musique - 491

491.fr

musique - 491

MENSUEL GRATUIT

n° 177 JANVIER 2012

17 e année

THOMAS FERSEN - QUATUOR DEBUSSY - JORIS MATHIEU - SYLVIE MONGIN-ALGAN

LAURENT VERCELLETTO - VÉRONIQUE CHATARD - ALAN WOODBRIDGE...

C u l t u r e s u r b a i n e s e t d ’ a i l l e u r s • G r a n d L y o n , V i l l e f r a n c h e / S a ô n e , R é g i o n …

© Bruno Pin


THOMAS

FERSEN

Autoportrait

Novembre 2011

J’aimerais vous parler…

D’une vision

Pour mon dernier album, Je suis au paradis, tout

est parti d’une vision : celle de mon ukulélé que je

rangeais silencieusement dans son étui après le

concert. Je me suis vu remettre un vampire dans

son cercueil. De là est née l’idée d’un instrument

qui sort à la nuit tombée, prend vie, ensorcelle les

gens et, éventuellement, donne du plaisir aux

femmes. Puis, aux premières lueurs de l’aube, il

retourne dans sa boîte… J’aime donner vie aux

objets. J’ai commencé par écrire une chanson sur

un violon qui se nommait Dracula et menait sa

petite vie nocturne. Cela a dérivé sur le violoniste.

Je crois que l’on aime se réfugier auprès de

personnages qui semblent, a priori, effrayants.

C’est une manière un peu romantique de fuir la

réalité. Il ne s’agit jamais de la vraie mort ni de

vrais assassins, mais d’une esthétique. Et pour

cela je voulais une atmosphère romantique,

soyeuse. Très XIX e siècle.

Du paradis

J’ai confié l’illustration de la pochette au dessinateur

Christophe Blain, dont j’apprécie le travail. On me

voit alangui sur un canapé rouge et fané, mais on

ne sait pas où je suis ni ce que je regarde en souriant.

Suis-je seul ? avec des femmes ? En tout cas, j’ai

l’air au paradis.

De la femme la plus grosse du monde

Dans les années 1970, je suis allé à la foire du

Trône avec un copain. J’en garde un souvenir bien

particulier. On s’est retrouvé devant le stand de “la

femme la plus grosse du monde” ! Elle s’appelait

Rita. Mon copain hésite et j’y vais tout seul.

Seulement, à force d’hésiter, j’entre en retard et le

groupe de spectateurs était déjà parti. Le rideau

était fermé, je ne voyais que ses sandales. Rita a

dû sentir la présence de quelqu’un et a ouvert le

rideau. Je me suis retrouvé tout seul avec la

femme la plus grosse du monde. J’avais 12 ans.

Elle m’a pris la main. “Tu veux toucher ?” Elle m’a

fait toucher sa cuisse. C’est peut-être grâce à elle

que je fais ce métier aujourd’hui.

28

JAN

20h30

© Laurence Labat

BP 24 - 69910 Villié-Morgon

Tél : 04 74 04 25 71 - 06 82 37 53 38

Email : 491@wanadoo.fr - Site : www.491.fr

De l’air

La musique est pour moi un projet personnel très

complet. C’est un luxe qu’il est difficile d’abandonner.

Mais il est tout de même très agréable de changer

de circuit et faire un peu bifurquer la barque…

Il y a eu l’édition (Un poil dans la choucroute,

éd. Textuel, 2007), les concerts dessinés et le cinéma

avec Joann Sfar (Gainsbourg, vie héroïque). Restait

le théâtre. Un ami commun m’a parlé de Roland

Auzet qui souhaitait travailler avec moi. J’ai lu le

texte, on s’est rencontré et notre projet d’Histoire du

soldat a pris forme petit à petit. Voilà, c’est parti.

l’invité du mois

De l’Histoire du soldat

Je ne connaissais pas cette partition théâtrale de

Stravinsky, mais je connaissais Charles-Ferdinand

Ramuz, l’auteur du texte. J’aime son univers, ce

langage sensible et cette langue parlée plus

qu’écrite ou littéraire. C’est assez déroutant. On le

lui a beaucoup reproché, d’ailleurs. Mais j’ai tout

de suite été séduit par cette histoire, notamment

par la scène dans laquelle le Diable joue aux cartes

avec le soldat et ne peut pas s’empêcher de gagner.

Cela m’amuse beaucoup ! D’autant que cela finit

mal. Le Diable reprend la main, mais c’est une

façon de ne pas finir. Comme un conte de fées.

RÉDACTEUR EN CHEF BRUNO PIN

MAQUETTE ET INFOGRAPHIE JEAN-MARC CLEYET-MARREL Tél : 04 78 39 89 27

e mail : jmcleyetmarrel@wanadoo.fr - Site : jmcleyetmarrel.free.fr

SECRÉTAIRE DE RÉDACTION FRÉDÉRIQUE MATAGRIN

RÉDACTION ANNE HUGUET - LAURENT ZINE - ÉTIENNE FAYE - CAROLINE FAESCH

TRINA MOUNIER

CORRECTION ÉLODIE CHANRION

TÉREZ

MONTCALM

© Vale?rieMathilde

Après onze albums, le chanteur,

auteur-compositeur Thomas Fersen,

voix grave et univers extravagants, va

prêter sa voix à l'Histoire du soldat de

Charles-Ferdinand Ramuz, musique

Igor Stravinsky, mise en scène

Roland Auzet.

Du rythme

Au départ, il était question qu’il y ait d’autres

comédiens. À la réflexion, j’ai dit à Roland que je

préférais être seul. Cela peut étonner, mais j’ai appris,

par la scène, à gérer le temps et m’adresser au public

à ma façon. La musique, n’est-ce pas le seul art de

scène où l’on s’adresse directement aux gens ? Au

théâtre, il y a le quatrième mur, et la danse, n’en

parlons même pas. D’où mon envie d’incarner

seul en scène tous les personnages. Le narrateur,

le soldat, le Diable et… la princesse ! Elle ne parle

pas beaucoup, mais oui, je serai aussi la princesse.

De la légèreté

J’aime le parti pris de mise en scène de Roland. Il

s’agit d’un enfant qui joue à se raconter une histoire

tout seul dans sa chambre. C’est bien pour cela

qu’il fait toutes les voix ! Cela me plaît d’autant

plus que j’avais, au début du projet, un problème

à résoudre : je n’ai pas envie de transmettre au

public quelque chose de lourd ou de pesant. J’ai

envie que les gens sortent avec de l’air frais dans

la tête. J’ai envie d’ouvrir la fenêtre et de leur donner

envie. Surtout pas de les plomber ! La solution est

venue de ce parti pris enfantin. Cela me réjouit.

De la poésie

Roland dit qu’il a pensé à moi car il cherchait “un

poète” pour son projet. C’est gentil, mais je m’inscris

en faux. Pour moi, “poète” n’est pas une situation.

C’est un état. Cela ne se décrète pas. Il s’agit de

moments où l’on est sensible à la poésie d’un texte,

d’une image ou d’une musique.

Du trac

Je l’ai toujours avant de monter en scène et je

crains d’en être victime doublement avec Histoire

du soldat ! Pour m’en préserver, j’ai appris mon

texte très en amont. Cela me semble primordial de

pouvoir ensuite le dire en s’abandonnant. Pareil pour

mes chansons. Lorsqu’elles sont “en vous”, on se

rend compte parfois que le corps chante tout seul.

Il y a quelque chose d’animal et d’instinctif en scène.

Je crois d’ailleurs que c’est cela qui participe au

côté “spectaculaire” de la chose. Et c’est bien cela

qui me plaît.

Du 2 au 5 février au Théâtre de la Renaissance

PUBLICITÉ Tél : 04 74 04 25 71- Portable : 06 82 37 53 38

IMPRESSION IPS Reyrieux

...491 est édité par 491 Sarl de presse au capital de 305€ - BP 24 - 69910 Villié-Morgon

ISSN : 1268-9149 - SIRET : 40325001600021 - DIRECTEUR DE PUBLICATION BRUNO PIN

© 491 2012. Tous droits de reproduction réservés. ...491 est édité sans aucune subvention

Tirage : 32 000 exemplaires

JANVIER 2012

Ville de Rive de Gier

Salle Jean Dasté

en clotûre du

festival Guitare Vallée

Infos billetterie réservation

04 77 83 07 93

Licence 1, 2, 3 : 1001830 / 1001833 / 1001834

N° 177

3


4 N° 177 JANVIER 2012

musique

© Michel Cavalca

QUATUOR DEBUSSY

Le hip-hop, aussi

dans leurs cordes !

Interview par Caroline Faesch

Contre toute attente, Boxe Boxe est un spectacle

qui va comme un gant au Quatuor Debussy !

Avec la complicité de Mourad Merzouki et de la

compagnie Käfig, ils se sont engagés musicalement

dans un spectacle autour de la boxe, où le ring

est forcément délimité par les cordes du quatuor,

et où les boxeurs sont des danseurs qui défient

ce nouvel espace en se référant au hip-hop. Au

final, pas de knock-out : l’inventivité et le travail

chorégraphique susciteraient plutôt une standing

ovation à chaque représentation. Pour prolonger

le plaisir, le quatuor vient de sortir un CD, soit

plus d’une heure des meilleurs moments musicaux

du spectacle. Rencontre avec Christophe

Collette, 1 er violon d’un quatuor devenu maître

dans l’art de faire jouer la corde sensible.

Vous avez une attirance pour le combat dans la

vraie vie ?

Pas pour le combat, mais plus pour la collaboration et

le partage d’univers différents.

Quel rapport entretenez-vous avec le hip-hop ?

Je dirais que le quatuor est très intéressé par tous les

arts en général, et la danse en particulier. Danse et

musique vont fondamentalement ensemble : la danse

n’existe pas sans musique, et la musique, c’est aussi une

gestuelle. Ces 2 univers sont forcément conduits à se

rencontrer. Cela fait très longtemps que nous travaillons

avec le monde de la danse. En cela, je crois que Guy

Darmet [ndlr : ancien directeur de la Maison de la danse

de Lyon] a été un formidable “passeur” : c’est grâce à

lui que nous avons fait nos 2 dernières créations, avec

Abou Lagraa il y a 2 ans, puis avec Mourad Merzouki

l’année dernière. Le hip-hop m’attire beaucoup. C’est une

danse en pleine mutation, qui est passée de la performance

physique, pas forcément très artistique, à une autre

forme en train d’acquérir ses lettres de noblesse, parce

qu’elle mêle ces mouvements fantastiques à d’autres,

notamment issus de la danse contemporaine. Les danseurs

de Boxe Boxe sont d’ailleurs issus de plusieurs univers,

et on ne peut pas réduire ce spectacle au monde du hip-hop.

Le défi que nous voulions relever avec Mourad était justement

de montrer que cette danse pouvait aussi aller plus loin

du point de vue musical.

Et donc toucher un public différent de celui qui

vient habituellement écouter Ravel ou Mendelssohn ?

C’est vrai que c’est une part aussi de notre démarche

qui consiste à toucher un public plus large que celui

que nous visons dans un concert traditionnel en 2 parties.

D’un côté, il s’agissait pour nous, quatuor, de montrer

que nous pouvions nous adapter et que cette musique-là

pouvait aussi s’adapter au hip-hop. Ce spectacle tourne

depuis plus d’un an, et nous voyons que la moyenne d’âge

des spectateurs est très basse. D’un autre côté, pour

Mourad Merzouki, c’était une manière de montrer que,

même s’il était issu du hip-hop, il pouvait chorégraphier

sur de la musique classique.

Verdi et le hip-hop, ça fait vraiment bon ménage ?

Cela a été notre 1re surprise, car, au départ, nous

sommes partis du principe que le hip-hop était très

tonique et qu’il nous faudrait chercher dans notre

répertoire des musiques qui faisaient “boum-boum”.

Mais nous avions fait fausse route ! Mourad avait déjà

largement dépassé ce stade et avait besoin de créer

quelque chose de beaucoup plus poétique.

Contrairement à ce que l’on pense en voyant “boxe” et

“hip-hop”, à savoir quelque chose de violent, le spectacle

est très poétique. La musique y participe forcément,

puisque sa force est de souligner une action, une atmosphère,

comme dans un film. Après, le rythme est bien là : il

y a des airs de Verdi extrêmement rythmés, la musique

de Ravel possède une pulsation qui correspond bien à

cette danse-là, et ainsi de suite…

Vous avez d’autres défis en cours ?

Bien sûr ! Ils sont autour du mouvement du corps,

mais pas forcément de la danse à proprement parler.

Mais je ne peux pas en dire plus pour l’instant. En

revanche, après avoir travaillé sur le théâtre puis la

danse ces 3 dernières années, nous avons aujourd’hui

envie d’explorer les transversalités musicales. Nous

allons sûrement faire une production avec le jazz, puis

le tango, et nous avons aussi envie, dans un futur

assez proche, de mélanger musique classique et slam.

Ce qui nous importe est de montrer qu’un quatuor

international qui fait du concert va également sur

scène prendre un peu plus de risques, mais que la base

reste le concert du quatuor.

Boxe Boxe du 7 au 11 janvier

à l’espace Albert-Camus de Bron

En concert le 2 mars 2012

au Musée des Beaux Arts de Lyon


musique

ALAN WOODBRIDGE

CHEF DE CHŒUR

À L’OPÉRA DE LYON

Puccini à “chœur” joie !

Interview par Caroline Faesch

Nommé chef de chœur à l’Opéra de Lyon en 1995,

Alan Woodbridge a hissé cet ensemble au rang

des meilleurs sur la scène lyrique internationale.

Ce brio artistique a encore été salué par le public

lyonnais, en octobre dernier, à l’issue de chacune

des représentations du Nez de Chostakovitch,

nouvelle production de l’Opéra. Désormais, Alan

Woodbridge, qui se produit également comme pianiste,

claveciniste, et organiste avec l’orchestre de l’Opéra

national de Lyon, est dans les starting-blocks

pour le festival Puccini Plus, soit 3 programmes

réunissant chacun 3 œuvres d’un triptyque de

Puccini et des opéras plus rares de Schoenberg,

Hindemith et Zemlinsky.

Comment fait-on techniquement pour améliorer le

niveau d’un chœur ?

La différence entre le travail de chœur et de soliste se

situe au niveau de la sensibilité de l’ensemble : c’est

fondamental qu’un artiste du chœur ait conscience

qu’il assume une partie d’un groupe, ait une facilité à

travailler en groupe. Et cela ne vient pas tout seul. C’est

comme jouer seul ou en double au tennis, ou jouer au

rugby ! Il faut avoir un esprit d’équipe, établir une

confiance mutuelle.

C’est donc une question de qualité d’équipe, mais

également de temps ?

Exactement ! Le fait que je sois là depuis plus de 15 ans m’a

permis de conduire un travail en profondeur, de bien

connaître le groupe, de créer de la stabilité. Quand des

chœurs sont constitués exprès pour une production,

c’est très difficile de souder les chanteurs, bien qu’il

s’agisse souvent des mêmes gens… C’est pareil en sport :

si le XV de France rate un match, c’est toujours l’entraîneur

qui est pointé du doigt et la durée de son contrat qui

est mise en cause. Cela prend du temps de “faire

comme il faut” à la tête d’une équipe.

Et ce festival Puccini, est-ce un défi pour un chœur

tel que celui de l’Opéra de Lyon ?

Pour interpréter Puccini, il faut une technique vocale

qui est inévitablement très legato. Le style italien exige

un vrai chant. Or, pour un choriste, ce sont les éléments

verticaux qui comptent. Le chant de chœur peut alors

manquer d’horizontalité. Pour un soliste, c’est à la fois

facile, car il est seul, et difficile aussi, car si cela ne marche

pas, il est condamné !

Pour un chœur, il faut avoir la même ligne vocale entre

les pupitres, et ce n’est pas donné. Il y a des chanteurs qui interprètent

très bien la ligne individuellement, mais qui, une

fois en groupe, n’y parviennent plus.

Est-ce une difficulté de jouer dans la même soirée une

œuvre de Puccini et une de Hindemith,

porteuses de 2 esthétiques opposées ?

Dans l’opéra Sancta Susanna de Hindemith (1922), le

chœur chante finalement très peu, donc il n’y a pas de

grand écart à travailler.

Et pour d’autres soirées du festival qui mettent à

l’affiche Il Tabarro de Puccini et Von Heute auf

Morgen de Schoenberg, par exemple ?

Sans doute, mais pour ma part je ne travaille que sur

le programme Puccini et Hindemith ! Cela étant dit,

Anton Webern disait toujours que Schoenberg était une

continuation de la musique lyrique. La réussite tiendra

dans l’horizontalité de la musique, c’est la ligne vocale

qui compte.

Y a-t-il un intérêt pour un chœur à travailler sur

plusieurs œuvres d’un même musicien, comme

dans ce festival ?

Travailler ensemble 3 œuvres de Puccini, de Mozart ou

encore de Tchaïkovski est toujours très intéressant. C’est

aussi très prenant, car, par exemple, pour le cycle

Tchaïkovski-Pouchkine-Stein donné à l’Opéra de Lyon

en 2010, on passait d’une œuvre à une autre, sur des textes

complexes où il fallait être sûr de ce que l’on faisait ; ce

qui est amusant, c’est que je faisais parfois des cauchemars

où ces partitions se mélangeaient !

Puccini vous fait-il aussi faire des cauchemars ?

Non, Puccini, c’est un plaisir, il n’y a pas de cauchemars

là-dedans, bien que, au moment où je vous parle

[novembre 2011], je ne connaisse pas encore la production.

Le metteur en scène arrive en décembre et nous travaillerons

ensuite plusieurs semaines. J’ai cependant vu le chef

Lothar Koenigs, avec lequel nous avons parlé de la partition,

mais c’est tout. Puccini est un plaisir, parce que comparé,

par exemple, au monde du Nez de Chostakovitch, qui

relève un peu de la folie, c’est plus simple.

Parmi les concerts à venir, quel est celui qui vous

tient à “chœur” ?

C’est le concert du 29 mars prochain sur des œuvres de

Bach, qui ne constituent pas vraiment un terrain

d’élection des chœurs d’opéra. Faire un concert avec des

cantates de Bach en mettant vraiment la musique chorale

en valeur est un défi.

Festival Puccini Plus,

du 27 janvier au 13 février à l’Opéra de Lyon

© Stofleth

JANVIER 2012

N° 177

5


6 N° 177 JANVIER 2012

musique

Bratsch

Par Anne Huguet

■ concerts express ■

Les 5 musiciens virtuoses de Bratsch explorent depuis

toujours les méandres des vieilles musiques et autres

folklores de l’Est. En les régénérant et les réinventant.

À l’aube de leurs 30 ans de carrière, avec Urban Bratsch,

ces “French gypsies” osent s’aventurer encore plus loin

en s’inspirant des villes qui les ont toujours influencés

(Odessa, Berlin, Lisbonne, Barcelone…). Là une sérénade

napolitaine, ici un refrain chanté en dioula ou encore

quelques surprenantes chansons en français (RER C ou

Dans le ciel de ma rue) se mêlent à un jazz gitan voyageur

qui emprunte autant à Grappelli qu’à Reinhardt et

brasse airs, rythmes et sonorités tout à la fois yiddish,

bulgares, russes, grecs ou arméniens.

Transbordeur, 31 janvier

Trois albums plus tard, Éric la Blanche continue une

carrière toujours un peu confidentielle, préférant la qualité

à la quantité. Il avait fait mouche avec son 1er album,

Michel Rocard, financé par son RMI (!!), la suite est

peut-être moins convaincante. Imbécile heureux (3e opus)

date déjà de 2009, contes modernes d’histoires un peu

absurdes et douces-amères. Les textes sont tirés au cordeau,

les mots sont précis, choisis avec une exigence de

littéraire : c’est parfois étrange, souvent désabusé,

faussement drôle et cynique. Le gars vitupère aussi sur

la Toile, où il décortique l’actualité à l’envers et sans

aucune honnêteté (la.blanche.over-blog.com). Version

scène en trio acoustique (guitare + violoncelle), il nous

fait le coup de Bart, La Folle, La Mort à Johnny avant

de botter en touche avec Les Canuts d’Aristide Bruant.

Transbordeur, 14 janvier / Salle des Rancy, 27 et 28 janvier

Kid Bombardos (du nom d’un arrière-grand-père

boxeur à Fez) est bordelais et bien sous tous rapports.

Le gang de rockeurs à minettes joue de sa voix de crooner

sexy et balance ses gimmicks aguicheurs. La recette,

guitare-basse-batterie, est certes éculée, mais le quatuor

dandy (les 3 frères Martinelli et leur pote David) surprend

par sa fraîcheur et ses mélodies classieuses, fortement

inspirées par le rock new-yorkais des Strokes et un/ce

côté pop anglaise sans mouiller la chemise.

Bordelais aussi, mais nettement plus mal élevé et

bruyant, Magnetix ne fait pas dans la dentelle

et crache à deux (duo homme-femme,

guitare-batterie) un son des plus tordus

salement efficace. Ça sonne presque psycho

d’une autre époque, rockabilly trash garage,

disent-ils. Bref, ça joue pied au plancher,

morceaux courts, textes hurlés en anglais et

en français, larsens à gogo et l’envie d’en

découdre avec la terre entière. Soirée “Marche

ou Clac” coorganisée par le Clacson et le

Marché-Gare.

Kid Bombardos, Marché-Gare, 19 janvier

+ Magnetix, Clacson, 21 janvier

Date reportée en avril

Deuxième édition pour le jeune festival

Plug & Play du Kraspek Myzik, qui met la

barre haute avec 11 soirées et quelque 20

groupes et artistes à l’affiche pour célébrer

les musiques alternatives d’ici et d’ailleurs.

Une programmation éclectique et découvreuse

qui donne sa chance aux groupes

émergents locaux (les Marquises,

Pan Pan Pan), mais invite aussi quelques

petites têtes d’affiche internationales.

