les cephalopodes cretaces du bassin coti er de tarfaya

rogov.zwz.ru

les cephalopodes cretaces du bassin coti er de tarfaya

Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n' 175. 1966_

LES CEPHALOPODES CRETACES DU BASSIN COTI ER

Le Crétacé moyen et supeneur du Maroc a déjà

fait l'objet de maints travaux dont les principaux

seront évoqués tout au long des pages qui vont

suivre (1) .

Mais, d'ores et déjà, on peut affirmer que nulle

part encore au Maroc les Géologues du Service de la

Carte Géologique n'avaient relevé une coupe aussi

continue et aussi complète que celle de Tarfaya.

D'autre part, si l'Aptien et l'Albien sont bien connus

et ont livré depuis longtemps des faunes fort intéressantes,

si le Cénomanien a été reconnu comme

couvrant de vastes espaces, nulle part encore on

n'avait trouvé de faunes à Ammonites relativement

aussi complètes et aussi variées. Et mieux, pour la

première fois, le Turonien, le Coniacien (mise à part

la faunule de Taraudant découverte par R. Ambroggi)

et le Santonien ne s'étaient révélés comme aussi

bien caractérisés par des Céphalopodes, ce qui indique

l'existence de mers de nature différente de celles

qui étaient connues jusqu'ici.

Le mérite de ces découvertes en revient à l'équipe

de Géologues animée par Mr. G. Choubert, du Service

de la Carte Géologique du Maroc, assisté de Mlle

Faure-Muret, de MM. Hottinger, Lecointre, Lehmann

et Salvan, et à celle de l'A.G.LP. Mineraria avec MM.

Marchesini, Vicentini et Viotti.

La succession des faunes recueillies soulève de

nombreux et nouveaux problèmes de corrélations : si

(1) En ce qui concerne !"ensemble du Crétacé Africain la

n1eilleure vue d'ensetnble est donnée par R. Furan. Géologie

de !"Afrique_ Paris. Fayot_ 1960.

DE TARFAYA

Relations stratigraphiques et paléontologiques

par

MAURICE COLLIGNON

I N T R O D U C TI O N

des relations avec l'Europe sont évidentes à l'Aptien

et à l'Albien, avec l'Inde au Cénomanien, on voit au

Turonien le sens de celles-ci changer du tout au tout

par suite de la présence d'éléments «nigériens» typiques,

mais d'où sont radicalement exclus les Vascoceras,

Nigericeras et Tissotia si abondants au Sahara

et plus au Sud ; et il parait alors que les faunes de

Tarfaya présentent un particularisme original qui les

mettent nettement à p;;trt si on les compare à celles

des bassins sédimentaires côtiers qui bordent le littoral

Atlantique de l'Afrique. Et les relations a\·ec

l'Amérique ne sont pas moins surprenantes.

Je remercie très vivement Mr. G. Choubert de

m'avoir confié l'étude de ces faunes qui, en outre,

m'ont paru présenter des affinités très curieuses ayec

les faunes malgaches que j'étudie depuis si longtemps.

N.B. - L'étude des Céphalopodes de Tarfaya a été

fort longue, en particulier en raison des difficultés de

préparation des fossiles. Ceux-ci, en effet, sont la plupart

du temps, extrêmement fragiles, et de plus, très som·em

aussi, écrasés et déformés ; et les gangues sent tr2s dures.

Pour éliminer celles-ci bien des procédés œlt éré essayés :

finalement, c'est encore à l'aiguille et 'lU burin :rés n__,

que j'ai pu arriver à des résultats assez satisiaisar:ts ;

mais alors certaines préparation,; ont été exrrêmemen:

longues. Et j'ai dû, trop souvent, liYrer au phorog,_-aph2

des pièces insuffisamment préparées, mais qui ne pouvaient

l'être mieux sans risquer de les détru:re_ Je m"e;1

excuse vivement aupr2s de tous ceux qui exan,ineront

les planchrs et qui pourraient pcns2r à quelque négligence

de ma part.


Un unique dépôt aptien, à la partie marginale du

bassin de Tarfuya, a fourni une faune : c'est celui de

Aoreora, au Nord-Est du Cap Draa (base de la falaise

cêtière à 12 km au Sud-Ouest du poste d' Aoreora) .

De ce gisement provient une mauvaise faune composée

de nombreux débris d'Ammonites de petite

taille, écrasées, déformées, très mal conservées, et,

par conséquent, de déte!·mination assez douteuse.

J'y ai cependant reconnu plusieurs espèces :

Nolaniceras Nolani Seunes.

Cheloniceras sp. aff. schmidti JACOB et ToBLER.

Cheloniceras (Epiche.foniceras) cf. pretiosum n'ORB.

1550. Nautilus albensis d'ORBIGNY (A.) Prodrôme de Paléontologie

stratigraphique, II, p. 122.

PREMIÈRE PARTIE

DESCRIPTION DES FOSSI LES

1. - APTIEN

Il.- ALBIEN

1 NAUTILOIDEA

Genre Cymatoceras HYATT, 1883

CYMATOCRRAS sp. cf. AIJBENSE d'ORB.

Pl. 1, Fig. 1.

Cheloniceras (Epicheloniceras) sp. aff. « nw1·tini »

n'ORB. - martinioides CASEY - de bile

CASEY.

Che.Ionicems (Epicheloniceras) sp. cf. formes intermédiaires

entre E. subnodosocos­

tatum Smz. et la variété pmnilla

JACOB et ToBLER.

Aucune de ces Ammonites, sauf Nolaniceras nolani

SI>UNES, ne peut être déterminée avec précision en

raison de leur état défectueux. Mais elles suffisent

cependant à prouver l'existence à Aoreora, de l'Aptien

supérieur (Gargasien).

1858-1860. Nautilus albensis (d'ORBIGNY) PICTET et CAM­

PICHE. Description des fossiles du Terrain Crétacé

de Sainte-Croix, I, p. 134, Pl. XVII.

Diamètre total . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,094 0,057

Hauteur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

Diamètre de l'ombilic ........................ .

L n'est pas possible de définir exactement ce Nau­

"' ::cm la cloison n'est que partiellement visible le

: :-:; èe la cassure à la fin du dernier tour.

?E.:· ses dimensions proportionnelles, son ornemen­

=i::-. èe côtes plates. serrées, con\'exes sur le tiers

_ :-_ :-=::-_ ::- . ;·...:is :·:r!E:E:-:-_: :·e-c.:J:.;.bées en ariiè:·e. son om-

0,057 (0,61)

0,075 (0,80)

0,003 (0,03)

0,035 (0,61)

0,043 (0, 75)

0,0015 (0,03)

bilic presque fermé, il se rapproche au maximum de

cette espèce de l'Albien Européen. La position du

siphon n'a pu être décelée sur l'exemplaire figuré.

Un demi-exemplaire plus petit montre, à la fois.

la partie externe des cloisons et le dessin Ües côtes.

Le si:;:Jho". bie" \·isible. est nette!':".em ce"::·&.. Peu!'


12 M. C 0 L L 1 G N 0 N

ces deux Nautiles il ne parait pas y avoir de différence

sensible avec Cymatoceras albense n'ORB., tel

que le fi6urent Pictet et Campiche.

Dans mon mémoire sur l'Albien d'Ambarimaninga

à Madagascar (33, p. 41, Fig. 3, Pl. VI et Pl. XXI; Fig.

1) j'ai décrit un Cymatoceras extrèmement voisin, C.

sakalavum CoLr.., et je l'ai comparé à diverses es-

2- AMMONOIDEA

pèces albiennes : on pourra se reporter à ce mémoire

pour ces comparaisons qui sont valables à propos du

Nautile de Tarfaya.

Gisement : T. 10 - Oued Chebeika, Est de Rassi Esbed,

pied NW de la Rammada el Gueblia : 2 exemplaires.

Zone à Dipoloceras cristatttm, niveau inférieur.

PIIYLLOCEIUS sp. iudct. groupe SERESITENSE PEnv.

1963. Phylloceras (Hypo1·bulites) seresitense (PERVIN­

QUIERE). Collignon (M.) Recherches sur les Faunes

Albiennes de Madagascar. IV. L'Albien de Mokaraha

(Ann. Géol. Serv. des Mines de Madagascar,

p. 67) . (Biblicgraphie) .

Très grand exemplaire de 0, 160 rn et épais de

0.050 em·iron, mal conservé présentant sa surface normale

d'tm côté. et, de l'autre les tours internes avec

trace rayonnante des cloisons sectionnées approximath·ement

en leur milieu.

Il s'agit certain ement de cette espèce très répandue

en .-\frique du Nord. au Zoulouland et à Madagascar.

Gisement : T. 10 - Oued Chebeika. Est de Hassi Oum

1963. Phyllocems (Hyporbulites) seresitense (PERVIN­

QUIERE) . Collignon (M.) Atlas des Fossiles caractéristiques

de Madagascar. Fasc. X, Albien Pl.

CCXLI, Fig. 1038 ; Pl. CCXLII, Fig. 1041.

Esbed, pied NW de la Rammada el Gueblia . 1 exemplaire.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau inférieur.

N.B. - J. Wiedmann (126, p. 142) a tenté une révisoin

du groupe d'Ammonites auquel appartient Phyllocems

(Hyporbulites) seresitense PERV. Sans la discuter ici, je

me contente de faire remarquer que la figure qu'il donne

de la cloi>:on de son «Hypophylloceras seresitense seresitense

PERV. » (p. 143. Fig. 8) présente des selles sans

aucun rapport avec celles que figure Pervinquière (85,

p. 9, Fig. 2) pour Je type de l'espèce .

. l.\ISOCEIUS PSECDOEJ.EG.L\"5 PICTET ET C.DIPICHE nu· TARFAYESSIS nov. var. TYPE

Très bel exemplaire arqué de 0,120 m environ,

comportant, très atténuée, la même ornementation

que celle des exemplaires figurés par Spath en provenance

de l'Al bien supérieur d'Angleterre : gros

tubercules externes reliés les uns aux autres, à travers

la région siphonale, par de fines côtes formant

boucle, et unis aux tubercules latéraux par 3 côtes

très fines formant également boucle ; au-deles

côtes se poursuivent sur la région interne qu'elles

traversent sans s'interrompre. Entre les tubercules il y

a de 1 à 3 intercalaires, également fines et complètement

circulaires.

Sur le type de Pictet et Campiche les tubercules

latéraux ne sont indiqués que par un épaississement

radial et mince de la côte, tandis que, ici, les tubercules

sont ronds et plats. Enfin toutes les côtes sont

Pl. 1, Fig. 2, 2 a

Comparer : 1938 Anisoceras pseudo-elegans (PICTET et

CAMPICHE). SPATH (L.F.) A Monograph of the Ammonoidea

of the Gault. p. 556, Fig. 196 a-d ; Pl. LIX. Fig. 5

Pl. LX, Fig. 2, 3 ; Pl. LXIII, Fig. 12 (Bibliographie) .

obliques au lieu d'être franchement radiales, il y a en

général plus d'intercalaires et la section est subelliptique

et allongée.

Ainsi ce bel exemplaires est-il plus proche, par

son ornementation, de Anisoceras plicatile J. Sow.

(in Spath. 112. p. 557-558. Fig. 196 e-h) du Cénomanien

avec lequel il forme transition, et qui en diffère

seuler.nent par ses tubercules plus accusés et sa section

arrondie.

Gisement : T. 482 - Oued Chebeika, rive gauche, près

de Rassi Oum Esbed. T. 10 - Oued Chebeika, Est de

Hassi Oum Esbed, pied NW de la Rammada el Gueblia

: 2 exemplaires.

Zone à Dipoloceras cristatum : dans les deux niveaux.


Très bel exemplaire d'environ 0,100 rn, de section

régulièrement elliptique. Ornementation de très petits

tubercules extrèmement pointus situés de part et

d'autre de la région siphonale et unis entre eux par

deux côtes formant boucle. De ces tubercules partent

deux côtes également très fines, radiales, circulaires,

se réunissant à nouveau à l'autre tubercule externe

après avoir fait le tour de la coquille. Entre ces tubercules

et leurs côtes il y a de 4 à 6 côtes intercalaires

de même force et de même parcours. Cloisons invisibles.

C'ette nouvelle espèce est très voisine de Idioha-

Ce Gaudryceras se distingue de tous ceux que

j'ai étudiés jusqu'ici par la forme très surbaissée du

tour, beaucoup plus épais que haut : son épaisseur

atteint 52 %, ce qui confère à la section une forme

transversalement elliptique. En conséquence, les flancs

sont réduits, la région externe est très large et la

paroi ombilicale est oblique.

Ornementation de 4 bourrelets obliques de plus

en plus forts, entre lesquels il existe de nombreuses

costules très fines limitées aux parties interne et moyenne

des flancs ; elles disparaissent sur la région

externe. Cloisons invisibles. L'exemplaire est entièrement

cloisonné.

Conformément aux idées que j'ai émises en étudiant

les Gandrycemtidae de Madagascar (37, p. 43-

51) je pense qu'il s'agit ici d'un Gaudryceras en cours

d'évolution et dont les caractères ne sont pas encore

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 13

IDIOIJ:LliiTES SA LV ANI nov. sp. TYPE

PL 1, Fig. 3, 3a

GAUDRYCER1iS sp. inclet.

PL 1, Fig. 4

Diamètre total 0,027

Hauteur du dernier tour ................... . 0,010 (0,37)

Epaisseur du dernier tour ................. . 0,014 (0,52)

Diamètre de l'ombilic ..................... . 0,009 (0,33)

mites tuberculatus J. Sow. (108, p. 582, Fig. 206 a-h ;

PL LXIV, Fig 12 ; PL LXV, Fig. 3, 4, 10) ; elle en

diffère par une costulation beaucoup plus fine et plus

abondante et un plus grand nombre d'intercalaires au

même diamètre (cf. Fig. 3-4 de la PL LXV de Spath) ;

mais la disposition des tubercules et la section sont

les mêmes.

Gisement : T. 482 - Oued Chebeika, rive gauche, près

de Rassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

fixés définitivement. En effet, si on compare les dimensions

proportionnelles de ce Gaudryceras avec

celles de Gaudryceras lauteli CoLL. (37. Tableau de

la page 49) , on verra que ce dernier Gaudryce1·as présente

au 5° et 6° tours une épaisseur de 50 % - à un

diamètre d'ailleurs bien inférieur à celui de cet exemplaire

marocain - et que, ultèrieurement, elle devient

très inférieure.

Ce Gaudryceras est donc à ranger, à mon avis,

parmi les exemplaires non déterminables : il est cependant

intéressant à signaler en raison de ses caractères

propres.

Gisement : T. 481 - Près de la côte, 4 km au SW de

Foum Chebeika.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

PJH..ITCHTUTES aff. GJŒSSLYI PIGTET ET C,L\IPICHE

1938. Tw·rilites Gresslyi (PICTET et CAMPICHE) ; Spath

op. cit. p. 516, Fig. 180. PL LVIII, Fig. 3-4 (Bibliographie)

.

Tours identiques à ceux des exemplaires figurés

par Spath, et pareillement orientés. Les côtes portent

3 tubercules saillants et un quatrième presqu'insensible

à la suture.

Commun dans l'Albien Européen.

Pl. 1. Fig. 5

1962. Paraturrilites Gresslyi (PICTET et C.niPICHE) : M.

Collignon. Atlas op. cit. X, PL CCLVIII. Fig. 1122.

Gisement : T. 481 - Près de la côte, 4 krn au SW de

Foum Chebeika.

Zone à Dipoloceras cristat1on, niveau supérieur.


14 M. C 0 L L 1 G N 0 N

1921. Puzosia communis SPATH. op. cit. p. 47, Fig. II a ;

Pl. II, Fig. 3 a-e.

1931. Puzosia communis (SPATH) ; Seitz (0.) Zur Morphologie

der Ammoniten aus dem Albien II (Jal11·b.

Preuss. Geol. Lrrndesanst. p. 404) .

Diamètre total ........ .

Hauteur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

Diamètre de l'ombilic ................... .

Deux exemplairs assez bien conservés et un gros

fragment :::ont extrément voisins de cette espéce par

l'ornementation, en particulier par le b·acé des sillons

et les dimensions proportionnelles en hauteur et

épaisseur. Toutefois, ici, l'ombilic est nettement plus

ouvert.

Diam2tre total ..

Hauteur du dernier tour

Epaisssur du dernier tour

Diam2tre de l'ombilic .....

Deux gros exemplaires, assez mal conservés, mais

dont la préparation a pu être suffisamment poussée

pour pouvoir les attribuer tous deux à cette espèce

très commune dans l'Albien Européen.

Diamètre total ............ .

Hauteur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

Diamètre de l'ombilic ... .

Coquille massive de section ovale à peine plu

haute qu'épaisse, ou aussi haute qu'épaisse selon les

exemplaires (celui de 483-484 est légèrement écrasé) ,

à flancs à peine convexes sur la plus grande partie

de leur développement, mais très fortement convexes

sur la région externe large. Ombilic à parois verticales.

Ornementation de côtes flexueu:;es serrées : les

principales naissent librement et isolément au sommet

de la paroi ombilicale, d'abord convexes en avant, puis

un peu retraverses, et enfin deviennent radiales sur

leur tiers externe. Au point où elles deviennent radia-

PUZOSU cf. CO.l!JJUNIS SPATH

Pl. 1. Fig. 6.

PCZOSU M.lYORI d'Orm.

1940. Puzosia communis (SPATH) Breistroffer (M.) Revi ..

sion des Ammonites du Vraconien de Salazac

(Trav. Lab. Geol. Univ. Grenoble, Vol. XXVI, p.

45-46) .

0,058

0,023 (0,40)

0,020 (0,34)

0,019 (0,33)

L'espèce, très répandue dans 1' Al bien supérieur

d'Angleterre, est très variable d'après Spath.

Gisement : T. 10 (T. C2Nr) - Oued Chebeika, Est de

Rassi Oum Esbed, pied NW de la Rammaùa el Gueblia.

Zone à Dipolocems c1·istatum, niveau inférieur.

1921. P11zosia Mayori (d'ORBIGNY) ; Spath. op. cit. p. 42,

Fig. 10 ; Pl. I, Fig. 9-10 (Bibliographie).

0,108

0,044 (0,41)

0,036 (0,33)

0,035 (0,32)

P.LCI/YJJES.llOCER.1S JJO'L'TISGEfll nov. sp.

Pl. 2, Fig. 1-2

0,197

0,031 (0,41)

0,068 (0,35)

0,066 (0,34)

Gisement : T. 482 - Oued Chebeika, rive gauche, de

Rassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau inférieur.

0,177

0,080 (0,45)

0,071 (0,40)

0,058 (0,33)

T. 481

0,185

0,033 (0,45)

0,083 (0.45)

0.050 (0 2ï)

T. 10

0,187

TYPE

0.034 (0,45)

0.053 (0,36)

0,050 (0,27)

T. 483-484

les elles se clichotor:nisrnt régulièrement et donnent

alors deux secondaires égales et de même force que

les '1rinc ''8! s. De ·.,'ace en place, à intervalles irréguliers

il y a une côte un peu plus forte que les autres

et simple. A 5:1 côtes principales ombilicales correspondnt

a-ooz ex2te"!1?nt 100 côtes secondaires à la

périDhérie. Cloisons im·isibles.

Cette o:·ne:-::e::-:•s.t:on très régulière rappelle d'assez

Drès c-:c::e ::-:c P:·.,è.esmoceras denisoni STOL. (in

Koss::2:. '' · :56. pl. XXI, fig. 5 a) , mais tandis


que chez cette dernière espèce (du Cénomanien inférieur)

cette ornementation chênge très vite, ici, elle

persiste jusqu'à l'extrémité du tour d'ailleurs encore

cloisonné chez les 3 exemplaires examinés.

Il y a aussi beaucoup d'ênalogies avec Pachydesmocen!s

coh(saënse ANDERSON du même niveau en

Californie, mais dont la section est nettement aplz:tie

(1, p. 96, Pl. V, fig. 128-129), et aussi avec Pachydesmocems

dilleri ANDERSON (1, p. 97, pl. IV, fig. 116-117)

1921. Beudanticems Beudanti (3RONGNIART) Spath (L.F.)

A Monograph of the Ammonoidca of the Gault. I.

(Pal. Soc. p. 49, Fig. 12 a-c ; Pl. II, Fig. 4 a-d, Bibliographie)

.

Diamètre total ............ .

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 15

Hauteur du dernier tour ............. .

Epaisseur du dernier tour

JŒC/).L\TJCHJUS JŒCD.L\Tl BHGT.

Pl. 3, fig. 1, la

Diamètre de l'ombilic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Demi-exemplaire présentant toutes les caractéristiques

de l'espèce : forme, dimensions proportionnelles,

section, ornementation (médiocrement conservée)

et cloison.

Paraît très répandu à Tarfaya ou 6 exemplaires,

à'ailleurs tous médiocres, présentent les mêmes cm·actères.

10 autres, plus ou moins fragmentaires, déformés

ou écrasés, appartiennent vraisemblablement à

cette espèce.

1921. Desmoceras latidorsatum (MICHELIN) Spath (L.F.) A

Monograph of the Ammonoidea of the Gault, I, (Pal.

Soc. p. 39, Fig. 9 ; Pl. Il, Fig . 2 a-b, Bibliographie).

Diamètre total .......... .

Hauteur du dernier tour

J)f:'S.l!OCEN.IS' LI TJDOUSATU.ll .\lien.

Pl. 3, Fig. 2

qui présente une ornementation cie ::::::e style. r:1ai::

avec de profondes constrictions.

Gisements : T. 481 - Près de la co:e. .-:::: :o.·_; S\\"

de Foum Chebeika. T. 483-484 - Oued C!-Je':Jei;:;.. :·:._·e

gauche, Sud de Rassi Oum Esbed.

T. 10 - Oued Chebeika Est de Rassi Oum EsQec. :;:ec:

NW de la Rammada el Gueblia.

Zone à Dipoloceras cristatmn, dans les deux ni\·ea·..Lx.

1931. Beudanticeras Beudanti (BRGT.) Seitz (0.) Zur Morphologie

der Ammoniten aus dem Albien II (Jahrb

Preuss. Landesanst. Vol. LII, p. 406 ; PL XVII, Fig. 3

a-d) .

0,083

0,043 (0,52)

0,023 (0,28)

0,011 ( 0,13)

D'après L.F. Spath, Beudanticeras Beudanti BRGT.

est une espèce commune dans la zone à cristatum

dont elle est l'un des éléments les plus caractéristiques.

Gisement : T. 10 - Ot:ed Chebeika, Est de Rassi

Oum Esbed, pied NW de la Rammada El Gueblia.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau inférieur.

Epaisseur du dernier tour ................................................ .

Diamètre de l'ombilic . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . .. . . . . . . .. . . . .

Les dimensions données sont celles de l'exemplaire

le mieux conservé. Cette espèce, qui est très abondante

à Tarfaya, surtout en gros exemplaires (15

exemplaires), n'a pas grande signification stratigraphique,

car elle existe dans tout l'Albien, surtout

moyen et supérieur, et monte même dans le Céno-

1949. Latidorsella latidorsata (MICHELIN) C:.llignon (:\1.)

Recherches sur les Faunes Albiennes de ::\Iadagascar.

1. L'Albien d'Ambarimaninga (Ann. Geol. Sen·.

des Mines, T. XVI, p.62. Bibliographie) .

manien inférieur.

Répartition ubiquiste.

0,100

0,047 (0.47)

0,045 (0.45)

0.020 ( 0.20)

Gisement : T. 10 - Voir ci-dessus.

Zone à Dipoloceras cristatum, niyeau inférieur.


16 M . COLLIGNON

1932. Hysteroceras carinatum SPATH (L.F.) A Monograph

of the Ammonoidea of the Gault. p. 482, Fig. 161

m.n, 166 d ; PL LI, Fig. 5 ; Pl . Lili, Fig. 4,5,10,11

Pl . LVI, Fig. II (Bibliographie) .

HYSTEROCERAS CARINJ1TUJI SPATH

Pl. 3, Fig. 3, 4, 4a, 4b.

1942. Hysteroceras carinatum (SPATH) . Haas (0.) The Vernay

Collection of Cretaceous (Albian) Ammonites

from Angola (Bull. American Mus. of Nat. Hist .

Vol. LXXXI, 1, p. 37, Fig. 5 a ; Pl. V, Fig. 7-17

Pl. VI, Fig. 12-14 ; Pl . IX, Fig. 2 ; Bibliographie).

1 TI

Diamètre total . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,031 0,035

Hauteur du dernier tour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,0105 (0,34) 0,0125 (0,36)

Epaisseur du dernier tour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,009 (0,29) 0,011 (0,31)

Diamètre de 1 ombilic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,011 (0,35) 0,0135 (0,39)

Deux exemplaires sont bien caractérisés par leur

costulation serrée (40 côtes périphériques pour

l'exemplaire Il, et 35 pour l'exemplaire 1) , le tracé

sigmoïdal des côtes et leurs dimensions proportionnelles

comparées à celles que donne L. F. Spath. Les

côtes paraissent plus épaisses, ce qui est évidemment

dû à la nature de la conservation de ces Ammonites.

Malheureusement les cloisons n'apparaissent pas.

Diamètre total

Hauteur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

Diamètre de l'ombilic

Je considère comme une variété (ou sous-espèce)

de Hysterocems ca1·ir..atttrn Spath un demi-exemplaire

qui diffère du type par ses côtes moins flexueuses,

sa section carrée et son ombilic sensiblement plus

JIYSTEROCf.:RAS CARIN"lTUJI SPATH. Yar.

Pl. 3, Fig. 5, 5a

Cette espèce est commune en Angleterre, dans

les sous-zones à orbignyi-aequatorealis et en France

(En trèves) , en Angola et en Afrique du Sud.

Gisement : T. 10 - Oued Chebeika, Est Rassi de Oum

Esbed, pied NW de la Hammada El Gueblia.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau inférieur.

0,034

0,011 (0,32)

0,011 (0,32)

O,ûl5 (0,44)

large. La carène est particulièrement nette.

Gisement : T. 10 (C:N1) - Voir ci-dessus.

HYSTEJWCER.lS C.lRIN ATUM SPATH. var.

Pl. 3, Fig. 6, 6a

Zone à Dipoloceras c1·istatU1n, niveau inférieur.

Diamètre total 0,036

Hauteur du dernier tour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,014 ( 0,39)

Epaisseur du dernier tour

Diamètre de l'ombilic

Un autre exemplaire est remarquable par la tendance

que prennent les côtes, à la fin du dernier

tour, à rester isolées. Les trois dernières sont même

toutes semblables et portent un très faible tubercule

ombilical. La carène est forte. L'exemplaire est par-

tiellement mal conservé.

0,014 (0,39)

0,014 (0,39)

Gisement : T. 10 - voir ci-dessus.

Zone à Dipolocems cristatum, niveau inférieur.


1932. Hyste1'ocems 0Tbignyi SPATH (L. F.) A Monograph

of the Ammonoidea of the Gault. (Pa!. Soc. p. 483,

Fig. 161 a-d, 166-169 ; Pl. XLIX, Fig. 4,5 a-b ; Pl. D,

Fig. 2-5 ; Pl. LII, Fig. 2-4,8 ; Pl. LIV, Fig. 8 a-b ;

Pl. LVI, Fig. 15 ; Bibliographie) .

1936. HysteTocems 01'bignyi (SPATH). V enzo (S.) Ccfalopodi

del Cretaceo medio-superiore dello Zulu!and

Diamètre total ........ .

Hauteur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

Diamètre de l'ombilic

Tours de section presque canée, à flancs un peu

convexes et région externe arrondie avec trace de

carène obtuse de moins en moins nette. Ornementation

de côtes principales au nombre de 16-17 avec

tubercule ombilical virguliforme, alternant avec des

intercalaires courtes de même force ; au total il y

a environ 34 côtes à la périphérie ; toutes dessinent

un chevron sm· la région externe. Cloisons invisibles.

Cette Ammonite (T. 481) , correspond exactement

2UX différentes figures données par epath. Un autre

exemplaire (T. 482), plus épais, à côtes presque radiales,

plus saillantes et tubercules ombilicaux plus forts

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIF.R DE TARFAYA

Diamèire total ............ .

Hauteur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

Diamètre de l'ombilic

Bel ensemble d'exemplaires variés, malheureusement

tous incomplets, par suite des particularités de

la fossilisation : en général, les tours internes sont

très bien conservés et ils sont accolés à une partie

plus ou moins grande, parfois très grande, ou même

à la totalité du tour suivant conservé seulement sur

une seule face.

L'exemplaire nO I (Fig. 1, la lb) , est un demie

.\mmonite discoïdale à flancs plats, mais uniformément

abaissés depuis le sommet du mur ombilical,

>squ'à la région externe. La section présente ainsi

:a forme d'un trapèze très étiré en hauteur (Fig. lb) .

O:nbilic étroit à parois verticales. Région externe

E-nYiron la moitié de l'épaisseur totale) très légère­

:::ent concave, bordée de deux carènes aigues ornées

:.e petits tubercules, alternant plus ou moins irrégu­

::éement d'un bord à l'autre. Les flancs sont ornés

1/L.,T/:'H()f'EUAS OJWJŒ\Tl SP,\TH

Pl. 3, Fig. 7, 7a, 7b.

Ill' P/:'.\'GO:YOCE/7.1 s CllOll /JI:' UT/ llO\', Sjl.

Pl. 4 Fig. 1, la, lb. 2, 2a et Pl. 5

(Pal. Ital. Vol. XXXVI p. 98, Pl. VIII. Fiz. 6

IX, Fig. 6 ?) .

1942. Hyste1'ocems Orbignyi (SPATH). Hac:.s (Ü.J The \' c-. ­

m.y Collection of Creta


18

les tours internes sont conservés, les cloisons du

tour suivant apparaissent en empreintes à la surface

externe et latérale de l'Ammonite : ainsi est-il possible

de pouvoir examiner le dessin du lobe antisiphonal

qui paraît extrêmement voisin de celui d'un

Sphenodiscus reproduit par Hyatt (65, Pl. IX, Fig. 8),

et d'un Placenticeras (65, Pl. XXXIX, Fig. 4) . Sur

la surface des flancs de l'autre côté, la cloison, quoique

très usée, peut être dessinée.

L'exemplaire n° III (Pl. 5) , présente des tours

internes analogues (sommet de la figure) . et une

partie d'un tour qui, à ce stade, (D. du rayon : 0.137.

- H. : 0,073) (partie de la figure sur laquelle la cloison

est dessinée) , a perdu toute trace d'ornementation.

En particulier, la région externe est arrondie

en forme de voûte. La cloison est très développée,

et a pris le dessin très net de Hypengonoceras, qui

n'était que soupçonné et plus ou moins visible sur

les exemplaires I et II.

D'autres exemplaires avec cloisons appartiennent

à des individus pouvant atteindre et dépasser le demimètre

: le plus grand, qui dépasse en diamètre

0,500 rn, est encore entièrement cloisonné.

M . COLLI GNON

Hl.PE.\"GO.YOCL;'JLIS PAUHE-.1/UIŒTAE nov. sp.

Pl. 6, Fig. 1, la, 2, 2a, 3, 3a, 4, 4a.

I TYPE

Diamètre total ... . .. .... 0,068

Hauteur du dernier tour 0,035 (0,51)

Epaisseur du dernier tour 0,021 (0,31)

Diamètre de l'ombilic . . . 0,006 (0,09)

Ammonite dicoïdale très plate dont la plus grande

épaisseur se situe au sommet du mur ombilical à

partir duquel les flancs s'abaissent insensiblement,

en restant plans jusqu'à la région externe. Ils sont

lisses, sans aucune trace d'ornementation. La région

externe, très étroite, est nettement excavée (en gorge

de poulie) , entre deux carènes aigues ornées de très

petits tubercules pointus plus ou moins alternants ;

le fond concave est lisse. L'ombilic a tendance à

s'écarter.

La cloison présente tous les caractères de Hypengonocems

: sa partie externe (Fig. 1), n'est appréciable

que sur cet exemplaire choisi comme type ;

malheureusement, la région siphonale n'est pas observable

avec précision. Plus tard, les lobes sont

extrêmement voisins de ceux de HypengonoceTas

warthi KossM. (70, Pl. VI, Fig. 8) ; mais les selles

sont nettement divisées par un lobule en doigt de

gant (Fig. la) et elles se compliquent par la suite

(Fig. 4). Par contre, la partie intf'.rne des cloisons

est nette sur les exemplaires Il, III et IV. parce que

le test de la partie interne de ces Ammonites es:

RappoTts et différE:nces. - Cette belle série se

distingue difficilement des autres Hypengonoceras

avec lesquels il y a des points communs. Ici on peut

évoquer, pour les différencier. la très grande taille

jamais atteinte à ma connaissance sur les exemplaires

les plus complets, la réduction des côtes qui disparaissent

très vite et surtout les caractères de la

cloison. Les caractéristiques de forme et d'ornementation

des premiers tours font penser à KnemiceTas

Bohm, 1898 ; mais ce genre présente généralement

une ornementation beaucoup plus accentuée ; et

les caractères des cloisons sont bien c!?ux de HypengonoceTas,

en particulier en ce qui concerne le découpage

des selles et l'allongement des lobes. Les dessins

des cloisons montrent qu'il y a des différences

entre les divers exemplaires et même, selon leur

place, sur le même exemplaire.

Gisement : T. 482 - Oued Chebeika, rive gauche,

près de Rassi Oum Esbed ; 10 exemplaires tous plus

ou moins fragmentaires et plus ou moins bien conservés.

Zone à Dipolocems cristatum, niveau supérieur.

II III VI

0,081 0,082 0,124

0,042 (0,52) 0,041 (0,50) 0,064 (0,52)

0,018 (0,22) 0,020 (0,24) 0,022 (?) (0,18) (?)

0,010 (0,12) • . ? . . 0,014 (0,11)

alors conservé en saillie. Sur la « gorge de poulie »

externe, on voit le lobe antisiphonal (Fig. 4a.), et,

depuis celui-ci jusqu'à l'ombilic, la partie interne

de la cloison conservée jusqu'à la saillie du mur

ombilical du tour suivant non consen·é sur cette

face. Le lobe antisiphonal est h·ès découpé et ressemble

en gros à celui de plusieurs autres figurés

par Hyatt et cités ci-dessus à propos de Hypengonoceras

ahoubeTti nov. sp.

RappoTts et diffél"ences. - C::-:::,_,2.:·é à Hypengo­

noceJ·as cho11 berti no\·. s:;:. -=- :-. · ·.:·:-:- Hypengonoceras

s'en distingue pa!· s. :::·:-:·.= :;:·..:.s ;'late, l'absence

totale d'ornen:e:::,·.::::: .'. : · .. o >s s:c.des. la conformation

de la :·e:::-:: =:,::c::-.-o -o:,:_O'.·:ee et étroite, avec

très petits : ·.:.:: =: _ .:: C:: '... :c:: ::-:-·..:...;;: carènes et disparaisc:-.:

=-= ·=:--_:-_-:-

-

? __ _ c..:Jeurs. la cloison

est 2.ss::: ::::::-o:-o:-.·c:- < . _o .. ::::-.-:- ::e celle de Hypen-

Ç-'O"·.cc·-: --:

:-.:-,·eau supérieur.


Diamètre total

Hauteur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 19

Pl. 7, Fig. 1, la.

Diamètre de l'ombilic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

-\mmonite parfaitement discoïdale en forrr:e de

:,o:1tille biconvexe très régulière, relativement épaisse,

- région externe extrêmement mince, et ombilic

=xtrêmement étroit, presque punctiforme. Ornemen­

:alion très dense de très fines costules flexueuses

;oerrées, jointives, projetées en avant à la périphérie.

