21.07.2013 Views

la situation des enfants dans le monde 2004 - Aide et Action

la situation des enfants dans le monde 2004 - Aide et Action

la situation des enfants dans le monde 2004 - Aide et Action

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE<br />

<strong>2004</strong>


LA SITUATION DES<br />

ENFANTS DANS LE<br />

MONDE <strong>2004</strong>


Remerciements<br />

Ce rapport a été préparé avec l’aide de nombreuses personnes <strong>et</strong> organisations, notamment<br />

<strong>le</strong>s bureaux extérieurs de l’UNICEF <strong>des</strong> pays <strong>et</strong> territoires suivants : Afghanistan, Ango<strong>la</strong>,<br />

Azerbaïdjan, Bang<strong>la</strong><strong>des</strong>h, Barbade, Bé<strong>la</strong>rus, Bénin, Bhoutan, Bolivie, Bosnie-Herzégovine,<br />

Botswana, Brésil, Bureau de <strong>la</strong> région <strong>des</strong> Caraïbes, Burkina Faso, Burundi, Cambodge,<br />

Cameroun, Chili, Chine, Colombie, Equateur, Egypte, El Salvador, ex-République yougos<strong>la</strong>ve<br />

de Macédoine, Erythrée, Ethiopie, Gambie, Ghana, Guatema<strong>la</strong>, Guinée, Guinée équatoria<strong>le</strong>,<br />

I<strong>le</strong>s du Pacifique, Inde, Jordanie, Kenya, Kosovo, Ma<strong>la</strong>wi, Maldives, Maroc, Maurice, Mongolie,<br />

Mozambique, Namibie, Népal, Niger, Nigéria, Ouganda Pakistan, Papouasie-Nouvel<strong>le</strong>-Guinée,<br />

Pérou, République arabe syrienne, République popu<strong>la</strong>ire démocratique <strong>la</strong>o, Républiques d’Asie<br />

centra<strong>le</strong> <strong>et</strong> Kazakhstan, République-Unie de Tanzanie, Roumanie, Rwanda, Sao Tomé-<strong>et</strong>-Principe,<br />

Sénégal, Serbie-<strong>et</strong>-Monténégro, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Sri Lanka, Timor-Leste, Tchad,<br />

Tunisie, Turquie, Yémen. Les bureaux régionaux de l’UNICEF <strong>et</strong> <strong>la</strong> Division <strong>des</strong> approvisionnements<br />

de Copenhague (Danemark) ont éga<strong>le</strong>ment contribué à l’é<strong>la</strong>boration de ce rapport.<br />

© Le Fonds <strong>des</strong> Nations Unies pour l’enfance (UNICEF)<br />

Une autorisation est nécessaire pour publier quelque<br />

partie de c<strong>et</strong>te publication que ce soit. Veuil<strong>le</strong>z vous<br />

adresser à <strong>la</strong> Section de <strong>la</strong> rédaction <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

publications, Division de <strong>la</strong> communication, UNICEF<br />

NY (3 UN P<strong>la</strong>za, NY, NY 10017 USA, Tél. 212-326-7286<br />

ou -7434 Télécopie : 212-303-7985, E-mail :<br />

nyhqdoc.permit@unicef.org). L’autorisation sera<br />

accordée gratuitement aux établissements<br />

d’enseignement <strong>et</strong> aux organisations à but non lucratif.<br />

Les autres devront s’acquitter d’une somme modique.<br />

ISBN : 92-806-3792-2<br />

C<strong>et</strong>te publication figure au catalogue de <strong>la</strong> Library<br />

of Congress <strong>des</strong> Etats-Unis sous <strong>le</strong> nom suivant :<br />

The State of the World’s Children <strong>2004</strong><br />

UNICEF, UNICEF House, 3 UN P<strong>la</strong>za,<br />

New York, NY 10017, Etats-Unis<br />

E-Mail : pubdoc@unicef.org<br />

Site sur Intern<strong>et</strong> : www.unicef.org/french<br />

Photo de couverture :<br />

©UNICEF/HQ03-0376/Ami Vita<strong>le</strong>


LA SITUATION DES<br />

ENFANTS DANS LE<br />

MONDE <strong>2004</strong><br />

Les fil<strong>le</strong>s, l’éducation <strong>et</strong> <strong>le</strong> développement<br />

Carol Bel<strong>la</strong>my<br />

Directrice généra<strong>le</strong><br />

Fonds <strong>des</strong> Nations Unies pour l’enfance


TABLE DES MATIÈRES<br />

Encadrés<br />

Repères<br />

Cartes<br />

iv TABLE DES MATIÈRES<br />

Avant-propos de M. Kofi A. Annan,<br />

Secrétaire général <strong>des</strong> Nations Unies<br />

1<br />

RELANCER LE<br />

DÉVELOPPEMENT<br />

Page 1<br />

2<br />

DES FILLES INS-<br />

TRUITES, UNE FORCE<br />

SANS ÉQUIVALENT<br />

À L’APPUI DU<br />

DÉVELOPPEMENT<br />

Page 17<br />

3<br />

FILLES EXCLUES,<br />

PAYS DISTANCÉS<br />

Page 31<br />

1. La stratégie d’accélération : 25 d’ici à 2005....................................................3<br />

2. Education : l’approche fondée sur <strong>le</strong>s droits de l’homme ............................9<br />

3. Egypte : réaliser ses rêves ............................................................................19<br />

4. Les fil<strong>le</strong>s « karatéka » de Bihar (Inde) ..........................................................25<br />

5. L’adieu aux frais de sco<strong>la</strong>rité ........................................................................35<br />

6. L’initiative pour l’accélération de l’éducation pour tous ............................39<br />

7. Les enseignants, source d’espoir ..................................................................47<br />

8. Les pays africains se rapprochent <strong>des</strong> objectifs pour l’éducation ............53<br />

9. Turquie : une pièce jouée à l’éco<strong>le</strong> émeut toute une nation ......................61<br />

10. Soudan: <strong>la</strong> communauté qui a fait bouger <strong>le</strong>s choses................................65<br />

11. Afghanistan : c’est <strong>la</strong> rentrée ........................................................................73<br />

1. L’Initiative <strong>des</strong> Nations Unies pour l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s ............................5<br />

2. Les <strong>enfants</strong> non sco<strong>la</strong>risés ..............................................................................7<br />

3. Cadre indicatif de l’Initiative pour l’accélération<br />

de l’éducation pour tous ................................................................................38<br />

4. Campagne mondia<strong>le</strong> pour l’éducation : une mise à jour............................41<br />

5. Fréquentation sco<strong>la</strong>ire garçons/fil<strong>le</strong>s ............................................................61<br />

6. Budg<strong>et</strong>s <strong>et</strong> droits de l’homme ......................................................................77<br />

7. Une éco<strong>le</strong> adaptée aux <strong>enfants</strong> ....................................................................89<br />

Représentation graphique <strong>des</strong> statistiques qui illustrent <strong>le</strong> rapport qu’ont<br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, l’égalité <strong>des</strong> sexes <strong>et</strong> l’autonomisation <strong>des</strong> femmes<br />

avec <strong>la</strong> réalisation <strong>des</strong> Objectifs de développement pour <strong>le</strong> Millénaire<br />

1. Pauvr<strong>et</strong>é <strong>et</strong> faim ..............................................................................................14<br />

2. Education primaire..........................................................................................28<br />

3. Mortalité infanti<strong>le</strong>............................................................................................42<br />

4. Santé maternel<strong>le</strong> ............................................................................................56<br />

5. VIH/SIDA, paludisme <strong>et</strong> autres ma<strong>la</strong>dies ......................................................68<br />

6. Viabilité de l’environnement..........................................................................80


Figures<br />

Annexes<br />

Tab<strong>le</strong>aux<br />

4<br />

L’EFFET<br />

MULTIPLICATEUR<br />

DE L’ÉDUCATION<br />

DES FILLES<br />

Page 45<br />

5<br />

ET LES<br />

GARÇONS ?<br />

Page 59<br />

6<br />

LA MEILLEURE<br />

CHOSE À FAIRE<br />

Page 71<br />

1. Projections concernant <strong>le</strong>s Objectifs de développement pour <strong>le</strong> Millénaire ....6<br />

2. Évolution <strong>des</strong> disparités entre <strong>le</strong>s sexes ......................................................12<br />

3. Les prêts FMI/Banque mondia<strong>le</strong> par rapport à <strong>la</strong> croissance ....................22<br />

4. Développement humain <strong>et</strong> croissance économique ..................................23<br />

5. Fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> garçons non sco<strong>la</strong>risés . ..................................................................23<br />

6. Taux n<strong>et</strong>s de sco<strong>la</strong>risation/fréquentation <strong>dans</strong> <strong>le</strong> primaire ........................32<br />

7. Progrès <strong>dans</strong> l’achèvement du cyc<strong>le</strong> primaire ............................................33<br />

8. Sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s au niveau secondaire ..............................................36<br />

9. Les opinions <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> sur <strong>le</strong>s disparités entre sexes <strong>et</strong> l’éducation ....38<br />

10. Les dépenses publiques consacrées à l’éducation <strong>dans</strong><br />

<strong>la</strong> région de l’Asie de l’Est <strong>et</strong> du Pacifique ..................................................40<br />

11. Les orphelins ont moins de chances d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong>..................................50<br />

A Une solution à presque tous <strong>le</strong>s problèmes ................................................83<br />

B Une démarche fondée sur <strong>le</strong>s droits de l’homme :<br />

vers une position commune ........................................................................91<br />

Références..............................................................................................................95<br />

1. Indicateurs de base ......................................................................................102<br />

2. Nutrition ........................................................................................................106<br />

3. Santé ..............................................................................................................110<br />

4. VIH/SIDA ........................................................................................................114<br />

5. Education ......................................................................................................118<br />

6. Indicateurs démographiques ......................................................................122<br />

7. Indicateurs économiques ............................................................................126<br />

8. Femmes ........................................................................................................130<br />

9. Protection de l’enfant ..................................................................................134<br />

10. Le taux du progrès........................................................................................138<br />

Index ....................................................................................................................142<br />

Glossaire ..............................................................................................................147<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

v


« …l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s est <strong>le</strong><br />

meil<strong>le</strong>ur outil de<br />

développement<br />

qui soit. »<br />

Kofi A. Annan


AVANT-PROPOS<br />

Dans une famil<strong>le</strong>, il arrive toujours un moment où un enfant exige plus d’attention que <strong>le</strong>s autres. Lorsqu’on<br />

s’occupe de c<strong>et</strong> enfant, ce<strong>la</strong> ne veut pas dire que l’on aime moins <strong>le</strong>s autres. Mais que, à c<strong>et</strong> instant précis, <strong>le</strong>s<br />

besoins de c<strong>et</strong> enfant sont plus pressants, plus urgents. Chaque parent connaît c<strong>et</strong>te vérité; chaque enfant en<br />

a éga<strong>le</strong>ment conscience plus ou moins intuitivement.<br />

Ce principe qui vaut pour <strong>la</strong> famil<strong>le</strong> vaut éga<strong>le</strong>ment pour <strong>la</strong> communauté internationa<strong>le</strong>. Tous <strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong><br />

fil<strong>le</strong>s du <strong>monde</strong> sont en droit d’attendre de nous que nous fassions notre maximum pour qu’ils bénéficient de<br />

<strong>le</strong>ur droit à l’éducation. Mais <strong>dans</strong> <strong>la</strong> plupart <strong>des</strong> pays, ce sont <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s qui sont <strong>le</strong>s plus défavorisées en ce<br />

qui concerne <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation. Comme l’indique <strong>le</strong> rapport de c<strong>et</strong>te année sur La <strong>situation</strong> <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> <strong>dans</strong> <strong>le</strong><br />

<strong>monde</strong>, <strong>des</strong> millions de fil<strong>le</strong>s ne vont jamais à l’éco<strong>le</strong>, <strong>des</strong> millions d’autres ne terminent jamais <strong>le</strong>urs étu<strong>des</strong>,<br />

<strong>et</strong> une quantité innombrab<strong>le</strong> d’entre el<strong>le</strong>s ne reçoivent jamais l’enseignement de qualité auquel el<strong>le</strong>s ont droit.<br />

Ces millions de fil<strong>le</strong>s sont reléguées sans bruit aux marges de nos sociétés : el<strong>le</strong>s sont en moins bonne santé<br />

qu’el<strong>le</strong>s pourraient l’être, ont moins de compétences, moins de possibilités d’avenir <strong>et</strong> moins d’espoir quant à<br />

<strong>le</strong>ur vie future. Lorsqu’el<strong>le</strong>s atteignent l’âge adulte, el<strong>le</strong>s sont mal préparées à participer à part entière au<br />

développement politique, social <strong>et</strong> économique de <strong>le</strong>ur communauté. El<strong>le</strong>s risquent davantage – <strong>et</strong> <strong>le</strong>urs<br />

<strong>enfants</strong> risqueront éga<strong>le</strong>ment davantage – d’être victimes de <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é, du VIH/SIDA, de l’exploitation<br />

sexuel<strong>le</strong>, de <strong>la</strong> vio<strong>le</strong>nce <strong>et</strong> de <strong>la</strong> maltraitance.<br />

Inversement, instruire une fil<strong>le</strong> revient à instruire une famil<strong>le</strong> entière. Et ce qui vaut pour <strong>le</strong>s famil<strong>le</strong>s vaut éga<strong>le</strong>ment<br />

pour <strong>le</strong>s communautés <strong>et</strong>, au bout du compte, pour <strong>des</strong> pays entiers. D’innombrab<strong>le</strong>s étu<strong>des</strong> nous ont<br />

appris que l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s est <strong>le</strong> meil<strong>le</strong>ur outil de développement qui soit. Aucune autre stratégie ne<br />

donne d’aussi bons résultats lorsqu’il s’agit d’augmenter <strong>la</strong> productivité économique, de réduire <strong>la</strong> mortalité<br />

infanti<strong>le</strong> <strong>et</strong> maternel<strong>le</strong>, d’améliorer <strong>la</strong> nutrition <strong>et</strong> de promouvoir <strong>la</strong> santé – notamment en aidant à prévenir <strong>la</strong><br />

propagation du VIH/SIDA. Aucune autre stratégie ne contribue autant à accroître <strong>le</strong>s possibilités d’éducation<br />

de <strong>la</strong> génération suivante.<br />

Deux <strong>des</strong> Objectifs de développement pour <strong>le</strong> Millénaire – adoptés par tous <strong>le</strong>s pays de <strong>la</strong> p<strong>la</strong>nète en vue de<br />

bâtir un <strong>monde</strong> meil<strong>le</strong>ur au XXI e sièc<strong>le</strong> – portent sur l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s aussi bien que <strong>des</strong> garçons. Ce ne<br />

sont pas seu<strong>le</strong>ment <strong>des</strong> objectifs en tant que tels; de notre capacité à <strong>le</strong>s atteindre dépendra en grande partie<br />

notre capacité à atteindre tous <strong>le</strong>s autres. Ce n’est qu’en faisant de ces objectifs une réalité que notre famil<strong>le</strong><br />

mondia<strong>le</strong> deviendra plus forte, plus saine, plus équitab<strong>le</strong> <strong>et</strong> plus prospère.<br />

Kofi A. Annan<br />

Secrétaire général de l’Organisation <strong>des</strong> Nations Unies<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong> vii


1 RELANCER<br />

LE<br />

DÉVELOPPEMENT


© UNICEF/UN/Eskinder Debebe/2003<br />

Dans <strong>la</strong> Déc<strong>la</strong>ration du Millénaire de septembre<br />

2000, <strong>le</strong>s États Membres de l’Organisation <strong>des</strong><br />

Nations Unies se sont passionnément engagés à<br />

s’attaquer à <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é dévastatrice qui paralyse<br />

bien <strong>des</strong> régions du <strong>monde</strong>. « Nous ne ménagerons<br />

aucun effort pour délivrer nos semb<strong>la</strong>b<strong>le</strong>s – hommes,<br />

femmes <strong>et</strong> <strong>enfants</strong> – de <strong>la</strong> misère, phénomène abject<br />

<strong>et</strong> déshumanisant qui touche actuel<strong>le</strong>ment plus d’un<br />

milliard de personnes 1 .»<br />

Les gouvernements ont fixé à 2015 <strong>la</strong> date à <strong>la</strong>quel<strong>le</strong><br />

ils auraient atteint <strong>le</strong>s Objectifs de développement<br />

pour <strong>le</strong> Millénaire : éliminer l’extrême pauvr<strong>et</strong>é <strong>et</strong><br />

<strong>la</strong> faim, assurer l’éducation primaire pour tous, promouvoir<br />

l’égalité <strong>des</strong> sexes <strong>et</strong> l’autonomisation <strong>des</strong><br />

femmes, réduire <strong>la</strong> mortalité infanti<strong>le</strong>, améliorer <strong>la</strong><br />

santé maternel<strong>le</strong>, combattre <strong>le</strong> VIH/SIDA, <strong>le</strong> paludisme<br />

<strong>et</strong> d’autres ma<strong>la</strong>dies, assurer un environnement<br />

durab<strong>le</strong> <strong>et</strong> m<strong>et</strong>tre en p<strong>la</strong>ce un partenariat<br />

mondial pour <strong>le</strong> développement. La réalisation de<br />

chacun de ces objectifs est indispensab<strong>le</strong> au développement,<br />

mais <strong>le</strong>s dirigeants de <strong>la</strong> communauté<br />

internationa<strong>le</strong> considèrent qu’il y a deux objectifs<br />

dont dépendent tous <strong>le</strong>s autres : l’éducation universel<strong>le</strong><br />

d’une part, <strong>et</strong> l’égalité <strong>des</strong> sexes <strong>et</strong> l’autonomisation<br />

<strong>des</strong> femmes 2 , d’autre part.<br />

L’éducation universel<strong>le</strong> pourrait semb<strong>le</strong>r un objectif<br />

re<strong>la</strong>tivement simp<strong>le</strong>, mais il s’est avéré aussi diffici<strong>le</strong><br />

à atteindre que n’importe quel autre. En dépit de<br />

décennies d’engagements en faveur d’un enseignement<br />

de qualité pour chaque enfant, en dépit du<br />

renouvel<strong>le</strong>ment régulier de ces engagements, il y a<br />

encore quelque 121 millions d’<strong>enfants</strong> qui sont<br />

privés de ce droit <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong>. En dépit de<br />

milliers de proj<strong>et</strong>s couronnés de succès <strong>dans</strong> divers<br />

pays du <strong>monde</strong>, <strong>la</strong> parité avec <strong>le</strong>s garçons <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong> domaine de l’enseignement – accès à l’éco<strong>le</strong>,<br />

résultats <strong>et</strong> achèvement de <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>rité – est encore<br />

hors de <strong>la</strong> portée <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. Sans <strong>le</strong>s avantages<br />

qui décou<strong>le</strong>nt de <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation, el<strong>le</strong>s se r<strong>et</strong>rouvent<br />

systématiquement lésées.<br />

Alors, <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> dont <strong>la</strong> vie aurait pu être<br />

sauvée si <strong>le</strong>ur mère avait été instruite continuent<br />

de mourir; <strong>des</strong> garçons <strong>et</strong> <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s qui auraient été<br />

en meil<strong>le</strong>ure santé si <strong>le</strong>ur mère avait été instruite<br />

continuent de souffrir sans raison; <strong>et</strong> <strong>le</strong> recul<br />

de <strong>la</strong> misère, de <strong>la</strong> faim <strong>et</strong> du VIH/SIDA qui se<br />

produirait si tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> étaient instruits<br />

reste un rêve d’idéaliste.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

1


Non que c<strong>et</strong>te <strong>situation</strong> soit inéluctab<strong>le</strong>. L’éducation<br />

universel<strong>le</strong> <strong>et</strong> tous <strong>le</strong>s avantages qui lui sont<br />

associés sont du domaine du possib<strong>le</strong>. Si l’on<br />

investit aujourd’hui <strong>dans</strong> l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s –<br />

en y consacrant non seu<strong>le</strong>ment <strong>des</strong> capitaux, mais<br />

aussi toutes <strong>le</strong>s ressources de l’énergie <strong>et</strong> de<br />

l’enthousiasme, d’une adhésion sans réserve <strong>et</strong><br />

de <strong>la</strong> sensibilité, de l’attention <strong>et</strong> de <strong>la</strong> persévérance –,<br />

il devient possib<strong>le</strong> de protéger <strong>le</strong> droit de tous <strong>le</strong>s<br />

<strong>enfants</strong> à une éducation de qualité <strong>et</strong>, par <strong>la</strong> même<br />

occasion, de hâter <strong>la</strong> réalisation de tous <strong>le</strong>s autres<br />

objectifs de développement.<br />

Mais <strong>le</strong>s trois premières années ayant suivi <strong>la</strong><br />

Déc<strong>la</strong>ration du Millénaire n’incitent guère à<br />

l’optimisme en ce qui concerne l’éducation universel<strong>le</strong>,<br />

<strong>la</strong> parité <strong>des</strong> sexes en matière d’instruction ou<br />

n’importe quel autre Objectif de développement<br />

pour <strong>le</strong> Millénaire. Suite aux événements du 11<br />

septembre 2001, <strong>le</strong> combat déc<strong>le</strong>nché contre <strong>le</strong><br />

terrorisme un peu partout sur <strong>la</strong> p<strong>la</strong>nète a fait <strong>la</strong><br />

plupart <strong>des</strong> gros titres <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong> entier mais<br />

Capturing Si l’on ne the<br />

warmth s’intéresse of apas<br />

family en particulier at home in<br />

the auxsouthern besoins <strong>des</strong><br />

United fil<strong>le</strong>s, comme States, ces 12year-old<br />

deux fil<strong>le</strong>ttes Deidra du<br />

Robinson Népal ci-contre, g<strong>et</strong>s<br />

two on ne young parviendra<br />

children pas à atteindre to pose<br />

for l’objectif the camera. de<br />

l’éducation<br />

primaire<br />

universel<strong>le</strong>.<br />

2<br />

il a englouti <strong>des</strong> ressources qui auraient pu être<br />

consacrées au développement humain. À présent,<br />

<strong>la</strong> communauté internationa<strong>le</strong> devra consentir un<br />

très gros effort pour honorer <strong>le</strong>s engagements pris<br />

en faveur <strong>des</strong> Objectifs de développement pour <strong>le</strong><br />

Millénaire. En l’absence d’une accélération <strong>des</strong> progrès,<br />

<strong>la</strong> famine qui menace <strong>la</strong> survie de millions de<br />

personnes persistera <strong>dans</strong> certaines régions du<br />

<strong>monde</strong> pendant 100 ans, chiffre proprement ahurissant.<br />

Et pendant toute c<strong>et</strong>te période, <strong>des</strong> millions<br />

d’<strong>enfants</strong> de moins de cinq ans continueront de<br />

mourir de causes qu’il aurait été faci<strong>le</strong> d’éviter. Au<br />

rythme actuel, il faudra attendre une date avancée<br />

du XXII e sièc<strong>le</strong> pour que tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> d’Afrique<br />

subsaharienne soient sco<strong>la</strong>risés, <strong>la</strong> mortalité postinfanti<strong>le</strong><br />

y soit réduite <strong>des</strong> deux tiers <strong>et</strong> <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é<br />

réduite de moitié (Voir Figure 1, Projections concernant<br />

<strong>le</strong>s Objectifs de développement pour <strong>le</strong><br />

Millénaire).


Ziad Sheikh/UNICEF/2003<br />

L’objectif <strong>le</strong> plus pressant de tous<br />

Sans attendre l’échéance de 2015, l’objectif<br />

de <strong>la</strong> parité entre <strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong> <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>dans</strong><br />

l’enseignement primaire <strong>et</strong> secondaire est fixé pour<br />

2005, soit 10 ans avant <strong>le</strong>s autres. À <strong>la</strong> fois but en<br />

soi <strong>et</strong> partie intégrante de l’objectif plus <strong>la</strong>rge de<br />

l’éducation pour tous, l’objectif de 2005 est <strong>le</strong> premier<br />

qui perm<strong>et</strong>tra d’apprécier <strong>la</strong> va<strong>le</strong>ur de l’engagement<br />

pris par <strong>la</strong> communauté internationa<strong>le</strong> de faire lâcher<br />

prise à <strong>la</strong> misère.<br />

Toutefois, si rien n’est fait maintenant pour accélérer<br />

<strong>le</strong> changement, beaucoup de pays n’atteindront pas<br />

en 2005 c<strong>et</strong> objectif de <strong>la</strong> parité. Qui plus est, c<strong>et</strong><br />

échec m<strong>et</strong>tra en péril <strong>la</strong> réalisation <strong>des</strong> objectifs fixés<br />

pour 2015. Si l’on ne réussit pas à poser <strong>la</strong> première<br />

pierre de l’égalité pour <strong>le</strong>s femmes que représente <strong>la</strong><br />

parité <strong>des</strong> sexes en matière d’éducation, aucun <strong>des</strong><br />

progrès qui pourront être faits pour atteindre <strong>le</strong>s<br />

objectifs ultérieurs ne sera durab<strong>le</strong>. On voit que l’objectif<br />

de l’élimination de l’inégalité entre <strong>le</strong>s sexes en<br />

ENCADRÉ 1<br />

matière d’enseignement primaire <strong>et</strong> secondaire, fixé<br />

pour 2005, devient <strong>la</strong> première étape sur <strong>la</strong> voie de<br />

<strong>la</strong> réalisation <strong>des</strong> objectifs de 2015 – <strong>et</strong> l’objectif <strong>le</strong><br />

plus pressant de tous (voir Encadré sur <strong>la</strong> stratégie<br />

d’accélération, page 3).<br />

L’éducation pour tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong><br />

L’engagement de <strong>la</strong> communauté internationa<strong>le</strong> en<br />

faveur de l’éducation universel<strong>le</strong> a été énoncé pour<br />

<strong>la</strong> première fois <strong>dans</strong> <strong>la</strong> Déc<strong>la</strong>ration universel<strong>le</strong> <strong>des</strong><br />

droits de l’homme de 1948, puis renouvelé en 1989<br />

<strong>dans</strong> <strong>la</strong> Convention re<strong>la</strong>tive aux droits de l’enfant.<br />

En 1990, lors du Somm<strong>et</strong> mondial pour <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong>,<br />

<strong>le</strong>s dirigeants du <strong>monde</strong> non seu<strong>le</strong>ment se sont à<br />

nouveau engagés à donner aux fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> aux garçons<br />

une éducation de base de qualité, mais ont promis<br />

de s’attacher en particulier à réduire <strong>le</strong>s inégalités<br />

qui existaient depuis <strong>des</strong> décennies au niveau <strong>des</strong><br />

taux de sco<strong>la</strong>risation. En dépit de ces engagements,<br />

l’éducation universel<strong>le</strong> demeure un idéal <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

différences entre <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s garçons perdurent.<br />

La stratégie d’accélération :<br />

25 d’ici à 2005<br />

Pour <strong>le</strong>s 24 ministres de l’éducation <strong>et</strong><br />

d’autres personnalités éminentes de<br />

pays de l’Afrique de l’Ouest réunis<br />

récemment pour débattre <strong>des</strong> investissements<br />

<strong>le</strong>s plus efficaces pour inciter<br />

<strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong> <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s à se rendre à<br />

l’éco<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s avantages de l’éducation<br />

sont incontestab<strong>le</strong>s. Comme l’a<br />

observé un délégué de <strong>la</strong> Sierra Leone,<br />

« nous savons d’expérience que<br />

l’ignorance tue ».<br />

Ces ministres <strong>et</strong> spécialistes de<br />

l’éducation avaient été invités à<br />

Ouagadougou (Burkina Faso), par<br />

l’UNICEF <strong>et</strong> <strong>la</strong> Banque mondia<strong>le</strong> pour<br />

qu’ils s’engagent à nouveau à atteindre<br />

l’objectif de l’éducation pour tous, y<br />

compris <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s. Avant même qu’ils<br />

ne s’assoient à <strong>la</strong> tab<strong>le</strong> de conférence,<br />

une bonne partie <strong>des</strong> ministres<br />

avaient déjà signé <strong>la</strong> Déc<strong>la</strong>ration de<br />

Ouagadougou qui reconnaît l’impor-<br />

tance de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s pour <strong>le</strong><br />

développement de <strong>le</strong>ur pays, <strong>et</strong> qui<br />

demande aux gouvernements de s’engager<br />

à redoub<strong>le</strong>r d’efforts pour sco<strong>la</strong>riser<br />

autant de fil<strong>le</strong>s que de garçons.<br />

L’objectif ne sera pas faci<strong>le</strong> à réaliser<br />

<strong>dans</strong> une région où moins de 50 pour<br />

cent <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s vont à l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> où <strong>la</strong><br />

discrimination sexuel<strong>le</strong> est profondément<br />

enracinée <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s croyances<br />

socia<strong>le</strong>s <strong>et</strong> culturel<strong>le</strong>s. Plus grave<br />

encore, près de <strong>la</strong> moitié <strong>des</strong> pays de<br />

<strong>la</strong> région ont été ravagés ces dernières<br />

années par <strong>des</strong> conflits qui ont détruit<br />

<strong>le</strong>s infrastructures <strong>et</strong> plongé <strong>le</strong><br />

système éducatif <strong>dans</strong> <strong>la</strong> crise.<br />

Et pourtant, l’ambiance était à l’optimisme.<br />

L’échange d’expériences au<br />

cours de <strong>la</strong> réunion <strong>et</strong> <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s nombreux<br />

programmes ainsi que <strong>le</strong>s<br />

actions menées au niveau <strong>des</strong> communautés<br />

ont montré que <strong>des</strong> investisse-<br />

ments bien ciblés peuvent entraîner de<br />

véritab<strong>le</strong>s changements. Dans sa<br />

déc<strong>la</strong>ration de clôture, un <strong>des</strong> ministres<br />

s’est fait l’écho de beaucoup de ses<br />

collègues lorsqu’il a déc<strong>la</strong>ré : « Nous<br />

sommes capab<strong>le</strong>s d’y arriver ! Je vous<br />

<strong>le</strong> dis, nous allons comb<strong>le</strong>r <strong>le</strong> fossé<br />

entre <strong>le</strong>s sexes d’ici à 2005. »<br />

L’Objectif de développement pour <strong>le</strong><br />

Millénaire qui concerne <strong>la</strong> parité entre<br />

<strong>le</strong>s sexes <strong>dans</strong> l’enseignement primaire<br />

<strong>et</strong> secondaire est censé être<br />

atteint d’ici à 2005. Si l’on ne s’intéresse<br />

pas aux besoins <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s en<br />

particulier, on ne parviendra pas à<br />

atteindre l’objectif d’une éducation<br />

primaire universel<strong>le</strong> <strong>et</strong> c’est <strong>dans</strong> ce<br />

contexte que l’UNICEF a <strong>la</strong>ncé l’initiative<br />

25 d’ici à 2005. Le but n’est pas<br />

de remp<strong>la</strong>cer <strong>le</strong>s initiatives <strong>et</strong> efforts<br />

existants, mais de <strong>le</strong>s compléter <strong>et</strong> de<br />

<strong>le</strong>s renforcer pour progresser plus<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

3


La date de réalisation de l’objectif de <strong>la</strong> parité entre<br />

<strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong> <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s, fixée à 2005, est à rapprocher<br />

non seu<strong>le</strong>ment <strong>des</strong> Objectifs de développement<br />

pour <strong>le</strong> Millénaire, mais aussi <strong>des</strong> objectifs qui ont<br />

été proposés pour <strong>la</strong> première fois lors de <strong>la</strong><br />

Conférence mondia<strong>le</strong> sur l’éducation pour tous tenue<br />

à Jomtien (Thaï<strong>la</strong>nde) en 1990, puis réaffirmés lors<br />

du Forum mondial sur l’éducation tenu en 2000 à<br />

Dakar (Sénégal). Là aussi, l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s avait<br />

été jugée prioritaire : « La priorité absolue est de<br />

garantir l’accessibilité <strong>et</strong> d’améliorer <strong>la</strong> qualité de<br />

l’instruction pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s femmes, <strong>et</strong><br />

d’éliminer tout obstac<strong>le</strong> qui entrave <strong>le</strong>ur participation<br />

active 3 …»<br />

Ainsi, pendant plus de 10 ans, <strong>la</strong> campagne en<br />

faveur de l’éducation pour tous (EPT), dirigée par<br />

l’UNESCO, s’est donné pour mission à <strong>la</strong> fois de<br />

faire œuvre de sensibilisation <strong>et</strong> d’inciter à « <strong>la</strong> responsabilisation<br />

vis-à-vis <strong>des</strong> engagements pris 4 ».<br />

Par <strong>le</strong> biais de ses rapports de suivi, l’EPT évalue <strong>le</strong>s<br />

progrès annuels de chaque pays <strong>et</strong> soutient active-<br />

rapidement <strong>dans</strong> ce secteur de l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. La stratégie cherche à<br />

aider tous <strong>le</strong>s pays à éliminer <strong>la</strong> disparité<br />

entre sexes <strong>dans</strong> l’éducation d’ici à<br />

2005, en privilégiant 25 de ces pays<br />

considérés comme ayant <strong>le</strong> moins de<br />

chances d’atteindre l’objectif, y compris<br />

8 pays de l’Afrique de l’Ouest.<br />

Parmi <strong>le</strong>s 25 pays choisis, 10 comptent<br />

plus d’un million de fil<strong>le</strong>s n’al<strong>la</strong>nt pas à<br />

l’éco<strong>le</strong>, 8 ont un taux n<strong>et</strong> de sco<strong>la</strong>risation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s inférieur à 40 pour cent,<br />

<strong>et</strong> 13 ont un écart entre <strong>le</strong>s sexes de<br />

plus de 10 pour cent.<br />

Alors, que va-t-il se passer <strong>dans</strong> ces<br />

pays sé<strong>le</strong>ctionnés ? D’abord, l’UNICEF<br />

devra présenter <strong>des</strong> arguments<br />

convaincants en faveur de l’accélération<br />

aux niveaux national <strong>et</strong> local. Pour<br />

que l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s devienne une<br />

priorité urgente <strong>et</strong> nationa<strong>le</strong>, il faudra<br />

mobiliser <strong>le</strong> ou <strong>la</strong> dirigeant(e) du pays<br />

<strong>et</strong> faire de lui ou d’el<strong>le</strong> à <strong>la</strong> fois un partisan<br />

<strong>et</strong> un moteur du changement. Il<br />

importe éga<strong>le</strong>ment tout autant de<br />

convaincre <strong>le</strong>s chefs <strong>des</strong> communautés<br />

loca<strong>le</strong>s <strong>et</strong> d’utiliser <strong>le</strong>urs interventions<br />

pour promouvoir l’inscription <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s à l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur présence en<br />

c<strong>la</strong>sse. Ce<strong>la</strong> veut dire qu’il faut saisir<br />

toutes <strong>le</strong>s occasions qui perm<strong>et</strong>tent de<br />

se rapprocher de l’objectif, qu’il faut<br />

mobiliser l’enthousiasme <strong>et</strong> <strong>le</strong>s res-<br />

4<br />

RELANCER LE DÉVELOPPEMENT<br />

sources, <strong>et</strong> engager <strong>le</strong>s médias, <strong>le</strong> secteur<br />

privé, <strong>le</strong>s communautés loca<strong>le</strong>s de<br />

sorte que <strong>la</strong> nation tout entière se<br />

sente concernée par <strong>le</strong> problème <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s auxquel<strong>le</strong>s on refuse <strong>le</strong> droit à<br />

l’éducation.<br />

Deuxièmement, <strong>la</strong> question de l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s devra revêtir un caractère<br />

d’urgence, voire de première urgence.<br />

Les bureaux de pays interviendront<br />

ment <strong>le</strong>s politiques éducatives de nature à accroître<br />

<strong>le</strong>s taux d’inscription <strong>et</strong> de réussite sco<strong>la</strong>ires. L’EPT,<br />

<strong>dans</strong> son rapport de 2000, note que si 86 pays ont<br />

d’ores <strong>et</strong> déjà réalisé <strong>la</strong> parité entre fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> garçons<br />

au niveau de <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation <strong>dans</strong> l’enseignement<br />

primaire <strong>et</strong> si 36 autres semb<strong>le</strong>nt près d’atteindre c<strong>et</strong><br />

objectif, 31 pays, dont <strong>la</strong> majorité sont situés en<br />

Afrique subsaharienne, risquent fort de ne pas<br />

avoir atteint c<strong>et</strong> objectif en 2015 5 .<br />

Après Dakar, 13 organismes ont <strong>la</strong>ncé, <strong>dans</strong><br />

l’esprit de l’EPT, l’Initiative <strong>des</strong> Nations Unies pour<br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s (voir Repère 1) afin d’organiser<br />

une « campagne de longue durée pour améliorer<br />

l’accessibilité <strong>et</strong> <strong>la</strong> qualité de l’éducation <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s » qui se dérou<strong>le</strong> aux niveaux mondial <strong>et</strong><br />

national 6 (voir Encadré sur l’Égypte, page 19). C’est<br />

en sa qualité d’organisme chef de fi<strong>le</strong> pour c<strong>et</strong>te<br />

Initiative que l’UNICEF juge pressante <strong>la</strong> nécessité<br />

de réaliser en 2005 ou avant c<strong>et</strong> objectif de l’élimination<br />

<strong>des</strong> disparités entre <strong>le</strong>s sexes en matière<br />

d’éducation.<br />

pour localiser <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s non sco<strong>la</strong>risées<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>ur dispenser un enseignement. Le<br />

but est de m<strong>et</strong>tre au point une série<br />

d’interventions qui donneront <strong>des</strong><br />

résultats beaucoup plus rapi<strong>des</strong> que si<br />

l’on avait continué comme avant. Des<br />

proj<strong>et</strong>s pilotes ayant fait <strong>le</strong>ur preuve<br />

sur <strong>le</strong> p<strong>la</strong>n local seront é<strong>la</strong>rgis <strong>le</strong> plus<br />

possib<strong>le</strong>. On recrutera du personnel<br />

pour former <strong>des</strong> équipes qui n’épargneront<br />

aucun effort, <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s deux<br />

Les 25 pays ont été sé<strong>le</strong>ctionnés parce qu’ils répondaient tous à au moins un<br />

<strong>des</strong> critères suivants : faib<strong>le</strong> taux de sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s; différence d’au<br />

moins 10 pour cent <strong>dans</strong> <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> garçons <strong>et</strong> fil<strong>le</strong>s pour <strong>le</strong> cyc<strong>le</strong><br />

primaire; présence d’au moins un million de fil<strong>le</strong>s non sco<strong>la</strong>risées; bénéficiaires<br />

de l’Initiative de <strong>la</strong> Banque mondia<strong>le</strong> pour l’accélération de l’éducation<br />

pour tous; <strong>et</strong> frappés de p<strong>le</strong>in fou<strong>et</strong> par <strong>des</strong> crises qui affectent <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, comme <strong>le</strong> VIH/SIDA ou <strong>des</strong> conflits armés, entre autres.<br />

Afghanistan<br />

Bang<strong>la</strong><strong>des</strong>h<br />

Bénin<br />

Bhoutan<br />

Bolivie<br />

Burkina Faso<br />

République<br />

centrafricaine<br />

Tchad<br />

République démocratique<br />

du Congo<br />

Djibouti<br />

Érythrée<br />

Éthiopie<br />

Guinée<br />

Inde<br />

Ma<strong>la</strong>wi<br />

Mali<br />

Népal<br />

Nigéria<br />

Pakistan<br />

Papouasie-Nouvel<strong>le</strong>-<br />

Guinée<br />

Soudan<br />

Turquie<br />

République-Unie de<br />

Tanzanie<br />

Yémen<br />

Zambie


Ces engagements en faveur de l’éducation universel<strong>le</strong><br />

<strong>et</strong> de l’élimination <strong>des</strong> disparités entre sexes<br />

<strong>dans</strong> l’enseignement primaire <strong>et</strong> secondaire d’ici à<br />