Brigitte Fontaine

Il y a cette année une volonté d’ajouter une couleur rock

et électro à celle plus folk de la 1 re édition. “L’envie de

rajouter une certaine densité et énergie dans notre petit

lieu avec des groupes qui mélangent les genres, résume

son programmateur, Olivier Ferrier. Tout en gardant un

éclectisme avec des projets musicaux alternatifs.” Il y en

aura presque pour tous les goûts ! Ballade post-rock

envoûtante version Cosmos70, la voix magique de

Slow Joe et ses ambiances soul vintage, la bouillonnante

noisy-pop typée 80s de Beat Mark (side project

d’Adam Kesher, au passage), le touche-à-tout Fabio

Viscogliosi et ses humeurs pop, le rock expressif des

Chambériens de Western Chocolat, la mélodie et le

bruit version suisse Disco Doom, les fissures folk de

Paloma ou encore les extrapolations prometteuses du

quatuor londonien Wild Palms. Chouette prog’ à prix

coûtant (pass à 20€), qui plus est dans un petit lieu

(80 places), synonyme de proximité et d’intimité, qui

défend plus que jamais l’idée d’une musique de qualité

aux confins des genres.

Kraspek Myzik, du 12 au 30 janvier

“Je mesure un mètre soixante-neuf, je suis bourrée

d’alexandrins et de séries noires, je suis une femelle

francophone de race blanche […].” Revoilà la reine des

Kékés dans un projet totalement inédit et, bien

évidemment, décapant, avec un spectacle de lectures

musicales qui retracent 40 ans d’écriture, un voyage à

travers ses chansons, les textes de ses livres (dont

Chroniques du bonheur, L’Inconciliabule, Paso doble ou

Nouvelles de l’exil) et autres élucubrations surréalistes

de cette grande dame cabocharde et allumée qu’est

Brigitte Fontaine. Entre lectures et chansons, elle déclame

ses vérités et absurdités de sa voix hallucinogène avec

cette scansion si particulière. À ses côtés, Areski

Belkacem et ses percussions orientalisantes et Yan Péchin

à la guitare subliment, par moments, les paroles de la

poétesse maudite. “[…] Je n’ai toujours pas de

mails ; je hais les machines d’une haine primitive,

féroce. Je suis une femelle

préhistorique, toujours. Je suis pourtant

civilisée à en mourir et je porte un

déshabillé de soie assez chaste, bien

que suggestif. […]” Une autre

manière de découvrir l’œuvre

foisonnante de la diva déjantée.

Espace culturel de Saint-Genis-Laval,

27 janvier

Maison du département,

Bourgoin-Jallieu,

28 janvier

© Robin


LE PALAIS DU TRAVAIL

Par Laurent Zine

À l’occasion de la réouverture du TNP en

novembre dernier, le Rize propose jusqu’au 25

février une exposition relatant toute l’histoire de

ce bâtiment emblématique du quartier des

Gratte-ciel, originellement baptisé Le Palais du

travail et édifié entre 1928 et 1934 sous

l’impulsion de Lazare Goujon, maire socialiste

de l’époque.

Inauguré en 2008, le Rize est un lieu patrimonial dédié

à la mémoire des habitants de Villeurbanne, et force

est de constater que l’histoire du Palais du travail est

une pièce essentielle de cette mémoire, à cheval sur

les 20 e et 21 e siècles. Premier bâtiment de ce qui allait

devenir dans les années ’30 le nouveau centre urbain

de la ville (les Gratte-ciel), il constituera par la suite

un point d’ancrage de la vie politique puis culturelle

villeurbannaise, hébergeant le Théâtre de la Cité en

1957, devenu TNP en 1972. Un Palais du travail

ardemment désiré à l’origine par Lazare Goujon,

maire et médecin de son état, imprégné qu’il était par

les représentations sociétales du courant utopiste socialiste.

À l’initiative du Centre de documentation et de

recherche sur les alternatives sociales, une

exposition originale baptisée “50 ans de presse

alternative à Lyon et dans sa région” est

visible aux Archives municipales, à Perrache,

jusqu’au 25 février.

À peine êtes-vous entré dans ce nouveau bâtiment

des Archives, édifié derrière la gare de Perrache,

côté cours Charlemagne, que voici exposés sur votre

gauche des centaines de journaux, fanzines, feuilles

de chou, bulletins de liaison, lettres mortes, simples

tracts, appels à la grève ou à la désobéissance, dessins,

missives secrètes, etc. Des échantillons on ne peut plus

représentatifs de la presse alternative à Lyon depuis

les années 1960. Une presse parallèle, autonome et

militante, dont la rhétorique échappe ainsi totalement

à la voix de son maître ; une presse forcément fragile

et à parution souvent aléatoire, qui s’organise avec

les moyens du bord (do it yourself parfois dans des

imprimeries clandestines) sans comparaison possible

Un projet à la fois hygiéniste et politique consistant à créer

un lieu de rassemblement et d’éducation populaire

(du corps et de l’esprit), entièrement dédié aux classes

ouvrières. Le bâtiment abritait ainsi initialement un

centre de vaccination, une piscine d’hiver, une brasserie,

des salles de réunion pour syndicats et associations et

une salle des fêtes ! Où l’on jouait principalement des

opérettes. Avant que le lieu ne devienne l’antre d’un

théâtre parfois avant-gardiste. Sa destination ayant de fait

sensiblement évolué avec le temps, et plus spécialement

lorsque Roger Planchon prendra les rennes du nouveau

Théâtre de la Cité en ‘57, puis du Théâtre National

Populaire en ‘72, foyer de la décentralisation théâtrale.

Photographies et affiches d’époque (etc.) à l’appui,

l’exposition met finalement en lumière la dimension

symbolique intemporelle du bâtiment. Et tente également

de répondre via un cycle de conférences et débats, à

une question ô combien d’actualité : qu’est-ce que

l’éducation populaire ?

Le Palais du travail, exposition au Rize jusqu’au 25 février.

LA PRESSE ALTERNATIVE

Par Laurent Zine

expos

Construction : Construction

du Palais du travail entre 1932

et 1933, photographie,

copyright Fonds Sylvestre

avec le fonctionnement de la “presse officielle”, souvent

brimée volontairement, considérant ses impératifs

commerciaux et parfois son allégeance au pouvoir.

Une presse alternative qui témoigne enfin de l’effervescence

subversive des idées et des utopies, en rapport

avec tous les mouvements d’émancipation sociale

depuis les sixties.

Ainsi, “l’exposition invite à parcourir quelques

grands thèmes allant de l’écologie à l’anarchisme, en

passant par la solidarité internationale, la contre-culture

dans toutes ses formes, le féminisme et la libération

sexuelle, l’antimilitarisme, la non-violence, la citoyenneté,

etc.” Entre sérigraphies, feuilles imprimées et simples

photocopies, il y a visuellement matière à faire le

plein de liberté d’expression (!), qui plus est quand

l’exaltation de cette presse ô combien d’opinion est

replacée dans son contexte sociohistorique. Et considérant

le formatage des idées et des opinions en vogue

actuellement, il s’agit là d’une authentique bouffée

d’air politique.

Jusqu’au 25 février aux Archives municipales de Lyon

JANVIER 2012

N° 177

7


spectacles vivants

“COMME SI

CE N’ÉTAIT PAS UN RÊVE”

Quartier lointain par Dorian Rossel

Par Étienne Faye

Quartier lointain, c’est d’abord le titre français d’une bande dessinée

japonaise, signée Jirô Taniguchi (chez Casterman), un énorme succès

mondial. Alors, nombreux seront sans doute les lecteurs de cette

belle histoire nostalgique qui voudront retrouver Hiroshi Nakahara,

cet homme ordinaire de 48 ans qui se retrouve soudain dans sa peau

d’adolescent de 14 ans. En attendant que le spectacle commence, dans

la salle du Théâtre de la Renaissance en novembre dernier, je cherche

UN FESTIVAL DANS

TOUS SES ÉCLATS !

Voilà un tout jeune festival qui

n’a pas encore atteint l’âge de

raison et qui pourtant a les

dents longues comme le loup

et des bottes de 7 lieues pour

aller plus loin ! Concoctée

avec amour par les 2 codirecteurs

du Théâtre Nouvelle

Génération, Nino D’Introna et

Annick Bajard – qui s’est particulièrement

impliquée dans

son rôle de défricheuse de

talents –, la programmation de

cette nouvelle édition de Ré-

Génération s’annonce riche en

Des cendres sous les toiles

événements.

Le festival, qui s’étale sur 10 jours en 2012 (du 5 au 14 janvier), accueille 12 compagnies

avec 12 spectacles et, sur les 3 derniers jours, 12 compagnies émergentes venues présenter

leurs projets, chantiers, petites formes et lectures qui formeront nos belles découvertes l’an

prochain. Tout se déroulera dans les 2 salles du théâtre, et même dans le hall d’accueil,

qui bruiront, dès potron-minet et jusqu’à la veillée, des rires et des exclamations des

petits et des grands. Deux ou 3 représentations seront données de la plupart des spectacles.

Quel beau programme !

Découvrons ce festival dans ses grandes lignes : s’il étonne par le nombre d’événements,

il témoigne aussi d’une volonté de rayonnement international (qui n’est pas sans rappeler

les regrettées Rencontres théâtrales pour l’enfance et la jeunesse) en offrant au public

de découvrir, outre des spectacles de Chambéry, Vienne ou Grenoble, des compagnies

des régions partenaires de Rhône-Alpes, le Bade-Wurtemberg, la Catalogne et le

Piémont, ainsi qu’en provenance de la Belle Province… C’est d’ailleurs le Québec qui

présentera le seul spectacle à l’intention des adolescents, S’embrasent, une partition

lumineuse et sonore débordant d’énergie sur le coup de foudre et ses conséquences

brûlantes…

Bien qu’annoncé à partir de 6 ans, Les Constructeurs, qui ouvre le festival, spectacle muet

mais en musique des Transformateurs, peut séduire un public plus averti et plus âgé.

C’est un bel échantillon de toutes les formes possibles que nous propose ce festival.

Théâtre d’ombres et d’objets, cirque, marionnettes et même théâtre (parfois interactif…

à découvrir !) se partageront les espaces. Quant aux titres, ils sont propices à nous inciter,

déjà, aux rêves : Cappuccetto Rosso et le Loup solitaire revisite le célèbre conte ;

Le Grand Voyage de l’homme petit ou le parcours initiatique et intersidéral d’un héros

miniature ; Monstres #1, une histoire de minute déterminante qui ouvre sur tous les

possibles ; Les Aventures grandioses de la vaillante Johanna Epédbois (alias Jeanne

d’Arc, mais en pleine forme !) ; La fête, qui prendra le pistolet ?, entre théâtre et

danse, entre roi et peuple, une exploration révolutionnaire du pouvoir ; Mille morceaux

de moi pour les tout-petits ou encore Des cendres sous les toiles, un cabaret pour une

douzaine de saltimbanques…

De quoi donner envie de retourner en enfance et, surtout, d’emmener ses enfants au

théâtre !

Festival Ré-Génération, du 5 au 14 janvier

8 N° 177 JANVIER 2012

à oublier le manga que j’ai lu avec émotion dans la semaine… Je crois

en effet qu’il ne faut pas s’attendre à voir le héros reprendre vie, je me

conditionne de peur d’être déçu. Mais la magie va opérer, d’une façon

assez inattendue. La pièce mise en scène par Dorian Rossel débute

dans un grand dépouillement scénographique. Le mouvement incessant

des comédiens occupe l’espace et nous entraîne, tout de suite, dans un

maelström qui durera 1h 25. Hiroshi Nakahara est architecte, marié,

père de 2 filles. Il revient d’un congrès, fatigué, avec une bonne gueule

de bois, sculptée la veille. Mais il a comme un trou de conscience au

moment de rentrer, il se retrouve dans le mauvais train et il se rend

compte qu’il est en chemin vers la ville de son enfance. Il va se mettre

un peu d’eau sur la figure et là il a un éclair, c’est la figure de sa mère

qu’il aperçoit dans le miroir, mais oui, sa mère, elle est morte à cet âge-là,

à 48 ans. Il descend du train, il doit attendre le prochain pour Tokyo,

2 heures à tuer. Il se dirige vers sa maison d’enfance, puis vers le cimetière.

Et devant la tombe de sa mère, dont il ne cesse de se demander si elle

a été heureuse, il tombe en syncope. Il plonge alors dans ses souvenirs

d’adolescent, mais si complètement qu’il revit bel et bien ses 14 ans

“comme si ce n’était pas un rêve”. Le rideau qui coupe la scène en deux

se lève à moitié, Hiroshi Nakahara se retourne et entrevoit l’exacte réplique

colorée, réelle, de son univers d’alors. Sa mère, tellement belle, sa petite

sœur, qui a encore des rêves de jeune fille, sa grand-mère, et puis son

père. Son père, qui est là, autour de la table, ce qui veut dire qu’il

ne les a pas encore abandonnés. Pour raconter cette histoire, Dorian

Rossel a choisi de s’en remettre aux grands talents de comédie de ses

acteurs, qui jouent la partition avec une précision incroyable, un sens

de la comédie, un humour potache communicatif. Tous les rôles peuvent

changer d’interprète, à tout moment, sans que l’on ne perde un instant

le fil narratif, très bien tenu. Ainsi, chacun joue Hiroshi, à tour de rôle

ou en même temps, formant un chœur d’Hiroshi parfaitement réglé.

La mise en scène nous entraîne aussi dans des changements de perspective

étonnants et drôles, comme au cinéma, avec des plans en plongée

sur les personnages, ou même avec des prises de vues multiples, et

simultanées, grâce au jeu coordonné des comédiens… Bref, cette pièce

est un véritable tourbillon d’astuces, de jeux, de mimes espiègles, en

même temps qu’un retour émouvant sur les blessures de l’adolescence.

Un beau spectacle, assurément.

Le 13 janvier au Château Rouge d’Annemasse

Les 31 janvier et 1er février au Toboggan de Décines

L’ADOLESCENTE

ET LA MORT Véronique Chatard

met en scène

Pacamambo,

de Wajdi Mouawad

Bien sûr, les spectateurs attentifs ont remarqué que Wajdi

Mouawad était en ce moment une des personnalités

à suivre dans le théâtre francophone, et Véronique

Chatard, metteuse en scène de la compagnie des

Yeux gourmands, nous donne une nouvelle occasion

de le faire. Pacamambo est en effet le 1 er spectacle

écrit par l’auteur libano-canadien pour les enfants.

La metteuse en scène, danseuse, comédienne, qui

s’apprête à échanger sa place avec les responsables

du petit Theaterwerkstatt Pilkentafel de Flensbourg,

à la frontière de l’Allemagne avec le Danemark, est

actuellement en résidence à Bassens dans la banlieue

de Chambéry. En janvier, elle sera présente au

centre culturel Théo-Argence de Saint-Priest et à

Bourg-en-Bresse. L’occasion est donc belle pour

quelques questions à Véronique Chatard.

Pacamambo est l’histoire d’un deuil… Pouvez-vous

m’en dire un peu plus ?

Il s’agit d’une jeune fille, Julie, c’est une adolescente, elle

vient de perdre sa grand-mère, et nous vous proposons de

l’accompagner dans son deuil. Elle est très en colère au

début de la pièce, et ne réussit pas à mettre des mots sur

cette colère. Un psychologue va l’aider. Wajdi Mouawad,

dont on connaît davantage les longues traversées mentales,

comme sa série sur les femmes dans l’œuvre de Sophocle,

avec son écriture très vive, met ici en relation Julie, la

grand-mère, le chien, bref, le petit univers de la jeune fille,

avec le psychiatre.

Interview par Étienne Faye

Et vous avez voulu un dispositif particulier…

Une salle de classe. Parce que ce n’est pas le lieu du deuil,

au contraire, c’est l’endroit où l’enfant vit. Ce n’est pas pour

moi un espace de représentation, plutôt un lieu d’intimité.

Rentrer dans une salle de classe, c’est d’ailleurs un peu

particulier comme sensation, non ? Et le sujet de la mort,

ici, fait irruption. C’est pourquoi nous limitons la jauge de

spectateurs, pour que le public sente l’ambiance de la salle

de classe et que les comédiens et les spectateurs aient une

proximité de souffle.

Comment parler de la mort à des enfants ?

… à des enfants, ou aux enfants effrayés que nous

sommes tous face à la mort. Parler de la mort, eh bien,

c’est sûrement dire que c’est la vie, tout simplement.

Mettre en mots cette injustice, nommer les choses, et par

exemple ne pas occulter ce corps inerte qui, au bout d’un

moment, sent mauvais… Et le faire avec l’humour et la

poétique de Mouawad, c’est encore mieux. Les comédiens,

autour de Julie, seront les porte-parole de la tendresse et

des sentiments, ils feront comprendre à l’adolescente que

la mort de sa grand-mère, pour cruelle qu’elle soit, ne

rompt pas le lien.

Le 1er mot de la pièce, écrit en gros sur le tableau, est

“rage”. Quel est le dernier mot ?

En fait, nous prenons le temps, après chaque représentation,

pour parler avec les enfants. Ce sont eux, selon leur sensibilité,

qui doivent trouver ce dernier mot.

Les 9 et 10 janvier au centre culturel Théo-Argence à Saint-Priest

Le 12 janvier au Théâtre de Bourg-en-Bresse


UNE PRIÈRE

POUR PHILIP K. DICK

Urbik / Orbik, par Joris Mathieu

Par Étienne Faye

La magie, l’absurde, le récit, le roman, la poésie,

le monde réel s’emparent tous les soirs des scènes

des théâtres, et des mondes fantastiques, imaginaires,

y sont créés… Mais la science-fiction ?

La science-fiction, la SF, est la spécialité de la

compagnie Haut et Court. Les spectateurs lyonnais

se souviennent de l’adaptation des Anges mineurs

d’Antoine Volodine ou, plus récemment, de La

Sphère d’or, inspirée de René Barjavel et d’Erle

Cox… et des mises en scène spectaculaires

signées Joris Mathieu. Urbik / Orbik est la dernière

création de la compagnie en résidence depuis 5

années à Vénissieux, 5 années de rencontres

avec les habitants, de présence dans les cités,

les marchés, de spectacles in situ, et 5 années

pendant lesquelles la compagnie Haut et Court a su

déployer son art de la scène et exercer sa maîtrise

des technologies ultramodernes – on parle beaucoup

de théâtre numérique… Joris Mathieu s’est inspiré,

cette fois, de Philip Kindred Dick, auteur phare

du genre, en commandant au romancier Lorris

Murail un texte en partie biographique, pour

ensuite l’adapter à ses visions. Rencontre avec

Joris Mathieu.

Quelle histoire allez-vous raconter ?

Nous avons demandé à Lorris Murail de raconter une

histoire à partir de la vie de Philip K. Dick, car avant

même la littérature il y a sa pensée, labyrinthique.

Selon lui, la logique ne résiste pas à tout, la réalité vole

en éclats lorsque les logiques incompatibles s’affrontent.

Il s’agit d’une pensée sans doute schizophrénique, née

de l’histoire de son début de vie. Il est né avec une sœur

jumelle, mais leur mère n’avait pas assez de lait pour

les nourrir et la petite fille est morte. Philip K. Dick a

préféré refuser de se culpabiliser, en affirmant que

c’était lui qui était mort et que sa sœur vivait.

Un rapport à la réalité totalement distordu, dès le

départ…

Il est l’homme seul qui refuse le monde tel qu’il s’impose.

Il soutient l’hypothèse que nous sommes conservés,

quelque part, dans un état de semi-mort, et que nous

rêvons collectivement l’univers. À l’intérieur de cette

illusion que nous construisons, il affirme que nous

sommes manipulés, et que la révélation un jour ou

l’autre va nous apparaître… et ce sera alors tout le réel,

construit par la littérature, qui s’effondrera. Il prédit

ainsi le chaos, mais pas pour s’en plaindre, puisqu’il

spectacles vivants

faudra bien que tombent les masques, ce qu’on appelle

“réalité”, pour qu’enfin apparaisse notre tristesse ontologique

et que nous commencions la construction d’un nouveau

monde.

La frontière floue entre la fiction et la réalité, c’est

un thème que n’a pas fini d’interroger la littérature.

En quoi la fiction peut-elle influencer le réel ?

D’abord, si l’on parle de la SF de K. Dick, il s’agit d’un

regard à la fois malade, puisque schizophrénique et

paranoïaque, et visionnaire. Bien souvent, la SF peut

être considérée comme une préfiguration du réel, et

d’ailleurs les chercheurs lisent aussi des romans…

Notre rapport à la robotique, la virtualisation des rapports

sociaux, les neurosciences, la biotique, tout cela avait

été imaginé par des écrivains avant de se produire.

Philip K. Dick imagine l’homme mutant, humain

déshumanisé, fabriqué par l’homme ; c’est en train de

se produire. Mais il ne faut pas résumer cette prescience

à une vision de l’effroi, il y a aussi le goût du vivre

ensemble, la nature authentique de l’humain.

Le titre de ce spectacle, Urbik / Orbik, est intrigant…

D’abord, j’ai voulu marquer la dualité du personnage,

le corps imaginaire et le corps réel, les mondes

jumeaux… Bien sûr, c’est aussi une allusion au roman

peut-être le plus connu de Philip K. Dick, Ubik, et à la

prière urbi et orbi, “à la ville et à l’univers”, que le pape

prononce, chaque année, du balcon de la basilique

Saint-Pierre de Rome, au Vatican.

Il se prenait pour le pape ?

Le pape de la SF, oui ! Il a pu avoir ce sentiment, mais il y

croyait sans y croire, il ne s’est jamais pris pour Ron Hubbard.