Région externe mince, plate, bordée de deux carènes

:-::wusses parcourues par une multitude de très petits

:;bercules sans grand relief, serrés, et alternants.

Cloison imparfaitement conservée : les lobes étroits

et rrofonàs ont la structure de ceux de Hypengonoceras

: les selles arrondies sont découpées par pluoieurs

petits lobules pointus.

Rappo1·ts et différences. - Les dimensions pro­

;Jortionnelles et l'ornementation de très fines costules

flexueuses, la minceur de la région externe sont

0.236

0.140 ( 0.59)

0,055 ( 0,23)

0,006 ( 0,03)

exactement celles de Engonocems uddeni HYATT (65.

p. 159, Pl. XIX, Fig. 1-6) . Mais cette Anm1onite ne

paraît pas posséder sur la carène les petits tubercules

ici présents ; la cloison est plus découpée.

tout-à-fait dans le style Hypengonoceras. Enfin la

forme parfaitement lenticulaire et l'extrême étroitesse

de l'ombilic confèrent à cet Hypengonoceras,

un cachet particulier que je n'ai pas rencontré chez

les autres espèces du genre.

Gisements : T. 482 - Oued Chebeika, rive gauche.

près de Hassi Oum Esbed T. 484 - Oued Chebeika,

rive gauche, Sud de Hassi Oum Esbed. Deux exemplaires

seulement.

Zone à Dipolocems cristatum, niveau supérieur.

OXYTROPIDOCERAS (VKVEZOUCER.IS) U


20 M . CO LLI GNON

Très belle Ammonite de gn:nde taille, discoïdale,

à flancs légèrement convexes, paroi ombilicale basse

et verticale, région externe avec forte carène. Section

hautement lancéolée. Ornementation de côtes d'abord

dt·oites st:r les tours internes, puis devenant progressivement

conc


1[,33. Mortonicents (Deiradocems) Cunningtoni SPATH. A

Moncgraph of the A1amonoidea of the Gault (Pal.

Soc. V · 413, Fig. 144 a, e ; Pl. XXXVII. Fig. 2 ; P\.

XXXIX, Fig. 5 ; Pl. XLI, Fig. 6 ; Pl. XLII Fig 7 ;

Pl. XLIII. Fig. 3 ; Pl. XLVIII, Fig. !) .

1950. Deimdocems Cmmingtoni (SPATH) Collignon (M.)

Recherches sur les Faunes albiennes de Madagascar.

IV. L'Albien de Mokaraha (An11. Geol. Serv.

des Mines de Mctdagascar. T. XVII, p. 73, Fig. 3 :

Pl. X!ï, Fig. 1-2.

Le gisement T. 10 (voir ci-dessus) , a fourni un

assez mauvais demi-exemplaire, mais qui reproduit

exactement les carEctères de cette e3pèce répandue

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 21

1950. Deimdoceras Cunningtoni (SPATH) Collignon c:vr. j

Recherches sur les Faunes albienne3 de Madagascar.

V. L'Albien d'Andranofotsy (Ann. Geol. Sere.

des Mines de Madagascar, T. XIX, p. 32, Fig. 14) .

1963. Deimdoceras Cunningtoni (SPATH) Collignon (lVI.)

Atlas des Fosciles caractéristiques de Madagasc:.r, X.

Pl. CCCXI, Fig. 1318.

en Angleterre, en France et retrouvée assE'z abondamment

à Madagasc2.r.

.110RTOSU'I:ïl.IS (PInFJ.\"(!UEllU) l.\"FL.l1T.11 .1. Sow

1932. Mortoniceras (PervinqtLieria) inflatmn (J. Sow .)

Spath (L. F.) A Monograph of the Ammonoidea of

the Gault (Pal. Soc. p. 381, Fig. 125-129, 130 a,b, 137

Diamètre toal .......................... .

Hauteur du dernier iour ................ .

Pl. 9, Fig. 2.

Epaisseur du dernier tour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Diamètre de l'ombilic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . .

Demi-exemplaire, correspondant suffisamment à

la moyenne des figures des auteurs, et paraissant

assez proche de la variété orbignyi SPATH (p. 386) .

d ; Pl. XXXV. Fig. 9 ; Pl. XXXVII, Fig. I ; Pl.

XXXIX, Fig. 2 ; Pl. XLII, Fig. 6 ; Pl. XLIII, Fig. I

Pl. XLVI, Fig. 1-2 ; Bibliographie) .

0,092

0,037 (0.40)

0,031 (0,34)

0,031 (0,34)

Gisement : T. 482 - Oued Chebeika, rive gauche, près

de Hassi Oum Esbed.

. 1/0H.TO.\FEH.IS WI:'H 1 1.\"(jL'JERI.l) ROSTR.l Tl'.ll J. SenY

1932. Mortoniceras (Pervinquieria) rostratmn (J. Sow.)

Spath (L. F.) A Monograph of the Ammonoidea of

the Gault (Pal. Soc. p. 400, Fig. 130 f,q, 136, 137 e ;

PL XXXVI, Fig. 6 ; Pl. XXXVIII, Fig. 4 ; Pl.

XXXIX, Fig. 4 a-b ; Pl. XL, Fig. I a-b, 7 a-b) .

Gros fragment avec ornementation et carène bien

conservées identique à la Fig. 6 de la Pl. XXXVI

de Spath et à l'holotype de J. Sowerby (p. 402.

Fig. 136) : le tubercule externe présente une ten-

Pl. 9, Fig. 3.

1963. Mortonicems (Pervinquieria) 1"0stmtum (J. Sow.)

Collignon (M.) Atlas des Fossiles car2ctéristiqucs de

Madagrscar, Pl. CCCIV, Fig. 1308.

dance à se divise1· comme sur cet exempaire anglai.

Gisement : T. 482 - voir ci-dessus.

Zone à Dipoloce1·as cristatum, niveau supérieur .

. 1/0H TO.\"J( '!:'/(. L...,. ( N:'/( u .\(j l"li:'IU.l) cL .IEQC:I '['() /( 8.1 LE [\ OSS:\[.

1!'65. Ammonites inflatus (J.Sow .) var. II. Stoliczka (F.)

Cretaceous Fauna of Southern India (Pal. Indica,

III, 2-5, p. 49 ; Pl. XXVIII, Pl. XXIX, Fig. 3) .

Pl. 11, Fig. 1.

1893. Schloenbachia inflata (J. Sow.) var. .1equatoreali:;

KossMAT (Fr.) Untersuchungen über die Südindisch.;

Kreideformation (Beitr. z. Geol. 11. Pa l. Oesterreich­

Ung. u. d. Or. , Vol. IX. p. 18i).


22 M . COL LIG NON

1932. M01·toniceras (Pervinquieria) aequatoreale (J. Sow.)

Spath (L.F.) A Monograph of the Ammonoidea of

the Gault (Pal. Soc. p. 385, Fig. 126 b-d) .

Très gros fragment comportant 8 côtes et la carène

forte et élevée (H : 0,070. - E : 0,062) . Section

subcarrée dont le dessin est identique à celui de la

figure de Stoliczka reproduite par Spath. Striation

spirale assez bien conservée.

Cette espèce de Kossmat est assez difficile à

interpréter correctement d'après L. F. Spath (112.

p. 387) , en raison des changements d'ornementation

selon les différents diamètres, et il a proposé de

restreindre l'espèce de Kossmat au grand exemplaire

de la Planche XXVIII de Stoliczka : c'est la solution

à laquelle je me suis rallié ici, quoique ne disposant

que d'un fragment, d'autant plus que sa section est

bien conforme à la figure de Stoliczka.

D'autre part, O. Haas, après avoir rappellé les

variations de Spath à propos de cette espèce, n'ac-

1942. Pervinquierkt inflata (J. Sow.J Yar. aequatorealis

(KossMAT) Haas (0.) The Ve:ï12.y Collection of Cretaceous

(Albian) Ammonites fro!Tl Angola (Bull

Arnerican Mus. Nat. Hist., Vol. LXXXI I. p. 68, Pl.

X. Fig. 4 a-c ; Bibliographie) .

cepte de ne la considérer que comme une simple

variété de P. inflata J. Sow., et il admet pour elle

une acception plus considérable que celle proposée

par Spath.

Ici, en présence d'un fragment cependant considérable,

et que je considère comme suffisamment

typique, je ne puis prendre au sujet de cette Ammonite

plus nettement parti, d'autant plus que l'exemplaire

de la Vernay Collection est de conservation

bien médiocre, et je pense même qu'il a fallu beaucoup

de sagacité à O. Haas pour le décrire avec tant

de soin, et le déterminer si exactement.

Gisement : T. 482 - voir ci-dessus.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

.ll()JlTOSJCHIU S (PERVJSQUIERI!l ) sp. indet. ef. .IR IE'f'JFOR.l!E SPATH \'al'.

1942. Pervinquieria arietifonnis (SPATH) Haas (0.) The

Vernay Collection of Cretaceous (Albian) Ammonites

from Angola (Bull. Arnerican Mus. of Nat. Hist.,

Un demi-exemplaire très écrasé appartient probablement

au groupe de Pervinquieria arietiformis

SPATH ou à l'une des variétés décrites par O. Haas

(59. p. 90-99) , ou à une nouvelle variété. Malheureusement,

l'état de cette Ammoni!e ne permet aucune

comparaison exacte. Il y a 14 côtes sur le demi-tour

présent, fines, saillantes, rigides, largement espacées;

toutes terminées par un gros tubercule externe pointu.

Une côte sur deux (principales) porte un tubercule

ombilical assez fort un peu au-dede la paroi

ombilicale ; les autres côtes, sans tubercule ombilicaL

sont des intercalaires. Il n'est possible ni d'apprécier

Pl. 11, Fig. 2.

Vol. LXXXI, I, p. 90 ; Pl. XVIII, Fig. 1-4 ; Pl. XIX,

Fig. 1-2 ; Pl. XX Fig. 1-2 ; Pl. XXII, Fig. 2-7 ;

Bibliographie) .

la forme et la direction de la paroi ombilicale, non

plus que la carène écrasée ou disparue. Ce fragment

est cependant intéressant, quoique pratiquement indéterminable.

Cette espèce n'est encore connue que de l'Angola

et aussi de Madagascar, qui a fourni une variété

(36, p. 30, Fig. 12 ; Pl. V, Fig. 1, la, 2, 2a) .

Gisement : T. 483 - Oued Chebeika, l'ive gauche.

Sud d'Rassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristattm, niveau supérieur .

. llORTONICEll.IS (Pt:R VJSQC!Elll.l) ORIENTALE Koss)I.

1865. Ammonites inflatus (,T. Sow.) Stoliczka (F.) var. III.

Cretaceous Fauna of Southern India (Pal. Indica, III,

2-5 ; Pl. XXIX, Fig. 4) .

Fragment de plusieurs tours assez mal conservés :

le caractère essentiel bien mis en évidence par Kossmat,

c'est-à-dire la torsion des côtes en arrière, est

bien net sur les deux exemplaires figurées.

Pl. 9, Fig. 4. Planche 11, Fig. 3.

1893. Schloenbachia inflata (J. Sow.) var. orientalis

Kossmat (Fr.) Untersuchungen über die Sündindische

Keideformation (Beit1·. z. Geol. tL Pal.

Oesten·eich-Ung. tL d. Or. Vol. IX, p. 90 ; Pl. IX,

Fig. I a,b,c) .

L'espèce ne paraît connue que de l'Inde.

Gisement : T. 482 - voir ci-dessus.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.


CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 23

.1/0HTO:\'/CIlLL' ) (fJJ:' H VI :\'Q CIEJU.I) PRICE'f SP,\TII

1932. Mortonicems (Pervinqttieria) Pricei Spath (L.F.) A

Monograph of the Ammonoidea of the Gault (Pal.

Soc. p. 391. Fig. 130 c, 131, 132, 137 c. Pl. XXXVI.

Fig. II-12. PL XXXVII. Fig. 3. PL XXXVIII. Fig. 5) .

Demi-exemplaire présentant bien les caractéristiques

essentielles de cette espèce : flancs plats à

côtes très épaissies à leur extrémité ventrale ; carène

haute ; tubercules ombilicaux ici progressivement

développés.

L'espèce est répandue dans l'Albien supérieur

PL 9, Fig. 5, Sa.

1933. M ortonice1'Cl.S (Pervinquieria) Pricei (SP.HH 1 . Breistroffer

(M.) sur le gisement fossilifère albien d'Entrèves-en-Bauges,

Savoie (Ass. Fm;tç. .-h a ;:c des

Sciences. Chambè1·y. p. 234) .

d'Angleterre et n'a été signalée en France que très

rarement.

Gisement : T. 10 - Oued Chebeika, Est d'Rassi Oum

Esbed, pied NW de la Hammada El Gueblia.

Zone à Dipolocems cristatmn, niveau inférieur.

.l!OllTO:\'JCEILI S (O.llUB.1TECRR.1S) SJNGCLA RECOSTATUM uov. "P · 1TPE

Diamètre total

Hav.teur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

Pl. 10

Diamètre de l'ombilic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Très grande Ammonite présentant deux caractères

originaux : a : aussi loin que les tours internes ont

pu être dégagés il n'y a que des côtes simples :

les côtes dédoublées sont rarissimes. - b : l'ombilic

atteint la moitié du diamètre total.

0,315

0,102 (0,32)

0,090 (0,29)

0,153 (0,49)

Tours plats, étroits, de section presque can-ée.

Ornementation de côtes et de tubercules. Les côtes,

quoique isolées et séparées par de profondes intercôtes,

sont en général longues, et naissent au bas de

la paroi ombilicale, présentent au sommet de la paroi

Fig. 1 - Section en grandeur naturelle de Mortoniceras (Omecrateceras) singularecostatum no,·. 3p .


2-1 M . CO LLI GNON

un renflement parfois tuberculiforme, parfois fondu

simplement sur la côte qui est alors saillante et

élevée. mais se déprime un peu avant d'aboutir à

un très fort tubercule externe. Parfois, mais hès

irrégulièrement, la côte est courte et naît alors à

quelque distance du sommet de la paroi ombilicale,

se renfle progressivement, et, comme les précédentes,

après s'être un peu déprimée, aboutit à un tubercule

externe semblable. Les côtes les mieux conservées

présentent une nette striation spirale qui se montre

aussi sur les tubercules externes. Au-dede ce

tubercule, la région externe est plane et large et il

existe une haute et forte carène. Les deux dernières

côtes, probablement les dernières de cette Ammonite.

qui serait alors complète, s'affaissent en devenant

concaves en avant, n'ont plus de tubercule externe

et se projettent très vivement en avant jusqu 'à

atteindre la carène, le long de laquelle elles s'évë,ncuis:oent.

Cloison invisible. Il y a, sur le demier

tour. environ 27 côtes seulement.

3-CENOMANI EN

L'allure des côtes, déprimées a\·ant d'atteindre le

tubercule externe, fait penser à Deiracloce1·as : mais

la véritable place de cette Ammonite paraît être

plutôt dr.ns le genre (ou sous-genre) Omecratece1·as

VAN HOE PEN (64) , dont la définition s'accorde suffisamment

avec ce très grand Pe;Tin qHieridae. Le tour

externe et l'ornementation concordent avec celles de

Pe1'vinquieTia (Omecratcems) plunit·enteT VAN RoE­

PEN (64. p. 314, Fig. 357 -361) ainsi que la section ;

mais ici les tours internes présentent des côtes plus

fines, plus espacées ct sans points de dichotomie.

P. (OmecTateceTat:,\ puswlifera ux HoEPEN (Id. p. 315,

Fig. 362-365) , paraît encore plus voisine : mais il y

a aussi des côtes dichotomes sur les tours internes ;

et dans les deux cas l'ombilic. quoique très large,

est cer.;endant nettement plus étroit.

Gisement : T. 481 - Près de la côte. 4 km au SW

de Foum Chebeika. Exemplaire unique.

Zone à Dipolocems c1·istatmn . niveau supérieur.

EU'f'CJUUUTES SC/IECCHZEIUANUS Bosc l'ttll'tlcl. SIL\I\PE

1801. Tu1'1'ilites Scheuchze1·ianus Bosc in Buffon de Déterville.

Vers. T.V. p. 190 (copie de Langius. Hist.

lapidum 1708, T. XXXV. p. 112, Fig. 6) .

1814. Tunilites undulatus s.owERBY. Mia. Conch, I, p. 171,

Pl. 75, Fig. 1-2-3.

1822. Tunilites undulatus (Sow.) Mante!!. The Fossils of

the South Downs, or illustrations of the Geology

of Sussex, p. 124, Pl. XXIII, Fig. 14-16 ; Pl. XXIV,

Fig. 8.

1840. TtnTilites ScheuchzeTi:mus (Bosc) d'Orbigny. Pal.

Française. Terr. Crét. Céphalopodes, p. 602, PL

CXLVI.

1861. TmTilites ScheuchzeTianus (Bosc) Pictet et Campiche.

De:o:cription des Fossiles des Terrains crétacés

de Sainte-Croix (Mat. Pal. Suisse, 3" Ser. II,

p. 144, Pl. LVIII. Fig. 6) .

1876. Turrilites Scheuchze1'iamrs (Bosc) Schlüter (Cl.)

Die Cephalopoden der oberen deutschen Kreid·2

(Palaeontogr. Vol. XXIV. p. 3, Pl. XXXVI, Fig. 11-

15).

1901. Turrilites Schwchzerianus (Bosc) Di Stefano. Fos.

cret. del Bartoniano di Plati, Calabria (Atti Soc.

Ital. Sc. Nat. JI/Iilano, T. XLIII, p. 381 ; Pl. VIII. Fig.

10).

1901. Tu rrilites Scheuchzerianus (Bosc) Pervinquière

(L.) Etudes de Paléontologie Tunisienne, I. Céphalopodes

des Terr. Secondaires ,p. 97, Fig. 26.

1910. Tu rrilites Scheuchzerianus (Bosc) Perviaquièr2

(L) . Ammonites du Crétacé Algérien (Mem. Soc.

Geol. de France, n" 42, p. 49, Pl. V, Fig. 2) .

Pl. 12, Fig. 1.

1916. Turrilites Scheuchzeriamrs (Bosc) Douvillé (H.) Le

Crétacé et l'Eocène du Tibet Central (Pal. indica,

Nouv. ser., V. 3, p. 6 ; Pl. III, Fig. 4-5) .

1923. Tu1'1'ilites Scheuchze1'ianus (Bosc) Boese (E.) Algunas

Faunas cretacicas de Zacatecas, Durango y

Guerrero (lnst. Géol. de Mexico, Bol. n" 42, p. 145,

Pl. X, Fig. 20-21 - var. mexicana BoESE) ..

1940. Tur1'ilites ScheuchzeTianus (Bosc) Fabre (S.) Le

Crétacé Supérieur de la Basse-Provence Occidentale.

I. Cénomanien et Turonien (Ann. Fac. Sc. Marseille,

XIV, p. 241, Pl. VIII, Fig. 10) .

1951. Tunilites ScheuchzeTianus (Bosc) Wright (C.W.)

et Wdght (E.N.) ). A Survey of the Fossil Cephalopoda

of the Chalk of Great Britain ... (Pal. Soc. p.

17) .

- N.B. Ici Roissy est indiqu,§ comme créateur dG l'espèce.

1953. Eutu1'1'ilites Scheuchzericmus (Bosc) . Du bourdieu

(G.) Ammonites nouvelles des Monts du lVIellègue

(Bull. Serv. Cm·te Géol. Algérie. l" Ser. Pal., n" 16,

p. 39 et sui v.) .

1953. Eutunilites Scheuchzerianus (Bosc) Breistroffer

(M.) L'évolution des Turrilitic!és albiens et cénomaniens

(C. R. Ac. Sc. T. 237, p. 1351) .

1955. Euturrilites Scheuchze1·ianus (Bosc) Reyment (R.A.)

The Cretaceous Ammonoide2. of Southern Nigeria

and the Southern CameroO!lS (Geol. StlTV. of Nige-ria,

Bull. n" 25, p. 13, Pl. I, Fig. 2) .

1962. EutuTrilites Scheuchzerianus (Bosc) Wiedmann (J.)

Ammoniten aus der vascogotischen Oberkreide,

Nord Spanien (Palaeontogr. Vol. 118 A, p. 192, Pl. XI,

Fig. 5) .


Le Cénomanien du gisement T. 71, a fourni plusieurs

beaux exemplaires de cette espèce ubiquiste,

!·épandue en Europe, au Tibet, en Afrique du Nord,

en Nigéria, en Afrique du Sud, au Japon, et représentée

au M:exique par une variété. Elle est généralement

considérée comme caractéristique du Cénomanien

inférieur.

R. A. Reyment a figuré (94, p. 56, Pl. X, Fig. 6)

un tout petit Turrilite qu'il rapporte à cette espèce

de Bosc, malgré que les côtes soient nettement déprimées

et même interrompues en leur milieu. Il rejoint

ainsi dans son appréciation celle de J. Wiedmann

(op. cit. supra) qui considère que de tels Turrilites

doivent être rapportés aux tours jeunes de l'espèce

et non à Turrilites desnoyersi d'ORB. (83, p. 601,

Pl. 146, Fig. 1-2) qu'il met en synonymie.

Cette nouvelle espèce n'est représentée que par

un très gros fragment (D : 0,091) , mais qui montre

deux caractères originaux qui m'incitent à la dénommer

: 3 rangées de tubercules de taille décroissante,

au nombre de 20 seulement (chiffre probable : il

manqt; e une petite fraction du tour) , les inférieurs

sont énormes, ronds, presque tangents et séparés les

uns des autres par de profonds intervalles très étroits,

comme, d'ailleurs, ceux des deux autres rangées, -

et lem· disposition en rangées très obliques inclinées

à 45°.

CÉ PHALOPOD ES CR ÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE T.\RFAYA 25

1871-76. Ammonites subplanulatus ScHLUTER (Cl.) Cephalopoden

der oberen deutschen Kreide (Palaeontogr,

XXI, p. 4, Pl. II, Fig. 5, 6, 7) .

Il règne toujours une certaine indécision au sujet

des Ammonites pouvant être rapportées à cette espèce.

souvent très diversement interprétée. Ici, je ne

:;J'Jis prendre position car je ne dispose que d'un

:'!·agment sensiblement aplati par compression. Je me

coJntente de le rapprocher de l'espèce de Schlüter

- ·;ec laquelle je lui trouve le maximum d'analogies

:: ce qui concerne l'ornementation (constrictions et

:ôres) . Malheureusement, la cloison n'est pas visible.

Iatsumoto a décrit sous le nom de Puzosia nippaica

MATS. (78, p. 77, Pl. X, Fig. 1 ; Pl. XI, Fig. la;

- c) . une Ammonite bien voisine qui ne diffère de

TUilRIUTI·s OUGNANENSIS nov. Jl-

Pl. 12, Fig. 2.

PCZOS/. 1 t'l'. SUBPL;iNUL1 T. 1 Scm.vr.

Pl. 12, Fig. 3.

Je suis également d'a\·is que les tours jeunes de

Eutunilites sch E u ch :eria nus Bosc peuyent pa dois

présenter cet affaissement de la partie médiane cles

côtes, mais, aussi, je pense que T. desnoyersi d'ORB ..

est une espèce parfaitement Yalable. car j'ai recueilli

dans le Cénomanien infériem· de la ri\·e gauche de

l'Isovoky, Sud Madagascar, un exemplaire componam

3 tours sur lesquels les côtes sont nettement intenompues

en leur milieu, et pas seulement déprimées. car

leurs deux parties sont séparées par un ruban pariaitement

lisse. Je publierai prochainement ce Turri!ites

sous le nom que lui a donné d'Orbigny, dans le Fascicule

XI de mon


26 M . C O L L I G N O N

Diumètre total

Ha11teur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

Diamètre de l'ombilic

Coquille partiellement écrasée, mais dont la partie

terminale du dernier tour est restée bien conservée,

ce qui permet de se faire une idée exacte de l'ensemble.

Les tours sont exactement auss1 epais que hauts,

et comme les flancs sont assez légèrement convexes,

la section est presque semi-circulaire. Mur ombilical

vertical. Région externe légèrement arronciie.

Ornementation de 7-8 côtes principales saillantes,

légèrement flexueuses, naissant au sommet du mur

ombilical, épaisses, égales sur tout leur parcours,

radiales à la périphérie, non projetées en avant. Entre

elles, il n'y a de 7 à 9 intercalaires dont une partie

P.-l C/J YDI:'S.lJO('/:ïUS .UA ROCCA_\T.ll 1111\·. sp.

PL 12, Fig. 4.

ACOJIPSOCEJLI S lïOTT/1 uoY. "P·

Pl. 16, Fig. 1.

0,109

0,045 (0,41)

0,045 (0,41)

0,032 (0,29)

nait au sommet du mur ombilical et les autres vers

le milieu des flr.ncs. Il n'y a pas de côtes intercalaires

bifurquées bien nettes, quoique 2 ou 3 sur l'ensemble

en donnent l'impression. Toutes ces côtes sont aussi

flexueuses que celles que je désigne comme principales.

Ce Pachydesmoceras se compare évidemment à

P. hottingeri nov. sp. de l'Albien supérieur que j'ai

comparé à deux espèces californiennes. Cette nouvelle

espèce s'en distingue par une ornementation

beaucoup plus grossière, moins fine, et, en conséquence,

par un nombre beaucoup moindre de côtes

intercalaires (du tiers à la moitié) .

Gisement : T. 449 - Sebkha Tarza, bordure SE.

TYPE

Diamètre total . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,055 0,089

Hauteur du dernier tour ..................................... . 0,030 (0,55) 0,044 (0,49)

Epaisseur du dernier tour ................................... . 0,009 (0,16) 0,015 ( 0,17)

Diamètre de l'ombilic ....................................... . 0,006 (0,11) 0,015 (0,17)

Deux Ammonites discoïdales très plates à tours

très embrassants, ne dégageant qu'un ombilic étroit.

Les flancs sont plats, un peu déclive,; vers l'extérieur,

car l'épaisseur des tours e,o;t un peu plus considérable

au sommet de la paroi ombilicale qu'à la périphérie.

Région externe tronquée, plate, étroite.

L'ornementation très faible comporte des côtes

flexueuses presqu'imperceptibles, visibles seulement

sous un éclairage approprié, issues de surélévations

périombilicales que je ne puis considérer comme

de véritables tubercules. A la périphérie, il y a une

rangée de tubercules externes assez nettement en

rapport avec les côtes ci-dessus décrites, très petits,

1898. Acanthoceras Choffati KoSSMAT (Fr) . Untersuchungen

über die Südindische Kreideformation (Beitr.

z. Pal. u. Geol. Oesterreich-Ung. u. d. Or., XI, p. 12,

Pl. IV, Fig. I) .

CA IXCOC/:"IU S CIIOFFA T/ Koss:\L\T

Pl. 12, Fig. 5.

presque punctiformes et moyennement serrés. Cl oisons

invisibles.

Rapports et différences. - Cette espèce a surtout

des rapports avec certains Acompsoce1·as cénomaniens

de Madagascar non encore décrits. En ce qui concerne

les espèces connues, elle est assez voisine de Acomp­

soceras bochumense ScHLUT. (103, p. 1, Pl. 1, Fig. 1-

4) qui en diffère cependant par une épaisseur considérable,

des flancs convexes, et une ornementation

plus sensible, mais de même style.

Gisement : T. 449 - Sebkha Tarza, bordure SE.

1902. Acanthoceras Choffati (KosSMAT) Petraschek (W.)

Die Ammoniten der Sii.chsischen Kreideformation

( .. id., XIV, 3-4, p. 151, Pl. X, Fig. 2 a-b) .


1903. Acanthoceras sp. ind. aff. Ac. Choffati (KosSMAT)

Choffat (P.) Contributions à la connaissance des colonies

Portugaises d'Afrique. I. Le Crétacique de

Conducia, p. 28, Pl. VIII, Fig. 1 a-c) . (variété probable)

.

1907. Acanthoceras Choffati (KossMAT) Crick (G.C.) Cretaceous

Fossils of Natal. I. The Cephalopods from

the deposit at the North end of False Bay, Zululand

(Third and final report of the Geo. Surv. of

Natal and Zulubnd, p. 205, Pl. XII. Fig. 5,53) .

1936. Acanthoceras Choffati (KossMAT) Venzo (S.) Cefalopodi

del Cretacee medio-superiore dello Zululand

(Pal. Ialica Vol. XXXVI, p. 83, pl. VII, Fig. 8) .

Ce Calycocems est caractérisé par ses côtes épaisoes

et serrées. L'exemplaire marocain est un peu

:·uste ; ses côtes sont un peu moins flexueuses que

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 27

.lf".I.\Tlf (H'l:'JU S niT. Jl ()"l'O.ll .lfd:'SSr.: IJEFH.

Bibliographie in Diener, Fossilium Catalogus. p.

164-165.

1932. Acanthocems rotomagense (DEFR.) Tzankov (V) .

Mollusques fossiles de la Craie supérieure dans la

Bulgarie du Nord (Revue Soc. Géol. Bulgm·e, IV. 1.

p. 74, Pl. V, Fig. 4) .

:936. Acanthocems rotomagense (DEFR.) Venzo (S.) Cefalopodi

del Cretaceo medio-superiore dello Zululand

(Pal. Italica, Vol. XXXVI, p. 81) .

Je dispose d'un très gros fragment que je rap­

- ::·te assez dubitativement à cette espèce si souvent

-=e et, je crois, très souvent mal interprétée. Une

. -=·::.-ion complète de l'espèce s'impose sans aucun

::.··.:te. mais je ne puis l'entreprendre ici en raison

la médiocrité de l'exemplaire communiqué.

. -l mmonites 1'0tomagensis Stoliczka (Fr) . The fossil

Cepnalopoda of the cretaceous rocks of Southern

India. Ammonitidae. (Pal. Indica, Ser. I,I, p. 66, Pl.

XXXIV. Fig. 3, 3a, 4, 4a, 4b ; Pl. XXXV. Fig. 1, la

Fig. 2 (var. spinosa KossM.) Pl. XXXVI, Fig. I ;

P: XXXVII, Fig. I-2) .

.-l.. canrlwceras Newboldi KosSMAT (Fr.) . op. cit.., p. 4,

?:. I. Fig. 2-3 ; Pl. III, Fig. 1 (var. spinoset) .

- . ca nrhocu:ts Newboldi (KcsSMAT) Crick (G.C.) op.

_:: .. p. 19ï. et p. 199, Pl. XII, Fig. 3 (var. spinosa).

_ __ : · : iwceras Newboldi (KossMAT) Pervinquière (L.)

cic. p. 100, Fig. 103 ; Pl. XIII, Fig. 3.

. _ . : . : i-, aceras N ewboldi (KossMAT) Boule, Lemoine

. -:-::-_\·enin. Céphalopodes c·étacés des environs de

= :


_

. _ _ __ _ . _ _ .. ·Xoss:IIAT) Matsumoto (T.) ,

-

" :::·.:.2- ia ,:\.) Sorne Acanthoceratids from

:: : ·:Lo..: ::: :::·.:àie3 on the Cretaceous Ammonites

_ _ : :-:-. ::C::J:.-:"'aido and Saghalien-XI) . (Mem. F.ac. of

i ·- .=· :ce. Kyuslw Univ. Se1·. D. GeoL, Vol VI, 1,

::: a Fig. 3 ; Pl. III, Fig, la,b,c ; Pl. IV, Fig. la,b,c-2

é.O) .

:9.5S. Calycocems Newbolcii (KossMAT) Anderson (F.M.)

Upper Cretaceous of the Pacifie Coast (Geol. Soc.

Je ne dispose que d'un mauvais exemplaire de

cette Ammonite (peut-être de la variété spinosa) ,

qui est remarquablement répandue dans le Monde

1898. Acanthoceras Cunningtoni S.HARPE var. Cornuta

KosSMAT. op. cit. p. 18, Pl. V, Fig. 1, la.

:Il . C 0 L L 1 G N 0 N

EGOJIPll. lLOCERAS CORNFTC.lJ 1\ossL\T.

Pl. 14 et 15, Fig. 1, la.

America, no 71, p. 242, Pl. VII, Fig. I, la) .

1959. Calycoceras cf. spinosum (KosSMAT) Matsurnoto (T.)

Upper Cretaceous Ammonites from California, II,

p. 72, Fig. 29, Pl. XXI, Fig.2.

1962. Calycoceras Newboldi (KossMAT) Avnimelech (M.)

et Shoresh (R.) Les Céphalopodes cénomaniens des

environs de Jerusalem (Bull. Soc. Géol. de France,

7o Sér., IV, n° 4, p. 533) .

entier. Elle est cependant importante pour les corrélations

à établir.

Gisement : T. 234 - Oued Ougnane Tel-li, amont.

1942. AcanthoceTas Cmmingtoni SHARPE var. Contuta

(KossMAT) Moreman (W.L.) Paleontology of the

Eagle Ford Group of North and central Texas (Jo.

PaL, Vol. XVI, no 2, p. 204) .

Diamètre total . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,265

Hauteur sur les tubercules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,116 (0,44;

Hauteur entre les tubercules

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,087 (0,33)

Epaisseur sur les tubercules

0,119 (0,45)

Epaisseur entre les tubercules

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,092 (0,35)

Diamètre de l'ombilic . .

0,088 (0,33;

Kossmat a décrit comme variété de Euomphaloceras

cunningtoni ( = E. etwmphalmn SHARPE) une

forte Ammonite de l'Ootatoor moyen.

Le magnifique exemplaire de Tarfaya est encore

plus considérable puisqu'il atteint le diamètre de

0.265 contre 0,154 seulement pour le type de Kossmat.

Les dimensions sont légèrement différentes, mais on

ne peut que réunir ces deux exemplaires. En ce qui

concerne la forme, ils sont caractérisés par leur

ection apparemment ovale entre les tubercules, la

hauteur de la paroi ombilicale et l'aplatissement de

la région externe. En ce qui concerne l'ornementation,

le nombre des côtes est le même (12 au total) , et

la disposition des tubercules est identique : un tuber ..

cule ombilical très fort qui s'écarte de plus en plus

du sommet de la paroi pour devenir presque latéral,

un tubercule latéro-externe de plus en plus puissant,

et qui atteint plus du quart de la hauteur du tour

EUO:lJPIJ. lLOCERAS LEH:lLLYSI noY. sp.

Pl. 13, Fig. 1, la, lb.

si on mesure celle-ci sur les tubercules. Sur l'exemplaire

marocain, beaucoup plus âgé que l'exemplaire

indien, toute ornementation sur la région externe a

disparu, sauf au début du dernier tour où de vagues

côtes unissant par deux les tubercules externes

sont encore perceptibles. Cloisons invisibles.

Je pense que cette Ammonite peut être considérée

comme une espèce autonome car elle est beaucoup

plus élancée, et l'exemplaire de Kossmat ne possède

pas une région externe identique à celle du type

de Sharpe.

L'espèce est très rare et n'est connue jusqu'ici

que de l'Inde (Ootatoor) et du Texas (Tarrant formation,)

.

Gisement : T. 234 - Oued Ougnane Tel-li, amont,

1 unique exemplaire.

Di::tmètre total 0,080

Hauteur du dernier tour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,038 (0,48)

Epaisseur du dernier tour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,050 (0,63)

Diamètre de l'ombilic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,029 (0,36)


Comme toutes les Ammonites du genre, celle-ci

est caractérisée par la présence de côtes portant

ï rangées de tubercules d'un bord ombilical à l'autre.

Ammonite très épaisse, massive, de section rectangulaire,

à flancs plats, ombilic relativement étroit.

Ornementation de côtes principales épaisses, serrées,

au nombre de 20 environ, comportant un tubercule

ombilical de force moyenne, un tubercule latéroexterne

très fort, pointu, dominant perpendiculairement

les flancs, et un tubercule externe très gros.