2005 ont été renouvelés par <strong>le</strong>s chefs d’État ou de<br />

gouvernement qui se sont réunis en mai 2002 pour<br />

<strong>la</strong> Session extraordinaire de l’Assemblée généra<strong>le</strong><br />

<strong>des</strong> Nations Unies consacrée aux <strong>enfants</strong>. À c<strong>et</strong>te<br />

occasion, ils ont promis de donner à l’éducation<br />

pour tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> une p<strong>la</strong>ce essentiel<strong>le</strong> <strong>dans</strong> <strong>la</strong><br />

construction d’« Un <strong>monde</strong> digne <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> ».<br />

Bien que l’on s’occupe de <strong>la</strong> question depuis <strong>des</strong><br />

décennies, quelque 121 millions d’<strong>enfants</strong> ne vont<br />

pas à l’éco<strong>le</strong>; 65 millions de ces <strong>enfants</strong> sont <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s (voir Repère 2 sur <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> non sco<strong>la</strong>risés).<br />

Ils ne peuvent à aucun moment exercer <strong>le</strong>ur droit à<br />

une éducation de base, pour <strong>la</strong> bonne raison que <strong>le</strong>s<br />

pays n’instituent pas l’instruction primaire obligatoire,<br />

gratuite, accessib<strong>le</strong>, acceptab<strong>le</strong> <strong>et</strong> adaptab<strong>le</strong><br />

aux fil<strong>le</strong>s comme aux garçons 7 . Et <strong>des</strong> dizaines de<br />

pays se trouvent privés <strong>des</strong> ta<strong>le</strong>nts, de l’énergie <strong>et</strong><br />

de <strong>la</strong> créativité que ces millions d’<strong>enfants</strong> pourraient<br />

années à venir, pour sco<strong>la</strong>riser <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s.<br />

En ce qui concerne l’éducation, <strong>le</strong><br />

contexte culturel, <strong>le</strong> rô<strong>le</strong> <strong>des</strong> femmes<br />

<strong>et</strong> <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>dans</strong> <strong>la</strong> société, aucun de<br />

ces 25 pays ne se trouve <strong>dans</strong> une<br />

<strong>situation</strong> identique <strong>et</strong> ils devront donc<br />

tous adapter <strong>le</strong>ur programme accéléré<br />

au contexte qui <strong>le</strong>ur est propre. Il<br />

existe une vaste gamme de mesures<br />

pratiques à adopter <strong>et</strong> adapter. On peut<br />

par exemp<strong>le</strong> : organiser une rotation<br />

d’enseignants <strong>et</strong> d’élèves pour utiliser<br />

plus efficacement <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s qui existent;<br />

assurer <strong>la</strong> viabilité <strong>des</strong> p<strong>et</strong>ites<br />

éco<strong>le</strong>s en milieu rural en dispensant un<br />

enseignement de divers niveaux <strong>dans</strong><br />

une c<strong>la</strong>sse unique; ouvrir <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s<br />

sous <strong>des</strong> tentes ou <strong>des</strong> arbres en utilisant<br />

<strong>le</strong>s « éco<strong>le</strong>s <strong>dans</strong> une boîte »,<br />

ces équipements sco<strong>la</strong>ires que<br />

l’UNICEF donne <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s <strong>situation</strong>s<br />

d’urgence; s’assurer que <strong>le</strong>s autorités<br />

reconnaissent <strong>et</strong> approuvent <strong>le</strong>s types<br />

d’enseignement non traditionnels déjà<br />

en p<strong>la</strong>ce; enfin, fournir <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s<br />

mobi<strong>le</strong>s aux popu<strong>la</strong>tions vivant <strong>dans</strong><br />

<strong>des</strong> régions rura<strong>le</strong>s isolées <strong>et</strong> aux<br />

popu<strong>la</strong>tions noma<strong>des</strong>.<br />

La réussite de l’initiative « 25 d’ici à<br />

2005 » dépend en premier lieu de l’importance<br />

que lui accorderont <strong>le</strong>s gou-<br />

REPÈRE 1<br />

vernements nationaux. Le rô<strong>le</strong> de<br />

l’UNICEF consiste à escorter ces gouvernements<br />

sur <strong>la</strong> voie de <strong>la</strong> parité <strong>des</strong><br />

sexes en matière d’éducation. C’est<br />

une nouvel<strong>le</strong> stratégie qui va bien audelà<br />

du partenariat c<strong>la</strong>ssique. El<strong>le</strong><br />

reconnaît que <strong>le</strong>s gouvernements<br />

nationaux doivent prendre <strong>la</strong> tête <strong>des</strong><br />

efforts à consentir mais el<strong>le</strong> sait éga<strong>le</strong>ment<br />

qu’ils peuvent avoir besoin d’une<br />

aide qui dépasse l’apport de fonds<br />

ou <strong>le</strong> simp<strong>le</strong> contrô<strong>le</strong> <strong>des</strong> progrès<br />

accomplis. Escorter un pays <strong>dans</strong> ce<br />

contexte, ce<strong>la</strong> signifie qu’il faut lui<br />

consentir une aide « tous azimuts ».<br />

Ce<strong>la</strong> implique une présence contre<br />

vents <strong>et</strong> marées, sans chercher toutefois<br />

à se mê<strong>le</strong>r de tout <strong>et</strong> à tout dicter.<br />

Ce<strong>la</strong> signifie qu’il faut partager <strong>le</strong>s<br />

objectifs du pays, approuver sa vision<br />

même, tout en soutenant <strong>le</strong>s changements<br />

lorsqu’ils sont nécessaires. Ce<strong>la</strong><br />

signifie qu’il faut s’engager <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s<br />

décisions au « jour <strong>le</strong> jour » <strong>et</strong> aider à<br />

résoudre <strong>le</strong>s problèmes auxquels <strong>le</strong>s<br />

responsab<strong>le</strong>s nationaux <strong>et</strong> <strong>le</strong>s communautés<br />

loca<strong>le</strong>s ne manqueront pas de<br />

se heurter au cours du voyage. Ce<strong>la</strong><br />

signifie qu’il faut accompagner <strong>le</strong> pays<br />

jusqu’à sa <strong>des</strong>tination fina<strong>le</strong>.<br />

L’INITIATIVE DES NATIONS UNIES<br />

POUR L’ÉDUCATION DES FILLES<br />

1. Banque mondia<strong>le</strong><br />

2. Division de <strong>la</strong> promotion de <strong>la</strong> femme du<br />

Département <strong>des</strong> affaires économiques <strong>et</strong> socia<strong>le</strong>s<br />

3. Fonds de développement <strong>des</strong> Nations Unies pour<br />

<strong>la</strong> femme<br />

4. Fonds <strong>des</strong> Nations Unies pour <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion<br />

5. Fonds <strong>des</strong> Nations Unies pour l’enfance<br />

6. Groupe <strong>des</strong> Nations Unies pour <strong>le</strong> développement<br />

7. Haut Commissariat <strong>des</strong> Nations Unies pour <strong>le</strong>s<br />

réfugiés<br />

8. Organisation <strong>des</strong> Nations Unies pour l’éducation,<br />

<strong>la</strong> science <strong>et</strong> <strong>la</strong> culture<br />

9. Organisation mondia<strong>le</strong> de <strong>la</strong> Santé<br />

10. Organisation internationa<strong>le</strong> du Travail<br />

11. Programme alimentaire mondial<br />

12. Programme commun <strong>des</strong> Nations Unies sur<br />

<strong>le</strong> VIH/SIDA<br />

13. Programme <strong>des</strong> Nations Unies pour <strong>le</strong><br />

développement<br />

Si l’on investit<br />

aujourd’hui <strong>dans</strong><br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

(…) il devient possib<strong>le</strong><br />

de protéger <strong>le</strong> droit de<br />

tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> à une<br />

éducation de qualité <strong>et</strong><br />

(…) de hâter <strong>la</strong><br />

réalisation de tous <strong>le</strong>s<br />

autres objectifs de<br />

développement.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

5


FIGURE 1 OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT POUR LE MILLÉNAIRE – PROJECTIONS<br />

Si l’on n’accélère pas <strong>le</strong> rythme du progrès, il faudra plus de 100 ans à certaines régions<br />

pour atteindre quelques-uns <strong>des</strong> Objectifs de développement pour <strong>le</strong> Millénaire.<br />

6 RELANCER LE DÉVELOPPEMENT


m<strong>et</strong>tre au service du développement de <strong>la</strong> société<br />

<strong>dans</strong> <strong>la</strong>quel<strong>le</strong> ils vivent. (Voir Figure 2, Évolution <strong>des</strong><br />

disparités entre <strong>le</strong>s sexes.)<br />

Les conséquences de c<strong>et</strong> échec<br />

Considérez un moment <strong>le</strong> cas d’une fil<strong>le</strong>tte de neuf<br />

ans qui se voit actuel<strong>le</strong>ment refuser <strong>le</strong> droit à l’éducation.<br />

Ceux qui sont chargés d’atteindre l’objectif de<br />

parité entre <strong>le</strong>s sexes en 2005 peuvent estimer que<br />

<strong>le</strong>s deux ans restant à courir jusqu’à <strong>la</strong> fin de c<strong>et</strong>te<br />

année-là sont un <strong>la</strong>ps de temps très court. Il peut<br />

<strong>le</strong>ur semb<strong>le</strong>r raisonnab<strong>le</strong> de se faire à l’idée que c<strong>et</strong><br />

REPÈRE 2<br />

121 MILLIONS D’ENFANTS NE VONT PAS À L’ÉCOLE<br />

65 MILLIONS DE FILLES, 56 MILLIONS DE GARÇONS<br />

Certains rapports récents affirment que 104 millions d’<strong>enfants</strong><br />

en âge d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> primaire ne sont pas sco<strong>la</strong>risés,<br />

d’autres par<strong>le</strong>nt de 115 millions. L’UNICEF, lui, estime<br />

que <strong>le</strong> nombre est encore plus é<strong>le</strong>vé : 121 millions. La<br />

plupart de ces <strong>enfants</strong> sont <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s.<br />

Comment expliquer ces différences ?<br />

Dans certains pays, on calcu<strong>le</strong> <strong>le</strong> nombre d’<strong>enfants</strong> non<br />

sco<strong>la</strong>risés en soustrayant au nombre total d’<strong>enfants</strong> du<br />

pays en âge d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> primaire <strong>le</strong> nombre d’<strong>enfants</strong><br />

inscrits. Le raisonnement semb<strong>le</strong> al<strong>le</strong>r de soi mais ce<br />

n’est pas si simp<strong>le</strong>.<br />

1. Dans certains pays, en particulier ceux qui n’ont pas de<br />

système d’enregistrement <strong>des</strong> naissances, <strong>la</strong> détermination<br />

de l’âge de l’enfant peut aboutir à un résultat<br />

approximatif.<br />

2. Dans d’autres, il se peut que <strong>le</strong> nombre d’<strong>enfants</strong><br />

inscrits soit surestimé, souvent pour <strong>des</strong> raisons<br />

financières.<br />

3. Dans plusieurs pays, en particuliers ceux qui se situent<br />

<strong>dans</strong> <strong>des</strong> régions de conflit, il est diffici<strong>le</strong> d’obtenir <strong>des</strong><br />

données démographiques récentes <strong>et</strong> exactes sur <strong>le</strong><br />

nombre d’<strong>enfants</strong> en âge d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong>.<br />

4. Et fina<strong>le</strong>ment, <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> qui sont inscrits à l’éco<strong>le</strong> n’y<br />

vont pas toujours : il se peut qu’ils abandonnent l’éco<strong>le</strong><br />

parce qu’ils sont ma<strong>la</strong><strong>des</strong>, ou pour s’occuper de<br />

parents ou frères <strong>et</strong> sœurs ma<strong>la</strong><strong>des</strong>, ou encore pour<br />

travail<strong>le</strong>r <strong>et</strong> aider <strong>le</strong>ur famil<strong>le</strong> démunie à survivre.<br />

C’est pour c<strong>et</strong>te dernière raison que nous avons commencé<br />

d’utiliser <strong>des</strong> enquêtes auprès <strong>des</strong> ménages – en<br />

demandant aux personnes qui s’occupent d’<strong>enfants</strong> ou<br />

aux mères, si <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> al<strong>la</strong>ient à l’éco<strong>le</strong>. Là encore, il<br />

est diffici<strong>le</strong> d’être précis : d’abord parce que <strong>le</strong> nombre<br />

objectif est impossib<strong>le</strong> <strong>et</strong> de s’accommoder d’une<br />

amélioration limitée de <strong>la</strong> <strong>situation</strong>.<br />

Mais pour c<strong>et</strong>te fil<strong>le</strong>tte, <strong>le</strong>s deux années qui viennent<br />

sont vita<strong>le</strong>s <strong>et</strong> irremp<strong>la</strong>çab<strong>le</strong>s. Quand el<strong>le</strong> <strong>le</strong>s<br />

aura perdues, personne ne viendra <strong>le</strong>s lui rendre.<br />

L’éco<strong>le</strong> transformera sa vie. L’instruction qu’el<strong>le</strong> y<br />

recevra lui donnera une meil<strong>le</strong>ure conscience de<br />

ses capacités <strong>et</strong> développera son assurance, ses<br />

aptitu<strong>des</strong> à <strong>la</strong> vie en société <strong>et</strong> à <strong>la</strong> négociation,<br />

sa capacité de gain <strong>et</strong> cel<strong>le</strong> de se protéger contre<br />

<strong>la</strong> vio<strong>le</strong>nce <strong>et</strong> <strong>la</strong> ma<strong>la</strong>die. L’éducation lui ouvrira<br />

<strong>le</strong>s portes du <strong>monde</strong>.<br />

total d’<strong>enfants</strong> en âge d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> est quelquefois<br />

diffici<strong>le</strong> à obtenir; <strong>et</strong> ensuite parce que ce<strong>la</strong> dépend de<br />

l’exactitude <strong>des</strong> données fournies par <strong>le</strong>s mères <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

personnes qui s’occupent <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>, alors que beaucoup<br />

d’entre el<strong>le</strong>s hésitent à dire qu’el<strong>le</strong>s n’envoient pas<br />

<strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> à l’éco<strong>le</strong>. Ces enquêtes sont néanmoins plus<br />

appropriées <strong>et</strong> perm<strong>et</strong>tent souvent de calcu<strong>le</strong>r <strong>le</strong> plus<br />

exactement possib<strong>le</strong> <strong>le</strong> nombre d’<strong>enfants</strong> sco<strong>la</strong>risés.<br />

Ce que fait l’UNICEF<br />

L’UNICEF se sert <strong>des</strong> données sur <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation <strong>dans</strong> <strong>la</strong><br />

plupart <strong>des</strong> pays <strong>et</strong> <strong>des</strong> données provenant d’enquêtes<br />

lorsqu’il n’existe pas de données sur <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation ou si<br />

ces données sont plus anciennes que <strong>le</strong>s données de<br />

l’enquête. Ce<strong>la</strong> signifie que nos métho<strong>des</strong> peuvent varier<br />

d’un pays à l’autre <strong>et</strong> que nos chiffres peuvent être différents<br />

de ceux d’autres institutions <strong>et</strong> organisations. La<br />

principa<strong>le</strong> différence entre nos chiffres sur <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> non<br />

sco<strong>la</strong>risés <strong>et</strong> ceux calculés par d’autres institutions s’explique<br />

par <strong>le</strong> fait que nous tenons compte de <strong>la</strong> présence<br />

en c<strong>la</strong>sse.<br />

Pourquoi se servir de métho<strong>des</strong><br />

différentes ?<br />

Parce que <strong>la</strong> col<strong>le</strong>cte de données n’est pas toujours<br />

uniforme, que <strong>le</strong> recensement est souvent approximatif<br />

<strong>et</strong> que, trop souvent, <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> ne sont pas comptés<br />

<strong>et</strong> disparaissent, sans que personne ne <strong>le</strong> remarque, en<br />

marge de <strong>la</strong> société. Voilà pourquoi nous ne prendrons<br />

pas <strong>le</strong> risque de nous appuyer sur une seu<strong>le</strong> méthode<br />

pour recenser tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong>, qu’ils soient à l’éco<strong>le</strong><br />

ou non. En nous servant de plusieurs métho<strong>des</strong> –<br />

basées sur l’inscription <strong>et</strong> <strong>la</strong> fréquentation – nous nous<br />

rapprochons du véritab<strong>le</strong> nombre d’<strong>enfants</strong> à qui l’on<br />

refuse <strong>le</strong> droit à l’éducation <strong>et</strong> qui ont donc besoin de<br />

notre intervention.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

7


Mais si <strong>le</strong>s portes de l’éco<strong>le</strong> demeurent closes pour<br />

c<strong>et</strong>te p<strong>et</strong>ite fil<strong>le</strong>, <strong>le</strong> fossé entre el<strong>le</strong> <strong>et</strong> <strong>la</strong> femme<br />

qu’el<strong>le</strong> aurait pu devenir se creusera un peu plus<br />

chaque mois. Une fois qu’el<strong>le</strong> aura manqué l’occasion<br />

d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> primaire, il lui sera impossib<strong>le</strong><br />

d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> secondaire <strong>et</strong> au-delà. Le tribut à<br />

payer pour <strong>la</strong> perte de deux années d’éco<strong>le</strong> est très<br />

lourd pour n’importe quel enfant, mais il l’est encore<br />

plus pour une fil<strong>le</strong> – <strong>et</strong> il sera payé non seu<strong>le</strong>ment<br />

par <strong>la</strong> fil<strong>le</strong>tte el<strong>le</strong>-même, mais aussi par sa famil<strong>le</strong>,<br />

par <strong>la</strong> société où el<strong>le</strong> vit, par son pays.<br />

Les répercussions de <strong>la</strong> non-sco<strong>la</strong>risation sont plus<br />

graves pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s que pour <strong>le</strong>s garçons – <strong>et</strong> el<strong>le</strong>s<br />

touchent <strong>la</strong> génération suivante de garçons comme<br />

de fil<strong>le</strong>s. Instruites ou non, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s sont plus exposées<br />

que <strong>le</strong>s garçons au VIH/SIDA, à l’exploitation<br />

sexuel<strong>le</strong> <strong>et</strong> à <strong>la</strong> traite d’<strong>enfants</strong>. Pour <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong><br />

dépourvus <strong>des</strong> connaissances <strong>et</strong> <strong>des</strong> compétences<br />

pratiques essentiel<strong>le</strong>s que l’éco<strong>le</strong> peut fournir, ces<br />

risques sont décuplés. Il s’ensuit que l’éco<strong>le</strong> représente<br />

pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur famil<strong>le</strong> une multiplicité<br />

Adopter une<br />

démarche qui<br />

repose sur <strong>le</strong>s<br />

droits de<br />

l'homme pour<br />

faire en sorte que<br />

toutes <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s<br />

soient instruites,<br />

ce<strong>la</strong> signifie que<br />

<strong>la</strong> communauté<br />

internationa<strong>le</strong><br />

doit résoudre <strong>le</strong><br />

problème de <strong>la</strong><br />

discrimination<br />

sexuel<strong>le</strong>.<br />

Ci-contre, deux<br />

écolières<br />

d’El Salvador.<br />

8<br />

de garanties <strong>et</strong> que <strong>la</strong> non-sco<strong>la</strong>risation implique<br />

l’exposition à <strong>des</strong> risques multip<strong>le</strong>s.<br />

Les raisons de l’exclusion<br />

Pourquoi <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s sont-el<strong>le</strong>s systématiquement<br />

empêchées d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s femmes exclues de<br />

l’activité politique <strong>et</strong> certains pays distancés par<br />

d’autres dont <strong>le</strong> développement est plus dynamique ?<br />

Les réponses à ces questions, résumées ici <strong>et</strong> données<br />

tout au long du présent rapport, sont liées entre el<strong>le</strong>s.<br />

Responsabilité non assumée. L’éducation est trop<br />

souvent considérée non comme un droit appartenant<br />

à chaque enfant, mais simp<strong>le</strong>ment comme une<br />

« bonne chose » pour <strong>la</strong> plupart <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>. Par<br />

conséquent, un pays jugera souhaitab<strong>le</strong> de sco<strong>la</strong>riser<br />

autant d’<strong>enfants</strong> que ses finances <strong>le</strong> lui perm<strong>et</strong>tent,<br />

mais il ne se sentira pas tenu de mobiliser <strong>le</strong>s ressources<br />

nécessaires pour que tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> puissent<br />

recevoir une éducation de qualité <strong>et</strong> mener à<br />

terme <strong>le</strong>ur sco<strong>la</strong>rité.


© UNICEF/HQ97-0767/Nancy McGirr<br />

Souvent, <strong>le</strong>s parents ne se rendent pas compte qu’il<br />

incombe au gouvernement de m<strong>et</strong>tre l’instruction à<br />

<strong>la</strong> disposition de tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> <strong>et</strong> ils jugent, pour<br />

une raison ou pour une autre, que si <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> ne<br />

vont pas à l’éco<strong>le</strong>, c’est de <strong>le</strong>ur faute. Il est rare qu’ils<br />

exigent du gouvernement qu’il remplisse c<strong>et</strong>te obligation<br />

fondamenta<strong>le</strong> envers <strong>le</strong>s plus jeunes de ses<br />

citoyens.<br />

L’éducation fait <strong>le</strong>s frais <strong>des</strong> pressions concurrentes<br />

s’exerçant sur <strong>le</strong>s ressources publiques <strong>et</strong> <strong>la</strong> volonté<br />

politique. En période de compressions budgétaires<br />

ou de crises socia<strong>le</strong>s, comme cel<strong>le</strong>s que provoquent<br />

<strong>le</strong> VIH/SIDA <strong>et</strong> <strong>le</strong>s bou<strong>le</strong>versements qui accompagnent<br />

<strong>le</strong>s conflits vio<strong>le</strong>nts ou <strong>le</strong>s catastrophes naturel<strong>le</strong>s,<br />

il est faci<strong>le</strong> de sacrifier l’éducation de certains<br />

<strong>enfants</strong>.<br />

Et <strong>la</strong> discrimination fondée sur <strong>le</strong> sexe, tenace <strong>et</strong><br />

pourtant souvent imperceptib<strong>le</strong>, omniprésente <strong>dans</strong><br />

<strong>la</strong> plupart <strong>des</strong> sociétés, fait que, lorsque <strong>le</strong>s temps<br />

sont diffici<strong>le</strong>s, ce sont <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s que l’on sacrifie en<br />

ENCADRÉ 2<br />

Éducation, droits <strong>et</strong><br />

responsabilités<br />

Máximo Quispe Gutiérrez, un veuf de<br />

62 ans, vit à Cochas (Pérou), avec ses<br />

huit <strong>enfants</strong>. Il exploite un p<strong>et</strong>it coin<br />

de terre, élève quelques têtes de bétail<br />

<strong>et</strong> il est bien décidé à ce que ses fils<br />

<strong>et</strong> ses fil<strong>le</strong>s bénéficient d’une éducation<br />

– quels que soient <strong>le</strong>s obstac<strong>le</strong>s<br />

à franchir.<br />

« Tout <strong>le</strong> <strong>monde</strong> m’a dit de ne pas<br />

envoyer mes <strong>enfants</strong> à l’éco<strong>le</strong>, <strong>et</strong><br />

surtout pas <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s, » dit-il. « Ils m’ont<br />

conseillé de n’inscrire que <strong>le</strong>s garçons<br />

<strong>le</strong>s plus jeunes. Les plus âgés doivent<br />

m’aider aux champs, car je suis<br />

vieux. »<br />

Le proj<strong>et</strong> Punkukunata Kichaspa (voir<br />

page 88, Ouvrir <strong>le</strong>s portes de l’éducation<br />

aux fil<strong>le</strong>s), <strong>la</strong>ncé par <strong>le</strong> Ministère de<br />

l’éducation, USAID <strong>et</strong> l’UNICEF en<br />

octobre 1999, aide M. Gutiérrez à<br />

réaliser son rêve de faire profiter tous<br />

ses <strong>enfants</strong> d’une éducation. Il s’agit<br />

d’un proj<strong>et</strong> basé sur <strong>la</strong> communauté,<br />

qui rep<strong>la</strong>ce <strong>le</strong>s engagements pris au<br />

niveau mondial — <strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre <strong>des</strong><br />

Objectifs de développement pour <strong>le</strong><br />

Millénaire, d’éco<strong>le</strong> universel<strong>le</strong> <strong>et</strong><br />

d’Éducation pour tous – à l’échelon<br />

local.<br />

Avant l’arrivée de Punkukunata<br />

Kichaspa <strong>dans</strong> son vil<strong>la</strong>ge, M. Gutiérrez<br />

pensait que ses <strong>enfants</strong> seraient analphabètes<br />

comme lui. La vie semb<strong>la</strong>it<br />

toute tracée pour <strong>la</strong> génération suivante.<br />

Son fils aîné, Máximo, 16 ans, se<br />

chargeait <strong>des</strong> bêtes <strong>et</strong> ses trois autres<br />

fils aidaient aux champs. Les trois fil<strong>le</strong>s<br />

<strong>le</strong>s plus âgées s’occupaient de <strong>la</strong> maison,<br />

préparaient <strong>le</strong>s repas <strong>et</strong> prenaient<br />

soin de Liza, <strong>la</strong> p<strong>et</strong>ite dernière.<br />

« Des gens du proj<strong>et</strong> Punkukunata<br />

Kichaspa sont venus <strong>dans</strong> <strong>la</strong> commu-<br />

premier : ce sont <strong>le</strong>s dernières inscrites à l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong><br />

<strong>le</strong>s premières à en être r<strong>et</strong>irées.<br />

Incompréhension. Les principes re<strong>la</strong>tifs aux droits de<br />

l’homme n’ont pas été incorporés <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s programmes<br />

de développement économique, <strong>et</strong> l’objectif<br />

ultime du développement – <strong>le</strong> bien-être de<br />

l’homme, non <strong>le</strong>s résultats économiques – a été<br />

perdu de vue. Les personnes qui sont <strong>le</strong>s plus marginalisées<br />

– <strong>le</strong>s femmes, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s pauvres – sont<br />

éga<strong>le</strong>ment <strong>le</strong>s plus pénalisées. Consignée nul<strong>le</strong> part,<br />

c<strong>et</strong>te forme de discrimination <strong>la</strong>isse <strong>le</strong>s droits <strong>des</strong><br />

marginalisés bien éloignés <strong>des</strong> préoccupations <strong>des</strong><br />

responsab<strong>le</strong>s du développement.<br />

En outre, <strong>la</strong> contribution que <strong>le</strong>s femmes instruites<br />

peuvent apporter au développement d’un pays quel<br />

qu’il soit est encore loin d’être admise de tous. En<br />

dépit <strong>des</strong> preuves scientifiques, <strong>le</strong>s milieux chargés<br />

d’é<strong>la</strong>borer <strong>le</strong>s politiques voient rarement <strong>dans</strong> l’instruction<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s un moyen de garantir <strong>le</strong> progrès<br />

social. En conséquence, l’investissement <strong>dans</strong> l’édu-<br />

nauté <strong>et</strong> ils nous ont dit que c’était très<br />

important d’envoyer <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s à l’éco<strong>le</strong><br />

<strong>et</strong> que c’était injuste qu’el<strong>le</strong>s s’occupent<br />

simp<strong>le</strong>ment <strong>des</strong> travaux du<br />

ménage », a dit M. Gutiérrez. « Je vais<br />

inscrire mes huit <strong>enfants</strong> à l’éco<strong>le</strong>. Ils<br />

ont dit que l’âge n’avait pas d’importance,<br />

ils peuvent tous y al<strong>le</strong>r. »<br />

Une approche de<br />

l’éducation basée sur<br />

<strong>le</strong>s droits de l’homme<br />

Avec Punkukunata Kichaspa, ce sont<br />

<strong>le</strong>s droits <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> qui deviennent<br />

réalité. Ce proj<strong>et</strong> réunit <strong>le</strong>s titu<strong>la</strong>ires de<br />

droits – <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> – <strong>et</strong> ceux à qui<br />

incombent <strong>le</strong>s responsabilités en<br />

matière d’éducation – <strong>le</strong>s parents, <strong>le</strong>s<br />

communautés, <strong>le</strong>s pouvoirs publics aux<br />

niveaux national <strong>et</strong> local, <strong>le</strong>s organisations<br />

internationa<strong>le</strong>s – <strong>et</strong> tous ces<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

9


cation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s est souvent <strong>la</strong>issé de côté <strong>dans</strong> <strong>la</strong><br />

négociation <strong>des</strong> décisions budgétaires.<br />

Incapacité théorique. Traditionnel<strong>le</strong>ment, <strong>le</strong>s conceptions<br />

prédominantes du développement <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

mécanismes de son financement ont été orientées<br />

sur <strong>des</strong> moteurs de développement à composante<br />

unique, <strong>la</strong> croissance économique <strong>et</strong> l’ajustement<br />

structurel, qui sous-estiment <strong>la</strong> va<strong>le</strong>ur du développement<br />

social, de l’éducation en général <strong>et</strong> de l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s en particulier. Les tenants de ces<br />

conceptions ne commencent pas par calcu<strong>le</strong>r <strong>le</strong>s<br />

ressources qui sont nécessaires pour financer l’éducation,<br />

<strong>la</strong> santé, <strong>la</strong> nutrition <strong>et</strong> <strong>le</strong> logement <strong>des</strong><br />

<strong>enfants</strong>. Ils ne se demandent jamais comment trouver<br />

<strong>le</strong>s ressources nécessaires sans déstabiliser <strong>le</strong>s<br />

paramètres macroéconomiques. Ils commencent par<br />

définir ces paramètres macroéconomiques, n’accordant<br />

qu’une p<strong>la</strong>ce tout à fait anecdotique, <strong>dans</strong> <strong>le</strong>ur<br />

réf<strong>le</strong>xion, aux ressources <strong>des</strong>tinées aux investissements<br />

axés sur <strong>le</strong>s individus, y compris <strong>le</strong>s investissements<br />

en faveur de l’égalité <strong>des</strong> sexes.<br />

acteurs ont chacun un rô<strong>le</strong> à jouer, un<br />

rô<strong>le</strong> qui lui est propre; ensemb<strong>le</strong>, ils<br />

partagent <strong>la</strong> responsabilité de faire tout<br />

<strong>le</strong>ur possib<strong>le</strong> pour garantir que chaque<br />

enfant de Cochas réussisse à l’éco<strong>le</strong>.<br />

Mais Punkukunata Kichaspa ne se<br />

limite pas à garantir que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s aient<br />

accès à l’éco<strong>le</strong>. Ce proj<strong>et</strong> s’intéresse<br />

aussi à tous <strong>le</strong>s facteurs, que ce soit à<br />

<strong>la</strong> maison ou <strong>dans</strong> <strong>le</strong>ur communauté,<br />

qui perm<strong>et</strong>tent aux fil<strong>le</strong>s, comme aux<br />

garçons, d’al<strong>le</strong>r régulièrement à l’éco<strong>le</strong>,<br />

d’atteindre un certain niveau de formation<br />

<strong>et</strong> d’acquérir un ensemb<strong>le</strong> de<br />

connaissances spécifiques.<br />

Le proj<strong>et</strong> Punkukunata Kichaspa<br />

enseigne aux famil<strong>le</strong>s de bonnes pratiques<br />

en matière d’éducation <strong>des</strong><br />

<strong>enfants</strong>; il encourage un enseignement<br />

prodigué aux fil<strong>le</strong>s dès <strong>le</strong> plus jeune<br />

âge, il cherche à convaincre <strong>le</strong>s famil<strong>le</strong>s<br />

d’envoyer <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> à l’éco<strong>le</strong> primaire<br />

en temps voulu, <strong>et</strong> il favorise un<br />

enseignement de meil<strong>le</strong>ure qualité.<br />

L’engagement de <strong>la</strong> communauté est à<br />

<strong>la</strong> base de c<strong>et</strong>te formu<strong>le</strong>. Des comités<br />

locaux, consacrés à l’enseignement, à<br />

l’éco<strong>le</strong> maternel<strong>le</strong>, aux ado<strong>le</strong>scents ou à<br />

l’alphabétisation par exemp<strong>le</strong>, assurent<br />

un suivi du proj<strong>et</strong> <strong>et</strong> é<strong>la</strong>borent <strong>des</strong> p<strong>la</strong>ns<br />

d’action visant à atteindre <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong><br />

qui ne vont pas à l’éco<strong>le</strong>. Les ado<strong>le</strong>s-<br />

10 RELANCER LE DÉVELOPPEMENT<br />

cents, <strong>le</strong>s femmes <strong>et</strong> <strong>le</strong>s grands-parents<br />

participent tous à <strong>la</strong> recherche d’informations,<br />

en quechua <strong>et</strong> en espagnol,<br />

sur <strong>le</strong>s traditions, <strong>le</strong>s fêtes, <strong>le</strong>s récits<br />

folkloriques <strong>et</strong> <strong>le</strong>s rec<strong>et</strong>tes, <strong>et</strong> ils procèdent<br />

à <strong>des</strong> échanges avec <strong>le</strong>s communautés<br />

voisines.<br />

Des responsabilités en<br />

cascade<br />

Aucun individu, aucun gouvernement<br />

ne peut garantir que tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong><br />

réaliseront <strong>le</strong>ur droit à un enseignement<br />

primaire de qualité. Pour que ce<br />

droit se concrétise p<strong>le</strong>inement, il faudra<br />

éliminer tout ce qui entrave l’accès à<br />

l’éco<strong>le</strong> primaire, à l’assiduité, à l’obtention<br />

de bons résultats <strong>et</strong> à l’achèvement<br />

du cyc<strong>le</strong> d’enseignement, <strong>et</strong> faire<br />

cesser toutes <strong>le</strong>s discriminations <strong>dans</strong><br />

ces quatre domaines, notamment<br />

cel<strong>le</strong>s liées au sexe.<br />

Mais, pour éliminer <strong>le</strong>s obstac<strong>le</strong>s <strong>et</strong><br />

m<strong>et</strong>tre fin aux discriminations, deux<br />

groupes – <strong>le</strong>s titu<strong>la</strong>ires de droits <strong>et</strong><br />

ceux à qui incombe <strong>la</strong> réalisation de<br />

ces droits – devront tenir <strong>le</strong>ur rô<strong>le</strong>. Les<br />

titu<strong>la</strong>ires de droits comprennent tous<br />

ceux qui n’ont pas eu d’instruction, que<br />

ce soient <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>, <strong>des</strong> jeunes ou<br />

<strong>des</strong> adultes. Parmi <strong>le</strong>s autres, ceux qui<br />

Un autre élément tout aussi important mérite<br />

d’être signalé : <strong>le</strong>s théories du développement ont<br />

<strong>dans</strong> l’ensemb<strong>le</strong> éludé <strong>la</strong> question du lien inégal<br />

entre <strong>le</strong>s hommes <strong>et</strong> <strong>le</strong>s femmes <strong>et</strong> n’ont pas pris<br />

en considération ce que <strong>le</strong>s femmes étaient capab<strong>le</strong>s<br />

d’apporter, <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s secteurs privé <strong>et</strong> public, au<br />

développement de <strong>le</strong>ur pays. C’est <strong>la</strong> raison pour<br />

<strong>la</strong>quel<strong>le</strong> <strong>le</strong>s questions qui concernent <strong>le</strong>s femmes<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s n’apparaissent pratiquement jamais<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong>s théories, politiques <strong>et</strong> pratiques de<br />

développement.<br />

Incapacité stratégique. Même chez ceux qui sont<br />

tout acquis à l’objectif de l’Éducation pour tous, on<br />

relève souvent une conception toute c<strong>la</strong>ssique qui ne<br />

prend en considération, pour cerner <strong>le</strong>s problèmes <strong>et</strong><br />

<strong>le</strong>ur trouver <strong>des</strong> solutions, que <strong>le</strong> secteur de l’éducation.<br />

Ce<strong>la</strong> débouche souvent sur <strong>des</strong> politiques <strong>et</strong><br />

programmes étroitement circonscrits à un thème<br />

unique, alors que c’est une approche multisectoriel<strong>le</strong><br />

qu’il faut m<strong>et</strong>tre en œuvre pour <strong>le</strong>ver <strong>le</strong>s obstac<strong>le</strong>s<br />

empêchant <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong>.<br />

doivent veil<strong>le</strong>r à <strong>la</strong> réalisation de ces<br />

droits, figurent <strong>la</strong> communauté internationa<strong>le</strong>,<br />

ainsi que toute une hiérarchie<br />

de responsab<strong>le</strong>s avec <strong>des</strong> rô<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

niveaux de responsabilité différents :<br />

<strong>le</strong>s parents, toutes <strong>le</strong>s personnes<br />

vivant sous <strong>le</strong> même toit <strong>et</strong> <strong>le</strong>s communautés;<br />

<strong>le</strong>s enseignants <strong>et</strong> <strong>le</strong>s responsab<strong>le</strong>s<br />

de l’administration <strong>des</strong><br />

éco<strong>le</strong>s; <strong>le</strong>s p<strong>la</strong>nificateurs <strong>et</strong> <strong>le</strong>s administrateurs;<br />

<strong>le</strong>s pouvoirs publics aux<br />

niveaux national <strong>et</strong> local; <strong>le</strong>s organisations<br />

non gouvernementa<strong>le</strong>s <strong>et</strong> cel<strong>le</strong>s<br />

de <strong>la</strong> société civi<strong>le</strong>.<br />

Les deux groupes ont chacun besoin<br />

d’être soutenus, lorsqu’ils tentent de<br />

remplir <strong>le</strong>ur mission de protection du<br />

droit <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>. Les parents pauvres,<br />

par exemp<strong>le</strong>, peuvent avoir du mal à<br />

libérer <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> <strong>des</strong> corvées<br />

domestiques ou à <strong>le</strong>s dispenser <strong>des</strong><br />

activités générant <strong>des</strong> revenus, pour<br />

qu’ils ail<strong>le</strong>nt à l’éco<strong>le</strong>. Ils peuvent avoir<br />

<strong>des</strong> difficultés à s’acquitter <strong>des</strong> frais de<br />

sco<strong>la</strong>rité, année après année. Les<br />

pouvoirs publics doivent <strong>le</strong>s aider à<br />

faire face à <strong>le</strong>urs responsabilités,<br />

notamment en supprimant tous <strong>le</strong>s<br />

frais de sco<strong>la</strong>rité.<br />

Autre exemp<strong>le</strong> : <strong>le</strong>s enseignants <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

responsab<strong>le</strong>s de l’administration <strong>des</strong><br />

éco<strong>le</strong>s doivent disposer du niveau de


Les conceptions traditionnel<strong>le</strong>s tiennent rarement<br />

compte <strong>des</strong> questions liées aux spécificités <strong>des</strong><br />

sexes qui ont une incidence sur <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong><br />

<strong>enfants</strong>, <strong>des</strong> questions sou<strong>le</strong>vées par <strong>le</strong>s différences<br />

de besoins entre <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s garçons, <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

inégalités observées au niveau de <strong>le</strong>urs rô<strong>le</strong>s, de<br />

