Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région ...

sante.cfwb.be

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région ...

Direction

Générale

de la Santé

Infection au VIH et

sida dans la Région

wallonne et dans la

Région de

Bruxelles-Capitale

Service Communautaire

ULB-PROMES

Novembre 2002

Photo : © Jean-Louis Saïz / Question Santé.


* Service Communautaire de

Promotion de la Santé “Sipes”

c/o ULB-PROMES École de Santé

Publique, C.P. 596

route de Lennik 808

1070 Bruxelles

Tél. : 02 555 40 81

Fax : 02 555 40 49

Adresse électronique :

promes@erasme1.ulb.ac.be

Site Internet :

http://www.ulb.ac.be/esp/promes

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

PRÉSENTATION

La présente brochure est destinée aux acteurs de la prévention en Wallonie et à Bruxelles

et notamment aux responsables du plan stratégique. En effet, comme l’a souligné en

décembre 2001 Nicole Maréchal, Ministre de la santé de la Communauté française, “les

données récentes obligent à maintenir, voire à renforcer les actions de prévention”.

La brochure représente la mise à jour jusqu’en 2000 d’une brochure du même nom publiée

il y a près de trois ans. Les deux versions ont été soutenues par le Ministère de la

Communauté française de Belgique que nous remercions de son appui.

Nos remerciements s’adressent également aux membres des a.s.b.l. qui ont bien voulu

donner leur appui dans les domaines qui les concernaient : le Service international de

recherche/ éducation et action sociale pour les populations non belges, Ex Æquo pour les

personnes homo/bisexuelles masculines, Modus Vivendi pour les usagers de drogue par

voie intraveineuse, Espace P… pour les prostituées, le Centre Elisa pour diverses informations.

La mise en page a été réalisée par Nathalie da Costa Maya du Centre de Diffusion de la

Culture Sanitaire a.s.b.l.

Douchan Beghin*, André Sasse**, Vladimir Martens*** et Danielle Piette*

Décembre 2002

** Institut Scientifique de la Santé

Publique – Louis Pasteur

Section d’Épidémiologie

rue J. Wytsman 14

1050 Bruxelles

Tél. : 02 642 50 39

Fax : 02 642 54 10

Adresse électronique : aids@ihe.be

Site Internet :

http://www.iph.fgov.be/epidemio

*** Observatoire socioépidémiologique

du sida et des

sexualités

Facultés universitaires Saint-Louis

Boulevard du Jardin Botanique 43

1000 Bruxelles

Tél. : 02 211 79 10

Gsm : 0478 24 38 58

Fax : 02 211 79 95

Adresse électronique :

observatoire@fusl.ac.be

Direction générale de la santé

Service général de la prévention

du sida

Ministère de la Communau

française

Boulevard Léopold II 44

1080-Bruxelles

Tél. : 02 413 26 27

Fax : 02 413 26 13

Adresse électronique :

pierre.moureaux@cfwb.be

Site Internet : http://www.cfwb.be

Présentation Page i


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

TABLE DES MATIÈRES

RÉSUMÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ix

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1

Sources des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

Limites des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

I. LA POPULATION GÉNÉRALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

I.1. La population générale cible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

I.2. L’épidémiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

1. La situation dans le Royaume . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

2. La population étudiée en Wallonie et à Bruxelles . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

3. Personnes de nationalité belge détectées séropositives . . . . . . . . . . . 11

4. Personnes de nationalité non belge détectées séropositives . . . . . . . . 13

5. Estimation de la séroprévalence dans certains groupes vulnérables . . . 16

6. L’infection en Belgique et en Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

7. Les malades du sida en Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

8. Diagnostic tardif de la séropositivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

9. Synthèse et comparaison Belges/ non-Belges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

I.3. Les pratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

1. Âge au premier rapport sexuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

2. Pénétration anale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

3. Multipartenariat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

4. Prostitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

5. Relations avec les pays à forte endémie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

6. Les infections sexuellement transmissibles comme indicateur de risque 25

7. Autres situations à risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

8. Modes d’adaptation au risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

9. Le dépistage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

I.4. Connaissances et attitudes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

1. Identification des modes de contact non contaminants . . . . . . . . . . . . 32

2. Identification de moyens de protection efficaces et inefficaces . . . . . . . 33

3. Attitudes discriminatoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

4. Perception du risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

5. Acceptation des messages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

6. Appréciation des actions de prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

7. Confiance dans les intervenants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

Présentation Page iii


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

II. LES POPULATIONS NON BELGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

II.1. La population cible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

II.2. L’épidémiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

1. La population infectée à étudier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

2. Nouveaux diagnostics d’infection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

3. Estimation de la séroprévalence en Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

4. Les malades du sida en Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

5. Diagnostic tardif de la séropositivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

6. Comparaison aux Belges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

II.3. Les pratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

1. Âge au premier rapport sexuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

2. Multipartenariat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

3. Prostitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

4. Relations avec les pays à forte endémie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

5. Présence d’une infection sexuellement transmissible . . . . . . . . . . . . . 43

6. Modes d’adaptation au risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

7. Le dépistage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

II.4. Connaissances et représentations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

1. Les jeunes congolais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

3. Les parents congolais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

4. Les leaders religieux congolais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

III. LES HOMO/ BISEXUELS MASCULINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49

III.1. La population cible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

III.2. L’épidémiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

1. La population infectée à étudier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

2. Evolution des nouveaux diagnostics d’infection . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

3. Nouveaux diagnostics d’infection par âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

4. Nouveaux diagnostics d’infection selon le profil de risque . . . . . . . . . . 56

5. Estimations de la séroprévalence en Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

6. L’infection en Belgique et en Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

7. Les malades du sida en Belgique et en Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

8. Diagnostic tardif de la séropositivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

9. Synthèse et comparaison des Belges et des non-Belges . . . . . . . . . . . 59

III.3. Les pratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

1. Pénétration anale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

2. Multipartenariat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

3. Prostitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

4. Les infections sexuellement transmissibles comme indicateur de risque . 61

5. Modes d’adaptation au risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

III.4. Connaissances et attitudes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

1. Identification des modes de contact non contaminants . . . . . . . . . . . . 64

2. Identification des modes de transmission lors d’une relation sexuelle . .64

3. Connaissances au sujet des nouveaux traitements . . . . . . . . . . . . . . . .65

4. Attitudes diverses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

5. Acceptation de l’homosexualité dans la population générale . . . . . . . . 67

IV. LES JEUNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

IV.1. La population cible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

IV.2. L’épidémiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

1. La population infectée à étudier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

2. Evolution des nouveaux diagnostics d’infection . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

3. Jeunes infectés de nationalité belge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

4. Jeunes infectés d’une nationalité autre que belge . . . . . . . . . . . . . . . . 73

5. Synthèse et comparaison des Belges et des non-Belges . . . . . . . . . . . 74

Page iv Présentation


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

IV.3. Les pratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

1. Âge au premier rapport sexuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

2. Pénétration anale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

3. Multipartenariat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

4. Prostitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

5. Usage de drogue par voie intraveineuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

6. Modes d’adaptation au risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

IV.4. Connaissances et attitudes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

1. Connaissance de modes de transmission et de la maladie . . . . . . . . . . 80

2. Identification de moyens de protection inefficaces . . . . . . . . . . . . . . . . 81

3. Identification de modes de contact non contaminants . . . . . . . . . . . . . 82

4. Attitudes discriminatoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

5. Perception du risque et de la protection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

6. Confiance dans les intervenants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

V. LES USAGERS DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE . . . . . . . . . . . . . . . . 87

V.1. La population cible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88

V.2. L’épidémiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89

1. La population infectée à étudier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89

2. Evolution des nouveaux diagnostic d’infection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90

3. Nouveaux diagnostics d’infection par âge et par sexe . . . . . . . . . . . . . 90

4. Estimation de la séroprévalence en Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91

5. L’infection en Belgique et en Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91

6. Les malades du sida en Belgique et en Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

V.3. Les pratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

1. Partage du matériel d’injection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

2. Comportements sexuels à risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

3. Présence concomitante d’une M.S.T. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95

4. Modes d’adaptation au risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

5. Indicateurs de marginalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

6. Accessibilité au matériel d’injection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

V.4. Connaissances et attitudes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

VI. AUTRES POPULATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

VI.1. Personnes atteintes d’une infection sexuellement transmissible . . . . 101

1. Fréquence de l’infection au VIH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

2. Pratiques, connaissances et attitudes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

VI.2. Nouveau-nés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

1. La population infectée à étudier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

2. Nouveaux diagnostics d’infection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104

VI.3. Personnes détenues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

VI.4. Femmes enceintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

VI.5. Personnes prostituées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

VII. LE PRESERVATIF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

VII.1. L’utilisation du préservatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112

1. Première observation : l’utilisation est faible mais s’accroît . . . . . . . . . 112

2. Deuxième observation : l’utilisation est surtout le fait des jeunes . . . . 117

3. Troisième observation : le préservatif est surtout utilisé comme moyen

anticonceptionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118

4. Quatrième observation : des blocages existent . . . . . . . . . . . . . . . . . 118

VII.2. L’accessibilité au préservatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120

1. Un produit plus disponible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120

2. Un produit moins cher . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

Présentation Page v


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

ABRÉVIATIONS

a.s.b.l. association sans but lucratif

C.E.S. Centre d’Études Sociologiques, Facultés Universitaires Saint-Louis,

Bruxelles

CESES Centre Européen de Surveillance du Sida, Saint-Maurice, France

E.S.I. Enquête de santé par interview

IHE Institut d’Hygiène et d’Épidémiologie

I.S.T. infection sexuellement transmissible

I.S.P. Institut Scientifique de la Santé Publique - Louis Pasteur,

anciennement I.H.E.

I.V. intraveineux

M.S.T. maladie sexuellement transmissible

sida syndrome d’immuno-déficience acquise

SIREAS Service international de recherche, éducation et action sociale

U.I.A. Universitaire Instelling Antwerpen

UDIV usager de drogue par voie intraveineuse

VIH virus de l’immunodéficience humaine

Page vi Présentation


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

LEXIQUE

Attitude Prédisposition interne, relativement stable, à agir dans un sens ou

dans l’autre.

Incidence Nombre de nouveaux cas d’une maladie survenant au cours d'une

période de temps, habituellement une année.

Inscrit Personne dont le domicile est repris dans le Registre national.

Malade du sida Personne infectée par le VIH et présentant au moins un des

symptômes d’immunodéficience retenus par le Center for Disease

Control, mise à jour 1993.

Médiane Valeur d’une variable telle que la moitié des valeurs lui est inférieure.

Prévalence Nombre de personnes atteintes à un moment donné.

Ce nombre correspond à la somme (cumulée) des nouvelles

détections annuelles, moins les décès annuels et moins les personnes

atteintes qui ont émigré.

Rapport sexuel Contact intime avec pénétration vaginale ou anale ou orale.

sidant Selon la définition de l’I.S.P., personne belge ou non-belge dont la

durée de résidence en Belgique est supérieure à 5 ans au moment du

diagnostic du sida.

Séropositif Personne qui présente des anticorps sanguins contre le VIH. Cette

pour le VIH personne peut être séropositive asymptomatique ou séropositive

malade du sida ou encore dans un stade intermédiaire. Synonymes

dans le texte : contaminé par le VIH, infecté par le VIH.

Présentation Page vii


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

RÉSUMÉ

Les chapitres I et II présentent la population générale en deux groupes : les Belges et les

non-Belges.

Pour l’ensemble du pays on observe depuis 1998 une ascension des nouvelles déclarations

d’infection au VIH avec un pic en 2000 de 952 déclarations, proche du pic de 1992.

Cinquante-six pour cent des formulaires de notification fournissent la Région de résidence.

La Région de Bruxelles-Capitale paraît la plus touchée, devant la Région flamande et la

Région wallonne.

De 1996 à 2000, un total de 1298 notifications a été recensé en Wallonie et à Bruxelles.

Deux tiers des cas concernent des personnes d’une nationalité autre que belge ; parmi ces

dernières, 80% sont originaires de pays sub sahariens.

Chez les Belges, on compte trois fois plus d’hommes que de femmes ; c’est le mode de

transmission homo/bisexuelle qui prédomine. Par rapport à la période quinquennale précédente,

on constate une légère régression de cette voie par rapport à la voie hétérosexuelle.

Chez les personnes possédant une nationalité autre que belge, les nouvelles déclarations

concernent plus de femmes que d’hommes. Le mode de transmission hétérosexuelle

domine largement dans les deux sexes.

Dans les deux groupes de nationalité les femmes sont atteintes à des âges plus précoces

que les hommes.

Le taux de séroprévalence se situerait dans notre pays à 1 à 2 pour mille habitants.

Certaines populations montreraient des taux largement supérieurs : originaires d’Afrique

subsaharienne, homo/bisexuels masculins, usagers de drogue intraveineuse, personnes

atteintes d’infections sexuellement transmissibles, personnes détenues.

Les nouveaux cas de maladie, c’est-à-dire les personnes atteintes du sida, touchent

davantage les non-Belges que les Belges.

L’introduction depuis 1996 de nouvelles thérapies a permis d’accroître la survie des personnes

atteintes ; ce résultat combiné à la tendance récente à l’accroissement du nombre

de nouveaux cas conduit à un accroissement du nombre total de personnes infectées dans

la communauté, c’est-à-dire du taux de séroprévalence.

Les informations concernant les pratiques, connaissances, attitudes et représentations en

relation avec l’endémie sont peu nombreuses et/ou peu récentes.

Environ une personne sur cinq ne se protégerait pas lors d’une exposition à un risque

potentiel de contamination ; la fréquence de la prise de risque est plus élevée dans certaines

catégories de la population : chez les jeunes, parmi les personnes ayant fait des études

supérieures, parmi les homo/bisexuels masculins, parmi les personnes originaires

d’Afrique subsaharienne, parmi les personnes en situation de rupture. Une fréquence élevée

d’infections sexuellement transmissibles se retrouve dans certaines de ces mêmes

catégories, signant clairement la prise de risque.

La population témoigne dans l’ensemble d’un niveau de connaissances insuffisant se traduisant

par d’importantes lacunes et de nombreuses fausses croyances. En général, les

connaissances adéquates sont plus fréquentes dans les classes les plus instruites ou à

revenu élevé et chez certains jeunes.

Présentation Page ix


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

De nombreuses personnes émettent un souhait d’identification voire de ségrégation des

personnes contaminées ; ces attitudes sont plus répandues parmi la population d’instruction

ou de revenu faible, parmi les personnes d’une nationalité autre que belge.

Pour la Wallonie et Bruxelles, on relève parmi les personnes pour lesquelles la voie de

transmission est documentée, que les formulaires indiquent 20% de transmission

homo/bisexuelle. Si l’on se réfère aux seuls hommes, on constate alors que ce mode

vient en première position chez les Belges et en deuxième position chez les non-Belges.

Le poids relatif de la transmission homo/bisexuelle s’atténue au cours des ans puisqu’il

chute de 31% de l’ensemble des détections en 1987-91, à moins de 17% pour 1996-2000.

Les données disponibles au sujet des connaissances, attitudes et pratiques de cette population

révèlent une adoption importante des comportements de protection depuis le début

de l’endémie. Cependant, un taux non négligeable de prises de risque est également

observé, surtout chez les personnes qui pratiquent le partenariat multiple. Une augmentation

de ces prises de risque est à nouveau enregistrée dans plusieurs pays européens

depuis 1999. Ce relâchement de la prévention est observé chez nous par une a.s.b.l.

Parmi les jeunes, c’est-à-dire la population âgée de 15 à 24 ans, on compte trois fois plus

de nouvelles déclarations chez les non-Belges que chez les Belges.

Chez ces derniers, ce sont surtout les hommes qui sont atteints. La voie homo/bisexuelle

prédomine.

Chez les non-Belges, les jeunes filles sont près de deux fois plus nombreuses que les jeunes

gens. La voie hétérosexuelle est de très loin la plus importante. Les contaminations

avec des partenaires originaires d’un pays africain sont très fréquentes.

Dans l’ensemble, nos jeunes se protègent moins bien que leurs aînés lors de relations avec

risque potentiel de contamination ; ce sont eux aussi qui ont le plus de relations sexuelles

avec différents partenaires.

Les jeunes d’origine subsaharienne montreraient des niveaux de pratiques et de connaissances

moins favorables que celles de la population belge.

Usagers de drogue intraveineuse

Le nombre de déclarations attribuant une nouvelle infection à l’injection de drogue intraveineuse

a diminué dans les 10 dernières années.

Les comportements de protection lors de rapports sexuels sont probablement affaiblis

chez ces sujets présentant par définition des comportements de défi, de déni, de dépit,

voire même d’autodestruction. Par contre, il semble que le partage du matériel d’injection

soit en régression.

Autres populations

Les infections sexuellement transmissibles sont associées à une prévalence d’infection au

VIH très nettement accrue. Le profil des personnes atteintes d’infections sexuellement

transmissibles rejoint celui des personnes séropositives : personnes originaires ou vivant

dans des pays endémiques, personnes homo/bisexuelles, personnes pratiquant le partenariat

multiple.

Les transmissions de l’infection par la voie mère/ enfant représentent 3% de l’ensemble

des nouvelles notifications. Elles concernent très principalement des personnes possédant

la nationalité d’un pays de l’Afrique subsaharienne.

Les personnes détenues montrent un taux de séropositivité élevé.

Trois groupes constituent les cibles prioritaires de la prévention envers les personnes prostituées

: les personnes issues de pays à forte endémicité, les garçons/transsexuels/

travestis, et les toxicomanes.

L’utilisation du préservatif dans notre pays est faible mais croît depuis une quinzaine

d’années.

L’utilisation est généralement associée positivement avec le nombre de partenaires. Ce

sont surtout les jeunes qui sont consommateurs du préservatif.

Page x Présentation


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Les couples qui utilisent le préservatif le font davantage dans une optique de contraception

que dans le but de se protéger contre une infection.

Les préjugés et les mécanismes de défense expliquent pour une large part l’utilisation

insuffisante. Des blocages importants se retrouvent parmi les personnes originaires de

pays d’Afrique subsaharienne.

Depuis le milieu des années 1990, l’accessibilité au produit s’est nettement améliorée,

notamment par la suite de la mise sur le marché d’un préservatif bon marché.

En guise de recommandation


La surveillance de l’épidémie, tant au plan épidémiologique que sociologique, reste

indispensable compte tenu de l’accroissement du taux de séroprévalence. Il est donc

essentiel de disposer de données permettant de mieux comprendre les comportements

des individus et les effets des traitements, et donc d’améliorer les actions de prévention

et de contrôle parmi tous les groupes de population, spécialement parmi les populations

migrantes, en évitant toute stigmatisation et discrimination à l’égard de ces populations.

Présentation Page xi


1] Voir le site www.iph.fgov.be

/epidemio/epifr

2] Sasse A, Van Kersschaever

G et Stroobant A. Épidémiologie

du sida et de l'infection à

VIH en Belgique. Situation au

31 décembre 2000. Institut

Scientifique de Santé Publique,

IPH/EPI REPORTS Nr. 2001-

015. Bruxelles, décembre

2001, 28 p. + annexes.

3] Van Casteren V et Leurquin

P. Collection of data about HIVantibody

tests ; surveillance of

prescriptions of HIV-tests in

general practice by sentinel networks

in Europe. DCGV

Protect “Europe against Aids”.

Study funded by the CEC. IHE,

octobre 1993, 51 p.

4] Stroobant A. Indicators for

the evaluation of AIDS prevention

programmes. In Friedrich D

& Heckmann Eds : Aids in

Europe - The Behavioural

Aspect. Vol 4, 121-9, Berlin Ed.

Sigma, 1995.

5] in : Sasse A, Van Der

Heyden J et Stroobant A. Épidémiologie

du sida et de l’infection

à VIH en Belgique.

Situation au 31 décembre

1996. Institut Scientifique de la

Santé Publique-Louis Pasteur,

Bruxelles, décembre 1997, 54 p.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

INTRODUCTION

OBJECTIFS

La présente brochure est destinée aux acteurs en prévention et en promotion de la santé

de la Communauté française de Belgique. Elle doit les aider à mieux appréhender la situation

de l’infection au virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et du sida, et à tirer des

conclusions de cette analyse en vue de préparer les programmes quinquennaux et les

plans annuels.

SOURCES DES DONNÉES

Nous présentons ci-dessous les principaux producteurs d’études/ enquêtes/ rapports

auxquels nous ferons fréquemment référence. Les données spécifiques à la Wallonie et à

Bruxelles sont peu nombreuses sauf dans le domaine de l’épidémiologie ; en conséquence,

nous avons également inclus dans notre revue des données qui couvrent tout le pays.

L’Institut Scientifique de Santé Publique (I.S.P.)

L’Institut 1 publie un apport annuel : Epidémiologie de l’infection au VIH et du sida en

Belgique 2 . La surveillance de l’endémie se fait par la notification des nouvelles contaminations.

L’Institut Scientifique de la Santé Publique (I.S.P.) s’appuie sur le réseau national

des Laboratoires de référence sida pour la notification des sérums confirmés positifs,

et sur les médecins traitants pour la notification des malades du sida. Dans les deux cas,

un formulaire est joint à la notification ; tout en préservant l’anonymat, il fournit un signalement

de la personne notifiée : âge, sexe, nationalité, profil du risque, lieu du domicile

éventuel en Belgique (seuls les deux premiers chiffres du code postal sont demandés, ce

qui permet d’identifier la région d’appartenance).

L’I.S.P. rassemble les données sur les personnes qui ont consulté les services de santé,

ce qui permet d’avoir le nombre de personnes confirmées séropositives. Autrement dit, on

ne dispose pas d’information sur les personnes séropositives qui ne consultent pas et on

ne sait pas par exemple si la distribution des risques conduisant à l’infection est la même

dans cette partie de la population que dans celle qui est connue. Parmi les personnes

dépistées et révélées positives, une perte d’information survient du fait de questionnaires

remplis de manière incomplète.

L’Institut a rassemblé pour les besoins de la présente brochure des données épidémiologiques

originales sur la Région wallonne et sur la Région de Bruxelles-Capitale.

Réseau des médecins vigies 3,4,5 . Le réseau est un programme scientifique auquel collaborent

l’I.S.P., la Société Scientifique de Médecine Générale et le Vlaams

Huisartseninstituut. Il est constitué de médecins généralistes qui sont représentatifs de

l’ensemble des médecins généralistes par l’âge et le sexe ; ces médecins sont répartis de

manière homogène sur l’ensemble du territoire. Pendant la période 1988-95, le nombre de

participants a varié de 117 à 158 suivant les années ; pendant la même période, la population

vigie a fluctué de 1,3% à 1,5% de la population totale.

Introduction Page 1


La surveillance des maladies infectieuses par un réseau de laboratoires de microbiologie 6

–également appelés laboratoires vigies– permet la récolte d’informations sur l’évolution

de l’incidence de deux maladies sexuellement transmissibles depuis quinze ans. En 2000,

un total de 127 laboratoires participaient dans le pays, soit 48% des laboratoires agréés.

La surveillance des maladies sexuellement transmissibles via un réseau sentinelle de

cliniciens en Belgique 7 a été constitué plus récemment. Il comportait à ce moment 27

sites (pour la plupart situés en Flandre) avec un total de 45 médecins. D’octobre 2000 à

janvier 2001, 124 nouveaux cas ont été relevés.

La première Enquête de santé 8 par interview de 1997 récoltait des informations par autoquestionnaire

et par entrevue en face à face auprès d’un échantillon national de 10221

personnes choisies au hasard à partir des personnes inscrites au Registre national ; l’enquête

concernait 3634 inscrits dans la Région wallonne et 3051 dans la Région de

Bruxelles-Capitale, plus 3536 dans la Région flamande. L’enquête comportait des questions

sur le sida.

La deuxième enquête 9 , de 2001, appliquait la même méthodologie. L’échantillon

–aléatoire– était de 12 111 personnes : 5005 en Région wallonne, 3006 dans la Région de

Bruxelles-Capitale, 4100 dans la Région flamande. L’enquête incluait des questions sur la

protection contre les maladies sexuellement transmissibles mais pas sur le sida.

L’Institut National de Statistique (I.N.S.)

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Les données démographiques concernant la population générale proviennent de l’I.N.S.

qui fournit le nombre de personnes inscrites au Registre de la population à la date du 1er

janvier 2000.

Seule la taille de deux sous-populations est connue : celle des jeunes qui est fournie par

l’I.N.S. et celle des personnes détenues qui est fournie par l’Administration pénitentiaire.

Par contre pour les autres sous-populations, seules des approximations sont possibles :

pour les Africains originaires de pays situés au sud du Sahara, pour les homo/bisexuels

masculins, pour les usagers de drogue. Pour les personnes prostituées et pour les personnes

en situation précaire, nous n’avons pas trouvé d’informations.

Le Centre d’Études Sociologiques (C.E.S.) et l’Universitaire Instelling van Antwerpen (U.I.A.)

La première –et seule– enquête en population générale en Belgique portant sur les comportements

sexuels pouvant conduire à un risque de contamination lors des relations

sexuelles et sur les modes d’adaptation à ce risque, a été réalisée conjointement par le

C.E.S. des Facultés Saint-Louis 10,11 et l’U.I.A. ; cette enquête date de 1993. Les données

ont été collectées à partir d’un échantillon aléatoire de la population belge et étrangère

sidante et âgée de 15 à 59 ans. Les interviews ont été réalisées par téléphone auprès

de 3732 personnes, ce qui représente 77% des personnes contactées. Les répondants

étaient au nombre de 1240 en Wallonie et au nombre de 1112 à Bruxelles.

Le Centre Elisa ou Centre de dépistage anonyme et gratuit, avec accompagnement

Le centre situé à Bruxelles a enregistré 1754 consultants en 2000 12 ; il est demandé à ces

consultants de remplir un questionnaire anonyme et confidentiel.

Trois quarts des consultants résident en Belgique et très majoritairement à Bruxelles

(78%) et dans les deux Provinces du Brabant (14%). Une faible proportion des consultants

provient des autres Provinces wallonnes ou flamandes.

6] Ducoffre G. Surveillance

des maladies infectieuses par

un réseau de laboratoires de

microbiologie, 2000 + tendances

épidémiologiques 1983-

1999. Service d’épidémiologie,

janvier 2002 ; Bruxelles. Institut

Scientifique de la Santé

Publique, IPH/EPI REPORTS

Nr. 2001-018. Site internet :

www.iph.fgov.be/epidemio/

7] Van Kersschaever G et

Sasse A. Surveillance des MST

via un réseau sentinelle de cliniciens

en Belgique. Résultats de

la première période d’enregistrement,

Octobre 2000-Janvier

2001. IPH/EPI REPORTS Nr.

2002-008, 18 p.

8] Tafforeau J et al. La santé

de la population en

Communauté française de

Belgique. Enquête de santé par

interview, Belgique 1997.

Résumé des résultats. Centre

de recherches opérationnelles

en santé publique. Institut

Scientifique de la Santé

Publique - Louis Pasteur.

Bruxelles, juin 1998.

9] Institut scientifique de la

santé publique. Enquête de

santé par interview, Belgique

2001, synthèse. IPH/EPI INFO

REPORTS Nr. 2002-22. Voir les

données plus complètes sur

www.iph.fgov.be/epidemio/epifr

/index4.htm

10] Hubert M, Marquet J et al.

Comportements sexuels et

réactions au risque du sida en

Belgique. Centre d’études

sociologiques, Facultés

Universitaires Saint-Louis,

Bruxelles, 203 p. mim. 1993.

Échantillon national 15-59 ans.

11] Hubert M, Bajos N &

Sandfort, editors. Sexual

Behaviour and HIV/AIDS in

Europe. UCL press London (UK)

& Bristol (USA), 1998, 442 p.

12] Galand M et Vincent A.

Centre Elisa, rapport d’activités

2000. Médecins sans

Frontières, Bruxelles, novembre

2001, 27 p.

13] Piette D, Renard F,

Prévost M. et De Smet P.

Adolescence et Sida : connaissances,

opinions et comportements

relatifs à la prévention du

sida en Communauté française

de Belgique. Arch Public

Health. 1994, 52, 47-62.

Page 2 Introduction


14] Piette D, Prévost M,

Boutsen M, de Smet P,

Levêque A et Barette M. Vers la

santé des jeunes en l’an 2000,

une étude des comportements

et modes de vie des adolescents

de la Communauté française

de Belgique de 1986 à

1994. ULB-PROMES,

Bruxelles, 1997, 68 p.

15] Piette et al. Les données

de 1998 figurent dans la présente

brochure ; elle feront l’objet

d’une publication officielle

dans le courant de l’année

2003, en même temps que les

données de 2002.

16] De Smet P et Piette D.

Rapport CATI-Sanomètre 2001.

ULB-PROMES, décembre

2001, environ 300 p.

17] Barette M et al.

Recherche-action sida et jeunes

Zaïrois en Communau

française de Belgique. Rapport

final. ULB-PROMES, juin 1997,

55 p. + annexes/ Cahier spécial

du Service Social des Etrangers

n°1 septembre 1997, 31 p.

18] Kasungu K. Attitudes, opinions,

connaissances et représentations

de parents congolais

de Bruxelles face au sida et à la

pertinence d’implanter des distributeurs

de préservatifs dans

les écoles à Bruxelles. Projet

d’article, Université Libre de

Bruxelles, Ecole de Santé

Publique, année académique

1998-1999, 33 p + annexes.

19] Mukadi Katende M.

Implication des leaders religieux

dans la prévention du sida ;

enquête menée dans la communau

congolaise en

Communauté française de

Belgique. Mémoire, Université

Libre de Bruxelles, Ecole de

Santé Publique, octobre 2001,

30 p. + annexes.

20] Dimarso Gallup Belgium.

Omnibus sida novembre 1992,

18-55+ ans. Impact campagne

sida” décembre 1992, 18-59

ans. Impact campagne “sida

été 1993, 18-59 ans. Évaluation

de la campagne de solidarité,

décembre 1993, 18-69 ans.

Attitudes discriminatoires dans

le milieu de travail, décembre

1994, 18-69 ans. Attitudes face

aux politiques de prévention,

mars 1996, 18-55+ ans.

Bruxelles.

21] Baruani YK. Pratiques

sexuelles, risque d’infection à

VIH et prévention du sida.

Recherche qualitative auprès

d’immigrés africains en

Communauté française. Rapport

de recherche. Agence de

Prévention du Sida 1996, 63 p.

22] Delor F, Martens V,

Huynen P. Les modes de vie

des gays et le sida. Enquêtes

sur les connaissances attitudes

et pratiques des homosexuels

masculins en Communau

française. Rapport du Centre

d’études sociologiques – Ex

Æquo, 1999.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

L’Ecole de Santé Publique de l’Université Libre de Bruxelles

Une série de publications 13,14,15 décrit les jeunes scolarisés de la Communauté française de

1986 à 1998. L’étude de 1998 a porté sur 12 987 élèves. Les questions relatives à la vie

sexuelle n’ont pas été posées aux élèves des classes primaires.

Par ailleurs, ULB-PROMES estime les connaissances à propos du sida, le niveau de

tolérance vis-à-vis des personnes séropositives, le fait d’avoir subi un test de dépistage.

Ces variables sont récoltées à partir d’interviews par téléphone assistée par ordinateur

(CATI c’est-à-dire “Computer Assisted Telephone Interview”) auprès de 2820 personnes

âgées de 18 à 49 ans, tirées au sort etsidant dans quatre communes de Wallonie et de

Bruxelles 16 . Les quatre zones ont été sélectionnées en raison de leur diversité ruralité/

urbanité, proportion Belges/ non-Belges, niveaux socio-professionnels, etc. Cinq années

sont étudiées : de 1996 à 2000, sauf pour le dépistage qui ne porte que sur les deux dernières

années. Les objectifs de l’étude sont doubles : 1° estimer la prévalence d’une

connaissance, d’une attitude ou d’une pratique dans la population et dans certaines souspopulations

; 2° suivre l’évolution de ces variables dans le temps.

Une enquête qualitative sur les jeunes Congolais 17 visait à identifier et comprendre les

connaissances, attitudes et croyances de ces jeunes en relation avec la prévention de

l’infection. La méthode utilisée était celle du groupe d’entretien semi-dirigé (12 “focus

groups”) regroupant un total de 125 adolescents âgés de 12 à 18 ans.

ULB-PROMES a également encadré deux travaux 18,19 d’étudiants du troisième cycle qui

ont interviewé des personnes congolaises en Communauté française de Belgique : d’une

part 200 parents et d’autre part 157 leaders religieux.

L’Agence de Prévention du Sida et Infor Sida a.s.b.l.

Ces deux institutions, actuellement disparues, ont publié, parfois conjointement, divers

travaux notamment :

— des enquêtes sous-traitées par un institut de sondage20 ; ces enquêtes s’appuient sur

la méthode de quota (sexe et âge) après stratification géographique ; la taille de l’échantillon

varie suivant les enquêtes de 400 à 1000 ; les âges sont variables : 18 à 59

ans, 18 à 69 ans ; les échantillons sont limités à la Wallonie et à Bruxelles.

— une étude qualitative sur les personnes originaires d’Afrique subsaharienne21 selon la

méthode d’entretien semi-dirigé ; 67 personnes appartenant à plusieurs catégories

socio-démographiques ont participé à cette étude ; l’âge des sujets variait de 16 à 56

ans avec une moyenne de 27 ans ; il s’agissait de 49 Zaïrois et de 18 autres personnes

originaires de cinq autres pays. Les personnes “originaires d’Afrique subsaharienne”

sont définies comme des personnes arrivées en Belgique de 1988 à 1995 et possédant

toujours leur nationalité d’origine. Elles habitent toutes en Wallonie ou à

Bruxelles.

Les associations sans but lucratif chargées de la prévention

Les travaux de quelques a.s.b.l. s’occupant de la prévention de l’infection sont également

cités : Sireas pour les populations non belges, Modus Vivendi pour les populations toxicomanes

et Espace P… pour les populations prostituées, Ex Æquo pour les populations

homo/bisexuelles.

Ainsi Ex Æquo et le Centre d’Etudes Sociologiques ont mené en 1998 une enquête 22 parmi

les homosexuels masculins de la Communauté Wallonie-Bruxelles. Il s’agit d’une enquête

par questionnaires auto-administrés diffusés au sein des réseaux commerciaux et associatifs

homosexuels (presse, bars, boîtes de nuit, associations sportives et culturelles). Un

total de 1162 questionnaires a été recueilli.

Introduction Page 3


Autres sources

Les enquêtes Eurobaromètre 23 permettent des comparaisons entre les divers pays de

l’Union européenne. Elles se déroulent en vagues successives : 1989, 90, 94, 95 par interviews

face à face portant sur les connaissances et attitudes par rapport au sida.

L’échantillon national est constitué par la méthode de quota (sexe et âge) ; il comporte

quelques centaines de personnes ; les répondants ont 15 ans et plus.

Un mémoire de l’Ecole de Santé publique de l’Université catholique de Louvain 24 explore

les connaissances, représentations et comportements de 158 jeunes zaïrois scolarisés.

LIMITES DES DONNÉES

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

La relative abondance ne peut masquer les limites de ces études et le manque de fiabilité

d’une grande partie d’entre elles.

Le manque de représentativité est une caractéristique évidente de nombreuses études.

Citons comme exemples les études concernant des sujets qui se sont sélectionnés euxmêmes

en répondant à un questionnaire inséré dans un magazine pour homosexuels ou

qui ont été identifiés par un réseau dans le cas de prostitué(e)s, d’usagers de drogue,

d’Africains subsahariens. Compte tenu de l’impossibilité de connaître la taille de ces

populations et donc leurs caractéristiques sociologiques, il est impossible d’obtenir des

échantillons représentatifs

Des imprécisions, des omissions, des raccourcis et d’autres inadéquations dans les

définitions ou la formulation des questions expliquent les difficultés d’interprétation et

l’impossibilité d’établir des comparaisons entre les études. Par exemple, lors d’interviews,

ces inadéquations sont liées :

—à la latitude laissée à chacun d’interpréter de sa façon certains termes : personne

“homosexuelle”, “partenaire”, “rapport sexuel”, utilisation “parfois” du préservatif.

au caractère réducteur de certaines questions ; par exemple, la réponse “renoncement

à des relations sexuelles à cause du sida” ne masque-t-elle pas chez certains un

renoncement pour d’autres raisons ?

Par ailleurs, les études ne tiennent pas compte d’éventuels troubles de la mémoire, ni de

la distance que peut mettre le répondant entre la pratique “réelle” et ce qu’il verbalise.

Par exemple, l’interprétation de “utilisation du préservatif” peut être très difficile. Une proportion

importante de couples utilise le préservatif comme méthode de protection contre

une contamination potentielle par un agent infectieux et/ou comme méthode contraceptive,

sans que les enquêtes nous précisent à chaque fois la fonction attribuée par le couple.

On verra à plusieurs reprises que des variables sont étroitement corrélées sans que

malheureusement une standardisation ait été entreprise pour les analyser. Citons par

exemple :

— personnes qui ont fait des études supérieures et/ou personnes jeunes d’une part, et

nombre élevé de partenaires d’autre part ;

— personnes de niveau d’instruction bas et/ou personnes d’une nationalité autre que

belge d’une part, et attitudes marquées de discrimination d’autre part.

En conséquence on ne peut, par exemple, pas savoir si à niveau d’instruction identique,

les non-Belges exhiberaient la même attitude de discrimination que les Belges.

Cependant, le regret principal que l’on peut formuler à l’égard des documents revus touche

à l’accumulation de données concernant la population générale et à la faiblesse de

23] Enquêtes INRA (Europe)

pour le compte de la

Communauté européenne.

24] Keka Tohaka J.

Connaissances, représentations

et comportements des jeunes

sur le sida. Analyse exploratoire

dans la communauté zaïroise

de Belgique. Mémoire, U.C.L.,

Ecole de Santé publique,

RESO, janvier 1996, 109 p. +

annexes.

Page 4 Introduction


25] Renard F, Tafforeau J,

Vanderveken M et Stroobant A.

Monitoring de la Prévention du

Sida en Communauté Française

de Belgique, Situation en 1994.

I.H.E., Bruxelles, janvier 1995,

mim.

