05.07.2013 Views

Mobilier et objets d'art des 18e et 19e siècles - Tajan

Mobilier et objets d'art des 18e et 19e siècles - Tajan

Mobilier et objets d'art des 18e et 19e siècles - Tajan

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

MARDI 18 DÉCEMBRE 2001

136

G

V

OBJETS D’ART

& BEL AMEUBLEMENT

DES XVII, XVIII ET XIXe SIÈCLES

PARIS - MARDI 18 DECEMBRE 2001 - FOUR SEASONS HOTEL, GEORGE V


OBJETS D’ART

& BEL AMEUBLEMENT


VENTES DU FOUR SEASONS HOTEL, GEORGE V

DECEMBRE 2001

STYLOS ET AUTOGRAPHES

AU PROFIT DE L’ASSOCIATION THÉODORA

(SALON ANGLAIS)

LUNDI 17 DÉCEMBRE À 18 HEURES 30

BIJOUX

LUNDI 17 DÉCEMBRE À 20 HEURES

MARDI 18 DÉCEMBRE À 14 HEURES 30

HAUTE EPOQUE

MARDI 18 DÉCEMBRE À 18 HEURES

MEUBLES ET OBJETS D’ART DES XVII - XVIII ET XIX E SIÈCLE

COLLECTION LYDIE ET ANDRÉ HAMMEL

MARDI 18 DÉCEMBRE À 19 HEURES 30

À DIVERS AMATEURS

MARDI 18 DÉCEMBRE À 20 HEURES 30

TABLEAUX ET SCULPTURES DES XIX E ET XX E SIÈCLE

MERCREDI 19 DÉCEMBRE À 20 HEURES

MEUBLES ET OBJETS D’ART

ORFEVRERIE, PORCELAINES

NOTAMMENT DES XVIII e , XIX e SIÈCLES

MARDI 18 DÉCEMBRE 2001 À 20 H 30

FOUR SEASONS HOTEL, GEORGE V - PARIS

31, AVENUE GEORGE V - PARIS 8 ÈME

EXPOSITIONS

RENSEIGNEMENTS

EXPERTS

TAJAN

37 RUE DES MATHURINS

75008 PARIS (F)

+33 1 53 30 30 30

+33 1 53 30 30 31 fax

www.tajan.com

ESPACE TAJAN (EXPOSITION PARTIELLE)

37 RUE DES MATHURINS 75008 PARIS

DU MERCREDI 5 DÉCEMBRE AU VENDREDI 14 DÉCEMBRE DE 9 H À 19 H

(SAMEDI 8 DÉCEMBRE DE 11 H À 18 H FERMÉ LE SAMEDI 15 DÉCEMBRE)

FOUR SEASONS HOTEL, GEORGE V

31, AVENUE GEORGE V - PARIS 8 ÈME

+33 1 49 52 74 66/67

DIMANCHE 16 DÉCEMBRE 2001, DE 14 H À 20 HEURES

LUNDI 17 DÉCEMBRE 2001, DE 10 H À 19 HEURES

CATHERINE YAICHE

+33 1 53 30 30 21

(PENDANT LES EXPOSITIONS ET LA VENTE) +331 49 52 74 66/67

GEORGES ET LOUIS LEFEBVRE

24 RUE DU BAC 75006 PARIS

+33 1 42 61 18 40 fax +33 1 42 86 91 58

ARNOULD DE CHARETTE

37 RUE DES MATHURINS 75008 PARIS

+33 1 53 30 30 50 fax +33 1 53 30 30 31

OLIVIER LE FUEL ET ROLAND DE L’ESPÉE

14 RUE DROUOT 75009 PARIS

+33 1 42 46 10 46 fax +33 1 48 00 90 98 lefuel.delespee@free.fr

JACQUES SAINT BRIS

66 AVENUE HENRI MARTIN 75016 PARIS

+33 1 45 04 40 24 fax +33 1 45 04 24 25


PORCELAINES

XVIII e ET XIX e SIÈCLES


6

201 SEVRES (PORCELAINE DURE)

Service à fond bleu et ornements en dorure, comprenant : une paire de

tasses et soucoupes, un sucrier couvert, une théière couverte, un pot à

lait. Dans son coffret d’origine.

Epoque Napoléon III

Dimension : 50 x 36 cm

15 000/20 000 FF - 2 250/3 000 €

202 RUSSIE (PORCELAINE)

Grand vase de forme balustre à fond de dorure avec guirlandes de fleurs

polychromes, anses en forme de cygne.

Vers 1830.

Haut. : 55 cm

10 000/15 000 FF - 1 500/2 250 €

203 NEUF ASSIETTES

à décor de bouquets polychromes et bordure bleue.

Marquées Boyer - vers 1835/1840 (une avec choc au fond).

Diam. : 25 cm

PORCELAINES DE PARIS

D’EPOQUE ROMANTIQUE

15 000/20 000 FF - 2 250/3 000 €

204 RAFRAÎCHISSOIR

à fond bleu ; décor polychrome de bouquets de fleurs, fruits et jeune turque.

Marqué Boyer - vers 1835/840.

Haut. : 26 cm

5 000/6 000 FF - 750/900 €

7


8

205 206

205

207

205 PAIRE DE VASES

en forme de cornes d’abondance à fond noir et

fleurs polychromes ; ils reposent sur des socles

en bronze doré.

Jacob Petit - vers 1835 (restauration au bord

d’un vase).

Haut. : 30 cm

10 000/15 000 FF - 1 500/2 250 €

206 TÊTE À TÊTE

à fond noir et décor de fleurs polychromes.

Marqué Jacob Petit - vers 1835.

Long. du plateau : 27 cm

8 000/10 000 FF - 1 200/1 500 €

207 PAIRE DE VASES

à décor étrusque sur fond vert céladon orné

d’une frise de grecques.

Vers 1850.

Haut. : 24 cm

7 000/8 000 FF -1 050/1 200 €

209

208 SEVRES

PORCELAINE DE PARIS

ET SEVRES, D’EPOQUE EMPIRE ET RESTAURATION

210

Service à fond bleu et décor de palmettes en dorure ; il comprend :

une théière couverte, un pot à lait, six tasses et soucoupes.

Doreurs : Ganeau (fils) et J.B. Pierre-Louis.

Epoque Restauration.

12 000/15 000 FF - 1 800/2 250 €

209 SEVRES

Belle écuelle et son présentoir à décor de fleurs polychromes.

Datée 1836.

Diam. : 18 cm

5 000/6 000 FF - 750/900 €

210 PARIS

Rare confiturier à fond bleu à décor polychrome de fleurs.

Marqué Darte - vers 1820/1825 (cheveux à l’intérieur)

Long. : 27 cm

6 000/7 000 FF - 900/1 050 €

211 BRUXELLES (PORCELAINE ET BISCUIT)

Statuette représentant un angelot tenant un carquois.

Vers 1825/1830 (un petit éclat à la base).

Haut. : 37,5 cm

6 000/7 000 FF - 900/1 050 €

Cf. : Catalogue de la Porcelaine de Bruxelles, 1767-1935, p. 66, pl. 57.

208

9


10

212 PARIS

Service à thé à décor en grisaille de vues d’Egypte et d’Italie situées ; il comprend : une théière, un sucrier,

un crémier, un bol et trois tasses et soucoupes.

Marqué Dagoty - vers 1810 (anse de la théière recollée).

Diam. du bol : 17 cm

20 000/25 000 FF - 3 000/3 750 €

213 PARIS

Solitaire à fond noir mat avec paysages et ruines à décor gravé ; il comprend : un sucrier couvert (petit

éclat au couvercle), une verseuse couverte (avec marque de Vienne), un pot à lait (anse restaurée), une

tasse et soucoupe (cheveu) et un plateau circulaire.

Décor attribué à Denuelle.

Vers 1810/1820.

Diam. du plateau : 29 cm 10 000/15 000 FF - 1 800/2 250 €

PORCELAINES

DU XVIII e SIÈCLE

215 MEISSEN (PORCELAINE)

Beau groupe formant brûle parfum constitué d'un

pot balustre à couvercle ajouré reposant sur une

terrasse rocailleuse ornée de branchages fleuris en

relief et d'un chien de chasse à l'arrêt devant un

groupe de quatre perdrix. Décor polychrome de

bouquets de fleurs sur le pot et décor " au naturel "

pour la terrasse. Prise du couvercle en forme de

fleur épanouie.

Belle base en bronze doré, mouluré et ciselé, agrémentée

de deux branches feuillagées

Ornées de fleurs en porcelaine. Cerclage du couvercle

en bronze doré à charnière.

XVIII e siècle.

Haut. : 23 cm

30 000/40 000 FF - 4 500/6 000 €

214 PARIS

Paire de vases à fond vert clair et décor de

fleurs polychromes dans l’esprit botanique.

Manufacture de Dagoty - vers 1805/1810

(un choc au col d’un vase et quelques usures

à la dorure)

Haut. : 34 cm

20 000/25 000 FF - 3 000/3 750 €

11


12

216 PARIS

Tête à tête à décor “ aux barbeaux polychromes ” à croisillons rehaussés de dorure comprenant : une

théière couverte, un sucrier couvert, un pot à lait, une paire de tasses et soucoupes, un plateau ovale à

anses ajourées.

Clignancourt - vers 1780 (quelques manques).

Haut. de la théière : 10 cm

20 000/25 000 FF - 3 000/3 750 €

217 PARIS

Tête à tête à décor polychrome

de fleurs comprenant :

une paire de tasses et soucoupes,

une théière couverte,

un sucrier couvert, un pot à

lait, deux petits flacons à bouchon

argent, deux petits flacons

plats à bouchon argent,

un entonnoir en argent, deux

petits verres à liqueur, deux

cuillères en argent.

Marqué Locré

vers 1785-1790.

Dans son coffret d’origine en

bois de placage.

Dim. : 29 x 34 cm

20 000/30 000 FF

3 000/4 500 €

218. PARIS

Tête à tête à décor de

guirlandes bleu et or ; il

comprend : un flacon en

verre, une paire de verres

à liqueur, un entonnoir,

deux cuillères en argent,

un paire de tasses et soucoupes,

un sucrier couvert,

une théière couverte,

un pot à lait.

Vers 1785/1790.

Dans son coffret de voyage

en acajou.

Dim. : 35 x 24 cm

(quelques manques).

15 000/20 000 FF

2 250/3 000 €

219 PARIS

Tête à tête à décor de bandes en dorure avec guirlandes de roses polychromes et médaillons ornés de

paysages en grisaille; il comprend : une verseuse couverte, un sucrier couvert, un pot à lait, une paire de

tasses et soucoupes, un plateau ovale.

Manufacture du Duc d’Orléans (?) - vers 1780/1785 (quelques manques).

Haut. de la verseuse : 12 cm

20 000/25 000 FF - 3 000/3 750 €

13


220 ANGLETERRE (PORCELAINE)

Intéressante terrine couverte ronde polylobée à décor polychrome « Imari », branchages fleuris alternés

avec croisillons en dorure et fleurons.

XVIII e siècle

Diam. : 27,5 cm

20 000/30 000 FF - 3 000/4 500 €

221 BERLIN (FAÏENCE)

Belle paire de potiches couvertes de forme balustre à fond rouge laqué rehaussé de rinceaux et ornées

de motifs de chinoiseries en léger relief. Prises en forme de coqs.

Marque pseudo-chinoise au fond extérieur.

XVIIIe siècle, (quelques reprises à la peinture des couvercles).

Haut. : 75 cm

80 000/100 000 FF - 12 000/15 000 €

14 15


16

COLLECTION DE BISCUITS XVIII e ET XIX e SIÈCLES

222 224

222 PARIS (BISCUIT DUR)

Belle suite de trois groupes tournant à personnages

représentant les métiers et fêtes villageoises.

Manufacture du Duc d’Angoulême - vers 1785.

Haut. : 24 et 35 cm

20 000/25 000 FF - 3 000/3 750 €

226 NIDERVILLER (BISCUIT)

Groupe représentant Henri IV et Sully.

Modèle de Cyfflé.

Marqué en creux - Vers 1780 (accident à une

main et quelques petits manques)

Haut. : 25 cm

7 000/8 000 FF - 1 050/1 200 €

223 NIDERVILLER (BISCUIT)

Groupe représentant “ la leçon de musique ”.

(quelques accidents)

Haut. : 26 cm

4 000/6 000 FF - 600/900 €

224 NIDERVILLER (BISCUIT)

Groupe représentant Vénus jouant avec l’amour.

Marqué - Début XIXe siècle

Haut. : 26 cm

3 000/4 000 FF - 450/600 €

225 NIDERVILLER (BISCUIT)

Groupe représentant « le baiser donné ». Socle

en porcelaine à cannelures bleues et or.

