Context N° 3 2012 - Jeunesse (PDF, 8021 kb) - Sec Suisse

secsuisse.ch

Context N° 3 2012 - Jeunesse (PDF, 8021 kb) - Sec Suisse

Postcode 1 SEC Suisse – CP 3072 – 2001 Neuchâtel

JAB

CH-2001 Neuchâtel

PP/Journal

Le magazine des employés de commerce

Cybermobbing

Un fléau toujours plus

intrusif

Jeux vidéo

Une passion qui peut

devenir dévorante

03 2012

Réseaux sociaux

A quoi ça sert et lesquels

utiliser?


Les spécialistes romands de la formation

professionnelle commerciale supérieure

MANAGEMENT, GESTION ET ADMINISTRATION

Brevet fédéral de cadre (Formation en Management et Leadership) ✔ ✔

ESeco – Ecole supérieure d’économie ✔ ✔

Brevet fédéral d’assistant-e de direction ✔ ✔

Diplôme SECSuisse de secrétaire juridique ✔ ✔ ✔

Gestion de projet ✔ ✔ ✔

RESSOURCES HUMAINES

Plus d’infos sur:

www.secformation.ch

Brevet fédéral de spécialiste en ressources humaines ✔ ✔ ✔

Certificat d’assistant-e en gestion du personnel ✔ ✔ ✔

Recrutement et sélection du personnel ✔ ✔

Brevet fédéral de spécialiste en assurances sociales ✔

Généraliste en assurances sociales ✔

Gestion des ressources humaines pour manager ✔ ✔

Notions générales en ressources humaines

FINANCE ET COMPTABILITÉ

✔ ✔

Brevet fédéral de spécialiste en finance et comptabilité ✔ ✔ ✔ ✔

Certificat SECSuisse Edupool.ch Veb.ch-Swisco.ch de comptable spécialisé ✔ ✔ ✔ ✔ ✔ ✔

Cours de fiscalité pour généraliste ✔

Comptabilité et finance pour manager ✔ ✔

Notions générales de TQG

VENTE ET MARKETING

✔ ✔ ✔ ✔

Brevet fédéral de technicien de vente ✔

Diplôme professionnel de force de vente ✔

Le marketing pour manager ✔ ✔

Généraliste en marketing et communication - MARKOM ✔ ✔

SEC Chx-Fds • Ne

SEC Fribourg

SEC Lausanne

SEC Jura

SEC Genève

SEC Sion

SEC Lausanne

Rue Centrale 6

Case postle 7476

1002 Lausanne

Tél. 021 312 93 47

formation@seclausanne.ch

www.seclausanne.ch

SEC Chaux-de-Fonds • Neuchâtel

Rue Neuve 16

2300 La Chaux-de-Fonds

Tél. 032 968 56 46

formation@sec-ne.ch

www.sec-ne.ch

SEC Fribourg

Case postale 1416

1701 Fribourg

Tél. 026 321 29 21

info@secfribourg.ch

www.secfribourg.ch

SEC Jura

Rue du 23 Juin

2900 Porrentruy

Tél. 032 465 81 50

sec.jura@medhop.ch

www.avenirformation.ch

SEC Genève

Case postale 330

1211 Genève 4

Tél. 022 328 06 77

geneve@secformation.ch

www.secgeneve.ch

SEC Sion

Place de la Gare 2

case postale 1250

1951 Sion

Tél. - FAX : 027 203 55 65

sec-formation@netplus.ch

www.sec-sion.ch


Editorial

De coup de cœur

en coup de cœur

Le Caire, juillet 1982. Il est midi, la chaleur

est étouffante. L’appel du Muezzin me sort

de ma torpeur. Je me réfugie dans le dortoir

de l’auberge de jeunesse. Je rencontre

Maggy, une Américaine de 44 ans. Nous

sympathisons et je me confie à elle. A 25

ans, licence de droit en poche, je fais avec

mon mari un tour du monde. J’avoue à

Maggy que je suis contente de retarder

mon entrée dans la vie dite «active», d’éviter

les plans de carrière et les voies toutes

tracées. J’ai soif de connaissances et d’expériences

nouvelles.

A l’époque, un parcours professionnel se

devait d’être linéaire, lisse. La moindre

originalité était taxée d’incartade et le

postulant qualifié d’instable. Maggy souriait

de son plus beau sourire… Elle avait

été tour à tour enseignante, propriétaire

terrienne, responsable RH, publiciste,

journaliste… Son parcours professionnel

avait été fait de coups de cœur.

Les connaissances évoluent sans cesse et

les jeunes savent aujourd’hui qu’ils devront

changer plusieurs fois de domaine

d’activité. Encore en gestation, une loi fédérale

sur la formation continue vise à implanter

celle-ci au cœur même du parcours

de vie. Tant il est vrai qu’une bonne

formation, régulièrement mise à jour, sera

essentielle pour répondre aux exigences

toujours plus élevées et variées du marché

du travail.

Couvrant un champ très large, la formation

commerciale constitue une base solide

et sûre pour l’acquisition de futurs savoirs.

Avec le CFC et les conseils avisés de

la SEC Suisse, les jeunes adultes seront

bien armés pour réussir.

Marie-Line VUILLEUMIER

Secrétaire romande de la SEC Suisse

context 03-2012

Sommaire

Cybermobbing 5

Un fléau toujours plus intrusif

Internet envahit les salles de classe et les cours d’école.

Mais ce n’est pas toujours pour le bien des élèves.

Jeux vidéo 6

Une passion qui peut devenir dévorante

Surfer sur Internet, jouer en ligne et chatter ne sont pas

des activités malsaines si on ne se laisse pas envahir

par la passion.

Réseaux sociaux 8

A quoi ça sert et lesquels utiliser?

S’inscrire à un réseau social permet de se relier à un groupe

de personnes pour communiquer, échanger des idées, des

photos et des vidéos.

Communication 10

Les adolescents évoluent dans un autre monde

En dehors des rencontres personnelles, la majorité

des adolescents américains ne renonceraient pas

volontiers aux messages par sms.

Interview 11

Un destin multiculturel étonnant

Ty Kim est entré dans le monde du travail en commençant

un apprentissage d’employé de commerce avant de se lancer

dans l’informatique.

En bref 4

Justice en marche: Gratification: les règles fluctuent 12

Nouvelles de la centrale 13

Nouvelles des sections 14


4

Actualités

qUoI dE NEUf?

Soutien aux apprentis

dans le canton de Vaud

Le service de l’emploi du canton de Vaud s’est

vu alloué un montant de 5 millions de francs

par la commission des finances du canton

pour le fonds cantonal de lutte contre le chômage.

Celui-ci sera utilisé pour encourager financièrement

les entreprises qui embauchent

des apprentis, ce qui permettra de soutenir

l’entrée des jeunes dans la formation professionnelle.

Baisser les salaires des frontaliers

est illicite

Le tribunal de district d’Arlesheim, dans le

canton de Bâle campagne, a condamné l’entreprise

Stöcklin Logistik à verser six mois de

salaires à six de ses employés frontaliers. Elle

les avait licenciés parce qu’ils avaient refusé

de voir leur salaire réduit en raison de la

baisse du taux de change de l’euro. Une pratique

illicite du fait qu’elle est proscrite par

l’accord sur la libre circulation des personnes

avec l’Union européenne.

Hausse dans le commerce de détail

En décembre 2011, le chiffre d’affaires réalisé

dans le commerce de détail a augmenté de

0,6% en termes réels par rapport à décembre

2010, révèle l’Office fédéral des statistiques.

Ajusté des variations saisonnières, il a reculé

de 2,95 en termes réels par rapport à la fin du

mois précédent. Sans les carburants, le commerce

de détail a progressé de 0,4% en

termes réels. Par contre, durant la même période,

le chiffre d’affaires du commerce de détail

des denrées alimentaires, boissons et tabac

a reculé de 0,2% en termes réels.

