JUIN 2012 - Centre Communautaire de Loisir de la Côte-des-Neiges

cclcdn.qc.ca

JUIN 2012 - Centre Communautaire de Loisir de la Côte-des-Neiges

Le journal du Centre communautaire de loisir de la Côte-des-Neiges

N o 7 _ 2011-2012

Juin 2012


2

Sommaire

Soirée hommage à gilleS Berger:

un nouvel eSpace voit le Jour ///////////// p.03

pourquoi l’eSpace gilleS Berger? //////// p.04

l’ami gilleS /////////////////////////////////////////////// p.05

interview avec gilleS Berger //////////////// p.06

comment le nouveau centre a Bien failli

ne JamaiS voir le Jour… ////////////////////////// p.07

une aSSemBlée générale paS comme leS

autreS…. /////////////////////////////////////////////////// p.08

le vieux-montréal, Sur leS traceS de

l’hiStoire /////////////////////////////////////////////////// p.09

découverte du Boulevard Saint-laurent

///////////////////////////////////////////////////////////////////// p.10

un petit hommage paS trèS officiel! //// p.11

un air du Sud! ///////////////////////////////////////// p.12

deS 30 anS Bien émouvantS! ////////////////// p.13

parlonS françaiS à ottawa ////////////////// p.14

merci Sylvie et Bon retour ! ///////////////// p.14

une trouvaille « verte » /////////////////////// p.15

la Jungle au centre…

///////////////////////////////////////////////////////////////////// p.16

côte-deS-neigeS Sait ce qu’il veut ////// p.17

côte-deS-neigeS en fête, 5 continentS, 5

SenS : la fête eSt lancée! /////////////////////// p.18

témoignage Sur la comédie muSicale. // p.19

et c’eSt parti!… /////////////////////////////////////// p.19

Équipe du journal

Coordonnateur : Serge Meyer

Rédacteurs : Denise Beaulieu*, Claude Dumont, Pierre Drolet,

Ariane Fortin, Yvon Masse, Serge Meyer*

Correctrice : Marie-Françoise Tricard*

Graphisme : Charles-Alexis Grenier

Illustrations : Yvon Masse

*Membre du comité de rédaction

Équipe du Centre communautaire de loisir de

la Côte-des Neiges

Directrice générale : Denise Beaulieu

Coordonnatrice famille : Lucie Bérubé

Coordonnatrice Adultes : Jennate Berrahma

Coordonnatrice Adolescents et 19-25 ans: Monique Göhler

Coordonnateur Québec en forme : Schneider Augustin

Responsable Projet Répit: Miriam Heap Lalonde

Responsable Aide aux devoirs: Camille Trudelle

Adjointe-administrative : Christiane Dubreuil

Coordonnatrice du bénévolat : Audrey Dubé Loubert

Rapprochement Interculturel : Marie-Claude Barey

Responsable de la logistique : Danielle Mireault

Accueil : Ibis Espino et Islande Sylvain

Responsable informatique : Bernard Slama

Comptable : Louise Pelletier

Adjointe à la coordination: Gabrielle Fortin

Technicien administratif : Salomeh Madahvi

Le Centre Communautaire de Loisir de la

Côte-des-Neiges favorise l’expression des idées,

néamoins les auteurs des articles publiés dans les

P’tites Nouvelles conservent l’entière responsabilité

de leurs opinions.


Pierre Drolet_Journaliste bénévole.

Soirée hommage à gilleS Berger:

Un nouvel espace voit le jour

C’est le 11 juin dernier par une chaude fin d’aprèsmidi

d’été qu’a eu lieu au Centre une soirée tout à fait

exceptionnelle. Pour la première fois de son histoire,

le Centre rendait un hommage posthume à un de ses

bénévoles les plus émérites en la personne de Gilles

Berger. À cette occasion, une plaque a été dévoilée

et le rez-de-chaussée du bâtiment principal a reçu la

désignation d’ESPACE GILLES-BERGER.

Plus de soixante personnes – parents, amis, conseillers

municipaux, attachés politiques, membres et employés

du Centre, représentants des groupes communautaires,

anciennes présidentes du C.A, collègues du Théâtre du

Mitan – se sont entassées dans le café pour assister à

cet événement historique.

D’entrée de jeu, madame Marie-Claude Barey,

animatrice de la soirée, présenta le président du conseil

d’administration monsieur Serge Meyer qui nous

expliqua le pourquoi de cet espace : « Je me souviens.

Nous nous souvenons, le Centre communautaire de

loisir de la Côte-des-Neiges se souvient, veut se souvenir

d’un homme d’exception auquel il doit tant et dont le

génie visionnaire a, entre autres choses, contribué à la

construction de ce bâtiment même… »

Puis, monsieur Benoît Guérin, ancien coordonnateur du

Centre est venu nous parler de l’homme amoureux des

mots et du théâtre que n’a jamais cessé d’être Gilles

Berger.

Puis j’eus l’honneur de lire un extrait d’une entrevue

que Gilles m’avait accordée à peine quelques semaines

avant son décès et dans laquelle il racontait comment

lui était venue l’idée du nouveau bâtiment.

Le maire Michael Applebaum parlant de Gilles Berger, l’ami et l’attaché politique.

À partir de la Gauche, « Les enfants de Gilles, Isabelle et Alain

Berger, sa conjointe Denise Gaboriault, et le maire d’arrondissement

Mickael Appelbaum.

Un moment de recueillement à la mémoire de Gilles.

Madame Denise Beaulieu, directrice actuelle du Centre,

nous a ensuite raconté comment le nouveau Centre

a failli ne jamais voir le jour et comment Gilles a

transformé un échec quasi certain en un projet encore

plus vaste et plus prometteur, suscitant l’adhésion des

groupes communautaires du quartier.

Enfin c’est un Michaël Applebaum, président du

comité exécutif de la ville de Montréal, profondément

ému qui nous a entretenus de Gilles comme attaché

politique : « Quand le maire m’a demandé de présider

l’arrondissement de Côte-des-Neiges, je savais qu’il n’y

avait qu’un seul homme qui pouvait m’aider à remplir

ce mandat et c’était Gilles. Il avait une qualité que l’on

retrouve difficilement en politique : il me disait toujours

la vérité même si elle pouvait sembler déplaisante. Gilles

a été pour moi un ami comme vous ne pouvez même

pas l’imaginer. »

Après le dévoilement de la plaque qui sera installée à

l’entrée du Centre de manière visible et permanente,

nous avons eu droit à un excellent goûter préparé sous

la direction de madame Danielle Mireault.

Que retenir de cette soirée?

Pour moi, le plus important est que l’ESPACE GILLES-

BERGER existe dorénavant pour nous rappeler que si

ce lieu de rencontres et d’échanges qu’est le Centre

évolue constamment, c’est grâce à toutes ces femmes

et tous ces hommes qui, comme Gilles Berger, ont

donné et donnent généreusement et sans compter de

leur temps, de leurs talents et de leurs énergies.

C’est pour cela que cet espace existe aujourd’hui : pour

nous aider à ne pas oublier.

3


4

Serge Meyer_Président du Conseil d’administration du CCLCDN

pourquoi l’eSpace gilleS Berger?

