01.07.2013 Views

La banque d'un monde qui change - Tennis Spora

La banque d'un monde qui change - Tennis Spora

La banque d'un monde qui change - Tennis Spora

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

Balle tuning Balle bouée Balle coccinelle

Balle de voyage Balle ours Balle de Chine

Balle jean Balle citron vert Balle tag

Balle matriochka Balle disco

La banque d’un monde qui change


Plaquette éditée à l’occasion

du 40e Anniversaire du Tennis sPorA


PréfAces

Le T.c.sPorA, fondé en 1967 comme section autonome

du sPorA pluridisciplinaire, parfaitement intégré

dans la vie sportive et sociale de la ville de Luxembourg,

fête cette année son 40e anniversaire; cette célébration

constitue sans aucun doute un événement phare qu’il

s’agit de fêter avec panache, spécialité dans laquelle le

club de tennis brille également. Le T.c. sPorA possède

un talent très développé pour organiser sur ses belles

installationsde grandes manifestations de prestige comme

les championnats d’europe pour Amateurs, les internationaux

de Luxembourg et la coupe d’europe de tennis

des clubs champions.

Je tiens à remémorer les efforts inlassables des

responsables et des sportifs sur le terrain au fil des

années, qui ont permis d’accéder à un palmarès des plus

prestigieux tant au niveau national qu’international.

Je ne citerai que les participations à la coupe d’europe

des clubs champions ainsi que les deux victoires au

Tournoi de l’espérance, compétition internationale de

renom pour jeunes.

cela m’amène tout naturellement à souligner l’excellente

politique du T.c.sPorA au niveau du travail avec les

jeunes. en effet, les responsables préfèrent recruter sur le

terrain des ressortissants bien de chez nous, peu importe

leur nationalité! en leur offrant une formation approfondie

dans une école de tennis aux objectifs ambitieux,

le succès leur donne raison! Toutes les équipes de jeunes

ont accédé à la division supérieure de leur catégorie!

Pour conclure, permettez-moi de remercier les dirigeants

et membres du T.c. sPorA des efforts consentis à leur

sport favori, de leur souhaiter de bonnes et joyeuses fêtes

commémoratives et que la réussite animera leur chemin

vers le cinquantenaire!

Jeannot Krecké

Ministre des sports

Le Tennis sPorA s’apprête à souffler ses 40 bougies.

A côté du volet festif, un tel événement devrait aussi

comporter un volet rétrospectif, amenant le jubilaire à jeter

un regard en arrière, à faire le bilan des années passées et

à définir ses objectifs pour l’avenir. connaissant le sérieux

et l’engagement des responsables du club, je suis

persuadé qu’ils vont profiter de l’occasion pour faire cet

exercice. ils pourront le faire avec d’autant plus de

confiance qu’au cours de quarante années de son

existence, le club n’a pas seulement accumulé des succès

sportifs remarquables, mais qu’il peut s’enorgueillir

d’avoir apporté entre autre une contribution inestimable à

l’encadrement de la jeunesse. La Ville lui en est très

reconnaissante.

en tant que bourgmestre de la Ville de Luxembourg,

il me tient à cœur de souligner en ce jour le mérite de tous

ceux qui, depuis sa création, ont contribué à la longévité

du club et je tiens à exprimer à tous les membres du Tennis

sPorA mes sincères félicitations et ma gratitude pour leur

contribution à la promotion du tennis dans notre pays.

Aujourd’hui le club peut être fier de tout ce qui a été

achevé depuis 1967 et au nom du collège échevinal et de

tous nos concitoyens, je m’empresse de féliciter le Tennis

sPorA pour le travail accompli. Que nos meilleurs vœux

les accompagnent dans leurs activités futures!

Paul Helminger

Bourgmestre de la Ville de Luxembourg

40 Ans Tennis sPorA


PréfAces 40 Ans Tennis sPorA

en cette année 2007 le Tennis sPorA célèbre le 40e

anniversaire de sa fondation et il entend commémorer

l’événement le 21 juillet prochain. Je saisis cette occasion

pour remercier ses dirigeants et membres de leur

engagement et de leur travail inlassable dans l’intérêt du

club. J’espère que les festivités d’anniversaire donneront

à chacun l’occasion de faire le bilan des activités passées

et de puiser les forces nécessaires pour affronter l’avenir.

Le Tennis sPorA est un des fleurons du sport de la

capitale et la Ville peut en être fière. A cela s’ajoute le fait

que le club dispose d’excellentes infrastructures bien

entretenues dans un site exceptionnel. Mais le Tennis

sPorA est bien plus que cela. ce club se distingue par

une formidable ambiance qui a été créée par les

fondateurs et c’est cette «ambiance Tennis sPorA»

qui a pu se développer et se consolider au cours des

40 dernières années.

connaissant le dynamisme et l’enthousiasme des membres

et des dirigeants du Tennis sPorA, je sais qu’ils

n’ont nullement l’intention de se reposer sur leurs

lauriers, mais qu’ils vont continuer dans la voie qui est la

leur depuis 4 décennies. Je suis confiante qu’au sein du

Tennis sPorA tous continueront à faire preuve du même

attachement à la cause du tennis et je leur souhaite en

particulier qu’ils soient en mesure d’intéresser et de

motiver les jeunes joueurs.

finalement, je tiens à exprimer mes plus chaleureuses

félicitations et mes meilleurs vœux pour l’avenir au

Tennis sPorA. Qu’il soit en mesure de persévérer dans

la voie tracée!

Anne Brasseur

echevin des sports

nombre d’entre nous se rappellent avec beaucoup de

joie les débuts du Tennis sPorA il y a 40 ans.

Le tennis a évolué beaucoup en 40 ans, et le Tennis

sPorA a évolué lui aussi.

Généralement, on dit que 40 ans est l’âge de la raison

pour un homme. il me semble qu’il en est ainsi également

pour le Tennis sPorA.

À l’époque des débuts du Tennis sPorA, les membres

du club étaient réputés pour leurs prouesses sportives,

mais aussi (et pour certains surtout) pour leur caractère

insoucieux, joyeux et jovial.

Le Tennis sPorA et ses membres ont mûri et le club

apporte aujourd’hui un soutien sportif et financier très

sérieux à ses joueurs et joueuses qui ont l’ambition

de pratiquer un tennis de compétition de haut niveau.

Le tennis au Luxembourg et en europe est devenu

beaucoup plus international et à l’heure actuelle plus de

la moitié de nos membres n’ont pas la nationalité

luxembourgeoise.

Je reste convaincu que le Tennis sPorA se doit d’avoir

des objectifs sportifs ambitieux et nous continuerons

dans cette voie en vue d’étoffer encore davantage le riche

palmarès de notre club.

Le troisième Président des états-Unis d’Amérique,

Thomas Jefferson, disait qu’il préfère les rêves du futur à

l’histoire du passé.

en ce qui concerne le Tennis sPorA, je pense qu’il est

possible de savourer les rêves du futur et de contempler

en même temps avec une mélancolie plaisante le passé si

riche tant sur le plan sportif que sur le plan de l’ambiance

incomparable qui a contribué à forger la réputation de ce

club de tennis.

nous tenons à remercier ici les membres fondateurs et

les anciens Présidents ainsi que tous les membres du

Tennis sPorA d’avoir contribué à faire en sorte que nous

puissions aujourd’hui pratiquer notre sport favori sur des

installations impeccables sur le site du Bambësch qui est

d’une beauté superbe.

nous aimerions également remercier spécialement la

fondation félicien Hanrion pour son soutien financier

que nous apprécions énormément et qui nous permet à

notre tour de soutenir nos meilleurs joueurs et d’avoir les

moyens financiers nécessaires pour gérer le club et ses

infrastructures.

Pour terminer, je souhaite que le futur de notre club soit

au moins aussi brillant et glorieux que son passé.

Jean-Marc Goy

Président


PréfAces

Réflexions d’un Ancien JoueuR

PouR cet AnniveRsAiRe des 40 Ans du

tennis sPoRA, BeAucouP de MoMents

AGRéABles Me viennent à l’esPRit.

comme joueur de tennis originaire de Diekirch, le sPorA

était mon adversaire lors de mes premières années

tennistiques. Après mon mariage avec rita MeYer

– jeune joueuse de talent – le très sévère Président

fondateur Affi scHerer m’a forcé de prendre une

licence au sPorA pour pouvoir m’entrainer sur les

terrains merveilleux du Baumbusch. il faut dire que la

gestion très performante de notre ami Affi a été à la base

des succès et du développement fulgurant du club.

Pendant une dizaine d’années 1975 – 1985 j’ai pu faire

parti de l’équipe fanion de mon nouveau club qui à

plusieures reprises est devenu champion de Luxembourg

interclub. c’était une période très agréable et fructueuse

avec des copains offenHeiM – sTeinMeTZ – sTorcK

– cLAUDe – KLenscH – BrUcK – neU – scHiLTZ

– GiLniAT – rADoUX – VAn KAUVenBerG – GoY et

j’en passe et des meilleurs. Avec mon épouse et

championne rita ainsi que nos enfants, nous avons

passé des moments forts sympathiques sur ce site

magique qui a attiré le tout Luxembourg. Le tennis était

la discipline sportive à la mode et on devait se débrouiller

pour avoir un terrain, spécialement le court central.

Après cette période sportive fort intense, est venue une

période dans les années 80 où mon tour est arrivé pour

servir le club. D’abord comme Président du Tennis

sPorA et par après comme gestionnaire de la

« fondation félicien HAnrion ». comme Président,

j’ai eu la grande satisfaction de voir évoluer toutes nos

équipes au zénith du tennis luxembourgeois. Karin

KscHWenDT a grandi dans cette atmosphère familiale

pour devenir une joueuse professionnelle – christine GoY

prendra sa relève. nous organisons la coupe d’europe

des clubs champions, un court central est construit.

Avec Jo scHiLTZ comme architecte et joueur nous

construisons un hall couvert au Baumbusch qui s’intègre

parfaitement dans ce cadre idyllique et nous réussissons

à le financer correctement.

lA « fondAtion félicien HAnRion »

une PReMièRe – Au seRvice du sPoRt

Le 14 avril 1989, notre membre fondateur et ami flix

HAnrion a créé la « fondation félicien HAnrion ».

rien que pour ce caractère de « première », l’initiative de

flix mérite d’être spécialement mise en exergue. ce qui

la rend encore plus estimable, c’est qu’elle se met au

service de la promotion des jeunes de deux clubs sportifs

particulièrement méritants. cette judicieuse affectation

honore le généreux donateur qui est conscient que les

jeunes sportifs ont plus que jamais besoin d’un soutien

optimal pour épanouir leurs talents dans des conditions

de plus en plus difficiles.

La fondation réunit comme administrateurs tous les

anciens Présidents du Tennis sPorA et du sWiMMinG

LUXeMBoUrG. Au cours des 18 années d’existence,

cette fondation, par ses contributions financières, a

largement favorisé le développement harmonieux des 2

clubs. A côté du soutien financier, les anciens dirigeants

donnent des conseils sportifs aux membres du comité

des clubs respectifs.

cette fondation, il faut le dire, est exemplaire.

non seulement, elle permet au Tennis sPorA et au

sWiMMinG LUXeMBoUrG d’envisager un développement

prometteur. L’exemple de flix HAnrion pourrait

en inciter d’autres dans cette voie. c’est un souhait que

nous exprimons en faveur du sport luxembourgeois.

charles KRoMBAcH

LUXEMBOURG-VILLE

8, rue Philippe II

Tél. 22 22 56

LUXEMBOURG-BELAIR

119, av. du X Septembre

Tél. 45 19 39

BERTRAnGE

City Concorde

Tél. 44 83 59

DIffERDAnGE

9, rue Michel Rodange

Tél. 58 32 10


HoMMAGe 40 Ans Tennis sPorA

Wéi meng Kollege mech gefrot hunn, ob ech gewëllt wier

en Homage un eisen zweete President a frënd ed felgen

ze schreiwen, wor ech flattéiert, mä ech hunn net

geduecht, dass et sou schwéier wier, fir déi passend

Wierder ze fannen.

Meng frëndschaft fir den ed geet op d’enn vun de fofzeger

Joren zeréck, wou mir allen zwee um red-star Märel-Belair

gekickt haten, duerno koum den Tennis, wou mer ënnert

anerem an der Pineta um Briddel gespillt hunn. Den ed wor

ee vun deenen éischten, dee bei der schéiner a grousser

Tennis-spora-Geschicht derbäi wor.

fir déi schwéier ierfschaft vun onsem onermiddleche

Grënnungspresident an frënd Affi scherer unzetrieden wor

den ed dee richtege Mann. Mat senger Perséinlechkeet,

senger roueger, awer fester Manéier an net zulescht senger

virbildlecher Astellung zum sport, huet hien 1976,

mat sengem Vize-President Jean-Paul raus an eisem

nicole scherer, déi schéin Bambësch-story iwwerholl.

Hie wor ee gudde President, een tolerante Mënsch an ee

Beispill fir déi Jonk, wor ëmmer present, och als spiller,

wou mir onvergiesslech Momenter erlieft hunn.

e puer speziell Mériten erausgepickt: hien huet eis fir de

Wanter ze iwwerbrécken 4 Terraine mat enger fir déi Zäit

fonkelneier Ballongstechnik iwwerdeckt. Hien huet eis,

no der Viraarbecht vum Affi, ee sekretariat un d’club-

House ugebaut a virun allem sportlech ass ënnert senger

Presidentschaft vill erreecht ginn.

op den ed konnt een ëmmer zielen, hien huet jidderengem

nogelauschtert. Awer wann de Mann mat der Betongsakaul

ee steiwen Hals krut, huet hien dech déif an d’Ae

gekuckt an huet dir op eng fest, awer léif Manéier seng

Meenung gesot.

fir d’spora huet hie vill Zäit geaffert, awer well seng

firma felgen-Associés ënnert senger Leedung ëmmer méi

grouss gouf, konnt hie leider nëmmen 1 Mandat als

President erfëllen.

