Magazine de novembre - Ville de Grande-Synthe

ville.grande.synthe.fr

Magazine de novembre - Ville de Grande-Synthe

mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:32 Page1

Nov.

2011

N° 322

www.ville-grande-synthe.fr

MOBILITÉ :

Bougeons autrement ! p. 6-7


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:32 Page2

ville

sommaire

sommaire

3 eDiTO

ENJEU D’AVENIR

6-7 Mobilité : bougez malin !

VILLE

4-5 Conseil municipal

8 Opal’TV

9 Service “Développement personnel”

12 Point d’accès au Droit

12 Des écrivains publics à “L’atelier”

13 L’atelier, université populaire

14 Réhabilitation RPa Maurice guillain

TRAVAUX

15 Point travaux

LOISIRS

10 Salon du fitness

10 gala de Ste-Cécile

10 St-eloi expo

10 expo “Naturalness” de F. Fourdinier

11 Salon d’automne du Chevalet synthois

11 Portes ouvertes maison de quartier du Courghain

SOCIAL

16 L’aFeV recherche des étudiants bénévoles

16 Mémoires rapatriés d’algérie

BRÈVES

5 etat-civil

8 Ramassage de “la verte”

8 Commande de bois

17 eXPReSSiON LiBRe

18 ReTOUR SUR iMageS

20 ageNDa

Dépôt légal : 4e trimestre 2011 iSSN 0292-0174

Maison communale de Grande-Synthe

place F. Mitterrand BP 149 59792 grande-Synthe Cedex

Tél. 03 28 62 77 00 ; Fax. 03 28 27 70 00

Directeur de la publication : Damien CAREME

www.ville-grande-synthe.fr

lemagazine@ville-grande-synthe.fr

Rédactrice en chef : V. Delevoye

Rédaction-photos : P. Berthe-T. Fatou-M. Niemierz

illustrations-Maquette-Mise en page P.a.O : S. Despagne

Secrétariat : S. Bekaert-I. Benard

Imprimerie Pacaud : 49/a route de Bergues

BP 99 59412 Coudekerque-Branche

imprimé sur papier recyclé et FSC

Enjeux

d’avenir

Nous nous déplaçons de plus

en plus et nous n’hésitons

plus à voyager très loin avec

des moyens de trans port ultra

rapi des. Mais cet accroissement

de la mobilité n’est pas

sans con sé quences.

Projet

RPA

M. Guillain

14

.2.

6-7

Conseil

municipal

du mardi

18 octobre

4-5

Point

d’accès

au Droit

12


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:32 Page3

Damien Carême

Maire de grande-Synthe

Vice-Président de la CUD

Conseiller Régional

Chères grand-Synthoises,

chers grand-Synthois,

Une nouvelle fois, lors de notre dernier conseil municipal,

nous avons apporté un soutien fort et entier

aux salariés de green Sofa, sur lesquels pèse une

menace de licenciements massifs. Comme nous

l’avions déjà fait ces derniers mois, pour ceux de

Total, de Rexam ou de Betafence.

La liste s’allonge dramatiquement.

et ces emplois qui disparaissent ont tous une

même cause : la délocalisation, la mondialisation.

L’actualité de ces derniers jours, avec cette entreprise

sous-traitante de l’automobile qui ferme en

France pour ouvrir une unité de production en Roumanie,

comme pour green Sofa, nous prouve, s’il

fallait encore des preuves, qu’il est urgent d’agir si

l’on ne veut pas voir partir irrémediablement nos entreprises

en laissant les ouvriers sans avenir.

Les prochains mois seront déterminants en cela.

Les choix que les citoyens seront amenés à faire en

avril, mai et juin prochains devront permettre une alternance

pour nous permettre d’espérer un avenir

meilleur.

Car, quoiqu’en disent certains opposants, sans

consistance ni envergure politique, le maire et

l’équipe majoritaire d’une ville, quels qu’ils soient,

ne possèdent pas les leviers pour répondre à toutes

les difficultés, de plus en plus grandes, que rencontrent

nos concitoyens.

Nous dépendons fortement des choix du gouvernement.

.3.

éditorial

Participons à l’avenir de notre ville !

À grande-Synthe, nous mettons tout en œuvre

pour faciliter la vie de chacun de nos concitoyens.

en matière de logements, qu’il faut de plus en plus

nombreux pour répondre à toutes les demandes (ce

qui nous permet de recréer du commerce en ville,

de conserver nos classes et nos écoles), en matière

sociale, en matière culturelle, en matière environnementale

et en matière sportive.

Chacun peut, objectivement, le constater.

il reste beaucoup à faire, mais cela dépend aussi

beaucoup de choix nationaux.

en attendant, je vous invite à agir et à vous impliquer,

collectivement, où que vous soyez, pour faire

en sorte de participer activement aux changements

nécessaires, pour notre avenir commun, pour l’avenir

de notre ville.

avec tout mon dévouement

Votre maire

Damien Carême

Une délégation syndicale de green Sofa

a été reçue par le maire.


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:32 Page4

ville

conseil du mardi 18 octobre

municipal

2 e assises

de la biodiversité

Les Eco Maires et Réseau IDEAL,

ont proposé à Grande-Synthe « Ca -

pitale Française de la biodiversité » d’ac -

cueillir la 2e édition des assises na tio -

nales de la biodiversité les 26 et 27 septembre

2012. Le budget prévisionnel de

cette opération, en cours de fi nalisation,

de vrait se monter à 150 000€ TTC.

L’évé ne ment se ra financé par

des parte naires publics et

privés. Charge à Grande-Syn -

the, Ré seau IDEAL et Eco

Maires de trouver ces fi nan -

ceurs. Pour sa con tri bu tion fi -

nan ciè re, la Vil le pro pose de

mettre à dis po sition le Palais

du Littoral. Une con ven tion

se ra ensui te signée entre Ré -

seau IDEAL, Eco Maires et la

Vil le de Grande-Synthe. Les

assises de la bio diversi té sont

une formi da ble opportunité

pour la Ville de valoriser, trans-

M. Niemierz

En préambule de la séance, le Maire a demandé à

l’assemblée d’observer une minute de silence en

mémoire d’André Demarthe et Richard Krawczyk,

récemment décédés. Damien Carême a par ailleurs

indi qué son soutien aux salariés de Green Sofa, me -

na cés de licenciement. Il a également souligné la

transparence, la sincérité et la fiabilité des finances

de la Ville reconnues récemment par le ministère

des finances avec une note de 18,7/20.

mettre, développer toutes les ac tions

menées en matière de bio diversi té. C’est

aus si l’occasion de com mu niquer da van -

tage auprès des habi tants sur les bonnes

prati ques à adop ter afin de préserver ce

patrimoine naturel, notamment par le

biais d’un «guide de la biodi ver sité» en

cours d’élaboration. Le conseil mu ni -

cipal a autorisé à signer toutes demandes

de subventions de partenaires publics et

privés et à signer tout acte nécessaire à

l’orga ni sa tion des assises.

.4.

PROChaiN CONSeiL MUNiCiPaL :

MARDI 13 DéCEMBRE 2011

L’ensemble des délibérations

est consultable sur

www.ville-grande-synthe.fr

Projet d’aide au

maintien à domicile

de personnes âgées

et/ou handicapées

Dans le cadre d’un partenariat avec

l’éco le des mines de Douai, la Ville

va s’engager dans plusieurs projets permettant

l’amélioration du cadre de vie

des habitants. Le premier est un système

dédié aux personnes âgées et/ou handicapées.

Il leur permettra de rester à leur

domicile malgré les contraintes de dépendances.

