LE GRAND R LE GRAND R

legrandr.com

LE GRAND R LE GRAND R

LE GRAND R

ScèNE NAtioNALE LA RochE-SuR-yoN

LittÉRAtuRE

2013 /2014


Rendez-vous

à la Maison

Inscrire la littérature dans le projet d’une scène nationale, c’est dire

qu’elle est un art vivant. Ici, nous la pratiquons. Nous écrivons,

nous lisons. Attention ! nous ne sommes ni silencieux, ni sages.

Mais joyeux. Mais emportés par la découverte et l’étonnement

de ce que peut notre langue. Mais tenaces dans l’effort quand

un texte nous résiste ! Nous grimaçons, nous suons, nous musclons

notre regard.

La Maison est un lieu où entrer pour se laisser happer par la

parole, le bouillonnement. Prendre et apprendre. Être assailli,

questionné, chamboulé. Écouter et partager des moments avec

des écrivains. Partager un repas aussi, cela arrive.

De la Maison, nous sortons très souvent pour aller dans le département

rencontrer des classes, travailler avec des médiathèques,

dans le milieu carcéral, échanger avec le monde associatif.

Partout ! Chez vous, pourquoi pas ? La littérature n’est pas réservée.

Ni à des lieux spécifiques, ni à des catégories de personnes qui

sauraient, elles, lire, écrire et parler. La littérature est vivante,

et vivre tout le monde en est capable.

Invitez-vous à la Maison.

Christophe François,

Responsable du Centre de ressources littérature et écriture


Rencontrer, écouter

LEctuRES pubLiquES SuiviES D’ÉchANGES

AvEc LES AutEuRS EN RÉSiDENcE.

Entrée libre sous réserve des places disponibles,

Maison Gueffier ou au Manège (Studio de danse ou Espace Louis-Riou).

Alice de Poncheville Antjie Krog Léonora Miano

Marie Redonnet Joy Sorman Velibor Colic´

Sylvain Levey Eugène Savitzkaya Marc Cholodenko


Alice de Poncheville

Lecture pubLique

MAiSoN GuEffiER – MERcREDi 9 octobRE à 18h

Alice de Poncheville est en résidence du 7 au 11 octobre 2013.

Auteure jeunesse, scénariste et réalisatrice, Alice de Poncheville trouve les mots

qui font voir, qui racontent des histoires, qui font parler aussi bien les enfants, les

lacs, les lutins et les grandes personnes. Elle a notamment reçu le Grand Prix du

livre jeunesse de la Société des Gens de Lettres ainsi que le prix Lucioles 2004

pour Je suis l’arbre qui cache la forêt.

Bibliographie

À l’École des loisirs (jeunesse) : Treize ans porte-malheur, Médium, 2003 / Popa, Moma et Moa, Neuf,

2003 / Je suis l’arbre qui cache la forêt, Médium, 2004 / La Fille du loup maigre, Neuf, 2005 / Calamity Jane

avait deux filles, Médium, 2007 / Grande Saucisse et Toute Petite Chose, Mouche, 2007 / Thomas glaçon,

Neuf, 2008 / Le Don d’Adèle, Médium, 2010 / Œufs bleus et compagnie, Neuf, 2011 / Mon Amérique,

Médium, 2012 / Le Tamanoir hanté, Mouche, 2013.

Aux Éditions de l’Olivier (littérature générale) : La Martre, Éditions de l’Olivier, 2005 (recueil de

nouvelles).

Antjie Krog

Lecture pubLique

ESpAcE LouiS-Riou – jEuDi 14 NovEMbRE à 19h

Présence les 13, 14 et 15 novembre 2013.

Nous accueillons la poétesse sud-africaine Antjie Krog et son traducteur, George

Lory, du 13 au 15 novembre 2013 dans le cadre de Lettres sur Loire et d’ailleurs,

un réseau de structures littéraires en Pays de la Loire.