26] Stroobant A. 1995. Op. cit.

27] Hubert M, Marquet J et

al., 1993. Op. cit.

28] Mertens et al. Evaluation

of HIV/AIDS prevention programmes.

AIDS, 1994,8:1359-

69.

29] Dubois-Arber Fr et al. Évaluation

de la stratégie de prévention

du sida en Suisse.- sur

mandat de l’Office fédéral de la

santé publique. Cinquième rapport

de synthèse 1993-1995.

Institut universitaire de médecine

sociale et préventive,

Lausanne, 1996, 180 p. mim.

30] Barette M et Piette D.

Projet sidsida-vigie, rapport

annuel février 1996 janvier 1997.

ULB-PROMES, février 1997.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

celles concernant la population qui paie le tribut le plus lourd à l’infection, à savoir les personnes

d’origine africaine subsaharienne pour lesquelles les informations sont très déficientes.

Les données concernant les maladies sexuellement transmissibles sont également peu

nombreuses et/ou peu fiables.


On doit apporter les précisions qui suivent quand on parle des populations. Le terme

“population générale” concerne toute la population résidante et inclut donc des “souspopulations”.

À l’exception des “jeunes”, ces sous-populations sont très minoritaires par

rapport à la population générale (par exemple les homo/bisexuels masculins représenterait

quelques pourcents de la population, et les personnes originaires de pays où l’infection

au VIH est endémique représenterait largement moins d’un pour cent de toute la

population) ; ce qui explique que ces minorités sont très peu représentées dans des

échantillons aléatoires de la population générale. Les données concernant la population

générale ne sont donc pas forcément pertinentes pour ces sous-populations.


Certains des indicateurs présentés ont été retenus en tenant compte des travaux/ recommandations

de l’I.H.E. 25,26 , du C.E.S. 27 , de l’Organisation Mondiale de la Santé de l’Office

suisse de la santé publique 29 , d’ULB-PROMES 30 .

Introduction Page 5


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Chapitre I.

LA POPULATION GÉNÉRALE

RÉSUMÉ

Pour l’ensemble du pays la plus haute incidence de déclarations d’infection au VIH a été

observée en 1992 avec 977 notifications, et la plus basse en 1997 avec 692 notifications.

A partir de 1998, on observe une ascension avec un nouveau pic en 2000 de 952 déclarations.

La Région de Bruxelles-Capitale paraît la plus touchée, devant la Région flamande

et la Région wallonne.

De 1996 à 2000, un total de 1298 notifications a été recensé en Wallonie et à Bruxelles.

Deux tiers des cas concernent des personnes d’une nationalité autre que belge ; parmi ces

dernières, 80% sont originaires de pays d’Afrique subsaharienne.

Chez les Belges, on compte trois fois plus d’hommes que de femmes ; c’est le mode de

transmission homo/bisexuelle qui prédomine. Par rapport à la période quinquennale précédente,

on constate une légère régression de cette voie.

Chez les non-Belges, les femmes sont un peu plus atteintes que les hommes. Le mode de

transmission hétérosexuelle domine largement dans les deux sexes.

Dans les deux groupes de nationalité les femmes sont atteintes à des âges plus précoces

que les hommes.

Les nouveaux cas de maladie concernent actuellement plus de Belges que de non-Belges.

Le taux de séroprévalence se situerait dans le pays à 1 à 2 p. mille habitants. Certaines

populations montreraient des taux largement supérieurs : originaires d’Afrique subsaharienne,

homo/bisexuels masculins, usagers de drogue intraveineuse, personnes atteintes

d’infections sexuellement transmissibles, personnes détenues.

Environ une personne sur cinq ne se protègerait pas lors d’une exposition à un risque de

contamination. La fréquence est plus élevée dans certaines catégories de la population :

chez les jeunes, parmi les personnes ayant fait (ou faisant) des études supérieures, parmi

les homo/bisexuels masculins, parmi les personnes originaires d’Afrique subsaharienne,

parmi les personnes en situation de rupture. Une fréquence élevée d’infections sexuellement

transmissibles se retrouve dans certaines de ces mêmes catégories, signant clairement

la prise de risque. Les usagers de drogue intraveineuse peuvent cumuler à la fois les

risques liés aux relations sexuelles à ceux –beaucoup plus importants– de partage du

matériel d’injection.

Plusieurs modes d’adaptation au risque sont pratiqués. L’utilisation du préservatif montre

une tendance nette à l’accroissement si l’on se réfère à l’augmentation des ventes qui ont

doublé en 15 ans ; par contre, la pratique du dépistage est en régression.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 7


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

La population témoigne dans l’ensemble d’un niveau de connaissances insuffisant se traduisant

par d’importantes lacunes et de nombreuses croyances inadéquates. En général,

les connaissances correctes sont plus fréquentes dans les classes les plus instruites ou à

revenu élevé et chez certains jeunes. Dans ce dernier groupe, on constate habituellement

que les performances sont meilleures dans la tranche d’âge 20-24 ans plutôt que dans la

tranche 15-19 ans, et parmi les élèves de l’enseignement général par rapport à ceux de

l’enseignement technique et surtout professionnel.

De nombreuses personnes émettent un souhait d’identification voire de ségrégation des

personnes contaminées. Ces attitudes sont plus répandues parmi la population d’instruction

ou de revenu faible et parmi les populations non belges.

I.1. La population générale cible

La population de la Région wallonne et de la Région de Bruxelles-Capitale représente 42%

de la population du Royaume.

Tableau 1.1.1. Population inscrite au Registre national, par groupe de nationalités, au

1er janvier 2000 ; selon la région. Source : Institut National de Statistique,

statistiques démographiques, 2001. 1

Région Belges Étrangers Population totale

Région wallonne +

Région de Bruxelles-Capitale 3 695 374 603 460 4 298 834

Total Belgique 9 341 975 897 110 10 239 085

Des données complémentaires concernant la population étrangère sont fournies au chapitre II.

Des données complémentaires concernant la population des jeunes sont fournies au

chapitre IV.

1] D’après les tableaux

02.01 GT communiqués par

l’Institut National de

Statistique. Voir sur

www.statbel.fgov.be/figures

Page 8 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


2] Sasse A, Van

Kersschaever G et

Stroobant A. Épidémiologie

du sida et de l’infection à

VIH en Belgique. Situation

au 31 décembre 2000.

Institut Scientifique de Santé

Publique. IPH/EPI REPORTS

Nr. 2001-015. Bruxelles,

décembre 2001, 28 p. +

annexes.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

I.2. L’épidémiologie

I.2.1. LA SITUATION DANS LE ROYAUME

Avant d’étudier dans le détail la situation dans la Région wallonne et dans la Région de

Bruxelles-Capitale, nous situons la place de ces deux régions dans l’évolution de l’endémie

en Belgique.

Le graphique 2 ci-dessous montre pour l’ensemble du pays que depuis 1986, le nombre de

nouvelles déclarations varie dans un intervalle relativement étroit situé de 1.9 à 2.7 nouveaux

diagnostics en moyenne par jour. La plus haute incidence a été observée en 1992

avec 977 nouveaux cas, et la plus basse en 1997 avec 692 notifications.

A partir de 1998, on observe une tendance ascendante avec un nouveau pic en 2000 proche

du pic de 1992.

Pour tout le pays en 2000, on déclarait 952 nouveaux cas : 120 en Wallonie, 218 à

Bruxelles, 215 en Flandre, et 399 dont la Région d’origine était inconnue (soit 42% du

total). Cette proportion élevée de notifications ne mentionnant pas la Région ne permet

pas de préciser la situation exacte dans chacune des trois Régions.

Figure 1.2.1. Evolution des nouvelles déclarations de séropositivité par région.

n=12771. Source : I.S.P., 2002.

La tendance à une hausse des déclarations est évidente depuis 1998 ; les chiffres provisoires

pour 2001 dépassent 960 cas soit un peu plus qu’en 2000.

La carte géographique confirme que les notifications dans la Région de Bruxelles-Capitale

pour les cinq dernières années, atteignent des chiffres élevés ; elle montre également que

les Provinces les plus urbanisées déclarent le plus de cas.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 9


Figure 1.2.2. Nombre de nouvelles personnes diagnostiquées comme séropositives

dans la Région de Bruxelles-Capitale et dans les 10 provinces du pays ;

période 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

I.2.2. LA POPULATION ÉTUDIÉE EN WALLONIE ET À BRUXELLES

Nous voulons étudier en Wallonie et à Bruxelles pour la période de 1996 à 2000 les personnes

nouvellement diagnostiquées, en distinguant les Belges des non-Belges.

La figure 1.2.3. nous montre que :

— parmi les 3912 nouvelles infections relevées en Belgique dans la période, on relève que

2173 formulaires de déclaration citent la Région d’origine, soit 56%.

— parmi les 2173 déclarations précisant la Région, on relève que 1298 personnes (soit

60%) habitent dans les deux Régions d’intérêt : en Wallonie (24%) et à Bruxelles (36%).

— parmi les 1298 habitants en Wallonie et à Bruxelles, on relève parmi les 1226 personnes

pour lesquelles la nationalité est documentée que les formulaires indiquent 32%

(389/1226) de Belges et 68% (837/1226) de non-Belges.

Figure 1.2.3. Répartition des personnes nouvellement diagnostiquées habitant dans la

Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale ; selon la nationalité.

Période 1996-2000. Source I.S.P., 2002.



Belges

n=389

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

non-Belges

n=837

Total des notifications dans le pays

n=3912

Habitant en Région wallonne n=517

ou en Région de Bruxelles-Capitale n=781

Total 1298

Nationalité

inconnue

n= 72

Habitant en

Région flamande

n=875

Habitant en

Région inconnue

n=1739

Page 10 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Une part considérable des nouvelles déclarations parmi les personnes dont la nationalité

est connue provient donc de non-Belges ; on verra plus loin qu’il s’agit très principalement

de sujets originaires de pays de l’Afrique subsaharienne.

I.2.3. PERSONNES DE NATIONALITÉ BELGE DÉTECTÉES SÉROPOSITIVES

On étudiera ci-dessous les 389 personnes notifiées de 1996 à 2000, domiciliées en

Wallonie et à Bruxelles et possédant la nationalité belge.

Nouveaux diagnostics par sexe et par âge chez les Belges

Parmi les 387 personnes pour lesquelles on dispose d’informations sur l’âge et le sexe, on

compte 3 fois plus d’hommes que de femmes.

Dans l’ensemble, la tranche d’âge la plus touchée est celle de 25-44 ans chez les hommes.

Chez les femmes les diagnostics sont déjà posés de façon importante dès 20-24

ans. L’âge médian pour les personnes âgées de 15 ans et plus est de 37,1 ans pour les

hommes (n=286), et de 35,9 ans pour les femmes (n=92).

Figure 1.2.4. Patients de nationalité belge, détectés en Wallonie et à Bruxelles ; selon

l’âge et le sexe. Période 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

Par rapport à la période quinquennale 1992-1996, on constate un recul de quelques

années d’âge à la première déclaration. En effet, pour cette période, on relevait un âge

médian de 35,7 ans pour les hommes et de 32,8 ans pour les femmes.

Ces chiffres recouvrent l’ensemble des modes de transmission. Une analyse plus détaillée

montre d’importantes différences de l’âge médian suivant le mode de transmission présumé.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 11


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Tableau 1.2.1. Age médian par sexe des personnes séropositives belges âgées de 15 ans

et plus en Wallonie et à Bruxelles ; selon la catégorie de transmission.

Période 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

Catégorie de transmission Hommes Femmes

Contacts hétérosexuels 42,7 ans (n=85) 36,7 ans (n=68)

Contacts homo/bisexuels 35,5 ans (n=144) --

Injection intraveineuse de drogue 34,2 ans (n=11) 32,5 ans (n=4)

On ne peut pas tirer de conclusions à propos des usagers de drogue par voie intraveineuse,

compte tenu des effectifs réduits.

Un âge médian plus bas signe une contamination et/ou un dépistage plus précoces.

Nouveaux diagnostics par catégorie de transmission chez les Belges

Le mode probable de transmission est connu pour 85% (330/389) des patients notifiés.

Le premier mode de contamination est représenté par les contacts hétérosexuels dans

près de la moitié des cas ; le deuxième mode, représenté par les contacts homo/bisexuels

suit de près. Les autres modes ne représentent que 10% de l’ensemble : contamination

par injection intraveineuse (23 cas) et divers (14 cas de transmission périnatale, 6 cas

attribués à des transfusions sanguines, 2 cas attribués au double risque de contacts

homo/bisexuels et d’usage de drogue injectée par voie intraveineuse). En 1992-1996 ces

contacts arrivaient en tête avec 48% des déclarations.

Les contacts homo/bisexuels représentent de loin le premier mode de contamination chez

les hommes ; ils sont rapportés pour près de deux hommes sur trois.

Chez les femmes, ce sont les contacts hétérosexuels qui sont responsables de la très

grande majorité des infections.

Tableau 1.2.2. Répartition en % des personnes séropositives belges par sexe en

Wallonie et à Bruxelles ; selon la catégorie de transmission. Période

1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

Catégorie de transmission Hommes Femmes Total

n=246 n=84 n=330

Contacts hétérosexuels 34,6 85,7 47,6

Contacts homo/bisexuels 58,5 -- 43,7

Injection intraveineuse de drogue

Autres (transfusion, transmission mère/enfant,

4,5 4,8 4,5

contacts homo/bisexuels + drogue intraveineuse) 2,4 9,5 4,2

Total 100 100 100

Page 12 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

La figure 1.2.5. –qui inclut les déclarations “Inconnu”– permet une comparaison des

distributions par rapport à la période quinquennale précédente. Les transmissions par

voie homo/bisexuelle, par usage de drogue intraveineuse, etautres” sont en diminution.

Figure 1.2.5. Patients belges en Wallonie et à Bruxelles ; selon le mode de transmission.

Comparaison de deux périodes. Source : I.S.P., 2002.

A propos des 157 Belges identifiés de 1996 à 2000 pour lesquels le formulaire de notification

porte la mention de contamination par voie hétérosexuelle, une analyse plus approfondie

montre qu’un nombre non négligeable de déclarations attribue la contamination à

un partenaire provenant de pays où l’infection au VIH est particulièrement présente, et

principalement ceux de l’Afrique subsaharienne. Près de la moitié des déclarations sont

sans précisions.

Tableau 1.2.3. Origine probable de l’infection hétérosexuelle chez les personnes séropositives

belges en Wallonie et à Bruxelles. Période 1996-2000. Source :

I.S.P., 2002.

Relation sexuelle avec partenaire Hommes Femmes Total

VIH+ * 15 28 43

Originaire d’un pays africain 11 13 24

Prostitué 10 3 13

Usager de drogue intraveineuse 1 1

Sans précisions 49 27 76

Total 85 72 157

* selon l’intitulé des formulaires de déclarations valables jusqu’en 2000.

I.2.4. PERSONNES DE NATIONALITÉ NON BELGE DÉTECTÉES SÉROPOSITIVES

On étudiera ci-dessous 837 personnes notifiées de 1996 à 2000, résidant en Wallonie et

à Bruxelles et possédant une nationalité autre que belge. Ces personnes sont à 80% originaires

de pays de l’Afrique subsaharienne.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 13


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Nouveaux diagnostics de séropositivité par sexe et par âge chez les non-Belges

Figure 1.2.6. Patients de nationalité non belge en Wallonie et à Bruxelles ; selon l’âge

et le sexe. Période 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

On compte une proportion plus faible d’hommes que de femmes : le ratio est en effet de

0,84 homme pour 1 femme ; le rapport était plus élevé (à 0,9) en 1992-1996.

La tranche d’âge la plus touchée est celle de 25-44 ans chez les hommes, et celle de 20-

44 ans chez les femmes. L’âge médian pour les non-Belges âgés de 15 ans et plus est de

35,1 ans pour les hommes. Il est clairement plus bas pour les femmes : 31,3 ans.

Par rapport à la période quinquennale 1992-1996, on constate un recul d’environ deux

années d’âge à la première déclaration. Ce constat s’explique soit par des contaminations

plus tardives, soit par des déclarations plus tardives.

Ces chiffres recouvrent l’ensemble des modes de transmission. Une analyse plus détaillée

montre d’importantes différences de l’âge médian suivant le mode de transmission présumé.

Tableau 1.2.4. Age médian par sexe des personnes séropositives non belges âgées de

15 ans et plus en Wallonie et à Bruxelles ; selon la catégorie de transmission.

Période 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

Catégorie de transmission Hommes Femmes

Injection intraveineuse de drogue 37,1 ans (n=12) 31,2 ans (n=4)

Contacts hétérosexuels 35,8 ans (n=223) 31,0 ans (n=346)

Contacts homo/bisexuels 32,4 ans (n=61) --

On ne peut pas tirer de conclusions à propos des usagers de drogue intraveineuse compte

tenu des effectifs réduits.

Un âge médian plus bas signe une contamination et/ou un dépistage plus précoces.

Rappelons qu’il s’agit de l’âge au diagnostic. On verra plus loin que pour un nombre

important de non-Belges, ce diagnostic a lieu tard dans le décours de l’infection.

Page 14 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Nouveaux diagnostics de séropositivité par catégorie de transmission

chez les non-Belges

Le mode probable de transmission est connu pour 85,5% (715/837) des personnes séropositives

notifiées.

Les contacts hétérosexuels représentent de très loin la première cause de contamination

puisque 80% des étrangers sont contaminés par cette voie, soit 571 personnes.

Cinquante-deux hommes sont contaminés lors de contacts avec d’autres hommes. La

contamination par injection intraveineuse de drogue concerne 16 personnes, aux trois

quarts masculine. Les autres modes sont représentés par : 37 cas attribués à des transfusions

sanguines, 27 cas de transmission périnatale et 3 cas attribués au double risque

de contact homo/bisexuel et d’injection intraveineuse de drogue.

Tableau 1.2.5. Répartition en % des personnes séropositives non belges par sexe en

Wallonie et à Bruxelles ; selon la catégorie de transmission. Période

1996-2000. Source : I.S.P., 2000.

Catégorie de transmission Hommes Femmes Total

n=318 n=397 n=715

Contacts hétérosexuels 70,1 87,7 79,9

Contacts homo/bisexuels 19,2 -- 8,5

Injection intraveineuse de drogue 3,8 1,0 2,2

Autres (transfusion, mère/enfant,

contacts homo/bisexuels + drogue intraveineuse) 6,9 11,3 9,4

Total 100 100 100

La figure 1.2.7. permet une comparaison des distributions, y incluses les déclarations

“inconnu” par rapport à la période quinquennale précédente. Il n’y a pas de modification

entre les deux périodes.

Figure 1.2.7. Patients non belges en Wallonie et à Bruxelles ; selon le mode de transmission.

Comparaison de deux périodes. En %. Source : I.S.P., 2002.

Le poids très important des personnes originaires d’un pays subsaharien ne saurait être

sous-estimé puisqu’elles représentent 80% des 837 personnes séropositives non belges

pour lesquelles le mode de transmission est connu, soit un chiffre identique à celui de la

période précédente. Notons que chez ces personnes séropositives subsahariennes la voie

présumée hétérosexuelle est prédominante à 76%.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 15


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Tableau 1.2.6. Origine probable de l’infection hétérosexuelle chez les personnes séropositives

non belges en Wallonie et à Bruxelles. Période 1996-2000.

Source : I.S.P., 2002.

Relation sexuelle avec partenaire Hommes Femmes Total

Séropositif (diagnostic connu) 41 70 111

Originaire d’un pays africain 51 101 152

Prostitué 7 4 11

Usager de drogue intraveineuse/ transfusé 1 1 2

Sans précisions 123 172 295

Total 223 348 571

Si l’on ne tenait pas compte des données “sans précisions” on peut dire que 55% des

patients (152/276) pour lesquel l’information est disponible présentent un lien avec des

pays africains. Ce chiffre est en baisse par rapport à la période 1992-1996 où il se situait

à 77%.

I.2.5. ESTIMATION DE LA SÉROPRÉVALENCE DANS CERTAINS GROUPES

VULNÉRABLES

Il n’existe pas dans notre pays de données documentées portant sur la prévalence des

cas positifs dans toute la population. On estime cependant que le chiffre s’accroît

d’année en année. En effet, la prévalence reflète l’accumulation de cas (non décédés) ;

comme les personnes séropositives montrent en moyenne une durée de survie longue qui

s’est encore accrue depuis quelques années, l’indicateur ne peut que croître d’année en

année, alors même que le nombre de nouvelles infections (incidence) stagnerait ou diminuerait,

ce qui, on l’a vu plus haut, n’est pas le cas.

Une estimation du taux de séroprévalence dans des groupes particuliers de la population

représente un critère de référence intéressant en vue de comparer ces groupes et

d’identifier ceux à cibler pour des actions de prévention.

Le taux de prévalence de l’infection au VIH peut être estimé en Belgique à 1 à 2 pour mille

habitants.

Qu’en est-il de la fréquence d’infection dans d’autres populations cibles ?

Le tableau 1.2.7. résume des données qui seront explicitées dans les chapitres suivants.

Tableau 1.2.7. Estimations du taux de la séropositivité dans différentes populations

cibles en Belgique. Sources : voir les chapitres I à VI.

Type de population Population Taux de

séroprévalence, %

Population générale inscrite au Registre

national, 15-59 ans 6 193 000 0,2

Femmes enceintes ayant accouché

dans la Région de Bruxelles-Capitale -- 0,3

Originaire d’Afrique subsaharienne inscrits

au Registre national, 15-59 ans 15 600 2 à 4

Homo/bisexuels masculins, 15-59 ans 23 000 à 57 000 4 à 10

Usagers de drogue intraveineuse, 15-54 ans 10 300 à 46 300 1,6 à 13,2

Atteints d’infection sexuellement

transmissible, 15 ans et + inconnue 3,9 à 8

Population carcérale 8 300 0,8 (hommes)

1,7 (femmes)

Page 16 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


Tous les cas

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Ces estimations ne représentent que des valeurs indicatives. Cependant, elles suggèrent

toutes que l’ampleur de l’infection dans les différents groupes autres que la population

générale (ou les femmes enceintes) atteint au moins une dizaine de fois celle estimée dans

cette population générale. Ces populations doivent en conséquence être considérées

comme hautement prioritaires pour des actions de prévention et de recherche.

Nous n’avons pas trouvé d’information à propos des personnes fragilisées.

I.2.6. L’INFECTION EN BELGIQUE ET EN EUROPE

La carte 3 montre que le taux d’incidence des infections déclarées dans notre pays en 2000

est de 91 cas par million d’habitants.

Figure 1.2.8. Infections au VIH nouvellement diagnostiquées, par million d’habitants,

Région Europe de l’OMS, cas déclarés en 2000. Source : EuroHIV, 2001.

Portugal : nouveau système de déclaration incluant anciens cas ; difficulté d’interprétation.

3] Centre européen pour la

surveillance épidémiologique

du sida (CESES). Rapport

du 1er semestre 2001,

N°65. Les données concernant

la Belgique sont fournies

par l’I.S.P.

La figure 1.2.9. montre l’évolution de l’infection dans trois groupes de transmission chez

nous et chez deux de nos voisins. Certains pays ne disposent pas encore d’un système

national performant de déclaration de l’infection : Pays-Bas, France, Italie, Espagne.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 17


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Figure 1.2.9. Tendances des infections au VIH nouvellement diagnostiquées dans trois

groupes de transmission, en Belgique et dans les pays voisins. Source :

CESES, 2001.

I.2.7. LES MALADES DU SIDA EN BELGIQUE

Evolution. Le graphique ci-dessous montre pour l’ensemble du pays une stagnation du

nombre annuel de nouveaux malades de 1991 à 1995 avec une moyenne de 250 cas diagnostiqués

par an. L’incidence a diminué brutalement à partir de 1996 grâce à l’utilisation

de nouvelles associations médicamenteuses. De 1997 à 1999 les chiffres montrent un fort

ralentissement de cette tendance. En 2000, une augmentation est enregistrée. Ces tendances

s’observent dans les trois Régions.

Figure 1.2.10. Evolution du nombre de nouveaux cas de maladies en Belgique ; selon la

région. Source : I.S.P., 2002.

Page 18 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


4] CESES. Op. cit. 2001.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

L’incidence des nouvelles maladies en 2000 est de 14 cas par million d’habitants d’après

des données du CESES. 4

Bruxelles est de loin la Région la plus touchée, devant la Wallonie.

Parmi les personnes pour lesquelles la Région d’appartenance est la Wallonie ou Bruxelles

(n=426 pour 1996-2000) :

— 43,7% sont de nationalité belge ;

— 54,9% sont ressortissants d’un autre pays (africain sub saharien pour la grande

majorité) ;

— 1,4% sont de nationalité inconnue.

Dans la période quinquennale précédente le rapport était inversé : plus de 54% de Belges

et moins de 46% de non-Belges.

Résidence. Le tableau suivant montre que plus de la moitié des non-Belges soit ne réside

pas en Belgique, soit y réside depuis moins de 5 ans au moment du diagnostic du sida.

Tableau 1.2.8. Pourcentage de malades belges et non-belges parmi les personnes pour

lesquelles le statut de résidence est connu ; selon le statut de résidence

en Wallonie et à Bruxelles. Années 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

Belges non-Belges Total

n=129 n=114 n=243

sidants depuis 5 ans et plus 96 41 70

Non-résidants ou résidants depuis moins de 5 ans 4 59 30

Total 100 100 100

La probabilité de survie deux ans après l’établissement du diagnostic a augmenté de

manière très importante au cours du temps. Pour les patients diagnostiqués jusqu’en

1994, cette probabilité était inférieure à 50% ; elle a dépassé 80% pour les patients diagnostiqués

en 1997 et 1998.

Comparaison entre la Belgique et d’autres pays européens. Cette comparaison permet

de souligner trois points.

—Tout d’abord notre pays, avec 14 nouveaux cas par million d’habitants, se situe dans

la moyenne des pays nord européens, et largement sous la moyenne des 15 pays de

l’Union européenne.

— La figure 1.2.11. montre que le tassement de la fréquence d’apparition de la maladie

se retrouve dans d’autres pays européens, le Portugal faisant exception.

— La troisième remarque porte sur une caractéristique typique de la Belgique qui se distingue

très nettement d’autres pays européens par la place relative importante prise

par la transmission hétérosexuelle : 50% en Belgique contre 19% pour les pays de

l’Union européenne depuis le début de l’épidémie. Dans les autres pays, c’est la voie

homo/bisexuelle qui l’emporte (en France, dans les pays nord européens) ou celle liée

à l’injection intraveineuse de drogue (dans des pays du sud de l’Europe).

Cette part prise par la transmission hétérosexuelle appelle cependant un commentaire. Il

ne s’agit que de proportions ; en effet, si on se référait à la taille de la population, c’està-dire

en construisant un taux, la Belgique se retrouverait dans la moyenne des pays

européens.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 19


Figure 1.2.11. Taux d’incidence annuel du sida par année de diagnostic dans 10 pays

de la région Europe de l’O.M.S. Taux par million d’habitants, redressé

pour les délais de déclaration. Période 1985-2000. Source : EuroHIV, 2002.

I.2.8. DIAGNOSTIC TARDIF DE LA SÉROPOSITIVITÉ

Parmi les Belges, le tableau ci-dessous montre que chez 22 malades du sida sur 100, le

diagnostic de séroconversion a été posé simultanément ou quasi simultanément à celui

de sida, c’est-à-dire très tardivement dans le décours de l’infection.

Tableau 1.2.9. Délai entre le diagnostic VIH et le diagnostic sida chez les nouveaux

malades du sida ; selon la catégorie de transmission. En %. Malades

belges en Wallonie et à Bruxelles. Années 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

Catégorie de transmission Délai Délai

< 3 mois ≥ 3 mois Total

Contacts hétérosexuels n=71 28 72 100

Contacts homo/bisexuels n=83 18 82 100

Usage de drogue intraveineuse n=10 N.A. N.A.

Toutes catégories y compris inconnue n=186 22 78 100

N.A. : non applicable car l’effectif est trop petit

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Pour la période 1992-1996, le délai de moins de 3 mois pour toutes les catégories concernait

seulement 11% des Belges.

Pour les années 1998 à 2000, il faut retenir l’impact de l’utilisation des nouvelles

stratégies thérapeutiques. En effet, les patients dépistés tôt ont bénéficié des thérapies et

ont été moins nombreux à avoir déclala maladie ; ceux dont la séropositivité n’a pas été

diagnostiquée n’ont pas bénéficié de ces traitements et ont donc vu leur proportion

augmenter. C’est parmi les malades hétérosexuels que s’observe la plus importante

proportion de diagnostics tardifs de séropositivité.

Parmi les non-Belges, le chiffre monte à 45 malades sur 100.

Page 20 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Tableau 1.2.10. Délai entre le diagnostic VIH et le diagnostic sida chez les nouveaux

malades du sida ; selon la catégorie de transmission. En %. Malades non

belges en Wallonie et à Bruxelles. Années 1996-2000. Source : I.S.P.,

2002.

Catégorie de transmission Délai Délai

< 3 mois ≥ 3 mois Total

Contacts hétérosexuels n=163 47 53 100

Contacts homo/bisexuels n=25 28 72 100

Usage de drogue intraveineuse n=19 21 79 100

Toutes catégories y compris inconnue n=229 45 55 100

Les mêmes remarques que celles émises à propos du tableau 1.2.9. sont valables pour

les non-Belges, mutatis mutandis.

Pour la période 1992-1996, le délai de moins de 3 mois pour toutes les catégories concernait

27% des non-Belges.

Le très petit effectif d’usagers de drogue intraveineuse ne doit pas conduire à des interprétations

trop hâtives quant à un dépistage plus précoce dans cette population.

I.2.9. SYNTHÈSE ET COMPARAISON BELGES/ NON-BELGES

Figure 1.2.12. Evolution des nouvelles déclarations de séropositivité ; selon la nationalité.

n=12 839. Source : I.S.P., 2002.

Si on considère les personnes dont la nationalité est connue, on constate que la proportion

de non-Belges est en progression constante : 45% pendant la période 1987-1991 (n=676),

64% de 1992 à 1996 (voir tableau 1.2.11.), et 68% de 1996 à 2000.

Tableau 1.2.11. Pourcentage de nouvelles déclarations d’infection au VIH, par groupe de

nationalité, en Wallonie et à Bruxelles ; selon le mode de transmission.

Comparaison de deux périodes. Source : I.S.P., 2002.

Mode de 1992-1996 1996-2000

transmission Belges non-Belges Total Belges non-Belges Total

n=546 n=826 n=1280 n=330 n=715 n=1045

Connu 30 54 84 27 58 85

Inconnu 6 10 16 5 10 15

Total 36 64 100 32 68 100

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 21


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Chez les Belges c’est le mode de transmission homo/bisexuelle qui prédomine ; le nombre

d’hommes est plus élevé que le nombre de femmes parmi l’ensemble des nouveaux cas.

Chez les non-Belges on observe une large prédominance du mode hétérosexuel. On

observe qu’il y a davantage de femmes touchées que d’hommes.

Dans les deux groupes de nationalité les femmes sont atteintes à des âges plus précoces

que les hommes.

Les diagnostics sont posés à un âge plus précoce chez les non-Belges que chez les Belges.

Une comparaison selon l’âge montre une forte dispersion chez les Belges : les hommes

détectés séropositifs par contamination déclarée hétérosexuelle ont en moyenne au-delà

de 7 ans de plus que ceux contaminés par voie homo/bisexuelle. Chez les non-Belges la

dispersion des âges est moins marquée.

Tableau 1.2.12. Age médian en années des personnes séropositives âgées de plus de 15

ans par groupes de nationalités en Wallonie et à Bruxelles ; selon la catégorie

de transmission. Période 1996-2000. Sources : tableaux 1.2.1. et

1.2.4.

Catégorie de transmission Belges non-Belges

Hommes Femmes Hommes Femmes

n=240 n=72 n=296 n=350

Contacts hétérosexuels n=722 42,7 36,7 35,8 31,0

Contacts homo/bisexuels n=205 35,5 -- 32,4 --

Injection de drogue intraveineuse n=31 34,2 32,5 37,1 31,2

Dans les deux groupes de nationalité, l’âge noté au moment de la déclaration a reculé par

rapport à la période 1992-1996 : on verra en effet au chapitre IV que le nombre de jeunes

belges atteints a diminué dans les 15 dernières années. Pour les non-Belges, le recul a été

plus faible.

Le tableau 1.2.13. rappelle que les nouvelles détections de l’infection au VIH concernent

principalement les non-Belges, alors que les nouveaux cas de maladie concernent les

Belges. Une explication plausible serait qu’une partie des personnes étrangères –et séropositives–

effectueraient un test dans notre pays et ne resteraient pas sur le territoire.

Tableau 1.2.13. Pourcentage des patients infectés et de patients malades par groupes de

nationalités en Wallonie et à Bruxelles ; selon qu’ils sont infectés ou

malades. Période 1996-2000. Source : figure 1.2.3. et tableau 1.2.7.

Statut de l’infection au moment du test Belges non-Belges Total

Séropositivité sans maladie n=1226 32 68 100

Sida maladie n=673 53 47 100

Les non-Belges sont dépistés à des stades plus tardifs de l’infection que les Belges.

Tableau 1.2.14. Délai entre le diagnostic VIH et le diagnostic sida chez les nouveaux

malades du sida ; selon la catégorie de transmission. En %. Malades belges

et non belges en Wallonie et à Bruxelles. Années 1996-2000.

Source : I.S.P., 2002.

lai Belges non-Belges

n=357 n=269

< 3 mois 38 63

≥ 3 mois 62 37

total 100 100

Page 22 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


5] Prévost M et al. La prévention

du sida en

Communauté française, Plan

guide triennal 1996-1998.

Agence de Prévention du

Sida, Bruxelles, 1996, 103 p.

6] Hubert M, Marquet J et

al. Comportements sexuels

et réactions au risque du

sida en Belgique. Centre

d’études sociologiques,

Facultés Universitaires Saint

Louis, Bruxelles, 203 p.

mim., 1993. L’enquête porte

sur un échantillon aléatoire

de personnes inscrites au

Registre national en

Belgique; la méthodologie a

été décrite dans

l’Introduction.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

I.3. Les pratiques

Cette section fournit des indications sur quelques pratiques qui peuvent conduire à un

risque accru de contamination par le VIH, et sur quelques modes d’adaptation à ce risque.

Le risque est accru ou potentiel dans la mesure où le statut sérologique du partenaire

sexuel (ou du partageur de seringue parmi les usagers de drogues) n’est pas connu, ce

qui est très souvent le cas.

On doit rappeler la complexité des facteurs conduisant à l’adoption d’un comportement ;

en ce qui concerne le sida, l’Agence de Prévention du Sida 5 en rendait compte ainsi : “Les

aptitudes personnelles d’adaptation au risque relèvent d’une multitude de facettes :

connaissances, identité sexuelle, estime de soi, image de la maladie, position dans le

cycle de vie, épisodes de crise, interaction avec les partenaires, attitudes des leaders d’opinion,

réseaux et circonstances dans lesquels prend place l’interaction sexuelle, capacités

de négociation, perception du risque, bénéfices secondaires que procurent les comportements

à risques, etc.”

I.3.1. AGE AU PREMIER RAPPORT SEXUEL

On développe avec plus de détails au chapitre IV que :

—l’âge médian au premier rapport se situe aux alentours de 17 ans et demi ;

— les garçons sont en général plus précoces que les filles ;

— les jeunes filles africaines sont très précoces.

I.3.2. PÉNÉTRATION ANALE

En 1993, 17% des personnes (des deux sexes) interrogées ont pratiqué dans l’année qui

précède la pénétration anale (C.E.S. 6 /U.I.A.). Cette pratique n’est donc pas –loin s’en faut–

le seul fait des hommes homo/bisexuels.

Davantage de détails sont donnés au chapitre III.

I.3.3. MULTIPARTENARIAT

L’enquête des C.E.S./U.I.A. calcule que 10% des personnes interrogées ont eu deux

partenaires sexuels ou plus dans les douze derniers mois.

La figure 1.3.1. montre que la fréquence du multipartenariat est fortement corrélée

positivement au jeune âge ; cet aspect sera développé dans le chapitre IV.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 23


Figure 1.3.1. Fréquence du multipartenariat au cours des 12 derniers mois. En %.

n=3 284, 15-59 ans. Source : C.E.S., 1993.

Cette figure montre aussi que la fréquence de la pratique est largement plus élevée à

Bruxelles (18%). Il s’introduit ici probablement un biais ; en effet, l’échantillonnage a identifié

proportionnellement beaucoup plus de personnes à Bruxelles qui ont fait des études

supérieures ; et la variable “niveau d’études” est corrélée au nombre de partenaires.

Une fréquence plus élevée est aussi corrélée au sexe (les hommes déclarant en plus grand

nombre qu’ils ont eu plus d’un partenaire dans la dernière année) et au fait d’habiter seul.

Notons que la figure donne une fréquence cumulée sur les 12 derniers mois. Si on pose

la question sur la situation au jour de l’enquête, 4% seulement des répondants déclarent

deux partenaires ou plus.

Le chapitre II souligne que parmi les immigrés originaires de l’Afrique subsaharienne le

multipartenariat est profondément ancré dans la culture.

Le chapitre III montre que la fréquence du multipartenariat est plus élevée chez les personnes

à orientation homo/bisexuelle que dans la population générale.

I.3.4. PROSTITUTION

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Le C.E.S. relevait que pour les 5 années précédant l’enquête : 5,6% des hommes et 0,4%

des femmes déclaraient avoir payé au moins une fois pour avoir des rapports sexuels. Ces

chiffres concernent toute la Belgique ; ils étaient plus élevés en Wallonie (6,4%) et à

Bruxelles (9,2%) qu’en Flandre.

Dans les chapitres ad hoc, on parle plus en détail de la prostitution touchant certaines

catégories de population (chapitre II jeunes congolaises, chapitre III jeunes prostitués

masculins).

I.3.5. RELATIONS AVEC LES PAYS À FORTE ENDÉMIE

Le C.E.S. a montré que les répondants, qu’ils soient belges ou non belges ont une proximité

non négligeable avec les “pays à forte endémie”. Cette proximité était estimée dans

deux domaines : 1° un voyage dans un de ces pays ; 2° des relations sexuelles avec des

personnes venant de ces pays ou originaires de ces pays.