« Je me souviens ». Nous nous souvenons, le Centre

communautaire de loisir de la Côte-des-Neiges se

souvient, veut se souvenir d’un homme d’exception

auquel il doit tant et dont le génie visionnaire a, entre

autres choses, contribué à la construction de ce

bâtiment même.

Perpétuer à cet endroit le souvenir de Gilles Berger

c’est non seulement exprimer de la reconnaissance

pour ce qu’il a accompli, c’est aussi proposer un modèle

à ceux qui passent et à ceux qui passeront par là.

Le Centre, qui a eu 35 ans en décembre dernier, a

accueilli Gilles comme simple utilisateur en 1981.

Rapidement, avec le soutien de sa compagne Denise,

il s’est investi dans l’organisme, devenant vice-président

de son CA de 1983 à 1986 et de 1988 à 1995.

À ce poste, il va jouer un rôle déterminant dans

l’expansion du Centre alors sous financé et à l’étroit

dans ses locaux anciens et vétustes qui ne répondaient

pas aux besoins croissants du quartier en matière

d’action et de loisir communautaires.

Ainsi, devons-nous à Gilles l’idée géniale de la construction

des 3 pôles de développement communautaire que

sont le CCLCDN, le Centre sportif et le Centre de

ressources communautaires (le 6767). Mais c’est pour

tout ce qu’il a fait pour le Centre que nous retrouvons

ici ce soir.

Ça n’a pas toujours été facile, loin là! Il a fallu que Gilles

lutte, convainque les autorités, surmonte les obstacles,

mais il était de taille à ne pas se décourager, à débattre

et à se battre pour faire triompher ces idées, car il savait

qu’elles répondaient à des besoins réels et que l’on

peut être visionnaire et même avoir des rêves tout en

restant clairvoyant.

Les personnes qui se succéderont au micro vous

parleront mieux que moi de l’homme et de ses

réalisations. Elles vous diront combien était attachant

ce battant, cet amoureux de son quartier, cet homme

de théâtre, cet organisateur, cet ardent partisan de la

participation citoyenne, ce bâtisseur qui voyait grand

pour le Centre et le quartier, les servit et les défendit

avec autant d’énergie que d’intelligence et d’amour.

J’ajouterai que tous autant que nous sommes, nous

n’oublierons pas non plus celui qui jusqu’à l’avantdernière

d’entre elles présida les assemblées générales

du Centre avec une grande maîtrise sans se départir

d’une souriante bonhomie.

Lors du dévoilement de la plaque « Espace Gilles

Berger »


Benoit guérin_ Ex coordonnateur du Centre

l’ami gilleS

L’ami Gilles m’a fait remonter dans le temps, dans les

années ’80 en fait.

Gilles est arrivé comme participant au Centre si ma

mémoire est bonne comme participant à une activité de

conditionnement physique.

Au 10 E anniversaire du Centre en 1986, dans un texte

lu par Pierre Drolet, il écrit d’ailleurs une ode à son

professeur de conditionnement physique. Laissez-moi

vous en faire un court extrait :

« Oyez, oyez Côte des Neiges

Voici l’histoire d’un homme à l’aise

Qui à osé tous les lundis

Aller souffrir sous la Sylvie

Ses espadrilles dans ses deux pieds

Son short très court sur le fessier

Il va faire face tous les lundis

A ce bourreau qu’est la Sylvie

Puis c’est la course, les exercices

La sueur lui sort des orifices

C’est bon, c’est ce qu’elle dit

Doit-on la croire, cruelle Sylvie »

C’est ce côté moqueur, bonenfant mais sans méchanceté

aucune qui m’a tout de suite plu chez Gilles qui s’est vite

imposé au Centre avec son bagou légendaire et sa voix

qui portait loin, devenant rapidement en 1983 membre du

Conseil d’administration du Centre et un incontournable .

On voit aussi dans ce texte du 10 e anniversaire le don et

sa facilité pour l’écriture théâtrale. Avec Gilles on a fondé

le Théâtre Sans Moyen, à l’époque sans budget mais avec

une imagination débordante ou l’on faisait tout avec rien.

Cette troupe amateur dirigée par Gilles nous a donné

des pièces de tout genre comme les Fridolinades (la

première) de Gratien Gélinas et le temps d’une Vie de

Robert Lepage. Passionné de théâtre ses yeux brillaient

quand il nous exposait ses prochains projets de spectacle

pour le théâtre sans moyen.

Mais une réalisation hors du commun reste l’écriture et

la mise en scène de la comédie musicale Le Tanneur de

la Côte présentée dans le cadre des activités du 350 e

anniversaire de Montréal. Une folie que seul Gilles a pu

mener à terme avec encore une fois bien peu de moyens.

Il a même poussé l’audace et remporté un pari en utilisant

mon nom de famille , et celui d’autres personnes évoluant

au Centre, pour nommer les personnages de son histoire.

Je n ‘étais plus au Centre à cette date mais j’étudiais à

Montréal et je lui rendais visite au moins une fois semaine.

J ‘étais accueilli par son rire sonore et son grand sourire

et je voyais ses spectacles se construire sous mes yeux de

fois en fois.

Gilles c’était un gars qui savait rêver et mettre des projets

de l’avant , mais il savait aussi passer à l’action, savait

convaincre et s’entourer des bonnes personnes pour

mener à bien ses projets . Dans une lettre qu’il m’écrivait

il disait : Il manque quelque chose de plus qui pousse au

dépassement et anime les folies créatrices.

Non pas un simple rêveur , mais quelqu’un qui savait

prendre le bâton de pèlerin et convaincre tout un chacun

que son rêve fou avait du sens et que tel ou tel projet était

nécessaire à la communauté. Qui pensez-vous envoyaiton

convaincre les participants aux activités d’assister à

l’assemblée générale du Centre. Gilles bien sûr. Il savait

trouver le mot juste et l’enthousiasme requis pour assurer

d’année en année des foules record de participants à

l’assemblée du Centre, assemblées qui pourtant ne sont

pas ordinairement courues par les foules.

Il y a plein d’autres choses dont nous sommes redevables

à l’implication de Gilles dont les autres intervenants vous

feront part, mais en ce qui me concerne le temps me

manque comme lui aussi nous manque à tous j’en suis sûr.

5


6

Pierre Drolet_Journaliste bénévole.

interview avec gilleS Berger

Comment m’est venu l’idée de la construction d’un

nouveau bâtiment pour le Centre:

Au début des années 1980, on s’aperçoit que la bâtisse

à côté, l’ancienne résidence des bonnes sœurs, que cette

bâtisse-là ça a pas d’allure, que ce qu’on a comme bâtisse

c’est trop petit. On ne peut pas faire avec le Centre ce

qu’on devrait faire avec le Centre, ce qu’on veut faire avec

le Centre. C’est aussi clair que ça. Même si on fonctionnait

sept jours sur sept, vingt-quatre heures par jour, on n’a pas

assez d’espace. Là alors, y faut essayer de commencer à

vendre l’idée à la ville de Montréal qu’on a besoin d’espace.