La ligne siphonale est garnie de gros tubercules

allongés dans le sens de l'enroulement. Entre deux

côtes principales consécutives, il y a une intercalaire

limitée à la région externe correspondant à l'intercôte

des flancs profondément excavés, et de même ornementation

que les principales. A noter la disposition

particulière des 3 tubercules garnissant la région

externe : ils sont unis .entre eux, à leur base, par

une faible costule délimitant ainsi une sorte de

cuvette encadrant le tubercule siphonal. Cloisons

invisibles.

RappoTts et difféTences. - L'ornementation rappelle

celle de Euomphalocems etwmphalum SHARPE

(105, p. 31, Pl. XIII, Fig. 4 a-c = E. cttnningtoni

SHARPE. . . id . . , p. 35, Pl. XV, Fig. 2) , mais ici

l'ornementation de la région exteme est bien différente,

d'autant plus que la taille relativement réduite

de l'exemplaire marocain ne permet pas de penser

que de petits tubercules primitifs se sont réunis très

tôt pour donner les gros tubercules externes encadrant

le gros tubercule siphonal. D'autre part, la

direction perpendiculaire aux flancs du gros tubercule

Petit exemplaire représentant à un stade jeune,

l'Ammonite ci-dessus décrite : l'examen de la région

externe prouve que son ornementation est bien originale

et ne permet pas de le confondre avec l'une

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 29

EUO:l!PH. iLOCERAS LEHMANN/ nov. sp.

Pl. 13, Fig. 2, 2a.

ECO.llPH. ŒOCERAS SA LV"iN/ nov. sp.

Pl. 17. Fig. 2, 2a.

latéro-externe n'est pas celle du tubercule correspondant

de E. euomphalum SHARPE.

A ce point de vue E. lehmanni nov. sp. serait

peut-être plus proche de Etwmpha!oceras inerme

PERV. ( = E. sussexiense SHARPE non MANTELL, p. 34,

Pl. XV, Fig. la, lb, le + Pervinquière. 84, p. 277 ; non

E. evo.ltttum SPATH 1926, p. 82) . Mais E. inerme PERV.

a beaucoup plus de côtes, un ombilic plus large et

ne porte pas d'intercalaires à la limite des flancs et

de la région externe.

Il en est de même en ce qui concerne E. meridionale

STOL. (Stoliczka. 116, p. 76. Pl. XLI, Fig. la-c)

et de E.


Omementation composée d'environ 24 côtes épais­

es. dont une partie sont des intercalaires ; mais

celles-ci sont moins nombreuses que les principales,

car les 4 ou 5 dernières côtes sont toutes des principales.

Les principales portent, comme il est de

règle chez le genre, 7 tubercules d'un bord ombilical

à l'autre : le tubercule ombilical est mousse, très

effacé, il disparaît avant la fin du dernier tour. Par

contre, le tubercule latéro-externe croît avec l'âge

et devient très proéminent tout en étant perpendiculaire

à la surface des flancs. Les deux tubercules

externes, de part et d'autre de la ligne siphonale,

sont de taille moyenne, ronds et mousses ; et, entre

eux, sur la ligne siphonale, il y a une rangée de

tubercules siphonaux en nombre généralement double

de celui des précédents ; ils leur sont assez irrégulièrement

unis par une costule.

1865. Ammonites harpax STOLICZKA (F.)op. cit., p. 72 Pl.

XXXIX, Fig. 1.

1898. Acantlwceras harpax (STOLICZKA) Kossmat (Fr.) op.

cit. p. 13, Pl. IV, Fig. 2 a-b-c) .

1920. Acanthocems ha1·pax (STOLICZKA) Taubenhaus (H.)

Die Ammoneen der Kreideformation Palaestinas und

Syriens (Zeitsch. d. deutsch. Pal - Ve1·., Vol. LXIII,

p. 16, Pl. II, Fig. 2) .

1931. Acanthoceras harpax (STOLICZKA) Basse (E.) Mono-

Bel exemplaire bien caractérisé par son ornementation

de côtes rétroverses à la périphérie et à tubercules

serrés sm· la région externe. Toutefois, les

côtes sont relativement plus serrées et plus épaisses

que sur la plupart des exemplaires figurés. Il s'agit

1955. Tnrmntocems 1·otatile STEPHENSON (L.W.) Basal

Eagle Ford Fauna (Cenomanian) in Johnson and

Exemplaire de taille moyenne, incomplet, un peu

écrasé, engagé dans une gangue extrêmement dure,

à flancs plats ornés de côtes serrées dont le nombre

ne peut être exactement évalué, mais probablement

voisin de 35 et dont 15-16 seulement, sont des principales,

naissant à l'ombilic par l'intermédiaire d'une

surélévation locale plutôt que par un véritable tubercule.

Toutes les autres sont des intercalaires plus

ou moins fascicul:es. Toutes sont très légèrement

sinueuses et restent égales en force en traversant

la région externe. Le nombre total des tubercules

M . C O L L I G N O N

PROTACAiYTHOf'H/LlS HARP.l.\' STOL. var.

Pl. 13, Fig. 3.

T. IRRJ.YTOCh'IUS d. ROT.iT/J,f


County, Texas, dans les couches inférieures de l'Eagle

?ord 1·apportées par Stephenson au Cénomanien su­

:Jérieur.

CÉ PHALOPOD ES CR ÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAY.>.

Gisement : T. 425 - Falaise cl'E:: Dzê: c ·.:io

repère à silex (même niveau que T. 1 è.e :"

Houiselgua) .

Pl. 16, Fig. 3, 3a, 3b, 4, 4a, 4b , 5, Sa, 5b, 6.

Diamètre total .................... . 0,040 0,044 0,049 0,076

TYPE

Hauteur du dernier tour ...... . 0,018 (0,45) 0,019 (0,43) 0,020 (0,41) 0,036 (0,47)

Epaisseur du dernier tour 0,020 (0,50) 0,019 (0,43) 0,024 (0,49) 0,030 ( 0,39)

Diamètre de l'ombilic ............. . 0,011 (0,28) 0,013 (0,30) 0,013 (0,27) 0,020 (0,26)

Coquille de petite et de moyenne taille à tours peu

embrassants, plats, à région externe plate, caractres

qui confèrent à la section une forme carrée à subcarrée,

devenant rectangulaire en hauteur avec l'âge.

Paroi ombilicale à bords verticaux bordant un ombilic

profond. Ornementation de côtes et de tubercules :

les côtes, plus ou moins rétroverses, naissent à un

tubercule ombilical, placé au sommet de la paroi,

en général, par deux sur les plus grands exemplaires ;

mais sur les plus petits elles naissent souvent isolément

et ne se présentent par deux qu'un peu plus

tard. Elles aboutissent, à proximité de la région

externe, à un tubercule latéral petit relativement

allongé dans le sens radial, et aussitôt après, à la

limite des flancs et de la région externe, elles portent

un gros tubercule externe rond et pointu. Entre les

deux rangées externes de tubercules il existe, sur

la ligne siphonale, une rangée de tubercules siphonaux

très petits et en nombre égal à clui des précédents.

Ainsi à 18 tubercules ombilicaux correspondent 36

tub21:.ules latéro-externes, externes et siphonaux. Le

plus petit exemplaire présente 24-28 tubercules. Il

y a donc 7 tubercules d'un borà ombilical à l'autre.

Les 3 rangées externes sont serrées, et, comme les

tubercules latéraux sont très voisins des tubercules

externes. ces 5 tubercules se voient nettement lors-

Fig . 4 Fig. 5 Fig. 6 Fig. 3

T. IJW.LVTOCJ:'H.lS STFPHE'.\'SOSJ no,·. p.

Pl. 17, Fig. 1, la.

qu'on regarde l'Ammonite de dos. Cloisons malheureusement

non observables.

RappoTts et difféTences. -- Tan·antoceTas wrighti

nov. sp. se compare à toute une série d'espèces

américaines très voisines par leur forme et par la

disposition de l'ornementation.

T. 1·otatile STEPHENSON (115, p. 59, Pl. V, Fig. 1-10)

a des côtes beaucoup plus nombreuses et des tubercules

plus petits. T. stan toni Stephenson (-id- p. 60.

Pl. V, Fig. 11-21) présente au contraire des côtes

moins serrées, mais également rétroverses ; et à cet

égard, l'exemplaire figuré sous le n° 13 de la Planche

V par Stephenson est très voisin de cette espèce.

T. lillianense STEPHENSON (-id-, p. 60, Pl. V, Fig.

22-27) de même que T. SeUa1·dsi ADKIN S (3, p. 239,

Pl. XXV, Fig. 1 ; Pl. XXVI, Fig. 4) présentent des

caractères moins précis : grand nombre de côtes pour

la première, côtes aigues pour la seconde. T. wTighti

nov. sp., en opposition à toutes ces espèces, présente

des tubercules très saillants et les tubercules siphonaux

persistent sur toute la surface conservée.

Gisement : T. 117 - Pied SE de la Hammada àes

sources de l'Oued Ougnane Tel-li.

Diamètre total . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,063

Hauteur du dernier tour ................................................. . 0,026 (0,41)

Epaisseur du dernier tour ............................................... . 0,029 (0,46)

Diamètre total

0,027 (0,43)

Coquille assez forte, épaisse, largement ombiliquée,

à flancs plats, de section presque carrée. La région

externe est relativement étroite, plate entre les rangées

externes de tubercules.

L'ornementation comporte des côtes fines qui naissent

isolément au bas de la paroi ombilicale oblique

et s'ornent d'un premier tubercule à quelque distance

du sommet de cette paroi ; elles parcourent les flancs


32 M . COLLIGNON

radialement et présentent deux tubercules externes

rapprochés, le premier à la limite des flancs et de

leur partie oblique et le second à la périphérie. Il

y a aussi une rangée siphonale de tubercules. Au

total il y a 7 tubercules d'un bord ombilical à l'autre.

Entre ces côtes principales à 3 tubercules, il y a

une intercalaire sans tubercule ombilical, mais à la

fin du dernier tour il n'y a plus que des principales.

Rapports et différences. - Se distingue de T.

wrighti nov. sp. par ses côtes isolées, moins serrées,

T ARRANTOCERAS MAR CHES/Nil nov sp.

Pl. 16, Fig. 7, 7a.

tendant à devenir radiales (25 côtes, dont la moitié

environ sont des intercalaires) ménageant entre elles

des espaces intercostaux plus larges, et par sa région

externe plus large sur laquelle les- côtes et tubercules

sont nettement desserrés ; le sommet de la paroi

ombilicale est arrondi, et l'ombilic est beaucoup plus

large.

Gisement : T. 117 - Pied SE de la Hammada des

sources de l'Oued Ougnane Tel-li.

Diamètre total 0,080

Hauteur du dernier tour . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . 0,036 (0,45)

Epaisseur du dernier tour ............................................... .

Diamètre de l'ombilic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Ammonite sensiblement plate, moyennement ombiliquée,

à flancs plats et de section trapézoïdale

presque rectangulaire. La région externe est étroite.

Ornementation de côtes un peu flexueuses, un peu

rétroverses, naissant, par deux au sommet de la paroi

ombilicale légèrement oblique par l'intermédiaire d'un

tubercule ombilical pointu et saillant et qui devient

de plus en plus fort avec la croissance. Le deuxième

tubercule est très petit, pointu. Le troisième, à la

limite des flancs et de la région externe, tend à

devenir assez fort, et il se relie à son symétrique

par une côte basse continue qui porte un tout petit

tubercule sur la ligne siphonale. Toutes ces côtes

Très petit Gaudryceras dont la forme est exactement

celle de Gaudryceras multiplexum KosSMAT

de l'Ootatoor de l'Inde (Kossmat. op. cit., 70, p. 121,

Pl. XV, Fig. 6a, b, c) . A ce diamètre il est impossible

de le déterminer exactement.

Petit exemplaire à côtes serrées, plates, jointives,

montrant une côte renflée vers le milieu du tour

présent. Pas de cloisons visibles. Ne peut être déterminé

spécifiquement.

4-TURONIEN

GA UDR YCERAS sp. indet.

Pl. 18, Fig. 1.

SCALARJTES sp. indet.

Pl. 18, Fig. 2.

0,032 (0,40)

0,026 (0,33)

sont très serrées, et les tubercules externes sont

presque jointifs, ne ménageant entre eux qu'une

simple rainure. Le nombre des côtes ne peut être

évalué exactement à cause de la partie manquante

il ne doit pas être éloigné de 42-45.

Cette disposition remarquable des côtes et des

tubercules, la forme de ceux-ci et celle de la section

différencient ce Tarrantoceras des autres espèces

ci-dessus décrites.

Gisement : T. 117 - Pied SE de la Hammada des

sources de l'Oued Ougnane Tel-li.

Gisement : T. 302 - Hammada Tassagdelt, Oued

Laaguid, versant sud. Niveau repère à silex inférieur.

N.B. - Les Blocs à Watinoceras de T. 61 (Terminaison

oriental de la Grande Sebkha, Zeiba) renferment plusieurs

Gaudryceras ayant cette même forme.

N.B. - Le Coniacien m'a fourni deux exemplaires

beaucoup plus typiques : Scalarites matsumotoi nov. sp.

(voir Pl. XXVIII,Fig. 3-4) .

Gisement : T. 128 - Sebkha en Naila.


CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 33

PUZOSIA sp. aff. ORIENTALIS 1\ 0SSMATI L\'rs.

1893. Puzosia gau·dcwa (FORBES) Kossmat (Fr.) , op. cit.,

p. 115, Pl. XXII Fig. 2 a-b, 3.

1954. Puzosia orientalis MATSUMOTO subsp. Kossmati MATS.

(T.) Family Puzosiidae from Hokkaido and Saghalien

(Studies on the Cretaceous Ammonoidea from

Hokkaido and Sagha!ien-V) . (Mem. Fac. Sc. Kyushu

Je dispose de 4 exemplaires plus ou moins frag­

:-t1entaires d'un Pnzosia complètement écrasé et par

conséquent indéterminable. L'ornementation, la direction

des sillons avec leur brusque inflexion au milieu

des flancs me permettent cependant de les rapprocher

de l'espèce figurée par Kossmat et renommée par

Matsumoto. Il semble d'ailleurs que l'exemplaire ici

figuré soit plus proche de Pu.zosia o1·ientalis MATS.

1893. Pachydiscus Linderi DE GROSSOUVRE (A) . Les Ammonites

de la Craie supérieure d2 France, p. 188, Pl.

XVIII, Pl. XXIV, Fig. 4) .

1955. Pachydiscus (Nowakites) Linde1·i (DE GROSSOUVRE)

Collignon (M.) Ammonites néocrétacées du Menabe,

PL 18, Fig. 3.

Univ. Se1·v. D. Geol., Vol. no 2, p. 74, Pl. XIII, Fig.

1, 2 a-b).

1961. Puzosia orientalis (MATSUMOTO) Collignon (M.) Ammonites

neocrétacées du Menabe, Madagascar. VII.

Les Desmoceratidae. (Ann. Géol. de Madagascar, T.

XXXI, p. 32, Pl. V, Fig. 1, la, lb, le, ld) .

/'. 1 CllYDI:"S.1lOf:EJL1 S LINDER/ IJE GnossouvnE

Pl. 18, F;g. 4.

que de la sous-espèce kossmati MATS. ; mais le

serrage des côtes est assez différent sur tous lës

échantillons. Aussi je les rapporte tous en bloc à

P. orientalis MATS. subsp. kossmati MATS. sans pouvoir

les identifier complètement.

Gisement : T. 471 - Oued Ez Zehar - Oued El Ouâar,

Nord de Legdem El Tali.

Madagascar (Ann. Géol. Sen·. des Mines de Madagascar.

T. XXI, p. 78. n" 29) .

1961. Pc,chydesmoceras Lin,de1·i (DE GROSSOUVRE) Collignon

(M.) Ammonites néocrétacées du Menabe, Madagascar.

VI. Les Desmoceratidae (Ann. Géol. de

Madagascar, T. XXXI, p. 41, Pl. X, Fig. 1. 1


34 M . COLL IGNO N

gorge de poulie limitée par deux arêtes vives et

lisses ; puis, progressivement, cette rainure s'efface

et fait place à un méplat nettement délimité par les

deux arêtes devenues mousses, et encadrées ellesmêmes

par un méplat oblique qui fait transition avec

les flancs. L'ornementation de ceux-ci comporte de

très fines costules periombilicales qui se multiplient

par dichotomie et se poursuivent jusqu'au méplat

siphonal en devenant de plus en plus fines. De place

en place l'une des costules se renforce et forme, vers

le tiers externe, une côte en croissant concave en

avant qui s'efface à la périphérie (bien visible sur

la figure 8) . Toutes les costules se moulent sur ce

croissant et, à sa hauteur, deviennent également

concaves en avant. Cette ornementation est particulièrement

nette sur la face non figurée (incomplètement

dégagée d'une gangue extrêmement dure, s'opposant

au test très fragile) . Pas de cloisons observables

sur aucun des exemplaires. L'exemplaire figuré

sous le n° 8 est le type de l'espèce.

Rapports et différences .. - Je rapporte cette curieuse

série à Prop.facenticeras en raison de l'ornementation

des côtes en croissant qui est exactement

celle de Proplacenticeras fritschi DE GRùS:l. (57, II,

p. 124, Pl. V, Fig. 1 a-b, 2 a-lü du Coniacien de la

Craie de Villedieu. Mais il n'y a, à aucun stade, de

tubercules périombilicaux. Les plus petits exemplaires

sont ou lisses ou munis d'une ornementation extrêmement

faible visible seulement à la loupe. Les côtes

en croissant n'apparaissent qu'à un diamètre assez

1942. Metoicoceras ornatum MOREMAN (W.L.) Paleontology

of the Eagle Ford Group of North and Central

Texas (Jo. Pal. Vol. XVI, no 2, p. 211, Fig. 2 c ;

Pl. XXXII, Fig. 4) .

Ammonite de petite taille à tours élevés et dont

la section correspond à la figure donnée par Moreman.

Flancs légèrement convexes ; région externe déprimée

; ombilic relativement étroit. Ornementation de

côtes isolées, simples, issues à l'ombilic de surélévations

très faibles, radiales, quoique très légèrement

concaves en avant, aboutissant à un tubercule latéral

saillant uni par une très courte côte oblique à un

tubercule externe également saillant et allongé dans

le sens de l'enroulement. Pas de cloisons visibles.

Rapports et différences. - C'est de Metoicoceras

ornatum MoREMAN que cette Ammonite se rapproche

le plus : elle en diffère seulement par le nombre

un peu plus grand des côtes et par leur non-différentiation

en longues et courtes, car ici presque toutes

naissent à l'ombilic.

grand (environ 0,070) . Elles disparaissent probablement

assez vite car un gros fragment de chambre

d'habitation provenant d'un exemplaire qui devait

atteindre 0,150 à 0,160 de diamètre se montre totalement

dépourvu de toute ornementation. Un petit

exemplaire de 0,031 (Fig. 5) présente un péristome

intact sous forme d'une lèvre épaissie très fortement

concave en avant, à partir de l'ombilic.

Gisements : T. 471 - Oued ez Zehar - Oued el Ouaâr,

Nord de Legdem el Tali. 2 exemplaires ;

T. 472 - Oued ez Zehar - Oued el Ouaâr, Legdem

el Tali, un peu au-dessus du niveau-repère à silex

inférieur ;

T. 410 - Affluent droit de l'Oued el Amra, au Sud

de l'Oued Ougnane Tel-li. 1 exemplaire ;

T. 411 - Même localité que T. 410, niveau un peu

inférieur. 3 exemplaires ;

T. 302 - Hammada Tassagdelt, Oued Laaguid, versant

sud ;

T. 303 - Même localité que T. 302. 1 exemplaire ;

T. 128 - Sebkha en Naila. 1 exemplaire ;

METOICOCERAS sp. aff. ORNATUM MoREMAN

Pl. 19, Fig. 1, 2, 2a.

T. 122 A - Dernière digitation de l'affluent droit de

l'Oued el Amra, au Sud de l'Oued Ougnane Tel-li.

6 exemplaires ;

T. 428 A - Falaise d'Ed Dzeroua 3 km SW de la Gara

Toukdem. 1 exemplaire douteux.

Au total : 15 exemplaires et 1 exemplaire douteux.

1955. Metoicoceras aff. ornatum (MOREMAN) Reyment

(R.A.) The Cretaceous Ammonoidea of Southern

Nigeria and the Southern Carneroons (Geol. Survey

of Nigeria. Bull. n° 25, p. 47, Pl. IX, Fig. 6-7) .

L'exemplaire figuré par Reyment est bien incomplet

et ne permet pas une comparaison, sauf en ce

qui concerne la région externe.

Ne disposant que de deux échantillons incomplets

et sans cloisons, il ne m'est possible que de les

rapprocher de l'espèce américaine, sans pouvoir les

identifier sûrement.

Gisement : T. 414 - Oued Ougnane Tel-li aval, rive

gauche (1 ex.) . T. 75 - Falaise d'ed Dzeroua, 1 km

Sud du pied de la Gara Toukdem (1 ex.) .

N.B. - L'espèce arn.encaine est cénornanienne. Mais

le genre apparait au Cénornanien supérieur et existe au

Turonien inférieur. Ici les deux gisements T. 414 et T. 75

sont turoniens.


952. Metoicoce-ras mosbyense COBBAN (W.A.) Cenomanian

Ammonite Fauna from the Mosby Sar.dstone

Je figure sous cette dénomination un demi-exem­

- "-ire un peu déformé du Turonien inférieur qui

:1porte une ornementation de côtes bifurquées

_, , Jes de renflements ombilicaux, radiales, relative­

-_-ëCJt rigides et aboutissant à deux tubercules, un

:éral externe uni à un tubercule externe par une

· _;rte côte oblique. Pas de cloisons visibles.

Je rapproche cet exemplaire unique de Metoico­

' ·as swallowi SHUM. (in Hyatt, 65, p. 118, Pl. XIII,

: . ; . 1-2) et plus volontiers de Metoicoceras mos-

55. Watinoceras aff. amudariense (ARKHANGUELSKY)

Reyment (R.A.) The Cretaceous Ammonoidea of

Southern Nigeria and the Southern Cameroons

(Geol. Sm·v. of Nigeria, Bull. n" 25, p. 57, Fig.

dans le texte 25 d-f) .

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 35

.lli:'T OICOCER.LS sp. af'f. MOSJJJ "ESSE Corm.\::-

Pl. 19, Fig. 3.

11'.1 T/.\"()('/:"/l .l s (;{JHNT/11:'/{/ H.EY:IIE::-IT

Pl. 19, Fig. 4, 4a, 5, Sa, 6, 6a, 6b.

of Central Montana (Us. St. Geol. Sun· . Prof. Pap.

243-D, p. 48, Pl. VI, Fig. 1-14) .

byense CoBBAN, dont les tours et l'ornementation

sont extrêmement voisins et dont l'ombilic est également

étroit. La plupart des espèces du genre figurées

par Hyatt présentent un écart sensible du dernier tour.

L'exemplaire marocain est trop fruste pour une

détermination exacte : je ne puis que le rapprocher

de l'espè


3li M . COLLI G NON

Diffère de Watinoceras guentheri REYMENT par

son ornementation de côtes plus fines, également

onduleuses, issues de tubercules ombilicaux de même

style (prolongement épaissi des côtes à l'ombilic) ,

mais ornées de deux très fins tubercules, l'un à la

limite des flancs et de la région externe, et l'autre

TYA TINOC!:'RAS COBBANI noY. sp.

Pl. 19, Fig. 8, 8a, Sb.

à proximité de la regwn siphonale. En outre, la

section est plus nettement carrée et il existe un

méplat entre les deux rangées de tubercules.

Gisements : T. 411 - Affluent droit de l'Oued el

Amra, au Sud de l'Oued Ougnane Tel-li (2 ex.) .

Diamètre total . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,023

Hauteur du dernier tour ................................................. . 0,009 (0,39)

Epaisseur du dernier tour

0,009 (0,39)

Diamètre de l'ombilic

0,006 (0,26)

C'est un Watinoceras à très forte ornementation.

Les tours sont épais relativement élevés, l'ombilic

est large à parois verticales, la section carrée. L'or­

nementation rappelle celle de Watinoceras Hesslandi

REYMENT par la disposition des côtes et des tuber­

cules : mais ici les tubercules ombilicaux sont très

forts et pointus, et ils donnent naissance à des côtes

épaisses entre lesquelles s'insèrent 1 ou 2 intercalaires

relativement fines. Les tubercules latéro-externes

sont forts sur les côtes principales, atténués sur les

intercalaires. Tous sont unis aux tubercules externes

par une courte côte oblique en avant, et celle-ci

traverse la région externe en dessinant un sinus

plus ou moins accusé. Cette ornementation vigoureuse

succède à une zone presque lisse, sans côtes

et où la section est arrondie. En somme, il y a deux

ornementations successives.

Gisement : T. 411 - voir ci-dessus.

WJ T/_\'OCEIUS af'f. CO/W. LV/ lW \" . sp.

Pl. 19, Fig. 9.

Diamètre total ............ . 0,017

Hauteur du dernier tour

0,006 (0,35)

Epaisseur du dernier tour ............................................... . 0,006 (0,35)

Diamètre de l'ombilic ..................................................... . 0,005 (0,29)

Très petite Ammonite dont l'allure générale est

eelle de Watinocems cobbani nov. sp. : la section

est carrée et l'ombilic est un peu plus large. L'ornementation

est très particulière : la première partie

du tour est lisse et les côtes ne sont qu'amorcées

par leur prolongement ombUical comme ci-dessus.

Mais sur la deuxième partie, il. y a des côtes qui

naissent par couple de deux à l'ombilic et qui tra-

TLl l'J.VOf'f-'IUS JNEn.liE 110\'. Sjl.

Pl. 19, Fig. 10, lOa, lOb, 11.

Diamètre total ............................ .

Hauteur du dernier tour ................................ .

Epaisseur du dernier tour ......................... .

Diamètre de l'ombilic ..................................... .

versent les flancs radialement, et la région externe

en dessinant un chevron vers l'avant, et toujours

sans cesse1· d'être parallèles. L'exemplaire est malheureusement

incomplet et unique.

C'est très certainement un Watinocercts cobbctni

nov. sp., mais moins évolué que le type.

Gisement : T. 411 - Voir ci-dessus.

0,015 0,019

0,007 (0,47) 0,008 (0,42)

0,005 (0,33) 0,006 (0,34)

0.003 (0.20) 0,004 (0,21)


D'assez nombreux exemplaires de Watinoceras

cie taille allant jusque 0,021, se distinguent des précédents

par l'absence de toute ornementation. La

section est haute et rectangulaire, l'ombilic assez

étroit et bordé par des tubercules, amorces de côtes

ici absentes, comme les précédents.

Il ne semble pas que ce soient des tours internes

de Watinocems cobbani nov. sp.

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 3ï

IT". L TJ.HWER.1S Sl-.,'.lJU'OST.l 'l'l 'JI no\". -

Pl. 19, Fig. 12, 12a, 13.

Gisements : T. 411 - Affluent droit de l'Oued el

Amra au Sud de l'Oued Ougnane Tel-li (ï ex. type) :

T. 122 A - Dernière digitation de !"affluent droit de

l'Oued el Amra, au Sud de l'Oued Ougnane Tel-li

(10 ex.) .

T. 302 - Hammada Tassagdelt, Oued Laaguid, versant

sud (1 ex.) .

Diamètre total

Hauteur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

Diamètre de l'ombilic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Espèce caractérisée par ses flancs plats, sa section

rectangulaire, son ombilic relativement large (le plus

large des W atinoceras de Tarfayfl) et par son ornementation

particulière. Celle-ci comporte des tubercules

ombilicaux très petits et très serrés à partir

desquels il n'y a pas de côtes : celles-ci n'apparaissent

qu'au-dedu milieu des flancs sous forme d'une

boursouflure, et sont limitées à la région périphérique

1930. Watinocems Reesidei WARREN (P.S.) New species

of fossils from Smoky River and Dunvegan formation,

Alberta (Resea?·ch Council of Alberta. Report

no 21, A pp. p. 67, Pl. III, Fig. 2 ; Pl. IV, Fig. 9-12).

1947. Watinoce1·as Reesidei Wan·en (P.S.) Cretaceous fossil

horizons in the Mackenzie River valley (Jo. Pal.

Un certain nombre d'exemplaires de T. 411, paraissent

très voisins de cette espèce américaine. Les

flancs sont plats, la section rectangulaire, et l'ombilic

est relativement étroH. L'ornementation comporte

des côtes droites rigides un peu obliques en avant,

naissant à l'ombilic sans l'intermédiaire d'un tubercule

et en comportant deux faibles à la périphérie,

très voisins l'un de l'autre, puis traversant la région

externe en dessinant un sinus relativement aigu

ers l'avant.

ll". l Tl!VOCER.lS sp. nfL IŒESTDEJ WAHHE!\

Pl. 19, Fig. 14, 14a, 15, 15a.

0,027

0,011 (0,41)

0,007 (0,26)

0,008 (0,30)

et externe ; obliques en avant, elles traversent celled

presque radialement.

L'exemplaire figuré sous le n° 13 fait transition

à Watinocems cobbani nov. sp.

Gisement T. 411 - voir ci-dessus, deux exemplaires

seulement.

Vol. XXI, no 2, p. 122, Pl. XXX, Fig. !i) .

1961. Watinoceras Reesidei (WARREN) Cobban (W.A.) et

Gryc (G.) Ammonites from the S.cabee formation

of Northern Alberta (Jo. Pal. Vol. 35, no 1, p. 186,

Fig. 2 g-2 h, PL XXXVIII, Fig. 44-49) .

Les exemplaires marocains se comparent également

à \Vatinoce1·as amudariense ARK. (8, p. 48,

Pl. VII, Fig. 8, 13 seulement' dont l'ornementation

est plus régulière, qui est plus largement ombiliqué

et dont les côtes sont nettement disposées en chevrons

sur la région externe, ce qui est le cas de

l'exemplaire figuré par Cobban et Gryc sous les

n° 44-45.

Gisement : T. 411 - Voir ci-dessus, 12 exemplaires

assez mal conservés, donc encore douteux.

Tl".lTf.\"()('f:IU S nm·. sp. aiL ('()LOR.l/JOK\"SJ:' HE:.\ll.

1908. Acanthoceras coloradoense HENDERSON (J.) New

species of Cretaceous Invertebrata from Northern

Colorado (Proc. U.S. Nat. Mus. Vol. 34, p. 259, Pl.

XIII, Fig. 10, 11) .

Pl. 20, Fig. 1, la, lb, 2; 2a; 2b; 3.

1916. Acanthoceras amudm·iense ARKHANGUELSKY Yar. horrida

ARK. (A.D.) Les Mollusques du Crétacé Supérieur

du Turkestan (Mem. Comité Geologique. N!l.o

Série, N" 152, p. 48, PL VIII, Fig. 8. 10 et 14-151.


25 M . C O L L I G N O N

J"ai toute une sene de petites Ammonites de

T. 411, qui ressemblent plus ou moins à Watinoce1·as

colomdoense REND. sans être parfaitement identiques.

Comme, d'autre part, ces petites Ammonites sont

toutes plus ou moins différentes entre elles, je les

rapporte en gros, provisoirement, à l'espèce américaine.

Elles en ont la forme, la région externe excavée

et cependant traversée par les côtes formant

chevron, et l'ornementation, en particulier la double

1954. Benueites spinostLS REYMENT (R.A.) New Turonian

Ammonites genera from Nigeria (Geol. Sm·v . Dept.

Nigeria., Col. Geol. and mineral Resources, Vol.

IV. No 2, p. 156, Fig. 3, Pl. III, Fig. 2, 4) .

L'exemplaire figuré est un peu déformé par compression,

comme beaucoup J'Ammonites de Tarfaya ;

mais le sillon siphonal est très net. Ornementation

de côtes serrées, fines, naissant par deux en général

de tubercules ombilicaux saillants et étirés dans le

sens radial ; il y a des intercalaires plus ou moins

nombreuses. Les tubercules latéro-externes apparaissent

à la fin du tour et sont réunis par une

côte épaisse.

1954. Benueites benueensis REYMENT (R.A.) New Turonian

Ammonites genera from Nigeria. op. cit, p. 155, Fig.

2, Pl. III, Fig. 1, la.

Ammonite sensiblement plate, à flancs plats, parallèles,

à ombilic peu ouvert et région externe étroite

avec sillon interrompant les côtes. L'ornementation

est composée de très fines costules très serrées, légèrement

sigmoïdales, naissant d'abord isolément,

sans l'intervention d'un tubercule, puis, avec l'âge,

se dichotomisant de plus en plus jusqu'à former des

faisceaux. De faibles tubercules ombilicaux apparaissent

qui sont plutôt des renflements des côtes à leur

origine. Ultérieurement, il y a des côtes plus ou

moins renflées qui font saillie irrégulièrement audessus

des autres qui sont très fines ; leur termi-

Très petite Ammonite à ornementation vigoureuse

et présentant tous les caractères du genre. Flancs

légèrement convexes, ombilic large et profond ; sillon

BE,VUEITES SPINOSCS H.KïIET

Pl. 20, Fig. 4, 4a.

rangée de tubercules périphériques. Malheureusement

ici aussi les cloisons ne sont pas visibles.

Gisements : T. 411 - Voir ci-dessus (5 ex.) .

T. 429 - Falaise d'ed Dzéroua, 3 km SW de la Gara

Toukdem, sous la lumachelle noire repère (1 ex.) .

T. 122 A - Dernière digitation de l'affluent droit de

l'Oued el Amra au Sud de l'Oued Ougnane Tel-li.

(2 exemplaires douteux sur un bloc) .

1955. Benueites spinosus REYMENT (R.A.) The Cretaceous

Ammonoidea of Southern Nigeria and the Southern

Cameroons. op. cit., p. 58, Fig. 25-a, Pl. XIII, Fig. 3,

4 a-b) .

Un fragment isolé présente une ornementation

plus accentuée.

Gisements : T. 61 - Zeiba, bordure W de la Sebkha

Houiselgua (3 ex.) .

T. 411 - Voir ci-dessus (1 ex.) .

BENDE/TES BKYUEE.\"SJS H.EYi\I I•XT

Pl. 20, Fig. 5, 6, 7.

FŒ.YCEJTHS HEYJJE.\"1'1 noY. sp.

Pl. 20, Fig. S, Sa, Sb, 9, 9a.

1955. Benueites benueensis REYMENT (R.A.) The Cretaceeus

Ammonoidea of Southern Nigeria and the Southern

Cameroons. op. cit., p. 58, Pl. XIII, Fig. 2.

naison externe prend souvent l'apparence d'un tubercule

ou mieux, d'un renflement accentué. Cloisons

invisibles.

Gisements : T. 61 - Zeiba, bordure W de la Sebkha

Houiselgua. Niveau-repère à silex inférieur (8 ex.) .

De nombreux blocs de T. 61 et T. 128, sont couverts

de fossiles indégageables : à côté de Lamellibranches

et de Gastéropodes, il y a surtout des

Gandryceras, Watinoceras, Bentteites et un unique

Phyllocems indéterminable.

externe profond. Ornementation de côtes fortes issues

d'abord isolément, puis par deux, d'un tubercule

ombilical de plus en plus fort. Leur parcours est


s:gmoïdal et elles aboutissent à un premier tube1·cule

:atéro-externe à partir duquel elles s'infléchissent

·J rusquement en avant et aboutissent à un tubercule

xterne pointu. Les deux rangées de tubercules ex­

ernes bordent un sillon profond. Rares intercalaires

. aissant au milieu des flancs.

Cette jolie espèce différe des autres Benueites

Un autre exemplaire de Benueites présente une

;emière partie du dernier tour très abimée ; mais

:=. deuxième partie montre des tubercules latéro­

.oxternes très forts d'où partent des côtes obliques

..Li aboutissent à un tubercule externe surplombant

: sillon dorsal.