Concrètement, il s’agit d’un or dinateur

tactile au fonctionnement sim plifié qui

peut être utilisé comme une alerte pour

prendre un médicament à heure fixe,

pour signaler une chute, pour contacter

famille et médecin. L’expérimentation est

prévue sur 18 mois et concernera 80 logements

de Grande-Synthe. Elle est

menée par le CCAS, en collaboration

avec Aisance, une entreprise issue de

l’éco le des mines de Douai. Menés en

2012/2013 par Aisance, les travaux, esti


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:32 Page5

Suppression future du

service public local de télédistribution

Le contexte sur les réseaux câblés a fortement

évolué. Aujourd’hui, on ne

parle plus de télédistribution, mais de

réseau d’information électronique. Il

n’existe plus en France d’opérateur de télé -

distribution. Tous sont devenus des fournisseurs

d’accès au triple-Play (télévision, téléphonie,

internet). L’architecture du

réseau câblé de Grande-Synthe existant est

en coaxial, et ne permet pas, dans l’état

actuel des choses, d’offrir ces services. Ce

même réseau est arrivé en fin de vie

technique et la convention avec la société

Numéricâble arrive à terme (mai 2012).

Il est impératif de faire évoluer le réseau

pour offrir aux habitants le service cité.

Le passage au très haut débit nécessite le

remplacement du câble coaxial par de la

fibre optique. Ce qui permettra aussi de

résoudre l’accès haut débit à une partie

de la population inéligible à l’ADSL car

trop éloignée des nœuds de raccorde-

més à 400 k€, seront totalement pris en

char ge par l’entreprise. Sachant que le

coût mensuel moyen d’une place en maison

de retraite est évalué actuellement à

2 000€ (hors frais médicaux). Que le

coût moyen mensuel de la solution Aisance

se situera en moyenne entre 30€

et 200€ (selon les options choisies). Et,

qu’il y aura la possibilité de crédit d’impôts

sur la facture annuelle payée pour le

service Aisance. Ce projet est une bon ne

alternative au maintien de la person ne au

domicile.

ment d’abonnés de France-Télécom. Si la

Ville reste propriétaire, l’investissement

se monterait à plus de 4 millions d’euros.

La municipalité ne peut s’engager dans

un tel schéma. C’est pourquoi, elle propose

de revendre à une société le câble et

les éléments actifs du réseau. Elle restera

propriétaire des infrastructures (fourreaux

et chambre de tirages) et louera

alors les fourreaux à la société qui réalisera

les investissements nécessaires à la

création d’un réseau très haut débit. Société

qui offrira l’ensemble des services

de téléphonie, d’internet et de télévision

à tous les Grand-Synthois. La société retenue

devra ouvrir son réseau à l’ensemble

des opérateurs du marché. Dans ce

contexte, le conseil munici pal a voté la

suppression du service public de télédistribution.

Projet

de mosquée

Lors du conseil municipal du 14 décembre

2010, à la demande de

Da mien Carême, tous les élus du con -

seil municipal ont soutenu l’idée d’un

rassemblement et d’une volonté collective

autour d’un projet de mosquée

à Grande-Synthe. « Cette ville s’est

cons truite avec des gens de toutes origines,

de toutes confessions. Comme je

l’ai dit pendant le conseil, il faut que

chacun puisse exercer son culte dans les

meilleures conditions. Les élus ont décidé

à l’unanimité de travailler pour

qu’un projet partagé de mosquée émerge

maintenant ».

C’est dans le cadre de ce projet qu’un

terrain de 1441m2 rue Al lende va être

vendu à l’association « centre culturel

et cultuel du jardin de l’éveil et de la

ver tu », souhaitant qu’un large ras -

sem blement puisse main tenant se

faire autour de ce projet collectif.

.5.

N A I S S A N C E S

03/09 Mila Stein

05/09 Simon Rigaut

08/09 Ouahiba Zahi

09/09 Bastien Schoemacker

12/09 Yassin Ezzarouali

15/09 Hoani Dubois

15/09 Ayhan Boulnekdja

17/09 Célia Verraes

22/09 Maëlis Baumann

22/09 Zaynab Belâloui

22/09 Alexis Vanstavel

22/09 Camille Vanstavel

23/09 Basma Hadouchi

23/09 Oussama Yahiaoui

23/09 Nydal Sellah

24/09 Léa Marcigny

25/09 Noélyne Lucas

26/09 Mathyas Declerck

30/09 Emelyne Rousseeuw

30/09 Manel Vanhille

02/10 Mohamed-Ali Amghar

06/10 Nour-El-Houda Hadj Abdelkader

07/10 Sahra Kesraoui

08/10 Tom Vermersch

08/10 Enzo Vermersch

09/10 Simon Deseure

11/10 Lucas Boulant

M A R I A G E S

23/09 Svetlana Lukina et Dmitrii Anistratenko

24/09 Martine Wexsteen et Noël Louvet

24/09 Brigitte Martin et Didier Machu

24/09 Katia Blomme et Alexandre Dos Santos

24/09 Fatma Moubarek et Mohammed Rahal

01/10 Ophélie Verite et Renny Vandomber

01/10 Bérangère Castelain

et Nebil Ben Hadj Salem

01/10 Virginie Devos et Giovanni Tiani

08/10 Cathy Leblond et Laurent Marem

08/10 Jemaa Benizah et Monji Azabou

14/10 Marie-Christine Fauqueur

et Patrick Dubus

D É C È S

31/08 Toufik Ait Laghrini, 21 ans

02/09 Marceau Lemoine, 65 ans

04/09 Abdelkader Safsaf, 67 ans

13/09 Roger Verstraët, 64 ans

19/09 Christine Demetrio, 49 ans

22/09 Michel Lengagne, 72 ans

04/10 Jacques Tange, 80 ans

06/10 Maurice Thuylie, 73 ans

06/10 Jeanne Corveleyn, veuve Broucke, 93 ans

09/10 Charlie Collet, 77 ans

14/10 Suzanne Deweulf, veuve Duez, 92 ans


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:32 Page6

Mobilité

BouGeZ

malin !

M. Niemierz

Nous nous déplaçons de plus

en plus et nous n’hésitons

plus à voyager très loin avec

des moyens de transport

ultra rapi des. Mais cet accroissement

de la mobilité

n’est pas sans con sé quen -

ces. Pollution de l’air, émis sion

de gaz à effet de ser re, embouteillage,

bruit, coût financier,

obésité chez les jeu nes,

sont autant de nuisan ces

pour notre qualité de vie,

notre santé et notre planète.

Pourtant, des alternatives

existent.

N OTRE ENVI RON NEMENT subit des dégra da tions

im portantes à cause de nos modes de vie.

Pour lutter contre la multi pli ca tion des voitures en ville,

ses con séquences sur la qualité de l’air et la hausse

des émissions de gaz ; il est important d’utiliser

des modes de déplacement favorisant les transports

publics, le vélo, la marche. La lutte contre le changement

climatique passe d’évidence par l’implication

de tous les citoyens.

Alors, agissons pour

le développement durable

et bougeons autrement.

De nouvelles façons

de se déplacer

pour nous déplacer, il n’est pas toujours

utile de prendre notre voiture. Nous

avons une palette d’autres moyens à notre

disposition. 20% des déplacements en voiture

ne dépassent pas un kilomètre. Or, c’est

précisément lors du premier kilomètre que

la surconsommation, l’usure du moteur et les

rejets de gaz sont les plus importants. En

ville ou pour les trajets courts, les moyens de

transport les plus rapides et les moins


s

mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:32 Page7

:

l’éco-moBilité

scolaire

la Ville a lancé sa première ligne Pédibus®

avec les élèves de l’é co le élémentaire

Daubié (voir notre article de septembre,

page 18). Le principe est simple :

les parents volontaires accompagnent à

tour de rôle un groupe d’enfants depuis

leur domicile jusqu’à l’école, en s’arrêtant

à des arrêts précis à des horaires déterminés.