Ben on l’a l’espace. Benoît Guérin qui est coordonnateur

du Centre à ce moment-là vient de me faire découvrir

qu’on l’a l’espace, dans le sens qu’il y a déjà un projet de

fait pour la caserne des pompiers. Enlever les pompiers

et la police de là pour en faire un centre communautaire.

C’était un projet du Centre fait en 1980 dont on parle

encore quand j’arrive au Centre. On s’est monté des

rêves en hiver avec ça ce projet-là, c’était la folie furieuse,

on s’est mis à rêver en tricolore pis tout ce que tu veux.

On a pris un rendez-vous avec monsieur Lorange qui était

vice-président à la ville de Montréal. On se présente chez

Lorange avec notre plan. On se rend compte rapidement

qu’on ne gagnera pas maiiiiiiis… peut-être que oui. Y a

peut-être des moyens de moyenner. Ceci dit, y est pas du

tout sympathique à notre cause. Mais tu sais, la politique,

c’est pas d’être sympathique à des causes, la politique c’est

de gagner des causes qui te font élire. C’est ça la politique.

En tout cas…, on lui laisse nos papiers à monsieur Lorange,

en se disant qu’on allait se revoir. Quelques mois plus tard,

on prend un autre rendez-vous.

Il nous annonce que le poste de police va être rempla

par une garderie et que le poste de pompier va rester

où il est. La décision était décidée. On se fait dire : «On

ne peut mettre le Centre communautaire contre une

garderie.» C’est tellement gentil de sa part de nous en

avertir d’avance, avant que ça sorte dans les journaux. Juste

avant les élections. Tu comprends, une garderie pour les

élections, c’est ben mieux qu’un centre communautaire.

Grosso moineau, en tour cas, c’est ça qu’on a tous compris.

On sort de cette réunion-là très heureux et on se rend au

Centre communautaire. On s’en va dans la salle de réunion

du c.a. qui est la cuisine et qui est encore aujourd’hui la

cuisine. Et on se met à vider notre écheveau.

Moi je quitte le Centre par en avant, par le grand escalier

en avant, je me rends jusqu’au trottoir, je me retourne

de bord, je regarde le Centre, pis je regarde l’école, pis

je regarde la banque, pis je suis en beau joual vert, pis je

regarde le Centre, pis je regarde l’école, pis je regarde la

banque, pis là tout d’un coup TABARNAK Oh!tink, Oh!

Une idée! Ticaticatic, je remonte l’escalier.

«Benoît, arrive icitte!»«Qu’est-ce qu’y a?»«Viens avec

moi!»«Qu’est-ce qui se passe?»«Arrive icitte!»

On descend les escaliers. On se retrouve sur le

trottoir. «Benoît, dis-moi ce que tu vois?» »Là? Je vois le

Centre.»«Autre chose!»«La banque.»«Qu’est-ce que

tu vois?»«Le corridor!»«En plus de ça, qu’est-ce que tu

vois?»«L’école!»

«Astheur qu’est-ce que t’as vu?»«Qu’est-ce que tu veux

que je te dise Gilles?»

«Benoît, t’as vu le nouveau Centre, drette là!»

«Hein?»

J’ai dit, «Tu viens de voir le nouveau Centre communautaire

de loisirs de Côte-des-Neiges qu’on inaugure et on dit

aux gens, ça a coûté 7-8 millions. Êtes-vous contents? On

a le plus beau Centre communautaire de loisirs.»

Tout d’un coup, il me regarde, «Ah ben maudit, c’est assez

fou pour marcher!»

«Viens-t-en!»

Sclack, on rentre en dedans aussi vite qu’on est sortis. On

s’installe dans la cuisine, on ferme la porte de la cuisine. Et

là on se met à rêver en couleurs.

Je dis à Benoît «On arrête de rêver en tout petit, on

arrête de quémander des petits morceaux. Là on veut

un gros Centre. On est cent mille personnes dans

Côte-des-Neiges. Connais-tu une ville au Québec de

cent mille habitants qui n’a pas au minimum un centre

communautaire qui a de l’allure? Pourquoi Côte-des-

Neiges n’en aurait pas?»

«Oui pourquoi?»

Mais comment on fait?

Ça mesdames et messieurs, c’est une autre histoire que je

vous raconterai une autre fois.

On a fini par l’avoir notre Centre. Ça a pris du temps, mais

on l’a eu.

C’est tout. D’ici la prochaine fois pensez à ça : Arrêtez de

voir petit. Voyez gros.

Merci.

Propos recueillis par Pierre Drolet, 2 mois avant son décès.


DeniSe Beaulieu_Directrice générale.

comment le nouveau centre a Bien failli ne

JamaiS voir le Jour…

Sans doute peu de personnes ici présentes, savent

qu’en 1992 environ, le projet d’agrandissement du

Centre a risqué de ne jamais voir le jour. En effet, à cette

époque, une autre idée est mise de l’avant par certains

organismes membres du Conseil communautaire Côtedes-Neiges/Snowdon

et par d’autres bailleurs de fond

dont le MICC: un centre multi fonctionnel dans le nord

du quartier.

Lors d’une assemblée générale houleuse du Conseil

communautaire, le projet passe à 2 doigts d’être rejeté.

Le vote est pris : 50% pour, 50% contre et heureusement

pour nous, le président d’assemblée, Alain Landry,

refuse d’utiliser son vote prépondérant pour trancher

le débat. Sage décision étant donné les circonstances et

la division qui s’en serait suivi au sein du Conseil.

C’est alors, que dans un tour de force remarquable,

Gilles savait si bien manier les mots nous l’avons déjà dit,

Gilles donc réussit à rallier les organismes autour d’un

projet beaucoup plus ambitieux : 3 installations, situées

dans 3 pôles stratégiques du quartier : une première

installation pour répondre à des besoins de loisir

dans le secteur sud du quartier, une autre installation

essentiellement sportive celle-là qui serait située dans

le secteur nord-ouest du quartier, et enfin une 3 e qui

répondrait à des besoins sociaux-communautaires qui

serait situé dans le secteur nord. Il s’engage à se battre

avec les organismes du quartier pour que ce projet

ambitieux se réalise. L’assemblée du conseil se ralliera à

cette idée ambitieuse.

Il tiendra sa promesse. Il sera de toutes les batailles,

avec les membres du Conseil, pour convaincre les élus

municipaux, provinciaux et fédéraux de s’engager dans

la réalisation de ces projets.

Le Centre communautaire de loisir de la Côte-des-

Neiges a fêté cette année ses 35 ans d’existence.

Honorer Gilles Berger c’est aussi marquer une page

importante de notre histoire.

7


8

DeniSe Beaulieu_Directrice générale.

une aSSemBlée générale paS comme leS autreS….

Le 30 mai dernier se tenait notre assemblée générale

annuelle. 145 personnes y assistaient, dont 139 de

nos membres. Il faut savoir que la condition pour être

membre du Centre, c’est tout simplement soit de

participer aux activités qui y sont offertes, ou d’être un

employé ou un bénévole. Donc une volonté bien claire

de laisser place à la plus large participation possible. La

caractéristique première des personnes présentes : un

intérêt marqué pour le Centre et sa vie communautaire.