Marqué - XVIIIe 227 NIDERVILLER (BISCUIT)

Groupe représentant une jeune femme tenant

une oie.

Modèle de Cyfflé.

Marqué - Fin XVIII

siècle (petite restauration)

Haut. : 23 cm

6 000/7 000 FF - 900/1 050 €

e siècle (réparation à une aile)

Haut. : 21 cm

3 000/4 000 FF - 450/600 €

228 NIDERVILLER (BISCUIT)

Groupe représentant une jeune femme tenant

une couronne.

Marqué - XVIIIe siècle

Haut. : 21 cm

3 000/4 000 FF - 450/600 €

229 NIDERVILLER (BISCUIT)

Deux groupes formant pendant représentant la

ravaudeuse et le savetier.

Modèle de Cyfflé. Marqué d’une couronne et

des deux C entrelacés du Comte de Custine.

vers 1780.

haut. : 25,5 et 27 cm

6 000/7 000 FF - 900/1 050 €

226

223

225

229

228

227

229

17


18

232 VINCENNES

(BISCUIT TENDRE)

Deux statuettes de la série

des quatre saisons symbolisant

l’hiver et l’été.

XVIIIe siècle (quelques

petits manques)

Haut. : 13 cm

7 000/8 000 FF

1 050/1 200 €

Cf. : T Préaud, porcelaines de

Vincennes Grand Palais

1977/78 n° 478 (catalogue)

230 SÈVRES (BISCUIT DUR)

Statuette représentant Vénus

saisissant la pomme que lui tend

un amour.

Fin du XVIII e siècle (manque un

doigt, quelques petits éclats)

Haut. : 27 cm

10 000/12 000 FF

1 500/1 800 €

231 SÈVRES (BISCUIT TENDRE)

Groupe représentant « la fée

Urgèle » : un homme en cuirasse

enlaçant une jeune fille assise.

Socle rocailleux avec panier fleuri

et casque renversé (modèle de

Falconet)

XVIIIe siècle (quelques petits

manques)

Haut. : 22 cm

10 000/12 000 FF

1 500/1 800 €

Ref : E. Bourgeois, le biscuit de Sèvres

n° 299

233 SERIE DES “ GRANDS HOMMES ” EN BISCUIT DUR DE SEVRES

Les sujets décrits ci-dessous sont de la seconde partie du

XIX e siècle :

A Le Duc de Montausier (1610-1690) : par Mouchy

Haut. : 38 cm

Duc et Pair de France, il fut le gouverneur du Grand

Dauphin.

Marqué Sèvres en creux, daté 1886

18 000/20 000 FF - 2 500/3 000 €

B Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673) : par Caffieri

Haut. : 39 cm

Célèbre auteur de théâtre.

Marqué Sèvres en creux, daté 1892

18 000/20 000 FF - 2 500/3 000 €

C Blaise Pascal (1623-1662) : par Pajou

Haut. : 32 cm

Célèbre écrivain et mathématicien.

Marqué Sèvres en creux, daté 1877

18 000/20 000 FF - 2 500/3 000 €

D Bossuet (1627-1704) : par Pajou

Haut. : 48 cm

Célèbre prélat, écrivain, historien et philosophe.

Marqué Sèvres en creux, daté 1895

18 000/20 000 FF - 2 500/3 000 €

E Racine (1639-1699) : par Boizot

Haut. : 39 cm

Célèbre dramaturge.

Daté 1889

18 000/20 000 FF - 2 500/3 000 €

F Corneille (1606-1684) - par Caffieri

Haut. : 39 cm

Célèbre auteur dramatique.

Marqué Sèvres en creux, daté 1903

18 000/20 000 FF - 2 500/3 000 €

G Vauban (1633-1707) : par Bridan

Haut. : 49,5 cm

Célèbre stratège et architecte militaire.

Marqué Sèvres en creux, daté 1874

18 000/20 000 FF - 2 500/3 000 €

les sujets décrits ci-dessous sont de la première partie du

XIX e siècle :

H Crillon ((1543-1615) : par Alexandre -Evariste Fragonard.

Haut. : 48 cm - Daté : mars 1819.

Homme de guerre français, compagnon d’armes d’Henri IV.

25 000/30 000 FF - 3 500/4 500 €

I Montesquieu (1689-1755) : créé par Clodion

Haut. : 38 cm - Daté : 27 août 1802.

Célèbre écrivain et homme de loi.

Quelques accidents et réparations

25 000/30 000 FF - 3 500/4 500 €

(Seront vendus avec faculté de réunion.)

19

Vers 1776, le Comte d’Angiviller passa commande aux

meilleurs sculpteurs de l’époque des figures en marbre

des “ Grands Hommes ” destinées à orner la Grande

Galerie du Louvre. En 1782, on demande à Sèvres d’en

tirer les modèles en biscuit.

Tamara Préaud cite le texte suivant, d’Angiviller écrivant

à Régnier, directeur de Sèvres : “ ... Je crois, Monsieur,

vous avoir déjà parlé du dessein où je suis de faire exécuter

en porcelaine et en petit les statues des Grands

Hommes que sa Majesté a déjà fait exécuter en marbre

par les principaux sculpteurs de son Académie. J’ai en

effet lieu de croire que ces morceaux auront beaucoup

de succès et seront acheté avec empressement. J’ai

donc déjà chargé M. Pierre de demander aux artistes

qui ont exécuté ces morceaux des modèles en terre

pour former les creux nécessaires... ” (1) . La série originale

comportait trente-trois biscuits, exécutés par tranches

pour figurer aux Salons de 1777-1779-1781-

1783-1785-1787 et 1789. Le succès commercial fut

nul et la Révolution arrêta ces créations.

Dans les premières années de son règne, l’Empereur,

par l’intermédiaire de Duroc, son Maréchal du Palais,

demanda, après avoir visité Sèvres, d’établir une liste

des Grands Hommes du dernier siècle, soit militaires,

philosophes, dont on a les modèles. Elle choisira ceux

que l’on pourra refaire en biscuit pour mettre dans les

appartements, comme Louis XVI dans la bibliothèque

de Versailles. A la liste qui lui fut soumise le 11 mai 1806,

il fit supprimer les noms de Pascal, Descartes,

D’Aguesseau, le Grand Condé, Duquesne, Catinat,

Montausier et parmi les bustes ceux de la Tour

d’Auvergne, Franklin, Diderot et Descartes. En contre

partie, Sa Majesté en a ajouté douze autres qu’Elle veut

qu’on exécute : Guillaume le Conquérant, Du Guesclin,

Frédéric II, César, Annibal (sic), Homère, Virgile, Le

Tasse, Christophe Colomb, le premier Médicis et le

Prince Eugène. L’empereur fit placer les portraits des

deux écrivains qu’il appréciait tout particulièrement :

Molière et Corneille, réductions des originaux de

Caffieri (2) .

Au début du XIX e siècle, la série fut donc reprise et parmi

les modèles que nous présentons, deux sont de cette

période : Crillon par Alexandre-Evariste Fragonard, créé

en 1818 et Montesquieu par Clodion, retirage daté de

1802.

Quatre modèles additionnels virent le jour entre 1818 et

1820 et furent tous dessinés par Alexandre Evariste

Fragonard, fils du grand peintre. Ils ont pour nom : Du

Guesclin, Dunois, Crillon et Jeanne d’Arc.

Les autres exemplaires présentés sont de la deuxième

moitié du XIX e siècle. On peut noter que les retirages de

cette époque sont particulièrement soignés par rapport

aux tirages contemporains du XX e siècle.

(1) T. Préaud-M Brunet : Sèvres des Origines à nos Jours - OLF

- Paris 1978, p. 233, n° 325.

(2) B. Ducrot : Porcelaines et Terre de Sèvres Catalogue du

Musée National du Château de Compiègne Paris 1993, p. 99,

fig. 37.


235 SÈVRES (BISCUIT DUR)

Groupe allégorique dans le style antique provenant

du surtout commandé par le Prince Bariatinsky à la

Manufacture en 1778 pour l’Impératrice Catherine II,

dont le groupe central représente le Parnasse de

Russie.

Conçu par Boizot le surtout monumental représentait

les arts, les sciences, les lettres et rendait hommage

à la souveraine, plusieurs groupes et figures symboliques

(dont notre statuette) accompagnaient le sujet

principal avec colonnes surmontées d’une minerve.

La marque de Catherine II sur notre statuette atteste

de l’origine à ce surtout.

Haut. : 27 cm

15 000/20 000 FF -2 000/2 500 €

Cf. Sèvres des origines à nos jours, par Marcel Brunet et T.

Préaud. Figure 321 p. 232 avec illustration.

22

234 VINCENNES (BISCUIT TENDRE)

Beau groupe de deux personnages représentant

la leçon de flûte ou « le flûteur » .

Vers 1752 (quelques petits manques aux

doigts et aux fleurettes).

Haut. : 22 cm

40 000/50 000 FF - 6 000/7 500 €

Illustré par Bourgeois « le Biscuit de Sèvres » n°313

page 1. Ce groupe peut faire pendant aux

« Mangeurs de raisins ».

Cf. : Collection Pierre Pierpont-Morgan.

ORFÈVRERIE

XVIII e ET XIX e SIÈCLES

23


24

236 PETIT SERVICE

en argent partiellement doré reposant sur son plateau.

Il est composé d’une théière, d’une cafetière

,d’un pot à lait (ces trois pièces ont une anse en

ivoire) et d’un sucrier muni de son couvercle dont

les anses à double attache sont en argent doré.

Chaque pièce repose sur un piedouche bordé de

perles en rappel de celles de la base ; trois pièces

possèdent un couvercle décoré en rappel du

corps et sont surmontées d’une graine en forme

de fruit.

Le plateau rectangulaire bordé de perles ; ses

côtés et ses angles pincés sont légèrement

arrondis

Poinçon MINERVE orfèvre TFres (pour la Maison

TETARD) et numéroté

Dimensions du plateau

Long. : 33 - Larg. : 25,5 cm

Poids : 2 022 g

15 000/20 000 FF - 2 250/3 000 €

237 PAIRE DE BOUGEOIRS

et bobèches en argent ; la base ronde est ornée

d’un filet de perles et de rinceaux ; le fût représente

une femme, le buste dénudé, soulevant le

devant de sa robe à deux mains et reposant sur un

socle rond agrémenté de trois étoiles sur le

devant ; la tête est surmontée de divers motifs jusqu’à

un binet décoré et sculpté.

Travail étranger à 900°/oo, comporte une petite

marque J.B.A. (de fabricant).

Haut. : 28,5 cm

Poids : 1882 g

20 000/25 000 FF - 3 000/3 750 €

238 COFFRET NÉCESSAIRE DE TOILETTE

de forme rectangulaire. Il comporte différents tiroirs dont un secret et deux plateaux qui s’ouvrent sur les

côtés, pivotant grâce à une charnière ; il est composé de différents bois de placages (bois de rose, acajou…)

soulignés de filets en cuivre. Légères fentes sur les différentes faces. Il contient onze boîtes ou flacons

en cristal à couvercles légèrement vermeillés et bordés de perles plus un miroir incorporé, plus un

encrier de voyage orné d’un couvercle décoré à l’identique. Sur les tablettes latérales se vissent deux

binets de bougeoirs et leurs bobèches, normalement rangés à l’intérieur.

A ces pièces s’ajoutent différentes brosses à dos et manche en ivoire bordés de perles ainsi qu’un chausse-pied

également en ivoire et deux peignes en écaille.

Le tiroir qui ouvre de face contient une vingtaine de petits instruments de toilette et de couture en acier,

certains agrémentés d’écaille.

Travail de l’Orfèvre Joseph AIME qui exerce à Paris à partir de 1859.

La majorité des pièces sont monogrammées A.D.

Poids des pièces pesables : 620 g

60 000/65 000 FF - 9 000/9 750 €

25


26

239 SERVICE DE 12 ASSIETTES - PRÉSENTOIR

en vermeil rondes à bords chantournés, la bordure à filets rehaussés de petits motifs feuillagés ; le pourtour

est agrémenté de quatre fleurs situées au centre de rinceaux ; le marli est décoré de feuillages gravés

en amati.

Travail Portugais, 1er Titre 916°/oo. Ville de Porto après 1938.

Signé TITULC.

Diam. : 28,7 cm

Poids : 11012 g

100 000/120 000 FF - 15 000/18 000 €

240 GARNITURE EN BRONZE ARGENTÉ

composée d’un centre ovale constitué de guirlandes feuillagées portant des fruits ; il repose sur quatre

pieds ; à l’extrémité deux petits amours assis. Ils s’opposent, l’un tient dans sa main gauche un oiseau,

l’autre tient dans sa main gauche un nid contenant un oiseau. L’intérieur est en cristal à côtes pincées

droites dont la bordure est lobée.