Une solution simple, conviviale et non

polluante. Pour la santé des enfants, le

ramassage scolaire à pied contribue à leur

bien-être et à leur équilibre. Rien de

mieux avant et après l’école que de s’aérer

l’esprit en marchant quelques minutes.

En plus de lutter contre la pollution

atmosphérique, cette balade

quotidienne permet de lutter contre la

dentarité et donc contre le risque d’obésité

infantile.

chers sont le vélo ou les transports en commun.

Mais ce ne sont pas les seuls avantages.

La marche, c’est gratuit et bon pour la santé.

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé)

préconise 30 minutes de marche par jour

pour se maintenir en forme et diminuer les

risques de maladies cardiovasculaires. Marcher

1h ou pédaler 20 mn par jour, évite

d’émettre ½ tonne de CO2 par an et économise

ainsi 160 litres de carburant, soit plus

de 200€ par an. Avant de prendre votre voiture

en ville, réfléchissez ! Il ne s’agit pas

pour autant de bannir la voiture, mais de

l’utiliser de manière plus écologique.

la pRime transport

les transports en commun constituent

un transport économique. Depuis

février 2010, la Mairie de Grande-Synthe

participe financièrement aux frais de

transports publics (bus, train, métro) engagés

par les agents de la Ville pour effectuer

leur trajet domicile-travail. Cette aide aux

frais de transports a été fixée à 50 % du

tarif de l’abonnement, dans la limite de

76 euros par mois. Exemple d’économies

réalisées en utilisant les transports en commun

: pour un agent résident à 10km de

son lieu de travail et travaillant du lundi

au vendredi, le coût de revient moyen du

trajet domicile-travail avec la voiture à la

RéintRoDuiRe

le vélo en ville

semaine est de 28€ alors qu’il est de 4,55€

avec la Prime Transport. Renseignez-vous

auprès de votre employeur qui a obliga -

tion de rembourser une partie des frais

d’abonnement dans les transports collectifs.

près avoir réorganisé les

adépla ce ments des agents de la

mairie (parc com mun de voitures,

vélos élec tri ques, covoiturage), la

municipalité étend son ac tion

auprès des habitants. La 1ère étape

est la mise en place de 420 parcs à

vélo dans tous les quartiers afin d’inciter

à utiliser le vélo en ville.

Viendra ensuite le déploiement de

pis tes cyclables. Et enfin, le 1er Salon

du vélo au Palais du Littoral les 2 et

3 juin 2012, pour la promotion des

méthodes douces de déplacement.

J’ose le covoiturage

80 % des conducteurs français roulent seuls dans

leur voiture. Se regrouper est une bonne manière de

diminuer le nombre de véhicules, de partager les

frais et en plus c’est convivial. Pour allier économie

d’énergie et convivialité, la Communauté Urbaine

de Dunkerque a lancé un site internet de covoiturage

www.covoiturage-dunkerque.fr. Il ne faut pas forcément

posséder une voiture pour utiliser ce

dispositif. Grande-Synthe a offert son partenariat,

pour inciter les agents à effectuer des trajets domicile-travail

en covoiturage. Cette action constitue

une des premières du Plan de Déplacements d’Administration

de la Mairie de Grande-Synthe. Il a

pour objectif de changer les mentalités liées aux déplacements,

c’est-à-dire utiliser les modes dits doux,

moins polluants que la voiture. Si vous utilisez le covoiturage

à raison d’un aller/retour d’au moins 20km

par jour, vous réaliserez des économies allant de

1000 à 1500€ par an. Sans compter les frais de maintenance

ou d’assurance de votre voiture réduits si

celle-ci est moins utilisée. Par ailleurs, les adeptes

de smartphones, peuvent télécharger gratuitement

l’application de covoiturage « Icolutis », très simple

d’utilisation.


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:32 Page8

ville

Imaginée, bâtie, soutenue et

portée sur les fonts baptismaux

par Damien Carême, au

titre de sa vice-présidence à la

CUD et Patrice Vermeersch,

Opal’Tv s’est installée sur le

canal 22 depuis le 31 octobre.

Diffusée en haute définition à

partir du Mont des Cats et du

Mont Lambert, son espace de

diffusion qui représente plus

d’un million de téléspectateurs

s’étend d’Ostende en Belgi -

que à la baie de Somme.

D’UNE NOU -

VELLE CHAÎNE, avec une

diffusion aussi lar ge,

pourrait laisser sup po ser

l’ARRIVÉE

la fin à terme des chaînes

locales existantes. Le directeur Pa trice

Pellerin affirme tout le contraire : « Il va

y avoir une synergie entre les chaînes parce

que notre projet est né de cette volonté. » La

logique est donc d’avoir des échanges

permanents pour que les sujets d’information

et de magazine soient faits directement

en par tena riat avec les chaînes

dites micro lo ca les comme l’ASTV, Ca lai -

sis TV, Del ta TV et ID7. Derrière ce principe

se cache en fait l’idée simple de ne

pas faire deux fois le même reportage

dans un souci de rationalisation des

moyens et peut-être aussi un meilleur service

d’information pour ce vaste territoire

qu’est celui d’Opal’TV. Dans cet esprit, le

studio de l’ASTV va être un studio de

T. Fatou

Quelle chaîne ?

pro duction sur lequel la nouvelle chaîne

va pouvoir s’appuyer pour différentes

émissions. « Nous n’aurons pas de studio

avant un moment et si on a un studio ce sera

plutôt un plateau très léger un peu à l’américaine,

dans le bout de la rédaction avec un

décor virtuel numérique. »

Chaîne gé né ra li ste de service public, la

mission d’Opal’TV est d’être à l’écoute

du développement du territoire, une vi tri -

ne de toutes les innovations « On est là

pour être un relais d’information sur tout ce

qui se passe. »

Même si la chaîne émet depuis le 31 octobre,

la programmation se mettra en

place petit à petit, avec un premier journal

le lundi 14 novembre à 18h, rediffusé

à 19h30 et 22h30.

À partir du 14 novembre, un magazine

hebdomadaire sur la mer sera animé

par Sylvain Augier et début décembre,

les Grand-Synthois retrouveront Jéré -

my Allebée tous les midis avec l’émission

Tous’Opal, qui est un talk-show au

cœur des villes visitées. Culture, sports,

loisirs, viendront compléter la grille de

programme qui devrait prendre sa plei -

ne dimension aux alentours du printemps

2012.

Opal’TV emploiera vingt-deux personnes

dont la moitié de jour nalistes reporters

d’images, dont une bonne partie

est issue de l’ASTV.

Pour recevoir Opal’TV, vous devez faire

une recherche de chaînes pour ajouter le

canal 22 de la TNT.

.8.

Brèves

HORAIRES D’HIVER

RAMASSAGE

De La VeRTe

Jusqu’au 31 mars 2012

En raison de la faible production

de biodéchets en hiver, les bacs

verts ne seront collectés que

toutes les deux semaines pendant

trois mois à compter du 1er novembre 2011 et ce jusqu’au 31

mars 2012. Après cette date, la

collecte des bacs verts reprendra

son cours normal.

vendredi 11 novembre 2011

vendredi 25 novembre 2011

vendredi 9 décembre 2011

vendredi 23 décembre 2011

vendredi 6 janvier 2012

vendredi 20 janvier 2012

vendredi 3 février 2012

vendredi 17 février 2012

vendredi 2 mars 2012

vendredi 16 mars 2012

vendredi 30 mars 2012

Commande de bois

En raison de coupes de bois en

ville et dans les zones boisées

peu importantes cette année, la

commune ne sera pas en mesure

de livrer le bois que vous

avez commandé en janvier

2011.

Aucune livraison de bois ne

pourra être effectuée en 2012.