C’est sans doute ce qui fait que nos assemblées

générales sont peu banales : une bonne écoute de

la part de l’assemblée, des questions pertinentes, un

enthousiasme évident pour le travail accompli.

Notez que l’équipe de travailleurs et bénévoles ne

ménage pas ses efforts pour que cette réunion soit

une réussite. Ceci commence 1 mois à l’avance, par

de la sollicitation faite dans tous les cours pour adultes

afin de mousser la participation et susciter une bonne

représentation de cette catégorie de membres. Une

invitation est envoyée par courriel à tous les participants,

bénévoles et travailleurs. Chaque coordonnateur

interpelle ses bénévoles et usagers. Tous ces efforts

conjugués portent fruit chaque année. La participation

à nos assemblées est toujours remarquable.

À l’assemblée même, les gens sont accueillis par une

animation : chant, pas de danses, etc. tout pour les

mettre dans une atmosphère festive. Car l’assemblée

est une occasion de revenir sur le travail accompli et

se taper dans le dos pour tous ces efforts déployés. La

présentation PowerPoint du président, de la directrice

et de la trésorière, dynamise cette rétrospective

de l’année, facilite sa compréhension et met bien

en évidence l’ampleur et la complexité de la tâche

accomplie. Lorsqu’une personne m’avoue, à la fin de

l’assemblée, qu’elle ne mesurait pas l’ampleur de notre

action, qu’elle avait beaucoup appris lors de cette

rencontre, je me dis « Mission accomplie ». Je sais que

toutes ces personnes deviendront des ambassadeurs

du Centre et d’ardents défenseurs de notre cause. Et

le tout se termine, par le partage des ses impressions

autour d’un buffet et d’un petit verre de vin. Quel beau

point final!

L’assemblée générale se tient toujours à la fin mai. Ne la

manquez pas la prochaine fois!

Bon été à tous et toutes!


Frantz théléMaque_ Stagiaire Lundi québécois de juin 2012

le vieux-montréal, Sur leS traceS de l’hiStoire

Les Lundis québécois au Centre communautaire

et de loisir de la Côte-des-Neiges sont riches en

animation culturelle et varient d’une saison à l’autre. Le

concept « interculturel » trouve pleinement son sens

dans l’organisation de ces activités. Des participants

aux Lundis québécois ont vogué dans plusieurs

périodes de l’histoire de Montréal dans le cadre d’une

visite du Vieux-Montréal. Ils ont ainsi contemplé les

multiples facettes de la culture québécoise à travers les

monuments, les places publiques, les bâtiments et les

quais.

Par une température agréable, ces participants ont pris

le chemin du métro pour se rendre au lieu de départ de

la visite : la place du Champ-de-Mars. Un livre d’histoire

venait de s’ouvrir devant eux prenant son préambule

à cet endroit, le premier à être électrifié à Montréal.

Ces personnes se sont retrouvées devant quatre cents

ans d’histoire en partie ensevelis et restaurés au Vieux-

Montréal.

Les guides ont tracé l’histoire et les points marquants

de l’Hôtel de Ville et éclairci les mystères de certains

monuments du Vieux-Montréal, notamment la place

Jacques Cartier, la place Jean Drapeau, le marché

Bonsecours, la chapelle de Notre-Dame-du-Bonsecours,

le Centre des Sciences de Montréal, le musée de Pointeà-Callières,

la place Royale, la basilique Notre-Dame et

la place d’Armes.

La marche sur les quais du Vieux-Port a insufflé

l’impression d’être dans un film de fiction. C’était

trop beau pour être vrai. Le port, transformé en

quais touristiques, est porteur d’historicité et de

culture. Autrefois ravagé par les inondations des crues

du printemps, le Vieux-Port est devenu un centre

touristique de la ville.

Le musée Pointe-à-Callières porte les vestiges de la

fondation de la ville de Montréal et transporte des

indices révélateurs sur le Montréal d’aujourd’hui. Ce

musée est une référence en matière d’archéologie

locale. À proximité du musée, la place Royale, la

première place publique du Canada, cachait le site de

pendaisons qui dissuadait les habitants de se livrer à des

actes réprouvés par la justice et la morale.

La marche se termina devant l’architecture néo-gothique

de la basilique Notre-Dame dont la façade donne sur

la place d’Armes et où se dresse la statue de Paul de

Chomedey, sieur de Maisonneuve, fondateur de la ville.

De la place, par la rue Saint-Jacques (Saint James Street)

où étaient concentrés les établissements financiers, ce

qui lui valut le nom de Wall Street de Montréal.

Après la marche, les participants se sont retrouvés

sur cette place afin d’échanger leurs impressions. Ils

avaient pris le temps de localiser les autres monuments

historiques sur la carte de la ville dans le cadre d’un jeu

tout au long de la visite. Au cours du trajet, ils ont partagé

leurs connaissances sur les lieux qui ressemblaient à

ceux de leurs pays d’origine ou ceux qui en différaient.

Le dialogue a été enrichissant dans chaque équipe. Il

était encouragé par les accompagnateurs qui stimulaient

la participation et répondaient aux questions qui leur

étaient posées.

Les objectifs des Lundis québécois, tels que formulés

dans les propos de bienvenue du responsable de

l’organisation, ont été atteints : la connaissance de la

culture québécoise a été propagée, le dialogue a été

stimulé, les liens ont été créés et l’échange entre les

participants a été captivant. Par ailleurs, l’équipe de

bénévoles qui s’est mise à la tâche a atteint son but.

Elle a décortiqué l’histoire du Vieux-Montréal, passé

en revue les personnages historiques, fait découvrir les

transformations de cette ville et engagé le dialogue sur

l’importance du Vieux-Montréal dans le développement

actuel de la ville.

Les remerciements ont clos la visite. Les participants se

sont sucré le bec avec les suçons distribués à l’occasion

par les accompagnateurs. Les plus habiles d’entre eux

dans la localisation des lieux sur les cartes du Vieux-

Montréal ont reçu en prime le logotype de la Ville de

Montréal qui s’inspire des armoiries. Ils sont repartis

imprégnés de l’histoire de cette ville dans leur cœur et

dans leur âme.

Cette visite me porte à établir un parallèle : comme la

place d’Armes de Montréal fut témoin des luttes qui

ont façonné la société québécoise lors des premières

batailles survenues avec les Iroquois sous le Régime

français, la place d’Armes des Gonaïves, lieu historique

et hautement symbolique, fut témoin de la lecture de

la déclaration de l’indépendance d’Haïti le 1er janvier

1804.

9


10

Marie-ClauDe Barey_ Coordonnatrice du programme de rapprochement interculturel

découverte du Boulevard Saint-laurent

Elles étaient nombreuses les personnes désireuses

d’explorer le boulevard Saint-Laurent avec les bénévoles

et stagiaires du Comité interculturel le 28 mai dernier.

Près de 40 personnes se sont inscrites dans le calme et

ont été réparties en trois groupes.

Partis par un beau soleil, les groupes se sont rendus

par autobus de la STM au coin Sherbrooke et Saint-

Laurent pour commencer la visite. Les guides bénévoles

avaient bien étudié leur sujet et nous ont présenté avec

enthousiasme l’histoire des communautés qui se sont

côtoyées et succédé sur le boulevard.