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA

Bibliographie in Diener. Fossilium Catalogus. 29"

partie, 1925. r:;. 174.

:::.2. Mammites nodosoides (v. SCHLOTH.) Roman (F.)

Coup d'œil sur les zones de Céphalopodes du Turonien

du Vaucluse et du Gard (C.R. Ass. Français2

Av. Sc. passim) .

: =-t Mammites nodosoides (v. ScHLOTH.) Faraud (M.) Le

Ligérien de la colline de Bernon près de Tresques,

Gard (Bull. Soc. Et. Sc. N:rt. du Vaucluse, p. 4) .

_ ;;;..=;. Mammites nodosoides (v. SCHLOTH.) Karrenberg (H.\

Ammoniten-faunen aus der Nordspanischen Oberk-

Diamètre total

Hauteur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

Diamètre de l'ombilic

?erdnquière a fait remarquer (Pal. Tunisienne.

- ir .. p. 310) , que Mammites nodosoides v. ScHLQTH,

_ ·:ent cité, était rarement figuré, et que la meil­

' -Oc figme était celle de Schlüter (103, Pl. VIII,

:- 1--l} . Il faut y ajouter le fragment figuré par

-. --.::1quière (84, Pl. XVIII, Fig. 1 a-b) .

::... .o seul exemplaire de Tarfaya appartenant à cette

-= :e sensu stricto est un petit exemplaire de

::.:: :11 et encore n'est-il pas entièrement conforme :

sente sur le dernier tour sept tubercules ombi­

. =. .:...x coniques bien caractério;liques. Ils correspon-

: ,.:-_ &. des tubercules latéro-externes par l'intermé­

:.-=-.. e de côtes basses presque effacées ; mais le

- ":: e de ceux-ci est double car la moitié carres-

: -:: &. des intercalaires à peine sensibles. La double

par son ornementation vigoureuse. :\I


40 M . C O L L I G N O N

I. - Yar. SPINOSA BASSE

Pl. 20, Fig. 12, 12a.

Diamètre total 0,061

Hauteur du dernier tcùr ........................................... . 0,030 (0,49)

Epaisseur du dernier tour ......................................... . 0,026 (?) (0,43)

Diamètre de l'ombilic ............................................... . 0,016 ( 0,26)

Un Mammites, malheureusement déformé, répond

assez exactement à la définition donnée par E. Basse

de sa variété spinosa (11, II, Pl. VII, Fig. 2 ; Pl. IX,

Fig. 2) caractérisée « par un développement exagéré

des tubercules en épines très saillantes au détriment

de la costulation très effacée ». Cet exemplaire comporte

7 tubercules ombilicaux coniques et saillants

et 12 tubercules latéro-externes coniques et très forts.

Les tubercules externes sont mal conservés, de taille

duite, par rapport aux p1·écédents, et ils sont allan-

II. - \li l' . . 1 FIL l Pimn::-;QuiERE

Pl. 20, Fig. 13, 13a.

gés dans le sens spiral comme il est de règle chez

Mammites. Cet exemplaire paraît fort intéressant car,

malgré son mauvais état, il montre bien l'ornementation

curieuse de cette variété signalée jusqu'ici

seulement en Syrie par son auteur.

Gisements : T. 128 - Sebkha en Naila (3 ex.) .

T. 129 - Sidi Akhfennir sur la côte à l'Est de Foum

Agouitir (un exemplaire mal conservé) .

Di:tmètre total 0,035

Hauteur du dernier tour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,016 (0,46)

Epaisseur du dernier tour

O,Dl5 ( 0,43)

Diamètre de l'ombilic

0,009 (0,26)

Un autre Mammites très bien conservé présente

des flancs plats, une section carrée et une ornementation

de côtes peu sensibles et de tubercules. Il y a

10-12 tubercules ombilicaux unis dans la proportion

de 1 à 2 à des tubercules latéo-externes séparés

les uns des autres par une profonde dépression. Les

tubercules ombilicaux présentent une tendance nette

à s'allonger dans le sens n:..dial, surtout sur les tours

internes. Les latéro-externes et externes, par contre,

sont pincés et tous allongés dn:; le sens spiral.

C'est presque exactement la variété afra PERV.

Diamètre total

Haut.ur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

Diamètre de l'ombilic ...

Un autre Mammites partiellement bien conser

comporte des tours plats de section plus épaisse que

haute, et un ombilic remarquablement large.

L'ornementation comporte des côtes simples, basses,

souvent insensibles, issues de tubercules ombili-

(84, op. cit., p. 310, Fig. 118 ; Pl. XVIII, Fig . 2; 3)

du Turonien inférieur du Mhrila et du Bireno en

Tunisie (et 13, p. 468, Pl. LV, Fig. 5-8) . Je n'en

sépare pas cette très jolie Ammonite.

Gisements : T. 302 - Hammada Tassagdelt, Oued

Laaguid, versant sud.

T. 61 - Voir ci-dessus.

T. 129 - Voir ci-dessus.

111. - \'Il l'. T. !SS. ! fi/)ET/IE.VSJS ll O\- Ytll'.

Pl. 21, Fig. 1, la, lb.

T. 411 - Affluent droit de l'Oued el Amra, au Sud

de l'Oued Ougnane Tel-li.

0,046

0,018 (0,39)

0,021 (0,46)

0,017 (0,37)

caux serrés (16 environ) qui alternent, un très fort

succédant à un très faible. Toutes ces côtes aboutissent

à un tubercule latéro-externe très fort, conique,

pointu, perpendiculaire à la surface des flancs, comme

ceux de la variété spinosa BASSE, et sont unis par

un rudiment de côte plus ou moins effacée à un


tubercule externe très fort et pointu allongé dans

le sens spiral. Dépression marquée entre les deux

files de tubercules externes de part et d'autre de

la ligne siphonale. Cloisons invisibles.

Ce remarquable Mammites est voisin de la variété

spinosa BASSE, mais il s'en distingue par son ombilic

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 41

IV. - var. ZEIBAENSJS nov. var.

Pl. 21, Fig. 2.

très large, la multiplication des tubercules ombilicaux

et externes et par leur proéminence générale.

C'est la variété tassagdeltensis.

Gisement : T. 302 - Voir ci-dessus ; un exemplaire

avec W atinocero_.s, Benueites et Proplacenticeras.

Diamètre total 0,078

Hauteur du dernier tour ........................................... . 0,032 (0,41)

Epaisseur du dernier tour ......................................... . 0,030 (?) (0,38)

Diamètre de l'ombilic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Très belle Ammonite malheureusement si fragile

et dans une gangue si dure, que l'épaisseur n'a pu

être mesurée exactement, mais seulement approximativement.

Elle paraît exagérer encore le caractère

de la variété afra PERV.

Les flancs sont plats et même un peu concaves,

les tours sont hauts et l'ombilic est relativement très

large. Il y a des côtes principales et des intercalaires.

Les principales naissent au bas de la paroi ombilicale

par l'intermédiaire d'un tubercule virguliforme, très

saillant, concave en avant. Une côte basse déprimée

en son milieu l'unit à un tubercule latéro-externe

très pointu et saillant. Et celui-ci est séparé d'un

tubercule externe, curieusement arrondi et allongé

dans le sens spiral, par une profonde dépression.

Entre les côtes principales, il y a une intercalaire

Diamètre total

Hauteur du dernier tour .

MAMMITES CHOUBERTJ nov. sp.

Pl. 22, Fig. 1, la.

0,032 (0,41)

qui naît librement au-dedu niveau des tubercules

ombilicaux et qui ne porte qu'un tubercule externe

bas ; les intercalaires n'existent d'ailleurs qu'à la fin

du tour. Il y a dçmc une très forte majorité de

principales. Sur le tour interne, les tubercules ombilicaux

seuls visibles ont la forme de ceux de la variété

Afra Perv., mais avec une pointe très nette. Sur

les 2/3 bien conservés du dernier tour de ce Mammites,

il y a 14 tubercules ombilicaux et latéroexternes

et 16 tubercules externes.

C'est la variété zeibaensis.

Gisements : T. 92 B - Nord Zeiba, extrémité W de

la Sebkha Houiselgua.

T. 61 - Zeiba, bordure W de la Sebkha Houiselgua.

0,170

0,070 (0,41)

Epaisseur du dernier tour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,096 (0,56)

Diamètre de l'ombilic

Magnifique exemplaire sur lequel se manifeste

une exubérance remarquable des tubercules ombilicaux

et latéro-externes.

L'Ammonite est massive et finalement les tours

sont beaucoup plus épais que hauts. Les flancs sont,

en gros, assez plats, mais, en réalité, il est difficile

de les définir avec exactitude parce qu'ils sont creusés

entre les tuberèules et les côtes qui les unissent.

0,048 (0,28)

Section rectangulaire large. Ombilic moyen et très

profond à pttrois verticales.

Ornementation de côtes principales avec tubercules

ombilicaux puissants, allongés dans le sens radial,

mais dont la partie médiane est conique ; ils se prolongent

par une côte courte, déprimée, mais sensiblement

au-dessus du niveau de l'intercôte, et aboutissent

à un énorme tubercule latéro-externe conique


42 M . C O L L I G N O N

et saillant. Rares intercalaires au début du dernier

tour : les six dernières côtes sont des principales.

Chaque tubercule latéro-externe correspond au début

du dernier tour à un tubercule externe saillant, jumelé

avec lui, mais beaucoup moins fort que les

précédents et allongé dans le sens spiral. Ces tubercules

externes ne tardent pas à s'affaisser, puis à

disparaître, et, en face des dernières côtes, ils ne sont

plus indiqués que par une surélévation locale de

plus en plus insensible. Ainsi, à la fin du tour (chambre

d'habitation) , la région externe est très large et

lisse entre les deux rangées de tubercules latéroexternes.

La ligne siphonale est déprimée.

Les tours internes bien visibles ne montrent que

les tubercules ombilicaux déjà énormes et séparés

par de profonds intervalles qui entaillent la paroi

ombilicale presque jusqu'au bas.

Cloisons malheureusement non conservées. La

moitié du de1·nier tour correspond à la chambre

d'habitation : la dernière cloison est visible grâce

à un trou dans le test du côté non figuré.

Rapports et différences. - Mammites chouberti

nov. sp., ne peut se comparer qu'à la variété spinosa

BASSE et à la variété Af1·a PERV. Mais ici la force

et le nombre des tubercules ombilicaux et l'épaisseur

atteinte empêche de confondre ces diverses Ammonites.

Mais, à la rigueur Mammites chouberti nov. sp.

pourrait être considéré comme une variété extrême

de Mammites nodosoides v. ScHLOTH.

Gisements : T. 122 A - Dernière digitation de l'affluent

droit de l'Oued el Amra, au Sud de l'Oued

Ougnane Tel-li ;

T. 61 - Zeiba, bordure W de la Sebkha Houiselgua

T. 128 - Sebkha en Naila.

/,·. t.lfl:' H ['.H)('f'.,'IU S sp. aiT. JA COBSON! REYME""T

1955. Kamerunoceras jacobsoni REYMENT (R.A .) The Cretaceous

Ammonddea of Southern Nigeria and the

Deux exemplaires, malheureusement fragmentaires

et écrasés, paraissent extrêmement voisins de

celui qu'à décrit Reyment, en provenance du Turonien

inférieur de Wadatta, Nigeria.

Pl. 21, Fig. 3, 4.

Southern Cameroons. op. cit., p. 59, Fig. 26, Pl. XIII,

Fig . 5.

La disposition des côtes et des tubercules sur

ceux-ci est la même ; et la région externe montre

suffisamment les deux tubercules externes accolées.

Gisement : T. 61 - Voir ci-dessus.

IU .l!ER CSOCERAS LECOIXTREI noY. sp.

Pl. 21, Fig. 5, 6.

Diamètre total . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,100

Hauteur du dernier tour ........................................... . 0,036 (0,36)

Epaisseur du dernier tour

Diamètre de l'ombilic

Bel exemplaire, malheureusement écrasé. Les

flancs sont un peu aplatis par l'écrasement. Ombilic

large. L'ornementation comporte des côtes droites,

fortes, saillantes, naissant au bas de la paroi ombilicale

très oblique ; tubercules ombilicaux pointus,

médiocrement saillants, à quelque distance du rebord.

Au-delà, les côtes s'effacent légèrement et s'ornent,

au tiers externe, d'un deuxième tubercule rond, très

fort, presque jumelé avec un troisième tubercule

externe qui est plus ou moins fort que le précédent,

parfois égal. Sur la ligne siphonale très mal conservée,

on voit parfois un petit tubercule allongé dans

le sens de l'enroulement. Cloisons invisibles.

0,030 (?) (0,30)

0,038 (0,38)

Cette belle Ammonite, malheureusement incomplètement

conservée, diffère des autres Kamerunoceras

par la vigueur de son ornementation de côtes

serrées et de tubercules. Elle paraît assez vo1sme

d'une belle espèce encore inédite du Turonien de

Madagascar.

Gisements T. 92 B - Nord Zeiba, extrémité W de

la Sebkha Houiselgua (Type)

T. 217 - Oued el Amra, rive gauche, Sud de Rassi

O. Amma Fatma

T. 128 - Sebkha en N aila (3 exemplaires jeunes) .


CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 43

PSEUDASPIDOCERAS VICENTLVJI nov. sp.

Pl. 23.

Diamètre total 0,196

Hauteur du dernier tour ................................................. . 0,081 (0,41)

Epaisseur du de-rnier tour ................................................ .

Di3111ètre de l'ombilic . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . .. . .

Ammonite massive à tours épais, de section carrée,

à flancs obliques vers l'intérieur, avec plus grande

épaisseur en conséquence à hauteur des tubercules

externes. Région externe faiblement convexe. Ombilic

moyen peu profond.

L'ornementation comporte une multitude de très

fines costules bien visibles à la fin du dernier tour,

sans relief, onduleuses, qui aboutissent aux tubercules,

ou se p-rolongent entre eux sur la région

externe qu'elles traversent. L'originalité de cette nouvelle

espèce réside aussi bien dans l'absence totale

de tubercules ombilicaux que dans la position de ses

tubercules externes situés à la limite des flancs et

de la région externe : ils sont très gros, pointus,

assez difformes et nettement rétroverses ; exactement,

ils sont dissymétriques, présentent un à-pic arrondi

et un prolongement en arête vers l'avant, de plus,

ils sont creusés en gouttière, ce qui donne à leur

section, une forme semi-circulaire. L'exemplaire est

malheureusement en assez mauvais état et ne présente

qu'une partie bien conservée, celle qui est ici figurée.

Rapports et différences. - Pseudaspidoceras vicentinii

nov. sp., présente l'aspect général de Pseudas-

Bibliographie in Pervinquière. Pal. Tunisienne. (84)

p. 393.

1931. Neoptychites cephalotus (COURTILLIER) Basse (E.)

Monographie paléontologique du Crétacé de la Province

de Maintirano, Madagascar. op. cit., p. 34, PL

IV, Fig. 9 ; PL XI, Fig . 3 a-b.

1912. Neoptychites cephalotus (COURTILLIER) Roman (F.)

Coup d'œil sur les Zones de Céphalopodes du Turonien

du Vaucluse et du Gard. op. cit., p. 13, PL 1,

Fig. 2, 2a.

1930. Neoptychites cephalotus (CDURTILLIER) Besairie (H.)

SEOPTYCHITES CEPHA LOTUS CouRT.

Pl. 24, Fig. 1, la.

0,081 (0,41)

0,068 (0,35)

pidoceras curvicostatum REYMENT (92, p. 55, Pl. XI,

Fig. 1 ; Pl. XII)·, du Turonien inférieur d'Ezillo en

Nigéria, de dimensions approximatives assez voisines.

Mais il n'en a pas les gros tubercules ombilicaux,

non plus que les côtes qui unissent ces tubercules

aux externes.

Pseudaspidoceras cornucosta.!e MoRROW (82, p. 469,

Pl. LI, Fig. 1 a-c) , présente aussi de très forts

tubercules externes, mais dans le prolongement des

flancs, et il a des tubercules ombilicaux.

Pseudaspidoceras chispaense ADKINS ( 4 bis, p. 51,

Pl. III, Fig. 1-2), présente d'énormes tubercules, probablement

très voisins de ceux de l'exemplaire marocain.

Mais le fragment décrit et figuré par Adkins

et à un diamètre plus considérable, possède des côtes

ventrales ; d'ailleurs, la figure d'Adkins, ne permet

pas une comparaison très poussée (couches à Romaniceras)

.

Gisement : T. 471 - Oued ez Zehar - Oued el Ouaâr,

Nord de Legdem El Tali (1 ex.).

Recherches geologiques à Madagascar, p. 217, Pl.

XIX, Fig. 2, 2a.

1934. Neoptychites cephalotus (COURTILLIER) Faraud (M.)

Le Ligérien de la colline de Bernon. op. cit., p. 8.

1935. Neoptychites cephalotus (COURTILLIER) Karrenberg

(H.) Anunonitenfaunen aus der Nordspanischen

oberkrejde. op. cit., p. 143, Fig. 4.

1940. Neoptychites cephalotus (COURTILLIER) Basse (E.) Les

Céphalopodes crétacés des Massifs Côtiers Syriens.

op. cit., Il, p. 456, PL V, Fig. 4 a-b.

Diamètre total . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,222

Hauteur du dernier tour ................................................. .

Epaisseur du dernier tour (sur la callosité) . . . .. . . . . . . . . .. . . . . .. . . . . . . . . . . .

Epaisseur du dernier tour (au péristome) ................................. .

Diamètre de l'ombilic ..................................................... .

Très bel exemplaire particulièrement renflé et

ayant conservé un péristome réfracté, parfaitement

intact. n ne diffère pas essentiellement des beaux

0,131 (0,5!!)

0,101 (0,1!5)

0,061 (0,27)

0,004 (0,02)

échantillons figurés par Pervinquière, mais sa région

externe est malheureusement partiellement écrasée,

et les cloisons sont invisibles.


44 ;I , C O L L I G N O N

Répa1·tition géographique ct stmtigraphique.

C'est 'Jne Ammonite assez banale de la base du

Turonien particulièrement abondante en Afrique du

Nord, d'où Pervinquière en a cité plus de 20 exemplaires.

Elle existe en Tunisie, aux Indes ( = A mm.

Te linga SToL.), en Syri, au Cameroun, à Madagascar,

en Espagne et en France. Elle peut servir à caractériser

le Turonien inférieur.

NEOP1TCIIITES H01'T!NGERI nov sp.

Pl. 25, Fig. 1, la, lb.

Gisement : T. 61 - Zeiba, bordure W de la Sebkha

Huiselgua (2 ex.) .

N.B. - Les mesures ont été prises comme celles de

Pervinquière en faisant intervenir l'épaisseur sur la callosité

et sur le peristome.

Diamètre total . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,115

Hauteur du dernier tour ................................................. . 0,065 (0,57)

Epaisseur du dernier tour ............................................... . 0,067 (0,58)

Diamètre de l'ombilic ..................................................... . 0,006 (0,05)

Ammonite massive à tours élevés dégageant un

ombilic étroit et à région externe largement convexe.

Flancs déclives à partir du rebord ombilical où se

situe le maximum d'épaisseur de la coquille. Section

subtrapézoïdale.

Ornementation de costules fugaces, irrégulières,

radiales, visibles aussi bien sur le test (région ombilicale)

que sur le moule interne et traversant la

région externe sans aucune inflexion. A noter la

forme scaphitoïde de l'ombilic très profond. Le péristome

est présent ; il se réfracte vers l'ombilic seulement.

Cloisons bien visibles au début du tour :

elle a le dessin général du genre avec selles très

SELWYAOCERAS REYME:VTJ noY. sp.

Pl. 26, Fig. 1.

découpées en hauteur ; cette cloison permet d'apprécier

la longueur de la chambre d'habitation qui

occupe les 9/10 du dernier tour.

Rappo1·t et différences. - Ce nouveau N eoptychites

est bien caractérisé par sa cloison, car sa forme

est nettement aberrante vis-à-vis des autres espèces

du genre (en particulier de N. cephrûotus CouRT.)

qui sont toujours très amincies à la périphérie.

Gisement : T. 412 - Affluent droit de l'Oued el Amra,

au Sud de l'Oued Ougnane Tel·-li. Un exemplaire

unique.

Diamètre total 0,120

Hauteur du dernier tour 0,063 (0,53)

Epaisseur du dernier tour ........................................... . 0,040 (?) (0,33)

Diamètre de l'ombilic ............................................... . 0,034 (0,28)

Je rapporte au genre Se.Lwynoceras plusieurs Ammonites,

dont le test creux est malheureusement écrasé,

mais dont l'ornementation subit un changèment

remarquable, puisque le nombre de tubercules des

côtes principales passe, sur le dernier tour, de 2-3

à 5, non comprise la rangée siphonale. L'allure générale

me paraît bien être celle des Ammonites de

ce genre quoique le début du dernier tour soit plus

proche de Kamenmoceras. Malheureusement, la cloison

est invisible.

La grosse Ammonite choisie comme type présente,

au début du dernier tour visible, des flancs plats

T. 471

ornés de côtes minces à 3 tubercules, un ombilical

vers le quart interne, et un latéro-externe, vers le

quart externe. Le 3° tubercule est difficilement visible

et sa trace subsiste seule parfois. La rangée

siphonale n'est pas observable à cause de l'écrasement.

Un peu plus loin, une partie du test du dernier

tour et la conservation défectueuse empêchent de se

rendre compte exactement du comportement de l'ornementation.

Mais, sur le demi-tour restant l'ornementation

bien différente comporte alors des côtes

principales à 5 tubercules et, entre elles, des intercalaires

à 3 tubercules seulement. Ce changement


dans le nombre des tubercules, à un stade aussi

a\'ancé, me paraît tout-à-fait remarquable, et il

:'appelle le passage du stade trituberculé au stade

pentatuberculé observé chez les Texanitidae (32, p, 56-

59) , Sur le côtes principales, le tubercule ombilical

est haut et pointu, le 2° tubercule gros, rond et

mousse, le 3° et le 4° plus gros et moins saillants,

et le 50 est très élevé, très allongé dans le sens

spiral, dessiné en arc de cercle et tranchant, Sur la

ligne siphonale, il y a une rangée de tubercules,

exactement de même forme et un peu plus forts que

ceux de la 5° rangée, Entre les côtes, les espaces

intercalaires sont profondément déprimés,

Rapports et différences, -- Le début du dernier

tour visible est extrêmement voisin de celui d'un

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA

Kamenmoce1·as (comparé à des exemplaires de :-.Ic.dagascar

à côtes portant 3 ou 4 tubel'ClÜes) . Au-delà.

on hésite entre ce genre et Selwynocercts. Je pense.

en définitive, qu'il pourrait s'agir d'un nou\·eau genre

mais qui ne peut être nettement défini en la circonstance.

Je dédie cette curieuse espèce à Mr. R. A. Reyment,

auteur de beaux travaux paléontologiques sur

le Crétacé supérieur de la Nigéria,

Gisements : T, 471 - Oued ez Zehar - Oued el Ouaâr,

Nord de Legdem El Tali (exemplaire figuré) .

T. 128 - Sebkha en Naila ;

S/?UVLYOCFJU S ZEJ/.LIŒNSR nov. sp.

PL 26, Fig.

Diamètre total ...... . 0,019

Hauteur du dernier tour ............ . 0,007 (0,37)

Epaisseur du dernier tour 0,004 (0,21)

Diamètre de l'ombilic 0,006 (0,31)

Fig. 2

Une belle série de 7 exemplaires permet une

étude assez complète de cette nouvelle espèce.

Ammonite à tours plans peu élevés, remarquablement

peu épais (avec réserves relatives à l'écrasement)

, très largement ombiliquée. Les flancs sont

plats, la paroi ombilicale est de hauteur faible et

subverticale, la région externe probablement tectiforme

avec carène dentelée (rangée impaire de tubercules)

. L'ornementation comporte sur l'exemplaire

choisi comme type (Fig. 5) , 22 côtes sur le dernier

tour, souvent dichotomes à leur origine qui est le

tubercule ombilical ; quelques-unes sont des intercalaires

: ainsi à 22 tubercules ombilicaux correspondent

38 tubercules latéro-externes et autant de tubercules

externes. Entre ces différentes rangées de tubercules,

elles sont le plus souvent déprimées et.

souvent, très peu apparentes. La carène est orn2e

ci'une rangée de tubercules correspondant aux deux

rangées précédentes. Les tubercules ombilicaux et

latéro-externes sont forts, coniques et pointus, tandis

que ceux de la rangée externe et de la carène, sont

:;eu élevés et allongés dans le sens spiral (Fig. 3a) .

Les différents exemplaires présentent une orne­

:11entation tout-à-fait analogue ; il semble toutefois

qu ïl y ait plus de côtes libres vers la fin du dernier

tour sur les exemplaires 4 et 5. Les autres exemplai­

:·es, plus petits, ont des caractères analogues, mais

T, 217 - Oued el Amra rive gauche, Sud de Rassi

O. Amma Fatma (fragment typique) .

2, 2a, 3, 3a, 4, 5.

0,034 0,043 0,049 0,068 0,093

0,012 (0,35) 0,015 (0,35) 0,016 (0,33) 0,021 (0,31) 0,029 (0,31)

(?) 0,007 (0,16) 0,008 (0,16) 0,008 (0,12) (?)

0,013 (0,38) 0,018 ( 0,42 J 0,021 ( 0,43) o,rm co,4o) 0,039 (0,42)

Fig. 3 Fig. 4 Fig 5 Type

moins de côtes et de tubercules en rapport avec

leur taille.

RappoTts et difféTences. - Cette Ammonite présente

des dimensions proportionnelles (hauteur et

ombilic) , identiques à celles de Selwynocems schlüterianmn

LAUBE et BRUDER (12, p. 236, Pl. XXIV,

Fig. 2-3 et 86, p. 150, PL X, Fig. :J, 3a ; PL XI;

Fig. 3 ; Pl. XII, Fig. 1) , du Turonien de Bohême

et de l'Allemagne du Nord ; mais l'épaisseur des

exemplaires marocains ne peut être appréciée exactement,

en raison de l'écrasement. L'involution est à

pet:. près la même. Mais l'ornementation est bien

différente, beaucoup plus régulière et constante ; et

il semble que le type de Laube et Bruder soit à peu

près dépourvu de tubercules ombilicaux. L'exemplaire

figmé par Petraschek (op. cit. PL X. I'ig. 3 a-b) est

rr:ieux conservé, il présente des tubercules ombilicaux

ü réguliers, des côtes fines saillantes, mais seuls sont

comparables les tubercules des rangées marginale et

externe. Cet exemplaire et l'autrP. exemplaire figuré

par Petraschek (op. cit., Pl. XI, Fig. 3) présentent

une région externe identique à celle des exemplaires

marocains si j'en juge par les endroits où elle est

ici le mieux conservée (Ex. figuré 3a) .

Gisement : T. 471 - Oued ez Zehar - Oued el Ouaâr.

Nord de Legdem el Tali (7 ex.) .


46 M . C O L L I G N O N

GU:'IWSOCEILI S GLEBOSflJl REY:\rENT n1r. lEll. ll-lEYS!.'- ,·nr.

1954. Glebosoceras glebasum REYMENT (R.A.) New Turonian

Ammonite genera from Nigeria. op. cit., p. 161,

Fig. 5 ; Pl. II, Fig. 3 ; Pl. IV, Fig. 1.

Pl. 27.

1955. Glebosoceras gleboswn RE!")::o::-;r (R.A.) The Cretaceous

Ammonoidea fron: SoT:-- .ern Nigeria and the

Southern Cameroons. op. cië .. p. ï5. Fig. 35.

Diamètre total . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0..,120

Hauteur du dernier tour

0,220 ( 0 .. )2)

Epaisseur du dernier tour ................................................. . 0.095 1 0,23)

Diamètre de l'ombilic ..................................................... . 0.039 (0.09 J

Ce très gros exemplaire est trop mal conser

pour qu'il puisse être exactement rapporté à l'espèce

nigérienne. Il est de dimensions assez différentes,

mais il s'en rapproche cependant suffisamment pour

pouvoir lui être comparé : il en a les flancs convexes

et l'ornementation de très larges côtes, mais ici,

apparemment moins nombreuses ; l'ombilic est plus

étroit, mais il s'écarte également.

La cloison est, en gros, assez vmsme : très mal

conservée, elle en a la première selle très large à

Les Phylloceratidae sont très rares dans le Crétacé

supérieur de Tarfaya. Je n'en ai que des exemplaires

de taille réduite. Il sont écrasés, mais l'ornementation

de fines côtes radiales très serrée est celle de Phyllaceras

(Hyporbulites) bizonatum FRITSCH du Coniacien

de l'Europe et de Madagascar (cf. 32, 1, p. 17,

Pl. 1, Fig. 2, 2a, 2b, 3a, 3b) .

Bibliographie in Collignon (32, II.) p. 56.

5 - C O NIACIEN

PIJ YI.LOCEIU S sp. indcl

Pl. 28, Fig. 1.

lobule massif oblique et le premier lobe large et

profond. Les autres éléments ne peuvent être suffisamment

appréciés.

En en faisant une variété de l'espèce nigérienne,

je ne crois pas être très loin de la réalité.

Gisement : T. 221 - Rassi Bou Emgara, affluent droit

de l'Oued ez Zehar - Oued el Ouaâr, sommet de la

formation dite « des calcaires à boules. 3 exemplaires

complets, 3 gros fragments.

Quoiqu'il en soit, je ne puis, dans leur état, que

les laisser indéterminés.

Gisements : T. 94 - Sebkha Rboula (1 ex.) .

T. 104 - Sebkha Tembaga (2 ex.) .

GA. UDR YCERAS sp. inclet. aff. 1'.1/UGUH ESSE KoSl\IAT

L'espèce de Kossmat est santonienne, et c'est

dans le Santonien inférieur que je l'ai trouvée en

abondance à Madagascar.

L'exemplaire ici préenté n'est pas déterminable,

en raison de son écrasement complet. Je le rapproche

Pl. 28, Fig. 2.

seulement de Gaudryceras varaguTense KosSMAT, en

raison de la largeur inusitée de l'ombilic et de l'allure

très projetée en avant de la costulation.

Gisement : T. 104 - Calcaire à Ammonites de la

Sebkha Tembaga.


C'. W. Wright et T. Matsumoto ont défini le

Genre Scalarites comme possédant une spire hélicoï­

::c.le au début, suivie plus ou moins tôt par un em·ou­

:ement elliptique lâche sur un plan unique avec des

:ours ne s'élargissant que lentement et de section

;:lus ou moins circulaire, des côtes simples et annu­

:aires, et, périodiquement, des côtes renflées et de

:·ares constrictions (79, p. 115, Fig. 1-2) .

Je ne fais que signaler ici la présence de 4 Bacu­

'ites, d'assez grande taille, écrasées et sans cloisons.

Indéterminables.

Le gisement T. 75 a fourni de nombreux petits

Scaphitidae écrasés, absolument lisses et sans cloisons

qui m'ont paru totalement indéterminables.

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 47

SC.1 L1RJTES .11. 1TSl'.1IOTOJ uoY. sp.

Pl. 28, Fig. 3, 4.

IJ.l rf' UTES sjJ. imlel.

SC.tPIIITES sp. indct.

Pl. 28, Fig. 5, 6, 7.

En se reportant à cette définition, je rapporte à

ce genre deux grands exemplaires écrasés, à côtes

annulaires serrées, et dont l'allure générale paraît

être elliptique. Mais il n'y a que de rares côtes renflées

et pas de constrictions.

Gisements : T. 94 - Sebkha Rboula (1 ex.) .

T. 104 - Sebkha Tembsga (1 ex.) .

Gisement T. 94 - Sebkha Rboula.

ld .lfi;_,'R C\"OCEIU S U!.'II:lf. L\'SJ uoY. sp.

Pl. 28, Fig. 8, 9, 9a.

Gisement : T. 75 - Calcaire à Ammonites et Astartes

de la coupe de la Falaise d'ed Dzeroua sur le replat

de Sidi el Mahrigui, 1, km Sud de la gara Toukdem.

Très nombreux.

TYPE

Diamètre total . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,050 0,070

Hauteur du dernier tour ..................................... . 0,019 (0,38) 0,028 (0,40)

Hauteur entre les tubercules ............................. - . . 0,009 (0,18) 0,013 (0,19)

Epaisseur du dernier tour sur les tubercules ............... . 0,013 (0,26) 0,018 (0,26)

Diamètre de l'ombilic ....................................... . 0,013 (0,26) 0,021 (0,30)

Le meilleur exemplaire (Fig. 9, 9a) , présente des

tours élevés, probablement peu épais, à flancs convexes

; la région externe est écrasée : l'ombilic est

large à parois obliques. L'ornementation très originale

présente sur le dernier tour 10 côtes saillantes, très

fines, très espacées, droites, un peu projetées en

avant à la périphérie et semblant posées sur un test

dont elles se détachent très nettement. Elles naissent

à mi-hauteur de la paroi ombilicale, au sommet de

laquelle elles portent un petit tubercule peu élevé.

puis, au milieu des flancs, un fort tubercule latéral

pointu, et à la périphérie, un troisième tubercule

latéro-externe un peu moins fort. Il y a un tubercule

siphonal semblable aux précédents. La même ornementation

avec le tubercule latéral se voit sur l'avant-

dernier tour interne. Sur l'autre face, deux tubercules

latéraux bien conservés, très pointus, se détachent

nettement des flancs (Fig. 9a) . Cloisons invisibles.

Rapports et différences. - Par l'allure générale

Kamenmoceras lehmanni nov. sp. se rapproche de

K. jacobsoni REYMENT (92, p. 59, Pl. XIII, Fig . 5.

Et ce mémoire : Pl. XXI, Fig. 3-4) . Il s'en distingue

par l'existence d'un tubercule latéral élevé et pointu.

très particulier.

Gisements : T. 435 - Sebkhet Mouffrisi, Nord, Sebkha

Rboula, juste au-dessus de T. 94.

T. 104 - Sebkha Tembaga. Type.


1897. Prionocyclus guyabmms (STEINMANN) Gerhardt (K.)

Reitrag zur Kenntnis der Kreideformation in Columbien

(Beitr. z. Geol. u. Pal. V. Südamerika herausgegeben

v. Dr. G. Steinmann in N. Jahrb. Fig.

19, Pl. V, Fig. 22 a, b, c) .

1936. Prionocycloceras guyabanum (STEINMANN) Besairie

(H.) La Géologie du Nord-Ouest de Madagascar.

M . C O L L I G N O N

PRIO:VO(TCT.OCEIU S GlT.ITU.\T.lT STJ·:I:\"HA);

Diamètre total ... .......... 0,056

Hé.uteur du dernier tour .. 0,026 (0,46)

Epaisseur du dernier tour . 0,009 ( 0,16)

Diamètre de l'ombilic 0,015 ( 0,27)

Pl 29, Fig. 1, 2, 3, 4, 5, ô, 6a

T. 104

La description du type est basée sur un petit

exemplaire de Colombie qui est resté longtemps unique.

Ultérieurement H. Besairie a décrit du Nord de

Madagascar un exemplaire semblable, mais encore

plus petit. Il appartenait à Keith Young de nous faire

connaître de bien plus gros exemplaires avec très

forte ornementation. Il est remarquable de constater

que les exemplaires marocains référables à cette

espèce, comportent également des exemplaires de

taille considérable avec d'énormes tubercules.