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:32 Page9

Héritage de longue

date, la ville de

Gran de-Syn the

est réputée de

tradition in novante,

no tam ment sur le

plan social. Une

nou velle fois à la

pointe des préoccupations

des habitants,

un service

du développement

personnel a été

créé dernièrement.

Issu d’une réflexion

et d’une volonté

politique, ce service

est un concept qui

n’existe nulle part

ailleurs en France.

Un nouveau service

vivre

T. Fatou

pour la

vie autrement

EST ORIGI-

NAL, il n’est pas

moins ambitieux

car l’ob-

s’IL

jectif de ce

d’investigation et d’application

sont vastes, ils englobent la

san té, le sport, la culture, les

techniques du positivisme, de

l’expression orale et corpo-

nou veau service est de prenrelle, du bien-être individuel et

dre en compte la santé physi - social, de l’environnement so-

que et morale des habitants, cial et urbain. Tous les publics

de leur remonter le moral en sont concernés, de l’enfant qui

lut tant contre la morosité am- apprend à comprendre ce

biante qui affecte le quotidien mon de dans lequel il devra

de chacun. L’une de ses pre- trou ver sa place, au senior qui

mières missions sera de tra- perd peu à peu ses repères et

vailler sur la qualité de vie, se referme sur lui-même.

ren dre la vie meilleure aux

Grand-Synthois. Phénomène

des temps, résultat des crises

successives, les gens sont écra-

Le bien-être,

enjeu de société

sés sous le flot continu d’infor- Dans un premier temps,

mations qui les rendent tristes, l’objec tif de ce nouveau ser-

stres sés, mals dans leur peau, vice, composé de deux per-

par fois agressifs face au sonnes, se ra de dresser un

brouil lard des incertitudes et inventaire des offres existantes

aux difficultés quotidiennes. sur la ville en termes de bien-

Au travers de ce nouveau serêtre de la personne. C’est un

vice, la Ville compte apporter service ul tra transversal par es-

des solutions qui, quand elles sence, un trait d’union entre

existent, ne sont pas connues tous les services, toutes les as-

ou ne semblent pas accessibles sociations con cernées, tous les

à chacun, et, si elles n’existent professionnels du bien-être et

pas, les inventer. Les champs de la personne. C’est vérita-

.9.

blement le service de la prise

en com pte de la santé morale

et phy si que de la population.

Le cen tre de santé sera un partenaire

privilégié de ce nouveau

service, mais d’autres

aus si incontournables comme

la compagnie des mers du

nord, ou l’atelier de l’université

populaire qui va mettre en

place des conférences sur la

thématique du bien-être social

qui est essentiel à la vie ensemble.

Le bien-être de tous

comme objectif ultime de cohésion

sociale met l’accent sur

le fait que le bien-être ne peut

être atteint s’il n’est pas partagé.

Une partie de l’humanité

ne peut vivre bien si l’autre est

dans le mal-être ou si elle y

parvient aux dépens des générations

futures. Abordé en

commun, le bien-être devient

un enjeu de société.

En point d’orgue, pour se faire

connaître, le nouveau service

prépare un salon du bien-être

pour le week-end des 28 et 29

jan vier 2012.


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:32 Page10

sam 19 et dim 20 Nov.

Pour traverser l’hiver en gardant la

forme, partez du bon pied avec

l’association GS Fitness. Prenez votre

step et venez vous booster à l’énergie

des neuf performers qui électrisent le

Palais du Littoral au cours de leurs

séances de step ou de hilo lors du

Sa lon du fitness.

Tarifs : 15€ la séance, 45€ la journée,

65€ le week-end.

Tous les détails sur le site : www.gsfitness.fr

sam 6 novembre - 16h P.B

gala de

Ste-Cécile

Les 45 membres de l’Harmonie

Bat terie municipale, avec le renfort

de plusieurs professeurs de l’académie

de musique, ont peaufiné depuis

plusieurs mois leur apprentissage à la

maison avant d’harmoniser tout cela

au cours des répétitions générales,

chaque mardi soir. Percussions, instruments

à vent, cuivres...seront au

diapason pour vous interpréter un répertoire

inspiré notamment du cinéma

avec Gladiator, Avatar ou Pirate des

Caraïbes. Pour le tango, Romuald Lefebvre

sera la guest star pour reprendre

des airs de Piazzola ou Galliano.

Palais du Littoral

Ouverture des portes : 15h30

Gratuit sur réservation au tél. 03 28 48 09 68

P. Berthe

.10.

Expo

à la galerie Robespierre

l’aRt

est dans

la nature

avec Frédéric

Fourdinier

EXPOSITION VISIBLE

DU 19 NOVEMBRE AU 24 DéCEMBRE


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:32 Page11

tROUVER UN ARTISAN ca -

pable de réparer un

vieux meuble récupéré

dans un grenier, une

artiste pour restaurer un

tableau ou son cadre abîmé, vous

embellir de bijoux raffinés et élégants

qui iront bien avec des vêtements que

vous serez la seule à porter, célébrer tout

cela avec une flûte de champagne et des

macarons... St Éloi Expo, c'est tous ces

plaisirs là réunis au Palais du Littoral.

Voilà pour la satisfaction première : la

création de PIB ( ) comme disent les économistes...

Mais ce rendez-vous n'aurait

pu durer s'il n'y avait un autre ingrédient

qui ne se mesure pas aux yeux des sta-

P. Berthe

DANS LE CADRE de la pro -

grammation cultu rel le,

la Ville invite, cha que

année, un ar tiste qui

sou ligne l’im por tance

et l’enjeu du rapport de l’homme à la nature.

Après Régis Failler et Ma Qiang,

Frédéric Fourdinier expose à la galerie.

Originaire de Boulogne, il développe un

travail plastique qui se nourrit de questions

sur la nature, sur ce qu’elle évoque

pour nous, citadins modernes. La nature

fut de tous temps un sujet de prédilection

pour les artistes. Elle fut une référence

par rapport à laquelle l’homme

tâcha de se mesurer. C’est précisément

cette situation, d’une portée quasi insondable,

que Frédéric Fourdinier aborde

avec une approche contemporaine. Ain -

si, détourer un paysage et en relever les

lignes de force, est pour lui le moyen de

souligner la distance qui nous sépare aujourd’hui

de cette nature, et de tenter

d’établir avec elle un nouveau lien.

Nature morte encore vivante

Dans la série dédiée aux carcasses de

grands épicéas, Frédéric Fourdinier nous

tisticiens : chaque stand vous ouvre les

sens sur un métier d'art, une passion

con crétisée, des heures de travail concentrées

en un objet. C'est à travers cette

va leur essentielle que St Eloi Expo reste

un rendez-vous inégalé et qui satisfait

tous les publics, de 7 à 77 ans.

Démonstrations de savoir-faire

Ebéniste, tourneurs sur bois, vannier,

den tellières, dinandier, coutelier, céramistes,

cartonniste, tapissier, créateurs

textile, créateurs de bijoux...Plus d’une

cinquantaine d'artisans de la région, de

France et de Belgique vous proposent

des démonstrations de leurs savoir-faire.

St Éloi accueille également des représentants

des métiers de bouche ainsi que

les acteurs locaux qui, dans un cadre

associatif, contribuent à valoriser de la

même manière, technique et création.

Enfin, la société des Meilleurs Ouvriers

de France expose les chefs-d’œuvre réalisés

par des lauréats de leur concours

dont ceux de deux artisans dunkerquois

récemment récompensés en ébénisterie

et maroquinerie spécialisée.