C’est en poétesse autant qu’en journaliste qu’elle rend compte, dans La Douleur

des mots, des travaux de la Commission Vérité et Réconciliation (1996-1997) et a

restitué les témoignages des victimes du régime de l’apartheid, de son intolérable

cruauté et de sa bêtise effroyable. La poésie, son souffle et ses flammes, est depuis

restée le ferment d’une œuvre aujourd’hui récompensée dans le monde entier.

Bibliographie

Elle a notamment publié (traductions françaises de George Lory) : La Douleur des mots, Actes Sud,

2004 / Ni pillard, ni fuyard, Le Temps qu’il fait, 2004 / Une syllabe de sang, Le Temps qu’il fait, 2013.


Léonora Miano

Lecture pubLique

ESpAcE LouiS-Riou – jEuDi 28 NovEMbRE à 19h

Léonora Miano est en résidence du 26 novembre au 6 décembre 2013.

La romancière interroge les problèmes de l’Afrique subsaharienne dans une

langue aussi colorée que la parole des conteurs, tour à tour chatoyante et sombre.

Elle raconte aussi la difficulté d’être « Afropéen », de vivre entre deux cultures,

deux pays, deux identités. Elle a reçu de nombreux prix littéraires, le prix

Louis-Guilloux en 2005, le prix Goncourt des lycéens en 2006, le Grand prix

littéraire d’Afrique noire en 2011 et le prix Seligmann 2012 contre le racisme.

Bibliographie

L’Intérieur de la nuit, Plon, 2005 / Contours du jour qui vient, Plon, 2006 / Afropean Soul, Flammarion,

2008 / Tels des astres éteints, Plon, 2008 / Soulfood équatoriale, Robert Laffont, 2009 / Les Aubes écarlates,

Plon, 2009 / Blues pour Élise, Plon, 2010 / Ces Âmes chagrines, Plon, 2011 / Écrits pour la parole, L’Arche,

2012 / Habiter la frontière, L’Arche, 2012.

Marie Redonnet

Lecture pubLique

ESpAcE LouiS-Riou – jEuDi 16 jANviER à 19h

Marie Redonnet est en résidence du 13 au 17 janvier 2014.

Ne nous fions ni à la candeur apparente, ni au dépouillement de l’écriture de Marie

Redonnet. Ses livres, pièces de théâtre ou romans, sont autant de paraboles qui

cultivent l’art du malentendu. Tout est trompe-l’œil, et il s’agit de lire, c’est-à-dire

de se détromper, car l’écriture dit toujours autre chose que ce qui est dit, elle tient

parole contre les illusions, les mensonges, les clichés qui ruinent le sens de toute

chose. Il est ici question de nous réconcilier avec l’Histoire et notre histoire pour

saisir une chance de construire un autre monde possible.

Bibliographie

Romans et contes : Doublures, POL, 1986 / Splendid Hôtel, Minuit, 1986 / Forever Valley, Minuit, 1987 /

Rose Mélie Rose, Minuit, 1987 / Silsie, Gallimard, 1990 / Nevermore, POL, 1994 / Villa Rosa, Matisse, Flohic,

1996 / L’Accord de paix, Grasset, 2000 / Diego, Minuit, 2005.

Théâtre et poésie : Le Mort et Compagnie, POL, 1985 / Tir et Lir, Minuit, 1988 / Mobie-Dicq, Minuit, 1989 /

Seaside, Minuit, 1992 / Candy Story, POL, 1992 / Le Cirque Pandor suivi de Fort Gambo, POL, 1994

Essai : Jean Genet, le poète travesti, Grasset, 2000 / Entretiens avec Edmond Amran El Maleh, La Pensée

sauvage, 2006.


Joy Sorman

Lecture pubLique

ESpAcE LouiS-Riou – jEuDi 13 fÉvRiER à 19h

Joy Sorman est en résidence du 10 au 14 février 2014.

Joy Sorman approche la littérature avec circonspection. Mais concrètement. Elle colle

au réel. Elle décrit le travail et les gestes, les lieux et comment nous les occupons,

les corps et leur langage. Sa langue vive, précise et technique ouvre la littérature au

dehors, ménage un espace libre pour la réflexion, d’où la fable émerge comme par

inadvertance…

Elle a reçu le Prix de Flore 2005 pour Boys, Boys, Boys.