Incertitudes sur le marché de l’emploi

En Suisse, les opportunités en matière d’emploi

sont mitigées pour le premier trimestre

2012, indique l’étude de Manpower sur les

perspectives dans ce domaine. Sur les 754

employeurs interrogés dans le cadre de cette

enquête, 5% prévoient une augmentation de

leurs effectifs et 5% un recul, alors que 89%

d’entre eux n’envisagent aucun changement.

Plus mitigé qu’au trimestre 2011, ce résultat

semble démontrer que les employeurs suisses

ressentent l’essoufflement de la dynamique

de la croissance.

context 03-2012

Nouveau directeur pour Management Training

Jean-Marc Miauton vient de reprendre le

poste de directeur de l’entreprise de pratique

commerciale Management training,

qui a son siège à Lausanne.

Economiste d’entreprise, il possède une

longue expérience professionnelle dans

les PME et les télécommunications. Financée

par le Secrétariat d’Etat à l’économie,

et créée en 1995, cette structure a

comme objectif de permettre à ses stagiaires

d’acquérir des compétences réelles

de la gestion administrative et des ressources

humaines, de l’organisation, du

marketing et de la vente ainsi que du secrétariat.

Grâce aux stages effectués dans

cette entreprise, quelque 40% des per-

L’argent n’est pas primordial

Les jeunes nés après 1980 attachent beaucoup

plus importance à un bon équilibre

entre la vie professionnelle et leur vie privée,

ainsi qu’à l’égalité des chances sur

leur lieu de travail que leurs aînés, révèle

une enquête réalisée en Suisse par le cabinet

de conseil d’entreprise Pricewaterhouse

Cooper. Affublée du terme «Millenials»,

cette génération déplore que

l’égalité des chances ne soit qu’un vœu

pieux chez leur employeur. Ils préfèrent la

sonnes en recherche d’emploi qui y travaillent

retrouvent un emploi durant les

trois mois d’activité effectués au sein de

celle-ci.

communication par voie électronique au

contact direct ou téléphonique. Trois

quarts d’entre eux pensent que ce genre

de technologie leur permet de travailler

de manière plus efficiente, tout en admettant

qu’elle entraîne souvent des conflits

intergénérationnels sur leur lieu de travail.

Ils sont plus attirés par les possibilités

de développement personnel que leur

offre leur emploi que par l’appât du gain.

Une formation obligatoire jusqu’à 18 ans

Le mouvement citoyen genevois (MCG)

dirigé par Eric Stauffer a demandé que la

loi genevoise sur l’instruction publique

soit modifiée en vue de prolonger la durée

de la formation obligatoire jusqu’à l’âge de

18 ans. L’objectif de cette initiative est

d’assurer une formation scolaire (collège

ou HES) ou professionnelle (apprentissage)

de qualité pour réduire le taux de

chômage des jeunes habitants du canton

et leur assurer un bagage professionnel de

qualité. Selon le MCG, cela freinerait l’af-

Neuchâtel soutient l’apprentissage

Les milieux économiques et le canton de

Neuchâtel se sont alliés pour concrétiser

un plan d’action visant à promouvoir l’apprentissage

en entreprise. L’objectif de

cette initiative basée sur un partenariat

public-privé consiste à créer 400 places

d’apprentissages supplémentaires en l’espace

de deux législatives. Concrètement,

ce projet entend promouvoir la création

Jean-Marc Miauton,

nouveau directeur de

la société Management

Training.

flux d’étrangers toujours plus important

que l’on constate depuis l’instauration des

accords de libre circulation et réduirait la

pression sur les salaires et le dumping salarial.

Les milieux concernés de la formation

saluent cette initiative, mais relèvent

quelques obstacles à cette mesure, car il

serait difficile d’obliger les jeunes à rester

scolarisés contre leur gré. Mieux vaut, selon

eux, renforcer l’appui scolaire en

amont pour les aider à entrer dans une filière

de formation.

de réseaux d’entreprises qui permettront

de professionnaliser la fonction de formateur

en ayant un responsable pédagogique

qui suit les apprentis dans le cadre

d’ateliers didactiques ou de postes d’apprentissage

en entreprise, en complément

des employés accompagnant les apprentis

dans leur travail quotidien.


context 03-2012

Un fléau toujours plus intrusif

Internet envahit les salles de classe et les cours d’école. Mais ce n’est pas

toujours pour le bien des élèves. Certains d’entre eux peuvent devenir de

véritables bourreaux. D’autres des victimes expiatoires.

Le phénomène du harcèlement par

Internet prend actuellement une telle

ampleur qu’il devient préoccupant pour les

jeunes et leurs parents. Les cas de cybermobbing

sont toujours plus préoccupants

et se multiplient. Plaisanteries de mauvais

goût, commentaires désobligeants sur l’habillement

d’une personne, qu’il s’agisse

Les téléphones portables sont souvent utilisés pour

exprimer, au vu et au su de tous, des sentiments

plus ou moins louables sur les réseaux sociaux.

d’un élève ou d’un professeur, font désormais

partie du quotidien des cours d’école.

Un phénomène qui fait tache d’huile

L’irruption du cybermobbing chez les

jeunes prend une dimension inquiétante.

Les conflits naissant dans les salles de

classe trouvent leur prolongation sur les réseaux

sociaux. Les différents antagonismes

qui apparaissent immanquablement entre

les jeunes en raison de leurs origines,

classes sociales, cultures et habitudes familiales

ne manquent pas d’avoir des répercussions

dans le cadre scolaire ou dans leur

environnement de vie.

Les clans de quartier sont aussi fortement

influencés par ce phénomène. L’essor

des réseaux sociaux exacerbe l’impact

des conflits qui naissent dans la vie réelle.

Ceux-ci ne peuvent plus être qualifiés de

broutilles, car même si leur expression ne

s’affiche que sur les réseaux sociaux, ils

peuvent largement dépasser le seuil de

l’acceptable et provoquer des réactions

inattendues de la part des personnes touchées

par ces attaques de cybermobbing.

Leurs conséquences sont multiples et on

a même recensé des suicides de la part

d’élèves qui en étaient la cible. Quand on

est victime de ce genre d’attaque, il ne faut

pas hésiter à en parler à ses parents, à ses

professeurs ou à des tiers en qui on a

pleine confiance.

Ce phénomène touche aussi la Suisse

Les jeunes victimes de ces agressions virtuelles

risquent de se renfermer sur ellesmême,

de tomber en dépression et de se couper

de tout lien social. «Les élèves deviennent

paranoïaques, et c’est justifié», confiait récemment

Sébastien Gognat, enseignant et

collaborateur pédagogique du canton de

Vaud à un journaliste de 24 Heures. Lors

d’un camp, il a par exemple constaté avec effarement

que les élèves conservaient leurs

caleçons quand ils se douchaient, de crainte

de retrouver leur photo prise dans leur

simple appareil sur les réseaux sociaux.

Selon un sondage réalisé par l’université

de Zurich, un écolier sur cinq a déjà

été victime de cybermobbing au cours des

quatre derniers mois. Cela peut même

pousser la famille à déménager. Les photos

de victimes de ces comportements irrévérencieux

sont parfois retouchées pour

accentuer encore leur humiliation. «Le

plus effrayant est de constater que certains

jeunes créent de faux comptes facebook»

relève Nadia Garcia, du portail de

conseil au parent elternet.ch.

Mais facebook est aussi utilisé par les

jeunes pour exprimer leur mécontentement.

Par exemple quand un garçon se

Pierre-Henri Badel

fait larguer par sa petite amie. Et dans de

tels cas, certains n’hésitent pas à afficher

la lâcheuse en petite tenue sur le réseau

social pour l’humilier aux yeux des autres.