( ) PIB : Produit Intérieur Brut, unité de

mesure de la production économique

introduit dans le cycle de vie et de mort,

étroitement liées. « Nature morte » se

traduit ici par « Still life ( ) » en anglais

dans un étonnant contre-sens. L’artiste

nous questionne sur notre « empreinte

carbone », sur la place que l’homme ne

veut plus négocier avec la nature, lui qui

a désormais besoin de trois planètes

pour satisfaire ses besoins usuels. Il invite

les Grand-Synthois à une conférence

le mardi 15 novembre à 18h30 sur

le thème « La nature et l’environnement

chez l’artiste », ainsi que le jeune public

le vendredi 18 novembre de 9h30 à

11h30. Une table ronde autour du dessin

contemporain, animée par Nathalie

Poisson-Cogez, est prévue le 18 novembre

à 16h30 ( ).

L’exposition de Frédéric Fourdinier est

organisée avec le con cours du program -

me « Watch this Spa ce #6 » axé sur le

dessin et mis en place par le réseau d’art

contemporain 50° nord.

( ) Still life signifie « encore vivant »

( ) Inscription indispensable au 03 28 21 70 33 ou

galerier@ville-grande-synthe.fr

.11.

du 5 au 12 nov. P.B

Salon

d’Automne

galerie Robespierre

Le salon d’automne est l’occasion

pour le Chevalet synthois de met -

tre en avant une vingtaine d’œuvres

choisies parmi la riche production des

soixante membres que compte l’association

dont la réputation a largement

dépassé les limites de la ville. Les œuvres

présentées reflètent les trois ateliers

proposés aux artistes membres :

matières avec collage, résine, bois ou

copeaux par exemple, aquarelles, ainsi

que la peinture « au couteau ».

Des membres de l’association se relaient

pour être présents à la galerie

Robespierre pendant toute la durée de

l’exposition.

Vernissage le vendredi 4 novembre à 18h30

Horaires d’ouverture : 14h30-19h

Sam. 5 nov.

Portes ouvertes

Maison de quartier

du Courghain

Le samedi 5 novembre de 14h à

18h, Côté Quartiers et les associations

siégeant à la Maison de quartier

du Courghain vous ouvrent leurs por -

tes. Au programme : présentation des

ac tivités de Côté Quartiers (tricot,

scrab ble, home déco, peinture sur soie,

la boutique des 4 saisons), présentation

des associations (ALM mus cu la -

tion, club photos, association vitrail,

comité des fêtes du Courghain), présentation

des partenaires locaux et services

(halte-garderie du Courghain,

AAE, lugova, service jeunesse).


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:33 Page12

ville

aVEC 300 000 TEXTES rè gle -

men taires et législa tifs qui

ré gissent notre quo tidien

et parce que « nul n’est

cen sé ignorer la loi », il

peut être difficile de s’y retrouver, de con -

naître ses droits et ses devoirs de ci toyen.

Dans quelques mois, un Point d’Accès au

Droit ouvrira rue de la Paix, tout à côté

de l’entrée 4 de la résidence Rosa-Parks.

L’endroit est particulièrement bien choisi,

T. Fatou

un point D’accès

au Droit

prochainement en centre-ville

Des écrivains publics à

car en centre ville, à proximité immédiate

de la mairie, mais également des arrêts

de bus et du parking de la place de l’Europe.

Totalement gratuit et anonyme, ce

sera un lieu d’accueil, d’écoute et d’information.

Il s’adressera à tous les Grand-

Synthois, mais pas seulement, puisque les

habitants des communes voisines pourront

également en bénéficier. L’objectif

affirmé est d’abord de favoriser l’accession

des citoyens à la connaissance des rè-

.12.

V ous

gles de droit dans leur vie quotidienne et

de parvenir si possible, à éviter le recours

à la voie contentieuse.

Conciliateurs, avocats, notai res…

La création du point d’accès au droit est

pilotée par le Conseil Départemental de

l’Accès au Droit. Elle est financée par la

Com munauté Urbaine et la Ville de

Gran de-Synthe qui en donnent la gestion

à l’ADSSEAD (Association De Services

Spécialisés pour Enfants Adolescents en

Difficulté) qui, indépendamment de sa

mission première, gère déjà plusieurs

points d’accès au droit sur le plan national.

C’est donc un juriste de cette asso -

cia tion qui assurera les premiers con tacts.

Il ne sera toutefois pas seul, puis que le

public pourra aussi y rencontrer des professionnels

tels que des avocats du Barreau

de Dunkerque, des con ciliateurs de

justice, des huissiers, des no taires et

même des agents de la police municipale.

Les écrivains publics pourraient aussi y

intervenir. Ce point d’accès au droit va

permettre aux gens de ne plus être perdus

dans le dédale des lois, des règlements et

des décrets. Ils sauront à quelle porte

frapper, où envoyer leur deman de et

comment la formuler. Ce nouveau service

devrait ouvrir dans le courant du

deuxième trimestre 2012.

avez besoin de soutien dans vos démarches administratives,

pour lire ou comprendre vos courriers,

remplir des formulaires, compléter un dossier ou écrire

une lettre administrative ou professionnelle.

L’Atelier, université populaire de Grande-Synthe vous

propose de venir rencontrer gratuitement ses six écrivains

publics bénévoles. Leurs permanences se tiendront

au siège de l’Atelier ( )les lundis de 9h30 à 11h30, mardis

de 14h à 16h, vendredis de 14h à 16h.

( ) Maison écologique, 156 avenue de Petite-Synthe. Tél. 03 28 29 17 63.

Renseignements : latelier@ville-grande-synthe.fr


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:33 Page13


Son nom va figurer dans les prochaines éditions

du Larousse et du Petit Robert au prix

d’un long combat mené par ceux qui n’avaient

pas oublié son œuvre. Pourtant au moment de

sa mort en 1951 près d’un million de personnes

défilent devant le cercueil d’Ambroise

Croizat pour saluer une dernière fois « le

mini stre des pauvres ». Pourtant c’est à lui, à

Ambroise Croizat, ministre communiste à la

Libération, que l’on doit la Sécurité sociale, la

généralisation des retraites, les comités d’entreprises,

la médecine du travail, les statuts

des mineurs, des électriciens et des gaziers,

la reconnaissance des maladies professionnelles

et la prévention dans l’entreprise. À lui

et à ce peuple qui a poussé, derrière lui, des

millions d’anonymes qui ont réclamé ces

mesures, qui de leurs mains ont bâti les premières

caisses. Mais ce fondateur de la Sécu

nous prévenait, déjà : « Ne parlez pas d’acquis.

En face, le patronat ne désarme jamais. »

Visionnaire Ambroise Croizat voulait que « la

sécurité sociale soit un vrai lieu de solidarité,

un rempart contre le rejet et l’exclusion » et

non que notre santé, nos pensions et nos retraites

soient livrées aux appétits de la finance.

Quelles leçons peut-on tirer de la vie d’Ambroise

Croizat ? Comment à la libération, dans

une France ruinée par l’occupation et la guer -

re, a t-il été possible d’imposer ces grands

« conquis sociaux » ?

- Comment est-il devenu évident

pour vous d’écrire la bio -

graphie d’Ambroise Croizat ?

Je suis un fils d’ouvrier et j’ai vécu toute

mon enfance à la maison même où est né

Ambroise Croizat. Très vite, j’ai entendu

par ler de cet homme. Ceux qui en par -

laient, avaient les yeux qui pétillaient

parce qu’il avait apporté la dignité à tra -

vers la Sécu et puis les retraites, ce sont

ses deux grandes conquêtes sociales. Très

vite j’ai eu envie d’en parler parce que je

trouvais totalement injuste de ne jamais

parler de cet homme.

- Pensez-vous que son hérita -

ge soit aujourd’hui en danger ?

