3 Le Joyau Noir

nihon.ryouri.asia

3 Le Joyau Noir

Mille voix, mille chœurs.

Hawkmoon gémit. À l’autre extrémité de la table, le vieux

von Villach fit sonner sa coupe contre un flacon vide.

— D’accord avec lui ! Pourquoi pas La Montagne sanglante ?

C’est une très bonne…

L’empereur libère

Le blanc messager

Qui, fendant les airs,

Disparaît au cœur

Du soleil brûlant,

De l’astre embrasé,

Et au firmament

Meurt pour l’empereur.

Hawkmoon se mit péniblement debout, essaya vainement de

parler à Noblegent, puis s’écroula en travers de la table,

bousculant flacons et coupes.

— Il est ivre ? demanda von Villach, méprisant.

— Il est souffrant ! cria Yisselda. Il est malade !

— Je ne crois pas que ce soit le vin, intervint le comte. (Il se

pencha sur le jeune homme et lui souleva la paupière.) De toute

façon, il est inconscient.

Airain releva la tête et adressa un sourire à Noblegent. Le

poète le lui rendit, avant de hausser les épaules.

— J’espère que vous ne vous trompez pas, ami, lança-t-il.

Hawkmoon resta toute la nuit dans un état comateux.

Lorsqu’il s’éveilla, au matin, il trouva Noblegent à son chevet. Le

poète-philosophe jouait aussi le rôle de médecin au château

Airain. Le jeune homme ignorait toujours si sa perte de

conscience était due à la boisson, au Joyau Noir ou à Noblegent.

Il se sentait faible et son front était brûlant.

— La fièvre, monseigneur, murmura le poète. Mais, n’ayez

crainte, nous vous guérirons.

Ce fut au tour d’Yisselda d’entrer dans la pièce. Elle s’assit

près du malade et lui fit un sourire.

97

More magazines by this user
Similar magazines