Hie blouf senge frënn a sengem club awer ëmmer trei,

an huet och bei der Grënnung vun der «fondatioun félicien

Hanrion» mam Maus, charel, Lé ënnert anerem vill dozou

bäigedroen.

Vill ze vill fréi huet hien eis viru scho bal 5 Joer misse

verloossen, a konnt net genuch vu senger Pensioun,

sengem aneren Hobby dem Golf, a sengem schéinen

Haus a spuenien, wou hien dacks mat senger famill wor,

profitéieren.

ed, deng frënn vum Tennis-spora wäerten dech

ni vergiessen.

Zapp


cHroniQUe 40 Ans Tennis sPorA

les Années 67 68

L’equipe, issue du T.c Mersch, se composant en

majeure partie des Tontons fondateurs, présentés avant

cette chronique, se battait avec les moyens de bord;

il ne faut pas oublier que flix, Lé, Joé, Jang et Zapp

venant d’autres sports ont commencé le tennis autour

des 25 ans et avaient, comme seuls atouts, leur bonne

volonté, une condition physique au-dessus de la moyenne

et leur engagement d’amener le futur spora au plus haut

niveau. «A tout seigneur tout honneur». Le plus obstiné

était Lé, qui avec un jeu de fond de court métronomique,

arrivait à se maintenir dans les hauteurs du classement

jusqu’à la quarantaine; son taux de réussite à la volée

était de 50%, avec ce petit désavantage qu’il ne montait

que deux fois par saison. Jo schiltz, tout jeunot, mis au

tennis par son papa, ancien boxeur professionnel,

apportait avec un jeu très spectaculaire des points

précieux à l’équipe des tontons; il faut signaler également,

que le club, avec ses 22 membres, grâce à la

compréhension de la commune et à l’hospitalité du

T.c stade, pouvait profiter de 2 terrains à la route d’Arlon

pour ses entraînements quotidiens. il s’agissait

évidemment d’une solution transitoire. on prit contact

avec les responsables du c.A sPorA (Dr.ferron et

P.Link) pour créer une section Tennis spora. réticents au

début, ils firent la fine bouche avec des observations style

«il ne faut pas que le club verse dans la sénilité». Mais

c’était sans compter avec la clairvoyance et l’expérience

d’Affi (dirigeant du c.o.L), qui allait monter un édifice

solide à l’image des Arquebusiers, où les jeunes gens de

bonne famille apprenaient le tennis correctement, avec un

certain frank Baden comme emblème: ce félin surdoué à

l’âge de 15 ans renvoyait tout le monde au vestiaire avec

le sourire, ajoutant encore à la frustration de ses

adversaires perplexes.

La route était tracée, l’ambition était grande, l’aventure

pouvait commencer. Le 13 décembre 1967 le

Tennis spora voit le jour.

- Le T.C. Mersch monte en division 2

du tennis national

- Le Tennis Spora est né

- La FLT admet le Tennis Spora

- Les premiers pas vers la construction de

nouveaux terrains

les Années 69 70 71

Départ sur les chapeaux de roue. Vice-champion en

Division 2, mais surtout Vainqueur de la coupe de

Luxembourg comme under-dog. Le club reste fidèle à

ses engagements. Jemp Thilmany, qui quelque part faisait

déjà partie de la famille, est engagé pour mettre sur pied

l’ecole de Tennis. Jemp artiste (peintre catalogué au

salon des Artistes), un solitaire très attachant, était avant

tout un esthète, ce qu’on ne pouvait pas dire des

tontons; le personnage idéal en somme pour démarrer

ce genre d’entreprise. Le club brûle les étapes: passage

en Division 1; le 17 juillet 71 est inauguré le club House

avec Zapp comme tenancier. cette épopée para-sportive

est évoquée ailleurs dans la brochure, mais objectivement

il faut signaler, que Zapp et son club House ont contribué

à ce que le spora devienne un club phare, un pôle

magnétique en quelque sorte. Le nombre des membres

prenait une ascension vertigineuse, qu’il était parfois

difficile de gérer.

La construction de 4 terrains supplémentaires permit

d’organiser du 4 au 8 août 71 le championnat des

amateurs avec 19 pays au départ; finale Metrevelli

(U.r.s.s ) vainqueur de Baranyi (Hongrie), Anne Brasseur

participe également activement sur le terrain à

l’organisation de l’ecole de Tennis et le club lui doit une

fière chandelle; au contraire de ses cousins, elle a opté

pour le spora, sans doute parce qu’en tant que

psychologue diplômée, la diversité caractérielle des

tontons avait suscité son intérêt professionnel – des cas à

étudier en somme. Les atouts d’Anne sont connus:

honnêteté intellectuelle, pénible souci du détail, et surtout

une travailleuse infatigable, oubliant parfois l’humour,

qu’elle réserve pour ses amis intimes. colette et Lydie

impressionnées par sa droiture, rare en politique,

la recrutèrent pour former le trio électoral, qui allait

renvoyer les porteurs d’espoir masculins du parti aux

seconds rôles de dauphins, d’où probablement la

nouvelle dénomination «Delphinpartei». L’ecole de Tennis

du spora mène à tout, peut être la conclusion de cette

anecdote.

1969

- Début de la construction de trois terrains

au Bambësch

- Vainqueur de la Coupe de Luxembourg

comme équipe de Division 2

- Fondation de l’équipe de tennis par

Jemp Thilmany

1970

- Le Tennis Spora monte en division 1

- Sur sept titres de champion interclubs,

le Tennis Spora en remporte quatre

1971

- Construction de quatre terrains

- Monique Hendel:

championne individuelle Dames


cHroniQUe 40 Ans Tennis sPorA

les Années décisives 72 73 74

Jos offenheim rejoint les tontons. Quoi de plus naturel,

pense-t-on avec le recul du temps? eh bien pas

du tout! il faut se remettre à la mentalité de l’époque.

Jos, originaire d’esch-sur-Alzette, y comptait beaucoup

d’amis et était, en tant que joueur de coupe Davis,

depuis une bonne dizaine d’années le pilier du club eschois;

d’un autre coté il habitait à Luxembourg et s’escrimait

à en tant que haut responsable financier des c.f.L à

endiguer le déficit mirobolant de cette institution paraétatique.

Un job frustrant face aux manœuvres politiciennes!

il avait trouvé ses amis du coté de la Place d’Armes,

notamment les tontons qui insistaient avec véhémence,

qu’il les rejoigne au sein du spora en pleine ascension.

Pour Jos c’était un véritable cas de conscience de

prendre cette décision. cela honore ce grand

sentimental; aujourd’hui où un changement de club est

chose courante – la véritable époque des oiseaux

migratoires va seulement venir – le casse-tête de Jos est

difficilement compréhensible. sa venue au spora sera

doublement précieuse du point sportif d’abord;

sa profonde connaissance du tennis luxembourgeois et

sa ruse dans la composition des équipes, en misant sur

le double, allaient permettre au club de remporter son

premier titre en 74. sous l’impulsion de Jos naquit

également l’idée «génitale» de monter les shows (rubrique

à part dans la brochure) donnant un atout de plus au club

– le nombre des adhérents allait croissant. Merci!

fons neu: ce qui a été dit pour Jos est aussi valable

pour fons avec echternach. fons, déjà joueur confirmé,

décida de rejoindre les rangs du spora. Professeur,

intellectuel, d’apparence plutôt introvertie et discrète, une

fois la carapace du silence rompue, on se rendait compte

qu’on avait à faire à un type très convivial avec un humour

caustique; bref le cercle des tontons avec la famille neu

*Blancpain *fischer a trouvé un nouveau catalyseur.

Monique Hendel… La venue de Monique au spora était

l’épilogue d’un échange de bons procédés entre le

tonton Jang et la championne nationale; vers le milieu des

années 60, Monique, prof d’éducation physique, avait

décidé de se mettre à l’escrime; Jang devait lui

apprendre la botte secrète et Monique en contrepartie

améliorer la force de frappe du coup droit du tonton,

indigne de son palmarès, en escrime cela s’entend.

Le résultat resta unilatéral; Monique devint championne

nationale au fleuret, mais le coup droit chocolat du tonton

resta constipé.

fernand claude et Théo storck: ces deux jeunes talents

en pleine évolution ne faisaient plus partie de la génération

des tontons. Les conditions d’entraînement

(la fédération n’était pas encore organisé sur ce plan),

des partenaires plus forts, des entraîneurs avec expérience

au niveau international (Bogdan Maniewski, Pisecki)

devaient leur permettre d’améliorer leurs performances.

Marianne Biwer, jeune joueuse de l’équipe première et

future Mme claude, facilitait la décision de fernand.

Devant ces arguments même son papa, le sympathique

Gusti, grand copain des tontons, devait acquiescer.

A l’avantage de Théo il faut dire que si la fidélité n’est pas

sa qualité première, en contrepartie il reste actuellement le

moteur d’une équipe de vétérans super motivée.

Mais l’année 74 restera avant tout celle du premier titre

national par équipes avec un Affi aux anges.

1972

- Monique Hendel et Fons Neu:

Champions en double mixte

1973

- Josiane Graas (Arquebusiers) et Jos

Offenheim: Champions en double mixte

1974

- Le Tennis Spora remporte son premier titre

de champion interclub Hommes

- Jos Offenheim, Fernand Claude et Théo

Storck forment l’équipe luxembourgeoise

de Coupe Davis

- Fons Neu décroche le titre national devant

Jos Offenheim

l’Année 75

Le nombre des membres dépassant les 1000…

La construction de 3 terrains supplémentaires était dans

la logique par rapport à l’évolution du club, mais aussi

du boom général du sport blanc. ed felgen, tonton par

assimilation (dès la première heure il avait déjà combiné

avec Zapp au sein de l’équipe fanion f.c red star Merl)

prenait la relève comme président. Jules Wagner, habitant

à la Millebaach, un authentique Blue-Boy, jadis

sélectionné en coupe Galéa, rejoint les rangs des copains

et renforce l’équipe. Le titre de champion national en

74 permet au club de participer à la coupe d’europe des

clubs champions. il fallait se déplacer à Lisbonne et le

verdict fût cinglant 9-0. en toute objectivité ce fut logique

et cela reflétait le niveau du tennis grand-ducal par

rapport à l’étranger. Mais la presse luxembourgeoise sous

le couvert de l’anonymat et avec une «schadenfreude»

sous-jacente faisait des commentaires sarcastiques.

Les tontons, refroidis dans leur exubérance, décidèrent

de mettre les bouchées doubles et de miser encore

d’avantage sur les jeunes par le biais de leur école de

tennis. Un club de tennis avec plus de 1000 membres

ne vit pas seulement de ses résultats certes nécessaires,

mais le défi est qu’il s’agit de maintenir une cohérence

entre champions, joueurs de compétition de seconde

zone et carrément joueurs de loisir. Les tontons se voyant

logiquement relégués en seconde équipe eurent un renfort

inespéré en la personne de Lucien Goeders.

sa disponibilité à aider le club en toutes circonstances

jusqu’à nos jours mérite cet hommage; ce genre de

comportement donne une âme à un club indispensable

à sa survie.

1975

- Construction de trois nouveaux terrains

supplémentaires – Ed Felgen succède à

Affi Scherer à la présidence du Tennis Spora

- Participation à la Coupe d’Europe de tennis

des clubs champions de Lisbonne

- Théo Storck:

vainqueur du critérium national


cHroniQUe 40 Ans Tennis sPorA

les Années 76 77

La place de 2iéme en 75 derrière les Arquebusiers n’est

pas un drame, mais conforte le club dans son analyse

qu’il reste du travail à faire. Jos, fin connaisseur du tennis

luxembourgeois, prend la relève à la présidence.

De nouveaux joueurs rejoignent le club. Marc Klensch, ce

battant – farceur sur les bords – venu de sandweiler à 15

ans et qui d’après l’humble avis du tonton chroniqueur

mérite vraiment la dénomination de talent, sera dans les

prochaines années à la base des succès de l’équipe en

interclubs. Mais comme souvent dans ces cas, sa carrière

fut trop brève; n’empêche que sa modestie et sa

disponibilité à aider le club furent exemplaires – tout le

monde garde le meilleur souvenir du passage de Marc

et serge Klensch au spora. charel Krombach rejoint les

rangs. si on peut dire, que pour certains joueurs,

la technique est symptomatique du caractère, c’est bien

vrai pour charel. Jeu pur et dur, sans fioritures, volées

tranchantes en sont les caractéristiques. charel a eu le

désavantage d’être resté trop longtemps à Diekirch sous

la houlette de son papa Jean (recordman des 100 mètres,

ancien athlète du spora et participant aux J.o) et de ce

fait il ne jouissait pas toujours des faveurs des sélectionneurs

de la fédé. c’est un renfort incontestable pour

l’équipe. nous allons revenir plus tard à ses mérites de

dirigeant. face aux nouveaux défis il va trouver les

solutions justes. cela nous amène automatiquement à

parler de rita, sportive de compétition tout-terrain.