Son héritage est vraiment en danger. Dès

que la Sécurité sociale a été créée, très

ra pi de ment des gens ont voulu la

détruire. Les premières attaques com -

men cent en 1967, sous de Gaulle et après

c’est une attaque permanente. Il y a

quand même 30 % des gens qui ne peu -

vent pas se soigner, qui hé si tent à aller

chez le médecin, ou se faire hos pitaliser

parce que ça coûte cher.

.13.

Rencontre-débat

avec Michel Etiévent,

his torien et biographe

d’Ambroise Croizat

Jeudi 17 novembre à 18h30

au Varlin

amBRoise cRoiZat

ou l’invention sociale

- À travers la conférence dé -

bat que vous animerez le jeudi

17 novembre prochain, quel

mes sage serait à retenir ?

La nécessité d’être vigilant face à l’ave -

nir. Ça suppose l’action de tous pour la

préservation et l’innovation de la Sécu. Il

faut innover à nouveau, élargir l’assiette

des cotisations par exemple, parce qu’il y

a 200 milliards d’euros de revenus fi nan -

ciers qui ne sont pas taxés, alors que le

travail, lui, l’est.

Michel Etiévent :

auteur d’Ambroise Croizat ou

l’invention sociale et de Marcel Paul,

Ambroise Croizat, chemins croisés

d’innovation sociale.


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:33 Page14

ville

lES LOCATAIRES DE LA RPA

Maurice Guillain deviendront

à partir de janvier

2012 les locataires du bail -

leur SIA Habitat.

Les logements actuels vont subir des

trans formations et être recréés (T2 en T3

par exem ple) afin d’offrir 45 logements

au lieu de 61. La résidence sera ainsi composée

de 4 T4, 12 T3, 18 T2 et 11 T1.

Au-delà, le bâtiment sera entièrement restauré

avec une attention particulière à l’étiquette

énergétique. Outre la mise aux

normes pour les personnes à mobilité

réduite (PMR) et incendie, les fenêtres

seront remplacées et les logements seront

équipés d’une cabine de douche au sol (pas

de bac à douche en lien avec l’obligation des

normes PMR). La municipali té a imposé

au bailleur certaines con traintes dont la

mise aux normes du bâtiment, le maintien

du loyer à typologie identique, une salle

commune de convivialité.

M. Niemierz

RéhaBilitation

laRPA

De

Maurice Guillain

Le bailleur SIA Habitat reprend

la gestion de la résidence pour

personnes âgées Maurice Guillain,

propriété actuelle de la Ville.

La résidence n’est pas médicalisée

et n’héberge que des personnes

âgées non dépendantes.

En concertation avec

les résidents

Le projet de réhabilitation se fait en

concertation avec les résidents actuels de

la RPA. Cela se traduit par des réunions

de présentation du projet et de la gestion

locative (loyers, charges), et des entretiens

individualisés afin de connaître cha -

que caractéristique du ménage (revenus,

composition). Un logement témoin sera

réalisé afin de présenter les diverses

presta tions. Une loge dédiée au gardien

présent en journée trouvera place en rezde-chaussée.

La nuit, si les résidents le

sou haitent, c’est la téléassistance qui

.14.

PHASES DE TRAVAUX

• 1 ère PHASE ENTRE MARS ET JUIN 2012 :

enveloppe du bâtiment et restruc tura -

tion du rez-de-chaus sée, rem pla cement

des menuiseries, bardage, sup pression

de la salle restauration et création de

deux T3 en rez-de-chaussée.

• 2 e PHASE fIN D’ANNéE 2012 :

varier les typologies dans les étages, intervention

sur les logements vacants,

réali sa tion d’un logement témoin en rezde-chaus

sée pour visualiser les presta -

tions proposées.

pren dra le relais. SIA Habitat financerait

l’ins tallation du matériel et prendrait à sa

char ge l’abonnement des locataires pour

la durée des travaux. Après travaux, la mi -

se en place d’une convention APL permettra

aux locataires de bénéficier de

l’allocation (selon les ressources). Par ailleurs,

SIA s’engage à financer les déménagements

pour les « tiroirs ».

Enfin un accompagnement sera accompli

par le CCAS de Grande-Synthe qui fe ra

le relais entre les résidents et le bailleur

pour toutes démarches sociales (APL,

repas, aide à domicile…).


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:33 Page15

travaux

M.Niemierz

point

Travaux

Depuis fin octobre et pour une

durée de six mois, l’accès habituel

à la rue Michelet depuis le

parking en cœur d’îlot de la résidence

Gandhi est barré. Un accès temporaire

par la rue de la Paix a été aménagé afin

de vous permettre de circuler facilement

(voir le plan de circu la tion ci-contre). Les

Interdit Déviation

Rue Ravel, à la demande des habitants,

l’îlot de gravillons cerné

par la pelouse a été remplacé

par une allée en béton bordée de rosiers,

graminées et arbustes. L’espace non piéton

a été couvert par la végétation,

quelques enrochements ont été répartis

pour bloquer le passage de véhicules.

Rue Arago, le square était composé

d’une surface en schiste (gravillons con -

cas sés) qu’il fallait traiter pour le

désherba ge. Afin de coller à sa politi -

Centre-ville : accès à la résidence Gandhi

piétons ont également un accès sécurisé.

Parents, ce chantier n’est pas un terrain

de jeux. Mettez en garde vos enfants des

dangers encourus. Toute infraction aux

reco mman dations relève de la responsabilité

de chacun et peut entrainer des

pou rsuites judiciaires.

Dans le cadre du projet de réno -

vation urbaine de l’Ilot des

pein tres, des travaux d’as sainis -

se ment sont en cours de réalisation et

vont se poursuivre jusqu’à mi-janvier

2012.

Pen dant la durée des travaux, la rue Sal -

va dor-Allende sera interdite à la cir cu -

Travaux d’aménagement paysager à St-Jacques

que “0 phyto”, la Ville a nettoyé le schiste

pour réimplanter de l’engazonnement.

Les arbres sains ont été conservés et des

plantes vivaces ont été implantées pour

rythmer les saisons. Vous y retrouverez la

valériane qui illustre le nom de l’allée

tra versant le parc. À la place de l’ancien -

ne aire de jeu, des bandes de béton ont

été implantées. Aux abords, ont été plantés

des rosiers, muriers, framboisiers et

des arbres fruitiers destinés à la cueillette

publique.

CHANTIER

INTERDIT

AU PUBLIC

Ilot des peintres : rue Allende barrée

.15.

Interdit Déviation

lation de la rue Rigaud à l’avenue du Gé -

néral de Gaulle. Pour les riverains, une

déviation a été mise en place par les rues

David et Papin dans les deux sens. Les

deux arrêts de bus de la rue Allende ne seront

pas desservis durant cette période.

Les usagers devront se rendre aux arrêts

de bus les plus proches.


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:33 Page16

social

l’afev recherche des

T. Fatou

étudiants bénévoles contre

les inégalités

Chaque année 150 000

jeunes sortent du système

scolaire sans diplôme.

L’action de l’AFEV permet

d’agir contre l’échec scolaire

et d’être utile contre

les inégalités.

T. Fatou

pèleRinaGe et

souveniRs

au camp Joffre de Rivesaltes

CIATION nationale qui

pro pose aux étudiants

EST UNE ASSOde

s’impliquer en ac-

l’AFEV

compagnantbénévole- ment des enfants et des jeunes en

difficulté d’apprentissage. Son action

s’ar ticule autour de trois objectifs : lutter

con tre les inégalités par l’accès à la con -

nais sance, favoriser la mixité sociale et

Tout quitter, n’emportant que le strict nécessaire,

les souvenirs et les larmes, vers

une autre rive, plus au nord, dans un pays,

le leur, qu’elles ne connaissaient pas et qui

les accueillait dans des baraquements

fatigués entourés de grillage et de barbelés.