Dans les deux domaines, les Bruxellois montraient des fréquences largement plus élevées

: entre le double et le triple.

Nous rejoignons le C.E.S. lorsqu’il suggère qu’il y a là un élément décisif dans l’explication

de la part importante de Bruxelles dans les statistiques épidémiologiques.

Page 24 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


7] Ducoffre G. Surveillance

des maladies infectieuses

par un réseau de laboratoires

de microbiologie, 2000 +

tendances épidémiologiques

1983-1999. Service d’épidémiologie,

janvier 2002 ;

Bruxelles. Institut

Scientifique de la Santé

Publique, IPH/EPI REPORTS

Nr. 2001-018. Site internet :

www.iph.fgov.be/epidemio/

Voir la description de la

méthodologie dans l’introduction.

8] Van Kersschaever G et

Sasse A. Surveillance des

MST via un réseau sentinelle

en Belgique. Résultats de la

première période d’enregistrement

Octobre 2000 –

Janvier 2001. IPH/EPI

REPORTS Nr. 2002-008,

2002, 18 p. La méthodologie

a été décrite dans

l’Introduction.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

I.3.6. LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

COMME INDICATEUR DE RISQUE

On montre au chapitre VI que 2,2% de la population sexuellement active déclarait en 1993

avoir expérimenté une infection sexuellement transmissible (I.S.T.) dans les 5 années

précédentes. Les catégories les plus touchées étaient : les Bruxellois, les personnes à

niveau d’éducation élevé, les personnes à partenaires multiples.

Dans ce chapitre VI on voit également que deux sous-populations sont lourdement

touchées par les I.S.T. : les personnes homo/bisexuelles, et les personnes nées ou résidant

dans des pays endémiques.

On signale enfin dans ce chapitre que l’augmentation récente des infections sexuellement

transmissibles en Europe de l’Ouest fait craindre un relâchement des pratiques sexuelles

à moindre risque, relâchement partiellement imputable à la disponibilité de traitements

antirétroviraux puissants.

Une telle augmentation récente n’est cependant pas observée dans notre pays si l’on analyse

les données concernant les déclarations de deux infections sexuellement transmissibles

par le réseau des laboratoires vigies7 . Il s’agit de :

— infection à Gonocoque qui touche une population masculine à 83% ; la tranche d’âge

25-44 ans représente près des trois quarts des cas chez les hommes (données portant

uniquement sur l’an 2000)

— infection à Chlamydia qui touche une population féminine à 75% ; les femmes sont touchées

à des âges plutôt bas : près de la moitié des enregistrements a lieu avant l’âge

de 25 ans (données portant uniquement sur l’an 2000).

On verra cependant plus loin la mise en évidence d’un accroissement récent des cas de

syphilis.

Figure 1.3.2. Evolution des infections à Chlamydia et à Gonocoque, enregistrées par

les laboratoires vigies. Source : I.S.P. 2002.

Une autre publication 8 de l’I.S.P. s’appuie sur le réseau sentinelle de cliniciens ; les données

collectées montrent que les femmes sont atteintes à des âges plus bas que les

hommes (n=123). Ce travail met en évidence quelques autres données intéressantes :

10% des patients vus par ce réseau sont africains, 46% ont atteint un niveau d’études

supérieures. Les médecins mentionnent également que 19% des patients ont une orientation

homo/bisexuelle. Enfin, 8% des patients vus sont des personnes de statut

séropositif connu.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 25


Enfin, une enquête spécifique auprès des Laboratoires Vigies 9 relève un accroissement du

nombre de cas de syphilis active entre janvier 2000 et avril 2002 (n=137). Une tendance

épidémiologique semblable a été observée dans d’autres régions d’Europe depuis la fin

de 1999.

I.3.7. AUTRES SITUATIONS À RISQUE

Il existe bien d’autres possibilités d’exposition à un risque potentiel de contamination.

Parmi celles-ci le partage de seringue chez les usagers de drogue par voie intraveineuse

est envisagé au chapitre V. La prévalence d’infection chez ces usagers est beaucoup plus

élevée que dans la population générale, ce qui signe l’importance du risque. Rappelons

cependant qu’en Belgique la part attribuée à la contamination par injection intraveineuse

dans l’ensemble des contaminations est faible.

Dans un autre domaine, le C.E.S. montrait en 1993 que les personnes qui ont expérimenté

dernièrement une rupture s’exposent à une contamination potentielle deux à trois fois

plus souvent que celles qui n’ont pas vécu un tel évènement.

I.3.8. MODES D’ADAPTATION AU RISQUE

Nous verrons successivement dans cette sous-section : la protection lors du premier rapport

dans une nouvelle relation, la protection au jour de l’enquête, l’utilisation du préservatif,

le “safe sex” (c’est-à-dire les contacts sexuels sans pénétration) ou le renoncement ;

le dépistage fait également partie des moyens de protection lorsqu’il a lieu dans le cadre

d’une nouvelle relation.

Dans un nombre important de cas, le dépistage est réalisé pour d’autres raisons que le

début d’une relation : don de sang, médecine du travail, suivi d’une grossesse, etc. C’est

pour cela que nous consacrons une section spéciale à ce domaine : voir plus loin I.3.9.

Protection lors du premier rapport dans une nouvelle relation. L’enquête nationale de 1993

fournissait des données à ce propos :

dans 45% des nouvelles relations, le premier rapport sexuel a été protégé par un préservatif,

qu’il ait été accompagné ou non d’un dialogue à propos du sida et/ou d’un test

de dépistage préalable

—à l’inverse 25% des nouvelles relations n’ont pas été protégées par un préservatif, ni

précédées d’un test de dépistage, ni accompagnées d’un dialogue à propos du sida

— les situations intermédiaires représentent 30% des réponses.

La protection lors des derniers rapports sexuels. Le C.E.S. s’est essayé à construire

un indicateur composite qu’il appelle “synthétique” 10 , ce qui permettait de montrer que

l’exposition à un risque potentiel de contamination était élevée. En effet 21% des répondants

(n=3120 inscrits en Belgique) étaient exposés. Les fréquences étaient plus marquées

chez certaines catégories de population :

— personnes de nationalité non belge

— jeunes

—Bruxellois

— personnes de scolarité élevée

ou dans certaines circonstances :

— multipartenariat

— expérience de rupture.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

9] voir site

www.iph.fgov.be/epidemio/

epifr

10] “Les personnes qui

s’exposent au risque de

contamination sont celles

qui n’ont pris aucune précaution

au début d’une nouvelle

relation, celles qui ont

eu plusieurs partenaires au

cours des 5 dernières

années et n’ont jamais utilisé

de préservatif ni effectué

de test de dépistage et celles

qui ont eu une MST au

cours de la même période ;

si on prend en outre les personnes

qui ont abandonné

le préservatif après l’avoir

utilisé lors du premier rapport

sans information supplémentaire

sur le statut

sérologique de leur partenaire

ou celles qui doutent de

la fidélité de leur partenaire

et n’utilisent pas de préservatif,

on obtient un pourcentage

non négligeable qui

court potentiellement un

risque de contamination.”

Page 26 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


11] Piette D et al. La santé

et le bien-être des jeunes

d’âge scolaire. En préparation.

La méthodologie a été

décrite dans le chapitre

Introduction.

12] Galand M et Vincent A.

Centre Elisa, rapport d’activités

2000. Médecins sans

Frontières/ Artsen zonder

Grenzen. Bruxelles, 26 p.,

2001.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Le phénomène de prise de risque est complexe, et il est irréaliste de vouloir l’appréhender

à partir d’une seule dimension. Les différents facteurs sont en effet reliés entre eux ;

par exemple les jeunes ont plus de partenaires que les aînés et ils connaissent donc plus

de ruptures.

L’ULB-PROMES 11 , en utilisant d’autres indicateurs, trouvait en 1994 un chiffre très voisin :

20% des jeunes scolarisés s’exposent à un risque (voir détails au tableau 4.3.1.)

L’utilisation du préservatif représente actuellement la seule approche technologique de

prévention d’une transmission lors de relations sexuelles. On ne saurait donc trop insister

sur l’importance de cet outil ; un chapitre (n° VII) entier lui est d’ailleurs dévolu. Nous présentons

ci-dessous les données essentielles :

— l’utilisation du préservatif dans notre pays est faible, mais croît depuis une quinzaine

d’année si l’on se réfère à la hausse très nette des ventes

— les études menées dans différentes sous-populations ne permettent pas de se faire

une opinion claire sur le niveau d’utilisation et sur son évolution dans le temps

— l’utilisation du préservatif est généralement associée positivement avec le nombre de

partenaires et le niveau d’éducation

— ce sont surtout les jeunes qui ont recours au préservatif : il y a un effet de génération

net

— les couples qui utilisent le préservatif le font davantage dans une optique de contraception

que dans le but de se protéger contre une infection sexuellement transmissible

ou contre le VIH

— les préjugés et les mécanismes de défense expliquent pour une large part l’utilisation

insuffisante ; des blocages importants se retrouvent parmi les personnes originaires de

pays d’Afrique subsaharienne

— depuis le milieu des années 1990, l’accessibilité au produit s’est nettement améliorée,

notamment par la suite de la mise sur le marché d’un préservatif bon marché.

“Safe sex” et renoncement. En 1993, deux autres moyens de protection étaient relevés :

— 5% des répondants avaient pratiqué au moins une fois des rapports sexuels sans

pénétration à cause du sida dans les 5 dernières années ; le chiffre montait à 19% si

le répondant avait eu 4 partenaires et plus.

— 8% des répondants avaient renoncé au moins une fois à des rapports sexuels à cause

du sida dans les 5 dernières années ; le chiffre montait à 23% si le répondant avait eu

4 partenaires et plus.

Le dépistage préalable comme mode de gestion du risque. Beaucoup de tests sont

réalisés dans le pays, mais en réalité peu de demandes de test sont destinées à établir le

statut sérologique du demandeur avant une nouvelle relation sexuelle : 4% du total des

demandes en Wallonie et 7% à Bruxelles (voir détails plus bas en I.3.9). Le centre de

dépistage Elisa 12 relève que 40% des patients viennent se faire dépister dans le cadre

d’une nouvelle relation.

I.3.9. LE DÉPISTAGE

Fréquence de recours au test

Dans tout le pays. Le nombre de tests pris en charge par l’INAMI –ce qui exclut donc les

tests réalisés lors des dons de sang– est passé par un maximum de 678000 en l’année

1992 ; ensuite jusqu’en 1996 le nombre annuel a tourné autour de 600000. Il semble que

depuis 1997 on observe une diminution (avec un minimum de 515000 en 1999), ce qui

pourrait signer une diminution de vigilance de la population et/ou des prestataires de

soins.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 27


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Figure 1.3.3. Evolution du nombre de tests de dépistage du VIH remboursés par

l’INAMI. Source : INAMI, 2001.

De nombreux acteurs de la prévention s’accordent à dire que parmi ces tests nombreux

sont ceux qui ne se justifient pas : tests préopératoires, tests réalisés à l’insu du patient,

etc.

Réseau des médecins généralistes vigies. Pendant la période 1988-199513 , le nombre

de tests par 10 000 contacts réalisé par le réseau dans la Région de Bruxelles-Capitale

équivalait à 1,5 fois celui de la Région wallonne et 2,6 fois celui de la Région flamande.

Le Centre Elisa de dépistage anonyme, gratuit et avec accompagnement14 , sis à

Bruxelles, constate le même phénomène de forte diminution de la demande : près de 3000

tests en 1996 à un peu plus de 1750 en l’an 2000.

Le centre commente ainsi : “Il n’est pas possible dans l’état actuel des connaissances, de

savoir si cette baisse de fréquentation correspond à un phénomène général de banalisation

du sida qui impliquerait une baisse des dépistages au sein des structures médicales,

ou si cette baisse est due à des facteurs spécifiques liés au centre (manque de promotion,

accessibilité, etc.)”.

L’enquête de santé par interview15 de 1997 montre que les Bruxellois (34%, n=2777) et

les Wallons (27%, n=2304) sont plus nombreux que les Flamands (17%, n=2794) à avoir

déjà pratiqué un test de dépistage.

L’âge influence de manière très significative l’usage du test. En Wallonie on note 10%

parmi les 15-19 ans, 33% parmi les 20-24 ans, 44% parmi les 25-34 ans. Pour Bruxelles

les chiffres sont respectivement de 17%, 34% et 50%. Au-delà, l’utilisation diminue régulièrement

avec l’âge dans les deux Régions.

Le tableau ci-dessous montre que les femmes passent plus facilement le test que les

hommes (probablement à la suite de tests pendant la grossesse) ; le recours au test augmente

avec le niveau d’instruction et le revenu du ménage, et il n’est pas associé à une

bonne ou mauvaise perception de la santé.

13] Réseau des médecins

vigies, voir référence et

méthodologie dans

l’Introduction.

14] Galand M et al., 2001,

Op. cit.

15] Tafforeau J et al. La

santé de la population en

Communauté française de

Belgique. Enquête de santé

par interview, Belgique

1997. Centre de Recherches

Opérationnelles en Santé

Publique. Institut Scientifique

de Santé Publique - Louis

Pasteur. Bruxelles, juin

1998.

Page 28 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


16] de Smet P et Piette D.

Rapport CATI-Sanomètre

2001. ULB-PROMES,

décembre 2001, environ

300 p. Voir le détail de la

méthodologie dans le chapitre

Introduction.

17] in Barette et al.

Recherche-action sida et

jeunes Zaïrois en

Communauté française de

Belgique. Rapport final ULB-

PROMES, juin 1997, 55 p. +

annexes.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Tableau 1.3.1. Pourcentage de répondants ayant pratiqué le dépistage du VIH, standardisé

par âge et par sexe. Source : Enquête de santé par interview, 1997.

Wallonie Bruxelles

SEXE Homme 23 30

Femme 27 33

NIVEAU D’INSTRUCTION Pas de diplôme 12 14

Supérieur 30 37

REVENU MENSUEL (BEF) 60 000 34 37

SANTE SUBJECTIVE Très mauvaise à moyenne 24 32

Bonne à très bonne 25 32

Le C.E.S. avait montré en 1993 que le pourcentage de personnes ayant pratiqué un test

augmentait régulièrement avec le nombre de partenaires.

L’enquête CATI 16 permet d’interviewer par téléphone en 1999 et en 2000, un total de 1120

personnes âgées de 18 à 49 ans. La moitié des répondants a déjà subi le test.

On observe un gradient d’association en fonction du sexe : davantage de femmes ont subi

le test par rapport aux hommes (rapport de cote de 1,3). Il en va de même pour les plus

âgés par rapport aux plus jeunes (1,3), pour les personnes pas ou peu diplômées par

rapport aux diplômés de l’enseignement supérieur ou universitaire (3,4), des grandes

zones urbaines par rapport aux zones rurale et provinciale. Il n’y a par contre pas de différence

significative entre Belges et non-Belges.

Le Service Social des Étrangers a.s.b.l. 17 estime que les personnes d’origine congolaise

se font dépister dans une proportion moindre que les Belges.

Prise d’initiative dans la demande de test

Cet indicateur détermine si c’est le patient lui-même ou un médecin ou un tiers qui est le

moteur de la demande.

Un test réalisé à l’initiative du patient correspond soit à un comportement de protection

du patient avant une nouvelle relation, soit à une angoisse -justifiée ou non- du patient

après une éventuelle prise de risque. Cependant, un test réalisé sur l’initiative du médecin

(par exemple pour une grossesse) ou d’un tiers (en vue d’une assurance, etc.) est aussi

utilisé par le patient dans son cadre personnel de protection.

L’enquête de santé de 1997 montre en Wallonie que 50% des personnes ayant pratiqué

un test de dépistage l’ont fait de leur propre initiative, 32% sur l’initiative du médecin et

18% dans le cadre d’un don de sang, pour obtenir un emploi, lors d’un examen de médecine

du travail, etc. A Bruxelles, les chiffres sont respectivement de 54%, 33% et 13%.

La proportion la plus élevée de personnes réalisant le test de leur propre initiative se trouve

chez les 15-24 ans (62% en Wallonie et 69% à Bruxelles) et décroît avec l’âge.

Dans aucune des deux Régions on n’observe de différences importantes en fonction du

niveau d’instruction ni du niveau de revenu du ménage.

En tenant compte de la proportion de personnes testées (cf. supra), on observe qu’un

Wallon sur 5 a effectué un test de sa propre initiative, 1 sur 10 à l’initiative d’un médecin

et 1 sur 20 à l’instigation d’un tiers. Les chiffres sont identiques pour les Bruxellois.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 29


Raisons de demande de test

L’enquête de santé par interview met en évidence que les raisons principales invoquées

pour expliquer l’utilisation du test sont dans l’ordre pour la Wallonie :

— examen de routine ou préopératoire dans 43% des cas (pour Bruxelles : 47%)

—grossesse dans 19% des cas (Bruxelles : 18%)

— inquiétude personnelle quant à la possibilité d’avoir été infecté dans 12% (Bruxelles :

13%)

— nouvelle relation ou mariage dans 4% (Bruxelles : 7%)

— raison administrative dans 4% (Bruxelles : 4%)

— plainte physique dans 1% (Bruxelles : 2%)

autres dans 16% des cas (Bruxelles : 8%) : don de sang, pour “être sûr”, sans raisons, etc.

Si on analyse les données en fonction des caractéristiques individuelles, on observe que

la raison “inquiétude” est plus fréquente chez les personnes avec un niveau d’instruction

bas ou avec un revenu faible.

Commentaires : les chiffres montrent que la grande majorité des tests sont effectués sans

qu’un facteur de risque n’ait été mis en évidence : examen de routine, grossesse, raisons

administratives, etc. Ce qui ne veut pas dire que ces demandes soient toutes non justifiées

; il paraît par exemple bien indiqué de poursuivre un dépistage systématique des

femmes enceintes dans le pays.

Le Centre Elisa classe ainsi les motifs de demande de test :

— 59% des consultants viennent pour se rassurer et ne perçoivent aucun risque particulier

— 40% viennent dans le cadre d’une nouvelle relation

— 33% viennent suite à un risque particulier

etc.

Le centre précise cependant que lors de l’entretien de counselling, on constate une différence

entre la perception du risque signalée dans le questionnaire et le risque réel évoqué

avec le médecin : seulement 35% des consultants ne déclarent aucun facteur de risque.

Tableau 1.3.2. Pourcentage de contacts à risque ; selon le sexe des personnes consultant.

Source : Centre Elisa, 2001.

Type de risque Hommes Femmes Total

n=1122 n=614 n=1736

Contacts hétérosexuels 40 47 43

Contacts homo/bisexuels 34 0 22

Aucun 26 53 35

Total 100 100 100

Contacts hétérosexuels à risque : contacts hétérosexuels multiples, partenaire suspecté ou confirmé séropositif,

contact avec un(e) prostitué(e), contact avec une personne originaire d’un pays où le sida est endémique,

contact avec un (ex-)toxicomane.

Accessibilité au dépistage

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Il semble qu’il n’y a pas dans le pays de grand obstacle à accéder au dépistage si l’on se

réfère au nombre élevé de tests pratiqués. La seule information disponible est celle fournie

par le Centre Elisa. L’analyse porte sur les raisons invoquées pour le choix du centre.

L’anonymat est de loin le premier motif cité par les consultants ; cette “accessibilité

psychologique” ainsi que l’appelle le centre vient avant l’accessibilité géographique et la

gratuité (ou “accessibilité économique”).

Page 30 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Caractéristiques des demandeurs

Le Centre Elisa fournit quelques informations dont certaines ont déjà été présentées

ci-dessus :

— près de deux tiers des consultants sont des hommes

— parmi les femmes, près de la moitié a moins de 25 ans

— 65% sont belges, 19% sont européens non belges, 10% proviennent d’Afrique sub

saharienne, et le reste de divers pays ou non précisé

— 91% résident en Belgique

— le niveau d’étude des demandeurs est très élevé puisque les deux tiers déclarent un

niveau supérieur.

Nouveaux cas dépistés selon la structure

Pour l’ensemble des structures de dépistage du pays, on a vu qu’il a été notifié près de

1000 nouveaux cas en l’an 2000.

Certaines des structures fournissent des données statistiques personnelles :

— Réseau des médecins-vigies. Pendant la période janvier 1989 - décembre 1997,

34 nouveaux cas d’infection ont été constatés sur un total de 14 231 tests réalisés dont

le résultat était connu. Ceci correspond à une incidence de 2,4 cas positifs/1000 tests.

— Centre Elisa. Durant l’année 2000, ce centre a dépisté 24 nouveaux cas soit un taux de

positivité de 1,4%.

— Banque de sang. Pendant la période des cinq années 1995-1999, il a été identifié

comme nouveaux séropositifs pour le VIH : 13 donneurs réguliers et 7 nouveaux donneurs,

pour un total de 3,9 millions de dons.


Dans plusieurs pays européens, des données récentes mettent en évidence un relâchement

dans les comportements de protection dans la population générale et parmi les homosexuels

masculins. Plusieurs hypothèses sont avancées.

—L’effet de génération. La génération qui est entrée dans la vie sexuelle active dans les

années 1990, aussi appelée la “génération sida”, a été fortement informée et sensibilisée

à propos de l’infection. La moindre visibilité actuelle de l’infection entraîne comme

conséquence que les jeunes qui commencent leur vie sexuelle (la “génération postsida”)

sont moins informés et sensibilisés.

— Un optimisme excessif à l’égard des nouveaux traitements, avec l’illusion d’une guérison

possible de l’infection et une modification de la représentation sociale de la maladie.

— Un effet de lassitude vis-à-vis des comportements de protection.

Ces hypothèses très générales doivent être considérées comme complémentaires et non

concurrentes. Elles s’articulent en outre à d’autres facteurs qui concernent davantage

certaines catégories de la population.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 31


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

I.4. Connaissances et attitudes

La population témoigne dans l’ensemble d’un niveau de connaissances insuffisant à propos

du VIH se traduisant par quelques importantes lacunes et de trop nombreuses

croyances incorrectes. A peine plus de la moitié de la population est capable d’identifier

des modes incorrects de contamination ou des modes de contact non contaminants. On

doit également déplorer la fréquence très élevée d’opinions discriminatoires envers les

séropositifs.

En général, les croyances erronées vis-à-vis des connaissances scientifiques sont plus

répandues dans les classes les moins instruites ou à revenus faibles, et chez les personnes

les plus âgées. Les attitudes de discrimination se retrouvent également plus répandues

dans ces catégories de population, ainsi que chez les personnes de nationalité non

belge.

I.4.1. IDENTIFICATION DE MODES DE CONTACT NON CONTAMINANTS

L’enquête CATI 18 permet d’évaluer les connaissances sur ces modes et de suivre l’évolution

de 1996 à 2001. Six questions portent sur les contacts sans danger de transmission

du VIH : s’asseoir sur une planche de W-C, être piqué par un moustique, boire dans le

verre d’une personne séropositive, jouer avec une personne séropositive, recevoir des

soins chez le dentiste. Pour la période de 5 ans, on note 23% de bonnes réponses aux six

questions (n=2820) ; les résultats se sont dégradés de 1996-1997 (28% en valeurs

ajustées) à 2000-2001 (19%). On verra plus bas que cette évolution défavorable n’est pas

observée à propos de la connaissance des moyens de protection.

On observe un gradient d’association significative en fonction de la nationalité : les personnes

d’origine non belge répondent moins bien que les Belges avec un rapport de cote

de 1,9. Il en va de même pour les personnes plus âgées par rapport aux plus jeunes (rapport

de cote de 1,6), pour les personnes sans emploi par rapport aux personnes travaillant

(1,8), pour les personnes pas ou peu diplômées en comparaison des diplômés supérieurs

ou universitaires (4,8). Il n’y a pas de différence significative entre les sexes.

D’autres données (voir tableau 1.4.1.) sont également peu favorables ; l’Enquête de santé

par interview de 1997 montre que seulement 59% de la population belge sont capables

de reconnaître des modes incorrects de transmission ou des modes de contact non

contaminants.

La fréquence est de 64% si on se limite à la population de 15-59 ans ; ce chiffre est quasi

identique à celui de 63% trouvé quatre ans auparavant par l’enquête sur les réactions au

risque du sida des C.E.S./U.I.A. sur un échantillon d’inscrits de 15 à 59 ans.

Les chiffres en Wallonie (55%) et à Bruxelles (54%) sont moins bons que la moyenne

nationale.

On montre au chapitre IV qu’en Wallonie, le niveau des connaissances se situe sous la

barre des 50% de 15 à 19 ans ; il monte ensuite nettement parmi les 20-24 ans. Par contre

à Bruxelles, les connaissances des plus jeunes sont équivalentes à celles observées dans

la tranche d’âge supérieure. Dans les deux Régions, le niveau de connaissances diminue

ensuite avec l’âge. Il augmente avec le niveau d’instruction, le revenu et une perception

subjective de sa propre santé comme “bonne à très bonne”.

18] de Smet P et Piette D.

Op. cit.

Page 32 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


19] Enquêtes INRA

(Europe) pour le compte de

la Communau

Européenne.

20] de Smet P et Piette D.

Op. cit.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Tableau 1.4.1. Pourcentage de répondants connaissant huit modes de transmission

incorrects*, standardisé par âge et par sexe. Source : E.S.I., 1997.

Wallonie Bruxelles

SEXE Homme 54 55

Femme 52 51

NIVEAU D’INSTRUCTION Pas de diplôme 40 55

Supérieur 63 61

REVENU (BEF) 60 000 65 62

SANTE SUBJECTIVE Très mauvaise à moyenne 42 46

Bonne à très bonne 56 56

* planche de W-C, piqûre de moustique, boire dans un verre, baiser sur bouche, don de sang, fait de recevoir du

sang, jeu avec séropositif, chez le dentiste.

Par province de résidence, on note :

— Luxembourg : 67%

— Brabant wallon : 63%

— Namur : 61%

—Bruxelles : 54%

— Liège : 53%

— Hainaut : 52%

Les enquêtes Eurobaromètre 19 antérieures donnaient une évolution des tendances

davantage encourageante dans la mesure où elles montraient une amélioration des

connaissances de 1989 à 1995.

Figure 1.4.1 Pourcentage de répondants identifiant correctement des modes de

contact non contaminants. Source : enquête Eurobaromètre, 4 vagues.

I.4.2. IDENTIFICATION DE MOYENS DE PROTECTION EFFICACES ET INEFFICACES

Les interviews par téléphone assistées par ordinateur 20 permettent d’évaluer les connaissances

en matière de protection. Celles-ci sont estimées au moyen de deux questions

relatives à un mode efficace de protection (être fidèle à un partenaire qui l’est aussi, utiliser

le préservatif) et au moyen de deux questions relatives à un mode inefficace de protection

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 33


(choisir un partenaire qui a l’air en bonne santé, utiliser la pilule contraceptive). Pour la

période 1996-2001, on observe 79% de bonnes réponses aux quatre questions ; les résultats

se sont significativement améliorés de 1996-1997 (71% de bonnes réponses, après

ajustement) à 2000-2001 (81%). Une telle évolution favorable n’a pas été observée à propos

de la connaissance des modes de transmission.

On observe un gradient d’association significatif en fonction de la nationalité : les personnes

d’origine non belge répondent moins bien que les Belges avec un rapport de cote de

1,6. Il en va de même pour les femmes par rapport aux hommes (1,3), pour les personnes

sans emploi par rapport aux personnes travaillant (1,8), et surtout pour les personnes pas

ou peu diplômées en comparaison des diplômées supérieures ou universitaires (6,0),

L’âge n’est pas associé à la variable dépendante de façon significative.

Les données de l’Enquête de santé par interview 21 , montrent que seulement 54% des

Wallons (n=2825) et 50% des Bruxellois (n=2336) de 15 ans et plus reconnaissent quatre

moyens de protection inefficaces (choisir des partenaires qui paraissent en bonne santé,

utiliser la pilule contraceptive, se retirer avant l’éjaculation, se laver après les rapports

sexuels).

La distribution des connaissances selon l’âge se répartit en cloche dans les deux

Régions : par exemple pour la Wallonie les connaissances des répondants âgés de 15-19

ans (46% de bonnes réponses) sont plus basses que celles des 20-24 ans (67%) ; ensuite

elles diminuent légèrement parmi les 25-34 ans (65%) ; elles baissent encore dans le

groupe 35-54 ans (57%) et diminuent nettement au-delà ; un graphique est présenté à ce

sujet dans le chapitre IV : voir la figure 4.4.2.

Dans les deux Régions, le niveau de connaissance présente une relation directe et positive

avec un niveau d’instruction élevé, des revenus élevés, la perception personnelle d’une

bonne santé.

Tableau 1.4.2. Pourcentage de répondants reconnaissant quatre modes de protection

inefficaces*, standardisé par âge et par sexe. Source : E.S.I., 1997.

Wallonie Bruxelles

SEXE Homme 53 49

Femme 50 47

NIVEAU D’INSTRUCTION Pas de diplôme 23 33

Supérieur 65 60

REVENU (BEF) 60 000 68 56

SANTE SUBJECTIVE Très mauvaise à moyenne 43 40

Bonne à très bonne 54 51

* partenaire en bonne santé, pilule contraceptive, retrait, lavage après rapport

Par province de résidence, on note :

— Brabant wallon : 70%

— Liège : 63%

— Luxembourg : 60%

— Namur : 53%

—Bruxelles : 50%

— Hainaut : 44%

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Les jeunes congolais(e)s se fient beaucoup à l’apparence ou l’origine des partenaires

comme moyen de protection 22 . Comme on l’a déjà dit, des jeunes filles attribuent à la pilule

contraceptive des qualités de protection contre le VIH qu’elle n’a évidemment pas.

Une enquête en face à face commanditée par le fabricant de préservatif Durex 23 auprès de

500 personnes en Belgique et âgées de 15 à 45 ans, suggère que pour une large partie du

public le choix du partenaire offre une protection équivalente à celle du préservatif.

21] Tafforeau J et al., 1998.

Op. cit.

22] Barette et al., 1997.

Op. cit.

23] LCR Inra. Les habitudes

sexuelles des Belges.

Conférence de presse organisée

par Durex, septembre

1998.

Page 34 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


24] de Smet P et Piette D.

Op. cit.

25] Tafforeau J et al., 1998.

Op. cit.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

I.4.3. ATTITUDES DISCRIMINATOIRES

Les interviews par téléphone CATI 24 permettent d’estimer la tolérance envers les personnes

malades, et de suivre l’évolution de 1996 à 2001. Deux questions sont posées :

accepteriez-vous un lieu d’accueil pour malades à proximité de votre habitation, accepteriez-vous

de laisser votre enfant avec une personne séropositive. Pour la période 1996-

2001 on observe une prévalence moyenne de 84,3% de personnes (n=1559 personnes

ayant eu un enfant) répondant oui aux deux questions ; les résultats se sont légèrement

dégradés dans les cinq années de l’étude.

On observe un gradient d’association significatif en fonction de la nationalité : les

personnes d’origine non belge montrent moins de tolérance que les Belges (rapport de

cote de 1,7). Il en va de même pour les plus jeunes par rapport aux plus âgés (1,7), pour

les personnes peu ou pas diplômées en comparaison des personnes diplômées des

enseignements supérieur ou universitaire (3,3). Il n’y a pas de différence significative entre

les sexes.

L’enquête de santé par interview25 montre des chiffres très peu satisfaisants. Une large

majorité de la population tant en Wallonie (62%) qu’à Bruxelles (65%) exprime un souhait

d’identification ou de ségrégation des personnes contaminées. Les attitudes peuvent être

soit directes (ne pas accepter de laisser ses enfants en compagnie d’une personne

séropositive, ne pas accepter de travailler ou d’étudier en compagnie d’une personne

séropositive) soit indirectes (un patron doit pouvoir licencier une personne atteinte du

sida, être averti si un collègue est séropositif même sans le consentement de ce dernier,

traduire en justice les personnes qui se savent séropositives et qui ont des rapports

sexuels sans précaution et sans avertir leur partenaire).

Ces attitudes discriminatoires s’accentuent avec l’âge (un graphique est présenté au

chapitre IV, figure 4.4.5.) :

— elles passent en Wallonie de 54% pour les 15-24 ans à 83% chez les personnes de 75

ans et plus

— pour Bruxelles, les chiffres respectifs sont de 64% et 84%.

Dans les deux Régions, la discrimination est fortement associée au niveau d’instruction et

au revenu faible. La fréquence des attitudes discriminatoires ne varie pas en fonction de

l’état de santé subjectif de la personne interrogée.

Tableau 1.4.3. Pourcentage de répondants présentant des attitudes discriminatoires*

envers les personnes séropositives, standardisé par âge et par sexe.

Source : E.S.I., 1997.

Wallonie Bruxelles

SEXE Homme 64 67

Femme 63 66

NIVEAU D’INSTRUCTION Pas de diplôme 81 91

Supérieur 61 53

REVENU (BEF) 60 000 57 58

SANTE SUBJECTIVE Très mauvaise à moyenne 69 69

* voir les détails dans le texte.

Bonne à très bonne 63 64

Cette enquête confirme des données antérieures de l’Agence de Prévention du Sida

(1994) et d’Eurobaromètre (1995) qui montraient que les jeunes sont dans l’ensemble plus

tolérants que les aînés.

Ces données vont donc à l’encontre de celles présentées plus haut dans l’étude CATI qui

a mis en évidence une tolérance moindre chez les personnes âgées de 18 à 33 ans par

rapport aux personnes âgées de 34 à 49 ans.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 35


On souligne au chapitre II qu’une attitude de rejet se retrouve également chez des jeunes

Congolais interrogés en Wallonie et à Bruxelles.


En 1993, le C.E.S. relevait déjà l’association entre d’une part des bonnes connaissances

ou des attitudes non discriminatoires, et d’autre part la jeunesse des répondants ou un

niveau d’instruction élevé.

A propos de la maladie et de la protection, le C.E.S. montrait également que :

la fréquence des méconnaissances est liée au niveau d’instruction ; les écarts observés

entre les niveaux d’instruction sont d’une ampleur nettement plus importante que ceux

observés entre les différentes régions : à niveau d’instruction égale, les différences

enregistrées entre les régions s’amenuisent fortement.

— une méconnaissance de la maladie ne recouvre que partiellement une méconnaissance

de la protection. Cela signifie qu’il n’y a pas d’un côté une large majorité de la population

qui aurait une connaissance correcte, et de l’autre une minorité qui cumulerait l’ensemble

des représentations inadéquates ; mais il y a une population assez importante

qui a une connaissance partiellement inadéquate.

Ce dernier constat souligne donc la distribution non systématisée des (mé)connaissances.

L’enquête de santé par interview montre une telle dispersion au plan des provinces ; en

effet si on reprend les réponses satisfaisantes aux questions sur les moyens de protection

et les modes de contact non contaminants, on voit que le classement des provinces est

différent pour chacune des deux réponses, mis à part le Hainaut qui se classe deux fois

en dernière position.

I.4.4. PERCEPTION DU RISQUE

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Perception du risque selon le milieu. Les personnes interrogées lors d’une enquête

(tableau 1.4.4.) estiment que le risque d’être infecté “en Belgique” est plus élevé que le

risque d’être infecté “dans le milieu proche” ; la différence est très importante : de 55% à

5%. On pourrait traduire trivialement par “cela n’arrive pas chez moi”. Les personnes

moins favorisées paraissent les plus inquiètes.

Tableau 1.4.4. Pourcentage de personnes estimant le risque d’être infecté par le sida.

Source : enquêtes de l’Agence de prévention du sida en Wallonie et à

Bruxelles, 1996.

Le risque d’être infecté par le sida est élevé... Total Age Groupe social

18-24 “low” “high”

en Belgique 55 59 61 53

dans mon propre milieu 5 6 8 6

Perception du risque et risque réel. On a vu plus haut (cf. tableau 1.3.2.) qu’il existe une

belle différence entre la perception d’un risque par le consultant et un facteur de risque

objectivé lors de l’anamnèse par le médecin.

Perception du risque par les Africains subsahariens. Les jeunes congolais perçoivent

bien la sévérité de la maladie tant médicalement que socialement. Par contre, la perception

de leur propre vulnérabilité est moins claire : certains affirment que le sida peut toucher

tout le monde alors que d’autres font part d’un sentiment d’invulnérabilité.

Baruani 26 souligne également la faible évaluation de la vulnérabilité chez les adultes originaires

de l’Afrique noire. Le risque est perçu comme éloigné des préoccupations personnelles et

est attribué à des personnes étrangères à l’environnement habituel.

26] Baruani. 1996. Op. cit.

Page 36 Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

I.4.5. ACCEPTATION DES MESSAGES

Dans une enquête de l’Agence de Prévention du Sida de 1996 (n=401), 96% des répondants

sont d’accord pour que l’on parle très clairement de l’utilisation du préservatif dans

les campagnes d’information sur le sida et 89% pour que l’on parle très clairement de

toutes les pratiques sexuelles.

I.4.6. APPRÉCIATION DES ACTIONS DE PRÉVENTION

Dans une enquête commanditée par l’Agence de Prévention du Sida en 1996, on constate

que le public réagit plutôt positivement aux actions proposées ou réalisées :

— ce qui serait utile ; au moins 93% des personnes interrogées estiment utiles les quatre

actions proposées afin d’éviter que les gens attrapent le sida : informer, traiter les

malades, financer la recherche sur le vaccin, accroître l’accessibilité au préservatif

— ce qui est réalisé ; par rapport à ce qui existait à ce moment-là en Belgique les réactions

sont un peu moins optimistes : l’utilité n’est reconnue que pour 53 à 71% des actions

proposées.

Les jeunes garçons congolais acceptent la présence de distributeurs de préservatifs dans

les écoles pourvu que ce soit dans des endroits discrets. Les filles sont plus réticentes car

elles craignent que cela n’incite les plus jeunes au vagabondage sexuel.

I.4.7. CONFIANCE DANS LES INTERVENANTS

Tableau 1.4.5. Pourcentage de personnes témoignant de leur confiance dans les

organismes ou les personnes. n=401 en Wallonie et à Bruxelles. Source :

enquête de l’Agence de Prévention du Sida 1996.