Le mysticisme de Philip K. Dick n’est pas lié au pouvoir,

mais c’est bien plutôt une quête personnelle, en faisant

appel à la philosophie, à la littérature, à la science…

Qu’est-ce qui vous a amené à travailler sur cet auteur ?

Nous sommes revenu en toute logique à K. Dick après le

questionnement du réel avec Antoine Volodine. Et puis,

les outils de fabrication de l’illusion développés lors des

créations des Anges mineurs étaient à l’évidence adaptés.

Notre préoccupation dramaturgique, ici, sera pourtant

d’inviter le spectateur à considérer la scène comme une

nouvelle réalité. Puis, dans une construction et des

codes narratifs qui se rapprocheront du cinéma, à un

moment, il y aura l’explosion du réel…

Les 12 et 13 janvier au Théâtre de Vénissieux

Les 24 et 25 janvier à la Comédie de Valence

Le 23 février à l’Arc, scène nationale du Creusot

Du 3 au 5 avril à la Comédie de Saint-Étienne

Du 24 au 28 avril aux Subsistances à Lyon

JANVIER 2012

N° 177

9


© Dorothy Hong - Koboy

Sophie Wahnich

Dans le cadre d’un cycle de 3 débats publics, la Villa Gillet

et le Théâtre de la Croix-Rousse vous proposent justement

de venir débattre le 12 janvier autour du thème “Quand le peuple

agit : révoltes, révolutions, réformes…”. Si “les révolutions

arabes ont [effectivement] remis sur le devant de la scène

l’image du peuple en action”, les mouvements collectifs de

révolte sont légion en France depuis plusieurs années et nous

interrogent forcément quant au bon fonctionnement de la

démocratie.

Entretien avec Sophie Wahnich, historienne de la sensibilité

politique.

Entretien avec Yolande Peytavin, 1 re adjointe, déléguée à la culture.

Dans votre édito en préambule de la saison du Théâtre de Vénissieux,

vous déclarez être inquiète quant à l’avenir du spectacle vivant,

considérant le désengagement financier culturel de l’État…

C’est peu de dire que nous sommes préoccupés par les fermetures de

théâtres ici ou là et les coupes systématiques dans les subventions. La

question est de savoir ce que veut vraiment l’État en matière de culture.

Si les budgets de lieux, disons, un peu plus “élitistes” – et il en faut – ne

sont pas vraiment concernés par ces coupes, toutes les structures culturelles

de proximité, dans nos cités et dans nos campagnes, sont actuellement

menacées par ce désengagement progressif. Leur financement est de plus

en plus supporté par les collectivités locales et territoriales, qui ne peuvent

répondre à toutes les attentes ; alors qu’en principe la culture est un droit

au même titre que la santé et l’éducation. Quant au spectacle vivant,

il est devenu impossible pour les compagnies de théâtre, de danse, etc.

de se projeter dans l’avenir, alors que le processus créatif, quel qu’il

soit, a justement besoin de temps. Cette politique de désengagement

nie totalement l’impact social mais aussi économique de milliers

d’équipes artistiques.

Si l’on vous dit que la crise économique aidant, la culture n’est

plus une priorité ?

Je répondrais que c’est navrant et que chaque fois que l’art entre dans une

maison (individuelle ou collective), la violence en sort. C’est également

se priver d’un moyen d’émancipation, de citoyenneté et de réflexion ;

mais inciter les gens à réfléchir, c’est peut-être plus dangereux que la crise

en elle-même. Les coupes budgétaires ne datent d’ailleurs pas d’hier,

c’est bien qu’un choix politique a été fait en amont quant à la pérennité

du service public de la culture. Je parle d’une culture plurielle, partout

et pour tous, qui demande une action politique forte et sur le long

terme, et non pas au coup par coup, seulement pour la “vitrine”.

10 N° 177 JANVIER 2012

AU PEUPLE!

interview Laurent Zine

Printemps arabes, mouvements sociaux, émeutes urbaines (2005) :

est-il pertinent d’associer ces événements collectifs ?

Nous devons certes les saisir dans leur singularité, mais il est intéressant

de les comparer. Si “mouvements sociaux” est un terme générique des

sciences sociales, concernant les émeutes et les printemps arabes, on

assiste dans les deux au surgissement d’un sujet politique qui s’affirme

comme tel mais qui n’en a pas forcément conscience. Il y a quelque chose

qui est insu. On disait des émeutes qu’elles étaient infrapolitiques et

hors de la cité parce que les émeutiers n’avaient pas conscience du

processus politique en marche. Ce sont les analystes, dont Emmanuel Todd,

qui leur ont imposé un caractère intrapolitique en annonçant qu’ils

portaient une revendication simple : ils étaient sur le seuil et réclamaient

l’inclusion, justement dans la cité. Concernant les printemps arabes,

si l’adversaire est au départ bien identifié (le régime tel qu’il apparaît

comme non démocratique), lorsque le régime est renversé, les différents

groupes sociaux – unis au départ contre la dictature – ont du mal à

se reconnaître dans une demande démocratique commune en dehors

de la tenue d’élections libres. Là encore, il y a une part d’insu : les

gens ont eu le courage de renverser le régime sans vraiment savoir ce

à quoi cela devait mener.

Quand la presse titre “Printemps arabes, hivers islamistes”…

qu’est-ce que cela vous inspire ?

C’est une conception fermée et réductrice de l’incertitude en politique.

Fermée, parce que c’est annoncer bien vite que les jeux sont faits. Et

réductrice, parce que c’est oublier que si l’événement révolutionnaire

était suffisamment fort – et ce fut le cas –, il ne pourra être refoulé

rapidement. Quoi qu’il en soit, je ne vois pas du tout les prochains

régimes égyptien ou tunisien prendre exemple sur le modèle iranien.

DE LA POLITIQUE

CULTURELLE

À VÉNISSIEUX

Interview par Laurent Zine

Yolande Peytavin

À quelques jours du 8 décembre, il semblerait qu’à Vénissieux on

axe clairement la Fête des lumières sur la solidarité ?

Absolument. Ce moment magique des illuminations est pour nous l’occasion

d’organiser, en partenariat avec le Secours populaire, une grande

Fête de la solidarité au bénéfice d’enfants dont les familles n’ont pas

forcément les moyens de leur offrir un spectacle et des cadeaux.

Rappelez-nous quels sont les équipements et les événements

dédiés à la culture dans votre ville.

Le cinéma Gérard-Philipe, agrandi il y a 2 ans ; bien sûr, le Théâtre

de Vénissieux ; la médiathèque Lucie-Aubrac, ouverte en 2001 (et 3 autres

bibliothèques dans les différents quartiers) ; l’espace Arts plastiques

Henri-Matisse, qui multiplie les ateliers pour les jeunes venant s’initier

à la peinture, à la sculpture, etc., sachant que tous les professeurs sont

des artistes qui exposent régulièrement leurs œuvres. Cela pour dire

que nous mettons systématiquement l’accent sur l’aide à la création.

Nous avons enfin l’école de musique Jean-Wiener, reconstruite sur le

plateau des Minguettes en 2009. En termes d’événements, le point d’orgue

est notre festival Fêtes Escales, entièrement gratuit, avec son célèbre

pique-nique républicain du 14 Juillet. Sachant qu’une équipe d’artistes

travaille en amont de la manifestation avec nombre de personnes peu

habituées à participer de façon spontanée à des activités culturelles.

Nous avons aussi chaque année le festival Hors Cadre au cinéma

Gérard-Philipe, en collaboration avec l’espace Pandora et l’association

Le Hareng rouge, qui interviennent également en amont via des ateliers

d’écriture ou des stages de vidéo, etc.

Pour revenir à la demande démocratique en France, de quoi

témoignent ces événements collectifs (cf. 2005) ?

À partir du moment où la conflictualité produite par une société a

besoin de violence – sur les corps et sur les biens communs – pour

s’exprimer, comme en 2005, cela témoigne d’une très mauvaise santé

de la démocratie. Il y a une incapacité à évacuer la conflictualité par

des débats publics, ne serait-ce que parce que les lieux disponibles pour

pouvoir se réunir et parler librement d’enjeux politiques sont plutôt rares.

Le seul moment démocratique qui existe est celui du vote. La voix du

peuple n’arrive plus à se faire entendre dans l’espace public absenté.

Fin de l’histoire, déréglementation des marchés financiers : à en

croire certains analystes, le peuple et ses élus n’auraient plus

aucune mainmise sur le monde contemporain ?

La main invisible de l’économie censée déterminer tous les fonctionnements

sociaux et politiques… C’est un discours certes hégémonique, mais qui

n’est que le propre de l’ultralibéralisme. Et beaucoup de gens travaillent

en économie politique à déconstruire cette espèce de naturalisation du

discours libéral. Il existe ainsi d’autres conceptions qui démontrent

au contraire que l’individu est libre et responsable de son devenir,

qu’il n’a pas vocation à se soumettre à la nature économique, mais

plutôt à en décider. Et le moment venu, il n’aura même plus le choix,

à moins de renoncer à son humanité. Autrement dit, dans un monde

de plus en plus déshumanisé, émergera forcément un moment de révolte

où les individus ressentiront le besoin de réaffirmer leur souveraineté

individuelle et collective.

Entre le succès du livre de Hessel, puis des manifestations d’indignés,

et Courrier international qui titre “Tous pirates !”, assiste-t-on à

un retour du politique ?

“Tous pirates”, c’est une façon de dire que la légalité n’est plus forcément

la légitimité. Plutôt que le retour du politique, j’évoquerais une disjonction

entre le droit institué et le droit revendiqué. Il y a eu depuis 20 ans des

mouvements sociaux à répétition, réclamant plus de justice sociale, mais

la voix du peuple n’a pas souvent été traduite en lois. La capacité à réclamer

à nouveau de la puissance politique doit faire face à une incapacité

à y répondre de façon législative. Dans un système où les institutions

semblent bloquées, la démocratie doit se frayer un autre chemin, qui

peut être celui des indignés, du théâtre ou des universités populaires.

La crise aidant, nous vivons une période charnière ?

Une crise, pour quoi faire ? Paradoxalement, les périodes d’incertitude

permettent en effet de délivrer à nouveau tous les imaginaires sociaux

et les utopies.

“Quand le peuple agit”, le 12 janvier au Théâtre de la Croix-Rousse

En parlant de tous ces ateliers organisés en amont, il est question

de démocratisation de l’accès à la culture ?

Oui, même s’il faut faire attention avec les concepts, mais concrètement

c’est bien par l’accès à la lecture, à la peinture, à la musique, etc. que

chacun d’entre nous pourra s’épanouir, au moins momentanément.

Et c’est aux artistes que revient la mission fondamentale de procurer

aux différents publics des clefs pour ressentir, s’approprier et critiquer.

Ne pensez-vous pas qu’il manque à Vénissieux une salle de spectacles

entièrement dédiée aux musiques actuelles ?

Bien sûr, et nous travaillons sur cette question depuis longtemps avec

le projet Bizarre !. Un projet que nous aurions voulu inscrire au

niveau de l’agglomération, mais dont la municipalité supporte pour

l’instant seule le financement. Et c’est pour cela que ça avance doucement,

mais l’idée est pourtant bien, à terme, d’ouvrir une salle, peut-être

dans les anciens locaux du Truck, qui devront être remis aux normes.

Le coût sera important, mais je ne désespère pas de voir ce projet aboutir !

Quelles seront demain les priorités de votre action culturelle ?

Déjà, maintenir l’offre culturelle au même niveau. Ensuite, mettre les

bouchées doubles concernant la jeunesse ! Être toujours à son écoute.

Proposer sans jamais imposer. En partenariat avec l’Éducation nationale.

Les enfants, c’est la priorité des priorités, peut-être parce qu’ils sont plus

réceptifs et que l’on se doit de leur fournir le petit plus artistique à même

de leur ouvrir l’esprit. En espérant qu’ils deviennent les citoyens éclairés

de demain, susceptibles de bousculer un peu l’ordre établi.


LE RETOUR

DU FANATISME

POUSSE VERCELLETTO

À RELIRE TARTUFFE

Interview par Trina Mounier

La dernière fois qu’il a abordé un classique,

c’était Andromaque en 1994, une éternité !

Aujourd’hui, Laurent Vercelletto, que ses goûts

portent plutôt vers les textes contemporains,

monte Tartuffe avec des acteurs chevronnés

(Christine Brotons, Philippe Vincenot, Roland

Depauw), dans les décors de Charles Rios…

“Ma compagnie Luca Théâtre est en résidence au

centre Charlie-Chaplin, où nous avons mené un travail

important autour de cette création, et plus généralement

de la langue française, avec la population, les centres

sociaux, le lycée… Je tenais à monter à Vaulx-en-Velin

un texte de référence, et le choix de Tartuffe s’est imposé

pour de multiples raisons.

Tout d’abord, je souhaitais faire entendre cette langue

sublime du XVII e qui est au sommet de sa beauté et de

sa complexité, voire de la sophistication.

Et puis, mon choix s’est porté sur Tartuffe en raison de

ce qui se passe aujourd’hui, avec une place des religions

qui devient centrale dans le monde, et même en France

où l’on assiste à l’expression violente d’un intégrisme

catholique qu’on avait oublié. C’est en train de devenir

une véritable problématique de société : en une vingtaine

d’années, les lignes de fracture se sont déplacées du

mur de Berlin au 11 septembre 2001. Ces questions me

passionnent depuis longtemps, comme s’il fallait sans

cesse revendiquer la séparation de l’Église et de l’État !”

JOËL POMMERAT

Par Étienne Faye

L’heureux spectateur qui a déjà assisté à une pièce de

Joël Pommerat a de fortes chances de s’en souvenir.

Car, si l’écrivain de théâtre a été récompensé par

des prix prestigieux, je dois dire que c’est d’abord

par l’image que le metteur en scène parvient à toucher

les consciences. Et les scénographies de Joël

Pommerat sont pourtant presque un jeu avec les

inconscients. La lumière opère, tranchante et

blême, sur la pénombre de la scène, s’y montrent

ou s’y brûlent des personnages étonnants, rarement

réalistes, et incarnés par les charismatiques comédiens

de la compagnie Louis Brouillard. Le TNP présente

Ma chambre froide, sa dernière création. Il s’agit de

l’histoire peu banale d’Estelle, une jeune femme

passionnée de théâtre, disparue depuis 10 ans,

racontée par une de ses collègues. Estelle travaille

comme femme à tout faire dans un magasin où l’ensemble

du personnel la considère comme le larbin

de service. Elle qui veut tant de bien à tout le

monde, elle en devient naïve et corvéable à merci.

Le patron, Blocq, est odieux, capitaliste pur jus et,

même, soupçonné d’abuser de sa situation avec ses

employées. Estelle affirme néanmoins que cet

12 N° 177 JANVIER 2012

spectacles vivants

Aborder les classiques en toute liberté

“Tartuffe est une pièce violente où il est question d’un

mariage forcé, de l’ordre moral à l’intérieur de la famille,

d’enfants déshérités et de la place de la femme. Orgon

lui-même est complètement envoûté, il ne s’appartient plus.

Quant à l’hypocrisie de Tartuffe, elle ne m’intéresse pas.

Peu importe qu’il soit un vrai ou un faux dévot. Ce qui

compte, c’est sa volonté de toute-puissance, la terreur

qu’il fait régner au prétexte de la religion, et la menace

qu’elle représente. Je ne suis pas sûr, d’ailleurs, qu’il

soit si intéressé et calculateur que cela : à y bien regarder,

il ne demande rien à personne jusqu’à l’acte IV, où il est

véritablement poussé à la faute !

La famille d’Orgon n’est que la représentation symbolique

d’un État théocratique. Molière s’en prend aux dévots, à

leur volonté de pouvoir. Soyons clair, ce fanatisme est

présent dans toutes les religions, et je souhaite ouvrir le

propos à toutes. Ce qui m’intéresse, c’est ce que nous

dit la pièce maintenant. Aussi le spectacle s’intitule-t-il

Tartuffe (2012). Nous le jouons en costumes contemporains

et avons essayé de le débarrasser de toutes les conventions

qui nous encombrent, prenant même quelques libertés

avec le texte : j’ai décidé de supprimer la fin, inaudible

aujourd’hui, et de l’arrêter au moment où la famille

prend conscience du désastre, comme l’avait d’ailleurs

terminée, semble-t-il, Molière dans la première version

hélas disparue. Et surtout de tout centrer sur ce que

disent vraiment les personnages.”

Du 18 au 27 janvier au centre culturel Charlie-Chaplin

à Vaulx-en-Velin

Le 9 février au CCN à Rillieux-la-Pape

Le 2 mars au Polaris à Corbas

homme n’est pas mauvais, que ce sont ses idées qui

le sont… Toujours est-il que Blocq apprend qu’il va

bientôt mourir, et lui qui déteste sa famille décide

de faire don, entre vifs, de la totalité de son patrimoine

aux employés du magasin. Ceux-ci héritent donc de

leur outil de travail, et aussi d’un abattoir au bord du

dépôt de bilan, d’une cimenterie, d’un bar à hôtesses.

Et l’on peut deviner assez bien les difficultés qu’en

effet les employés, devenus patrons, vont rencontrer,

les arbitrages entre les énormes dividendes, faciles,

et les licenciements, honteux, les bénéfices versus

la morale et, in fine, les arrangements avec la

conscience… Mais Blocq a émis une condition à cette

miraculeuse donation, une condition que lui a soufflée

Estelle et qui complique encore leur situation : ils

doivent monter une pièce de théâtre dont la figure

centrale sera leur ancien patron. Cette perspective

ne soulève aucun enthousiasme, et c’est alors

qu’apparaît le personnage inquiétant, violent, du

petit frère d’Estelle…

Ma chambre froide, du 10 au 21 janvier au TNP

Pinocchio, 7 janvier à l’Espace des Arts

mot[s]Chaque mois deux artistes choisissent

un mot afin de vous livrer un texte court

et une image autour de ce choix.

Affabulation

Gilles Pastor est metteur en scène,

auteur et comédien

Nom féminin.

ab – fabula - ation

Le préfixe latin ab indique l’éloignement,

la séparation ou l’achèvement.

Arrangement de faits imaginaires, invention

plus ou moins mensongère.

Partie d’une fable. Trame, organisation

du récit dans une œuvre de fiction.

Il y a longtemps, j’avais dit ou écrit,

“Je fais du théâtre en prenant du vrai

pour fabriquer du faux”,

cela concernait l’écriture du spectacle

Fermez vos yeux, Monsieur Pastor.

Je comble les trous, les vides, les absences,

Les trous vraiment noirs ! D’où peut-être

mon rapport à l’image, à l’image projetée.

Une image projetée sur le corps d’un acteur.

Un acteur-surface de projection.

Certains acteurs en éprouvent un sentiment

péjoratif !

Je pourrais regarder des heures un acteur

quand la vidéo glisse sur son corps.

La vidéo au théâtre est réellement sensuelle,

par sa projection et son faisceau de lumière.

Travailler avec Jean-Philippe Salério est

un réel plaisir.

L’affabulation avec lui est possible et totale.

En 2008, l’acteur Jean-Philippe Salério est

allongé dans le jardin du cinéaste anglais

Derek Jarman,

il porte la combinaison bleue de mon

père pour interpréter Derek Jarman allongé

dans son jardin.

Décibels

Le cinéaste mort du sida en 1994, s’est

battu au Cap de Dungeness (UK) contre

les vents marins pour faire pousser un

jardin à l’heure où son corps s’étiolait.

À la mort de Derek Jarman, son compagnon

Keith Collins a conservé sa combinaison

bleue.

Mon père était tourneur sur métaux,

En combinaison bleue.

Mon père était oujdi,

En bleu de travail.

À la mort de mon père, j’ai conservé

sa combinaison bleue.

Le bleu de mon père et le bleu de Derek

Jarman ont pu se rencontrer.

Ce n’était pas une affabulation.

Odette, apportez-moi mes morts !

Création 2012

Écriture de spectacle et mise en scène : Gilles Pastor

D'après des entretiens vidéo de : Thérèse Porret

épouse Augert, Bernadette Porret épouse Fillet-Coche,

Marie-Louise Porret épouse Morand,

Geneviève Porret épouse Pastor (filmées entre

avril 2010 et août 2011)

Avec Jean-Philippe Salério / Vidéo Vincent Boujon

et Gilles Pastor / Collaboration artistique

Catherine Bouchetal et Vincent Boujon /

Musique Denis Mariotte /

Scénographie Pierre David / Lumière Yoann Tivoli

Création aux Subsistances, Lyon

Du10 au14 janvier 2012

Théâtre Garonne, Toulouse

Du 18 au 20 janvier 2012

Affabulazione / Pier Paolo Pasolini

Création en gestation

www.kastoragile.com

Xavier Lacombe est dessinateur - J'aime bien la musique! Quel genre faites-vous?

- De la musique amplifiée.

- Ah c'est bien ça … Et vous ne voulez pas faire ça

ailleurs ?

- Pourquoi?

- On m'a envoyé contrôler votre salle, je suis expert,

vous faites beaucoup trop de bruits, on va devoir

fermer le lieu.

- Mais c'est une salle de spectacle! On est là depuis

des années.

- Oui, mais depuis qu'on a construit des logements

à côté, ça crée des nuisances.

- Jamais aucun voisin n'est venu se plaindre!

- Il se trouve que je suis là également en tant que

voisin. J'habite dans l'un de ces logements.

Et pour tout vous dire, les nuisances

sonores me gênent.

- Mais où allons nous aller?

- Il faut voir avec la mairie si elle

peut vous reloger. Faites moi signe

lorsque vous aurez trouvé,

je viendrai vous écouter. Parce

que j'aime bien la musique.

son blog :

leclebard.blogspot.com

Xavier Lacombe collabore à

Bakchich / la télé libre, Psikopat...