Il ne faut pas hésiter à en parler

Les actes de harcèlement sur les réseaux sociaux

sont répréhensibles et on peut déposer

une plainte pour faire cesser ce phénomène.

L’association Telme – qui regroupe

une quarantaine de répondants spécialisés

dans l’enfance (psychologues, éducateurs

et assistants sociaux) – est mandatée par

Pro Juventute pour gérer les appels sur la

ligne 147. Cette dernière fonctionne 24 h sur

24. Les appels sont gratuits. Ce numéro est

aussi opérationnel par SMS. Tous les moins

de 18 ans peuvent en faire usage pour être

écoutés et conseillés, quelle que soit la nature

de leur problème. Telme propose des

consultations personnelles, pour les parents,

les enfants ou en famille. De nombreux

conseils et informations sont également

disponibles sur le site Ciao, destiné

aux jeunes Romands de 13 à 20 ans.

Pour en savoir plus:

www.telme.ch www.ciao.ch

LES INSULTES SUR fACE-

Book SoNT PUNISSABLES

Une jeune Saint-Galloise a été condamnée

à une amende en décembre 2010 pour

avoir traité un homme de «couillon» sur

facebook. L’affaire avait débuté au printemps

2010, rapportait à cette époque le

journal 20 minutes. En raison du bruit occasionné

par les concerts qui étaient donnés

dans un local culturel jusqu’à 5 heures

du matin en fin de semaine, un citoyen

avait obtenu de limiter ses heures d’ouverture.

Ce qui déplut à la jeune femme de

19 ans qui dut s’acquitter d’une peine de

7 jours-amende de 30 francs ainsi que

d’un montant 100 francs.

5

Cybermobbing


6

Jeux vidéo

Une passion qui peut devenir

dévorante

context 03-2012

Surfer sur Internet, jouer en ligne et chatter ne sont pas des activités malsaines

si on ne se laisse pas envahir par la passion. Mais elles peuvent malgré tout

s’avérer dévorantes.

Pierre-Henri Badel

Les jeux vidéo permettent d’explorer des mondes différents à un âge où l’on construit

son propre monde.

L ’engouement des jeunes pour les jeux

vidéo est bien compréhensible et

n’est pas fondamentalement nuisible car

ils stimulent l’interactivité, l’éveil, la capacité

de réflexion et l’habileté manuelle des

joueurs. Sans compter qu’il leur apprend

à travailler en équipe et à élaborer des

stratégies de groupe. Toutes ces qualités

leur seront incontestablement utiles dans

leur future orientation professionnelle et

leur carrière. Le tout est de ne pas tomber

dans une tendance compulsive.

Ne pas dépasser les bornes

La frontière entre la dépendance et l’addiction

est parfois difficile à déceler chez

les personnes qui s’adonnent aux jeux vidéo.

«La dépendance est une habitude qui

procure du plaisir, alors que l’addiction

implique un besoin dont on ne peut se

soustraire» rappelle Eric Jeunet, psychiatre

et psychothérapeute FMH à Nyon.

Il faut pourtant savoir que tous les jeux ne

présentent pas le même attrait. Ceux qui

s’exercent à plusieurs dans le cadre de

groupes et rassemblent des personnes se

trouvant aux quatre coins du globe attirent

actuellement une très large frange

d’accrocs de ce passe-temps. Et c’est encore

plus vrai quand il s’agit de jeux de

rôle qui se déroulent en temps réel.

Dans le jargon, ces jeux sont désignés

sous le vocable de MMORPG, abréviation

de «massively multiplayer online roleplaying

games». Il s’agit de jeux dans lesquels

les joueurs sont représentés par des

avatars et au cours desquels ils doivent

exercer des tâches sans fin au fur et à mesure

de leur déroulement. Cet attrait provient

surtout du fait que les jeunes constituent

des groupes au sein desquels chaque

personnage doit effectuer des missions au

sein d’un monde virtuel.

difficile de lâcher la main

«Les jeux de rôle en ligne attirent surtout

les jeunes parce qu’ils sont particulièrement

attractifs sur le plan graphique. Ils

permettent d’explorer un monde différent

à un âge où l’on se construit son propre

monde» reconnaît Ségolène Samouiller

de l’entité Addiction Info à Lausanne. «Ce

phénomène et généralement le fait de personnes

introverties et/ou qui n’ont que

peu de gratification dans la vie réelle»

poursuit-elle. «On le décèle à partir d’un

faisceau d’indices, en particulier parce

que les jeunes se renferment dans la solitude,

l’isolement, deviennent irritables et

commencent à ressentir des problèmes

physiques, tels que maux de dos, irritation

des yeux, etc.».

Une fois embarqué dans un jeu de

rôle, il est dès lors très difficile de se désolidariser

de ses coéquipiers, de crainte

d’être déconsidéré par ceux-ci. Surtout

que l’avatar que l’on a créé poursuivra son

périple sans qu’on puisse le contrôler dès

que l’on quittera la partie. Le joueur est

donc pris au piège, car seuls les plus assidus

vont pouvoir progresser vers les niveaux

supérieurs, ce qui leur attirera les

éloges et la reconnaissance des autres

joueurs.

«L’addiction aux jeux touche surtout

les jeunes, car il faut bien constater qu’un

autre aspect de ce phénomène est l’enfermement»

note à ce sujet Eric Jeunet. «Les

joueurs addictifs se projettent dans un

autre monde qui leur permet de s’échapper

de la réalité, de se replier sur euxmêmes.

Ils expriment ainsi leur désintérêt

par rapport au monde extérieur.»

Les facteurs déclencheurs

du comportement compulsif

«Certains facteurs à risque sont liés à l’individu.

D’autres aux caractéristiques d’un

jeu particulier ou des jeux de ce type en

général», admet Simon Frey, porte-parole

de l’entité Addiction Suisse à Lausanne.

«Les caractéristiques inhérentes aux jeux

qui sont susceptible de conduire à une

utilisation excessive sont l’accès 24 h sur

24, la satisfaction immédiate du besoin,

l’offre pratiquement illimitée, l’anonymat,

la possibilité de tester de nouvelles identités,

l’expérience de reconnaissance, de

succès, de contrôle et d’appartenance.


Ainsi que le fait que les limites spatiales

disparaissent et la perception du temps se

modifie» poursuit-il, comparant ce sentiment

à celui de l’ivresse.

«Les facteurs individuels liés à une

personne qui peuvent mener à une utilisa-

tion excessive d’un jeu en ligne peuvent

provenir, par exemple, d’un développement

déficient des compétences psychosociales,

telles que manque d’estime de

soi, une dépression, attentes irréalistes

concernant Internet, angoisse sociale ou

stratégies d’évitement des conflits ou du

stress» précise encore Simon Frey. Il relève

également que l’environnement social

peut évidemment lui aussi influencer le

risque de cette dépendance, par exemple

en raison de tensions familiales ou des

problèmes rencontrés dans le cadre scolaire.

Par contre, il avoue qu’à sa connaissance,

les facteurs déclencheurs ne sont

pas spécifiquement connus. «Un problème

d’addiction est d’ailleurs en général dû à

une variété de facteurs» admet-il.

«Les jeunes s’y enferment parce qu’ils

sont certainement moins solides et qu’ils

ont peur d’entrer dans le monde des

adultes» note encore Eric Jeunet. «Les jeux

n’ont pas de conséquence sur la vie réelle.

Le monde des adultes est un univers de

compromis, de renoncements, d’efforts et

d’embêtements. Les jeunes ne veulent pas

en payer le prix et ils se persuadent que la

vraie vie se passe dans les jeux vidéo.»