J’ai confiance en … Total Age Groupe social

18-24 favorisé défavorisé

médecins 82 87 74 88

associations de prévention 61 70 57 68

Agence de Prévention du Sida 61 73 47 68

presse 26 28 18 22

La confiance accordée aux divers intervenants n’est pas au même niveau. Les personnes

de moins de 24 ans et de groupe social favorisé font en général davantage confiance.

Commentaires plus généraux sur la méfiance. Un rapport interne de l’Agence de

Prévention du Sida nous donne une interprétation du phénomène. “Une certaine méfiance

subsiste, et il s’agit d’un phénomène complexe. Très probablement, les représentations

inadéquates traduisent un sentiment de méfiance générale tout autant qu’un accès insuffisant

ou une mauvaise compréhension de l’information diffusée. L’intégration des

connaissances ne se réduit donc pas à l’accès aux informations correctes. Ceci peut

d’ailleurs intervenir dans l’importance des lacunes constatées parmi les personnes moins

instruites : leur contexte culturel est souvent trop éloigné du discours scientifique pour

qu’elles puissent réellement se l’approprier. L’extrême médiatisation du sida, avec ce

qu’elle comporte d’informations sensationnelles et parfois contradictoires, représente une

difficulté supplémentaire pour des personnes peu capables d’opérer une sélection et une

hiérarchie entre les différentes sources d’information disponibles”.

Chapitre I. LA POPULATION GÉNÉRALE Page 37


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Chapitre II.

LES POPULATIONS

NON BELGES

RÉSUMÉ

Hormis les données du Registre national, il n’y a pas d’estimation sur les tailles des populations

migrantes dans notre pays.

Pendant la période 1996-2000, un total de 3912 nouvelles déclarations d’infection au VIH

a été relevé en Belgique. Pour la Wallonie et Bruxelles, on relève parmi les personnes dont

la nationalité est connue que les formulaires indiquent 68% de personnes déclarant une

nationalité autre que belge ; parmi ces dernières, 80% sont originaires de pays d’Afrique

subsaharienne.

Les femmes sont un peu plus atteintes que les hommes et à des âges plus précoces. Le

mode de transmission hétérosexuel est largement prédominant pour les deux sexes.

Les informations concernant les pratiques, connaissances, attitudes sont notoirement

insuffisantes. Les quelques données disponibles concernent diverses populations d’origine

subsaharienne.

L’activité sexuelle est très précoce chez les jeunes filles. Le multipartenariat masculin est

fortement ancré dans les cultures. La protection lors de rapports sexuels à risque est largement

négligée.

Le niveau de connaissances est plus faible que chez les Belges, et le niveau des attitudes

de non-tolérance est plus élevé. Le rôle de la religion ne peut être négligé ; elle apparaît

comme un obstacle en ce sens qu’elle peut empêcher une information correcte sur les

moyens de protection efficaces ou qu’elle semble se substituer à ces moyens.

Chapitre II. LES POPULATIONS NON BELGES Page 39


II.1. La population cible

Nous regroupons sous le terme de “populations non Belges” l’ensemble des personnes

de nationalité autre que belge, officiellement recensées dans le pays.

Tableau 2.1.1. Population étrangère inscrite au Registre national au 1er janvier 2000. Par

groupe de pays d’origine. Source : Institut National de Statistique, statistiques

démographiques, 2001. 1

Régions U.E. Pays européens Pays d’Afrique

hors U.E. subsaharienne

(dont RDC*)

Région wallonne + 399 654 203 806 15 624

Région de Bruxelles-Capitale (10 270)

Total Belgique 563 556 333 554 21 262

(12 458)

*RDC : République démocratique du Congo.

La population originaire du Congo compte 10 270 personnes inscrites dans les deux

Régions de notre étude. Elle se répartit dans les tranches d’âge suivantes :

— 0-14 ans : 2431

— 15-24 ans : 2099

— 25-59 ans : 5547

— 60 ans et + : 193

Commentaires. A ces chiffres officiels, il faut évidemment ajouter les personnes séjournant

ou résidant en Belgique mais non inscrites. En 1997, une étude d’ULB-PROMES avançait

le chiffre de 15000 Congolais en séjour légal ou illégal.

II.2. L’épidémiologie

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

II.2.1. LA POPULATION INFECTÉE À ÉTUDIER

Nous voulons étudier en Wallonie et à Bruxelles et pour la période de 1996 à 2000, la

population nouvellement diagnostiquée comme séropositive pour le VIH, de nationalité

non belge.

La figure 2.2.1. (cette figure est identique à la figure 1.2.3.) montre :

— parmi les 3912 nouvelles détections relevées en Belgique dans la période, 2173 formulaires

de déclaration citent la Région d’origine, soit 56%.

1] D’après les tableaux

02.01 GT communiqués par

l’Institut National de

Statistique. Voir aussi la

mise à jour de quelques

données sur

www.statbel.fgov.be/figures

Page 40 Chapitre II. LES POPULATIONS NON BELGES


2] Beghin D, Prévost M, de

Roubaix J et Lequarré.

Monitoring de l’infection au

VIH et du Sida en Belgique

et particulièrement en

Communauté française.

Agence de Prévention du

Sida, avril 1997, Bruxelles,

126 p.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

— parmi les 2173 déclarations précisant la Région, on relève que 1298 personnes (soit

60%) habitent dans les deux Régions qui nous intéressent : en Wallonie (24%) et à

Bruxelles (36%).

— parmi les 1298 habitants de Wallonie et Bruxelles, on relève chez 1226 personnes pour

lesquelles la nationalité est documentée que le formulaire indique 68% (837/1226) de

personnes possédant une nationalité autre que belge (64% en 1992-1996).

Figure 2.2.1. Répartition des personnes nouvellement diagnostiquées habitant dans la

Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale. Période 1996-

2000. Source : I.S.P., 2002.



non-Belges

n=837

Total des notifications dans le pays, 1996-2000

n=3912

Habitant Région wallonne n=517 ou

Région de Bruxelles-Capitale n=781

Total n=1298

Belges

n=389

Nationalité

inconnue

n= 72

II.2.2. NOUVEAUX DIAGNOSTICS D’INFECTION

Nous renvoyons au chapitre I, section I.2.4. “Personnes de nationalité non belge détectées

séropositives” où ont été présentés les nouveaux diagnostics d’infection par sexe et

par âge, et par catégorie de transmission. On y montrait, entre autres, que les femmes

sont un peu plus nombreuses que les hommes et sont diagnostiquées à des âges plus

précoces. Le mode de transmission hétérosexuel est largement prédominant pour les

deux sexes.

II.2.3. ESTIMATION DE LA SÉROPRÉVALENCE EN BELGIQUE

Une seule estimation concernant les non-Belges a été avancée il y a déjà de nombreuses

années : 2 à 3%. 2

II.2.4. LES MALADES DU SIDA EN BELGIQUE

Nous renvoyons également au chapitre I, section I.2.6. “Les malades du sida en Belgique”.

II.2.5. DIAGNOSTIC TARDIF DE LA SÉROPOSITIVITÉ

Habitant en

Région flamande

n=875

Habitant en

Région inconnue

n=1739

En I.2.8., il a été montré que chez 45 malades du sida sur 100, le diagnostic de séropositivité

a été posé tardivement.

Chapitre II. LES POPULATIONS NON BELGES Page 41


II.2.6. COMPARAISON AUX BELGES

Nous renvoyons également au chapitre I, section I.2.9. Synthèse et comparaison Belges/

non-Belges.


Nous avons aussi identifié dans le chapitre I les incertitudes concernant les non-Belges à

propos de leur statut de résidence ou non sur le sol du Royaume au moment du diagnostic.

Les informations disponibles qui portent sur les nouveaux malades du sida (voir tableau

1.2.8.) précisent que 41% de ces malades résident dans le pays depuis au moins 5 ans

(ils étaient 63% en 1992-1996) ; on peut donc raisonnablement supposer que ces

personnes ont été contaminées en Belgique. Pour les 59% restant, on ne peut savoir s’il

s’agit de personnes résidant depuis moins de 5 ans ou transitant plus ou moins longuement

dans le pays.

II.3. Les pratiques

Nous ne disposons que de très peu d’informations concernant l’exposition à un risque

potentiel et les comportements de protection. Nous allons reprendre quelques données

déjà montrées dans le chapitre I, et y ajouter quelques informations sur les immigrés

africains. Les données sont principalement de type qualitatif.

Baruani a fait une synthèse des données disponibles 3 , avant d’effectuer une recherche de

type qualitatif 4 : les groupes d’entretien semi-dirigé (ou “focus groups”) ont concerné 67

personnes, originaires d’Afrique subsaharienne dont 49 zaïroises.

Une enquête d’ULB-PROMES 5 porte sur 125 jeunes congolais. La méthode utilisée est

également celle de groupes d’entretien semi-dirigé.

II.3.1. AGE AU PREMIER RAPPORT SEXUEL

L’activité sexuelle est très précoce chez les jeunes filles originaires d’Afrique subsaharienne

; elle peut débuter à 13 ans voire même plus tôt, d’abord avec des garçons de 14

à 18 ans puis avec des adultes.

II.3.2. MULTIPARTENARIAT

Baruani note que la majorité des hommes ont des contacts sexuels hors du foyer ; ces

contacts revêtent souvent la forme d’un multipartenariat synchronique ; les jeunes filles

représentent les choix préférentiels. Les femmes sont d’avis que ce comportement se

trouve profondément ancré dans la culture africaine.

II.3.3. PROSTITUTION

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Le SIREAS a.s.b.l. 6 formule l’hypothèse que la “prostitution des mineures d’âge congolaises

serait en augmentation”.

Des éléments du discours des garçons comme des filles font émerger la réalité de la

prostitution des jeunes ; mais les informations ne permettent pas d’évaluer l’ampleur du

phénomène.

3] Baruani YK.

Connaissances, représentations,

attitudes et comportements

en matière de sexualité

et de sida des populations

d’Afrique subsaharienne.

Synthèse des données

disponibles. Rapport pour

l’APS. Bruxelles, mars 1996.

4] Baruani YK. Pratiques

sexuelles, risques d’infection

à VIH et prévention du sida.

Recherche qualitative auprès

d’immigrés africains en

Communauté française.

Rapport de recherche.

APS, décembre 1996, 63 p.

5] Barette et al.

Recherche-action sida et

jeunes Zaïrois en

Communauté française de

Belgique. Rapport final ULB-

PROMES, juin 1997. 55 p. +

annexes.

6] In Barette et al. Op. cit.

Page 42 Chapitre II. LES POPULATIONS NON BELGES


7] Hubert M, Marquet J et

al. Comportements sexuels

et réactions au risque du

sida en Belgique. Centre

d’études sociologiques,

Facultés Universitaires Saint-

Louis, Bruxelles, 203 p.,

1993. Échantillon national

15-59 ans.

8] Sasse A, Van Der

Heyden J et Stroobant A.

Épidémiologie du sida et de

l’infection à VIH en Belgique.

Situation au 31 décembre

1995. Institut Scientifique de

Santé Publique-Louis

Pasteur. Bruxelles, décembre

1997, 48 p.

9] Voir les détails sur la

construction d’un indicateur

composite au chapitre I,

section I.3.8.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

II.3.4. RELATION AVEC LES PAYS À FORTE ENDÉMIE

Le C.E.S. 7 montre que les personnes (toutes inscrites au Registre de la population) de

nationalité autre que belge (n=75) sont, par comparaison avec les Belges (=763), près de

trois fois plus nombreuses à déclarer avoir eu des relations sexuelles avec des personnes

vivant ou ayant vécu dans des pays à forte endémie d’Afrique et d’Asie.

II.3.5. PRÉSENCE D’UNE INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE

Le Réseau de surveillance de la séroprévalence VIH 8 a bien montré que l’infection par une

M.S.T. est associée dans toute la population –belge et non belge– à une prévalence

d’infection au VIH très nettement accrue, puisque 3,9% des porteurs d’une M.S.T. sont

diagnostiqués comme séropositifs ; le chiffre monte à 16% parmi les porteurs déclarant la

naissance ou la résidence dans un pays à forte endémie.

Tableau 2.2.1. Patients testés séropositifs pour le VIH parmi les porteurs de M.S.T. ;

selon différents indicateurs de risque. Données cumulées de 1989 à 1996

pour la Belgique. Source : Réseau de surveillance de la séroprévalence

VIH, in Sasse et al., 1997.

Indicateur de risque n % VIH+

Naissance ou résidence en pays à endémie élevée 151 16

Autres (homo/bisexualité, hétérosexualité, etc.) 1916


Figure 2.3.1 Pourcentage de personnes prenant un risque de se contaminer en fonction

de la connaissance/ méconnaissance des moyens de protection parmi les

personnes qui ont eu un partenaire au cours des 12 derniers mois. n=3136,

15-59 ans, inscrits dans tout le pays. Source : C.E.S., 1993.

Ces informations sur les personnes de nationalité non belge ne permettent pas de distinguer

les Européens, les Maghrébins ou les Africains noirs alors qu’à l’évidence les différences

socio-culturelles sont très importantes entre ces trois types de population.

L’utilisation du préservatif. Baruani cite à propos des immigrés africains “une faible

évaluation de la vulnérabilité personnelle à l’infection, une fréquence élevée des maladies

sexuellement transmissibles de même qu’une faible utilisation des préservatifs liée à un

éventail de valeurs et de croyances, et ce, malgré une activité hétérosexuelle précoce,

régulière et non sécuritaire”.

Les hommes sont très réticents à utiliser le préservatif ou à le proposer, à la fois parce que

cela soulignerait leur infidélité mais aussi parce que son utilisation diminuerait leur capacité

de procréer et d’assurer la survie et la pérennité du groupe.

Certaines femmes pensent que le préservatif est un corps étranger risquant de rester

bloqué à l’intérieur du vagin.

Les jeunes d’origine congolaise justifient la non-utilisation par les faits suivants :

— le préservatif se déchire ou glisse ;

— les jeunes manquent d’information concernant la manipulation du préservatif ;

— le préservatif est un frein psychologique dans la relation.

Le prix ne semble pas être un obstacle majeur.

Certaines jeunes filles pensent (à tort évidemment) que la pilule suffit.

On ne peut qu’approuver l’évidence énoncée dans une étude en Afrique de l’Ouest 10 :

“toute recherche sur l’utilisation du préservatif passe par l’étude des sexualités”. Nous

voudrions ajouter : “et par l’étude des religions”.

II.3.7. LE DÉPISTAGE

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

On a montré plus haut en I.3.9. : (1) SIREAS a.s.b.l. 11 estime que les personnes congolaises

ou d’origine congolaise se font dépister dans une proportion moindre que les Belges

(2) l’enquête par téléphone CATI-Sanomètre 12 montre que les non-Belges se font dépister

dans la même mesure que les Belges.

10] Deniaud F. Recherche

d’ethno-prévention : les

sciences sociales face au

sida (cas africains autour de

l’exemple ivoirien). Ed.

Orstom, Bingeville, 1993,

pp. 89-125.

11] In Barette et al., 1997.

Op. cit.

12] de Smet P et Piette D.

Rapport CATI-Sanomètre

2001. ULB-PROMES,

Décembre 2001, environ

300 p. Voir le détail de la

méthodologie dans

l’Introduction.

Page 44 Chapitre II. LES POPULATIONS NON BELGES


13] Galand M et Vincent A.

Centre Elisa, rapport d’activités

2000. Médecins sans

frontières, Bruxelles,

Novembre 2001, 27 p.

14] Barette M et al., 1997.

Op. cit.

15] Baruani YK. 1996.

Op. cit.

16] Keka Tohaka J.

Connaissances, représentations

et comportements des

jeunes sur le sida. Analyse

exploratoire dans la communau

zaïroise de Belgique.

Mémoire, U.C.L., Ecole de

Santé publique, RESO, janvier

1996, 109 p. +

annexes.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Le Centre Elisa 13 relève une forte proportion de consultants qui “proviennent d’Afrique

subsaharienne” : 10% parmi l’ensemble des 1754 consultants de l’année 2000. Le centre

note également que parmi les 24 prélèvements sérologiques diagnostiqués comme positifs,

15 (soit 62,5%) concernaient des consultants de même origine.

En d’autres mots, le centre recrute beaucoup d’Africains subsahariens, et parmi ces derniers,

la fréquence de la séropositivité est plus élevée que parmi les personnes d’autres

nationalités.

II.4. Connaissances et représentations

Nous avons montré ci-dessus (en II.3.) que l’exposition à un risque potentiel était, largement

plus élevée parmi les non-Belges, ce qui témoigne d’une méconnaissance ou d’une

mauvaise compréhension ou d’une mauvaise intégration ou d’un déni des messages de

prévention, ou encore d’une non-accessibilité à ceux-ci.

Nous avons également montré à plusieurs reprises dans le chapitre I, section 4, que les

connaissances des personnes de nationalité non belge répondant à divers types d’interviews

étaient plus faibles que celles des Belges. Les attitudes de non-tolérance se manifestaient

plus aisément chez les non-Belges que chez les Belges.

Ces constats appellent des commentaires. En effet, certaines des études établissent également

des corrélations entre d’une part, les faibles connaissances et les attitudes discriminatoires

et d’autre part, le faible niveau d’instruction ou de revenus. Dans notre pays,

une proportion importante d’étrangers est constituée d’immigrés (ou d’enfants d’immigrés)

de niveau d’instruction faible et de revenus médiocres. Il serait intéressant par une

analyse statistique ad hoc, de séparer le poids relatif des différentes variables, et de comparer

les connaissances et attitudes des différents groupes à niveau d’instruction/ revenu

équivalent.

Les informations disponibles à propos des connaissances et représentations sont très

fragmentaires et peu nombreuses.

II.4.1. LES JEUNES CONGOLAIS 14,15,16

Connaissance correcte des modes de transmission. Les garçons évoquent la prise de

drogue et l’échange de seringues, le multipartenariat. Les filles placent le multipartenariat

en tête devant la prostitution et la transfusion sanguine.

Les rumeurs quant aux faux modes de transmission sont bien vivantes.

Identification d’un moyen efficace de protection. Les jeunes sont bien informés sur les

différents moyens de prévention. Le préservatif apparaît comme le moyen le plus évident

pour les deux sexes bien avant la fidélité et l’abstinence ; quelques jeunes filles citent à

tort la pilule comme on l’a déjà dit. L’abstinence est citée par les plus jeunes, alors que

les plus âgé(e)s considèrent cette pratique comme irréaliste.

Dans l’ensemble les garçons sont mieux informés que les filles.

Identification d’un moyen inefficace de protection. Les jeunes se fient beaucoup à

l’apparence des partenaires ou à l’origine de ces partenaires, comme moyen de protection,

ce qui traduit leurs incertitudes.

Attitudes discriminatoires. L’attitude la plus générale, aussi bien chez les garçons que

chez les filles, est une attitude de rejet des personnes séropositives ou malades du sida.

Chapitre II. LES POPULATIONS NON BELGES Page 45


Perception du risque. Les jeunes perçoivent bien la sévérité de la maladie tant médicalement

que socialement. Par contre, la perception de leur propre vulnérabilité est moins

claire : certains affirment que le sida peut toucher tout le monde, alors que d’autres font

part d’un sentiment d’invulnérabilité.

On a vu que Baruani souligne également chez les jeunes la faible évaluation de leur propre

vulnérabilité.

Appréciation des actions de prévention. Les garçons acceptent la présence de distributeurs

de préservatifs dans les écoles pourvu que ce soit dans des endroits discrets. Les

filles sont plus réticentes car elles craignent que cela n’incite les plus jeunes au vagabondage

sexuel.

Les entretiens semi-dirigés nous informent aussi sur les canaux d’informations : actuellement

c’est l’école qui est la source principale d’information pour les deux sexes ; les garçons

citent ensuite la télévision et les amis ; les filles trouvent plus d’informations dans le

milieu médical (chez les médecins et dans les centres de planning familial).

L’obstacle de la communication (ne pas oser parler du préservatif) ou de l’accessibilité (ne

pas oser acheter le préservatif) est bien identifié.


Le rôle de la religion en relation avec la prévention ne peut être négligé. Elle apparaît

comme un obstacle en ce sens qu’elle peut empêcher une information correcte sur les

modes de protection efficaces ou qu’elle semble se substituer à ces modes. Ainsi, certains

jeunes pensent que la religion est un moyen efficace de protection ; s’ils prient Dieu

dans leur cœur, ils n’ont pas besoin de préservatif.

II.4.2. LES PARENTS CONGOLAIS

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Dans un mémoire de santé publique, Kasungu 17 investigue chez 200 parents d’origine

congolaise habitant à Bruxelles, les opinions et représentations face au sida. Pour certains

il s’agit d’une maladie grave sans recours thérapeutique ; pour d’autres la maladie traduit

l’expression du désespoir, de la souffrance voire de la mort ; cette représentation fait ressortir

une tendance déjà observée 18 à accorder beaucoup d’importance au sacré, à la sorcellerie

et au surnaturel.

La majorité des parents possède un bon niveau de connaissances sur les principales voies

de transmission. Mais tous les parents ne sont pas capables d’identifier clairement les

modes de transmission non contaminants ; certes le préservatif est bien cité comme le

moyen le plus sûr, mais certains parlent de prière et d’hygiène. L’abstinence et la fidélité

restent des valeurs positives.

Parler de sexualité en famille reste tabou, les parents estiment que l’école constitue le

meilleur cadre d’information dès avant 12 ans.

Nous approuvons complètement Kasungu lorsqu’il écrit : “vu les conséquences du sida

dans la communauté congolaise de Belgique, il y a urgence extrême et on ne peut attendre

d’intervenir”.

II.4.3. LES LEADERS RELIGIEUX CONGOLAIS

Un mémoire de Mukadi 19 explore l’attitude de 157 leaders religieux d’origine congolaise,

en Communauté française. Ils estiment que le sida est un problème important dans la

communauté congolaise. En majorité, ils reconnaissent qu’il s’agit d’une maladie comme

une autre ; ils ne sont pas d’accord avec l’idée que les malades reçoivent ce qu’ils méritent.

Beaucoup n’ont pas d’expérience en matière de prévention, probablement parce que

le sujet est tabou ou fait honte et que la communauté développe une culture du silence.

Les leaders parlent beaucoup d’abstinence et peu du préservatif ; certains suggèrent

même de simplement prier.

17] Kasungu K. Attitudes,

opinions, connaissances et

représentations de parents

congolais de Bruxelles face

au sida et à la pertinence

d’implanter des distributeurs

de préservatifs dans les

écoles à Bruxelles. Mémoire

de DEA en santé publique,

Université Libre de

Bruxelles, Ecole de Santé

Publique, année académique

1998-1999, 33 p +

annexe. Voir les détails de la

méthodologie dans

l’Introduction.

18] Leroy et al. Etude des

moyens de communication

appropriés à la prévention

du sida dans la communau

zaïroise de Belgique.

Rapport de recherche/

Service social des étrangers,

avril 1995

19] Mukadi Katende M.

Implication des leaders religieux

dans la prévention du

sida ; enquête menée dans

la communauté congolaise

en Communauté française

de Belgique. Mémoire,

Université Libre de

Bruxelles, Ecole de Santé

Publique, octobre 2001, 30

p. + annexes.

Page 46 Chapitre II. LES POPULATIONS NON BELGES


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Chapitre II. LES POPULATIONS NON BELGES Page 47


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Chapitre III.

LES HOMO/ BISEXUELS

MASCULINS

RÉSUMÉ

La population cible est très difficile à quantifier. L’estimation la plus sérieuse date de 1993

et cite les chiffres de 23000 à 57000 personnes dans la tranche d’âge de 15 à 59 ans.

Pendant la période de 1996 à 2000, un total de 3912 nouvelles déclarations d’infection au

VIH, toutes catégories de contamination confondues, a été relevé en Belgique ; 56% des

déclarations citent la Région d’origine.

Pour la Wallonie et Bruxelles, on relève parmi les personnes pour lesquelles la voie de

transmission est documentée, que les formulaires indiquent 20% de transmission

homo/bisexuelle. Si l’on se réfère aux seuls hommes, on constate que ce mode est plus

fréquent chez les patients belges que chez les patients non belges.

Le poids relatif de la transmission homo/bisexuelle s’atténue au cours des ans puisqu’il

chute de 31% de l’ensemble des détections en 1987-1991, à moins de 17% pour 1996-

2000.

Une estimation de la séroprévalence dans la population homo/bisexuelle représente un

exercice très difficile ; néanmoins, plusieurs sources suggèrent que le taux serait plusieurs

dizaines de fois supérieur à celui estimé dans la population générale.

Les données disponibles au sujet des connaissances, attitudes et pratiques de cette population

révèlent une adoption importante des comportements de protection depuis le début

de l’endémie. Cependant, un taux non négligeable de prises de risque est également

observé, surtout chez les personnes qui pratiquent le partenariat multiple. Mais une

augmentation de ces prises de risque est à nouveau enregistrée dans plusieurs pays

européens depuis 1999. L’association Ex Æquo, dans le cadre de ses actions de terrain,

observe un relâchement de la prévention dans toute la Communauté française.

Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS Page 49


III.1. La population cible

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Une estimation de la taille de la population cible s’avère très difficile pour plusieurs raisons :

1. Il est difficile d’identifier un groupe social minoritaire et socialement stigmatisé, pour

lequel les critères d’appartenance ne sont pas visibles. Certaines personnes préfèrent

cacher leurs pratiques homosexuelles.

2. Les enquêtes sur les comportements sexuels en population générale utilisent des

méthodologies différentes (questionnaires en face à face, téléphone, etc.), des méthodes

d’échantillonnage et des définitions variables en ce qui concerne l’homosexualité.

Le taux de déclaration de pratiques homosexuelles peut varier en fonction de ces

éléments.

La catégorie des “hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes” est

définie de manières différentes selon les enquêtes. Cette définition recouvre les hommes

qui ont eu des expériences homosexuelles tantôt dans leur vie, tantôt dans les

cinq dernières années ou encore dans les 12 derniers mois. En outre, les pratiques et

les identités ne doivent pas être confondues : les hommes qui ont des relations sexuelles

avec d’autres hommes ne se définissent pas toujours comme homosexuels.

Il existe une probable sous-déclaration des pratiques homosexuelles par les personnes

interrogées dans le cadre des enquêtes en population générale, compte tenu des

remarques émises en 1.

3. Le concept de bisexualité est également très flou ; on reviendra sur ce point plus loin.

4. La taille de cette population est réduite par rapport à l’ensemble de la population générale

(probablement quelques dizaines de milliers de personnes par rapport à environ

2,7 millions de résidants masculins sexuellement actifs, c’est-à-dire la population

masculine âgée de 15 à 59 ans), ce qui impose de recourir à de très grands échantillonnages

si l’on veut estimer la prévalence des pratiques homo/bisexuelles dans le

pays avec des marges d’erreurs satisfaisantes.

Le Centre d’Etudes Sociologiques (C.E.S.) 1 a procédé à une estimation du nombre d’hommes

âgés de 15 à 59 ans ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes dans les 5

dernières années ; les données exploitées étaient celles d’une enquête nationale de 1993. 2

— le C.E.S. estime d’abord que le pourcentage de la population masculine sexuellement

active au cours des 5 dernières années et âgée de 15 à 59 ans, est de 87,8% avec un

intervalle de confiance de 1,6%

— en s’appuyant sur les données de l’Institut National de Statistique, le C.E.S. déduit que

2 680 000 à 2 780 000 inscrits masculins et âgés de 15 à 59 ans sont sexuellement

actifs

— en appliquant à ces chiffres le taux de 1,5% (±0,6%), on trouve environ 41000 personnes

(23000 à 57000).

Si on retenait le chiffre de 1,1% (±0,6%) pour les 12 derniers mois, on trouve environ

30000 hommes (13000 à 47000).

Dans les deux cas, la dispersion est extrêmement importante.

1] Hubert M, Marquet J et

Huynen P. Regard sociologique

sur les données épidémiologiques.

In:

Homosexualité(s), Sida et

Prévention. Acte du colloque

du 1er juin 1996, organisé

par Ex Aequo. Bruxelles, pp.

15-30, mars 1997.

2] Hubert M, Marquet J et

al. Comportements sexuels

et réactions au risque du

sida en Belgique. Centre

d’Etudes Sociologiques,

Facultés Universitaires Saint-

Louis, Bruxelles, 1993, 203

p. Voir détails sur la méthodologie

dans l’Introduction.

3] Spira A., Bajos N. et le

groupe ACSF (1993). Les

comportements sexuels en

France, Paris, La

Documentation française.

Les interviews ont été réalisées

par téléphone.

Page 50 Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS


4] Sandfort T. Homosexual

and Bisexual Behaviour in

European Countries. In

Hubert M et al. Ed : Sexual

Behaviour and HIV/AIDS in

Europe. UCL Press, London

(UK) & Bristol (USA), 1998,

442 p. Les données de cet

article sont issues de l’enquête

nationale C.E.S./U.I.A.

5] Communication personnelle

du Aids Team reprise

dans : Declercq E, Lavreys L

et Van Hove D. Épidémiologie

du sida et de l’infection

à VIH en Belgique. Situation

au 31 décembre 1994.

Institut d’Hygiène et d’Épidémiologie.

Bruxelles, 48 p.,

novembre 1995.

6] Delor F, Martens V et

Huynen P. Les modes de vie

des gays et le sida. Enquête

sur les connaissances, attitudes

et pratiques des

homosexuels masculins en

Communauté française.

Rapport. Centre d’études

sociologiques des Facultés

Universitaires Saint-Louis –

Ex Æquo, 1999. Voir la description

de la méthodologie

dans l’introduction.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Ces pourcentages sont grosso modo similaires à ceux trouvés dans d’autres enquêtes en

population générale réalisées à l’étranger. Une enquête nationale 3 en France portant sur

un échantillon de 20055 personnes établit les pourcentages de déclarations de pratiques

homosexuelles chez les répondants masculins comme suit : 1,1% au cours de la dernière

année, 1,4% au cours des cinq dernières années et 4,1% au cours de la vie.

En Belgique, la proportion d’hommes déclarant au moins un partenaire masculin est la

plus élevée dans la Région bruxelloise.

Les hommes se retrouvent surtout dans la tranche d’âge 30-39 ans ; ils habitent les villes

plutôt que les campagnes ; le niveau d’éducation ne joue pas 4 .

Figure 3.1.1 Pourcentage d’hommes déclarant au moins un partenaire masculin au

cours des 5 dernières années. n=1578. Source : C.E.S., 1993.

La fréquence des pratiques bisexuelles chez les hommes est également très mal connue,

mais elle n’est pas négligeable :

— en partant des données nationales des C.E.S./U.I.A. mais en se limitant à la population

de 18-49 ans, l’enquête suggère que dans la dernière année 1,1% des hommes interrogés

ont eu un partenaire masculin et 0,6% un partenaire de chaque sexe.

— le AIDS Team 5 en 1994 interroge 442 hommes qui fréquentent des “lieux de drague”

homosexuelle en régions flamande et bruxelloise et constate que 15% de ces hommes

sont mariés et 8% reconnaissent être bisexuels.

dans une enquête par questionnaire auto-administré menée par Ex Æquo a.s.b.l. et le

C.E.S. auprès des homosexuels masculins en Communauté française 6 , 8% des répondants

déclarent avoir eu au moins une partenaire sexuelle féminine dans les douze derniers

mois. Les plus jeunes répondants sont les plus nombreux à déclarer des relations

sexuelles avec une ou des partenaires féminines : ils sont 18% dans la tranche d’âge

des 16-25 ans.

On verra plus bas que près d’un cinquième des nouvelles détections attribuées à la voie

homo/bisexuelle concerne des hommes à comportement bisexuel.

Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS Page 51


III.2. L’épidémiologie

III.2.1. LA POPULATION INFECTÉE À ÉTUDIER

Nous voulons étudier en Wallonie et à Bruxelles pour la période de 1996 à 2000, les hommes

nouvellement diagnostiqués comme séropositifs pour le VIH et dont la contamination

est attribuée au mode homo/bisexuel, en distinguant les Belges des non-Belges.

La figure 3.2.1. nous montre que :

— parmi les 3912 nouvelles détections relevées en Belgique dans la période, 2173 formulaires

de déclaration citent la Région d’origine, soit 56%.

— parmi les 2173 déclarations précisant la Région, on relève que 1298 personnes (soit

60%) habitent dans les deux Régions qui nous intéressent : en Wallonie (24%) et à

Bruxelles (36%).

— parmi les 1298 habitants en Wallonie et à Bruxelles, on relève chez les 1078 personnes

pour lesquelles la voie de transmission est documentée que les formulaires indiquent

211 cas de transmission homo/bisexuelle (20%).

— parmi les 211 personnes contaminées par voie homo/bisexuelle, la nationalité est

documentée dans 205 cas ; il s’agit pour 70% de Belges et pour 30% de non-Belges.

Figure 3.2.1. Répartition des personnes nouvellement diagnostiquées habitant dans la

Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale ; selon les groupes

de transmission et la nationalité. Période 1996-2000. Source : I.S.P.,

2002.



Mode homo/

bisexuel

n=211

Belges

n=144

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Total des notifications dans le pays, 1996-2000

n=3912

Habitant en Région wallonne n=517

ou en Région de Bruxelles-Capitale n=781

Total 1298

Autres modes

n=867

non-Belges

n=61

Mode

inconnu

n=220

Nationalité

inconnue

n=6

Habitant en

Région flamande

n=875

Habitant en

Région inconnue

n=1739

Note. Les quelques personnes (n=5) déclarées contaminées par voie homosexuelle et

usage de drogue intraveineuse ne sont pas reprises ici, mais bien au chapitre VI.

Page 52 Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

III.2.2. EVOLUTION DES NOUVEAUX DIAGNOSTICS D’INFECTION

Evolution dans le temps

Le poids relatif de la transmission homo/bisexuelle s’atténue fortement au cours des ans

puisqu’il chute de 31% de l’ensemble des détections en 1987-1991, à 21% dans les

années 1991-1995 et enfin à moins de 17% pour 1996-2000.

Figure 3.2.2. Evolution du pourcentage de nouveaux patients en Wallonie et à

Bruxelles ; selon le groupe de transmission. Source : I.S.P., 2002.

La figure 3.2.3. se limite à la population des personnes nouvellement infectées par la voie

présumée homo- ou bisexuelle. Elle montre que la proportion de personnes de nationalité

belge diminue durant les deux périodes étudiées.

Figure 3.2.3. Evolution du pourcentage de nouvelles contaminations attribuées au

mode homo/bisexuel en Wallonie et à Bruxelles ; selon la nationalité.

Source : I.S.P., 2002.

Parmi les 61 personnes de nationalité non belge notifiées (100%), on relève qu’il y a 32

Européens (53%), 10 Africains du sud du Sahara (16%), 5 Maghrébins (8%) et 14 personnes

originaires des autres régions du monde (23%). Ces pourcentages sont proches de

ceux relevés dans la période quinquennale précédente.

Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS Page 53


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

La diminution du nombre de cas observés en 1996-2000 doit s’interpréter avec précaution

parce que certains cas attribués à “Région inconnue” font certainement partie de la

Wallonie ou de Bruxelles (voir figure 3.2.2.) et que certaines des transmissions attribuées

à “mode de transmission inconnu” sont certainement des transmissions par voie homo/

bisexuelle. D’autre part, la fin de la période quinquennale 1996-2000 montre une remontée

très nette de l’ensemble des déclarations dans le pays ainsi qu’on l’a vu dans la

figure 1.2.1. du chapitre I ; et l’on sait en plus que la situation en 2001 n’est pas à la

diminution.

Comparaison des patients belges et non belges

La figure 3.2.4. montre bien le poids important de la transmission homo/bisexuelle chez

les hommes belges puisque la moitié des déclarations la cite comme mode de transmission

probable. Chez les non-Belges, la proportion est trois fois moindre.

Figure 3.2.4. Pourcentage de transmissions attribuées au mode homo/bisexuel en

Wallonie et à Bruxelles ; selon le groupe de nationalité. Période 1996-

2000. Source : I.S.P., 2002.

Note. Si le calcul prenait en compte les femmes infectées, la proportion de transmissions

attribuées au mode homo/bisexuel –donc parmi toutes les détections– représenterait plus

de 43% de toutes les transmissions chez les Belges, (cf. tableau 1.2.2.), alors que cette

proportion n’atteindrait pas 9% chez les non-Belges (cf. tableau 1.2.5.).

Page 54 Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

III.2.3. NOUVEAUX DIAGNOSTICS D’INFECTION PAR ÂGE

Figure 3.2.5. Répartition des hommes infectés par voie homosexuelle ; selon l’âge et

la nationalité. Période 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

La figure 3.2.5. montre que toutes les tranches d’âge à partir de 20 ans sont touchées

avec un maximum de 25 à 39 ans pour les deux sexes.

Il y a très peu de notifications parmi les jeunes (15-19 ans).

Nous reprenons ci-dessous le tableau déjà fourni au chapitre I (tableaux 1.2.1. et 1.2.4.).

L’âge médian parmi les personnes âgées de 15 ans et plus est de 35,5 ans pour les Belges

(soit une hausse de 2,0 ans par rapport à la période quinquennale précédente), et de 32,4

ans pour les non-Belges (soit une baisse de 2,0 ans).

Chez les Belges, les personnes détectées séropositives par contamination présumée

homo/bisexuelle sont plus jeunes de 7 ans que celles contaminées par voie présumée

hétérosexuelle.

Chez les non-Belges, l’écart est de moins de trois années.

Tableau 3.2.1. Age médian des hommes par nationalité en Wallonie et à Bruxelles ;

selon la catégorie de transmission. Période 1996-2000. Source : I.S.P.,

2002.