© Suzanne Guillemin

Moi aussi je veux un prophète

LE POLYPTYQUE MEXICAIN DE

SYLVIE MONGIN-ALGAN

4 pièces de Ximena Escalante

Interview par Étienne Faye

Metteuse en scène du collectif des Trois-Huit, directrice

du Nouveau Théâtre du 8e , Sylvie Mongin-Algan

crée Phèdre et autres Grecques, le 4e et dernier opus

de son polyptyque Escalante, à Vénissieux. Pendant

les 2 prochains mois, il sera possible aussi de voir ou

revoir les 3 autres pièces et, pour cela, de bénéficier

de tarifs préférentiels au Théâtre de Vénissieux, au

centre culturel Théo-Argence de Saint-Priest et, bien

sûr, au NTH8… L’occasion extraordinaire de se plonger

dans l’univers d’une excellente autrice mexicaine,

Ximena Escalante, qui revisite les mythes grecs avec

talent, un culot et une sorte de simplicité qui sonne

juste. La metteuse en scène lyonnaise, fin novembre,

était au Mexique, où elle présentait Électre se réveille,

qu’on avait pu voir l’année dernière dans nos contrées,

tout comme Andromaca Real et Moi aussi je veux un

prophète. J’ai en mémoire, en particulier, ce 1er volet,

spectacle sombre, charnel, qu’illuminait la troupe du NTH8.

Les jeunes pousses talentueuses des compagnons,

avec les comédiens confirmés de la compagnie, avaient

sans nul doute réussi, grâce également à la belle

scénographie, à magnifier le texte de Ximena Escalante.

Depuis le Mexique, Sylvie Mongin-Algan répond à

mes questions.

C’est à cause de Phèdre que vous vous êtes intéressée

à l’œuvre d’Escalante, vous travailliez alors sur Les

10 Phèdre. Quelle est la particularité de cette version

du mythe ?

La découverte de Phèdre et autres Grecques a agi comme

un coup de foudre. C’était ma Phèdre. L’autrice inscrit sa

pièce dans les espaces laissés vierges par ses prédécesseurs.

Ici, c’est l’enfance puis l’adolescence qui sont la matière

principale du texte, l’histoire d’amour et de trahison

entre 2 sœurs, bien plus que l’histoire d’un adultère.

Chez Ximena Escalante, l’histoire de Phèdre ne s’écrit

pas d’abord dans son rapport aux hommes, mais dans son

spectacles vivants

rapport à elle-même et aux autres femmes qui l’entourent.

Thésée et Hippolyte ne viennent qu’après.

Cette Phèdre explicite en tout cas certaines

réflexions qu’on pouvait avoir à la lecture du mythe :

à propos de l’héritage, du sang “ennemi souverain

de tous”…

Cette Phèdre-là prend conscience de tout ce qui l’oblige

à être “fille de”, “petite-fille de”, et cette prise de conscience,

qui lui arrive souvent par les rêves, lui permet de transformer

son destin et de choisir sa propre fin. Dans Phèdre,

et aussi dans Électre, ce sont les liens du sang qui sont

questionnés, et rompus. Tous les sentiments “obligés”

volent en éclats, que ce soit la confiance entre sœurs,

l’amour fille-mère ou mère-enfants. C’est un monde de

la transgression. Le rêve, le fantasme, la fantaisie sont

des espaces essentiels du théâtre de Ximena Escalante.

Pour l’acteur, il s’agit de passer du rire à la violence, de

l’intime au burlesque, de l’onirique au concret. Et tout

ceci dans une grande précision du langage, où les

silences sont écrits comme des mots.

Est-ce que l’on peut parler d’une Phèdre mexicaine ?

Ce que nous, Français, rattachons au Mexique – la couleur,

le baroque, le surréalisme, les contrastes, la violence

des sentiments –, tout cela est bien sûr présent dans la

pièce. Mais ce ne sont que les éclats de quelque chose

d’universel, que nous, Grecs et Français, portons en

nous, comme les Mexicains. Le miracle – “el milagro”,

comme on dit ici –, c’est justement cela : ces histoires

nées il y a plus de 2 500 ans dans un petit coin de terre

qui se croyait le cœur du monde, et qui aujourd’hui

nous réunissent, Ximena Escalante et nous, dans un

même rêve, de chaque côté de l’Océan.

Andromaca Real, du 11 au 14 janvier au NTH8 à Lyon

Électre se réveille et Andromaca Real, le 27 janvier

au centre culturel Théo-Argence à Saint-Priest

Phèdre et autres Grecques, les 3 et 4 février

au Théâtre de Vénissieux

Moi aussi je veux un prophète, du 28 février au 3 mars

au NTH8 à Lyon

JANVIER 2012

N° 177

13


agenda

Pour février, envoyez vos infos avant le 18 janvier à 491@wanadoo.fr et ah491@wanadoo.fr

MERCREDI 4 JANVIER

PROKO - YEASTY KIDS - PYC

Ninkasi Kafé à 20h. Gratuit

JEUDI 5 JANVIER

SCNTST - ROYAL TIES - ANKUSHA etc.

Marquise à 23h. 5€

ANDRÉ BONHOMME

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

SLY APOLLINAIRE - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit

DJ CARLOS - Ninkasi Kafé à 19h. Gratuit

ILIAS - DJ NEEK’O

Ninkasi Sans-Souci à 20h30. Gratuit

VENDREDI 6 JANVIER

ANDRÉ BONHOMME

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

BYE BYE DUBAÏ

Théâtre Le Fou à 21h. 9€ - 7€

JORIS - Ninkasi Croix-Rousse à 20h. Gratuit

FBC - JUMPING COCONUTS - ALÉA - SLUMP

Marquise 19h/23h. 10€ - 8€

DJ PHILGOOD

Marquise à 23h. Gratuit

SKULL OF ROCK - DJ TATIE CHARBY

Ninkasi Kafé à 20h. Gratuit

ZAZIE

Transbordeur à 20h. 44€

DJ NEEK’O

Ninkasi Sans-Souci à 21h. Gratuit

ALAIN CHAMFORT

Sémaphore à 20h30. 25€ - 12,5€

TAÏRO - DRAGON DAVY - KENYON

Obama Club Ternay à 23h30. 15€, 06 67 28 16 21

14 N° 177 JANVIER 2012

SAMEDI 7 JANVIER

THE CRAZY COWS - THE WANKERS - KAKOU

HUMAN JOB - Marquise 19h/23h. 10€ - 8€

MR DAY & JULIEN - Marquise à 23h. Gratuit

MAMISO & MEVAH - 6e Continent à 21h. 5€ - 3€

INLAKESH invite… - Théâtre Le Fou à 21h. 9€ - 7€

ANDRÉ BONHOMME

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

ALEXIS REQUET QUARTET

Périscope à 21h. 8€ - 6€

MAGGY SMISS - MAURICE LACHANCE

Ninkasi Kafé à 22. Gratuit

DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 21h. Gratuit

ALAIN CHAMFORT

Sémaphore à 20h30. 25€ - 12,5€

DIMANCHE 8 JANVIER

ANTI-COMMUNITY PRODUCTVE JAUNTIES

UNKNOWN - RABID DOCK - WHITEBAT

Marquise 19h/23h. 10€ - 8€

BEAVER - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit

LUNDI 9 JANVIER

DJ CARLOS - Ninkasi Kafé à 21h30. Gratuit

MARDI 10 JANVIER

SOIRÉE ZIC ZAC

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 3€

MERCREDI 11 JANVIER

THE MIGHTY LYONS - SOUL STÉRÉO

ROOTS SYNDICATE

Marquise à 21h. 5€, filles gratuit

PATRICK DI SCALA

Sémaphore à 15h. 10€ - 5€

JEUDI 12 JANVIER

Plug&Play#2 : COSMOS70 - MOUNT ANALOGUE

Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€, pass/20€

DAOUD - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit

ZEF - KARABEN

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

DELHI POLO PARTY - SEPTANBRE - FEMTO

Marché Gare à 20h30. Gratuit

REFLEX - ALEX AKERO

Salle du Kao à 20h. 17€ - 15€

HARRY COVER vs MAGGY SMISS

Ninkasi Kafé à 19h. Gratuit

PAULIE THE RAPTOR - DJ NEEK’O

Ninkasi Sans-Souci à 20h30. Gratuit

VENDREDI 13 JANVIER

Plug&Play#2 : LES ROBERTES - LUNATIC TOYS

Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€, pass/20€

GHALIA BENALI QUARTET

Amphithéâtre Opéra de Lyon à 20h30. 16€ - 10€

ZEF - KARABEN

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

CITE FOLK - Périscope à 21h. 12€ - 8€

MR DAY & PATCHWORKS - Marquise à 23h. Gratuit

LES ELLES - Salle des Rancy à 20h30. 12€ - 9€

BERNARD BRUEL / SÉBASTIEN JAUDON /

MUSICIENS DE L’ONL

Auditorium de Lyon à 20h. 16€ - 8€

LA FINE ÉQUIPE - LE SPECTRE

Ninkasi Kafé à 21h30. Gratuit

DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 21h. Gratuit

RAZE CITY PLAGE & INVITÉS

Transbordeur à 20h. 12€

CEEPHAX ACID CREW - PARAL-LEL

BABY’BRO - JANKENPOPP

Transbordeur à 23h30. 10€

KALASH - NATTA - DANCEHALL 972

Obama Club Ternay à 23h30. 15€, 06 67 28 16 21

FRANÇOIS MOUTIER & ANNE SILA

invitent LEW SOLOFF

Train-Théâtre à 20h30. 17,5€ - 14€

MADJO - Espace Montgolfier Davézieux à 21h.

17€ - 11€, 04 75 33 15 54

LA FOUINE - Théâtre Le Rhône Bourg-lès-Valence

à 20h30. 28€ - 25€, 06 10 13 28 36

SAMEDI 14 JANVIER

TONY TIXIER / LOGAN RICHARDSON /

JUSTIN BROWN / BURNISS TRAVIS II

Périscope à 21h. 12€ - 8€

JUN MATSUOKA - Marquise à 23h. Gratuit

LES ELLES - Salle des Rancy à 20h30. 12€ - 9€

Plug&Play#2 : ALLIGATOR - PAN PAN PAN

Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€, pass/20€

EMEL MATHLOUTHI

Amphithéâtre Opéra de Lyon à 20h30. 16€ - 10€

ZEF - KARABEN

A Thou Bout D’Chant à 20h30. 12€ - 8€

MAGGY SMISS - MAURICE LACHANCE

Ninkasi Kafé à 22. Gratuit

MAHSSI - DJ NEEK’O

Ninkasi Sans-Souci à 20h30. Gratuit

BILLIE - LA BLANCHE - ÉVELYNE GALLET

FRANÇOIS GAILLARD …

Transbordeur dès 17h. 12€

JEAN-MICHEL COUCHET 4TET

Crescent Jazz Club à 21h. 10€

DIMANCHE 15 JANVIER

Plug&Play#2 : SLOW JOE

Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€, pass : 20€

FAÏK - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit

LUNDI 16 JANVIER

DJ CARLOS - Ninkasi Kafé à 21h30. Gratuit

MARDI 17 JANVIER

CLAIRE SABBAGH

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

SUBSTANCE SONORE - VIET SONG - Y-FULL

LaPéniche à 19h. Gratuit

PERRINE VASQUE - Espace Albert Camus à 12h30

MERCREDI 18 JANVIER

ANDY KAYES - Ninkasi Kafé à 21h. Gratuit

JEAN-PHILIPPE VIRET

Amphithéâtre Opéra de Lyon à 12h30. Gratuit

JEUDI 19 JANVIER

Plug&Play#2 : LES MARQUISES - PALOMA

Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€, pass/20€

MONSIEUR TIMIDE - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit

NATHALIE MIRAVETTE - PIERRE MARGOT

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

HYPERCLEAN - Périscope à 21h. 10€ - 6€

MICHEL JONASZ - Amphithéâtre Cité Internationale

à 20h30. 61€ - 15€

BEBEY PRINCE BISSONGO

6e Continent à 21h. 5€ - 3€

HARRY COVER vs MAGGY SMISS

Ninkasi Kafé à 19h. Gratuit

QUARTET QWAT NEUM SIXX - M.L.I.S. à 19h. Gratuit

HUGO CLARENCE - DJ NEEK’O

Ninkasi Sans-Souci à 20h30. Gratuit

VENDEURS D’ENCLUME

Train-Théâtre à 20h30. 15,5€ - 13,5€

L’ORIGINAL S’AFFICHE TOUR avec DJ DRK

Le Fil à 20h30. Gratuit

LES MUSIQUES À OUÏR

L’Arc Scène Nationale à 19h30. 10€, 03 85 55 13 11

VENDREDI 20 JANVIER

KAMI QUINTET - Périscope à 21h. 10€ - 6€

NICOLAS JAAR - VALENTIN STIP

Salle du Kao à 20h. 25€ - 23€

DJ BOOLIMIX - Marquise à 23h. Gratuit

ÉDOUARD FERLET

Amphithéâtre Opéra de Lyon à 12h30. Gratuit

NATHALIE MIRAVETTE - PIERRE MARGOT

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

Plug&Play#2 : JESUS CHRIST FASHION BARBE

MEIN SOHN WILLIAM

Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€, pass/20€

THIERRY MAILLOT

Ninkasi Croix-Rousse à 20h. Gratuit

TRIO SOULAŸRÈS - Aux Échappées Belles

à 20h30. 13€ - 10€, 04 78 94 84 12

BOYZ II MEN - Transbordeur à 20h. 40€

DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 21h. Gratuit

LES BECS BIEN ZEN - TANN

Espace Jean Carmet à 2030. 16€ - 8,5€

UKANDANZ - Le Fil à 20h30. 12€ - 8€

SAMEDI 21 JANVIER

Plug&Play#2 : BEAT MARK

HOUSE OF JOHN PLAYER

Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€, pass/20€

NATHALIE MIRAVETTE - PIERRE MARGOT

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

JEAN-PHILIPPE VIRET QUARTET À CORDES

ÉDOUARD FERLET

Amphithéâtre Opéra de Lyon à 20h30. 16€ - 10€

JUN MATSUOKA - Marquise à 23h. Gratuit

JB HADROT TRIO - Périscope à 21h. 10€ - 6€

MAGGY SMISS - MAURICE LACHANCE

Ninkasi Kafé à 22. Gratuit

DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 21h. Gratuit

CALVERTRON - MARCO DEL HORNO

PARANOÏSE COLLISION

Transbordeur à 23h30. 12€ - 10€

MAGNETIX - HAWAII SAMURAI

Clacson à 20h30. 12€ - 10€

UKANDANZ - Musée Archéologique St-Romain-en-Gal

à 20h. 6€ - 3€

LE PRINCE MIIAOU - ALTAM - TANGRAM

Le Fil à 20h30. 15€ - 8€

L’ORCHESTRE D’HOMMES-ORCHESTRES

jouent à Tom Waits

Train-Théâtre à 20h30. 19,5€ - 16€

IMPERIAL QUARTET

Crescent Jazz Club à 21h. 10€

DIMANCHE 22 JANVIER

J.C. JESS - KRYZEES - WHISKY OF BLOOD

Marquise à 20h. 5€

UKANDANZ - Périscope à 18h. 12€ - 8€

AN OLD GREEN BEAR - Ninkasi Opéra à 20h. Gratuit

IMANY - Transbordeur à 19h. 28€ - 25€

IBRAHIM MAALOUF - Le Fil à 18h. 20€ - 16€

HAWAII SAMOURAÏ - VIBROMANIACS

LaPéniche à 18h. 6,5€ - 3€

LUNDI 21 JANVIER

DJ CARLOS - Ninkasi Kafé à 21h30. Gratuit

MARDI 24 JANVIER

ARBON - À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

LA MUSGAÑA - Théâtre Astrée à 20h30. Gratuit

L’ORCHESTRE NATIONAL DE BARBÈS

Théâtre de Bourg-en-Bresse à 20h30.

22€ - 10€

MERCREDI 25 JANVIER

ANTONIN - Ninkasi Croix-Rousse à 20h. Gratuit

JEUDI 26 JANVIER

Plug&Play#2 : FABIO VISCOGLIOSO - VESPER LAND

Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€, pass/20€

GILLES DROULEZ chante Léo Ferré

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

CHEWBECARE - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit

ISABELLE BOULAY

Bourse du Travail à 20h30. 40€ - 20€

HARRY COVER vs MAGGY SMISS

Ninkasi Kafé à 19h. Gratuit

VIALKA - GILLES POIZAT SOLO

Périscope à 21h. 10€ - 6€

JORIS - DJ NEEK’O

Ninkasi Sans-Souci à 20h30. Gratuit

JULIEN CLERC

Zenith St-Étienne à 20h. 60€ - 32€

JOEL FORRESTER FRENCH QUARTET

Maison de l’Université St-Étienne à 20h30.

12€ - 8€, 06 27 49 10 99

OH PEARS ! - LaPéniche à 20h. 3€

VENDREDI 27 JANVIER

BIGA RANX - Marché Gare à 20h. 20€ - 18€

LA BLANCHE - Salle des Rancy à 20h30. 12€ - 9€

WALTER - VUE DE ROUTE - Marquise à 20h. 8€ - 6€

DJ CHYLORAMA - Marquise à 23h. Gratuit

8 eme anniversaire

du 6 e Continent

Vendredi 3 et samedi 4 février 2012

à 21h

tarif unique : 3 €

Tidiane Gaye, Aissi,

Thierno Diallo,

Mamiso & Mevah,

Cesar Allan, Cheval des 3,

DJ Lamine, Florin Dragomir,

DJ Flo, DJ Alam,

Sadoo family etc.

04 37 28 98 71

www.sixiemecontinent.net

SOLA - 6e Continent à 21h. 5€ - 3€

Plug&Play#2 : WESTERN CHOCOLAT

ERWAN PINARD

Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€, pass/20€

GILLES DROULEZ chante Léo Ferré

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

TAM DE VILLIES QUARTET - DAVID BRESSAT

Périscope à 21h. 12€ - 8€

DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 21h. Gratuit

THE SNEAKING ELEPHANTS

Nakamal à 20h30. 5€

BRIGITTE FONTAINE & ARESKI BELKACEM

Espace culturel St-Genis-Laval à 20h30. 22€ - 9€

ELODIE FRÉGÉ ET JIL CAPLAN & JC URBAIN

Briscope à 20h30. 25€ - 10€

BEBEY PRINCE BISSONGO

Allégro à 19h30. 8€ - 6€

TROUPE AFRAH + BAL - Le Fil à 20h30. 10€

SAMEDI 28 JANVIER

LA BLANCHE - Salle des Rancy à 20h30. 12€ - 9€

Plug&Play#2 : DISCO DOOM - SHEIK ANORAK

Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€, pass/20€

GILLES DROULEZ chante Léo Ferré

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

KAIMAKI - Périscope à 21h. 12€ - 8€

DALLAS PUPPEN - THE WISE GUYS

Nakamal à 20h30. 7€

DJ PHILGOOD - Marquise à 23h. Gratuit

MAGGY SMISS - MAURICE LACHANCE

Ninkasi Kafé à 22. Gratuit

LE FAKI - Salle du Kao 23h30/5h. 15€ - 12€

GIÉDRÉ - Transbordeur à 20h. 18€

DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 21h. Gratuit

BRIGITTE FONTAINE & ARESKI BELKACEM

Maison du Département Bourgoin à 20h30.

20€ - 10€, 04 74 28 05 73

SLOW JOE & THE GINGER ACCIDENT - BUTTSHAKERS

Abattoirs à 20h30. 14€ - 11€

Festival Guitare Vallée : TÉREZ MONCALM

Salle Jean Dasté - Rive-de-Gier à 20h30.

