Les paysans révendiquent leur participation - La voix du paysan ...

lavoixdupaysancongolais.files.wordpress.com

Les paysans révendiquent leur participation - La voix du paysan ...

Les ateliers d’Agri Congo

renforcent les leaders paysans

Au total, 26 ateliers destinés aux leaders d’organisations paysannes devront être organisés

en 2012 et 2013 dans le cadre du projet «Synergie et complementarité» initié par

l’Alliance AgriCongo; une coalition de huit ONGs belges qui travaillent pour le

renforcement de l’agriculture familiale au Congo. Ces ateliers permettront aux

représentants d’organisations paysannes de dialoguer sur quatre thèmes qu’ils ont

identifiés comme prioritaires pour le développement de l’agriculture familiale du Congo.

La session préparatoire aux ateliers a eu lieu du 4 au 6 avril 2012 à Kinshasa et a pu

rassemblé près de 60 leaders paysans congolais, des journalistes, des coopérants ainsi

que des représentants de l’Alliance AgriCongo. Le premier atelier consacré à la loi agricole

s’est tenu du 8 au 10 mai 2012 dans la province du Bas-Congo. L’urgence s’impose donc

pour les mouvements paysans de pouvoir influencer la commission chargée dans les

prochains mois de la rédaction des mesures d’application de la loi portant principes

fondamentauix relatifs à l’agriculture. D’autres thèmes sont également abordés lors de

ces ateliers notamment les infrastructures rurales, l’accès aux microcrédits et

L

l’accaparement des terres. L’insécurité juridique au Congo favorise en effet ce

phénomène et les agriculteurs familiaux se voient spoliés de leurs terres au

bénéfice de grands propriétaires ou multinationales de l’agrobusiness. « Les

défis les plus importants pour l’agriculture familiale ont déjà été abordés lors

de la première réunion nationale des leaders paysans en 2010. Les ateliers vont

être une opportunité pour discuter de ces thèmes au niveau régional », déclare

Paluku Mivimba, président de la jeune Confédération Nationale des Producteurs

Agricoles du Congo (Conapac), qui se veut défendre les intérêts des agriculteurs

familiaux. « Depuis trois ans nous avons investi dans le rassemblement des

leaders paysans congolais. C’est la raison pour laquelle ces ateliers constituent

un moment charnière », selon Lode Delbare, directeur général de Trias, l’ONG

belge qui coordonne l’organisation des réunions. « Ce projet représente un

premier pas qui devrait permettre aux paysans défavorisés du Congo en travaillant

ensemble d’en faire bien d’autres»

Matadi : Urgence d’influencer les mesures

d’application de la loi agricole

e premier atelier d’échange,

d’analyse et de planification de

plaidoyer, s’est tenu du 7 au 9

Mai dans la ville de Matadi au

complexe hôtelier

FORMOZA. Cet atelier, qui s’est tenu

après le lancement officiel du projet «

Synergie et complémentarité », ouvre la

première série d’ateliers axés sur les quatre

thèmes qui ont été retenus au carrefour

paysan à savoir : La loi portant principes

fondamentaux relatifs à l’agriculture en

RDC ; Le financement de l’agriculture ;

Les infrastructures rurales ; La sécurité

foncière.

L’atelier de Matadi avait comme objectif

global d’ encourager la participation

paysanne à la définition des politiques

agricoles et au suivi de leur mise en œuvre

à travers le renforcement du mouvement

paysan ». Pour y parvenir, cette rencontre

devait amener les participants à

s’approprier de la loi agricole

(Appropriation à travers une analyse

approfondie de la Loi agricole au regard

des intérêts du Mouvement Paysan

Congolais et de dégager à partir de

l’analyse de cette loi les actions

prioritaires pour le plaidoyer et de

stratégies de leur mise en œuvre. Aussi,

l’atelier devait susciter au sein des

organisations paysannes l’intérêt d’être

ensemble pour mener les actions de

plaidoyer au profit du mouvement paysan

(Consolidation du Mouvement paysan au

niveau provincial).

Plusieurs délégués ont participés à cet

atelier parmi lesquels les membres des

Unions des producteurs agricoles

provenant de dix territoires de la province

du Bas Congo et de la ville de Boma et de

Matadi ; le Représentant de l’Assemblée

provinciale du Bas Congo ;le

Représentant du CARG ; les chefs de

division de l’administration

Photo de famille des participants à l’atelier de Matadi

provinciale ;les conseillers des ministres

de l’environnement, de l’agriculture ; les

membres du Comité méthodologique ;les

Représentants des ONG Belges actives

dans la zone ;les membres de

l’Association des journalistes du Congo

(AJAC).

A l’ouverture, le lundi 07 mai 2012, le

premier facilitateur, Mme Alida a expliqué

aux participants le but de cette rencontre

en insistant qu’il ne s’agit pas d’une

Vues de participants à l’atelier de Matadi lors des travaux en groupes

formation mais d’un atelier qui rassemble

les paysans, un atelier d’échange et

d’analyse où les gens sont venus de toutes

parts pour échanger.

Un des temps forts de cet atelier a été sans

doute le mot du partenaire et Représentant

de SOSFAIM qui a tenu à signifier qu’il

y a une autre forme de pauvreté qui se

traduit par le fait que les populations ne

savent pas participer aux systèmes de

gestion et de décision à divers niveaux :

ACTUALITES

local et national. Ainsi, plusieurs acteurs

dont SOSFAIM et son partenaire le

Cenadep ont jugé essentiel depuis

quelques années d’accompagner les

populations productrices rurales et semi

–urbaines regroupées dans des

organisations paysannes primaires vers

des structures secondaires et tertiaires

capables de négocier, de défendre leurs

intérêts et de participer à des prises de

décisions locales, nationales et

internationales. Dans le Bas-Congo, cette

action a abouti en 2010 à la mise en place

d’une structure provinciale dénommée «

Forces Paysannes du Kongo Central»,

FOPAKO, en sigle.

Pour le représentant de SOS FAIM,

l’atelier de Matadi était une superbe

occasion pour les participants de se

connaître les uns et les autres au regard de

leurs OP, leurs Unions et milieux de

provenance et d’ analyser et comprendre

les points clés de la loi agricole en relevant

leurs craintes et attentes vis–à–vis de la

loi sur l’agriculture. C’est aussi une

occasion de formuler des

recommandations à tenir en compte dans

la rédaction des mesures d’application; Il

a fini par souhaiter aux participants la

bienvenue au nom de l’alliance

Agricongo, de SOSFAIM et du Cenadep.

(suite en page 4)

LA VOIX DU PAYSAN CONGOLAIS N°19.P.03

More magazines by this user
Similar magazines