Catégorie de transmission Belges Non-Belges

Contacts homo/bisexuels 35,5 ans (n=144) 32,4 ans (n=61)

Injection intraveineuse de drogue 34,2 ans (n=11) 37,1 ans (n=34)

Contacts hétérosexuels 42,7 ans (n=85) 35,8 ans (n=244)

Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS Page 55


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

III.2.4. NOUVEAUX DIAGNOSTICS D’INFECTION SELON LE PROFIL DE RISQUE

Tableau 3.2.2. Pourcentage des profils de risque rapportés parmi les nouveaux diagnostics

attribués à la voie homo/bisexuelle, à Bruxelles et en Wallonie ;

selon la nationalité. Années 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

Profil de risque Belges non-Belges Total

(n=144) (n=61) (n=205)

Contacts sexuels avec même sexe 89 85 88

Contacts sexuels avec deux sexes 10 15 12

Total 99 100 100

Commentaires. Parmi ces hommes nouvellement diagnostiqués, plus d’un sur dix déclare

un comportement bisexuel, ce chiffre est en baisse par rapport à la période quinquennale

précédente dans laquelle il atteignait près de un sur cinq.

III.2.5. ESTIMATIONS DE LA SÉROPRÉVALENCE EN BELGIQUE

Une estimation valide de la fréquence de l’infection au sein de la “population homo/

bisexuelle” n’est pas possible compte tenu des difficultés de définir cette population et

donc de pouvoir la quantifier.

Néanmoins, le tableau ci-dessous présente un relevé des estimations effectué jusqu’en

1993 par l’Agence de Prévention du Sida 7 ainsi que d’autres estimations relevées plus

récemment. Ces estimations donnent des taux très variés qui s’expliquent par les méthodologies

différentes et l’introduction de biais de sélection.

Tableau 3.2.3. Estimations du taux de séroprévalence au sein de diverses populations

homosexuelles selon diverses approches.

Approche suivie et année Taux en % Sources

Taux mesuré, 1988-1993 3,5 Centre de D.A.G. Elisa 8

Taux déclaré, 1992 9,8 Institut d’Hygiène et d’Épidémiologie

Taux estimé, 1993 5,5 à 14 Centre d’Études Sociologiques 9

Taux déclaré, 1998 5,9 Ex Æquo-Centre d’Études Sociologiques 10

Taux mesuré, 2000 2,1 Centre de D.A.G. Elisa 11

En dépit des différences constatées dans la prévalence en fonction des approches méthodologiques,

le tableau ci-dessus met en évidence le taux de séroprévalence largement

supérieur parmi les homosexuels masculins (plusieurs dizaines de fois) comparativement

à celui estimé dans la population générale (cf. chapitre I, section 2.5.).

III.2.6. L’INFECTION EN BELGIQUE ET EN EUROPE

La figure 3.2.6. montre l’évolution des cas nouvellement déclarés dans le groupe de transmission

homo/bisexuelle, et dans deux autres groupes.

Pour la Belgique la tendance à la diminution était nette jusqu’en 1997 ; depuis lors on note

une stagnation, voire même une augmentation.

7] Beghin et al. Monitoring

de l’infection au VIH et du

Sida en Belgique. Agence

de Prévention du Sida, avril

1997, Bruxelles, 126 p.

8] Centre de dépistage

anonyme et gratuit, avec

accompagnement, Elisa.

Communication personnelle.

2002.

9] Hubert et al. Op. cit.

10] Delor et al. Op. cit.

11] Centre de dépistage

anonyme et gratuit, avec

accompagnement, Elisa.

Communication personnelle.

2002.

Page 56 Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS


Cas homo/bisexuels

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Figure 3.2.6. Tendance des infections au VIH nouvellement diagnostiquées dans le

groupe de transmission homo/bisexuelle et dans deux autres groupes, en

Belgique et dans deux pays voisins. Source : CESES, 2001.

Figure 3.2.7. Infections au VIH nouvellement diagnostiquées dans le groupe de transmission

homo/bisexuelle dans la zone Europe de l’OMS, taux par million

d’habitants. Source : CESES, 2001.

Portugal : nouveau système de déclaration incluant anciens cas ; difficulté d’interprétation.

Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS Page 57


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

III.2.7. LES MALADES DU SIDA EN BELGIQUE ET EN EUROPE

L’incidence annuelle des cas de maladie attribués au mode homo/bisexuel a baissé vers

les années 1996-1997, lors de l’introduction des trithérapies ; mais plus récemment cette

tendance s’est arrêtée.

Figure 3.2.8. Tendance des cas de sida dans le groupe de transmission homo/

bisexuelle et dans deux autres groupes, en Belgique et dans deux pays

européens voisins. Source : CESES, 2001.

En 2000, il y avait près de 10 cas attribués au mode homo/bisexuel par million d’habitants,

en Belgique.

III.2.8. DIAGNOSTIC TARDIF DE LA SÉROPOSITIVITÉ

Parmi les Belges, le tableau ci-dessous met en évidence que chez 18% des malades du

sida dont la contamination a été attribuée à la voie homo/bisexuelle, le diagnostic de séropositivité

a été posé simultanément ou quasi simultanément à celui du sida, c’est-à-dire

très tardivement dans le décours de l’infection.

Cette proportion est :

— inférieure à celle observée chez les personnes contaminées par d’autres voies ;

— supérieure à celle relevée en 1992-1996 : 12% (n=206 malades).

Tableau 3.2.4. Pourcentage de nouveaux malades du sida selon le délai entre le diagnostic

VIH et le diagnostic sida ; par catégorie de transmission. Malades

Belges en Wallonie et à Bruxelles. Années 1996-2000. Source : I.S.P.,

2002.

Catégorie de transmission % de nouveaux malades dont la

séropositivité est connue depuis

< 3 mois ≥ 3 mois Total

Contacts homo/bisexuels n=83 18 82 100

Autres n=103 25 75 100

Total n=186 22 78 100

Page 58 Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS


12] Hubert M et al., 1993.

Op. cit.

13] Galand M et Vincent A.

Centre Elisa, rapport d’activités

2000, Médecins sans

Frontières, Bruxelles,

novembre 2001, 27 p. Voir

également les rapports des

années précédentes. La

méthodologie a été décrite

dans l’introduction.

14] Delor F et al., 1999.

Op. cit.

15] Hubert M et al., 1993.

Op. cit.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Parmi les non-Belges, le chiffre monte à 28 malades sur 100.

La proportion est :

— néanmoins un peu plus basse que parmi les personnes contaminées par d’autres voies ;

— inférieure à celle relevée en 1992-1996 : 24% (n=51 malades).

Tableau 3.2.5. Pourcentage de nouveaux malades du sida selon le délai entre le

diagnostic VIH et le diagnostic sida ; par catégorie de transmission.

Malades non Belges en Wallonie et à Bruxelles. Années 1996-2000.

Source : I.S.P., 2002.

Catégorie de transmission % de nouveaux malades dont la

séropositivité est connue depuis

< 3 mois ≥ 3 mois Total

Contacts homo/bisexuels n=25 28 72 100

Autres n=204 47 53 100

Total n=229 45 55 100

Un facteur de surestimation potentielle doit être pris en compte : une partie -inconnue- de

ressortissants étrangers déjà diagnostiqués malades dans leur pays viennent en Belgique

pour chercher des soins ; dans ces conditions, les diagnostics de séroconversion et de

sida sont évidemment posés simultanément.

III.2.9. SYNTHÈSE ET COMPARAISON DES BELGES ET DES NON-BELGES

Ce qui frappe surtout, c’est la différence entre les groupes de nationalités. Parmi l’ensemble

des hommes belges, la transmission attribuée au mode homo/bisexuel concerne

5 nouvelles contaminations sur 10 alors que parmi les non-Belges, la proportion n’est que

de 1,6 sur 10.

III.3. Les pratiques

Les données disponibles au sujet des pratiques, connaissances et attitudes de cette

population viennent principalement de quatre sources ; enquête C.E.S./U.I.A. 12 , données

du Centre Elisa 13 , ainsi que des enquêtes menées parmi les homosexuels masculins par

l’Institut d’Hygiène et d’Epidémiologie et Aide Info Sida en 1993, et par Ex Æquo a.s.b.l.

et le C.E.S. en 1998 14 .

III.3.1. PÉNÉTRATION ANALE

La pratique de la pénétration anale n’est pas le seul fait des hommes à orientation

homo/bisexuelle. En effet, 17% d’un échantillon de la population inscrite en Belgique 15

(n=3112) ont usé de cette pratique dans les 12 derniers mois. Le phénomène est un peu

plus marqué à Bruxelles (22%) et chez les jeunes (19%). L’analyse en fonction du niveau

d’instruction ne montre pas de différences.

La pratique est cependant plus fréquente chez les hommes à orientation homo/bisexuelle

que dans la population générale.

Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS Page 59


Le Centre de dépistage anonyme, gratuit et avec accompagnement Elisa 16 à Bruxelles

relève dans la population consultante (hommes et femmes) déclarant des facteurs de

risque (n=1551) que la pénétration anale est le fait de 14% des hétérosexuels, de 59% des

bisexuels et de 80% des homosexuels.

Parmi 1162 répondants à un questionnaire en langue française auto-administré à des personnes

homo/bisexuelles 17 , 43% à 63% déclarent avoir pratiqué la pénétration anale dans

les douze derniers mois (toujours, souvent ou rarement) ; les chiffres varient selon le type

de pénétration (active ou passive) et le type de partenaire (stable ou occasionnel). La

pénétration est davantage pratiquée avec le partenaire stable qu’avec les partenaires

occasionnels et les répondants sont plus nombreux à déclarer pratiquer la pénétration

active que la pénétration passive.

Delor 18 a mis en évidence la dimension symbolique que peut revêtir la pénétration anale

chez certains homosexuels. La pénétration anale passive (ou réceptive) peut selon lui

revêtir un caractère de protection subjective et d’abandon de soi. Elle peut aussi représenter

un moyen d’affirmation identitaire. La dimension symbolique peut aller à l’encontre de

l’utilisation du préservatif dans la mesure où les enjeux vont à l’encontre de préoccupations

plus rationnelles comme la protection contre le sida.

III.3.2. MULTIPARTENARIAT

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

La fréquence du multipartenariat est plus élevée chez les homo/bisexuels que dans la

population générale.

Les répondants de l’enquête Ex Æquo/C.E.S. déclarent en moyenne 19,3 partenaires au

cours des douze derniers mois. 78% des répondants déclarent avoir eu plus d’un partenaire

dans l’année.

Figure 3.3.1. Nombre de partenaires masculins dans l’année. n=1162. Source :

Enquête Ex Æquo/C.E.S., 1998.

Ce pourcentage de 78% ne peut être comparé à celui de 10% que le C.E.S. 19 /U.I.A. a estimé

dans la population générale : les deux enquêtes portent sur des populations très différentes.

Plus de 40% des répondants homo/bisexuels de l’enquête déclarent plus de 10 partenaires.

Dans la population générale, le chiffre était de 0,4%.

16] Vincent A. Centre Elisa,

Communication personnelle

sur base des données de

l’année 2000.

17] Delor F et al., 1999.

Op. cit.

18] Delor F. Séropositifs,

Trajectoires identitaires et

rencontre du risque, coll.

Logiques sociales, Ed.

L’Harmattan, 1997

19] Hubert et al., 1993.

Op. cit.

Page 60 Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS


20] Magnus P. Risk

Behaviour and Risk

Contexts. In Hubert M et al.

Editors : Sexual Behaviour

and HIV/AIDS in Europe.

London (UK) & Bristol (USA),

1998, 442 p.

21] Magnus. 1998. Op. cit.

22] Monheim M.

Communication personnelle.

Adzon asbl, 2002.

23] Sasse A, Van Der

Heyden J et Stroobant A.

Épidémiologie du sida et de

l’infection à VIH en Belgique.

Situation au 31 décembre

1996. I.S.P. Bruxelles,

décembre 1997, 48 p.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

D’autres données tirées de l’enquête nationale du C.E.S. nous apprennent que :

— parmi 89 répondants âgés de 18 à 49 ans qui ont eu un partenaire masculin dans les

12 derniers mois, un déclare plus de 30 partenaires20 .

— 20 répondants âgés de 18 à 49 ans à orientation homosexuelle ou bisexuelle déclarent

5 partenaires ou plus, soit 27% ; parmi les 1198 hommes à orientation déclarée

hétérosexuelle, 3% déclarent cinq partenaires ou plus21 .

Les données de l’année 2000 du Centre Elisa montrent que les 113 consultant(e)s déclarant

plus de 10 partenaires durant la dernière année se reconnaissent à 62% comme

homo/bisexuel(le)s et à 38% comme hétérosexuel(le)s.

III.3.3. PROSTITUTION

L’a.s.b.l. Adzon organise des permanences médicales à l’attention des prostitués masculins

à Bruxelles. Ces permanences ont pour objectif de proposer un dépistage de l’hépatite B

et de la tuberculose. En 2001, un quart des patients dépistés étaient porteurs du virus de

l’hépatite B 22 . En ce qui concerne la tuberculose, deux tiers des patients dépistés réagissaient

positivement à l’intradermoréaction. Adzon constate aussi que seul un tiers des

personnes rencontrées bénéficient d’une couverture sociale.

Adzon met en évidence des facteurs de vulnérabilité relatifs à cette population.

Les tabous liés aux pratiques homosexuelles. Ces tabous sont la cause de l’immigration

isolée de certains jeunes “sans papiers” vers l’Europe.

Par ailleurs, les tabous sont souvent la cause de la rupture familiale et sociale des jeunes

maghrébins de la seconde génération.

Enfin, ils sont à l’origine de fortes résistances de la population concernée (surtout non

belge) à l’égard des distributions gratuites de préservatifs et de lubrifiants, trop fortement

associés à la pratique de la pénétration anale.

Le niveau d’information. Adzon constate une mauvaise connaissance au sujet des

modes de transmission des infections sexuellement transmissibles. L’accès à l’information

est rendu d’autant plus difficile pour les patients qui ne maîtrisent pas le français.

La précarité sociale. Malgré la loi portant sur l’aide médicale urgente, l’accès à la prise

en charge médicale des personnes exclues des soins reste problématique en raison de

l’engorgement des services médicaux, de la lourdeur et de la complexité des démarches

administratives (en particulier pour les personnes exclues des soins). La précarité sociale

de ces personnes rend souvent la préoccupation pour leur santé secondaire par rapport

à d’autres priorités (survie, logement, séjour en Belgique, etc.). Un autre facteur de vulnérabilité

important est la pression des clients pour avoir des rapports sexuels non protégés

et la faible capacité de négociation des prostitués face à cette pression.

III.3.4. LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

COMME INDICATEURS DE RISQUE

Le réseau national de surveillance de la séroprévalence VIH 23 montre bien que l’infection

par une infection sexuellement transmissible est associée dans toute la population à une

prévalence d’infection au VIH très nettement accrue. En effet 3,9% des porteurs d’une

infection sont identifiés comme séropositifs. Le chiffre monte à 21% parmi les porteurs

déclarant des prises de risque du mode homo/bisexuel.

Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS Page 61


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Tableau 3.3.1. Patients testés séropositifs pour le VIH parmi les porteurs de M.S.T.,

selon différents indicateurs de risque. Données cumulées de 1989 à

1996. Réseau de surveillance de la séroprévalence VIH. Source : in Sasse

et al., 1997.

Indicateur de risque n % VIH+

Homo/bisexualité 135 21

Autres risques (naissance ou résidence en pays à endémie élevée,

hétérosexualité, usage de drogue I.V., prostitution, etc.) 1932


26] Communication du

AIDS Team reprise dans :

Declerq E, Lavreys L et Van

Hove. Épidémiologie du sida

et de l’infection à VIH en

Belgique. Situation au 31

décembre 1994. Institut

d’Hygiène et d’Épidémiologie.

Bruxelles, novembre

1995, 48 p.

27] Ex Aequo.

Communication personnelle,

mai 1998.

28] Fourmentin Ph. Aires

de repos de la région de

Tournai. Evaluation des

actions de prévention du

sida. Ex Aequo, août 1996.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

observation est confirmée par une autre question posée dans la même enquête. En effet,

21% des répondants déclarent avoir eu au cours des 12 derniers mois, une pénétration

anale sans préservatif avec un ou des partenaire(s) occasionnel(s). Parmi ces répondants,

deux tiers indiquent qu’ils ne connaissaient pas le statut sérologique de ce partenaire

occasionnel.

Ces résultats sont grosso modo comparables à ceux d’autres enquêtes antérieures :

— enquête de l’I.H.E./AIS : 72% d’utilisation systématique en cas de pénétration anale

dans le premier cas de figure, et 34% dans le second.

— enquête de AIDS Team26 parmi 442 hommes fréquentant des lieux de drague en

Flandre et à Bruxelles : 47% et 14%. Cette enquête souligne aussi que 15% des

répondants sont mariés ; ces hommes n’informent en général pas leur partenaire féminine

de leurs contacts homosexuels et dans la plupart des cas ils ont des rapports non

protégés avec cette partenaire.

Le Centre de dépistage Elisa met en évidence le comportement de protection des homosexuels.

En effet, 54% d’entre eux utilisent le préservatif toujours ou toujours sauf avec le

partenaire habituel tandis que seulement 47% des hétérosexuels font de même. Le score

le plus faible est atteint par les bisexuels : 43%.

L’a.s.b.l. Ex Æquo insiste pour que le lubrifiant à base d’eau soit utilisé comme appoint au

préservatif lors de chaque relation anale 27 : “Même si le lubrifiant à base d’eau est continuellement

cité dans nos actions, nous constatons que ce produit reste encore peu utilisé.

Nous pouvons faire une estimation en prenant comme indicateur la vente de nos produits.

En effet, nous constatons que pour un préservatif vendu nous distribuons l’équivalent

de 1,5 ml de lubrifiant (alors que le dosage prévu est de 5 ml par relation). En outre,

nos rencontres avec les différents groupes à Bruxelles et en Communauté française nous

confirment cette sous-utilisation. Enfin, l’enquête réalisée sur les aires de repos (des autoroutes)

28 nous signale que sur 94 personnes interrogées, seules 18 utilisent systématiquement

le lubrifiant à base d’eau lors de la pénétration anale”.

Dans l’enquête Ex Æquo/C.E.S., seulement 38% des répondants déclarent utiliser toujours

du lubrifiant avec les préservatifs, 20% souvent, 9% rarement et 15% jamais.

Le AIDS Team arrive à de meilleurs résultats : 3 ml pour un préservatif, ce qui pourrait être

lié aux nombreuses campagnes réalisées jusqu’à présent en Flandre sur ce thème.

Dépistage. La proportion de personnes homo/bisexuelles se faisant dépister est

importante en comparaison de la population générale. Dans l’enquête Ex Æquo/C.E.S.,

84% des répondants déclarent avoir déjà effectué au moins un test de dépistage. En

moyenne, les répondants ont effectué 4,5 tests au cours de leur vie, et 45% des répondants

ont fait le dernier test moins d’un an avant l’enquête. Il faut sans doute voir dans ce

fait le signe d’une prise de conscience aiguë de la part de cette population d’appartenir à

un groupe à forte prévalence et exposé plus fréquemment à des situations à risque.

Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS Page 63


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

III.4. Connaissances et attitudes

III.4.1. IDENTIFICATION DES MODES DE CONTACT NON CONTAMINANTS

Les connaissances relatives aux modes de contact non contaminants sont bonnes dans

la population homosexuelle, à l’exception toutefois des manipulations liées à la transfusion

sanguine comme le montre l’enquête d’Ex Æquo/C.E.S. Les auteurs expliquent que ces

taux peu élevés sont probablement dus à une formulation trop imprécise de la question et

à certains facteurs de contexte liés à l’affaire du sang contaminé en France.

Tableau 3.4.1. Pourcentage de personnes homosexuelles identifiant correctement

divers modes de contact non contaminants. n=1162. Source : Ex Æquo/

C.E.S., 1998.

Le sida ne se transmet pas... Réponses correctes en %

en s’asseyant sur une planche de w.c. 95

en buvant dans le verre d’une personne séropositive 92

par une piqûre de moustique 86

en donnant son sang 50

en recevant du sang 16

III.4.2. IDENTIFICATION DES MODES DE TRANSMISSION LORS D’UNE RELATION

SEXUELLE

Tableau 3.4.2. Connaissance des modes de transmission lors des pratiques sexuelles.

n=1162. Source : Ex Æquo/C.E.S., 1998.

Le sida ne se transmet pas... Réponses correctes en %

en étant pénétré 96

en pénétrant 94

par la masturbation réciproque 92

par le baiser profond 71

en suçant 54

en étant suçé 36

On observe une bonne connaissance des répondants en ce qui concerne le caractère non

contaminant de la masturbation ainsi qu’en ce qui concerne le caractère contaminant de

la pénétration anale, tant active que passive.

En ce qui concerne le baiser profond, un pourcentage non négligeable de personnes

semblent penser qu’il est potentiellement contaminant. Pour la fellation, les répondants

identifient la fellation active comme plus contaminante que la fellation passive.

NB : En ce qui concerne la pratique de la fellation, la réponse a été jugée correcte lorsque

les répondants considèrent que cette pratique est contaminante. Cependant, il faut

rappeler que les messages diffusés par les organismes de prévention au sujet de la fellation

ne sont pas uniformes.

Page 64 Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS


29] Voir entre autres à ce

sujet : Elford J, Bolding G,

Sherr L. High risk sexual

behaviour increases among

London gay men between

1998 and 2001 : what is the

role of HIV optimism ? Aids,

16 : 1537-1544, 2002.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

III.4.3. CONNAISSANCES AU SUJET DES NOUVEAUX TRAITEMENTS

Dans l’enquête Ex Æquo/C.E.S., 78% des répondants ont déjà entendu parler des nouveaux

traitements. En ce qui concerne les connaissances relatives aux conséquences des

nouveaux traitements, les répondants sont globalement bien informés. Seul l’item “il est

possible d’empêcher l’infection par le VIH après un rapport potentiellement contaminant”

recueille un moins bon score, mais il faut reconnaître que la prophylaxie post-exposition

après un rapport sexuel n’est pas généralisée en Belgique et qu’aucune promotion n’a été

faite à ce sujet.

Tableau 3.4.3. Connaissance des nouveaux traitements chez les répondants homosexuels

qui en ont entendu parler. n=1015. Source : Ex Æquo/C.E.S., 1998.

Grâce aux nouveaux traitements… Réponses correctes en %

il est possible de survivre plus longtemps avec le sida 92

il est possible de guérir définitivement du sida 91

il est possible que les personnes traitées

ne transmettent plus le virus 85

il est possible d’empêcher l’infection du sida après

un rapport potentiellement contaminant 18

III.4.4. ATTITUDES DIVERSES

Dans l’enquête Ex Æquo-C.E.S., 80% des répondants affirment que le “sida influence leur

vie sexuelle”, et 13% disent l’inverse. A ceux qui mentionnent cette influence, il leur a été

demandé en quoi : voir tableau.

Tableau 3.4.4. Fréquence de déclaration des stratégies de protection chez les répondants

homosexuels pour qui le sida a une influence sur la vie sexuelle.

n=1150. Source : Ex Æquo/C.E.S., 1998.

Stratégie de protection Fréquence en %

Je pratique le safe sex 56

J’utilise des préservatifs quel que soit le partenaire 47

Je recherche une relation stable 40

J’utilise des préservatifs en dehors de ma relation stable 35

Je suis fidèle 28

Je limite le nombre de mes partenaires 26

Je pose des questions à mes partenaires sur leur vie sexuelle passée 19

Je choisis des partenaires qui ont l’air en bonne santé 19

Je choisis des partenaires de même statut sérologique que moi 5

On constate qu’à côté de stratégies de protection efficaces basées sur l’utilisation du préservatif

ou la fidélité, subsistent des stratégies liées au jugement, basées sur l’apparence

ou sur la limitation du nombre de partenaires. D’autre part, on remarque que la stratégie

unique n’existe pas : malgré la relative exclusivité des items proposés, chaque répondant

a opté en moyenne pour deux des réponses possibles.

Attitudes dans le contexte des nouveaux traitements

Les progrès thérapeutiques dans le traitement du VIH pourraient selon certains chercheurs

influencer l’attitude et les comportements des individus par rapport à la protection

contre le VIH. Un optimisme exagéré au sujet de l’efficacité des multithérapies pourrait

avoir pour conséquence un relâchement de la protection parmi certains homosexuels

masculins 29 .

Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS Page 65


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Tableau 3.4.5. Perception des changements d’attitude des homosexuels en général et de

soi-même depuis les nouveaux traitements. n=1015. Source : Ex Æquo/

C.E.S., 1998.

Tout à fait ou Plutôt pas ou

plutôt d’accord pas du tout d’accord

Moi-même, je me fais moins de souci

si j’ai pris un risque 10 83

Moi-même, je me protège moins qu’avant

Les homosexuels se font moins de souci

11 81

s’ils ont pris un risque 23 55

Les homosexuels se protègent moins qu’avant 35 43

Une minorité de répondants reconnaissent se protéger moins qu’avant l’apparition des

nouveaux traitements, ou déclarent se faire moins de souci s’ils ont pris un risque.

Une minorité plus importante considère qu’il existe un relâchement de la prévention de la

part des homosexuels en général.

L’hypothèse d’un lien entre l’existence de traitements efficaces contre le VIH et le relâchement

des comportements de protection des homosexuels masculins depuis 1996

semble être mise en question par les résultats de plusieurs enquêtes. Anne Laporte 30 résume

fort bien les conclusions de ces enquêtes :

“Les articles présentés (…) sur l’évolution récente des comportements de prévention chez

les homosexuels masculins en Espagne, en Suisse et aux Pays-Bas font le même constat

d’un recul de la pratique du safe sex. Ils mettent en évidence une augmentation de la pratique

de la pénétration anale quel que soit le type de partenaire, une augmentation des

rapports anaux non protégés et de l’éjaculation dans la bouche, en particulier avec des

partenaires occasionnels. L’augmentation des diagnostics de maladies sexuellement

transmissibles aiguës (gonococcie, syphilis) dans différents pays d’Europe (…) est la première

conséquence objectivable de cette évolution.

L’impact négatif possible des nouvelles associations thérapeutiques antirétrovirales sur la

prévention avait été évoqué dès 1996, immédiatement après l’annonce de leur efficacité.

De nombreuses études ont depuis été menées sur ce sujet. Les études sur les connaissances,

attitudes et comportements sexuels dans le nouveau contexte thérapeutique restent

peu convaincantes. Celles publiées depuis 1997 trouvent des résultats très similaires,

c’est-à-dire une excellente connaissance des intérêts et limites des nouveaux traitements

et une minorité d’individus qui déclarent moins pratiquer le safe sex du fait des possibilités

thérapeutiques. Les individus constituant cette minorité ne sont-ils pas ceux qui prenaient

régulièrement des risques avant l’arrivée des nouveaux traitements, justifiant ainsi

a posteriori leurs comportements ? (…) En 1989 et 1990, les nombreux articles sur une

reprise inquiétante des comportements à risque et la crainte d’une augmentation de la

transmission du VIH faisaient alors référence à l’arrivée de nouvelles générations n’ayant

pas connu les effets dévastateurs de l’épidémie de sida et à la difficulté de maintenir au

fil des années des comportements de protection. L’histoire se répète, les interprétations

changent. (…) Si certaines études indiquent que les changements de comportements liés

à l’apparition des nouveaux traitements sont particulièrement nets chez les séropositifs,

on ne peut toutefois pas faire porter aux nouveaux traitements tout le poids de ce relâchement

de la prévention et passer sous silence ces autres interprétations”.


30] Laporte A. Un nouveau

relâchement de prévention

chez les homosexuels masculins

: rôle des avancées

thérapeutiques ?

Eurosurveillance, vol. 7 n°2,

février 2002.

Page 66 Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS


31] Delor F.

Communication personnelle,

1997.

32] Antil T. Les hommes

ayant des rapports sexuels

avec d’autres hommes. Un

bilan des études québécoises.

Sida-presse, novembre

1995, 5, 2.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Commentaire général. Ex Æquo a.s.b.l. 31 fait remarquer qu’en ce qui concerne les

comportements, il est impossible de mélanger ou de comparer des populations qui ont été

investiguées de manière très différente ainsi que souligné au début du chapitre.

Ex Æquo attire l’attention sur trois autres points :

1. le mode d’adaptation au risque n’est pas stable dans le temps et il est essentiel de bien

appréhender la variabilité des situations de vulnérabilité.

2. les nouvelles formes de vulnérabilité qui se dessinent aujourd’hui concernent plus

qu’au début de l’endémie, des populations défavorisées, ce qui va conduire à définir

de nouvelles catégories de pertinence pour comprendre l’endémie.

3. le concept de bisexualité est flou et multiforme : il ne permet pas de distinguer s’il

s’agit de pratiques simultanées ou successives, exceptionnelles ou régulières, d’apparition

récente ou ancienne, assumées ou déniées, etc.

On pourrait ajouter que les deux premiers points concernent en réalité toutes les populations.

III.4.5. ACCEPTATION DE L’HOMOSEXUALITÉ DANS LA POPULATION GÉNÉRALE

En terme d’opinion, les Bruxellois sont plus nombreux à accepter l’homosexualité que les

répondants des autres régions du pays. La question posée était celle-ci : “selon vous, oui

ou non, l’homosexualité est-elle acceptable ?”

Tableau 3.4.6. Pourcentage d’acceptation de l’homosexualité parmi la population inscrite,

15-59 ans. Source : C.E.S., 1993.

Wallonie Bruxelles Flandres Pays

n=743 n=751 n=816 n=2310

64 75 71 69

Dans l’enquête menée par Ex Æquo/C.E.S., les répondants étaient près de 25% à déclarer

avoir subi des agressions verbales en raison de leur homosexualité et 4% des agressions

physiques.

Tableau 3.4.7. Pourcentage de personnes homosexuelles signalant des attitudes hostiles.

n=1162. Source : Ex Æquo/C.E.S., 1998.

Au cours des douze derniers mois, avez-vous ressenti Fréquence de

de l’hostilité en raison de votre orientation sexuelle ; réponses positives,

si oui, du type... en %

injures verbales 25

agressions physiques 4

autre forme d’hostilité 14


Des études canadiennes 32 mettent l’accent sur trois segments de la population homo/

bisexuelle qui mériteraient d’être mieux étudiés : “il s’agit des jeunes hommes au début

de leur vie sexuelle, des hommes des milieux socio-économiquement défavorisés, et des

prostitués”.

Ce constat rejoint le discours des a.s.b.l. actives en Communauté française de Belgique

au sujet de leurs priorités d’action et de recherche.

Chapitre III. LES HOMOS/ BISEXUELS MASCULINS Page 67


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Chapitre IV.

LES JEUNES

RÉSUMÉ

Pendant la période 1996-2000, un total de 3912 nouvelles déclarations d’infection au VIH

a été relevé en Belgique. Pour la Wallonie et Bruxelles environ 1/8 e des déclarations pour

lesquelles l’âge est connu concerne des jeunes, c’est-à-dire des personnes âgées de 15 à

24 ans ; cette proportion est la même que celle observée cinq ans auparavant.

On compte trois fois plus de non-Belges que de Belges.

Chez les jeunes belges, ce sont surtout les hommes qui sont atteints. La voie homo/

bisexuelle prédomine.

Chez les jeunes non Belges, les femmes sont près de deux fois plus nombreuses que les

hommes. La voie hétérosexuelle est de très loin la plus importante. Les contaminations

avec des partenaires originaires d’un pays africain sont prédominantes.

L’âge moyen au premier rapport sexuel semble s’être stabilisé parmi l’ensemble des

jeunes depuis la fin des années 1980 ; cependant parmi une minorité on note un accroissement

du nombre de rapports sexuels très précoces. Dans l’ensemble nos jeunes se

protègent moins bien que leurs aînés lors de relations avec risque potentiel de contamination

; ce sont eux aussi qui ont le plus de relations sexuelles avec différents partenaires.

Les 15-24 ans recourent moins au dépistage que les plus âgés.

C’est dans la tranche d’âge 20-24 ans que l’on trouve la fréquence la plus élevée de personnes

montrant de bonne connaissances en relation avec la problématique de l’infection.

Plusieurs sources d’informations suggèrent que les jeunes d’origine subsaharienne

montrent des niveaux de pratiques et de connaissances moins favorables que ceux de la

population belge.

Chapitre IV. LES JEUNES Page 69


IV.1. La population cible

La population des jeunes de 15 à 24 ans inscrite au Registre national représente 12,3%

de la population totale en Wallonie et à Bruxelles. La proportion est quasi identique chez

les Belges (12,4%) et chez les personnes d’une nationalité autre (11,8%).

Tableau 4.1.1. Population âgée de 15 à 24 ans inscrite au Registre national, par groupe

de nationalités, au 1er janvier 2000 ; selon la Région. Source : Institut

National de Statistique, statistiques démographiques, 2001. 1

Région Belges Étrangers Population totale

Wallonie 375 212 34 625 409 837

Bruxelles-Capitale 81 261 36 771 118 032

Total Wallonie+Bruxelles 456 473 71 396 527 869

Belgique 1 135 967 107 953 1 243 920

IV.2. L’épidémiologie

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

IV.2.1. LA POPULATION INFECTÉE À ÉTUDIER

Nous voulons étudier dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale,

pour la période de 1996 à 2000, la population des jeunes âgés de 15-24 ans, nouvellement

diagnostiqués positifs pour l’infection au VIH.

La figure 4.2.1. nous montre que :

— parmi les 3912 nouvelles détections relevées en Belgique dans la période, on relève

que 2173 formulaires de déclaration citent la Région d’origine soit 56%.

— parmi les 2173 déclarations précisant la Région, on relève que 1298 personnes (soit

60%) habitent dans les deux Régions qui nous intéressent : en Wallonie (24%) et à

Bruxelles (36%).

— parmi les 1298 habitants de Wallonie et de Bruxelles, on relève parmi les 1295 personnes

pour lesquelles l’âge est connu, que les formulaires indiquent 12% (n=156) de

transmission chez les jeunes.

— parmi les 156 jeunes, la nationalité est documentée dans 146 cas.

1] D’après les tableaux

02.01 GT communiqués par

l’Institut National de

Statistique ; voir

www.statbel.fgov.be/figures

Page 70 Chapitre IV. LES JEUNES


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Figure 4.2.1. Répartition des personnes nouvellement diagnostiquées habitant dans la

Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale ; selon l’âge et

la nationalité. Période 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.


15-24 ans

n=156

Belges

n=36

Total des notifications dans le pays, 1996-2000

n=3912


Habitant en Région wallonne n=517

ou en Région de Bruxelles-Capitale n=781

Total n=1298

0-14 ans n=42

25 ans et plus n=1097

âge inconnu n=3

non-Belges

n=110

Nationalité

inconnue

n=10

Habitant en

Région flamande

n=875

IV.2.2. EVOLUTION DES NOUVEAUX DIAGNOSTICS D’INFECTION

Habitant en

Région inconnue

n=1739

Les 156 jeunes notifiés comme infectés par le VIH représentent une fraction relativement

importante –environ 1/8 e – de l’ensemble des personnes nouvellement infectées ; cette

proportion est la même que celle observée en 1992-1996.

La diminution du nombre absolu de cas déclarés depuis 15 ans, et spécialement parmi les

Belges, est certes importante mais doit s’interpréter avec précaution et ne peut pas être

mise automatiquement au compte des actions de prévention. Primo, certains cas attribués

à “Région inconnue” font partie de la Wallonie ou de Bruxelles. Secundo, la fin de la

période quinquennale 1996-2000 montre une remontée très nette de l’ensemble des

déclarations dans le pays ainsi qu’on l’a vu dans la figure 1.2.1. du chapitre I ; et l’on sait

que la situation pour 2001 n’est pas à la baisse. Une autre hypothèse peut aussi être soulevée

; les jeunes nés après le début de l’épidémie seraient moins conscients des risques

qu’ils ont éventuellement courus et donc se feraient actuellement dépistés moins facilement

ou plus tardivement.

Figure 4.2.2. Evolution du pourcentage de nouveaux diagnostics d’infection chez les

jeunes en Wallonie et à Bruxelles ; selon le groupe de nationalité. Source :

I.S.P., 2002.

Chapitre IV. LES JEUNES Page 71


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

IV.2.3. JEUNES INFECTÉS DE NATIONALITÉ BELGE

Les 36 jeunes belges notifiés de 1996 à 2000 représentent 9% des contaminations, toutes

tranches d’âge confondues, alors qu’ils représentaient 12% en 1992-1996.

Nouveaux diagnostics par sexe chez les Belges

Figure 4.2.3. Jeunes de nationalité belge, détectés séropositifs au VIH en Wallonie et

à Bruxelles ; selon le sexe. Période 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

Le ratio de jeunes hommes par rapport aux jeunes femmes est de 1,4 (=21/15) ; il était de

1,6 en 1992-1996.

Nouveaux diagnostics par catégorie de transmission chez les Belges

La répartition par catégorie rejoint le profil de la population générale belge dans la mesure

la place prépondérante est occupée par les contacts homo/bisexuels chez les jeunes

gens, et par les contacts hétérosexuels chez les jeunes filles. La taille très réduite de

la population notifiée n’autorise pas de tirer des conclusions à propos des proportions de

transmissions par usage de drogue intraveineuse. Par rapport à 1992-1996, on constate

que la proportion d’infections attribuée à des contacts homosexuels a diminué au profit

des contacts hétérosexuels –qui sont donc en hausse relative–.

Tableau 4.2.1. Pourcentage de jeunes belges par sexe en Wallonie et à Bruxelles ; selon

la catégorie de transmission. Période 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

Catégorie de transmission Hommes Femmes Total

n=21 n=15 n=36

Contacts hétérosexuels n=14 14 73 39

Contacts homosexuels n=12 57 -- 33

Injection intraveineuse de drogue n=2 5 7 6

Inconnu n=8 24 20 22

Total n=36 100 100 100

Parmi les 14 déclarations d’infection par voie hétérosexuelle, une seule mentionne un

contact avec une personne originaire d’un pays africain.

Tableau 4.2.2. Origine probable de l’infection hétérosexuelle chez les jeunes belges en

Wallonie et à Bruxelles. Période 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

Relation sexuelle avec partenaire Hommes Femmes Total

Séropositif (diagnostic connu) 3 3

Injecteur de drogue I.V. 1 1

Africain 1 1

Sans précisions 3 6 9

Total 3 11 14

Page 72 Chapitre IV. LES JEUNES


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

IV.2.4. JEUNES INFECTÉS D’UNE NATIONALITÉ AUTRE QUE BELGE

Les 110 jeunes notifiés de 1996 à 2000 représentent 13% des contaminations, toutes

tranches d’âge confondues. Ce pourcentage est identique à celui observé en 1992-1996.

