d’expression de soi et aux revendications identitaires liées

aux universités de masse dans une société de masse,

démocratisation en surface des langages et des formes

de l’art, intégration dans une culture mais pas appropriation

de celle-ci, encore moins invention.

Danielle Bré


Sur l’île sans nom, mon ombre sur la roche polie par la glace.

23


Vos Coordonnées

Nom / raison sociale :

Prénom :

Adresse :

Code Postal : Ville / pays :

Téléphone :

Email :

Vous souhaitez recevoir nos informations par mail par courrier

Votre adhésion

Etiez-vous adhérent la saison dernière ? Oui Non

La carte Laissez-Passer

Donne entrée libre pour tous les spectacles et permet de bénéficier du Passeport Vitez (voir p. 20 - 21)

Laissez-Passer sans atelier de théâtre amateur

Plein tarif : 80 € Tarif réduit : 45 €

Laissez-Passer + inscription à un ou plusieurs ateliers de théâtre amateur

Plein tarif : 90 € Tarif réduit : 70 €

Nom de l’animateur :

Carte d’adhésion donnant droit à un tarif à 5 € pour tous les spectacles de la saison

Tarif unique : 10 €

24

PHOTO

Théâtre Antoine Vitez

Saison 2010 / 2011

Bulletin d'adhésion

A découper et renvoyer (ou rapporter) signé

accompagné du règlement à l’adresse :

Théâtre Antoine Vitez- Université de Provence

29 avenue Robert Schuman

13621 Aix-en-Provence cedex 1

Cadre réservé à l’administration du théâtre

Numéro de carte : A / B

Date :

Responsable :

Les tarifs réduits

Si vous avez droit à un tarif réduit, merci de remplir les renseignements demandés.

Le tarif réduit est accordé sur présentation d’un justificatif.

Merci d’en joindre une photocopie pour toute adhésion par courrier.

Etudiant inscrit pour l’année 2010 / 2011

Nom de l’Université ou de l’école :

Branche d’études :

En quel niveau d’études êtes-vous inscrit ?

Professionnel de la culture. Fonction :

Compagnie, équipe municipale.

De façon à leur faciliter l’accès au théâtre, nous proposons aux compagnies professionnelles

et amateurs partenaires, ainsi qu’aux équipes municipales du pays d’Aix, après contact avec

l’équipe du théâtre, de prendre un laissez-passer collectif à tarif réduit.

Nom de la compagnie / de la Ville :

Professionnel de l’enseignement. Fonction :

Personnel de l’Université de Provence

Demandeur d'emploi, bénéficiaire des minima sociaux

Adhérents ATP, Théâtre des Ateliers, 3 bis F, Théâtre et Chansons

Règlement

Par chèque à l’ordre de l’association Présences

Banque : N° Chèque :

En espèce (seulement sur place)

Je déclare adhérer à l’association Présences / Théâtre Vitez

Fait à le

SIGNATURE


Adhérer

au théâtre Vitez

Cartes en vente les soirs de spectacles et de 9h à 12h

du mardi au vendredi.

• La carte Laissez-passer donne entrée libre

pour tous les spectacles et permet de bénéficier du

Passeport Vitez, dispositif de tarifs réduits pour une

trentaine de spectacles dans les salles partenaires

(voir pages 20-21).

Tarif plein : 80 € / Tarif réduit : 45 €

De façon à leur faciliter l’accès au théâtre, nous

proposons aux compagnies professionnelles et

amateurs partenaires, ainsi qu’aux équipes municipales

du pays d’Aix, après contact avec l’équipe

du théâtre, de prendre un laissez-passer collectif

à 45 €.

• La carte d’adhésion permet de bénéficier d’un

tarif à 5 € pour tous les spectacles.

Tarif unique : 10 €

Tarifs sans carte

14 € : Tarif plein

8 € : Tarif réduit

5 € : Demandeurs d’emploi, spectacles Momaix,

établissements scolaires adhérents

3,50 € : Bénéficiaires des minima sociaux.

Tarif réduit consenti au personnel des Universités

Aix-Marseille, aux étudiants, moins de 26 ans, demandeurs

d'emploi, professionnels de la culture et de

l’enseignement et adhérents ATP, théâtre des Ateliers,

3 bis F, théâtre et Chansons.

Le Théâtre Vitez participe aux dispositifs

Lattitude 13 et Pass’art.

Accès et parking

• Depuis le centre-ville, suivre la direction "Facultés"

après la gare SNCF.

• Depuis l’A8 direction Nice, sortie 30a, puis à gauche

au premier rond-point. Suivre la direction "Fenouillères"

et "Facultés".

• Le parking de l’Université est accessible 30 minutes

avant les représentations. Après le portail, suivre le

fléchage à l’extérieur des bâtiments.

Théâtre Antoine Vitez Saison 2010 / 2011

Université de Provence - 29 avenue Robert Schuman

13621 Aix-en-Provence cedex 1

Informations et réservations

Tel : 04 42 59 94 37

Site : www.theatre-vitez.com

Mail : theatre.vitez@univ-provence.fr

Le théâtre est accessible

aux personnes à mobilité réduite.

Equipe

Co-présidents : Danielle Bré et Jean Gonella

Secrétaire générale : Agnès Loudes

Directeur technique : Jean-Luc Hervé

Techniciens : Benjamin Salignon et Jérémie Dessertine

Secrétaire : Nassera Bouterfas

Comptable : Nicole Callet

Médiation culturelle : Cécile Boudard

Accueil, entretien : Michel Hertanu

Graphisme : Pierre Marc Martelli - Impression : Coloriage

Photos : Catherine RICOUL

de licences d’entrepreneur du spectacle :

1-108396 / 2-108397 / 3-108398

Le théâtre Antoine Vitez est géré par l’association Présences et est membre du Syndicat National des Scènes Publiques. Il est aidé par :

More magazines by this user
Similar magazines