Toute jeune, elle pratique la natation et met du temps à

venir au tennis. elle ne bénéficie pas de conditions

d’entraînement optimales et arrive malgré tout à des

résultats au plus haut niveau à force de volonté, avec un

titre de championne nationale en prime en 1982; ensuite

elle passe allégrement aux sports d’endurance –

marathon, triathlon… elle est actuellement membre du

c.o.s.L. Le fils christian a pris la relève de compétiteur.

Bref: le phénomène de la famille Krombach est à la fois

exemplaire et unique dans les annales du sport

luxembourgeois. Point de vue résultats à relever la

succession des titres individuels: 1976 avec fernand

claude (critérium national), Théo storck (indoor) et 1977

Alain Brueck (indoor).

1976

- Fernand Claude:

vainqueur du critérium national

- Théo Storck:

champion individuel Hommes (indoor)

- Monique Hendel - Théo Storck:

champions en double mixte

1970

- Acquisition du «ballon»

- Jos Offenheim succède à Ed Felgen comme

président du Tennis Spora

- Le Tennis Spora remporte les titres de

champions Dames et Juniors

- Alain Brück:

champion individuel Hommes (indoor)

les Années 78 79 80

Après 74, le spora gagne son deuxième titre interclubs

contre les Arquebusiers, le détail des résultats vaut la

peine d’être relevé. Victoires de Jan Jilemnicky,

Théo storck, charles Krombach et Marc Klensch sur

respectivement Georges Logelin, Joa neumann, Pascal

Genevo et Jean Bruecher, l’équipe étant complétée par

fons neu. résultat final: 5-2. Marc Klensch en individuel

fait preuve de sa suprématie du moment. rita perd en

finale de l’individuel contre flore Puetz. en 1979 le spora

récidive en interclubs – 3ième titre – avec l’équipe storck,

Klensch, Krombach, f. claude et serge Brueck. Deux

noms nouveaux: Jan Jilemnicky et serge Brueck. Jan fut

mis au tennis par son papa, prof de tennis au Bambesch,

mais très jeune il raccrocha – un espoir de plus envolé.

serge, frère cadet d’Alain, par contre va continuer à se

distinguer. Guy Gilniat rejoint les rangs – un petit retour

en arrière. Le Tennis spora à ses origines en 67 pouvait

s’entraîner au stade sur 2 courts et la cohabitation avec

ce club bien établi, créait des liens d’amitié au-dessus

des petites frictions normales dans ce genre de situation.

Guy, cadet des tontons d’une bonne dizaine d’années,

était l’espoir no 1 du stade comme sa sélection en

coupe Galéa le prouvait; mais il était toujours disponible,

comme d’ailleurs les frères Wagner, à s’entraîner avec les

tontons rageurs, techniquement loin de son niveau.

Avec l’âge, Guy opta pour une carrière de commerçant

indépendant et les atomes crochus aidant, il n’eut aucun

problème à s’adapter à la mentalité «tonton». il reprit la

présidence et dut faire face aux nouveaux défis, qu’on

peut qualifier sous le titre «la période des oiseaux migrateurs».

L’organisation de la 14ième coupe d’europe des

clubs champions permit de voir au Bambesch les noah,

Meiler, Higueras, Gimenez… Les commentaires de la

presse, des arbitres internationaux, et des clubs

participants étaient unanimes: bonne organisation,

mais surtout ambiance conviviale rare dans ce monde du

tennis en train de devenir de plus en plus impitoyable.

1978

- Deuxième titre de champion interclubs

Hommes

- Marc Klensch:

champion individuel Hommes (indoor)

1979

- Troisième titre de champion interclubs

Hommes

- Marc Klensch: champion indoor

- Participation à la Coupe d’Europe de tennis

des clubs de champions à Bruxelles

1980

- Guy Gilniat est élu nouveau président du

Tennis Spora

- Vice-champion interclubs Hommes

- Organisation: 14e Coupe d’Europe

de tennis des clubs champions


cHroniQUe 40 Ans Tennis sPorA

les Années 81 82 83

sur sa lancée en 1982 le Tennis spora organise pour la

première fois les «internationaux de Luxembourg»

Le vainqueur est Jan Kallquist – échos positifs dans la

presse et on remet ça en 1983 avec un Vainqueur

tchèque en la personne de Thomas Birner (120e A.T.P);

Karin Kschwendt rejoint le spora. Par souci de vérité,

il faut dire que Karin savait jouer au tennis à 15 ans –

elle remporte tous les titres nationaux – mais le spora

peut cependant revendiquer qu’il a eu une influence

décisive sur son évolution avec rade, son entraîneur

fétiche, qui l’a encouragé dans sa décision d’aller sur le

circuit avec les succès qu’on connaît; on lui a reproché à

tort de ne jamais avoir opté pour la nationalité

luxembourgeoise; une joueuse professionnelle prend les

décisions en fonction de ce qu’elle juge le plus apte à sa

future carrière. charel Krombach, nouveau président,

avec son sens aigu de l’organisation, quelque part

énervant – futur patron des patrons à la fedil – s’appliqua

à éliminer les facettes chaotiques dans la gestion des

tontons et d’organiser la future structure du club, pour en

faire la «république des copains».

1981

- Champion de Luxembourg Hommes

- Champion de Luxembourg Dames

- Fernand Claude:

vice-champion de Luxembourg

- Rita Krombach:

vice-championne de Luxembourg

1982

- Vice-champion Dames

- Champion Hommes

- Rita Krombach:

championne nationale

- Organisation: Internationaux de Luxembourg

1983

- Champion Dames

- Vice-champion Hommes

- Karin Kschwendt, à 15 ans, remporte tous

les titres nationaux

- Construction d’un nouveau mur

d’entrainement

- Organisation: Internationaux de Luxembourg

- Charles Krombach: élu 5e président du

Tennis Spora

les Années 84 85 86

réponse négative des Ministères concernés à la

demande du spora de construire un hall couvert

(argument: zone verte). recours devant le conseil d’etat,

qui accorde la permission. Le comité prend la décision

de principe de réaliser ce projet rendu coûteux par les

exigences environnementales. en 1986 le Tennis spora

organise pour la deuxième fois après 1980 la coupe

d’europe des clubs champions avec comme vainqueur

le club c.A Vincennes.

serge Brueck, pur produit du spora, confirme ses

bonnes dispositions en gagnant le Tournoi de l’espérance

à Bruxelles.

1984

- Champion Dames

- Vice-champion Hommes

- Champion Jeunes Gens

- Champion Jeunes Filles

- Karine Kschwendt: championne nationale

- Organisation: Internationaux de

Luxembourg

- Le Tennis Spora obtient devant le Conseil

d’Etat que le sport est considéré comme

étant d’utilité publique

1985

- Champion Hommes

- Vice-champion Dames

- Karin Kschwendt: championne

- Marc Klensch - Johny Goudenbour:

vice-champions double Hommes

- Karin Kschwendt – Mike van Kauvenbergh:

champions double mixte

- Nouvelle structure gonflable

- changements des statuts

1986

- Vice-champion Hommes

- Champion Jeunes Gens

- Organisation: 20e Coupe d’Europe de

tennis des clubs champions

(vainqueur C.A. Vincennes)

- Construction du nouveau «court central»

- Karin Kschwendt:

championne (indoor et outdoor)

- Serge Brück:

vainqueur du Tournoi de l’Espérance

- Marie-Christine Goy - Anne Toussaint:

championnes double Dames

- Marie-Christine Goy - Jean-Marc Goy:

champions double mixte


Vous n’imaginez pas

ce qu’un bon coaching financier

peut vous rapporter.

Sandy Oestreicher

Conseiller Private Banking

Mon métier consiste à guider mes clients dans

leurs projets d’épargne et de financement. Ils ont

bien souvent une idée de ce qu’ils veulent faire

mais se posent également des questions : comment

optimiser fiscalement la gestion de leurs avoirs ?

Quels sont les placements déductibles des impôts ?

… Autant d’interrogations auxquelles je m’applique

à apporter des réponses. C’est mon rôle de

conseiller, de ‘coach financier’.

Découvrez une banque à taille humaine en

prenant contact avec Sandy Oestreicher

au 499 24 - 3156

www.banquedeluxembourg.com

les Années 87 88 89

Le club existe depuis 20 ans: 850 membres, 14 équipes.

Lors d’une petite fête sympathique (flix et Maus étaient de

la partie) charel Krombach président présente le projet du

futur hall. en 1987, le club organise son 1er et attire au cours de la semaine

quelque 6000 spectateurs. Le tournoi sera classé en 89

en catégorie 5 par la fédération internationale. 1988 sera

marquée par l’entrée fracassante sur la scène tennistique

de christine Goy: elle remporte le tournoi de l’espérance

à Bruxelles et de nouveau tous les espoirs sont permis.

Le tennis luxembourgeois exulte: Mike Van Kauvenberg

s’adjuge le titre de champion indoor devant Jacques

radoux et Johny Goudebour. La politique des jeunes

semble porter ses fruits. L’année 89 conforte cette

analyse. Autres points forts sont le succès grandissant

remporté par la troisième édition des et charles Krombach après 6 années

de présidence cède la place à Guy Gilniat.

réflexions d’ordre général du tonton chroniqueur

devenu piqueur.

Depuis un certain temps, on remarque que le club ne

remporte plus les titres nationaux en interclubs et pour

cause: entrée en scène à Bonnevoie du président

médiatique Albert Gauche, ce qui va changer

fondamentalement la donne. nous sommes en pleine

période des oiseaux migratoires – le club va perdre coup

sur coup serge Brueck, Jacques radoux, Mike van

Kauvenbergh… et autres Mills. Le spora, pris à contrepied,

met du temps à réagir; avec le recul du temps on doit

admettre objectivement que l’ascension du spora luimême

aurait été impossible sans les transferts de joueurs

confirmés d’autres clubs; mais Albert Gauche, soucieux

d’introduire un peu plus de professionnalisme dans le

tennis luxembourgeois, va faire valoir, en dehors de

conditions d’entraînement, des arguments matériels dans

ses méthodes de recrutement de joueurs confirmés.

en clair on ne parle plus de raquettes ou cordages

gratuits! on est en somme dans la mentalité «foot actuel»,

un régime semi-professionnel sans définition exacte des

droits et obligations des deux parties prenantes. Par souci

d’objectivité, il faut cependant mettre à l’actif du président

Gauche les premiers succès en coupe Davis et probablement

Anne Kremer. encore faut-il trouver l’oiseau rare

consentant aux sacrifices de championne de haut niveau

– le spora en tout cas attend toujours son champion

exceptionnel.

40 Ans Tennis sPorA

Mais ce changement de politique, encore défendable,

donnera lieu à une surenchère et va nous emmener tout

droit vers la période des mercenaires, dont il sera

question plus tard.

1987

- Organisation des 1er «International Junior

Championships of Luxembourg»

- Champion Jeunes Gens

- Karin Kschwendt: championne

- Serge Brück – Jean-Marc Goy:

vice-champions double Hommes

- Marie-Christine Goy: vice-championne

- 20e anniversaire du Tennis SPORA

- Obtention de l’autorisation pour la

construction du hall fixe

1988

- Organisation des 2e «International Junior

Championships of Luxembourg»

- Champion Jeunes Gens

- Karin Kschwendt: championne

- Marie-Christine Goy: vainqueur du Tournoi

de l’Espérance

- Mike van Kauvenbergh: champion indoor -

- Début construction du hall fixe

1989

- Champion Jeunes Gens

- Champion Jeunes Filles

- Karin Kschwendt: championne nationale

- Christine Goy: championne nationale indoor

toutes catégories;

vice-championne nationale outdoor

- Organisation des 3e «International Junior

Championships of Luxembourg»

- Inauguration du hall couvert

- Guy Gilniat réélu président du Tennis SPORA


cHroniQUe

les Années 90 91 92

L’ère Zapp tire sur sa fin.18 ans d’engagement intensif

jour et nuit ont laissé des traces chez lui, mais les tontons

également, sur fond de «midlife crisis», sont obligés de

lever le pied. Zapp et sa muse nicole vont du coté de la

Piscine Municipale, sans doute attirés par les dauphins,

pour ouvrir le restaurant que le tonton chroniqueur a

surnommé l’Aquarium. revenons au sport: Pendant ces

3 années, le titre interclubs par équipes des Jeunes filles

sera remporté par des équipes composées de Martine

Wirion, rita neu, Anne Valérie Berrier, stéphanie obertin,

Anouck Wagener, Joëlle Tanson et surtout fabienne Thill,

qui encore actuellement s’implique avec passion sur le

terrain pour aider à la formation des jeunes joueuses et

reste 15 ans plus tard toujours une équipière solide.

Toute la famille Thill a continué à participer activement à

la vie du club jusqu’à nos jours. chez les Jeunes Gens,

le titre sera également l’apanage du spora pendant

ces 3 années avec les joueurs olivier ries, sacha

Thomas, Gregory Mills, Jens frederiksen, Pascal schaul

et Marc Barthélémy. c’est une preuve que le travail de

préparation des jeunes pour la compétition sous la

direction de Wolfgang Knopp – entraîneur à références

internationales impeccables – fonctionne à fond, ce qui à

juste titre pour les dirigeants du spora est plus important

qu’un titre remporté chez les seniors avec une équipe

composée à 50 % de joueurs professionnels nullement

impliqués dans la vie quotidienne du club. Donc en

Division nationale en 90, 91 et 92, le spora doit se battre

contre Bonnevoie, suralimenté en joueurs à expérience

internationale, et fait figure honorable en tant que vicechampion

chez les hommes avec les joueurs Adrien

Graimperey, Jean-Marc Goy, fréderic Watry, olivier ries

et sacha Thomas. Pendant ces 3 années même scénario

chez les dames: vice-champion avec les jeunes joueuses,

christine Goy, rosabel Moyen, rita neu, Anne Valérie

Berrier et stéphanie obertin. en 92, chez les dames le

score est serré: après un match nul 3-3 le titre est perdu

aux sets 6-3. en 91, le club organise la 25ième coupe

d’europe des clubs champions et inaugure à cette

occasion son court en présence de sa

famille. Josy Dunkel fut un des pionniers du tennis grand-

ducal. Président de la f.L.T de 69 à 72, il portait le spora

dans son cœur et l’aidait activement jusqu’à sa mort dans

l’organisation de ses tournois internationaux.