Nouveaux diagnostics d’infection par sexe chez les non-Belges

Il y a beaucoup plus de jeunes femmes atteintes que de jeunes hommes : le ratio hommes/

femmes est de 0,5 (=38/72).

Figure 4.2.4. Jeunes de nationalité non belge, détectés séropositifs au VIH en Wallonie

et à Bruxelles ; selon le sexe. Période 1996. Source : I.S.P., 2002.

Nouveaux diagnostics par catégorie de transmission chez les non-Belges

La répartition par catégorie rejoint le profil de la population générale non belge dans la

mesure où la place prépondérante est occupée par les contacts hétérosexuels pour les

deux sexes. La taille très réduite de la population notifiée n’autorise pas à tirer de conclusions

à propos de la transmission par usage de drogue intraveineuse.

Tableau 4.2.3. Pourcentage de jeunes non belges par sexe en Wallonie et à Bruxelles ;

selon la catégorie de transmission. Période 1996. Source : I.S.P., 2002.

Catégorie de transmission Hommes Femmes Total

n=38 n=72 n=110

Contacts hétérosexuels n=76 47 80,5 69

Contacts homo/bisexuel n=7 18,5 - 6,5

Injection intraveineuse de drogue n=4 5 3 3,5

Autres n=7 11 4 6,5

Inconnu n=16 18,5 12,5 14,5

Total n=110 100 100 100

Parmi les déclarations d’infection par voie hétérosexuelle, une proportion très importante

mentionne des contacts avec un partenaire originaire d’un pays africain : 23 cas parmi les

36 déclarations documentées, soit 64%.

Tableau 4.2.4. Origine probable de l’infection hétérosexuelle chez les jeunes non belges

en Wallonie et à Bruxelles. Période 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

Relation sexuelle avec partenaire Hommes Femmes Total

Originaire d’un pays africain 4 19 23

Séropositif connu* 3 9 12

Prostitué(e) 1 1

Sans précisions 10 30 40

Total 18 58 76

* Selon l’intitulé du formulaire de déclaration

Chapitre IV. LES JEUNES Page 73


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

IV.2.5. SYNTHÈSE ET COMPARAISON DES BELGES ET DES NON-BELGES

La proportion de jeunes notifiés parmi l’ensemble des déclarations stationne à environ

12% depuis 10 ans. La situation semble s’être améliorée parmi les Belges ; on compte

trois fois plus de non-Belges que de Belges.

Chez les Belges, ce sont surtout les jeunes gens qui sont atteints. La voie homo/bisexuelle

prédomine.

Chez les non-Belges, les jeunes filles sont près de deux fois plus nombreuses que les

jeunes gens. La voie hétérosexuelle est de très loin la plus importante. Les contaminations

avec des partenaires originaires d’un pays africain sont fréquentes.

IV.3. Les pratiques

IV.3.1. AGE AU PREMIER RAPPORT SEXUEL

D’une façon générale, on peut dire que parmi les adolescents de moins de 17 ans, les relations

sexuelles sont le fait d’une minorité, minorité qui cependant n’est pas négligeable.

L’enquête du C.E.S./U.I.A. 2 qui portait sur tout le pays montrait en 1993 que 38% des 15-

19 ans interrogés (n=534) avaient déjà eu une première expérience sexuelle (avec pénétration).

La fréquence était d’autant plus élevée que l’âge croissait :

—à 15 ans : 10%

—à 16 ans : 33%

—à 17 ans : 41%

—à 18 ans : 50%

—à 19 ans : 68%.

Pour la tranche d’âge 20-24 ans (n=450), on notait 85%.

L’âge médian au premier rapport se situait à 17,4 ans pour les garçons et 18,0 ans pour

les filles. Le C.E.S. notait une tendance à l’abaissement régulier de cet âge avec chaque

génération mais avec un ralentissement récent.

Les enquêtes successives d’ULB-PROMES portent sur les jeunes scolarisés de la

Communauté française. 3

Les données de la dernière enquête (1998) portant sur environ 4400 élèves des classes

secondaires supérieures fréquentant les établissements du réseau d’enseignement non

catholique, âgés de 15 à 18 ans, indiquent que 52% de ces jeunes ont déjà eu une relation

sexuelle complète. Les garçons sont un peu plus nombreux que les filles : 56% contre de

49%. Ces données sont tout à fait comparables à celles de 1988.

Parmi les jeunes qui ont déjà eu des relations sexuelles, un cinquième a eu des relations

précoces (avant l’âge de 14 ans), soit 10% de l’ensemble ; ils étaient 5% en 1990. Il s’agit

de garçons (rapport de cote de 2,7) davantage que de filles, et de jeunes de l’enseignement

professionnel (1,9) en comparaison des filières d’enseignement technique (1,1) et

général.

Un dossier établi à la demande de la société Durex 4 (n=500 personnes âgées de 15 à 45 ans)

constate que les garçons se déclarent plus précoces que les filles : 19% ont eu leur premier

rapport sexuel avant 15 ans pour 8% des filles. Si on compare les résultats à ceux de 14

autres pays du monde, les jeunes belges ne se présentent pas parmi les plus précoces.

2] Hubert M, Marquet J et

al. Comportements sexuels

et réactions au risque du

sida en Belgique. Centre

d’Etudes Sociologiques,

Facultés Universitaires Saint-

Louis, Bruxelles, 1993,

203 p. Voir description de la

méthodologie dans

l’Introduction.

3] Piette D et al. La santé

et le bien-être des jeunes

d’âge scolaire. Quoi de neuf

depuis 1994.

ULB-PROMES, Bruxelles,

2002, sous presse. La

méthodologie a été décrite

dans le chapitre Introduction

4] LCR-Inra. Les habitudes

sexuelles des Belges.

Septembre 1998.

Page 74 Chapitre IV. LES JEUNES


5] Institut Scientifique de la

Santé Publique. Enquête de

santé par interview. Belgique

2001, synthèse. IPH/EPI

INFO REPORTS Nr. 2002-

22. La méthodologie a été

écrite dans l’introduction.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

On voit au chapitre II que l’activité sexuelle serait très précoce chez les jeunes filles originaires

d’Afrique subsaharienne.

Les données toutes récentes de l’Enquête de santé par interview 5 nous montrent la relation

entre l’âge et l’activité sexuelle, définie par une relation sexuelle dans les 12 derniers

mois. Parmi l’ensemble des jeunes femmes de 15-24 ans, 60% déclarent être actives :

32% de 15 à 19 ans et 83% de 20 à 24 ans. La tranche d’âge la plus active est celle des

femmes de 25 à 44 ans puisqu’elle déclare 93% d’activité.

IV.3.2. PÉNÉTRATION ANALE

Les jeunes de 15 à 24 ans pratiqueraient un peu plus la pénétration anale que l’ensemble

de la population âgée de 15 à 59 ans : 19% contre 17%. Les chiffres du C.E.S./U.I.A.

datent de 1993.

IV.3.3. MULTIPARTENARIAT

Vingt-quatre pour cent des jeunes sexuellement actifs ont eu 2 partenaires sexuels ou plus

dans les 12 derniers mois. Cette proportion est largement plus élevée que celle de 7%

estimée dans le reste de la population.

Figure 4.3.1. Pourcentage de jeunes (15-24 ans) ; selon le nombre de partenaires dans

les 12 derniers mois. n=585 jeunes inscrits en Belgique. Source : C.E.S., 1993.

On dispose également de l’information sur la situation au jour de l’interview.

Figure 4.3.2. Pourcentage de jeunes (15-24 ans) ; selon le nombre de partenaires

actuels. n=585 jeunes inscrits en Belgique. Source : C.E.S., 1993.

Chapitre IV. LES JEUNES Page 75


Commentaires. On voit (figure 4.3.2.) que seulement 5% des jeunes déclarent avoir actuellement,

c’est-à-dire au jour de l’interview, des activités sexuelles avec plus d’un partenaire

et que 17% n’ont pas de partenaire. On peut donc déduire en comparant ce graphique

et le précédent que le multipartenariat des jeunes est de type séquentiel plutôt que simultané

; on pourrait également parler de monogamie successive. La succession de partenaires

correspond probablement à une phase de recherche affective vécue plus intensément

dans cette tranche d’âge que dans les tranches d’âge plus élevées.

L’enquête d’ULB-PROMES de 1998 permet de constater que de 15 à 18 ans, 14% des

jeunes francophones ont déjà eu plus d’un partenaire l’année précédant l’enquête. Il n’y a

pas de différence significative par rapport à 1994.

La proportion est plus basse chez les filles, chez les plus jeunes et dans l’enseignement

général comme le montrent les rapports de cote présentés 6 dans le graphique 4.3.3. Les

données de 1994 et 1998 sont regroupées.

Figure 4.3.3. Association entre le fait d’avoir eu plus d’un partenaire l’année précédant

l’enquête et le sexe, l’âge et le type d’enseignement parmi les jeunes

scolarisés de la Communauté française, 1994 et 1998. Source :

ULB-PROMES, 2002.

IV.3.4. PROSTITUTION

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

L’a.s.b.l. Espace P… parle des prostitués masculins comme d’une population jeune (cf.

chapitre III).

Une enquête sur les jeunes congolais(es) suggère que la pratique de la prostitution n’est

pas négligeable parmi les jeunes filles (cf. chapitre II).

IV.3.5. USAGE DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE

Le chapitre V met en évidence que les usagers de drogue injectable, diagnostiqués

comme séropositifs au VIH et de nationalité belge sont plus jeunes que le reste de la

population nouvellement diagnostiquée.

Chez les non-Belges, c’est la situation inverse qui est observée.

IV.3.6. MODES D’ADAPTATION AU RISQUE

La protection actuelle. On a présenté au chapitre I l’indicateur “synthétique” construit

par le C.E.S., ce qui a permis de montrer que, proportionnellement, davantage de jeunes

courent un risque potentiel de contamination en comparaison de leurs aînés.

L’utilisation du préservatif. L’enquête nationale du C.E.S. démontrait que les jeunes,

6] Le rapport de cote

(“odds ratio” en Anglais) permet

une comparaison de

deux ou plusieurs variables,

s’il y a ajustement. Une

variable sert de référence

avec une valeur 1, par

exemple le sexe (masculin)

ou une tranche d’âge (15

ans) ou un type d’enseignement

(par exemple l’enseignement

général). Le rapport

estime un risque chez

les garçons par rapport à

celui chez les filles, indépendamment

des autres facteurs

; si la valeur du rapport

est supérieure à 1, c’est que

les garçons ont un risque

plus grand. Cette différence

de risque peut être ou non

statistiquement significative.

Page 76 Chapitre IV. LES JEUNES


7] Piette D, Renard F,

Prévost M et de Smet P.

Adolescence et sida :

connaissances, opinions et

comportements relatifs à la

prévention du sida en

Communauté française de

Belgique. Arch Public

Health, 1994, 52:47-62.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

malgré une ancienneté sexuelle moins longue, étaient plus nombreux que leurs aînés à

avoir déjà utilisé un préservatif : 62% pour les 15-19 ans contre 23% pour les 20-54 ans.

Figure 4.3.4. Pourcentage d’utilisation du préservatif ; selon la classe d’âge. n=3284

inscrits en Belgique, 15/59 ans. Source : C.E.S., 1993.

La figure montre bien que la proportion d’utilisateurs est en diminution régulière dans les

classes d’âge successives ; il y a un effet de génération, probablement lié au sida, puisque

ce sont les générations qui ont eu leur “socialisation sexuelle” à l’ère du sida qui ont les

taux les plus élevés.

L’étude d’ULB-PROMES portant sur l’année 1998 (figure 4.3.5.) montre que seulement

38% des jeunes sexuellement actifs peuvent être considérés comme répondant aux critères

stricts de protection contre une infection sexuellement transmissible. Ceux qui n’ont

pas de relations sexuelles sont évidemment aussi protégés.

Figure 4.3.5. Pourcentage d’utilisation du préservatif dans les 12 derniers mois parmi

les jeunes qui ont déjà eu des relations sexuelles complètes. n=429.

Source : ULB-PROMES, 2002.

La faible utilisation même chez ceux qui ont eu plusieurs partenaires avait déjà été étudiée

en 1994 7 . Pour expliquer la non-utilisation, les jeunes citaient plutôt la fidélité comme

moyen de protection.

Chapitre IV. LES JEUNES Page 77


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Tableau 4.3.1. Estimation de l’exposition au risque parmi les jeunes scolarisés, ayant

déjà eu des rapports sexuels. Piette et al., 1994.

Comportement n Fréquence Exposition

à un risque

Utilisation systématique du préservatif 72 16% nulle

Un seul partenaire sans utilisation du préservatif 254 55% très faible à nulle

Plusieurs partenaires sans utilisation du préservatif 91 20% oui

Autre protection 28 6% inconnue

Sans réponse 19 4% inconnue

Total 464 101%

Les auteurs de l’étude constatent donc que parmi les 464 jeunes qui ont déjà eu des rapports

sexuels, 16% qui utilisent un préservatif ne s’exposent à aucun risque. Pour 55%

qui ne l’utilisent pas systématiquement mais qui n’ont qu’un seul partenaire, l’exposition

au risque est relativement faible, voire nulle. Les 20% de jeunes qui ont eu plusieurs partenaires

sans utiliser un préservatif sont exposés à un risque plus important.

Un dossier de compilation proposé par la firme Durex 8 mettait en relief en 1997 la réalité

de la protection insuffisante des jeunes scolarisés : un jeune sur trois se trouverait en

“situation de risque” lors de ses expériences de coït. De ce groupe, 31% des interrogés

reconnaissent n’avoir jamais utilisé de condom. Ce constat rejoint celui d’un sondage

réalisé à la côte belge, durant l’été 1995, auprès de 1735 jeunes : parmi les pratiquants du

multipartenariat, moins de 40% utilisent systématiquement le préservatif.

Les données de l’enquête de santé par interview 9 montrent, en Belgique, que les jeunes

qui ont eu des relations sexuelles au cours des 12 derniers mois recourent davantage que

les seniors à une méthode de protection contre les infections sexuellement transmissibles

: 60% chez les 15-19 ans, 43% chez les 20-24 ans ; ce taux baisse ensuite régulièrement

16% chez les 25-34 ans, etc.

Bien entendu la non-utilisation croissant avec l’âge ne signifie pas automatiquement un

déficit de protection : la plupart des individus plus âgés ont sans doute un partenaire stable

et/ou unique.

Raisons de non-utilisation du préservatif

Le dossier Durex montre que les raisons principales que les jeunes invoquent pour ne pas

utiliser un condom sont qu’il n’est pas agréable et qu’ils ont confiance dans leur partenaire.

Le coût intervient très peu dans leur motivation. Ces déclarations ne concernent que

les non-utilisateurs. On verra plus loin que les usagers sont d’un autre avis.

Figure 4.3.6. Raison de non-utilisation du préservatif chez les jeunes. Sources : Durex,

1997 d’après trois enquêtes.

8] Durex. Communiqué de

presse. 20 mars 1997.

9] ESI 2001. Op. cit.

Page 78 Chapitre IV. LES JEUNES


10] Baruani YK. Pratiques

sexuelles, risque d’infection

à VIH et prévention du sida.

Recherche qualitative auprès

d’immigrés africains en

Communauté française.

Rapport de recherche. APS,

décembre 1996, 63 p.

11] Tafforeau J et al. La

santé de la population en

Communauté française de

Belgique. Enquête de santé

par interview, Belgique

1997. Centre de Recherches

Opérationnelles en Santé

Publique. Institut Scientifique

de Santé Publique-Louis

Pasteur. Bruxelles, juin

1998.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Pour des jeunes d’origine congolaise (cf. chapitre II), la non-utilisation s’explique parce

que : le préservatif se déchire ou glisse, l’information manque à propos de la manipulation

du préservatif, le préservatif est un obstacle psychologique à la relation.

Pourtant ces jeunes congolais mentionnent cet outil comme le premier moyen de protection

et aussi comme le plus sécurisant.

Proximité avec le préservatif

Etude d’ULB-PROMES portant sur l’année 1998 : que les jeunes aient eu ou non des

relations sexuelles, les garçons (78%) sont plus nombreux à avoir vu ou manipulé un

préservatif que les filles (69%). C’est parmi les jeunes de l’enseignement général que cette

proximité est la moins basse.

En 1994 on avait déjà souligné cette faiblesse : parmi les jeunes de 17 ans qui avaient déjà

eu des relations sexuelles, 10 à 15% n’avaient jamais vu ou manipulé de préservatif.

Préjugés vis-à-vis du préservatif

Des exemples de préjugés sont frappants dans l’enquête parmi les jeunes congolais de

Baruani. Les garçons de 12-13 ans sans expérience sexuelle parlent avec une intense

certitude de préservatifs qui “se cassent”. Certaines filles évoquent le préservatif trop

grand “qui reste dans le vagin” et peut être source de maladie. Pour beaucoup de ces

jeunes des deux sexes, l’emploi du préservatif est lié au vagabondage, à la prostitution ou

plus simplement à la légèreté des sentiments.

Rappelons que de nombreuses jeunes filles croient que la pilule apporte un effet protecteur

contre l’infection au VIH.

Chez les jeunes originaires d’Afrique noire 10 , on peut aussi associer la réticence d’utilisation

à une faible évaluation de la vulnérabilité personnelle au risque de sida. Le risque est

vécu comme éloigné des préoccupations immédiates et il est attribué à des individus

étrangers au groupe d’appartenance.

Le dépistage

Nous reprenons ci-dessous quelques informations déjà fournies en I.3.9.

L’enquête de santé par interview 11 de 1997, montre que l’âge influence de manière très

significative l’usage du test. En Wallonie on note 10% parmi les 15-19 ans, 33% parmi les

20-24 ans, 44% parmi les 25-34 ans. Pour Bruxelles les chiffres respectifs se déclinent :

17%, 34%, 50%. Au-delà, l’utilisation diminue régulièrement avec l’âge dans les deux

Régions.

L’enquête cite également le preneur d’initiative dans la demande de test : cet indicateur

détermine si c’est le patient lui-même ou un médecin ou un tiers qui est le moteur de la

demande. Un test réalisé à l’instigation du patient correspond soit à un comportement de

protection du patient avant une nouvelle relation, soit à une angoisse -justifiée ou non- du

patient après une éventuelle prise de risque. Cependant, un test réalisé sur l’initiative du

médecin (par exemple pour une grossesse) ou d’un tiers (en vue d’une assurance, etc.) est

aussi utilisé par le patient dans son cadre personnel de protection. L’enquête montre en

Wallonie que 50% des personnes ayant pratiqué un test de dépistage l’ont fait de leur propre

initiative, 32% sur l’initiative du médecin et 18% dans le cadre d’un don de sang, pour

obtenir un emploi, lors d’un examen de médecine du travail, etc. A Bruxelles, les chiffres

sont respectivement de 54%, 33% et 13%. La proportion la plus élevée de personnes

réalisant le test de leur propre initiative se trouve chez les 15-24 ans (62% en Wallonie, et

69% à Bruxelles) et décroît avec l’âge.

Chapitre IV. LES JEUNES Page 79


L’enquête CATI 12 permet d’interviewer par téléphone, un total de 1120 personnes âgées de

18 à 49 ans. La moitié des répondants a déjà subi le test.

On observe un gradient d’association en fonction de l’âge : davantage de “seniors” (34 ans

et plus) a subi le test par rapport aux plus jeunes (rapport de cote de 1,3).

Le Centre bruxellois de dépistage anonyme et gratuit Elisa 13 montre que la demande de

tests émane dans 31% des cas d’une population jeune. Près de la moitié des femmes testées

sont âgées de moins de 25 ans.

Tableau 4.3.2. Pourcentage de la demande de test anonyme et gratuit par sexe ; selon

l’âge. Source : Centre Elisa, 2001.

Hommes Femmes Total

n=1114 n=614 n=1728

10-19 ans 5 12 7

20-24 ans 19 34 24

25 ans et + 76 54 68

Total 100 100 99

Le renoncement et le “safe sex”

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Le C.E.S. a bien montré l’importance relative de deux autres moyens de protection :

— 14% des jeunes de 20-24 ans ont renoncé au moins une fois à des relations sexuelles

à cause du sida dans les 5 dernières années ; ce chiffre est plus élevé que celui de

toute la population (n=3722) dans laquelle il n’atteint que 8%.

— 9% des 20-24 ans (et 11% des 15-19 ans) ont eu des contacts sexuelles sans pénétration

à cause du sida dans les 5 dernières années ; ce chiffre est plus élevé que celui

de toute la population (n=3453) dans laquelle il n’atteint que 5%.

IV.4. Connaissances et attitudes

Seront développés dans cette section les constats relevés dans le chapitre II : le niveau

des connaissances et des attitudes non discriminatoires dans la population des jeunes

paraît moins mauvais que dans la population plus âgée.

Si on ventile par tranche d’âge, on constate que la situation est moins favorable chez les

plus jeunes (15-19 ans) en comparaison de la tranche d’âge supérieure (20-24 ans).

IV.4.1. CONNAISSANCE DE MODES DE TRANSMISSION ET DE LA MALADIE

Dans l’enquête Eurobaromètre 14 de 1995 (n=375) concernant les 15-24 ans dans tout le

pays, on relève que seulement 86% des répondants pensent que l’on peut attraper le sida

par des rapports sexuels avec une personne malade/ séropositive alors que 12% hésitent

et que 2% nient.

Ce résultat médiocre ne correspond pas à ceux des enquêtes d’ULB-PROMES parmi des

adolescents scolarisés en Communauté française en 1998 15 .

12] de Smet P et Piette D.

Rapport CATI-Sanomètre

2001. U.L.B., Promes,

décembre 2001, environ

300 p. Voir le détail de la

méthodologie en 0.

Introduction.

13] Vincent A et De Reuwe

E. Centre Elisa : Bilan de la

huitième année d’activités

1996. Médecin sans

Frontières, Bruxelles,

décembre 1997, 27 p.

14] Enquêtes INRA

(Europe) pour le compte de

la Communauté européenne.

1995.

15] Piette et al. Op. cit.

2002.

Page 80 Chapitre IV. LES JEUNES


16] Tafforeau J et al. La

santé de la population en

Communauté française de

Belgique. Enquête de santé

par interview, Belgique

1997. Résumé des résultats.

Centre de Recherches

Opérationnelles en Santé

publique. Institut Scientifique

de la Santé Publique - Louis

Pasteur. Bruxelles, juin

1998.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Tableau 4.4.1. Pourcentage d’identification correcte des modes de transmission, parmi

4400 élèves de l’enseignement francophone. Source : enquête ULB-PROMES,

2002.

Transmission... Réponse exacte, %

par relations sexuelles sans préservatif avec un séropositif, oui 93

par seringue utilisée par une personne séropositive, oui 91

en embrassant sur la bouche une personne séropositive, non 77

en le recevant de sa mère en naissant, oui 73

en donnant du sang, non 60

par un moustique qui a piqué une personne séropositive, non 44

Pour les différentes propositions on n’observe pas de différence entre les sexes. Par

contre les plus âgés répondent mieux que les plus jeunes, et les élèves des enseignements

général et technique répondent mieux que ceux de l’enseignement professionnel.

La plupart des jeunes identifient correctement, dès 1990, le risque de transmission via la

seringue et par voie sexuelle.

L’étude des fausses croyances telles que les transmissions via le don de sang et les piqûres

de moustiques, indique cependant une amélioration des connaissances depuis 1992.

Le moustique reste cependant dans l’esprit de nombreux jeunes (et moins jeunes) un

animal redoutable.

Parmi les jeunes congolais (voir détails au chapitre II), l’appropriation des rumeurs quant

aux faux modes de transmission est aussi réelle que parmi les jeunes scolarisés de la

Communauté française.

IV.4.2. IDENTIFICATION DE MOYENS DE PROTECTION INEFFICACES

L’enquête de santé par interview 16 (E.S.I.) pose des questions sur 4 modes de protection

définis comme inefficaces : choisir des partenaires en bonne santé, utiliser la pilule contraceptive,

se retirer avant l’éjaculation, se laver après les rapports sexuels. Les jeunes de 20

à 24 ans reconnaissent ces 4 moyens avec une fréquence égale ou supérieure à celle des

tranches d’âge supérieures.

Les jeunes wallons reconnaissent plus mal ces moyens que les Bruxellois.

Figure 4.4.1. Pourcentage de répondants ayant une connaissance adéquate de 4

modes de protection inefficaces (partenaire bien portant, pilule, retrait,

lavage après rapport) ; selon la tranche d’âge. Source : E.S.I., 1997.

Chapitre IV. LES JEUNES Page 81


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Les jeunes congolais se fient beaucoup à l’apparence des partenaires potentiels –par

exemple l’embonpoint– comme moyen de protection. Comme on l’a déjà dit plus haut,

quelques jeunes filles considèrent que la pilule est un moyen efficace.

Note. Le préservatif est considéré comme inefficace par une petite proportion de la population

jeune. En effet, si on pose la question sur l’efficacité du préservatif comme moyen

de protection, on constate des réponses affirmatives variant suivant les enquêtes de 86%

parmi les scolarisés francophones de 15 ans (92% à 17 ans) (ULB-PROMES, 1994), à 95%

parmi les 15-19 ans de tout le pays (C.E.S., 1993) en passant par 89% parmi les 15-24

ans (Eurobaromètre, 1995).

IV.4.3. IDENTIFICATION DE MODES DE CONTACT NON CONTAMINANTS

L’enquête C.E.S./U.I.A. montrait déjà en 1993 que les connaissances des 15-19 ans et

surtout celle des 20-24 ans étaient meilleures que celles du reste de la population. C’était

le don de sang qui posait le plus de problèmes puisque seulement 7 jeunes sur 10 estimaient

que donner du sang n’était pas contaminant.

Les enquêtes d’ULB-PROMES retrouvent à peu près cette même proportion parmi les jeunes

scolarisés comme le montre la figure 4.4.3. Avec le temps, il semble que les fausses

croyances tendent à être progressivement rejetées parmi les adolescents.

Figure 4.4.2. Taux standardisés en % des jeunes scolarisés francophones qui rejettent

un mode de transmission incorrect du VIH. Source : ULB-PROMES, 2002.

L’E.S.I. montre que les connaissances des jeunes sont plus adéquates que celles des personnes

plus âgées.

Figure 4.4.3. Pourcentage de répondants ayant une connaissance adéquate des

modes de contact non contaminants (s’asseoir sur une planche de WC,

boire dans un verre, embrasser quelqu’un sur la bouche) ; selon la tranche

d’âge. Source : E.S.I., 1997.

Page 82 Chapitre IV. LES JEUNES


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

IV.4.4. ATTITUDES DISCRIMINATOIRES

L’E.S.I. montre très clairement que les attitudes de rejet envers les personnes séropositives

touchent plus de la moitié de la population, même parmi les jeunes.

Les questions posées ont été décrites au I.

Figure 4.4.4. Pourcentage de répondants montrant des attitudes discriminatoires ;

selon l’âge. Source : E.S.I., 1997.

La “vague” 1995 des enquêtes Eurobaromètre trouvait déjà des tendances inquiétantes,

avec également des attitudes plus positives dans l’ensemble parmi les jeunes.

Tableau 4.4.2. Pourcentage de personnes résidant en Belgique, montrant des attitudes

discriminatoires envers les personnes séropositives/ malades du sida.

Source : enquête Eurobaromètre, 1995.

Une personne atteinte du sida est quelqu’un qui... Jeunes Toute la

(15-24 ans) population

manquait d’hygiène et de propreté, oui 23 21

avait des fréquentations dangereuses, oui 50 56

représente un danger pour la société, oui 28 45

Des jeunes congolais déclarent également lors de “focus groups” leur rejet vis-à-vis des

personnes séropositives.

IV.4.5. PERCEPTION DU RISQUE ET DE LA PROTECTION

Les risques d’être infecté en Belgique sont considérés comme beaucoup plus élevés que

les risques d’être infecté dans le milieu propre de la personne interrogée ; la différence est

très importante : de 59% à 6%. En d’autres mots “cela n’arrive pas chez moi”. Les préjugés

des jeunes rejoignent ici ceux de l’ensemble de la population.

Tableau 4.4.3. Pourcentage de personnes en Wallonie et à Bruxelles ; selon leur estimation

d’être infecté par le sida. Source : Agence de Prévention du Sida, 1995.

Le risque d’être infecté par le sida est… 18-24 ans 18-59 ans

élevé en Belgique 59 55

élevé dans mon propre milieu 6 5

Chapitre IV. LES JEUNES Page 83


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

L’enquête en milieu scolaire secondaire réalisée en 1990 par ULB-PROMES donnait des

éléments intéressants sur la perception de la protection :

— 14% des jeunes scolarisés sexuellement actifs (n=445) se déclaraient non protégés ;

— 59% se déclaraient protégés par la fidélité ; mais si on examinait les réponses en fonction

du nombre de partenaires, on observait que 1/5e de ces jeunes avaient eu plusieurs

partenaires. Piette et al. constataient que “la fidélité des adolescents est souvent une

fidélité successive à plusieurs partenaires”.

Les jeunes congolais perçoivent bien la sévérité de la maladie sida tant médicalement que

socialement. Par contre, la perception de leur propre vulnérabilité est moins claire.

IV.4.6. CONFIANCE DANS LES INTERVENANTS

Les jeunes sont manifestement plus confiants que le reste de la population.

Tableau 4.4.4. Pourcentage de personnes en Wallonie et à Bruxelles témoignant de leur

confiance dans les organismes ou les personnes. n=401. Source :

Agence de Prévention du Sida, 1996.

Confiance envers... 18-24 ans 18 ans et +

médecins 87 82

Agence Prévention Sida, associations de prévention 72 61

presse 28 26

Les jeunes congolais des deux sexes déclarent que l’école est leur principale source d’information.

Les garçons citent ensuite la télévision, alors que les filles trouvent plus d’informations

auprès des médecins.


Le C.E.S. faisait déjà remarquer en 1993 que la qualité de l’information était moins bonne

pour les 15-19 ans en comparaison des 20-24 ans, et qu’elle était encore moins bonne

pour les personnes les plus âgées. Le fait de retrouver une connaissance moindre dans

les groupes d’âge extrêmes tendrait à montrer que l’âge est avant tout l’indicateur d’une

position dans le cycle de vie dont dépend le degré de préoccupation pour les questions

d’ordre sexuel et préventif.

Ajoutons que les performances meilleures de la classe d’âge 20-24 ans mettent en relief

la capitalisation de l’ensemble des messages de prévention déjà reçus.

Page 84 Chapitre IV. LES JEUNES


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Chapitre V.

LES USAGERS DE DROGUE

PAR VOIE INTRAVEINEUSE

RÉSUMÉ

Une estimation de la taille de la population cible est impossible ; le chiffre de 20 000 injecteurs

âgés de 15 à 54 ans est cependant avancé (avec un intervalle de confiance allant de

dix mille à quarante-six mille).

Le poids relatif de la transmission par l’injection de drogue intraveineuse s’atténue fortement

au cours des ans puisqu’il passe d’environ 8% de l’ensemble des détections en

1986-1990 à environ 2,5%, dix ans plus tard. Dans les 10 dernières années, on relève un

peu plus de non-Belges que de Belges. La diminution du nombre absolu de cas déclarés

depuis 15 ans est certes importante mais doit s’interpréter avec précaution.

Les enquêtes auprès des usagers sont difficiles à interpréter : les échantillons ne sont

jamais représentatifs, et la validité des réponses à un questionnaire est limitée.

Chez les usagers, l’état de conscience est altéré par la prise de produits psychotropes ou

par l’impact d’un manque ; les comportements de protection lors de rapports sexuels sont

probablement affaiblis chez ces sujets présentant par définition des comportements de

défi, de déni, de dépit, voire même d’autodestruction. Par contre, il semble que le partage

du matériel d’injection soit en régression.

La prise en charge de l’infection par les services de santé est plus précoce dans la

catégorie des personne infectées par usage de drogue que dans les autres catégories de

transmission, ce qui signerait peut-être un dépistage plus précoce.

Chapitre V. LES USAGERS DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE Page 87


V.1. La population cible

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Nous présentons ci-dessous deux approches estimatives du nombre d’usagers dans notre

pays.

Première approche

Le tableau 5.1.1. présente quelques chiffres d’incidence cumulée en provenance de pays

européens 1 .

Tableau 5.1.1. Pourcentage de répondants 18-49 ans qui se sont injecté de la drogue au

moins une fois dans leur vie. Source : Magnus, 1998.

Pays-Bas Suisse Allemagne France Portugal Espagne

n=943 n=2678 n=2185 n=4086 n=2220 n=859

Tous 0,4 0,7 1,0 1,3 1,5 2,1

Hommes 0,5 1,1 1,4 1,7 2,3 2,8

Femmes 0,4 0,4 0,7 0,7 0,6 1,4

18-24 ans 0,5 0,8 0,6 0,6 1,5 -

25-49 ans 0,4 0,7 1,1 1,6 1,5 -

Le tableau montre que les hommes sont davantage victimes que les femmes. Il souligne

surtout que la pratique a débuté précocement dans la majorité des pays puisque l’écart

entre les 18-24 ans et les 25-49 ans est très faible.

La prévalence d’injection au moins une fois dans la vie varie chez nos plus proches voisins

de 0,4% aux Pays-Bas à 1,3% en France. Si par exercice on appliquait ces taux à la

population inscrite au Registre national de notre pays –soit un peu plus de 4,5 millions de

personnes âgées de 18 à 49 ans– on calculerait qu’il y aurait en Belgique de 20 000 à

60 000 personnes qui se seraient déjà injectées au moins une fois. Ce chiffre confirme

l’extrême dispersion des estimations.

Seconde approche

On préférera retenir l’estimation 2 de 20 000 UDIV âgés de 15-54 ans avec un intervalle de

confiance également très large : 10 300 à 46 300. Les chiffres –qui portent sur l’année

1995– ont été inférés à partir de diverses données en provenance des registres VIH et

sida, et des demandes de traitement enregistrées par le système de suivi de la

Communauté française.

Les opérations de contacts de rue (“Opérations Boule de Neige”) entre des usagers de

drogue et des pairs ont été développées depuis plus d’une demi-douzaine d’année,

notamment par l’a.s.b.l. Modus Vivendi qui est chargée de la prévention de l’infection au

VIH parmi les usagers de drogue. Les pairs sont des usagers actuels ou des ex-usagers.

Les questionnaires accompagnant les contacts fournissent diverses informations telles

que l’âge moyen à la première injection qui est estimé à 20 ans, avec des extrêmes de 12

à 40 ans 3 .

Une revue des données concernant les prisons avance le chiffre de 1200 détenus injecteurs

soit 15% de l’ensemble des détenus.

1] Magnus P. Risk behavior

and risk contexts. In Hubert

et al., Ed. : Sexual Behavior

and HIV/AIDS in Europe.

London (UK) & Bristol (USA),

1998, 442 p.

2] Sartor F, Walckiers D,

Sasse A, Bils L. Estimate of

the prevalence of injecting

drug use in Belgium. Arch

Public Health, 2001, 59:63-75.

3] Hariga F. Rapport analyse

Boule-de-neige 1996.

Rapport d’activités Modus

Vivendi 1996-1997.

Page 88 Chapitre V. LES USAGERS DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

V.2. L’épidémiologie

V.2.1. LA POPULATION INFECTÉE À ÉTUDIER

Nous voulons étudier dans les Régions de Wallonie et de Bruxelles-Capitale pour la période

de 1996 à 2000, les personnes nouvellement diagnostiquées séropositives pour le VIH

et dont le mode de contamination est attribué à l’usage de drogue intraveineuse (UDI) ;

nous distinguons Belges et non-Belges.

La figure 5.2.1. nous montre que :

— parmi un total de 3912 nouvelles détections relevées en Belgique dans la période, on

relève que 2173 formulaires citent la Région d’origine soit 56%.

— parmi les 2173 déclarations précisant la Région de domicile, on relève que 1298 personnes

(soit 60%) habitent dans les deux Régions d’intérêt : 24% en Wallonie et 30%

à Bruxelles.

— parmi les 1298 habitants de Wallonie et Bruxelles, on relève chez les 1078 personnes

pour lesquelles la voie de transmission est documentée que les formulaires mentionnent

l’usage de drogue intraveineuse dans 3% des cas (32/1078).

— les 32 personnes ainsi contaminées, se répartissent équitablement entre Belges et

non-Belges.

Figure 5.2.1. Répartition des personnes habitant dans la Région wallonne et dans la

Région de Bruxelles-Capitale, nouvellement diagnostiquées ; selon le

mode de transmission et la nationalité. Période 1996-2000. Source :

I.S.P., 2002.


Transmission

par UDI

n=32

Belges

n=15

Total des notifications dans le pays, 1996-2000

n=3912


Habitant en Région wallonne n=517

ou en Région de Bruxelles-Capitale n=781

Total n=1298

Homo/bisexuel + UDI n=5

Autres transmissions n=1041

Transmissions inconnues n=220

non-Belges

n=16

Nationalité

inconnue

n=1

Habitant en

Région flamande

n=875

L’effectif très bas n’autorise pas une analyse par groupe de nationalité.

Habitant en

Région inconnue

n=1739

Les quelques cas (n=5) de contaminations survenant chez des personnes homo/bisexuelles

ET utilisant une drogue injectable sont traitées dans le chapitre VI.

Chapitre V. LES USAGERS DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE Page 89


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

V.2.2. EVOLUTION DES NOUVEAUX DIAGNOSTICS D’INFECTION

Le poids relatif de la transmission par l’injection de drogue intraveineuse s’atténue fortement

au cours des ans, puisqu’il passe d’environ 8% de l’ensemble des détections en

1986-90 à environ 2,5%, dix ans plus tard.

Pour les dernières années, on relève un peu plus de non-Belges que de Belges.

Figure 5.2.2. Evolution et pourcentage de nouveaux diagnostics d’infection attribués à

l’injection de drogue intraveineuse en Wallonie et à Bruxelles ; selon les

cathégories de nationalité. Source : I.S.P., 2002.