Le centre jardinière est encadré d‘une paire de flambeaux candélabres constitués de forts branchages

parfois torsadés au modèle du support de la coupe centrale. Ils sont ornés de six bras de lumières surmontés

de binets et leurs bobèches. Une prise centrale, dans le prolongement du fût est constituée des

mêmes fruits et feuillages en dégradé.

Pour le centre jardinière :

Long. totale 52 cm - Larg. totale : 25 cm

Porte le n°1028539

Pour les candélabres :

Haut. : 62,5 cm

L’un porte le n°605819 plus une marque A

L’autre porte le n°596740 plus une marque B

Travail de la Maison CHRISTOFLE (son poinçon plus le nom entier dans un rectangle)

Vers 1900

110 000/150 000 FF - 16 500/22 500 €

27


28

241 PAIRE DE BOUGEOIRS

en argent. La base est à six contours surmontés d’oves, puis décorée de deux branchages

ceints en leur milieu d’un nœud ; au même niveau se trouve une armoirie dans un encadrement

feuillagé : ces trois éléments en application. La base de l’ombilic est cerclée de filets puis constituée

de fines côtes disposées en vague. Le fût, à trois pans est décoré de filets rompus par trois

guirlandes feuillagées et surmonté d’une ligne d’oves. Les binets et les bobèches rappellent les

motifs décrits précédemment.

Paris 1767/1768

Haut. : 27,5 cm

Poids : 1 700 g

180 000/200 000 FF - 27 000/30 000 €

MAÎTRE ORFÈVRE JEAN BAPTISTE FRANÇOIS CHERET REÇU EN 1759

Armoirie N…SAUNIER, couronne de Comte Jean Baptiste SAUNIER enregistre ses armoiries en 1697 ; il est procureur

en la cour du Parlement à Paris. Il pourrait s’agir ici de son fils ou de son petit fils.

29


30

242 SURTOUT DE TABLE

en bronze argenté ; le plateau rectangulaire est chantourné et agrémenté de motifs armoriés rapportés sur

le pourtour, il repose sur quatre pieds à enroulements et est orné de quatre bras de lumière feuillagés. Le

centre comporte une terrine couverte surmontée d’un motif stylisé reliée à une petite terrasse chantournée

par quatre pieds galbés surmontés chacun d’un bras de lumière identique à ceux de la base. Les huit

binets des bras de lumière sont agrémentés de bouchons fleuris et feuillagés pour l’usage diurne.

Petits chocs et usures à l’argenture.

XVIII e siècle

Long. : 57 - Larg. : 42 cm

Haut. au centre : 42,5 cm

280 000/300 000 FF - 42 000/45 000 €

Aux armes écartelées des deux familles poitevines ORRÉ-ANGEVIN dont Hierosme ORRÉ fut conseiller en la Sénéchaussée

et siège présidial de Poitiers et l’un des échevins. Les ORRÉ furent seigneurs de La SICAUTIÈRE.

31


32

244 SERVICE QUATRE PIÈCES

en argent reposant sur un plateau. Il se compose

d’une théière, d’une cafetière, d’un sucrier sans

couvercle et d’un pot à lait. Chaque pièce repose

sur un piédouche chantourné. Les corps, les bases

et les couvercles sont décorés au repoussé de

motifs floraux et feuillagés sur fond amati ; les

anses sont en argent et à double-attaches ; pour la

théière et la cafetière elles sont munies de bagues

isolantes en ivoire. Ces deux pièces ornées d’un

couvercle à charnière dont la prise est une fleur

épanouie et sa branche feuillagée.

A mi-corps chaque pièce présente deux réserves

dont une ornée d’une inscription " ONWARD ".

Nombreux petits chocs

Travail de Londres pour 1832

Orfèvre non identifié RPGB

243 SOUPIÈRE

en argent de forme ovale, son présentoir, sa doublure et

son couvercle en argent. Le plateau est à filets contours.

Sur celui-ci repose la soupière dont le corps est orné de

larges côtes pincées droites et agrémenté de deux

anses. L’intérieur et le couvercle (surmonté d’un artichaut

au naturel et sa base feuillagée) ornés de filets contours

comme la base.

Travail de la Maison CHRISTOFLE à Paris, Minerve.

Poinçon de Charles Christofle à partir de 1853.

Long. du présentoir : 55 cm

Larg. du présentoir : 38,5 cm

Haut. totale : 28,5 cm

Poids : 8806 g

60 000/80 000 FF - 9 000/12 000 €

Poids du service : 2 688 g

Et un plateau en argent rectangulaire muni de deux

anses et reposant sur quatre pieds à enroulements

et attaches feuillagées. La bordure, tout comme les

deux anses, décorée de coquilles stylisées, de

fleurs et de divers motifs rocaille. Au centre une

armoirie d’Alliance surmonté de la devise " DEUS

NOBIS " entourée de fleurs et feuillages gravés sur

un fond amati.

Travail de SHEFFIELD 1822

Orfèvre S.C. YOUNGE & CO

Long. aux anses : 69,5 cm

Larg. : 46,5 cm

Poids : 5 140 g

Poids de l’ensemble : 7 828 g

25 000/28 000 FF - 3 750/4 200 €

33

OBJETS D’ART

NOTAMENT DES XVIII e ET XIX e SIÈCLES


34

246 PENDULE

en bronze et acier à décor gravé de rinceaux

feuillagés, feuilles d'acanthe, volutes.

Le cadran orné de chiffres romains

pour les heures et arabes pour les minutes

est flanqué de balustres.

Dans le style de la Renaissance, XIX e siècle.

Elle a été surmontée d'un globe terrestre.

Haut. : 34,5 - Larg. : 13 - Prof. : 11 cm

30 000/40 000 FF - 4 500/5 000 €

Ancienne Collection Lucien et Hélène Mellerio

245 CHRIST EN IVOIRE

les bras écartés, la taille entourée d'une corde. Il est orné de

traces polychrome et porte les marques de la Passion.

Travail Indo-portugais

XVII e - XVIII e siècle (manques, restaurations)

Haut. : 40 cm

60 000/80 000 FF - 9 000/12 000 €

Cf “de Goa à Lisboa, l’art Indo-Portugais du XVI e au XVIII e siècle”

Bruxelles 24 septembre-15 décembre.

“Mafiles de las provincias Ultramarinas ounentales de Espana y

Portugal” par Margarita Mercedes Estella Marcos 1977.

247 PENDULE

en bronze ciselé et doré, le cadran de “Barbier Le Jeune à

Paris” entouré d'une guirlande de lauriers repose sur un

socle décoré du profil du roi Henri IV. Il est flanqué d'enfants

et d'une colonne avec la mention "non plus neira". La base

à décrochement ornée d'une frise d'amours ; socle en marbre

blanc.

Epoque Louis XVI (petit manque)

Haut. : 51 - Larg. : 44 - Prof. : 16 cm

60 000/80 000 FF - 9 000/12 000 €

CHARLES FRANÇOIS BARBIER DIT LE JEUNE, HORLOGER REÇU

MAITRE EN 1770

35


36

248 RARE PENDULE

en forme de temple en marbre brèche veiné, marbre noir, marbre blanc et brocatelle d’Espagne. Elle est

ornée de toutes faces de pilastre à chapiteau composite, feuillagé, guirlande de lauriers, rosaces, mascarons,

lyre, angelots affrontés, rinceaux, panthères, palmettes. Le cadran signé de " HUNZIKER rue de

Bussy n° 22 " à chiffre romain pour les heures. Base ceinturée d’une frise de palmettes.

Italie, fin du XVIII e siècle (quelques égrenures et petits manques, restaurations)

Haut. : 38 - Larg. : 32 - Prof. : 18 cm

100 000/120 000 FF - 15 000/18 000 €

J. HUNZIKER, MAÎTRE HORLOGER ACTIF À PARIS AU DÉBUT XVIII e SIÈCLE.

Cette pendule illustre la production des ateliers romains à la fin du XVIII e siècle, dont celui de Luigi Valadier. On retrouve dans

son œuvre l’emploi de marbre polychrome en particulier dans une réduction de l’arc de Septime Severe faisant partie du surtout

du Roi d’Espagne Charles IV.

Cf “Luigi Valadier au Louvre ou l’antiquité exaltée”. 17 novembre 1994 - 13 février 1995. Musée du Louvre p. 34-35.

249 BAS-RELIEF

de forme rectangulaire en terre cuite repeinte polychrome représentant l’assassinat d’un tyran, sous un

dais, Claudius par Caligula ? Dans la partie gauche un homme courbé ramassant une aiguière et une couronne.

Travail italien du début du XVIIIe siècle. (quelques accidents et manques).

Cadre en bois doré sculpté de rocailles, feuilles d’acanthe, enroulements et culot de la fin du XIXe siècle.

(quelques accidents).

Dim. du bas-relief :

Haut. : 73 - Larg. : 90 cm

Dim. Totales :

Haut. : 117 - Larg. : 103 cm

80 000/120 000 FF - 12 000/18 000 €

37


38

250 PAIRE DE BOUGEOIRS

en bronze patiné et doré représentant un couple

d'indiens, vêtus de plume tenant une massue et

un arc. Ils reposent sur une base rectangulaire

ornée de marbre blanc et bronze doré.

Dans le goût Charles X, XIX e siècle (accident à

l'arc)

Haut. : 35 cm

15 000/20 000 FF - 2 250/3 000 €

251 PAIRE DE BOUGEOIRS

en bronze ciselé et doré orné de feuilles d'acanthe

et volutes. Ils sont ornés d'un personnage “blancde

chine” reposant sur un socle octogonal.

Bases décorée de volutes.

XVIIIe siècle. (manques, montés pour l'électricité,

restaurations)

Haut. : 24 cm

25 000/30 000 FF - 3 750/4 500 €

252 PAIRE DE CASSOLETTES

formant pots-pourris en porcelaine vert émeraude.

Riche monture en bronze ciselé et doré

avec une ceinture ajourée d’oves, les anses

mouvementées. Piédouche à cannelures et

coins abattus.

Epoque Louis XVI

Haut. : 22 cm

120 000/150 000 FF - 18 000/22 500 €

39


40

253 PAIRE DE BOUGEOIRS

en bronze ciselé et doré décorés de cannelures,

le fût à palmettes présente trois

dauphins à l'amortissement.

Base ronde à carreaux.

Style Louis XVI, deuxième moitié du XIXe siècle

Haut. : 20,5 cm

12 000/15 000 FF - 1 800/2 250 €

254 CARTEL

de forme mouvementée et son socle en

placage de corne verte. Le cadran de

LEDOUX À PARIS.

Époque Louis XV (quelques accidents,

manques et restaurations).

Ornements de bronze ciselé et doré à

rocailles ajourées, coquilles, feuilles d’acanthe,

fleurettes, feuillages et enroulements.

Haut. : 127 - Larg. : 51 - Prof. : 26 cm

40 000/60 000 FF - 6 000/9 000 €

255 PAIRE DE VASES COUVERTS

de forme balustre en plâtre doré à décor de frises de feuilles d’acanthe, frises de tores de canaux, frises

de postes et godrons. La panse ornée de rinceaux feuillagés. Piédouches ornés de feuillages. Les couvercles

en bois doré sont surmontés de grenades.

XIXe siècle (accidents et manques).

Haut. : 57 - Larg. : 27 cm

30 000/40 000 FF - 4 500/6 000 €

41


42

256 VASE

en tôle, bronze doré et patiné,

la partie supérieure ornée

d'une flamme ; il est orné de

têtes de béliers, palmettes et

repose sur des pieds griffes.

Base carrée supportée par

quatre pieds à griffes de lion.

Début XIXe siècle.

Haut. : 67,5 cm

30 000/40 000 FF

5 000/6 000 €

257 PAIRE D'APPLIQUES

à deux branches de lumière en bronze ciselé et doré, la partie supérieure ornée d'un vase enflammé, le fût décoré

de feuilles d'acanthe, guirlandes de lauriers, asperges, terminé à l'amortissement par un fleuron.

Fin de l'époque Louis XVI (Percées pour l'électricité).

Haut. : 46,5 - Larg. : 30 cm

60 000/80 000 FF - 9 000/12 000 €

Un modèle identique fut vendu à Paris (1) une paire similaire est conservée au J.Paul Getty Museum, reproduite dans

“Vergoldete Bronzen, par H. Ottomayer et P. Pröschel, Munich 1986 p 173 illustration 3.5.6.

(1) Vente Paris, Tajan Hôtel George V, n° 89

43


44

258 PENDULE AU SANGLIER

en bronze ciselé, doré et patiné, la partie supérieure ornée de fleurettes et rinceaux

feuillagés. Le cadran orné de chiffres romains pour les heures, signé de Julien Leroy,

est supporté par un sanglier décoré de pampilles. Elle repose sur une terrasse agrémentée

de volutes.

