3 Le Joyau Noir

nihon.ryouri.asia

3 Le Joyau Noir

des difficultés à se tenir en selle. Ils manquèrent à plusieurs

reprises de se faire surprendre par des ornithoptères ou des

patrouilles lancées à leur recherche. Ils prirent soin

d’abandonner sur les routes qui partaient du fleuve les cadavres

des Granbretons qu’ils avaient abattus et forcèrent l’armée du

Ténébreux Empire à les emprunter.

Comme l’avait supposé Hawkmoon, Meliadus ne consacra

pas suffisamment de temps à cette guérilla pour y mettre fin.

Son impatience d’atteindre la Kamarg l’emportait sur la haine

qu’il éprouvait à l’égard d’Hawkmoon, et sans doute pensait-il

qu’une fois conquises les terres du comte Airain il lui serait

facile de se débarrasser du jeune duc.

Une seule fois, les deux hommes faillirent s’affronter.

Hawkmoon et ses cavaliers passaient entre les tentes et les feux

de camp, frappant au hasard, avant de s’enfuir au galop, lorsque

Meliadus surgit, à la tête d’un détachement de loups. Il aperçut

Dorian, qui mettait à mort deux soldats empêtrés dans la toile

d’une tente abattue, et fondit sur lui, l’épée haute.

Le jeune homme releva la tête et, de son sabre, arrêta le

coup. Un sourire ironique sur les lèvres, il força l’autre à reculer.

— Grand merci, baron Meliadus, lança-t-il. Les soins dont

vous m’avez entouré, lors de mon séjour à Londra, semblent

avoir décuplé mes forces…

— Oh ! Hawkmoon, répliqua le Granbreton, contenant à

grand-peine la rage qui faisait trembler sa voix, j’ignore de

quelle manière vous êtes parvenu à échapper au Joyau Noir,

mais sachez que vous connaîtrez un sort mille fois plus horrible

que celui qui vous attendait, quand j’aurai soumis la Kamarg et

que je vous aurai à nouveau capturé.

Tout à coup, le jeune homme engagea la pointe de sa lame

sous la garde du sabre de Meliadus et, d’un mouvement du

poignet, le lui arracha des mains. Il s’apprêtait à frapper,

lorsqu’il s’aperçut qu’un fort parti de soldats granbretons

arrivait vers lui au triple galop.

— Il est temps pour moi de prendre congé, baron. Mais je me

souviendrai de votre promesse… quand vous serez mon

prisonnier.

123

More magazines by this user
Similar magazines