20€ - 16€, 04 77 83 07 93

JAH GAÏA - COLOCKS - Le Fil à 20h30. 12€

HEARTBEAT PARADE - MENSCH

Salle de la Blache Payzac à 21h. 10€ - 8€,

04 75 39 99 73

RENAUD GARCIA-FONS

L’Arc Scène Nationale à 20h30. 20€ - 15€,

03 85 55 13 11

DIMANCHE 29 JANVIER

MASSACRE - MASTER - MACABRE

Salle du Kao à 18h. 25€ - 22€

CHŒUR ESCALES & ATELIERS VOCAUX DE

MUSIQUE/PLURIEL

Chapelle St-Marc Lyon 2e à 17h. 10€ - 8€,

04 78 24 87 23

KEHEVIN - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit


LUNDI 30 JANVIER

DJ CARLOS - Ninkasi Kafé à 21h30. Gratuit

Plug&Play#2 : WILD PALMS

Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€, pass/20€

MARDI 31 JANVIER

NOAH LAGOUTTE

À Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€

BRATSCH - Transbordeur à 20h. 28€

JOSEPH D’ANVERS - CAMEL AROUI

Train-Théâtre à 20h30. 15,5€ - 13,5€

FESTIVALS

SAINT FONS JAZZ FESTIVAL (13E)

Divers lieux (Théâtre Jean Marais, Épicerie

Moderne, Périscope) - St-Fons - 04 78 70 47 79

Concerts, master-class, Jazz-Conférence, bœufs,

expo (FOUAD ADNANI)

17 au 28 jan. 15€ à gratuit

JAZZ À L’ÉCOLE … ET À MAINS NUES 19/01 à 19h

STÉPHANE GUILLAUME 4TET

TRIO ENCHANT(I)ER 20/01 à 20h30

LÊ QUAN NINH SOLO - LIBRE(S) ENSEMBLE

24/01 à 20h30

L’EUROPEAN JAZZ TRUMPETS feat. PIERRE

DREVET & FLAVIO BOLTRO 26/01 à 19h30

L’O.N.J. 27/01 à 20h30

P-FUNK ALL STARS DE LYON 28/01 à 20h30

LES POLY’SONS (8 E )

Théâtre des Pénitents - Place des Pénitents

Montbrison - 04 77 96 39 16

+ Fil, Théâtre Iris, Salle du Prieuré (42)

13 concerts, 27 groupes

+ Soirées Découvertes (21/01)

et Tremplin (28/01)

13 jan au 10 fév à 20h30 (ou 19h). 22€ - 5€

Théâtre des Pénitents, 04 77 96 39 16

(à 20h30 ou 19h)

NILDA FERNANDEZ - CHARLES-BAPTISTE 13/01

HUBERT MOUNIER - JERÔME VAN DEN HOLE 17/01

BRIGITTE - BILLIE 19/01

L- MANU GALURE 24/01

MONSIEUR LUNE 25/01

CHLOÉ LACAN - JOYEUX URBAINS 31/01

SANSÉVÉRINO 1er /02

DAPHNÉ 3/02

BRUNE - LISA PORTELLI 7/02

ALEX BEAUPAIN - NICOLAS FRAISSINET 10/02

Salle du Prieuré St-Just-St-Rambert (à 20h30. 8€)

PEAU 21/01

FESTIVAL LES JAZZERIES D’HIVER (2 E )

Divers lieux St-Étienne (Le Fil, Maison de

l’Université, Comédie…) - 06 27 49 10 99

UKANDANZ - IBRAHIM MAALOUF

JOËL FORRESTER etc. + Bœufs jazz

+ Conférence Miles Davis : une histoire du

jazz. Du be bop au hip-hop - 28 jan à 20h

17 jan au 3 fév

FESTIVAL GUITARE VALLÉE (9 E )

Divers lieux (13) Vallée du Gier dt St-Chamond,

Rive-de-Gier... - 04 77 75 04 19

Concerts, jeune public, projections

TANGO de Carlos Saura (98), CRAZY HEART

13 au 29 jan. 20€ à gratuit

MICHEL HENRITZI 13/01

ALAIN VÉDÈCHE + SCÈNE TREMPLIN 14/01

THE RAMBLERS 17/01

LIFE SOUNDTRACK 20/01

NENA KISSA M’R + SCÈNE TREMPLIN 21/01

PATRICE JANIA 25/01

DEEP DAWN “BASTARD BLUES” 27/01

TÉREZ MONTCALM 28/01

CLASSIQUE

MARDI 3 JANVIER

QUATUOR DEBUSSY - Mozart, Verdi, Strauss

Espace Albert Camus à 20h30. 18€ - 12€

MERCREDI 4 JANVIER

CLASSE DE PERCUSSIONS, CNSMD Lyon

Amphithéâtre Opéra Lyon à 12h30. Gratuit

JULIETTE GUIGNARD - Telemann à Cage

Salle Varèse à 15h. Gratuit

FAVORY & FOY

Théâtre de Bourg-en Bresse à 12h15. Gratuit

VENDREDI 6 JANVIER

CLASSE DE PERCUSSIONS, CNSMD Lyon

Amphithéâtre Opéra Lyon à 12h30. Gratuit

DIMANCHE 8 JANVIER

GÉZA HOSSZU-LEGOCKY / JULIUS CSIK

Brahms, Bartók, Monti, Dinicu, Kresiler

Salle Molière à 16h. 28€ à 23€, 04 78 38 09 09

LUNDI 9 JANVIER

ENM VILLEURBANNE - Mozart, Haydn

Salle Antoine Duhamel ENM Villeurbanne à 20h30.

12€ - 7€, 04 78 68 98 27

MARDI 10 JANVIER

ONL / SOLISTES DE LYON-BERNARD TÉTU /

CHŒUR D’ORATORIO DE LYON /

VINCENT WARNIER, dir. Bernard Tétu

Duruflé, Escaich, Fauré, etc.

Auditorium de Lyon à 20h. 16€ - 8€

MERCREDI 11 JANVIER

TRIO SR9 - Marthinsen, Takemitsu, Bach …

Amphithéâtre Opéra Lyon à 12h30. Gratuit

JEUDI 12 JANVIER

DÉPARTEMENT BOIS, CNSMD Lyon

Salle Varèse à 18h et 20h30. Gratuit

VENDREDI 13 JANVIER

TRIO SR9 - Marthinsen, Takemitsu, Bach …

Amphithéâtre Opéra Lyon à 12h30. Gratuit

KATIA ET MARIELLE LABÈQUE

Albéniz, Debussy, Ravel

Salle Molière à 20h30. 45€ - 23€, 04 78 47 87 56

LA CAPPELLA FORENSIS, dir. François Bernard

Bach, Dumont, Mozart, etc.

Théâtre Astrée à 20h30. 12€ - 6€

ARIANNA SAVAL

Église St-Romain - Miribel à 20h30. 20€ - 12€,

04 78 55 80 20

DÉPARTEMENTS BOIS & CORDES, CNSMD Lyon

Ravel, Prokofiev

Théâtre de Villefranche à 12h15. 13,5€ - 10€

DIMANCHE 15 JANVIER

MUSICIENS DE L’ONL - Ravel, Berlioz, Dauprat

Auditorium de Lyon à 11h. 16€ - 8€

DIANA BARONI / SARAH CORNEWAL /

DIRK BOERNER - Bach & Fils

Chapelle de la Trinité à 16h. 25€ - 10€

GUILLAUME PRIEUR

Salle Varèse à 20h30. Gratuit

LES SOLISTES DE BERNE - Bach, Mozart

Église ND de la Paix, Mâcon à 17h. 20-10€,

03 85 35 61 38

MERCREDI 18 JANVIER

ORCHESTRE SYMPHONIQUE, dir. Nicolas Janot

Bartók, Ives, Williams

Salle Antoine Duhamel Villeurbanne à 20h30.

Sur réserv. 04 78 68 98 27

EMERSON STRING QUARTET - Mozart, Bartók

Salle Molière à 20h. 35€ à 5€, 04 78 38 09 09

JEUDI 19 JANVIER

ONL & NATHALIE STUTZMANN, dir. Ilan Volkov

Berlioz, Honegger, Koechlin

Auditorium de Lyon à 20h. 36€ - 8€

ORCHESTRE SYMPHONIQUE, dir. Nicolas Janot

Bartók, Ives, Williams

Salle Antoine Duhamel Villeurbanne à 20h30.

Sur réserv. 04 78 68 98 27

SAMEDI 21 JANVIER

ONL & NATHALIE STUTZMANN,

dir. Ilan Volkov

Berlioz, Honegger, Koechlin

Auditorium de Lyon à 18h. 36€ - 8€

DIMANCHE 22 JANVIER

ORCHESTRE DES JUNIORS, dir. Antoine Marguier

Auditorium de Lyon à 16h. Gratuit

CHŒUR EMELTHÉE & ENSEMBLE IL DELIRIO

FANTASTICO, dir. Vincent Bernhardt - Bach

Église Réformée des Terreaux Lyon 1er à 17h.

20€ - 10€, 04 74 42 35 70

CLASSE D’ORGUE, CNSMD Lyon

Église de Charbonnières à 17h30. Prix libre

LUNDI 23 JANVIER

PERCUSSIONS CLAVIERS DE LYON

& ENSEMBLE VARIANCE

Pécou, Diego, Ortiz

Auditorium de Lyon à 20h. 16€ à 8€

MARDI 24 JANVIER

PHILIPPE JAROUSSKY & L’ARPEGGIATA,

dir. Christina Pluhar

Monteverdi à Piazzolla

Chapelle de la Trinité à 20h. 110€ - 40€

MUSIQUE ANCIENNE, CNSMD Lyon

Musée des Tissus à 12h30

MUSIQUE DE CHAMBRE, CNSMD Lyon

Salle Varèse à 20h30. Gratuit

MERCREDI 25 JANVIER

ADAM LALOUM

Schumann

Salle Molière à 20h30. 36€ - 18€, 04 78 47 87 56

ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE RADIO

France, dir. Myung-Whun Chung

Dusapin, Debussy, Bartók

Auditorium de Lyon à 20h. 56€ - 13€

LES PRÊTRES

Zénith St-Étienne à 20h. 39€ - 33€

JEUDI 26 JANVIER

DOROTHÉE BOCQUET / FRANÇOIS DAUDET

St-Saëns, Chopin, Mozart

Espace Écully à 20h30. 20€ - 5€, 06 85 29 11 90

JANVIER 2012

VENDREDI 27 JANVIER

ONL / CHŒUR ORFÉON DONOSTIARRA

DE SAN SEBASTIAN / LIONEL LHOTE, dir. Josep Pons

Fauré, Poulenc

Auditorium de Lyon à 20h. 46€ - 8€

SAMEDI 28 JANVIER

ONL / CHŒUR ORFÉON DONOSTIARRA

DE SAN SEBASTIAN / LIONEL LHOTE, dir. Josep Pons

Fauré, Poulenc

Auditorium de Lyon à 18h. 46€ - 8€

DIMANCHE 29 JANVIER

RÉCITAL JEUNES TALENTS

Salle Molière à 16h. 20€ à 10€, 04 78 93 62 11

MUSICIENS DE L’ONL

Haydn, Devienne, Boismortier

Auditorium de Lyon à 11h. 16€ à 8€

MARDI 31 JANVIER

CLASSE DE PERCUSSIONS, CNSMD Lyon

Takemitsu, Taïra, Tamba…

Salle Varèse à 20h30. Gratuit

SHANGAÏ PERCUSSON ENSEMBLE

& LES PERCUSSIONS DE TREFFORT

& THIERRY MIROGLIO, dir. Alain Goudard

Qin Yi, Zhang Xu-Ru

Théâtre de Bourg-en-Bresse à 20h30. 22€ - 10€

OPÉRA

SPECTACLES MUSICAUX

OPÉRA DE LYON

Place de la Comédie - Lyon 1er - 0826 305 325

JEAN d’Édouard Ferlet /

Fabrice Melquiot, Trio Viret

MS : Thissa d’Avila Bensalah

AMPHI, 19 jan à 20h30. 16€ - 10€

LE MÂLE ENTENDU,

Trio Viret / Nancy Huston / Chloé Réjon

AMPHI, 20 jan à 20h30. 16€ - 10€

Festival Puccini Plus - 27 jan au 13 fév

IL TABARRO de Puccini - MS : David Poutney

+ VON HEUTE AUF MORGEN de Schoenberg

- MS : John Fulljames, Orchestre, Chœurs et

Maîtrise de l’Opéra de Lyon, dir. Lothar Koenigs

27 jan au 7 fév, ve. sa. me. à 20h. 68€ à 13€

SUOR ANGELICA de Puccini - MS : David Poutney

+ SANCTA SUSANNA de Paul Hindemith

MS : John Fulljames, Solistes du Nouveau Studio

de l’Opéra de Lyon/Orchestre, Chœurs et Maîtrise

de l’Opéra de Lyon, dir. Lothar Koenigs

28 et 31 jan, 5 et 9 fév à 20h, di. à 16h. 68€ à 13€

GIANNI SCHICCHI de Puccini - MS : David Poutney

+ UNE TRAGÉDIE FLORENTINE de Zemlinsky

MS : Georges Lavaudant, Orchestre et Maîtrise

de l’Opéra de Lyon, dir. Lothar Koenigs

29 et 30 jan, 6 et 8 fév à 20h, di. à 16h. 68€ à 13€

N° 177

15


agenda

SALLE DES RANCY

249, rue des Rancy - Lyon 3 e - 04 78 60 64 01

DOMISILADORE, Cie Lézards Dorés

& Théâtre de l’Air - MS : Patrick Peyraud

18 au 22 jan à 20h (+ matinées), sa. di. à 16h.

6,5€ - 5,5€

THÉÂTRE DE LA CROIX-ROUSSE

Place Joannès Ambre - Lyon 4 e - 04 72 07 49 49

DOUCE & BARBE BLEUE d’après Perrault /

Emery / Aboulker, La Maîtrise & Ensemble

Instrumental de l’Opéra de Lyon,

dir. Karine Locatelli - MS : Jean-Romain Vesperini

10 et 14 jan à 20h, me. à 15h. 20€ à 10€

LE GROS, LA VACHE ET LE MAINATE

de Pierre Guillois - MS : Bernard Menez

24 au 28 jan à 20h. 30€ - 10€

MUSÉES GADAGNE

1, place du Petit Collège - Lyon 5 e - 04 37 23 60 45

LES PLAISIRS DU PALAIS, Ensemble Clément

Janequin, dir. Dominique Visse

13 jan à 20h30. 10€ - 8€

FLEUR DE SEL, Cie Fleurs de Peau

28 et 29 jan à 16h. 10€ - 8€

CNSMD

3, quai Chauveau - Lyon 9 e - 04 72 19 26 61

FLEDERMAUS de Strauss, Ensemble instrumental

& Solistes du CNSMD Lyon, dir. Philippe Forget

MS : Benoît Bénichou

19 au 22 jan à 20h3, sa. à 18h, di. à 15h. 12€

NUIT DES ESPRITS [Fantôme de l’Opéra

+ La Jeune Fille et la mort etc.]

CNSMD Lyon - Schubert, Holst, Rupert

27 jan à 19h et 22h30. Gratuit

THÉÂTRE ASTRÉE

Campus de la Doua - 6, av. G. Berger

Villeurbanne - 04 72 44 79 45

LES CARACTÈRES : VOYAGE (D)ÉTONNANT

POUR DANSEUSE ET TRIO DE MUSICIENS,

Ensemble Les Timbres & Anaïs Replumaz

Buxtehude, Marais etc.

10 jan à 20h30. Gratuit

LE TOBOGGAN

14, av. Jean Macé - Décines - 04 72 93 30 14

L’ORCHESTRE D’HOMMES-ORCHESTRES JOUE

À TOM WAITS, Cie Lhodo avec New Castle Sisters /

Gabrielle Bouthillier / Danya Ortmann

18 au 20 jan à 20h30. 20€ - 8€

CENTRE CULTUREL THÉO ARGENCE

Place Ferdinand Buisson - St-Priest

04 78 20 02 50

LA ZINGARA, Les Paladins & Cie Opéra-Théâtre,

dir. Jérôme Corréas - MS : André Fornier

21 jan à 17h. 18€ - 11€

SALLE ÉRIK SATIE

Rue Prosper Alfaric - Vénissieux - 04 72 90 11 80

PETITS VOYAGES À 4 VOIX, Traction Avant Cie

21 jan à 20h30. 10€ - 5€

MAISON DU PEUPLE

4, pl. Jean Jaurès - Pierre-Bénite - 04 78 86 62 90

MOZART ON S’EST AIMÉ, Cie Pleine Lune Pleine

Voix, dir. Laurent Touche - MS : François Jacquet

27 jan à 20h30. 14€ - 12€

ESPACE CULTUREL

SAINT-GENIS-LAVAL

8, rue des Écoles - St-Genis-Laval - 04 78 86 82 28

LA PETITE SIRÈNE d’Andersen,

Cie des Lumas & Ensemble Agora

MS : Angélique Clairand

20 jan à 19h. 8€

AUDITORIUM DE VILLEFRANCHE

96, rue de la Sous-Préfecture

Villefranche/Saône - 04 74 60 31 95

RIMBAUD VOLEUR DE FEU,

Francois René Duchâble / Alain Carré

Scarlatti, Schumann, Chopin, Beethoven etc.

vs Rimbaud

20 jan à 20h30. 20€ - 17€

MÂCON SCÈNE NATIONALE

1511, av. Ch. de Gaulle - Mâcon - 03 85 22 82 99

LA BOTTE SECRÈTE, Les Brigands,

dir. Christophe Grapperon - MS : Pierre Guillois

15 jan à 17h. 23€ - 5€

ESPACE DES ARTS

5 bis, av. Nicéphore Niepce - Chalon/Saône

03 85 42 52 12

L’OPÉRA DE QUAT’SOUS

d’après Brecht/Weill,

dir. Samuel Jean

MS : Laurent Fréchuret

26 et 27 jan à 20h. 22€ - 8€

THÉÂTRE DU VELLEIN

Av. du Driève - Villefontaine - 04 74 80 71 85

L’OPÉRA DE QUAT’SOUS d’après Brecht/Weill,

Théâtre de Sartrouville et des Yvelines - CDN

MS : Laurent Fréchuret - Dir. mus : Samuel Jean

11 au 13 jan à 20h30. 21€ - 15€

THÉÂTRE LE BEL IMAGE

Place Charles Huguenel - Valence - 04 75 78 41 70

ALBERT HERRING d’après Maupassant/Britten,

Orchestre de l’Opéra de Rouen,

dir. Laurence Equilbey

MS : Richard Brunel

7 jan à 20h. Gratuit sur réserv.

CENTRE CULTUREL LE SOU

19, rue Romain Rolland - La Talaudière

04 77 53 03 37

HAYIM, TOLEDO 1267, Canticum Novum

Conception : Emmanuel Bardon, H-C Caget

21 jan à 20h30. 13€ - 9€

JANVIER 2012

LE FIL

20, bd Thiers - St-Étienne - 04 77 34 46 40

DEMAIN JE PARTIRAI, Cie Le Dérailleur

Machinerie Théâtrale

13 jan à 19h30. Gratuit

OPÉRA THÉÂTRE DE SAINT-ÉTIENNE

Jardin des Plantes - St-Étienne - 04 77 47 83 40

RÊVERIES D’UN PROMENEUR SOLITAIRE

Orchestre des Pays de Savoie / Solistes de

Lyon-Bernard Tétu, dir. Bernard Tétu

Conception : Philippe Hersant

MS : Jean Lacornerie

24 jan à 20h. 28€ - 20€

HUMOUR

THÉÂTRE LE FOU

2, rue Fernand Rey - Lyon 1 er - 0954 09 23 93

SCHYZOZ’DIRE… ET SCHYZOZ’FAIRE (Impro)

Me. à 20h30. 7€

BOURSE DU TRAVAIL

205, place Guichard - Lyon 3e

À DEUX LITS DU DÉLIT, Arthur Jugnot

12 jan à 20h. 43€ - 36€

Max Boublil EN SKETCHES & EN CHANSONS

21 jan à 20h30. 23€

RIDEAU !, Guy Bedos

24 jan à 20h30. 49€ - 21,5€

LE PRÉSIDENT, SA FEMME ET MOI !

de Bernard Uzan

27 jan à 20h30. 37€ - 31€

ÉLISABETH BUFFET

28 jan à 20h30. 28€ - 16,8 €

DEMAISON S’ÉVADE, François-Xavier Demaison

29 jan à 16h. 41€ - 31,5€

LE RIDEAU ROUGE

1, place Bertone - Lyon 4 e - 01 48 65 97 90

LE SEXE POUR LES NULS

de Marion Gervais, Yves Richard

Jusqu’au 28 mars, lu. ma. me. à 19h45. 18€

LE MARIAGE NUIT GRAVEMENT À LA SANTÉ

d’Élodie et Pierre Léandri

Jusqu’au 31 mars, je. ve. sa. à 19h45. 20€

ESPACE GERSON

1, place Gerson - Lyon 5 e - 04 78 27 96 99

DÉCOUVERTE JEUNES TALENTS

Ts lu. à 20h30. 15€ - 11€

BAZAR, Et Compagnie

Ts ma. à 20h30. 15€ - 11€

THÉÂTRE LULU SUR LA COLLINE

60, rue Victor Lagrange - Lyon 7 e - 04 72 98 36 28

LE CLAN DES DIVORCÉES d’Alil Vardar

Jusqu’au 2 juin, ma. au ve. à 20h

+ sa. à 20h et 22h. 21€ - 15€

LA BISCOTTE

10 jan au 18 fév, ma. au ve. à 21h30, sa. à 18h.

21€ - 15€

TRANSBORDEUR

3, bd. Stalingrad - Villeurbanne - 04 78 93 08 33

À BLOCK, Thomas N’Gijol

12 jan à 20h. 26€ - 24€

MATCH D’IMPRO THÉÂTRALE : LYON/BELGIQUE

avec la Lily

29 jan à 16h. 22€ - 18€

MJC Ô TOTEM

Hors les murs Espace Baudelaire - 9 bis, av. Gal Leclerc

Rillieux-la-Pape - 04 37 85 01 50

ARTISTO, Stéphane Delvaux & Cie Rirolarmes

27 jan à 20h30. 15€ - 12€

L’AQUEDUC

1, ch. de la Liasse - Dardilly - 04 78 35 98 03

ALEX LUTZ

27 jan à 20h30. 15€ - 7€

LE BRISCOPE

Parc de l’Hôtel de Ville - Brignais - 04 78 05 31 13

JEAN-LUC LEMOINE MAN SHOW

20 jan à 20h30. 28€ - 15€

CENTRE CULTUREL JEAN MOULIN

Place Jean Moulin - Mions - 04 72 23 26 10

LA CONVERSATION DE LA CIGOGNE, Trinidad

27 jan à 20h30. 15€ - 12€

SALLE LA FRUITIÈRE / BOIS DU BARON

7 bis, rue des Docteurs Vacher - St-Laurent-de-Mure

04 72 48 07 24

ÇA VA MALE !, Stéphanie Bruzzese

13 jan à 20h30. 10€ - 8€

LE SÉMAPHORE, THÉÂTRE D’IRIGNY

CC Champvillard - Rue de Boutan - Irigny

04 72 30 47 90

NUIT BLANCHE CHEZ FRANCIS

d’après Francis Blanche, La Belle Équipe

13 et 14 jan à 20h30. 16€ - 8€

SALLE POLYVALENTE

Av. du professeur Tixier - Bourgoin-Jallieu

04 74 28 05 73

PETITS CHOCS DE CIVILISATIONS, Fellag

7 jan à 20h30. 20€ - 10€

SALLE JEANNE D’ARC

16, rue Jean-Claude Tissot - St-Étienne

04 77 20 04 86

À BLOCK, Thomas N’Gijol

13 jan à 20h30. 26€

N.E.C.