1990

- Vice-champion Hommes

- Champion Jeunes Gens (3e fois de suite)

- Champion jeunes Filles

- Karin Kschwendt: championne nationale

- Christine Goy: championne nationale indoor;

vice-championne nationale outdoor

1991

- Vice-champion Dames

- Vice-champion Hommes

- Karin Kschwendt: 62e joueuse mondiale

début juin

- Organisation de la 25e Coupe d’Europe

de tennis des clubs champions

- Inauguration du «Court Josy Dunkel»

- Champion Jeunes Gens/Jeunes Filles pour

(4e fois de suite)

- Christine Goy: vice-championne indoor

et outdoor

1992

- Vice-champion Dames

- Vice-champion Hommes

- Champion Jeunes Gens pour la 5e fois

de suite

- Rosabel Moyen: Vice-championne

nationale indoor

- Christine Goy: Vice-championne

nationale outdoor

40 Ans Tennis sPorA


cHroniQUe

les Années 93 94 95

rené Goy relève le flambeau à la présidence.

A ce moment, le nom de Goy est déjà associé à la vie

du club depuis une bonne dizaine d’années et le restera

jusqu’à nos jours. rené, joueur de tennis fanatique à

retardement comme les tontons, a mis tout naturellement

ses enfants au tennis très tôt, sachant très bien de par sa

propre expérience de joueur, que la technique de ce sport

doit être assimilée avant 15 ans pour faire figure un peu

honorable dans la compétition de haut niveau. D’ailleurs

pendant ses 6 années de présidence, il s’est concentré

sur la formation des jeunes espoirs et non seulement de

christine et Jean Marc – le tonton chroniqueur est

témoin de l’avoir vu sur le terrain, tout président qu’il était,

chaque dimanche matin enseigner à un groupe de jeunes

avec un sens pédagogique aigu, qui souvent fait défaut

à beaucoup de professionnels diplômés. christine – voir

les années précédentes – a eu des résultats déterminants

au niveau juniors (vainqueur du Tournoi de l’espérance à

Bruxelles) et elle devait à un certain moment flirter avec

l’idée de passer sur le circuit professionnel.

Des blessures minimes, mais gênantes parce qu’à

répétition, ont influé sur son mental de gagneuse et elle

a pris la décision d’accorder la priorité à ses études et sa

vie professionnelle future. Jean-Marc, comme également

relevé précédemment, fut champion junior en 89, mais

en dehors de ses résultats, il faut surtout mettre l’accent

sur sa longévité comme compétiteur au niveau de la 1ère

équipe et sa disponibilité à aider le club à tout moment.

c’est en toute logique qu’il va reprendre les rênes du club

en 2006. Les résultats sportifs de ces 3 ans font

ressortir toujours la même image: titres chez les jeunes et

vice-champion en interclubs Division nationale; la presse

parle du .

1993

Championnat Ind. Indoor

- Vice-Champion S1-S2, Goy Marie-Christine

- Vice-Champion Juniors, Thoma Sacha

- Champion Juniors, Neu Rita

Championnat Ind. Outdoor

- Champion S1-S2, Goy Marie-Christine

- Vice-Champion S1-S2, Graimprey Adrien

- Champion A, Mills Gregory

Championnat Interclubs

- Division Nat. Dames, Vice-Champion

- Division Nat. Hommes, Vice-Champion

- Division Nat. Filles, Champion SPORA 1

- Division Nat. Garçons, Champion SPORA 1

1994

Championnat Ind. Indoor

- Vice-Champion Hommes, Graimprey Adrien

- Vice-Champion Benjamins, Maniewski Linda

- Champion Minimes, Thill Fabienne

Championnat Ind. Outdoor

- Vice-Champion Hommes, Graimprey Adrien

- Champion A, Tubia Sylvia

Championnat Interclubs

- Division Nat. Dames, Vice-Champion

- Division Nat. Hommes, Vice-Champion

- Division Nat. Filles A, Champion

- Division Nat. Garçons A, Champion

1995

Championnat Ind. Indoor

- Champions Cadets, Thoma Sacha

- Vice-Champion Cadets, Frederiksen Jens

- Champion Cadets, Thill Fabienne

- Vice-Champion Cadets, Tubia Sylvia

- Vice-Champ. toutes Cat., Graimprey Adrien

Championnat Ind. Outdoor

- Vice-Champion toutes Cat., Neiens Thierry

Championnat Interclubs

- Division Nat. Dames, Vice-Champion

- Division Nat. Hommes, Vice-Champion

- Minimes, Champion

40 Ans Tennis sPorA


cHroniQUe

les Années 96 97 98 réfLeXions PersonneLLes

L’analyse des résultats nous amène automatiquement

à parler du phénomène «Mercenaires», qui a pris une

ampleur disproportionnée au niveau des championnats

interclubs; tout le monde est d’accord actuellement sur

la nécessité de corriger le tir dans l’intérêt de l’évolution

du tennis grand-ducal. rester objectif dans cette analyse

n’est pas une mince affaire, mais on va essayer.

suite à la période des oiseaux migratoires des années 80,

la surenchère pour gagner ce titre interclubs a amené les

clubs à faire appel à des joueurs et joueuses à ranking

international pour venir renforcer leurs équipes; le fameux

jugement «Bosmans», basé sur la liberté de circulation

des travailleurs au sein de l’Ue, permettait ces engagements

temporaires pour des joueurs professionnels. Pour

ne pas sombrer dans les profondeurs du classement ou

tout simplement être relégué dans une division inférieure

le spora fit de même, surtout que non seulement les

clubs de la capitale se renforçaient de manière significative,

mais comme au foot tous les clubs de la division

supérieure commençaient à utiliser le même stratagème

dans la composition de leurs équipes. Les défenseurs

du système vont dire: si le club peut se permettre sur

la base d’une gestion financière saine ce luxe, où est le

problème? Les clubs de foot et de basket font bien la

même chose. ce raisonnement ne tient pas, parce que

les joueurs de foot et de basket sont sur le terrain

pendant toute la saison et aussi aux entraînements. Les

joueurs luxembourgeois gagnent à leurs contacts tout au

long de l’année. en tennis, à part quelques exceptions,

les professionnels viennent, font leur boulot correctement

et une fois leur solde empoché attendent le prochain

coup de téléphone pour revenir un autre weekend.

il faut aussi rappeler que le tennis, étant avant tout un

sport individuel. chaque joueur se concentre avant tout

à améliorer son classement individuel au niveau national

et pense en second lieu à la victoire de son club; même

au niveau international on voit de plus en plus de joueurs

bouder la coupe Davis pour garder leur énergie pour les

tournois du circuit. si à l’époque des tontons, le championnat

interclubs avait encore un attrait bien sympathique

genre «guerre de quartiers» (tous les protagonistes

se connaissaient et étaient copains en dehors des

courts), il faut constater qu’aujourd’hui le titre obtenu

n’est représentatif de la valeur intrinsèque d’un club à

aucun point de vue. sans vouloir remuer le couteau dans

la plaie, ce n’est pas parce qu’on a obtenu une douzaine

de titres d’affilé, qu’on est actuellement le club phare

«exemple à suivre» en matière de gestion générale et

surtout de formation des jeunes. il y a lieu de citer rené

Goy qui laconiquement tire les conclusions sur ses

6 années de présidence: «nous n’avons gagné aucun

titre interclubs en D.n et étions abonnés à la seconde

place, ce qui n’était pas le cas en Juniors; j’ai fait preuve

de retenue dans la gestion des moyens financiers en les

réservant pour la formation de nos jeunes compétiteurs,

et je suis content de constater, qu’avec le recul du temps,

j’ai eu raison.»

1996

Championnat Ind. Indoor

- Vice-Champion toutes Cat.,Thoma Sacha

Championnat Ind. Outdoor

- Vice-Champ. toutes Cat., Graimprey Adrien

- Champion Cadets, Steinmetz Christian

- Champion Dbl. Messieurs, Neiens/Ling

Championnat Interclubs

- Division Nat. Garçons, Champion

- Division Nat. Filles A, Champion

- Division Nat. Filles B, Champion

1997

Championnat Ind. Indoor

- Champion Junior, Neiens Gilles

- Champ. Dames toutes Cat., Thill Fabienne

Championnat Ind. Outdoor

- Champion Luxembourg, Thoma Sacha

- Champion Junior, Frising Philippe

Championnat Interclubs

- Division Nat. Dames, Vice-Champion

1998

Championnat Ind. Indoor

- Champion Minimes, Scorpione Lynn

- Champion Benjamin, Kimmel Christian

- Vice-Champion Hommes, Thoma Sacha

Championnat Ind. Outdoor

- Champion Cadet, Scorpione Lynn

- Champion Cadet, Engel Jonathan

Championnat National Outdoor

- Champion Hommes, Thoma Sacha

Championnat Interclubs

- Division Nat. Hommes, Champion

Coupe FLT

- Vice-Champion Hommes

les Années 99 00 01

Alain neiers sort de la forge tennistique du sud et comme

compétiteur il avait affronté et donné du fil à retordre aux

tontons. Ayant repris la pharmacie de Walferdange,

c’est en toute logique qu’il renouait les contacts avec les

tontons, surtout qu’il voulait continuer à taper dans la

balle au niveau du championnat Vétérans. Les tontons

arrivent à le persuader à accepter la présidence à la tête

d’une nouvelle équipe, mais toujours avec Paul Blasius

aux commandes du Trésor et ce pour le grand bien du

club. Alain engage fabien Verougstrate comme

entraîneur, qui amène au club dans sa foulée des jeunes

talents, à savoir Mandy Minella et frédéric Defays.

Mandy en dehors des titres nationaux de sa catégorie,

gagne en 2000 le tournoi de Pétange et confirme ses

bonnes dispositions. elle prend ensuite, encouragée par

sa maman, la décision de passer sur le circuit professionnel

et est actuellement le porte fanion du club au niveau

international. Après des débuts encourageants et un

classement honorable autour des 200 W.T.A, elle a été

retardée dans sa progression par une blessure

tenace, mais elle n’a pas perdu courage et reprend

actuellement la voie des tournois challengers pour

retrouver son classement. Bravo et le club se doit de

soutenir cet engagement exemplaire. Après 15 ans chez

les dames le club remporte de nouveau en interclubs le

titre suprême devant Bonnevoie. on a failli récidiver chez

les hommes en finale de la coupe avec sacha Thomas et

Thierry neiens, mais le résultat est annulé sur le tapis vert

pour incohérence de dates de l’examen médico-sportif

d’un joueur étranger; décidément ce médico reste même

actuellement un problème difficile à maîtriser pour notre

club, pourtant par ailleurs bien organisé.

La période «Mercenaires» bat son plein et certains jeunes

joueurs mécontents de cette évolution ont la mauvaise

réaction. Au lieu de miser sur le dialogue, ils expriment

leur mécontentement par des inscriptions désobligeantes

à l’égard du club sur leur T-shirt et notre ami Alain, habitué

des pillules amères, leur conseille d’aller chercher

fortune ailleurs. c’était la seule réaction possible; reste

néanmoins que ce problème de mercenaires va prendre

une ampleur ridicule et tout le monde sait que le ridicule

tue. La quête du titre de champion interclubs Hommes/

femmes se résume de plus en plus à une question de

moyens financiers engagés et tout l’art consiste à trouver

les meilleurs joueurs à classement A.T.P pour le meilleur

prix. on parle cyniquement de rapport qualité prix lors

de la composition des équipes; on verra sur nos terrains,

40 Ans Tennis sPorA

tous clubs confondus, des joueurs du gabarit el Aynaoui,

olivier Delaître, Mutis, … et même un Davidenko (3ième

mondial act.) tout jeune déniché par rade et tout ce

spectacle devant une vingtaine de spectateurs. en lisant

les rapports de ces années on se rend bien compte,

qu’Alain a tout tenté pour mettre fin à cette situation

intenable sur la base d’un gentlemen’s agreement en

prenant des contacts avec les autres clubs. La confiance

n’était pas encore au rendez-vous. Mais maintenant tout

le monde a compris et le temps est mûr pour définir de

nouvelles règles de jeu pour les interclubs. Quelle pourrait

être cette solution? Les nostalgiques vont pousser un

cocorico patriotique et demander la nationalité luxembourgeoise

à tous les joueurs. impossible! cela non

seulement parce que c’est une attitude chauviniste et

antieuropéenne, mais parce que cette mesure excluerait

la moitié de la population vivant au Grand-Duché.

Donc demander pour les joueurs le domicile légal au

Grand-Duché semble la voie adaptée pour trouver un

arrangement, en envisageant une période transitoire en

commençant à 50% pour ajuster ensuite vers le haut.

La solution du problème reste une question de bonne

volonté des clubs et de respect des arrangements pris.

on est quand même entre gens de bonne éducation et

grosso modo de bonne réputation et un engagement

tacite sur une limitation de joueurs mercenaires et surtout

de moyens financiers engagés doit être envisageable.

en basket, du moins jusqu’à maintenant, on parle bien

d’un Américain par club et non d’une équipe de Harlem

Globe Trotters.