La diminution du nombre absolu de cas déclarés depuis 15 ans est certes importante,

mais doit s’interpréter avec précaution. Primo, comme on l’a vu plus haut (figure 5.2.1.)

certains cas attribués à “Région inconnue” font certainement partie de la Wallonie ou de

Bruxelles. Secundo, certains cas attribués à “mode inconnu” sont certainement des cas

de transmission attribués à l’injection intraveineuse. Tertio, la fin de la période quinquennale

1996-2000 montre une remontée très nette de l’ensemble des déclarations dans le

pays ainsi qu’on l’a vu au chapitre I ; et l’on sait que la situation en 2001 n’est pas à la

baisse.

V.2.3. NOUVEAUX DIAGNOSTICS D’INFECTION PAR ÂGE ET PAR SEXE

Le tableau montre que les nouvelles infections liées à l’injection de drogue touchent parmi

les Belges une population plus jeune que celles liées aux autres modes de contamination ;

chez les non-Belges, le rapport est inversé.

Tableau 5.2.1. Age médian au diagnostic des patients par nationalités en Wallonie et à

Bruxelles ; selon la catégorie de transmission parmi les patients pour lesquels

la catégorie de transmission est connue. Période 1996-2000.

Source : I.S.P., 2002.

Catégorie de transmission Belges non-Belges

Hommes Femmes Hommes Femmes

Injection I.V. de drogue 34,2 ans 32,5 ans 37,1 ans 31,2 ans

(n=11) (n=4) (n=12) (n=4)

Contacts homo/bisexuels 35,5 ans -- 32,4 ans --

(n=144) (n=61)

Contacts hétérosexuels 42,7 ans 36,7 ans 35,8 ans 31,0 ans

(n=85) (n=68) (n=223) (n=346)

Page 90 Chapitre V. LES USAGERS DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE


4] Hariga F : Sida et prison.

Agence de Prévention

du Sida, Bruxelles, septembre

1997, 105 p.

5] Nguyen JF. Toxicomanie

et sida en France. National

report, European symposium

on aids and drug

abuse, Stockholm, 1989 ;

25-28.

6] Van den Hoek.

Epidemiology of HIV infection

among drug users in

Amsterdam. In Rodopi,

Amsterdam, 1990.

7] Reisinger M, Ed. Aids

and drug addiction in the

European Community, treatment

and mistreatment.

Proceedings of a seminar on

aides and drug addiction.

1993, 233 p.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

V.2.4. ESTIMATION DE LA SÉROPRÉVALENCE EN BELGIQUE

Un relevé de sept études 4 réalisées parmi différentes catégories d’usagers de drogue

intraveineuse en Belgique de 1990 à 1997 montrait des chiffres variant de 1,6% à 13,2%

d’usagers présentant une sérologie positive au VIH ; les sept populations concernées

étaient très différentes : consultants dans des centres, usagers rencontrés dans la rue,

personnes incarcérées, consultants de médecins généralistes. Les échantillons variaient

de 100 à 1619 personnes. Nous ne présentons cette fourchette de chiffres que pour souligner

le point important : le taux prévalence chez les usagers de drogue est très largement

supérieur a celui de 0,2% estimé dans la population générale (cf. chapitre I).

Les taux semblent de toute façon plus bas que ceux observés dans des pays voisins : on

citait le chiffre de 30% chez les usagers à Paris 5 ou à Amsterdam 6 et probablement très

inférieurs à ceux que l’on peut supposer en Espagne, Portugal et Italie où deux tiers des

nouveaux diagnostics d’infection par le VIH sont imputables à la voie intraveineuse.

L’a.s.b.l. Modus Vivendi estimait qu’il n’y avait aucune explication univoque à la faible

séroprévalence en Belgique. L’a.s.b.l. émettait néanmoins quelques hypothèses explicatives

:

“—l’accès aisé à la sécurité sociale et aux aides des Centres Publics d’Aide Sociale

— l’accès facile au tout début de l’endémie aux traitements de substitution7 ;

— l’accès au début de l’endémie aux seringues ;

— l’accès dès 1985 au traitement antisida ;

la faible proportion de partage de seringues ;

la faiblesse des contacts avec les zones à haute prévalence telle que Ibiza en

Espagne ou New York.”

V.2.5. L’INFECTION EN BELGIQUE ET EN EUROPE

La figure 5.2.3. montre l’évolution des cas nouvellement déclarés dans le groupe de transmission

usagers de drogue intraveineuse, et dans deux autres groupes. Pour la Belgique

les chiffres stagnent depuis 1995 alors que dans deux autres pays voisins on constate une

tendance continue à la diminution.

Figure 5.2.3. Tendances des infections au VIH nouvellement diagnostiquées dans le

groupe des usagers de drogue intraveineuse (UDI) et dans deux autres

groupes de transmission, en Belgique et dans deux pays voisins.

Source : CESES, 2001.

Chapitre V. LES USAGERS DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE Page 91


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Figure 5.2.4. Infections au VIH nouvellement diagnostiquées dans le groupe des usagers

de drogue intraveineuse (UDI) dans la zone Europe de l’OMS, taux

par million d’habitants. Source : CESES, 2001.

Cas UDI

Portugal : nouveau système de déclaration incluant anciens cas ; difficulté d’interprétation.

V.2.6. LES MALADES DU SIDA EN BELGIQUE ET EN EUROPE

L’incidence annuelle des cas de maladie attribués à l’usage de drogue intraveineuse

représente quelques cas par an 8 comme le montre la figure 5.2.5.

Figure 5.2.5. Tendance des cas de sida dans le groupe de transmission “usage de drogue

intraveineuse (UDI)” et dans deux autres groupes de transmission, en

Belgique et dans quelques pays européens. Source : CESES, 2001.

8] Centre Européen pour la

Surveillance Épidémiologique

du SIDA. Rapport du

1er semestre 2001, N°65,

2002. D’après des données

communiquées par l’I.S.P.

Page 92 Chapitre V. LES USAGERS DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE


9] in Renard F et al.

Indicateurs de l’infection au

VIH et du sida. Agence de

Prévention du Sida, février

1996.

10] voir les rapports de

l’a.s.b.l. Modus Vivendi.

Bruxelles.

11] Hariga F et Van Huyck

C. Dour 1998, Une recherche

action dans un festival

de musique. Carnet du

risque, Modus Vivendi 1998.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

V.3. Les pratiques

Les informations proviennent de sources diverses souvent anciennes 9 .

— Les “opérations Boule de neige” 10 développent des interventions de prévention du sida

et des hépatites chez les usagers de drogue en s’appuyant sur des usagers ou des exusagers.

Ces actions permettent également le recueil de quelques données (via un

questionnaire) sur les opinions, comportements et pratiques à risque des usagers.

— Une enquête menée en Flandre dans le cadre de l’Action Concertée Européenne en

1989 touchait 200 usagers de drogue, la moitié dans les centres de traitement spécialisés,

l’autre moitié dans la rue (ces derniers étaient recrutés par des jobistes).

— Une enquête menée en 1994 par l’Institut d’Hygiène et d’Épidémiologie en collaboration

avec un réseau de médecins généralistes (enquête ALTO) ; ces médecins administraient

un questionnaire à leurs patients usagers de drogue (n=523).

Quelles sont les limites de ces approches ?

— Les échantillons ne sont pas représentatifs.

— Chez les usagers de drogue plus encore que dans d’autres populations, la validité des

réponses à des questions de comportement est limitée ; d’une part, les usagers de

drogue peuvent présenter des problèmes de mémorisation et d’évaluation du temps

écoulé ; d’autre part, il s’agit de comportements socialement désapprouvés et donc

difficilement avouables à un soignant ; il faut noter que dans les enquêtes Boule de

Neige cette question de confiance se pose moins puisque les enquêteurs sont pour la

plupart des anciens pairs.

Les usagers de drogue peuvent cumuler l’exposition au risque potentiel d’infection dans

deux domaines ; les pratiques liées à l’usage de drogue par voie intraveineuse et les pratiques

sexuelles. Cette seconde catégorie rejoint celle décrite pour n’importe quelle population,

mais avec des nuances importantes : l’usage chronique de drogue peut certes être

associé à une baisse de la fréquence des rapports sexuels (des périodes d’abstinence de

plusieurs mois sont fréquentes), mais ces rapports sexuels peuvent se dérouler dans des

circonstances où l’état de conscience est altéré par la prise de produits psychotropes ou

par l’impact d’un manque ; les comportements de protection sont probablement affaiblis

chez les sujets présentant par définition des comportements de défi, de déni, de dépit,

voire même d’autodestruction. Il semble ainsi que certains usagers ont des difficultés à

proposer ou à accepter l’usage du préservatif11 .

Chapitre V. LES USAGERS DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE Page 93


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

V.3.1. PARTAGE DU MATÉRIEL D’INJECTION

Le partage des seringues est un phénomène important.

Tableau 5.3.1. Fréquence des comportement vis-à-vis de l’injection intraveineuse chez

des usagers de drogue. En %.

Flandres, 1989 I.H.E., 1994

n=200 n=523

Injection

au cours du dernier mois -- 22

au cours des 6 derniers mois

Partage au moins une fois du matériel d’injection,

parmi ceux qui s’injectent actuellement,

100 39

au cours du dernier mois -- 28

au cours des 6 derniers mois 74 45

Les enquêtes réalisées Boule de Neige, montrent que la proportion d’injecteurs semble

diminuer au cours du temps.

Tableau 5.3.2. Fréquence des pratiques considérées à risque parmi des usagers de

drogue interrogés par des pairs ; en %. Enquêtes Boule de Neige.

1993-94 1994-95 1996 1997

n=456 n=1123 n=648 n=1247

Injecteurs actuels parmi 100 usagers de drogue 69 57 56 46

Partage de seringues (6 derniers mois)

parmi 100 injecteurs actuels -- 60 60 54

V.3.2. COMPORTEMENTS SEXUELS À RISQUE

Le tableau ci-dessous est plutôt inquiétant car il montre une protection insuffisante lors de

rapports sexuels.

Tableau 5.3.3. Fréquence de certains comportements sexuels parmi des usagers de

drogue interrogés par des pairs. Enquête Boule de Neige, 1995.

Comportement sexuel %

Rapports dans les 6 derniers mois (n=991) 89

Si rapports, toujours avec le même partenaire (n=794) 54

Si rapports (n=834), utilisation du préservatif

oui, toujours 22

oui, toujours sauf avec partenaire régulier 17

oui, parfois 20

non, jamais 41

Si rapports (n=834), pour de l’argent ou pour de la drogue 25

Les rapports sexuels vénaux parmi les usagers de drogue sont une réalité. En ce qui

concerne les femmes, la fréquence n’est pas évaluée ; en effet, elle se développe en

marge des réseaux classiques ; l’acceptation transigeante de la non-utilisation du préservatif

serait élevée. Il est une prostitution encore plus méconnue qui implique de très jeunes

usagers dans des pratiques homosexuelles non protégées.

Page 94 Chapitre V. LES USAGERS DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE


12] Jacques J.

Communication personnelle

; source “gendarmerie,

B.C.R., service drogues”,

1997.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Modus Vivendi attire aussi l’attention sur la vie en marge et la désinsertion sociale.

Modus Vivendi établit une liste de quelques facteurs associés aux prises de risque :

— l’urgence de faire disparaître un manque

— le stress, le mal être, un “trouble” psychique

— une situation de rupture de désinsertion, d’anomie

— le besoin de rituel : le partage de la seringue est un acte fondateur

la modification de conscience liée à la consommation même de drogue

— un comportement général de négligence.

Les usagers de drogue vivent leur passion en clandestins. Ils ne savent pas nécessairement

quels risques ils courent. Par défaut d’information ou parce que tout message qui

leur parvient du “système” pourrait bien être de la propagande, de l’“intoxication” ; pour

certains usagers il s’agirait d’un choix, d’un désir d’autodestruction.

V.3.3. PRÉSENCE CONCOMITANTE D’UNE MALADIE SEXUELLEMENT

TRANSMISSIBLE

Au chapitre VI (tableau 6.1.1.), on montre chez les usagers de drogue intraveineuse que

l’infection par une M.S.T. est associée à une prévalence d’infection au VIH très nettement

accrue puisque 4% des usagers porteurs d’une M.S.T. sont identifiés comme séropositifs.

V.3.4. MODE D’ADAPTATION AU RISQUE

Utilisation de matériel stérile d’injection. Les rapports de Modus Vivendi fournissent les

informations suivantes. Depuis l’apparition du sida et l’acquisition de connaissances sur

les modes de transmission et de protection, les usagers de drogue ont modifié certains de

leurs comportements d’après ce qu’ils racontent aux soignants dans les services spécialisés,

et aux enquêteurs lors des opérations de terrain Boule de Neige : la pratique de

l’injection diminue ou profit de l’inhalation (il y aurait eu, en 1985, 85% d’injecteurs réguliers

et seulement 40% en 1995 12 ) ; des exceptions et des écarts s’observent surtout dans des

conditions de pénurie de produit ou de matériel, lorsque la confiance en son partenaire est

grande, en présence de troubles psychiatriques concomitants (dépression, psychose,

etc.).

D’autres informations obtenues à partir des groupes “ès-pairs” ou d’après les interviews de

jobistes, montrent que la fréquence du partage des seringues semble diminuer, que la

“fumette” remplace plus souvent l’injection, mais aussi que les pratiques de désinfection du

matériel sont considérées comme efficaces alors qu’elles ne le sont pas vraiment.

Les pratiques de désinfection ont tendance à disparaître au profit de l’usage de seringues

neuves, car l’accessibilité augmente et la promotion de la désinfection diminue ; cette

non-promotion est justifiée dans la mesure où la désinfection ne permet pas d’éliminer le

virus de l’hépatite C.

Utilisation du préservatif. Le tableau 5.3.3. a montré que la protection lors des rapports

sexuels était globalement insuffisante avec cependant une tendance à une plus grande

utilisation du préservatif avec les partenaires occasionnels.

L’a.s.b.l. Modus Vivendi précise également que les usagers de drogue par voie intraveineuse

n’ont pas toujours le réflexe de protection contre une contamination par voie sanguine

ET simultanément par voie sexuelle.

L’a.s.b.l. souligne également la vulnérabilité des consommateurs de drogues synthétiques

lors des rapports sexuels. Tout d’abord, la prise de stupéfiants, en diminuant l’intensité de

l’érection, peut favoriser le glissement des préservatifs. Les drogues synthétiques présentent

un autre effet dangereux : elles stimulent le sentiment amoureux et la sensualité.

Chapitre V. LES USAGERS DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE Page 95


Certains personnes fréquentant des lieux de rencontres et prenant occasionnellement ce

type de produits sont particulièrement exposées puisqu’elles trouvent difficilement des

préservatifs ou du lubrifiant dans ces endroits. Une dernière remarque plus spécifique

concerne les usagers de crack : malgré une tendance à développer des lésions buccales,

ces usagers sont loin de prendre systématiquement les précautions requises que réclameraient

d’éventuelles fellations.

L’a.s.b.l. Modus Vivendi communique d’autres informations intéressantes à propos de

diverses actions de proximité, avec éventuellement d’autres institutions. En 1997, environ

30 jeunes usagers âgés de 16 à 30 ans ont participé à des groupes d’animation. Les

animateurs tirent les conclusions qui suivent.

— Les participants parlent d’autant plus facilement qu’ils peuvent manipuler un préservatif,

que ce préservatif est du type “fun” (coloré, au fruit, etc.), qu’une pochette de

lubrifiant est disponible.

— La préférence va au préservatif conditionné dans un emballage circulaire, plutôt

qu’oblong ; en effet il est plus aisé d’enfiler ceux du premier type, que ceux du second.

— Le lubrifiant devrait être bien davantage utilisé. Pour les hommes, quelques gouttes

appliquées sur le gland avant l’enfilage du préservatif, conduisent à une meilleure

jouissance. Pour certaines femmes, une lubrification artificielle du préservatif conduirait

à moins d’irritation.

Dépistage de l’infection au VIH.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Tableau 5.3.4. Fréquence des tests de dépistage parmi des usagers de drogue interrogés

par des pairs. Enquêtes Boule de Neige.

1994-1995 1995-1996 1997

n=1123 n=536 n=1247

Test sida 64% 75% 74%

On ne peut évidemment pas comparer ces chiffres à ceux observés dans la population

générale : au chapitre I on a en effet montré que 27% des Wallons et 34% des Bruxellois

ont déjà pratiqué un test. Les travailleurs de la santé dans le domaine de la toxicomanie

confirment cependant que la fréquence des tests de dépistage est très élevée parmi les

usagers de drogue.

Il apparaît également que la prise en charge des usagers de drogue par les services de

santé est plus précoce que parmi les personnes faisant partie d’autres catégories de

transmission.

Parmi les non-Belges, le tableau ci-dessous met en évidence que chez 21% des malades

du sida dont la contamination a été attribuée à l’injection de drogue par voie intraveineuse,

le diagnostic de séroconversion a été posé simultanément ou quasi simultanément à celui

du sida, c’est-à-dire très tardivement dans le décours de l’infection.

Ce taux est plus favorable que pour les personnes contaminées par d’autres voies ; mais

la petite taille de l’effectif ne peut pas conduire à des conclusions formelles concernant un

dépistage plus précoce de cette population. Le chiffre de 21% est quasi identique à celui

des années 1992-96 (24% pour 33 malades).

Page 96 Chapitre V. LES USAGERS DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Tableau 5.3.5. Pourcentage de nouveaux malades du sida selon le délai entre le diagnostic

VIH et le diagnostic sida ; par catégorie de transmission. Malades

non belges en Wallonie et à Bruxelles. Années 1996-2000. Source : I.S.P.,

2002.

Catégorie de transmission n Délai Total

< 3 mois ≥ 3 mois

Usagers de drogue intraveineuse 19 21 79 100

Autres : hétérosexuelle, homo/bisexuelle 188 44 56 100

Total 207 43 57 100

Parmi les Belges, l’effectif de 10 personnes malades est trop faible pour pouvoir tirer la

moindre conclusion.

V.3.5. INDICATEURS DE MARGINALITÉ

Les interviewers des opérations Boule de Neige posent également des questions sur des

aspects sociaux. Dans les enquêtes de 1993 (n=456), 1994 (n=1123), 1995 (536) on voit

que :

— 31% à 40% des répondants n’ont pas de contact avec un médecin ;

— 23% à 29% n’ont pas de mutuelle ;

— 16 à 20% n’ont pas de domicile fixe.

Si on prend les répondants de 1993, on constate que 9% cumulent 3 facteurs d’exclusion,

que 13% cumulent 2 facteurs, et que 31% en rapportent un. Ce qui revient à dire que 53%

des répondants montrent au moins un facteur d’exclusion.

V.3.6. ACCESSIBILITÉ AU MATÉRIEL D’INJECTION

Plusieurs institutions procèdent à l’échange de seringues. A Bruxelles, l’a.s.b.l. Citoyen

comme les autres échangeait environ 800 seringues par mois en 1996.

Les opérations Boule de Neige ont questionné 225 usagers dans le centre ville de Liège :

34% connaissent les comptoirs, 26% en ont vaguement entendu parler et 40% ne sont

pas au courant de leur existence.

V.4. Connaissances et attitudes

On ne dispose que de peu d’informations sur les connaissances qu’ont les usagers de

drogue sur la transmission liée à l’injection intraveineuse. Une des seules sources est

constituée par les résultats de Boule de Neige et par les groupes “ès-pairs” : les connaissances

sur les modalités de transmission du VIH et du virus de l’hépatite doivent être

améliorées.

Les études montrent le besoin de recourir à un message préventif récurrent et à une information

plus “individualisée”, qui partent de la réalité de chacun.

Les usagers de drogue se plaignent de l’état de non-responsabilité dans lequel ils sont

placés à propos du test de dépistage et tout spécialement dans le milieu carcéral : demande

effectuée à leur insu, non-communication ou communication anecdotique du résultat,

absence de conseils.

Chapitre V. LES USAGERS DE DROGUE PAR VOIE INTRAVEINEUSE Page 97


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Chapitre VI.

AUTRES POPULATIONS

RÉSUMÉ

Les infections sexuellement transmissibles sont associées à une prévalence d’infection au

VIH très nettement accrue, puisque 4 à 8% des porteurs de ces infections sont diagnostiqués

comme séropositifs ; les chiffres sont encore plus défavorables parmi les personnes

déclarant des prises de risque telles que les relations homosexuelles.

Il faut noter que le profil des personnes atteintes d’infections sexuellement transmissibles

rejoint celui des personnes séropositives : personnes originaires ou vivant dans des pays

endémiques, personnes homo/bisexuelles, personnes pratiquant le partenariat multiple.

Les transmissions de l’infection par la voie mère/enfant représentent 3% de l’ensemble

des nouvelles notifications. Elles concernent très principalement des personnes possédant

la nationalité d’un pays de l’Afrique subsaharienne.

Les personnes détenues montreraient un taux de séropositivité élevé, lié à l’existence de

comportements à risque dans les lieux de détention et à la faible possibilité d’accéder à

du matériel de protection tel que le préservatif ou la seringue stérile.

Chez les femmes accouchant dans les hôpitaux de la Région de Bruxelles-Capitale, le taux

de séroprévalence atteint 0,3%.

Les informations sur les prostituées sont peu claires ; il semble cependant que le niveau

de protection par le préservatif soit élevé. La fréquence importante de recours au test de

dépistage doit également être soulignée.

Chapitre VI. AUTRES POPULATIONS Page 99


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Dans ce chapitre nous présentons diverses populations que nous n’avons pas voulu présenter

dans des chapitres spécifiques pour l’une et/ou l’autre des raisons suivantes :

— le nombre de personnes identifiées comme infectées est faible ;

la classification de certaines personnes dans l’un ou l’autre des chapitres précédents

est impossible, comme les personnes homo/bisexuelles ET usagères de drogue intraveineuse

;

— les informations sur la population cible sont très limitées ;

— les informations sur les personnes infectées sont limitées.

Nous présentons ce chapitre en cinq sections.

— Nous verrons d’abord les personnes présentant une infection sexuellement transmissible.

— Nous étudierons ensuite une population identifiée par le biais des formulaires de notification

collectés via l’I.S.P. : nourrissons infectés dans la période périnatale.

— Nous présenterons quelques données sur les personnes incarcérées.

— Nous poursuivrons en parlant des femmes enceintes des hôpitaux bruxellois.

— Nous terminerons par les prostituées.

Note 1. Nous n’avons pas repris ici deux catégories de population identifiées par le biais

des formulaires de notification collectés via l’I.S.P.

Les personnes infectées présentant simultanément les deux catégories de risque de l’homosexualité

et de l’usage de drogue par voie intraveineuse étaient au nombre de cinq, soit

un chiffre très bas qui n’autorise pas d’analyse.

Les personnes dont l’infection est attribuée à la transfusion sanguine étaient au nombre

de 40. Nous n’avons pas effectué d’analyse parmi ces personnes ; en effet comme le

signale le rapport annuel de l’Institut de Santé Publique portant sur l’année 2000 : “l’appartenance

à la catégorie “transfusion” n’indique pas que la contamination par le VIH est

secondaire à une transfusion ; elle indique seulement que ces patients ont mentionné

avoir été transfusés. Parmi les 101 patients belges concernés, 58 signalent aussi un risque

par contacts hétérosexuels ; l’information manque pour les autres patients.”

Note 2. Nous n’avons pas pu collecter suffisamment d’informations sur les personnes précarisées/

fragilisées qui semblent pourtant, d’après divers avis, représenter une souspopulation

particulièrement vulnérable à l’infection ; nous avons néanmoins pu donner

quelques aperçus sur les usagers de drogue (chapitre VI) et sur les personnes incarcérées

(voir plus loin dans le présent chapitre).

Les partenaires des personnes séropositives mériteraient également de bénéficier d’une

section particulière.

Page 100 Chapitre VI. AUTRES POPULATIONS


1] Sasse A, Van Der

Heyden J et Stroobant A.

Épidémiologie du sida et de

l’infection à VIH en Belgique.

Situation au 31 décembre

1995. Institut Scientifique de

Santé Publique-Louis

Pasteur. Bruxelles,

décembre 1997, 48 p. Voir

pour plus de détails :

Introduction.

2] Van Kersschaever G et

Sasse A. Surveillance ces

MST via un réseau sentinelle

en Belgique. Résultats de la

première période d’enregistrement

Octobre 2000 –

Janvier Z001. IPH/EPI

REPORTS Nr. 2002-008,

2002, 18 p.

3] Meyer L et al. Trends in

HIV infection among sexually

transmitted disease patients

in Paris. AIDS, 1996,

10:401-5.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

VI.1. Personnes atteintes d’une infection

sexuellement transmissible

VI.1.1. FRÉQUENCE DE L’INFECTION AU VIH

Le tableau 6.1.1. concerne les personnes porteuses de l’une et/ou l’autre des 12 infections

sexuellement transmissibles identifiées par le Réseau de surveillance de la séroprévalence

VIH 1 . Il montre que l’infection est associée à une prévalence d’infection au VIH

très nettement accrue, puisque 3,9% des porteurs d’une maladie sexuellement transmissible

(M.S.T.) sont diagnostiqués comme séropositifs ; cette proportion est 5 fois plus élevée

parmi les porteurs déclarant des prises de risque homo/bisexuel, et 4 fois plus élevée

parmi les personnes originaires ou vivant dans des pays endémiques.

Tableau 6.1.1. Patients testés séropositifs pour le VIH parmi les porteurs de M.S.T. ;

selon différents indicateurs de risque. Données cumulées de 1989 à 1996

pour la Belgique. Source : Réseau de surveillance de la séroprévalence

VIH, in Sasse et al., 1997.

Indicateur de risque n % VIH+

Homo/bisexualité 135 21

Naissance ou résidence en pays à endémie élevée 151 16

Usage de drogue par voie intraveineuse 31 4

Prostitution 47 2

Relations sexuelles avec partenaire appartenant à un de ces groupes 177 3

Relations hétérosexuelles sans autres risques 1526


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

largement plus élevée parmi les personnes nées en Afrique subsaharienne ou aux

Caraïbes (3,6%) que parmi celles nées dans d’autres régions (1,5%).

En Angleterre/ Pays de Galles 4 les sérums prélevés chez des consultants de cliniques de

médecine génito-urinaire sont positifs pour le VIH, chez 16% des homo/bisexuels et chez

0,5% des hétérosexuels.

VI.1.2. PRATIQUES, CONNAISSANCES, ATTITUDES

En 1993 : 2,2% des répondants sexuellement actifs déclaraient avoir expérimenté une

maladie qui se transmet sexuellement.

Figure 6.1.1. Expérience d’une MST parmi les répondants qui ont eu au moins un partenaire

sexuel dans les 5 dernières années ; en %. n=3219 inscrits en

Belgique. Source : C.E.S., 1993.

L’enquête fournissait également d’autres informations.

Les classes d’instruction les plus élevées subissent deux fois plus d’expériences d’une

M.S.T. que les autres classes. Les pratiquants du partenariat multiple sont bien plus

atteints que les personnes se limitant à un partenaire.

Le tableau 6.1.2. est éloquent en ce qui concerne le dernier point ; le risque relatif est 7

fois plus élevé pour 5 partenaires ou plus, que lorsque ce nombre est limité à 1 ou 2 5 .

Tableau 6.1.2. Pourcentage de répondants rapportant un ou plusieurs épisodes de

maladies sexuellement transmissibles dans les 5 dernières années ; selon

le nombre de partenaires. Base : inscrits 18-49 ans en Belgique. Source :

Warszawski, 1998.

Nombre de partenaires M.S.T.

Hommes Femmes

1-2 0,8 2,5

3-4 1,6 8,0

5 et + 5,5 19,5

Le réseau sentinelle des médecins cliniciens déjà mentionné relève que près de 60% des

cas de séropositivité étaient déjà connus avant que les patients ne se présentent avec le

nouvel épisode de M.S.T., ce qui signe donc une persistance dans l’exposition au risque

et des interrogations quant aux efforts de counselling.

4] Catchpole MA et al.

BMJ, 1996, 321:539-42.

5] Warszawski J. Selfreported

Sexually

Transmitted Disease and Atrisk

Behaviour. pp. 219-241

in Hubert M, Bajos N &

Sandfor, editors T. Sexual

Behaviour and HIV/AIDS in

Europe. UCL press, 1998,

442 p.

Page 102 Chapitre VI. AUTRES POPULATIONS


6] Artsenkrant. Risico’s met

seks, veilig vrijen in de praktijk.

9.9.1997.

7] Devroye D, Van

Casteren V et Vranckx R.

Évolution de l’incidence

d’hépatite virale aiguë clinique

en médecine générale

en Belgique, réseau des

médecins généralistes

vigies, résultats de 1991 et

1992. Institut d’Hygiène et

d’Épidémiologie, Bruxelles,

janvier 1997, 36 p.

8] Devroye D, Van

Casteren V et Vranckx R.

Changing patterns in acute

viral hepatitis encountered

by Belgian general practioners.

Eurosurveillance,

1997, 2, 7, 53-6.

9] Ducoffre G.Surveillance

des maladies infectieuses

par un réseau de laboratoires

de microbilogie 2000 +

Tendances épidémiologiques

1983-1999. Service

d’Epidémiologie, janvier

2002 ; Bruxelles Institut

scientifique de la santé

publique, IPH/EPI REPORTS

Nr. 2001-018.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Dans le même ordre d’idée de persistance dans la non-protection lors de relations sexuelles,

une étude 6 chez des adolescentes flamandes montre que parmi celles qui sont infectées

par la Chlamydia, 22% ont déjà été enceintes. Apparemment le risque pris sur le plan

anticonceptionnel va main dans la main avec celui pris vis-à-vis des infections sexuellement

transmissibles.

Les données du réseau des médecins généralistes vigies 7,8 à propos des personnes diagnostiquées

comme malades de l’hépatite B, montrent que les rapports sexuels à risque,

tant hétérosexuels qu’homosexuels, sont les premiers facteurs de risque relevés puisqu’ils

concernent 36% de ces malades ; 18% ont un comportement homosexuel à risque et

18% ont un comportement hétérosexuel à risque ; on voit à nouveau le lourd tribut payé

par les personnes homo/bisexuelles.

D’autres données plus récentes, fournies par les Laboratoires Vigies 9 et déjà présentées

au chapitre I section I.3.6., suggèrent qu’en Belgique il n’y a pas de diminution de la transmission

depuis quelques années.

VI.2. Nouveau-nés

VI.2.1. LA POPULATION INFECTÉE À ÉTUDIER

Nous voulons étudier dans la Région Wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

pour la période de 1996 à 2000, les nouveau-nés nouvellement diagnostiqués séropositifs

pour le VIH et dont le mode de contamination est attribué à la transmission mère/enfant ;

nous distinguons Belges et non-Belges.

La figure 6.2.1. nous montre que :

— parmi un total de 3912 nouvelles détections relevées en Belgique dans la période, on

relève que 2173 formulaires de déclaration citent la Région d’origine, soit 56%.

— parmi les 2173 formulaires précisant la Région d’origine, on relève que 1298 personnes

(soit 60%) habitent dans les deux Régions d’intérêt : en Wallonie (24%) et à

Bruxelles (31%).

— parmi les 1298 habitants de Wallonie et à Bruxelles, on relève chez les 1078 personnes

pour lesquelles la voie de transmission est documentée que les formulaires mentionnent

“transmission périnatale” dans 3,6% des cas (39/1078).

— parmi les 39 nouveau-nés ainsi contaminés, la nationalité est connue dans 36 cas ; il y

a près de trois fois plus de non-Belges que de Belges.

Chapitre VI. AUTRES POPULATIONS Page 103


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Figure 6.2.1. Répartition des nouveau-nés habitant dans la Région wallonne et dans la

Région de Bruxelles-Capitale, nouvellement diagnostiqués et dont le

mode d’infection notifié est la voie périnatale. Période 1996-2000.

Source : I.S.P., 2002.



Transmission périnatale

n=39

Belges

n=9

Total des notifications dans le pays, 1996-2000

n=3912

Habitant en Région wallonne n=517

ou en Région de Bruxelles-Capitale n=781

Total n=1298

non-Belges

n=27

Autres modes n=1039

Mode inconnu n=220

Nationalité

inconnue

n=3

VI.2.2. NOUVEAUX DIAGNOSTICS D’INFECTION

Habitant en

Région flamande

n=875

Habitant en

Région inconnue

n=1739

Évolution. Le nombre de cas est passé de 55 en 1992-1996 à 39 en 1996-2000.

Le Centre européen pour la surveillance épidémiologique du sida note à propos de

l’Europe de l’Ouest que la forte diminution des cas de sida et d’infection au VIH par

transmission verticale reflète le succès des mesures de prévention mises en place par la

plupart des pays.

Répartition selon le groupe de nationalités. Plus de trois quarts des nouveau-nés pour

lesquels la nationalité est connue sont originaires d’un pays de l’Afrique subsaharienne

(25/34).

Tableau 6.2.1. Pourcentage des nouveau-nés nouvellement infectées en Wallonie et à

Bruxelles ; selon la nationalité. Période 1996-2000. Source : I.S.P., 2002.

Catégorie de risque Belges Afrique Autres et Total

subsaharienne inconnus

n=9 n=25 n=5 n=39

Transmission périnatale 23 64 13 100

Page 104 Chapitre VI. AUTRES POPULATIONS


10] Hariga F : Sida et prison.

Agence de Prévention

du Sida, Bruxelles, septembre

1997, 105 p.

11] Van Mol F et Lauwers

N. Drogues et Prisons. La

réalité pénitentiaire en matière

de drogue. Actes de la

journée d’étude du 22 avril

1994. Présence et action

culturelles.

12] Moens G et al. The

prevalence of infections

among non-hospitalized

inmates in Belgian prisons.

Arch Public Health, 1997,

55:159-68.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

VI.3. Personnes détenues

Le texte qui suit est un résumé d’un travail ou de communications personnelles de

Hariga 10 . Les informations sont basées sur une revue de la bibliographie et la rencontre de

quelques intervenants clés de la prévention du sida en milieu carcéral.

Caractéristiques de la population

Nombre de détenus. A la fin de décembre 1999, la population comptait 8135 détenus. Le

taux théorique moyen d’occupation est de 109% et il peut parfois atteindre 150% dans

certaines prisons. On n’a pas de données sur la durée moyenne de séjour, mais elle est

brève compte tenu de la grande rotation de la population.

Aspects démographiques. La population est jeune : 85% ont moins de 40 ans. Elle est

masculine à 96%. L’analyse de l’origine géographique des détenus montre qu’il y a 38%

de détenus non belges.

Les usagers de drogue. La proportion de détenus consommateurs de drogue est estimée

à 50% 11 . La proportion d’usagers de drogue par voie intraveineuse est estimée à

3/10e de ceux-ci, soit environ 15% de la population totale ; cette proportion est plus élevée

dans certains groupes : personnes de nationalité belge, hommes de moins de 25 ans,

femmes, population des maisons d’arrêt. Il y aurait donc environ 1200 personnes susceptibles

de s’injecter des produits dans des conditions potentiellement à risque pour la

transmission du VIH et des hépatites.

La moitié des usagers de drogue a séjourné au moins une fois en prison ; la durée du

séjour est généralement courte.

Ampleur et tendance de l’infection au VIH

En 1992, la séroprévalence a été déterminée 12 sur un échantillon aléatoire de 893 détenus

dans 13 prisons ; la séropositivité pour le VIH atteignait 1,7% pour les femmes et 0,8%

pour les hommes. Une explication possible du chiffre plus élevé chez les femmes tiendrait

à l’origine géographique de ces dernières : 5,6% des femmes détenues étaient issues

d’un pays africain endémique contre 2,6% des hommes. Hormis cette différence selon le

sexe, l’étude a montré que le groupe d’âge le plus touché était celui des 25-34 ans, dans

lequel la prévalence était de 2,2%. Le groupe des prisonniers détenus pour de courtes

durées était également le plus touché.

En 1997, la séroprévalence a été estimée par l’Administration pénitentiaire à 2%.

En 2000, les résultats des tests effectués en laboratoire dans deux prisons ont montré une

prévalence de 0,3% dans l’une et de 1,2% dans l’autre.

En Belgique, le nombre moyen de détenus infectés serait donc de 150. Le total des

détenus séropositifs qui font un séjour au moins en prison par an est estimé au double. La

prévalence d’infection au VIH dans les prisons belges est à peu près quinze fois supérieure

à celle de la population générale.

Chapitre VI. AUTRES POPULATIONS Page 105


Comportements

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Les études sur les comportements en relation avec l’infection au VIH se heurtent à de

grandes difficultés méthodologiques. Les interdits tant légaux que socio-culturels conduisent

les détenus interrogés à ne pas déclarer les prises de risque.

Des études à l’étranger et en Belgique ont mis en évidence l’existence de comportements

à risque pour l’infection au VIH et pour l’hépatite, tels que le partage de seringues, les relations

sexuelles non protégées, le tatouage ou “piercing” avec du matériel non désinfecté.

Dans deux enquêtes, 100% des répondants déclarent partager des seringues et du matériel

d’injection. De 7 à 35% des répondants déclarent s’être fait tatouer ou “piercer” en prison.

Ce pourcentage est plus élevé parmi les usagers de drogue et particulièrement les

injecteurs. Dans l’enquête de 1999, 9% des répondants admettaient avoir des relations

sexuelles en prison (11% des usagers de drogue et 4% des non-usagers). La plupart de

ces relations sexuelles (80%) étaient non protégées.

Les ex-détenus aussi bien que les autorités pénitentiaires rapportent que la drogue circule

dans les prisons. Le phénomène est tellement banalisé que l’on peut parler d’une sousculture.

Les principales substances disponibles sont le cannabis, l’héroïne et les benzodiazépines.

Le développement généralisé des nouveaux usages de drogues telles que la

cocaïne, les amphétamines et les ecstasy, se répercute également en prison.

Les seringues sont par ailleurs rares, mais quand elles sont présentes elles peuvent être

partagées entre de nombreuses personnes et pendant un temps relativement long.

Aucune étude n’a essayé de quantifier le partage du matériel accessoire à l’injection (tampons,

eau,…).

