03.07.2013 Views

NUS & CULOTTÉS - France 5

NUS & CULOTTÉS - France 5

NUS & CULOTTÉS - France 5

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

À PARTIR DU 26 JUILLET<br />

LE JEUDI À 20.35<br />

<strong>NUS</strong> & <strong>CULOTTÉS</strong>


Lorsque Guillaume Mouton et Nans Thomassey sont venus nous<br />

présenter leur projet, ils avaient déjà acquis depuis de nombreuses<br />

années une très grande expérience du « voyager autrement » :<br />

consommer le moins possible d’énergie, troquer et baser les relations<br />

humaines non plus sur l’argent mais sur la parole et le service. Leur<br />

idée : partir à deux, littéralement sans rien (en dehors d’un couteau et<br />

du matériel de tournage), sans vêtements au début de leur voyage, ni<br />

argent, pour aller à la découverte et à la rencontre des autres.<br />

L’intention des auteurs, sous une apparente légèreté, est de faire<br />

prendre conscience aux téléspectateurs qu’il ne faut pas avoir a<br />

priori peur de l’autre et du fait que nos sociétés sont trop souvent<br />

(toujours ?) centrées sur l’argent et la (sur)consommation. Pour<br />

Nans et Mouts, une véritable confiance en l’homme et une légère<br />

dose de décroissance pourraient peut-être nous mener à ce qu’ils<br />

nomment justement la « sobriété heureuse »...<br />

Il nous a semblé que c’était une belle promesse. Sans leçon de morale<br />

ni culpabilisation. La démonstration par l’exemple, par l’humain.<br />

En les écoutant et après avoir vu les séquences « tests » qu’ils avaient<br />

bricolées eux-mêmes, Bonne Pioche a pensé pouvoir améliorer leur<br />

dispositif technique et artistique, et leur faire profiter de son expérience…<br />

tout simplement les produire. Nous avions face à nous deux<br />

jeunes talents portés par une conviction profonde et un engagement<br />

citoyen. Par l’exemple et via la télévision, les deux aventuriers intrépides<br />

essaiment, en toute humilité, une autre vision de notre société !<br />

Leur message est sincère, leur implication totale. Leur propos juste.<br />

Au travers de la série documentaire Nus & Culottés, <strong>France</strong> 5, fidèle<br />

aux valeurs humaines telles que la rencontre, le partage et l’authenticité,<br />

réaffirme son identité et son ouverture sur le monde. Nans et<br />

Mouts proposent leur vision du voyage : authentique et solidaire.<br />

Concevoir le monde autrement, en cette période de crise, donner<br />

un nouveau sens à sa consommation, proposer une vision<br />

optimiste de la relation humaine… des démarches engagées que<br />

<strong>France</strong> 5 revendique. Un ton décalé, une forme innovante et la<br />

promesse de réaliser un rêve d’enfant, telles sont les ambitions de<br />

Nus & Culottés. Ce programme résolument positif, généreux et non<br />

dénué d’humour est générateur de bonne humeur : un programme<br />

qui rassemble.<br />

Caroline Behar,<br />

directrice de l’unité documentaires<br />

de <strong>France</strong> 5<br />

Emmanuel Priou,<br />

producteur de Bonne Pioche


<strong>NUS</strong> & <strong>CULOTTÉS</strong><br />

Est-il possible de partir en quête d’un rêve en commençant son voyage sans<br />

le moindre bien matériel et avec, pour seul espoir de réussite, la solidarité des<br />