Malheureusement, comme il est de règle presque

absolue dans le Coniacien de Tarfaya, tous les exemplaires

sont ou aplatis ou déformés ; mais, grâce à

leur nombre, il est possible de se faire une idée à

peu près exacte du développement de l'espèce jusqu'à

des diamètres qui ne devaient pas être éloignés de

0,250 à 0,300. J'ai pu, en outre, comparer ces échantillons

à d'autres, cette fois, en parfait état, que j'ai

receuillis en 1957 dans le Coniacien de Satria (Sud

Madagascar. Feuille de Betioky, N° 583) .

D'une façon générale, les tours sont hauts, plus

élevés qu'épais, les flancs sont plats, la section hautement

rectangulaire, l'ombilic relativement large à

parois obliques.

L'ornementation comporte sur un exemplaire de

0,095 (Fig. 3) 22-24 côtes simples, isolées, sans intercalaires.

Toutes naissent au bas de la paroi ombilicale

sous forme d'un renflement virguliforme concave

en avant, plus ou moins fort, ayant parfois tendance

à prendre la forme d'un tubercule. Ces côtes traversent

les flancs radialement en s'épaississant plus ou

moins et aboutissent à un tubercule externe pointu,

plus ou moins allongé dans le sens spiral. Au-delà,

elles présentent un court prolongement fortement

projeté en avant et abouti3sent à une forte carène

crénelée. Cloisons invisibles.

(?)

Fossiles coniaciens (Mém. Ac. Malgache, XXI, p. 203,

Pl. XXIV, Fig. 19-20) .

1963. Prionocycloceras guyabanum (STEINMANN) Keith

Young. Upper Cretaceous Ammonites from the Gulf

Coast of the United States (The Univ. of Texas,

no 6304, p. 67, Fig. 12 a, 14a, 33d, Pl. XXIII, Fig.

5-6 ; Pl. XXVII, Fig. 2-3).

0,087 0,095

0,038 (0,44) 0,038 (0,40)

0,028 (0,32) (?) 0,024 (0,25) (Approx.)

0,026 (0,30) 0,0::!1 ( 0,33)

T. 104 T. 104

De plus petits exemplaires (Fig. 1, 2) présentent

un nombre de côtes inférieur, mais leur disposition

générale est la même. Sur de plus gros les côtes sont

plus nombreuses, puis ont tendance à s'effacer

(Fig. 4) parfois à disparaître complètement ; mais les

tubercules externes subsistent toujours, plus ou

moins forts, parfois très forts, et la carène perd ses

crénelures. Un très gros exemplaire qui devait dépasser

0,250 rn ne présente de gros tubercules que de

place en place ; entre eux, les tubercules externes

sont réduits ou même parfois presque effacés.

Un très gros fragment (Fig. 5) , présente de très

gros tubercules qui devaient atteindre 0,040 rn de

haut ; et l'un d'eux, détaché, est complètement creux :

il a l'apparence d'un tuyau très évasé à la base

(Fig. 6, 6a) .

C'est une semblable disposition que figure Keith

Young Pl. XXIII. Fig. 5-6 et sur la figure 12-a. Il

est difficile de dire si ce n'est pas plutôt à la figure 136

de Prionocyclocems hazza1·di KEITH YoUNG qu'il faut

rapporter ce fragment (voir ci-après) : la déformation

des tests empêche d'être plus précis.

Gisements : Tous ces Prionocycloceras appartiennent

aux gisements T. 94, T. 103, T. 104, T. 435 ., tous du

Coniacien inférieur. T. 94 et T. 435 sont exactement

superposés à la Sebkha Rboula. T. 103 et T. 104 sont

exactement au même niveau à la Sebkha Tembaga.

Il est assez remarquable de constater que les gisements

T. 75-76 de la coupe de falaise Ed Dzeroua

ne renferment pas de Prionocycloceras.

Plus ou moins bien conser\"és. plus ou moins

écrasés et plus ou moins fragmentaires, ces exemplaires

sont au nombre de 22.


CÉPH.-\.LOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 49

/'Jl/0.\UCH'LOf'UUS J];[ l.l.. IIW/ 1\


50 M . COL LIGNON

1936. Gauthiericeras Margae (SCHLUTER) Venzo (S.) Cefalopodi

del cretaceo medio-superiore dello Zululand.

op. cit., p. 104, PI. X, Fig. 2.

1958. Gauthiericeras Margae (SCHLUTER) Reyment (RA.)

Diamètre total ............ 0,124 0,160 0,162

Hauteur du dernier tour . 0,057 (0,46) 0,076 (0,47) O,Q70 (0,43)

Epaisseur du dernier tour 0,032 (0,26) (?) 0,040 (0,25)

Diamètre de l'ombilic .... 0,031 (0,25) 0,033 ( 0,27) 0,043 (0,27)

T. 229 T. 231 T. 231

Les gisements 229-231 de la coupe de la Falaise

Ouest de la Hammada er Rhouiba-el Gaada (Aïn

Outetera) ont fourni un magnifique ensemble de

Gauthiericeras qui sont tous référables à Gauthiericeras

margae ScHLUTER.

Ce sont des Ammonites discoïdales, relativement

plates, à ombilic moyen ayant tendance à s'écarter

avec la croissance.

Tours peu embrassants, élevés, se recouvrant d'un

tiers. Ombilic à parois plus ou moins verticales suivant

les exemplaires et ayant tendance à devenir

obliques avec l'âge. Région externe arrondie avec

carène plus ou moins saillante, s'effaçant sur les

exemplaires âgés. Ornementation de côtes simples

naissant au sommet de la paroi ombilicale par l'intermédiaire

d'un renflement qui se prolonge, en

donnant une crête plus ou moins large, jusqu'aude

du milieu des flancs où elles s'affaissent, et

aboutissent à un fort tubercule externe pointu et

allongé dans le sens de l'enroulement. Rares inter-

Neubeschreibung der Redtenbacber'schen Ammonitenoriginale

aus den Gosa1J:SChich!en (Acta Univ.

Stockholmiensis. Geol., ll, 3 P- 42.. Fig. 5 (2 a-b) ,

Pl. VIII, Fig. 2) .

0,187 0,220 0,230 0,300

GA VTHIERICERAS FA VRE-MVRETA E nov. sp.

Pl. 28, Fig. 10.

Diamètre total 0,106

0,083 (0,44) 0,091 (0,41) 0,097 (0,44) 0,122 (0,41)

0,046 (0,25) 0,059 (0,27) (?) 0,065 (0,28) (?) 0,072 (0,24)

0,043 (0,23) 0,059 ( 0,27) 0,064 (0,28) 0,092 (0,31)

T. 231 T. 229 T. 229 T. 229

calaires, présentes surtout dans le jeune âge, donnant

parfois l'apparence de côtes bifurquées. Cloisons

bien visibles sur l'un des exemplaires, conformes

à la figure 36 de Grossouvre.

Cette belle Ammonite comporte quelques variétés :

peruana Brügg., à côtes plus fortes, plus nombreuses

et le plus souvent dédoublées à l'origine ; turzoi

KARR., à tubercules ombilicaux saillants ; gorda KARR.,

de section transversalement rectangulaire : toutes

devraient être considérées comme des espèces spéciales.

L'espèce est répandue en Europe occidentale jusqu'en

Bohême, en Espagne, Gabon, Afrique du Sud,

Madagascar, Pérou.

Gisements : T. 231 - Pied W de la HaJ"i!mada d'el

Gaada - er Rhouiba, au Sud de Ain Outetera (7 ex.) .

T. 229 - Oued Khaoui En Naàm, 9 km Nord du

gué de la piste de Tarfaya (6 ex.) .

Hauteur du dernier tour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,043 (1,-11)

Epaisseur du dernier tour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . o. () (I,Z!} (! J

Diamètre de l'ombilic

Test de section rectangulaire (assez net malgré

un écrasement certain) à tours élevés. Flancs plats.

Ombilic large à parois obliques. Carène saillante

finement crénelée.

Ornementation de 20 côtes environ (avec une

seule intercalaire)' simples, droites, naissant uniformément

en bas de la paroi ombilicale à la suture,

et portant deux tubercules : un ombilical très fort

et saillant au-deduquel elles s'affaissent et un

externe, gros, rond et mousse. Espaces intercostaux

très déprimés, profonds.

o,cm (

Rapports et difféJe:w:e&.. - Gc•thiericeras faure­

muretae nov. se cfi!.tirww- des autres espèces

du genre par ses CÔfll5 •wiis;am au bas de la paroi

ombilicale et par ses 1::'è pus tubercules ombilicaux.

A :D.oter aussi 1m petit J*aluuganent des côtes très

oblique, en ar.IIB des tmlaetcules externes, comme

il est d'usage cheE P iu:w,du plutôt que chez Gau­

thiericera.s..

Gisemev T. lM - So+kba Tembaga (1 ex.).


1865. Ammonites subtricarinatus STOLICKA (F.) The fossil

Cephalopoda of the cretaceous rocks of Southern

India. op. cit., p. 54, Pl. XXXI, Fig. 3.

1895. Schloenbachia dravidica KosSMAT (Fr.) Untersuchungen

über die Südindische Kreideformation. op.

cit., p. 190, Pl. XXIII, Fig. 3.

1904. Peroniceras dravidicum (KOSSMAT) Solger (Fr.) Die

Ammonitenfauna der Mungokalke und das geologische

Alter der letzeren (Beitrag z. Geol v. Kamerun,

p. 18, Fig. 71-72) .

1920. Peroniceras dravidicum (KossMAT) Desio (A.) La

creta nel bacino di Firenze (Palaeontogr. Ital, Vol.

XXVI, p. 206, Pl. XII, Fig. 9.

1921. Peroniceras cf. dravidicum (KOSSMAT) Spath (L.F.)

Cretaceous Cephalopoda from Zululand (Ann. South-

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 51

PER ONICERAS sp. aff. DRA VIDICUM KossMAT

Pl. 30, Fig. 6.

A fr. Mus., XII, 7, p. 295, Pl. XXIII, Fig. 1) .

1930. Peroniceras dravidicum (KosSMAT) Lombard (J.) Céphalopodes

et Lamellibranches crétacés du Congo

Français, op. cit., p. 294, Pl. XXX, Fig. 1)

1936. Peronicero,s dravidicum (KoSSMAT) Venzo (S.) Cefalopodi

del Cretaceo medio-superiore dello Zululand.

op. cit., p. 41, Pl. VI, Fig. 1 ; Pl. VII, Fig. 9.

1940. Peroniceras dravidicum (KossMAT) Ciry (R.) Etudes

géologiques d'une partie des Provinces de Burgos '

Palencia, Léon et Santander, p. 212.

1958. Peroniceras dravidicum (KossMAT) Reyment (R.A.)

Uebersichtliche Erganzung von F. Solgers "Die Fossilien

der Mungokreide in Kameroun und ihre geologische

Bedeudung" (Actll! Univ. Stocholmiensis, II.

4, p. 65) .

Diamètre total ............................................................ . 0,087

Hauteur du dernier tour .................................................. . 0,025 (0,29)

Epaisseur du dernier tour ................................................. .

Diamètre de l'ombilic ..................................................... . 0,039 ( 0,45)

Je rapporte à Peroniceras sensu lato sans pouvoir

le définir très exactement, car la région externe a

disparu, un exemplaire de T. 107, c'est-à-dire de la

base du Coniacien.

Il comporte des tours peu élevés, plats et une

ornementation de côtes naissant par deux à l'ombilic,

droites, rigides, et terminées par un tubercule rond

assez large. Pas de cloisons visibles.

Cette ornementation si régulière est approximativement

celle de Peroniceras dravidicum KossMAT, de

la partie supérieure du groupe de l'Ootatoor de l'Inde,

qui présente de pareilles côtes dichotomes à l'ombilic.

Mais il y a aussi des intercalaires simples, assez

1926. Aptychus spino.ms Cox (R.L.) Aptychus spinosus

nov. sp. from the Upper Chalk (Ann. and. Mag. of

Nat. Rist., Ser. 9, Vol. XVII, p. 577, Pl. XXIV,

Fig. 1-3) .

1927. Spinaptychus spinosus (Cox) Trauth (F.) Aptychenstudien.

1. Ueber Die Aptychen im Allgemeinen

(Ann. d. Naturhist. Mus. in. Wien., p. 193, 200, 220,

232, 244) .

Nombreux fragments, parfois de grande taille.

La surface concave montre des lignes d'accroissement

plus ou moins saillantes. La surface convexe est

ornée de protubérances granuleuses disposées sans

ordre, irrégulières, de taille et parfois de forme assez

variable. L'ensemble est parfaitement identique aux

exemplaires figurés par Cox et Trauth.

SPINAPTYCHUS SPINOSUS Cox.

Pl. 31, Fig. 2, 2a, 3, 3a, 4, 4a.

nombreuses, alors que l'exemplaire marocain n'en

comporte qu'une seule. Il ne paraît pas possible de

pousser plus loin la comparaison.

T. 107 est au pied de la coupe de la Falaise Ouest

de la Hammada el Rhouiba. Le genre est coniacien

inférieur.

Gisement : T. 107 - Pied W de la Hammada er

Rhouiba, Sud de Legdem er Rhala. Le genre est

Coniacien inférieur.

Un autre Peroniceras probable, du gisement T. 28

A (Sebkha Tah bordure nord, base de la coupe),

appartient sans doute à une autre espèce.

1928. Spinaptychus spinosus (Cox) Trauth (F.) Aptychenstudien.

II. Die Aptychen der Oberkreide (id., p. 131,

Pl. II, Fig. 17-18) .

1930. Spinaptyches spinosus (Cox) Trauth (F.) Aptychenstudien.

IV. Nachtrag zu den "Aptychen der

Oberkreide" (id., p. 339) .

D'autres Aptychus, Spinaptychus Picardi TRAUTH

et Spinaptychus perlatus (0 FRAAS) Trauth ont été

décrits ultérieurement par F. Trauth. (id., p. 340-341,

Pl. V, Fig. 19-20) . Ils sont assez voisins de S. spinosus

C'ox, mais s'en distinguent, le premier par la

disposition des protubérances granuleuses en cercles

concentriques, le second par une disposition partiel-

(?)


52 M . C O L L I G N O N

lement irr égulière, partiellement concentrique, des

protubérances qui s'avèrent, en outre, comme étant

pwbablement creuses. Je note ici que sur l'un des

fragme:1ts de T. 440, quelques granules cassés au

scm:n:et montrent également qu'ils étaient creux.

Tous ces Aptychus sont de taille assez considérable.

Le plus grand des fragments que je .figure atteint

0.116(1 m. ce qui conespond à la dimension de 0,070 rn

d·:•'1!1ée par Cox pour l'un des exemplaires anglais.

L'appartenance de Spinaptychus spinosus Cox à

·.::: genre d'Ammonite bien défini reste douteuse.

D'après Cox, il appartiendrait à « Mortoniceras »,

:i "après Trauth à « Mortoniceras » ou à


ombilicaux vo1sms de la paroi verticale ; puis il y a

3 tubercules sur les flancs et 1 tubercule externe.

Tous ces tubercules occupent la même place que

ceux que l'on voit sur le type de Roemer. Toutefois,

au-dedu dernier tour visible (D : 0,140, ce qui

conespond à l'exemplaire-type dont le diamètre ultime

est de 0,144) , le tubercule ombilical est encore

très voisin de l'ombilic : mais, à partir de cette

taille, il s'éloigne un peu de l'ombilic, et, à la dernière

côte il en est sensiblement éloigné, disposition

qui rappelle la place du tubercule ombilical de Texanites

Oliveti BLANCK. Peut-êt!·"' est-ce dû à un certain

écrasement de la coquille. Mais, comme les côtes

sont exactement celles du type de Roemer et présentent

le même espacement (le plus large chez les

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 53

Texanites sensu sh"icto) , je pense que cette Amn:o­

nite est bien Texanites texanus re.nl ll HS ROD!EF. . Malheureusement

la région externe du dernier tour est

détruite et la cloison n'est pas visible, ce qui enlèYe

une partie de l'intérêt paléontologique ce1·tain de ce

bel exemplaire.

Il serait donc, jusqu'ici, avec l'exemplaire syrien.

le seul exemplaire connu de Texanites texanus RoE­

MER en dehors du Texas.

Gisement : T. 83 - Falaise W de la Hammada er

Rhcuiba, Sud de Caret es Souf.

Niveau : Santonien moyen.

PSJ:TJ)OSCIILOESB.lCHlii 11/. WOCC.l.Y.i no\·. sp.

Planche 34.

Diamètre total 0,270

Hauteur du dernier tour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,137 (0,51)

Epaisseur du dernier tour 0,050 (0,19) (approx.)

Diamètre de l'ombilic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,066 (0,25)

Je dispose de plusieurs exemplaires recueillis a\·ec

Texanites texanus RoEMER.

Tous ces exemplaires sont incomplets : le meilleur

qui fait l'objet des dimensions ci-dessus est une

Ammonite discoïdale très plate, très haute, de section

lancéolée. Flancs dont la plus grande épaisseur se

situe au milieu de leur surface : d'une part ils s'abaissent

vers la fosse ombilicale moyennement large, à

bords verticaux, donnant l'aspect d'une coupe b-ès

évasée ; d'autre part ils s'abaissent moins fortement

vers la région externe qui est ornée d'une belle

carène très haute. Ornementation de côtes (12 principales

seulement sur l'exemplaire figuré) basses,

larges, à peine onduleuses : issues insensiblement au

sommet de la paroi ombilicale elles se surélèvent

considérablement vers le premier quart interne, puis

s'affaissent quelque peu et se terminent à la périphérie

par un très gros tubercule externe mammitiforme.

Entre ces 12 côtes principales il y a un

nombre à peu près égal d'intercalaires avec rudi-

ments de côtes à partir du milieu ou du tiers externe

des flancs. et elles aboutissent à un très gros tubercule

identique à celui des principales.

Le genre Psettdoschloenbachia est partout assez

rare (sauf à Madagascar qui en a fourni d'innombrables

exemplaires non encore décrits) : ceux qui

ont été décrits par L. F. Spath (111, p. 139-141,

PL VI, Fig. 5 ; PL VI, Fig . 3 ; Pl . VII, Fig . 1 :

PL IX, Fig. 1 a-b) présentent des tubercules ombilicaux

plus ou moins forts, alors que cette nouvelle

espèce en est totalement dépourvue.

Gisements : T. 95 - Oued Khaoui en Naâm, rive

gauche, 1,5 km Est du gué de la piste de Tarfaya.

Type :

T. 83 - Falaise W de la Hammada er Rhouiba, Sud

de Caret es Souf ;

T. 242 - Falaise W de la Hammada er Rhouiba, en

contre-bas de Legdem er Rhala. Nombreux fragments


54 M . C O L L I G N O N

Diamètre total

PSEUDOSCHLOKVBA CHIA TARFAYENSIS nov. sp.

Hauteur du dernier tour

Epaisseur du dernier tour

Planche 35.

0,200

0,111 (0,55)

0,038 ("?) (0,34)

Diamètre de l'ombilic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,015 (0,14)

Belle espèce dont la forme rappelle celle de la

précédente. Mais ici les côtes sont moins nombreuses

(10 pour un tour complet) , plus larges et également

flexueuses. Elles naissent à une certaine distance de

l'ombilic, par l'intermédiaire d'un tubercule saillant

après lequel les côtes sont affaissées sur un très

court espace ; et, à la périphérie, elles disparaissent

sans avoir présenté de tubercules. La disposition est

donc inverse de celle de l'espèce ci-dessus décrite.

De plus, les flancs passent insensiblement à la carène

qui n'est pas ici nettement dégagée.

La grande taille de cet exemplaire ne permet pas

de le comparer utilement à ceux qui ont été évoqués

ci-dessus.

Gisement : T. 464 - Falaise d'Ed Dzeroua NE, pied N

de Tarf Hossina.


DEUXIÈME pARTIE

CONCLUSION

CorrélatioHs paléontologiques et sfratigraphiques

La faune Crétacée de Tarfaya est, paléontologiquement,

la plus complète et, en même temps, la

plus remarquable qui ait été trouvée au Maroc.

Répartie sur cinq étages de l'Aptien au Santonien,

èlle a fourni quantitativement 100 espèces de Céphalopodes

: 1 Nautile et 99 Ammonites, ainsi réparties

- Aptien : 5 espèces, toutes déjà connues.

- Albien : 30 espèces, dont 8 nouvelles et 1 variété

nouvelle.

Un unique dépôt aptien, partie marginale du bassin

de Tarfaya proprement dit, a fourni une faune :

c'est celui d'Aoreora au NE du Cap Draa (base de

la Falaise côtière à 12 km au Sud-Ouest du poste

d'Aoreora) .

L'Albien est connu au Maroc jusqu'à la latitude

:: ·-\gadir : les travaux de nombreux Géologues, de

:::._ Roch en particulier (99 bis et 99 ter) , l'on fait

-c,nnaître aussi bien dans le domaine Rifain que dans

:e domaine Atlasique. Un certain nombre d'Ammo­

::.ites en ont été citées, telles que Mortonicems (Per­

t:inquieria) inflatum J. Sow., Oxytropidocems roissyi

d'ORB., Dipoloceras de.Zaruei d'ORB., qui indiquent

l'Albien supérieur.

1-AP TIEN

2-ALBIEN

- Cénomanien : 16 espèces, dont 8 nouvelles.

Turonien : 33 espèces dont 11 nouvelles et 2 variétés

nouvelles.

Coniacien 12 espèces, dont 4 nouvelles.

Santonien 4 espèces dont deux nouvelles.

Les corrélations paléontologiques et stratigraphiques

sont indiquées ainsi qu'il suit.

La mauvaise qualité des divers échantillons ne

permet pas d'établir ni de définir des corrélations

parfaitement exactes : il est seulement possible d'affirmer

ici l'existence de l'Aptien supérieur (Gargasien)

.

Mais nulle part on n'avait encore trouvé une

faune aussi riche en espèces et en individus et aussi

variée qu'à Tarfaya. Et c'est la plus méridionale.

Suivant la composition des faunes de chaque gisement

on peut y reconnaître au moins deux niveaux

successifs, caractérisés par leurs Ammonites.

La division de l'Albien en Zones a été faite par

L. F. Spath qui a indiqué, pour chacune des Ammo-


56

nites qu'il a décrites, leur appartenance à un ou plusieurs

niveaux (ou Zonest) précis (112) . Cette classification

qui reste la base de toutes les études postérieures

a été généralisée par M. Breistroffer qui lui

a donné un caractère moins local en l'adaptant aux

nombreux gisements de l'Albien de France et d'Allemagne

(21) .

Je m'appuis en principe sur cette classification de

Breistroffer : mais, pour certains détails, je fais également

appel à celle de Spath.

A Tarfaya il est possible, par l'analyse de la composition

de chaque gisement, de replacer ceux-ci -

plus ou moins heureusement, il est vrai - dans le

cadre de la nomenclature actuellement admise.

Les coupes 27 à 31 de Tarfaya (voir planche hors

texte V, T. I) , qui m'ont été fournies par le Service

de la Carte Géographique du Maroc, met, au-dessus

de l'Aptien d'Aoreora (situé à une hauteur indéterminée)

, toute une série de gisements depuis la cote

approximative de 25 rn jusqu'à celle de 130 rn environ,

soit sur 100 rn d'épaisseur.

A 25 rn, le gisemenL T. 15 (coupe 31, Falaise cotière,

15 km NE de Foum Chebeika, calcaires à Protocardia,

Trigonia et Ammonites) n'a fourni qu'un

fragment de Pachydesmoceras engagé dans une gangue

très dure et indéterminable.

A peu de distance, le gisement T. 10 (Coupe 31,

Oued Chebeika, Est d'Rassi Oum Esbed, pied NW

de la Hammada el Gueblia, banc à nombreuses Ammonites)

a fourni une riche faune avec :

Cymatoceras sp. cf. albense d'ORB . ;

Phylloceras (Hyporbulites) sp. gr. seresitense PERV. ;

Puzosia cf. communis SPATH. ;

Pachydesmoceras hottingeri nov. sp.

Beudanticeras beudanti BRGT. ;

Desmoceras latidorsatum MICH.

Hysteroceras carinatum SPATH. ;

Hysteroceras cœrinatum SPATH var.

Hysteroceras ca·rinatum SPATH var.

Dipoloceras bouchardi d'ORB. ;

Dipoloceras cr1statum (DELUC) BRGT.

Deiradoceras cunningtoni SPATH. ;

Mortoniceras (Pervinquieria) Pricei SPATH.

L'analyse de cette faune montre qu'elle comporte

des éléments assez disparates, puisque on y rencontre

Dipoloceras bouchardi d'ORB., d'une part, de la Zone

à cristatum, et toute une série d'autres Ammonites

qui appartiennent aux Zones à orbignyi, varicosum,

auritus de Spath, c'est-à-dire aux couches qu'il a

numérotées IX, X, XI et qui correspondent assez

exactement à la base de l'Albien supérieur de Breistroffer

: Zone à Dipoloceras cristatum + Zone à

Pervinquieria pricei et Hysteroceras carinatum -

M . C O L L I G N O N

Sous-Zone à Hysteroceras EW a Hysteroceras

binum.

Juste au-dessus de T. 10, .le nn..:sm T. 9 (localité :

comme T. 10. Voir ci-dessus..

m;une; '"ertes gréseuses

à Trochus) n'a pas fourni d"ArninOnites déterminables.

Il faut passer au gisement T. 11.3.. à ï5 rn audessus.

Bord NE Hammada Tassagdeb_ (1\iYeau calcaire

à grandes Nérinées, Turritelles

et Ammonites)

pour trouver deux grands exemplaires du genre

Hypengonoceras qui permettent de paralléliser ce

niveau avec T. 1!82 d'une autre coupe comme on le

verra ci-après.

Les gisement'; T. 482, T. 483, T. 4Si (coupe 28) ,

tous sur la rive gauche de l'Oued Chebeika et à

proximité les un!'> des autres, sont situés, d'après les

coupes, approximativement à la même hautew· que

T. 9 et T. 10, il en est de même de T. -!81 au SW

de Foum Chebeika.

Ils ont fourni :

T. 481 : Gaudryceras sp. indet. ;

Paraturrilites aff. gresslyi PrcT. ET CMœ.

Pachydesmoceras hottingeri nov. sp. :

Hysteroceras orbignyi SPATH.

Mortoniceras (Omecrateceras) singularecostatum

nov. sp.

T. 482 Anisoceras pseudo-eiegans PicT. ET CAMP.

var. tarfayensis nov. var. ;

Idiohamites salvani nov. sp.

Puzosia Mayori d'ORB. ;

Pusozia sp. gr. d'inflata SPATH.

Desmoceras latidorsatum MicH.

Hypengonoceras chouberti nov. sp.

Hypengonoceras faure-muretae nov. sp.

Hypengonoceras tarfayense nov. sp. ;

Hysteroceras orbignyi SPATH. ;

Oxytropidoceras (Venezolicera1;) lecointrei

nov. sp. ;

Mortoniceras (Pervinquieria) inflatum J.

Sow.

Mortoniceras (Pervinquieria) rostratum J.

Sow. ;

Mortoniceras (Pervinquieria) 1iequatoreale

KossM. ;

Mortoniceras (Pervinquieria) sp. aff. arietiforme

SPATH. var. ;

Mortoniceras (Pervinquieria) pricei SPATH ;

Mortoniceras (Pervinquieria) orientale

KossM. ;

Mortoniceras (Omecrateceras.) singularecostatum

nov. sp. ;

Deiradoceras cunningtoni SPATH ;


-±83-484 : Pachyrlesmoceras hottingeri nov. sp. ,

Hypengonoceras chouberti nov. sp. ;

Hypengonoceras tarfayense nov. sp.

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 5i

Oxyt1·opidoceras (Ta1·jayites) bitube1·ctdatttm

nov. sp. ;

Mortonicems (Pe1·vinquieria) aequatorea..!e

KossM. ;

Mortoniceras (Pervinquie1·ia) sp. aff. a1·ieti­

forme SPATH

Deiradoceras sp. ind.

Tous ces gisements, assez voisins sur la carte et

:le même altitude, présentent chacun un ou plusieurs

2aractères particuliers :

T. 481 renferme Hysteroceras orbignyi SPATH.

T. 482 renferme également Hysteroceras orbignyi

SPA.TH, mais aussi de nombreux Mortoniceratidae

(Pervinquie1·ia) et aussi les mêmes Hypengonoceras

qu'en T. 113 de la Coupe 281, où ils sont d'ailleurs

beaucoup plus nombreux, et un VenezoliceTas qui

indiquerait un niveau moins élevé si je n'avais déjà

trouvé une espèce voisine dans l'Al bien à Dipoloceras

et Pervinquie1·ia de Madagascar (Ankotrofotsy.

36) .

T. 483 et T. 484 renferment surtout un nouveau

ous-genre d'Oxyt1·opidoceTas : c'est Ta1·jayites, certainement

issu de Venezoliceras. Et T. 484 renferme

aussi MoTtoniceras (PeTvinquie1·ia.) aff. aequatoTeCbe

KossM., et un DeiTadoce1·as.

La grande différence qui sépare ces gisements du

plus expressif des précédents, T. 10, c'est l'absence

de Dipoloceras et la présence de Hypengonoceras

comme en T. 113.

Mais il y a aussi, chez T. 483 et T.484, un nouveau

sous-genre d'Oxytropidoceras, Ta1·jayites. Les Ammonites

de la Sous-Famille des Mojsisovicziinae, dont

le genre le plus expressif est OxytTopidoceras STIELER,

appartiennent en principe à la partie supérieure de

l'Albien moyen. Mais comme ce nouveau sous-genre

est cc,ractérisé par la présence de tubercules plus

nomb1·eux que chez tous les genres ou sous-genres

antérieurs (lorsqu'ils en c.nt) , on peut admettre qu'il

est le produit d'une évolution plus tardive, d'autant

plus que Venezoliceras qui présente des tubercules

externes seulement, a été trouvé à Madagascar avec

DipoloceTas et de nombreux Pervinquieria ; et la

présence de Pe1·vinquieria et de Deiradoceras en

T. 483, avec Tarfayites, m'interdit de les placer dans

l'Albien mr;yen, même au sommet.

Je puis donc admtttre, en l'absence de Dipoloce1·as,

que ces gisements sont, en gros, un peu audessus

de T. 10 à Dipoloce1·as et que, en conséquence,

ils appartiennent à un niveau plus élevé de l'Albien

supérieur.

Reste la question de Hypengonoceras.

Une étucie complète des conditions de développement

et de l'extension stratigraphique et géographique

des Engonoceratidae a été faite par E. Basse

(11, p. 414-444) : cet auteur voit dans les Engonoceratidae

des fossiles de facies dont la répartition

englobe et dépasse tout l'Albien. Ici, Hypengonoceras

qui, dans les limites de nos connaissances, est essentiellement

caractéristique de l'Albien terminal, aussi

bien dans l'Inde qu'à Madagascar, associé à de nombreux

Pervinquieria, t:>t non associé à DipoloceTas,

se trouve donc au-dessus de la Zone à cristatmn,

ct son horizon stratigraphique peut se paralléliser

&vec celui de T. 113.

On peut dès lors, malgré l'existence très naturelle

d'espèces communes (Pa.chydesmoceras hottingeri

nov. sp., Pervinquieria p1 icei SPATH, et surtout Desmaceras

latido?"Satmn M1ch.), envisager à Tarfaya

deux niveaux albiens, paléontologiquement très voisim:,

et débordant peut-être légèrement l'un sur l'autre

:

un niveau inférieur à Dipolocems (T. 9, T. 10,

T. 15 €t p2ut-être T. 481) .

un niveau supérieur (T. 113, T. 481, T. 482, T. 483,

T. 484) à Pe1·vinquie1ia, Hypengonocems et Tnr­

fayites.

Ces deux niveaux forment la Zone à Dipoloceras

cristatum de l'échelle stratigraphique la plus large

(Angleterre, France, Madagascar) au sens de Breistroffer.

CORRÉLATIONS

En ne tenant compte que des genres et espèces

vraiment ubiquistes, Pervinquie1·ia et Dipoloceras,

et en négligeant les genres qui n'ont guère ici que

des e:opèces spéciales, les corrélations avec d'autres

régions s'établissent comme suit :

- très nettes avec l'Europe Occidentale, en particulier

avec la France et l'Angleterre où l'Albien est

parfaitement connu et délimité (Jacob, Spath, Bl·eistroffer)

,

- très nettes avec Madagascar, aujourd'hui assez

bien connu, et où la stratigraphie a été établie en

utilisant au maximum les données fournies par les

Paléontologistes précités (39) ,

- des jalons intermédiaires entre l'Europe, le

Maroc ct Madagascar sont fournis :

a - par la Nigéria d'abord où Reyment (92) , nous

a fait connaître un Albien extrêmement intéressant

où nous retrouvons :

DesnwceTas latidoTsatum MrcH.

Dipoloceras bou.chm·di D'ORB. :

Dipooceras cristatmn (DE Luc) BRGT.

HysteTocems oTbignyi SPATH.

Pervinqv.ieTia pTicei SPATH. ,


58

et où existent d'autres Ammonites non encore connues

au Maroc mais bien connues à Madagascar,

telles que Oxytropidoceras (6 espèces, dont 4 malgaches)

et, à côté, quelques Pervi'rtquieria, Neokentroceras,

Elobiceras.

b - ensuite, par les Iles Elobi et surtout par

l'Angola où, d'après les travaux de Choffat et de

Loriol, Spath et surtout O. Haas (25, 111 bis, 59) , il

existe toute une série d'espèces aussi bien connues

en Nigéria qu'à Madagascar et maintenant au Maroc.

O. Haas indique avec précision (Tableau de la

page 212) les affinités des Ammonites angolaises avec

celles de l'Afrique toute entière. On y verra que,

en 1942, il n'y avait encore rien de connu qui soit

commun avec le Maroc, et que quelques rapports

douteux sont seulement indiqués avec le Cénomanien

d'Algérie.

On y verra aussi qu'en ce qui concerne l'Europe

(Tableau II des pages 216-217) , les corrélations y sont

surtout importantes avec l'Albien Supérieur et plus

particulièrement étroites à partir de la Zone à cristatum.

c - par l'Afrique du Sud. Le Tableau II de

O. Haas donne encore ici toutes indications nécessaires.

d - d'autres relations étrangères sont aussi certaines.

Reyment a cité au Nigéria : Oxytropidoceras

cf. bravoense BoESE, Oxytropidoceras (Manuaniceras)

aff. boesei KNECHTEL, Pervinquieria kiliani LAssw.,

Pervinquieria aff. wintoni ADKINS (dont les 3 premières

sont également connues à Madagascar) , ce

qui n'est pas sans impliquer des relations avec

l'Amérique de la partie du Sud des Etats-Unis ; et

on sait encore que les Engonoceratidae sont très

répandus en Amérique, au Texas en particulier (cf.

E. Basse, op. cit., Fig. 15, p. 464) .

Les faunes reconnues sont les suivantes :

T. 71 : Coupe 11, Ez Zbara, bordure est de la Sebkha

Houiselgua.

Euturri"lites scheuchzerianus Bosc.

Acompsoceras viottii nov. sp.

T. 117 : Coupe 29, pied SE de la Hammada des sources

de l'Oued Ougnane Tel-li ;

Puzosia cf. subplanulata ScHLUTER ;

Pachydesmoceras maroccanum nov. sp.

Calycoceras choffati KossMAT ;

M . C O LLI G N O N

3-CENOMANIEN

Les éléments d'origine indienne sont bien peu

nombreux : seulement Mortoniceras (Pervinquieria)

cf. aequatoreale KossM et Mortoniceras (Pervinquieria)

orienta,le KossM.

On peut en conclure que, à l'Albien Supérieur,

il existait, tout au long des Côtes Occidentales d'Afrique,

un courant qui apportait les faunes de l'Albien

supérieur européen et les transportait jusque Madagascar.