Bibliographie

Boys, Boys, Boys, Gallimard, 2005 / Du bruit, Gallimard, 2007 / 14 Femmes, pour un féminisme pragmatique

(collectif), Gallimard, 2007 / Gros Œuvre, Gallimard, 2009 / La Politique par le sport (collectif), Denoël,

2009 / Popville, Hélium, 2009 / Femmes et sport (collectif), Hélium, 2009 / Parce que ça nous plaît :

l’invention de la jeunesse (avec François Bégaudeau), Larousse, 2010 / Pas de pitié pour les baskets,

Hélium, 2010 / L’Inhabitable (avec Éric Lapierre), Alternatives, 2011 / Paris Gare du Nord, L’Arbalète-

Gallimard, 2011 / Comme une bête, Gallimard, 2012 / J’ai 20 ans, qu’est-ce qui m’attend ?, Théâtre Ouvert,

2012 / Lit national (photographies de Frédéric Decloux), Le Bec en l’air, 2013.

Velibor Colic ´

Lecture pubLique

ESpAcE LouiS-Riou – jEuDi 27 fÉvRiER à 19h

Velibor Colic ˇ ´ est en résidence d’écriture du 15 février au 15 mars 2014.

C’est l’histoire « vraie » que raconte Velibor Colic, ˇ ´

si l’on entend l’adjectif au sens de la

littérature et de ses possibles. Fables, blagues et horreurs se tissent dans des tragicomédies

truculentes et poétiques.

Velibor Colic ˇ ´ vit en exil en France depuis 1992. Nous le recevons en résidence

d’écriture, avec le concours de la Ville de La Roche-sur-Yon et de la maison de quartier

Jean-Yole.

Bibliographie (séléction)

Les Bosniaques, Galilée, 1993 / Chronique des oubliés, Le Serpent à Plumes, 1994 / La Vie fantasmagoriquement

brève et étrange d’Amadeo Modigliani, Le Serpent à Plumes, 1995 / Mother Funker, Le Serpent

à Plumes, 2001 / Perdido, Le Serpent à Plumes, 2005 / Archanges, Gaïa Éditions, 2008 / Jésus et Tito, Gaïa

Éditions, 2010 / Sarajevo omnibus, Gallimard, 2012.


Sylvain Levey

Lecture pubLique

ESpAcE LouiS-Riou – jEuDi 27 MARS à 19h

Sylvain Levey est en résidence du 17 au 28 mars 2014.

Ses textes sont à jouer « le sourire aux lèvres, les yeux rieurs, mais les dents serrées ».

C’est un théâtre cruel que le sien, et cependant tour à tour tendre, poétique, électrique

et drôle. Sylvain Levey capte des situations. Les moments où il est encore possible

de recoller les morceaux de l’humain en nous, qui risquent fort de dégénérer…

Ses textes s’adressent aux adultes ou à un jeune public, à l’instar des pièces qui sont

proposées au Grand R au mois de mars.

Bibliographie (séléction)

Enfants de la middle class, Théâtrales, 2005 / Comme des mouches, pièces politiques (Au pays des,

Avec un grand F, Respecter la procédure, Dans la joie et la bonne humeur), Théâtrales, 2012.

Théâtre jeunesse : Ouasmok ?, Théâtrales, 2004 / Alice pour le moment, Théâtrales, 2008 /Costa le

Rouge, Théâtrales, 2011 / Lys Martagon, Théâtrales, 2012 / Arsène et Coquelicot, Théâtrales, 2013.

Eugène Savitzkaya

Lecture pubLique

ESpAcE LouiS-Riou – jEuDi 17 AvRiL à 19h

Eugène Savitzkaya est en résidence du 7 au 18 avril 2014.