Les familles rapatriées d’Al gé rie n’ont eu

d’autre choix que de se re trouver parquées

dans un camp de triste mémoire : le camp

Joffre de Rive saltes, camp de rétention

pour « les étrangers in désirables » selon le

décret du 12 novembre 1938. « C’est là que

ça ne s’explique pas. Ils ont été otages d’une

politique étrangère, mais ils n’étaient pas des

étrangers. » s’insurge Keltoum de l’ASGD.

Cinquante ans après la déchirure, dans le

cadre d’un travail auprès des personnes rapatriées

d’Algérie vivant à Grande-Synthe,

.16.

Pour rejoindre l’AFEV, il suffit d’être étudiant, d’avoir

envie de donner un peu de son temps et de vouloir

contribuer à donner l’égalité des chances.

Pour vous inscrire : tél. 03 28 25 38 69 ou www.afev.org

enfin, promouvoir la jeunesse comme

une ressource.

Ibtissem a été accompagnée durant ses

années collège, de la cinquième à la troisième.

« Grâce à l’accompagnement de

l’AFEV, j’ai bien progressé dans mon travail

scolaire, je ne travaillais pas chez moi,

je me retrouvais toute seule devant mes cahiers,

j’étais perdue. L’ AFEV avait des méthodes

pour apprendre. Après, pour moi les

cours c’était trop facile ! C’est comme des

grands frères ou des grandes sœurs. Ils

m’ont aidé pour tout et c’est grâce à eux

que j’ai eu une bonne scolarité. » Aujourd’hui,

Ibtissem qui est une jeune fille

dynamique, déterminée et motivée a rejoint

l’AFEV en tant que bénévole accompagnatrice.

Son idée est de faire

profiter d’autres jeunes de ce dont elle a

bénéficié. « Comme j’ai été accompagnée,

je veux aujourd’hui apporter mes connaissances

à d’autres. Le samedi après-midi au

lieu de sortir, j’aimerais bien aider les autres.

»

L’étudiant bénévole s’engage pour deux

heures par semaine tout au long de l’année.

Ces deux heures se planifient en

fonction de l’emploi du temps et du domicile

de chacun, mais l’accompagnement

va au-delà du seul travail scolaire,

puisque l’étudiant bénévole peut proposer

ou accepter des sorties culturelles et

même de loisirs entièrement prises en

charge par l’AFEV.

l’ASGD et une petite cinquantaine d’habitants,

passés par ce camp, ont fait le

pèlerinage.

Une journée pleine d’émotions

Seize heures de bus pour arriver devant

l’entrée du camp et s’effondrer en larmes

fa ce aux baraquements, aux chemins de

ter re battue et aux parfums d’une époque

que les vents ont balayés. Certains re trou -

vent l’endroit où ils ont vécu. Un hom me se

souvient d’avoir été le facteur dans le

camp. Il connaissait chaque en droit, cha -

que baraquement, chaque fa mil le. De l’a -

vis de tous, la journée fut chargée en émo -

tion. Les derniers Harkis ont quitté le camp

en 1970.


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:33 Page17

e x p r e s s i o n l i B R E

— liste « Cap sur un nouvel Horizon » — — liste « Avec vous, la ville autrement » —

L’humain : principe et fin de la politique à grande-Synthe

Déclarer que « l’endettement national, rapporté à l’échelle de la

population, équivaut à 25 000 euros par habitant », c’est faire

porter la responsabilité de la dette sur le dos de tous les Français

et justifier la politique d’austérité qui s’abat sur les plus faibles.

C’est encourager la résignation. C’est enfin cautionner la manipulation

orchestrée par les tenants du pouvoir.

Or, faut-il que ceux qui subissent de plein fouet les effets de la

dette et les affres de la crise et qui en sont les premières victimes

en soient responsables et contraints de surcroît, par leur appauvrissement

croissant, de participer à sa résolution ? Selon quelle

éthique faut-il incriminer les plus pauvres pour cautionner ceux

qui, impunément, les exploitent et les trompent en leur faisant

croire qu’ils sont partie prenante dans cette dette ? N’est-il pas

du devoir de tout élu de débusquer les causes de l’endettement

et de tenir un langage de vérité ? Car, doit-on, au nom de la

dette, consentir à toute compromission et cautionner la remise

en cause de tous les acquis sociaux et politiques ?

il semble donc légitime que, dans ce contexte de démission de

l’etat, les communes concourent à alléger le fardeau qui pèse

sur leurs administrés.

Par conséquent, veiller à l’égalité des chances de tous et pallier,

par une politique de proximité et de solidarité, les manquements

de l’etat n’est guère prestigieux comme en témoignent à grande-

Synthe les “pass” culture et sport, une cantine biologique soucieuse

de l’équité et de l’équilibre nutritif de nos enfants, une

santé de prévention pour tous, des logements écologiques et

économiques et des équipements culturels et sportifs qui sont

la propriété commune de tous les grand-Synthois. enfin, favoriser

l’émancipation du citoyen et sa participation effective à l’espace

public en créant des lieux de délibérations, c’est assumer ses

responsabilités politiques. Or c’est là, non seulement une gestion

saine des biens et des finances, mais aussi un gouvernement

des hommes, solidaire et équitable.

Retrouvez-nous sur

http://gsavenir.info

Nathalie Benalla

Karima Touil

.17.

grande-Synthe : capitale de la biodiversité

et du béton réunis !

avec les moyens de communication et techniques actuels, il

est possible de nous vendre des ouvrages en béton comme si

c’étaient des œuvres d’art ! C’est ce que nous inspire la plaquette

de présentation intitulée « grande-Synthe aujourd’hui et demain »

dont le Maire est si fier.

Comment est-il possible de nous vanter à ce point ce type de

construction alors que chacun sait que l’architecture vraie et

durable doit répondre à des règles de construction bien précises.

grande-Synthe est bien la capitale de la biodiversité et du béton

réunis. Ces constructions ou ces « cubes », avec leur habillage

externe et interne, nécessiteront des entretiens réguliers et fastidieux

pour les occupants, sans compter que les coûts seront

répercutés sur les loyers.

au vu des diverses publications publicitaires de la ville, force est

de constater que la majorité municipale élargie, a l’art et la manière

de nous dire que tout est beau et que tout va bien.

Le Maire nous vend du béton avec de beaux rubans et ses

alliées ont une façon bien particulière de lire le rapport prospectif*

sur les finances de la ville dans les années à venir. Visiblement

elles ne savent pas lire ce rapport ou alors… !

en tout cas, la finalité est la même, tels des camelots oeuvrant

sur les marchés, ils nous vendent « leur vérité ».

* Nous tenons ce rapport à la disposition du public.

Vous pouvez nous contacter tous les mardis

de 17h30 à 19h à la Maison des associations.

Félix Tertulliani, geneviève Willot,Jean-Claude aubrun,

Fethi Riah, Monique Merlen


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:33 Page18

Retour

sur

images

Le 6, une délégation allemande de la

ville de Waren emmenée par son

Le 4, le Maire, Damien Carême offrait

maire gunter Rhein, est venue visiter

à chaque élève de CM1 et CLiS de

notre ville afin de découvrir l’offre en

grande-Synthe deux dictionnaires :

loisirs, équipements et structures.

le petit Larousse illustré et le dic tion -

naire français-anglais.

Ça s’est passé en

OcTOBRE

Du 30 septembre au 2 oc to bre, la

Ville tenait stand au salon de l’habitat

durable au Kursaal de Dunkerque.

Le 16, la maison de quartier du Moulin

lançait l’édition 2011 de Festi jeux.

Les pro chains rendez-vous sont : les

13 novembre (atrium) et 20 novembre

(MQ du Cour ghain).

Le 1 er , les 237 bacheliers

de l’année 2011 recevaient

leurs di plômes

lors de la traditionnelle

cérémonie du lycée du

Noordover. Le lycée affiche

un taux de réussite

de 77,5%.