Il est remarquable de constater que les bassins

sédimentaires côtiers africains n'ont pas fourni de

faunes de l'Al bien inférieur et de l'Al bien moyen,

sauf la présence d'un unique Douvilleiceras en Angola

et celle des Oxytropidoceras de la Benoue en

Nigéria, peut-être venus du Sud, d'autant plus que

ces genres d'Ammonites pullulent à Madagascar où

d'autres apports sont évidemment venus par l'Est de

l'Afrique.

Il est également remarquable de constater que

des relations identiques existent avec les dépôts albiens

des Rides Prérifaines où ont été récemment

recueillies les espèces suivantes, dans la région de

Béni-Amar, près de Douira : M. (P.) pachys SEELEY,

Deiradoceras cunningtoni SPATH, Diplasioceras douiraense

nov. sp., Engonoceras sp., M. (P.) m'sougari

nov. sp. (renseignement inédit) .

Il faut noter enfin la grande épaisseur de l'Al bien

supérieur qui dépasse certainement 50-60 m. Il est

dommage qu'entre le niveau fossilifère de 60 rn et

le dernier niveau albien (T. 113) à 120 rn, soit sur

60 rn d'épaisseur, aucune faune d'Ammonites n'ait

été récoltée.

La limite entre Albien et Cénomanien à Tarfaya

se trouve quelque part entre T. 113 et T. 117 (le

Cénomanien de T. 117 est à 185 rn), probablement

vers la cote 150 rn (1) .

Acanthoceras aff. rotomagense DEFRANCE

Protacanthoceras harpax STOLICZKA ;

(1) Je crois devoir indiquer ici que, à la suite de divers

envois de fossiles qui m'ont été faits soit par Mr. V. Hourcq,

soit par divel'6es Sociétés, j'ai reconnu :

1• - au Sénégal, dans la Vallée de la Casamance, vers

1714-1717 rn de profondeur, un Albien probable à LyeUiceras.

2• - à Port Bouet, vers 2000 rn de profondeur un Albien

Supérieur probable à Dipo!oceras, Neophy!ycticeras et E!oMceras.

3• - en Côte d'Ivoire, à Berou, par plus de 3000 rn de

profondeur, une possibilité d'Albien Supérieur à Peroinquieria.

Tous ces fossiles provenant de sondages étaient écrasés

et de détermination assez incertaine.


Tarrantoceras wrighti nov. sp. ;

Tarrantoceras marchesinii nov. sp.

Tarrantoce1·as stephensoni nov. sp.

Euomphaloceras salvani nov. sp.

T. 234 coupe 27, Oued Ougn,ane Tel-li, amont.

Niveau à Acanthocems des calcaires à Ammonites

et Crassatelles.

Turrilites ougnanensis nov. sp. ;

Euomphaloceras cornutnm KosSMAT

Euomphaloceras lehmanni nov. sp.

Calycocems cf. newboldi KossMAT

Acanthocems cf. haugi PERVINQUIERE

Acanthocems sp. indet.

T. 425 coupe 8, Zeiba, Sebkha Houiselgua, niveau

à Tu1-rilites = T. 71.

Tarrantoce1·as cf. 1·otatile STEPHENSON

T. 449 coupe 12, Sebkha Tazra, bordure SE.

Pachydesmoce1·as ma1·occanum nov. sp.

Acompsoceras viottii nov. sp.

Toutes ces faunes sont peu abondantes en espèces

et individus, mais très bien conservées, malheureusement

sans cloisons. Et elles manquent d'originalité

sauf la présence du genre Tarrantoce1·as connu seulement

jusqu'ici au Texas.

Dans cet ensemble on peut distinguer deux nivaux

:

- un niveau inférieur (T. 71) à Euturrilites

scheuchze1·ianus (niveau à Tttn·ilites de la coupe),

et Tarrantoceras rotati.le,

- un niveau supérieur (T. 117, T. 234) à Acan­

thoceratidae variés (niveau à Acanthoceras et Crassatella

de la coupe) ,

- le niveau T. 449 à Pachydesmoce1·as maroccanmn

no\'. sp. et Acompsoceras viottii nov. sp. qui,

n'ayant fourni que ces deux seules espèces nouvelles

d'Ammonites ne peut être placé exactement par

rapport aux autres : mais il est certainement encore

cénomanien.

Le niveau à Eutun·ilites représente une partie du

Cénomanien inférieur : toutefois, l'absence de Mantellicems,

en particulier au bas de la coupe, permet

de penser que la base du Cénomanien n'est pas

représentée. Et le niveau supérieur à Acanthoceratidae

peut représenter le reste du Cénomanien, surtout

le C'énomanien moyen puisqu'il renferme aussi

bien Calycocems newboldi KossM., que Ca-lycoceras

choffati KossM., et Protacanthocems ha1·pax STOL.

Comme ces Acanthoce1·atidae sont accompagnés de

Acanthoce1·as 1·otomagense BRGT. et de plusieurs

Euomphaloceras, genre qui coexiste au Texas avec

Ta1Tantoceras, il est possible de préciser en indiquant

le Cénomanien moyen élevé avec la base et même

une partie importante du Cénomanien supérieur.

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 59

CORRÉLATIONS

Quant aux corrélations, on constate que celles qui

0nt été établies, avec une certaine précision, à l'Albien

s'estompent considérablement au Cénomanien.

Il est bon de reprendre une à une les différentes

espèces représentées pour pouvoir préciser les affinités

et relations.

Eut1rn-ilites scheuchzerianus Bosc est connu en An ­

gleterre. en France. à Sainte-Croix, en Allemagne

du Nord, en Espagne et en Italie ; plus au Sud, en

Algérie. et en suivant les côtes africaines, au Nigél·ia,

&u Cameroun et au Natal. H. Douvillé l'a signalé au

Tibet. Et je n'en ai trouvé que deux exemplaires

dans le Sud de Madagascar.

Calycoceras newboldi KossM., dont le type est

indien, paraît largement ubiquiste, car cette Ammonite

est citée en Tunisie, au Natal, au Zoulouland.

Elle a été signalée pl us rarement, il est vrai, dans

le Sud-Ouest de l'Angleterre où, selon C. W. Wright,

elle serait commune (127) avec sa variété spinosa

KossM., en Provence, et même en Amérique sur le

versant pacifique où elle a été citée par Matsumoto

(80) . Mais c'est à Madagascar que cette Ammonite est

la plus abondante, aussi bien avec sa variété spinosa

KossM., qu'avec d'autres variétés qui y paraissent

endémiques (30) .

Acanthoce1·as 1·otomagense BRGT., dont le type

provient de la craie de Rouen, appartient, comme

tous les Acanthoceras sensu stricto, surtout au Cénomanien

supérieur. Malgré de très nombreuses références

c'est une Ammonite que je considère comme

assez rare car elle a été confondue souvent avec

beaucoup d'autres espèces.

Les autres espèces sont surtout connues de l'Inde

et de Madagascar. Ainsi Protacanthoceras hm·pax

SToL. n'est connu que de l'Inde, de Syrie, de Palestine

et de Madagascar (ici avec plusieurs variétés) .

Calycoceras choffati KossM., d'abord décrite par

Kossmat de l'Ootatoor de l'Inde sur un seul exemplaire,

est très abondant au Natal (False Bay) et

surtout à Madagascar.

Euomphaloceras co1·ntttum KossM. ( = Cunningtoniceras

CoLL.) est une Ammonite extrmement

rare : les seules citations connues sont celles du type

de Kossmat qui n'a eu entre les mains qu'un seul

exemplaire et un fragment, et celle de Moreman qui

l'a recueillie au Texas (81) . Le troisième exemplaire

connu, à ma connaissance, très beau et très caractéristique,

est celui de Tarfaya. Les autres Euomplw­

.Ioceras : E. salvani nov. sp., et E. lehmanni no\·. sp .

sont voisins de E. meridionale STOL .. dont le type est

aussi indien, et dont deux variétés sont connues en

Tunisie (var. afra PERVINQ.) et en Syrie (\·ar. mul:i­

costata BAssE) .


(ill M . C O L L I G N O N

Enfin la note originale est fournie dans celte

ùnme par la présence du genre Ta?Tantoceras STEPH.,

qui n'est encore connu jusqu'ki que du Texas, où

abonde aussi le genre E1lomphalocems. Et Aco mpsoceras

viotti: nov. sp., appartient à un genre rare et

uniquement cénomanien : il ne donne ici aucune

indication particulière.

Il résulte de ce qui précède que les affinités du

Cénomanien de Tm·faya sont faibles avec les dépôts

de cet âge au Nord de la Tethys, mais par contre,

sont importantes avec ceux de son bord méridional

(Inde du Sud - Afriqlle du Nord) .

Si les faunes cénomaniennes indiennes ont pu se

propager presque du Nm·d au Sud en direction de

Madagascar, on imagine très bien que certains de

leurs éléments ont pu parvenir jusque Tarfaya en

passant par l'Afrique du Nord (Tunisie, Algérie) où

des restes indubitables y sont conservés ; puis passant

au large de l'Atlas, où ne sont conservés que

des dépôts néritiques sans Céphalopodes, ont pu, en

le débordant largement, parvenir jusque Tarfaya.

Il est remarquable de constater que les faunes à

Neolobites si abondantes en Libye, puis au Sahara

CentraL et plus au Sud, n'ont pas de représentants

Comme tous les dépôts crétacés africains de la

Côte Atlantique, ce sont encore ici les faunes turoniennes

qui présentent la plus grande importance

par leur abondance, leur diversité, leur répartition.

Les dépôts turoniens de Tarfaya, qui ne paraissent

pas dépasser 40 rn d'épaisseur, forment un tout assez

homogène dans lequel n'apparaissent pas de divisions

paléontologiques très bien tranchées. Il semble pourtant

que des différences de faunes assez sensibles

permettent de distinguer plusieurs niveaux, comme

on le vena ci-après. Malheureusement l'absence de

fossiles, en particulier d'Ammonites, au-dessus du

Cénomanien des « calcaires à Crassatelles et Acanthoceras

» ne permet pas de préciser une limite entre

ce Cénomanien de la cote 100 et le niveau turonien

inférieur de la cote 130. Il y a bien le gisement

intermédiaire T. 93 (N Zeiba, terminaison W de la

Sebkha Houiselgua) , à débris d'Ammonites écrasées,

mais celles-ci sont absolument indéterminables et

ne peuvent fournir de renseignements d'aucune sorte.

Au-dessus, les bancs à Ammonites de la Sebkha

en Naila présentent toute une série de gisements

fossilifères à la base desquels, et même en-dessous,

il y a deux gisements T. 237 et T. 238 (non portés

4-TUR ONIE N

à Tarfaya, et que ce sont des Ammonites de fol·mations

plus profondes qui y sont seules représentées.

Il Y a donc - à supposer que ces faunes aient

l'Inde-Syrie comme origine - deux « courants de

migrations » : celui de l'Est qui passe par la Libye,

le Sahara Central (Tinrhert) , contourne le Hoggar

par l'Ouest et se dirige vers la Nigeria et l'Angola

(on verra au Turonien que les faunes à Vascoceras,

Nigericems et Tissotia sont toutes absentes à Tarfaya)

- et celui qui, débordant l'Atlas par le Nord

en direction de l'Amérique, a laissé des traces dans

le Golfe de Tarfaya.

Et ici intervient la présence de Tarrantocems qui

indique un autre courant de migrations, celui qui

venant d'Amérique du Nord va apporter à Tarfaya

de nouveaux éléments de faunes qui seront pm·ticulièrement

remarquables par la suite. Des précisions

stratigraphiques qui manquent encore pourraient

d'ailleurs donner à penser que ce sens de migrations

a été inverse, et que c'est Tarfaya qui a fourni ces

éléments remarquables à l'Amérique.

Ce tableau va se préciser au Turonien et encore

ples au Ccniacien.

sur les coupes) qui n'ont encore fourni que de mauvais

fossiles. Toutefois, T. 237 a fourni un fragment

de Mammites cf. nodosoides v. ScHLOTH., tandis que

T. 238 ne fournissait qu'une très grosse Ammonite

à cloisons indistinctes, indéterminables. La présence

d'un Mammites indiscutable indique le Turonien inférieur.

La limite entre le Cénomanien et le Turonien

doit donc se trouver vers la cote 120.

On trouve alors les faunes successives JOuivantes

assemblées par gisements de même niveau d'apr(•s

les coupes qui m'ont été remises :

A. - (altitude au-dessus de 130 rn : d'après la coupe

Zeiba dont les gisements sont nettement audesus

des bancs à Ammonites de la Sebkha

en Naila) .

T. 92 : coupe 8. N Zeiba. terminaison W de la

Sebkha Houiselgua. auquel je joins pour des raisons

d'ordre paléontologique :

T. 412 : coupe 26, affluent droit de l'Oued el Amra,

au Sud de l'Oued Ougnane Tel-li ;

T. 414 : Oued Ougnane Tel-li, amont.


avec :

T. 92 b : Pseudaspidoceras sp. (fragments écrasés) ;

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 61

Mammites nodosoïdes v. Schloth., var. zeibaensis

nov. var. ;

Kamerunoceras lecointrei nov. sp.

T. 412 Neoptychites hottingeri nov. sp.

T. 414 Metoicoceras aff. ornatum MoREMAN.

Metoicoceras sp. aff. mosbyense CoBBAN.

B. « Bancs à Ammonites de la Sebkha en

Naila » ; un peu au-dessus.

T. 128 : Coupe 19, Sebkha en Naila, près de la mer ;

T. 129 : Sidi Akkfennir, bord de la mer, E de Foum

Agouitir ;

T. 471 : Coupe 21, Oued ez Zehar, Oued el Ouaâr,

N de Legdem el Tali ;

avec :

T. 128 Scalarites sp. indet. ;

Proplacenticeras zeharense nov. sp. ;

Benueites benueensis REYMENT. (blocs)

Benueites spinosus REYMENT ;

Benueites reymenti nov. sp. ;

Mammites nodosoides v. ScHLOTH. var. spinasa

BASSE. ;

Mammites chouberti nov. sp. ;

Kamerunoceras lecointrei nov. sp.

T. 129 Mammites nodosoides v. ScHLOTH., var. spi­

nosa BASSE. ;

Mammites nodosoides v. ScHLOTH. var. afra

PERVINQ. ;

T. 471 Puzosia sp. aff. orientalis KosSMATI Matsumoto.

;

Proplacenticeras zehrrrense nov. sp. ;

Pseudaspidoceras vicentinii nov. sp.

Selwynoceras ;:eharf!nse nov. sp.

Selwynoceras reymenti nov. sp. ;

C. - On passe alors (altitude 140 rn environ) au

« niveau à silex inférieur :t avec les gisements

T. 61 : coupe 8, Zeiba, bordure W de la Sebkha

Houiselgua, niveau repère à silex ;

T. 122 : coupe 26 - Dernière digitation de l'affluent

droit de l'Oued el Amra, au Sud de l'Oued Ougnane

Tel-li ;

T: 236 coupe 27, Oued Ougnane Tel-li, amont

T. 61 Phylloceras sp. :

Gaudryceras sp. :

W atinoceras sp. aH. co!oradoense IIENDERSON

W atinoceras sp. :

Benueites spinosus lù:YJID.-r. ;

Benueites benuenensis lù:nŒNT.

Benueites reymenti nov. sp. ;

Mammites nodosoides v. ScHLOTH.

Mammites nodosoides v. ScHLOTH. var. zeibaensis

nov. var. ;

Mammites nodosoides v. ScHLOTH., var afra

PERVINQ. ;

Kamerunoceras jacobsoni REYMENT. ;

Mammites chouberti nov. sp. ;

Neoptychites cephalotus CoURTILLIER.

T. 122 Prop·lacenticeras zeharense nov. sp.

Watinoceras guentheri REYMENT. ;

Watinoceras inerme nov. sp.

Watinoceras aff. coloradoense HENDERSON.

Mammites chouberti nov. sp.

T. 236 : Débris indéterminables.

D. - A l'altitude de 145 rn approximativement,

les gisements :

T. 302-303 : Hammada Tassagdelt ; Oued Laaguid

versant sud ;

T. 411 : coupe 26, affluent droit de l'Oued el Amra,

au Sud de l'Oued Ougnane Tel-li ;

T. 472 : coupe 21, Oued ez Zehar - Oued el Ouaâr,

Legdem et Tali.

avec :

T. 302 Gaudryceras sp. indet. ;

Prop.lacenticeras zeharense nov. sp.

Watinoceras inerme nov. sp. ;

Benueites sp. ;

Mammites nodosoides v. ScHLOTH., var.

sagdeltensis nov. var.

Mammites nodo:;oides v. ScHLOTH., var.

PERVINQ. ;

Mammites nodosoides v. ScHLOTH., var.

baensis nov. var. ;

T. 303 Proplacenticeras zeharense nov. sp.

T. 441 Proplacenticeras zeharense nov. sp.

Watinoceras guentheri REYMENT.

W atinoceras hesslandi REYMENT.

Watinoceras cobbani nov. sp.

Watinoceras aff. cobbani nov. sp.

Watinoceras inerme nov. sp.

Watinoceras semicostatum nov. sp.

W atinoceras aff. reesidei WARREN.

Watinoceras aff. coloradoense HENDERSON.

Benueites spinosus REYMENT.

Benueites reymenti nov. sp. ;

Benueites sp. indet. ;

tas-

afra

zei-

Mammites nodosoides v. ScHLOTH., var. afra

PERVINQ. ;


62 M . C O L L I G N O N

T. 472 : P1·opLacenticeras zeharense nov. sp. ;

E - Au-dessus du niveau approximatif de 145 rn

à 150 rn et au-dessus, il y a d'autres gisements

T. 428-429 : coupe 9, Falaise d'Ed Dzeroua, 3 km

SW de la Gara Toukdem

T. 217 : coupe 23, Oued el Amra, rive gauche, S

d'Rassi O. Amma Fatma ;

T. 410 : coupe 26, affluent droit de l'Oued el Amra,

au S de l'Oued Ougnane Tel-li ;

T. 227 : coupe 23, Oued el Amra, 10 km N de Rassi

el Magrouna

avec

T. 428-429 : PropLacenticems sp. aff. zeharense nov.

sp. ;

W atinoceras sp. aff. guentheri REYMENT

W atinocems sp. aff. coLoradoense REND.

T. 217 Kamerunoceras Lecointrei nov. sp.

Selwynoceras Teymenti nov. sp. ;

T. 410 PropLacenticems zeharense nov. sp.

T. 227 : Pachydesmocems Linderi DE GRoussoUVRE.

F. - Enfin, un « niveau-repère noir lumachellique

» n'a pas fourni d'Ammonites, et, vers 170 rn,

le « Calcaire à boules » de l'Oued Zehar (T. 221 -

T. 473) a fourni de très grandes Ammonites plus

ou moins fragmentaires, mal conservées, couvertes

d'efflorescences salines, que j'ai rapportées à GLebosoceras

glebosum REYMENT, du Turonien supérieur

du Nigéria.

T. 221 : coupe 20, Rassi bou Emgara, affluent droit

de l'Oued ez Zehar - Oued el Ouaâr.

T. 473 : coupe 21, Oued ez Zehar - Oued el Ouaâr,

Legdem el Tali.

En examinant en détail ces listes successives et

en considérant la succession des riifférents niveaux,

on remarque que

- Le niveau A, au-dessus et en continuité avec

le Cénomanien, renferme une série de couches attribuables

au Turonien inférieur grâce à la présence

de Mammites nodosoides v. ScHLOTH. var. zeibaensis

nov. var. Et l'influence du Cénomanien y est sensible

avec Metoicoceras qui appartient tout autant au Cénomanien

tout-à-fait supérieur qu'au Turonien inférieur.

= Niveau à Metoicoceras.

- Le niveau B,


CORRÉLATIONS

Deux remarques s'imposent à l'esprit immédiatement

; ce sont :

1° - la présence à Tarfaya de Benueites et de Watinocems

qui abondent dans les dépôts turoniens

du Nigéria.

20 - l'absence totale, à Tarfaya, de représentants

des deux Familles des Vascoceratidae et de.;

Tissotiidae, si abondants aussi bien en Nigéria

qu'au Sahara dans le Turonien inférieur.

En réalité, il y a bien quelques rares Neoptychites

qui appartiennent à la Famille des Vascoceratidae

(et encore est-ce douteux) mais, ce détail mis à part,

tout autre représentant de cette Famille manque

totalement.

Pour interpréter ce fait remarquable deux hypothèses

sont possibles :

1 o - Le Turonien inférieur à V ascoceras et

Tissotia manque, et la série turonienne de Tarfaya

débute avec une faune correspondant aux niveaux

moyens et supérieurs du Nigéria (cf. Reyment. 92.,

p. 98-99) .

Dans ce cas, la partie subordonnée, à l'altitude

120-130 rn, comprise entre le Cénomanien de 100 rn

à Crassatelles et Acanthoceras, représente tout ou

partie du Turonien inférieur, ce qui ne peut être

prouvé, car les débris de T. 93 au-dessus de 100 rn

m'ont paru plus cénomaniens que turoniens.

20 - Le Turonien où, à côté de Mammites, Neoptychites

et Pseudaspidoceras, commencent à apparaître

Benueites et Watinocems, est bien du Turonien

inférieur. Mais il appartient à un domaine bien

différent de celui du Sahara Central et du Nigéria

où abondent Vascoceras, Nigericeras, Tissotia et genres

voisins.

Ceci n'est pas impossible car la dorsale atlasique

déjà émergée au début du Crétacé séparait deux

mers, deux domaines, et il est tout-à-fait possible

que le bras de mer turonien du versant saharien

qui baignait la Libye, le Sahara Central (Tinrhert)

(41) et plus au Sud le Sahara Soudanais (55) et le

Nigéria y ait apporté des faunes différentes de celles

du versant atlasique où d'autres influences se révèlent

avec Watinocems d'origine américaine ; et alors,

le Nigéria aurait reçu deux apports faunistiques dif-

--""' plupart des gisements coniaciens de Tarfaya

. ::: :ous bloqués dans les « Calcaires à Ammonites

. ....o:artes » qui peuvent atteindre 10 rn d'épaisseur.

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 63

férents : l'apport « saharien » avec Vnscoceras, Nige-

1"iceras, Tissotia, et l'apport


64

A - A la base, vers 200 rn les gisements

T. 94 coupe 7, Sebkha Rboula, extrémité SE

T. 435 coupe 7, Sebkhet Moulfrissi au Nord de la

Sebkha Rboula ;

T. 75-76 : coupe 9, Falaise d'Ed Dzroua, 1 km Sud

de la Gara Toukdem ;

T. 103 : coupe 17, Sebkhet au Sud de la Sebkha

Tembaga, bord NW ;

T. 104 coupe 17, Sebkha Tembaga, bordure sud ;

T. 108 coupe 17, Sebkhet à l'Est de la Sebkha

Tembaga.

se trouvent au même niveau et possèdent des faunes

identiques.

T. 75-76 n'a fourni que :

T. 94 a fourni :

Gatdryceras sp. incl.

Scaphites sp. ind. ;

Prionocyclocems sp. incl. ;

Metoicoce1·as sp. aff. ornatmn lVIORENAM.

Phynocems (Hyporbulites) sp. inci. aff. bi­

.zonatli1n FR . :

Scalarites matsumotoi nov. sp.

Bacttlites sp. ind. ;

Prionocycloceras guyabanttm STEINMANN

Prionocycloce?·as keith youngi nov. sp.

Meteicocems sp. ind. ;

T. 435 Kamenmoceras lehmanni nov. sp. ;

T. 103 Prionocycloceras guyabantm STEINMANN

T. 104 Phyllocems (Hypm·bulites) sp. ind. aff . bizonatum

FR. ;

Gaudryceras sp. ind. aff. varagttrense Koss!Vl

Scala1·ites matstmotoi nov. sp. ;

Kamenmoceras lehmanni nov. sp.

P1·ionocycloceras guyabanum STEINMANN

Prionocycloce?·as keith yotmgi nov. sp.

Prionocyc.Ioceras hazza1·di KEITH YoUNG

Gattthiericeras faure-mttretae nov. sp. ;

T. 108 Gaud1·yceras sp.

P1·ionocyclocents gttyabantLm STEINMANN ;

il y a donc dans ces différentes coupes, une parfaite

identité de faunes.

M . C O L L I G N O N

B - très au-dessus, vers 230 rn, d'après les coupes,

on trouve seulement deux gisements :

T. 107 : coupe 15, pied W de la Hammada er Rhouiba,

Sud de Legdem er Rhala.

T. 28 : coupe 5, Sebkha Tah, bordure nord.

ont fourni tous deux la même Ammonite en un

unique exemplaire :

Peroniceras sp. incl. aff. dravidicum KossM.

C - Enfin, encore plus haut, d'après les coupes

(ve1·s 250 rn) les gisements :

T. 231 : coupe 14, pied W de la Hammada d'el Gaada

- er Rhouiba, au Sud de Aïn Outetera ;

T. 229 : coupe 14, Oued Khaoui en Naâm, 9 km N

du gué de la piste de Tarfaya, calcaires supérieurs

à Ammonites.

ont fourni tous deux la même Ammonites, sous un

faciès identique :

Gauthiericeras margae ScHLUTER

avec 6 exemplaires en T. 229 et 7 en T. 231.

N.B. - Malgré que les coupes portent ces deux

gisements séparés l'un de l'autre par 40 rn de sédiments,

je n'ai pu que les paralléliser en raison de

l'identité des fauneo- et des faciès. Je pense que leur

niveau ex2ct est celui de T. 231.

Le gisement T. 86 à Spinaptychus spinosus Cox

peut être un peu au-cleo-sous de T. 231. Je le place

donc dans le Coniacien supérieur.

On peut donc établir dans le Coniacien de Tarfaya

la succession suivante :

Niveau inférieure à Scaphites incl.

Niveau moyen caractérisé par l'abondance presque

exclusive de Prionocycloceras

= Niveau à Prionocycloceras guyabanum.

Niveau supérieur :

a

b

CORRÉLATIONS

Niveau à Peroniceras aff. dravidicum.

Niveau à Gauthiericeras mm·gae.

A. - Stratigraphiquement elles sont dominées

par la prédominance presque exclusive du genre

Prionocycloce?'c!S qui fo!·me la quasi-tot;;11ité de la

faune.

Parmi les autres éléments il y a :

- En T. 75-76 une foule de petits Scaphites lisses

sans aucune ornementation et sans cloisons. Après

beaucoup d'hésitation je les considère comme indéterminables.

Ils se retrouvent également, mais plus rares, dans

le gisement T. 103.

- Le g1sement T. 94, qui est celui où le nombre

des Prionocyclocems est le plus considérable, a fourni


quelques Baculites lisses, sans cloisons et écrasés

que je considère comme indéterminables, et un Phyl­

locems que j'ai rapproché de P. bizonatum FRITScH.

- Le gisement T. 104 qui est le plus fossilifère

et celui où les Prionocycloceras atteignent leur plus

grande taille, a fourni aussi un très grand Scalarites

écrasé et un Gaudryceras également écrasé. Le Gaudryceras

à ornementation très régulière et sans côtes

renflées, rappelle G. varagurense KossMAT du même

étage de l'Inde (Trichinopoly) .

- Le gisement T. 105 n'a fourni qu'une seule

Ammonite écrasée indéterminable.

- Le gisement T. 107 qui est à plus de 20 rn

au-dessus des précédents a fourni une Ammonite

écrasée que je rapporte à Peroniceras aff. dmvidicum

KossMAT. Cette Ammonite est, en général, attribuée

au Coniacien inférieur ; ici elle paraît se trouver

dans un niveau s-=nsib1ement plus éleYé.

- Enfin, T. 2:11 et T. 229 que je réunis sont

caractérisés par la présence exclusive de Gauthiericeras

margae STEIN!\!.. en gros exemplaires : la posi-·

tian de cette Ammonite n'est pas très précise. Pour

de Grossouvre, elle est à la base du Coniacien de

Villedieu vers le Coniacien moyen (57. I. Tableau

de la p. 349) ; mais pour Arnaud elle caractérise

en Aquitaine la partie supérieure du Coniacien (in

de Grossouvre. 57. I. Tableau n° XIV) . Ici, elle paraît

caractériser lé\ partie supérieure du Coniacien de

Tm·faya. J'attribue donc le niveau T. 231-T. 229

au Coniacien supérieur.

On aurait donc à Tarfaya deux niveaux coniaciens :

- Coniacien ir:.férieur à Prionocycloceras guya­

banum.

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 65

Coniacien supérieur à Gauthiericems margae.

B. - Les conélations géographiques les plus apparentes

sont celles qui peuvent être faites avec

Prionocycloce1·as, c'est-à-dire avec l'Amérique du

Sud et du Nord et avec Madagascar.

C'est en Amériqu€' du Sud que Prionocyclocems

est le plus abondant ; il a été cité principalement

en Colombie par Gerhardt (58, p. 196, Fig. 19-20,

Pl. V, Fig. 21-23) et Reyment (95 bis, p. 12, Fig. 4a-b,

Pl. III, Fig. 1 a-b) qul. en ont décrit plusieurs espèces

puis par E. Basse (11 bis, p. 249) . En Californie

le genre est cité par Anderson (1, p. 125, Pl. I,

Fig. 17-18) . A Madagascar, H. Besairie a cité il y a

longtemps Prionocycloceras guyetbanum STEINM. (15,

p. 203, Pl. XXIV, Fig. 19-20) , et j'ai trouvé dans le

Sud (ravin d'Anjoha) une magnifique faune où Bar­

roisicems était associé à de nombreux Prionocycloceras

encore inédits. Enfin, P1·ionocycloceras a été

récemment signalé en Afrique du Nord (Haute Medjerda)

par J. Sornay (107, p. 187, Fig. 1 c-d, Pl. XVI,

Fig. 7, 8 et 11) . Et tout récemment (1963) , Keith

Young a décrit, en provenance du Texas, de remarquables

faunes où abondent divers Prionocycloceras,

en particulie· P. guyabanum STEINM., et P. hazzardi

KEITH YouNG, retrouvé à Tarfaya Le nouveau P1·io­

nocycloceras keith youngi s'apparente à diverses espèces

du Texas.

Ainsi les co:-rélations sont-elles assez difficiles à

établir à cause de l'aire de répartition géog:·aphique

étendue de Prionocycloceras ; mais j'en retiens principalement

ici, à cause de l'abondance de ce genre

et de ses différentes espèce3, les affinités américaines.

Ceci confirme et prolonge ce que nous a appris le

Turonien. D'autre part, il est tout-à-fait remarquable

de constater que P1·ionocycloceras existe aussi à Madagascar

: il apparaît ainsi que !.es relations avec

Madagascar, déjà démontrées antérieurement, impliquent

tout au long des côtes afrir.aines des lacunes

graves dans nos connaissances.

En effet, en ce qui concerne les corrélations à

l'aide des autres Ammonites, elles sont relativement

incertaines car le Coniacien, quoique bien connu en

Nigéria, y est représenté par une faune abondante

avec Barroisice1·as, Solge1·ites, Fon·esteria, Peroniceras,

Tissotia (92, p. 99) , alors que, à Tarfaya, seul

Pe1·onice1·as est présent avec deux mauvais exemplaires

un peu douteux. Reyment a cité ultérieurement

un Gauthiericems douteux (93, p. 59) .

Le long des côtes atlantiques, J. Lombard a trouvé

au Sud de Libreville, à Pointe Milango, des

Pseudotissotia et aussi Pe"I"Oniceras dravidicum KossM.,

Gauthierice1·as mm·ga ScHLUT., G. roquei PERON, et

Solgerites congoensis BASSE qui indiquent le C'oniacien

(73, p. 227, Pl. XXIX-XXXIII) . Et il faut aller

maintenant jusqu'au z(IUlouland et à Madagascar

pour retrouver un Coni&cien indiscutable (van Roepen,

E. Basse, M. Collignon, H. Besairie) où existe,

comme à Tm·faya et en Europe, Gauthierice1·as ma1·gae

ScHLUT. Cette dernière Ammonite implique d'autres

corrélations, cette fois venant du Nord, puisqu'elle

existe en Frar.ce, Autriche, Bohême, Allemagne

du Nord, Espagne ; mais elle existe aussi au

Venezuela.

En Afrique du Nurd, le Coniacien, avant J. Sornay,

était bien connu (Pervinquière, Peron, Laffitte) :

mais, à proximité de Tarfaya, il y a lieu de signaler

ici la découverte faite par E. Ambroggi d'une faune

très abondante à 25 km au Nord de Taraudant

(Plaine du Sous) où pullulait Hemitissotia wrzoi

KARRENBERG, associé à Plesiotissotia dallai KARR.,

deux espèces du Coniacien supérieur d'Espagne (5) .

Cette découverte met encore en lumière l'isol2ment

de Tarfaya par rapport au reste des gisements africains.


66 M . C O L L I G N O N

Les gisements santoniens de Tarfaya sont :

T. 83 : coupe 16, Falaise W de la Hammada er Rhouiba,

Sud de Garet es Sauf, le long de la piste.

T. 95 : Oued Khaoui en Naâm, rive gauche, 1,5 km

est du gué de la piste de Tarfaya.

T. 464-465 : Falaise d'Ed dzeroua NE, pied N du

Tarf Hossina, et tous appartiennent au « Calc:üre

supérieur à Ammonites de Khaoui Naâm.

Tous sont caractérisés par la présence d'Ammonites

de grande taille qui sont des Pseudoschloenhachia

SPATH. Malheureusement ici aussi il n y a

aucune cloison visible et la plupart des exemplaires

sont incomplets et souvent écrasés. Le genre Pseudoschloenbachia

est très rare sauf en Afrique du Sud

et à Madagascar où il pullule (van Hoepen, M. Collignon.)

.

Mais, à côté de deux exemplaires semblables à

ceux des autres gisements, le gisement T. 83 m'a

fourni un exemplaire relativement exce-llent de Texanites

texan us ROEMER (32, p. 65-77 et p. 108) . Aussi

puis-je affirmer que les « Calcaires supérieurs à

Ammonites du Khaoui Naâm » appartiennent au

Santonien. Et, par comparaison avec Madagascar où

j'ai suivi sur le terrain l'évolution des Texanitinae

et recueilli des centaines d'exemplaires, je puis dire

Santonien moyen.

L'association de Texanites avec Pseudoschloenbachia

n'a rien de surprenant, car, à Madagascar,

encore, déjà dans le Santonien, les Texanites sensu

stricto sont accompagnés de nombreux Pseudoschloenbachia

qui se développent ensuite dans le Santonien

supérieur et pullulent dans le Campanien inférieur

qu'ils ne dépassent pas, tandis que les Texaniiinae

survivent bien au-dessus.

La faune de Tarfaya est d'un puissant intérêt car,

si elle permet de préciser et de compléter la Stratigraphie

du Crétacé moyen-supérieur au Maroc, et

plus généralement, le long de la Côte Atlantique,

elle pose aussi de nouveaux problèmes :

- L'existence, au C'énomanien, de faunes à Acanthoceratidae

qui s'opposent par leur composition d'une

part aux faunes néritiques seules connues jusqu'ici

(plus au Nord) et, d'autre part, aux faunes saharalibyennes

à N eolobites ;

- L'existence au Turonien de faunes à affinités

n: gériennes (Benueites - W atinoceras) , mais qui ne

renferment aucun représentant (sauf Neoptychites)

des Familles des Vascoceratidae et Tissotiinae ;

6-SANTONIEN

EN RESUME :

Les conélations de ce Santonien ne peuvent se

faire qu'avec Texanites, et surtout avec Texanites

texanus RoEMER. J'ai précisé en 1948 les limites de

l'esr:;èce, puis celles de l'extension du genre (32,

p. 65-77, et p. 108) . Ultérieurement, j'ai fait remarquer

que le Tableau de la page 108 du mémoire

précité devait être rectifié, car j'ai reconnu sm· le

terrain, au cours de très longues explorat:ons, que

les divers sous-genres de Texanites sensu stricto

devaient être limités dans le temps (39, tableaux XIV

et XV, 16-17, articles sur le Crétacé supérieur) .