Mais revenons à des joueurs de cette époque non encore

mentionnés.

sacha THoMA: Arrivé d’esch au spora en 92 comme

minime, le club plaçait beaucoup d’espoirs en ce jeune

joueur et le chouchouta particulièrement. Joueur en force

au physique râblé, il impressionna son petit monde et

obtint dans toutes les catégories ses titres de champion

national et fut logiquement sélectionné en coupe Davis.

il s’essaya sur le circuit professionnel avec des succès

mitigés, renonça pour reprendre ses études; le moteur de

la motivation était cassé et il tourna brusquement le dos

au club et ceci après 7 ans de loyaux services.

Jonathan enGeLs: champion indoor junior; il faut en

parler, parce qu‘il s’agit d’un pur produit spora; joueur

en souplesse aux enchaînements harmonieux, le fils du

Bugatti’s Jacques avait forcément une mécanique

sophistiquée, qui pour rester dans la logique de la marque


cHroniQUe

les Années 99 00 01 (suite)

emblématique, se déréglait facilement. Mais ne faisons

pas la fine bouche! si notre école de tennis arrivait à nous

sortir chaque année un Jonathan, le club en serait fort

aise. Thierry MAssA: c’est l’histoire du mercenaire devenu

membre de la famille; ce joueur du haut du classement

belge renforce le club depuis des années et des forts

liens d’amitié se sont tissés. on fait appel à lui pour venir

un week-end servir de sparring partner à nos jeunes,

il répond présent et on ne peut plus parler de mercenaire.

Bravo!

remarque personnelle: le lecteur attentif de cette

rétrospective aura remarqué que le tonton chroniqueur a

accordé plus de lignes à certains joueurs qu’à d’autres.

en effet sur ces 40 années le club a vu défiler de vrais

champions, surtout championnes, des joueurs de haut

niveau, des joueurs à la grosse tête, qui se surestimaient,

et puis des joueurs honnêtes du point de vue résultats

et mentalité, oeuvrant efficacement et discrètement à

l’arrière plan. ce sont les soldats inconnus non mentionnés

dans cet article, qui ne se veut pas exhaustif. Grand

merci leur soit et ce avec les excuses du tonton Jang.

Par contre parmi les soi-disant champions, tout en tenant

compte que le tennis est un sport individuel donc un

tantinet égocentrique, on a trouvé des gars limités dans

leur mentalité self-service et qui à part les résultats, n’ont

rien apporté au club; ils ne doivent pas s’étonner d’être

les négligés de ce rapport. il fallait que cela sorte avant de

parler du contraire en la personne de…

Thierry neiens: Thierry a appris à jouer au tennis à

Differdange; il gravit les échelons des catégories enfants,

juniors pour obtenir 4 titres de vice-champion toutes

catégories. Après un passage à Bonnevoie, il avait

raccroché à un certain moment, mais rade l’a convaincu

à reprendre la compétition et il a rejoint le spora en 94

pour faire partie d’une manière ininterrompue de l’équipe

fanion; nous avons à faire à un joueur très exigeant, voire

critique envers lui-même, avec une condition physique de

marathonien et il mérite notre admiration par son

approche très rigoureuse du sport. ce Gandhi de la terre

battue prêche actuellement la bonne parole auprès des

jeunes et est en charge de la commission sportive dans

le comité de J-M Goy.

1999

Championnat Ind. Indoor

- Champion Minimes, Di Léo Andrea

- Vice-Champion Cadets, Weber Caroline

Championnat Ind. Outdoor

- Champion Benjamin, Barthélémy Jeff

Championnat Interclubs

- Division Nat. Hommes, Vice-Champion

2000

Championnat Ind. Indoor

- Champion Benjamin, Barthélémy, Jeff

- Champion Minimes, Minella Mandy

- Champion Cadets, Di Léo Andrea

Championnat Doubles Indoor

- Champion Dames,

Di Léo Andrea/Minella Mandy

Championnat Ind. Outdoor

- Champion Cadets, Kimmel Christian

Championnat Interclubs

- Division Nat. Filles A, Vice-Champion

Coupe FLT

- Champion Dames

2001

Championnat Ind. Indoor

- Champion Dames, Minella Mandy

- Vice-Champion Dames, Weber Caroline

- Champion Cadets, Minella Mandy

Championnat Ind. Outdoor

- Champion Cat. 1, Weber Caroline

- Vice-Champion Cat. 1, Fischer Joanne

- Champion Cadet, Fischer Joanne

Championnat Interclubs

- Division Nat. Hommes, Champion

- Division Nat. Filles A, Vice-Champion

- Division Nat. Garçons A, Vice-Champion

Coupe FLT

- Vice-Champion Dames

- Champion Hommes

40 Ans Tennis sPorA


cHroniQUe 40 Ans Tennis sPorA

les Années 02 03 04

sur le plan sportif en 2002 les résultats sont positifs:titre

Hommes/Dames en coupe f.L.T et depuis longue date

de nouveau vainqueur chez les hommes en interclubs,

grâce à des choix judicieux de la commission sportive

selon une appréciation malicieuse d’Alain. Mais revenons

une année en arrière: en finale de la coupe f.L.T Dames

contre Bonnevoie, Anne Kremer se trouve scratchée

pour raison indépendante à sa volonté (retard de vol) et

le spora l’autorise cependant à jouer son match plus tard

et perd la rencontre. ce comportement vis à vis d’Anne

coulait de source, selon l’avis du tonton Jang, qui peut

se prévaloir de bien connaître son spora toutes sections

confondues. en effet les Kremer, le grand-père, les

oncles et le papa Jean, sur une période de générations

ont contribué sur le terrain à écrire les plus belles pages

du spora-foot et sur la base de ces antécédents les

relations amicales avec la famille Kremer sont toujours

au beau fixe. Le T.c sPorA est désigné par le comité

olympique comme lauréat du «Trophée fair Play Prosper

Link». Au cours d’une cérémonie bien sympathique le

Grand-Duc Henri, lui-même ardent joueur de tennis au

spora, remet le Trophée à un Alain rayonnant comme

vous pouvez le constater sur la photo. on est en famille

en somme!

en 2003 nos hommes forts de leur titre de champion

national se déplacent à eeklo en Belgique pour participer

à la coupe d’europe des clubs champions. Le résultat

est plus qu’honorable. Médaille de bronze par une victoire

contre la Bosnie-Herzégovine. rade, notre coach,

un serbe impénitent, savoure particulièrement.

2002

Championnat Ind. Indoor

- Champion Cat. 4, De Fays Frédéric

- Champion Cadets, Fischer Joanne

- Vice-Champion Juniors, Weber Caroline

- Champion Juniors, Engel Jonathan

- Champion Juniors, Fischer Joanne

Championnat Ind. Outdoor

- Champion Junior, Solvi Max

Championnat Interclubs

- Division Nat. Hommes, Champion

Coupe FLT

- Champion Dames

- Champion Hommes

2003

Championnat Ind. Outdoor

- Vice-Champion Cat., Solvi Max

- Vice-Champion Cat. 1, Fischer Joanne

Championnat Interclubs

- Division Nat. Dames, Champion

Coupe FLT

- Champion Dames

- Champion Hommes

Championnat d’Europe des Clubs

- Champions Médaille de Bronze

2004

Championnat Interclubs

- Division Nat. Dames, Champion

- Division Nat. Hommes, Vice-Champion

- Division Nat. Filles A, Champion

Coupe FLT

- Champion Dames

- Vice-Champion Hommes

les Années 05 06

Après 11 ans de loyaux services, Lydie secrétaire à plein

temps quitte le club pour d’autres cieux; elle nous a laissé

des dossiers très bien structurés, ce qui facilite la tâche

de son successeur.

Pour ces années les résultats du club dans toutes les

catégories ont été repris pour illustrer que certains espoirs

sur l’avenir sont permis et que notre ecole de Tennis dans

un environnement rendu difficile par le grand nombre,

arrive quand-même à sortir des éléments prometteurs.

on parle des conzémius, Weber, Berna, feidt, faber,…

Jean-Marc Goy, compétiteur lui-même jusqu’à ce jour,

reprend la présidence et a la charge délicate de remplir

les attentes multiples des membres. ces attentes sont

d’ordre divers. Pour les uns c’est tout simplement les

résultats ou l’agrandissement de l’infrastructure surtout

en hiver, pour les autres c’est l’ambiance générale et le

bon fonctionnement du clubhouse. sur le plan sportif il a

pris l’initiative d’engager un chef entraîneur en la

personne d’olivier Delaitre, qui avait déjà aidé le club

comme compétiteur. olivier n’a pas besoin d’être

présenté: 30ième mondial, vainqueur de la coupe Davis;

dans une interview à la presse locale, le Lorrain a bien

décrit son futur travail et on voit, qu’il comprend la situation

et qu’il sait qu’il ne va pas être à la tête d’un centre

d’entraînement de joueurs triés sur le volet, mais d’un

club tout à fait normal, ambitieux certes, mais réaliste par

rapport au microcosme du sport grand-ducal.

cette réorganisation initiée par Jean-Marc portera ses

fruits d’ici quelques années et il faudra se garder de la

juger dans l’immédiat; les tontons en semi-retraite lui

souhaitent en tout cas bonne chance.

2006, Das Wort zum sonntag!

Pour l’année 2006 et la saison en cours les résultats ne

sont pas définitifs et ce pour cause de contestation des

résultats sur le tapis vert (toujours ce fameux médico).

Le tonton chroniqueur ne veut pas mettre de l’huile sur

le feu et vous évite les détails de cette histoire quelque

part pénible et pour le club et pour la fédé. il s’est dit que

par les temps qui courent, où on ne connaît pas encore

le nom du vainqueur du Tour de france 2006, il serait

préférable de parler de nos lutins, poussins, benjamins et

minimes, et cela en connaissance de cause, étant devenu

lui-même papa à retardement. La tendance actuelle

à mettre les enfants au tennis très tôt est une bonne

chose en soi, mais il faut conseiller aux parents de rester

patients et d’accompagner l’évolution de leur progéniture

dans un environnement serein, où l’enfant garde le plaisir

tout en sachant qu’on attend quelque chose de lui.

Mais qu’est-ce qu’on attend au juste de lui? Des résultats

dans les catégories bambins, poussins ou autres lutins?

Pas tellement! ces compétitions sont certes nécessaires

pour donner le goût de la compétition aux jeunes, mais

il faut faire comprendre aux petits, qui sortent en pleurs

d’un match perdu, qu’au début la manière d’appliquer ce

qu’ils ont appris à l’école de tennis est plus important que

le résultat. Un enfant qui a la propension rare de monter

à la volée doit être encouragé dans son attitude, même si

au début les résultats ne sont pas au rendez-vous.

L’enfant arrivé à l’âge de 12 ans devra avant tout

posséder une base technique complète (avoir un maximum

de coups dans son répertoire) et son entraîneur

pourra, grâce à ces acquis indispensables, envisager les

étapes suivantes en confiance. Le tonus musculaire devenant

plus consistant, le risque de blessure minimisé grâce

à la bonne technique, on va travailler sur la force de

frappe et sur l’endurance. si alors on veut arriver au plus

haut niveau, l’entraînement physique en dehors des heures

passées sur le terrain sera incontournable et à l’âge

de 15 ans – la puberté mise au rancart – on pourra définitivement

émettre un pronostic sur l’avenir de compétiteur

de cet enfant devenu adulte et qui a commencé le tennis

10 ans plus tôt. Mais là encore une analyse réaliste des

parents est nécessaire avant d’envisager une carrière

professionnelle dans le cadre d’un centre de

formation; même à ce moment les avis des entraîneurs

pour qui le tennis est leur gagne-pain sont à goûter avec

prudence et circonspection. on a actuellement des

possibilités de sports études multiples, mais pour arriver

au tout haut niveau, il y a fort à parier que les études vont

souffrir. c’est le moment de citer une statistique de la

fédération française d’escrime, qui a trouvé qu’il faut

initier 250 jeunes en moyenne pour sortir un compétiteur

valable au niveau national; pour le tennis, sport plus

ludique, le nombre de 250 peut être multiplié.

Le tonton chroniqueur trouve que par rapport à l’actualité

du moment (scandales de dopage) les véritables valeurs

du sport de compétition doivent de nouveau être

rappelées au grand public et le sport doit retrouver sa

juste valeur dans l’éducation de nos jeunes. Le sport

profitant d’une couverture médiatique permanente,

il s’ensuit une idolâtrie des grandes vedettes,

qui se sucrent au passage d’une façon éhontée et la

majorité des gens croit, que si on n’arrive pas à ce

niveau, la pratique du sport est dénuée de tout sens;

évidemment les titres remportés font chaud au cœur et


cHroniQUe 40 Ans Tennis sPorA

les Années 05 06 (suite)

les articles de presse flattent sur le moment la vanité,

qui sommeille dans tout un chacun. Mais les bénéfices

réels du sport individuel de compétition sont autres;

ce sont des acquis pour la vie. La compétition place

l’individu devant sa responsabilité avec des prises de

décision rapides et lui permet de s’autoanalyser.

chacun va découvrir en lui des qualités insoupçonnées

et certainement des manquements, qu’il croyait déceler

seulement chez les autres. il deviendra plus modeste et

tâchera d’améliorer ses points faibles. Pendant ses 20

ans de présidence à la tête du spora escrime le tonton

Jang a vu des jeunes lancés dans la compétition changer

de comportement dans le sens positif, à tel point que

les parents lui ont fait le plus beau compliment, quelque

part mieux qu’un titre de champion de leur fils: «nous ne

reconnaissons plus notre fils; même à l’école il est plus

concentré». Mais comprenons nous bien, on parle

compétition et non de loisir.

nos vétéRAns

Après les lutins, il faut parler des vétérans, ne serait ce

que pour illustrer, que le tennis est un sport qui peut

meubler toute votre vie. en 2005 la bande à Théo

storck du spora bat après X années enfin la bande à

Joa neuman des Arquebusiers, avec le titre interclubs

en prime. Belle fête! Théo a déjà aidé 30 ans plus tôt le

spora à remporter ses trois premiers titres en interclubs

et reste l’animateur de cette équipe de vétérans depuis

une dizaine d’années. Joueur complet, fin tacticien, fort

en double, il a quand même fait quelques faux bonds au

club pour toujours revenir au bercail. ce n’est pas le cas

de françois scholer, qui du moins en tennis ne connaît

pas l’infidélité et est un pilier inébranlable du club depuis

une trentaine d’années. Goedert Michel au fil du temps

est devenu un ami et apporte des points précieux à cette

équipe. Victoire également chez les Juniors Vétérans pour

2007, mais le tonton dépasse à partir de cette date le

cadre de l’historique.