Faible accessibilité au matériel et à l’information

Les préservatifs sont autorisés et en principe disponibles, mais ils sont en réalité quasi

inaccessibles ; en effet, aucun endroit discret n’existe pour installer par exemple un distributeur.

Il n’y a pas d’accès à du lubrifiant.

Il n’y a pas ou quasi pas d’accès aux seringues neuves, à du matériel de désinfection, à

de traitements de substitution pour les usagers de drogue.

Le matériel d’éducation et d’information est peu présent, sauf auprès de certains infirmiers

et assistants sociaux.

Page 106 Chapitre VI. AUTRES POPULATIONS


13] Cliffe S et al. Antenatal

detection of HIV: national

surveillance and unlinked

anonymous survey. BMJ

2001; 323:376-7.

14] Vayssiere C et al. HIV

screening among pregnant

women in France: results

from the 1995 National

Perinatal Survey. Am J

Obstet Gynecol 1999;

180:564-70.

15] van den Hoek JA et al.

Surveillance van aids and

HIV-infectie in Amsterdam,

1997. Ned Tijdschr

Geneeskd 1998; 142:2861-5.

16] Alexander S, Vérel M et

al. Etude de la séroprévalence

VIH durant la grossesse à

Bruxelles. Rapport final

d’activité. Ecole de santé

publique, Université libre de

Bruxelles, 1999, 11 p.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

VI.4. Femmes enceintes

Il n’y a pas de données publiées concernant la séropositivité durant la grossesse. Il existe

des chiffres pour l’Angleterre 13 , la France 14 , et Amsterdam 15 ; ils tournent autour d’un

taux de séroprévalence de 0,5% à 1%.

En Belgique, une étude de type rétrospectif a été menée en 1998 sous l’égide de l’U.L.B. 16

dans 15 des 16 maternités de la Région de Bruxelles-Capitale. Les résultats étaient

exploitables dans 12 maternités : le taux de séroprévalence atteignait 0,3% pour trois

années consécutives.

Rappelons que dans le chapitre I, section I.3.9. il a été montré que les femmes pratiquent

le dépistage plus fréquemment que les hommes ; l’hypothèse explicative est que l’excédent

est à attribuer aux femmes enceintes qui sont quasi toutes soumises au test pendant

la grossesse.

VI. 5. Personnes prostituées

Les informations qui suivent au sujet des personnes prostituées sont tirées des rapports

d’activité de l’a.s.b.l. Espace P… dans le cadre de son travail dans les rues, les bars et

clubs de Bruxelles, Liège, Namur et Charleroi.

La population cible

Une estimation de la taille de la sous-population des femmes qui vivent de la prostitution

est impossible. Sur 4000 contacts réalisés en 2000-2001, Espace P… a enregistré 279

nouveaux contacts à Bruxelles, 364 à Liège, 127 à Namur, 43 à Charleroi (sur cinq mois),

pour un total de 813 nouveaux contacts en Communauté française.

La moyenne d’âge des personnes rencontrées est de 33 ans. Le nombre de jeunes filles

de moins de 25 ans a fortement augmenté. A Bruxelles, ce groupe représentait 24% en

1998 et 54% en 2000-2001.

Les proportions de Belges et de non-Belges rencontrées varient en fonction des villes. Les

prostituées belges représentaient en 2000-2001 : 65% à Liège, 48% à Namur, 20% à

Bruxelles. Pour les non-Belges, Espace P… constate, à côté des Européennes de l’Ouest,

une augmentation du nombre de personnes venant d’Europe de l’Est ; les filles de l’Est

représentent 26% des personnes rencontrées sur le terrain bruxellois. Les femmes congolaises

représentent 5 à 8% du public rencontré selon les villes.

Les travailleurs de rue constatent que la proportion de prostituées migrantes rencontrées

a doublé depuis 1989 en Communauté française. Elles constituent la grande majorité des

contacts à Bruxelles.

Chapitre VI. AUTRES POPULATIONS Page 107


Connaissances

L’a.s.b.l. constate une amélioration du niveau d’information depuis une douzaine d’années.

Tableau 6.5.1. Pourcentage de connaissances adéquates des risques de transmission

du sida ; selon l’année d’enquête. Source : enquêtes d’Espace P…

1989 2000-2001

Connaissance du risque lié à la pénétration vaginale 87 99

Connaissance du risque de transmission par le sang 92 97

Connaissance du risque lié à la pratique de la sodomie 92 90

Connaissance du risque lié à la pratique de la fellation avec éjaculation 88

Connaissance du risque lié à la pratique de la fellation sans éjaculation 59

Contact avec une planche de w.c. 90 93

Masturbation du client 86

Partage d’un verre d’une personne séropositive 89

En outre, 22% des femmes interrogées ignoraient la signification de l’état de séropositivité.

Pratiques

Le tableau ci-dessous indique la diffusion des pratiques des personnes prostituées avec

leurs clients.

Tableau 6.5.2. Pourcentage de pratiques sexuelles déclarées. Source : Espace P…, 2001.

Pratique déclarée %

Massage et masturbation 97

Pénétration vaginale 83

Fellation sans éjaculation 79

Cunnilingus 47

Pratiques sado-masochistes sans sang 28

Pénétration anale 16

Fellation avec éjaculation dans la bouche 16

Espace P… attire l’attention sur le fait que 40% de son public cible ignorent le risque

–faible– de contamination de la fellation sans éjaculation et que 80% de ce public pratiquent

ce comportement.

Lors d’une enquête menée en 1989, plus de 80% des prostituées interrogées déclaraient

utiliser systématiquement le préservatif. Une baisse de la vigilance a été enregistrée en

1992-1993, où elles n’étaient plus que 72% à l’utiliser systématiquement. En 1998-1999,

97% affirmaient l’utiliser systématiquement. Espace P… constate néanmoins que beaucoup

de prostituées se plaignent de la non-utilisation du préservatif par leurs concurrentes.

L’emploi d’éponges au benzalkonium et des douches vaginales est pratiqué respectivement

par 67% et 72% du public rencontré alors que ces pratiques fragilisent la muqueuse

vaginale et accroissent le risque de transmission du VIH.

Dépistage

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Aux débuts de son travail de prévention sur le terrain auprès des personnes prostituées

en 1989, l’association a observé que 86% des personnes rencontrées avaient fait au

moins un test de dépistage au VIH : 38% faisaient le test plus de trois fois par an et 24%

de une à trois fois par an.

Page 108 Chapitre VI. AUTRES POPULATIONS


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

La majorité des prostituées avaient donc recours au test de manière régulière. Depuis

1995 à Bruxelles et 1998 en Région Wallonne, l’a.s.b.l. propose systématiquement un

dépistage du VIH aux prostitué(e)s. A Bruxelles, l’association est en contact avec une

trentaine de prostituées séropositives.

Chapitre VI. AUTRES POPULATIONS Page 109


Commentaire : Trois groupes constituent selon Espace P… les cibles prioritaires de la

prévention : les personnes issues de pays à forte endémicité, les garçons/ transsexuels/

travestis, et les toxicomanes.


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Chapitre VII.

LE PRÉSERVATIF

RÉSUMÉ

L’utilisation du préservatif dans notre pays est faible mais croît depuis une quinzaine d’années.

Ce sont les hommes davantage que les femmes qui déclarent plus souvent s’être protégés

contre une infection sexuellement transmissible. La fréquence de la protection ne varie

pas avec le niveau d’instruction. L’utilisation du préservatif est associée positivement avec

le nombre de partenaires.

Ce sont surtout les jeunes qui ont recours au préservatif.

Les couples qui utilisent le préservatif le font davantage dans une optique de contraception

que dans le but de se protéger contre une infection sexuellement transmissible ou

contre le VIH.

Les préjugés et les mécanismes de défense expliquent pour une large part l’utilisation

insuffisante. Des blocages se retrouvent surtout parmi les personnes originaires de pays

d’Afrique subsaharienne.

Depuis le milieu des années 1990, l’accessibilité au produit s’est nettement améliorée,

notamment par suite de la mise sur le marché d’un préservatif bon marché.

Chapitre VII. LE PRÉSERVATIF Page 111


VII.1. L’utilisation du préservatif

L’accroissement de la protection contre les infections sexuellement transmissibles y inclus

l’infection au VIH ne se limite pas seulement à une utilisation plus importante du préservatif

dans les situations à risque. En effet quelques éléments suggéraient, avant 2001, que

d’autres stratégies de “gestion du risque” s’étaient développées simultanément : sélection

des partenaires, limitation du nombre de partenaires, renonciation totale ou partielle à des

rapports sexuels, recours au dépistage, etc. (voir le chapitre I).

Les données de l’enquête de santé par interview 1 de 2001 (E.S.I.) confirment que le préservatif

reste bien –et de loin– le premier choix dans les stratégies de protection. Dans tout

le pays, parmi 813 personnes qui ont eu des relations sexuelles au cours des 12 derniers

mois et qui se sont protégées, plus de 95% ont eu recours au préservatif (98% en Région

wallonne et 95% dans la Région de Bruxelles-Capitale). Ce qui veut dire que moins de 5%

ont utilisé d’autres voies.

En conséquence nous pouvons considérer ci-dessous, avec une marge d’erreur très faible,

que “protection contre les infections sexuellement transmissibles = utilisation du préservatif”.

VII.1.1. PREMIÈRE OBSERVATION : L’UTILISATION EST FAIBLE MAIS S’ACCROÎT

Utilisation globalement faible

La consommation individuelle annuelle n’atteignait que 4 unités en 2000 2 soit l’une des

plus faibles d’Europe. Il n’y a pas dans le pays de “culture du préservatif” à l’opposé de

ce que l’on peut observer par exemple en Espagne, au Royaume-Uni et surtout au Japon.

Les données de l’E.S.I. montrent, en Belgique, que parmi les 6293 personnes qui ont eu

des relations sexuelles au cours des 12 derniers mois, seulement 13,2% ont utilisé une

méthode de protection contre les infections sexuellement transmissibles (16,9% en

Région wallonne et 12,6% dans la Région de Bruxelles-Capitale).

Cette utilisation réduite est confirmée lorsque l’on étudie les couples recourant à la

contraception. L’E.S.I. montre qu’en Belgique parmi 100 utilisatrices d’une méthode

anticonceptionnelle 9,7% déclarent avoir recours à une méthode barrière (qui inclut le

préservatif) ; en Région wallonne le chiffre est de 8,8%, et dans la Région de Bruxelles-

Capitale de 10,2%.

Accroissement de l’utilisation

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Trois arguments permettent d’affirmer que l’utilisation du préservatif est en hausse dans

notre pays.

1. Les ventes suivent une courbe à tendance ascendante depuis 1987, comme on le verra

plus loin (figure 7.2.1.)

1] Institut Scientifique de la

Santé Publique. Enquête de

santé par interview 2001,

Belgique 2001, synthèse.

IPH/EPI REPORTS Nr.

2002-25. Bruxelles, 57 p.

2] IMS-selfmedication

Belgium. Rapport. Juin

1997.

Durex. Communiqué de

presse. 20 mars 1997.

Durex (source IMS health) :

communication personnelle

10 janvier 2002.

Page 112 Chapitre VII. LE PRÉSERVATIF


3] Visser A, Geeraert A et

Lehert P. Sexualité et

contraception. Ed. De

Boeck, 1993, 174 p.

4] Tafforeau J et al. La

santé de la population en

Communauté française de

Belgique. Enquête de santé

par interview, Belgique

1997. Résumé des résultats.

Centre de recherches opérationnelles

en santé publique.

Institut Scientifique de la

Santé Publique-Louis

Pasteur. Bruxelles, juin

1998.

5] Institut scientifique de la

santé publique. Op. cit.

6] Rapport de la commission

nationale de l’évaluation

de la loi du 3/4/90 relative à

l’interruption volontaire de la

grossesse. Rapport à l’attention

du parlement. Août

2000.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

2. Le préservatif voit sa place prendre davantage d’importance dans l’arsenal des méthodes

contraceptives :

— en 1989, Visser et al. 3 estimaient que seulement 3% des femmes sexuellement actives

utilisaient le préservatif comme méthode contraceptive.

— les enquêtes successives de santé par interview montrent, parmi les femmes qui

utilisent une méthode de contraception, un passage de 6,2% en 1997 4 à 9,7% en

2001 5 en ce qui concerne les méthodes barrières.

3. Les rapports 6 relatifs à l’interruption volontaire de grossesse (I.V.G.) montrent que la

part du préservatif par rapport aux autres méthodes, a clairement augmenté de 1993 à

1999 : voir tableau ci-dessous.

Tableau 7.1.1. Méthodes de contraception les plus utilisées dans les derniers mois

parmi les femmes en demande d’interruption volontaire de grossesse.

Divers rapports relatifs à l’I.V.G., 1993 et 2000.

Méthode contraceptive Taux d’utilisation

1993 1999

(3 derniers mois) (dernier mois)

n=10330 n=11198

préservatif 13 16

autres 50 43

aucune 37 41

total 100 100

Le rapport portant sur 1995 donnait d’autres précisions :

— les femmes plus jeunes utilisent davantage le préservatif que les plus âgées (26%

pour les 15-19 ans contre 12% pour les 40-44 ans) ;

— les célibataires (19%) davantage que les femmes mariées (13%), divorcées (11%)

ou veuves (9%) ;

— les nullip ares (22%) davantage que les multipares (de 13% à 4% suivant le nombre

d’enfants).

Rappelons ici que le préservatif est une méthode très efficace de lutte contre la transmission

du virus mais que, par contre, il représente une méthode relativement peu efficace en

ce qui concerne la prévention des grossesses non désirées.

Ces données ne donnent évidemment des indications que sur une très petite fraction de

la population des femmes sexuellement actives, et sur une frange très particulière de cette

population.

Par contre, comme on le verra plus bas, dans quelques sous-population, le recours au

préservatif semble ne pas avoir augmenté dans les dernières années.

Protection/ utilisation selon certaines caractéristiques

Protection selon le sexe

Les données de l’E.S.I. de 2001 montrent que les hommes déclarent plus souvent avoir

utilisé une méthode de protection (15% en taux standardisé) que les femmes (8%) : voir

tableau 7.1.2.

Chapitre VII. LE PRÉSERVATIF Page 113


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Tableau 7.1.2. Pourcentage de personnes, âgées de 15 ans et plus, qui ont eu des

relations sexuelles au cours des 12 derniers mois et qui déclarent avoir

utilisé une méthode de protection contre les infections sexuellement

transmissibles ; selon diverses caractéristiques. Source : E.S.I., 2001.

Caractéristique N Taux standardisé

SEXE

Homme 3211 14,6

Femme 3082 7,5

GROUPES D’AGE

15-24 648 49,1

25-34 1458 15,7

35-44 1605 9,2

45-54 1255 6,2

55 et + 1327 1,6

NIVEAU D’INSTRUCTION

Pas de diplôme 88 14,3

Primaire 513 14,0

Secondaire inférieur 1104 12,6

Secondaire supérieur 1976 8,6

Supérieur 2446 10,0

LIEU DE RESIDENCE

Région wallonne 2534 9,8

Région de Bruxelles-Capitale 1424 14,1

Protection selon le groupe d’âge

Dans l’E.S.I., ce sont les jeunes qui déclarent le plus souvent –et de loin– s’être protégés :

49,1%. Le taux descend de façon importante par la suite dans chaque tranche d’âge.

Les enquêtes d’ULB-PROMES 7 (voir détails au chapitre IV, section 4.3.) réalisées dans les

écoles de la Communauté française, montrent une stagnation du recours au préservatif de

1992 à 1994 : le pourcentage de jeunes de 17-18 ans utilisant systématiquement le préservatif

se situe aux alentours de 20%. Les filles se protègent néanmoins mieux que les

garçons en 1994, surtout celles appartenant au réseau de l’enseignement technique.

L’enquête de 1998 (données non encore publiées) signale également une faible utilisation

parmi ceux/celles qui ont déjà eu plusieurs partenaires.

On a vu plus haut à propos des I.V.G. que ce sont les femmes les plus jeunes qui utilisent

le plus le préservatif.

Protection selon le niveau d’éducation

Des données 8 de l’enquête nationale C.E.S./U.I.A. 9 de 1993 montraient qu’une utilisation

plus importante était associée à un niveau d’éducation plus élevé : 32% pour le niveau

d’éducation le plus haut contre 17% pour le niveau le plus bas.

Les données de l’E.S.I. ne confirment pas du tout ce constat. La fréquence de la protection

contre les infections sexuellement transmissibles ne varie pas de façon significative

en fonction du niveau d’instruction.

Utilisation du préservatif selon le nombre de partenaires

Plusieurs enquêtes montrent très clairement que l’augmentation du nombre de partenaires

s’accompagne d’une augmentation de l’usage du préservatif. Le C.E.S. le soulignait

déjà en 1993.

7] Piette et al. Une étude

des comportements et

modes de vie des adolescents

de la Communau

française de Belgique de

1986 à 1994. ULB-

PROMES, 1997, 68 p.

8] Dubois-Arber F and

Spencer B. Condom use.

In Hubert M & Sandfort,

Editors: Sexual Behaviour

and HIV/AIDS in Europe.

London (UK) & Bristol (USA),

1998, 442 p.

9] Hubert M, Marquet J et

al. Comportements sexuels

et réactions au risque du

sida en Belgique. Centre

d’Etudes Sociologiques,

Facultés Universitaires Saint-

Louis, Bruxelles, 203 p.

mim., 1993. Échantillon

national 15-59 ans.

Page 114 Chapitre VII. LE PRÉSERVATIF


10] Renard F. Rapport de

l’enquête en milieu homosexuel

masculin 1992.

Institut d’Hygiène et d’Épidémiologie.

Bruxelles.

11] Aids Team in : Declercq

E, Lavreys L et Van Hove D.

Épidémiologie du sida et de

l’infection à VIH en Belgique.

Situation au 31 décembre

1994. Institut d’Hygiène et

d’Épidémiologie. Bruxelles,

48 p. novembre 1995.

12] Delor, F., Martens, V.,

Huynen, P. “ Les modes de

vie des gays et le sida.

Enquête sur les connaissances,

attitudes et pratiques

des homosexuels masculins

en Communauté française”.

Rapport. C.E.S. des

Facultés Universitaires Saint-

Louis – Ex Æquo, 1999.

13] Artsenkrant. Risico’s

met seks, veilig vrijen in

praktijk. 9.9.1997.

14] Peremans L citée par

un article “Adolescentes et

contraception”. Le

Généraliste, 1997, 15 octobre,

p. 23.

15] Baruani YK. Pratiques

sexuelles, risque d’infection

à VIH et prévention du sida.

Recherche qualitative auprès

d’immigrés africains en

Communauté française.

Rapport de recherche.

Agence de Prévention du

Sida 1996, 63 p.

16] Caraël et al. Sexual

behavior en developing

countries implications for

HIV control. AIDS, 1995, 9 :

1171-1175.

17] Elford J, Bolding G,

Sherr L. High risk sexual

behaviour increases among

London gay men between

1998 and 2001 : what is the

role of HIV optimism ? Aids,

16 : 1537-1544, 2002.

18] Hariga F. Sida et prison.

Agence de Prévention

du Sida, Bruxelles, septembre

1997, 105 p.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Figure 7.1.1. Pourcentage d’utilisation du préservatif dans les 12 derniers mois ; selon

le nombre de partenaires. n=3284, 15-59 ans, inscrits en Belgiques.

Source : C.E.S., 1993.

Cette tendance à une protection accrue selon le nombre de partenaires a été également

retrouvée chez des homosexuels masculins 10,11,12 (voir aussi le chapitre III.3.).

Utilisation du préservatif dans les relations occasionnelles

Les études de comportement réalisées parmi des jeunes flamands 13,14 démontrent que

l’utilisation est plus fréquente dans les relations occasionnelles (utilisation dans 31% des

contacts) que dans le cas de relations fixes (13%).

Utilisation du préservatif selon la nationalité

Nous n’avons pas de données précises sur les éventuelles différences d’utilisation entre

les Belges et les populations résidantes d’origine non belge.

En ce qui concerne les populations originaires d’Afrique subsaharienne les informations

sont à peu près inexistantes ; Baruani 15 nous dit simplement que l’emploi du préservatif

est peu répandu parmi les résidants de tous âges originaires d’Afrique subsaharienne. Ce

constat rejoint celui observé dans les pays les moins développés 16 . Cependant, les profils

et les contextes très différents ne permettent pas de comparaisons strictes.

Utilisation du préservatif et du lubrifiant dans les relations homosexuelles

Les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes se distinguent par les

mesures de protection importantes qu’ils ont adoptées dès le milieu des années 1980 et

notamment par l’usage du préservatif. Cependant, des enquêtes dans plusieurs pays

européens mettent en évidence une recrudescence des prises de risque dans cette population

ces dernières années 17 .

Ces aspects ont été détaillés au chapitre III, section 3.

Utilisation du préservatif chez les usagers de drogue

Au chapitre V, section 3, on souligne l’insuffisance de protection des usagers de drogue

lors des rapports sexuels avec cependant une tendance un peu plus grande à l’utilisation

du préservatif lors de rencontres avec des partenaires occasionnels.

Utilisation du préservatif en prison

En prison 18 , des rapports homosexuels ou hétérosexuels existent certainement et la plupart

de ces rapports ont lieu sans protection du fait du manque d’accessibilité à des préservatifs.

Utilisation du préservatif par les prostituées

Le dépouillement des “fiches contacts” d’Espace P… en 1992-93 montrait que 72% des

déclarantes utilisaient systématiquement le préservatif, 28% affirmaient l’utiliser souvent/

parfois et 1% déclarait ne jamais l’utiliser.

Chapitre VII. LE PRÉSERVATIF Page 115


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Les prostituées toxicomanes étaient seulement 43% à l’employer systématiquement.

On ne dispose aujourd’hui d’aucune donnée chiffrée concernant l’utilisation du préservatif

chez les prostituées migrantes. Souvent acculées par les dettes, il semblerait néanmoins

qu’elles soient poussées à moins se protéger. Les travailleuses sociales en contact

avec les prostituées confirment cela en soulignant le rapport étroit qui existe entre précarité

sociale et faible usage du préservatif.

On assiste également à une prise de conscience des risques de la part des clients. Une

enquête 19 portant sur les 10 derniers clients de 200 prostituées dans six villes du pays,

montre que la plupart sont soucieux de se protéger. Néanmoins, un quart de la clientèle

demanderait encore des rapports sans préservatif en invoquant l’inconfort du produit ou

parce qu’elle sous-estime le risque de contamination. La demande “sans” émane surtout

des clients âgés de 40 ans et plus.

Utilisation du préservatif parmi les personnes défavorisées/ fragilisées/ précarisées

Il n’existe pas d’information sur ces personnes. On peut cependant émettre l’hypothèse

qu’en raison de leur situation sociale fragilisée, elles se protègeraient peu. Les usagers de

drogue, prostituées migrantes, prostitués masculins, détenus, voire même certaines catégories

de ressortissants originaires d’Afrique subsaharienne vivent souvent dans de telles

conditions.

La protection parmi les personnes souffrant d’un handicap mental est inconnue.

Utilisation du préservatif chez les demandeurs de test

Les données du Centre Elisa de dépistage anonyme et gratuit avec accompagnement 20 ,

situé à Bruxelles, identifie une stagnation dans l’utilisation du préservatif parmi les demandeurs

de test depuis 1996, ainsi qu’on le voit sur la figure 7.1.2.

Figure 7.1.2. Usage du préservatif parmi les demandeurs de test. Source : Centre

Elisa, 2000.

Utilisation du préservatif chez les personnes séropositives

Nous n’avons pas trouvé d’information quantifiées concernant la Belgique. Par contre, les

entretiens semi-dirigés de Delor 21 avec 39 personnes séropositives et 15 travailleurs du

secteur médico-social nous plongent dans la perception subjective du préservatif. La personne

séropositive est ressentie, tant par elle-même que par autrui, comme un réservoir

de morbidité. On attend néanmoins d’elle qu’elle protège la santé des personnes séronégatives

; cette responsabilité sociale est ressentie comme complexe et contraignante.

19] Payoke (Anvers),

Pasop (Gand) et Espace P…

(Bruxelles, Liège, Namur et

Charleroi). Rapport :

Recherche Nationale

concernant le comportement

à risque dans la relation

client-prostituée 1996,

PASOP, a.s.b.l.

20] Galand M et Vincent A.

Centre Elisa, rapport d’activités

2000. Médecins sans

frontières, Bruxelles, novembre

2001, 27 p. Voir également

les rapports des

années précédentes. Voir

enfin l’introduction pour

quelques informations complémentaires

sur le Centre et

les patients.

21] Delor F. Trajectoires

des personnes séropositives

et prévention. C.E.S.,

Facultés universitaires Saint-

Louis, Bruxelles, septembre

1996, 161 p. & Delor F.

Séropositifs : trajectoires

identitaires et rencontre du

risque. Paris, Édition de

l’Harmattan, 1997.

Page 116 Chapitre VII. LE PRÉSERVATIF


22] De Vincenzini et al.

Pregnancy and contraception

in a French cohort of

HIV-infected women. AIDS,

1997, 11, 3:333-8.

23] Toulemon L et Leridon

H. La diffusion des préservatifs

: contraception et prévention.

Population et

Sociétés. Bulletin mensuel

d’information de l’INED, mai

1995, 301:1-4.

24] De Vincenzini I for the

European Study Group on

Heterosexual Transmission

of HIV. A longitudinal study

of HIV transmission by

heterosexual partners. The

New Engl J of Med, 1994,

331, 6:341-6.

25] Moatti JP in : Impact

Médecin, 16 janvier 1998.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

A défaut de données nationales, nous présenterons deux enquêtes réalisées à

l’étranger 22,23 . Elles montrent que l’annonce de la séropositivité s’accompagne en général

d’un accroissement (faible) de la protection par le préservatif.

En France, dès qu’elles apprennent la nouvelle, 20% des femmes séropositives s’abstiennent

de toute activité sexuelle. Parmi les 80% qui poursuivent une vie sexuelle normale,

six dixièmes utilisent systématiquement des préservatifs. Les auteurs insistent sur la

spécificité française par comparaison avec les populations africaines pour lesquelles la

séropositivité ne semble pas s’accompagner d’un changement important de comportement.

Une enquête dans 10 centres européens porte sur des couples hétérosexuels sérodiscordants

24 : 84% des personnes séropositives continuent d’avoir des relations sexuelles.

Seulement la moitié de celles-ci utilise des préservatifs de façon permanente, alors que

l’autre moitié n’en utilise pas ou de façon occasionnelle. Toutes ont pourtant reçu une

information systématique sur la nécessité d’une protection.

Selon un chercheur français 25 10 à 20% des personnes séropositives ne prennent pas de

précautions systématiques lors des rapports sexuels.

Non-utilisation du préservatif malgré le souhait d’un des partenaires

“Quelle est l’issue de la négociation dans le cas où un partenaire souhaiterait utiliser le

préservatif alors que l’autre est réticent ?” C’est la question posée par les C.E.S./U.I.A. à

838 personnes qui ont eu au moins deux partenaires au cours des 5 dernières années.

Résultat : le plus souvent le rapport sexuel n’a pas eu lieu ou a eu lieu avec le préservatif.

Dans un quart des cas cependant, le rapport s’est déroulé sans préservatif ; il y a dès

lors eu une situation de risque puisqu’il y a eu doute d’un des partenaires.

La demande d’utilisation du préservatif de la part d’un seul partenaire émane le plus souvent

des femmes. On ne sait évidemment pas si cette exigence s’accompagne ou non

d’un désir de contraception.

VII.1.2. DEUXIÈME OBSERVATION : L’UTILISATION DU PRÉSERVATIF EST

SURTOUT LE FAIT DES JEUNES

Des informations détaillées ont été données au chapitre IV, section 3.6. Nous les résumons

brièvement ci-dessous.

La fréquence d’utilisation était en 1993 plus élevée chez les jeunes que chez les personnes

plus âgées. Il y avait un effet de génération très net probablement lié au sida, puisque

c’étaient les générations qui avaient eu leur “socialisation sexuelle” à l’ère du sida qui

avaient les taux les plus élevés.

Les raisons de non-utilisation étaient attribuées au caractère peu agréable du préservatif,

à la confiance que le jeune mettait dans son partenaire, à la peur d’acheter, à la protection

prêtée –à tort– à la pilule contraceptive.

D’autres données ont été fournies plus haut. Elles montrent de façon spectaculaire que ce

sont les jeunes (15-24 ans) qui déclarent plus souvent se protéger. Bien entendu la nonutilisation

croissant avec l’âge ne signifie pas automatiquement un déficit de protection :

la plupart des individus plus âgés a sans doute un partenaire stable et/ou unique. Ou dit

autrement, l’utilisation plus importante correspond à des potentialités plus importantes de

contamination.

Chapitre VII. LE PRÉSERVATIF Page 117


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

VII.1.3. TROISIÈME OBSERVATION : LE PRÉSERVATIF EST SURTOUT UTILISÉ

COMME MOYEN ANTICONCEPTIONNEL

Le C.E.S. montrait cela en 1993.

C’est surtout à Bruxelles que le préservatif est utilisé comme moyen de protection contre

les M.S.T. et le VIH, plutôt que comme moyen anticonceptionnel.

Tableau 7.1.3. Raisons invoquées pour l’utilisation du préservatif, parmi 100 utilisateurs

du préservatif. Source : C.E.S., 1993.

Raisons invoquées Wallonie Bruxelles Belgique

(n=228) (n=289) (n=807)

Contraception uniquement 34 25 39

Contraception et protection contre M.S.T./VIH 45 52 46

Protection contre M.S.T./VIH uniquement 21 21 15

L’analyse par tranche d’âge montre que les personnes plus âgées utilisent davantage le

préservatif dans des buts de contraception.

Un bref article dans l’édition flamande du Journal du Médecin révèle que 50% des jeunes

brugeoises de 17 ans (n=287) ont utilisé le préservatif comme seul moyen anticonceptionnel,

lors d’une première expérience sexuelle; 8% ont combiné le préservatif et la pilule.

Le même article note que leurs voisines anversoises (n=1466) délaissent le préservatif au

profit de la pilule lorsque la liaison devient durable.

Le préservatif est donc bien plus utilisé comme contraceptif que comme protection contre

les VIH/M.S.T.; cependant, la place du préservatif dans la gamme des contraceptifs est

réduite comme on l’a vu plus haut (en VII.1.1.).

VII.1.4. QUATRIÈME OBSERVATION : DES BLOCAGES EXISTENT

Quelles sont les raisons pour lesquelles, la population néglige le préservatif ?

Dans le Centre bruxellois Elisa 26 , plus du tiers des consultants (n=1210) se présente à la

suite d’une prise de risque. Parmi ces consultants ceux qui n’utilisent pas ou peu le

préservatif invoquent la diminution de sensibilité (30%), la non-disponibilité (20%), la

difficulté d’en parler lors de la relation (13%), la difficulté d’utilisation (12%), le manque

de fiabilité/ déchirure (11%), etc.

On a mis en évidence dans le chapitre I que le dialogue préalable dans une nouvelle relation

est peu fréquent.

Chez les résidants originaires de l’Afrique du sud du Sahara, le préservatif est associé à

la méfiance envers le partenaire et aux rapports faciles. Chez les adultes, les obstacles à

l’acceptation du latex sont liés aux croyances religieuses : le préservatif revêt le signe

d’une vie pervertie, et représente un obstacle symbolique et physique empêchant la

procréation ainsi que le plaisir sexuel. Un argument constamment évoqué est que le

préservatif n’est pas naturel. De plus, proposer le préservatif dans une liaison stable trahit

l’infidélité.

Il apparaît également que les femmes, quel que soit leur âge, ne disposent que de peu de

capacité de négociation face à un éventuel enjeu économique des rapports sexuels.

Rappelons la recherche action (cf. chapitre IV) montrant que les obstacles rencontrés par

les jeunes congolais quant à l’utilisation du préservatif sont entre autres la peur d’en

parler et de ne pas savoir le manipuler.

26] Vincent A et De Reuwe

E. Centre Elisa Bilan de la

huitième année d’activités

1996. Médecin sans

Frontières, Bruxelles,

décembre 1997, 27 p.

Page 118 Chapitre VII. LE PRÉSERVATIF


Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Au Centre Elisa, 12% des consultants qui n’utilisent pas ou qui utilisent irrégulièrement le

préservatif invoquent comme raison une difficulté d’utilisation.

Plus haut on a montré que les échecs d’utilisation - ruptures ou glissements - surviennent

parmi les personnes inexpérimentées, quel que soit l’âge de ces personnes.

L’a.s.b.l. Espace P… estime que les principales causes de non-utilisation en milieu de prostitution

sont le refus du client qui sous-estime le risque de contamination ou qui regrette

l’inconfort d’un rapport avec préservatif, et la fragilité psychologique et socio-économique

de la personne prostituée qui a besoin d’argent ou qui doit surmonter des

difficultés dans d’autres domaines en sorte que la protection de sa santé n’est plus une

préoccupation prioritaire.

Un bon nombre des conclusions que nous avons présentées a également été observé en

France. La diffusion des préservatifs a été considérable depuis 1988, essentiellement

parmi les personnes de moins de 30 ans, parmi les personnes célibataires, et en particulier

dès les premiers rapports sexuels. On peut voir là un effet des campagnes d’information

et de vente de préservatifs à bas prix. Les préservatifs sont d’autant plus utilisés que la

relation est récente. L’usage des préservatifs est surtout le fait de populations urbaines,

diplômées ou situées dans le haut de la hiérarchie sociale, qui ont probablement été les

plus sensibles aux campagnes de prévention.

Chapitre VII. LE PRÉSERVATIF Page 119


VII.2. L’accessibilité au préservatif

Les possibilités pour la population de s’approvisionner en préservatifs se sont clairement

accrues dans les dernières années grâce à une diversification des réseaux de distribution,

et grâce à la possibilité d’achat à coûts moindres.

VII.2.1. UN PRODUIT PLUS DISPONIBLE

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

Le graphique ci-dessous, construit à partir de deux sources 27 , montre bien l’accroissement

des ventes de préservatifs en dehors des officines –supermarchés, distribution, appareil

distributeurs– à la fin des années 1980 et au début des années 1990 ; cet effet positif

résultait probablement à l’époque des campagnes de promotion organisée par feu

l’Agence de Prévention du Sida.

Figure 7.2.1. Evolution des ventes de préservatifs en Belgique ; selon les deux grands

secteurs de vente. Données compilées d’après IMS et LCR-Durex. (1997-

2000 : données manquantes).

Pendant la même période, les ventes en officines croissaient moins vite.

Les ventes pour 2001 auraient atteint 17 millions d’unités se répartissant pour plus de la

moitié en officines, 40% dans les supermarchés et pour le reste en autres 28 . La part des

officines redevient donc prépondérante ; la stagnation des ventes hors officine est sans

doute à relier au manque de vigueur des campagnes de prévention depuis 1997-1998.

Commentaires. L’accroissement des ventes signifierait une meilleure protection de la

population contre le VIH et les M.S.T.

L’a.s.b.l. Ex Æquo, active dans le domaine de la prévention parmi les personnes

homo/bisexuelles, constate l’inexistence de la promotion du lubrifiant. Les ventes se font

uniquement en pharmacie, et sans aucune publicité. Dans les supermarchés, on trouve

des gels intimes pour femme avec des emballages destinés à attirer la clientèle féminine.

27] IMS-selfmedication

Belgium. Op. cit. Durex. Op. cit.

28] Note. Un dossier d’information

de LCR Nederland

de juin 1998, montre également

la même tendance

globale à la croissance de

1991 à 1997, même si une

pointe des ventes à 16,4

millions en 1996 a été suivie

d’une diminution de

consommation en 1997

(avec néanmoins 15,6

millions d’unités vendues

pour cette dernière année).

Page 120 Chapitre VII. LE PRÉSERVATIF


29] Dimarso Gallup

Belgium. Bilan de la campagne

publicitaires “3 préservatifs

pour 20 francs”.

Septembre 1995. Bruxelles.

30] Goodrich et al., in :

Wellings K and Field B.

Stopping AIDS. AIDS/HIV

Public Éducation and the

Mass Media in Europe.

Longman Ed. London and

New York. 1996, 263 p.

Infection au VIH et sida dans la Région wallonne et dans la Région de Bruxelles-Capitale

VII.2.2. UN PRODUIT MOINS CHER

L’accroissement de l’accessibilité financière s’est réalisé d’abord en 1989 par un abaissement

à 6% de la T.V.A. sur les préservatifs, puis par l’abaissement du prix de certains produits

entre autres via l’action “3 préservatifs pour 20 francs” mise en place depuis 1995

sous le label de Flying condom.

Le graphique montre que l’accroissement de ventes en officines observé de 1994 (année

précédant le lancement) à 1996 (deuxième année du lancement) est imputable à cette

action ; les quatre autres fabricants maintiennent quant à eux leur niveau de ventes antérieur.

Figure 7.2.2. Ventes de préservatifs en officines, avant le lancement de l’action “3 préservatifs

pour 20 francs”, et à la 2ème année du lancement. D’après des

données d’IMS, 1997.

Il semble bien qu’une nouvelle fraction de la population a été attirée par le coût réduit du

produit. Une enquête commanditée par l’Agence de Prévention du Sida en 1995 auprès

des jeunes 29 montre en effet que les deux premiers critères d’achat de ces préservatifs

sont la conformité aux normes et le prix réduit. La campagne a incité des jeunes qui n’avaient

jamais acheté de préservatifs à se décider à l’achat.

Le gain financier pour l’acheteur de préservatif en pharmacie est très important s’il choisit

le Flying condom “3 pour 20 francs”. Ce gain était de 39 francs à la fin de l’année 1997

par rapport au produit le plus avantageux offert par le premier vendeur de Belgique.

Nous avons montré plus haut que l’on ne pouvait parler en Belgique d’une culture du préservatif.

On peut cependant parler d’un effet de génération qui a démarré vers la fin des

années 1980 à partir des tranches d’âge les plus basses de la population.

Relevons pour terminer que l’accroissement des ventes de préservatifs était également

observé dans six autres pays européens en 1996 30 .

Chapitre VII. LE PRÉSERVATIF Page 121

More magazines by this user
Similar magazines