Les signaux de la dépendance

Les critères classiques de toutes sortes

sont souvent utilisés pour déterminer si

une personne est victime d’une addiction

aux jeux vidéo. Les caractéristiques sont,

notamment, un usage compulsif d’Internet,

une partie de contrôle de son utilisa-

context 03-2012

tion, une augmentation du temps passé

sur l’ordinateur, des intérêts qui se limitent

à Internet, des symptômes tels que

la nervosité lorsque Internet n’est pas utilisé

et le fait de l’utiliser malgré les conséquences

négatives, souligne Simon Frey.

Souvent, l’addiction aux jeux vidéo peut cacher

d’autres problèmes présents au sein de la famille.

«Mais tous ces signes ne doivent pas être

forcément présents pour que l’on parle de

cyberaddiction» tempère-il. «Le temps

d’utilisation n’est pas en soi une indication

suffisamment claire pour déterminer

si l’on a affaire à une consommation problématique

ou à une cyberaddiction.»

Il n’existe pas de limite bien définie

permettant d’affirmer que quelqu’un se

trouve en situation addictive. «La frontière

se situe quand on s’aperçoit que cela

a des répercussions directes sur la vie

réelle et que cela met en péril, par

exemple, la famille, le travail ou que la

personne peut provoquer des accidents de

circulation» enchaîne Eric Jeunet.

LES JEUx VIdéo

LES PLUS PoPULAIRES

World of Warcraft

Guild Wars

Star Wars The Old Republic

Aion

Flyff

Rappelz

Rift

Age of Wulin

Dragon Ball Online

Source: jeuxonline.fr/jeuxvideo.com

CoMMENT RéAgIR?

Dès que les parents ou d’autres personnes

de contact décèlent des phénomènes

de dépendance ou des signes

avant-coureurs, il est important de parler

aux adolescents concernés. Il s’agit

d’éliminer les facteurs à risque liés à la

personne et de développer les compétences

personnelles permettant de gérer

les médias de manière générale

dans le cadre de l’éducation du jeune

concerné. La lutte contre cette dépendance

passe également par des efforts

visant à élargir l’éventail des activités

de loisirs de manière diversifiée. L’essentiel

étant d’établir des règles précises

sur la manière d’utiliser les jeux

vidéo.

Une abstinence temporaire ou persistante

de l’utilisation d’un jeu spécifique

ou de tout jeu en ligne peut parfois

s’avérer salutaire et même indispensable

pour s’affranchir de cette dépendance.

Il est pourtant nécessaire pour

cela de faire appel à un centre de

consultation en addiction et/ou en éducation.

«Les sujets à l’addiction sont généralement

dans un état de dénégation de leur

situation. Ils ne se rendent même pas

compte qu’ils se trouvent dans cet état.

Ils essayent de contrôler la situation,

mais aussi se perdent dans les méandres

de ce phénomène» souligne Eric Jeunet.

Quant aux proches de la personne

concernée, ils doivent tenter de poser

des limites, par exemple éteindre l’ordinateur

à une heure déterminée ou limiter

la durée des jeux.

Pour en savoir plus:

www.stop-jeu.ch

www.cybersmart.ch

www.suchtschweiz.ch

www.infoset.ch

7

Jeux vidéo


8

Réseaux sociaux

A quoi ça sert et lesquels utiliser?

context 03-2012

S’inscrire à un réseau social permet, comme son nom le laisse supposer,

de se relier à un groupe de personnes pour communiquer, échanger des idées

ou des services. Ils ont fleuri ces dernières années et deviennent des moyens

de communications incontournables.

Claude Duval

C’est l’essor des téléphones dits intelligents («smartphone») qui a fait le succès

des réseaux sociaux de nouvelle génération et des systèmes de micro-blogging

tels que twitter.

L ’utilisation des réseaux sociaux attire

chaque année une plus large frange

de la population, surtout parmi les jeunes.

Mais avant de s’y lancer tête baissée, mieux

vaut en analyser les risques et éviter de se

retrouver embarqué dans une aventure

dont on ne sortira pas sans quelques égratignures.

En Suisse, quelque 70 000 personnes

sont en effet cyberdépendantes et

11 000 considérées comme étant des personnes

à risque. Les internautes sont fascinés

par les réseaux sociaux en raison de

leur capacité de constituer des vastes

cercles d’amis et surtout de se targuer,

dans la vie réelle, de leur nombre.

Un succès planétaire

Les réseaux sociaux n’offrent pourtant pas

que la possibilité de converser avec ses

amis proches ou lointains, mais aussi

d’échanger des messages, des photos, des

vidéos et ses propres impressions sur un

événement qui est en train de se dérouler.

Et surtout de le faire de manière instantanée

depuis un téléphone portable, c’est-àdire

partout et à n’importe quelle heure

du jour et de la nuit. Ils permettent surtout

de déposer (ou «poster» dans le langage

des internautes) des messages de manière

presque instantanée avec une facilité déconcertante.

Et cela que l’on soit chez soi,

dans le train ou à la terrasse d’un café, à la

plage ou même en classe ou pendant la récréation.

L’attrait des réseaux sociaux est de

pouvoir partager et commenter à tout moments

que l’on est en train de vivre, que ce

soit lors d’une soirée entre amis, d’un

match de football, en vacances sous les

palmiers, sur une piste de danse, etc. Une

sorte de mise en valeur de ses propres expériences,

comme s’il s’agissait d’un reportage

en direct à la télévision. Et surtout

de savoir que les destinataires de ces messages

vont les voir de manière instantanée.

Cette banalisation de la communication

planétaire peut naturellement aussi

être utilisée dans le cadre de son travail et

nombreuses sont les entreprises qui y ont

recours pour faire connaître leurs produits

ou leurs services par ce biais. Leur

intérêt est surtout d’attirer de jeunes

clients dans leurs filets pour leur vendre

leurs produits ou leurs prestations.

Assurer la confidentialité

de ses données personnelles

Tous les réseaux sociaux exigent de créer

un compte pour permettre d’accéder à

leurs fonctions. Quand on s’y inscrit, il

faut dévoiler un certain nombre d’informations

personnelles, telles que son année

de naissance, sa formation, son métier

et même les entreprises ou organismes

pour lesquels on travaille et, surtout, son

adresse de messagerie. On est aussi incité

à joindre une photo de soi-même. Toutes

ces informations ne sont pas anodines et

sont souvent utilisées à des fins commerciales,

à savoir envoyer de la publicité ciblée

en fonction de son «profil».

Comme les autres membres de ces réseaux

peuvent aussi accéder à tout ou partie

de ces informations, si l’on veut rester

à l’abri de leur curiosité, il vaut mieux se

limiter à n’indiquer que les informations

absolument indispensables dans les formulaires

d’inscription. Il faut surtout éviter

de dévoiler toute son intimité, car elle

risque de tomber devant les yeux de personnes

inconnues ou qui ne nous veulent

pas forcément du bien.

Cela peut par contre être très utile de

préciser sa formation et ses expériences

quand on cherche un emploi et que l’on

peut ainsi faire part de ses compétences à

toutes les entreprises qui sont actives

dans un secteur donné. Tout en sachant

que ces informations, ainsi que les photos

et vidéos, peuvent être reprises par

d’autres et nous suivre plus loin et plus

longtemps qu’on ne le désire réellement.