2005

Championnat Ind. Indoor

- Champion Senior Cat. 2, Reuter Eric

- Champion Senior Cat. 4, Faber Joy

- Vice-Champ. Senior Cat. 3, Feidt Natascha

- Champion Senior Cat. 2, Thill Fabienne

- Vice-Champ. Senior Cat. 2, Di Léo Andrea

- Vice-Champion Poussins, Berna Vincent

- Vice-Champion Benjamin, Berna Charles

- Vice-Champion Benjamin, Franzen Kim

- Vice-Champion Minimes, Feidt Natascha

Championnat Ind. Outdoor

- Champ. Senior Cat. 6, Conzemius Charles

- Vice-Champion Benjamins, Berna Charles

Championnat Interclubs

- Division Nat. Dames, Champion

- Division Nat. Filles A, Champion

Coupe FLT

- Champion, Dames

- Vice-Champion, Hommes

2006

Equipes Championnes de l’Interclub 2006

- Vainqueur chez les Lutins:

Joe Verougstraete, Daisy Steffen

- Vainqueur Filles A:

Camille Burg, Kim Franzen,

Caroline Huberty, Anne-Sophie Magrini

Tessa Mulleneers, Julia Prenga

- Vainqueur Garçons A:

Charles Berna, Jérôme Fricker,

Edouard Leonet, Eric Weber

Nos autres compétiteurs à ne pas oublier:

- Garçons Poussins:

Franz Jonas, Créton Jacques

- Garçons Benjamins:

Muller Max, Feidt Antoine

- Garçons Cadet:

Roller Tom, Cubrilo Toma

- Garçons Junior:

Conzemius Charles 3ième junior national

- Jeunes Filles Benja:

Dimmer Lena, Dimmer Lara, Roller Christine

- Jeunes Filles Cadet:

Faber Joy (1er junior), Feidt Natasha

interclubs 2007: équipe 3A champions interclubs 2007: équipe B (-18 ans) Vice-champions

interclubs 2007: équipe A (-14 ans) champions interclubs 2007: Juniors Vétérans champions

interclubs 2007: Vétérans 3ème place interclubs 2007: entraîneurs


cHroniQUe 40 Ans Tennis sPorA

instAllAtions eT

PolitiQue finAncieRe

AU fiL Des Décennies

en 69 quand la commune proposa de construire trois

terrains au Bambesch, le spora avec ses 30 membres

actifs était fort content. nul ne pouvait savoir, que

cet endroit peu fréquenté à l’époque en dehors des

supporters du f.c Blue Boys Millebach, allait devenir un

lieu de pèlerinage pour les familles avec leurs rejetons,

grâce à l’aménagement de l’aire de jeux, mais aussi de

l’attrait du club-house géré de main de maître par Zapp,

recyclé après un passage dans la Haute finance en

restaurateur averti et ceci grâce à la fréquentation assidue

de cours du soir pour affiner ses fonds de sauce et ses

pâtisseries largement mises en évidence tout au long

des après-midis. Les quatre terrains supplémentaires,

construits en 71 furent la conséquence logique des efforts

de recrutement en largeur du club et ceci non seulement

chez les jeunes; à l’époque, le tennis connaissait un

engouement pareil au golf actuellement.

Le site dans son cadre enchanteur allait devenir au fil

des temps, avec ses possibilités de jogging et autres activités

de loisir, le point de ralliement de tous les sportifs,

toutes couches sociales harmonieusement confondues.

en 76 sous l’impulsion d’ed felgen, exaspéré de devoir

se rendre en hiver deux fois par semaine avec le tonton

Jang à steinfort au hall de charles Kieffer pour maintenir

sa forme à niveau, on gonfla le premier ballon sous l’œil

ébahi des promeneurs. La seconde structure gonflable

fut montée en 85. il était évident que ces ballons, comme

d’autres applications capotantes d’ailleurs, ne résisteraient

pas aux usages multiples, mais dépannaient le club

pendant l’intervalle de temps interminable nécessité pour

obtenir l’autorisation de construire le hall sous sa forme

actuelle. Un refus ministériel fut annulé par un recours

devant le conseil d’etat et en avril 84 l’autorisation est

accordée. Les plans du hall sont établis par Jo schiltz et

Théo Worré en fonction des exigences environnementales

et esthétiques, ce qui rend le projet plus coûteux

qu’initialement prévu; le comité de l’époque sous charel

Krombach doit faire preuve d’imagination pour trouver la

juste solution à ce problème financier. comme ce n’est

pas le style de la maison, ni de charel, ni des tontons,

d’aller quémander des subventions spéciales auprès des

politiciens (souvent des cadeaux empoisonnés) on se décide

pour la démarche auprès des banques – emprunt à

une A.s.B.L, ce n’est pas évident – il fallait un supplément

de financement par le biais d’un emprunt obligataire, qui

n’a pas eu difficile à trouver preneur auprès des membres

du club et autres sympathisants. il y lieu de préciser qu’à

ce moment personne ne parlait de la fondation, qui vit

le jour seulement en 1989, et n’allait intervenir d’aucune

façon dans ce financement. Depuis tous les engagements

ont été respectés, voir remboursés rubis sur ongle.

cela est une preuve de la rigueur caractérisant la gestion

financière du Tennis spora et mérite d’être relevé surtout

par rapport à l’actualité du moment. cette même rigueur,

avec ses «checks and balances», on va la retrouver dans

les statuts et les décisions de la fondation de flix.

Bref quand il s’agit d’argent, les tontons à l’image d’Affi se

transforment en comptables intraitables, voir de pénibles

adeptes de la comptabilité en partie double, et non pas

trouble comme c’est le cas ailleurs. c’est actuellement

Paul Blasius, qui gère avec la même acribie et en bon

père de famille, les finances du club.

Très brièvement quelques remarques du tonton Jang

sur flix et sa fondation: pour l’avoir connu depuis son

enfance, le tonton Jang est bien placé pour déceler entre

les lignes des statuts, les véritables intentions de flix,

qui l’ont poussé à créer cette fondation. en effet il faut

bien connaître le personnage et son attitude par rapport

au sport pour avancer ce jugement. flix était un touche à

tout – en sport cela s’entend – ce qui explique que dans

aucun sport il n’a eu un résultat percutant, mais il avait

cette immense qualité indispensable à tout sportif de haut

niveau: le besoin viscéral d’aller chaque jour jusqu’au

bout de ses limites. L’effort étant son credo quotidien,

ce sont les jeunes qui ont cette même générosité et

disponibilité dans la pratique du sport de compétition,

qu’il entendait soutenir par son initiative testamentaire.

Bref la fondation n’est pas là pour payer des sommes

rondelettes à des mercenaires, venant faire une séance

d’entraînement payée dans le cadre des championnats

interclubs, ni pour financer la totalité d’une ecole de

Tennis surpeuplée, dont la majeure partie des enfants

n’est pas motivée pour faire de la compétition. De toute

façon le club, désireux d’arriver à des résultats un peu

valables, se voit obligé dans le cadre de son ecole de

Tennis d’appliquer un système à 2 vitesses,


cHroniQUe 40 Ans Tennis sPorA

ce qui présuppose sélections objectives et ensuite

discussions pénibles avec des parents souvent ignares

en matière de sport. Mais c’est le prix à payer, si on veut

arriver à des résultats présentables et non devenir une

garderie d’enfants sans ambitions sportives aucunes.

Mais revenons à l’actualité. Le spora avec son ecole de

Tennis qui connaît une affluence considérable (plus de

300 enfants) se trouve à l’étroit en hiver avec ses

4 terrains couverts et doit aller du coté de la Kockelscheuer

pour satisfaire la demande croissante. D’un autre

côté la commune de Luxembourg pour des besoins

urbanistiques évidents encourage les clubs de foot et

de tennis à fusionner tous azimuts (souvent faisant fi des

incompatibilités caractérielles) et de ce fait est prête à des

appuis financiers pour le moins inattendus.

sans vouloir s’immiscer dans les détails de ces arrangements

le spora, qui peut s’enorgueillir d’avoir toujours eu

une gestion financière au-dessus de tout soupçon, maintient

des contacts ininterrompus avec la commune pour

trouver une solution à l’extension de son hall couvert, lui

permettant de faire face à la demande «loisir» sans

empiéter sur l’entraînement des joueurs de compétition.

Dans le cadre de la réorganisation du tennis citadin,

le spora, club élève modèle, a droit au chapitre et au

soutien de la politique pour ses projets futurs, ne serait ce

que par souci de justice compensatoire.

HoMMAGes à des MeMBRes du coMité

on a surtout parlé des présidents au cours de l’historique

et non des hommes de l’ombre qui ont oeuvré en toute

modestie pour faire bouger ce mastodonte de plus de

1000 membres en l’adaptant aux besoins changeants du

sport de compétition, tout en respectant les desideratas

justifiés des joueurs de loisir fidèles et ce souvent depuis

des générations. Le tonton chroniqueur, qui ne revendique

pas d’être exhaustif dans ce passage, s’excuse

d’avance auprès des oubliés. robert BAssinG, depuis

fin des années 70, était au Trésor pendant une bonne

quinzaine d’années pour gérer cette entreprise commerciale,

qu’était devenue le club. sylvain WAGner comme

secrétaire administratif a le même record de longévité;

c’était un diplomate né et il trouvait avec le sourire une

solution à tout. Depuis 1976 Jean-Paul rAUs (Vice-Président

et Trésorier) et sa femme Marianne (section Loisirs)

répondent toujours présents à l’appel et ce actuellement

pour pimenter de leur humour l’organisation de ce 40ième

anniversaire, qui se voudra festif dans la décontraction.

cool quoi!! Paul BLAsiUs: 14 ans de présence sans

un . ce n’est pas le moment de lui lancer trop

de fleurs; il pourrait les considérer comme un bouquet

d’adieu et le club a rudement besoin de lui. on attendra

le 50ième anniversaire. Vient de nous atteindre la nouvelle

du décès en Autriche de Heinz KscHWenDT, le papa

de Karin. Alors que Karin se battait sur le circuit

professionnel, Heinz continuait cependant à faire partie

du comité en tant que responsable de la commission

sportive pendant 4 ans. Le club garde de lui un souvenir

reconnaissant et ému.


cHroniQUe 40 Ans Tennis sPorA

PostfARce

HisToire sATirico-sUrréALisTe

D’Un MUr eT D’Une ALLée

Quoi de plus naturel pour un club de tennis que d’avoir

un mur d’entraînement… mais ce mur ne semble pas

faire l’unanimité. surtout ces derniers temps ce mur

superbement adossé contre le hall, selon les observations

du tonton chroniqueur, est boudé par nos jeunes et

même nos entraîneurs du haut de leur savoir tennistique

passent devant cette installation sans prendre note de cet

adversaire bétonné où le filet est toujours à la bonne

hauteur. À vrai dire le mur est un partenaire complaisant,

qui à condition qu’on lui envoie une balle correcte, la renvoie

à bonne longueur et ce jusqu’à épuisement. ce qui

est énervant c’est qu’il aura évidemment le dernier mot,

mais par contre il a l’avantage d’être disponible à chaque

moment et cela gratuitement, d’où probablement la

méfiance des entraîneurs-professeurs. Même si le mur est

traité par certains au spora avec dédain – c’était quandmême

entre 5 et 10 ans le punching-ball favori de nadal

pour en faire le cogneur qu’on sait – ce même mur a été

redécouvert en france à l’initiative d’une association

qui s’appelle «fête le Mur». ces gens en collaboration

avec les services sociaux installent des murs de

tennis dans les quartiers défavorisés avec les raquettes à

disposition, permettant à ces jeunes de rêver d’un avenir,

qui les sortira de leur précarité. evidemment cet exemple

n’entre pas en ligne de compte pour le Grand-Duché,

connu par-delà les frontières pour son triporteur de

modèle social. ce niveau de vie au-dessus de la moyenne

ne constitue pas l’environnement propice pour l’éclosion

d’un vrai champion. Bref on ne peut pas tout avoir…

Mais la construction de ce mur aura quand même servi

à quelque chose; il est devenu le «mur des lamentations»

pour les tontons et les présidents assimilés. en effet cette

auguste compagnie dans le cadre de la fondation se

réunit deux fois par an pour faire le point sur l’évolution du

club avec le président en exercice. il va sans dire qu’au

sortir de cette réunion le désespoir est au rendez-vous

et les participants sur fond de post-crise existentialiste,

la nuit tombante, se rendent en groupe comme une loge

secrète devant le Mur (œuvre de référence de J.P sartre)

pour trouver l’inspiration salvatrice pour résoudre les

grands problèmes stratégiques de leur club chéri. Le détail

de cette cérémonie un tantinet ésotérique, ponctué par

des incantations au ciel, doit rester un secret. Toujours

est-il, qu’ensuite on reprend le chemin en groupe par

l’ancienne Allée des Présidents jusqu’au parking et après

s’être mutuellement complimenté sur les bagnoles respectives,

on se sépare jusque dans 6 mois en espérant

des jours meilleurs. Mais revenons à cette Allée des

Présidents: cette initiative étrangement animiste est

seulement explicable par ces accès de désespoir devant

le manque de résultats ou l’attente pesante du champion

providentiel. Le détail mérite d’être relevé. chaque

président devait planter lui-même son arbre dans l’allée

longeant le hall et y appliquer une plaquette avec son

nom et la durée de sa présidence; en haut de l’allée on

mit un panneau pompeux «Allée des Présidents».