9, rue Claudius Cottier - St-Priest-en-Jarez

04 77 74 41 81

À DEUX LITS DU DÉLIT

20 jan à 20h. 22€ - 7€

THÉÂTRE DE VILLEFRANCHE

Place de la Sous-Préfecture - Villefranche

04 74 68 02 89

PETITS CHOCS DES CIVILISATIONS, Fellag

16 et 17 jan à 20h30. 26,5€ - 17€

ARTS DU CIRQUE

ARTS DE LA RUE

TNG

23, rue de Bourgogne - Lyon 9 e - 04 72 53 15 15

Festival Ré-Génération (6 e )

CIRQUE DÉJÀ VU, Cia La Baldufa

8 et 9 jan, di. à 16h

LE POLARIS

Av. de Corbetta - Corbas - 04 72 51 45 55

DES MARCHES, Cie VireVolt

Conception : Martin, Aurélie Cuvelier

13 jan à 20h30. 14€ - 8€

LE NEUTRINO

Hôtel de Ville - Place du Gal de Gaulle - Genas

04 72 47 11 69

LE BARON PERCHÉ d’après Italo Calvino,

Cirque Aléatoire

Mise en piste : Raymond Fiabane

17 jan à 18h30. 7,1€

THÉÂTRE DE VIENNE

4, rue Chantelouve - Vienne - 04 74 85 00 05

CIRQUE DÉJÀ VU, Cie La Baldufa

11 jan à 15h. 9€ - 7€

THÉÂTRE DE BOURG-EN-BRESSE

11, pl. Grenette - Bourg-en-Bresse - 04 74 50 40 00

LE SOMMEIL DE LA LUNE, Cie du 13 e Quai

Conception, chor : Guillaume Bertrand

19 et 20 jan à 20h30. 22€ - 10€

THÉÂTRE LE BEL IMAGE

Place Charles Huguenel - Valence - 04 75 78 41 70

ICI.

Conception : Jérôme Thomas, Pierre Bastien,

Markus Schmid

4 et 5 jan à 20h. 21€ - 8€

THÉÂTRE / CONTES

MARRIONNETTES

SPECTACLES CROISÉS

CARRÉ 30

12, rue Pizay - Lyon 1er - 04 78 39 74 61

MÉMOIRE DE ZINC

5 au 15 jan à 20h30, di. à 17h30. 14€ - 9€

DRACULA d’après Bram Stocker, Cie Broutille

MS : Nicolas Guépin

18 au 29 jan à 20h30, di. à 17h30. 14€ - 9€

ESPACE 44

44, rue Burdeau - Lyon 1er - 04 78 39 79 71

MR KOLPERT de David Gieselmann,

Cie du Théâtre Debout

10 au 22 jan à 20h30, di. à 16h. 15€ - 10€

BRÛLER [L’ODYSSÉE D’UN HOMME AU BORD

DU MONDE], Cie Kraft

Texte & MS : Karim Demnatt

24 jan au 12 fév à 20h30, di. à 16h. 15€ - 10€

L’ÉTOILE ROYALE

17, rue Royale - Lyon 1er - 04 78 39 21 68

HISTOIRE DE FEMMES

d’après Philippe Minyana - MS : Pierre Bianco

17 au 29 jan à 20h30, di. à 17h30. 15€ - 8€

LES CLOCHARDS CÉLESTES

51, rue des Tables Claudiennes - Lyon 1er 04 78 28 34 43

LILI d’après Clarisse Nicoïdski, Cie I.R.E.A.L

Conception : Mathilde Arnaud, David Hazbroucq

9 au 28 jan à 20h, lu. à 19h, di. à 17h. 14€ - 7€

LES SUBSISTANCES

8 bis, quai St-Vincent - Lyon 1er - 04 78 39 10 02

ODETTE, APPORTEZ-MOI MES MORTS !

d’après Roland Barthes

Kastôragile

MS : Gilles Pastor

10 au 14 jan à 20h. 13€ - 6€

THÉÂTRE DE L’INTERVALLE

21, rue Royale - Lyon 1er - 04 78 76 11 96

LES VAGUES de Virginia Woolf, Cie le Coracle

4 au 8 jan à 20h30, me. je. à 19h30, di. à 16h30.

14€ - 10€

MADAME de Rémi de Vos, Cie Annabé

MS : Olivier Degorgue

11 au 15 jan à 20h30, me. je. à 19h30,

di. à 16h30. 14€ - 10€

HUIS CLOS de Sartre

MS : Jean-François Moulin

18 au 22 jan à 20h30, me. je. à 19h30,

di. à 16h30. 14€ - 10€

L’INVENTIONNEUR, Cie Le Chromosome 42

Texte & MS : Rémy S.

25 au 29 jan à 20h30, me. je. à 19h30,

di. à 16h30. 14€ - 10€

THÉÂTRE LE FOU

2, rue Fernand Rey - Lyon 1er - 0954 09 23 93

LES MUSES ORPHELINES de Michel-Marc

Bouchard, Cie Atmosphères

MS : Florence Mallet & Jacqueline Jacot

12 au 15 jan + 24 au 26 fév à 20h30, di. à 18h.

13€ - 9€

RÊVER PEUT-ÊTRE de JC Grumberg,

Cie Essentiel Ephémère

MS : Renaud Rocher

19 au 29 jan + 9 au 12 fév à 20h30, di. à 18h.

13€ - 9€

CÉLESTINS, THÉÂTRE DE LYON

4, rue Charles Dullin - Lyon 2 e - 04 72 77 4000

À L’OUEST - Texte & MS : Nathalie Fillion

13 au 21 jan à 20h, di. à 16h. 34€ - 10€

À L’OMBRE de Pauline Sales - MS : Philippe Delaigue

17 au 27 jan à 20h30, di. à 16h30. 20€ - 11€

LE MAÎTRE DES MARRIONNETTES, TNBA &

Théâtre national des Marionnettes du Vietnam

MS : Dominique Pitoiset

27 jan au 5 fév à 20h, di. à 16h. 3€ - 10€

THÉÂTRE LES ATELIERS

3, rue Petit David - Lyon 2 e - 04 78 37 46 30

CAISSES UN ENDROIT FRAIS DANS LA CERVELLE

d’après Christophe Tarkos - MS : Thierry Bordereau

10 au 18 jan à 20h. 20€ - 10€

THÉÂTRE DES MARRONNIERS

7, rue des Marronniers - Lyon 2 e - 04 78 37 98 17

KRACH BLUES [Témoignages et chansons de la

Grande dépression de 1929], Cie Hélianthe

Conception : Laura Desprein

12 au 30 jan à 20h30, di. à 17h, lu. à 19h.

15€ - 11€

BOURSE DU TRAVAIL

205, place Guichard - Lyon 3 e

LES MONTAGNES RUSSES d’Éric Assous

MS : Jean-Luc Moreau

11 jan à 20h30. 42€ - 37€

PLUIE D’ENFER de Keith Huff - MS : Benoît Lavigne

18 jan à 20h. 40,5€ - 38,5€

LE PETIT PRINCE de St-Exupéry

MS : Stéphane Pezerat

20 jan à 20h. 34€ - 28€

THÉÂTRE DE LA CROIX-ROUSSE

Place Joannès Ambre - Lyon 4 e - 04 72 07 49 49

LE GRAND INQUISITEUR de Dostoïevski,

Collectif La Meute - MS : Thierry Jolivet

4 au 7 jan à 20h. 8€

LA BALLADE DU VIEUX MARIN,

d’après S.T. Coleridge, Cie Les 7 Sœurs

MS : Catherine Hargreaves

17 au 21 jan à 20h. 16€ - 10€

TEMPÊTE SOUS UN CRÂNE de Victor Hugo,

Cie Air de Lune - MS : Jean Bellorini

31 jan au 5 fév à 19h, di. à 15h. 25€ - 10€

THÉÂTRE DES MARRIONNETTES

GUIGNOL DE LYON

2, rue Louis Carrand - Lyon 5 e - 04 78 28 92 57

GUIGNOL PART EN IMPRO

14 et 15, 21 et 22 jan à 15h. 10€ - 5€

GUIGNOL CHEZ MME ZONZON

d’après JC Grumberg

28 et 29 jan à 15h. 10€ - 5€

THÉÂTRE DU POINT DU JOUR

7, rue des Aqueducs - Lyon 5 e - 04 78 15 01 80

INTROSPECTION de Peter Handke

+ APPEL AU SECOURS [Hilfe Rufe]

MS : Gwenaël Morin

16 au 28 jan à 20h30, lu. me. je. à 1çh30. 20€ - 10€

DE L’AUTRE CÔTÉ DU PONT

25, crs Gambetta - Lyon 7 e - 04 78 95 14 93

CONTES D’AMOUR ET DE SAGESSE,

Alain Cangina / François Bénichou

22 jan à 18h. 1 conso

LE CROISEUR

4, rue Croix Barret - Lyon 7 e - 04 72 71 42 26

UNE FENÊTRE d’Edward Bond

+ EXTERMINATION DU PEUPLE OU MON FOIE

N’A PAS DE SENS de Werner Schwab

+ LE CHAGRIN DES OGRES de Fabrice Murgia

+ ROCHE, PAPIER, COUTEAU

de Marilyn Perrault - Dir, MS : Salvadora Parras

10 au 13 jan à 20h30. 10€ - 3€

NTH8 / NOUVEAU THÉÂTRE DU 8E

22, rue Cdt Pégout - Lyon 8 e - 04 78 78 33 30

ANDROMACA REAL de Ximena Escalante

Mise en scène : Sylvie Mongin-Algan

11 au 14 jan à 20h. sa. à 17h

ACTE 2 THÉÂTRE

32, quai Arloing - Lyon 9 e - 04 78 83 21 71

À QUOI ON JOUE ? de Sabine Roger,

Cie Maloscène - MS : MaLo Lopez

4 au 28 jan, me.sa. à 10h. 10€ - 8€

TNG

23, rue de Bourgogne - Lyon 9 e - 04 72 53 15 15

Festival Ré-Génération (6 e )

Création théâtrale sous ttes ses formes - 10 jours,

12 cies, 5 pays -Fr, It, Esp, Québec…

& autres projets émergents

(Cie Les Yeux Gourmands, Nième Cie..)

5 au 14 jan. Pass/14€ - 11€, +3€/spect. en plus

LES CONSTRUCTEURS, Cie Les Transformateurs

MS : Nicolas Ramond

5 jan à 14h30 et 19h30

CAPPUCETTO ROSSO ET LE LOUP SOLITAIRE,

Cie Coltelleria Einstein

MS : Fabio Comana/Giorgio Boccassi

6 et 7 jan, ve. à 14h30 et 20h, sa. à 17h

DES MARCHES, Cie VireVolt

Conception : Aurélie & Martin Cuvelier

7 jan à 20h

CAPSES, Cie Laitrum Conception : Toti Toronell

7 et 8 jan à 17h et 18h + di. à 15h et 16h

LE GRAND VOYAGE DE L’HOMME PETIT,

Cie En Bonne Compagnie

MS : Carole Gentil / Carlo Bondi

9 et 10 jan à 19h30, ma. à 20h

S’EMBRASENT, Théâtre Bluff - MS : Éric Jean

10 jan à 14h30 et 19h30

MONSTRES #1, Cie Bande d’Art et d’Urgences

MS : Corine Méric

11 et 12 jan, me. à 15h, je. à 10h


LES AVENTURES GRANDIOSES DE LA VAILANTE

JOHANNA EPÉDBOIS, Theater Mummpitz

MS : Alex Byrne

12 jan à 14h30 et 19h30

LA FÊTE, QUI PRENDRA LE PISTOLET ?,

Cia Rodisio - MS : Manuela Capece / Davide Doro

13 jan à 20h

MILLE MORCEAUX DE MOI, Ak Entrepôt

MS : Laurence Henry

13 et 14 jan, ve. à 10h et 14h30, sa. à 18h

DES CENDRES SOUS LES TOILES, Cie Des Gentils

MS : Aurélien Villard

14 jan à 20h

THÉÂTRE ASTRÉE

Campus de la Doua - 6, av. G. Berger

Villeurbanne - 04 72 44 79 45

DIRE PEUT ÊTRE,

Cie Le Songe d’une Planche à Vif

MS : Grégoire Blanchon

18 au 20 jan à 20h30, me. à 19h30. 12€ - 6€

+ Ciné-club LE DISCOURS D’UN ROI de Tom Hooper

16 jan à 19h

C.C.O.

39, rue Courteline - Villeurbanne - 06 64 09 41 43

LA PUTAIN RESPECTUEUSE de JP Sartre,

Cie Leila Soleil - MS : Hadda Djaber

24 au 29 jan à 20h, di. à 16h.

MJC VILLEURBANNE

46, crs Damidot - Villeurbanne - 04 78 87 87 83

LA CONTEUSE ET SON ROI NU

de Patrick Dubost, Cie Chiloé

MS : Isabelle Paquet

25 au 27 jan à 14h30. 6€

THÉÂTRE DE L’IRIS

331, av. de Préssensé - Villeurbanne

04 78 68 86 49

LE MALADE IMAGINAIRE, La Face Nord Cie

MS : Jérôme Sauvion

6 au 8 jan à 20h. 14€ - 11€

LA MÉNAGERIE DE VERRE

de Tennessee Williams, Cie Marche au Vol

MS : Serge Pillot

17 au 21 jan à 20h. 14€ - 11€

LE LOUP DANS MON ŒïL GAUCHE, Cie de l’Iris

MS : Philippe Clément

31 jan au 5 fév à 20h, di. à 16h. 14€ - 11€

TNP

8, place Lazare-Goujon - Villeurbanne

04 78 03 30 00

ROMÉO ET JULIETTE de Shakespeare

MS : Olivier Py

6 au 13 jan à 20h, di. à 16h. 23€ - 13€

MA CHAMBRE FROIDE, Cie Louis Brouillard

Texte & MS : Joël Pommerat

10 au 21 jan à 20h. 23€ - 13€

JE DISPARAIS d'Arne Lygre

MS : Stéphane Braunschweig

24 au 28 jan à 20h. 23€ - 13€

LE TOBOGGAN

14, av. Jean Macé - Décines - 04 72 93 30 14

QUARTIER LOINTAIN d’après Jiro Taniguchi,

Cie STT - MS : Dorian Rossel

31 jan et 1 er fév à 20h30. 20€ - 8€

ESPACE BAUDELAIRE

83, av. de l’Europe - Rillieux-la-Pape

04 37 85 01 50

MONDES ANIMÉS, Théâtre du Mantois

Conception : Hoa-Lan Scremin, Christophe Lebond

18 jan à 15h. 10€ - 4€

CENTRE CULTUREL CHARLIE CHAPLIN

Place de la Nation - Vaulx-en-Velin

04 72 04 81 18/19

TARTUFFE de Molière, Luca Théâtre

MS : Laurent Vercelletto

18 au 27 jan à 20h30, me. je. à 19h30. 13€ - 8€

L’AVARE de Molière, Cie Tàbola Rassa

Conception : Jordi Bertran / Olivier Benoît /

Miquel Gallardo

31 jan et 1 er fév à 19h30, me. à 15h. 11€ - 5€

LE NEUTRINO

Hôtel de Ville - Place du Gal de Gaulle - Genas

04 72 47 11 69

MACBETH d’Eugène Ionesco,

Cie Les Dramaticules

MS : Jérémie le Louët

20 jan à 20h30. 15,3€ - 8,2€

L’ORANGERIE

MJC Le Trait d’Union - Route du Stade

Reyrieux - 04 74 00 13 39

VARIATIONS ÉNIGMATIQUES d’E.E. Schmitt,

Cie Les Affamés

MS : Gilles Droulez

20 jan à 20h30. 10€ - 6€

LE POLARIS

Av. de Corbetta - Corbas - 04 72 51 45 55

ALBUM DE FAMILLE, Cie du Sans Souci

+ OH BOY !, Théâtre du Phare MS : Olivier Letellier

+ JE SUIS ARMÉE D’UNE INCROYABLE PATIENCE

d’Émilie Beauvais, Théâtre de Romette

MS : Julien Geskoff

+ DANS LA PEAU DU RENARD, Annie Gallay etc.

21 jan dès 18h30. 17€ - 10€

ESPACE JEAN POPEREN

135, rue de la République - Meyzieu

04 72 45 18 51

LE DINDON de Feydeau, Cie de l’Iris

MS : Philippe Clément, Serge Pilot

22 jan à 16h. 18€ - 15€

CENTRE CULTUREL THÉO ARGENCE

Place Ferdinand Buisson - St-Priest

04 78 20 02 50

PACAMAMBO de Wajdi Mouawad,

Cie Les Yeux Gourmands - MS : Véronique Chatard

Hors les Murs, 9 et 10 jan (se renseigner)

ÉLECTRE SE RÉVEILLE

+ ANDROMACA de Ximena Escalante, Les Trois-Huit

MS : Sylvie Mongin-Algan

27 jan à 19h30. 18€ - 11€

ESPACE ALBERT CAMUS

1, rue Maryse Bastié - Bron - 04 72 14 63 40

ERENDIRA d’après Garcia Marquez,

Cie Premier Acte - MS : Sarkis Tcheumlekdjian

20 jan à 20h30. 18€ - 12€

DERNIÈRES NOUVELLES DE LA MER,

Cie Et Demain / Bloom et Océanopolis

Texte & MS : Emmanuel Suarez

25 jan à 15h. 8€ - 5€

THÉÂTRE DE VÉNISSIEUX

8, bld Laurent Gérin - Vénissieux - 04 72 90 86 68

URBIK / ORBIK de Lorris Murrail /

Philip K. Dick, Cie Haut et Court

MS : Joris Mathieu

12 et 13 jan à 20h. 18€ - 11€

THÉÂTRE JEAN MARAIS

53, rue Carnot - St-Fons - 04 78 67 68 29

LES FEMMES SAVANTES d’après Molière,

La Fabrique à Théâtre - MS : Jean-Denis Monory

6 jan à 20h30. 13€ - 6€

THÉÂTRE DE LA RENAISSANCE

7, rue Orsel - Oullins - 04 72 39 74 91

BABA - Conception, cuisine,

MS : Delphine Bailleul-Mirelaridaine

17 et 20 jan à 19h. 18€ - 6€

LE MISANTHROPE de Molière, La Nouvelle Cie

MS : Nicolas Liautard

17 au 20 jan à 20h. 20€ - 12€

+ Débat Consonances «Et vous trouvez ça

drôle : l’humour ça sert à quoi ?»