Chez Eugène Savitzkaya, le regard simple et lumineux du poète s’oppose à l’inquiétude

de l’homme : le monde est toujours sur le point de se disloquer. Faire de la poésie (sous

toutes ses formes, qui comprennent ici le roman), pour lui, c’est peut-être retourner

longtemps la langue dans sa bouche pour donner aux textes le temps de restaurer la

continuité entre tout ce qui bouge et fourmille.

Eugène Savitzkaya est un écrivain belge de langue française. Il a reçu en Belgique en

1994 le Grand Prix triennal du roman. Nous l’accueillons en lien avec la Maison des

écrivains étrangers et des traducteurs de Saint-Nazaire.

Bibliographie (séléction)

Prose : Un jeune homme trop gros, Minuit, 1978 / La Traversée de l’Afrique, Minuit, 1979 / La Disparition

de maman, Minuit, 1982 / Les Morts sentent bon, Minuit, 1984 / Sang de chien, Minuit, 1989 / Marin mon

cœur, Minuit, 1992 / En vie, roman, Minuit, 1995 / Célébration d’un mariage improbable et illimité, Minuit,

2002 / Exquise Louise, Minuit, 2003 / Propre à rien, nouvelles 1977-1995, Didier Devillez éditeur, 2010.

Poésie : Mongolie, plaine sale, Seghers, 1976 / Les Couleurs de boucherie, Bourgois, 1980 / Bufo Bufo Bufo,

Minuit, 1986 / L’Été : papillons, ortie, citrons et mouches, La Cécilia, 1991 / Cochon farci, Minuit, 1997.

Théâtre : La Folie originelle, Minuit, 1991.


Marc Cholodenko

Lecture pubLique

MAiSoN GuEffiER – MERcREDi 21 MAi à 19h

Marc Cholodenko est en résidence du 19 au 23 mai 2014.

Écrire, dit-il, est « un art qui pourrait se décrire dans son activité, sa création,

comme un unique geste de la main. Par exemple, tendre la main au dehors et

rassembler en un faisceau, du simple geste de la refermer, les voix qui passent

au monde. Un simple geste de la main ». Il manie la langue, la façonne, en module

la puissance et la forme pour la conjoindre à l’expérience vécue ou à une idée.

Dans cet art exigeant, le mouvement de l’écriture est la condition essentielle pour

maintenir une vie qui vaille, c’est-à-dire qui refuse l’ennui. Chaque texte surprend,

renouvelle l’écriture, est pour le lecteur comme « une première fois ».

Il a reçu le Prix Médicis en 1976 pour Les États du désert.

Bibliographie :

Le Roi des fées, Christian Bourgois, 1974 / Les Pleurs, Hachette-POL, 1980 / Meurtre, Hachette-POL,

1982 / Mordechai Schamz, Hachette-POL, 1984 / Histoire de Vivant Lanon, POL, 1985 / Bela Jai, Salvy,

1989 / Métamorphoses, Julliard, 1991 / Quasi una fantasia, POL, 1996 / Mon héros (Je ne sais pas), POL,

2000 / Quelques petits portraits de ce monde, POL, 1997 / NYC, POL, 2004 / Thierry, POL, 2006 / Glossaire,

2007, POL / Filet, POL, 2009 / Deux cents et quelques commencements, POL, 2011 / Les États du désert,

POL, 2011 (Flammarion, 1976, prix Médicis).

Poésie : Parcs, Flammarion, 1972 / Le Prince, Flammarion, 1973 / Cent Chants à l’adresse de ses Frères

(1974), Flammarion / Tombeau de Hölderlin, Hachette-POL, 1979 / 2 Odes, Hachette-POL, 1982 /

La Tentation du trajet Rimbaud, Hachette-POL, 1984 / M’éloignant M’en revenant, Sables, 1986 /La Poésie

la vie, POL, 1994 / Un Rêve ou un Rêve, POL, 1999 / Imitation, POL, 2002 / Taudis-Autels, POL, 2008 /

Filet, POL, 2009.