entre-temps les promeneurs, exaspérés par cet autoencensement

un peu pénible, ont fait disparaître et les

plaquettes et le panneau. Le temps apportant conseil,

les tontons avec les présidents ont dû se rendre à

l’évidence que les arbres ne montent pas au ciel et ce

malgré l’arrosage régulier de nos amis à 4 pattes et de

l’entonnement périodique du cri de bataille nostalgique

«spora Héich»… Le temps aidant, tout le monde est

revenu à la raison et le tonton chroniqueur est arrivé à la

fin de son récit.


cHroniQUe deRnieR Acte

lieu: Hall Arts Pluriels

date: 21 juillet 2007, 17h00

léon steinMetZ PRoductions

présente

40 Ans tennis sPoRA

WHen tHe sAints Go MARcHinG… out

D’après une idée de Léon steinmetz

et un libretto de Jean Link

Acteurs:

scHeReR Affi

tête de proue; Public relations et lobbyiste du club auprès

de la gent politique

steinMetZ léon

régie générale et calcul de rentabilité

MeRtes Zapp

publicité, catering, sommelier et encadrement musical de la

nouvelle-orléans jusqu’au funk et soul

KAuffMAnn Joe

ressources humaines, responsable pour les statistes et

autres intermittents du spectacle, expéditionnaire

linK Jean

greffier; il tient la plume, mais pas son bec.

RAus J.P

écrivain de science fiction,

responsable de la communication interplanétaire avec flix

KAss carlo

rédacteur présentateur et relations avec la presse;

KRoMBAcH charles

conférencier spécialiste en conseils testamentaires

(fondation)

Wolfsfeld Mischi

effets spéciaux, décors extérieurs et intérieurs,

aide sommelier et archiviste de la cinémathèque de la

section Loisirs

GoY J.M

les tontons au couvent,

conférencier

MilenKovic lale

petite restauration, grande caisse et 1er secours

d’HuARt frantz

affiche, lay-out brochure et chorégraphe

iMPRiMeRie Mil scHliMé BerTrAnGe

Merci à tous et bonne fête


Loisirs 40 Ans Tennis sPorA

flix, Affi, lé, Jang, Joé, Zapp et les autres…

vor 40 Jahren mischten sechs freunde

die luxemburger tenniswelt auf

Da der unvergessliche flix Hanrion, das einzige bisher

verstorbene Gründungsmitglied, in dieser Broschüre mit

einem transzendentalen Text sozusagen aus dem „off“

wieder auflebt, soll dieser Beitrag den noch lebenden

Pionieren des Tennis spora gewidmet sein, die ihren

eigenen 40. Geburtstag längst hinter sich haben.

Da wären zu erwähnen Zapp, pardon Jean Mertes,

mit seinen unverwüstlichen schmetterbällen am netz,

Jean Link mit seiner schokoladenvorhand, aber auch

Lé steinmetz mit seinen gekonnten Lobs, oder

Joé Kaufmann mit seiner schnittigen rückhand und –

last but not least – Affi scherer mit seinem ausgedehnten

fachwissen.

Dass die Beschreibung dieser fünf vom schicksal

zusammen gewürfelten individualisten ein kompliziertes

Pentamerone sei, diese sammlung neapolitanischer

Märchen von Giambattista Basile, die an fünf Tagen

erzählt werden müssen, war uns von Anfang an klar.

Wir wollten uns jedenfalls nicht dem Vorwurf aussetzen

wie „Déi fro, déi’s de dem Affi gestallt hues, häss de mir

awer och kënne stellen“. Deshalb stellten wir ihnen,

équité oblige, alle die gleichen fragen. Dies auf die Gefahr

1. Auf die Gefahr hin, dass ich nicht der einzige bin,

der diesem ereignis das Primat des Positiven gibt, war es

der Tag, an dem wir in Bad Mondorf unseren ersten interclub-Meistertitel

gegen die „schéiss“ gewannen, der wir

damals den Weg zum rekordverdächtigen 25. Meistertitel

in folge versperrten.

2. Die negativen erlebnisse in Zusammenhang mit dem

Tennis spora nehme ich nicht persönlich. ich bedaure

lediglich die entwicklung, und zwar in fast allen spor-

Affi scherer:

hin, dass es nicht gerade zur originalität des Beitrages

beiträgt, wie man es auch diesem satz vorwerfen könnte.

Doch hat diese stets mitspielende selbstkritische Distanz

der Akteure des Tennis spora, die diese sowohl auf dem

Tennisplatz sowie in den Laufloipen, in den Duschräumen

oder an Zapp’s Tresen, um die Tanzfläche und bis hinauf

auf die Bühne an den Tag legten, die Atmosphäre des

clubs im Baumbusch seit jeher geprägt.

Wir fragten die fünf „tontons fondateurs“ also nach ihren

schönsten (1.) und ihren schlechtesten erlebnissen (2.)

während ihrer aktiven Zeit sowie ihren Wünschen und

Hoffnungen für die Zukunft (3.) des von ihnen aus der

Taufe gehobenen Tennisclubs. Hier nun ihre Antworten:

„Krone nie weiter ausbreiten, als die

Wurzeln gewachsen sind!“

tarten, hin zum Merkantilismus der Dirigenten und zur

söldnermentalität der Akteure, mit denen Kompetenz

„just in time“ importiert wird.

3. Aus meiner Antwort auf die zweite frage entspringen

auch meine Hoffnungen für die Zukunft des clubs, den

ich mir weiterhin auf sportlichem Plan jugendorientiert und

auf gesellschaftlichem Plan familiär wünsche. Man sollte

jedoch die Krone nie weiter ausbreiten, als die Wurzeln

gewachsen sind.

„club soll keine gesellschaftliche spielwiese

einer elite sein!“

1. Auch wenn mein Hauptsport, das fechten, darunter

litt, so muss ich doch zugeben, dass ich das Abenteuer

Tennis spora positiv bewerte, weil wir es im Baumbusch

damals fertig brachten, aus einer beruflich wie auch

soziologisch gemischten Gesellschaft eine heute eher rar

gewordene Lebensqualität zu entwickeln.

2. Als schlechteste erfahrung werte ich den Brief des

obersten organs der spora, in dem die Zustimmung zur

neuen sektion unter der Bedingung gegeben wurde,

„que ça ne verse pas dans la sénilité“. Dabei waren wir

damals alle im besten Alter – in dem die meisten sportler

heute die flinte ins Korn werfen.

1. Positiv bewerte ich das gesamte Abenteuer, aus einem

kleinen freundeskreis, der damals in Mersch seinem

Hobby nachging, einen großen Tennisclub zu machen.

Das war nur möglich, weil wir alle zusammen an einem

strang zogen und, das kann ich als damaliger

Kassenwart sagen, auch das Geld zusammen hielten.

2. Dass ich 1975 nicht für die Mannschaft des

Landesmeisters spora selektioniert wurde, war schon

eine enttäuschung. ich musste mich erst gegen zwei

clubkollegen durchsetzen und so wurde, obwohl ich

Jean link:

Joé Kaufmann:

3. ein Leitmotiv, das ich stets mit flix teilte, könnte man

mit „Gib uns unseren täglichen sport“ umschreiben.

ich hoffe, dass dies auch weiterhin auf breiter Basis im

Baumbusch umgesetzt wird und sich der club um die

jungen sportlichen Talente kümmert, statt einer elite als

gesellschaftliche spielwiese zu dienen.

„Das war nur möglich, weil wir alle an

einem strang zogen!“

gegen den T. c. Lissabon nicht zum einsatz kam,

aus einer negativen doch noch eine positive erfahrung.

3. ich wünsche mir für den T. c. spora, und das müsste

mit den finanziellen Zuwendungen, die ihm regelmäßig

und ohne allzu strenge Auflagen zukommen, durchaus im

Bereich des Machbaren sein, dass er zum referenzclub

der Luxemburger Tenniswelt wird - und das auch über

die Jahre bleibt.


Loisirs 40 Ans Tennis sPorA

„Den club im Geist der freundschaft in

die Zukunft führen!“

1. Als eines der positivsten ereignisse muss ich natürlich

unseren ersten Meistertitel im Jahre 1974 anführen.

Als dritter Mann konnte ich mein Match im zweiten satz

mit viel Glück gewinnen. es war höchste Zeit, denn das

spiel war am Kippen und der Matchball war ein netzroller

zu meinen Gunsten.

2. Wenn ich spontan auf die frage nach der negativen

erinnerung antworte, und bei soviel positiven erfahrungen

muss ich das wohl, dann kann ich nur sagen, dass mir

der Abschied von Zapp sehr schwer gefallen ist, denn mit

diesem Unikat verlor das clubhouse auch seinen

gesellschaftlichen nährboden.

1. Mein schönstes erlebnis in Verbindung mit dem

Tennis spora ist natürlich die Tatsache, dass ich nicht nur

freundschaften aufbaute, die ein Leben lang hielten,

aber damals auch meine berufliche Laufbahn neu

ausrichten konnte und als Wirt im Baumbusch doch einen

gewissen Bekanntschaftsgrad erreichte.

2. Als peinliche erfahrung muss ich erwähnen, dass die

Partys und feste sich immer öfter bis in die Morgen-

stunden ausdehnten, ich aber nicht jünger wurde.

lé steinmetz:

Zapp Mertes:

3. Was nun die Zukunft des clubs anbelangt, so

wünsche ich mir, dass er im gleichen Geist geführt wird

wie bisher. ein Geist der freundschaft, der uns erlaubte,

aus einem kleinen Kreis von begeisterten sportlern einen

der größten Tennisclubs des Landes zu schaffen, der auf

einem soliden finanziellen fundament steht.

„ich hoffe, dass der club in Händen von

‚spora’s Leit’ bleibt!“

Aufgehört als clubwirt habe ich jedoch, weil ich keine

Tannen mehr sehen konnte – und nur ein Jahr später war

die immergrüne Pracht eh vom Winde verweht.

3. Was die Zukunft des clubs angeht, so hoffe ich,

dass er, wie zurzeit mit Jean-Marc Goy, in den Händen

von „spora’s Leit“ bleibt, die kontinuierlich ein

gesellschaftliches Umfeld schaffen, in dem der club mit

der gleichen Mentalität weitergeführt werden kann,

mit der wir ihn damals aufbauten.

Auch wenn sie verschiedenartiger nicht sein könnten,

führt der Begriff freundschaft wie ein roter faden durch

die Aussagen der „tontons fondateurs“, deren familiäre

und berufliche Herkunft sie keineswegs dazu prädestinierte,

sich damals überhaupt kennenzulernen.

Doch denkt man als Beteiligter an diese sorglosen Zeiten

des gesellschaftlichen Aufbruchs zurück, kurz nachdem

sich die nachkriegsgeneration weltweit gegen ihre

uneinsichtigen Vorfahren aufgelehnt hatte, so kann man

heute noch ins schwärmen geraten.

Die einzige ernstzunehmende regierung ohne christlichsoziale

Beteiligung seit der einführung des universellen

Wahlrechts ermöglichte damals gesellschaftspolitische

reformen, an denen auch so manches clubmitglied des

Tennis spora teilhatte.

Doch trotz des einsatzes der sporaleute in den

unterschiedlichsten gesellschaftlichen Bereichen,

kam im Baumbusch die Lebensfreude nie zu kurz,

was den begeisterten Besuchern des clubhouses schon

mal den ruf eines elitären Haufens von nichtsnutzen

einbrachte.

Doch diese rufer in der Wüste des neides hatten keine

blasse Ahnung davon, dass das individuelle spiel mit dem

kleinen weißen Ball uns eine Tugend näher brachte,

die sich heute aus unserer Gesellschaft geschlichen zu

haben scheint: Die Bescheidenheit.

eine Tugend, man denke nur an unsere Verstorbenen,

die mit fortschreitendem Alter nicht schwächer wird.

Und so sollte man auch diesen bescheidenen aber

deshalb nicht weniger dankbaren Beitrag bewerten von

einem, der das Glück hatte, dabei gewesen zu sein.

carlo Kass

flix Hanrion nimmt mit seiner Lebensgefährtin «Maus» die Glückwünsche der «tontons fondateurs» (v.r.n.l.: Affi scherer, Joe Kaufmann,

Léon steinmetz, Zapp Mertes und Jean Link) zu seinem 79. Geburtstag entgegen.


Loisirs

en diRect

de l’autre bout du ciel

cher Tennis sPorA !