Epoque Louis XV (restaurations, reprise au mouvement).

Haut. : 40,5 - Larg. : 27,5 cm

150 000/200 000 FF - 22 500/30 000 €

JULIEN LEROY, HORLOGER, REÇU MAÎTRE EN 1713

Une pendule de sujet identique uniquement en bronze doré faisait partie de la collection Cartier (1)

(1) Vente Monaco le 25-27 septembre 1979 n° 126


46

259 VASE

en marbre brèche veiné mélangé à godrons.

Il est orné d'une monture en bronze ciselé et

doré à décor de mascarons et grenades.

Base carrée.

XIXe siècle

Haut. : 0,56 cm

40 000/60 000 FF - 6 000/9 000 €

260 PAIRE DE CANDÉLABRES

à six bras de lumière en bronze ciselé de

rosaces, palmettes et frises de palmettes.

Les fûts formés de jeunes femmes dans le

goût de l’Antique se tenant sur des sphères

et jouant de la lyre. Les bases sont ornées de

masques, palmettes, feuilles d’acanthe, cols

de cygnes et enroulements.

Début de l’époque Restauration.

Haut. : 76 - Larg. : 29 cm

120 000/150 000 FF - 18 000/22 500 €

47


48

261 PAIRE DE GIRANDOLES

à six branches de lumière en bronze ciselé et doré décorées de palmettes et feuilles d'acanthe. Elles reposent

sur une base de volutes ornée d'oves. Elles sont ornées de rosaces, enfilages de perles, mirzas en

cristaux et cristaux de roche.

XIX e siècle, dans le goût Louis XVI.

Haut. : 63 - Larg. : 30,5 cm

120 000/150 000 FF - 18 000/22 500 €

262 PENDULE

en bronze ciselé, doré et tôle peinte représentant le char d'Apollon sur des nuées, le cadran orné de chiffres

romains. Il repose sur un arc symbolisant la voute céleste décorée d'étoiles et de signes du zodiaque.

Elle repose sur un socle rectangulaire en marbre noir, décoré de palmettes, supporté par six pieds en griffes

de lion.

XIXe siècle (Accident à la glace rapportée.)

Haut. : 74,5 - Larg. : 79 - Prof. : 28 cm

60 000/80 000 FF - 9 000/12 000 €

49


50

263 PAIRE DE CANDÉLABRES

à quatre branches de lumière, en bronze ciselé et doré, représentant un homme et une femme vêtus à

l'Antique symbolisant Mars et Minerve, Mars tenant un glaive et Minerve une lance. Ils sont adossés à des

faisceaux de licteurs. Base rectangulaire décorée de trophées militaires et mascarons. Ils présentent une

moulure à palmettes.

Par Gérard Jean Galle.

Epoque Empire.

Haut. : 78 cm

250 000/300 000 FF - 37 500/45 000 €

Gérard Jean Galle est le fils de Claude Galle (1759-1815) célèbre maître fondeur, fournisseur des Palais Nationaux sous

l’Empire. Ses deux fils s’engagèrent (1) dans l’Armée et Gérard Jean reçu la Légion d’honneur. Il fut l’un des fournisseurs de

Charles X et quitta la rue Vivienne pour s’installer au 89 rue de Richelieu où il demeura jusqu’en 1836. Grâce au diplomate

suédois, G.Löwenheim, il commença à importer du porphyre suédois et à vendre des bronzes dorés au roi Karl IX (1) . Une paire

de candélabres de modèle identique est conservée au Château de Stockholm (2) .

(1) " Vergoldete Bronzen " 1986 vol II " "Bronziers de l’Empire " par Denise Ledoux-Lebard p 709 à 710.

(2) Opus cité 1986 vol I p 396 figure 5.18.8. H. Ottomayer et P. Pröschel

51


52

264 VASE MÉDICIS

en porcelaine brun. La monture en bronze ciselé et doré à décor cordé. Les anses en forme

d’amours.

Style Louis XVI (usures à la dorure).

Haut. : 43 - Larg. : 46 cm

40 000/50 000 FF - 6 000/7 500 €

265 PENDULE

en bronze ciselé et doré représentant une scène antique, avec au centre une borne surmontée

d'un casque empanaché. Le cadran à chiffres romains pour les heures signé de : CHOISELAT

GALLIEN Fabricant de bronzes du Garde Meuble. Base rectangulaire décorée de personnages.

Epoque Empire

Haut. : 64 - Larg. : 68,5 - Prof. : 24 cm

100 000/150 000 FF - 15 000/22 500 €

CHOISELAT GALLIEN, FABRICANT DE BRONZES AU GM AU XIX e SIÈCLE

53


54

266 PAIRE DE CANDÉLABRES

à deux branches de lumière, la partie supérieure ornée d'une cassolette enflammée, de feuilles d'acanthe.

Le fût à pans coupés cannelés décoré d'étoiles. Base octogonale ornée de canaux.

Angleterre ? Fin du XVIII e siècle - début du XIX e siecle.

Haut. : 57 - Larg. : 33,5 cm

200 000/250 000 FF - 30 000/37 500 €

55


56

267 LAMPE BOUILLOTTE

à cinq bras de lumière en forme de trompes en bronze

ciselé et doré de masques, frise de palmettes, frise de

palmettes ajourées, rosaces et enroulements. Le fût

balustre. À l’amortissement un panache et une flèche. La

base ronde imitant la vannerie.

L’abat jour en tôle peinte vert et doré.

Style Restauration

Haut. : 81 - Larg. : 43 cm

15 000/20 000 FF - 2 250/3 000 €

268 PAIRE DE COUPES FORMANT CANDÉLABRES

à six bras de lumière en bronze ciselé et doré de frises

de rosaces, palmettes, frises de palmettes ajourées et

rinceaux. Les coupes imitant la vannerie sont supportées

par trois jeunes femmes drapées dans le goût de

l’Antique. Les bases triangulaires évidées sont ornées

d’amours ailés tenant des couronnes de laurier et terminées

par des griffes. Socles circulaires ciselés de croisillons

et frises de perles.

Travail dans le goût de Thomire.

Style Empire.

Haut. : 70 - Larg. : 50 cm

50 000/60 000 FF - 7 500/9 000 €

269 PAIRE D'APPLIQUES

de forme mouvementée orné de miroirs

gravés représentant un homme et une

femme en vis-à-vis. Elles sont ornées de

trois branches de lumière en bois partiellement

laqué et doré décorées de feuilles

d'acanthe, volutes, godrons.

Travail vénitien du XVIII e siècle (fentes)

Haut. : 84 - Larg. : 53 cm

50 000/60 000 FF - 7 500/9 000 €

270 PAIRE DE CHENETS

en bronze ciselé et doré de feuilles d’acanthe,

rocailles et enroulements. Ils

présentent la marque au C couronné.

Époque Louis XV (usures à la dorure,

avec leurs fers)

Haut. : 27 - Larg. : 24 cm

50 000/60 000 FF - 7 500/9 000 €

57


58

271 PENDULE

en bronze ciselé et partiellement redoré et patiné symbolisant "l'Amérique" représentant une négresse le

pied appuyé sur un crocodile tenant une lance et un arc, avec à ses côtés un palmier. Le cadran à chiffres

romains pour les heures. Elle est ornée de feuillages, volutes et palmiers ; pieds en griffes. Elle repose

sur une base rectangulaire ornée d'une frise champêtre supportée par quatre patins.

Début du XIX e siècle

Haut. : 63 - Larg. : 43 cm

150 000/200 000 FF - 22 500/30 000 €

Ce modèle est dû au bronzier Jean-Simon DEVERBERIE ou VERBERY 1764-1824 demeurant rue des Fossés du Temple de 1812

à 1820. La génèse de ce modèle est connue par deux dessins, l’un conservé à la Bibliothèque Nationale, l’autre à la bibliothèque

Doucet ; ce dernier portant l’inscription : " Inventé par De Verberie et Cgnie/tout se fait dans leur Manufacture De Bronze Dorure et

l’Horlogerie, rue des Fossés du Temple n°47 à Paris ".

Une pendule similaire est reproduite dans : " La pendule au nègre " Saint Omer, Musée de L’Hôtel Sandelm 29 avril - 12 juin 1978

p 31. Une autre pendule similaire fut vendue à Paris à l’Hôtel George V le 8 avril 1990 sous le n°92.

59


60

272 PENDULE

en bronze ciselé, doré et patiné représentant une femme vêtue à l'égyptienne. Le cadran

surmonté d'une draperie et orné aux angles inférieurs de scarabées est orné de chiffres

romains pour les heures. Elle repose sur un socle de forme demi-lune en marbre rouge griotte

supporté par un contre-socle en bronze et quatre patins.

Début du XIX e siècle (restaurations)

Haut. : 51 - Larg. : 29,5 - Prof. : 13,5 cm

60 000/80 000 FF - 9 000/12 000 €

Cette pendule est directement inspirée de l’ouvrage de Thomas Hope (1769-1831), " Household Furniture

and Interior Decoration executed from Designs " by Thomas Hope, publié en 1807 après son voyage qu’il fit

en Italie et au Moyen Orient. Le modèle de cette pendule est reproduit dans la planche VII comme un élément

de la salle Flaxman.

273 LUSTRE

à six branches de lumière en bronze ciselé et doré orné de palmettes, têtes de Mercure, chaînettes avec

au centre un disque en verre bleu. Il est décoré d'enfilages de cristaux, mirzas.

Travail baltique du XIXe siècle

Haut. : 73 - Diam. : 53,5 cm

50 000/60 000 FF - 7 500/9 000 €

61


62

274 IMPORTANTE LANTERNE CAGE

à trois bras de lumière, de forme cylindrique, en bronze ciselé et doré d’arcatures,

mufles de lions, palmes, rinceaux fleuris, enroulements et nœuds de ruban.

Les montants ornés de termes de jeunes femmes dans le goût de l’Antique et

consoles renversées feuillagées. À l’amortissement des urnes flammées, frises

de perles et enroulements.

Style du XVIIIe siècle (montée pour l’electricité).

Haut. : 156 - Larg. : 65 cm 60 000/80 000 FF - 9 000/12 000 €

MOBILIER

NOTAMMENT DES XVIII e ET XIX e SIÈCLES

63


64

275 CABINET

de forme rectangulaire à léger ressaut en placage d'ébène, pierres

dures, jaspe de Sicile, lapis-lazuli, agathe. La façade présente un

fronton brisé, flanqué de colonnes. Il ouvre à dix tiroirs, trois secrets

et un vantail démasquant un intérieur en placage de palissandre à

huit tiroirs et un secret. Décoration de bronzes ciselés et redorés

tels que : entrées de serrures, chapiteaux, pieds à têtes de sphinges.

Travail Italien du XVII e siècle (restaurations)

Haut. : 0,64 - Larg. : 0,975 - Prof. : 0,445 m

200 000/250 000 FF - 30 000/37 500 €

cf “the art of the Cabinet” par Monique Riccardi Cubbit, 1992


66

276 PAIRE DE STATUES

en bois sculpté, peint et doré

représentant deux nubiens drapés,

tenant dans leur main un porte

lumière. Ils reposent sur des socles

octogonaux à pans coupés, peints

à l'imitation de porphyre, ornés de

masques et de griffes en bois doré.

Venise, XIXe siècle (accidents, restaurations,

éclats)

Haut. : 1,91 m

120 000/150 000 FF

18 000/22 500 €

67


277 PAIRE DE COMMODES

à portes dites "credenzia" de forme galbée en bois laqué et peintes à fond crême et ocre clair à décor

polychrome de paysages animés de ruines dans des encadrements décorés de coquilles, feuilles d'acanthe,

fleurettes. Les montants arrondis ornés de fleurons. Les plateaux peints à l'imitation du marbre.

Elles reposent sur des petits pieds.

Italie, Gênes? Milieu du XVIIIe siècle.

Haut. : 0,81 - Larg. : 1,205 - Prof. : 0,70 m

500 000/600 000 FF - 75 000/90 000 €

68 69


70

278 MEUBLE ETAGÈRE

Shodana, en laque Ro-iro, décoré en hira maki-e de laque or, de mon,

branches de pommier en fleur et papiers pliés.

Japon XIX e siècle

Haut. : 1,12 - Larg. : 1,00 - Prof. : 0,44 m

40 000/50 000 FF - 6 000/75 000 €

279 GLACE

à double encadrement en bois sculpté et doré, la partie supérieure présente

un fronton curviligne, surmontée d'un cartouche orné de guirlandes

de fleurs et de rinceaux ; les côtés ornés de volutes et de fleurons.