<strong>le</strong>urs responsabilités <strong>et</strong> de <strong>le</strong>ur identité. Si l’on ne<br />

prend pas conscience de ces différences, <strong>le</strong>s politiques<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>s pratiques éducatives ne peuvent être<br />

qu’indifférentes aux spécificités <strong>des</strong> sexes, alors<br />

qu’el<strong>le</strong>s devraient en tenir compte. En pareil cas, <strong>le</strong><br />

comportement <strong>et</strong> <strong>le</strong>s mentalités <strong>des</strong> responsab<strong>le</strong>s<br />

politiques <strong>et</strong> <strong>des</strong> éducateurs, au mieux, ne perm<strong>et</strong>tent<br />

pas de répondre aux besoins spécifiques <strong>des</strong><br />

garçons <strong>et</strong> <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong>, au pire, portent gravement<br />

atteinte à <strong>le</strong>ur droit à l’éducation.<br />

Dénoncer <strong>le</strong> statu quo<br />

Soixante-cinq millions de fil<strong>le</strong>s ne peuvent pas exercer<br />

<strong>le</strong>urs droits <strong>et</strong> <strong>le</strong>s Objectifs de développement<br />

pour <strong>le</strong> Millénaire risquent de ne pas pouvoir être<br />

formation <strong>et</strong> d’expérience <strong>le</strong>ur perm<strong>et</strong>tant<br />

de remplir <strong>le</strong>urs tâches. Ils doivent<br />

pouvoir bénéficier d’un sa<strong>la</strong>ire décent<br />

<strong>et</strong> de conditions de travail convenab<strong>le</strong>s,<br />

afin d’être en mesure de se consacrer<br />

à <strong>le</strong>urs élèves. Surtout, il faut qu’ils<br />

soient convaincus que <strong>le</strong>ur communauté<br />

apprécie <strong>et</strong> respecte <strong>le</strong>ur<br />

profession <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur fait confiance.<br />

Le rô<strong>le</strong> <strong>des</strong> pouvoirs<br />

publics<br />

Les pouvoirs publics ont pour rô<strong>le</strong><br />

d’adopter <strong>des</strong> politiques appropriées,<br />

de m<strong>et</strong>tre en œuvre <strong>des</strong> p<strong>la</strong>ns sectoriels<br />

<strong>et</strong> d’assurer <strong>le</strong>s moyens perm<strong>et</strong>tant<br />

à tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> de bénéficier de<br />

l’éducation. Ils ont aussi l’obligation<br />

d’éliminer <strong>le</strong>s obstac<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s barrières<br />

qui limitent <strong>le</strong>s possibilités de <strong>le</strong>urs<br />

administrés <strong>et</strong> <strong>le</strong>s empêchent de jouir<br />

de <strong>le</strong>ur droit à l’éducation.<br />

Leur responsabilité consiste à veil<strong>le</strong>r<br />

à <strong>la</strong> disponibilité de tout ce qui est<br />

nécessaire pour garantir à chaque<br />

enfant <strong>la</strong> réalisation de son droit. Ce<strong>la</strong><br />

veut dire, par exemp<strong>le</strong>, que <strong>dans</strong> <strong>le</strong><br />

budg<strong>et</strong> national, <strong>le</strong> secteur de l’éducation<br />

bénéficie d’allocations nécessaires;<br />

que <strong>dans</strong> ce budg<strong>et</strong> de l’éducation,<br />

priorité soit donnée à l’éducation de<br />

base <strong>des</strong>tinée à tous <strong>le</strong>s citoyens; que<br />

l’on mobilise, au niveau national, <strong>le</strong><br />

savoir-faire <strong>et</strong> l’expérience nécessaires<br />

pour p<strong>la</strong>nifier <strong>et</strong> m<strong>et</strong>tre en p<strong>la</strong>ce une<br />

éducation considérée comme un droit<br />

de l’homme; que l’on trouve un appui<br />

financier, à l’extérieur si nécessaire,<br />

sous forme de subventions <strong>et</strong> de prêts,<br />

afin de comb<strong>le</strong>r l’insuffisance de financement<br />

en matière d’éducation, jusqu’à<br />

ce que <strong>la</strong> croissance économique<br />

perm<strong>et</strong>te un système autofinancé; que<br />

l’on renouvel<strong>le</strong> constamment l’expertise<br />

technique <strong>et</strong> <strong>le</strong>s connaissances<br />

empiriques <strong>dans</strong> <strong>le</strong> souci de mener à<br />

bien <strong>la</strong> tâche diffici<strong>le</strong> de promouvoir<br />

l’éducation comme un droit de<br />

l’homme.<br />

En échange<br />

Chaque jour, M. Gutiérrez <strong>et</strong> ses<br />

<strong>enfants</strong> <strong>le</strong>s plus âgés sont debout<br />

avant <strong>le</strong> <strong>le</strong>ver du so<strong>le</strong>il afin de préparer<br />

<strong>le</strong>s repas. Une fois que <strong>le</strong>s huit <strong>enfants</strong><br />

sont tous partis à l’éco<strong>le</strong>, <strong>le</strong> veuf s’en<br />

va travail<strong>le</strong>r aux champs. Sa charge de<br />

travail est pour <strong>le</strong> moment plus lourde<br />

mais l’avenir de sa famil<strong>le</strong> est huit fois<br />

meil<strong>le</strong>ur.<br />

atteints : on ne peut pas <strong>la</strong>isser se prolonger pareil<strong>le</strong><br />

<strong>situation</strong>. Mais <strong>le</strong> changement, qui doit s’opérer à de<br />

multip<strong>le</strong>s niveaux, ne sera pas obtenu en <strong>la</strong>nçant<br />

simp<strong>le</strong>ment <strong>des</strong> campagnes en faveur de <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. Pour éliminer <strong>le</strong>s obstac<strong>le</strong>s qui<br />

empêchent ces dernières d’accéder à l’éducation,<br />

de réussir à l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> de terminer <strong>le</strong>urs étu<strong>des</strong>, <strong>le</strong>s<br />

sociétés <strong>dans</strong> <strong>le</strong>squel<strong>le</strong>s el<strong>le</strong>s vivent devront prendre<br />

en charge <strong>des</strong> facteurs qui sont essentiels pour <strong>la</strong><br />

qualité de <strong>la</strong> vie de l’ensemb<strong>le</strong> de <strong>la</strong> col<strong>le</strong>ctivité.<br />

L’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s est si inextricab<strong>le</strong>ment liée<br />

aux autres dimensions du développement humain<br />

qu’el<strong>le</strong> ne peut devenir une priorité que si l’on introduit<br />

<strong>le</strong> changement sur d’autres fronts : depuis <strong>la</strong><br />

santé <strong>et</strong> <strong>la</strong> condition de <strong>la</strong> femme jusqu’aux soins<br />

aux jeunes <strong>enfants</strong>, depuis <strong>la</strong> nutrition, l’approvisionnement<br />

en eau <strong>et</strong> l’assainissement jusqu’au renforcement<br />

<strong>des</strong> moyens d’action <strong>des</strong> communautés<br />

loca<strong>le</strong>s, depuis <strong>la</strong> réduction du travail <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> <strong>et</strong><br />

d’autres formes d’exploitation jusqu’au règ<strong>le</strong>ment<br />

pacifique <strong>des</strong> conflits.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

11


Une offensive concertée au niveau mondial s’impose<br />

à présent pour atteindre <strong>le</strong>s Objectifs de développement<br />

pour <strong>le</strong> Millénaire <strong>et</strong> <strong>le</strong>s objectifs en matière<br />

d’éducation de Dakar – comme pour faire de l’idéal<br />

de <strong>la</strong> Session extraordinaire consacrée aux <strong>enfants</strong>,<br />

à savoir celui de bâtir un <strong>monde</strong> digne <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>,<br />

une réalité. Impératif moral, c<strong>et</strong>te offensive doit éga<strong>le</strong>ment<br />

présenter une utilité pratique <strong>et</strong> avoir un eff<strong>et</strong><br />

catalyseur.<br />

C’est <strong>dans</strong> ce contexte que l’engagement que<br />

l’UNICEF a pris depuis longtemps à l’égard de l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s revêt un caractère de plus grande<br />

urgence <strong>et</strong> c’est <strong>la</strong> raison pour <strong>la</strong>quel<strong>le</strong> nous demandons<br />

à présent à tous ceux qui s’intéressent aux<br />

droits fondamentaux <strong>et</strong> aux Objectifs de développement<br />

pour <strong>le</strong> Millénaire :<br />

1. De hâter <strong>la</strong> réalisation d’actions <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s pays où<br />

s’affiche une discrimination fondée sur <strong>le</strong> sexe<br />

spécifique <strong>et</strong> f<strong>la</strong>grante <strong>et</strong> visant <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

garçons, en particulier <strong>dans</strong> ceux où l’un ou<br />

FIGURE 2 ÉVOLUTION DES DISPARITÉS ENTRE LES SEXES DANS L’ENSEIGNEMENT<br />

PRIMAIRE (1990-1999)<br />

Note : C<strong>et</strong>te figure montre l’évolution de l’indice de parité <strong>des</strong> sexes (IPS) <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s taux bruts de sco<strong>la</strong>risation de l’enseignement primaire, par région.<br />

1 Données se réfèrent à 1998-99.<br />

Source : Adapté de <strong>la</strong> Figure 2.18 : Evolution <strong>des</strong> disparités entre sexes <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s taux bruts de sco<strong>la</strong>risation <strong>dans</strong> l’enseignement primaire (1990-1999) <strong>dans</strong> <strong>le</strong> Rapport<br />

mondial de suivi sur l’Education pour tous 2002, UNESCO.<br />

12 RELANCER LE DÉVELOPPEMENT<br />

l’autre groupe court sérieusement <strong>le</strong> risque de<br />

ne pas pouvoir être sco<strong>la</strong>risé.<br />

2. D’appuyer une approche du développement reposant<br />

sur <strong>le</strong>s droits fondamentaux <strong>et</strong> multisectoriel<strong>le</strong><br />

(voir Annexe B, page 91), afin de remédier<br />

aux multip<strong>le</strong>s <strong>situation</strong>s de discrimination qui<br />

dénient aux <strong>enfants</strong> <strong>le</strong>ur droit à un enseignement<br />

primaire de qualité.<br />

En utilisant un modè<strong>le</strong> reposant sur <strong>le</strong>s droits fondamentaux<br />

<strong>et</strong> une approche multisectoriel<strong>le</strong> pour<br />

garantir l’instruction à toutes <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s, <strong>la</strong> communauté<br />

internationa<strong>le</strong> devra nécessairement s’attaquer<br />

aux inégalités structurel<strong>le</strong>s <strong>et</strong> à <strong>la</strong> discrimination fondée<br />

sur <strong>le</strong> sexe. Une initiative mondia<strong>le</strong> comme<br />

cel<strong>le</strong>-là aura <strong>des</strong> résultats qui couvriront un éventail<br />

très <strong>la</strong>rge. El<strong>le</strong> aura créé en 2005 une génération<br />

d’<strong>enfants</strong>, véritab<strong>le</strong> avant-garde, qui vivront une<br />

<strong>le</strong>çon d’égalité. El<strong>le</strong> signifiera que <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s, <strong>le</strong>s<br />

programmes sco<strong>la</strong>ires <strong>et</strong> <strong>le</strong>s enseignants sont en<br />

train d’évoluer pour s’adapter vraiment aux besoins


<strong>des</strong> <strong>enfants</strong> <strong>et</strong>, de ce fait, donner accès à tous <strong>le</strong>s<br />

<strong>enfants</strong>, sur un pied d’égalité, à une meil<strong>le</strong>ure éducation.<br />

El<strong>le</strong> impliquera que tous <strong>le</strong>s pays ont admis que<br />

l’éducation est hautement prioritaire <strong>et</strong> que <strong>le</strong>s pays<br />

en développement ont réaffecté <strong>le</strong>urs ressources à <strong>la</strong><br />

sco<strong>la</strong>risation complète <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>des</strong> garçons. El<strong>le</strong><br />

voudra dire que <strong>le</strong>s pays donateurs ont tenu <strong>le</strong>urs<br />

promesses d’appui au développement. El<strong>le</strong> sera pour<br />

<strong>le</strong> <strong>monde</strong> l’occasion de manifester avec force son<br />

attachement à <strong>la</strong> cause <strong>des</strong> droits <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>.<br />

Les multip<strong>le</strong>s opérations <strong>la</strong>ncées <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong><br />

pour garantir <strong>le</strong> droit de chaque fil<strong>le</strong> <strong>et</strong> chaque garçon<br />

à l’éducation – parmi <strong>le</strong>squel<strong>le</strong>s <strong>le</strong> mouvement<br />

Éducation pour tous, l’Initiative <strong>des</strong> Nations Unies<br />

pour l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, l’Initiative pour l’accélération<br />

de l’éducation pour tous, de <strong>la</strong> Banque mondia<strong>le</strong>,<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong> Mouvement mondial en faveur <strong>des</strong><br />

<strong>enfants</strong> – doivent accélérer <strong>le</strong>urs activités. La communauté<br />

internationa<strong>le</strong> a pris <strong>et</strong> renouvelé à maintes<br />

reprises l’engagement de réaliser <strong>le</strong> droit <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

comme <strong>des</strong> garçons à l’éducation. Les chercheurs<br />

ont établi, étude après étude, <strong>la</strong> va<strong>le</strong>ur socia<strong>le</strong> de<br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s.<br />

Des millions d’<strong>enfants</strong> comptent sur nos efforts. En<br />

faisant entrer 65 millions de fil<strong>le</strong>s de plus à l’éco<strong>le</strong>,<br />

qui rejoindront <strong>des</strong> millions de garçons – <strong>et</strong> en <strong>le</strong>s<br />

regardant tous apprendre, grandir <strong>et</strong> s’épanouir –,<br />

nous donnerons un second souff<strong>le</strong> au développement<br />

<strong>et</strong> contribuerons à bâtir ce <strong>monde</strong> plus sain,<br />

plus juste <strong>et</strong> plus démocratique que nous appelons<br />

de nos vœux depuis <strong>des</strong> décennies.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

13


14 RELANCER LE DÉVELOPPEMENT


LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

15


2 DES<br />

FILLES INSTRUITES,<br />

UNE FORCE SANS<br />

ÉQUIVALENT À L’APPUI<br />

DU DÉVELOPPEMENT


Sonia Yeo/UNICEF/2003<br />

L’éducation est un droit fondamental de chaque<br />

être humain. Ce fait tout simp<strong>le</strong> est au cœur de<br />

l’engagement de l’UNICEF en faveur de l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. Ce<strong>la</strong> signifie qu’aucune fil<strong>le</strong>, si pauvre<br />

soit-el<strong>le</strong>, si désespérée que soit <strong>la</strong> <strong>situation</strong> de son<br />

pays, ne doit être empêchée d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong>. Rien<br />

ne peut excuser <strong>le</strong> refus de <strong>la</strong> <strong>la</strong>isser donner<br />

<strong>la</strong> p<strong>le</strong>ine mesure de ses capacités.<br />

L’éducation sauve <strong>et</strong> améliore <strong>la</strong> vie <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

femmes. El<strong>le</strong> perm<strong>et</strong> aux femmes de mieux contrô<strong>le</strong>r<br />

<strong>le</strong>ur vie <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur inculque <strong>le</strong>s compétences dont el<strong>le</strong>s<br />

ont besoin pour apporter <strong>le</strong>ur contribution à <strong>la</strong><br />

société où el<strong>le</strong>s vivent. El<strong>le</strong> <strong>le</strong>s forme à prendre<br />

<strong>des</strong> décisions par el<strong>le</strong>s-mêmes <strong>et</strong> à influencer <strong>le</strong>ur<br />

famil<strong>le</strong>. C’est de ce pouvoir que décou<strong>le</strong>nt tous <strong>le</strong>s<br />

autres avantages pour <strong>le</strong> développement <strong>et</strong> <strong>la</strong><br />

société. La présence <strong>des</strong> femmes <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s gouvernements,<br />

<strong>le</strong>s famil<strong>le</strong>s, <strong>le</strong>s communautés loca<strong>le</strong>s,<br />

l’économie <strong>et</strong> <strong>la</strong> prestation de services <strong>et</strong> l’influence<br />

qu’el<strong>le</strong>s y exercent relèvent du bien commun. El<strong>le</strong>s<br />

débouchent sur un développement plus équitab<strong>le</strong>,<br />

<strong>des</strong> famil<strong>le</strong>s plus soli<strong>des</strong>, <strong>des</strong> services de meil<strong>le</strong>ure<br />

qualité <strong>et</strong> une meil<strong>le</strong>ure santé de l’enfant [voir<br />

Encadré sur <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s « karatéka » de Biha, (Inde),<br />

page 25].<br />

Une spira<strong>le</strong> bénéfique<br />

En plus <strong>des</strong> avantages qu’el<strong>le</strong> procure aux fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong><br />

aux femmes, l’éducation est une force créative sans<br />

équiva<strong>le</strong>nt qui affecte <strong>des</strong> pans entiers de <strong>la</strong> société<br />

<strong>et</strong> du développement. On se demande encore, à<br />

propos du financement de l’éducation, s’il convient<br />

de donner <strong>la</strong> priorité à l’enseignement primaire,<br />

secondaire ou supérieur. Mais ce genre de débat<br />

obscurcit <strong>la</strong> question essentiel<strong>le</strong> pour <strong>le</strong>s jeunes<br />

fil<strong>le</strong>s : <strong>le</strong>ur droit à une éducation de base. Si el<strong>le</strong>s<br />

n’en profitent pas, el<strong>le</strong>s sont immanquab<strong>le</strong>ment<br />

privées d’instruction secondaire <strong>et</strong> de tous <strong>le</strong>s<br />

avantages qui lui sont associés.<br />

L’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s présente de nombreux<br />

avantages à long terme, <strong>et</strong> notamment :<br />

Consolidation du développement économique.<br />

Des décennies de recherche ont abondamment<br />

prouvé <strong>le</strong> lien qui existe entre <strong>la</strong> généralisation de<br />

l’éducation de base <strong>et</strong> <strong>le</strong> développement économique<br />

– <strong>et</strong> l’impact est encore plus bénéfique<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> cas de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. Les régions<br />

qui ont investi à long terme <strong>dans</strong> l’éducation <strong>des</strong><br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

17


Grâce aux succès<br />

obtenus par <strong>le</strong>urs<br />

<strong>enfants</strong>, comme<br />

ceux de c<strong>et</strong>te<br />

éco<strong>le</strong> d’Egypte,<br />

<strong>le</strong>s communautés<br />

isolées peuvent<br />

s’ouvrir sur <strong>le</strong><br />

<strong>monde</strong>.<br />

18<br />

fil<strong>le</strong>s, tel<strong>le</strong>s que l’Asie du Sud-Est <strong>et</strong>, au moins<br />

jusqu’à <strong>la</strong> crise de <strong>la</strong> d<strong>et</strong>te <strong>des</strong> années 80,<br />

l’Amérique <strong>la</strong>tine, ont <strong>dans</strong> l’ensemb<strong>le</strong> enregistré<br />

une hausse du niveau de développement économique.<br />

La progression du taux d’inscription <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s primaires fait augmenter <strong>le</strong><br />

produit intérieur brut par habitant 8 . Les pays qui<br />

ne réussissent pas à m<strong>et</strong>tre l’instruction <strong>des</strong><br />

femmes au même niveau que cel<strong>le</strong> <strong>des</strong> hommes<br />

non seu<strong>le</strong>ment augmentent <strong>le</strong> coût de <strong>le</strong>urs<br />

efforts de développement mais subissent un<br />

ra<strong>le</strong>ntissement de <strong>le</strong>ur croissance <strong>et</strong> une diminution<br />

du revenu de <strong>le</strong>urs habitants 9 . De plus, <strong>le</strong><br />

développement économique <strong>et</strong>, partant, l’augmentation<br />

du revenu par famil<strong>le</strong> peuvent aider à<br />

convaincre <strong>des</strong> parents réticents de renoncer à<br />

l’avantage économique à court terme du travail<br />

de <strong>le</strong>urs fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> de <strong>le</strong>s envoyer à l’éco<strong>le</strong>, ce qui<br />

sera bénéfique à long terme pour l’économie de<br />

<strong>le</strong>ur pays.<br />

Éducation de <strong>la</strong> génération suivante. Les fil<strong>le</strong>s<br />

instruites devenues mères sont n<strong>et</strong>tement plus<br />

enclines à envoyer <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> à l’éco<strong>le</strong> : de <strong>la</strong><br />

sorte, ce sont à <strong>la</strong> fois <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> <strong>et</strong> <strong>la</strong> société<br />

qui recueil<strong>le</strong>nt <strong>des</strong> avantages multipliés d’une<br />

génération sur l’autre. L’une <strong>des</strong> conclusions <strong>le</strong>s<br />

plus c<strong>la</strong>ires auxquel<strong>le</strong>s a abouti une analyse<br />

récente <strong>des</strong> données sur <strong>le</strong>s ménages en provenance<br />

de 55 pays <strong>et</strong> de deux États indiens effectuée<br />

par l’UNICEF est que <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> de femmes<br />

instruites ont beaucoup plus de chances d’al<strong>le</strong>r à<br />

l’éco<strong>le</strong>. Autre point : plus <strong>le</strong>s femmes ont été<br />

sco<strong>la</strong>risées, plus il y a de chances que <strong>le</strong>urs<br />

<strong>enfants</strong> profiteront éga<strong>le</strong>ment <strong>des</strong> avantages de<br />

l’instruction 10 . C<strong>et</strong>te analyse récente confirme une<br />

étude qui a montré comment l’alphabétisation <strong>et</strong><br />

<strong>le</strong>s aptitu<strong>des</strong> linguistiques acquises par <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s à<br />

l’éco<strong>le</strong> se traduisent par une amélioration de <strong>la</strong><br />

santé non seu<strong>le</strong>ment pour el<strong>le</strong>s-mêmes <strong>et</strong> <strong>le</strong>urs<br />

<strong>enfants</strong> mais aussi pour <strong>le</strong>urs p<strong>et</strong>its-<strong>enfants</strong> 11 .<br />

L’eff<strong>et</strong> multiplicateur. L’impact de l’éducation se<br />

fait sentir au-delà du simp<strong>le</strong> apprentissage, car


UNICEF/Giacomo Pirozzi/2000<br />

el<strong>le</strong> exerce une influence positive sur <strong>la</strong> plupart<br />

<strong>des</strong> aspects de <strong>la</strong> vie d’un enfant. Par exemp<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s<br />

<strong>enfants</strong> qui vont à l’éco<strong>le</strong> ont plus de chances<br />

d’apprendre ce qu’ils doivent savoir pour demeurer<br />

en bonne santé, notamment pour se prémunir<br />

contre <strong>le</strong>s ma<strong>la</strong>dies. L’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, plus<br />

vulnérab<strong>le</strong>s au VIH que <strong>le</strong>s garçons, offre une<br />

protection à cel<strong>le</strong>s qui courent <strong>des</strong> risques. Il<br />

s’agit là d’avantages intergénérationnels <strong>dans</strong> <strong>la</strong><br />

mesure où <strong>le</strong>s femmes qui savent se protéger<br />

contre <strong>le</strong> VIH/SIDA sont plus enclines à envoyer<br />

<strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> à l’éco<strong>le</strong> 12 . De plus,<strong>des</strong> <strong>enfants</strong><br />

instruits risquent moins d’être victimes de <strong>la</strong> traite<br />

ou d’être exploités <strong>dans</strong> <strong>le</strong>ur travail ou de subir<br />

<strong>des</strong> mauvais traitements; <strong>et</strong> comme tous ces dangers<br />

menacent davantage <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s, l’éducation<br />

revêt une importance particulière pour <strong>le</strong>ur protection<br />

<strong>et</strong> exerce une influence qui dépasse <strong>le</strong><br />

cadre de <strong>la</strong> sal<strong>le</strong> de c<strong>la</strong>sse. (Voir chapitre 4.)<br />

Amélioration de <strong>la</strong> santé <strong>des</strong> famil<strong>le</strong>s. Pour <strong>la</strong><br />

société, l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s introduit, entre<br />

ENCADRÉ 3<br />

Égypte : réaliser ses rêves<br />

Awatif Morsy n’oubliera jamais <strong>le</strong> jour<br />

où el<strong>le</strong> a entendu dire qu’une nouvel<strong>le</strong><br />

éco<strong>le</strong> al<strong>la</strong>it ouvrir ses portes <strong>dans</strong> son<br />

vil<strong>la</strong>ge.<br />

« Quelqu’un est venu chez nous<br />

demander <strong>le</strong>s noms <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> qui<br />

n’al<strong>la</strong>ient pas à l’éco<strong>le</strong> », se souvientel<strong>le</strong>.<br />

« Ma mère <strong>le</strong>ur a donné mon<br />

nom. J’étais fol<strong>le</strong> de joie. »<br />

Comme <strong>la</strong> plupart <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> de 8 ans<br />

du vil<strong>la</strong>ge de Beni Shara’an, Awatif passait<br />

jusque là sa vie à travail<strong>le</strong>r <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s<br />

champs de blé <strong>des</strong> environs, un travail<br />

pénib<strong>le</strong>, <strong>et</strong> à rester cloîtrée chez el<strong>le</strong>.<br />

Pour <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s comme el<strong>le</strong>, <strong>la</strong> nouvel<strong>le</strong><br />

éco<strong>le</strong> – une simp<strong>le</strong> sal<strong>le</strong> de c<strong>la</strong>sse au<br />

rez-de-chaussée d’une ancienne maison<br />

– était un rêve devenu réalité.<br />

« On al<strong>la</strong>it regarder <strong>le</strong>s ouvriers décorer<br />

<strong>la</strong> sal<strong>le</strong>. Tout était lumineux <strong>et</strong> coloré.<br />

Il y avait <strong>des</strong> jeux <strong>et</strong> <strong>des</strong> images, <strong>des</strong><br />

choses que je n’avais jamais vues<br />

avant. »<br />

Mais au vil<strong>la</strong>ge, tout <strong>le</strong> <strong>monde</strong> ne manifestait<br />

pas <strong>le</strong> même enthousiasme, du<br />

moins au départ. Certains agriculteurs<br />

craignaient que l’éco<strong>le</strong> ne <strong>le</strong>s privât de<br />

<strong>la</strong> main-d’œuvre bon marché que<br />

constituaient <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong>. Même <strong>le</strong><br />

beau-père d’Awatif n’était pas<br />

convaincu.<br />

« Pourquoi est-ce qu’une fil<strong>le</strong> a besoin<br />

de s’instruire ? », demandait-il.<br />

Heureusement, ce n’était pas l’avis de<br />

Farouk Abdel Naim, <strong>le</strong> vieux marchand<br />

que l’on avait persuadé de faire don<br />

<strong>des</strong> locaux qui al<strong>la</strong>ient servir d’éco<strong>le</strong>.<br />

« J’ai fini par penser que l’éducation<br />

d’une fil<strong>le</strong> est encore plus importante<br />

que cel<strong>le</strong> d’un garçon », explique<br />

autres avantages, un meil<strong>le</strong>ur équilibre entre <strong>la</strong><br />

tail<strong>le</strong> de <strong>la</strong> famil<strong>le</strong> <strong>et</strong> ses ressources. Lorsqu’une<br />

société veil<strong>le</strong> à ce que <strong>le</strong>s mères reçoivent une<br />

instruction, <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> sont en meil<strong>le</strong>ure santé <strong>et</strong><br />

ils sont moins nombreux à mourir. Les <strong>enfants</strong><br />

<strong>des</strong> femmes plus instruites sont généra<strong>le</strong>ment<br />

mieux nourris <strong>et</strong> tombent ma<strong>la</strong><strong>des</strong> moins souvent.<br />

L’éducation de <strong>la</strong> mère a un impact si important<br />

sur <strong>la</strong> santé <strong>et</strong> <strong>la</strong> nutrition de son enfant que<br />

chacune de ses années d’instruction réduit <strong>le</strong> taux<br />

de mortalité <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> de moins de 5 ans de 5<br />

à 10 pour cent, selon une analyse de données<br />

recueillies <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong> en développement 13 .<br />

Diminution <strong>des</strong> décès maternels. Les femmes qui<br />

sont allées à l’éco<strong>le</strong> courent moins <strong>le</strong> risque de<br />

mourir en couches. En réduisant <strong>le</strong> nombre <strong>des</strong><br />

naissances, <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation a pour conséquence<br />

que lorsque 1 000 femmes bénéficient d’une<br />

année de sco<strong>la</strong>rité supplémentaire, on évite 2<br />

décès maternels 14 . La recherche a établi que <strong>la</strong><br />

mortalité maternel<strong>le</strong> peut éga<strong>le</strong>ment être réduite<br />

M. Abdel Naim. « Un homme arrive<br />

toujours à se sortir de <strong>la</strong> <strong>situation</strong> <strong>dans</strong><br />

<strong>la</strong>quel<strong>le</strong> il se trouve, contrairement à<br />

une fil<strong>le</strong>. Pour se débrouil<strong>le</strong>r <strong>dans</strong> <strong>la</strong><br />

vie, il faut qu’el<strong>le</strong> soit instruite. »<br />

Il est aujourd’hui diffici<strong>le</strong> de trouver à<br />

Beni Shara’an une personne de plus de<br />

huit ans qui ne soit pas du même avis.<br />

L’éco<strong>le</strong>, qui comprend maintenant trois<br />

sal<strong>le</strong>s de c<strong>la</strong>sse, est aujourd’hui considérée<br />

comme un bon investissement<br />

dont <strong>la</strong> communauté tire <strong>des</strong> résultats<br />

concr<strong>et</strong>s.<br />

Prenez l’exemp<strong>le</strong> d’Ahmed Abdel<br />

Jaber, commerçant. Lui-même il<strong>le</strong>ttré,<br />

il a envoyé sa fil<strong>le</strong> Rawia à l’éco<strong>le</strong> dès<br />

que cel<strong>le</strong>-ci a ouvert ses portes.<br />

« Avant que Rawia n’ail<strong>le</strong> à l’éco<strong>le</strong>, <strong>la</strong><br />

comptabilité de ma boutique était<br />

complètement en désordre », se<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

19


par une meil<strong>le</strong>ure connaissance <strong>des</strong> pratiques<br />

sanitaires, par l’utilisation <strong>des</strong> services de santé<br />

pendant <strong>la</strong> grossesse <strong>et</strong> l’accouchement, par une<br />

nutrition améliorée <strong>et</strong> par l’allongement de l’espacement<br />

<strong>des</strong> naissances : une femme instruite a<br />

beaucoup plus de chances de savoir tout ce<strong>la</strong> 15 .<br />

Les <strong>la</strong>cunes du développement<br />

La communauté internationa<strong>le</strong> s’est engagée à traiter<br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s comme un droit fondamental <strong>et</strong><br />

<strong>le</strong>s avantages que peut procurer l’investissement<br />

<strong>dans</strong> ce domaine ne sont un mystère pour personne;<br />

pourtant, l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s n’est toujours pas<br />

considérée comme un investissement prioritaire en<br />

matière de développement. Les raisons en sont comp<strong>le</strong>xes<br />

<strong>et</strong> tiennent non seu<strong>le</strong>ment à <strong>la</strong> politique d’éducation,<br />

mais à <strong>des</strong> approches du développement qui<br />

privilégient depuis longtemps <strong>le</strong>s facteurs économiques<br />

aux dépens <strong>des</strong> droits fondamentaux.<br />

Modè<strong>le</strong>s de croissance. Naguère, <strong>le</strong>s conceptions du<br />

souvient-il. « Mais très vite, el<strong>le</strong> s’est<br />

occupée de mes registres <strong>et</strong> a aidé sa<br />

sœur aînée à lire <strong>et</strong> à écrire. »<br />

Dans un vil<strong>la</strong>ge où l’analphabétisme est<br />

<strong>la</strong> norme, on entend souvent dire à<br />

quel point l’éducation d’une fil<strong>le</strong> contribue<br />

de façon décisive à <strong>la</strong> qualité de<br />

vie <strong>et</strong> aux activités commercia<strong>le</strong>s.<br />

On entend dire que l’ordonnance d’un<br />

médecin ou <strong>le</strong>s instructions inscrites<br />

sur un sac d’engrais deviennent tout à<br />

coup lisib<strong>le</strong>s. Que <strong>le</strong>s programmes<br />

éducatifs à <strong>la</strong> télévision commencent<br />

à être compréhensib<strong>le</strong>s. Et, surtout,<br />

que l’exemp<strong>le</strong> donné par <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong><br />

a encouragé de nombreux adultes à<br />

suivre <strong>des</strong> cours d’alphabétisation.<br />

On peut dire sans exagération que<br />

grâce aux efforts de ces <strong>enfants</strong>, un vil<strong>la</strong>ge<br />

isolé porte désormais un nouveau<br />

regard sur <strong>le</strong> <strong>monde</strong>.<br />

Alors que <strong>la</strong> campagne de sco<strong>la</strong>risation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s égyptiennes donnait <strong>des</strong><br />

résultats à Beni Shara’an <strong>et</strong> ail<strong>le</strong>urs, <strong>le</strong>s<br />

eff<strong>et</strong>s n’ont pas tardé à se faire sentir à<br />

l’échel<strong>le</strong> nationa<strong>le</strong>. En 2000, l’Égypte a<br />

présenté une Initiative en faveur de<br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, à quelques mois<br />

de <strong>la</strong> version mondia<strong>le</strong> de c<strong>et</strong>te campagne<br />

dont <strong>le</strong> Secrétaire général <strong>des</strong><br />

Nations Unies, Kofi Annan, a donné <strong>le</strong><br />

coup d’envoi à Dakar (Sénégal).<br />

L’initiative égyptienne s’appuyait sur<br />

l’action menée avec succès par l’UNICEF<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong> Gouvernement égyptien depuis <strong>le</strong><br />

début <strong>des</strong> années 1990 : environ 200<br />

éco<strong>le</strong>s communautaires <strong>et</strong> 3 500<br />

éco<strong>le</strong>s d’une seu<strong>le</strong> sal<strong>le</strong> de c<strong>la</strong>sse ont<br />

été ouvertes. L’objectif était d’étendre<br />

ce modè<strong>le</strong> d’action en faveur <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

aux sept gouvernorats ruraux <strong>le</strong>s plus<br />

hosti<strong>le</strong>s à l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s.<br />

La suite <strong>des</strong> événements a ensuite été<br />

aussi rapide que favorab<strong>le</strong>. Au cours<br />

d’une série de réunions de haut niveau<br />

présidées par <strong>la</strong> femme du Président,<br />

Son Excel<strong>le</strong>nce Mme Suzanne<br />

Moubarak, l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s a été<br />

promue au rang de priorité absolue du<br />

développement de l’Égypte pour <strong>le</strong>s<br />

cinq années à venir. C<strong>et</strong>te priorité se<br />

doub<strong>la</strong>it d’une volonté de comb<strong>le</strong>r d’ici<br />

à 2007 l’écart entre fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> garçons <strong>et</strong><br />

d’éduquer ainsi un demi-million de fil<strong>le</strong>s<br />

non sco<strong>la</strong>risées.<br />

Un groupe de travail national a été<br />

créé, réunissant une douzaine de<br />

ministères, ainsi que <strong>des</strong> ONG <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

organismes <strong>des</strong> Nations Unies. La stratégie<br />

généra<strong>le</strong> visait à garantir une<br />

approche intégrée de l’éducation <strong>des</strong><br />

20 DES FILLES INSTRUITES, UNE FORCE SANS ÉQUIVALENT À L’APPUI DU DÉVELOPPEMENT<br />

développement étaient souvent profondément marquées<br />

par <strong>la</strong> conviction que <strong>la</strong> croissance économique,<br />

évaluée à l’aune du produit brut, primait tout<br />

<strong>le</strong> reste. On posait en principe qu’à mesure que <strong>la</strong><br />

va<strong>le</strong>ur tota<strong>le</strong> <strong>des</strong> biens produits <strong>et</strong> <strong>des</strong> services fournis<br />

par un pays donné pendant un an augmenterait,<br />

<strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é <strong>et</strong> l’inégalité recu<strong>le</strong>raient automatiquement,<br />

pour ainsi dire par magie. Chacun, pensait-on,<br />

riche ou pauvre, homme ou femme, récolterait <strong>le</strong>s<br />

fruits de <strong>la</strong> croissance économique.<br />

C<strong>et</strong>te conception de <strong>la</strong> croissance, jugée essentiel<strong>le</strong><br />

pour <strong>le</strong> développement de <strong>la</strong> productivité d’un pays,<br />

a dû être souvent r<strong>et</strong>ouchée <strong>et</strong> redéfinie car <strong>le</strong>s<br />

résultats <strong>la</strong>mentab<strong>le</strong>s enregistrés d’année en année<br />

par <strong>le</strong>s pays en développement ont montré <strong>le</strong>s<br />

insuffisances de ce modè<strong>le</strong>. La croissance est<br />

demeurée limitée <strong>dans</strong> presque tous <strong>le</strong>s pays en<br />

développement <strong>et</strong> il n’a pas été possib<strong>le</strong> d’établir à<br />

partir de données concordantes que ce type de<br />

croissance pouvait à lui seul faire recu<strong>le</strong>r <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é<br />

<strong>et</strong> l’inégalité.<br />

fil<strong>le</strong>s, faisant appel à différents secteurs<br />

<strong>et</strong> formant de soli<strong>des</strong> partenariats entre<br />

<strong>le</strong>s pouvoirs publics <strong>et</strong> <strong>la</strong> société civi<strong>le</strong>.<br />

Dans <strong>le</strong>s sept gouvernorats ciblés,<br />

<strong>des</strong> groupes de travail locaux se sont<br />

constitués au terme de consultations.<br />

Il s’agissait de groupes de bénévo<strong>le</strong>s,<br />

constitués de membres de <strong>la</strong> communauté,<br />

de parents, de fil<strong>le</strong>s sco<strong>la</strong>risées<br />

ou non, d’ONG <strong>et</strong> de représentants<br />

<strong>des</strong> pouvoirs publics, grâce à <strong>la</strong> participation<br />

<strong>des</strong>quels <strong>le</strong>s col<strong>le</strong>ctivités loca<strong>le</strong>s<br />

devaient être véritab<strong>le</strong>ment maîtres<br />

<strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s qui <strong>le</strong>ur étaient <strong>des</strong>tinées.<br />

L’ensemb<strong>le</strong> du processus a été supervisé<br />

par <strong>le</strong> Conseil national pour l’enfance<br />

<strong>et</strong> <strong>la</strong> maternité, qui a pour<br />

Secrétaire général Moushira Khattab,<br />

<strong>et</strong> a bénéficié de l’appui de sept institutions<br />

du système <strong>des</strong> Nations Unies*.<br />

Le Conseil a favorisé un mode de p<strong>la</strong>nification<br />

participative <strong>et</strong> coordonne<br />

maintenant <strong>la</strong> mise en service d’éco<strong>le</strong>s<br />

adaptées aux fil<strong>le</strong>s. Il est prévu d’ouvrir<br />

c<strong>et</strong>te année 3 000 établissements de<br />

ce type. Mme Moubarak a posé en<br />

mai 2003 <strong>la</strong> première pierre de <strong>la</strong><br />

première sal<strong>le</strong> de c<strong>la</strong>sse adaptée<br />

aux fil<strong>le</strong>s.<br />

D’après l’administrateur de l’UNICEF<br />

chargé de l’éducation, Dr Ma<strong>la</strong>k


Par ail<strong>le</strong>urs, <strong>le</strong>s aspects économiques du développement<br />

ne faisaient pas de distinction entre <strong>le</strong>s sexes.<br />

On ne se demandait pas si <strong>la</strong> <strong>situation</strong> <strong>des</strong> femmes<br />

par rapport aux hommes influait sur <strong>le</strong>ur participation<br />

au développement économique. On vou<strong>la</strong>it<br />

aussi ignorer <strong>le</strong> secteur de l’économie que l’on<br />

appel<strong>le</strong> « prestation de soins non rémunérés », à<br />

savoir <strong>le</strong> travail domestique <strong>et</strong> <strong>le</strong>s différents types de<br />

soins assurés surtout par <strong>le</strong>s femmes <strong>et</strong> sur <strong>le</strong>squels<br />

comptait <strong>le</strong> secteur « productif » de l’économie. Qui<br />

plus est, on n’était guère conscient que <strong>le</strong>s avantages<br />

revenant à un ménage pouvaient être inéga<strong>le</strong>ment<br />

distribués en son sein en raison <strong>des</strong> re<strong>la</strong>tions<br />

de pouvoir existant entre <strong>le</strong>s hommes <strong>et</strong> <strong>le</strong>s femmes.<br />