En ce qui concerne Texanites SPATH sensu stricto,

c'est un genre qui, au moins à Madagascar, ne dépasse

pas le Santonien supérieur dont il n'atteint

même pas le sommet.

Mais aussi Texanites texanus RoEMER n'est connu

que de très rares points (Syrie, Afrique du Nord et

Amérique du Nord, mais avec de nombreuses val'iétés

en France, Espagne et Italie) . Le genre paraît

abondant en Amérique et au Japon. J'ai déjà fait

remarquer à plusieurs reprises que la Famille des

Texanitidae (Sous-Famille des Texanitinae) était

totalement absente des dépôts crétacés de l'Inde.

Il est tout-à-fait remarquable de constater l'association

de Texanites avec Pseudoschloenbachia comme

en Afrique du Sud (Zoulouland) et surtout à Madagascar.

Je n'en puis tirer de conc).usions pour le

moment, malgré l'existence que je me borne à signaler,

d'un unique exemplaire de Pseudoschloenbachia

en Nigéria (95, p. 69) , associé à deux espèces de

Texanitinae, et d'un autre Texanites à Pointe Mandaga,

et d'autres Texanites en Angola (60) . D'ailleurs

Texanites texanus RoEMER avait été cité par Brives

au Maroc.

Au-dessus de ce niveau santonien la région de

Tarfaya n'a pas montré de terrains crétacés à Ammonites.

- Le pullulement au Coniacien de P?·ionocycloceras,

seulement abondant en Amériqne du Nord

et du Sud et à Madagascar, rare en Afrique du Nord

(Algérie) et ici encore sans Tissobnae - qui sont

connus plus au Nord à Taraudant :

- L'existence au Santonien de faunes à Pseudoschloenbachia

dont l'âge est précisé par l'existence

de Texanites texanus RoEMER ;

-- Et les corrélations font apparaître des influences

américaines remarquables, qu'il y aura lieu de

préciser ultérieurement, et également malgaches.

- Et, généralement, comme je l'ai écrit à propos

du Turonien : la faune Neocrétacée de Tarfaya donne

l'impression d'être paléontologiquement isolée

dans le domaine Ouest-Africain.


CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 67

TABLEAU 1

STRATIGRAPHIE DU BASSIN COTIER DE TARFAYA D'APRES LES AMMONITES

ETAGES

1

No DES

GISEMENTS

moyen! T. 83 - T.95 j

Santonien T. 464 - T. 465

1

inf.l ·-·········---·---··-----------!

ZONES n'AMMONITES

Zones à Texanites

---- -- -- -- --

----

Coniacien

____________

....


Q)

·a

0

;:l

E-<

.... Q)

"'

·a

texan us

-- -- -- -- --

NIVEAUX LOCAUX AMMONITES CARACTERISTIQUES

------ -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- ----

Niveau à Gauthiericeras

sup.l

i T. 231 T.229 Zone à Gauthiericeras ; mm·gae

1 ____________ _.._

T. 107 - T. 28 ?ThiLrgae

Niveau à Peroniceras

1 1

dravidicum

. 1 T. 94 - T. 435 1 Zone à Prionocyclocemf.

iT. 103 _ T. 104 - ras guyabanum

T. 108 1----

!

_ __________ _

Niv. à Prionocycloceras

variés

Pseudoschloenbachia (div.)

--

_ i

1

. T. 221 _ T. 473 Zone à Pachydesmoce-

-- -- -- -- -- --

-- ______ N_iveau à Scaphites

Niveau à Glebosoceras

sup g e o

1 T. 217 - T. 410 , ras linde1·i _________ -'O ___ __ su __

1

T. 428-429 -

T. 227

1

moyenl T. 302 - T. 303

su p.

_ i ·······························l

Al bien

Aptien sup.

(Gargasien)

1 ----

T. 411 - T. 472

IT. 61 - T.122 A

1

T. 128 - T. 129

inf. T. 471 _ T. 237

T. 92 - T. 412

T. 414

1

1

T. 449

moyen T. 117 - T. 234

-- -- -- -- -

1

1

!

i

1

________

____

Zone à Benueites

benueensis et

W atinoceras

guentheri

l b

1 Niveau à Pachydesmoceras

linderi

_ l___

Nive2u à Watinoceras

Niveau à Benueites

Zone à Mammites Niveau à Selwynoceras

zeharense

nodosoides

Niveau à M etoicocera.s

Niveau à Pachydesmoceras

Zone à Calycoceras nta1·occanu1n

newboldi

1 Niveau à Calycoceras

et Euomphaloceras

······························ · ··

Niveau à Euturrilites

inf. l T. 71 - T. 425 scheuchzerianus

_

. ..... ....

. . . _

...... ---

; T. 113 - T. 481 1 Niveau à Mortoniceras

T. 482 - T. 483 -, inflatum

1

1

sup. j

Zone à Dipoloceras

1 T. 484 j cristatum

i T· 9 T. 10 T. 15!

. .... . .. . ........ 1 .

··············-------------- ---- - -··· _ ···· 1

Niveau à Dipoloceras

bouc hardi

Prionocycloceras hazzardi K.Y

Pr. keith youngi nov. sp.

n _ t _________ ----

W atinoceras hesslandi REYMT

Nombr. Watinoceras.

! Neoptychites cephalotus CoURT

Mammite (div.)

!

i Nombr. Benueites

,---- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- --

!Mammites (div.) Kamerunoceras

i Selwynoceras

Mammites nodosoides v. ScH.

Acompsoceras Viottii nov. sp.

P1·otacantoceras harpax Stol

Euomphaloceras cornutum

Kossm

Tarrantoceras (div.)

Hysteroceras orbignyi Spath

H ypengonoceras

Divers Mortoniceras

Beudanticeras beudanti Brgt

Hysteroceras carinatum Spath

Dipoloceras bouchardi d'Orb .

----- - - - - ---_···_···_····_···_···· '----

Niveau à Nolaniceras

no la ni.

-- -- -- -- -- -- -- -

-- -- --


68 M. C 0 L L I G N 0 N

TABLEAU II

LES AMMONITES DE TARFAYA COMPAREES AUX ESPECES DES AUTRES REGIONS DU GLOBE

AMMONITES

DE

TARFAYA

I. - APTIEN 1

Cheloniceras sp. aff. schmidti JACOB

ET TOBLER I

Cheloniceras (Epicheloniceras) cf.l

pretiosum d'ORB.

Cheioniceras (Epicheloniceras) sp. aff.l

" martini » d'ORB. - martinoides

CAs. - debile CAs.

Nolaniceras nolani S.EUNES

II. - ALBIEN stpérieur

Cymatoceras cf. albense d'ORB

Phylloceras cf. seresiten.e PEv.

Anisoce1·as pseu-do-elegans P.

CAMP. var. tarfayensis n. v.

ldiohamites salvani nov. sp.

Gaudryceras sp. ind.

Paraturrilites aff. gresslyi PICT et

CAMP.

Puzosia cf. communis SPATH.

Puzosia mayori d'ORB.

Pachydesmo ceras hottingeri n. sp.

Beudanticeras beudanti BRGT.

Desmoceras latidorsatum MrcH.

H yste1·oce1'as carinatmn SPATH.

Hyst. carinatum SPATH var.

Hyst. carinatum SPATH var.

Hysteroceras orbignyi SPATH

Dipoloceras bouchardi d'ORB. +

Dipoloceras cristatum BRGT.

Hypengonoceras chouberti n. sp.

Hypengonoceras faure-muretae nov.

sp.

Hypengonoceras tarfayense n. sp.

et

Oxytropidoceras (Venezoliceras) lecointrei

nov. sp.

Oxytropidoceras (Tarfayites) bituberculatum

nov. sp.

Deiradocems cunningtoni SPATH. +

M ortoniceras (Pervinquieria) inflatum

J. Sow.

Mo1·toniceras (Pervinquieria) rostratwn

J. Sow.

M ortonicems (Pe1·vinquieria) cf.

aequatoreale KossMAT.

1

T

+

1

+

+

+

?

0

0

+

1 1 1

+

+

+

0

+

+

+

1 0

+ 0 0

+ +

+ + +

+ + +

+ + + +

+ + + +

+

+

+

0

0

+

0

0

+

+

+

+

+

0

0

+

+

+

+

+

+

+

+

+

+

+

0 0

+

+

+

+ : Espèces réellement

présentes

0 : Espèces voisines ou

àu même genre

Observations

Les Engonoceratidae ont une répartition

géographique considérable.


cÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 69

TABLEAU II (suite)

LES AMMONITES DE TARFAYA COMPAREES AUX ESPECES DES AUTRES REGIOl':S DL- GLOBE

Cl) "d "d + : Espèces réellement

"d

....

.!3

;:l

;:1 0

.... rn

1 rn .... "' z

présentes

AMMONITES

ca

tl

;:1

- il) os os os tl

;:1 "' ;:1 il) 0 :

0 ....


ïO

M. C 0 L L I G N 0 N

TABLEAU II (suite)

LES AMMONITES DE TARFAYA COMPAREES AUX ESPECES DES AUTRES REGIONS DU GLOBE

AMMONITES

DE

TARFAYA

IV - TURONIEN (suite)

Benueites spinosus REYMENT

Benueites benueensis REYMENT

Benueites reymenti nov. sp.

Benueites aff. spinosus REYMENT

Mammites nodosoides v. ScHLOTH

Mammites nodosoides v. ScHLOTH var.

spinoa BASSE

Mammites nodosoides v. ScHLOTH var.

afra PERVINQUIERE

Mammites nodosoides v. SCHLOTH var.

tassagdeltensis nov. var.

Mammites nodosoides v. ScHLOTH var.

zeibaensis nov. var.

Mammites chouberti nov. sp.

Kamerunoceras cf. jacobsoni REY.

Kamerunoceras lecointrei nov. sp.

Pseudaspidoceras vicentinii nov. sp.

N eoptychites cephalotus COURT.

Neoptychites hottingeri nov. sp.

Selwynoceras reymenti nov. sp.

Sclwynoceras zeharense nov. sp.

Glebosoceras glebosum P.EYMENT var.

zeharensis nov. var.

V. ·- CONIACIEN

Phylloceras sp.

Gaudryceras aff. varagurense KossMAT

Scalarites matsumotoi nov. sp.

Baculites sp.

Scaphites sp.

Karnerunoceras lehmanni nov. sp.

Prionocycloceras guyabanum ST.

Prionocycloceras hazzardi K.Y.

Prionocycloceras keith youngi nov.

sp.

Gnuthiericeras marg·ae SCHLUTER

Gauthiericeras faure-rnuretae nov. sp.

Peroniceras aff. dravidicurn KossMAT

Spinaptychus spi no sus Cox

VI . . .

SANTO NI EN

Texanites texanus ROEMR.

Pseudoschloenbachia rnaroccana

sp.

Pseudoschloenbachia tarfayensis

sp.

nov.

nov.

1 '"CS

;::s

UJ

" - - "' "'

... ;::s

0 ... Ul ·c 0 '"CS

... 'Q) "' Q)

"' '2

0.0

0.0 ... s

U) <

+

0 0 0 0

+ + +

0

+

1

1

0

0

+ + +

+

0

+ + +

+ + + +

0

0 + +

0 0

'

1

1

Q)

P.

0

...

;::s

[;1:1

+

0

+

1 1

IJ

0

+

+

+

0

+ : Espèces réellement

présentes

0 : Espèces voisines ou

du même genre

Observations

Existe au G:.· ::·.

Existe

-

__ -. ,;;

-

-. .. - .

c

ç: __

--: -.

--

- :.:dagascar

- =·=..à.agascar.


1 - ANDERSON (F.M.) - Cretaceous Deposits of the

Pacifie Coast (PToc. Califontia Ac. of. Sc., 3° Ser,

Vol. 1, 1902) .

2 - ANDERSON (F.M.) - Upper Cretaceous of the Pacifie

Coast (Geo!. SuTv. of America, Mem. n" 71,

1958) .

3 - ADKINS (W.S.) - Handbook of Texas Cretaceous

Fossils (Univ. of Texas Bull. no 2838. 1928) .

4 - ADKINS (W.S.) - The Geology of Texas. 1. Stratigraphy.

II. The Mesozoic System in Texas (Univ.

of Tex·:ts Bull. no 3232, 1933) .

4 bis - ADKINS (W.S.) - S.ome Upper Cretaceous

Ammonites in Western Texas (The Univ. of

Texas, BulL. n" 3101, 1931) .

5 - AMBROGGI (R.) et BASSE (E.) - S.ur le Crétacé

Supérieur de la Vallée du Sous, Sud Marocain

(C.R. Ac. Sc. T. 231. 16-8, 1950) .

6 ANDERT (H.) - Die Kreideablagerungen zwischen

Elbe und Jeschken. III. Die Fauna der obersten

Kreide in Sachsen, Boehmen und Schlesien

(Abhandl. PTeuss. Geol. Landesanst. N. F. n" 159,

1934) .

7 - ARNAUD (H.) - Mémoire sur le Terrain Crétacé

du Sud-Ouest de la France (Mérn. Soc. Géol. de

France, 2" série, T. X, 1877) .

8 - ARKHANGUELSKY (A.D.) - Les Mollusques du Crétacé

Supérieur du Turkestan (Mém, Comité Géologique.

Nouv. Ser., no 152, 1916) .

9 - AVNIMELECH (M.) et SHARESH (R.) - Les Céphalopodes

Cénomaniens des environs de J erusalem

(Bull. Soc. Géol. de FT:tnce, 7° Série, T. IV,

n" 4, 1962) .

10 - BASSE (E.) - Monographie paléontologique du Crétacé

de la Province de Maintirano, Madagascar

(Ann. Géol. Serv. des Mines de Madagascar, Mém.

hors série, 1930) .

11 - BASSE (E.) - Les Céphalopodes Crétacés des Massifs

Côtiers Syriens. II. (Notes et Mém. SyTie et

Liban, T. III, 1940) .

11 bis - BASSE (E.) - Quelques Mollusques du Crétacé

de Colombie (Bull. Soc. Géol. de Fmnce, 5" Ser.,

T. XX, 1950) .

12 - BASSE (E) . et CHOUBERT (G.) - Les Faunes d'Ammonites

du « Cénomano-Turonien » de l2. partie

orientale du Domaine Atlasique et de ses

Annexes Sahariennes (CongTès Intentat. Géol.

Mexico, 1956 Mémoire non encore publié) .

13 - BENAVIDES-CACERES V.E.) - Cretaceous System in

Northern Feru (Bull. American Mus. Nat. Hist.,

Vol. 108, 4, 1956) .

14 - BESAIRIE (H.) - Recherches Géologiques à Madagascar.

Contribution à l'étude des ressources minérales.

Toulouse, Basuyau, 1930.

15 - BESAIRIE (H.) - Recherches Géologiques à Madagascar.

Première suite (Mérn. Académie Malgache,

T. XXXI, 1936) .

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA 71

B I B L I O G R A P H I E

16 - BESAIRIE (H.) et COLLIGNON (M.) - Lexique Stratigraphique

International, Vol. IV Fa.sc. II, 1956.

17. - BESAIRIE (H.) et COLLIGNON (M.) - Lexique Stratigraphique

International, Supplément., Vol. IV

II, 196C.

18 - BOESE (E.) - Algunas Faunas cretacicas de Zacatecas,

Durango y Guerrero (Ist. Geol. de Mexico,

Bol. n" 42, 1923) .

19 - BREISTROFFER (M.) - Sur le gisement fossilifère

d'Entrèves en Bauges, Savoie (Ass. Fr. Av. S';

CongTès de Chambé?'y, 1933) .

20 - BREISTROFFER (M.) - Révision des Ammonites du

Vr&conien de Salazac Gard et considérations

générales sur ce sous-étage albien (Tmv. labomtoiTe

de Géologie de l'Univ. de G1·enoble, T. XXII,

1938-1939) .

21 - BREISTROFFER (M.) - Sur les Zones d'Ammonites

de l'Albien de France et d'Angleterre ( .. id .. T.

XXVI, 1947) .

22 - BREISTROFFER (M.) - L'évolution des Turrilitidés

albiens et cenomaniens (C.R. Ac. Sc., T. 237, 23-

11-1953) .

23 - BRUGGEN (H.) - Die Fauna des unteren Serrons

von Nord-Feru (Beitr. z. Geol. u. Pal. v. SüdameTika

in Neu. JahTb. f. Min. BeilageBand XXX

1910) .

24 - CHOUBERT (G.) et FAURE-MURET (A.) - Lexique

stratigraphique International, Vol. IV, Fasc. la,

Maroc, 1959) .

25 - CHOFFAT (P.) - Matériaux pour l'étude stratigraphique

et paléontologique de la Province d'Angola

(Mém. Soc. Phys. et Hist. Nat. de Genève,

T. XXX, 1888) .

26 - CHOFFAT (P.) - Contribution à la connaissance

géologique des colonies Portugaises d'Afrique. I.

Le Crét3.cique de Conducia. (Comm. SeTv. Géol.

Portugal, 1903) .

27 - CIRY (R.) Etude géologique d'une partie des

Provinces de Burgos, Palencia, Leon et Santander.

Toulouse. Douladoure. 1940.

28 - CoBBAN (W.A.) - Cenomanian Ammonite Fauna

from the Mosby S.andstone of Central Montana

(Unit. St. Geol. Surv., Prof. Pap. no 243-D,

1953) .

29 - CoBBAN (W.A.) et GRYC (G.) - Ammonites from

the Seabee Formation of Northern Alaska (Jo.

Pal., Vol. XXXV, 1961) .

30 - CoLLIGNON (M.) - Ammonites Cénomaniennes du

Sud-Ouest de Madagascar (Ann. Géol. Serv. des

Mines de M·adagascar, Vol. IX, 1938) .

31 - CoLLIGNON (M.) - Fossiles Cénomaniens et Turoniens

du Menabe (Ann. Géol. Serv. des Mines de

Madagascar, Vol. X, 1939) .


31 bis - COLLIGNON (M.) in BESAIRIE (H.) - Recherches

Géologiques à Madagascar op. cit. Les Oxytropidoceras

de l'Albien moyen (niveau sup.) de

b Province d'Analalava.

32 - COLLIGNON (M.) - Ammonites Neocrétacées du

Menabe, Madagascar I, les Texanitidae (Ann.

Géol. Serv. des Mines de Madagascar, Vol. XIII­

XIV, 1947-1948) .

33 - COLLIGNON (M.) - Recherches sur les Faunes

albiennes de Madagascar. I. L'Albien d' Ambarimaninga

(Ann. Geol. Serv. des Mines de Ma-dagascar.

Vol. XVI, 1949) .

34 - COLLIGNON (M.) - Recherches sur les Faunes

albiennes de Madagascar. III. L'Albien de Komihevitra

(Ann. Géol. Serv. des Mines de Madagascar,

T. XVIï. 1950) .

35 - COLLIGNON (M.) - Recherches sur les Faunes

albiennes de Madagascar. IV. L'Albien de Mokaraha

(id., 1950)

36 - COLLIGNON (M.) - Recherches sur les Faunes

albiennes de Madagascar. V. L'Albien Supérieur

d'Ankotrofotsy (id., 1949) .

37 - COLLIGNON (M.) - Ammonites Neocrétacées du

Menabe, Madagascar. IV. Les Phylloceratidae ;

V. les GaudTyceratidae (Ann. Géol. SeTv. des

Mines de MadagascaT, T. XXIII, 1956) .

38 - COLLIGNON (M.) - Atlas des Fossiles caractéristiques

de Mada;:ascar. X. Albien (République

Malgache. Se1·v. Giol. Tananm·ive. 1963) .

39 - COLLIGNON (M.) - Essai de Nomenclature stratigraphique

des Teunins Sédimentaires de Madagascar

(Trav. Bur. Géol. Tananarive. n" 63, 1954) .

40 - COLLIGNON (M.) - Essai de Corrélations des Formations

Sédimentaires sur les deux rives du

Canal de Mozambique (C.C.T.A. Conférence de

Tananarive, 1956) .

41 COLLIGNON (M.) - Céphalopodes neocrétacés du

Tinrhert, Fezzan (Ann. Pal., T. XLIII, 1957) .

42 - COLLIGNON (M.) - Corrélations sommaires entre les

dépôts du Crétacé Supérieur de Madagascar et

ceux de l'Europe Occidentale, en particulier de

la France (84" Congrès des Soc. Sav. Dijon, 1959) .

43 - CouRTILLIER - Description de trois espèces d'Ammonites

du Terrain Crétacé des environs de

Saumur (Mém. Soc. Agr. Sc. et ATts d'Angers,

3"' Sér, III, 1860) .

44 - CRICK (G.C.) - Th Cephalopoda from the Deposit

at the North End of False Bay, Zululand

(Thi?·d and final RepoTt of the Geol. Surv. of

Natal and Zulutand, 1907)

45 - Cox (R.L.) - Aptychus spinosus nov. sp. from

the Upper Chalk (Ann. and. Mag. Nat. Hist., Ser.

9, Vol. XVII, 1926) .

46 - DESIO (A.) - La creta nel Bacino di Firenze (Pal.

Ital., Vol. XXVI, 1920) .

47 - DIENER (C.) - Arnrnonoidea neocretacea (Fossiliurn

Catalogus, I, 29, 1928) .

48 - DouVILLÉ (H.) - Le Crétacé et l'Eocène de Tibet

Central (Pal. indica. Vol. V, n" 3, 1916) .

49 - DuaouRDIEU (G.) - Ammonites nouvelles des

Monts du Mellègue (Bull. Serv. Cm·te Géol. Algé-

1·ie, 1" S.er., N" 1, 1953) .

M. C 0 L L I (i N 0 N

50 - FABRE (S.) - Le Crétacé Supérieur de la Basse­

Provence Occidentale. I. Cénornanien et Turonien,

1940) .

51 - FABRE-TAXY (S.) - Les ensembles faunistiques du

Cénornanien et du Turonien de Provence (84"

Congrès Soc. Sa v. Dijon, 1959) .

52 - FARAUD (M.) - Le Ligérien de la Colline de Bernon

près de Tresques, Gard (Bull. Soc. Et. Sc.

Nat. Vaucluse, 1934) .

53 - FRITSCH (A.) - Studien irn Gebiete der Bi:ihrnischen

Kreideforrnation (Archiv. Naturwiss. Landesdttrchf

von Bührnen. IV, - X 1887-1893) .

54 - FRITSCH (A.) et ScRLi:iNBACH (U .) - Cephalopoden

der Bi:ihrnischen Kreideforrnation. Pragu·

1872.

55 - FuRON (R.) - Le Crétacé et le Tertiaire du Sahara

Soudanais (Soudan, Niger, Tchad) . (A1·cltives

Mus. Nat. Hist. Nat., T. XIII 1936) .

56 - FuRON (R.) - Géologie de l'Afrique. Paris. Payot.

1960.

57 - GROSSOUVRE (A. de) - Recherches sur la Craie

Supérieure de France I. Stratigraphie Générale.

II. Les Ammonites de la Craie Supérieure (Mém.

Cm·te Géol. de France, 1893-1901) .

58 - GERHARDT (K.) - Beitrag zur Kenntnis der Kreideforrnation

in Columbien (Beitr. z. Geol. tL Pa!.

Siidamerika, VI, Neu. Jarhb., XI, 1897) .

59 - HAAS (O.) - The Vernay Collection of Cretaceous

(Albian) Amrnonoidea from Angola (Bull. Am2-

Tican Mus. Nat. Hist., Vol. LXXXII, 1942) .

60 - HAAS (0.) - Sorne Upper Cretaceous Amrnonoidea

from Angola (American Mus. novitates,

n" 1182, 1942) .

61 - HENDERSON (J.) - New species of Cretaceous Invertebrata

from Northern Colorado (Proc. Un.

St. Nat. Mus., Vol. XXXIV, 1908) .

62 - HOEPEN (E. C. van) - Description of some Cretaceous

Fossils from Pondoland (Ann. Transvaal

Mus. Vol. VII, I, 1908) .

63 - HOEPEN (E. C. van) - Cretaceous Cephdopoda

from Pondoland (Ann. Transvaal Mus., VIII, l,

1921) .

64 - HOEPEN (E. C. van) - Die Krytfauna van Soelaland.

9. Die gekio:lde Arnrnoniete van die Suid­

Afrikaanse Gault. VII. PervinquieTidae, Arestocemtidae,

Cainoceratidae (Pal. Nav. v. d. Nas. Mus.

Bloemfontein, 1951) .

65 - HYATT (A.) - Pseudoceratites of the Cretaceous

(Monogr. Un. St. Geol. Surv., Vol. XLIV, 1903) .

66 - JACOB (Ch) - Etudes sur quelques Ammonites du

Crétacé moyen (Mém. Soc. Géol. àe France. T. XV,

3-4, 1907) .

67 - KARRENBERG (H.) - Ammonitenfaunen aus der

Nordspanischen Oberkreide (Palaeontogr., Vol.

LXXII, 1935) .

68 - KoENEN (A. von) - Nachtrag zu "Ueber Fossilien

der unteren Kreide am Ufer des Mungo in Karnerun"

(Abhandl. Ges. Wiss. z. Gottingen, N.S., I,

1898) .

69 - KosSMAT (Fr.) - Die Bedeutung der Südindischen

Kreideformation (Jahrb. Geol. Reichsanst. ,

Vol.

XLIV, 1894) .


70 - KossMAT (Fr.) - Untersuchungen über die Südindische

Kreideformation (Beitr. z. Geol. u. Pal.

Oesterr. -Ung. u. d. Or., Vol. lXXI, 1895-1898) .

71 - Kos;;MAT (Fr) - The Crebceous deposits of Pondicherri

(Rec. Gcol. Surv. of India, Vol. XXX,

1897).

72 - LAUBE (G.) et BRUDER (G.) - Die Ammoniten der

Bohmischen Kreide (Palaeontogr., Vol. XXXIII,

1887) .

73 - LOMBARD (J.) -· Céphalopodes et Lamellibranches

du Congo Français (Bull. Soc. Geol. de F1·ance,

4" Ser., Vol. XXX, 1930) .

74 - LUTHY (J.) - Beitrag zur Geologie und Palaeontologie

von Feru (Mem. Soc. Pal. Suisse, Vol.

XL VIII, 1918) .

75 - MANTELL (G.) - The fossils of the South Downs,

or illustration:; of the geology of Sussex. Londres,

1822.

76 - MATSUMOTO (T.) - Fundamentals in the Cretaceous

Stratigraphy of Japan. I. II. III (Mem. Fac.

Sc. Kyushu Univ . Ser. D., Vol. I, n" 3 et Vol. II,

n" 1, 1942-1943) .

77 - MATSUMOTO (T.) - The Cretaceous System in the

Japanese Islands (Japan. Soc. the Promotion of

Science, 1954) .

78 - MliTSUMOTO cr.) - Family Puzosiidae from Hok ­

kaido and Saghalien (Mem. Fac. Sc. Kyuslm Univ.

Ser. D. Geol. Vol. V, no 2, 1954) .

79 - MliTSUMoro (T.) et WRIGHr (C.W.) - Sorne doubtful

Cretaceous genera from J a pan and Saghalien

(Mem. Fac. Sc. Kyushu Univ. S-cr- D. Geol. Vol.

IV, n" 2, 1954) .

80 - MATSUMOro (T.) - Upper Cretaceous Ammonites

of California (Mem. Fac. Sc. Kyushu Univ. Ser.

D. Geol. Special Vol. I, II, 1959, 1960) .

81 - MoREMAX (W.L.) - Palaeonology of the Eagle

Ford Group of North and Central Texas (JfJ.

Pal., Vol. XVI. 1942) .

82 - MoRROW (A.L.) - Cephalopods from the Upper

Cretaceous of Kansc.s (Jo. Pal., Vol. IX. n" 6,

1935) .

83 - ORBIGNY (A.d") -Paléontologie Française. Terrains

Crétacés Céphalopodes, 1840-1842.

84 - PERVINQl:IERE (L.) - Etudes de Paléontologie Tu ­

nisienne. I. Céphalopodes des Terrains Secondaires,

1907.

85 - PERVINQUIERE (L.) - Sur quelques Ammonites du

Crétacé Algérien (Mém. Soc. Géol. de France,

T. XVII, 1910) .

86 - PETRASCHEK (W.) - Die Ammoniten der iichsischen

Kreideformation (Beitr. z. Geol. u. Pal.

Oesten·. -Ung. u. d. Or. Vol. XIV, 1902) .

s; - Prcrrr (F.J.) et CAMPICHE (G.) - Description des

:·ossi!es du Terrain Crétacé de Sainte-Croix (Mat.

Pal. Suisse, I, II, 1861-1864) .

87 bis - PICTET (F.J.) - Mélange Paléontologiques. Genève.

1863-1868.

88 - PERON (A.) - Les Ammonites du Crétacé Supérieur

de l'Algérie (Mém. Soc. Geol. de France,

n" 42, 1910) .

CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA

89 - PrvETEAU (J.) - Traité de Paléon:o:.::. ;:. -

1952.

90 - REYMENT (R.A.) - New Turonian Ammo:::, -

nera from Nigeria (Geol. SUJ·v. Dept. Sç;c .. :

Col. geol. a. min. res., Vol. IV, 2, 1954) .

91 - REYMENT (R.A.) - Sorne New upper Cretaceouo

Ammonites From Nigeria (Geol. Sm·v. Nigeria.

Vol. IV, n" 3, 1954) .

92 - REYMENT (R.A.) - The Cretc.ceous Ammonoidea oi

Southern Nigeria and the Southern Cameroons

(Geol. Stt.rv. Nigeria, Bull. n" 25, 1955) .

93 - REYMENT (R.A) -On the Stratigraphy and Paleontology

of Nigeria and the Cameroons, British

West Afrika (Geol. Forè. Stockholm Fih·handl,

1956) .

94 - REYMENr (R.A.) - Uebr:r einige wirbellose Fossilien

aus Nigerien und Kamerun (Plaeontogr, Vol.

CIX, 1957) .

95 - REYMENT (R.A.) - On the Occurrence of Santonian

in Northeastern Nigeria (Acta Univ. Stockholmiensis,

I, 3, 1957) .

95 bis - REYMENr (R.A.) -- Ueber einige Ammoniten aus

dem Coniac Kolumbiens und Venezuelas, Südamerika

(Acta Univ. Stockholmensis, VoL II, I,

1958) .

96 - REYMENr (R.A.) -· Uebersichtliche Ergiinzung \"On

F. Solgers "Die Fossilien der Mungokreide in

Kamerun und ihi e geologische Bedeutung"

(1904) . (Acta Uni v. Stockholmiensis. II, 4, 1958) .

97 - REYMENT (R.A.) - Neubeschreibung der Redtenbacher'chen

Ammonitenoriginale aus den Gosauschichten

(Acta Univ. Stockholrniensis, II, 3,

1958) .

98 - REDTENBACHER (A.) - Die Cephalopoden der Gosauchichten

in den Nordostlichen Alpen (Abhandl.

k.k. Geol. Reichsanst, Vol. V, 1873) .

99 - RrEDEL (L.) - Die überkreide von Mungofiuss in

Kamerun und ihre Fauna (Beitr. z. geol. Erf. d.

Deutsch. Schutzgeb, 16, 1932) .

99 bis - RocH (E.) - Etudes géologiques dans la région

méridionale du Maroc Occidental (Notes et Mém.

Serv. Géol. Maroc, 1930) .

99 ter. - RocH (E.) - Hi.


7-f M. C 0 L L I G N 0 N

10€ - SoLGER (F.) - Die Fossilien der Mungokreide in

Kamerun und ihre geologische Bedeutung, mit

besonderer Berücksichtigung der Ammoniten

(Beitr. z. Geol. v. Kamerun, II, 1904) .

107 - SORNAY (J.) - Ammonites du Coniacien du Massif

de la Haute-Medjerda, Constantine, Algérie

(Bull. Soc. Geol. de France, 6" Ser., T. VII, 1956) .

108 - SOWERBY (J.) - The Mineral Conchology of Great

Britain, 1812-1845) .

109 - SPATH (L.F.) - On Upper cretaceous Ammonoidea

from Pondoland (An. Durban Mus., T. III, 2,

1921) .

110 - SPATH (L.F.) - On cretaceous Cephalopoda from

Zululand (Ann. South-Af1·. Mus., T. XII, 16,

1921) .

111 - SPATH (L.F.) - On the Senonian Ammonitefauna

of Pondoland.

(Trans. Royal Soc. South-Africa, T. X, 1922) .

111 bis - SPATH (L.F.) - On Cretaceous Ammonoidea

from Angola collected by Prof. Gregory (Trans.

R. Soc. Edinburgh, Lill, 1, 4, 1922) .

111 ter. - S.PATH (L.F.) - On Upper Albian Ammonoidea

from Portuguese East Africa (Ann. Trans. Mus.

Vol. XI, III, 1925) .

112 - SPATH (L.F.) - A Monograph of the Amrnonoidea

of the Gault (Pal. Soc., 1923-1943) .

113 -STEPHENSON (L.W.) - The larger Invertebrate

Fossils of the Navarro Group in Texas (The

Univ. of Texas. no 1101, 1941, 1955) .

115 - S-TEPHENSON (L.W.) - Basal Eagle Ford Faunas

(Cenomanian) in Jolmson and T


:>;·:_.,. .: ::: A RTl E. Description des fossiles.

: : - _ :::oiciea.

? ë-:-.CÉS DU BASSIN COTIER DE TARFAYA

TABLE DES MA TIERES

- )nUi toceras sp. cf. cûbense d'ORB. Pl. 1, Fig. 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

_.:..mmonoidea.

· v lloceras sp. gr. se1·esitense PERV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

_--l. nisoceras pseudo-elegans PICT. ET CAMP. var. tarfayensis nov. var. Pl . 1. Fig 2, 2a 12

Idiohamites salvani nov. sp. Pl. 1. Fig. 3, 3a . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

Gaudryceras sp. indet. Pl. 1. Fig. 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

P.rraturrilites aff. g1·esslyi PlcT. ET CAMP. Pl. 1. Fig. 5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

Pnzosia cf. comnmnis SPATH. Pl 1. Fig. 6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

Puzosia mayori d'ORB. 14

Po.chydesmoceras hottinge1·i nov. sp. Pl. 2. Fig. 1, 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

Beudanticeras be1Ldanti BRGT. Pl. 3 Fig. 1, la . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

Desmoceras latidorsatum MicH. Pl. 3 Fig. 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

Hysteroceras carinatum SPATH. Pl. 3 Fig. 3, 4, 4a, 4b . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

Hysteroceras carinatum SPATH. var. PL 3. Fig. 5, 5a

Hysteroceras carinatum SPATH. var. Pl. 3. Fig. 6, 6a

Hysteroceras o1·bignyi SPATH. Pl. 3. Fig. 7, 7a, 7b . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

Hypengonoceras chouberti nov. sp. Pl. 4. Fig. 1, la, lb, 2, 2a, 2b, Pl. 5 . . . . . . . . . . . . 17

Hypengonoceras jau1·e-mm·etae nov. sp. Pl. 6. 1, la, 2, 2a, 3, 3a, 4, 4a . . . . . . . . . . . . 18

Hypengonoceras tarfayense nov. sp. Pl. 7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

Oxytropidoceras (Venezolicems) lecointrei nov. sp. Pl. 9. Fig. 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

0 ::y rropidoceras (Tarfayites) bitube1'C1Llatum nov. sp. Pl. 8. Fig. 1, la, lb . . . . . . . . 19

9

11

11

16

16

75


ï6 M. C 0 L L I G N 0 N

Dipoloceras bouchardi d'ORB. Pl. 3 Fig. 8 .................................... .