Au parc du Portugal, nous attendaient Pierre Drolet et

Laurence Tichit du GIT (Groupe d’intervention théâtrale)

du Centre pour nous jouer une scène amusante et

instructive à l’issue de laquelle des « pasteis de nata »

(délicieuses pâtisseries portugaises) étaient données aux

personnes ayant bien répondu au mini jeu-questionnaire.

Après avoir pris l’autobus 55 pour quelques coins de rue,

(histoire de ne pas trop prolonger la soirée) les groupes

se sont retrouvés avec leurs guides et accompagnateurs

au marché Jean-Talon où nous attendaient encore nos

sympathiques personnages du GIT. Des Irlandais aux

Italiens, l’histoire du marché a pris forme dans nos esprits.

Le vent avait eu beau se lever et les participants être

transis de froid, leur attention n’en était pas moins grande,

tout ouïe à la scène qui se déroulait devant eux.

Encore une fois, des récompenses gourmandes attendaient

les bonnes réponses aux questions pleines d’humour de

nos comédiens.

Ce Lundi québécois bien ficelé a enthousiasmé les

participants et leur a donné le goût d’en savoir plus, ce

qui est un des objectifs des Lundis québécois.

Bravo à l’équipe de Frantz Thélémaque et Isabella Brisson-

Urdaneta, Cynthia Collerette stagiaires, soit les bénévoles :

Jeanne Krieber-Dion, Louis-David Lafortune-Boulard, Lise

Lavalée, Hamza Ouahes, Amine Soulhi et Fredy Pulido-

Lopez.


auDrey DuBé-louBert_Coordonnatrice du bénévolat et aux évènements

un petit hommage paS trèS officiel!

Probablement que vous connaissez déjà le centre.

Il est fort probable aussi que vous avez déjà côtoyé

les employés, les stagiaires et les bénévoles qui y

oeuvrent… Vous savez sûrement alors à quel point

ces gens travaillent fort et ont à coeur le Centre. C’est

pourquoi, aujourd’hui, j’ai décidé de leur rendre un petit

hommage, pas très officiel, mais oh combien senti!

Ça fait plus ou moins exactement 229 jours (peut-être

un peu plus) que j’occupe le poste de coordination au

bénévolat et aux événements. 229 jours, ça semble,

pour certains beaucoup, pour d’autres un éclair dans

une ligne de vie. Pour moi, ce fut un éclair, très rapide,

intense, fantastiquement enrichissant grâce aux gens

qui y travaillent et que j’y ai connus. Un éclair parce

qu’il me semble que cette année a coulé si rapidement.

Possible que cela soit dû à la quantité impressionnante

de projets, d’événements, d’implications, de moments

furtifs qui peuplent chaque session. Parce que oui, il s’en

passe des choses au Centre! Parce que oui, il y a en a

du monde au Centre! C’est comme une grosse famille

élargie; comme quand on fait une grosse épluchette de

blé d’inde une fois tous les dix ans et qu’on invite tous

les cousins, les petites cousines, les grandes tantes, les

arrières-grands-parents… C’est un peu ça le Centre,

mais à chaque jour. C’est ça le quotidien du Centre.

Des gens qui se rencontrent, qui s’amusent, qui bûchent,

qui créent, qui se chamaillent, qui se réconcilient, qui

projettent, qui s’aiment et s’apprécient.

Même si je n’ai pas eu la chance de bien connaître

chacun des 410 bénévoles donnant de leur temps au

Centre, j’aimerais bien les remercier. Pour ceux que je

n’ai pas connus, merci pour votre implication. Pour ceux

que j’ai rencontrés, merci d’avoir partagé une partie

de votre vie. En travaillant au Centre, je crois qu’il est

impossible de ne pas voir la quantité astronomique

de temps que les bénévoles donnent au Centre et

aux activités. Ce qui est le plus magique, c’est de voir

l’attachement que ces gens ont pour l’organisme, leurs

activités, son personnel. C’est sûrement la plus grande

force du Centre!

11

Tous ces bénévoles, malgré toute leur volonté, leur

dynamisme et leur créativité, puisent malgré tout des

forces au sein des coordonnateurs, des animateurs,

des spécialistes... Certains fêtent même leurs 25 ans

d’implication professionnelle. Quand on parle de

fidélité!! Pour d’autres, c’est plus récent; et cette volonté

qui en résulte d’intégrer l’équipe, de proposer de

nouvelles pistes, c’est tout autant stimulant! Même si

tout le monde ou presque finit les yeux un peu cernés,

la langue un peu plus pendante qu’à l’habitude à ce

temps-ci de l’année, il me semble que je profiterais du

début de l’été pour nous féliciter! Pour vous féliciter!

Je voudrais seulement terminer, en remerciant mes

collègues de la confiance qu’ils m’ont accordée; me

laissant aller, parfois accompagnée d’un léger stress,

dans des projets ou des événements toujours plus gros!

Merci d’avoir embarqué dans cette année, qui n’en

fut qu’une seule au travers de vos dizaines d’années

d’expérience pour certains.

Je vous souhaite un merveilleux été, tellement mérité,

cher(ère), Denise, Danielle, Monique, Camille, Christiane,

Marie-Claude, Schnouki, Jennate, Lucie, Marie-Claude

Beaulieu, Miriam, Sylvie, Bernard, Vincent, Islande, Ibis,

Salomeh et Louise!

Une année au Centre, 229 jours, environ 1770 heures,

106 200 minutes. Wow! « Merci les poupous! Sur ce, je

vous embrasse et vous dit « à la revoyure » !


12

auDrey DuBé-louBert_Coordonnatrice du bénévolat et aux évènements

un air du Sud!

C’est en se croisant les doigts avec espoir durant tout la

journée du 19 juin, que nous avons attendu la venue du

BeachBBQ Party annuel des bénévoles et des employés

du Centre. Sous des airs de musique festive, nous avons

pu mettre la météo de notre côté, pour nous permettre

de profiter d’un bon 3 heures de rencontres, de rires et

de discussions.

Près de 100 personnes sont venues déguster de délicieux

pilons et hamburgers, sirotant un «virgin shirley temple»!

Une belle occasion pour se féliciter du beau travail

accompli et se dire quelques « au revoir » bien sentis,

avant le départ pour l’été.

Quelques-uns auront eu l’audace de plonger dans nos

bacs à sable, préparés spécialement pour l’occasion.

D’autres auront timidement fait quelques pas de danse

sur la musique endiablée.

Merci particulièrement à Camille et à ses fantastiques

stagiaires de Moi j’embarque pour leur créativité dans la

préparation de l’événement et à Danielle qui a eu comme

lourde tâche de cuisiner pour tout ce beau monde!

Merci à tous les autres employés et bénévoles pour leur

aide!

Merci à la chorale du Centre ainsi qu’à Radoslav pour leur

prestation, qui a ouvert la soirée de belle façon!

Et merci à vous tous pour votre participation! C’est

grâce à vous qu’un événement comme celui-là lève! Un

BeachBBQ Party sans invités, c’est pas mal moins festif!