Allo, allooh ? Allo, mes amis ! c’est flix, dit félicien,

qui vous cause.

Pour vous souhaiter la quarantaine joyeuse. Quarante

berges, sacrée jeunesse, va ! Je vous appelle sur mon

portable trans-universel depuis ce bout le plus reculé du

paradis. Je serai bref, car d’ici le roaming est prohibitif

à cause de cet enfer avoisinant, ce charmant endroit

où vous auriez souhaité me griller pour expiation de

mes péchés véniels : vous autres, vous avez toujours

calomnié de lésine crasse ce qui n’était que sage

réticence et juste prévoyance.

en vérité, je ne dois mon salut, selon vous, qu’à cet

accès d’impardonnable faiblesse que j’eus sur mes vieux

jours en confiant à des flambeurs de votre espèce une

partie fort honorable de mes petites économies.

Je caressais l’espoir que vous en fassiez bon usage.

Vu d’ici, le palais du tennis que vous avez érigé à

ma mémoire, et à votre gloire, me plaît, mais semble

témoigner d’une conception dépensière des choses.

fallait freiner les ardeurs juvéniles du petit Jo ! entre

parenthèses : les arbres chétifs de votre allée des

présidents semblent pâtir d’un excès d’engrais urinaire…

soit ! L’Ange gardien qui veille ici (comme avant) sur mon

destin éternel, cet ange de sexe féminin et que j’appelle

« souris » et que j’envoie faire un aller et retour quotidien

avec votre « Bambësch » terrestre, me rapporte des

nouvelles terrifiantes de votre conduite. il semble établi

que vous ne rigoliez plus ! en tout cas plus comme aux

temps jadis des Bals Playboys’ et du Big Tennis sPorA

show. Auriez-vous donc sombré dans ce « sénilisme »

morose que nous avions banni d’office et noir sur blanc

de nos principes premiers de comportement sportif ?

Alors, permettez-moi, vénérable Tennis sPorA,

vous les gars un peu honnêtes et vous les dames un

peu plus honnêtes que j’ai eu l’honneur et le plaisir de

côtoyer pendant de belles années, de me faire mes

soucis. et de vous rappeler à l’ordre en rappelant à vos

méninges défaillantes quelques images que j’ai stockées

dans mon ordinateur à écran D3. Malheureusement,

de tous ces voyants lumineux, bleus et jaunes surtout

(couleurs obligent!) et sans ampoules basse consommation,

je ne sais strictement quoi faire. il faut donc

que je fasse à tout moment appel à une flopée de

mercenaires hélés de par-delà la frontière. ils me coûtent

fort cher (ce n’est pas à vous que je le fais dire !), sont

efficaces à condition d’avoir passé leur médico infernal et

me font un cinéma grand spectacle où leurs entraîneurs

jouent les utilités.

« Hein ? c’est qui qui répond ? c’est toi Zapp ?

- Pousse le premier bouton bleu, suivi du deuxième

bouton jaune de gauche !

- Tu causes, tu causes, c’est tout ce que tu sais faire.

Mon mercenaire premier en rang me dit de toujours

commencer par pousser un bouton rouge. Bicause

couleur de la rose. c’est l’important, crois-moi ! »

ca donne quoi, voyons ? Tiens, je suis bien tombé.

Voilà l’athlétique Monique, au Bambësch, sur le green

un peu en contrebas des courts de tennis d’alors, en

train de griller des saucisses grisâtres et des côtelettes

de porc suspendues à un tripied envahi par une fumée

bleuâtre sentant jusqu’ici la graisse brûlée. Tout autour,

assis sur leur derrière, en cercle fermé et sautillant

d’allégresse : mes chers amis fondateurs au grand

complet : Lé, Affi, Joé….etc. Un peu plus loin, le petit

Jean qui s’escrime à crier après un grand Jean qui n’est

toujours pas arrivé.

et Zapp qui fait l’andouille.

« - Je n’y suis pas, dit Zapp, toujours au téléphone.

- Pour sûr que tu y es ! c’est même le grand mérite

à Monique de t’avoir appris ce jour-là tes recettes

élémentaires de cuisine dont tu as usé et abusé

par la suite. Heureusement que, pour ma part, j’ai

toujours pris soin de commander au resto du cœur

du clubhouse l’omelette nature, sans lard, affichée au

plus bas de la liste des prix. »

Autre bouton, blanc de blanc cette fois. nous voilà à

reims, ville historique où furent sacrés moult rois de

france, clovis baptisé en 498 et signée la capitulation de

la Wehrmacht en 1945. Bien ! Mais tout ça ne vaut pas,

40 Ans Tennis sPorA

comme dit la chanson de Maubeuge, le document

unique, héroïque et financièrement génial signé par

s.e. Monsignore Mischi, un dimanche au tout petit

matin, au stylo feutre sur le verso blanc d’un carton rond

de quelque 12cm de diamètre et luxembourgeoisement

appelé « couvercle de bière ». il porte l’inscription à la

main du libellé ci-après : « Bon pour 3.569,23 ff (de

l’époque) ». il est signé « Mischi », en guise de solde de

tout compte de la facture amicale que ces messieurs

bouilleurs de marc et de champagne, rotariens et autres

grands souteneurs de l’ex-grand stade de reims avaient

osé présenter, en frac et gants blancs, à notre troupe

épuisée. Les seaux à glace de reims, ayant abrité le

champagne facturé, avaient, le lendemain, selon certains

dires, un tout petit relent de champagne deux fois bu,

ou éliminé.


Loisirs 40 Ans Tennis sPorA

« - Je n’y suis pas, dit Zapp, toujours au téléphone.

- Ah, tu n’y étais pas, comme toujours ? et, dis-moi,

c’est qui qui a passé son savon à s.e. Monsignore

Mischi ?...Allo, allo ?

Personne ne répond plus au (352) 46 15 51 ?

Zapp ne serait-il plus là, comme par hasard ? »

Tant pis. image suivante. Un peu floue. Voici un

personnage un tantinet dodu qui pourrait bien être sa

Présidence sérénissime, mon ami Affi. il est affublé

d’un tutu de rat d’opéra, bas de soie assortis, perruque

flamboyante et rouge à lèvres d’un rouge ségolène.

sur un court de tennis, quelque part en Alsace-Lorraine,

il exhibe à deux mains, comme un curé qui exhibe

son ostensoir, une superbe raquette Donnay, signée

Tapie. il semble gueuler à tue-tête. comme quand

il interprétait avec brio et en « off » le Papageno de

son pote Amadeus sur les tréteaux immortels du Big

Tennis sPorA show. Peut-être un brin moins fort que

ce dimanche à Lisbonne, à 9h13 du matin, quand il

klaxonnait en accourant à toute berzingue et bras en l’air

comme le bonhomme du Michelin d’antan :

« De Jül as vir,…viir,viiir !!! »

c’était le premier jeu du premier set du premier match

d’une première rencontre de coupe d’europe et des

alentours, perdue six à zéro. Le même grand jour,

le grand soir tombant, mais sous un soleil de plomb,

Monsieur Lé, Léi ou Léo, porte-drapeau solennel de nos

espoirs déçus, mais solide comme un mur en béton,

exhibait biceps, pectoraux et un bout

de fesses sous le tuyau d’arrosage des

pompiers lusitaniens.

A cette heure, tonton Tunn, dit

l’Amoroso, ronflait toujours à l’hôtel et

au Hilton à deux pas, immuable sur

son tabouret de bar, un jeune homme

à valise noire sirotait son verre d’eau

plate et attendait patiemment. en fin

de nuit, à l’aube pointante, à l’heure

des boniments officiels, un fifty pas

one déclamait en flamand impeccable,

digne du « beekerlek » zappiste, un

panégyrique sans fin à la gloire du

beurre de chez nous : « De boter as U

belift ! » Le personnage fut fort applaudi par l’assistance

émue et somnolente, qui avait tout compris, absolument

tout, à l’image de ces joueurs de foot helvètes, du coté

de Zurzach, ce jour plus lointain quand l’illustre f.c.

Playboys du « café de Paris » leur avait servi, en rangs

serrés, et sous l’œil hagard de Me fränz, accouru en

taxi, l’hymne national du char à bancs de Hespérange.

oui, je sais. A l’heure présente, marquée par votre

sportivité tous azimuts et globalisée, tout le monde

n’est plus sur la même longueur d’ondes. Moi, pour

commencer, pour les grandes bouffes, les gamineries

des bals au cercle (hérités de feue l’Assoss) je n’ai

jamais été tellement pour. ni pour les acrobaties de

cabaret rétro. il eût fallu faire d’abord et toujours du

sportif pur, comme moi, et pas du sport hors-jeu,

par la bande, comme disent les joueurs de billard qui

savent de quoi ils parlent.

« - Y a encore quelqu’un qui m’écoute, ajoute flix

- oui, moi, dit une petite voix secrétarisante.

- Moi qui ? dit flix, je ne vois pas.

- Ben oui, c’est un peu loin, dit la petite voix.

Vous voyez ?

- Tenez, je vous passe Monsieur Joseph, à tout

hasard. il passe par hasard.

- Bluff story, dit flix. Alors passez-moi ledit Joseph ! »

il doit s’agir de Josy (pour les dames !), issu du grand

nord et importé du sud. il se faisait appeler dès fois

Josef rosenfeld. Je l’ai connu une première fois au local

de nicolaus Hoffmann. il était cul par terre avec son

fauteuil renversé (la petite Marie venait tout juste d’avaler

sa bénédictine), et il invitait à casser la gueule aux trois

Prussiens qui avaient osé pousser la lourde. c’était

son genre à lui, au Josef, après avoir martelé à mort les

noires et les blanches du piano, en homme-orchestre

qu’il fut à jamais, même sur un court de tennis, quand

il prenait tout, tout, mais tout son temps pour lacer ses

chaussures au moment propice.

Autre bouton, autre image. nous sommes de retour au

vénérable clubhouse, notre chère patrie à nous tous.

Quelques demi-heures après minuit, me semble-t-il.

et voici le grand bond en avant, style Mao à rebours

ou grand écart en profondeur verticale cher à Hillary

et chris. Le grand bond dans les abymes de maître

nico par-delà la rambarde de la terrasse de chez Zapp.

il, nico, s’est retrouvé sur le bitume, trois mètres en

contrebas, sans mal gravissime, tranquillement assis sur

son petit derrière. Quelques gouttes de liquide couleur

Tennissee old mash/campari-picon perlaient, il est vrai,

sur ses mains soignées et son pif enflé. ces gouttelettes

n’étaient pourtant que la conséquence logique d’un saut

périlleux précédant par-delà le zinc et en plein dans les

verres de bière y rangées en ordre dispersé. Après cet

exploit olympique, le tavernier maître de céans n’eut plus

le courage d’offrir une nouvelle tournée générale, ce qui

était pourtant dans ses habitudes. il invoqua, à juste

titre d’ailleurs, l’article 42 (le dernier !) des statuts de

notre cher club : « Le Tennis sPorA décline toute

responsabilité quant aux accidents que pourraient

encourir ses membres au cours d’activités sportives…

ou autres ». A l’hosto, une gente infirmière eut ce grand

mot : « o Monsieur nico ? Déjà de retour chez nous ? »

« chez nous », ça me chante quelque chose.

Mercenaire premier en rang, cliquez s’il vous plaît,

ou zappez ! A votre aise ! ….. - Ah non, non, non, nom

de d…, (oh pardon, j’oublie où je suis) ! Pas ça !

rien à voir avec le Tennis sPorA. encore que ?

sait-on jamais : les personnages disparaissent sous une

mer de chapeaux : chapeaux claques, melons, de paille,

de couturier, de chapelier, de bijoutier, de roues. il s’agit

d’une procession de noces, somptueuses et uniques,

avançant sur le tapis rouge déployé devant la grande

cathédrale du sacré-cœur-de-la-Gare.

Derrière les rideaux discrets du local d’en face, quelques

âmes pieuses ont la larme à l’œil.

« - Au quai, dit Zapp, cette fois-là, il me semble que

j’y étais. »

« - Bluff story ! » dit flix ou quelqu’un d’autre.

(pour transcription conforme : JPR et YM)


Amis donateurs du Tennis sPorA

Accumalux s.A.

Anonyme

Arboretum s.A.

Architectes Worré-schiltz

Auto sport Diffusion s.A.

Boutique Hermès

cactus

chaussures Léon

Decker, Gérard

Déménagements fisch

Dexia BiL

eurotraduc

famille Maitry

felgen Associés

fritsch, Peil

Muller, edmond

omnitec

Pharmacie Mischo

Pharmacie neiers, Alain

réalim

rotarex

spikermann, richard

Tanson, Marc

Wagner, Paul

Weber, rené

Widung, robert

A vos pieds,

partout au Luxembourg.

Remich, Place Docteur Fernand Kons

7.500 m 2 de pavés Keops particulièrement résistants

aux sollicitations mécaniques

Cela fait plus de 80 ans que nous participons aux plus belles réalisations au

Luxembourg. Quel que soit votre projet, vous pouvez vous appuyer sur nous.

Vous profiterez, vous aussi, de ce souci de la perfection sur lequel nous avons

construit notre réputation.

Centre d’Information “Accord de Schengen”

2.000 m 2 de pavés Réimerwee vieillis s’intégrant

parfaitement dans la structure urbanistique existante

Luxembourg, Parvis du Grand Théâtre

2.300 m 2 de dalles grand format sur mesure,

BP 1331

L-1023 Luxembourg

Tel. +352 35 88 11 414

Fax +352 35 88 11 419

info@haus.lu

www.haus.lu

aspect pierre calcaire vieilli

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!