Écrire ensemble

Il est plus facile de s’autoriser à faire l’expérience de l’écriture quand on se lance

ensemble. Avec bienveillance, explorons, expérimentons, jouons avec les mots,

les phrases, le souffle et abordons d’une autre manière la littérature. Deux cycles

d’ateliers de vingt séances chacun sont organisés de septembre à mars, le mardi

soir ou le jeudi après-midi. Des stages le temps d’un week-end vous donnent

la possibilité de travailler en compagnie d’un écrivain.

Atelier « Initiales »

Animé par Sophie Dugast

et Fabienne Martineau

Le mardi de 20h à 22h30,

à compter du 24 septembre

55 euros le trimestre ; 45 euros pour

les détenteurs de la carte Grand R

Tarif réduit (sous conditions de

ressources) :

– 20 euros avec carte Grand R

– 30 euros sans carte Grand R

« L’atelier du Jeudi »

Animé par Sophie Dugast

et Fabienne Martineau

Le jeudi de 14h15 à 16h15,

à compter du 26 septembre

55 euros le trimestre ; 45 euros pour

les détenteurs de la carte Grand R

Tarif réduit (sous conditions de

ressources) :

– 20 euros avec carte Grand R

– 30 euros sans carte Grand R

Stages « Deux jours

pour écrire »

10 propositions d’écriture

par un écrivain invité

Le samedi de 14h à 18h30,

puis le dimanche de 10h à 17h

55 euros le stage

45 euros pour les détenteurs

de la carte Grand R

Tarif réduit (sous conditions de

ressources) :

– 20 euros avec carte Grand R

– 30 euros sans carte Grand R


Deux jours pour !

par Sophie Dugast

samedi 28 et dimanche 29 septembre

dans le cadre du festival Météores

(stage gratuit pour les moins de 26 ans)

Deux jours pour découvrir, pour écrire,

pour lire, pour réfléchir, pour s’esbaudir,

pour rire. Deux jours avec des mots, des

phrases, des textes, des livres, avec des

autres, avec l’Autre, avec soi. Deux jours

contre l’ennui, contre l’habitude, contre le

flux cathodique, contre la logorrhée

ambiante, contre les idées toutes faites,

contre la peur de la feuille blanche. Deux

jours pour écrire, tout simplement, même

si c’est pour la première fois.

L’écriture sans la littérature

par Alexandre Bergamini

samedi 5 et dimanche 6 octobre

Écrire sans la mémoire de l’écriture.

Retrouver par l’écriture les premiers liens,

ceux de la poésie. La poésie n’est pas

forme et jeu (ceci est une idée scolaire de

la poésie, une idée provenant de la

nation) ; la poésie est vision, écoute du

réel, transformation initiale, première

altérité.

Le but est d’aborder la page blanche,

de travailler avec la peur s’il y a peur,

de travailler avec la joie s’il y a joie.

De ne rien détourner, de ne rien fuir.

La scène inaugurale

par Léonora Miano

samedi 30 novembre

et dimanche 1 er décembre

C’est une réflexion sur un point particulier

de l’écriture fictionnelle que propose

cet atelier. Chacun le sait, les auteurs

créent leurs propres méthodes et

structures. Les participants ne doivent

donc pas s’attendre à ce que leur soient

livrées des vérités coulées dans le

marbre. Ce qui leur est offert, c’est de

participer à une master class durant

laquelle j’apporterai mon expérience sur

des points techniques, de les expérimenter

et d’échanger sur cette expérience

d’écriture. L’atelier examine la scène

inaugurale d’un texte de fiction narrative.

Les scènes d’ouverture peuvent être de

plusieurs ordres. Pour cet atelier, j’ai

choisi de travailler sur la scène d’exposition

in medias res, celle qui fait démarrer

la narration au cœur de l’action/l’intrigue.

Nous sommes faits de mille

livres, de mille images

par Christophe Fourvel

samedi 14 et dimanche 15 décembre

Il est d’usage de dire que les œuvres

artistiques qui nous touchent « nous

accompagnent ». Un jour nous avons

rencontré un livre, un spectacle ; un

personnage de roman ou de théâtre.