Au plaisir de vous revoir ou de vous recroiser au

démarrage de l’automne.


luCie BéruBé_ Coordonnatrice du programme famille

deS 30 anS Bien émouvantS!

Vendredi le 8 juin, le Programme Famille du Centre

communautaire célébrait les 30 ans des Ateliers

Croquignoles.

À cette occasion Mme Denise Beaulieu, directrice du

Centre, a tenu un discours commémoratif de l’histoire

des Ateliers Croquignoles, devant 118 personnes,

employés et anciens employés, bénévoles, pères, mères,

enfants et enfants devenus adultes, tous ayant déjà

fréquentés les Ateliers Croquignoles au cours de cette

période.

L’idée était de permettre à d’anciens usagers de se

remémorer, ensemble, ce que fut les Ateliers Croquignoles

dans leur vie, une période de passage fondatrice de leur

propre histoire personnelle et familiale, pour la plupart.

La rencontre fut un succès. Elle donna lieu à des

retrouvailles émouvantes où chaque participant a reçu un

vidéo-souvenir relatant une journée-type dans la vie des

Ateliers Croquignoles.

Le tout s’est vécu dans un environnement aménagé avec

des photos, un diaporama qui roulait en permanence et

des salles spécialement animées pour les enfants.

De plus, cocktails, hors-d’œuvre et canapés furent offerts

par une équipe de jeunes serveurs au service très

professionnel, pendant les 2h30 que la soirée a duré.

Cette rencontre a permis aux invités de rire, de sourire,

de vivre un grand bonheur, en se rappelant les moments

si particuliers qu’ils ont vécus ensemble à une époque

où leurs enfants étaient tout jeunes et qu’eux-mêmes

commençaient leur rôle de parents.

13

C’est toute la vie d’une génération de parents et

d’employés qui est passée par les Ateliers Croquignoles,

pendant ces 30 ans. Et en cette soirée de retrouvailles,

c’est cette vie que l’on pouvait sentir à travers cette si

douce et singulière émotion qui émanait du cœur des

gens, en ce moment de célébration.

Certains en ont profité pour se donner rendez-vous ou

pour se promettre de se retrouver autour d’un repas.

C’est tout cela que le Centre permet de vivre, un milieu

de vie où les gens partagent plus que des services.

Bravo et merci à tous!

Nous tenons à transmettre nos plus sincères félicitations

à tous les membres de l’équipe organisatrice de

l’évènement qui se sont investis généreusement dont

Audrey Dubé Loubert, responsable du bénévolat,

Camille Trudelle et son équipe de stagiaires du projet

Moi j’embarque, Vanessa Thibault, stagiaire, ainsi qu’à

tous les participants jeunesse qui ont fait un travail

impeccable. Merci à Danielle Mireault et ses apprentis

pour ses multiples et délicieuses bouchées. Merci à

Bernard Slama pour son soutien technique infaillible

et à Schneider Augustin pour sa toujours judicieuse

animation. Ainsi que tous ceux qui n’auraient pas été

nommés grâce à vous tous cette fête fut réussie!


14

Sylvie JouSSein_ Stagiaire au jumelage « Parlons français »

parlonS françaiS à ottawa

Le Jumelage Parlons Français est un programme de

francisation pour adultes basé sur la pratique orale

du Français au cours de rencontres un à un avec des

animateurs bénévoles. A chaque session, les stagiaires

doivent proposer une sortie culturelle.

Je cherchais donc des idées de projets qui permettraient

à la fois, un échange en français plus large entre les

participants et la découverte d’un aspect du pays d’accueil.

L’idée est venue d’une animatrice qui avait trouvé un

encart publicitaire proposant une journée à Ottawa

pendant le Festival des Tulipes à un prix incroyable! Ainsi

fut prise la décision de mettre en place cette sortie.

C’est comme cela que je suis partie avec un groupe de 12

personnes dans la capitale canadienne.

Les places avaient été réservées auprès de l’agence pour

que nous soyons regroupés pendant le trajet.

Nous nous sommes donc levés tôt dans la brume ce 9

mai pour être à 7h du matin dans le bus qui allait nous

emmener là-bas. Je scrutais le ciel car j’avais proposé

que nous emmenions notre dîner pour pique-niquer

ensemble. Le voyage fût pluvieux tout du long mais arrivés

à proximité de la colline du Parlement, une éclaircie jeta

une lumière miraculeuse sur le site. Je croisais les doigts

discrètement pour que le soleil reste avec nous.

Après quelques explications, quelques photos, nous

sommes repartis vers le quartier des Ambassades, à

Rideau Hall où nous nous avons profité du superbe Parc

de la Maison du Gouverneur. En face se trouve la résidence

du Premier Ministre, actuellement Steven Harper, mais

nous ne l’avons pas croisé!

Puis ce fût l’heure du dîner. Alors que le bus se dirigeait

vers le restaurant (option proposée par l’agence de

voyages), mon sang n’a fait qu’un tour quand j’ai vu le parc

qui longeait la rivière des Outaouais. La température était

clémente et le soleil toujours présent...c’est ici que nous

devions pique-niquer!

Notre aimable guide a donc accepté ma demande d’arrêt

exceptionnel et nous avons pu manger dans un endroit

sympathique où les conversations allaient bon train!

Après le repas, nous sommes allés visiter le Musée de

la Civilisation de la ville de Gatineau (côté Québécois,

face à la ville d’Ottawa qui est du côté Ontarien de la

rivière!) Les jumelages participants-animateurs se sont

créés naturellement et les bénévoles se sont largement

impliqués pour accompagner les participants dans leur

visite. Une pluie diluvienne est tombée à ce moment-là

mais nous étions fort heureusement à l’abri!

La pluie a cessé quand nous avons rejoint le lieu central

du Festival des Tulipes. Et nous avons pu prendre de

magnifiques photos de fleurs pour finir la journée...sous

le soleil.

Quelques-uns ont remarqué mes talents d’organisatrice...

météo!!

Je les remercie à mon tour de cette belle journée

d’immersion en français...(à Ottawa!!) .

Grâce au soutien et à l’implication des animatrices

bénévoles et des participants dans ce projet, la sortie a

été une belle réussite du Parlons Français.

Jennate BerrahMa_Coordonnatrice du programme

« Adultes et francisation »

merci Sylvie et Bon

retour !

« Efficace », « professionnelle », « disponible », « à notre

écoute », « très présente » , « magnifique », etc. Ce sont

quelques mots dont les animateurs ont qualifié Sylvie

Joussein qui a été stagiaire au « Parlons français » pendant

2 sessions. Durant les 22 semaines de son stage, Sylvie a

été un soutien remarquable à la coordination. Elle a très

bien encadré aussi bien les bénévoles que les participants,

ne ménageant aucun effort pour répondre à leur besoins.

Elle a également organisé au profit des participants une

sortie et deux dîners -partage qui ont aidé à créer des

liens.

Mille mercis Sylvie pour ta disponibilité, ta gentillesse, ton

tact et ta douceur qui ont marqué ces 2 sessions ! Merci

et bon retour en France.