Dans <strong>le</strong>s années 80, <strong>le</strong>s déboires <strong>des</strong> modè<strong>le</strong>s de<br />

croissance ont conduit <strong>la</strong> Banque mondia<strong>le</strong> <strong>et</strong> <strong>le</strong><br />

Fonds monétaire international à se <strong>la</strong>ncer <strong>dans</strong> l’application<br />

de programmes d’ajustement structurel<br />

visant à comprimer <strong>le</strong>s dépenses publiques <strong>et</strong> à <strong>la</strong>isser<br />

aux prix <strong>et</strong> mesures d’incitation davantage de<br />

<strong>la</strong>titude pour trouver <strong>le</strong>ur propre niveau sur <strong>le</strong> mar-<br />

Zaalouk, l’une <strong>des</strong> gran<strong>des</strong> priorités du<br />

proj<strong>et</strong> était de faire en sorte que, <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong>s col<strong>le</strong>ctivités <strong>des</strong>servies, <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s<br />

représentent plus qu’un simp<strong>le</strong> lieu<br />

d’enseignement.<br />

« La réduction de <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é est <strong>le</strong> problème<br />

de fond », explique Dr Zaalouk.<br />

« Des repas sont par exemp<strong>le</strong> fournis<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s avec l’appui du<br />

Programme alimentaire mondial <strong>et</strong> du<br />

Ministère de l’agriculture. Il y a éga<strong>le</strong>ment<br />

<strong>dans</strong> chaque éco<strong>le</strong> <strong>des</strong> instal<strong>la</strong>tions<br />

sanitaires <strong>et</strong> <strong>des</strong> soins de santé,<br />

<strong>et</strong> une forte participation communautaire.<br />

L’objectif général est de faire en<br />

sorte que <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion <strong>des</strong> régions<br />

<strong>le</strong>s plus défavorisées de l’Égypte<br />

s’implique véritab<strong>le</strong>ment <strong>dans</strong> <strong>la</strong><br />

réussite <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s. »<br />

Au fil <strong>des</strong> ans, l’action menée en<br />

Égypte a été de plus en plus reconnue<br />

à l’échel<strong>le</strong> internationa<strong>le</strong>, <strong>et</strong> Awatif<br />

Morsy a participé à ce processus. En<br />

2001, Awatif a été l’un <strong>des</strong> trois<br />

<strong>enfants</strong> représentant l’Égypte à<br />

Kampa<strong>la</strong> (Ouganda), lors d’une grande<br />

réunion organisée en préparation de<br />

<strong>la</strong> Session extraordinaire <strong>des</strong> Nations<br />

Unies consacrée aux <strong>enfants</strong>.<br />

El<strong>le</strong> se souvient encore de l’exaltation<br />

de son premier voyage à l’étranger <strong>et</strong><br />

<strong>des</strong> responsabilités dont el<strong>le</strong> était<br />

investie lorsqu’el<strong>le</strong> a animé l’une <strong>des</strong><br />

séances de <strong>la</strong> conférence. « Si je<br />

n’étais pas allée à l’éco<strong>le</strong>, je n’aurais<br />

jamais eu c<strong>et</strong>te chance », dit-el<strong>le</strong> avec<br />

enthousiasme.<br />

Excel<strong>le</strong>nte élève <strong>dans</strong> un établissement<br />

sco<strong>la</strong>ire local (<strong>et</strong> auteur en herbe<br />

de nouvel<strong>le</strong>s), Awatif se prépare à faire<br />

<strong>des</strong> étu<strong>des</strong> universitaires <strong>et</strong> à son avenir.<br />

« Beaucoup de gens ici veu<strong>le</strong>nt que<br />

je sois médecin », dit-el<strong>le</strong>. « Mais, moi,<br />

je veux être enseignante pour transm<strong>et</strong>tre<br />

à d’autres <strong>enfants</strong> ce que j’ai<br />

appris. »<br />

El<strong>le</strong> s’est déjà attelée à <strong>la</strong> tâche. Awatif<br />

est un exemp<strong>le</strong> à suivre aux yeux <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s du vil<strong>la</strong>ge. Notamment auprès de<br />

Faten, âgée de 11 ans : « J’ai lu toutes<br />

<strong>le</strong>s nouvel<strong>le</strong>s d’Awatif, dit-el<strong>le</strong>. Je veux<br />

être exactement comme el<strong>le</strong> un jour. »<br />

ché. L’ajustement se traduisait souvent par une<br />

réduction <strong>des</strong> subventions publiques à l’éducation, à<br />

<strong>la</strong> santé <strong>et</strong> à l’alimentation, qui affectait <strong>le</strong>s pauvres<br />

de façon disproportionnée. Ces compressions budgétaires<br />

ont été plus particulièrement préjudiciab<strong>le</strong>s<br />

aux femmes pauvres, qui ont dû travail<strong>le</strong>r encore<br />

plus dur à <strong>la</strong> maison comme à l’extérieur pour que<br />

<strong>le</strong>ur famil<strong>le</strong> puisse s’en sortir 16 . Au demeurant, l’ajustement<br />

a été un échec en soi, aboutissant à une<br />

croissance économique quasiment nul<strong>le</strong>. Comme <strong>le</strong><br />

montre <strong>la</strong> figure 3, <strong>la</strong> croissance par habitant <strong>des</strong><br />

pays en développement s’est effondrée alors même<br />

que <strong>le</strong>s prêts d’ajustement de <strong>la</strong> Banque <strong>et</strong> du FMI<br />

montaient en flèche. Une étude de <strong>la</strong> Banque réalisée<br />

en 2000 a conclu que d’une manière généra<strong>le</strong>, <strong>la</strong><br />

croissance du revenu par habitant <strong>des</strong> pays en développement<br />

pendant <strong>le</strong>s années 80 <strong>et</strong> 90 a été nul<strong>le</strong> 17 .<br />

Dès <strong>le</strong>s années 90, on considérait comme viciée<br />

l’hypothèse selon <strong>la</strong>quel<strong>le</strong> <strong>la</strong> croissance économique<br />

pourrait à el<strong>le</strong> seu<strong>le</strong> conduire au développement<br />

humain. Le contraire semb<strong>le</strong> vrai : <strong>le</strong> développement<br />

Les éco<strong>le</strong>s<br />

représentent plus<br />

qu’un simp<strong>le</strong> lieu<br />

d’enseignement.<br />

*Organisation internationa<strong>le</strong> du Travail, Programme<br />

<strong>des</strong> Nations Unies pour <strong>le</strong> développement, Fonds<br />

de développement <strong>des</strong> Nations Unies pour <strong>la</strong><br />

femme, UNESCO, Fonds <strong>des</strong> Nations Unies pour<br />

<strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion, Banque mondia<strong>le</strong> <strong>et</strong> UNICEF.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

21


humain peut stimu<strong>le</strong>r <strong>la</strong> croissance économique 18 .<br />

Une étude portant sur 49 pays réalisée par l’UNICEF<br />

montre que <strong>le</strong>s pays qui ont obtenu <strong>le</strong> taux de croissance<br />

annuel<strong>le</strong> moyenne <strong>le</strong> plus é<strong>le</strong>vé entre 1990 <strong>et</strong><br />

2000 ont été ceux dont <strong>la</strong> <strong>situation</strong> de départ en 1980<br />

était caractérisée par une faib<strong>le</strong> mortalité post-infanti<strong>le</strong><br />

<strong>et</strong> un faib<strong>le</strong> taux de pauvr<strong>et</strong>é monétaire, tandis que<br />

<strong>le</strong>s pays dont l’économie a en fait marqué un recul<br />

pendant c<strong>et</strong>te décennie ont été ceux qui affichaient<br />

tous en 1980 un fort taux de mortalité post-infanti<strong>le</strong><br />

ou de pauvr<strong>et</strong>é monétaire ou <strong>le</strong>s deux. (Voir Figure 4 :<br />

développement humain <strong>et</strong> croissance économique.) 19<br />

Il est aujourd’hui plus généra<strong>le</strong>ment admis que <strong>le</strong><br />

développement, pour être digne de ce nom, doit<br />

transcender <strong>la</strong> science économique. Par ail<strong>le</strong>urs, on<br />

est de mieux en mieux conscient – en particulier<br />

depuis <strong>le</strong> Programme d’action adopté à l’issue de <strong>la</strong><br />

quatrième Conférence mondia<strong>le</strong> sur <strong>le</strong>s femmes<br />

tenue à Beijing en 1995 – qu’il est indispensab<strong>le</strong><br />

de prendre en compte l’objectif de <strong>la</strong> parité<br />

hommes-femmes <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s aspects économiques<br />

du développement <strong>et</strong> que l’on ne saurait faire recu<strong>le</strong>r<br />

durab<strong>le</strong>ment <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é sans promouvoir <strong>le</strong><br />

renforcement <strong>des</strong> moyens d’action <strong>des</strong> femmes 20 .<br />

Modè<strong>le</strong>s d’instruction universel<strong>le</strong>. La politique en<br />

matière d’éducation a mis du temps à comprendre<br />

que <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s est indispensab<strong>le</strong> pour<br />

que l’objectif de l’éducation pour tous puisse être<br />

atteint <strong>dans</strong> un pays donné. Dans <strong>le</strong>s premières<br />

années du mouvement en faveur du développement,<br />

c’est-à-dire au moment où un grand nombre de pays<br />

venaient d’accéder à l’indépendance, tout <strong>le</strong> <strong>monde</strong><br />

ne jurait que par l’éducation <strong>et</strong> <strong>le</strong> rô<strong>le</strong> essentiel qui<br />

devait lui revenir <strong>dans</strong> <strong>la</strong> marche en avant du pays.<br />

Mais <strong>la</strong> tâche d’instruire tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> était<br />

immense. En 1960, moins de <strong>la</strong> moitié <strong>des</strong> <strong>enfants</strong><br />

âgés de 6 à 11 ans vivant <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong> en développement<br />

étaient inscrits à l’éco<strong>le</strong> primaire <strong>et</strong>, en<br />

Afrique subsaharienne, un enfant seu<strong>le</strong>ment sur 20<br />

fréquentait l’éco<strong>le</strong> secondaire. Et en 1980, en dépit<br />

de certains succès (l’inscription à l’éco<strong>le</strong> primaire<br />

avait doublé pour l’ensemb<strong>le</strong> de l’Asie <strong>et</strong> de<br />

l’Amérique <strong>la</strong>tine <strong>et</strong> triplé en Afrique 21 ), <strong>des</strong> millions<br />

d’<strong>enfants</strong>, <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s en majorité, n’al<strong>la</strong>ient toujours<br />

pas à l’éco<strong>le</strong>. La rapidité de l’accroissement démographique<br />

faisait systématiquement obstac<strong>le</strong> au progrès<br />

en continuant de devancer l’augmentation <strong>des</strong><br />

effectifs sco<strong>la</strong>ires.<br />

Dans <strong>le</strong>s années 80, l’ajustement structurel a<br />

aggravé <strong>la</strong> <strong>situation</strong>. Une étude portant sur <strong>le</strong>s pays<br />

d’Afrique subsaharienne qui s’y sont pliés entre 1980<br />

<strong>et</strong> 1993 montre que <strong>la</strong> diminution moyenne <strong>des</strong><br />

dépenses par habitant en va<strong>le</strong>ur réel<strong>le</strong> a été de 14<br />

pour cent pendant <strong>la</strong> période d’ajustement 22 . Douze<br />

FIGURE 3 PRÊTS DU FMI/BANQUE<br />

MONDIALE PAR RAPPORT À LA<br />

CROISSANCE<br />

Source : Easterly, William, The Elusive Quest for Growth, MIT Press,<br />

Cambridge <strong>et</strong> Londres, 2001.<br />

<strong>des</strong> 15 pays appartenant à ce groupe ont enregistré<br />

une baisse <strong>des</strong> dépenses d’éducation par habitant.<br />

22 DES FILLES INSTRUITES, UNE FORCE SANS ÉQUIVALENT À L’APPUI DU DÉVELOPPEMENT<br />

En 1990, <strong>la</strong> Conférence mondia<strong>le</strong> sur l’éducation<br />

pour tous tenue à Jomtien (Thaï<strong>la</strong>nde) a constaté <strong>le</strong><br />

désintérêt chronique pour <strong>le</strong> droit <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> à<br />

l’éducation <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s pays <strong>le</strong>s plus pauvres, en particulier<br />

<strong>le</strong> désintérêt pour <strong>le</strong>s droits <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, qui,<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre de l’ajustement structurel <strong>des</strong> années<br />

80, a été aggravé, <strong>et</strong> non pas atténué, par l’intervention<br />

<strong>et</strong> <strong>la</strong> sollicitude internationa<strong>le</strong>s. C<strong>et</strong>te rencontre<br />

historique a puissamment contribué à recentrer l’attention<br />

du <strong>monde</strong> en faisant de l’instruction primaire<br />

de qualité <strong>la</strong> pierre d’ang<strong>le</strong> de sa nouvel<strong>le</strong> campagne<br />

pour sco<strong>la</strong>riser tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong>. El<strong>le</strong> a permis de<br />

rep<strong>la</strong>cer l’éducation au cœur du développement.<br />

Modè<strong>le</strong>s pour l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. La Conférence<br />

de Jomtien <strong>et</strong> <strong>le</strong> mouvement Éducation pour tous<br />

auquel el<strong>le</strong> a donné naissance ont considéré qu’il<br />

importait d’établir <strong>la</strong> parité avec <strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong> de<br />

prendre <strong>des</strong> mesures spécia<strong>le</strong>s pour sco<strong>la</strong>riser <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s aider à terminer <strong>le</strong>ur sco<strong>la</strong>rité. On partait<br />

du principe que <strong>la</strong> campagne digne d’éloges en<br />

faveur de l’éducation pour tous réduirait automatiquement<br />

<strong>le</strong>s disparités entre <strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong> <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s.<br />

En réalité, ce<strong>la</strong> n’a pas été nécessairement <strong>le</strong> cas.<br />

On peut considérer que <strong>le</strong> regain d’intérêt pour<br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s jusqu’à <strong>la</strong> fin <strong>des</strong> années 90 est<br />

dû à <strong>la</strong> confluence de deux mouvements décisifs en<br />

rapport avec <strong>le</strong>s droits fondamentaux, à savoir <strong>le</strong>


mouvement en faveur <strong>des</strong> droits de l’enfant, qui n’a<br />

cessé de se développer à <strong>la</strong> suite de l’adoption de <strong>la</strong><br />

Convention re<strong>la</strong>tive aux droits de l’enfant en 1989,<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong> mouvement <strong>des</strong> femmes, qui a abouti au<br />

Programme d’action adopté à l’issue de <strong>la</strong> quatrième<br />

Conférence mondia<strong>le</strong> sur <strong>le</strong>s femmes tenue à Beijing<br />

en 1995, programme traitant expressément <strong>des</strong><br />

besoins <strong>et</strong> <strong>des</strong> droits <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s.<br />

C’est en ce sens que l’on peut dire qu’il a fallu<br />

attendre jusqu’au XXI e sièc<strong>le</strong> pour que l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s se voie reconnaître <strong>la</strong> prééminence qui est<br />

<strong>la</strong> sienne. Les preuves théoriques <strong>et</strong> programmatiques<br />

de son efficacité étaient connues depuis <strong>des</strong><br />

années, assurément depuis <strong>la</strong> fin <strong>des</strong> années 80 <strong>et</strong><br />

<strong>le</strong> début <strong>des</strong> années 90. Mais ce n’est qu’en 2000, au<br />

Somm<strong>et</strong> du Millénaire <strong>et</strong> lors du Forum mondial sur<br />

l’éducation tenu à Dakar, que <strong>la</strong> campagne en faveur<br />

de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s a cessé d’être confinée au<br />

secteur de l’éducation pour occuper <strong>le</strong> devant<br />

de <strong>la</strong> scène.<br />

FIGURE 4 DÉVELOPPEMENT HUMAIN ET<br />

CROISSANCE ÉCONOMIQUE PAR NIVEAU<br />

DE PAUVRETÉ MONÉTAIRE<br />

(Taux de croissance annuel moyen du<br />

revenu par habitant, 1990-2000)<br />

E<strong>le</strong>vé/moyen/faib<strong>le</strong> se réfère au niveau de pauvr<strong>et</strong>é<br />

monétaire.<br />

Source : UNICEF, ‘Synergies, cost-benefit analysis and child policies’<br />

(publication interne), UNICEF, Division <strong>des</strong> politiques <strong>et</strong> de <strong>la</strong> p<strong>la</strong>nification,<br />

Groupe <strong>des</strong> politiques mondia<strong>le</strong>s, 2003.<br />

Résistance<br />

Au-delà de ces gran<strong>des</strong> orientations internationa<strong>le</strong>s,<br />

d’autres éléments ont empêché l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

de r<strong>et</strong>enir l’attention qu’el<strong>le</strong> mérite. Les croyances<br />

loca<strong>le</strong>s, <strong>le</strong>s pratiques culturel<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s attitu<strong>des</strong> vis-àvis<br />

<strong>des</strong> rô<strong>le</strong>s assignés à chacun <strong>des</strong> sexes, déterminant<br />

par exemp<strong>le</strong> <strong>la</strong> réponse à <strong>la</strong> question de savoir<br />

si l’instruction améliore ou réduit <strong>le</strong>s chances d’une<br />

fil<strong>le</strong> de se marier, peuvent incontestab<strong>le</strong>ment empêcher<br />

<strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> 23 . La résistance culturel<strong>le</strong><br />

n’est pas toujours systématique <strong>dans</strong> tous <strong>le</strong>s<br />

pays <strong>et</strong> peut varier selon <strong>le</strong>s régions du pays considéré<br />

ou <strong>le</strong>s groupes de popu<strong>la</strong>tion. Au reste, <strong>le</strong> rô<strong>le</strong><br />

assigné au sexe diffère quelquefois selon l’âge de<br />

<strong>la</strong> vie; c’est <strong>le</strong> cas <strong>dans</strong> bien <strong>des</strong> pays d’Amérique<br />

<strong>la</strong>tine <strong>et</strong> <strong>des</strong> Caraïbes, où l’on observe <strong>des</strong> différences<br />

importantes entre <strong>le</strong>s premières années de<br />

l’enseignement primaire <strong>et</strong> <strong>la</strong> fin de l’ado<strong>le</strong>scence.<br />

Mais il semb<strong>le</strong> que lorsque <strong>le</strong>s parents s’opposent à<br />

ce que <strong>le</strong>urs fil<strong>le</strong>s ail<strong>le</strong>nt à l’éco<strong>le</strong>, ce n’est pas tant<br />

parce qu’ils sont convaincus que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s n’ont pas<br />

besoin d’instruction que parce qu’ils craignent pour<br />

<strong>le</strong>ur sécurité ou qu’ils ne peuvent se perm<strong>et</strong>tre financièrement<br />

de <strong>le</strong>s y envoyer. Ils peuvent considérer<br />

qu’une éco<strong>le</strong> m<strong>et</strong> <strong>la</strong> sécurité de <strong>le</strong>urs fil<strong>le</strong>s en danger<br />

ou que <strong>le</strong> traj<strong>et</strong> pour s’y rendre est dangereux ou<br />

trop long, <strong>le</strong>s exposant aux agressions sexuel<strong>le</strong>s<br />

ou à d’autres formes de vio<strong>le</strong>nce. Trop souvent,<br />

<strong>le</strong>s appréhensions <strong>des</strong> parents se vérifient.<br />

Ils peuvent aussi considérer que si <strong>le</strong>ur fil<strong>le</strong> cesse<br />

d’aider aux travaux du ménage ou <strong>des</strong> champs, <strong>le</strong><br />

revenu <strong>et</strong> <strong>la</strong> survie de <strong>la</strong> famil<strong>le</strong> seront mis en péril.<br />

Une famil<strong>le</strong> pauvre peut ne pas juger économiquement<br />

justifié à court terme de supporter <strong>le</strong> manque<br />

à gagner que représente <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation d’une fil<strong>le</strong>.<br />

C’est tout particulièrement <strong>le</strong> cas <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s pays qui<br />

ne sont pas ralliés à l’idée selon <strong>la</strong>quel<strong>le</strong> <strong>le</strong>s femmes<br />

ont <strong>le</strong> droit d’exercer un emploi rémunéré ou de<br />

ceux où il existe très peu d’emplois pour <strong>le</strong>s femmes<br />

instruites. Les décisions sur l’opportunité d’envoyer<br />

<strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s à l’éco<strong>le</strong> sont souvent prises après analyse<br />

<strong>des</strong> coûts <strong>et</strong> <strong>des</strong> avantages pour l’ensemb<strong>le</strong> de <strong>la</strong><br />

famil<strong>le</strong> 24 .<br />

La bal<strong>le</strong> est alors <strong>dans</strong> <strong>le</strong> camp de l’offre – existence<br />

d’éco<strong>le</strong>s sûres, accessib<strong>le</strong>s <strong>et</strong> adaptées aux fil<strong>le</strong>s;<br />

possibilités d’emploi pour <strong>le</strong>s femmes; informations<br />

pédagogiques pour <strong>le</strong>s parents –, <strong>le</strong> problème ne<br />

tenant pas à une absence de demande d’éducation<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong>s famil<strong>le</strong>s. Peu de parents, en vérité, s’opposeraient<br />

à ce que <strong>le</strong>urs fil<strong>le</strong>s reçoivent une instruction<br />

si on <strong>le</strong>ur donnait une explication convaincante<br />

<strong>des</strong> avantages qu’el<strong>le</strong> procure <strong>et</strong> si <strong>le</strong>s obstac<strong>le</strong>s<br />

matériels ou économiques existant au niveau local<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

23


ou familial avaient été <strong>le</strong>vés. En Sierra Leone, par<br />

exemp<strong>le</strong>, <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s régions où <strong>le</strong>s communautés ont<br />

été formées à réfléchir ensemb<strong>le</strong> à <strong>des</strong> questions<br />

d’intérêt commun, <strong>le</strong>s parents, y compris ceux qui<br />

sont très pauvres, envoient à présent <strong>le</strong>urs fil<strong>le</strong>s à<br />

l’éco<strong>le</strong> 25 . Lorsque <strong>le</strong> Gouvernement kényen a<br />

annoncé en 2003 <strong>la</strong> suppression <strong>des</strong> frais de sco<strong>la</strong>rité,<br />

<strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s ont été prises d’assaut par 1,3 million<br />

d’<strong>enfants</strong> <strong>et</strong> d’ado<strong>le</strong>scents qui en avaient auparavant<br />

été exclus. Près de <strong>la</strong> moitié de ces <strong>enfants</strong> étaient<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. (Voir Encadré sur <strong>le</strong> Kenya <strong>et</strong> <strong>le</strong>s frais de<br />

sco<strong>la</strong>rité, page 35.)<br />

L’impression que <strong>le</strong> problème principal n’est pas<br />

l’absence de demande d’éducation chez <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong><br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>urs parents est confirmée par <strong>des</strong> sondages<br />

d’opinion effectués un peu partout <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong>.<br />

Selon un sondage réalisé récemment à l’échel<strong>le</strong><br />

mondia<strong>le</strong> par <strong>le</strong> Pew Research Center, 6 personnes<br />

interrogées sur 10 en Amérique <strong>la</strong>tine <strong>et</strong> plus de <strong>la</strong><br />

moitié <strong>des</strong> Africains considèrent que <strong>la</strong> médiocrité<br />

<strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s est un « problème national prioritaire » 26 .<br />

L’éducation sauve<br />

<strong>la</strong> vie <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

<strong>et</strong> <strong>des</strong> femmes<br />

<strong>et</strong> améliore <strong>le</strong>ur<br />

existence. El<strong>le</strong><br />

favorise un<br />

développement<br />

plus équitab<strong>le</strong>,<br />

renforce <strong>le</strong>s<br />

famil<strong>le</strong>s, améliore<br />

<strong>le</strong>s services,<br />

<strong>et</strong> fortifie<br />

<strong>le</strong>s <strong>enfants</strong>.<br />

24<br />

Lorsque l’institut de sondage Gallup International a<br />

interrogé plus de 50 000 personnes <strong>dans</strong> 60 pays, 86<br />

pour cent d’entre el<strong>le</strong>s ont rej<strong>et</strong>é l’idée selon <strong>la</strong>quel<strong>le</strong><br />

l’éducation était plus importante pour <strong>le</strong>s garçons<br />

que pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s 27 . Dans <strong>le</strong> même esprit, une étude<br />

comparative récente de <strong>la</strong> Banque mondia<strong>le</strong> portant<br />

sur 23 pays a fourni <strong>des</strong> témoignages émouvants de<br />

parents de famil<strong>le</strong>s pauvres ne sachant pas trop s’ils<br />

al<strong>la</strong>ient investir <strong>dans</strong> l’éducation de <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> – <strong>et</strong><br />

d’autres qui s’imposaient déjà de lourds sacrifices à<br />

c<strong>et</strong>te fin 28 .<br />

Dans une vaste enquête menée auprès d’<strong>enfants</strong> <strong>et</strong><br />

d’ado<strong>le</strong>scents d’Asie orienta<strong>le</strong> <strong>et</strong> du Pacifique,<br />

l’UNICEF a demandé à ceux qui n’al<strong>la</strong>ient pas à<br />

l’éco<strong>le</strong> d’en indiquer <strong>la</strong> raison. Dix-neuf pour cent<br />

seu<strong>le</strong>ment ont répondu qu’ils ne vou<strong>la</strong>ient pas al<strong>le</strong>r à<br />

l’éco<strong>le</strong> ou n’aimaient pas l’éco<strong>le</strong>. Quelque 22 pour<br />

cent avaient quitté l’éco<strong>le</strong> pour pouvoir travail<strong>le</strong>r. Si<br />

43 pour cent ont indiqué qu’ils n’al<strong>la</strong>ient pas à<br />

l’éco<strong>le</strong> faute d’argent, 22 pour cent ont invoqué <strong>la</strong><br />

nécessité d’aider aux travaux du ménage <strong>et</strong> 4 pour


© UNICEF/HQ03-0371/Ami Vita<strong>le</strong><br />

cent ont dit qu’il n’y avait tout simp<strong>le</strong>ment pas<br />

d’éco<strong>le</strong> disponib<strong>le</strong> 29 .<br />

Il convient éga<strong>le</strong>ment de se rappe<strong>le</strong>r que <strong>la</strong> priorité<br />

qui s’est <strong>la</strong>rgement imposée <strong>dans</strong> <strong>la</strong> campagne Dire<br />

oui pour <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong>, était « Éduquer chaque<br />

enfant. » La campagne a permis de récolter près de<br />

95 millions de votes de soutien auprès <strong>des</strong> adultes <strong>et</strong><br />

<strong>des</strong> <strong>enfants</strong> du <strong>monde</strong> de 2001 à 2002.<br />

Au vu de c<strong>et</strong>te demande exprimée au niveau de<br />

<strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion loca<strong>le</strong>, <strong>la</strong> principa<strong>le</strong> « résistance<br />

culturel<strong>le</strong> » pourrait bien être <strong>la</strong> réticence de ces<br />

responsab<strong>le</strong>s nationaux <strong>et</strong> internationaux qui n’ont<br />

pas envie de faire de l’éducation une priorité <strong>et</strong><br />

d’appliquer <strong>des</strong> mesures dont l’efficacité sur <strong>le</strong> terrain<br />

a pourtant été démontrée. La <strong>situation</strong> spécia<strong>le</strong> <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>des</strong> femmes reste « invisib<strong>le</strong> » pour bien <strong>des</strong><br />

responsab<strong>le</strong>s, en majorité <strong>des</strong> hommes, <strong>et</strong> <strong>le</strong>s projecteurs<br />

viennent tout juste d’être braqués sur <strong>la</strong> question<br />

de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. Dans certains milieux<br />

influents, on continuera de pratiquer ouvertement <strong>la</strong><br />

ENCADRÉ 4<br />

Les fil<strong>le</strong>s « karatéka »<br />

de Bihar (Inde)<br />

À première vue, <strong>le</strong> karaté n’a pas<br />

grand-chose à voir avec l’éducation <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s à Bihar, l’une <strong>des</strong> provinces<br />

indiennes <strong>le</strong>s plus en difficulté, à en<br />

juger par <strong>le</strong>s indicateurs de développement<br />

humain. Ces deux activités ont<br />

pourtant changé <strong>la</strong> vie de Lalita Kumari,<br />

18 ans. Tout a commencé quand el<strong>le</strong><br />

est allée au Jagjagi ou « centre d’éveil »<br />

local; une éco<strong>le</strong> accueil<strong>la</strong>nt <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s de<br />

9 à 15 ans <strong>et</strong> <strong>des</strong> femmes de milieux<br />

défavorisés qui n’ont pas achevé <strong>le</strong><br />

cyc<strong>le</strong> d’enseignement primaire ou ne<br />

sont même jamais allées à l’éco<strong>le</strong>. Le<br />

centre propose <strong>des</strong> cours d’alphabétisation<br />

<strong>et</strong> de calcul de base, cinq jours<br />

par semaine à raison de quatre heures<br />

par jour. Le matériel pédagogique tient<br />

compte <strong>des</strong> spécificités <strong>des</strong> hommes<br />

<strong>et</strong> <strong>des</strong> femmes <strong>et</strong> est spécia<strong>le</strong>ment<br />

adapté aux conditions <strong>et</strong> aux problèmes<br />

locaux <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s domaines de<br />

<strong>la</strong> santé, de l’assistance juridique, <strong>des</strong><br />

questions concernant <strong>le</strong>s femmes <strong>et</strong><br />

de l’environnement.<br />

Un jour, Lalita a été invitée à suivre un<br />

programme d’étu<strong>des</strong> de huit mois au<br />

Mahi<strong>la</strong> Shiksan Kendra, un centre éducatif<br />

résidentiel accueil<strong>la</strong>nt <strong>des</strong> femmes<br />

<strong>et</strong> ado<strong>le</strong>scentes qui savent à peine lire.<br />

Ce centre dispense un enseignement<br />

de base <strong>et</strong> un apprentissage de compétences<br />

pratiques <strong>et</strong> offre <strong>la</strong> possibilité<br />

de suivre ensuite <strong>des</strong> étu<strong>des</strong><br />

secondaires. Le programme d’étu<strong>des</strong><br />

se veut comp<strong>le</strong>t <strong>et</strong> privilégie l’acquisition<br />

d’une bonne image de soi. On<br />

apprend aux fil<strong>le</strong>s à développer <strong>des</strong><br />

facultés analytiques qui <strong>le</strong>s aideront<br />

<strong>dans</strong> <strong>des</strong> <strong>situation</strong>s socia<strong>le</strong>s ainsi que<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong>ur vie privée. Après avoir suivi <strong>le</strong><br />

programme, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s rentrent <strong>dans</strong> <strong>le</strong>ur<br />

vil<strong>la</strong>ge <strong>et</strong> racontent <strong>dans</strong> un journal ce<br />

qui se passe lorsqu’el<strong>le</strong>s m<strong>et</strong>tent en<br />

pratique <strong>le</strong>urs nouvel<strong>le</strong>s compétences.<br />

discrimination <strong>et</strong> d’opposer une vive résistance à<br />

l’idée de donner <strong>des</strong> chances éga<strong>le</strong>s aux fil<strong>le</strong>s.<br />

Beaucoup d’hommes politiques, d’administrateurs ou<br />

de responsab<strong>le</strong>s de l’aide qui feignent d’appuyer <strong>le</strong>s<br />

principes de l’égalité <strong>des</strong> sexes acceptent diffici<strong>le</strong>ment<br />

<strong>des</strong> programmes spécifiquement axés sur <strong>le</strong>s<br />

différences entre <strong>le</strong>s sexes <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur opposent une résistance<br />

passive en s’abstenant de <strong>le</strong>s appliquer.<br />

Toute campagne <strong>des</strong>tinée à sco<strong>la</strong>riser toutes <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s<br />

doit tenir compte du contexte local. El<strong>le</strong> doit faire<br />

face sans ambages aux réalités de <strong>la</strong> discrimination<br />

fondée sur <strong>le</strong> sexe, où qu’el<strong>le</strong> se manifeste. La « culture<br />

traditionnel<strong>le</strong> » sert quelquefois d’excuse pour<br />

expliquer comment <strong>le</strong>s résultats escomptés en<br />

matière d’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s n’ont pas été atteints 30 .<br />

C<strong>et</strong>te excuse résiste de moins en moins à l’examen.<br />

Les fil<strong>le</strong>s pauvres doub<strong>le</strong>ment menacées<br />

Un récent rapport sur l’amp<strong>le</strong>ur <strong>et</strong> <strong>la</strong> profondeur de<br />

<strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é chez <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> vivant <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong><br />

L’objectif principal est de former en<br />

milieu rural un ensemb<strong>le</strong> de femmes<br />

très motivées qui joueront un rô<strong>le</strong> de<br />

premier p<strong>la</strong>n <strong>dans</strong> <strong>le</strong>ur communauté.<br />

Lalita a sauté sur <strong>la</strong> chance qui lui était<br />

offerte mais son père s’est opposé à<br />

ce qu’el<strong>le</strong> ail<strong>le</strong> à l’éco<strong>le</strong>, sous prétexte<br />

que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s devaient rester à <strong>la</strong> maison.<br />

Il était éga<strong>le</strong>ment farouchement<br />

opposé à l’enseignement du karaté<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre du programme; il pensait<br />

que <strong>la</strong> réputation de sa fil<strong>le</strong> serait<br />

compromise.<br />

Lalita appartient à une caste généra<strong>le</strong>ment<br />

considérée comme « impure »;<br />

<strong>le</strong>s femmes de Mahi<strong>la</strong> Shiksan Kendra<br />

ont donc insisté sur <strong>la</strong> composante du<br />

programme « éducation à l’hygiène »,<br />

présentée comme l’occasion de dissiper<br />

l’opprobre entourant <strong>la</strong> famil<strong>le</strong>. Son<br />

père a ainsi été convaincu <strong>et</strong> Lalita a<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

25


en développement 31 a conclu que quelque 135 millions<br />

d’enfant âgés de 7 à 18 ans ne reçoivent aucune instruction<br />

<strong>et</strong> que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s ont 60 pour cent de chances<br />

de plus que <strong>le</strong>s garçons (16 pour cent contre 10 pour<br />

cent) d’être ainsi « défavorisées en matière d’éducation<br />

» (voir Figure 5 : fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> garçons non sco<strong>la</strong>risés).<br />

Dans <strong>la</strong> pratique, <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> qui sont privés<br />

d’éducation souffrent tous d’autres formes de dénuement.<br />

La forte disparité entre <strong>le</strong>s sexes en matière<br />

d’éducation peut se traduire par une augmentation<br />

<strong>des</strong> risques que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s courent de souffrir d’autres<br />

manifestations de <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é, comme <strong>la</strong> privation<br />

de nourriture, d’eau potab<strong>le</strong>, d’équipements d’assainissement,<br />

de soins, de logement ou d’information.<br />

Qui plus est, même si <strong>le</strong>s différences entre <strong>le</strong>s sexes<br />

en matière d’éducation sont une réalité pour <strong>le</strong>s<br />

pauvres comme pour <strong>le</strong>s autres, el<strong>le</strong>s sont n<strong>et</strong>tement<br />

plus marquées pour <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> vivant <strong>dans</strong> <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é<br />

(12 pour cent <strong>des</strong> garçons <strong>et</strong> 17 pour cent <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s) que pour ceux qui vivent au-<strong>des</strong>sus du seuil de<br />

pauvr<strong>et</strong>é (3 pour cent <strong>des</strong> garçons <strong>et</strong> 5 pour cent <strong>des</strong><br />

achevé <strong>le</strong> programme en 2001, après<br />

être parvenue en cinquième année<br />

d’étu<strong>des</strong>, bien que son objectif soit<br />

d’al<strong>le</strong>r jusqu’en dixième année.<br />

« Je ne faisais que couper de l’herbe,<br />

al<strong>le</strong>r chercher du bois, faire <strong>le</strong> ménage<br />

<strong>et</strong> <strong>la</strong> cuisine », raconte Lalita à propos<br />

de sa vie avant <strong>le</strong> programme.<br />

« Aujourd’hui, j’enseigne <strong>le</strong> karaté à<br />

<strong>des</strong> groupes de 40 fil<strong>le</strong>s <strong>dans</strong> quatre<br />

Mahi<strong>la</strong> Shiksan Kendra de Bihar <strong>et</strong><br />

Jharkhand. »<br />

Ce sentiment d’autonomie est une<br />

composante essentiel<strong>le</strong> du succès du<br />

programme Mahi<strong>la</strong> Samakhya (généra<strong>le</strong>ment<br />

traduit par « Éducation pour<br />

l’égalité <strong>des</strong> femmes »), qui, depuis<br />

1992, fait intégra<strong>le</strong>ment partie du<br />

Proj<strong>et</strong> d’éducation de Bihar. Quand <strong>le</strong><br />

proj<strong>et</strong> a été <strong>la</strong>ncé, Bihar avait <strong>le</strong> taux<br />

d’alphabétisation <strong>des</strong> femmes <strong>le</strong> plus<br />

faib<strong>le</strong> du pays (23 pour cent), pourcentage<br />

qui depuis est passé à 34 pour<br />

cent. Le programme Mahi<strong>la</strong> Samakhya,<br />

qui bénéficie aujourd’hui à 2 063 vil<strong>la</strong>ges<br />

de 10 districts de Bihar, reconnaît<br />

<strong>le</strong> rô<strong>le</strong> central que l’éducation peut<br />

jouer en ce qui concerne <strong>la</strong> promotion<br />

de l’égalité <strong>des</strong> femmes. Le programme<br />

vise à faire évoluer non seu<strong>le</strong>ment<br />

l’image que <strong>le</strong>s femmes ont<br />

d’el<strong>le</strong>s-mêmes mais éga<strong>le</strong>ment <strong>le</strong>s<br />

conceptions que <strong>la</strong> société a de <strong>le</strong>ur<br />

rô<strong>le</strong> traditionnel.<br />

La stratégie du programme Mahi<strong>la</strong><br />

Samakhya est axée sur <strong>le</strong>s groupes<br />

locaux de femmes. On en dénombre<br />

aujourd’hui plus de 2 000, qui comptent<br />

en tout 50 000 membres. Leurs<br />

activités consistent aussi bien à aider<br />

<strong>le</strong>s famil<strong>le</strong>s à pourvoir à <strong>le</strong>urs besoins<br />

élémentaires qu’à chercher à obtenir<br />

une influence <strong>dans</strong> <strong>la</strong> sphère politique.<br />

Au cours <strong>des</strong> dix dernières années, ces<br />

groupes ont notamment réussi à<br />

accroître <strong>la</strong> demande d’alphabétisation<br />

<strong>des</strong> femmes; à doter <strong>le</strong>s femmes d’un<br />

meil<strong>le</strong>ur statut <strong>et</strong> d’un plus grand rô<strong>le</strong><br />

au sein <strong>des</strong> famil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>des</strong> communautés<br />

<strong>et</strong> à faire élire <strong>des</strong> centaines de<br />

femmes aux organismes publics<br />

locaux, <strong>le</strong>s Panchayati Raj.<br />

L’une <strong>des</strong> principa<strong>le</strong>s priorités <strong>des</strong><br />

groupes de femmes est de réussir à<br />

donner aux <strong>enfants</strong>, en particulier aux<br />

fil<strong>le</strong>s, <strong>des</strong> possibilités d’éducation; <strong>le</strong>s<br />

centres proposent aux fil<strong>le</strong>s, qui sont<br />

quasiment toutes issues de milieux<br />

défavorisés, reconnus comme tels par<br />

<strong>le</strong> Gouvernement indien, un accès privilégié<br />

non seu<strong>le</strong>ment à l’éducation mais<br />

aussi à l’autonomie. Dans ces centres,<br />

<strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s apprennent à prendre <strong>des</strong> décisions,<br />

à occuper <strong>des</strong> rô<strong>le</strong>s de direction<br />

fil<strong>le</strong>s). On voit que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong> sont doub<strong>le</strong>ment menacées<br />