Ceux-ci sont entrés dans notre vie et nous

ne sommes plus tout à fait les mêmes.

Nous vivons avec eux.

Comment rendre compte de cette

« effraction » ? Comment se trame ce

paysage émotionnel qui constitue notre

univers intime, et dans lequel cohabitent


personnes réelles et personnages de

fiction, décors de films et souvenirs de

voyage, paroles de proches et paroles

d’écrivains ?

Comment rendre compte de l’amalgame,

de la belle confusion ?

Je voudrais que nous tentions ensemble

de restituer un tout petit bout d’auto-

biographie qui accepterait de faire la part

du vécu et celle du spectateur (ou du

lecteur) ; tenter de restituer les liens, les

correspondances qui se sont établis entre

un ou des moments de notre existence et

les paroles que nous murmurent à l’oreille

les œuvres aimées.

Entrer dans le décor

par Anne Savelli

samedi 18 et dimanche 19 janvier

On le sait depuis L’Ère du soupçon de

Nathalie Sarraute, le roman ne peut faire

l’économie d’une réflexion permanente

sur lui-même. Et si, en quête de formes

neuves, on s’intéressait, pour une fois, au

décor ? Si l’on mettait en avant ce qui

d’habitude se trouve à l’arrière-plan,

notre regard sur les lieux, la ville, la notion

de personnage, en serait-il modifié ?

Au fond, qu’est-ce qu’une description ?

Peut-on en faire l’économie ? Peut-elle

contaminer le texte tout entier ? Imaginer

un décor devenu lui-même personnage ;

vampiriser les lieux ; utiliser les technologies

d’aujourd’hui (Google Street View, la

photo numérique...) pour faire progresser

le texte : voilà quelles pourraient être les

pistes abordées.

Frontières

par Velibor Colic´

samedi 22 et dimanche 23 février

Les frontières, ce sont aussi les autres.

Ces lignes imaginaires, géo- et politiques,

sont comme des blessures dans le tendre

tissu de l’humanité. Partout, depuis

longtemps nous vivons avec nos murs et

nos langues, nos nords et nos suds ; nos

riches et nos très pauvres... Les frontières

sont aussi nos dieux et nos couleurs, nos

visages – les moustaches tziganes et le

nez juif, les yeux bleu délavé aryens et les

lèvres charnues d’une chanteuse de jazz.

Depuis longtemps on fait et défait les

empires, les démocraties et les dictatures

et on vit confortablement entre nous et

pas avec les autres... Pour changer ou

protéger nos frontières, les généraux

mènent la guerre et l’écrivain, le dernier

douanier, raconte. Cet étroit espace

coincé entre l’arrogance des conquistadors

et le destin de leurs victimes, entre

toutes nos frontières, peut, avec un peu de

courage et du talent, devenir une nouvelle

géographie de l’homme. La grande

Histoire est une statistique et la littérature

nomme et égraine les petites tragi-

comédies humaines. C’est peu, mais,

me semble-t-il, ça vaut le coup...


Désacraliser, s’autoriser

par Sylvain Levey

samedi 22 et dimanche 23 mars

DÉSACRALISER l’acte d’écrire. La page

blanche est un mythe entretenu par

certains pour garder un statut singulier.

Je ne dis pas que tout le monde peut être

écrivain, mais je suis certain que tout le

monde peut écrire et nous verrons que,

après trois ou quatre petits jeux d’écriture,

le blanc devient mot, le vide devient

phrase, le quotidien devient fiction,

la peur se transforme en plaisir.

S’AUTORISER, parce que l’acte d’écrire

n’est pas réservé à une élite, j’essaierai

durant cet atelier de vous conduire à vous

autoriser à écrire parce que chaque

écrivain est unique et je vous amènerai

à trouver votre singularité.