Jennate BerrahMa_Coordonnatrice du programme « Adultes et francisation »

une trouvaille « verte »

En ce mois de printemps, une « trouvaille du mercredi »

a été programmée sur l’horticulture urbaine, activité qui a

de plus en plus d’adeptes ces dernières années.

Lors de cette présentation, Melissa Racine-Le Breton a

animé une séance d’information fort intéressante sur

comment faire des boutures, savoir à quel moment et

quoi planter, faire des boîtes à fleurs, et aussi comment en

prendre soin . Lors de cet intéressant exposé on a appris

aussi à distinguer les fines herbes et à les utiliser.

Saviez-vous , par exemple, que pour planter de l’ail il vous

suffit de peler une tête d’ail et de planter les gousses, une

à une, le germe vers le haut? Que si vous voulez tailler un

arbre, ne le faites pas quand il est en fleur, qu’il ne faut pas

couper les extrémités mais la branche entière à la base?

Que vous pouvez associer, dans une même jardinière un

légume, une fine herbe et une fleur.

15

langer dans le même pot : tomate, basilic et œillet et

votre salade est pratiquement faite.

La nature nous aide aussi à éloigner les indésirables :

Le basilic éloigne les insectes, le géranium-citron les

moustiques et la rue les chiens !

On peut aussi se servir du romarin en infusion contre

la bronchite et, pour une trempette de notre jardinière,

langer ciboulette, menthe et yoghourt ; etc.

Et ce fut ainsi pendant près de 2 heures où on a profité

de beaucoup de trucs et de conseils faciles à mettre en

œuvre et tellement utiles! C’est vrai qu’avec un peu de

patience et de l’information, on est tous capables de faire

verdoyer nos terrasses, balcons voire nos rebords de

fenêtre et cela, même si on n’a pas le pouce vert.

On a d’ailleurs programmé pour le mercredi 26

septembre prochain une autre « trouvaille » sur comment

préparer les plantes à passer l’hiver. Alors rendez-vous en

septembre !


16

DeniSe Beaulieu_Directrice générale.

la Jungle au centre…

Dans la dernière édition de ce journal, nous vous

avons présenté la Foire et son contenu : la jungle. À

chaque année Schneider Augustin, coordonnateur du

programme enfant et son équipe se cassent la tête en

quatre pour trouver un thème qui soit « tripant » pour

les enfants : les superhéros, la mer, le cirque, etc. Chaque

année, un projet fou sort de leur imaginaire pour la plus

grande joie des enfants et de leurs parents. Tout le Centre

est mis à contribution pour cet après-midi délirant. Les

enfants courent d’un lieu à l’autre et ne veulent rien

manquer : kermesse, labyrinthe, maison des horreurs,

bricolage, céramique, etc. Mais surtout, pour rien au

monde les parents ne manqueraient la prestation de

leur progéniture : danse baladi, ballet classique, hip-hop,

etc. Le gymnase était rempli à craquer. Cette année, le

spectacle a commencé par un petit bonjour du député

de Mont-Royal, M. Pierre Arcand, qui a pris la peine de

se déplacer, par un beau samedi après-midi ensoleillé,

pour venir voir de quoi avait l’air notre jungle. Faut le

faire tout de même! Nous avons aussi eu droit au petit

coucou de M. Graham Carpenter, l’attaché politique du

député fédéral d’Outremont, M. Thomas Mulcair.

Bref, encore une « Foire des enfants » réussie! Merci

à toute l’équipe de coordination, d’animation et de

bénévoles qui a travaillé fort pour le plaisir des 500

personnes qui se sont déplacées en ce 12 mai 2012!

Eh! Schneider Augustin, qu’est-ce que tu nous mijotes

pour l’année prochaine?!


Marie-ClauDe Barey_ Coordonnatrice du programme de rapprochement interculturel

côte-deS-neigeS Sait ce qu’il veut

Oui, le quartier Côte-des-Neiges sait ce qu’il veut pour le

développement du terrain de l’hippodrome Blue Bonnets

qui vient d’être remis à la Ville de Montréal.

Ce terrain immense fait partie intégrante de

l’arrondissement Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-

Grâce, le saviez-vous?

Le 17 mai dernier, lors d’une grande fête organisée sur

le site même, les gens de Côte-des-Neiges ont fait savoir

haut et fort ce qu’ils veulent comme développement dans

cette partie de leur quartier.

200 personnes, dont beaucoup de mères de familles

et leurs enfants ont pendu la crémaillère, fermement

décidées à rappeler leur revendication de longue date (20

ans) soit 2500 logements sociaux!

Le chiffre vous semble gros? Il leur semble réaliste puisque

la liste d’attente est encore plus grande et que des citoyenne-s

attendent depuis plus de 10 ans un logement social

à Côte-des-Neiges!

Entendons nous, les citoyen-n-es, et les groupes

communautaires qui les appuient (dont votre Centre

communautaire de loisir), ne veulent pas d’un « ghetto »

ou d’un dortoir mais bien d’un lieu de mixité sociale où on

trouvera école, parcs, commerces de proximité… Leurs

balises pour ce développement, les résident-e-s de Côtedes-Neiges

les ont déjà déterminées ensemble. C’est un

dossier à suivre!

Entendu ce matin là

Y’en a pas d’logements, Y’en a pas d’logements,

Si y en a, y sont chers, y sont chers

Y’en a pas d’logements, Y’en a pas d’logements,

Si y en a, y sont pas pour nous

Si y en a, Si y en a,

Si y en a, y sont chers, y sont chers

Si y en a, Si y en a,

Si y en a, y sont pas pour nous

BALISES POUR LE DÉVELOPPEMENT DE BLUE

BONNETS (extrait)

En 2009, la Corporation de développement

communautaire de Côte-des-Neiges adoptait dix

balises pour assurer le développement durable et

équilibré du site de l’ancien hippodrome Blue Bonnets

de Montréal.

DÉVELOPPEMENT RÉSIDENTIEL:

1.Privilégier une densité moyenne à forte, pour

favoriser une offre complète de services de proximité

pour les résidents.

2. Encourager l’établissement d’une mixité au niveau

socio-économique ainsi que dans la composition des

ménages (personnes âgées, familles, étudiants, etc.)

3. S’assurer de l’aménagement d’une voie accessible

entre le Métro Namur et le cœur du site.

4. Favoriser l’appropriation collective de l’espace en

aménageant des parcs de petite et moyenne taille bien

répartis dans l’ensemble du secteur, plutôt qu’un grand

espace unique.

5 .Favoriser les projets s’inscrivant dans une

perspective de développement durable.

6. Assurer la présence de mesures contribuant à

rehausser la qualité de vie, le bon voisinage et l’esprit

communautaire.

7. Évaluer le potentiel des bâtiments de l’hippodrome

pour un recyclage qui contribuerait au dynamisme du

quartier.

17

SECTEUR INDUSTRIEL :

8. Favoriser l’installation d’entreprises qui se dotent

d’une politique d’embauche locale, et encourager les

entreprises déjà installées à en adopter une.

9. Prévoir des zones tampons adéquates pour

atténuer les nuisances (bruit, poussière, camionnage)

entraînées par les activités industrielles à proximité des

zones résidentielles, ainsi qu’à proximité des activités

ferroviaires.