personnes rencontrées en chemin ? Nans et Mouts ont tenté l’expérience…<br />

Amoureux de la nature et défenseurs de l’environnement<br />

depuis leur adolescence, Nans Thomassey et Guillaume<br />

Mouton, alias Nans et Mouts, tentent une expérience on<br />

ne peut plus culottée : partir en voyage absolument sans<br />

rien et trouver en cours de route de quoi se vêtir, se nourrir,<br />

se déplacer, grâce uniquement au troc et à la générosité<br />

des personnes rencontrées. L’idée est d’échanger avec les<br />

autres tout en réalisant à chaque fois un rêve commun<br />

d’enfance. Les deux amis, qui partagent depuis longtemps<br />

le goût pour le voyage alternatif, vont ainsi, tout au<br />

long des six épisodes de la série, essayer de réaliser leur<br />

rêve, comme faire du parapente en Corse, du tandem en<br />

Hollande ou boire un thé avec un lord dans un château<br />

anglais… A leur départ, ils ne portent sur eux qu’un couteau<br />

(qui leur permet notamment de sculpter dans du bois<br />

de petits objets à offrir) et un baluchon à l’épaule. Grâce<br />

à deux caméras paluches fixées sur ce baluchon, il leur<br />

est possible de filmer aisément et de façon spontanée.<br />

A travers les aventures de Nans et Mouts, la série Nus &<br />

Culottés offre une vision inattendue et insolite de la nature<br />

humaine comme du voyage.