Le document d’archive,

machine à fictions

par Christophe Manon

samedi 12 et dimanche 13 avril

Objet de rêveries et de spéculations, le

document d’archive (carte postale, lettre,

photographie…), qu’il soit privé ou non,

est souvent employé par les écrivains

pour ouvrir un espace fictionnel en même

temps qu’il permet de susciter un troublant

effet de réel. Tentative de description,

insertion pure et simple dans le corps

du récit, montage complexe, les dispositifs

ne manquent pas qui permettent, par ce

matériau, d’opérer une plongée dans le

passé et d’accéder à l’intime. À partir

de documents que les participants

apporteront ou que je mettrai à leur

disposition, nous tenterons, au cours

de l’atelier, de concevoir ce type de

machines à fictions.

L’aventure

de la description

par Céline Curiol

Samedi 17 et dimanche 18 mai

Il n’est pas de roman qui puisse se bâtir

sans lieu. Comme la mémoire, l’écriture

fictionnelle a besoin pour être, se

composer et se recomposer, d’emplacements.

Déplacements quotidiens ou

voyages exceptionnels, périmètres

inconnus ou quartiers perdus, j’ai

cherché, dans mon travail, à restituer le

versant sensible de différents territoires

urbains. Mais pour décrire, comment

regarder ? Que se rappeler ? C’est le

mouvement qui va de l’observation à la

mise en mots dont je me propose de

montrer le rôle.

Écriture et performance

par Benoît Travers

samedi 14 et dimanche 15 juin,

Studio de danse (Le Manège)

Proposition de stage sur les formes

autobiographiques de l’écriture :

écritures liées à la performance dans les

arts visuels. Il s’agira, à partir de mises en

situation, d’être à l’écoute de soi, de créer

des rituels personnels d’écriture,

d’élaborer ses propres contraintes de jeu

de langage et de formulation. La mise en

jeu du Je, au Tu et au Nous, autorisera

toutes les projections et les imaginaires

possibles. Ainsi nous explorerons

différentes formes de mises en pages.

Nous aborderons également les textes de

poètes, musiciens ou plasticiens, et leur

mise en situation performative en public.

Différentes situations de lecture solo ou

collective seront expérimentées

ensemble.


Stages

supplémentaires

« Quand les mots prennent

forme… : accueillir un

auteur jeunesse – lecture

et arts plastiques »

Stage destiné aux enseignants qui

recevront dans leur classe primaire

l’auteure Alice de Poncheville, pour les

aider à préparer en amont cette

rencontre.

Vendredi 13 septembre,

de 9h30 à 13h30, Maison Gueffier.

Gratuit sur inscription, billetterie

du Manège.

« Là où je suis… »

Lundi 28, mardi 29 et mercredi 30 avril

de 9h30 à 12h30 et 14h à 17h,

Maison Gueffier

En partenariat avec l’École d’art

Stage d’arts plastiques, d’écriture et de

lecture autour de la géographie subjective,

cette cartographie propre à chacun

qui délimite nos territoires personnels

(espaces interdits, espaces rêvés, zones

sombres, zones multiples…).

Stage destiné aux jeunes de 7 à 9 ans

(matin) et de 10 à 11 ans (après-midi) :

18 euros la demi-journée.

Inscription École d’art et billetterie

du Manège.

Lire

ensemble

Lire, c’est dialoguer avec un texte, avec

les livres qui constituent l’histoire de

chaque lecteur, avec des images, avec soi

et les autres. Lire, ça s’apprend chaque

fois que l’on ouvre un livre.

Le samedi

Atelier « têtes de lecture »

Animé par Christophe François

Il s’agit de regarder comment les livres

sont écrits. De lire donc, pour mieux se

lire (et accepter d’être lu) lorsque

soi-même on écrit.

Un samedi par mois à partir du 21

septembre, de 10h30 à 17h,

avec une pause repas partagée

30 euros le trimestre

25 euros pour les détenteurs de la carte

Grand R

Tarif réduit (sous conditions de

ressources) :

– 15 euros avec carte Grand R

– 20 euros sans carte Grand R

Atelier « corps de texte »

Animé par Élisa Lécuru

Le samedi, une fois par trimestre,

de 14h à 18h, Maison Gueffier.

10 euros l’atelier, sur inscription,

billetterie du Manège.