9 jan à 19h

Y ES-TU ?, La Cie S’appelle Reviens

MS : Alice Laloy

27 jan à 19h. 20€ - 6€

LE SÉMAPHORE, THÉÂTRE D’IRIGNY

CC Champvillard - Rue de Boutan - Irigny

04 72 30 47 90

DES SOURIS ET DES HOMMES

de John Steinbeck

MS : Jean-Philippe Évariste, Philippe Ivancic

20 jan à 20h30. 16€ - 8€

LE BRISCOPE

Parc de l’Hôtel de Ville - Brignais - 04 78 05 31 13

BOTTES DE PRINCE ET BIGOUDIS, Cie Loba

31 jan à 19h30. 10€ - 7€

THÉÂTRE DE L’ATRIUM

35, av. du 8 Mai - Tassin - 04 78 34 70 07

MACBETT de Ionesco, Cie des Dramaticules

MS : Jérémie Le Louët

19 jan à 20h30. 15€ - 8€

LA REINE DES NEIGES d’après Andersen,

Cie Ecuador - MS : Jean Lacornerie

25 jan à 15h30. 6€

ESPACE ÉCULLY

7, rue Jean Rigaud - Écully - 04 78 33 64 33

LE BARBIER, LE MAJOR ET LE NEZ d’après Gogol,

Cie Semelle de Vent et Label Cosaque

MS : Nadine Douriaud

18 jan à 15h. 4€

THÉÂTRE DE VILLEFRANCHE

Place de la Sous-Préfecture - Villefranche

04 74 68 02 89

LA REINE DES NEIGES d’après Andersen,

Cie Ecuador & Sarah Lavaud

MS : Jean Lacornerie

7 jan à 15h et 17h30. 13,5€ - 10€

LE SONGE D’UNE NUIT D’ÉTÉ

d’après Shakespeare feat. Laetitia Shériff,

Cie l’Unijambiste

Conception, MS : David Gauchard

23 et 24 jan à 20h30. 23€ - 14€

THÉÂTRE DE BOURG-EN-BRESSE

11, place Grenette - Bourg-en-Bresse

04 74 50 40 00

PACAMAMBO de Wajdi Mouawad,

Cie Les Yeux Gourmands - MS : Véronique Chatard

Hors Les murs à définir, 12 jan à 19h. 22€ - 10€

L’Instant T

7 au 13 jan à 19h et 21h. 12€ - 8€,

pass/20€ - 15€

LES TRAGIQUES d’après Racine, Corneille et

Euripide, Théâtre de la Citadelle - 7/01 à 19h

LOUIS BRABANT L’ESCROC FABULEUX,

Cie Anibar et Artphonème - 7/01 à 21h

IDYLLES, Cie des Infortunes 9/01 à 19h

EN ATTENDANT MARIE d’après Victor Hugo,

Groupe La Galerie - 9/01 à 21h

LA FEMME DANS LE COFFRE, Cie For 11 jan à 19h

MERCI, Crazy People 11/01 à 21h

UBU ENCHAÎNÉ d’après Alfred Jarry

MS : Dan Jemmett

27 et 28 jan à 20h30. 22€ - 10€

MÂCON SCÈNE NATIONALE

1511, av. Ch. de Gaulle - Mâcon - 03 85 22 82 99

FANTASIO + ON NE BADINE PAS AVE L’AMOUR

de Musset, Th. de la Tentative

MS : Benoît Lambert

20 jan à 20h30. 23€ - 13€

ESPACE DES ARTS

5 bis, av. Nicéphore Niepce - Chalon/Saône

03 85 42 52 12

PINOCCHIO d’après Carlo Collodi,

Cie Louis Brouillard - MS : Joël Pommerat

7 jan à 20h. 22€ - 8€

INVISIBLE - Texte & MS : Nasser Djemaï

17 et 18 jan à 20h. 22€ - 8€

L'ARC,

SCÈNE NATIONALE LE CREUSOT

Esplanade François Mitterrand - Le Creusot

03 85 55 13 11

LES BORGNES OU LE COLONIALISME INTÉRIEUR

BRUT de Mustapha Benfodil, Cie El Ajouad

MS : Kheireddine Lardjam

12 et 13 jan à 20h30. 20€ - 15€

+ Expo BRUNO BOUDJELAL

Jours Intranquilles (photos) - 12 jan au 18 mars

LYS MARTAGON de Sylvain Levey,

Cie Les Veilleurs - MS : Émilie Le Roux

26 jan à 19h30. 10€

ESPACE CULTUREL GEORGES SAND

Rue des Marronniers - St-Quentin-Fallavier

04 74 95 56 01

TOURS ET DÉTOURS, Cie Émilie Valantin

MS : Émilie Valantin

23 jan à 18h30. 8€ - 6€

THÉÂTRE DU VELLEIN

Av. du Driève - Villefontaine - 04 74 80 71 85

LA COURTISANE AMOUREUSE ET AUTRES

CONTES GRIVOIS d’après Lafontaine,

Cie Émilie Valantin

MS, marionnettes : Émilie Valantin

18 au 20 jan à 20h30. 17€ - 12€

JUNGLES

Conception, MS : Patrice Thibaud, Susy Firth,

Michèle Guigon

24 au 26 jan à 20h30. 21€ - 15€

THÉÂTRE DE GIVORS

2, rue Puits Ollier - Givors - 04 72 24 25 50

AU-DELÀ DU VOILE de Simone Benaïssa,

Cie de l’Arcade - MS : Agnès Renaud

20 jan à 20h30. 13€ - 8€

BURLESCOFONIC’ / Jean-Pierre Caporossi

28 jan à 15h. 13€ - 4€

THÉÂTRE DE VIENNE

4, rue Chantelouve - Vienne - 04 74 85 00 05

Festival Ré-Génération

LES TERRIENS, Théâtre Craie

Texte, conception, MS : Claire Rengade

17 au 19 jan à 20h30. 20€ - 10€

CAPPUCCETTO ROSSO ET LE LOUP SOLITAIRE

de Giorgio Boccassi,

Cia Teatrale Coltelleria Einstein

MS : Fabio Comana / Giorgio Boccassi

25 jan à 15h et 18h. 9€ - 7€

LA FABRIQUE

78, av. Maurice-Faure - Valence - 04 75 78 41 70

4.48 PSYCHOSE de Sarah Kane

MS : Valérie Marinese

9 au 13 jan à 20h. 21€ - 12€

+ Répétition publique, 5 jan à 19h

THÉÂTRE LE BEL IMAGE

Place Charles Huguenel - Valence - 04 75 78 41 70

MEINE FAIRE DAME

MS : Christoph Marthaler

12 et 13 jan à 20h. 21€ - 12€

PLEASE KILL ME de McNeil /

McCain, Sentimental Bourreau

Conception, MS : Mathieu Bauer

18 et 19 jan à 20h. 21€ - 12€

URBIK / ORBIK de Lorris Murrail /

Philip K. Dick, Cie Haut et Court

MS : Joris Mathieu

24 et 25 jan à 20h. 21€ - 12€

L’ORAL ET HARDI de Jean-Pierre Verheggen

MS : Jacques Bonnaffé

Comédie Itinérante, 07 et 26, 4 au 15 jan à 20h

LE CAS DRÔME-ARDÈCHE, Laurent Petit

MS : Charles Altorffer

Comédie Itinérante, 07 et 26, 18 au 25 jan à 20h

TRAIN-THÉÂTRE

1, rue Aragon - Portes-lès-Valence - 04 75 57 14 55

L’ADOPTÉE de Joël Jouanneau, Cie Lardenois & Cie

MS : Dominique Lardenois

25 jan à 18h30. 9€ - 6€

THÉÂTRE DE LA VILLE

Place de l’Hôtel de Ville - Valence - 04 75 78 41 70

TRIBUNE 2 / EN UN MOT JE RÊVE

[M-L King, Vàclav Havel, Élie Wiesel…],

Collectif Artistique de la Comédie de Valence

& Pio Marmaï

28 jan à 20h. 21€ - 12€

GUANTANAMO de Franck Smith

MS : Éric Vigner

31 jan au 3 fév à 20h. 21€ - 12€

N.E.C.

9, rue Claudius Cottier - St-Priest-en-Jarez

04 77 74 41 81

LE DINDON… COURT

MS : Guy Giroud

27 jan à 20h. 22€ - 7€

SALLE JEANNE D'ARC

16, rue Jean-Claude Tissot - St-Étienne

04 77 25 01 13

LE PETIT PRINCE de St-Exupéry

MS : Stéphane Pezerat

17 jan à 20h. 29€ - 25€

LA COMÉDIE DE SAINT-ÉTIENNE

7, av. Émile Loubet - St-Étienne - 04 77 25 14 14

TORI NO TOBU TAKASA

de Michel Vinaver / Ozira Hirata

MS : Arnaud Meunier

3 au 7 jan à 20h. 20€ - 11€

LA NUIT JUSTE AVANT LES FORÊTS

de Bernard-Marie Koltès

MS : Patrice Chéreau - Chor : Thierry Thieû Niang

11 au 13 jan à 20h. 20€ - 11€

LE PROBLÈME de François Bégaudeau

MS : Arnaud Meunier

19 au 28 jan à 20h, di. à 16h. 20€ - 11€

ERWAN ET LES OISEAUX d’après Tarjei Vesaas,

Chat Borgne Théâtre - MS : Jean-Yves Ruf

31 jan et 2 fév à 10h et 14h30, 1er à 20h. 20€ - 6€

LECTURES / RENCONTRES

CONFÉRENCES

CARRÉ 30

12, rue Pizay - Lyon 1 er - 04 78 39 74 61

ANNE-LISE BLANCHARD + MICHEL DUNAND

24 jan à 20h. 8€ - 5€

LES ARCHIVES MUNICIPALES DE LYON

18, rue Dugas-Montbel - Lyon 2 e - 04 78 92 32 50

Ces drôles de caractères

dans les imprimés du XVI e siècle

9 jan à 18h15. Gratuit

Autour de la revue Golias - 12 jan à 18h30

«La presse alternative à l’épreuve des utopies

et l’émancipation sociale»

Colloque international, 19 au 21 jan

Micro-édition, diffusion directe, prix libre

et info kiosque - 26 jan à 18h30

AUDITORIUM DE LYON

149, rue Garibaldi - Lyon 3 e - 04 78 95 95 95

Autour du Festival French Kiss

& la musique française

13, 20, 27 jan et 3 fév à 12h30. Gratuit

THÉÂTRE DE LA CROIX-ROUSSE

Place Joannès Ambre - Lyon 4 e - 04 72 07 49 49

Quand le Peuple agit :

Révoltes, Révolutions, Réformes

NICOLAS BAVEREZ / PAUL JORION /

SOPHIE WAHNICH

12 jan à 20h30. 5€ à gratuit

MUSÉES GADAGNE

1, place du Petit Collège - Lyon 5 e - 04 78 42 03 61

Gastronomie :

l’indispensable transmission des savoirs

21 jan à 14h30. Gratuit

MUSÉE GALLO-ROMAIN

17, rue Cléberg - Lyon 5 e - 04 72 38 49 30

Se soigner par les plantes ?

Le point de vue du médecin antique.

19 jan à 19h. Gratuit

CNSMD

3, quai Chauveau - Lyon 9 e - 04 72 19 26 61

Le son comme instrument de mesure

19 jan à 18h

CAFÉTÉRIA DU CROUS

Campus de la Doua - Bâtiment Astrée

6, av. G. Berger - Villeurbanne - 04 72 44 79 45

Pouvons-nous vivre sans passion

ou sans fanatisme ?

16 jan à 18h30. Gratuit

LE RIZE

23/25, rue Valentin-Haüy - Villeurbanne

04 37 57 17 17

Villeurbanne, le socialisme municipal ...

et la part des militants - 12 jan à 19h

N’ayons pas peur du mot “populaire”

26 jan à 19h

Des palais pour le peuple ?

Modèles, circulations et réseaux

27 jan 9h/17h

JANVIER 2012

N° 177

agenda

Compagnie Hélianthe

Krach Blues

Témoignages et chansons

de la Grande Dépression de 1929

12 au 30 janvier

Réservations 04 78 37 98 17

Théâtre des Marronniers

www.theatre-des-marronniers.com

17


agenda

MÉDIATHÈQUE /ESPACE BAUDELAIRE

83, av. de l’Europe - Rillieux-la-Pape

04 37 85 01 50

SI LE MONDE ÉTAIT UN VILLAGE…,

Cie La Fille du Pêcheur

17 jan à 19h30. Gratuit

PLANÉTARIUM DE VAULX-EN-VELIN

Place de la Nation - Vaulx-en-Velin

04 78 79 50 12

L’UNIVERS, UN ÉTERNEL DÉFI

19 jan à 20h. 5€

CENTRE CULTUREL THÉO ARGENCE

Place Ferdinand Buisson - St-Priest

04 78 20 02 50

Les rendez-vous de la Fabrique de Théâtre #3

(Karin Serres+ Cie Traversant 3)

9 jan à 18h30 et 20h30. Gratuit

MÉDIATHÈQUE / L’AQUEDUC

1, ch. de la Liasse - Dardilly - 04 78 35 98 02

NANOTECHNOLOGIES : sciences de l’infiniment

«petit», quel regard faut-il porter ?

Doit-on en avoir peur ?

21 jan à 10h30. Gratuit

18 N° 177 JANVIER 2012

MÉDIATHÈQUE ÉCULLY

1, av. E. Aynard - Écully - 04 72 18 10 02

LA MODERNISATION DES MUSÉES

17 jan à 19h

MAISON DU PEUPLE

4, pl. Jean Jaurès - Pierre-Bénite - 04 78 86 62 90

Hugo, Rimbaud, Eluard etc.

par GEORGES CHICH

12 jan à 19h30. Gratuit

THÉÂTRE DU VELLEIN

Av. du Driève - Villefontaine - 04 74 80 71 85

LA PHYSIQUE DU FOOTBALL

16 jan à 19h. 5€

MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE

Route Départementale 502 - St-Romain-en-Gal

04 74 53 74 01

LE GOÛT DE L’ANTIQUE DANS LA PEINTURE

DU XIX E SIÈCLE

5 jan à 20h. Gratuit

CINÉMA

FESTIVAL LES INATTENDUS (8 E )

L’Élysée - 14, rue Basse-Combalot - Lyon 7 e

04 78 61 71 18

FESTIVAL DE FILMS (TRÈS) INDÉPENDANTS

90 films, documentaires, ciné expérimental,

art vidéo, courts-métrages

+ programmes thématiques et séances spéciales

(L'atelier des cinéastes -Pierre Merejkowsky,

Kaspar Film… / Cinémas partagés / Territoires

argentiques / Images en révoltes)

20 au 28 jan. Gratuit

FESTIVAL INTERNATIONAL

DU FILM POLAIRE

École Normale Supérieure de Lyon - Amphi

Charles Mérieux - 46, allée d’Italie - Lyon 7 e

01 73 01 40 59

10 films en compétitions, focus cinéma Inuit,

documentaires scientifiques etc.

LA VOIE DU PÔLE de Thierry Robert

LE VOYAGE D’INUK de Mike Magidson (09) etc.

21 et 22 jan dès 14h. 6€, 2J/10€

FESTIVAL UN POING C’EST COURT (10 E )

Cinéma Les Amphis, Vaulx-en-Velin - 04 78 79 17 29

Festival du Film Court Francophone

60 courts métrages, 24 films en compétition

+ Carte blanche à un réalisateur, Soirée

Parent/Enfant tout au long de la vie, Soirée Utopie,

Nuit du court-métrage etc.

14 au 21 jan

THÉÂTRE LES ATELIERS

3, rue Petit David - Lyon 2 e - 04 78 37 46 30

LE MÉPRIS de Godard (Fr, 63)

26 jan à 19h. Sur réserv.

AUDITORIUM DE LYON

149, rue Garibaldi - Lyon 3 e - 04 78 95 95 95

PRIX DE BEAUTÉ d’Augusto Genina, ONL,

dir. Timothy Brock - Mus : Timothy Brock

12 et 14 jan, je. à 20h, sa. à 18h. 16€ - 8€

MUSÉES GADAGNE

1, place du Petit Collège - Lyon 5 e - 04 78 42 03 61

L’AILE OU LA CUISSE de Claude Zidi

20 jan à 20h30. 3€ sur réserv.

LE RIZE

23/25, rue Valentin-Haüy - Villeurbanne

04 37 57 17 17

2084 de Chris Maker - L’AVENIR NE TOMBERA

PAS DU CIEL de JL Cohen + Débat

19 jan à 19h

TNP

8, pl. Lazare-Goujon - Villeurbanne - 04 78 03 30 00

ROGER PLANCHON, HOMME DE DÉFI

17 jan à 20h. Gratuit sur réserv.

PLANÉTARIUM DE VAULX-EN-VELIN

Place de la Nation - Vaulx-en-Velin - 04 78 79 50 12

LES VISITES GUIDÉES DU CIEL

Me. sa. di. à 11h, 14h et 15h30

+ di. à 17h. 6,5€ - 4€

DANSE

LE CROISEUR

4, rue Croix Barret - Lyon 7 e - 04 72 71 42 26

MÉDÉE MOSAÏQUE, Cie Les Hallumeurs

Chor : Chloé Romera

18 au 20 jan à 20h30. 10€ - 3€

PARTITION 5, Une Cie Sans Nom

Chor : Julie Valsells

26 et 27 jan à 20h30. 10€ - 3€

MAISON DE LA DANSE

8, av. Jean Mermoz - Lyon 8 e - 04 72 78 18 00

VAMOS AL TIROTEO

[Versiones de un tiempo pasado]

Chor, dir. art : Rafaela Carrasco

19 au 22 jan à 20h30, di. à 15h. 30€ - 20€

+ Projection Flamenco se scribe con jota de

Luc Riolon (10) - 19 au 21 jan

ROOSTER - Chor : Barak Marshall

25 au 29 jan à 20h30, me. à 19h30, di. à 15h.

30€ - 20€

+ Projection Gestures of Sand (60) - 25 au 28 jan

VIOLET KID - Chor : Hofesh Shechter

+ CREATION 2011 - Chor : Crystal Pite,

Cedar Lake Contemporary Ballet

31 jan au 5 fév à 20h30, me. à 19h30, di. à 15h.

35€ - 26€

+ Projection BACKSTAGE AT CEDAR LAKE

de Caleb Custer (11) - 31 jan au 4 fév

LE TOBOGGAN

14, av. Jean Macé - Décines - 04 72 93 30 14

HENRIETTE ET MATISSE, Kelemenis & Cie

Conception & chor : Michel Kelemenis

24 et 28 jan, me. à 15h, sa. à 17h. 12€ - 6€

ESPACE ALBERT CAMUS

1, rue Maryse Bastié - Bron - 04 72 14 63 40

BOXE BOXE, Cie Käfig & Quatuor Debussy

Chor : Mourad Merzouki

7 au 11 jan à 20h30, di. à 17h. 21€ - 15€

SALLE ÉRIK SATIE

Rue Prosper Alfaric - Vénissieux - 04 72 90 11 80

OMPHALOS 0°, Traction Avant Cie

Texte & MS : Lionel Alès

31 jan à 20h30, 1 er fév à 15h. 10€ - 5€

THÉÂTRE DE VÉNISSIEUX

8, bld Laurent Gérin - Vénissieux - 04 72 90 86 68

ENCORE QUELQUES ILLUSIONS, Cie Propos

Chor, MS : Denis Plassard

26 et 27 jan à 20h. 18€ - 11€

LE SÉMAPHORE, THÉÂTRE D’IRIGNY

CC Champvillard - Rue de Boutan - Irigny

04 72 30 47 90

IMAGO.MUE, Cie Litécox

Chor : Daisy Fel

27 jan à 20h30. 15€ - 7,5€

THÉÂTRE DU VELLEIN

Av. du Driève - Villefontaine - 04 74 80 71 85

REFRACTION + RASA, Alonzo King Lines Ballet

Chor : Alonzo King

30 et 31 jan à 20h30. 25€ - 18€

THÉÂTRE DE VILLEFRANCHE

Place de la Sous-Préfecture - Villefranche

04 74 68 02 89

ASPHALTE, Cie Dernière Minute

Chor : Pierre Rigal

10 et 11 jan à 20h30, me. à 19h30. 26,5€ - 17€

MÂCON SCÈNE NATIONALE

1511, av. Ch. de Gaulle - Mâcon - 03 85 22 82 99

PLACE AUX HOMMES !

KRAFF, Johanny Bert / Yan Raballand

+ EJ, Ennio Sammarco / Josselin Varengo

+ POUR TOUT L’OR DU MONDE, Olivier Dubois

10 jan à 20h30. 23€ - 5€

VALSE EN TROIS TEMPS, CFB 451

Chor : Christian et François Ben Aîm

Hors les Murs -à Cuizery, Verzé et Massilly,

24 au 26 jan à 20h30. 23€ - 13€

ESPACE DES ARTS

5 bis, av. Nicéphore Niepce - Chalon/Saône

03 85 42 52 12

SARABANDE + PIERCED + STRAVINSKY VIOLIN

CONCERTO, Ballet de l’Opéra de Lyon

Chor : George Balanchine / Benjamin Millepied

13 jan à 20h. 22€ - 8€

K.RUSH

Chor : Pál Frenák

31 jan à 20h. 22€ - 8€

L'ARC, SCÈNE NATIONALE LE CREUSOT

Esplanade François Mitterrand - Le Creusot

03 85 55 13 11

ROMÉO ET JULIETTE, Malandain

Ballet de Biarritz

Chor : Thierry Malandain

21 jan à 20h30. 20€ - 15€

EXPOSITIONS

ARCHIPEL

21, place des Terreaux - Lyon 1 er - 04 78 30 61 04

PART DREAM

Jusqu’au 26 fév, ma. au di. 13h/19h. Gratuit

L’ATELIER DU CROQUE-MOT

122, Montée de la Grande Côte - Lyon 1 er

MARIE-JEANNE SAËZ - Le mur des autres

3 au 28 jan déc, tlj 14h/19h

BF 15

11, quai de la Pêcherie - Lyon 1 er - 04 78 28 66 63

ÉRIC HATTAN

Les poissons, selon l’arrivage du jour

Jusqu’au 21 jan, me. au sa. 14h/19h

GALERIE FRANÇOISE BESSON

10, rue de Crimée - Lyon 1 er - 06 07 37 45 32

DANIEL CLARKE - Bootleg Vol.1

Jusquau 21 jan, me. au sa. 14h30/19h,

me. au sa. 14h30/19h

AMRP

35, rue Burdeau - Lyon 1 er - 0950 45 85 75

06 72 53 70 34

BOVAGNET - GAZIER - METZGER - SERMONAT

STOCARD

Jusqu’au 28 jan, me. au sa. 15h/19h

GALERIE FRANÇOISE SOUCHAUD

35, rue Burdeau - Lyon 1 er - 06 87 95 17 98

CHRISTINE TROUILLET - Ineffable présence

Jusqu’au 28 jan, me. au ve. 15h/19h,

sa. 14h30/19h30

GALERIE LE RÉVERBÈRE

38, rue Burdeau - Lyon 1 er - 04 72 00 06 72

KLEIN + 10 COLLECTIONNEURS

Jusqu’au 7 jan, me. au sa. 14h/19h

GALERIE HENRI CHARTIER

41, rue Burdeau - Lyon 1 er - 04 72 44 02 58

40 ARTISTES 40 ŒUVRES 1 PRIX UNIQUE

[Josef Ciesla - Stéphane Guénier - Lionel Pratt

Jean Raine etc.]

Jusqu’au 15 jan, ma. au sa. 10h/19h30

JEAN RAINE

22 jan au 17 mars, ma. au sa. 10h/19h30

GALERIE PHOTOSTAGE

1, rue Camille Jordan - Lyon 1 er - 0952 50 96 81

JEAN-MARC BOUCHERET - L’Envers des Choses

1 er jan au 25 mars, lu. au ve. 10h/18h

GALERIE REGARD SUD

1/3, rue des Pierres Plantées - Lyon 1 er

04 78 27 44 67

NABIL BOUTROS - Égypte(s) au présent

Jusqu’au 3 jan, ma. au sa. 14h/19h

MAPRA

9, rue Paul Chenavard - Lyon 1 er - 04 78 29 53 13

DAMIEN HUGONNARD - FLORIANNE VUILLAMY

26 jan au 11 fév, ma. au sa. 14h30/18h30

+ me. je. ve. 10h/12h30

MUSÉE DES BEAUX-ARTS

20, place des Terreaux - Lyon 1 er - 04 72 10 17 40

L’ATELIER D’ÉTIENNE MARTIN

MARCEL MICHAUD, le poids du monde

Jusqu’au 23 jan, me. au lu. 10h/18h,

ve. 10h30/18h. 7€ - 4€

me. au lu. 10h/18h, ve. 10h30/18h. 7€ - 4€

LES ARCHIVES MUNICIPALES DE LYON

18, rue Dugas-Montbel - Lyon 2 e - 04 78 92 32 50

L’UNIVERSITÉ DANS LA VILLE

«Aujourd’hui - Demain - Hier»

Jusqu’au 25 fév, ma. au sa. 13h/18h

50 ANS DE PRESSE ALTERNATIVE À LYON

ET DANS SA RÉGION

Jusqu’au 25 fév, lu. 11h/17h,

ma. au sa. 8h30/18h, sa. 13h/18h

MUSÉE DES TISSUS

ET DES ARTS DÉCORATIFS

34, rue de la Charité - Lyon 2 e - 04 78 38 42 02

ICÔNE DE MODE

Jusqu’au 25 mars, ma. au di. 10h/17h30

sf jrs fériés. 10€ - 5,5€

TISSE TOUJOURS,

TON ÉTOFFE EST MON DRAPEAU !