Epoque Régence (petits manques de sculptures et de dorure, parties

consolidées et ressemelées au revers)

Haut. : 1,64 - Larg. : 0,95 m

80 000/100 000 FF - 12 000/15 000 €

71


72

280 SUITE DE QUATRE FAUTEUILS

en bois naturel à dossier plat, sculptés de cartouches, rinceaux,

ceinture festonnée, pieds cambrés.

Style Régence

Ils sont recouverts de tapisseries fines, à décor de volatiles dans

des encadrements sur fond rouge à guirlandes de fleurs du XVIII e

siècle, un légèrement différent.

(quelques manchettes refaites)

Haut. : 1,02 - Larg. : 0 ,74 - Prof. : 0,55 m

80 000/100 000 FF - 12 000/15 000 €

281 COMMODE

de forme galbée en placage de bois de violette. Elle présente trois

rangs de tiroirs en façade. Les montants arrondis et cannelés. Elle

repose sur de petits pieds. Décoration de bronzes ciselés et redorés

tels que : poignées, feuillages, entrées de serrures.

Estampillée ...elaitre

Dessus de marbre.

Début de l'Epoque Louis XV (restaurations)

Haut. : 0,85 - Larg. : 1,31 m

150 000/200 000 FF - 22 500/30 000 €

LOUIS DELAITRE, ÉBÉNISTE REÇU MAÎTRE EN 1738

73


74

282 GLACE

dans un cadre mouvementé en bois sculpté et redoré de rocailles ajourées, feuilles d’acanthe, branchages

fleuris et enroulements. À l’amortissement une coquille, guirlande de fleurs, rosaces et branchages.

Début de l’époque Louis XV (miroir rapporté).

Haut. : 1,91 - Larg. : 0,95 m

40 000/60 000 FF - 6 000/9 000 €

283 GRAND BUREAU PLAT

de forme rectangulaire à deux faces en placage de poirier noirci et bois laqué. Il ouvre à six tiroirs et repose

sur des pieds cambrés.

Début de l’époque Louis XV (restaurations, transformations en ceinture)

Décoration de bronzes ciselés.

Haut. : 0,765 - Larg. : 2,165 - Prof. : 1,445 m

100 000/150 000 FF - 15 000/22 500 €

75


76

284 PAIRE DE FAUTEUILS

à châssis à dossier mouvementé en bois redoré

mouluré et sculpté de feuilles d'acanthes, volutes

feuillagés, godrons, coquilles. Les accoudoirs galbés,

la ceinture légèrement festonnée. Ils reposent

sur des pieds cambrés terminés par des enroulements.

Fin de l'époque Louis XIV - Début de la Régence

Haut. : 1,05 - Larg. : 0,70 - Prof. : 0,78 m

350 000/400 000 FF -52 500/60 000 €

77


78

285 CONSOLE

de forme mouvementée en bois naturel mouluré et sculpté de rocailles ajourées, feuilles d’acanthe,

cartouches, coquilles et enroulements. Elle repose sur des montants cambrés réunis par une entretoise

et terminés par des petits pieds réhaussés.

Début de l’époque Louis XV (restaurations).

Dessus de marbre blanc veiné gris.

Haut. : 0,86 - Larg. : 1,47 - Prof. : 0,67 m

120 000/150 000 FF - 18 000/22 500 €

286 COMMODE

de forme galbée en placage de bois de rose, marquetée d'un double

filet et d'un grand cartouche en amarante avec des feuillages ; elle

ouvre à deux tiroirs sans traverse ; pieds cambrés ; poignées, chutes,

sabots et culot en bronze ciselé et doré, dessus en marbre

brèche violette.

Epoque Louis XV (petite réparation en façade et une égrenure)

Haut. : 0,855 - Larg. : 1,45 - Prof. : 0,63 m

200 000/250 000 FF - 30 000/37 500 €

79


80

287 SUITE DE SIX CHAISES

à hauts dossiers mouvementés et garnis, en bois naturel, les ceintures légerement festonnées. Elles reposent

sur des pieds cambrés terminés par des enroulements.

Milieu du XVIII e siècle (restaurations)

Haut. : 1,00 - Larg. : 0,53 - Prof. : 0,48 m

80 000/100 000 FF - 12 000/15 000 N

On y joint quatre autres chaises de modèle identique d’époque posterieure.

288 RARE TABLE À JEU

de forme galbée en placage de noyer et bois de rapport, marqueté

de branchages, feuillages, oiseaux ; vase sur un entablement

flanqué de sphinges dans des encadrements de filets. Elle

présente trois plateaux démasquant une table à jeu. Un premier

plateau marqueté de cartes à jouer (pique, coeur, carreau, trèfle),

un deuxième marqueté d'un jeu de dames et de fleurs,

enfin un troisième libère un coffret à jetons formant jeu de jacquet.

Elle repose sur des pieds cambrés, ornés de feuilles d'acanthe,

terminés par des griffes et des boules.

Travail hollandais du XVIII e siècle (fentes,restaurations, accidents

de placage)

Dim. fermée :

Haut. : 0,77 - Larg. : 0,85 - Prof. : 0,43 m

Dim. ouverte : 0,855 x 0,85 m

100 000/120 000 FF - 15 000/18 000 €

81


82

289 PAIRE DE BERGÈRES

à dossier cabriolet en bois relaqué crème mouluré et sculpté de

fleurettes, feuillages, agrafes et aigrettes. Pieds cambrés terminés

par des enroulements.

Estampillées E. MICHARD.

Elles présentent la marque au fer du château de Chanteloup.

Époque Louis XV.

Elles présentent une marque d’inventaire au pochoir DU N 11 2 C

Haut. : 0,88 - Larg. : 0,68 - Prof. : 0,53 m

80 000/100 000 FF - 12 000/15 000 €

Réf. Claude Etienne MICHARD (1732-1794)

Il fut reçu Maître menuisier le 20 juillet 1757. Il demeura rue du Faubourg Saint-

Denis, puis se retira à la Révolution rue Saint –Sauveur. Claude-Etienne

Michard, comme Jean Boucault, a travaillé pour le Château de Chanteloup,

propriété du Duc de Choiseul, puis du Duc de Penthièvre.

On peut situer la fabrication de ces bergères vers 1765, en effet, ce modèle

annonce déjà le style Louis XVI et le néo-classicisme. Il présente la particularité

d’avoir des têtes de pieds arrondies, suivant ainsi l’arrondi de l’assise.

Nos bergères sont à rapprocher d’une paire de fauteuils en cabriolet en hêtre

doré, cette fois par Jean Boucault, reproduits page 280 de l’ouvrage : L’art du

siège au XVIIIème siècle en France " par Bill Pallot, Gismondi Éditeur.

Un fauteuil de bureau en bois doré par Michard, provenant des collections du

Duc de Choiseul, puis des collections du Comte Moïse de Camondo, est

reproduit planche XLVII de l’ouvrage : " Les ébénistes du XVIIIème siècle " par

Pierre de Salverte.

83


84

290 PAIRE DE PETITES COMMODES

de forme galbée en placage de bois de violette marqueté de filets et

médaillons, ornée de moulures de cuivre. Elles ouvrent à deux tiroirs.

Pieds cambrés. Dessus de marbre bleu turquin.

Sicile. Fin du XVIII e siècle (restaurations, fentes)

Haut. : 0,79 - Larg. : 0,545 - Prof. : 0,325 m

150 000/200 000 FF - 22 500/30 000 €

Une commode similaire présentant trois tiroirs est reproduite dans : Mobili e

Mobilieri nella Sicilia del Settecento, 1992 p. 76.

291 MEUBLE À DEUX CORPS

de forme mouvementée en placage de noyer veiné, la partie supérieure

ouvre à deux vantaux, démasquant des étagères. Il présente un abattement

formant écritoire découvrant huit tiroirs et un casier. La partie inférieure

ouvre à trois tiroirs et repose sur des petits pieds. Décoration de

bronzes dorés tels que : entrées de serrures, poignées.

Attribué à Mathieu FUNCK.

Travail suisse. Milieu du XVIIIe siècle

Haut. : 2,425 - Larg. : 1,20 - Prof. : 0,60 m

80 000/100 000 FF - 12 000/15 000 €

Cf "Die Kunsthandwerker-Familie Funck im 18 Jahrehundert in Bern" par H. Von

Fischer, 1961. Hermann von Fissher “FONCK A BERNE” Möbel und Ausstattungen

der Kunsthandwerkfamilie Funk im 18 Jahrundert in Bern - 2001 n°93.

85


86

292 CONSOLE

de forme galbée en bois doré, la

ceinture ajourée et richement

sculptée de cartouches, volutes,

feuilles d'acanthe, aile, avec au

centre une grande palmette. Elle

repose sur quatre pieds en volute,

décorés de palmes, feuilles d'acanthe,

terminés par des enroulements.

Dessus de marbre brèche

gris veiné de blanc (réparé).

XVIIIe siècle (quelques éclats)

Haut. : 0,84 - Larg. : 1,85

Prof. : 0,76 m

200 000/250 000 FF

30 000/37 500 €

87


88

293 BUREAU DE PENTE

de forme galbée en bois laqué noir, or et rouge à décor polychrome dans le goût de la Chine. L'abattant

formant écritoire démasque un intérieur en placage de bois de rose amarante et bois de bout maqueté de

branchages présentant deux casiers, deux tiroirs, dont un muni de godets et plumier en bronze doré, et

deux secrets. Il repose sur des pieds cambrés.

Epoque Louis XV (en partie, reprise à la laque, restaurations)

Décoration de bronzes dorés

Haut. : 0,87 - Larg. : 0,79 - Prof. : 0,44 m

80 000/120 000 FF - 12 000/18 000 €

PROVENANCE

Vente Tajan, Paris Hôtel Ceorge V le 10 décembre 1989 n°173

89


90

294 PAIRE D'ENCOIGNURES

de forme galbée en placage de

bois de rose, amarante et bois teinté

marqueté de losanges, fleurons,

dans des entourages de frises de

poste feuillagées et entrelacs. Les

cotés décorés de cannelures simulées.

Elles présentent une riche

décoration de bronze ciselé

et doré, en partie rapporté

(médaillons central) , tel que chutes

feuillagées, médaillon à décor d'oiseaux,

sabots, appliques. Pieds

cambrés.

Estampillées D.GENTY.

Dessus de marbre rouge languedoc.

Epoque Louis XV (restaurations)

Haut. : 0,935 - Larg. : 0,79

Prof. : 0,565 m

250 000/300 000 FF

37 500/45 000 €

DENIS GENTY, ÉBÉNISTE, REÇU MAÎT-

RE EN 1754.

91


92

295 SUITE DE SIX FAUTEUILS

à châssis en bois naturel à dossier mouvementé,

mouluré, les accoudoirs galbés, les

ceintures sinueuses. Ils reposent sur des

pieds cambrés.

Estampillés I.AVISSE.

Epoque Louis XV (restaurations)

Haut. : 1,025 - Larg. : 0,76 - Prof. : 0,59 m

250 000/300 000 FF - 37 500/45 000 €

JEAN AVISSE, MENUISIER REÇU MAÎTRE EN 1745

93


296 COMMODE

de forme galbée en bois laqué noir et or, et laque de Chine à décor polychrome d'oiseaux, branchages,

panier fleuri. Elle ouvre à deux tiroirs sans traverse et repose sur des pieds cambrés. Riche décoration de

bronzes ciselés et redorés tels que : chutes feuillagées, poignées, sabots.

Estampillée I.DUBOIS.

Epoque Louis XV (restaurations, reprises au décor)

Dessus de marbre brèche veiné marron.

Haut. : 0,895 - Larg. : 1,30 - Prof. : 0,63 m

400 000/600 000 FF - 60 000/90 000 €

JACQUES DUBOIS REÇU MAÎTRE LE 5 SEPTEMBRE 1742.

PROVENANCE

Vente Monaco 20 Juin 1992 n°66

94 95


96

297 PAIRE DE CHAISES

à dossier en forme de gerbe en bois relaqué crème, mouluré et sculptée de rosaces,

pastilles, la ceinture ronde décorée d'un balustre . Elle repose sur des pieds fuselés à

cannelures rudentées.

Une estampillée Henri Jacob.

Epoque Louis XVI

Haut. : 0,90 - Larg. : 0,46 - Prof. : 0,43 m

25 000/35 000 FF - 3 750/5 250 €

HENRI JACOB, MENUISIER REÇU MAÎTRE EN 1779

PROVENANCE

Vente Paris Hôtel Drouot le 21 octobre 1992 n°189

298 COMMODE

de forme galbée en bois laqué crême et or, orné de palmettes, branchages feuillagés,

feuilles d'acanthe dans des encadrements de filets. Elle ouvre à deux tiroirs en façade,

les côtés à pans coupés ornés de volutes. Pieds cambrés. Le plateau peint à l'imitation

du marbre brèche rose.