SOIRÉES <strong>NUS</strong> & <strong>CULOTTÉS</strong><br />

ENTRETIEN AVEC NANS ET MOUTS<br />

D’où vous vient ce goût pour le voyage alternatif ?<br />

Mouts : De l’envie de retrouver des relations profondes et<br />

authentiques avec les gens, de l’envie de s’affranchir du<br />

poids de certaines de nos habitudes à planifier, organiser,<br />

sécuriser, de l’envie de se connaître soi.<br />

Nans : Au début de mes études d’ingénieur, je vivais avec<br />

un budget assez réduit à Toulouse. Ma famille habitant<br />

Grenoble, j’ai commencé à faire du stop pour rentrer de<br />

temps en temps. Mille deux cents kilomètres aller retour, j’ai<br />

eu le temps de me familiariser avec ce moyen de transport<br />

et de prendre la mesure du trésor humain qu’il recelait. En<br />

découvrant le monde dans une voiture, je découvrais aussi<br />

une alchimie particulière donnant aux rencontres un caractère<br />

extraordinaire. A partir de là, j’ai décidé d’approfondir<br />

cette façon de voyager et de l’appliquer non seulement aux<br />

moyens de transport, mais aussi à l’hébergement et à la<br />

nourriture, de manière à aller vers l’autre.<br />

Comment est né le projet de Nus & Culottés ?<br />

N. : En 2010, de retour d’un long voyage en Amérique,<br />

en stop et chez l’habitant, je me suis lancé avec des amis<br />

dans l’écriture d’un guide sur les techniques de voyage<br />

alternatif ; je réfléchissais alors à une petite vidéo de présentation<br />

du projet. A la même époque, Mouts revenait<br />

aussi de l’étranger et nous mourions d’envie d’expérimenter<br />

ensemble l’aventure et le vagabondage autour de chez<br />

nous. Pour faire d’une pierre deux coups, nous avons imaginé<br />

un voyage que nous commencerions sans argent ni<br />

vêtements avec comme seul équipement un couteau (et<br />

un appareil photo pour prendre quelques images). Nous<br />

étions loin d’imaginer jusqu’où ce périple allait nous mener...<br />

M. : Après avoir passé deux ans à vivre et à voyager à l’étranger,<br />

pendant lesquels, au fur et à mesure, le sac à dos s’allégeait,<br />

j’ai découvert la joie de m’en remettre à l’inconnu, de<br />

faire confiance à autrui, de ne plus rien prévoir. Nans avait<br />

déjà voyagé sans argent ; lorsqu’on s’est retrouvés, on a<br />

voulu tester le voyage sans rien. Alors on s’est jetés à l’eau...<br />

Vous avez l’air d’être très complices, mais voyager<br />

comme vous le faites, ce n’est sûrement pas facile.<br />

Dans les moments de doute, de solitude, comment ça<br />

se passe entre vous ?<br />

M. : On parle jusqu’à trouver ce qui ne va pas, jusqu’à accepter<br />

la vision de l’autre, sa différence et améliorer la situation.<br />

Notre amitié est notre plus grande force, c’est elle qui<br />

sait nous arrêter, nous ordonner de poser les caméras, le<br />

temps de retrouver un équilibre sain entre nous. L’humour<br />

permet de désamorcer les tensions, de prendre du recul.<br />

N. : Coopérer et communiquer ne sont pas des options<br />

mais des conditions pour vivre ces voyages. J’ai beaucoup<br />

appris sur Mouts lorsqu’il me donnait à voir les doutes et<br />

les difficultés qu’il rencontrait. De même, sa capacité d’empathie<br />

par rapport à mes désirs m’a aussi offert de belles<br />

découvertes sur moi-même ! Finalement, je crois que notre<br />

complicité est en grande partie née de notre capacité à<br />

nous adapter l’un à l’autre dans les situations délicates.<br />

Pour chaque voyage vous vous êtes fixé un but. Comment<br />

avez-vous choisi vos destinations ? Vous avez<br />

essayé de réaliser des rêves communs, ou plutôt ceux<br />

de l’un et de l’autre en alternance ?<br />

M. : Des rêves communs ! Sans condition. Nous établissons<br />

une liste de ce qui nous fait rêver et puis choisissons ce qui<br />

nous donne à tous les deux suffisamment d’énergie pour<br />

nous lancer dans l’aventure. Ces voyages demandent des<br />

ressources inhabituelles, le rêve doit avoir beaucoup de sens<br />

pour nous, sinon, ce n’est pas la peine d’espérer passer une<br />

semaine en vadrouille.