Dipolocems cristatum (DELUc) BRGT. Pl. 3. Fig. 9 ............................. .

DeiradoceTas cunningtoni SPATH. . . ....... ...... . . . .. . . .. . . .. . .. . .. . . ... . . . . . . .

Mo1·toniceras (Pervinquieria) inflatum J. Sow. Pl. 9. Fig. 2 ................... .

Mortonicems (Pervinquieria) rostratum J. Sow. Pl. 9. Fig. 3 ................... .

Mortonicems (PervinquieTia cf. aequatoreale KosSMAT. Pl. 11. Fig. 1 ........... .

Mortoniceras (Pervinquieria) sp. cf. arietiforme SPATH. var. .Pl. 11. Fig. 2 ...... .

Mortoniceras (Pervinquie1·ia) orientale KossMAT Pl. 9. Fig. 4 Pl. 11. Fig. 3 ..... .

Mo1·toniceras (Pervinquieria) p1·icei SPATH. PL 9. Fig. 5, 5a ..................... .

Mortoniceras (Omecrateceras) singularecostatum nov. sp. .?1. 10 ............... .

III. - CENOMANIEN

Euturrilites scheuchzeTianus Bosc emend. SHARPE Pl. 12. Fig. 1 ................ .

Tu?'rilites ougnanensis nov. sp. Pl. 12. Fig. 2 ................................... .

Puzosia cf. subplanulata ScHLUTER. PL 12. Fig. 3 ............................... .

Pachydesmoceras maroccanum nov. sp. Pl. 12. Fig. 4 ...................... ... .

Acompsoceras viottii nov. sp. Pl. 16. Fig. 1 ..................................... .

Calycocems choffati KossMAT. Pl. 12. Fig. 5 ................................... .

Acnnthocems cf. Totomagense DEFRANC!>. Pl. 17. Fig. 3, 3a ..................... .

Ca!ycoceras newboldi KossMAT ............................................... .

Ev.omphaloceTas cornutmn KosSMAT. Pl. 14 et 15

Enomphaloceras lehmanni nov. sp. Pl. 13. Fig. 1, la, lb, 2, 2a, . . . . . . . . . . . . . . . . .

Euomphalocems salvani nov. sp. Pl. 17. Fig. 2, 2a, . . . .. . .... . .. . . . . . . . . . . . . . . . .

PTotacanthocems harpax STOLICZKA. Pl. 13. Fig. 3

Tarrantoceras cf. 1'otatile STEPHENSON. PL 16. Fig. 2 .......................... .

'l'arrantoceras wrighti nov. sp. Pl. 16. Fig. 3, 3a, 3b, 4, 4a, 4b, 5, 5a, 5b, 6 ....... .

Tarrantoceras stephensoni nov. sp. PL 17. Fig. 1, la .......................... .

Turrantoceras marchesinii nov. sp. PL 16. Fig. 7, 7a ........................... .

IV. - TuRONIEN

Gaud1·yceras sp. Pl. 18. Fig. 1 ................................................. .

Scalarites sp. Pl. 18. Fig. 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

P'iZosia sp. aff. orientalis kossmati MATSUMOTO Pl. 18 Fig. 3

Pachydesmocems lindeTi DE Gr:ossouvRE. PL 18. Fig. 4 ........................ .

Proplacenticems zeha1·ense nov. sp. 21. 18. Fig. 5, 6, 6a, 7, 7a, 8, 9 ............. .

Metoicoceras sp. aff. o1·natmn MoREMAN. Pl. 13. Fig. 1, 2, 2a . ...... . . . . . . . . . . . . . .

Metoicoceras sp. aff. mosbyense CoBBAN. Pl. 19. Fig. 3 ....................... .

W atinoceras guenthe1·i REYMENT. Pl. 19. Fig. 4, 4a, 5, 5a, 6, 6a, 6b . . . . . . . . . . . . . . . .

20

20

21

21

21

21

22

22

23

23

24

25

25

26

26

26

27

27

28

28

29

30

30

31

31

32

32

32

33

33

33

34

35

35


CÉPHALOPODES CRÉTACÉS DU BASS!X COTIER D::: T.-'..Z\F..l,.Y . .l,.

Watinocems hesslandi REYMENT. PL 19. Fig. 7, 7a

Watinoceras cobbani nov. sp. PL 19. Fig. 8, Sa, Sb

Watinoceras aff. cobbani nov. sp. PL 19. Fig. 9 ...

Watinocems inerme nov. sp. PL 19. Fig. 10. lOa. lOo. ü

Watinocems semicostatum no·v. sp. Pl. 19. Fig. 12. 122. 13

Watinocems sp. aff. reesidei WARREN. PL 19. Fig. 1.; l-±a. 152

Watinoceras nov. sp. aff. coloradoense HExr::o:r.sc:. P

Benueites spinosus REYMENT. PL 20. Fig. 4. ,;"-

Benueites benueensis REYMENT. PL 20 Fig. 5. 6. 7

Benueites reymenti nov. sp. Pl. 20. Fig. S. s .. S":: -. - '=-;.

Benueites sp. aff. spinostts REYli!EXT. PL 2(• F":§:. Hl. l(•a

. ,,-, Lg. 1. la, lb, 2, 2a, 2b, 3 .

Mammites nodosoides v. ScHLOTHED!. 11. 20. F:g. 11. lla. llb .................. .

Mammites nodosoides v. ScHLOTHEDI \"2:·. sp:,·,osa BASSE. Pl. 20. Fig. 12, 12a . .. . .

Mammites nodosoides v. ScHLOTHEDI \·2:·. 0.rra PER\"IXQL"'ERE. ?L 20. Fig. 13, 13a

Mammites nodosoides v. ScHLOTHEDI \"21". rassagde!tensis nov. var. Pl. 21. Fig. 1,

la, lb . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Mammites nodosoides v. ScHLOTHEDI \· ar. zeibaensis nov. var. PL 21. Fig. 2 .....

Ma mmites chouberti nov. sp. !JI. 22. Fig. L la . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . - - -

Kamerunocems sp. aff. jacobsoni REYMENT Pl. 21. Fig. 3, 4 .................... .

Knmerunoceras lecointrei no\". sp. PL 21. Fig. 5, 6 ............................ .

Pseudaspidoceras riceHiiHii no\·. sp. PL 23

N eoptychites cep ha lotus CouRTILLIER. PL 24

N eoptychites hottingeri nov. sp. PL 25. Fig. 1, la, lb .................... - - - - - - - -

Selwynoceras 1·eymenti nov. sp. PL 26. Fig. 1

Selwynoceras zeha1·ense nov. sp. PL 26 Fig. 2, 2a, 3, 3a, 4, 5 ............ - - - - - - - -

G!ebosoceras glebosmn nov. sp. var. zeharensis nov. var. Pl. 27 .......... - . - - -

V. - CONIACIEN

Phyllocems sp. indet. aff. bizonatum FRITSCH. PL 28. Fig. 1 . . . . . . . . . . - - . - - . . . - - - · 46

Gaudryceras sp. off. vamgurense KosSMAT . PL 28. Fig. 2 ...................... - - 46

Scalarites matsumotoi nov. sp. Pl. 28. Fig. 3, 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . -17

Baculites sp. indet

Scaphites sp. indet. PL 28. Fig. 5, 6, 7

Kamenmocems lehmanni nov. sp. Pl. 28. Fig. 8. 9, 9a . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Prionocye-loceras guyabamun STEINl\1ANN i:Jl. 29. Fig. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 6a . . . .. .

?rionocycloceras hazzardi KEITH YoUNG. PL 31. Fig. 1 ................... .

PTionocycloceras keith youngi nov. sp. Pl. 30. 1, 2, 3, 4, 5 ................. .

Gcmthiericeras margae ScHLUTER . PL 32. Fig. 1, 2 ........................ .

35

36

36

36

37

37

37

38

38

38

39

39

40

40

40

41

41

42

42

43

43

44

44

45

46

77


78 M. C 0 L L I G N 0 N

Gauthiericems fau?·e-muretae nov. sp. PL 28. Fig. 10 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

Peroniceras aff. dravidicum KossMAT. PL 30. Fig. 6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

Spinaptychus spinosus Cox. PL 31. Fig. 2, 2a, 3, 3a, 4, 4a . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

IV - SANTONIEN

Texanites texantts RoEMER. Pl. 33 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

Pseudoschloenbachia maroccana nov. sp. Pl. 34

Pseudoschloenbachia tarfayensis nov. sp. PL 35

DEUXIEME PARTIE. CONCLUSIONS. - Corrélations paléontologiques et stratigra­

et stratigraphiques.

I. - Aptien

II. - Albien

III. - Cénomanien

IV. - Turonien

V. - Coniacien

VI. - Santonien

Tr.bleau I. - Stratigraphie du Bassin côtier de Tarfaya d'après les Ammonites . 67

Tableau II. - Les Ammonites de Tarfaya comparées aux espèces d'autres Régions

du Globe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

BIBLIOGRAPHIE 71

53

54

55

55

58

60

63

66


MAURICE COLLIGNON

LES CEPHALOPODES CRETACES DU BASSIN COTIER

DETARFAYA


PLANCHES


M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 1

Al bien

FIG. 1 : Cymatoceras sp. cf. albense d'ORB.

Gisement : T. 10 - Oued Chebeika, Rassi Oum Esbed.

Zone à Diploceras cristat1tm, niveau inférieur.

FIG. 2, 2a : Anisoceras pseudo-elegans PICTET ET CAMPICHE var. tarfayensis, nov.

var. TYPE.

Gisement : T. 482 - Oued Chebeika, près de Rassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau suprieur.

FIG. 3, 3a : Idiohamites salvani nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 482 - comme ci-dessus.

Fra. 4, 4a, 4b : Gattdryceras sp. ind.

Gisement : T. 481 - Près de la côte, 4 km SW de Foum Chebeika.

Fra. 5 : Pamht rrilites aff. gresslyi PICTET ET CAMPICHE.

Gisement : T. 481 - comme ci-dessus.

FIG. 6, 6a : Puzosia cf. communis SPATH.

Gisement : T. 10 - comme figure 1.


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tar(aya. Pl. 1

ALBI EN


82 M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 2

Albi en

FTG. 1 : Pachydesmoceras hottingeri nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 483-484 - Oued Chebeika, rive gauche, Sud de Rassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

Fr


M . COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tar{aya. Pl. 2


1

M. C 0 L L 1 G • 0 •

PLANCHE 3

Al bien

FIG. 1, la : Beudanticeras beudanti BRG'l'.

Gisement : T. 10 - Oued Chebeika, Est de Hassi Oum &bed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau inférieur.

FIG. 2 : Desmoceras latidorsatum Mien.

Gisement : T. 10 - Oued Chebeika, Est de Hassi Oum &bed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

FIG. 3, 4, 4a, 4b : Hysteroceras carinatum SPATH.

Gisement : T. 10 - comme ci-dessus.

FrG. 5, 5a : Hysteroceras carinatum SPATH var.

Gisement : T. 10 - comme ci-dessus.

FIG. 6, 6a : Hyteroceras carinatum SPATH var.

Gisement : T. 10 - comme ci-dessus.

FIG. 7, 7a, 7b : Hysteroceras orbignyi SPATH.

a F

Gisement : T. 481 - Près de la côte, 4 km SW de Foum Chebeika.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

FIG. 8 : Dipoloceras bouchardi n'ORB.

Gisement : T. 10 - comme ci-dessus.

FIG. 9 : Dipoloceras cristatum (DELUC) BRGT.

Gisement : T. 10 - comme ci-dessus.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 3

ALBI EN


86 M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 4

Albi en

FIG. 1, la, lb : Hypengonoceras chouberti nov. sp.

Partie interne détachée d'un exemplaire plus considérable. On voit sur la

fig.l l'ornementation de côtes, de costules ou stries et les tubercules externes. -

Sur la fig. la, la double file de tubercules externes, très pointus, altermmt

irrégulièrement, et la région externe excavée. - Sur la fig. lb, la section de

ce fragment à différents stades de la croissance.

Gisement : T. 482 - Oued Chebeika, rive gauche, près de Rassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum (niveau supérieur) .

FIG. 2, 2a : Hypengonoceras chouberti nov. sp. TYPE.

La fig. 2 représente l'intérieur de l'Ammonite (dont la fig. 2a représente

l'autre face) avec la trace du tour suivant et celle des cloisons. Sur le test,

on voit l'empreinte des cloisons du tour suivant, les côtes rudimentaires et

les tubercules externes. - La fig. 2a représente la partie conservée du dernier

tour dont la fig. 2 est le tour antécédant. Ici, il n'y a plus d'ornementation,

ni côtes, ni tubercules. La cloison un peu usée est du type Hypengonoceras.

Gisement : T. 482 - comme ci-dessus.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfay a. Pl. 4

A LB/EN

1 a


88

M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 5

Albi en

FIG. 1 : Hypenganoceras chouberti nov. sp.

Gros exemplaire de diamètre approximatif de 0,300 m. En haut, le tour interne

avec les tubercules externes. La partie inférieure représente le dernier tour

qui a perdu toute ornementation et dont les carènes ont disparu (section

en forme de voûte) . Très belle cloison du type Hypengonoceras, mais déjà

différente de celle que l'on voit sur les exemplaires plus petits figurés sur

la planche 4.

Gisement : T. 482 - Oued Chebeika, rive gauche, près de Hassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLL IGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tar(aya. Pl. 5

ALBI EN


90 M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 6

Albi en

FIG. 1, la : Hypengonoceras faure-muretae nov. sp. TYPE. Ex. N° 1.

La fig. 1 représente les tours internes de l'exemplaire avec 2 cloisons de ce

tour, dessinées ; entre les deux, cloisons verticales du tour suivant avec leurs

traces interne et externe.

La fig. la représente le même exemplaire vu de l'autre côté, c'est-à-dire tour

suivant avec cloison de ce tour. L'ombilic n'a pu être entièrement dégagé.

Fm. 2, 2a : Hypengonoceras faure-muretae nov. sp. Ex. NO 2.

Fig. 2 : Tours internes d'un grand exemplaire dont ceux-ci sont extraits.

Cloison du tour suivant depuis la carène avec bord du lobe antisiphonal.

On remarquera l'écart de l'ombilic.

Fig. 2a : Vue de la région externe avec lobe antisiphonal du tour suivant

(en haut de la figure) .

FIG. 3, 3a : Hypengonoceras faure-muretae nov. sp. Ex. N° 3.

Fig. 3 : Tours internes d'un grand exemplaire avec débris des cloisons adhé­

rentes du tour sui'!ant (à gauche) , et cloisons entières verticales du tour sui­

vant (à droite) .

Fig. 3a : Région externe de cet exemplaire, excavée avec les deux carènes

devenues progressivement lisses. A gauche cloison du tour suivant (coupées

sur la photo) .

FIG. 4, 4a : Hypengonoceras faure-muretae nov. sp. Ex. NO 4.

Fig. 4 : Grand exemplaire avec cloisons internes du tour suivant, déjà beau­

coup plus évoluées : les lobules sont plus découpés et se multiplient.

Fig. 4a : Région externe du tour précédent avec lobe antisiphonal du tour

suivant plaqué sur cette région externe.

Gisement de ces 4 Ammonites : T. 482 - Oued Chebeika, rive gauche, près

de Rassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céph alopodes crétacés du bassin côtier de Tarfay a. Pl. 6

A LB/EN


92 M. C 0 L L I G N 0

PLANCHE 7

Albien

Fig. 1, la : Hypengonoceras tarfayense nov. sp. TYPE

On remarquera les tubercules minuscules qui tapissent les deux carènes

de cette Ammonite.

Gisement : T. 482 - Oued Chebeika, rive gauche, près de Hassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

x 2'3


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tar{aya. Pl. 7

t

"'


94 M. C 0 L L I G N 0 N

PLANCHE 8

Albi en

FIG. 1, la, lb : Oxytropidoceras (Tarfayites) bitubercuLatum nov. subgen. nov. sp.

TYPE.

Gisement : T. 483 - Oued Chebeika, rive gauche, Sud de Rassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tar{ay a. Pl. 8

,.


96 M. C 0 L L J G N 0 N

PLANCHE 9

Albi en

FIG. 1 : Oxytropidoceras (Venezoliceras) lecointrei nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 482 - Oued Chebeika, rive gauche, près de Rassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

FIG. 2 : Mortoniceras (Pervinquieria) inflatum J. Sow.

Gisement : T. 482 - comme ci-dessus.

FIG. 3 : Mortoniceras (Pervinquieria) rostratum J. Sow.

Gisement : T. 482 - comme ci-dessus.

FIG. 4 : Mortoniceras (Pervinquieria) orientale KossM.

Gisement : T. 482 - comme ci-dessus.

FIG. 5, 5a : Mortoniceras (Pervinquieria.) pricei SPATH.

Gisement : T. 10 - Oued Chebeika, Est de Rassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau inférieur.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tar{ay a Pl. 9

A LB/EN


98 M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 10

Albi en

FIG. 1 : Mortoniceras (Omeerateceras) singularecostatum nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 481 - Près de la cote, 4 km au Sud de Foum Chebeika.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

x 2/3


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfay a. Pl. 10

ALBI EN


100 M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 11

Al bien

FIG. 1 : Mortoniceras (Pervinquieria) aequatoreale KoSSM.

Gisement : T. 482 - Oued Chebeika, rive gauche, près de Hassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

FIG. 2 : Mortoniceras (Pervinquieria) sp. ind. aff. arietiforme SPATH var.

Gisement : T. 483 - Oued Chebeika, rive gauche, Sud de Hassi Oum Esbed.

Zone à Dipoloceras cristatum, niveau supérieur.

FIG. 3 : Mortoniceras (Pervinquieria) orientale KossM.

Gisement : T. 482 - comme ci-dessus.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céph alopodes crétacés du bassin côtier de Tar{ay a. Pl. 11

A LB/EN


102 M. C 0 L L I G N 0 N

PLANCHE 12

Cénomanien

FIG. 1 : Euturrilites scheuchzerianus Bosc.

Gisement : T. 1 - Ez Zbara, bordure E de la Sebkha Houiselgua.

FIG. 2 : Turrilites ougnanensis nov. sp.

Gisement : T. 234 - Oued Ougnane Tel-li, amont.

Niveau à AcanthocE:ras des calcaires à Ammonites et Crassatelles.

FIG. 3 : Puzosia cf. subplanulata ScHLUT.

Gisement : T. 117 - Pied SE de la Hammada des sources de l'Oued Ougnane

Tel-li.

FIG. 4 : Pachydesmoceras marocanum nov. sp.

Gisement : T. 449 - Sebkha Tarza, bordure SE.

FIG. 5 : Calycoceras choffati KossM.

Gisement : T. 117 - comme figure 3.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 12

CÉNOMANIEN


M. C 0 L L I G N 0 N

PLANCHE 13

Cénomanien

FIG. 1, la, lb : Euomphcûoceras lehmanni nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 234 - Oued Ougnane Tel-li, amont.

FIG. 2, 2a : Euomphaloceras lehmanni nov. sp. Ex. jeune.

Gisement : T. 234 - comme ci-dessus.

FIG. 3 : Protacanthoceras harpax Stol.

Gisement : T. 117 - Pied SE de la Hammada des sources de l'Oued Ougnane

Tel-li.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfay a.

2

3

CÉNOMANIEN

Pl. 13


106 M. C 0 L L I G M 0 N

PLANCHE 14

Cénonlanien

FIG. 1 : Euomphaloceras corn:utum KossM. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Gisement : T. 234 - Oued Ougnane Tel-li, amont.

x 3/4


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 14

CÉNOMANIEN


M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 15

Cénomanien

FIG. 1, la : Euomphaloceras cornutum KossM. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Gisement : T. 234 - Oued Ougnane Tel-li, amont.

x 3/4


M. COLLIGNON. - Céph alopodes crétacés du bassin côtier de Tarfay a. Pl. 15


110 M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 16

Cénomanien

FIG. 1 : Acompsoceras viottii nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 449 - Sebkha Tarza, bordure SE.

FIG. 2 : Ta1-rantoceras cf. rotatile STEPHENSON.

Gisement : T. 425 - Falaise d'Ed Dzeroua, niveau repère à silex.

FIG. 3, 3a, 3b : Tarrantoceras wrighti nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 117 - Pied SE de la Hammada des sources de l'Oued Ougnane

Tel-li.

FIG. 4, 4a, 4b - 5, 5a, 5b - 6 : Tarrantoceras wrighti nov. sp.

Gisement : T. 117 - comme ci-dessus.

FIG. 7, 7a : Tarrantoceras marchesinii nov . sp. TYPE.

Gisement : T. 117 - comme ci-dessus.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfay a. Pl. 16

CÉNOMANIEN


112 M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 17

Cénomanien

FIG. 1, la : Tarrantoceras stephensoni nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 117 - Pied SE de la Hammada des sources de l'Oued Ougnane

Tel-li.

FIG. 2, 2a : Euompha,loceras salvani nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 117 - comme ci-dessus.

FIG. 3, 3a : Acanthoceras aff. rotomagense DEFR.

Gisement : T. 117 - comme ci-dessus.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 17

CÉNOMANIEN


114

M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 18

Turonien

FIG. 1 : Gaudryceras sp. indet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 2

Gisement : T. 302 - Hammada Tassagdelt. Oued Laaguid, versant sud. Niveau

repère à silex inférieur.

FIG. 2 : Scalarites sp. indet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X l

Gisement : T. 128 - Sebkha en Naila.

FIG. 3 : Puzosia sp. aff. orientalis kossmati MATSUMOTO • • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 1

Gisement : T. 471 - Oued cz Zehar-Oued el Ouaâr, Nord de Legdem el Tali.

FIG. 4 : Pachydesmoceras linderi DE GROSSOUVRE. • • • • • . • • . . . • . . . . . . . . . . . • • . . • . . . X 1

Gisement : T. 227 - Oued el Amra, 10 km Nord de Rassi el Magrouna.

FIG. 5 : Proplacenticeras zeharense nov. sp. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 1

Exemplaire de petite taille avec péristome.

Gisement : T. 122 - Dernière digitation de l'affluent droit de l'Oued el Amra,

au Sud de l'Oued Ougnane Tel-li.

FIG. 6, 6a : Proplacenticeras zeharense nov. sp. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 1

Petit exemplaire à ornementation fugace insensible et à région externe très nette

Gisement : T. 122 - comme ci-dessus.

FIG. 7, 7a : Proplacenticeras zeharense nov. sp. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 1

Exemplaire jeune à région externe d'abord à double carène, puis arrondie.

Gisement : T. 410 - Affluent droit de l'Oued el Amra. au Sud de l'Oued

Ougnane Tel-li.

FIG. 8 : Proplacenticeras zeharense nov. sp. TYPE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 1

Exemplaire un peu écrasé, mais montrant mieux que tout autre l'ornemen-

tation périombilicale et les côtes en croissant.

Gisement : T. 471 - Oued ez Zehar - Oued el Ouaâr, Nord de Legdem el Tali.

FIG. 9 : Proplacenticeras zeharense nov. sp. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 1

Grand exemplaire avec ornementation partiellement conservée.

Gisement : T. 472 - Oued ez Zehar - Oued el Ouaâr, Legdem el Tali.


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 18

TURONIEN


::t: M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 19

Turonien

FIG. 1 : Metoicoceras aff. ornatum MoREMAN. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . X 1

Gisement : T. 414 - Oued Ougnane Tel-li aval, rive gauche, niveau repère

à silex inférieur.

FIG. 2, 2a : Metoicoceras aff. ornatum MoREMAN. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • • . . • . X 1

Gisement : T. 75 - Falaise d'Ed Dzeroua, 1 km Sud du pied de la Gara Toukdem.

FIG. 3 : Metoicoceras sp. aff. mosbyense CoBBAN. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . • . . X 1

Gisement : T. 414 - comme figure 1.

FIG. 4, 4a : W atinoceras guenthe1·i REYMENT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 2

Gisement : T. 122 - Dernière digitation de l'affluent droit de l'Oued el Amra,

au Sud de l'Oued Ougnane Tel-li.

FIG. 5, 5a, 5b : 6, 6a, 6b : W atinoceras guentheri REYMENT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 2

Gisement : T. 411 - Affluent droit de l'Oued el Amra, au Sud de l'Oued

Ougnane Tel-li.

FIG. 7, 7a : Watinoceras hesslandi REYMENT.

Gisement : T. 411 - comme ci-dessus.

FIG. S, Sa, Sb : Watinoceras cobbani nov. sp. TYPE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 2

Gisement : T. 411 - comme ci-dessus.

FIG. 9 : Watinoceras aff. cobbani nov. sp. X 2

Gisement T. 411 - comme ci-dessus.

FIG. 10, lOa, lOb : Watinoceras inerme nov. sp. TYPE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 2

Gisement : T. 411 - comme ci-dessus.

FIG. 11 : W atinoceras inerme nov. sp. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 2

Gisement : T. 411 - comme ci-dessus.

FIG. 12, 12a : Watinoceras semicostatum nov. sp. TYPE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 2

Gisement : T. 411 - comme ci-dessus.

FIG. 13 : 'Vatinoceras semicostatum nov. sp. X 2

Gisement : T. 411 - comme ci-dessus.

FIG. 14, 14a : 15, 15a : Watinoceras sp. aff. reesidei WARREN. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 2

Gisement : T. 411 - comme ci-dessus.

X 2


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 19

TURONIEN


118 M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 20

Turonien

FIG. 1, la, n, : 2, 2a, 2b : 3 : Watinoceras nov. sp. aff. coloradoense IIEND. ...... x 2

Gisement : T. 411 - Affluent droit de l'Oued el Amra, au Sud de l'Oued

Ougnane Tel-li.

FIG. 4, 4a : Benueites spinosus REYMENT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 2

Gisement : T. 61 - Zeiba, bordure W de la Sebkha Houiselgua.

Fm. 5, 6 : Benueites benueensis REYMENT. X l

Gisement : T. 61 - comme ci-dessus.

FIG. 7 : Benueites benueensis REYMENT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 2

Gisement : T. 61 - comme ci-dessus.

FIG. 8, 8a, 8b : Benueites reymenti nov. sp. TYPE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 2

Gisement : T. 411 - comme Fig. 1.

FIG. 9, 9a : Benueites reymenti nov. sp. X 2

Gisement : T. 61 - comme Fig. 4.

!"rG. 10, lOa : Benueites sp. aff. spinosus REYMENT. X 2

Gisement : T. 411 - comme Fig. 1.

FIG. 11, 11a, 11b : Mammites. nodosoides v. ScHLOTH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 1

Gisement : T. 61 - comme Fig. 4.

FIG. 12, 12a, : Mammites nodosoides v. ScHLOTH. var. spinosa BASSE. . . . . . . . . . . . X 1

Gisement : T. 128 - Sebkha en Naila.

FIG. 13. 13a : Mammites nodosoides v. ScHLOTH. var. afra PERVINQ. . . . . . . . . . . . . . X 1

Gisement : T. 302 - Hammada Tassagdelt, Oued Laaguid, versant sud.


M. COLLIGNON. - Céph alopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 20

TURONIEN

6


120 M . C O LLIGNON

PLANCHE 21

Turonien

FIG. 1, la, lb : Mammites nodosoides v. ScHLOTH. var. tassagdeltensis nov. var. TYPE

Gisement : T. 302 - Hammada Tassagdelt, Oued Laaguid versant sud.

FIG. 2 : Mammites nodosoides v. ScHLOTH. var. zeibaensis nov. var. TYPE.

Gisement : T. 92b - Nord Zeiba, terminaison W de la Sebkha Houiselgua.

FIG. 3. 4 : Kamerunoceras sp. aff. jacobsoni REYMENT.

Gisement : T. 61 - Zeiba, bordure W de la Sebkha Houiselgua.

FIG. 5 : Kamerunoceras lecointrei nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 92b - comme Fig. 2.

FIG. 6 : Kamerunoceras .Zecointrei nov. sp.

Gisement : T. 128 - Sebkha en Naila.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 21

TURONIEN


122 M . C O L LIG N O N

PLANCHE 22

Turonien

FIG. 1, la : Mammites chouberti nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 122a - Dernière digitation de l'affluent droit de l'Oued el Amra,

au Sud de l'Oued Ougnane Tel-li.

Ce fossile est figuré en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 22


M . C O L L I G N O N

PLANCHE 23

Turonien

FIG. 1 : Pseudaspidoceras vicentinii nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 471 - Oued ez Zehar-Oued el Ouaâr, Nord de Legdem el 'l'ali.

Ce fossile est figuré en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tar{aya. Pl. 23


126 M . C O L L I G N O N

PLANCHE 24

Turonien

FrG. 1, la : Neoptychites cephalotus CouRTILLIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Gisement : T. 61 - Zeiba, bordure W de la Sebkha Houiselgua.


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfay a. Pl. 24


128 M . C O L L I G N O N

PLANCHE 25

Turonien

FJG. 1, la, lb : Neoptychites hottingeri nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 412 - Affluent droit de l'Oued el Amra Sud de l'Oued Ougnane

Tel-li.

Ce fossile est figuré en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 25


130 M . C O L L I G N O N

PLANCHE 26

Turonien

Fra. 1 : Selwynoceras reymenti nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 411 - Oued ez Zehar - Oued el Ouaâr, Nord de Legdem el Tali.

FIG. 2. 2a, 3, 3a, 4 : Selwynoceras zeharense nov. sp.

Gisement : T. 471 - comme ci-dessus.

FIG. 5: Se.lwynoceras zeharense nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 471 - comme ci-dessus.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céph alopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 26

4

TURONIEN

2


132 M . C O L L I G N O N

PLANCHE 27

Turonien

FIG. 1 : Glebosocems glebosum REYMENT var. zeharensis nov. var. TYPE. . . . . . . .

Gisement : T. 221 - Rassi Bou Emgara affluent droit de l'Oued ez Zehar -

Oued el Ouaâr.

x 1/2


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 27


134 M C O L L I G N O N

PLANCHE 28

Coniacien

FIG. 1 : Phylloceras sp. ind. aff. bizonatum FRITSCH.

Gisement : T. 94 - Sebkha Rboula.

FIG. 2 : Gaudryceras sp. aff. varagurense KossMAT.

Gisement : T. 104 - Sebkha Tembaga.

FIG. 3 : Scalarites matsumotoi nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 104 - comme ci-dessus.

FIG. 4 : Scalarites matsumotoi nov. sp.

Gisement : T. 94 - Sebkha Rboula.

FIG. 5, 6, 7 : Scaphites sp. ind.

Gisement : T. 75 - Falaise d'Ed Dzeroua, 1 km Sud de la Gara Toukdem.

FIG. 8 : Kamerunoceras lehmanni nov. sp.

Gisement : T. 435 - Sebkhet Moulfrissi, Nord de la Sebkha Rboula.

FIG. 9. 9a : Kamerunoceras lehmanni nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 104 - Sebkha Tembaga.

FIG. 10 : Gauthiericeras faure-muretae nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 104 - Sebkha Tembaga.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tar{aya. Pl. 28

CON/AC/EN


136 M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 29

Coniacien

FIG. 1, 2 : Prionocycloceras guyabanum STEINMANN.

Petits exemplaires avec carène dentelée très bien conservée.

Gisement : T. 104 - Sebkha Tembaga.

FIG. 3 : Prionocycloce1·as guyabanum STEINMANN.

Exemplaire de taille moyenne avec tubercules, carène et début de la chambre

d'habitation.

Gisement : T. 104 - cor:ame ci-dessus.

FIG. 4 : Prionocycloceras guyabanum STEINMANN.

Grand exemplaire avec ornementation en voie de disparition sur la chambre

d'habitation.

Gisement : T. 104 - comme ci-dessus.

FIG. 5 : Prionocycloceras guyabanum STEINMANN.

Région externe d'un grand exemplaire avec carène et très gros tubercules

externes.

Gisement T. 103 - Sebkhet au Sud de la Sebkha Tembaga.

FIG. 6. 6a : Prionocycloceras guyabanum STEINMANN.

L'un des tubercules externes en forme de tuyau creux.

N.B. - Il est possible que ces gros tubercules appartiennent à Prionocycloce1·;;s

hazzardi KEITH YoUNG.

Gisement : T. 103 - comme ci-dessus.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfay a. Pl. 29


138 M . C O L L I G N O N

PLANCHE 30

Coniacien

FIG. 1, 2 : Prionocycloceras keith youngi nov. sp.

Jeunes exemplaires.

Gisement : T. 94a - Sebkha Rboula.

FIG. 3 : Prionocycloceras keith youngi nov. sp. TYPE.

Exemplaire montrant bien l'émigration progressive des tubercules ombilicaux

vers le tiers interne des flancs.

Gisement : T. 104 - Sebkha Tembaga.

FIG. 4 : Prionocycloceras keith youngi nov. sp

Grand exemplaire adulte avec une partie écrasée de la chambre d'habitation.

Gisement : T. 94a - Sebkha Rboula.

FIG. 5 : PTionocycloceras keith youngi nov. sp.

Grand exemplaire montrant une partie de la carène crénelée et la projection

périphérique des côtes en avant le long de la carène.

Gisement : T. 94a - comme ci-dessus.

FIG. 6 : Peroniceras sp. aff. dravidicum KossMAT.

Gisement : T. 107 - Pied W de la Hammada er Rhouiba, Sud de Legdem er

Rhala.

Tous ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céph alopodes crétacés du bassin côtier de Tarfaya. Pl. 30

CON/AC/EN


140

M . C O L L I G N O N

PLANCHE 31

Coniacien

FIG. 1 : Prionocycloceras hazzardi KEITH YouNG . ...................... ......... .

Très grand exemplaire écrasé avec tubercules externes éloignés les uns des

autres, caractéristiques.

Gisement : T. 104 - Sebkha Tembaga.

FIG. 2, 2a, 3, 3a, 4; 4a : Spinaptychus spinosus Cox. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X 1

Divers exemplaires plus ou moins fragmentaires.

Gisement : T. 86 - Montée de la Hammada er Rhouiba, Sud de Garet es Souf.

x 213


M. COLLIGNON. - Céph alopodes crétacés du bassin côtier de Tar{ay a. Pl. 31

CON/AC/EN


142 M . C O L L I G N O N

PLANCHE 32

Coniacien

FIG. l, 2 : Gauthiericeras margae ScHLUTEB.

Gisement : T. 231 - Pied W de la Hammada er Rhouiba - el Gaada, au Sud

de Aïn Outetera.

Ces fossiles sont figurés en grandeur naturelle.


M. COLLIGNON. - Céph alopodes crétacés du bassin côtier de Tar{aya. Pl. 32


l·U M . C O L L I G N O N

FIG. 1 : Texanites texanus RoEMER.

PLANCHE 33

Santonien

Gisement : T. 83 - Falaise W de la Hammada er Rhouiba, Sud de Garet es Souf.

Ce fossile est figuré en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tar{ay a. Pl. 33

SANTON/EN


146 M. C 0 L L 1 G N 0 N

PLANCHE 34

Santonien

FIG 1 : Pseudoschloenbachia marocana nov. sp. TYPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Gisement : T. 95 - Oued Khaoui en Naâm, rive gauche, 1,5 km Est du Gué

de la piste de Tarfaya.

x 3/4


M. COLLIGNO :5: er de Tar(aya. Pl. 34

SANTON/EN


148 M. C O L L I G N O N

PLANCHE 35

Santonien

FIG. 1 : Pseudoschloenbachia tarfayensis nov. sp. TYPE.

Gisement : T. 464 - Falaise d'Ed Dzeroua, pied nord du Tarf Hossina.

Ce fossile est :figuré en grandeur naturelle


M. COLLIGNON. - Céphalopodes crétacés du bassin côtier de Tarfay a. Pl. 35

SANTON/EN

More magazines by this user
Similar magazines