Italie. Milieu du XVIIIe siècle (restaurations)

Haut. : 0,90 - Larg. : 1,45 - Prof. : 0,605 m

200 000/250 000 FF - 30 000/37 500 €

97


98

299 PAIRE DE GLOBES

terrestre et céleste ornés d'un méridien en cuivre donnant la latitude. La sphère terrestre est signée "à

Paris chez Delamarche, rue du foin St Jacques au collège de Me Gervais". Ils reposent sur des socles

octogonaux et piètements tripodes en bois relaqué blanc et or, décorés de cannelures, grecques et pommes

de pin, réunis par deux entretoises. Les patins à l'imitation du marbre, supportés par des roulettes.

Fin du XVIII e siècle (restaurations, parties refaites)

Haut. : 1,295 - Larg. : 0,70 m

500 000/700 000 FF - 75 000/95 000 €

Charles François Delamarche (1740-1817) fut avocat de formation (1) il acquit le fonds de Robert de Vaugondy (1723-1786),

auteur pour l’Encyclopédie d’un article sur la fabrication des globes, et grand spécialiste de la production de globes de qualité

vendus près de 1000 livres. C’est en 1786 que Delamarche acquit la totalité de ce fonds, et corrigea certaines planches.

Sa production jusqu’à la Révolution se confond avec celle de Vaugondy comme en témoigne un exemplaire présentant un

piètement identique (2) .

(1) " La découverte du Monde, une histoire des Globes terrestres et célestes " par E.Dahl et J.F.Gauvin – 2001 p 106-107

(2) Vente Paris, Hôtel Drouot le 4 juin 1999 n°195

99


100

300 COMMODE

de forme rectangulaire à ressaut en placage de bois naturel et marqueterie en sycomore et amarante de

frises d’arcatures et branchages fleuris ou bouquets fleuris dans des encadrements. Le plateau est marqueté

d’instruments de musique dans un médaillon en sycomore et bois teinté vert dans des encadrements

de joncs rubanés. Elle ouvre à trois rangs de tiroirs. Les montants simulant des pilastres. Pieds gaines

terminés de boules rapportées.

Italie du Nord, seconde moitié du XVIII e siècle. (quelques restaurations et fentes sur les côtés).

Ornements de bronze ciselé et doré rapportés à médaillons à nœuds de ruban, feuillages et enroulements.

Haut. : 0,86 - Larg. : 1,038 - Prof. : 0,65 m 100 000/150 000 FF - 15 000/22 500 €

301 PETIT SECRÉTAIRE DE DAME

de forme rectangulaire en placage de bois de rose, sycomore, amarante et bois teinté marqueté de branchages

fleuris, noeuds de ruban dans des encadrements de filets et de grecques. La partie supérieure

ouvre à un abattant démasquant six tiroirs et casiers. Il présente une tirette en ceinture et deux tiroirs à la

partie inférieure. Pans coupés dans les angles et cannelures simulées.

Estampillé L.MOREAU.

Dessus de marbre brèche d'Alep.

Epoque Louis XVI

Haut. : 1,23 - Larg. : 0,64 - Prof. : 0,37 m 80 000/120 000 FF - 12 000/18 000 €

LOUIS MOREAU, ÉBÉNISTE REÇU MAÎTRE EN 1764.

PROVENANCE

Collection Edouard CHAPPEY, vente Paris, galerie Georges Petit, les 27-31 mai 1907, n°1493.

Vente Tajan, Hôtel George V, Paris, le 8 avril 1990, n°168.

101


102

302 COMMODE

de forme rectangulaire, à léger ressaut en placage de bois de rose, sycomore et bois teinté marqueté de

trophées, losanges, quartefeuilles, cubes, fleurs, dans des encadrements de filets. Elle ouvre à trois tiroirs

en façade, les montants à pans coupés, pieds cambrés.

Epoque Transition Louis XV-Louis XVI (restaurations, reprise dans le bâti)

Dessus de marbre blanc veiné.

Haut. : 0,875 - Larg. : 1,335 - Prof. : 0,66 m

150 000/200 000 FF - 22 500/30 000 €

303 LUSTRE

à douze branches de lumière en bronze

ciselé et doré orné de feuilles d'acanthe,

volutes, le fût décoré d'un vase et de mascarons

à tête de zéphir flanqué de palmes.

Il présente un fleuron à l'amortissement.

Style Louis XV - Deuxième moitié du XIX e

siècle

Haut. : 1,21 - Larg. : 0,856 cm

120 000/150 000 FF - 18 000/22 500 €

103


104

304 PAIRE DE COMMODES

légèrement galbées en bois laqué et décoré

de fleurs peintes à la "pastiglia" doré à fond

vert, jaune et polychome, représentant des

bouquets de fleurs dans des paniers en vannerie,

avec des entourages décorés de

quadrillages, feuilles d'acanthe, volutes,

oiseaux, cartouches. Elles ouvrent à trois

tiroirs en façade, la ceinture festonnée et repose

sur des pieds cambrés.

Sicile. Deuxième moitié du XVIII e siècle

(fentes, restaurations, éclat)

Haut. : 0,95 - Larg. : 1,185 - Prof. : 0,57 m

500 000/700 000 FF

75 000/105 000 €

Cette paire de commodes est à rapprocher d’un

modèle similaire (1) utilisant la technique des laques

contrastées à décor dit " pastiglia " doré ou argenté sur

fond vert avec des cartouches polychromes. Ce décor

est caractéristique des meubles siciliens de la deuxième

moitié du XVIIIe siècle. Une paire de commodes

présentant ce décor fut vendue à Paris, chez Maître

Tajan à l’Hôtel George V le 24 mars 1997 n°140.

(1) "Mobili e Mobilieri, nella Sicilia del Settecento " par

Mario Giarrizzo et Aldo Rotolo 1992 p 79.

105


106

305 PAIRE DE MIROIRS

de forme rectangulaire en acajou, placage d'acajou et verre teinté, décoré de moulures en bronze doré

décoré de feuillages et rosaces.

Travail russe, première moitié du XIXe siècle.

Haut. : 1,03 - Larg. : 1,17 m

60 000/80 000 FF - 9 000/12 000 €

306 PAIRE DE SELLETTES

en placage de merisier, bois patiné et bois redoré. Elles reposent sur des pieds légèrement incurvés à têtes

et griffes de lion réunis par des croisillons. Base ronde décorée de palmettes.

Début du XIXe siècle. Allemagne ?

Haut. : 1,30 - Diam. : 0,495 m

150 000/200 000 FF - 22 500/30 000 €

Un modèle similaire provenant de la Villa Marchi a Lucques est reproduit dans “Il mobile Toscana 1200-1800” par A.M

Massinelli - 1993 - Milan p 97 n°173

107


108

307 COMMODE

PAR MARTIN OHNEBERG

de forme rectangulaire à léger ressaut en placage de bois de rose, amarante et bois teinté marqueté de

paysages avec des bâteaux, cygnes, ruines antiques dans des encadrements de filets. Elle ouvre à trois

rangs de tiroirs, les montants à cannelures simulées. Décoration de bronzes ciselés et redorés tels que :

chutes, sabots, entrées de serrures, poignées.

Estampillée M.OHNEBERG. Dessus de marbre gris veiné.

Transition des époques Louis XV - Louis XVI (restaurations)

haut. : 0,925 - Larg. : 1,32 - Prof. : 0,61 m

300 000/350 000 FF - 45 000/52 500 €

MARTIN OHNEBERG, ÉBÉNISTE REÇU MAÎTRE EN 1773

109


308 CONSOLE

de forme galbée en bois doré et placage de marbre

blanc rosé et blanc, marqueté de canaux. La

ceinture présente un motif de draperie. Elle

repose sur des pieds en gaine.

Travail italien, première moitié du XIX e siècle.

Dessus de marbre brèche rosé réparé.

(quelques éclats)

Haut. : 0,79 - Larg. : 0,64 - Prof. : 0,39 m

70 000/80 000 FF - 10 500/12 000 €

309 BUREAU BONHEUR DU JOUR

en placage de palissandre et marqueterie en

houx de rosaces, palmettes et rinceaux feuillagés

et fleuris dans des encadrements de filets

de buis. Il ouvre à six tiroirs en haut et présente

un tiroir en ceinture. Les montants à doubles

colonnettes détachées sont réunis par une

entretoise tournée et terminés par quatre patins

à enroulements.

Époque Charles X (quelques restaurations).

Haut. : 0,92 - Larg. : 0,85 - Prof. : 0,52 m

40 000/60 000 FF - 6 000/9 000 €

310 PAIRE DE BANQUETTES

de forme rectangulaire en bois doré mouluré et sculpté de fleurettes, volutes. Elles reposent sur des pieds

cambrés.

Travail italien. Venise ?

Milieu du XVIII e siècle (quelques éclats, renforts dans les angles)

Haut. : 0,445 - Larg. : 1,01 - Prof. : 0,41 m

80 000/100 000 FF - 12 000/15 000 €

110 111


112

311 PAIRE DE FAUTEUILS DITS "CURULES"

en acajou à dossier rectangulaire légèrement

cintré, les accoudoirs décorés d'azurés

et de rosaces reposent sur des

pieds en X en forme de cornes d'abondance

stylisées, sculptées de cannelures

torses et feuilles d'eau.

Par Georges JACOB ou les Frères Jacob

(non signé)

Epoque Directoire (restaurations dans le

piètement)

Haut. : 0,92 - Larg. : 0,70 - Prof. : 0,42 m

300 000/350 000 FF - 45 000/52 500 €

Un dessin à l'encre de Percier représente ce

modèle de siège avec des variantes.

Cf "Les Arts Décoratifs de 1790 à 1850", page

23, figure 29, par Léon De Groër, 1989.

-"Les Ebénistes du XIXe siècle" par Denise

Ledoux-Lebard, 1989.

113


114

312 PAIRE DE FAUTEUILS

à dossier légèrement incurvé en acajou et placage

d’acajou mouluré et sculpté de palmettes,

feuilles de lotus, godrons et enroulements.

Les accotoirs à crosses terminés par

des cornes. Pieds en console, pieds arrière

sabres.

Époque Restauration (un pied réparé).

Haut. : 0,93 - Larg. : 0,62 - Prof. : 0,52 m

30 000/35 000 FF - 4 500/5 250 €

313 PAIRE DE COLONNES

canelées en acajou et placage d'acajou. Elles

ouvrent à un vantail. La base décorée de

godrons repose sur un socle carré.

Estampillées ROOS.

Première moitié XIXe siècle.

Dessus de marbre blanc veiné réparé.

Haut. : 0,895 - Larg. : 0,40 m

60 000/80 000 FF - 9 000/12 000 €

314 COMMODE

de forme rectangulaire en acajou et placage d'acajou à ramages, elle ouvre à trois rangs de tiroirs et présente

des pans coupés à cannelures de cuivre ; pieds en gaine, décoration de bronze et métal repoussé

et ciselé tel que : frise de perles, sabots, entrées de serrures à draperies.

Attribué à Johann Wilhelm Kronrath, entourage de Davis Roentgen

Allemagne. Fin du XVIII e début du XIX e siècle.

Haut. : 0,95 - Larg. : 0,96 - Prof. : 0,51 m

150 000/200 000 FF - 22 500/30 000 €

On retrouve sur cette commode l’influence de David Roentgen, dans la composition et l’emploi des matériaux (1) . La présence de

pieds démontables confirme l’hypothèse d’une commande pour le marché français à la fin du XVIII e siècle.

(1) cf “Abraham und David Roentgen, Möbel für Europa” par J.M Greher vol 2, 1980, n°575, 576.

115


116

315 TABLE

de forme rectangulaire en placage de thuya, ébène, bois et bronze patiné; le plateau orné de dix-huit panneaux

en marbre jaune dit "paesine" dans des encadrements de marbre. La ceinture mouvementée en

façade repose sur un piétement en X, réunis par des balustres et flanqué de deux lyres. Elle repose sur

des pieds griffes tenant des boules. Décoration de bronze ciselé et doré tel que mascarons, sabots et

rosaces.

Début du XIX e siècle - Allemagne ? (restaurations, petits manques)

Haut. : 78,5 - Larg. : 0,72 - Prof. : 0,55 m

100 000/120 000 FF - 15 000/18 000 €

PROVENANCE :

-Collection du Maréchal Blücher von Wahlsttatt, Schloss Radun, Breslau.

-Vente Monaco. 4 décembre 1976, n°17.

Une table de modèle similaire est reproduite dans "Die Kunst des deutschen Mobels", par Heinrich Kreisel et Georg

Himmelheber, vol III n°550

117


118

316 PAIRE DE COMMODES

de forme rectangulaire en acajou et placage

d'acajou à ramages, orné de moulures.