.18.

Le 22, le collège du Moulin a offert des

instruments de musique à quinze élèves

de 6 e . Les élèves ont intégré la nouvelle

classe « musique » du collège. Voilà de

quoi susciter des vocations.

Le 16, Mesdames Du bar,

Ja nin et Ringot - doyen nes et

cen tenaires de la Ville - étaient

mises à l’honneur à l’occasion

de l’inauguration de la Semai -

ne bleue au Palais du Littoral.

Le 30 septembre, le duo heiting Soucasse

interprétait des grands airs d’opéra avec

beau coup d’humour via le spectacle « Bizet

était une femme » au Palais du Littoral.


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:33 Page19

Festijeux.

viE dE la ciTé

1 er mercredi de chaque mois

Permanences de Monsieur le Mai re

de 8h30 à 11h sur ren dez-vous

Tél. 03 28 23 65 69

Jeudi 10 nov. 18h30

Transition 1.0 : Danielle grunberg,

ambas sadrice de la Tran si tion en

France, nous explique com ment

les villes doivent se préparer à

prendre conscience du pic pétrolier

et du changement climatique.

Cinéma Le Varlin

Ven. 11 nov. 10h

Cérémonie commémorative

du 11 novembre 1918

Célébration à l’église St-Jacques,

sui vie d’un défilé jusqu’au monu -

ment du souvenir

Jeu. 17 nov. 18h30

Conférence-débat :

Racisme d’État et héritage colonial

Org. par l’atelier, université populaire,

avec Olivier Le Cour grandmaison

Cinéma Le Varlin

Dim. 20 nov. 10h30

Cérémonie de remise des

médailles d’honneur du travail

Mairie-Salle des conférences

E X P o s i T i o n s

Du 5 au 12 nov.

Salon d’automne

par Le Chevalet grand-synthois

galerie Robespierre

Du 19 nov. au 24 déc.

Naturalness

de Frédéric Fourdinier

galerie Robespierre

s P E c T a c l E s

Ven. 4 nov. 20h

anoushka Shankar

Palais du Littoral

Les 17, 18, 19 nov. 20h

hai Mundo Frei

par la cie des Mers du Nord

Palais du Littoral

Mar. 22 nov. 19h

Mer. 23 nov. 15h

Lili Petit Pois

par la cie La torgnole

Palais du Littoral

agenda

agenda

Thé dansant. anoushka Shankar.

Week-ends nature.

Ven. 2 déc. 20h

À mon âge, je me cache encore

pour fumer

par la cie Orten

Palais du Littoral

vos

l o i s i r s

Sam. 5 nov.

“Workshop” de country

et de line dance suivi d’un bal

“Workshop” de 14h à 18h

Bal de 19h à 1h

Salle des sports du Basroch

Rés. Tél. 06 87 08 22 25

Sam. 5 nov. 14h à 18h

Portes ouvertes

Maison de quartier du Courghain

Dim. 6 nov. 16h

gala de Ste-Cécile

Palais du Littoral

Org. par l’orchestre harmonie

de grande-Synthe

gratuit sur réservation :

tél. 03 28 48 09 68

Ouverture des portes à 15h

Jeu. 10 nov. 14h30

Thé dansant

atrium

Jeu. 10 et 24 nov. 14h à 16h15

Pause-parents

halte-garderie du Courghain

Org. par aLaDhO

Rens. Tél. 03 28 29 87 58

Sam. 12 nov. 9h à 13h

Bourse aux jouets

Maison de quartier europe

Rens. Tél. 03 28 27 74 20

.19.

Dim. 13 nov. 14h à 18h

Festijeux

atrium

Lun. 14 et 28 nov. 14h à 16h15

Pause-parents

Centre de santé

Org. par aLaDhO

Rens. Tél. 03 28 29 87 58

Lun. 14 nov. 15h

irlande, l’île Émeraude

dans le cadre des “cycles dé cou -

vertes”

organisé par l’office de tourisme

Cinéma Le Varlin

Sam 19 et dim 20 nov.

Salon du fitness

Palais du Littoral

Dim. 20 nov. 14h à 18h

Festijeux

Maison de quartier du Courghain

Du 25 au 28 nov.

St-Éloi expo

Palais du Littoral

Week-end Nature

Sam. 26 nov. de 15h à 16h30

La forêt en hiver

Dim. 27 nov. de 8h à 9h30

Les oiseaux au fil des saisons

Verger du Puy thouck

Réservation, tél. 03 28 21 64 24

au

v a r l i n

du 2 au 8 nov.

Le gruffalo ; Les aventures de Tintin

3D et 2D ; Les trois mousquetaires

du 9 au 15 nov.

Un monstre à Paris 3D et 2D ; The

thing ; Laïcité inch allah ;

du 16 au 22 nov.

Twillight 4 - Révélation 1 ere partie

du 23 au 29 nov.

On ne choisit pas sa famille ;

Twillight 4 - Révélation 1 ere partie ;

Toutes nos envies

du 30 nov. au 6 déc.

Mon pire cauchemar ; L’ordre et la

morale (à confirmer) ; Le chat potté

(à confirmer) ; Notre poison quo ti -

dien (à confirmer)

Réunion publique

Présentation du projet

Îlot des peintres

mardi 15 novembre

17h30

Salle des conférences

maison communale

ABATTEMENT TAXE

D’HABITATION

La loi de finances 2006 per met

d’ins tituer un abat te ment de la

taxe d’habitation en faveur des

personnes han dicapées ou invalides.

L’a battement de 10%

de la va leur lo cative permet une

ré duction de la base d’imposition

des contribuables con cer -

nés ( ). Pour bénéficier de cette

mesure, vous devez dé clarer votre

situation aux services des

impôts de votre résidence principale,

avant le 1 er janvier 2012.

L’imprimé (N°1206) à remplir et à

envoyer est mis à votre disposition

à l’accueil de la mairie.

( ) Les titulaires de la carte d’invalidité,

de l’allocation supplémentaire d’invalidité et

de l’allocation aux adultes handicapés,

les contribuables atteints d’une infirmité ou

d’une invalidité les empêchant de subvenir

par leur travail aux nécessités de l’existence,

les contribuables qui occupent leur

habitation avec les personnes

mentionnées précédemment.

MémoMag

BUReaU De POLiCe : 03 28 28 92 50

CeNTRe aNTi-POiSON De LiLLe :

0 825 812 822

MaiSON MÉDiCaLe De gaRDe :

03 28 21 22 22

POLiCe SeCOURS : 17

POMPieRS : 18

SMUR (SeRViCe MOBiLe URgeNCe

eT RÉaNiMaTiON) : 15

SOS MÉDeCiN : 0 825 00 32 50

eCLaiRage PUBLiC : 03 28 23 67 30

OU N° VeRT : 0800 100 323 24/24h

PaLaiS DU LiTTORaL : 03 28 21 66 00

CiNÉMa Le VaRLiN : 03 28 21 81 55

MaiSON COMMUNaLe : 03 28 62 77 00


mag nov 2011_Mise en page 1 24/10/11 14:33 Page20

Portée par les rêves d’une société nouvelle, une tribu d’hommes

et de femmes milite contre la guerre, contre le capital. Flairant

que les choix à venir pourraient bien les séparer, ses membres

décident de se donner rendez-vous 40 ans plus tard. Chiche ?

Ce jour-là est arrivé… Certains ont trouvé leur place dans la

société, d’autres ont pris la tangente. Les amours se renouent

et la fête reprend.

Une réécriture de la célèbre comédie musicale Hair… 40 ans

après !

Jeudi 17 nov. vendredi 18 nov.

samedi 19 nov.

Palais du Littoral - Théâtre à 20h

Rens. 03 28 21 66 00