On aura donc bien soin de n’indiquer

les informations sensibles qu’à ses véritables

amis. En ne perdant pas de vue

que le piratage des réseaux sociaux est

un phénomène toujours plus en vogue

et que même les données intimes


LES dIfféRENTS RéSEAUx SoCIAUx

facebook

Avec plus de 850 millions d’utilisateurs à travers le monde, ce réseau social est de loin

le plus populaire de la planète. Tout internaute peut créer gratuitement un compte (profil)

sur ce réseau et partager ainsi des photos, des messages personnels et des rendez-vous

avec le cercle d’amis qu’il invite à le rejoindre dans son groupe.

www.facebook.com

Twitter

Deuxième réseau social le plus populaire, il s’agit d’un système de communication permettant

d’envoyer des messages cours (140 caractères, appelés «tweets»), qui permet

de suivre l’actualité en temps réel et a été à l’origine des mouvements révolutionnaires

dans les pays arabes en 2011.

www.twitter.com

flickR

Ce réseau social et spécialisé dans le partage (gratuit ou payant) de photos. On peut y

stocker des photos pendant ses vacances pour les mettre immédiatement à disposition

de ses amis et de les revoir chez soi. Il compte près de 400 millions d’utilisateurs.

www.flickr.com

Linkedin

Il s’agit d’un réseau social à vocation professionnelle qui permet de diffuser des informations

de nature professionnelle et d’abriter son curriculum vitae, de faire part de

ses compétences et d’annoncer, par exemple, un changement d’emploi.

www.linkedin.com

MySpace

Ce réseau social a été le pionner de ce mouvement. Il a entre-temps perdu de son audience

et de son aura du mode de communication qui a été à l’origine de la révolution du Web 2.0.

www.myspace.com

xing

Réseau social professionnel surtout en vogue dans les pays du centre et du Nord de

l’Europe.

www.xing.com

Viadeo

Réseau social à vocation essentiellement professionnelle surtout répandu dans la communauté

francophone.

www.viadeo.com

Force mentale

Certi cat de participation

Témoignage de Jean Troillet, alpiniste, guide et marin

Le concept «Force Mentale» apporte les outils nécessaires à évoluer vers la réussite.

Je ne peux qu’encourager celles et ceux qui veulent révéler leur plein potentiel

à expérimenter ce séminaire

Le jeudi 26 avril 2012 de 8h30 à 17h30

Un séminaire exclusif développé et animé par :

context 03-2012

peuvent être subtilisées par des personnes

mal intentionnées.

Le phénomène va-t-il être durable?

Les réseaux sociaux permettent aussi de

créer des groupes spécialisés dans un domaine

particulier, c’est-à-dire d’attirer des

internautes partageant certains centres

d’intérêts ou issus de certaines régions. Ces

derniers permettent de déboucher sur des

rencontres dans la vie réelle et de mobiliser

toute une frange de la population pour certaines

causes, par exemple la lutte contre la

pollution, la défense des opprimés et des

prisonniers politiques, la lutte contre certains

régimes, etc.

Il faut pourtant être conscient que

chaque médaille a son revers. L’éclipse rapide

du premier réseau social apparu dans

le monde, à savoir MySpace, incite pourtant

à se demander quelle sera la pérennité

des différentes sociétés qui ont lancé ces

réseaux. MySpace a par exemple fermé les

bureaux qu’elle avait en France. L’entrée en

bourse – récente – de Facebook n’a, pour sa

part, pas été saluée à la hauteur de l’événement,

car les investisseurs sont assez sceptiques

quant à son réel avenir.

Peut-être que de nouvelles formes de

communication encore plus novatrices

vont voir le jour d’ici quelques mois ou

quelques années, rendant caducs les réseaux

sociaux tels que nous les connaissons

aujourd’hui. D’autres étoiles filantes

se sont déjà éclipsées de la planète

Internet: ce fut le cas en son temps d’Altavista,

Netscape, etc. Il s’agit donc de garder

un minimum de recul face aux nouvelles

technologies qui tentent de nous

accaparer chaque jour un peu plus.

www.seclausanne.ch info@seclausanne.ch 021 312 93 47

9

Réseaux sociaux


10

Communication

Les adolescents évoluent

dans un autre monde

context 03-2012

En dehors des rencontres personnelles, la majorité des adolescents américains

ne renonceraient pas volontiers aux messages par SMS. Ils plébiscitent ce mode

de communication pour se donner rendez-vous.

Michel Héritier

Consulter son profil facebook sur son téléphone

portable permet aux jeunes de flatter

leur ego.

Dans leurs relations à autrui, les adolescents

se distinguent par un comportement

très différent de ce que l’on peut

constater chez leurs aînés et s’adaptent

plus facilement aux nouveaux moyens de

communication. Ils continuent à utiliser

couramment les SMS, facebook et du chat

vidéo, mais ils ont aussi réalisé que l’envoi

de courriel et les discussions de vive voix

et face à face sont aussi importantes s’ils

veulent rester dans le coup.

Photo: Pro Juventus

Le romantisme n’est pas mort

Les jeunes ont compris quelles étaient les

limites des nouveaux moyens de communication.

Ils se rendent compte que s’ils

veulent conserver des relations suivies et

approfondies avec leurs amis, rien ne

remplace les conversations en tête-à-tête

et les activités en groupe. C’est ce que révèle

une étude réalisée aux Etats-Unis par

la société Ericsson. Cette prise de

conscience de l’importance qu’il y a chez

les jeunes à se rencontrer dans la vraie vie

est assurément aussi transposable en dehors

des Etats-Unis.

Les jeunes utilisent surtout les SMS et

facebook pour organiser des rencontres

avec leurs amis. Cela leur permet de fixer

des rendez-vous intimistes et des moments

privilégiés dans des environnements

propices à la drague. Il ressort de

cette étude que c’est encore lors de classiques

moments d’intimité que s’initient

les rencontres amoureuses. Mais c’est par

contre sur la toile mondiale que s’officialisent

ces relations de manière durable

entre les jeunes. Cela se traduit concrètement

par un changement de statut sur fa-

cebook. C’est là que toutes les connaissances

du groupe découvrent qu’ils ont

passé du stade d’ami à petit ami ou fiancé.

Tous les amis des jeunes concernés sont

ainsi informés officiellement de la relation

privilégiée qui les unit.

Les habitudes évoluent

La plate-forme de communication facebook

est extrêmement prisée par les adolescents

pour servir de miroir à leur ego. Ils

l’utilisent aussi pour transmettre des messages

reflétant leurs émotions. Le nombre

d’amis qu’ils ont collecté sur facebook atteint

en moyenne 265 individus, soit cinq

fois plus que le nombre de contacts qu’ils

ont enregistrés dans la mémoire de leur téléphone

portable. Le nombre maximum

d’amis enregistrés par les jeunes sur leur

compte facebook ne dépasse pourtant généralement

pas la limite des 350.

Ce n’est que lorsque les rencontres en

tête en tête s’avèrent trop difficiles que les

jeunes se rabattent sur les échanges

d’idées, d’expérience ou d’opinion par

SMS. Ces petits messages courts leur permettent

de communiquer sans pour autant

interrompre le déroulement de leurs

occupations quotidiennes.

Aussi étonnant que cela paraisse, les appels

téléphoniques sont en revanche perçus

par les adolescents comme appartenant

déjà à la catégorie des anciens modes de

communication et, à ce titre, plus conformes

aux habitudes de la population adulte. Par

contre, l’engouement pour le chat vidéo est

en plein essor. Son utilisation a progressé de

23% par rapport à l’année précédente. Il n’en

reste pas moins que la possession d’un

smartphone est ressentie comme un désir

beaucoup plus intense chez les adolescents

de 13 ans qui n’en ont pas déjà un, que chez

C’est grâce à facebook que les jeunes découvrent

que leurs amis sont tombés amoureux.

les jeunes qui ont atteint l’âge de 17 ans.

Pourtant, si on demande aux jeunes quel est

le vecteur de communication dont ils se

passeraient le plus facilement, on constate

que tant facebook que les téléphones portables

sont ceux dont ils pourraient le moins

se séparer (5%). C’est beaucoup moins que

les échanges personnels (58%) et les SMS

(26%).