Atelier destiné aux amateurs et professionnels

amoureux du théâtre autour

de la découverte, la lecture et l’analyse

dramaturgique de textes de théâtre

contemporains.

Le 28 septembre 2013, le 8 février 2014,

le 5 avril 2014.


Le mercredi

Atelier « Livres en poche »

Un mercredi par mois, un livre à faire

découvrir. Tel est l’enjeu que nous avons

confié aux auteurs en résidence et à des

lecteurs assidus de la Maison Gueffier ;

un rendez-vous complice et délectable

pour frayer des pistes inattendues dans

les territoires de la lecture.

Un mercredi par mois de 18h30 à 20h

(sauf le mardi 8 octobre, mêmes

horaires). Gratuit sur inscription

à la billetterie du Manège.

Mercredi 25 septembre 2013

Marin mon cœur

d’Eugène Savitzkaya,

« Double » Minuit

par Christophe François

Mardi 8 octobre 2013

Attention ! C’est un mardi

La Lettre écarlate

de Nathaniel Hawthorne, Folio

par Alice de Poncheville

Mercredi 27 novembre 2013

Tels des astres éteints

de Léonora Miano, Pocket,

par Léonora Miano

Mercredi 18 décembre 2013

L’Atlantide

de Pierre Benoit, Livre de poche

par Laure Meessemaecker

Mercredi 15 janvier 2014

Un barrage contre le Pacifique

de Marguerite Duras

par Marie Redonnet

Mercredi 12 février 2014

Construire un feu

de Jack London, Libretto Phébus

par Joy Sorman

Mercredi 19 mars 2014

Le Démon

d’Hubert Selby junior, 10/18

par Sylvain Levey

Mercredi 9 avril 2014

Héliogabale ou l’anarchiste couronné

d’Antonin Artaud, Imaginaire Gallimard

par Eugène Savitzkaya

Lundi 19 mai 2014

Attention ! C’est un lundi

Vie et destin

de Vassili Grossman, Livre de poche

par Marc Cholodenko

Mercredi 11 juin 2014

Les Cloches de Bâle

de Louis Aragon, Folio

par Christophe François


89.2

Votre scène nationale

est sur France Culture

Chaque semaine, découvrez l’actualité

du spectacle vivant et de la création.

La dispute

Arnaud Laporte

21h/22h

du lundi au vendredi


Ouverture de la Maison Gueffier

du mercredi au vendredi de 13h30 à 18h30,

le samedi de 13h30 à 17h

et aux horaires des ateliers et rencontres

Esplanade Jeannie-Mazurelle

Entrée par le Jardin des Latitudes

Tél. 02 51 47 83 92

Fax 02 51 47 83 89

atelierecriture@legrandr.com

LE GRAND R ScèNE NAtioNALE LA RochE-SuR-yoN

Esplanade jeannie-Mazurelle – Rue pierre-bérégovoy – bp 681

85017 La Roche-sur-yon cedex

Marie-Pia Bureau, directrice

Christophe François, responsable du Centre de ressources littérature et écriture

Sophie Dugast, chargée de mission et d’animation

Jany Pineau, attachée à l’accueil Maison Gueffier

avec le renfort de Fabienne Martineau pour les ateliers d’écriture

ACCUEIL PUBLIC 02 51 47 83 83

WWW.LEGRANDR.COM

Licence d’entrepreneur de spectacles 1-1001220 / 1-1001221 – 1-1036469 – 2-1001222 – 3-1001223

Ne pas jeter sur la voie publique.

Conception et réalisation LES DESIGNERS GRAPHIQUES, NANTES

Photos : Léonora Miano © Doris Lê-Héritage(s)Productions / Marie Redonnet ©Jean-Luc Bertini

Joy Sorman © C. Hélie Gallimard / Velibor Čolić © DNA-Bernard Meyer

Eugène Savitzkaya © Boris Lehman / Marc Cholodenko © Annabelle d’Huart – Autres photos © DR

More magazines by this user
Similar magazines