: du fait de <strong>le</strong>ur sexe <strong>et</strong> de <strong>le</strong>ur pauvr<strong>et</strong>é.<br />

Un autre modè<strong>le</strong> de développement :<br />

l’approche multisectoriel<strong>le</strong> reposant<br />

sur <strong>le</strong>s droits fondamentaux<br />

Il existe une autre approche du développement qui<br />

perm<strong>et</strong>tra aux fil<strong>le</strong>s d’exercer <strong>le</strong>ur droit à l’éducation<br />

<strong>et</strong> à <strong>la</strong> communauté internationa<strong>le</strong> de remplir ses<br />

engagements, <strong>et</strong> grâce à <strong>la</strong>quel<strong>le</strong> on peut maximiser<br />

l’eff<strong>et</strong> multiplicateur <strong>des</strong> investissements <strong>dans</strong> l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s : <strong>le</strong> modè<strong>le</strong> multisectoriel reposant<br />

sur <strong>le</strong>s droits fondamentaux.<br />

Les droits fondamentaux<br />

L’action qui a débouché sur l’adoption de c<strong>et</strong>te<br />

approche par l’Organisation <strong>des</strong> Nations Unies a été<br />

pilotée par l’UNICEF, dont l’activité <strong>et</strong> <strong>la</strong> mission<br />

décou<strong>le</strong>nt de deux traités fondamentaux re<strong>la</strong>tifs aux<br />

droits de l’homme, à savoir <strong>la</strong> Convention re<strong>la</strong>tive<br />

26 DES FILLES INSTRUITES, UNE FORCE SANS ÉQUIVALENT À L’APPUI DU DÉVELOPPEMENT<br />

<strong>et</strong> à définir <strong>des</strong> stratégies col<strong>le</strong>ctives en<br />

vue d’infléchir <strong>le</strong>ur <strong>des</strong>tinée. À c<strong>et</strong>te fin,<br />

el<strong>le</strong>s apprennent <strong>dans</strong> certains centres<br />

<strong>le</strong> karaté ou d’autres sports, <strong>dans</strong> <strong>le</strong><br />

cadre d’un programme d’étu<strong>des</strong> intégré.<br />

Lalita décrit <strong>la</strong> satisfaction que lui procure<br />

l’enseignement du karaté : « Au<br />

début, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s ont peur de se casser<br />

une jambe, alors je <strong>le</strong>s rassure <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur<br />

dis qu’el<strong>le</strong>s ne courent aucun danger.<br />

P<strong>et</strong>it à p<strong>et</strong>it, el<strong>le</strong>s s’y m<strong>et</strong>tent <strong>et</strong> disent<br />

qu’el<strong>le</strong>s veu<strong>le</strong>nt être aussi fortes que<br />

moi. Ce<strong>la</strong> me rend très heureuse. »<br />

Les quatre frères aînés de Lalita<br />

n’apprécient pas du tout qu’el<strong>le</strong><br />

enseigne <strong>le</strong> karaté <strong>et</strong> estiment qu’il<br />

est grand temps qu’el<strong>le</strong> se marie.<br />

Heureusement, son père est aujourd’hui<br />

son appui <strong>le</strong> plus important <strong>et</strong><br />

approuve son mode de vie. El<strong>le</strong> se<br />

conduit, dit-il, beaucoup mieux que<br />

tous ses autres <strong>enfants</strong>. Lalita se<br />

dép<strong>la</strong>ce même maintenant seu<strong>le</strong> en<br />

bus entre <strong>le</strong>s quatre centres Mahi<strong>la</strong><br />

Shiksan Kendra où el<strong>le</strong> enseigne.<br />

« Il est arrivé que, <strong>dans</strong> <strong>le</strong> bus, <strong>des</strong><br />

hommes essaient de me prendre ma<br />

p<strong>la</strong>ce en me poussant <strong>et</strong> en me menaçant,<br />

sans savoir que je suis ceinture<br />

b<strong>le</strong>ue », raconte-t-el<strong>le</strong>. « Le karaté m’a<br />

aidée à récupérer ma p<strong>la</strong>ce. »


aux droits de l’enfant <strong>et</strong> <strong>la</strong> Convention sur l’élimination<br />

de toutes <strong>le</strong>s formes de discrimination à l’égard<br />

<strong>des</strong> femmes. Depuis 1996, l’UNICEF s’inspire <strong>des</strong><br />

principes inscrits <strong>dans</strong> ces deux traités en liant <strong>le</strong>s<br />

droits <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> aux droits <strong>des</strong> femmes <strong>dans</strong> tous<br />

ses programmes de coopération.<br />

Dans ce contexte, il est entendu qu’il n’est pas possib<strong>le</strong><br />

de réaliser <strong>le</strong>s droits <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> au p<strong>la</strong>n national<br />

ou mondial sans rég<strong>le</strong>r <strong>le</strong> problème de <strong>la</strong><br />

discrimination sous toutes ses formes, en particulier<br />

<strong>la</strong> <strong>situation</strong> spécifique <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>la</strong> discrimination<br />

fondée sur <strong>le</strong> sexe. Par ail<strong>le</strong>urs, lorsque <strong>le</strong>s principes<br />

re<strong>la</strong>tifs aux droits de l’homme que sont l’universalité,<br />

l’égalité, <strong>la</strong> non-discrimination <strong>et</strong> <strong>la</strong> participation<br />

sont appliqués aux approches économiques du<br />

développement, on obtient une croissance plus<br />

équitab<strong>le</strong>, démocratique <strong>et</strong> durab<strong>le</strong> pour tous.<br />

La dimension multisectoriel<strong>le</strong><br />

Une bonne partie, certains diraient même <strong>la</strong> plus<br />

grande partie, <strong>des</strong> obstac<strong>le</strong>s qui empêchent <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s<br />

de réaliser <strong>le</strong>ur droit à al<strong>le</strong>r jusqu’au bout de <strong>le</strong>ur<br />

sco<strong>la</strong>rité se trouvent loin de <strong>la</strong> sal<strong>le</strong> de c<strong>la</strong>sse. Dans<br />

<strong>le</strong>s vil<strong>le</strong>s sans accès à l’eau, <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s communautés<br />

assiégées par <strong>le</strong> VIH/SIDA <strong>et</strong> <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s famil<strong>le</strong>s prises<br />

au piège de <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s sont souvent gardées<br />

à <strong>la</strong> maison pour al<strong>le</strong>r chercher <strong>la</strong> nourriture<br />

quotidienne, s’occuper <strong>des</strong> frères <strong>et</strong> sœurs ou travail<strong>le</strong>r<br />

comme domestiques. Face à de tels obstac<strong>le</strong>s,<br />

aucun nouveau programme sco<strong>la</strong>ire, aucun p<strong>la</strong>n<br />

pédagogique respectueux <strong>des</strong> spécificités <strong>des</strong> sexes,<br />

aucun livre d’éco<strong>le</strong> adapté à <strong>la</strong> culture loca<strong>le</strong> ne sera<br />

à même de <strong>le</strong>s faire venir à l’éco<strong>le</strong>.<br />

Les solutions doivent venir d’ail<strong>le</strong>urs, plus précisément<br />

de l’extérieur du cadre d’éducation traditionnel;<br />

el<strong>le</strong>s doivent s’inspirer d’une démarche qui intègre <strong>la</strong><br />

p<strong>la</strong>nification <strong>et</strong> l’action <strong>dans</strong> toute une gamme de<br />

secteurs. Par exemp<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s interventions en santé <strong>et</strong><br />

nutrition, bien que conçues au départ pour améliorer<br />

<strong>le</strong>s chances de survie de l’enfant <strong>et</strong> d’une croissance<br />

saine, contribueront à de meil<strong>le</strong>ures performances<br />

FIGURE 5 UN DOUBLE DÉSAVANTAGE<br />

% d’<strong>enfants</strong> de 7 à 18 ans qui ne sont jamais allés à<br />

quelque éco<strong>le</strong> que ce soit<br />

Source : Gordon, D., <strong>et</strong> al., 'The Distribution of Child Poverty in the Developing<br />

World: Report to UNICEF' (version fina<strong>le</strong>), Centre for International Poverty<br />

Research, Université de Bristol, Bristol, Juil<strong>le</strong>t 2003.<br />

sco<strong>la</strong>ires. En offrant <strong>des</strong> repas à l’éco<strong>le</strong>, on améliore<br />

<strong>la</strong> nutrition de l’enfant, bien sûr, mais on l’incite à<br />

al<strong>le</strong>r <strong>et</strong> à rester à l’éco<strong>le</strong>. Logiquement, <strong>et</strong> inévitab<strong>le</strong>ment,<br />

une approche multisectoriel<strong>le</strong> se traduira par<br />

de meil<strong>le</strong>urs résultats pour l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s.<br />

Promesse<br />

Les Objectifs de développement pour <strong>le</strong> Millénaire<br />

sont venus confirmer c<strong>et</strong>te approche du développement<br />

davantage fondée sur <strong>le</strong>s droits, plus comp<strong>le</strong>xe<br />

<strong>et</strong> mieux centrée sur l’être humain. Conformément à<br />

l’un de <strong>le</strong>urs principes fondamentaux, <strong>le</strong>s objectifs<br />

établissent un lien entre <strong>le</strong>s progrès <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s<br />

domaines de l’éducation, de <strong>la</strong> santé, de <strong>la</strong> lutte<br />

contre <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é <strong>et</strong> de l’environnement <strong>et</strong> <strong>le</strong> droit<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s à l’égalité en matière de sco<strong>la</strong>risation. C<strong>et</strong>te<br />

nouvel<strong>le</strong> démarche <strong>et</strong> ces objectifs sont riches de<br />

promesses pour <strong>la</strong> vie <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>la</strong> <strong>des</strong>tinée <strong>des</strong><br />

nations.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

27


28 DES FILLES INSTRUITES, UNE FORCE SANS ÉQUIVALENT À L’APPUI DU DÉVELOPPEMENT


LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

29


3 FILLES<br />

EXCLUES,<br />

PAYS DISTANCÉS


© UNICEF/HQ97-0821/Roger LeMoyne<br />

Quel<strong>le</strong> est l’amp<strong>le</strong>ur du problème qui reste à rég<strong>le</strong>r<br />

si l’on veut avoir atteint en 2005 l’Objectif de développement<br />

pour <strong>le</strong> Millénaire qu’est <strong>la</strong> parité <strong>des</strong><br />

sexes en matière d’éducation ?<br />

L’objectif ultime est d’avoir donné en 2015 à tous<br />

<strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong> à toutes <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>la</strong> possibilité de<br />

s’inscrire à l’éco<strong>le</strong> primaire <strong>et</strong> d’y suivre jusqu’au<br />

bout un enseignement de qualité. Par « tous », il faut<br />

entendre qu’il faudra avoir pourvu de façon éga<strong>le</strong><br />

aux besoins <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>des</strong> garçons, mais il existe<br />

un Objectif de développement pour <strong>le</strong> Millénaire<br />

distinct <strong>et</strong> spécifique à ce suj<strong>et</strong> : avoir éliminé en<br />

2005 toute différence entre <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s garçons en<br />

matière d’enseignement primaire <strong>et</strong> secondaire <strong>et</strong><br />

avoir atteint en 2015 l’égalité complète entre <strong>le</strong>s<br />

sexes <strong>dans</strong> <strong>le</strong> domaine de l’éducation – y compris<br />

donc, l’inscription, l’achèvement de <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>rité <strong>et</strong><br />

<strong>le</strong> niveau d’instruction.<br />

Mais <strong>la</strong> perspective de réalisation de ces objectifs<br />

semb<strong>le</strong> désespérément éloignée. Les taux n<strong>et</strong>s de<br />

sco<strong>la</strong>risation sont <strong>la</strong> meil<strong>le</strong>ure mesure de l’accès à<br />

l’enseignement primaire. Ces taux ont augmenté<br />

pendant <strong>le</strong>s années 90 <strong>dans</strong> toutes <strong>le</strong>s régions <strong>et</strong> ont<br />

représenté une moyenne mondia<strong>le</strong> de 81 pour cent<br />

d’<strong>enfants</strong> sco<strong>la</strong>risés en 2002. Mais <strong>le</strong>s taux varient<br />

énormément selon <strong>le</strong>s régions du <strong>monde</strong>. Avec un<br />

taux de sco<strong>la</strong>risation de 94 pour cent, l’Amérique<br />

<strong>la</strong>tine <strong>et</strong> <strong>le</strong>s Caraïbes se trouvent quasiment au<br />

niveau <strong>des</strong> pays industrialisés (97 pour cent), mais<br />

l’Asie du Sud est n<strong>et</strong>tement distancée (74 pour cent),<br />

tandis que l’Afrique subsaharienne se traîne encore<br />

loin derrière, avec 59 pour cent seu<strong>le</strong>ment (voir<br />

Figure 6 : taux n<strong>et</strong>s de sco<strong>la</strong>risation/fréquentation<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> primaire). 32<br />

Chaque année, <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> sont de plus en plus<br />

nombreux à recevoir une instruction primaire, mais<br />

<strong>le</strong> nombre de p<strong>la</strong>ces disponib<strong>le</strong>s ne suit pas l’accroissement<br />

annuel de <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion d’âge sco<strong>la</strong>ire.<br />

Le nombre global d’<strong>enfants</strong> non sco<strong>la</strong>risés reste<br />

donc figé aux a<strong>le</strong>ntours de 121 millions – <strong>et</strong> <strong>la</strong><br />

majorité de ces <strong>enfants</strong> sont encore <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s.<br />

Que l’on ne parvienne pas à réduire <strong>le</strong> nombre<br />

global d’<strong>enfants</strong> n’al<strong>la</strong>nt pas à l’éco<strong>le</strong> est déjà fort<br />

préoccupant en soi – surtout si l’on a à l’esprit <strong>le</strong>s<br />

risques auxquels sont exposés, encore plus que <strong>le</strong>s<br />

autres, ces <strong>enfants</strong> non sco<strong>la</strong>risés, qui, par exemp<strong>le</strong>,<br />

peuvent se faire exploiter <strong>dans</strong> <strong>le</strong>ur travail ou contracter<br />

<strong>le</strong> VIH/SIDA – mais <strong>le</strong> chiffre global masque une<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

31


vérité régiona<strong>le</strong> encore plus a<strong>la</strong>rmante. Au fil <strong>des</strong><br />

années, l’Afrique subsaharienne, par exemp<strong>le</strong>, a<br />

représenté un nombre d’<strong>enfants</strong> en âge d’al<strong>le</strong>r à<br />

l’éco<strong>le</strong> primaire, mais non inscrits, qui est proportionnel<strong>le</strong>ment<br />

supérieur au reste du <strong>monde</strong>, passant<br />

de 41 millions en 1990 à 45 millions en 2002 33 .<br />

Il convient de noter que <strong>la</strong> masse d’<strong>enfants</strong> non sco<strong>la</strong>risés<br />

comprend ceux qui ont vite abandonné <strong>le</strong>urs<br />

étu<strong>des</strong>, <strong>et</strong> non pas seu<strong>le</strong>ment ceux qui n’ont jamais<br />

mis <strong>le</strong>s pieds <strong>dans</strong> une sal<strong>le</strong> de c<strong>la</strong>sse. Les Objectifs<br />

de développement pour <strong>le</strong> Millénaire précisent que<br />

<strong>le</strong> <strong>monde</strong> doit veil<strong>le</strong>r à ce que <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> ail<strong>le</strong>nt jusqu’au<br />

bout de <strong>le</strong>urs étu<strong>des</strong> primaires – il ne suffit pas<br />

de s’inscrire <strong>et</strong> de fréquenter l’éco<strong>le</strong> pendant un an<br />

ou deux seu<strong>le</strong>ment.<br />

Dans une étude récente, <strong>la</strong> Banque mondia<strong>le</strong> indique<br />

que, <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong> en développement, <strong>le</strong> taux<br />

d’achèvement <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> primaires pondéré par <strong>le</strong><br />

nombre d’habitants est passé de 73 pour cent à 81<br />

pour cent pendant <strong>le</strong>s années 90 34 . Là encore, <strong>le</strong><br />

32 FILLES EXCLUES, PAYS DISTANCÉS<br />

chiffre global masque d’importantes variations selon<br />

<strong>la</strong> région <strong>et</strong> <strong>le</strong> sexe. En Afrique subsaharienne, <strong>le</strong><br />

taux d’achèvement <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> a progressé au cours<br />

de <strong>la</strong> décennie, mais il reste à peine supérieur à 50<br />

pour cent <strong>et</strong> s’il continue de n’augmenter qu’au<br />

rythme actuel, il aura atteint à peine 60 pour cent en<br />

2015. Dans <strong>la</strong> région du Moyen-Orient <strong>et</strong> de l’Afrique<br />

du Nord, ce taux est généra<strong>le</strong>ment supérieur (aux<br />

a<strong>le</strong>ntours de 74 pour cent), mais il a stagné pendant<br />

toutes <strong>le</strong>s années 90 (voir Figure 7: progrès <strong>dans</strong><br />

l’achèvement <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> primaires) 35 .<br />

Très souvent, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s qui ne vont pas à l’éco<strong>le</strong> sont<br />

« invisib<strong>le</strong>s »; on ne <strong>le</strong>s compte pas ou alors on sousestime<br />

<strong>le</strong>ur nombre. Beaucoup de pays souffrent<br />

d’une véritab<strong>le</strong> pénurie d’information qui explique<br />

que <strong>des</strong> popu<strong>la</strong>tions vivant <strong>dans</strong> <strong>des</strong> régions d’accès<br />

diffici<strong>le</strong> ne sont pas comptées. En outre, <strong>le</strong>s pays rendent<br />

<strong>le</strong> plus souvent compte de moyennes <strong>et</strong>, ce faisant,<br />

masquent <strong>le</strong>s très profon<strong>des</strong> disparités entre <strong>le</strong>s<br />

sexes selon <strong>la</strong> région, <strong>le</strong> groupe économique <strong>et</strong> <strong>le</strong><br />

groupe <strong>et</strong>hnique considérés.<br />

FIGURE 6 TAUX NETS DE SCOLARISATION/FRÉQUENTATION DANS LE PRIMAIRE (1996-2002)<br />

Source : UNICEF, 2003


La même étude indique que si <strong>le</strong> rythme de progression<br />

constaté <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s années 90 se prolonge<br />

jusqu’en 2015, il y aura encore près d’un enfant<br />

sur cinq qui ne réussira pas à achever ses étu<strong>des</strong><br />

primaires 36 .<br />

Les fil<strong>le</strong>s abandonnent <strong>le</strong>urs étu<strong>des</strong><br />

Le déséquilibre entre <strong>le</strong>s sexes au regard de l’inscription<br />

à l’éco<strong>le</strong> primaire s’est assurément réduit<br />

pendant <strong>le</strong>s années 90. Dans <strong>le</strong>s pays en développement,<br />

<strong>le</strong> rapport du taux brut de sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s au taux brut de sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> garçons est<br />

passé de 0,86 à 0,92. Près <strong>des</strong> deux tiers de ces pays<br />

ont enregistré une amélioration de <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s pendant <strong>la</strong> décennie, <strong>le</strong> Bénin, <strong>la</strong> Gambie,<br />

<strong>la</strong> Guinée, <strong>le</strong> Mali, <strong>le</strong> Maroc, <strong>la</strong> Mauritanie, <strong>le</strong> Népal,<br />

<strong>le</strong> Pakistan, <strong>le</strong> Soudan <strong>et</strong> <strong>le</strong> Tchad réalisant <strong>le</strong><br />

meil<strong>le</strong>ur score 37 . Au Maroc, <strong>la</strong> proportion de fil<strong>le</strong>s<br />

s’inscrivant <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s rura<strong>le</strong>s a fait un bond<br />

spectacu<strong>la</strong>ire, passant de 44,6 pour cent en 1997-<br />

1998 à 82,2 pour cent en 2002-2003 38 .<br />

Pourtant, <strong>le</strong> taux d’achèvement <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> primaires<br />

chez <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s reste n<strong>et</strong>tement inférieur à celui <strong>des</strong><br />

garçons (76 pour cent contre 85 pour cent). Ce grave<br />

déséquilibre entre <strong>le</strong>s sexes signifie que chaque<br />

année, parmi <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> qui abandonnent <strong>le</strong>urs<br />

étu<strong>des</strong>, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s sont <strong>des</strong> millions de plus que <strong>le</strong>s<br />

garçons 39 . C’est dire que <strong>la</strong> majorité <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> qui<br />

ne vont pas à l’éco<strong>le</strong> sont <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s 40 . Une fois de<br />

plus, <strong>le</strong>s statistiques <strong>le</strong>s plus inquiétantes proviennent<br />

d’Afrique subsaharienne, où <strong>le</strong> nombre de fil<strong>le</strong>s<br />

n’al<strong>la</strong>nt pas à l’éco<strong>le</strong> est passé de 20 millions en<br />

1990 à 24 millions en 2002 41 . Quatre-vingt-trois pour<br />

cent <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s n’al<strong>la</strong>nt pas à l’éco<strong>le</strong> <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong><br />

vivent en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud <strong>et</strong><br />

<strong>dans</strong> <strong>la</strong> région de l’Asie de l’Est <strong>et</strong> du Pacifique 42 .<br />

Les dernières statistiques mondia<strong>le</strong>s de l’UNICEF, qui<br />

portent sur <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur présence<br />

à l’éco<strong>le</strong>, montrent que 70 pays affichent <strong>des</strong> taux<br />

n<strong>et</strong> inférieurs à 85 pour cent, ce qui montre bien<br />

qu’une action ciblée s’impose d’urgence 43 .<br />

La plupart <strong>des</strong> pays ont diminué l’écart entre <strong>le</strong>s<br />

FIGURE 7 PROGRÈS DANS L’ACHÈVEMENT DU CYCLE D’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, 1990-2015<br />

Note : données pondérées par pays<br />

Source : Adapté de Bruns, Mengat and Rakotoma<strong>la</strong><strong>la</strong>, Achieving Primary Education by 2015: A chance for every child, Banque mondia<strong>le</strong>, Washington, D.C.,<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

33


sexes en matière d’inscription <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s<br />

secondaires pendant <strong>le</strong>s années 90. Les pays où <strong>la</strong><br />

proportion de fil<strong>le</strong>s s’inscrivant <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s<br />

secondaires est <strong>la</strong> plus faib<strong>le</strong> se trouvent tous, à<br />

l’exception du Bhoutan, en Afrique subsaharienne;<br />

au Burkina Faso, au Burundi, en Éthiopie, en Guinée,<br />

au Niger, en République-Unie de Tanzanie, en<br />

Somalie <strong>et</strong> au Tchad, <strong>le</strong> taux brut d’inscription est<br />

inférieur à 10 pour cent 44 . De plus, c<strong>et</strong>te région a<br />

moins d’enseignants de sexe féminin – moins d’un<br />

sur quatre <strong>dans</strong> certains pays –, encore que <strong>la</strong> proportion<br />

d’enseignantes y augmente malgré tout. Les<br />

femmes représentent au moins <strong>la</strong> moitié <strong>des</strong> enseignants<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong>s deux tiers <strong>des</strong> États arabes <strong>et</strong> 80<br />

pour cent en Amérique <strong>la</strong>tine <strong>et</strong> <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s Caraïbes 45 .<br />

Crises occultes<br />

En Bosnie-Herzégovine, comme <strong>dans</strong> d’autres pays<br />

de <strong>la</strong> région de l’Europe centra<strong>le</strong> <strong>et</strong> orienta<strong>le</strong> <strong>et</strong> <strong>dans</strong><br />

toute l’Amérique <strong>la</strong>tine <strong>et</strong> <strong>le</strong>s Caraïbes, <strong>le</strong>s questions<br />

liées à l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s représentent une « crise<br />

L’augmentation<br />

bruta<strong>le</strong> du<br />

nombre d’<strong>enfants</strong><br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s<br />

du Kenya s’est<br />

accompagnée<br />

de problèmes.<br />

Plus de 70 élèves<br />

s’entassent<br />

maintenant<br />

<strong>dans</strong> <strong>des</strong> sal<strong>le</strong>s<br />

prévues pour 35.<br />

34<br />

occulte ». Comme <strong>le</strong>s taux d’inscription <strong>et</strong> de fréquentation<br />

sco<strong>la</strong>ires sont satisfaisants parmi <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s, <strong>le</strong>ur éducation n’est pas considérée comme un<br />

suj<strong>et</strong> de préoccupation, même si <strong>le</strong>s informations faisant<br />

état d’un nombre croissant de fil<strong>le</strong>s qui abandonnent<br />

<strong>le</strong>urs étu<strong>des</strong>, surtout <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s zones rura<strong>le</strong>s,<br />

signa<strong>le</strong>nt l’existence d’un grave problème. Au cours<br />

de <strong>la</strong> décennie écoulée, <strong>le</strong>s taux d’inscription <strong>dans</strong><br />

certains pays de <strong>la</strong> région de l’Europe centra<strong>le</strong> <strong>et</strong><br />

orienta<strong>le</strong> ont considérab<strong>le</strong>ment diminué à tous <strong>le</strong>s<br />

degrés d’enseignement – de l’éducation présco<strong>la</strong>ire à<br />

l’enseignement secondaire (voir Figure 8 : <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s au niveau secondaire). De plus, qui<br />

dit parité en matière de sco<strong>la</strong>risation ne dit pas<br />

parité en matière d’éducation, <strong>la</strong>quel<strong>le</strong> inclut l’achèvement<br />

<strong>des</strong> étu<strong>des</strong> <strong>et</strong> <strong>le</strong> niveau d’instruction. Dans<br />

bien <strong>des</strong> cas, <strong>le</strong>s pays peuvent indiquer un taux de<br />

sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s égal à celui <strong>des</strong> garçons mais<br />

afficher éga<strong>le</strong>ment <strong>des</strong> différences marquées au<br />

regard du niveau d’instruction, ce qui dénote une différence<br />

au niveau de <strong>la</strong> qualité de l’enseignement<br />

dispensé aux fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> aux garçons.


© Susan Mwangi/African Women and Child Feature Service/2003<br />

En Serbie-<strong>et</strong>-Monténégro, <strong>le</strong>s statistiques généra<strong>le</strong>s<br />

ne sont pas a<strong>la</strong>rmantes, mais <strong>le</strong>s données montrent<br />

que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s qui sont victimes d’une discrimination<br />

due à <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é, à <strong>des</strong> troub<strong>le</strong>s du développement<br />

ou à <strong>le</strong>ur appartenance <strong>et</strong>hnique (c’est <strong>le</strong> cas <strong>des</strong><br />

Rom) sont doub<strong>le</strong>ment défavorisées en matière d’accès<br />

à l’éducation. Dans <strong>le</strong>ur cas, <strong>le</strong> taux d’abandon<br />

sco<strong>la</strong>ire serait jusqu’à 80 pour cent supérieur à celui<br />

<strong>des</strong> garçons.<br />

En Azerbaïdjan, une enquête réalisée en 2002 a<br />

mis au jour un déséquilibre entre <strong>le</strong>s sexes pour <strong>le</strong><br />

niveau d’instruction (apprentissage de <strong>la</strong> <strong>le</strong>cture, de<br />

l’écriture <strong>et</strong> du calcul, <strong>et</strong> compétences pratiques<br />

essentiel<strong>le</strong>s) parmi <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> quittant l’éco<strong>le</strong> primaire.<br />

Tous <strong>le</strong>s garçons ont réussi au test d’aptitude<br />

à <strong>la</strong> <strong>le</strong>cture <strong>et</strong> à l’écriture, <strong>et</strong> à l’examen de calcul,<br />

contre 52 pour cent seu<strong>le</strong>ment pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s. Tous<br />

<strong>le</strong>s garçons ont réussi au test de compétences pratiques<br />

essentiel<strong>le</strong>s, contre 72 pour cent seu<strong>le</strong>ment<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. Il est c<strong>la</strong>ir que l’on ne parviendra pas à<br />

démarginaliser <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s en veil<strong>la</strong>nt seu<strong>le</strong>ment à ce<br />

ENCADRÉ 5<br />

L’adieu aux frais de sco<strong>la</strong>rité<br />

La c<strong>la</strong>sse de Premier niveau de Kibera<br />

(Kenya) est une ruche qui bourdonne<br />

d’activités. Des écoliers excités s’affairent<br />

sur <strong>la</strong> moqu<strong>et</strong>te aux cou<strong>le</strong>urs<br />

vives, d’autres écrivent au tab<strong>le</strong>au noir,<br />

d’autres encore lisent <strong>le</strong>urs livres. Et au<br />

milieu de ce p<strong>et</strong>it <strong>monde</strong>, Silvia Akinyi,<br />

10 ans, fait une démonstration de son<br />

nouveau savoir au tab<strong>le</strong>au noir.<br />

Il n’y pas si longtemps, Silvia n’al<strong>la</strong>it<br />

pas à l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> el<strong>le</strong> était loin d’être <strong>la</strong><br />

seu<strong>le</strong>. C’est simp<strong>le</strong>, quand l’éco<strong>le</strong> est<br />

payante, <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> <strong>le</strong>s plus vulnérab<strong>le</strong>s<br />

– <strong>le</strong>s pauvres, ceux dont <strong>le</strong>s<br />

parents sont morts du SIDA, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s –<br />

n’y vont pas. Les frais de sco<strong>la</strong>rité,<br />

alourdis par <strong>le</strong> coût <strong>des</strong> cahiers, <strong>des</strong><br />

uniformes <strong>et</strong> <strong>des</strong> examens, <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

responsabilités familia<strong>le</strong>s, tel<strong>le</strong>s que<br />

<strong>le</strong>s soins à apporter à <strong>des</strong> parents<br />

ma<strong>la</strong><strong>des</strong>, continuent d’empêcher <strong>le</strong>s<br />

famil<strong>le</strong>s pauvres d’une grande partie<br />

<strong>des</strong> pays en développement de<br />

sco<strong>la</strong>riser <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong>.<br />

A Kibera, <strong>le</strong> plus gros bidonvil<strong>le</strong> de<br />

Nairobi, <strong>la</strong> plupart <strong>des</strong> parents<br />

n’avaient tout simp<strong>le</strong>ment pas <strong>le</strong>s<br />

moyens d’inscrire <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> à<br />

l’éco<strong>le</strong>. Avec un revenu mensuel<br />

moyen d’environ 27 dol<strong>la</strong>rs — une<br />

somme qui doit servir à payer <strong>le</strong> loyer,<br />

<strong>la</strong> nourriture, l’eau <strong>et</strong> <strong>le</strong>s soins de<br />

santé – il <strong>le</strong>ur était bien diffici<strong>le</strong> de<br />

trouver l’argent pour <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation<br />

qu’el<strong>le</strong>s participent au système éducatif. En fait, il<br />

est même possib<strong>le</strong> d’imposer <strong>des</strong> stéréotypes aux<br />

<strong>enfants</strong> participant à un système qui inculque l’assignation<br />

de rô<strong>le</strong>s traditionnels <strong>et</strong> diminue chez <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s <strong>la</strong> conscience de <strong>le</strong>urs propres capacités <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur<br />

niveau d’instruction.<br />

Même lorsque <strong>le</strong>urs taux d’inscription <strong>et</strong> d’achèvement<br />

<strong>des</strong> étu<strong>des</strong> sont supérieurs à ceux <strong>des</strong> garçons,<br />

<strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s peuvent ne pas dépasser l’enseignement<br />

primaire <strong>et</strong> secondaire, <strong>le</strong>s femmes n’assument pas<br />

de fonctions d’encadrement <strong>et</strong> <strong>le</strong>s femmes qualifiées<br />

continuent trop souvent de gagner moins que <strong>le</strong>s<br />

hommes. Le problème qui se pose aux pays qui ont<br />

réalisé <strong>la</strong> parité <strong>des</strong> sexes consiste à trouver <strong>le</strong><br />

moyen de développer l’idée que se font <strong>la</strong> famil<strong>le</strong> <strong>et</strong><br />

<strong>la</strong> société <strong>des</strong> capacités <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>urs attentes<br />

<strong>dans</strong> ce domaine (voir Figure 9 : <strong>le</strong>s opinions <strong>des</strong><br />

<strong>enfants</strong> sur <strong>le</strong>s disparités entre <strong>le</strong>s sexes <strong>et</strong> l’éducation)<br />

– par exemp<strong>le</strong> en préconisant <strong>le</strong> renforcement<br />

de <strong>le</strong>ur représentation <strong>dans</strong> l’enseignement supérieur<br />

<strong>et</strong> aux postes de responsabilité. Ces pays sont<br />

de <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong>. Le père de Silvia, qui<br />

fait <strong>des</strong> p<strong>et</strong>its boulots, ne pouvait pas<br />

payer <strong>le</strong>s 133 dol<strong>la</strong>rs d’inscription,<br />

sans par<strong>le</strong>r <strong>des</strong> 27 dol<strong>la</strong>rs que coûte<br />

l’uniforme de l’éco<strong>le</strong>.<br />

« Chaque fois que je demandais à mes<br />

parents de m’emmener à l’éco<strong>le</strong>, ça se<br />

terminait par <strong>des</strong> disputes », se souvient<br />

Silvia. « Ils me disaient que<br />

Nombre d’inscriptions avant Nombre d’inscriptions après<br />

<strong>la</strong> suppression <strong>des</strong> frais <strong>la</strong> suppression <strong>des</strong> frais<br />

Pays de sco<strong>la</strong>rité de sco<strong>la</strong>rité<br />

Kenya 5,9 millions 7,2 millions<br />

(augmentation de 22 pour cent,<br />

soit 1,3 million, durant<br />

<strong>la</strong> première semaine de 2003)<br />

Ma<strong>la</strong>wi 1,9 million 3 millions<br />

Ouganda 2,5 millions (1997) 6,5 millions (2000)<br />

Rép.-Unie<br />

deTanzanie 1,4 million 3 millions<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

35


FIGURE 8 PARTICIPATION DES FILLES À L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE<br />

Source : Rapport mondial de suivi sur<br />

l’éducation pour tous 2003, UNESCO<br />

l’éco<strong>le</strong> était faite pour <strong>le</strong>s riches <strong>et</strong> pas<br />

pour <strong>le</strong>s pauvres comme nous. »<br />

La question <strong>des</strong> frais de sco<strong>la</strong>rité revêt<br />

une importance capita<strong>le</strong> en Afrique<br />

subsaharienne, une région où <strong>le</strong><br />

nombre d’orphelins du SIDA, affectés<br />

non seu<strong>le</strong>ment par <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é mais<br />

aussi par <strong>la</strong> stigmatisation socia<strong>le</strong> <strong>et</strong> <strong>la</strong><br />

discrimination liées à c<strong>et</strong>te ma<strong>la</strong>die,<br />

augmente rapidement.<br />

Et pourtant, en dépit de ces obstac<strong>le</strong>s,<br />

ces garçons <strong>et</strong> ces fil<strong>le</strong>s viendront<br />

à l’éco<strong>le</strong> pour peu que l’on<br />

supprime <strong>le</strong>s frais de sco<strong>la</strong>rité. Ce<strong>la</strong><br />

s’est certainement vérifié au Kenya.<br />

Depuis janvier 2003, plus d’1,3 million<br />

d’<strong>enfants</strong> sont allés à l’éco<strong>le</strong> pour <strong>la</strong><br />

première fois <strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre d’une<br />

politique d’éducation primaire gratuite<br />

pour tous. La suppression <strong>des</strong> frais<br />

de sco<strong>la</strong>rité a fait passer <strong>le</strong>s inscriptions<br />

à l’éco<strong>le</strong> primaire publique nationa<strong>le</strong><br />

de 5,9 millions à 7,2 millions<br />

d’élèves. Des expériences simi<strong>la</strong>ires<br />

ont été rapportées au Ma<strong>la</strong>wi, en<br />

République-Unie de Tanzanie <strong>et</strong> en<br />

Ouganda.<br />

36 FILLES EXCLUES, PAYS DISTANCÉS<br />

De nouveaux problèmes<br />

surgissent<br />

C<strong>et</strong>te montée en flèche du nombre<br />

d’inscriptions au Kenya n’est pas allée<br />

sans problèmes. L’éco<strong>le</strong> Ayani a enregistré<br />

une augmentation de 100 pour<br />

cent du nombre d’inscriptions <strong>et</strong>,<br />

comme beaucoup d’établissements<br />

du pays, a souffert d’une pénurie de<br />

pupitres, de papiers <strong>et</strong> de fournitures<br />

sco<strong>la</strong>ires. Plus de 70 élèves s’entassent<br />

maintenant <strong>dans</strong> <strong>des</strong> sal<strong>le</strong>s de<br />

c<strong>la</strong>sse prévues pour 35.<br />

Dans ce contexte d’éco<strong>le</strong>s surpeuplées,<br />

l’Initiative pour une éco<strong>le</strong> primaire<br />

adaptée aux <strong>enfants</strong>, <strong>la</strong>ncée en<br />

2002 par <strong>le</strong> Ministère de l’éducation du<br />

Kenya <strong>et</strong> l’UNICEF, s’efforce d’améliorer<br />

<strong>la</strong> « qualité de l’éco<strong>le</strong> », de sorte<br />

qu’une fois que <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> ont com-<br />

© Susan Mwangi/African Women and Child Feature Service/2003


prêts à accepter <strong>la</strong> transformation de <strong>la</strong> société qui<br />

<strong>le</strong>s aidera à franchir <strong>le</strong> pas <strong>et</strong> à é<strong>la</strong>rgir <strong>la</strong> participation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s à <strong>la</strong> col<strong>le</strong>ctivité.<br />

Insuffisance <strong>des</strong> moyens financiers<br />

Aucun <strong>des</strong> pays <strong>le</strong>s plus riches de <strong>la</strong> p<strong>la</strong>nète ne s’est<br />

développé sans de considérab<strong>le</strong>s investissements<br />

<strong>dans</strong> l’éducation. L’émergence du Japon comme<br />

grande puissance économique <strong>dans</strong> <strong>la</strong> première moitié<br />

du XX e sièc<strong>le</strong>, par exemp<strong>le</strong>, est souvent attribuée<br />

à l’importance qu’il a donnée à l’éducation <strong>et</strong> à l’alphabétisation.<br />

Entre 1906 <strong>et</strong> 1911, <strong>le</strong>s vil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> vil<strong>la</strong>ges<br />

japonais consacraient jusqu’à 43 pour cent de<br />

<strong>le</strong>ur budg<strong>et</strong> à l’éducation 46 . Plus récemment, <strong>la</strong> croissance<br />

économique <strong>et</strong> <strong>le</strong> recul spectacu<strong>la</strong>ire de <strong>la</strong><br />

pauvr<strong>et</strong>é obtenus <strong>dans</strong> beaucoup de pays d’Asie de<br />

l’Est <strong>dans</strong> <strong>le</strong> dernier quart du XX e sièc<strong>le</strong> a été expliquée<br />

pour une bonne part par un investissement<br />

soutenu <strong>dans</strong> l’éducation 47 . (Voir Figure 10 :<br />

dépenses publiques consacrées à l’éducation.)<br />

mencé <strong>le</strong>s c<strong>la</strong>sses, ils y restent <strong>et</strong> y<br />

acquièrent <strong>le</strong>s compétences de base<br />

de l’enseignement primaire.<br />

La Banque mondia<strong>le</strong>, <strong>le</strong> Department<br />

for International Development du<br />

Royaume-Uni <strong>et</strong> l’UNICEF ont fourni<br />

<strong>le</strong>s livres. Du matériel d’éducation <strong>et</strong><br />

<strong>des</strong> équipements récréatifs ont été<br />

donnés par ail<strong>le</strong>urs. Ce<strong>la</strong> a permis aux<br />

enseignants qui avaient été formés en<br />

2002 de transformer <strong>le</strong>s c<strong>la</strong>sses de<br />

base du Premier niveau en un environnement<br />

mieux adapté <strong>et</strong> qui stimu<strong>le</strong><br />

l’apprentissage.<br />

« Une c<strong>la</strong>sse stimu<strong>la</strong>nte, c’est vraiment<br />

passionnant, tant pour <strong>le</strong>s enseignants<br />

que pour <strong>le</strong>s élèves », affirme Mary<br />

Macharia, une enseignante de l’éco<strong>le</strong><br />

primaire d’Ayani. « Nous avons<br />

constaté que <strong>le</strong>s taux d’abandon <strong>des</strong><br />

étu<strong>des</strong> baissent maintenant que <strong>le</strong>s<br />

parents inscrivent <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> <strong>dans</strong><br />