Le chat vidéo gagne en popularité

Un tiers des jeunes interrogés dans le

cadre de cette enquête avouent aussi utiliser

le chat vidéo pour s’aider dans leurs

devoirs scolaires. Ce mode de communication

est surtout très apprécié des jeunes

filles de 13 à 15 ans afin de se retrouver en

même temps avec plusieurs amies sur le

net. D’où le succès du service ooVoo

constaté aux Etats-Unis.

Bien que les habitudes évoluent en

matière de communication au fil des années,

les jeunes continuent à faire usage

des services qui leurs sont familiers et

utiles une fois arrivé à l’âge adulte. C’est

pour cette raison que les moyens de communication

tirant parti de la vidéo vont

encore gagner en popularité au cours de

ces prochaines années.


context 03-2012

Un destin multiculturel

étonnant

Chinois d’origine, mais vivant en Suisse depuis 1982, Ty Kim est entré

dans le monde du travail en commençant un apprentissage d’employé de

commerce. Il est actuellement en train d’achever une formation en cours

d’emploi en informatique.

Agé de 30 ans, Ty kim est arrivé en Suisse

juste après sa naissance sur la frontière

entre le Cambodge et la Thaïlande.

Ty Kim, qu’est ce qui vous a amené en

Suisse?

C’est un peu par hasard que je me suis retrouvé

à Bienne où j’habite avec une partie

de ma famille depuis 1982. Mes grands-parents

avaient dû fuir la Chine pour des raisons

politiques et s’étaient réfugiés au Vietnam.

Toujours en raison de la situation

politique, ma famille a ensuite fui vers le

Cambodge. Je suis né à la frontière avec la

Thaïlande voici 30 ans avant d’être pris en

charge par la Croix Rouge. J’ai suivi toutes

mes études à Bienne dans les écoles germanophones

depuis le niveau primaire.

Comment se fait-il que vous parliez si

bien le français?

Comme nous étions dans une ville bilingue,

ma famille a décidé que la moitié

des enfants apprendrait le français et

l’autre moitié l’allemand, ce qui nous donnerait

de meilleures chances à tous. Cela

ne s’est pas passé exactement ainsi. J’ai finalement

été le seul à suivre les écoles en

allemand, ce qui fait que notre famille est

plus francophone que germanophone.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer

dans un apprentissage de commerce?

J’ai toujours eu une affection particulière

pour l’informatique. Il m’a semblé qu’un

apprentissage d’employé de commerce

pourrait constituer une bonne base pour

s’orienter sur cette voie, tout en apprenant

aussi les rudiments du commerce et de la

gestion. Je suis ensuite parti une année à

Taiwan suivre des cours de mandarin par

intérêt personnel. De retour en Suisse, j’ai

poursuivi mes études pour décrocher une

maturité professionnelle avant de m’engager

dans des études d’informatique à la

HES de Bienne et Berne que je vais terminer

cette année.

Qu’est-ce qui vous a motivé à poursuivre

vos études après l’apprentissage?

L’informatique m’a passionné dès mon

plus jeune âge et je voulais en faire mon

métier.

C’est toujours difficile de combiner son

travail et de poursuivre des études en parallèle.

Comment vivez-vous cette situation?

C’est vrai que la vie sociale est un peu laissée

de côté.

Est-ce que les employeurs montrent de la

compréhension pour ceux qui suivent une

formation en parallèle avec leur emploi?

Dans mon cas, oui. Ils m’ont laissé un peu

de temps pris sur mon horaire de travail

pour étudier.

Vous semblez aimer particulièrement les

langues. D’où vous vient cette passion?

C’est probablement une prédisposition

naturelle. J’aime bien les cultures quelles

qu’elles soient, les gens. Dès lors que l’on

maîtrise quelques langues, on commence

à se poser des questions. On se demande

pourquoi, dans un pays on s’exprime dans

une langue ou une autre, d’où proviennent

les accents, etc.

Est-ce que quand on parle déjà plusieurs

langues, c’est plus facile d’en apprendre

une nouvelle?

Propos recueillis par Pierre-Henri Badel

S’il s’agit de langues de la même famille, je

pense que oui. En étant en contact avec des

gens qui parlent une autre langue quand on

est jeune, cela s’avère beaucoup plus facile.

Est-ce que vos connaissances linguistiques

vous aident dans votre travail ou

est-ce qu’elles vous sont utiles dans votre

vie privée?

Cela m’aide surtout dans la vie privée,

mais également dans la vie professionnelle.

Mais cela m’est surtout très utile sur

le plan de la communication. Quand on

maîtrise plusieurs langues, on a plus

confiance en soi.

Comment faites-vous pour allier vie professionnelle

et vie privée?

J’essaye de bien séparer ces deux aspects

dans ma vie, mais ce n’est pas toujours facile.

On a parfois l’impression de ne plus

avoir un seul moment pour soi et sa famille.

Que faudrait-il améliorer dans l’enseignement?

Dans certaines branches, il faudrait que

l’acquisition des connaissances soit un

peu plus axée sur l’aspect pratique des

choses. Il faudrait surtout que ça nous

laisse plus de liberté d’organisation.

Quels sont vos loisirs?

Je prends le temps d’en avoir, même s’ils

se passent souvent devant un ordinateur.

Faites-vous du sport?

J’ai fait du football, mais j’ai arrêté parce

que je n’avais plus le temps.

Quels sont actuellement vos projets et

ambitions personnelles?

J’aimerais beaucoup travailler dans le développement

d’applications pour les dispositifs

mobiles. Il y a encore un énorme

potentiel d’évolution dans ce domaine et

il s’agit d’un champ d’investigation qui est

très largement inexploité.

11

Interview


12

Justice en marche

context 03-2012

Justice en marche

Gratification: les règles fluctuent

Un bonus n’est pas forcément alloué dans sa

totalité à un travailleur si ses prestations sont

inférieures à celles que l’on pourrait raisonnablement

attendre de sa part.

Baptiste a été engagé par une entreprise

d’horlogerie le 1 er janvier 2007 en qualité de

directeur général. Le salaire annuel était

fixé à 330 000 francs, y compris une indemnité

de 12 000 francs pour frais de représentation.

Un bonus de 60 000 francs lui fut

versé au mois d’avril 2008. En août 2008, la

société a résilié le contrat de travail. Baptiste

a alors intenté une action contre son

employeur, estimant qu’il avait droit à un

solde de gratification.

La rémunération peut être constituée

du salaire…

Il n’est pas contesté que le contrat de travail

prévoyait un salaire annuel de 330 000

francs. Par contre, la gratification de 60 000

francs versée de manière discrétionnaire

n’est pas soumise au même régime. Le salaire

est une prestation en argent versée en

contrepartie du travail. Il se calcule en fonction

du travail effectivement fourni, dans le

cas du travail aux pièces ou à la tâche, ou en

fonction du temps que le travailleur

consacre à l’employeur. En l’espèce, le salaire

expressément convenu était dû pour

chaque année de travail et réparti en treize

mensualités.

… et de la gratification

Une gratification est une rétribution spéciale

que l’employeur verse en sus du salaire,

par exemple une fois par année. Elle

se distingue du salaire, en ceci qu’elle dépend

au moins partiellement du bon vouloir

de l’employeur. Si le versement d’une

gratification n’est pas convenu expressément

ou par actes concluants, cette prestation

est entièrement facultative. Par contre,

si un versement de ce genre est expressément

prévu, l’employeur est tenu d’y procéder,

mais jouit d’une certaine liberté dans

la fixation du montant à allouer.

La gratification est accessoire par rapport

au salaire et elle ne peut avoir qu’une importance

secondaire dans la rétribution du

travailleur. Un montant très élevé en comparaison

du salaire annuel, équivalent ou

même supérieur à ce dernier et versé régulièrement,

doit être considéré comme un salaire

variable même si l’employeur en réservait

le caractère facultatif.