SOIRÉES <strong>NUS</strong> & <strong>CULOTTÉS</strong><br />

N. : Le critère de base est que chaque destination nous<br />

fasse rêver tous les deux. On ne peut pas se lancer dans<br />

ces voyages sans un réel enthousiasme et une motivation<br />

profonde. Le véritable objet de ces périples étant la rencontre,<br />

il nous faut trouver un équilibre entre un rêve à la<br />

fois osé et réalisable pour pouvoir éveiller la curiosité des<br />

gens en prenant le temps de les rencontrer.<br />

A chaque fois, pour vous l’idée d’échange est très importante.<br />

Pourquoi ?<br />

N. : Une des questions que nous nous posons est de savoir<br />

s’il existe d’autres moyens que l’argent pour répondre à nos<br />

besoins de base. Pour le voyageur sans le sou, l’échange se<br />

situe beaucoup dans l’écoute et la présence, mais il peut<br />

aussi prendre forme matériellement avec des cadeaux, un<br />

coup de main ou un troc. Pour nous, insister là-dessus, c’est<br />

entrer dans une autre dimension de la rencontre et aussi<br />

rendre possible une façon différente de voyager.<br />

M. : C’est important pour nous d’apporter quelque chose,<br />

c’est le cœur de nos voyages. Que peuvent avoir des inconnus,<br />

certains sédentaires, d’autres nomades, à échanger<br />

lorsqu’ils se rencontrent ? Des cadeaux, des rires, des<br />

services, des discussions, de l’écoute, une simple présence,<br />

un toit, un repas ? Finalement, ces échanges ne sont qu’un<br />

prétexte à se voir soi-même dans les yeux de l’autre.<br />

Quel est votre meilleur et votre pire souvenir de ces<br />

six voyages ?<br />

N. : Un très mauvais ? Dans l’épisode Objectif Auvergne, se<br />

réveiller chaque matin pendant une semaine sans savoir<br />

si on allait pouvoir remettre notre vieux camion en état de<br />

marche. Nous nous étions engagés dans les réparations<br />

sans rien y connaître et, franchement, j’avais l’impression<br />

de m’embourber dans un projet sans fin et de passer à<br />

côté des rencontres. Un beau souvenir : la communauté<br />

de Treynas, et Paco qui nous a au final aidés à réparer le<br />

camion ! Il y avait une telle bienveillance et générosité de sa<br />

part que nous étions presque prêts à rester vivre avec eux...<br />

Une belle inspiration !<br />

M. : Je garde le souvenir d’une peur immense avant le<br />

voyage Objectif Auvergne, sachant que nous allions partir<br />

sous la neige, par des températures négatives la nuit. Grâce<br />

à un stage d’entraînement au froid, au moment du départ,<br />

la peur a laissé place à l’action. Un beau souvenir ? Notre<br />

halte chez Papé et Mamé, sur la route des Alpes. Pour les<br />

remercier de leur accueil, nous leur avons offert une flûte<br />

de pan et une couronne de fleurs confectionnées dans les<br />

marais. Papé a pris la couronne et l’a posée en évidence<br />

dans la salle à manger en disant : « Voilà, ça ne bougera<br />

plus ! » L’émotion était forte !<br />

Comment s’est déroulé le tournage ? Vos caméras<br />

étaient branchées combien de temps par jour ?<br />

N. et M. : En fait, elles tournent assez peu, environ deux<br />

heures par caméra. L’un prend le baluchon, l’autre la caméra<br />

de poing et puis nous alternons.<br />

Si on vous dit que vous êtes les héritiers d’Antoine de<br />

Maximy, que répondez-vous ?<br />

N. et M. : Antoine de Maximy a ouvert une voie dans le<br />

genre des documentaires de voyages incarnés, il a montré<br />

qu’on peut aller dormir chez les gens, que c’est possible et<br />

riche en émotions. Nous sommes dans cette filiation.


SOIRÉES <strong>NUS</strong> & <strong>CULOTTÉS</strong><br />

GUILLAUME MOUTON, ALIAS MOUTS<br />

NANS THOMASSEY<br />

En grandissant sur les hauteurs de Chambéry, Nans<br />

Thomassey acquiert vite le goût de la montagne et l’envie<br />

de sortir des sentiers battus. En 2001, l’appel de l’aventure<br />

le conduit à la section sport nature du lycée du Diois, où il<br />

pratique régulièrement les activités de plein air comme l’escalade<br />

ou le ski de randonnée. Déjà sensible aux questions<br />

environnementales, il étudie pendant cinq ans l’habitat écologique<br />

à l’Insa (Institut national des sciences appliquées) de<br />

Rouen, puis de Toulouse, où il rencontre Mouts. Une grande<br />

amitié va naître autour de l’écologie et du voyage. Diplôme<br />

d’ingénieur en poche, il prend le chemin des Amériques en<br />

septembre 2008 pour découvrir la vie nomade avec une<br />

question en tête : est-il possible de voyager bien avec peu<br />

Une enfance rurale donne à Guillaume Mouton le goût de la<br />

nature via, notamment, les sports extérieurs et les activités<br />

familiales d’affouage et d’apiculture. En 2004, la conférence<br />

d’un voyageur le pousse à marier ses deux passions, le sport<br />

et l’écologie, sous le signe du voyage. L’année suivante, il<br />

crée avec des amis l’association Nature propre et entreprend<br />

des actions de dépollution : à vélo dans les Alpes (2005), en<br />

canoë sur la Marne (2006) et à pied dans le Morvan (2007).<br />

En parallèle de ses études en génie climatique à l’Insa (Institut<br />

national des sciences appliquées) de Toulouse, où il<br />

rencontre Nans, il participe à la sensibilisation à l’environnement<br />

au sein du Club écolo. Entre deux partiels, les deux<br />

amis voyagent en stop et échangent sur leurs rêves. En<br />

2008, Mouts prend une année sabbatique pour se joindre à<br />

EcoAme rica, un voyage de dix mois à la rencontre des acteurs<br />

du développement durable à travers dix-sept pays du continent<br />

américain. Après avoir terminé ses études en urbanisme<br />

durable en Suède, il travaille dès 2010 comme journaliste et<br />

assistant réalisateur pour la série documentaire Martin autour<br />

du monde. Récemment, Mouts a cofondé le Ministère du rire,<br />

qui propose à différents publics des ateliers de yoga du rire,<br />

un autre moyen de construire des ponts vers les autres.<br />

de moyens ? Durant près de deux ans, il explore le nouveau<br />

continent en ayant recours au troc, aux réseaux d’hospitalité,<br />

à l’hébergement spontané chez l’habitant, à la cueillette sauvage,<br />

à l’auto-stop, au bateau-stop et même à l’avion-stop !<br />

De cette expérience naîtra le souhait d’écrire un guide de<br />

voyage pour se nourrir, se loger et se déplacer en valorisant<br />

l'humilité et l’expérience humaine.


