Evaluation du Programme de Renforcement des Compétences et ...

humanrights.dk

Evaluation du Programme de Renforcement des Compétences et ...

Préface

Si l’on regarde les évaluations favorables, les programmes qui en ont fait

l’objet ont une tendance à partager un certain nombre de caractéristiques:

i) ces programmes sont la propriété et sous la responsabilité des

institutions partenaires; ii) les directeurs possèdent un haut niveau

d’intégrité et de professsionalisme et s’engagent à développer des

compétences dans les domaines des droits de l’homme et l’élaboration

institutionnelle; iii) les institutions développent des pratiques

administratives propres, incluant le contrôle financier; iv) il est

pratiquement impossible de trouver des bailleurs de fonds locaux; v)

l’engagement et l’impact du CDDH au niveau de l’élaboration

institutionnelle et de la formation aux valeurs des droits de l’homme sont

importants; vi) la coopération entre les institutions étatiques et les

organisations de la société civile contribue d’une manière constructive à

la protection et la promotion des droits de l’homme, par exemple en

terme de préparation d’analyses juridiques et d’initiatives pour des

réformes de la législation.

Dans l’évaluation de la Commission Africaine sur les Droits de l’Homme

et des Peuples qui était initiée par la coopération suédoise (SIDA) et

effectuée par l’Institut Nordique sur l’Afrique en collaboration avec une

université suédoise, les évaluateurs ont commenté “le modèle danois”. Ce

modèle, selon eux, implique un engagement et un tutorat importants du

CDDH, mais sans que celui-ci prenne en charge le processus et les

résultats. Toutefois, selon d’autres évaluateurs, le CDDH a une tendance

parfois à trop s’engager. Les évaluations nous aideront à maintenir un

meilleur équilibre.

Un principe fondamental dans tous les programmes de partenariat est que

le CDDH ne place ni coordinateur ni consultant dans les institutions

partenaires. De plus, la coopération ne se fait qu’avec des organisations

ou des institutions locales. La transmission de capacité aux institutions

partenaires et aux bases de ressources locales en droits de l’homme reçoit

ainsi la plus haute priorité, en particulier par le biais d’une formation et

xiv

More magazines by this user
Similar magazines