<strong>des</strong> c<strong>la</strong>sses plus accueil<strong>la</strong>ntes <strong>et</strong> plus<br />

stimu<strong>la</strong>ntes. »<br />

En 2002, l’UNICEF a contribué à <strong>la</strong> formation<br />

de quelque 1 000 professeurs<br />

<strong>et</strong> il en a formé environ 5 000 de plus<br />

durant <strong>le</strong> premier semestre 2003. Des<br />

c<strong>la</strong>sses adaptées aux <strong>enfants</strong> sont déjà<br />

offertes <strong>dans</strong> plus de 70 communautés<br />

de 9 districts du Kenya. Si l’appel que<br />

l’UNICEF a <strong>la</strong>ncé pour recueillir une<br />

somme supplémentaire de 4,5 millions<br />

de dol<strong>la</strong>rs est entendu, il pourra<br />

prendre en charge <strong>la</strong> création de ce<br />

type de c<strong>la</strong>sse <strong>dans</strong> 26 autres districts<br />

au cours de 2003.<br />

« Beaucoup d’<strong>enfants</strong> ont profité de<br />

l’argent que l’UNICEF a offert ces<br />

derniers temps pour <strong>des</strong> livres, <strong>des</strong><br />

bureaux <strong>et</strong> <strong>des</strong> craies », affirme Mme<br />

Elsheba Kanyeri, Directrice de l’Éco<strong>le</strong><br />

Ayani. « Au moins maintenant on ne<br />

perd plus d’<strong>enfants</strong> alors qu’avant,<br />

quand on <strong>le</strong>s envoyait à <strong>la</strong> maison<br />

chercher <strong>le</strong>urs cahiers, ils ne<br />

revenaient jamais ».<br />

À 15 ans, Ce<strong>le</strong>stina Adongo devrait<br />

être <strong>dans</strong> une c<strong>la</strong>sse du secondaire,<br />

mais el<strong>le</strong> n’est qu’en 4 ème année de<br />

primaire parce qu’el<strong>le</strong> a été ra<strong>le</strong>ntie par<br />

<strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é <strong>et</strong> sa condition d’orpheline.<br />

Ce n’est que lorsqu’on a annoncé <strong>la</strong><br />

gratuité de l’éco<strong>le</strong> qu’el<strong>le</strong> a vu son<br />

horizon s’éc<strong>la</strong>irer. El<strong>le</strong> redoutait<br />

pourtant que son rêve d’éducation<br />

ne fût pas exaucé car ses tuteurs ne<br />

pouvaient pas lui payer l’équipement<br />

dont el<strong>le</strong> avait besoin, <strong>le</strong>s cahiers ou<br />

<strong>le</strong>s crayons <strong>et</strong> stylos.<br />

« Je pensais qu’un malheur al<strong>la</strong>it arriver<br />

<strong>et</strong> que je serais renvoyée parce que<br />

S’ils veu<strong>le</strong>nt rester fidè<strong>le</strong>s à l’esprit de <strong>la</strong> Déc<strong>la</strong>ration<br />

du Millénaire <strong>et</strong> atteindre <strong>le</strong>s Objectifs de développement<br />

pour <strong>le</strong> Millénaire – <strong>et</strong> <strong>le</strong>s objectifs en matière<br />

d’éducation ne représentent qu’une partie de l’ensemb<strong>le</strong><br />

–, il ne fait aucun doute que <strong>le</strong>s gouvernements<br />

<strong>des</strong> pays en développement devront assumer<br />

<strong>la</strong> plus grosse part de <strong>la</strong> responsabilité. Beaucoup<br />

investissent d’ores <strong>et</strong> déjà <strong>dans</strong> <strong>le</strong> développement<br />

humain plus qu’ils ne l’ont jamais fait, mais <strong>la</strong> nécessaire<br />

redistribution généra<strong>le</strong> <strong>des</strong> ressources en<br />

faveur de l’éducation ne s’est pas encore produite.<br />

Seuls huit pays en développement ont, pendant <strong>la</strong><br />

période 1999-2000, affecté plus de 20 pour cent <strong>des</strong><br />

dépenses publiques à l’éducation : Côte d’Ivoire<br />

(40,8 pour cent), Togo (26,2 pour cent), Ma<strong>la</strong>isie (25,2<br />

pour cent), Azerbaïdjan (24,4 pour cent), Comores<br />

(23,5 pour cent), Mexique (22,6 pour cent), Sainte-<br />

Lucie (21,3 pour cent) <strong>et</strong> Pérou (21,1 pour cent) 48 .<br />

Il est vrai éga<strong>le</strong>ment qu’à d’importantes exceptions<br />

près (voir Encadré : <strong>le</strong>s pays africains se rapprochent<br />

<strong>des</strong> objectifs pour l’éducation), <strong>le</strong>s pays industriali-<br />

« Je pensais qu’un<br />

malheur al<strong>la</strong>it arriver<br />

<strong>et</strong> que je serais<br />

renvoyée parce que<br />

je n’avais pas de<br />

livres. »<br />

je n’avais pas de livres », se rappel<strong>le</strong><br />

Ce<strong>le</strong>stina. El<strong>le</strong> dit que ses prières ont<br />

été entendues lorsqu’el<strong>le</strong> a reçu <strong>le</strong>s<br />

fournitures nécessaires à une sco<strong>la</strong>rité<br />

de base.<br />

L’introduction au Kenya d’une éco<strong>le</strong><br />

primaire gratuite ranime l’espoir <strong>et</strong><br />

change <strong>la</strong> vie – pas seu<strong>le</strong>ment cel<strong>le</strong><br />

de Ce<strong>le</strong>stina mais cel<strong>le</strong> de tous <strong>le</strong>s<br />

<strong>enfants</strong>.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

37


sés <strong>et</strong> <strong>le</strong>s institutions financières internationa<strong>le</strong>s<br />

n’ont pas encore satisfait – il s’en faut de beaucoup –<br />

à <strong>le</strong>urs engagements. En 1990, à <strong>la</strong> Conférence de<br />

Jomtien <strong>et</strong> au Somm<strong>et</strong> mondial pour <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong>, <strong>le</strong>s<br />

pays donateurs ont promis de dégager <strong>des</strong> ressources<br />

supplémentaires pour l’éducation. En 1996,<br />

ils ont pris en outre l’engagement d’assurer que tous<br />

<strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> bénéficieraient de l’instruction primaire<br />

avant 2015 49 .<br />

En fait, <strong>le</strong>s flux d’aide totaux à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> pays<br />

en développement ont diminué pendant <strong>le</strong>s années<br />

90, pour re<strong>des</strong>cendre de <strong>le</strong>ur niveau maximal de 60,6<br />

milliards de dol<strong>la</strong>rs en 1991 à 49,6 milliards de dol<strong>la</strong>rs<br />

en 2000, soit une baisse de 18 pour cent. Nul ne<br />

pouvait douter que <strong>le</strong>s besoins <strong>le</strong>s plus importants<br />

pendant c<strong>et</strong>te période étaient ceux de l’Afrique subsaharienne;<br />

or, <strong>le</strong> montant total de l’aide au développement<br />

parvenue à c<strong>et</strong>te région a baissé de 14 pour<br />

cent en va<strong>le</strong>ur réel<strong>le</strong> entre 1990 <strong>et</strong> 2000, alors même<br />

qu’augmentait l’aide apportée à <strong>la</strong> région de l’Asie<br />

de l’Est 50 .<br />

Le cadre<br />

indicatif de<br />

l’Initiative<br />

pour l’accélération<br />

de<br />

l’éducation<br />

pour tous<br />

Points de repère pour<br />

l’Éducation pour tous<br />

d’ici à 2015<br />

38<br />

REPÈRE 3<br />

Prestation de services d’éducation primaire<br />

Le déclin du financement bi<strong>la</strong>téral de l’éducation a<br />

été encore plus spectacu<strong>la</strong>ire, une baisse généra<strong>le</strong><br />

sur toute <strong>la</strong> durée de <strong>la</strong> décennie atteignant son<br />

paroxysme en 2000 lorsque <strong>le</strong> montant de l’aide est<br />

tombé à 3,5 milliards de dol<strong>la</strong>rs – soit 30 pour cent<br />

de moins qu’en 1990. L’Association internationa<strong>le</strong> de<br />

développement de <strong>la</strong> Banque mondia<strong>le</strong>, qui avait<br />

octroyé en moyenne annuel<strong>le</strong> 0,9 milliard de dol<strong>la</strong>rs<br />

de prêts à l’éducation entre 1990 <strong>et</strong> 1996, n’en a plus<br />

accordé que 0,6 milliard entre 1997 <strong>et</strong> 2001 51 , soit<br />

une baisse de 33 pour cent.<br />

Depuis quelque temps, <strong>le</strong> climat de l’aide au développement<br />

donne <strong>des</strong> signes d’amélioration qui peuvent<br />

inciter à un optimisme prudent. Ils sont, en<br />

partie, <strong>la</strong> conséquence directe <strong>des</strong> engagements que<br />

représentent <strong>le</strong>s Objectifs de développement pour <strong>le</strong><br />

Millénaire. Un nouveau consensus en faveur de l’investissement<br />

<strong>dans</strong> l’éducation s’est dégagé lors de<br />

<strong>la</strong> Conférence internationa<strong>le</strong> sur <strong>le</strong> financement du<br />

développement qui s’est tenue à Monterrey<br />

(Mexique) en 2002, <strong>et</strong> l’éducation constitue une<br />

Sa<strong>la</strong>ire annuel moyen d’un enseignant † 3,5 fois <strong>le</strong> PIB par habitant<br />

Ratio élèves/enseignant † 40:1<br />

Dépenses autres que <strong>le</strong>s sa<strong>la</strong>ires † 33 pour cent <strong>des</strong> dépenses<br />

d’éducation renouve<strong>la</strong>b<strong>le</strong>s<br />

Taux de redoub<strong>le</strong>ment moyen † 10 pour cent ou moins<br />

Développement du système<br />

Coût de construction d’une † 10 000 dol<strong>la</strong>rs ou moins<br />

sal<strong>le</strong> de c<strong>la</strong>sse<br />

Financement du système<br />

Revenus du gouvernement, † 14 à 18 pour cent<br />

en pourcentage du PIB (en fonction du pourcentage du PIB)<br />

Dépenses pour l’éducation † 20 pour cent<br />

en pourcentage <strong>des</strong> revenus<br />

du gouvernement<br />

Dépenses pour l’éducation primaire † 42 à 65 pour cent, en fonction<br />

(en pourcentage <strong>des</strong> dépenses<br />

renouve<strong>la</strong>b<strong>le</strong>s tota<strong>le</strong>s pour l’éducation)<br />

de <strong>la</strong> longueur du cyc<strong>le</strong>


FIGURE 9 OPINIONS D’ENFANTS SUR LES DISPARITÉS ENTRE SEXES ET L’ÉDUCATION<br />

Source : Recherche menée par l’UNICEF <strong>dans</strong> <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s municipa<strong>le</strong>s de l’Etat de Ceará (Brésil), 2001<br />

ENCADRÉ 6<br />

L’Initiative pour l’accélération de l’éducation<br />

pour tous : pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s garçons<br />

— Département de l’éducation de <strong>la</strong> Banque mondia<strong>le</strong><br />

Lancée en 2002, l’Initiative pour l’accélération<br />

de l‘éducation pour tous est un<br />

partenariat mondial de donateurs <strong>et</strong> de<br />

pays en développement, dont l’objectif<br />

est d’accélérer <strong>le</strong>s progrès réalisés par<br />

<strong>le</strong>s pays à faib<strong>le</strong> revenu en vue de parvenir<br />

à l’enseignement primaire universel,<br />

qui est l’un <strong>des</strong> Objectifs de<br />

développement pour <strong>le</strong> Millénaire.<br />

Sous l’impulsion de <strong>la</strong> Banque mondia<strong>le</strong>,<br />

avec l’appui de <strong>la</strong> plupart <strong>des</strong><br />

donateurs bi<strong>la</strong>téraux <strong>et</strong> <strong>des</strong> gran<strong>des</strong><br />

organisations multi<strong>la</strong>téra<strong>le</strong>s, dont<br />

l’UNESCO <strong>et</strong> l’UNICEF, ainsi que <strong>des</strong><br />

banques de développement régiona<strong>le</strong>s,<br />

l’Initiative est un pacte passé entre <strong>le</strong>s<br />

donateurs, qui fourniront de nouvel<strong>le</strong>s<br />

orientations généra<strong>le</strong>s, données, capacités<br />

renforcées <strong>et</strong> ressources financières,<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>s pays, qui m<strong>et</strong>tront en<br />

œuvre <strong>des</strong> politiques adéquates <strong>et</strong><br />

assumeront <strong>la</strong> responsabilité <strong>des</strong> résultats<br />

obtenus.<br />

L’Initiative pour l’accélération de l’éducation<br />

pour tous vise à aider <strong>le</strong>s pays à<br />

atteindre trois objectifs de l’Éducation<br />

pour tous : 1) faire en sorte d’ici à 2015<br />

que tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> achèvent <strong>le</strong> cyc<strong>le</strong><br />

primaire; 2) parvenir à un taux n<strong>et</strong> d’entrée<br />

en première année d’éco<strong>le</strong> primaire<br />

de 100 pour cent <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong><br />

<strong>des</strong> garçons d’ici à 2010; <strong>et</strong> 3) favoriser<br />

un meil<strong>le</strong>ur apprentissage <strong>des</strong> élèves.<br />

En outre, l’Initiative vise à rationaliser<br />

l’utilisation <strong>des</strong> ressources en ce qui<br />

concerne <strong>le</strong>s prestations de services<br />

<strong>dans</strong> l’enseignement primaire, <strong>le</strong> développement<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong> financement <strong>des</strong> systèmes<br />

éducatifs, <strong>et</strong> <strong>le</strong>s dépenses<br />

consacrées à l’enseignement primaire.<br />

(Voir Repère 3 sur <strong>le</strong> Cadre indicatif.)<br />

Au départ, 18 pays - dont 11 pays<br />

d’Afrique - ont été invités à participer à<br />

l’Initiative. Tous <strong>le</strong>s pays disposaient<br />

d’un Document de stratégie de réduction<br />

de <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é <strong>et</strong> d’un p<strong>la</strong>n sectoriel<br />

pour l’éducation approuvés par <strong>le</strong>s<br />

donateurs. Cinq autres pays très peuplés,<br />

qui n’ont pas encore adopté de<br />

documents de stratégie de réduction<br />

de <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é, ont été invités à bénéficier<br />

d’un soutien plus important en vue<br />

de renforcer <strong>le</strong>urs politiques <strong>et</strong> <strong>le</strong>urs<br />

capacités, l’objectif étant de satisfaire<br />

aux conditions requises pour recevoir<br />

<strong>des</strong> financements supplémentaires<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre de l’Initiative.<br />

En novembre 2002, <strong>le</strong>s donateurs se<br />

sont engagés à octroyer une aide supplémentaire<br />

de 200 millions de dol<strong>la</strong>rs<br />

à l’enseignement primaire (pour <strong>la</strong><br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

39


FIGURE 10 DÉPENSES GOUVERNEMENTALES POUR L’ÉDUCATION EN ASIE DE L’EST<br />

ET PACIFIQUE<br />

période 2003-2005) <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s sept premiers<br />

pays bénéficiant de l’Initiative :<br />

Burkina Faso, Guinée, Guyana,<br />

Honduras, Mauritanie, Nicaragua <strong>et</strong><br />

Niger. Ces financements représentent<br />

une hausse d’environ 40 pour cent de<br />

l’aide publique au développement<br />

octroyée à l’enseignement primaire <strong>et</strong><br />

perm<strong>et</strong>tront de sco<strong>la</strong>riser environ 4 millions<br />

de fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> de garçons de plus.<br />

Va<strong>le</strong>ur ajoutée<br />

Engagement <strong>des</strong> pays. Pendant <strong>la</strong><br />

première année de l’Initiative, <strong>le</strong>s pays<br />

en développement invités à y participer<br />

ont, avec une rapidité remarquab<strong>le</strong>, fait<br />

en sorte que <strong>le</strong>ur p<strong>la</strong>n sectoriel<br />

réponde aux nouvel<strong>le</strong>s conditions de<br />

crédibilité <strong>et</strong> de viabilité.<br />

Engagement <strong>des</strong> donateurs. Les<br />

donateurs ont éga<strong>le</strong>ment participé activement<br />

à l’Initiative. Le partenariat de<br />

l’Initiative compte plus de 20 membres<br />

bi<strong>la</strong>téraux <strong>et</strong> uni<strong>la</strong>téraux <strong>et</strong> constitue un<br />

moyen de mieux harmoniser <strong>le</strong>s financements<br />

<strong>des</strong> donateurs, notamment <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong>s cas où <strong>le</strong>s procédures mises en p<strong>la</strong>ce<br />

ne perm<strong>et</strong>tent pas de répondre aux<br />

besoins de financement d’un pays donné.<br />

Partenariat. L’Initiative encourage <strong>la</strong><br />

col<strong>la</strong>boration <strong>et</strong> <strong>le</strong>s partenariats entre<br />

40 FILLES EXCLUES, PAYS DISTANCÉS<br />

toute une gamme d’acteurs du développement.<br />

Citons <strong>le</strong> cas du Partenariat<br />

pour <strong>des</strong> stratégies durab<strong>le</strong>s en faveur<br />

de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, programme <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong> cadre duquel de multip<strong>le</strong>s donateurs<br />

apportent un soutien aux pays en développement<br />

afin d’améliorer <strong>la</strong> conception<br />

<strong>et</strong> <strong>la</strong> mise en œuvre <strong>des</strong> programmes<br />

en faveur de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s.<br />

Principaux apports<br />

de l’Initiative<br />

Focaliser attention <strong>et</strong> action sur<br />

un objectif précis <strong>et</strong> commun. Les<br />

gouvernements <strong>et</strong> <strong>le</strong>s donateurs se<br />

consultent <strong>et</strong> prévoient d’atteindre<br />

systématiquement <strong>le</strong>s Objectifs de<br />

développement pour <strong>le</strong> Millénaire<br />

ainsi que <strong>le</strong>s autres objectifs de<br />

l’Éducation pour tous. En Guinée,<br />

par exemp<strong>le</strong>, l’Initiative a contribué<br />

à organiser <strong>des</strong> débats de haut niveau<br />

sur de très importantes réformes<br />

sectoriel<strong>le</strong>s <strong>et</strong> budgétaires. Au<br />

Honduras <strong>et</strong> au Yémen, el<strong>le</strong> a permis<br />

d’accroître <strong>le</strong> budg<strong>et</strong> national<br />

accordé à l’enseignement primaire.<br />

Mobiliser plus de ressources en<br />

faveur de l’enseignement primaire.<br />

Dans <strong>le</strong>s sept premiers pays<br />

bénéficiant de l’Initiative, l’aide<br />

Source : Bureau régional Asie de l’Est <strong>et</strong> Pacifique de l’UNICEF 2003<br />

publique au développement a<br />

augmenté d’environ 40 pour cent.<br />

Susciter <strong>et</strong> poursuivre <strong>des</strong> réformes.<br />

L’Initiative a aidé <strong>le</strong> Burkina Faso,<br />

<strong>le</strong> Mozambique <strong>et</strong> <strong>le</strong> Niger à ne pas<br />

renoncer à l’ajustement <strong>des</strong> sa<strong>la</strong>ires<br />

<strong>des</strong> enseignants, mesure contestée<br />

sur <strong>le</strong> p<strong>la</strong>n politique mais nécessaire<br />

sur <strong>le</strong> p<strong>la</strong>n fiscal. Dans d’autres pays<br />

comme <strong>le</strong> Vi<strong>et</strong> Nam, el<strong>le</strong> a permis de<br />

prendre conscience de <strong>la</strong> nécessité<br />

d’accroître <strong>le</strong> budg<strong>et</strong> national consacré<br />

à l’éducation <strong>et</strong> <strong>la</strong> rémunération<br />

<strong>des</strong> enseignants. El<strong>le</strong> a éga<strong>le</strong>ment<br />

encouragé l’adoption de normes<br />

communes en ce qui concerne <strong>le</strong>s<br />

coûts unitaires de construction de<br />

sal<strong>le</strong>s de c<strong>la</strong>sse <strong>et</strong> <strong>le</strong>s seuils à ne<br />

pas dépasser, afin de tirer meil<strong>le</strong>ur<br />

parti <strong>des</strong> ressources <strong>des</strong> donateurs.<br />

Établir un Forum <strong>des</strong> donateurs.<br />

Ce Forum perm<strong>et</strong> d’évaluer <strong>le</strong>s progrès<br />

sur <strong>le</strong> terrain <strong>et</strong> de coordonner<br />

<strong>le</strong>s politiques à suivre pour remédier<br />

aux <strong>la</strong>cunes stratégiques <strong>et</strong><br />

financières mises en évidence.<br />

M<strong>et</strong>tre en lumière différents<br />

aspects de <strong>la</strong> coordination <strong>et</strong> du<br />

financement de l’aide. L’Initiative<br />

encourage <strong>le</strong>s mesures prises par<br />

<strong>le</strong>s donateurs en vue de réduire <strong>le</strong>s


partie essentiel<strong>le</strong> <strong>des</strong> engagements du « Monde<br />

digne <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> » pris c<strong>et</strong>te même année lors de <strong>la</strong><br />

Session extraordinaire de l’Assemblée généra<strong>le</strong> <strong>des</strong><br />

Nations Unies consacrée aux <strong>enfants</strong>. Les gouvernements,<br />

y compris ceux du G-8, ont promis d’accroître<br />

<strong>le</strong>ur aide en général <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur aide à l’éducation de<br />

base en particulier (en 2001, toutefois, <strong>la</strong> France <strong>et</strong><br />

<strong>le</strong>s Pays-bas ont été <strong>le</strong>s seuls pays à affecter plus de<br />

5 pour cent de <strong>le</strong>ur aide à l’éducation de base 52 ). La<br />

Banque mondia<strong>le</strong> a <strong>la</strong>ncé l’Initiative pour l’accélération<br />

de l’éducation pour tous – opération qui pourrait<br />

aider à reconfigurer l’Éducation pour tous (voir<br />

Encadré sur l’Initiative pour l’accélération de<br />

l’éducation pour tous, page 39).<br />

Mais <strong>le</strong>s engagements <strong>et</strong> <strong>le</strong>s promesses ne sont pas<br />

toujours tenus, (voir Repère 4 : Campagne mondia<strong>le</strong><br />

pour l’éducation- une mise à jour) comme <strong>le</strong> montre<br />

<strong>le</strong> bi<strong>la</strong>n de l’aide <strong>dans</strong> <strong>la</strong> décennie qui a suivi <strong>la</strong><br />

conférence de Jomtien. Les préoccupations actuel<strong>le</strong>s<br />

de <strong>la</strong> communauté internationa<strong>le</strong> pour <strong>la</strong> sécurité<br />

pourraient conduire à revenir sur certaines annonces<br />

coûts de transaction de l’aide au<br />

développement. El<strong>le</strong> a éga<strong>le</strong>ment<br />

permis de souligner <strong>la</strong> nécessité de<br />

fournir aux pays <strong>des</strong> financements à<br />

long terme plus prévisib<strong>le</strong>s, afin de<br />

prendre en charge <strong>le</strong>s dépenses<br />

récurrentes. Et el<strong>le</strong> a incité <strong>le</strong>s<br />

donateurs à adopter <strong>des</strong> formes<br />

d’appui plus soup<strong>le</strong>s, comme <strong>la</strong><br />

mise en commun <strong>des</strong> financements<br />

à l’échel<strong>le</strong> d’un pays <strong>et</strong> <strong>la</strong> f<strong>le</strong>xibilité<br />

nécessaire à <strong>la</strong> prise en charge <strong>des</strong><br />

dépenses récurrentes.<br />

Créer de fortes incitations en<br />

faveur de réformes <strong>dans</strong> l’éducation<br />

<strong>dans</strong> <strong>des</strong> pays ne re<strong>le</strong>vant<br />

pas du cadre de l’Initiative,<br />

comme <strong>le</strong> Kenya <strong>et</strong> <strong>le</strong> Sénégal.<br />

Défis<br />

Malgré <strong>le</strong>s progrès réalisés <strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre<br />

de l’Initiative, <strong>le</strong>s procédures mises en<br />

p<strong>la</strong>ce par <strong>le</strong>s donateurs ne sont pas<br />

encore harmonisées <strong>et</strong> <strong>le</strong>s financements<br />

restent dispersés. Une grande<br />

partie de l’aide <strong>des</strong> donateurs continue<br />

de dépendre <strong>des</strong> ressources disponib<strong>le</strong>s,<br />

au lieu de financer de façon<br />

plus f<strong>le</strong>xib<strong>le</strong> <strong>le</strong>s dépenses incompressib<strong>le</strong>s<br />

du système. L’aide est souvent<br />

accordée aux pays auxquels <strong>la</strong> préférence<br />

a été donnée par <strong>le</strong> passé, plutôt qu’à<br />

REPÈRE 4<br />

ceux qui obtiennent de bons résultats.<br />

Bien que <strong>le</strong>s donateurs s’efforcent de<br />

mobiliser <strong>des</strong> ressources supplémentaires<br />

<strong>des</strong>tinées à tel ou tel pays bénéficiaire<br />

de l’Initiative, il s’est avéré qu’il<br />

existe certains pays « orphelins » ne<br />

de contributions. Dans l’état actuel <strong>des</strong> choses,<br />

l’aide internationa<strong>le</strong> constitue, à cause de son faib<strong>le</strong><br />

niveau, un aspect du problème de <strong>la</strong> non-sco<strong>la</strong>risation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s au lieu d’être l’élément essentiel de <strong>la</strong><br />

solution de ce problème, ce qu’el<strong>le</strong> devra pourtant<br />

devenir pour que tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> puissent exercer<br />

<strong>le</strong>ur droit à l’éducation.<br />

CAMPAGNE MONDIALE POUR L’ÉDUCATION :<br />

UNE MISE À JOUR<br />

« En avril, <strong>le</strong> Comité de développement de <strong>la</strong> Banque mondia<strong>le</strong> a demandé, à<br />

l’occasion de sa réunion de Dubaï, un rapport sur <strong>le</strong>s progrès accomplis <strong>dans</strong><br />

<strong>la</strong> mise en œuvre de l’Initiative pour l’accélération de l’éducation pour tous.<br />

Il ne l’aura pas – pour <strong>la</strong> bonne raison qu'il n'y a pas de progrès à signa<strong>le</strong>r.<br />

Les principaux responsab<strong>le</strong>s de c<strong>et</strong>te <strong>situation</strong> embarrassante ? Les pays<br />

riches. Une grande partie <strong>des</strong> 18 pays invités à rejoindre l’Initiative pour<br />

l’accélération de l’éducation pour tous se sont déjà engagés sur <strong>la</strong> voie<br />

de réformes ambitieuses de <strong>le</strong>ur système éducatif avec pour objectif <strong>la</strong><br />

sco<strong>la</strong>risation de chaque enfant. Les donateurs, toutefois, n’ont pas fourni un<br />

appui très convaincant à ces p<strong>la</strong>ns. Ils ont approuvé 10 <strong>des</strong> p<strong>la</strong>ns, puis exigé<br />

<strong>des</strong> coupes sombres pour fina<strong>le</strong>ment refuser d’approuver <strong>le</strong>s deman<strong>des</strong> de<br />

financements, pourtant considérab<strong>le</strong>ment réduites, qui subsistaient.<br />

Les pays riches ont éga<strong>le</strong>ment refusé d’é<strong>la</strong>rgir <strong>le</strong>s partenariats de l’Initiative à<br />

tous <strong>le</strong>s autres pays qui, depuis <strong>le</strong> <strong>la</strong>ncement de l’Initiative, ont pourtant<br />

réussi à remplir <strong>le</strong>s conditions d’admissibilité (un p<strong>la</strong>n général du secteur de<br />

l’éducation intégré <strong>dans</strong> une Stratégie de réduction de <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é). Ainsi, ce<br />

qui devait être <strong>le</strong> fondement d’un nouveau partenariat mondial risque d’être<br />

transformé en un p<strong>et</strong>it club de ‘‘pays préférés’’ <strong>des</strong> donateurs. »<br />

(Source : Global Campaign for Education, ‘Education for All Fast Track: The No-Progress Report,’ Global<br />

Campaign for Education Briefing Paper, Septembre 2003.)<br />

bénéficiant pas de donateurs. Si ces<br />

pays n’obtiennent pas de nouveaux<br />

financements, si un principe fondamental<br />

du pacte – <strong>le</strong> renforcement de l’appui<br />

accordé à <strong>des</strong> politiques efficaces –<br />

n’est pas respecté. L’Initiative pourrait<br />

faci<strong>le</strong>ment perdre de son é<strong>la</strong>n.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

41


42 FILLES EXCLUES, PAYS DISTANCÉS


LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

43


4 L’EFFET<br />

MULTIPLICATEUR<br />

DE L’ÉDUCATION DES<br />

FILLES


Kent Page/UNICEF/2003<br />

Les avantages qui décou<strong>le</strong>nt de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

sont attestés depuis longtemps. Mais l’on comprend<br />

mieux aujourd’hui pourquoi l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s est<br />

<strong>la</strong> tâche <strong>la</strong> plus pressante qui s’impose à <strong>la</strong> communauté<br />

mondia<strong>le</strong> du développement <strong>et</strong> comment el<strong>le</strong><br />

peut devenir l’élément moteur de l’action internationa<strong>le</strong><br />

en faveur de <strong>la</strong> réalisation <strong>des</strong> Objectifs de<br />

développement pour <strong>le</strong> Millénaire.<br />

L’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s est <strong>le</strong> meil<strong>le</strong>ur moyen de<br />

résoudre <strong>le</strong>s problèmes <strong>le</strong>s plus graves qui entravent<br />

<strong>le</strong> développement humain. L’éducation est essentiel<strong>le</strong><br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong>s <strong>situation</strong>s d’urgence, à <strong>la</strong> suite d’une<br />

catastrophe ou lorsqu’un pays est plongé <strong>dans</strong> une<br />

<strong>situation</strong> de conflit, car el<strong>le</strong> offre un élément de stabilité<br />

<strong>dans</strong> <strong>la</strong> vie <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>des</strong> garçons <strong>et</strong> aide <strong>le</strong>s<br />

famil<strong>le</strong>s à se rétablir <strong>et</strong> à al<strong>le</strong>r de l’avant. En ce qui<br />

concerne <strong>le</strong>s communautés loca<strong>le</strong>s, <strong>le</strong>s stratégies<br />

visant à donner aux fil<strong>le</strong>s <strong>la</strong> possibilité de terminer<br />

<strong>le</strong>urs étu<strong>des</strong> procurent <strong>des</strong> avantages à tout <strong>le</strong><br />

<strong>monde</strong>.<br />

S’assurer que <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> prennent un bon<br />

départ <strong>dans</strong> <strong>la</strong> vie<br />

L’absence d’investissements <strong>des</strong> gouvernements du<br />

<strong>monde</strong> entier <strong>dans</strong> <strong>le</strong> secteur de <strong>la</strong> p<strong>et</strong>ite enfance a<br />

lourdement pénalisé <strong>le</strong>s systèmes éducatifs. À l’instar<br />

<strong>des</strong> systèmes de santé qui luttent désespérément<br />

partout <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong> pour guérir <strong>le</strong>s ma<strong>la</strong><strong>des</strong> au<br />

lieu d’investir <strong>dans</strong> <strong>la</strong> prévention, <strong>le</strong>s enseignants <strong>et</strong><br />

<strong>le</strong>s spécialistes de l’éducation se mesurent à l’analphabétisme<br />

<strong>et</strong> à <strong>des</strong> élèves qui cherchent à éviter<br />

l’éco<strong>le</strong> ou qui pourraient bien mieux faire <strong>et</strong> ils passent<br />

<strong>le</strong>ur temps à essayer de rég<strong>le</strong>r <strong>des</strong> problèmes<br />

qui auraient été beaucoup plus faci<strong>le</strong>s à gérer si<br />

l’on avait accordé suffisamment d’attention aux<br />

premières années <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>.<br />

Le désintérêt pour <strong>la</strong> p<strong>et</strong>ite enfance n’est nul<strong>le</strong>ment<br />

limité à l’éducation. L’UNICEF sait d’expérience que<br />

<strong>la</strong> survie, <strong>la</strong> croissance <strong>et</strong> <strong>le</strong> développement <strong>des</strong><br />

jeunes <strong>enfants</strong> sont <strong>des</strong> objectifs interdépendants,<br />

qui ne peuvent être atteints que si tout <strong>le</strong> <strong>monde</strong> a<br />

accès à tout un éventail de services de base. La prévention<br />

de <strong>la</strong> carence en iode <strong>et</strong> de l’anémie, par<br />

exemp<strong>le</strong>, améliore l’état sanitaire <strong>et</strong> nutritionnel d’un<br />

enfant – tout en protégeant <strong>le</strong> développement du<br />

cerveau du jeune enfant. Tout ce qui est fait pour<br />

protéger <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> contre <strong>la</strong> vio<strong>le</strong>nce <strong>et</strong> <strong>la</strong> maltraitance<br />

perm<strong>et</strong> de consolider <strong>le</strong> développement cognitif<br />

précoce. Si l’on donne à une femme <strong>le</strong>s moyens<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

45


d’être autonome, si el<strong>le</strong> est en bonne santé <strong>et</strong> instruite<br />

– ce qui est un bien en soi –, ce<strong>la</strong> ne peut être<br />

que bénéfique pour <strong>le</strong> bien-être de ses <strong>enfants</strong>, car si<br />

el<strong>le</strong> est en mauvaise santé, affamée ou opprimée, on<br />

ne peut pas s’attendre à ce qu’el<strong>le</strong> élève correctement<br />

ses <strong>enfants</strong>.<br />

Si l’on a compris que l’apprentissage commence à <strong>la</strong><br />

naissance, on est amené à penser qu’il peut être stimulé<br />

si un lien sécurisant <strong>et</strong> de bons rapports affectifs<br />

s’établissent entre <strong>le</strong> nourrisson <strong>et</strong> ses parents<br />

ou <strong>le</strong>s personnes qui s’occupent de lui. Les <strong>enfants</strong><br />

dépendent éga<strong>le</strong>ment pour <strong>le</strong>ur développement <strong>des</strong><br />

contacts qu’ils ont en dehors de <strong>le</strong>ur famil<strong>le</strong>; à ce<br />

propos, <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> ont montré qu’une prise en<br />

charge structurée extrafamilia<strong>le</strong> peut être particulièrement<br />

importante pour préparer un enfant à al<strong>le</strong>r à<br />

l’éco<strong>le</strong>. Une étude effectuée récemment sur <strong>le</strong>s<br />

<strong>enfants</strong> au Népal a montré que plus de 90 pour cent<br />

de ceux qui avaient fréquenté un centre d’éveil non<br />

sco<strong>la</strong>ire s’étaient inscrits à l’éco<strong>le</strong> primaire, contre<br />

quelque 70 pour cent de ceux qui ne l’avaient pas<br />

Que ce soit<br />

<strong>dans</strong> <strong>des</strong> camps<br />

pour personnes<br />

dép<strong>la</strong>cées en<br />

Azerbaïdjan, <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong>s provinces<br />

d’Ango<strong>la</strong><br />

ravagées par<br />

<strong>la</strong> guerre ou<br />

<strong>le</strong>s c<strong>la</strong>sses<br />

de <strong>la</strong> RDP <strong>la</strong>o,<br />

<strong>des</strong> enseignants<br />

qualifiés aident<br />

<strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> <strong>et</strong><br />

<strong>le</strong>s pays à<br />

se développer.<br />

46<br />

fait. Il y a encore plus révé<strong>la</strong>teur : <strong>la</strong> deuxième<br />

année, quelque 80 pour cent d’<strong>enfants</strong> du premier<br />

groupe al<strong>la</strong>ient encore à l’éco<strong>le</strong>, mais ce n’était <strong>le</strong><br />

cas que de 40 pour cent environ <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> qui<br />

n’avaient pas fréquenté de centre d’éveil 53 .<br />

Le rythme de <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>rité<br />

La même étude népa<strong>la</strong>ise a montré que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s profitent<br />

encore plus que <strong>le</strong>s garçons de <strong>le</strong>ur passage<br />

<strong>dans</strong> un centre d’éveil : 100 pour cent de cel<strong>le</strong>s qui<br />

avaient eu c<strong>et</strong>te expérience s’étaient inscrites à<br />

l’éco<strong>le</strong> primaire, <strong>et</strong> 85 pour cent d’entre el<strong>le</strong>s s’y<br />

trouvaient encore <strong>la</strong> deuxième année. Il y a bien <strong>des</strong><br />

explications possib<strong>le</strong>s au fait que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s profitent<br />

tout particulièrement <strong>des</strong> programmes présco<strong>la</strong>ires.<br />

Entre autres avantages, ces programmes renforcent<br />

<strong>le</strong>ur estime de soi <strong>et</strong> aiguisent l’ambition que nourrissent<br />

<strong>le</strong>urs parents pour el<strong>le</strong>s. Il y a toutefois une<br />

raison dont on n’a pas souvent conscience : ces programmes<br />

établissent <strong>le</strong> rythme de <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>rité <strong>dans</strong><br />

<strong>la</strong> vie d’une fil<strong>le</strong>tte. Dans <strong>la</strong> plupart <strong>des</strong> communau-


© UNICEF/HQ97-0915/Roger LeMoyne<br />

tés du <strong>monde</strong> en développement, en particulier à <strong>la</strong><br />

campagne, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s sont amenées dès <strong>le</strong>ur plus<br />

jeune âge à se charger de p<strong>et</strong>its travaux ménagers,<br />

productifs de revenu ou non. Ces travaux en viennent<br />

peu à peu à s’inscrire <strong>dans</strong> <strong>le</strong> cours normal <strong>des</strong><br />

choses, instaurant un rythme quotidien <strong>dans</strong> <strong>la</strong> vie<br />

de <strong>la</strong> fil<strong>le</strong>tte. Ces travaux prennent vite <strong>le</strong> plus c<strong>la</strong>ir<br />

de son temps : il devient alors très diffici<strong>le</strong> d’incorporer<br />

<strong>la</strong> sco<strong>la</strong>rité <strong>dans</strong> ce rythme quotidien.<br />

Or, <strong>la</strong> prise en charge <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> au sein de <strong>la</strong> communauté<br />

établit un rythme de sco<strong>la</strong>rité différent, qui<br />

rend moins étrangère <strong>et</strong> redoutab<strong>le</strong> l’idée d’une fréquentation<br />

régulière selon un horaire fixe. Même <strong>le</strong><br />

simp<strong>le</strong> fait pour une fil<strong>le</strong>tte de passer quelques<br />

heures par jour avec un grand-parent peut aider à<br />

insérer <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>rité <strong>dans</strong> sa vie.<br />

Les programmes <strong>des</strong>tinés au jeune enfant peuvent<br />

être un instrument essentiel pour <strong>le</strong>s jeunes femmes<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>urs fil<strong>le</strong>s, <strong>et</strong> non pas seu<strong>le</strong>ment parce qu’ils<br />

déchargent <strong>le</strong>s mères d’une partie de <strong>le</strong>urs responsa-<br />