Elles ouvrent à trois tiroirs en ceinture et

deux sans traverse. Les montants arrondis

décorés de godrons. Pieds fuselés.

Décoration de bronzes tels que : poignées

à guirlandes de laurier, entrées de serrures

feuillagées. Dessus de marbre blanc veiné.

Fin du XVIIIe ou début du XIXe siècle. Italie,

Lucques (restaurations, fentes)

Haut. : 0,90 - Larg. : 1,285 - Prof. : 0,56 m

300 000/400 000 FF - 45 000/60 000 €

119


120

317 BUREAU PLAT

de forme rectangulaire en placage de bois de rose et bois de violette. Il ouvre à deux tiroirs en façade

décorés de plaques rectangulaire en porcelaine à fond vert et décor polychrome d'oiseaux dans des

réserves. Pieds en gaine. Décoration en bronzes ciselés et dorés tels que : chutes à feuilles d'acanthe,

galerie ajourée.

Attribuée à Levasseur Jeune

Première moitié du XIX e siecle.

Haut. : 0,77 - Larg. : 1,34 - Prof. : 0,69 m

500 000/600 000 FF - 75 000/90 000 €

Ce bureau évoque la production des ateliers d’ébénisteries au cours de la première moitié du XIX e siècle et en particulier celui

du petit fils d’Etienne Levasseur (1721-1798) " Levasseur Jeune " fils de Pierre Etienne Levasseur. Formé dans l’atelier de son

grand-père il travailla pour l’aristocratie britannique et très vraisemblablement fut en rapport avec le Marchand Edouard

Holmes Baldock (1) ; qui livra au 5ème Duc de Buccleuch (Walter-Francis 1806-1884) un ensemble de meubles. Un bureau

de modèle similaire faisant partie de la collection Roberto Polo (2) témoigne de la persistance du goût pour les meubles Louis

XVI dans la première moitié du XIX e siècle.

(1) "Edward Holmes Baldock" in The Connoisseur, Août 1975 p 290-299 et septembre 1975 p 18 à 25.

(2) Vente Ader Tajan, Paris Hôtel George V n°150

121


122

318 RARE TABLE DITE " À LA TRONCHIN "

de forme rectangulaire en acajou et placage d’acajou, le plateau basculant, la ceinture dégage un tiroir

avec tablette et de chaque côté des doubles tirettes superposées. Elle est équipée d’une crémaillère à

manivelle et repose sur des pilastres violonés, flanqués de pieds incurvés réunis par une traverse.

Par Canabas (non signé).

Epoque Louis XVI

Dim. fermée :

Haut. : 0,755 - Larg. : 0,945 - Prof. : 0,57 m

500 000/600 000 FF - 75 000/90 000 €

CANABAS (JOSEPH GEGENBACH DIT) REÇU MAÎTRE EN 1766.

Joseph Gegenbach dit Canabas emploie aussi bien le placage d’acajou que l’acajou massif, toujours de grande qualité. Il travaille

notamment pour les ébénistes Jean-François Oeben et Pierre Migeon dont les livres des ouvriers témoignent de ses

livraisons jusqu’en 1761. Il obtient sa maîtrise le 1er avril 1766 et s’établit Grande Rue du Faubourg St Antoine. La plus grande

partie de sa production se rattache au style Louis XVI, l’influence de l’anglomanie à la fin du XVIIIe siècle, et notamment

l’usage d’une nouvelle pièce : la salle à manger, font apparaître des meubles destinés à servir au cours de repas en l’absence

de domestiques : meubles légers, faciles à transporter ; rafraîchissoirs, serviteurs muets ou " servantes " ; ainsi que des

meubles à usage privé comme cette table à multiples plateaux.

Cf : - " Des meubles fonctionnels signés I. Canabas " par C. Herail in Connaissance des Arts, avril 1958, p. 62 à 67

" Les meubles à transformation et à secret " par S. de Plas, 1974

123


124

319 COMMODE

de forme rectangulaire à léger ressaut en acajou et placage d’acajou. Elle ouvre à deux tiroirs sans traverse.

Les montants arrondis. Pieds cambrés.

Transition des époques Louis XV et Louis XVI. (quelques accidents).

Ornements de bronze ciselé à frises de postes, feuilles d’acanthe, rinceaux et enroulements.

Dessus de marbre brèche rouge réparé.

Haut. : 0,89 - Larg. : 1,48 - Prof. : 0,65 m

80 000/120 000 FF - 12 000/18 000 €

320 PAIRE DE CONSOLES

de forme demi-lune en bois laqué vert pâle et doré, orné de guirlandes de feuilles de laurier, perles, palmettes.

Elle reposent sur des pieds en gaine à cannelures terminés par des sabots décorés de palmettes.

Dessus de marbre brèche rosé (réparé).

Italie. Fin du XVIIIe ou début du XIXe siècle (fentes)

Haut. : 0,95 - Larg. : 1,185 - Prof. : 0,57 m

200 000/250 000 FF - 30 000/37 500 €

125


126

321 PAIRE DE CONSOLES

de forme demi-lune en bronze ciselé de frises de palmettes et

feuillages, masques et rosaces. Les montants en forme de bustes

de sphinges ailées. Elles reposent sur des bases triangulaires

évidées en placage d’acajou flammé. Dessus de marbre

verde antico encastré.

Style Empire.

Haut. : 0,92 - Larg. : 1,00 - Prof. : 0,51 m

100 000/120 000 FF - 15 000/18 000 €

322 GUÉRIDON ROND

en acajou, placage d'acajou, bois patiné et bois doré. Il repose

sur trois pieds en cariatide à tête de lion et jaret de bête terminé

par une entretoise triangulaire surmontée d'une vasque.

Décoration de bronze ciselé tel que appliques.

Epoque Consulat

Dessus de marbre gris veiné

Haut. : 0,715 - Diam. : 0,95 m

120 000/150 000 FF - 18 000/22 500 €

Un guéridon de modèle identique orné de tiroirs est reproduit dans “Mobilier

Empire Directoire” par Chantal Bizot p 66.

127


128

323 CONSOLE

de forme rectangulaire le plateau en placage de marbre vert repose sur un piètement à volutes orné de

feuilles d’acanthe en marbre blanc et polychrome.

Italie - fin du XVIII e - début du XIX e siècle

Haut. : 0,84 - Larg. : 1,33 - Prof. : 0,66 m

60 000/80 000 FF - 9 500/11 000 €

324 TABLE DE SALON

de forme rectangulaire en placage de satiné marqueté en feuilles. Elle ouvre à un tiroir en ceinture. Les

montants en bronze doré à termes de jeunes femmes dans le goût de l’Antique supportant des paniers

de fleurs et fruits sont réunis par une entretoise mouvementée surmontée d’un panier à l’imitation de la

vannerie et terminés par des pieds fuselés à cannelures torses. Ornements de bronze ciselé et doré à

masques dans des médaillons, sphinges ailées, guirlandes de fleurs et fruits retenues par des nœuds de

ruban, rinceaux feuillagés, enroulements, rosaces, frises de perles et encadrements à fond amati. Dessus

de marbre sarancolin.

Style Louis XVI.

Haut. : 0,76 - Larg. : 0,85 - Prof. : 0,48 m

60 000/80 000 FF - 9 500/11 000 €

L’original de ce bureau de fantaisie, rivalise en grâce et en légèreté avec les plus délicates productions de Riesener ou de

Martin Carlin. Exécuté par Adam WEISWEILER pour la Reine Marie-Antoinette, très probablement avec le concours du ciseleur

GOUTHIÈRE, il présente un pupitre à ressort en laque de Chine. Aliénée sous la Révolution, cette table précieuse fut

rachetée par Napoléon III dans la succession de Beauvau, et se trouve aujourd’hui au Musée du Louvre.

Cf. la reproduction planche LXXI de l’ouvrage : " Les ébénistes français du XVIIIème siècle, par François de Salverte.

129


130

325 PAIRE DE GUÉRIDONS

en bronze ciselé et doré de feuilles d’acanthe,

palmettes ajourées et enroulements. Le

fût balustre est supporté par des pieds

cambrés terminés par des griffes tenant des

boules.

Les plateaux en marqueterie de marbres :

vert destour, leranto rosso, campan grand

mélange, griotte, sarancolin, fleur de

pêcher, brèche d’Alep et brèche de benou à

décor rayonnant dans des encadrements

en marbre blanc, verde antico et jaune de

Sienne.

Style Restauration.

Haut. : 0,78 - Diam. : 0,76 m

80 000/120 000 FF - 11 000/18 000 €

326 PAIRE DE VASQUES

de forme ovale en marbre rouge veiné de

blanc. Elles sont décorées de moulures et

reposent sur un fût en balustre terminé par

une base à piédouche.

Sicile XIX e siècle (restaurations, égrenures).

Haut. : 1,21 - Larg. : 0,96 - Prof. : 0,71 m

60 000/80 000 FF - 9 500/11 000 €

TAPIS - TAPISSERIES

131


132

327 TAPISSERIE AU POINT

à fond crème et décor polychrome de

vase fleuri, treillages, feuilles d'acanthe,

rosaces. Bordure décorée de tores de

ruban, volutes feuillagées.

Epoque Louis XIV (restaurations, reprises)

Haut. : 3,05 - Larg. : 1,13 m

50 000/70 000 FF - 7 000/9 000 €

Un ensemble de quatre panneaux en tapisserie au

point à décor similaire à figuré à l'exposition "Louis

XIV, Faste et Décor" à Paris, mai-octobre 1960,

n°787 à 790. Une tapisserie au point représentant

le même sujet est reproduite dans "l'Art Français

du XVIIIe siècle".Connaissance des Arts, 1958,

page 142, fig. 3.

328 TAPISSERIE DE BRUXELLES

dite "ténière" représentant une scène de la

vie courante avec à l'arrière-plan un moulin,

bordure formant cadre ornée de feuilles

d'acanthe, signée B-B LEYNIER R.

XVIIIe siècle (restaurations)

Haut. : 2,96 - Larg. : 2,63 m

180 000/200 000 FF - 25 000/35 000 €

Une tapisserie représentant le même sujet fut vendue

à Londres le 25 mai 1990 sous le n° 17

BIBLIOGRAPHIE

cf “handbook on the Téniers Tapestries” par H.C

Marillier - Londres 1932.

133


134

329 TAPISSERIE DE LA TENTURE DES "SAISONS LUCAS"

représentant l'Automne; un groupe de paysans portant des baquets remplis de raisins les déversent dans

un pressoir, tandis que sur la gauche un jeune homme verse du jus de raisin. Au premier plan des enfants

jouent.

Bordure décorée de fleurs.

Fin du XVII e siècle début du XVIII e siècle - Gobelins ou Bruxelles (restaurations, manques)

Haut. : 3,10 - Larg. : 5,30 m

600 000/800 000 FF - 90 000/120 000 €

Le nom de " Saisons Lucas " a été donné pour la première fois par William G.Thomson en 1915 (1) car celui-ci pensait que Lucas de

Leyde était l’auteur de la tenture des " Mois Lucas ", il attribua ceux des " Saisons " au même artiste par comparaison. Aujourd’hui,

la paternité de ces cartons n’est plus donnée à Lucas de Leyde ; il est évident que ces derniers sont du même auteur que la tenture

des Mois ou d’un artiste de son entourage à la suite de Bernard Van Orley (2) .

Plusieurs tentures sont connues, un ensemble de trois pièces, l’Eté, l’Automne, l’Hiver sont conservés au Metropolitan Museum de

New York (3) ; un ensemble de trois pièces à fil d’or fut dispersé lors de la vente des collections de Louis-Philippe du Domaine de

Monceaux à Paris.

(1) Catalogue de la vente Henry Symons, Anderson Gallerie New York 27 janvier au 3 février 1923 p 282,283.

(2) Quelques chef-d’œuvres de la collection Djahanguir Riahi, Franco Maria Ricci 1999 Milan : les Saisons Lucas par marie-Hélène de Ribou

P 66 à 71.

(3) " European post-médiéval tapestries and related hangings in the Metropolitan Museum of Art " par Edith.A.Standen. Vol I p 322 à 330.

135


136

330 IMPORTANTE TAPISSERIE DE BRUXELLES DE L'HISTOIRE D'ALEXANDRE

d'après Jacob Jordaens, représentant celui-ci recevant l'hommage et les présents d'un roi vaincu. Riche

bordure à décor de cariatides, mascarons, fruits, amours, avec en bas l'inscription dans un cartouche :

"DIVINE PALLADIS ARTE PICTURAM SUPERAVIT ACUS" .