Nicole de Cerjat,

juriste, responsable

du service juridique

au secrétariat romand

de la SEC Suisse,

Neuchâtel

La gratification était soumise

à des conditions

Le versement du bonus, pour l’employeur

de Baptiste et pour l’année 2007 dépendait

des résultats financiers du groupe et de la

société. La seconde condition du paiement

consistait en une appréciation positive de la

performance du travailleur.

des exigences insatisfaites

La condition liée à la personne avait pour

but de stimuler les travailleurs et de les motiver

à fournir un travail abondant et efficace.

Dans ce cadre, l’employeur se réservait

la faculté d’évaluer la performance de

chaque travailleur et de décider individuellement,

sur la base de sa propre évaluation,

si le bonus serait versé ou non. Il s’agissait

pour l’employeur d’un moyen de récompenser

les travailleurs méritants et de signifier

à ceux qui l’étaient moins, qu’ils ne donnaient

pas entièrement satisfaction.

Le tribunal a constaté, sur la base d’un rapport

d’évaluation établit par l’employeur et

qui n’avait pas été contesté par Baptiste, que

l’appréciation de son travail n’était pas favorable.

Cette constatation justifie dès lors

que le bonus maximum ait été refusé.

SEC Suisse

service juridique

Case postale 3072

2001 Neuchâtel

Tél. 0848 810 910 (membres)

Tél. 0901 555 717

(non-membres Fr. 2.50/min)


Portrait

Patricia Jordan, coordinatrice

de SEC-Formation en Valais

Née en 1968 à Lausanne, Patricia Jordan a ses origines bien

enracinées dans le Vieux-Pays. Elle y a effectué toute sa

scolarité et sa carrière, tout comme son père et ses frères.

Ses grands-parents paternels ont longtemps vécu en

Valais.

Patricia Jordan a commencé sa

carrière professionnelle par

une formation d’assistante en

pharmacie, puis de préparatrice

en pharmacie à Genève

tout en continuant à travailler

en parallèle dans l’officine de

son village. Après quelques années,

la loi sanitaire valaisanne

changea, enlevant à la profession

de préparateur la prérogative

de remplacer le pharmacien

en cas d’absences de

celui-ci. A l’époque, elle avait

déjà un pied dans l’entreprise

familiale, un grossiste en matériel

de chauffage. Elle y donnait

des cours d’appui à l’apprentie

et effectuait la facturation du

SAV. Elle décida de se reconvertir

pour aider son père, qui l’engagea

comme employée de

Certifcat SECLausanne

context 03-2012

commerce non qualifiée. Elle se

rendit compte de la nécessité de

valider ses compétences professionnelles

et suivit des cours

pour y parvenir en profitant des

clauses de l’article 41 de l’ancienne

loi sur la formation professionnelle.

C’est durant cette

période qu’elle découvrit ses

qualités de formatrice, en donnant

divers coups de main aux

élèves de sa volée. Ses prédispositions

furent unanimement saluées

aussi bien par les professeurs

que les élèves. Elle

rejoignit donc l’équipe des formateurs

des cours interentreprises

de la CIFC Valais et en

parallèle, suivit une filière

agréée de formateur pour

adultes dans le cadre d’un institut

de formation à distance,

puis une autre en tant qu’experte

aux examens de fin d’apprentissage.

L’année 2008 fut pour elle une

période charnière. Dans le

cadre de cours interentreprises,

quelques apprentis

confrontés à des difficultés

scolaires lui demandèrent de

leur donner des cours d’appui

en économie et société, à savoir

comptabilité, droit, civisme et

économie.

Devant le succès rencontré par

cette initiative, Patricia approcha

la SEC Valais pour organiser

de tels cours de manière

plus formelle. Cette formation

prit de l’ampleur et nécessita

d’engager d’autres enseignants.

Elle fut désignée coordinatrice

de la SEC Formation

en Valais. Le président de la

section lui confia en septembre

dernier la mission d’étoffer

l’éventail des formations. Son

premier projet fut de mettre en

place une filière débouchant

sur le certificat de comptable

spécialisé SEC Suisse – Edupool.

En plus de cette activité, elle effectue

des travaux de comptabilité

et de bouclement pour

des tiers, ce qui lui permet de

faire le lien entre la réalité des

Généraliste en

assurances sociales

Formation destinée à toutes personnes

en relation avec la gestion du personnel

Début des cours : 15 mars 2012

«dans la vie, il faut toujours

rester positive si l’on veut aller

de l’avant» pourrait être la devise

de Patricia Jordan.

entreprises et la théorie. Elle

possède le titre de spécialiste

Winbiz, un logiciel de comptabilité

et de gestion d’entreprise.

Elle peut ainsi apporter son appui

aux entreprises qui utilisent

ce logiciel.

Parallèlement, elle travaille

comme bénévole à la SEC

Suisse, à l’Harmonie Municipale

de Sion, dans sa paroisse

et elle est membre de HR Valais.

Toute cette palette d’activités

ne lui laisse pas beaucoup

de temps pour les loisirs. «Je

profite de mes moments libres

pour faire de longues balades

dans la nature avec mon mari

et mon chien» nous confie Patricia

Jordan.

www.seclausanne.ch info@seclausanne.ch 021 312 93 47

13

Personnalité au sein de la SEC Suisse


14

Nouvelles des sections

fRIBoURg

Tél. 026 321 29 21

info@secfribourg.ch

www.secfribourg.ch

Brevet fédéral d’assistante

de direction

La session 2011 des examens fédéraux

du brevet fédéral d’assistante

de direction s’est terminée le 27

janvier 2012 à Berne par la proclamation

des résultats et la remise

des brevets. Le pourcentage de

réussite de la SEC Fribourg est de

90% et la note moyenne pour Fribourg

est de 4,7.

Les nouveaux brevetés de la SEC

Formation Fribourg sont: Virginie

Baechler, Marie-Pierre Genoud,

Emilie Jeandupeux, Nadine Koenigsmark,

Françoise Lachat, Malika Marchon,

Catarina Moreira Da Cruz,

Béatrice Scherwey, Véronique

Schnabel.

Certificats en comptabilité

Laetitia Braillard, Samuel Chatton,

Silvia Isabel De Oliveira Grosso,

Marie-Françoise Dubosson, Mélanie

Gilot, Florian Jaquier, Jasmine

Moulin, Alina Stefania Muller, Sarah

Pasquier, Rodolphe Rimaz, Olivier

Rouvenaz, Marie Serrao ont obtenu

le certificat en comptabilité

financière.

Stéfanie Pereira Castillo, Audrey Sapin

ont obtenu le certificat en comptabilité

de gestion.

Séverine Berger, Vanessa Bovet,

Noémie Brodard, Delphine Charrière,

Sandra Chevalley, Fabrice Corminbœuf,

Stéphane Dugué, Murielle

Guillet, Sandrine Isufi,

Tiémoko Konaté, Claire Marchello,

Sonia Meeres, Nadine Messerli,

Shérine Noorjan, Maude Pilet, Xin

Qi Zosso, Amélie Raboud, Grégory

Savary, Vincent Sommer, Irena

Steinmann, Delphine Tinguely ont

obtenu le certificat de comptable

spécialisé en comptabilité financière

et de gestion.

Prochaines formations : consultez

le site Internet ou contactez-nous.

Ergonomie au poste de travail

informatisé

Deux soirées d’information sur le

thème «ergonomie au poste de travail

informatisé» ont été organisées

en ce début d’année. Elles ont rencontré

un bon succès et nous remercions

SWICA qui a mis à notre disposition

deux spécialistes

physiothérapeutes d’entreprise

pour dispenser ces cours.

context 03-2012

LAUSANNE

Tél. 021 312 93 47

membres@seclausanne.ch

www.seclausanne.ch

généraliste en assurances

sociales

Les prochains cours qui débuteront

le 22 mars 2012 seront axés sur une

approche du système des assurances

sociales suisses. Ils permettent

de maîtriser le système des

trois piliers et de conseiller des personnes

à ce sujet.