Les soieries produites à Lyon pendant la révolte

des canuts (1831)

Jusqu’au 22 jan, ma. au di. 10h/17h30

sf jrs fériés. 10€ - 5,5€

ANTHROPOMETRIA

Mode et Science / Naoki Takizawa

Jusqu’au 8 jan, ma. au di. 10h/17h30 sf jrs

fériés. 10€ - 5,5€

MUSÉE DE L’IMPRIMERIE

13, rue de la Poulaillerie - Lyon 2 e - 04 78 37 65 98

TOUT LE MONDE CONNAÎT ROGER EXCOFFON

Jusqu’au 19 fév, me. au di. 9h30/12h - 14h/18h.

5€ - 3€

BIBLIOTHÈQUE DE LA PART-DIEU

30, bd Vivier-Merle - Lyon 3 e - 04 78 62 18 00

LES SUDRE, UNE FAMILLE DE PHOTOGRAPHES

Jusqu’au 21 jan, ma. au ve. 10h/19h, sa. 10h/18h

ma. au ve. 10h/19h, sa. 10h/18h

GALERIE IUFM CONFLUENCE(S)

5, rue Anselme - Lyon 4 e - 04 72 07 30 74

HOMMAGE À CHRISTIAN CALLIGAROT

43 artistes à la galerie

Jusqu’au 13 jan, lu. au ve. 9h/18h, sa. 14h30/18h

lu. au ve. 10h/18h, sa. 14h30/18h

LA BRÈCHE, ESPACE D’ART

5, place St-Jean - Lyon 5 e - 04 78 42 48 71

JACKY CHEVASSON

9 au 28 jan, ma. au ve. 10h/12h-14h/21h,

lu. 14h/21h, sa. 9h/12h-14h/19h

MUSÉES GADAGNE

1, place du Petit Collège - Lyon 5 e - 04 78 42 03 61

MUSÉE D’HISTOIRE DE LYON

& MUSÉE DES MARIONNETTES DU MONDE

COLLECTIONS PERMANENTES

Me. au di. 11h/18h30. 8€ - 4€

GOURMANDISES !

Histoire de la gastronomie à Lyon

Jusqu’au 29 avr, me. au di. 11h/18h30. 8€ - 4€

+ Déjeuner-bavardage avec Jacotte Brazier

12 jan à 12h30

+ Balades Urbaines, Lyon la Gastronome

22 jan à 15h. 5€, sur réserv. 04 72 10 30 30

Philibert de l’Orme et Girard Desargues

Deux grands architectes et théoriciens lyonnais

Jusqu’au 25 mars, me. au di. 11h/18h30

MUSÉE GALLO-ROMAIN

17, rue Cléberg - Lyon 5 e - 04 72 38 49 30

COLLECTIONS PERMANENTES

Plus de cinq siècles de découvertes

Ma. au di. 10h/18h. 4€ - 2,5€

LA MÉDECINE À L’ÉPOQUE ROMAINE

Jusqu’au 22 av, ma. au di. 10h/18h. 4€ à gratuit

+ Parcours singulier - 19 jan à 15h (+2€)

+ Carte blanche à un botaniste

8 jan 14h30/17h30

+ Carte blanche PAX AUGUSTA

29 jan 14h30/17h45

GALERIE ROGER TATOR

36, rue d’Anvers - Lyon 7 e - 04 78 58 83 12

ÉMILIEN ADAGE - En attendant le dépannage

Jusqu’au 17 fév, lu. au ve. 14h/19h

MUSÉE URBAIN TONY GARNIER

4, rue des Serpolières - Lyon 8 e

ENVERS L’ENDROIT, L’ESPACE URBAIN

À LÉPREUVE DE LART

Jusqu’au 28 jan, ma au sa. 14h/18h. 8€ à gratuit

INSTITUT D’ART CONTEMPORAIN

11, rue Docteur Dolard - Villeurbanne

04 78 03 47 00

JOACHIM KOESTER - Of Spirits and Empty Spaces

Jusqu’au 19 fév, me. au di. 13h/19h. 4€ - 2,5€

LE RIZE

23/25, rue Valentin-Haüy - Villeurbanne

04 37 57 17 17

LE PALAIS DU TRAVAIL [Histoire du projet social

et politique de Lazare Goujon, Années 30]

Jusqu’au 25 fév, ma. au sa. 12h/19h, je. 17h/21h.

Gratuit

+ Visites Focus - 7 jan à 15h, 12, 19 et 26 à 18h30

LE TRANSBORDEUR

3, bd Stalingard - Villeurbanne - 04 78 93 08 33

RICHARD BELLIA - Un œil sur la musique

18 jan au 3 avr, ts soirs de concerts

LA FERME DU VINATIER

CH Le Vinatier - 95, bd Pinel - Bron - 04 37 91 51 11

DU NUNAVIK À L’AMAZONIE,

LE POUVOIR DE L’INVISIBLE

Peuples autochtones des Amériques :

regards croisés sur la «Folie»

18 jan au 6 juil, ma. au ve 14h/17h,

sa. di. 14h/18h. 3€ à gratuit

MARIONNETTES D’HIER ET D’AUJOURD’HUI,

D’ICI ET D’AILLEURS

Marionnettes contemporaines

et du monde de la Cie Les Zonzons

10 jan au 2 mars, ma. au ve 14h/17h,

sa. di. 14h/18h

CENTRE D’ARTS PLASTIQUES

Centre Léon Blum - Rue de la Rochette

St-Fons - 04 72 09 20 27

SARAH TRITZ - 25 ans

Jusqu’au 28 jan, ma. au sa. 14h/18h

MAISON DE LA RENCONTRE

21, rue E. Aynard - Écully - 04 78 33 64 33

IL ÉTAIT UNE FOIS… LE CONTE

Expos autour du conte et littérature russes

Jusqu’au 28 jan.

MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE

Route Départementale 502 - St-Romain-en-Gal -

04 74 53 74 01

COLLECTIONS PERMANENTES

Ma. au di. 10h/18h. 4€ - 2,5€, je. free

LES MOSAÏQUES DE SYRIE

Jusqu’au 8 jan, ma. au di. 10h/18h. 3€ à gratuit (je.)

MUSÉE DE BOURGOIN-JALLIEU

17, rue Victor Hugo - Bourgoin-Jallieu

04 74 28 19 74

GEORGES ROUSSE - L’œil du Prince

Jusqu’au 22 jan, ma. au di. 10h/12h - 14h/18h.

4€ - 2,5€

MAISON D’IZIEU, MÉMORIAL

DES ENFANTS JUIFS EXTERMINÉS

70, rte de Lambraz - Izieu (01) - 04 79 87 21 05

MÉMORIAL DES ENFANTS JUIFS EXTERMINÉS

Photos, dessins, lettres, extraits films

lu. au ve. de 9h à 17h, sa. di. 10h à 18h. 5€ - 3€

MONASTÈRE ROYAL DU BROU

Église & musée - 63, bd du Brou

Bourg-en-Bresse - 04 74 22 83 83

COLLECTIONS PERMANENTES

(peintures, sculptures, mobilier, etc.)

Tlj 9h/12h-14h/17h

MUSÉE D’ART MODERNE

Rue Fernand Léger (La Terrasse)

St-Priest-en-Jarez - 04 77 79 52 52

HOMMAGE À VICKY REMY

Jusqu’au 29 jan, me. à lu. 10h/18h. 6€ - 4€,

gratuit 1 er di. du mois

BERTRAND LAVIER - LOIS WEINBERGER

LÁSZLO FEHÉR - ANDREI MOLODKIN

E-CITÉ - BUCAREST

Une scène artistique roumaine

Jusqu’au 5 fév, me. à lu. 10h/18h. 6€ - 4€,

gratuit 1 er di. du mois

MONUMENTAL ?

Jusqu’au 19 août, me. à lu. 10h/18h. 6€ - 4€,

gratuit 1 er di. du mois


L I E U X D E C O N C E R T S

6 e Continent - 51, rue St-Michel - Lyon 7 e - 04 37 28 98 71

Abattoirs - Route de L’Isle d’Abeau - Bourgoin - 04 74 19 14 20

Acte 2 Théâtre - 32, quai Arloing - Lyon 9 e - 04 78 83 21 71

Agend’Arts - 4, rue Belfort Lyon 4 e

Allégro - Place de la République - Miribel - 04 78 55 80 20

Antre-Autre Caf - 11, rue Terme - Lyon 1 er - 04 72 07 89 96

Aqueduc : chemin de la Liasse - Dardilly - 04 78 35 98 03

À Thou Bout d'Chant - 2, rue de Thou - Lyon 1 er - 04 72 98 28 22

Amphithéâtre Astrée - 6,av. Gaston Berger - Villeurbanne - 04 72 43 19 11

Auberge La Buissonnière - Courzieu - 04 74 70 87 48

Auditorium de Lyon - 149, rue Garibaldi - Lyon 3 e - 04 78 95 95 95

Bar L’Absynthe - 22, rue de Flesselles - Lyon 1 er - 06 76 72 14 26

Bastringue - 14, rue Laurencin - Lyon 2 e

Bistro Fait Sa Brocante - 3, rue Dumenge - Lyon 4 e - 04 72 07 93 47

Boulangerie du Prado - 69, rue Sébastien Gryphe - Lyon 7 e - 06 21 21 41 33

Boulevardier - 5, rue de la Fromagerie - Lyon 1 er - 04 78 28 48 22

Bourse du Travail - Place Guichard - Lyon 3 e

Briscope - Parc de l’Hôtel de Ville - Brignais - 04 78 05 31 13

C.C.O. - 39, rue Courteline - Villeurbanne - 04 78 93 41 44

Café du Bout du Monde Brotteaux - 120, rue Bugeaud - Lyon 6 e - 04 72 74 44 82

Carré 30 - 12, rue Pizay - Lyon 1 er - 04 78 39 74 61

Casa Musicale - 1, ch. de Fontenay - Lyon St-Rambert - Vergoin - 06 14 02 81 40

Cave à Musique - 119, rue Boulay - Mâcon - 03 85 21 96 69

Caveau du Chien à 3 Pattes - Croix-Rouge - Belleville - 04 74 66 14 61

Centre Charlie Chaplin - Place de la Nation - Vaulx-en-Velin - 04 72 04 81 18

Centre Culturel Aragon - 88, crs de Verdun - Oyonnax - 04 74 81 96 80

Centre Culturel Théo Argence - Pl. Ferdinand Buisson - Saint-Priest - 04 78 20 02 50

Chapelle de la Trinité - 31, rue de la Bourse - Lyon 1 er - 04 78 38 09 09

Château Rouge - 1, route de Bonneville - Annemasse - 04 50 43 24 25

Citron - 20, rue St-Georges - Lyon 5 e - 04 78 37 63 97

Clacson - 10, rue Orsel - Oullins - 04 72 39 74 93

Clef de Voûte - 1, place Chardonnet - Lyon 1 er - 04 78 28 51 95

Comédie de Valence - Place Charles-Huguenel - 26 000 Valence - Tél 04 75 78 41 71

Cocotte Minute - 4, rue Belfort - Lyon 4 e - 04 72 00 96 412

Crescent Jazz Club - 83, rue Rambuteau - Mâcon - 03.85.39.08.45

De l’Autre Côté du Pont - 25, cours Gambetta - Lyon 7 e - 04 78 95 14 93

DV1 - 6, rue Violi - Lyon 1 er - 06 61 64 43 69

Épicerie Moderne - Ctre Léonard de Vinci - pl. R. Lescot - Feyzin - 04 72 89 98 70

Espace Albert Camus - 1, rue M. Bastié - Bron - 04 72 14 63 40

Espace Baudelaire - 83, av. de l’Europe - Rillieux-la-Pape - 04 37 85 01 50

Espace Double Mixte - La Doua - 43, bld du 11 Nov. 1918 - Villeurbanne - 04 72 44 60 19

Espace Jean Carmet - Bld du Pilat - Mornant - 04 78 44 03 12

Espace Culturel Saint-Genis-Laval - 8, rue des Écoles - St-Genis-Laval - 04 78 86 82 28

Espace des Arts - 5 bis, av. Nicéphore Niepce - Châlon-sur-Saône - 03 85 42 52 12

Espace St-Germain - 30, av. Général Leclerc - Vienne

Espace Tonkin - 1, av. Salvador Allende - Villeurbanne - 04 78 93 11 38

Étoile Royale - 17, rue Royale - Lyon 1 er - 04 78 39 95 66

Fée Verte - 4, rue Pizay - Lyon 1 er - 04 78 28 32 35

Fnac Bellecour - 85, rue de la République - Lyon 2 e - 04 72 40 49 49

Fnac Part-Dieu - 17, rue du Docteur Bouchut - Lyon 3 e - 04 78 71 87 00

Grrrnd Gerland - 40, rue Pré-Gaudry - Lyon 7 e

Grrrnd Vaise - 69, rue Gorge de Loup - Lyon 9 e

Hall C - Plaine Achille - St-étienne - 04 77 48 76 16

Halle Tony Garnier - 20, place Antonin Perrin - Lyon 7 e - 04 72 76 85 85

Hot Club de Lyon - 26, rue Lanterne - Lyon 1 er - 04 78 39 54 74

Îlo Café d’Expression - RN 89 - Rte de Lyon - St-Genis l’Argentière - 04 74 72 26 12

Jazz Du Bout du Monde - 3, rue d’Austerlitz - Lyon 4 e - 04 72 98 39 08

Jonkafé - 21, rue Pasteur - Lyon 7 e - 04 72 76 99 53

Johnny’s Kitchen - 48, rue St-Georges - Lyon 5 e - 04 78 37 94 13

Karavan Théâtre - 60, rue de la République - Chassieu - 04 37 42 14 40

Kraspek Myzik - 20, montée St-Sébastien - Lyon 1 er - 04 69 60 49 29

K-Barré - 34, rue Raulin - Lyon 7 e - 04 72 71 44 40

Kotopo - 14, rue René Leynaud - Lyon 1 er - 04 72 07 75 49

Laboratoire - 25, petite rue de la Cocarde- Vienne

L’Apéro Rock - 31, rue Ste-Geneviève - Lyon 6 e - 06 63 95 09 94

L’Atmosphère - 9, montée des Carmélites - Lyon 1 er - 04 78 28 68 76

L’Atrium - 3, av. des Cosmos - Tassin-la-Demi-Lune - 04 78 34 70 07

L’Atribut - 122, rue Marietton - Lyon 9 e - 04 72 29 10 66

LaPéniche - 52, quai St-Cosme - Chalon/Saône - 03 85 94 05 78

Le 13 Espace d’Interventions - 13, rue Leynaud - Lyon 1 er - 06 03 94 23 14

Le Fil - 20/22, bld Thiers - St-Étienne - 04 77 34 46 40

Le Rize - 23/25, rue Valentin-Haüy – Villeurbanne – 04 37 57 17 17

Le Sou - 19, rue Romain Rolland - La Talaudière - 04 77 53 03 37

Les Trois Gaules - 10, rue Burdeau - Lyon 1 er - 04 72 87 08 25

Les Valseuses - 1, rue Chappet - Lyon 1 er

L'Impromptu Kafé - 7 place Colbert - Lyon 1 er - 06 61 18 67 24 / 06 17 52 45 75

Luminier - 50, rue de la République - Chassieu - 04 78 90 88 21

Lyon’s Hall - 21, rue Joannes Carret - Lyon 9 e - 06 61 43 45 35

Mâcon Scène Nationale - 1511, av. Ch. de Gaulle - Mâcon - 03 85 22 82 99

Maison de la Rencontre - 21, av. Aynard - Écully - 04 78 33 64 33

Maison du Peuple - 4, place Jean Jaurès - Pierre-Bénite - 04 78 86 62 90

Marché Gare - 34, rue Casimir Périer - Lyon 2 e - 04 78 38 49 69

Marquise - Quai Augagneur - Lyon 3 e - 04 72 61 92 92

Médiathèque de Vaise - Place Valmy - Lyon 9 e - 04 72 85 66 20

Mjc Aragon - Place Gaillard Romanet - Bron - 04 78 26 87 25

MJC Le Cadran - 15, chemin de Feyzin - Vénissieux - 04 72 50 00 69

Mjc de Chazelles - rue Joanny-Désage - Chazelles/Lyon - 04 77 54 29 21

Mjc Jean Cocteau - 23, rue du 8 Mai - St-Priest - 04 78 20 07 89

Mjc Ô Totem - 11, av. G. Leclerc - Rillieux - 04 78 88 94 88

Mjc de Ste Foy-lès-Lyon - 112, av. Foch - Ste Foy-lès-Lyon 04 78 59 66 71

Mjc de Tassin - 16, av. de Lauterbourg - Tassin - 04 78 34 28 78

Moulin de Brainans - Poligny - 03 84 37 50 40

Nakamal - 36, av. Joannès Masset / Angle rue L. Loucheur - Lyon 9 e - 04 78 47 20 16

Nec - St Priest-en-Jarez - 04 77 74 41 81

agenda

Ninkasi / Kafé / Kao - 267, rue Marcel Mérieux - Lyon 7 e - 04 72 76 89 00

Nouveau Théâtre Beaulieu - 28, bld de la Palle - St-Étienne - 04 77 46 31 66

Opéra National de Lyon - 1, place de la Comédie - Lyon 1 er 04 72 00 45 45

Palais des spectacles - Bld Jules Janin - St-Étienne - 04 77 49 47 81

Péniche Loupika - 47, Quai Rambaud - Lyon 2 e - 04 72 41 75 24

Périscope - 13, rue Delandine - Lyon 2 e - 04 78 42 63 59

Plateforme - Face au 4, quai Augagneur - Lyon 3 e - 04 37 40 13 93

Polaris - Av. de Corbetta - Corbas - 04 72 51 45 55

Pub des Capucins - 5, place des Capucins Lyon 1 er - 06 76 37 63 67

Radiant - 1, rue Jean Moulin - Caluire - 04 78 23 84 02

Rail Théâtre - 69, rue Gorge de Loup - Lyon 9 e

Salle 3000 - Cité Internationale - 50, quai Charles de Gaulle - Lyon 6 e

Salle Aristide Briand - Jardin des Plantes - Av. Antoine Pinay - St-Chamond - 04 77 31 04 41

Salle Genton - 21, rue Genton - Lyon 8 e - 04 37 90 55 93

Salle Gérard Philipe - 46, crs de la République - Villeurbanne - 04 78 85 79 97

Salle des Iris - montée des Roches - Francheville - 04 78 59 66 66

Salle Jean Carmet - Mornant - 04 78 44 05 17

Salle Jeanne d'Arc - 16, rue Jean-Claude Tissot - St- Étienne - 04 77 25 01 13

Salle Léo Ferré/MJC Vieux Lyon - 5, place St-Jean - Lyon 5 e - 04 78 42 48 71

Salle Molière - 18-20, quai de Bondy - Lyon 5 e

Salle Rameau - 29, rue de la Martinière - Lyon 1 er

Salle des Rancy - 249, rue Vendôme - Lyon 3 e - 04 78 60 64 01

Salle Varèse - CNSMD - 3, quai Chauveau - Lyon 9 e - 04 72 19 26 59

Sémaphore - Chemin de Boutan - Irigny - 04 72 30 47 90

Sirius - face 21, quai Augagneur - Lyon 3 e - 04 78 71 78 71

Sonic - Péniche Mascaret, face au 4, quai des Étroits - Lyon 5 e - 04 78 38 27 40

Soucoupe - 4, rue Mourguet - Lyon 5 e - 04 78 38 31 25

Studio Club - 29, cours d’Herbouville - Lyon 4 e - 04 72 10 15 35

Subsitances - 8, quai St-Vincent - Lyon 1 er - 04 78 39 10 02

Tannerie - 123, place de la Vinaigrerie - Bourg-en-Bresse 04 74 21 04 55

Théâtre Antique Vienne - rue Pipet - Vienne - 0892 702 007

Théâtre Astrée - Campus de la Doua - 6, av. G. Berger

Villeurbanne - 04 72 44 79 45 / 04 72 43 19 11

Théâtre de Givors - 2, rue Puits Ollier - Givors - 04 72 24 25 50

Théâtre des Pénitents - Place des Pénitents - Montbrison - 04 77 96 39 16

Théâtre de Vénissieux - 8, bld. Laurent-Gérin - Vénissieux - 04 72 90 86 68

Théâtre de Villefranche - Pl. de la Sous-Préfecture Villefranche - 04 74 68 02 89

Théâtre du Vellein - Av. du Driève - Villefontaine - 04 74 80 71 85

Théâtre Jean Marais - 53, rue Carnot - Saint-Fons 04 78 67 68 29

Théâtre Jean-Vilar - 12, rue de la République – Bourgoin-Jallieu - 04 74 28 05 73

Toboggan - 14, avenue Jean Macé - Décines - 04 72 93 30 00

Toï Toï le Zinc - 17/19, rue Marcel Dutartre - Villeurbanne - 04 37 48 90 15/06 87 15 52 82

Train Théâtre - 1, rue Aragon - Portes-lès-Valence - 04 75 57 14 55

Transbordeur - 3, bld Stalingrad - Villeurbanne - 04 72 43 09 99

Trokson - 110, montée de la Grande Côte - Lyon 1 er - 04 78 28 52 43

Zenith - St-Étienne - Rue Scheurer Kestner - St-Étienne

JANVIER 2012

N° 177

Publicité offerte par le support

19

More magazines by this user
Similar magazines