ENCADRÉ 7<br />

Des enseignants sources d’espoir<br />

Des livres à <strong>la</strong> main <strong>et</strong> un bébé sur <strong>le</strong><br />

dos, Dolores Jamba, svelte <strong>et</strong> vêtue<br />

d’orange, représente à 18 ans l’avenir<br />

de l’Ango<strong>la</strong>. Étudiante, mère <strong>et</strong> maintenant<br />

enseignante, Dolores fait partie<br />

<strong>des</strong> quelque 4 000 Ango<strong>la</strong>is récemment<br />

formés qui incarneront <strong>la</strong> reprise<br />

de l’enseignement <strong>dans</strong> ce pays. La<br />

guerre civi<strong>le</strong> de longue durée qui a<br />

ravagé l’Ango<strong>la</strong> jusqu’en mars 2002 a<br />

<strong>la</strong>issé <strong>le</strong> secteur de l’éducation <strong>dans</strong> un<br />

piètre état, un million d’<strong>enfants</strong> étant<br />

privés d’enseignement primaire.<br />

En février 2003 a été <strong>la</strong>ncée <strong>la</strong><br />

« Rentrée <strong>des</strong> c<strong>la</strong>sses », <strong>la</strong> plus grande<br />

campagne d’éducation jamais menée<br />

en Ango<strong>la</strong>. À l’initiative commune <strong>des</strong><br />

autorités loca<strong>le</strong>s <strong>et</strong> de l’UNICEF, c<strong>et</strong>te<br />

campagne a permis à 250 000 <strong>enfants</strong><br />

d’al<strong>le</strong>r pour <strong>la</strong> première fois à l’éco<strong>le</strong>, <strong>la</strong><br />

priorité étant <strong>dans</strong> un premier temps<br />

donnée aux provinces centra<strong>le</strong>s de Bie<br />

<strong>et</strong> Ma<strong>la</strong>nje, qui ont été durement touchées<br />

par <strong>la</strong> guerre.<br />

C<strong>et</strong>te campagne représente un changement<br />

d’orientation majeur pour <strong>le</strong><br />

Gouvernement ango<strong>la</strong>is, qui estimait<br />

auparavant que l’enseignement primaire<br />

universel ne pourrait se concrétiser<br />

tant que l’on ne construirait pas<br />

<strong>dans</strong> l’ensemb<strong>le</strong> du pays <strong>des</strong> sal<strong>le</strong>s de<br />

c<strong>la</strong>sse traditionnel<strong>le</strong>s <strong>et</strong> que l’on ne disposerait<br />

pas en nombres suffisants<br />

d’enseignants dûment formés <strong>et</strong> qualifiés.<br />

La campagne Rentrée <strong>des</strong> c<strong>la</strong>sses<br />

se fonde en revanche sur une formation<br />

rapide <strong>des</strong> enseignants <strong>et</strong> sur une<br />

amélioration progressive de <strong>la</strong> qualité<br />

de l’enseignement. Dès février 2003,<br />

l’UNICEF a entrepris de former de<br />

toute urgence 5 000 enseignants.<br />

Dolores termine maintenant son premier<br />

stage de quinze jours de formation<br />

à l’enseignement. El<strong>le</strong> suivra<br />

ensuite cinq jours de formation en<br />

juin, puis deux jours en novembre <strong>et</strong><br />

d’autres stages l’an prochain. C<strong>et</strong>te<br />

formation est loin d’être complète<br />

mais Dolores se sent capab<strong>le</strong> de<br />

faire son travail.<br />

bilités en matière d’éducation <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>. L’un de<br />

ces programmes, organisé à l’intention <strong>des</strong> mères<br />

albanaises vivant <strong>dans</strong> l’ex-République yougos<strong>la</strong>ve<br />

de Macédoine, dont beaucoup étaient <strong>des</strong> réfugiées,<br />

a su améliorer <strong>le</strong>s compétences parenta<strong>le</strong>s <strong>des</strong> participantes<br />

<strong>dans</strong> un sens propre à appuyer <strong>le</strong> développement<br />

physique, affectif <strong>et</strong> cognitif de <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong>.<br />

Le programme a encouragé <strong>le</strong>s femmes à lire à<br />

haute voix <strong>et</strong> à par<strong>le</strong>r davantage à <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> <strong>et</strong><br />

à stimu<strong>le</strong>r <strong>le</strong>urs capacités à jouer <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur sens de<br />

<strong>la</strong> découverte; il a aidé <strong>le</strong>s femmes à prendre<br />

conscience de <strong>le</strong>urs responsabilités en tant que<br />

parents <strong>et</strong> du rô<strong>le</strong> capital qu’el<strong>le</strong>s doivent jouer <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong> développement de <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> 54 . En Albanie, <strong>le</strong><br />

programme local Jardins <strong>des</strong> mères <strong>et</strong> <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>,<br />

géré par <strong>le</strong> Christian Children’s Fund a su mobiliser<br />

<strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s qui étaient au chômage <strong>et</strong> confinées chez<br />

el<strong>le</strong>s. El<strong>le</strong>s s’occupent à titre bénévo<strong>le</strong> d’<strong>enfants</strong><br />

d’âge présco<strong>la</strong>ire en <strong>le</strong>s divertissant <strong>et</strong> en contribuant<br />

à <strong>le</strong>ur éducation.<br />

« Pour l’instant, je crois que <strong>le</strong> plus<br />

important est que <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> r<strong>et</strong>ournent<br />

à l’éco<strong>le</strong> », dit-el<strong>le</strong> pendant que sa<br />

fil<strong>le</strong> de quatre mois, qu’el<strong>le</strong> porte sur<br />

<strong>le</strong> dos, dort profondément. « Je me<br />

souviens de ce que mes meil<strong>le</strong>urs<br />

enseignants faisaient, <strong>et</strong> j’apprends<br />

constamment de nouvel<strong>le</strong>s métho<strong>des</strong><br />

d’enseignement. » Mais comment se<br />

débrouil<strong>le</strong>ra-t-el<strong>le</strong> <strong>le</strong> premier jour de<br />

c<strong>la</strong>sse, devant 50 <strong>enfants</strong> débordant<br />

d’énergie ? « La plupart <strong>des</strong> <strong>enfants</strong><br />

seront tel<strong>le</strong>ment contents d’être à<br />

l’éco<strong>le</strong> qu’il sera faci<strong>le</strong> de <strong>le</strong>ur faire<br />

<strong>la</strong> c<strong>la</strong>sse », dit-el<strong>le</strong>. « Mais c<strong>et</strong>te<br />

semaine, j’ai aussi appris ce qu’il<br />

faut faire quand un enfant perturbe<br />

<strong>la</strong> c<strong>la</strong>sse. »<br />

Dolores habite à Kunhinga, à 30 km<br />

au nord de Kuito, <strong>la</strong> capita<strong>le</strong> de Bie.<br />

Kunhinga est un vil<strong>la</strong>ge agréab<strong>le</strong> aux<br />

rues <strong>la</strong>rges <strong>et</strong> aux visages amicaux, où<br />

l’on vend sur <strong>le</strong> marché <strong>des</strong> fruits, <strong>des</strong><br />

céréa<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>des</strong> chaussures qui ont<br />

déjà servi à plusieurs personnes. On<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

47


Lutter contre <strong>le</strong> VIH/SIDA<br />

Chaque année, on recense plus de 5 millions de nouvel<strong>le</strong>s<br />

personnes infectées par <strong>le</strong> VIH/SIDA. Dans <strong>le</strong>s<br />

pays <strong>le</strong> plus durement touchés, <strong>le</strong>s acquis du développement<br />

humain qu’il avait fallu <strong>des</strong> générations<br />

pour accumu<strong>le</strong>r ont été anéantis en l’espace de<br />

quelques années. Au Botswana, par exemp<strong>le</strong>, <strong>le</strong> taux<br />

é<strong>le</strong>vé d’infection par <strong>le</strong> VIH a fait chuter l’espérance<br />

de vie de 60 ans en 1990 à 39 ans seu<strong>le</strong>ment en<br />

2001 55 . Et à moins d’une n<strong>et</strong>te intensification <strong>des</strong><br />

actions de prévention au niveau mondial, 45 millions<br />

de personnes vivant <strong>dans</strong> 126 pays à revenu faib<strong>le</strong><br />

ou moyen deviendront séropositives entre 2002 <strong>et</strong><br />

2010 56 .<br />

En l’absence d’un vaccin contre <strong>le</strong> VIH/SIDA, l’éducation<br />

est <strong>le</strong> meil<strong>le</strong>ur moyen de défense de <strong>la</strong> société<br />

contre <strong>la</strong> ma<strong>la</strong>die. Plus <strong>le</strong>s jeunes seront instruits <strong>et</strong><br />

compétents, plus ils seront à même de se protéger<br />

contre l’infection; <strong>et</strong> <strong>le</strong>s jeunes qui vont à l’éco<strong>le</strong> se<br />

r<strong>et</strong>rouvent moins souvent <strong>dans</strong> <strong>des</strong> <strong>situation</strong>s à<br />

peut éga<strong>le</strong>ment y ach<strong>et</strong>er <strong>des</strong> manuels<br />

sco<strong>la</strong>ires <strong>et</strong> <strong>des</strong> crayons, même si par<br />

<strong>le</strong> passé lorsque <strong>le</strong>s famil<strong>le</strong>s devaient<br />

choisir entre produits alimentaires <strong>et</strong><br />

étu<strong>des</strong>, el<strong>le</strong>s choisissaient bien sûr de<br />

se nourrir. Mais pendant <strong>le</strong> mois de <strong>la</strong><br />

Rentrée <strong>des</strong> c<strong>la</strong>sses, <strong>le</strong>s élèves ango<strong>la</strong>is<br />

reprenant <strong>le</strong> chemin de l’éco<strong>le</strong> ont<br />

reçu un colis d’éducation de l’UNICEF,<br />

comprenant <strong>des</strong> livres, un crayon, un<br />

sac <strong>et</strong> une gomme. « C’est Noël en<br />

février », s’est exc<strong>la</strong>mée Luciana, 8<br />

ans, l’un <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> sur <strong>le</strong> point d’al<strong>le</strong>r<br />

à l’éco<strong>le</strong> pour <strong>la</strong> première fois.<br />

Une fois <strong>la</strong> paix rétablie, <strong>le</strong>s Ango<strong>la</strong>is<br />

ont manifesté <strong>le</strong>ur soif d’éducation.<br />

Après 27 ans de guerre civi<strong>le</strong>, on ne<br />

comptait plus <strong>dans</strong> <strong>la</strong> municipalité de<br />

Kunhinga que 21 éco<strong>le</strong>s. Dans l’année<br />

qui a suivi, <strong>le</strong>s habitants ont bâti avec<br />

<strong>des</strong> matériaux de construction locaux<br />

41 nouvel<strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s grâce à l’aide de<br />

l’UNICEF. La nouvel<strong>le</strong> campagne d’éducation<br />

pour tous a suscité chez <strong>le</strong>s<br />

parents un enthousiasme d’autant plus<br />

grand que tous <strong>le</strong>s frais de sco<strong>la</strong>rité<br />

avaient été supprimés.<br />

Domingos Caiumbuca est éga<strong>le</strong>ment<br />

au nombre <strong>des</strong> 39 enseignants actuel<strong>le</strong>ment<br />

en formation à Kunhinga.<br />

Grand, confiant <strong>et</strong> jovial, il explique :<br />

« Je pense que c<strong>et</strong>te formation est<br />

48 L’EFFET MULTIPLICATEUR DE L’ÉDUCATION DES FILLES<br />

très importante car c’est <strong>le</strong> début<br />

d’une nouvel<strong>le</strong> ère <strong>dans</strong> <strong>le</strong> domaine de<br />

l’éducation en Ango<strong>la</strong>. Je veux enseigner<br />

pour aider à former une nouvel<strong>le</strong><br />

génération d’Ango<strong>la</strong>is. Par exemp<strong>le</strong>, ce<br />

matin encore, nous avons appris pourquoi<br />

il est important d’intégrer <strong>le</strong>s<br />

meil<strong>le</strong>urs élèves <strong>et</strong> <strong>le</strong>s plus diffici<strong>le</strong>s.<br />

Ce savoir me passionne. »<br />

Tout porte à croire que Domingos,<br />

Dolores <strong>et</strong> <strong>le</strong>s autres apprentis-maîtres<br />

risque. Depuis toujours, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s ont moins accès<br />

aux avantages de l’éducation, el<strong>le</strong>s ont donc encore<br />

plus besoin que <strong>le</strong>s garçons de <strong>la</strong> protection que<br />

l’éducation peut procurer.<br />

Des étu<strong>des</strong> récentes ont confirmé que <strong>le</strong>s taux<br />

d’infection diminuent avec l’instruction. Une étude<br />

réalisée en Zambie sur <strong>des</strong> jeunes de 15 à 19 ans a<br />

constaté une forte diminution <strong>des</strong> taux de préva<strong>le</strong>nce<br />

du VIH parmi ceux qui avaient acquis une<br />

instruction moyenne ou supérieure, mais une augmentation<br />

parmi ceux dont <strong>le</strong> niveau d’instruction<br />

était plus faib<strong>le</strong> 57 . Pendant <strong>le</strong>s années 90, <strong>le</strong> taux<br />

d’infection par <strong>le</strong> VIH en Zambie a chuté de près de<br />

<strong>la</strong> moitié parmi <strong>le</strong>s femmes instruites, mais n’a guère<br />

baissé chez <strong>le</strong>s femmes n’ayant pas été sco<strong>la</strong>risées 58 .<br />

Une étude portant sur 17 pays d’Afrique <strong>et</strong> 4 pays<br />

d’Amérique <strong>la</strong>tine a montré que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s instruites<br />

r<strong>et</strong>ardent en général <strong>le</strong> moment <strong>des</strong> premiers rapports<br />

sexuels <strong>et</strong> sont plus enclines à demander à<br />

<strong>le</strong>urs partenaires d’utiliser un préservatif 59 .<br />

ont saisi <strong>le</strong>ur chance à bras <strong>le</strong> corps. La<br />

campagne Rentrée <strong>des</strong> c<strong>la</strong>sses a remporté<br />

à Bie <strong>et</strong> Ma<strong>la</strong>nje un succès tel<br />

que <strong>le</strong> Gouvernement ango<strong>la</strong>is a<br />

décidé de l’étendre à l’ensemb<strong>le</strong> du<br />

pays en <strong>2004</strong>. Une allocation budgétaire<br />

de 40 millions de dol<strong>la</strong>rs devrait<br />

perm<strong>et</strong>tre de former 29 000 enseignants<br />

supplémentaires <strong>et</strong> d’accroître<br />

de 90 pour cent <strong>la</strong> proportion d’<strong>enfants</strong><br />

suivant <strong>le</strong>s quatre premières années<br />

d’enseignement. Pour ces quatre<br />

© UNICEF/HQ95-0417/David Barbour


Le meil<strong>le</strong>ur moyen de défense contre <strong>le</strong> VIH/SIDA<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> milieu sco<strong>la</strong>ire consiste à aborder <strong>la</strong> question<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre d’un programme comp<strong>le</strong>t d’acquisition<br />

<strong>des</strong> compétences pratiques essentiel<strong>le</strong>s, qui est l’un<br />

<strong>des</strong> éléments du programme principal. Ces programmes<br />

présentent aux jeunes <strong>des</strong> informations<br />

sexospécifiques sur <strong>le</strong> VIH <strong>et</strong> sur <strong>le</strong>s mesures qu’ils<br />

peuvent prendre pour prévenir <strong>la</strong> propagation de l’infection.<br />

Ils <strong>le</strong>s forment à l’analyse critique <strong>des</strong> <strong>situation</strong>s,<br />

à <strong>la</strong> mise en question <strong>des</strong> stéréotypes sexuels,<br />

à <strong>la</strong> communication <strong>et</strong> à <strong>la</strong> prise de décisions mûrement<br />

réfléchies. Les jeunes sont alors mieux à même<br />

de faire <strong>des</strong> choix favorab<strong>le</strong>s à <strong>le</strong>ur santé, de résister<br />

aux pressions négatives <strong>et</strong> d’éviter <strong>le</strong>s comportements<br />

à risque 60 . C’est particulièrement indispensab<strong>le</strong><br />

pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s, qui risquent plus l’infection par<br />

<strong>le</strong> VIH pendant <strong>le</strong>s rapports sexuels que <strong>le</strong>s garçons.<br />

Les programmes d’acquisition <strong>des</strong> compétences pratiques<br />

essentiel<strong>le</strong>s font éga<strong>le</strong>ment une p<strong>la</strong>ce à <strong>la</strong><br />

santé, à l’hygiène <strong>et</strong> à <strong>la</strong> nutrition. Une nutrition déficiente<br />

<strong>et</strong> un accès limité à l’eau salubre <strong>et</strong> aux instal-<br />

années, <strong>le</strong> nombre d’<strong>enfants</strong> non<br />

sco<strong>la</strong>risés devrait baisser l’an prochain,<br />

de 1,1 million à environ 200 000.<br />

Ces progrès justifient entièrement<br />

<strong>la</strong> confiance <strong>et</strong> l’enthousiasme de<br />

Dolores qui s’apprête à accepter son<br />

premier poste d’enseignante. « Bien<br />

sûr, nous avons besoin de plus de<br />

crayons, de plus de livres <strong>et</strong> de plus<br />

d’éco<strong>le</strong>s afin de pouvoir sco<strong>la</strong>riser tous<br />

<strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> ango<strong>la</strong>is. Mais pour l’instant,<br />

nous devons faire avec ce que<br />

nous avons, <strong>et</strong> ce que nous avons,<br />

c’est <strong>la</strong> possibilité de donner à nos<br />

<strong>enfants</strong> un nouveau départ. »<br />

Une tout autre urgence<br />

Dans <strong>la</strong> République démocratique<br />

popu<strong>la</strong>ire <strong>la</strong>o, <strong>le</strong>s enseignants ont éga<strong>le</strong>ment<br />

<strong>la</strong> possibilité de donner aux<br />

<strong>enfants</strong> un nouveau départ. Bien que <strong>le</strong><br />

pays ne se relève pas de <strong>la</strong> guerre, il<br />

existe une tout autre urgence. En<br />

1992, près de 80 pour cent <strong>des</strong> enseignants<br />

du primaire n’étaient pas qualifiés<br />

<strong>et</strong> plus de 50 pour cent d’entre<br />

eux n’avaient pas achevé <strong>le</strong>urs étu<strong>des</strong><br />

secondaires. Si <strong>le</strong>s enseignants étaient<br />

souvent véritab<strong>le</strong>ment désireux d’instruire<br />

<strong>le</strong>urs élèves, ils n’en avaient pas<br />

<strong>le</strong>s moyens, n’étaient pas bien rémunérés<br />

<strong>et</strong> travail<strong>la</strong>ient <strong>dans</strong> <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s<br />

isolées <strong>dans</strong> <strong>des</strong> conditions diffici<strong>le</strong>s.<br />

En temps de guerre ou en temps de<br />

paix, une constante demeure : <strong>la</strong><br />

nécessité de former <strong>des</strong> enseignants.<br />

Pour répondre à ces besoins, <strong>le</strong><br />

Ministère de l’éducation a mis au point,<br />

avec l’aide de l’UNICEF, un système<br />

novateur de formation interne <strong>des</strong><br />

enseignants, <strong>le</strong> Proj<strong>et</strong> de perfectionnement<br />

<strong>des</strong> enseignants. Ce proj<strong>et</strong> a<br />

ensuite été développé avec <strong>le</strong> soutien<br />

du comité national du Japon. Le proj<strong>et</strong><br />

répond à un doub<strong>le</strong> objectif : dispenser<br />

aux enseignants une éducation continue<br />

du niveau de <strong>la</strong> huitième année<br />

d’étu<strong>des</strong> <strong>et</strong> améliorer <strong>le</strong>ur pédagogie.<br />

Il ressort d’une évaluation du Proj<strong>et</strong><br />

de perfectionnement <strong>des</strong> enseignants,<br />

réalisée en 2000 <strong>et</strong> comparant tous <strong>le</strong>s<br />

autres programmes de formation <strong>des</strong><br />

enseignants de <strong>la</strong> République démocratique<br />

popu<strong>la</strong>ire <strong>la</strong>o, que ce programme<br />

a <strong>le</strong> plus amélioré <strong>la</strong> pédagogie <strong>et</strong> l’efficacité<br />

<strong>des</strong> enseignants. Les enseignants<br />

ont ainsi acquis <strong>la</strong> confiance<br />

nécessaire pour m<strong>et</strong>tre à l’essai <strong>des</strong><br />

métho<strong>des</strong> adaptées aux <strong>enfants</strong>, ainsi<br />

que <strong>le</strong> niveau d’instruction perm<strong>et</strong>tant<br />

de traiter <strong>des</strong> matières <strong>des</strong> quatrième<br />

<strong>et</strong> cinquième années d’étu<strong>des</strong>.<br />

À <strong>la</strong> suite du succès de ce programme,<br />

d’autres donateurs, notamment <strong>la</strong><br />

<strong>la</strong>tions d’assainissement peuvent m<strong>et</strong>tre en danger<br />

<strong>le</strong> système immunitaire <strong>et</strong> accroître <strong>la</strong> vulnérabilité<br />

au VIH/SIDA <strong>et</strong> à d’autres ma<strong>la</strong>dies 61 . De surcroît, <strong>le</strong>s<br />

éco<strong>le</strong>s établissent un lien concr<strong>et</strong> avec <strong>des</strong> services<br />

de santé adaptés aux jeunes <strong>et</strong> respectueux <strong>des</strong> spécificités<br />

<strong>des</strong> sexes qui offrent <strong>des</strong> tests gratuits <strong>et</strong><br />

confidentiels de dépistage du VIH <strong>et</strong> <strong>des</strong> consultations<br />

<strong>dans</strong> ce domaine. On voit que <strong>la</strong> lutte contre <strong>le</strong><br />

VIH/SIDA prend, comme <strong>le</strong> combat en faveur de<br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, <strong>des</strong> formes variées, <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

progrès accomplis sur un front ne sauraient être<br />

dissociés de ceux constatés sur un autre.<br />

Enfants affectés par <strong>le</strong> VIH/SIDA<br />

Il y aurait 11 millions d’<strong>enfants</strong> rendus orphelins par<br />

<strong>le</strong> SIDA en Afrique subsaharienne 62 ; ce sont souvent<br />

<strong>le</strong>s premiers <strong>enfants</strong> à perdre <strong>le</strong> soutien <strong>des</strong> famil<strong>le</strong>s<br />

é<strong>la</strong>rgies en ce qui concerne <strong>le</strong>ur sco<strong>la</strong>rité. Les orphelins<br />

qui ont perdu <strong>le</strong>urs deux parents ont encore moins<br />

de chances de fréquenter l’éco<strong>le</strong> (voir Figure 11 : <strong>le</strong>s<br />

orphelins ont moins de chances d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong>).<br />

Banque asiatique de développement <strong>et</strong><br />

l’Agence suédoise de coopération pour<br />

<strong>le</strong> développement international, ainsi<br />

que <strong>des</strong> ONG internationa<strong>le</strong>s comme<br />

l’Alliance Save the Children <strong>et</strong> Catholic<br />

Relief Service, ont é<strong>la</strong>rgi <strong>le</strong> proj<strong>et</strong> à<br />

toutes <strong>le</strong>s provinces du pays. À ce jour,<br />

plus de 7 000 enseignants ont suivi<br />

l’ensemb<strong>le</strong> du programme. À l’échel<strong>le</strong><br />

nationa<strong>le</strong>, <strong>le</strong> pourcentage d’enseignants<br />

du primaire qualifiés a atteint<br />

près de 77 pour cent en 2002.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

49


Les fil<strong>le</strong>s sont encore plus pénalisées à c<strong>et</strong> égard que<br />

<strong>le</strong>s garçons parce que <strong>la</strong> responsabilité de soigner<br />

d’autres membres de <strong>le</strong>ur famil<strong>le</strong> ma<strong>la</strong><strong>des</strong> <strong>le</strong>ur est<br />

dévolue d’une manière disproportionnée. Dans de<br />

nombreuses famil<strong>le</strong>s, <strong>le</strong>s ma<strong>la</strong>dies liées au VIH <strong>et</strong> <strong>la</strong><br />

perte de sa<strong>la</strong>ire qui <strong>le</strong>ur est associée ne perm<strong>et</strong>tent<br />

pas de continuer d’envoyer un enfant à l’éco<strong>le</strong>.<br />

Les éco<strong>le</strong>s sont éga<strong>le</strong>ment affectées car beaucoup<br />

d’enseignants sont ma<strong>la</strong><strong>des</strong> ou meurent du VIH/SIDA.<br />

En Zambie, <strong>le</strong>s trois quarts environ <strong>des</strong> enseignants<br />

nouvel<strong>le</strong>ment formés chaque année doivent remp<strong>la</strong>cer<br />

ceux qui sont morts du SIDA. Au Ma<strong>la</strong>wi, <strong>dans</strong><br />

certaines éco<strong>le</strong>s, <strong>le</strong> rapport élèves/maîtres est monté<br />

jusqu’à 96 pour 1 en raison <strong>des</strong> ma<strong>la</strong>dies liées au<br />

VIH ayant frappé <strong>le</strong>s enseignants 63 .<br />

Paradoxa<strong>le</strong>ment, <strong>le</strong>s réformes sco<strong>la</strong>ires suscitées par<br />

<strong>la</strong> pandémie de VIH/SIDA m<strong>et</strong>tent souvent en p<strong>la</strong>ce<br />

<strong>le</strong>s mesures qui, <strong>dans</strong> d’autres circonstances,<br />

auraient pu être exigées au nom de <strong>la</strong> qualité de<br />

l’enseignement <strong>et</strong> <strong>des</strong> droits de l’enfant. Ces<br />

réformes consistent par exemp<strong>le</strong> à assouplir <strong>le</strong>s<br />

emplois du temps, à responsabiliser <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s en<br />

ce qui concerne <strong>la</strong> protection <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> contre <strong>le</strong><br />

50 L’EFFET MULTIPLICATEUR DE L’ÉDUCATION DES FILLES<br />

harcè<strong>le</strong>ment sexuel, à appliquer <strong>le</strong>s lois protégeant<br />

<strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s contre <strong>le</strong> viol <strong>et</strong> l’agression sexuel<strong>le</strong> <strong>et</strong> à<br />

donner aux <strong>enfants</strong> <strong>le</strong>s moyens d’éviter <strong>le</strong>s comportements<br />

à risque.<br />

Au Botswana, qui affiche l’un <strong>des</strong> taux de préva<strong>le</strong>nce<br />

du VIH/SIDA <strong>le</strong>s plus é<strong>le</strong>vés du <strong>monde</strong> <strong>et</strong> où <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s<br />

risquent quatre fois plus l’infection que <strong>le</strong>s garçons,<br />

<strong>le</strong> gouvernement é<strong>la</strong>bore <strong>et</strong> applique <strong>des</strong> stratégies<br />

de prévention du VIH/SIDA qui tiennent compte <strong>des</strong><br />

différences entre <strong>le</strong>s sexes. Certaines de ces stratégies<br />

consistent à former <strong>des</strong> enseignants de centaines<br />

d’éco<strong>le</strong>s primaires <strong>et</strong> secondaires du premier cyc<strong>le</strong><br />

à diriger <strong>des</strong> clubs de prévention tenant compte <strong>des</strong><br />

différences entre <strong>le</strong>s sexes. Il est éga<strong>le</strong>ment envisagé<br />

de préparer <strong>des</strong> centaines de fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> de garçons<br />

âgés de 6 à 12 ans à assumer <strong>dans</strong> ces clubs une<br />

fonction d’animation au titre de l’entraide entre<br />

<strong>enfants</strong> du même âge. Un proj<strong>et</strong> d’amélioration<br />

<strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s renforce l’acquisition <strong>des</strong> compétences<br />

pratiques essentiel<strong>le</strong>s <strong>et</strong> rend <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s plus<br />

sensib<strong>le</strong>s aux différences entre sexes, mieux<br />

adaptées aux <strong>enfants</strong> <strong>et</strong> plus soucieuses de<br />

<strong>le</strong>urs besoins psychosociaux 64 .<br />

FIGURE 11 LES ORPHELINS ONT MOINS DE CHANCES D’ALLER À L’ÉCOLE<br />

Source : UNICEF, 2003


En Ouganda, Straight Talk, journal mensuel pour<br />

ado<strong>le</strong>scents qui aborde <strong>le</strong> VIH/SIDA sous l’ang<strong>le</strong> de<br />

<strong>la</strong> sexualité, <strong>des</strong> sentiments <strong>et</strong> <strong>des</strong> va<strong>le</strong>urs, est distribué<br />

aux éco<strong>le</strong>s, aux églises <strong>et</strong> aux associations<br />

loca<strong>le</strong>s. Il est éga<strong>le</strong>ment envoyé à plus de 3 000<br />

adresses en Ouganda <strong>et</strong> à l’étranger, <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s<br />

secondaires pour près de <strong>la</strong> moitié. En Namibie, <strong>des</strong><br />

élèves âgés de 14 à 21 ans reçoivent actuel<strong>le</strong>ment<br />

une formation devant <strong>le</strong>ur perm<strong>et</strong>tre de sensibiliser<br />

<strong>des</strong> jeunes du même âge qu’eux aux moyens de se<br />

prémunir contre <strong>la</strong> grossesse, l’infection par <strong>le</strong><br />

VIH/SIDA, <strong>la</strong> toxicomanie <strong>et</strong> <strong>le</strong> viol. Les éco<strong>le</strong>s choisies<br />

pour ce proj<strong>et</strong> ont signalé une baisse du nombre<br />

<strong>des</strong> grossesses <strong>et</strong> <strong>des</strong> abandons de sco<strong>la</strong>rité.<br />

Créer un environnement protecteur<br />

Si <strong>la</strong> famil<strong>le</strong> est <strong>le</strong> premier périmètre de l’environnement<br />

protecteur <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>, l’éducation constitue <strong>le</strong><br />

second. L’éco<strong>le</strong> peut offrir une excel<strong>le</strong>nte protection<br />

à <strong>la</strong> plupart <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>, surtout aux fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> aux<br />

autres <strong>enfants</strong> particulièrement vulnérab<strong>le</strong>s. Ce n’est<br />

pas seu<strong>le</strong>ment parce que <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s m<strong>et</strong>tent <strong>le</strong>s<br />

<strong>enfants</strong> à l’abri de tout ce qui pourrait comprom<strong>et</strong>tre<br />

<strong>le</strong>ur sécurité pendant une bonne partie de <strong>la</strong> journée,<br />

mais aussi parce qu’el<strong>le</strong>s <strong>le</strong>s aident à acquérir <strong>des</strong><br />

compétences <strong>et</strong> à obtenir <strong>des</strong> informations qui <strong>le</strong>ur<br />

perm<strong>et</strong>tront d’assurer <strong>le</strong>ur propre protection.<br />

L’éducation demeure un moyen essentiel de prévention<br />

du travail <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> <strong>et</strong> de lutte contre l’exploitation<br />

sexuel<strong>le</strong> <strong>et</strong> <strong>la</strong> traite d’<strong>enfants</strong>, <strong>le</strong>squel<strong>le</strong>s<br />

cib<strong>le</strong>nt surtout <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s. Une fil<strong>le</strong> qui va à l’éco<strong>le</strong><br />

court moins <strong>le</strong> risque de se r<strong>et</strong>rouver employée hors<br />

de chez el<strong>le</strong> par <strong>des</strong> personnes qui l’exploitent <strong>et</strong><br />

profitent d’el<strong>le</strong>, <strong>et</strong> el<strong>le</strong> est, au surplus, écartée de<br />

tâches domestiques qui peuvent être écrasantes. Les<br />

fil<strong>le</strong>s qui savent lire <strong>et</strong> écrire <strong>et</strong>, en particulier, cel<strong>le</strong>s<br />

qui ont acquis de l’assurance en même temps que<br />

<strong>le</strong>s compétences pratiques essentiel<strong>le</strong>s sont moins<br />

exposées aux formes extrêmes de <strong>la</strong> vio<strong>le</strong>nce intrafamilia<strong>le</strong>,<br />

à l’exploitation sexuel<strong>le</strong> <strong>et</strong> à <strong>la</strong> traite.<br />

Les millions d’<strong>enfants</strong> exploités chaque année sont <strong>la</strong><br />

preuve vivante de l’incapacité généra<strong>le</strong> du <strong>monde</strong> à<br />

protéger <strong>le</strong>s plus jeunes de ses habitants. Selon<br />

l’Organisation internationa<strong>le</strong> du Travail, environ 1,2<br />

million d’<strong>enfants</strong> sont chaque année assuj<strong>et</strong>tis, <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong> cadre de <strong>la</strong> traite, au travail forcé ou à <strong>la</strong> prostitution<br />

65 . Une enquête auprès <strong>des</strong> ménages réalisée<br />

récemment par l’UNICEF <strong>dans</strong> 25 pays d’Afrique subsaharienne<br />

a montré que 31 pour cent <strong>des</strong> <strong>enfants</strong><br />

âgés de 5 à 14 ans se livrent à l’une <strong>des</strong> pires formes<br />

du travail <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>, tel<strong>le</strong>s que l’esc<strong>la</strong>vage, <strong>la</strong> traite,<br />

<strong>le</strong>s conflits armés, <strong>la</strong> prostitution <strong>et</strong> <strong>la</strong> pornographie,<br />

<strong>et</strong> que 9 pour cent se livrent à l’une <strong>des</strong> formes de<br />

travail dangereuses, c’est-à-dire accomplissent pendant<br />

plus de 43 heures par semaine un travail qui<br />

menace <strong>le</strong>ur bien-être. Dans <strong>le</strong>s pays considérés, il y<br />

aurait 31 millions d’<strong>enfants</strong> qui travail<strong>le</strong>nt, 24 millions<br />

d’<strong>enfants</strong> qui participent aux travaux du foyer <strong>et</strong> 7<br />

millions d’<strong>enfants</strong> qui se livrent à un travail dangereux.<br />

Les fil<strong>le</strong>s étaient plus nombreuses que <strong>le</strong>s garçons<br />

à se livrer à un travail dangereux car <strong>le</strong>s travaux<br />

domestiques d’une durée supérieure à quatre heures<br />

par jour avaient été pris en compte 66 .<br />

En dernière analyse, <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> ne seront à l’abri du<br />

travail <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>, de <strong>la</strong> traite <strong>et</strong> de l’exploitation<br />

sexuel<strong>le</strong> que lorsque :<br />

<strong>le</strong>s gouvernements feront de <strong>la</strong> protection <strong>des</strong><br />

<strong>enfants</strong> une priorité<br />

<strong>le</strong>s médias <strong>et</strong> <strong>la</strong> société civi<strong>le</strong> rem<strong>et</strong>tront en question<br />

<strong>le</strong>s mentalités <strong>et</strong> pratiques discriminatoires<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> souci de <strong>le</strong>s faire évoluer<br />

une légis<strong>la</strong>tion sera en p<strong>la</strong>ce <strong>et</strong> rigoureusement<br />

appliquée<br />

<strong>le</strong>s enseignants, <strong>le</strong>s agents de santé, <strong>le</strong>s parents<br />

<strong>et</strong> toutes <strong>le</strong>s autres personnes qui communiquent<br />

avec <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> sauront reconnaître <strong>la</strong> maltraitance<br />

d’<strong>enfants</strong> <strong>et</strong> y faire face<br />

<strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> auront accès aux informations<br />

<strong>et</strong> connaissances dont ils ont besoin pour<br />

se protéger<br />

<strong>des</strong> systèmes de surveil<strong>la</strong>nce seront installés pour<br />

m<strong>et</strong>tre en évidence <strong>le</strong>s cas de maltraitance<br />

l’égalité <strong>des</strong> sexes <strong>et</strong> <strong>le</strong>s droits <strong>des</strong> femmes seront<br />

garantis.<br />

Au Bang<strong>la</strong><strong>des</strong>h, depuis 1997, <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s <strong>des</strong>tinées<br />

aux <strong>enfants</strong> diffici<strong>le</strong>s à atteindre suivent <strong>le</strong> modè<strong>le</strong><br />

du BRAC <strong>et</strong> fonctionnent deux heures par jour <strong>et</strong> six<br />

jours par semaine à l’intention d’<strong>enfants</strong> comme <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s employées de maison qui, à défaut, n’auraient<br />

aucune occasion de recevoir une éducation de<br />

base 67 . Au Maroc, selon une enquête réalisée en<br />

2001 par <strong>le</strong> Ministère de <strong>la</strong> prévision économique <strong>et</strong><br />

du p<strong>la</strong>n, quelque 23 000 fil<strong>le</strong>s étaient employées<br />

comme bonnes <strong>dans</strong> <strong>la</strong> région du Grand Casab<strong>la</strong>nca,<br />

dont environ 60 pour cent avaient moins de 15 ans.<br />

Depuis 2001, en col<strong>la</strong>boration avec <strong>le</strong>s organisations<br />

non gouvernementa<strong>le</strong>s loca<strong>le</strong>s <strong>et</strong> avec l’appui de <strong>la</strong><br />

Wi<strong>la</strong>ya de Casab<strong>la</strong>nca, l’UNICEF aide ces fil<strong>le</strong>s à<br />

bénéficier d’une instruction <strong>et</strong> de soins de santé de<br />

base. Ce programme intersectoriel vise éga<strong>le</strong>ment à<br />

faire disparaître <strong>le</strong> problème en <strong>le</strong> prenant à <strong>la</strong> racine<br />

<strong>et</strong>, pour ce<strong>la</strong>, attire l’attention sur <strong>le</strong>s difficultés<br />

vécues par ces fil<strong>le</strong>s 68 .<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

51


<strong>Aide</strong>r <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s <strong>situation</strong>s<br />

d’urgence<br />

L’éducation n’est pas un produit de luxe à ne m<strong>et</strong>tre<br />

à disposition <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> que <strong>dans</strong> une <strong>situation</strong><br />

d’urgence, une fois que <strong>le</strong>s autres éléments sont en<br />

p<strong>la</strong>ce; el<strong>le</strong> doit être considérée comme une priorité<br />

<strong>et</strong> dispensée aussitôt que possib<strong>le</strong>. Les fil<strong>le</strong>s sont<br />

tout particulièrement vulnérab<strong>le</strong>s <strong>dans</strong> une <strong>situation</strong><br />

d’urgence – <strong>et</strong> el<strong>le</strong>s doivent bénéficier d’une protection<br />

particulière contre <strong>le</strong>s agressions physiques,<br />

sexuel<strong>le</strong>s <strong>et</strong> psychologiques. En d’autres termes, il<br />

importe de créer <strong>des</strong> environnements protecteurs<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong>squels <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s comme <strong>le</strong>s garçons puissent<br />

apprendre, jouer <strong>et</strong> recevoir un soutien psychosocial.<br />

Il s’agit de créer un espace adapté aux <strong>enfants</strong>,<br />

concept qui a été développé en 1999 suite à <strong>la</strong> crise<br />

du Kosovo, au tremb<strong>le</strong>ment de terre en Turquie <strong>et</strong> à<br />

<strong>la</strong> vio<strong>le</strong>nce <strong>dans</strong> ce qui était alors <strong>le</strong> Timor oriental<br />

(devenu depuis Timor-Leste). Depuis, <strong>le</strong> concept a<br />

été repris <strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre de l’Initiative « Learning<br />

Tree » <strong>dans</strong> plusieurs autres <strong>situation</strong>s de conflit,<br />