DÉSENCLAVEMENT DU SITE

10. Assurer le désenclavement du site.


18

Carolann Shea_ Organisatrice communautaire de CDN en fête

Côte-des-Neiges eN fête, 5 CoNtiNeNts, 5 seNs :

la fête eSt lancée!

Jeudi matin dernier, la terrasse de la Maison de la

culture Côte-des-Neiges a accueilli sous un soleil

brillant le lancement de la dixième édition de Côte-des-

Neiges en fête, 5 continents, 5 sens. Étaient présentes

une cinquantaine de personnes, dont le Comité de

coordination de l’événement, les attachés politiques des

élus du quartier, des invités du milieu communautaire

et M. Marvin Rotrand, conseiller du district Snowdon

de l’arrondissement. M. Régent Cossette de l’épicerie

Métro Côte-des-Neiges, qui a généreusement fourni les

victuailles pour nourrir les invités, était également avec

nous accompagné de son adjointe, madame Catherine

Daigle.

Afin de sonner le départ du lancement, notre animatrice,

madame Denise Beaulieu, a pris les rênes en souhaitant la

bienvenue aux invités pour ensuite faire place à Vincent-

Thomas Hamelin, qui s’est pour l’occasion improvisé

historien afin de nous faire un topo des neuf dernières

années de la fête. Son discours témoignait da la fierté

du Comité de coordination, dont il fait partie, d’avoir

choisi de continuer de porter Côte-des-Neiges en fête, 5

continents, 5 sens, qui, pour le bonheur de tous, ne cesse

d’évoluer depuis dix ans.

Soudainement, le vent a surpris tout le monde en ajoutant

un élément comique au déroulement du lancement :

le chevalet sur lequel était posée l’affiche qui attendait

de se faire dévoiler a piqué du nez, ce qui a presque

complètement découvert celle-ci... Pendant que nos

préposés à l’affiche replaçaient tant bien que mal le tissu

qui la recouvrait et que les invités faisaient semblant de

n’avoir rien aperçu de la pièce maîtresse du lancement,

Hélène Bordeleau, membre du Comité de coordination,

tentait d’éponger le café renversé sur sa chemise pendant

le moment de panique. Une fois les émotions oubliées,

M. Marvin Rotrand a enfin dévoilé l’affiche comme il se

devait. L’audience a donc pu l’admirer dans sa totalité.

Par la suite, les invités ont pu en primeur connaître les

grandes lignes de la programmation de la dixième édition

de Côte-des-Neiges en fête, 5 continents, 5 sens, qui

se déroulera le 9 septembre prochain. Mentionnons

premièrement que, cette année, les activités seront

concentrées dans deux pôles : le haut et le bas de la

Côte-des-Neiges.

Dans le bas de la côte, le parc Kent sera animé d’activités

variées pour toute la famille et de spectacles hauts en

couleurs. Les organismes communautaires et associations

culturelles du quartier feront également vivre une

expérience rafraîchissante aux participants en leur offrant

nourriture et ateliers participatifs, deux nouveautés cette

année. Sur l’avenue Appleton, les ados pourront profiter

de plusieurs activités animées par une équipe de terrain

dynamique.

Pour ce qui est du haut de la côte, le parc Jean-Brillant

fera cette année partie de la programmation. Sa nouvelle

piste multifonctionnelle servira de scène pour plusieurs

groupes musicaux, tandis que des activités pour enfants

et des ateliers de vélo seront déployés dans le reste

du parc. Sur la rue Jean-Brillant, le Village des artisans

impressionnera encore une fois les passants. De plus, pour

la dixième édition, l’avenue Lacombe servira d’aire de

repas. La paroisse St Kevin, quant à elle, sera de la partie

en organisant des festivités sur son terrain. Finalement,

le Centre communautaire de loisir de la Côte-des-

Neiges ouvrira encore ses portes pour faire participer la

communauté à une foule d’activités.

Une séance de photos et un petit déjeuner ont finalement

clôturé dans la joie le lancement de cette dixième édition

de la fête.

Le 9 septembre prochain, soyez des festivités!


Maria Munera

témoignage Sur la comédie muSicale.

Pas’Sages a été pour moi une expérience de découverte.

À vrai dire, c’était la première fois que je m’aventurais

vraiment dans le monde du théâtre et de la danse

contemporaine. Pour moi, me lancer tête première

dans l’inconnu et surtout, voir que toute l’équipe me

faisait pleinement confiance sans nécessairement savoir

si je serais capable de relever le défi a fait en sorte que

je ressorte de cette expérience grandie autant au point

de vue artistique que personnel. Aussi, pendant cette

expérience j’ai acquis une grande confiance en moi et

j’ai fait la connaissance de personnes si passionnées

par leur art qu’elles ne faisaient que m’inspirer pour

pousser mes limites et devenir meilleure. Nous avons

tous travaillé très fort pendant neuf mois. Nous étions

comme une famille qui s’entraidait et s’encourageait.

Maintenant je peux dire que j’ai vu ce qu’est le travail en

équipe à son meilleur et je suis ravie d’avoir pu mettre

mon grain de sel. Merci Pas’Sages.

19

Schneider Augustin_ Coordonnateur du programme enfant et du camp de jour.

et c’eSt parti!…

Qui étaient ces personnes à déranger les fantômes du

Centre avec leurs chansons, cris d’équipe et tours de

passe-passe? Ce n’étaient pas des enfants, non... mais

presque!

Voici les animateurs du camp de jour qui se préparent

depuis deux semaines pour recevoir les jeunes.

Formations variées, écriture de la thématique et

planification des programmes, tous les ingrédients

nécessaires pour obtenir un camp de jour exceptionnel

étaient au menu de ces deux semaines. Nos 21

animateurs, remplis d’énergie, d’enthousiasme et d’envie

de s’amuser, sont plus que prêts pour le début du camp

le mardi 26 juin. Ils travailleront main dans la main avec

les 21 aides-animateurs et les 7 accompagnateurs des

enfants TED. Vous n’avez pas à vous inquiéter pour ces

enfants qui sont à la veille de rentrer dans la jungle la

plus sécuritaire, divertissante et accueillante... celle de

Côte-des-Neiges!

Bon camp à tous, petits et grands!


20

recherche d’artiSteS et artiSanS

Vous êtes un artisan à Montréal, cherchant à exposer?

Saviez-vous que le Centre offre un espace d’exposition à peu de coût? Pour 20$, vous pourriez avoir accès à deux

vitrines d’exposition pour une durée habituelle de trois semaines. Il ne reste que quelques places de disponibles

pour notre calendrier 2012-2013! Si vous êtes intéressé(e), simplement télécharger les documents sur le site web du

Centre: www.cclcdn.qc.ca et les remettre, dûment remplis à l’accueil du Centre.

Au plaisir de pouvoir découvrir vos oeuvres!

Le comité des expositions

une publication du

centre communautaire de loiSir de la côte-deS-neigeS

5347, chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal (Québec) H3T 1Y4

Téléphone: 514 733-1478, Télécopieur: 514 733-7481

Courriel: secretariat@cclcdn.qc.ca

Site Internet: http://www.cclcdn.qc.ca

More magazines by this user
Similar magazines