XVIII e siècle (restaurations, reprise dans les dimensions et dans la bordure)

Haut. : 4,17 - Larg. : 7,18 m

280 000/300 000 FF - 42 000/45 000 €

137


138

331 TENTURE RECTANGULAIRE

en broderie de laine à décor

polychrome sur fond bleu,

d’enroulements de feuillages

et fleurs épanouies. Elle est

ornée d’un vase de fleurs dans

un cartouche à rinceaux et

coquilles sur un contrefond

violine. La bordure à frise de

rinceaux feuillagés et fleuris.

Début du XVIII e siècle.

(quelques restaurations)

Haut. : 2,68 - Larg. : 1,33 m

15 000/20 000 FF

2 250/3 000 €

332 TAPISSERIE DE BRUXELLES

représentant le commerce

avec au centre le Dieu Mercure

tenant un caducée, à ses

côtés de nombreux personnages

déballant des marchandises.

A l’arrière-plan un dromadaire

; elle est ornée dans la

partie supérieure d’un blason

représentant les armes de

Marie Thérèse d’Autriche,

Impératrice d’Allemagne.

Signé D. Leyniers.

Bordure à l’imitation d’un

cadre.

Milieu du XVIIIe siècle (restaurations)

Haut. : 4,20 - Larg. : 5,51 m

250 000/350 000 FF

37 500/55 000 €

BIBLIOGRAPHIE

« Tapestries of the Lowlands » par

Heinrich Göbel New York 1924 planche

n°300 – reproduit un exemplaire

identique sans armoiries, provenant

de la collection Somzée.

139


140

333 « KHORASSAN »

à décor floral polychrome sur fond bleu nuit, avec une bordure principale aux tortues et quatorze contrebordures

(usures).

Iran, fin du XIXe siècle

Dim. : 490 X 406

30 000/40 000 FF/4 500/6 000 €

141

334 TAPIS

rectangulaire à fond crème et décor polychrome avec au centre un médaillon de fleurs, rinceaux feuillagés

et rubans. Il présente des médaillons dans les écoinçons et des paniers fleuris.

Epoque Napoléon III (restaurations, reprises dans les bordures)

6,90 x 5,40 m

100 000/120 000 FF - 15 000/18 000 €


142

335 TAPIS

de forme carrée à fond vert et décor polychrome avec au centre une étoile décorée de guirlandes de

fleurs. Il présente des fleurons dans des carrés. Bordure à fond jaune orné de fleurs et rosaces.

Epoque Restauration (quelques usures, restaurations)

3 X 3,16 m

60 000/80 000 FF - 9 000/12 000 €


ORDRE D'ACHAT / ABSENTEE BID FORM

OBJETS D’ART & BEL AMEUBLEMENT DES XVII, XVIII ET XIX E SIÈCLES

MARDI 18 DÉCEMBRE 2001 À 20 H 30 - FOUR SEASONS HOTEL, GEORGE V - PARIS

NOM ET PRÉNOM / NAME AND FIRST NAME

ADRESSE / ADDRESS

TÉL / PHONE

RÉFÉRENCES BANCAIRES (SI L'ENCHÉRISSEUR N'EST PAS CONNU DE L’ETUDE TAJAN) / BANK REFERENCES (IF BIDDER IS UNKNOWN TO ETUDE TAJAN)

APRÈS AVOIR PRIS CONNAISSANCE DES CONDITIONS DE VENTE DÉCRITES DANS LE CATALOGUE, AINSI QUE DES CONSEILS AUX ACHETEURS, JE DÉCLARE

LES ACCEPTER ET VOUS PRIE D'ACQUÉRIR POUR MON COMPTE PERSONNEL AUX LIMITES INDIQUÉES EN FRANCS FRANÇAIS, LES LOTS QUE J'AI DÉSIGNÉS CI-DESSUS.

I HAVE READ THE CONDITIONS OF SALE AND THE GUIDE TO BUYERS AND AGREE TO ABIDE BY THEM. I GRANT YOU PERMISSION TO PURCHASE ON MY BEHALF

THE FOLLOWING ITEMS WITHIN THE LIMITS INDICATED IN FRENCH FRANCS.

DATE

LOT N O

PORTABLE / MOBILE

DESCRIPTION DU LOT

LOT DESCRIPTION

* LES LIMITES NE COMPRENANT PAS LES FRAIS LÉGAUX / THESE LIMITS DO NOT INCLUDE FEES AND TAXES

** RÉSERVÉ À L’ETUDE / FOR ETUDE USE

SIGNATURE OBLIGATOIRE / REQUIRED SIGNATURE

FAXER À / PLEASE FAX TO ETUDE TAJAN +33 1 53 30 30 31

FAX

* LIMITE EN FRANCS FRANCAIS

TOP LIMIT OF BID IN FRENCH FRANCS

FRAIS LÉGAUX / FEE ET TAXES

TOTAL ADJUGÉ / TOTAL REALIZED

TOTAL

** VOUS ONT ÉTÉ ADJUGÉS

PRICE REALIZED


144

CONDITIONS DE VENTE & ENCHÈRES

La vente sera faite au comptant et conduite en Francs Français. Au

moment où ce catalogue est imprimé, nous nous trouvons dans

l’incapacité de connaître le montant des frais qui pourront être perçus

auprès des acheteurs, une réforme étant en cours à cet égard,

dans le cadre d’un rapprochement des usages internationaux

indispensable.

Nous pouvons toutefois indiquer dès à présent, que ces frais

seront :

- au minimum de 9 % + TVA (soit 10, 764 % TTC) de façon linéaire.

- au maximum, dégressifs par tranche et par lot, de 15 % + TVA

(soit 17,94 % TTC) jusqu’à 100 000 Euros, et de 12 % + TVA (soit

14,35 % TTC) au delà de 100 000 Euros.

Ces frais seront précisés avant la vente.

GARANTIES

Conformément à la loi, les indications portées au catalogue engagent

la responsabilité du Commissaire-Priseur, sous réserve des

rectifications éventuelles annoncées au moment de la présentation

de l’objet et portées au Procès-Verbal de la vente. Une exposition

préalable permettant aux acquéreurs de se rendre compte de l’état

des biens mis en vente, il ne sera admis aucune réclamation une

fois l’adjudication prononcée. Les restaurations et les retouches

des œuvres ne sont pas signalées. Un compte-rendu de l’état de

conservation des œuvres peut être demandé à l’Etude.

ENCHÈRES

Les enchères suivent l’ordre des numéros au catalogue.

Le Commissaire-Priseur est libre de fixer l’ordre de progression des

enchères et les enchérisseurs sont tenus de s’y conformer.

Le plus offrant et dernier enchérisseur sera l’adjudicataire. En cas

de double enchère reconnue effective par le Commissaire-Priseur,

l’objet sera remis en vente, tous les amateurs présents pouvant

concourir à cette deuxième mise en adjudication.

Ordre d’achat : Si vous souhaitez faire une offre d’achat par écrit,

vous pouvez utiliser le formulaire prévu à cet effet en fin de catalogue.

Celle-ci doit nous parvenir au plus tard 2 jours avant la vente

accompagnée de vos coordonnées bancaires.

Enchères par téléphone : Si vous souhaitez enchérir par téléphone,

veuillez en faire la demande par écrit, accompagnée de vos coordonnées

bancaires, au plus tard 2 jours avant la vente.

Les enchères par téléphone sont un service gracieux rendu aux

clients qui ne peuvent se déplacer. En aucun cas l’Etude Tajan ne

pourra être tenue responsable d’un problème de liaison téléphonique

dû à des raisons techniques.

RETRAIT DES ACHATS

En cas de paiement par chèque ou par virement, la délivrance des

objets pourra être différée jusqu’à l’encaissement. Dès l’adjudication,

l’objet sera sous l’entière responsabilité de l’adjudicataire.

L’acquéreur sera lui-même chargé de faire assurer ses acquisitions,

et l’Etude Tajan décline toute responsabilité quant aux dommages

que l’objet pourrait encourir, et ceci dès l’adjudication prononcée.

Les acheteurs sont invités à se renseigner auprès de l’Etude

(tél +33 1 53 30 30 04) avant de venir retirer leurs objets. En effet

l’Etude dispose de plusieurs lieux de stockage, choisis en fonction

des disponibilités et de la nature des ventes. La formalité de licence

d’exportation peut requérir un délai de cinq à six semaines, celui-ci

pouvant être sensiblement réduit selon la rapidité avec laquelle l’acquéreur

précisera ses instructions à l’Etude. Les objets d’une valeur

supérieure à 100 000 FF figurant dans nos catalogues sont vérifiés

par l’association internationale « The Art Loss Register », chargée de

rechercher les œuvres d’art volées ou dont les propriétaires auraient

été spoliés.

TERMS OF SALE & BIDS

GUARANTEES

The auctioneer is bound by the indications in the catalogue, modified

only by eventual announcements made at the time of the sale

noted into the legal records thereof. Prospective bidders should

inspect the property before bidding to determine its condition, size,

and whether or not it has been repaired, restored or repainted.

Exhibitions prior to the sale at Etude Tajan or on the sale point permits

buyers to establish the condition of the works offered for sale,

and therefore no claims will be accepted alter the fall of the hammer.

A condition report of the works is available at the Etude Tajan

upon request.

BIDS

Biddings will be in accordance with the lot numbers listed in the catalogue

or as announced by the auctioneer, and will be in increments

determined by the auctioneer.

The highest and last bidder will be the purchaser.

Should the auctioneer recognise two simultaneous bids on an

object, the lot will be put up for sale again and all those present in

the saleroom may participate in this second opportunity to bid.

Absentee bids : If you wish to make a bid in writing, you should use

the form included at the end of this catalogue. This should be received

by us no later than two days before the sale accompanied by

your bank references.

Telephone bids : If you wish to bid by telephone, please make your

request to be called in writing, accompanied by your bank references,

to be received by us no later than two days before the sale,

accompanied by your bank references.

Telephone bids are a free service designed for clients who are unable

to be present at an auction. The Etude Tajan cannot be held

responsible for any problems due to technical difficulties.

COLLECTION OF PURCHASES

If payment is made by cheque or by wire transfer, lots may not

be withdrawn until the payment has been cleared. From the

moment the hammer falls, sold items will become the exclusive

responsability of the buyer. The buyer will be solely responsible

for the insurance. Tajan assumes no liability for any damage to

items which may occur after the hammer falls. Buyers at Etude

Tajan are requested to confirm with the Etude (tel +33 1 53 30

30 04) before withdrawing their purchases. The Etude Tajan has

several storage warehouses depending on the type of goods

sold at the auctions. An export license can take five to six weeks

to process, although this time may be significantly reduced

depending upon how promptly the buyer supplies the necessary

information to Tajan. Objects with a value of more than

100.000 FF are verified by the in international association “ The

Art Loss Register ”, which researches stolen or despoiled works

of art.

AVIS :

Georges et Louis Lefebvre ont décrits les lots de 201 à 235 - Arnould

de Charette a décrit les lots de 236 à 244 - Thierry Portier - 52, rue

Taitbout - 75009 Paris - Tél.: 01 45 26 08 82 - Fax.: 01 42 81 05 47 a

décrit le lot 278 - Lucien Arcadre a décrit le lot 333 - Jacques Saint Bris

a décrit les lots 249 - 254 - 255 - 260 - 264 - 267 - 268 - 274 - 285 -

289 - 300 - 309 - 312 - 319 - 321 - 324 - 325 - 331 - Olivier Le Fuel et

Roland de L’Espée ont décrits les lots 245 à 248 - 250 à 253 - 256 à

259 - 261 à 263 - 265 - 266 - 269 à 273 - 275 à 277 - 279 à 284 -

286 à 288 - 290 à 299 - 301 à 308 - 310 - 311 - 313 à 318 - 320 -

322 - 323 - 326 à 330 - 332 - 334 - 335.

CORRESPONDANTS EN FRANCE ET À L’ÉTRANGER

RÉGION EST

FRÉDÉRIC GASSER

Cours Albert Schweitzer - 55A, rue du Val St Grégoire - 68000 Colmar

tél +33 3 89 30 14 53

RÉGION SUD OUEST

BERNARD BRUEL

16, rue Saint Julien - 81000 Albi

tél +33 5 63 38 20 28

RÉGION CENTRE

BRUNO PERRIER

7, rue Alexis Bessart - 71700 Tournus

tél +33 3 85 27 01 60

BELGIQUE

PHILIPPE SAINT

3, rue Coppens - 1000 Bruxelles

tél +32 2 511 64 27

MONACO

ART MONACO S.A.

"Le Vallespir" - 25, boulevard du Larvotto - MC 98000 Monaco

tél +377 93 50 73 15

SUISSE

CATHERINE NIEDERHAUSER

8, rue du grand Chêne, 8 - 1002 Lausanne

tél +41 21 312 98 18

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!