SOIRÉES <strong>NUS</strong> & <strong>CULOTTÉS</strong><br />

« <strong>NUS</strong> & <strong>CULOTTÉS</strong> », UNE SÉRIE EN SIX ÉPISODES<br />

Objectif Hollande<br />

Quitter une plage de la baie de Somme pour rejoindre la Hollande en tandem,<br />

voici la première expérience de Nans et Mouts qui espèrent trouver leur bicyclette<br />

en chemin, à la grande braderie de Lille.<br />

Objectif Alpes<br />

Cette fois, c’est dans les marais de Camargue que Nans et Mouts se fixent<br />

comme but de dénicher de quoi s’habiller chaudement pour atteindre les Alpes<br />

et faire un bonhomme de neige en haut d’un pic.<br />

Objectif Angleterre<br />

Partis d’une forêt au cœur de la Bretagne, Nans et Mouts forment le vœu incongru<br />

de traverser la Manche pour boire un thé avec un lord anglais.<br />

Objectif Corse<br />

Les deux amis voyageurs laissent derrière eux la forêt de la Drôme et dégotent<br />

les moyens de se retrouver en Corse, où ils ont bien l’intention de faire du parapente.<br />

Mais atteindre l’île de Beauté ne sera pas facile…<br />

Objectif Auvergne<br />

Partis en plein hiver de l’Isère enneigée, Nans et Mouts tentent de survoler<br />

les volcans d’Auvergne en montgolfière. Mais, pour des voyageurs sans le sou<br />

comme eux, monter au ciel coûte cher…<br />

Objectif Maroc<br />

Nans et Mouts poursuivent leurs aventures hors des frontières hexagonales.<br />

Alors qu’ils sont en Andalousie, dans le sud de l’Espagne, ils doivent traverser le<br />

détroit de Gibraltar pour rejoindre une oasis dans le Sahara marocain.<br />

Retrouvez dès le 5 septembre les six épisodes de Nus & Culottés en double<br />

DVD et VOD (édition <strong>France</strong> Télévisions Distribution).


Série documentaire<br />

Avec Nans et Mouts<br />

Format<br />

6 x 52 min<br />

Sur une idée originale de<br />

Nans Thomassey et Guillaume Mouton<br />

Réalisation<br />

Nans Thomassey, Guillaume Mouton et<br />

Charlène Gravel<br />

Directrice de l’unité documentaires<br />

de <strong>France</strong> 5<br />

Caroline Behar<br />

Directrice adjointe de l’unité<br />

documentaires de <strong>France</strong> 5<br />

Carole Wheatcroft<br />

Conseillère de programmes<br />

Laurence Hamelin<br />

Edité par la direction de la Communication externe et du Marketing image<br />

de <strong>France</strong> Télévisions – Juin 2012<br />

Directeur de la publication<br />

Rémy Pflimlin<br />

Directrice de la Communication externe de <strong>France</strong> 5 et des Actions éducatives<br />

Laurence Cadenat<br />

Réalisation<br />

Studio <strong>France</strong> Télévisions<br />

Directeur délégué<br />

Eric Martinet<br />

Responsable éditoriale <strong>France</strong> 5<br />

Isabelle Ducrocq<br />

Rédactrice<br />

Beatriz Loiseau<br />

Secrétariat de rédaction<br />

Bénédicte Mielcarek<br />

Iconographes<br />

Catherine Hertel, Aline Songa<br />

Graphisme<br />

Philippe Adréa<br />

Crédits photo<br />

Corine Brisbois / FTV <strong>France</strong> 5. P. 3 et 4 : Bonne Pioche<br />

Une production<br />

Bonne Pioche (Yves Darondeau, Christophe<br />

Lioud, Emmanuel Priou)<br />

Avec la participation de<br />

<strong>France</strong> Télévisions et TV5Monde<br />

Année<br />

2011<br />

Directrice de la Communication<br />

externe de <strong>France</strong> 5 et<br />

des Actions éducatives<br />

Laurence Cadenat<br />

01 56 22 92 33<br />

laurence.cadenat@francetv.fr<br />

Assistante<br />

Véronique Augot<br />

01 56 22 59 97<br />

veronique.augot@francetv.fr<br />

Responsable du service de presse<br />

de <strong>France</strong> 5 et des Actions éducatives<br />

Frédérique Lemaire-Benmayor<br />

01 56 22 92 51<br />

frederique.lemaire@francetv.fr<br />

Contacts presse<br />

Valérie Blanchet<br />

01 56 22 92 40<br />

valerie.blanchet@francetv.fr<br />

Sylvie Syren<br />

01 56 22 92 52<br />

sylvie.syren@francetv.fr<br />

france5.fr

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!