Serge Viau : : : Chien d'écrivain

sergeviauchiendecrivain.hautetfort.com

Serge Viau : : : Chien d'écrivain

−−− Chien d’écrivain −−−

encore, moi, d’accord. Mais pas maintenant,

pas cette année, en tout cas. Comme

disait l’autre : que voulez-vous, il y a des

années où on a envie de ne rien faire.

Je te parle de l’insomnie la rouge, je

pourrais aussi bien te dire deux mots à

propos de mes fées familières et de leurs

sales gueules de clowns, mais je ne le veux

pas. De toute façon, je n’ai pas à être innocenté

de mon refus de comparaître devant

toi. Le Tribunal des Autres Inc. où tu as ton

siège peut décidément aller chier, parce que

c’est le seul droit, et la seule compétence,

que je lui reconnais.

À toi donc, cette fois, et jusqu’à nouvel

ordre, toute la bouteille de Wyborowa.

P. S. Tu me demandes ce que je lis ces

jours-ci. Eh bien, je ne lis pas. Je suis en

train de relire le Tarantula de Bob Dylan.

J’ai la version hard cover originale de Macmillan,

que j’ai piquée dans une librairie de

Toronto, l’été que je crevais de faim là-bas,

en 71, je crois. J’ai aussi l’ « adaptation de

l’américain », plutôt branlante – française,

en somme – , qu’en a fait Dashiell Hedayat

pour Christian Bourgois. Je barbote entre

les deux. Le Bob Dylan des années de Dont

Look Back et de la « raging glory » me fascine

encore terriblement. On dirait un Charlot

psychédélique crinqué aux amphétamines,

une sorte de simili-poète pop hallucinant

dans la poubelle éventrée de la

Culture, où Einstein gratte un violon électrique

en égrainant l’alphabet. 64, 65, 66,

ces eaux-là.

Inside the museums

Infinity goes up on triiiiial

- 6 -

More magazines by this user
Similar magazines