PLAN 2008-5 - Ordre des ingénieurs du Québec

oiq.qc.ca

PLAN 2008-5 - Ordre des ingénieurs du Québec

DOSSIER DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES

L'Ordre doit s'assurer

que ses membres ont les

compétences requises pour

exercer tout au long de leur

vie professionnelle.

Par Jeanne Morazain

L'Ordre des ingénieurs du Québec ayant pour raison d'être

la protection du public, il doit s'assurer que ses membres

ont les compétences requises pour exercer leur profession

tout au long de leur carrière. Cette obligation justifie

qu'il s'intéresse au développement professionnel des ingénieurs

et qu'il se dote d'une réglementation et de processus afin de les

aider à adopter de bonnes pratiques à cet égard.

Le contexte économique actuel, qui exige une grande rapidité

d'exécution et de constantes adaptations (voir l'article intitulé «Développement

oblige »), a modifié les conditions d'exercice des ingénieurs

et le profil de compétences requises. L'Ordre a donc décidé de revoir

la façon dont il encadre le développement professionnel. « Nous

en faisons une priorité de notre Plan stratégique, affirme l'ingénieur

Louis Tremblay, directeur des Affaires professionnelles de l'Ordre.

La formation continue est nécessaire pour que chaque ingénieur

puisse continuer d'agir selon les règles de l'art en respectant les nonnes

et les pratiques reconnues. Nous avons donc décidé de fournir à nos

membres des outils qui leur permettront de mieux structurer leur

démarche de formation et de bien évaluer l'état de leurs connaissances

et le niveau d'intégration des bonnes pratiques à leur travail. »

RÉGLEMENTATION ET RESPONSABILITÉ

L'Ordre a choisi d'agir sur deux plans, celui de la réglementation

et celui de la responsabilisation des membres. « Il est normal que

20 PLAN : JUIN-JUILLET 2008

l'Ordre, qui est un organisme réglementaire,

adopte un règlement lorsqu'il accorde

de l'importance à une question, ajoute Louis

Tremblay. Le projet de règlement actuellement

sur la table s'inspire de ce que recommande

l'Office des professions du Québec

et de ce que font les autres ordres professionnels

du Québec. Le volet incitatif est

prépondérant, le développement professionnel

relevant d'abord et avant tout de la

responsabilité individuelle de l'ingénieur.

Nous avons néanmoins jugé bon d'imposer

une norme minimale. Le projet actuel impose

deux obligations : se fixer des objectifs

périodiques de développement et suivre

un minimum de 30 heures de formation

obligatoires sur une période de deux ans. »

L'abondance de l'offre de formation est

telle qu'il serait illusoire de vouloir en faire

l'inventaire afin d'évaluer la pertinence de

chacune des activités offertes. « Nous laissons

à chaque ingénieur le soin d'exercer

son jugement et de choisir les activités les

plus pertinentes pour lui, poursuit Louis

More magazines by this user
Similar magazines