Séminaire de force mentale

Notre nouveau séminaire débute le

jeudi 26 avril à Lausanne. Au programme:

découverte du fonctionnement

de l’être humain, fixer et atteindre

les objectifs, se surpasser

en repoussant ses limites.

Lauréats

Les personnes suivantes ont décroché

un diplôme de spécialiste en recrutement

et sélection du personnel,

secrétaire juridique et

comptable spécialisé:

Antonio Anaya, Jessica Argese, Patricia

Claude, Mélanie Henry, Jelena

Jovanovic, Anne Menétrey, Simplice

Tsempzang, Elisabeth Al Wandi, Ginette

Demont, Christophe Ecknauer,

Nathalie Guillermo, Catherine Occioni,

Sébastien Penon, Franziska

Sahin, Valérie Franco, Karine Kern,

Joanna Freindorf, Gordana Ceh, Antoinette

Bagnoud, Vanessa Cataldo,

Aïcha Dridah, Gonçalves da Silva

Quelia, Yann Monnier, Scarlett Monnin,

Marina Petracca, Fanny Rodel,

Tania Santos, Murielle Verdon, Andrée

Chevalley, Myriam Collet, Kelly

Gallo, Carlo Malgioglio, Dianick

Masson, Sophia Roquier, Isabelle

Roux, Carole Désir, Carina Bento,

Caroline Cugnasse, Patricia Kadiri,

Magda Rozga, Hanane Salhi, Tania

Soares Nussbaum, Fanny Spezia,

Nicolas Strub, Alice Texeira-Santos,

Béatrice Winkler, Diana Teixeira

Prochains cours

_ Notions générales en comptabilité:

14 mars 2012

_ Assistant-e en gestion du personnel:

14 mars 2012

_ Généraliste en assurances sociales:

15 mars 2012

_ Comptabilité de gestion pour manager:

17 mars 2012

_ Spécialiste en ressources humaines

- Conseil en personnel:

28 mars 2012

_ Gestion de projet pour manager:

15 mai 2012

SIoN VALAIS/WALLIS

Tél. 027 203 55 65

sec.valais@netplus.ch

www.sec-sion.ch

Secrétariat

Notre secrétariat est ouvert les mardis

et jeudis après-midi de 14h à

17h30.

formation

Une classe a démarré sa formation

de comptable spécialisé le 13 février

dernier, nous lui souhaitons

plein succès!

Avantages pour les membres

Chèques Reka par membre et par

année: fr. 600.- avec 10% de rabais

et bons CFF avec 2,5% de rabais,

illimités.

offRE SPéCIALE PoUR LES MEMBRES

dE LA SEC SUISSE

Une station enchanteresse qui se situe au fond du magique Val

d’Anniviers et au pied de la couronne impériale des célèbres sommets

de plus de 4000 mètres. Berceau de l’alpinisme au XIX e , Zinal

qui accueille des voyageurs depuis plus de 150 ans, n’a pas perdu

sa vocation. Zinal, c’est aussi l’ancien mayen, avec ses habitations

en bois d’arolle et ses toits de bardeaux. En toute saison, de nombreuses

possibilités d’évasion sont offertes aux visiteurs. Profitez

de quelques jours de repos dans un cadre enchanteur. Les membres

de la SEC Suisse obtiennent une remise de 15% sur les tarifs.

www.erables253.ch.

édITIoN fRANçAISE

Editeur

SEC Suisse

Société suisse

des employés de commerce

Hans Huber-Strasse 4

case postale

8027 Zurich

Tél. 044 283 45 45

Secrétariat romand

SEC Suisse

Société suisse

des employés de commerce

3, rue Saint-Honoré

case postale 3072

2001 Neuchâtel

Tél. 032 721 21 37

Fax 032 721 21 38

info@secsuisse.ch

www.secsuisse.ch

directrice de la publication

Marie-Line Vuilleumier

Rédaction

Les Editions du Couchant SA

44, rte de Divonne, 1260 Nyon

Tél. 022 361 90 25

Fax 022 362 05 13

Pierre-Henri Badel, rédacteur en chef

phbadel@ch.inter.net

Claude Bieri

Florence Déruaz

Publicité

JMB Publicité

Jean-Maurice Bloch

8, ch. de Crève-Cœur

1290 Versoix

Tél. 022 755 39 06

jmb@span.ch

Parution

Mensuelle (9 numéros par an)

6 500 exemplaires

Tirage vendu selon REMP:

4140 exemplaires

Conception graphique

Partner & Partner AG

www.partner-partner.com

Réalisation et impression

Imprimerie Saint-Paul, Fribourg

ISDN 026 429 06 26

ISSN 1424 – 5353

Abonnements

Suisse: 12 mois Fr. 46.–

Site Internet

www.context.ch/fr


Teea (17 ans), assistante de bureau AFP en formation et Maria Andres, formatrice en entreprise au Secrétariat de Direction du Canton de Zoug

Attestation fédérale de

formation professionnelle AFP:

+ compétences pratiques

+ productivité

+ fiabilité

= force de travail sur le terrain

La formation initiale de deux ans, couronnée par une attestation fédérale de formation

professionnelle (AFP), permet à des jeunes ayant de bonnes capacités pratiques

d’obtenir un diplôme reconnu et de pouvoir accéder ensuite à des apprentissages

débouchant sur un certificat fédéral de capacités (CFC). Dans le cadre de leur formation,

ces jeunes acquièrent une première expérience professionnelle. Ainsi, lorsqu’ils

intègrent leur premier emploi, ils sont immédiatement opérationnels. Nous nous

engageons aux côtés de ces jeunes diplômés. Ainsi, chacun y trouve son compte.

Ne manquez pas notre numéro consacré à la formation

Parution: 3 mai 2012

Délai de remise de vos annonces:

2 avril 2012

Publication des examens 2012

La Société Suisse des employés de

commerce organise en 2012, les

examens suivants:

Délai d’inscription: 31 mars 2012

sur www.examen.ch

Taxe d’examen CHF 2 100. –

Examen professionnel d’assistante/

assistant de direction

Règlement d’examen du 10 avril 2001

(pour répétante et répétant)

Examens écrits: 8, 9, 10 octobre 2012

Examens oraux: 11, 12 octobre 2012

Règlement d’examen du 20 juin 2011

Examens écrits: 8, 9 octobre 2012

Examens oraux: 10, 11, 12 octobre 2012

Pour en savoir plus:

www.context.ch/fr

Envoi des documents:

Société Suisse des employés de

commerce, Département formation

Case postale 3013

2001 Neuchâtel

Le Président de la commission d’examen

Kurt Graf


HP recommande Windows ® 7.

Toutes les offres pour les membres de la SEC Suisse sur:

hp.com/ch/rabaismembres

Ou par téléphone au 0800 80 44 70

Découvrez une nouvelle

générati

SOUND-POWER! UNIQUEMENT SUR LES ORDINATEURS HP

Ordinateur portable HP Pavilion dv6-6c30ez

Seulement CHF 899.– au lieu de CHF 999.–

Design haut de gamme, performance et puissance ne sont que quelques-unes des

caractéristiques de ce best-seller. Grâce à la webcam et au microphone intégrés,

vous restez toujours en contact avec vos amis et vos proches. Disponible dans un

boîtier au design gris anthracite.

Everybody On

©2011 Hewlett-Packard Development Company, L.P. Tous droits réservés. Microsoft et Windows sont des marques déposées de la société Microsoft Corporation.

More magazines by this user
Similar magazines