En décidant<br />

d’investir<br />

<strong>dans</strong> une idée<br />

à un moment<br />

capital, <strong>le</strong>s<br />

gouvernements<br />

<strong>des</strong> pays<br />

donateurs<br />

ont permis<br />

d’améliorer<br />

<strong>la</strong> vie de dizaines<br />

de milliers<br />

de fil<strong>le</strong>s, <strong>et</strong> de<br />

<strong>le</strong>urs famil<strong>le</strong>s.<br />

52<br />

notamment en Guinée, au Libéria <strong>et</strong> en Sierra Leone.<br />

On a prévu <strong>dans</strong> ces programmes une formation<br />

professionnel<strong>le</strong>, <strong>la</strong> formation <strong>des</strong> maîtres au soutien<br />

psychosocial, <strong>la</strong> fourniture de manuels sco<strong>la</strong>ires <strong>et</strong><br />

de bancs <strong>et</strong>, <strong>dans</strong> <strong>le</strong> cas de <strong>la</strong> Guinée, <strong>la</strong> construction<br />

d’une éco<strong>le</strong>.<br />

Au Libéria, <strong>le</strong> proj<strong>et</strong> de Soutien aux jeunes touchés<br />

par <strong>la</strong> guerre cherche à stimu<strong>le</strong>r <strong>le</strong>s qualités d’animateur<br />

de 10 000 jeunes Libériens en <strong>le</strong>ur donnant<br />

accès à l’éducation de base <strong>et</strong> aux services sociaux.<br />

Le programme, qui utilise <strong>le</strong>s arts, <strong>le</strong> sport <strong>et</strong> <strong>le</strong>s loisirs<br />

pour recruter <strong>des</strong> jeunes, fait à présent une p<strong>la</strong>ce<br />

à <strong>la</strong> prévention du VIH/SIDA <strong>et</strong> aux services intégrés<br />

en faveur du développement de l’enfant à l’intention<br />

<strong>des</strong> <strong>enfants</strong> de mères ado<strong>le</strong>scentes inscrites <strong>dans</strong><br />

<strong>des</strong> programmes de formation professionnel<strong>le</strong> 69 .<br />

Au milieu du chaos <strong>et</strong> du traumatisme qu’engendre<br />

toute <strong>situation</strong> d’urgence, il est quand même possib<strong>le</strong><br />

de m<strong>et</strong>tre <strong>le</strong>s droits <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> au premier<br />

p<strong>la</strong>n; <strong>dans</strong> certaines circonstances, ce peut même<br />

être l’occasion de répondre à <strong>des</strong> besoins auxquels il


© UNICEF/HQ-94-1182/Giacomo Pirozzi<br />

n’a pas été satisfait jusque-là. Dans <strong>le</strong> camp de réfugiés,<br />

on organise un espace sécurisé <strong>dans</strong> <strong>le</strong>quel on<br />

élève <strong>des</strong> tentes ou d’autres structures temporaires<br />

selon un p<strong>la</strong>n plus ou moins circu<strong>la</strong>ire, en instal<strong>la</strong>nt<br />

un point d’eau <strong>et</strong> un espace de jeu au centre, <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

zones pour <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s (présco<strong>la</strong>ire <strong>et</strong> primaire), <strong>le</strong><br />

soutien aux mères <strong>et</strong> <strong>la</strong> prestation de soins de santé<br />

primaires <strong>et</strong> de soutien psychosocial à l’extérieur 70 .<br />

Un espace adapté aux <strong>enfants</strong> <strong>et</strong> qui tienne compte<br />

de <strong>la</strong> spécificité <strong>des</strong> sexes perm<strong>et</strong> :<br />

à tous <strong>le</strong>s écoliers de poursuivre <strong>le</strong>urs cyc<strong>le</strong>s sco<strong>la</strong>ires<br />

respectifs<br />

aux parents de vaquer à <strong>le</strong>urs occupations en<br />

sachant que <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> sont pris en charge<br />

<strong>dans</strong> un environnement sécurisé par un personnel<br />

soucieux de <strong>le</strong>ur bien-être<br />

aux jeunes mères d’avoir du temps à consacrer à<br />

<strong>le</strong>urs nourrissons <strong>et</strong> de recevoir <strong>le</strong>s informations<br />

nécessaires à <strong>le</strong>ur développement en bonne santé<br />

ENCADRÉ 8<br />

Les pays africains se rapprochent <strong>des</strong><br />

objectifs pour l’éducation<br />

La réalisation <strong>des</strong> Objectifs de développement<br />

pour <strong>le</strong> Millénaire <strong>et</strong> ceux de<br />

l’Éducation pour tous semb<strong>le</strong> représenter<br />

plus que jamais un défi. Cependant,<br />

l’Initiative pour l’Éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

africaines, résultat d’une étroite col<strong>la</strong>boration<br />

entre pays, gouvernements<br />

donateurs <strong>et</strong> institutions <strong>des</strong> Nations<br />

Unies, a donné de remarquab<strong>le</strong>s résultats<br />

au niveau de ces deux séries d’objectifs.<br />

Depuis qu’el<strong>le</strong> a été <strong>la</strong>ncée en<br />

1994, c<strong>et</strong>te Initiative multinationa<strong>le</strong> a<br />

permis d’améliorer l’accès à l’éco<strong>le</strong><br />

primaire aussi bien <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s que <strong>des</strong><br />

garçons. Entre 1997 <strong>et</strong> 2001, <strong>le</strong>s taux<br />

bruts de sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>dans</strong> <strong>le</strong><br />

primaire ont n<strong>et</strong>tement augmenté, surtout<br />

en Guinée (de 15 points en pourcentage),<br />

au Sénégal (de 12 points) <strong>et</strong><br />

au Bénin (de 9 points), alors que, sur <strong>la</strong><br />

même période, <strong>le</strong>s taux bruts de sco<strong>la</strong>risation<br />

pour l’ensemb<strong>le</strong> du primaire,<br />

du secondaire <strong>et</strong> du supérieur, ne<br />

progressaient en moyenne mondia<strong>le</strong><br />

que d’un point en pourcentage.<br />

Le Tchad constitue l’un <strong>des</strong> exemp<strong>le</strong>s<br />

<strong>le</strong>s plus frappants <strong>des</strong> progrès<br />

réalisés. En 1996, aux débuts de<br />

l’Initiative, <strong>le</strong> défi semb<strong>la</strong>it énorme :<br />

<strong>le</strong>s taux bruts de sco<strong>la</strong>risation <strong>dans</strong> ce<br />

pays d’Afrique de l’Ouest p<strong>la</strong>fonnaient<br />

à 51 pour cent, <strong>et</strong> <strong>le</strong> taux de sco<strong>la</strong>risation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s n’atteignait que 37 pour<br />

cent. 1 Dans <strong>le</strong>s deux premières<br />

années seu<strong>le</strong>ment, <strong>le</strong> nombre de fil<strong>le</strong>s<br />

sco<strong>la</strong>risées en cours préparatoire a<br />

quadruplé, <strong>le</strong> taux d’abandon de sco<strong>la</strong>rité<br />

a chuté, passant de 22 pour cent<br />

à 9 pour cent, <strong>et</strong> <strong>le</strong> nombre d’enseignantes,<br />

qui était de 36, a atteint<br />

787. En outre, <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s 10 régions<br />

participant à l’Initiative, <strong>le</strong> taux n<strong>et</strong><br />

de sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s a été supérieur<br />

de 18 points en pourcentage<br />

au taux national. 2<br />

aux mères <strong>et</strong> aux jeunes femmes de poursuivre<br />

<strong>le</strong>urs propres étu<strong>des</strong><br />

aux jeunes de recevoir une formation de prestataires<br />

de services à l’intention <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>.<br />

Dans <strong>le</strong> Sud du Soudan, ravagé par <strong>la</strong> guerre civi<strong>le</strong><br />

depuis <strong>des</strong> décennies, attendre <strong>la</strong> fin du conflit<br />

reviendrait à dénier toute importance aux droits de<br />

plusieurs générations d’<strong>enfants</strong>. Col<strong>la</strong>borant avec <strong>le</strong><br />

Mouvement/Armée de libération du peup<strong>le</strong> soudanais<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong>s zones qu’il contrô<strong>le</strong>, l’UNICEF s’efforce<br />

de remédier à <strong>la</strong> terrib<strong>le</strong> <strong>situation</strong> <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> sur <strong>le</strong><br />

p<strong>la</strong>n éducatif : <strong>dans</strong> c<strong>et</strong>te partie du Soudan, il n’y a<br />

pas plus de 15 pour cent <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> en âge d’al<strong>le</strong>r à<br />

l’éco<strong>le</strong> primaire qui soient sco<strong>la</strong>risés, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s ne<br />

représentant qu’un quart de ce nombre. Au niveau<br />

du primaire supérieur, il ne reste pratiquement plus<br />

de fil<strong>le</strong>s à l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> <strong>dans</strong> <strong>la</strong> principa<strong>le</strong> éco<strong>le</strong> secondaire<br />

du territoire, Rumbek, il n’y a qu’une seu<strong>le</strong><br />

fil<strong>le</strong>. Sur <strong>le</strong>s 8 000 enseignants que compte <strong>le</strong> Sud<br />

du Soudan, 560 seu<strong>le</strong>ment sont <strong>des</strong> femmes, soit<br />

7 pour cent 71 .<br />

En 2000 – 2001, <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation brute<br />

de tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> avait atteint 75<br />

pour cent, ce qui constitue une réussite<br />

remarquab<strong>le</strong> <strong>dans</strong> un pays où un<br />

enfant sur cinq meurt encore avant<br />

d’avoir atteint l’âge de cinq ans <strong>et</strong> où<br />

près <strong>des</strong> trois quarts de <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion<br />

n’ont pas accès à de l’eau salubre.<br />

Mais à présent, alors qu’une ère nouvel<strong>le</strong><br />

de paix re<strong>la</strong>tive a succédé à plus<br />

de trente ans de conflits, <strong>la</strong> voie se<br />

dégage pour que <strong>le</strong>s droits <strong>des</strong> <strong>enfants</strong><br />

à l’éducation soient respectés, en<br />

utilisant <strong>le</strong>s <strong>le</strong>çons apprises <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

pratiques optima<strong>le</strong>s appliquées grâce<br />

à c<strong>et</strong>te Initiative novatrice.<br />

Le soutien apporté par <strong>le</strong>s pays donateurs<br />

a été déterminant. Lancée alors<br />

qu’el<strong>le</strong> s’inscrivait <strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre de<br />

l’Initiative pour l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong>, l’Initiative en faveur<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s africaines a commencé avec<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

53


Les avantages pour <strong>le</strong>s communautés<br />

loca<strong>le</strong>s<br />

L’effort de sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s a éga<strong>le</strong>ment <strong>des</strong><br />

r<strong>et</strong>ombées bénéfiques pour <strong>le</strong> développement <strong>des</strong><br />

communautés où el<strong>le</strong>s vivent. Ainsi, par exemp<strong>le</strong>, on<br />

a constaté depuis longtemps que si un ménage<br />

appauvri est obligé de choisir <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> qu’il peut<br />

se perm<strong>et</strong>tre d’envoyer à l’éco<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s font souvent<br />

<strong>le</strong>s frais de l’opération. Or, <strong>le</strong>s mesures axées<br />

sur l’éducation <strong>et</strong> conçues pour pallier c<strong>et</strong>te inégalité<br />

en augmentant <strong>le</strong> revenu <strong>des</strong> ménages profitent à<br />

toute <strong>la</strong> famil<strong>le</strong> <strong>et</strong> à <strong>la</strong> communauté loca<strong>le</strong> – surtout<br />

si <strong>le</strong> revenu supplémentaire est remis à <strong>la</strong> mère, qui<br />

est plus encline que <strong>le</strong> père à l’affecter au financement<br />

<strong>des</strong> besoins <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> <strong>et</strong> de <strong>la</strong> famil<strong>le</strong> 72 .<br />

De même, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s se ressentent généra<strong>le</strong>ment<br />

davantage d’une nutrition déficiente; <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s<br />

famil<strong>le</strong>s aux ressources insuffisantes, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s reçoivent<br />

souvent n<strong>et</strong>tement moins de nourriture que <strong>le</strong>s<br />

garçons. Voilà pourquoi el<strong>le</strong>s profitent encore plus<br />

un financement de l’Agence canadienne<br />

de développement international.<br />

En 1996, <strong>la</strong> Norvège est devenue<br />

<strong>le</strong> premier pays donateur <strong>et</strong>, avec<br />

d’autres partenaires, a contribué au<br />

renforcement du programme.<br />

L’Initiative a concentré ses efforts <strong>dans</strong><br />

<strong>des</strong> zones où <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

femmes souffraient de <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é,<br />

<strong>dans</strong> <strong>des</strong> conditions de vie déplorab<strong>le</strong>s,<br />

<strong>et</strong> où <strong>le</strong>s taux de sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

se trouvaient parmi <strong>le</strong>s plus bas.<br />

L’Initiative a permis aux pays de<br />

développer <strong>des</strong> politiques <strong>et</strong><br />

programmes adaptés <strong>et</strong> <strong>le</strong>s succès<br />

obtenus ont favorisé l’obtention de<br />

financements supplémentaires. Les<br />

programmes pilotes de l’Initiative ont<br />

disposé de plus de 45 millions de<br />

dol<strong>la</strong>rs, accordés par <strong>le</strong> Ministère <strong>des</strong><br />

affaires étrangères de Norvège pour <strong>la</strong><br />

période al<strong>la</strong>nt de 1996 à 2005. Ces programmes<br />

ont représenté une partie<br />

importante de <strong>la</strong> campagne menée, en<br />

faveur d’une Éducation pour tous, par<br />

<strong>le</strong>s gouvernements de 34 pays de<br />

l’Afrique subsaharienne. Les gouvernements<br />

du Danemark, de <strong>la</strong> France, de<br />

l’Al<strong>le</strong>magne <strong>et</strong> du Japon, par exemp<strong>le</strong>,<br />

ont éga<strong>le</strong>ment participé aux programmes<br />

pour l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre de l’Initiative, comme<br />

l’ont fait au moins une douzaine d’orga-<br />

nisations. 3 Ce soutien a permis en<br />

2001 d’é<strong>la</strong>rgir l’Initiative à 16 nouveaux<br />

pays, <strong>le</strong>ur fournissant ainsi l’occasion<br />

de profiter <strong>des</strong> expériences récentes<br />

<strong>des</strong> 18 pays d’origine.<br />

L’application <strong>des</strong><br />

pratiques optima<strong>le</strong>s<br />

54 L’EFFET MULTIPLICATEUR DE L’ÉDUCATION DES FILLES<br />

Le travail réalisé au Tchad <strong>et</strong> <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s<br />

pays bénéficiant de l’Initiative africaine<br />

a eu <strong>des</strong> conséquences considérab<strong>le</strong>s.<br />

On peut citer en particulier l’examen<br />

systématique de ce qui a permis<br />

d’amener <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s à l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> de <strong>le</strong>s<br />

garder jusqu’au bout du cyc<strong>le</strong> d’étu<strong>des</strong>,<br />

ainsi que l’application à d’autres pays<br />

<strong>des</strong> pratiques optima<strong>le</strong>s. Le Tchad, afin<br />

de renforcer <strong>le</strong>s côtés positifs de son<br />

système d’éducation, a adapté <strong>la</strong><br />

méthode d’enseignement à niveaux<br />

multip<strong>le</strong>s de l’ « Escue<strong>la</strong> Nueva »,<br />

développée en Colombie <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s<br />

années 1970 <strong>et</strong> <strong>la</strong>rgement répandue<br />

depuis, avec <strong>des</strong> adaptations, <strong>dans</strong><br />

d’autres pays. Avec c<strong>et</strong>te méthode,<br />

l’enseignement est directement lié<br />

aux besoins spécifiques de <strong>la</strong> communauté.<br />

C<strong>et</strong>te approche est soup<strong>le</strong> <strong>et</strong><br />

perm<strong>et</strong> aux élèves de progresser à<br />

<strong>le</strong>ur rythme. Les taux de redoub<strong>le</strong>ment<br />

<strong>et</strong> d’abandon de sco<strong>la</strong>rité devraient<br />

donc diminuer, ce qui générerait <strong>des</strong><br />

que <strong>le</strong>s garçons <strong>des</strong> programmes d’alimentation<br />

sco<strong>la</strong>ire. Le programme d’alimentation sco<strong>la</strong>ire du<br />

Ma<strong>la</strong>wi, qui est considéré comme un élément particulièrement<br />

important <strong>des</strong> efforts accomplis pour<br />

que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s poursuivent <strong>le</strong>ur sco<strong>la</strong>rité, profite<br />

actuel<strong>le</strong>ment à quelque 160 000 <strong>enfants</strong> de huit districts.<br />

Ces programmes – doublés de messages sur<br />

l’alimentation diététique – peuvent aussi introduire<br />

de meil<strong>le</strong>ures pratiques nutritionnel<strong>le</strong>s au sein <strong>des</strong><br />

famil<strong>le</strong>s <strong>et</strong>, ce faisant, améliorer <strong>la</strong> santé <strong>et</strong> <strong>le</strong> bienêtre<br />

de l’ensemb<strong>le</strong> de <strong>la</strong> communauté.<br />

L’approvisionnement en eau salubre <strong>et</strong> <strong>la</strong> présence<br />

d’instal<strong>la</strong>tions d’assainissement est un autre<br />

domaine essentiel <strong>dans</strong> <strong>le</strong>quel l’ensemb<strong>le</strong> d’une<br />

communauté peut tirer parti de l’application à<br />

l’éducation d’une « optique sexospécifique ».<br />

L’absence d’eau salubre <strong>et</strong> de toi<strong>le</strong>ttes pour fil<strong>le</strong>s<br />

peut être une <strong>des</strong> principa<strong>le</strong>s raisons pour <strong>le</strong>squel<strong>le</strong>s<br />

<strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s ne vont jamais à l’éco<strong>le</strong> – ou abandonnent<br />

<strong>le</strong>urs étu<strong>des</strong> –, en particulier à <strong>la</strong> puberté. La mise<br />

à disposition d’instal<strong>la</strong>tions d’assainissement<br />

économies <strong>et</strong> accroîtrait <strong>le</strong>s chances<br />

de voir <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> terminer <strong>le</strong>ur cyc<strong>le</strong><br />

d’enseignement primaire.<br />

Une bonne partie de ce qu’on sait sur<br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s provient de l’expérience<br />

acquise en Afrique, comme on<br />

l’a vu au Tchad. L’engagement de ces<br />

34 pays africains à atteindre <strong>le</strong>s objectifs<br />

de l’Éducation pour tous <strong>et</strong> <strong>la</strong><br />

volonté <strong>des</strong> gouvernements donateurs<br />

d’investir <strong>dans</strong> un concept à un<br />

moment décisif ont profondément<br />

changé <strong>la</strong> vie de dizaines de milliers<br />

de fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> de <strong>le</strong>urs famil<strong>le</strong>s.<br />

Financement<br />

Les pays donateurs qui soutiennent<br />

l’Initiative pour l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

africaines, <strong>et</strong> <strong>le</strong>s partenaires nationaux<br />

ont permis ensemb<strong>le</strong> de se rapprocher<br />

<strong>des</strong> objectifs. Mais <strong>des</strong> progrès<br />

considérab<strong>le</strong>s doivent être réalisés<br />

en Afrique <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s années à venir<br />

pour que ces objectifs puissent être<br />

atteints. Le Tchad, malgré ses réussites<br />

notab<strong>le</strong>s, est encore l’un <strong>des</strong><br />

pays où l’écart est <strong>le</strong> plus grand entre<br />

garçons <strong>et</strong> fil<strong>le</strong>s au niveau <strong>des</strong> taux de<br />

sco<strong>la</strong>risation (33 points de pourcentage).<br />

Selon une estimation récente,<br />

l’Afrique subsaharienne ne pourra pas<br />

réaliser avant 2129 l’éducation primaire


satisfaisantes s’est donc vu attribuer un rang de priorité<br />

beaucoup plus important <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s programmes<br />

d’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. On voit que <strong>la</strong> campagne en<br />

faveur de <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s peut transformer<br />

<strong>la</strong> qualité de <strong>la</strong> vie <strong>dans</strong> une communauté loca<strong>le</strong> qui<br />

avait pu se contenter pendant <strong>des</strong> années d’utiliser<br />

<strong>des</strong> sources d’eau polluées <strong>et</strong> très éloignées ou de<br />

se passer purement <strong>et</strong> simp<strong>le</strong>ment d’instal<strong>la</strong>tions<br />

d’assainissement.<br />

En République démocratique popu<strong>la</strong>ire <strong>la</strong>o, par<br />

exemp<strong>le</strong>, <strong>le</strong> manque d’approvisionnement en eau <strong>et</strong><br />

d’instal<strong>la</strong>tions d’assainissement est pour beaucoup<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> manque d’assiduité <strong>et</strong> <strong>la</strong> faib<strong>le</strong>sse <strong>des</strong> résultats<br />

sco<strong>la</strong>ires. Plus d’un cinquième <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s du pays<br />

ne sont pas inscrites <strong>dans</strong> une éco<strong>le</strong> <strong>et</strong>, <strong>dans</strong> certaines<br />

régions, c<strong>et</strong>te proportion dépasse <strong>le</strong>s 50 pour<br />

cent. Le problème ne tient pas seu<strong>le</strong>ment à l’absence<br />

de ces instal<strong>la</strong>tions <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s, mais à <strong>le</strong>ur<br />

absence <strong>dans</strong> <strong>le</strong> reste de <strong>la</strong> communauté. Les<br />

<strong>enfants</strong> mal portants ne peuvent pas al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong><br />

aussi souvent qu’ils <strong>le</strong> devraient <strong>et</strong> n’apprennent pas<br />

universel<strong>le</strong> s’il n’y a pas d’accélération<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong>s progrès effectués. 4<br />

Le soutien <strong>des</strong> donateurs à l’Initiative<br />

africaine n’est que l’une <strong>des</strong> contributions<br />

ayant pour but de parvenir à l’éducation<br />

primaire universel<strong>le</strong>. Ce soutien a été axé<br />

sur l’un <strong>des</strong> principaux groupes d’<strong>enfants</strong><br />

exclus plutôt que sur un pays. Un bon<br />

nombre <strong>des</strong> autres contributions sont affectées<br />

à <strong>des</strong> pays définis, sans que <strong>le</strong> sexe<br />

<strong>des</strong> <strong>enfants</strong> soit pris en compte. Il est donc<br />

arrivé que certains pays se voient refuser<br />

<strong>le</strong> financement d’un donateur parce qu’ils<br />

affichent <strong>le</strong>s taux <strong>le</strong>s plus faib<strong>le</strong>s de<br />

sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s écarts <strong>le</strong>s<br />

plus é<strong>le</strong>vés entre garçons <strong>et</strong> fil<strong>le</strong>s.<br />

Le financement « thématique » <strong>des</strong><br />

organisations qui se sont engagées à<br />

faire bénéficier <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s d’une éducation<br />

est à présent assuré principa<strong>le</strong>ment par<br />

<strong>la</strong> Norvège, <strong>la</strong> Suède <strong>et</strong> <strong>la</strong> Fin<strong>la</strong>nde. Ce<br />

soutien ne va pas à un pays en particulier;<br />

il a plutôt pour objectif d’arriver à <strong>la</strong> parité<br />

entre garçons <strong>et</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> à l’Éducation<br />

pour tous. Il apporte de <strong>la</strong> soup<strong>le</strong>sse, ce<br />

qui facilite <strong>la</strong> p<strong>la</strong>nification à long terme.<br />

Or cel<strong>le</strong>-ci est essentiel<strong>le</strong> pour que <strong>le</strong>s<br />

pays se rapprochent d’un « <strong>monde</strong> digne<br />

<strong>des</strong> <strong>enfants</strong> » <strong>et</strong> atteignent l’Objectif de<br />

développement pour <strong>le</strong> Millénaire <strong>le</strong> plus<br />

urgent de tous – <strong>la</strong> parité entre sexes<br />

<strong>dans</strong> l’éducation d’ici à 2005.<br />

1 Information fournie par l’UNICEF, Tchad, 2003.<br />

2 Ibid.<br />

aussi bien quand ils y sont. L’infection par <strong>des</strong> parasites<br />

qui consomment <strong>le</strong>s éléments nutritifs <strong>et</strong>, de ce<br />

fait, aggravent <strong>la</strong> malnutrition <strong>et</strong> r<strong>et</strong>ardent <strong>le</strong> développement,<br />

est particulièrement répandue en RDP<br />

<strong>la</strong>o; <strong>dans</strong> certaines régions, ce sont jusqu’à 62 pour<br />

cent <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> qui sont ainsi infectés. En outre, <strong>la</strong><br />

corvée d’eau incombe essentiel<strong>le</strong>ment aux fil<strong>le</strong>s, qui<br />

peuvent y consacrer jusqu’à deux heures par jour,<br />

consommant à c<strong>et</strong>te occasion jusqu’à un tiers de<br />

<strong>le</strong>ur apport calorique journalier. Même cel<strong>le</strong>s qui<br />

réussissent à al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> peuvent être envoyées<br />

chercher de l’eau par <strong>le</strong> maître ou <strong>la</strong> maîtresse<br />

d’éco<strong>le</strong>, ce dont pâtissent encore <strong>le</strong>urs étu<strong>des</strong>.<br />

Pour remédier à ce problème, <strong>le</strong> Ministère de<br />

<strong>la</strong> santé <strong>et</strong> celui de l’éducation se sont intéressés<br />

aux éco<strong>le</strong>s primaires de huit provinces reculées<br />

<strong>et</strong> appauvries <strong>et</strong> aux communautés où el<strong>le</strong>s sont<br />

imp<strong>la</strong>ntées. On est en train de construire <strong>des</strong><br />

points d’eau <strong>et</strong> <strong>des</strong> <strong>la</strong>trines <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

vil<strong>la</strong>ges concernés; on procède à <strong>des</strong> opérations<br />

de déparasitage; <strong>et</strong> on <strong>la</strong>nce une campagne de<br />

sensibilisation aux pratiques d’hygiène, en mobilisant<br />

non pas seu<strong>le</strong>ment <strong>le</strong>s enseignants, mais aussi<br />

<strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> en tant que promoteurs de ces pratiques<br />

au sein de <strong>le</strong>ur communauté. Le proj<strong>et</strong> touchera<br />

300 éco<strong>le</strong>s <strong>et</strong> 70 000 élèves, offrant un accès à l’eau<br />

salubre <strong>et</strong> aux instal<strong>la</strong>tions d’assainissement à<br />

18 000 famil<strong>le</strong>s vivant <strong>dans</strong> 350 communautés.<br />

3 On trouve notamment <strong>la</strong> Banque africaine de développement,<br />

<strong>la</strong> Fondation Bernard van Leer, l’ACDI,<br />

l’ONG française “Initiative Développement”, Oxfam,<br />

<strong>le</strong> Ministère du développement international du<br />

Royaume-Uni, <strong>le</strong> Programme <strong>des</strong> Nations Unies pour<br />

<strong>le</strong> développement, l’UNESCO, l’US AID, <strong>la</strong> Banque<br />

mondia<strong>le</strong>, l’Organisation mondia<strong>le</strong> de <strong>la</strong> santé <strong>et</strong><br />

l’Association chrétienne <strong>des</strong> jeunes femmes (YWCA).<br />

4 Rapport 2003 sur <strong>le</strong> développement humain du<br />

PNUD.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

55


56 L’EFFET MULTIPLICATEUR DE L’ÉDUCATION DES FILLES


LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

57


5<br />

ET LES GARÇONS ?


Cristina Uzal/UNICEF/2003<br />

En devenant plus respectueux <strong>des</strong> différences entre<br />

<strong>le</strong>s sexes <strong>et</strong> mieux adaptés aux besoins <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, <strong>le</strong>s<br />

éco<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s systèmes éducatifs ne perdent en rien<br />

de <strong>le</strong>ur intérêt ou de <strong>le</strong>ur confort pour <strong>le</strong>s garçons.<br />

C’est tout <strong>le</strong> contraire qui se produit. En pratique, <strong>la</strong><br />

quasi-totalité <strong>des</strong> réformes entreprises pour sécuriser<br />

l’expérience sco<strong>la</strong>ire, l’adapter aux besoins <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> renforcer <strong>le</strong>urs moyens d’action bénéficient<br />

éga<strong>le</strong>ment aux garçons. En fait, <strong>la</strong> promotion de<br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s offre un avantage stratégique<br />

en vue de <strong>la</strong> réalisation <strong>des</strong> objectifs de l’Éducation<br />

pour tous <strong>et</strong> <strong>des</strong> Objectifs de développement pour <strong>le</strong><br />

Millénaire.<br />

Tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> — <strong>et</strong> non seu<strong>le</strong>ment <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s — profitent,<br />

par exemp<strong>le</strong>, de l’é<strong>la</strong>boration <strong>et</strong> du développement<br />

<strong>des</strong> programmes intégrés en faveur du jeune<br />

enfant. De même, en perm<strong>et</strong>tant aux <strong>enfants</strong> devant<br />

travail<strong>le</strong>r à <strong>la</strong> maison ou <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s champs de <strong>la</strong><br />

famil<strong>le</strong> d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong>, l’assouplissement <strong>des</strong><br />

horaires sco<strong>la</strong>ires profite peut-être <strong>le</strong> plus aux fil<strong>le</strong>s,<br />

mais il rend assurément possib<strong>le</strong> de sco<strong>la</strong>riser aussi<br />

<strong>des</strong> garçons du <strong>monde</strong> entier qui, autrement, parce<br />

qu’ils travail<strong>le</strong>nt à domici<strong>le</strong> ou à l’extérieur, se verraient<br />

refuser <strong>la</strong> possibilité d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong>. Lorsque<br />

l’éco<strong>le</strong> est située plus près du domici<strong>le</strong> <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>,<br />

il est plus faci<strong>le</strong> pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s d’y al<strong>le</strong>r <strong>et</strong> <strong>le</strong>urs<br />

parents sont moins préoccupés par <strong>le</strong> traj<strong>et</strong> qu’el<strong>le</strong>s<br />

doivent accomplir — <strong>et</strong> <strong>le</strong>s garçons peuvent aussi s’y<br />

rendre plus faci<strong>le</strong>ment.<br />

Il en va de même pour l’approvisionnement en eau<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>s <strong>la</strong>trines <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s, ou pour <strong>le</strong> n<strong>et</strong>toyage<br />

<strong>et</strong> l’entr<strong>et</strong>ien <strong>des</strong> bâtiments sco<strong>la</strong>ires. Un environnement<br />

sco<strong>la</strong>ire d’où <strong>la</strong> vio<strong>le</strong>nce est absente profite<br />

manifestement tout autant aux garçons qu’aux fil<strong>le</strong>s,<br />

<strong>dans</strong> <strong>la</strong> mesure où <strong>le</strong> terrain de jeux de l’éco<strong>le</strong> peut<br />

devenir un endroit impitoyab<strong>le</strong> où <strong>la</strong> faib<strong>le</strong>sse physique<br />

<strong>des</strong> uns peut être exploitée par d’autres <strong>et</strong> où<br />

<strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> venus d’ail<strong>le</strong>urs peuvent se faire attaquer<br />

ou harce<strong>le</strong>r. Dans c<strong>et</strong>te optique, <strong>la</strong> sécurisation <strong>des</strong><br />

éco<strong>le</strong>s est une cause défendue avec autant de passion<br />

au nom <strong>des</strong> garçons qu’au nom <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s.<br />

La promotion de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s comporte un<br />

aspect plus fondamental encore, à savoir <strong>la</strong> mise au<br />

point de métho<strong>des</strong> d’enseignement adaptées aux<br />

<strong>enfants</strong> <strong>et</strong> respectueuses <strong>des</strong> différences entre <strong>le</strong>s<br />

sexes qui perm<strong>et</strong>tent de rester à l’écoute <strong>des</strong> besoins<br />

de chaque enfant pris individuel<strong>le</strong>ment. Il se peut<br />

que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s aient encore plus besoin que <strong>le</strong>s garçons<br />

du même âge de ce changement pédagogique,<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

59


mais il doit aboutir à un enseignement de meil<strong>le</strong>ure<br />

qualité, plus réceptif <strong>et</strong> axé sur <strong>le</strong>s besoins <strong>des</strong><br />

<strong>enfants</strong> dont doivent profiter tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong>, <strong>et</strong><br />

donc à une expérience sco<strong>la</strong>ire plus enrichissante<br />

pour <strong>le</strong>s garçons aussi.<br />

Une évaluation approfondie réalisée par l’USAID<br />

<strong>dans</strong> huit pays a conclu que <strong>le</strong>s garçons ont systématiquement<br />

profité <strong>des</strong> programmes <strong>et</strong> politiques<br />

visant à améliorer l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s 73 . Non seu<strong>le</strong>ment<br />

<strong>le</strong>s garçons ont profité autant que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>des</strong><br />

initiatives prises pour améliorer <strong>la</strong> qualité <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s,<br />

mais l’effectif sco<strong>la</strong>ire masculin a augmenté au<br />

même rythme que l’effectif féminin. Les problèmes<br />

auxquels sont confrontés <strong>le</strong>s garçons sont souvent<br />

<strong>le</strong>s mêmes que ceux <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s : accessibilité limitée,<br />

qualité déficiente, manque d’éco<strong>le</strong>s à proximité du<br />

domici<strong>le</strong> <strong>et</strong> absence de soutien parental à l’éducation.<br />

Lorsque ces problèmes sont traités afin d’attirer <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s à l’éco<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s garçons – surtout ceux qui appartiennent<br />

à <strong>des</strong> groupes vulnérab<strong>le</strong>s ou marginalisés –<br />

recueil<strong>le</strong>nt eux aussi <strong>le</strong>s fruits de c<strong>et</strong>te politique.<br />

À l’aide du<br />

théâtre, du<br />

sport ou encore<br />

d’ateliers de<br />

poésie, <strong>des</strong><br />

enseignants<br />

<strong>et</strong> divers responsab<strong>le</strong>s<br />

instruisent<br />

<strong>le</strong>s garçons<br />

comme <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s<br />

<strong>et</strong> font passer<br />

<strong>des</strong> messages<br />

d’importance<br />

capita<strong>le</strong> <strong>dans</strong><br />

l’ensemb<strong>le</strong> de <strong>la</strong><br />

communauté.<br />

60<br />

Dans une <strong>la</strong>rge mesure, <strong>le</strong>s garçons profitent autant<br />

que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s de <strong>la</strong> mise en p<strong>la</strong>ce à travers <strong>le</strong> <strong>monde</strong><br />

de systèmes éducatifs qui tiennent compte <strong>des</strong><br />

différences entre sexes. Force est de constater,<br />

néanmoins, que <strong>dans</strong> certains pays <strong>et</strong> régions – y<br />

compris une bonne partie du <strong>monde</strong> industrialisé –,<br />

ce sont <strong>le</strong>s contre-performances sco<strong>la</strong>ires <strong>des</strong><br />

garçons <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur désintérêt pour l’éco<strong>le</strong> que l’on<br />

juge préoccupants.<br />

L’exclusion <strong>des</strong> garçons<br />

Dans un p<strong>et</strong>it nombre de pays, on compte moins de<br />

garçons inscrits à l’éco<strong>le</strong> que de fil<strong>le</strong>s. Une étude<br />

réalisée récemment par l’UNICEF à partir <strong>des</strong> données<br />

auprès <strong>des</strong> ménages en provenance de 55<br />

pays confirme que si, <strong>dans</strong> une n<strong>et</strong>te majorité de<br />

pays, <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s est très en r<strong>et</strong>rait de<br />

cel<strong>le</strong> <strong>des</strong> garçons, <strong>dans</strong> certains pays, <strong>le</strong>s garçons<br />

sont <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> qui ne sont pas <strong>des</strong>servis par <strong>le</strong><br />

système éducatif. (Voir Repère 5 : Fréquentation<br />

sco<strong>la</strong>ire garçons/fil<strong>le</strong>s.) Dans <strong>des</strong> pays comme <strong>le</strong>


Mahmut Oral/2003<br />

Botswana, <strong>le</strong> Lesotho, <strong>la</strong> Mongolie <strong>et</strong> <strong>la</strong> Namibie,<br />

c<strong>et</strong>te <strong>situation</strong> tient pour l’essentiel à une tradition<br />

pastora<strong>le</strong> selon <strong>la</strong>quel<strong>le</strong> il est exigé <strong>des</strong> garçons<br />

qu’ils s’occupent du troupeau familial pendant que<br />

<strong>le</strong>s hommes recherchent un travail générateur de<br />

revenus. Mais <strong>dans</strong> <strong>la</strong> plupart <strong>des</strong> régions d’Amérique<br />

<strong>la</strong>tine <strong>et</strong> <strong>des</strong> Caraïbes, qui n’ont pas de tradition<br />

pastora<strong>le</strong> aussi enracinée, on observe <strong>le</strong>s mêmes<br />

contre-performances sco<strong>la</strong>ires <strong>des</strong> garçons, voire<br />

<strong>le</strong>ur défection pure <strong>et</strong> simp<strong>le</strong>.<br />

Dans <strong>la</strong> région de l’Amérique <strong>la</strong>tine <strong>et</strong> <strong>des</strong> Caraïbes,<br />

<strong>le</strong>s garçons affichent en général <strong>des</strong> taux de redoub<strong>le</strong>ment<br />

supérieurs <strong>et</strong> un niveau sco<strong>la</strong>ire inférieur à<br />

ceux <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong>, <strong>dans</strong> certains pays, un taux d’absentéisme<br />

supérieur. Au Brésil, en 1996, <strong>le</strong>s hommes<br />

avaient en moyenne 5,7 années d’instruction sco<strong>la</strong>ire<br />

contre 6 années pour <strong>le</strong>s femmes 74 . La disparité<br />

entre <strong>le</strong>s sexes apparaît vers l’âge de 10 ans pour <strong>le</strong>s<br />

garçons, âge auquel ils commencent à quitter l’éco<strong>le</strong><br />

<strong>dans</strong> une proportion supérieure aux fil<strong>le</strong>s. Dans <strong>la</strong><br />

tranche <strong>des</strong> 15 à 17 ans, 19,2 pour cent <strong>des</strong> garçons<br />

ENCADRÉ 9<br />

Turquie : une pièce jouée à<br />

l’éco<strong>le</strong> émeut toute une nation<br />

Sur <strong>la</strong> scène, une jeune fil<strong>le</strong> s’adresse<br />

directement à l’auditoire : « Je ne veux<br />

pas seu<strong>le</strong>ment m’occuper de mon<br />

trousseau de mariage. Je veux al<strong>le</strong>r à<br />

l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> avoir mes livres. » L’ambiance<br />

est é<strong>le</strong>ctrique. Çigdem Yildiz ne fait<br />

que répéter ce qu’el<strong>le</strong> a dit d’innombrab<strong>le</strong>s<br />

fois à ses parents, alors que,<br />

voyant d’autres <strong>enfants</strong> al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong>,<br />

el<strong>le</strong> <strong>le</strong>s suppliait de l’autoriser à en<br />

faire autant.<br />

Dans <strong>la</strong> province de Van où el<strong>le</strong> vit,<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> sud-est de <strong>la</strong> Turquie, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s<br />

sont censées s’occuper <strong>des</strong> tâches<br />

ménagères <strong>et</strong> se préparer à se marier<br />

à un jeune âge. Au lieu de raconter<br />

<strong>le</strong>urs espoirs par écrit, Çigdem <strong>et</strong><br />

d’autres fil<strong>le</strong>s apprennent à <strong>le</strong>s exprimer<br />

en brodant, <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s motifs <strong>des</strong><br />

tapis qui sont produits <strong>dans</strong> <strong>la</strong> région.<br />

El<strong>le</strong>s apprennent à se taire, mais, ce<br />

soir, <strong>le</strong> si<strong>le</strong>nce vo<strong>le</strong> en éc<strong>la</strong>ts <strong>dans</strong><br />

REPÈRE 5<br />

l’auditorium. Çigdem joue un rô<strong>le</strong>,<br />

mais ce rô<strong>le</strong> s’inspire directement de<br />

son existence.<br />

Çigdem pensait avoir été définitivement<br />

privée de <strong>la</strong> possibilité de s’instruire<br />

<strong>et</strong> était déterminée à faire en<br />

sorte que ses p<strong>et</strong>ites sœurs, Gurb<strong>et</strong> <strong>et</strong><br />

Esma, ne connaissent pas <strong>le</strong> même<br />

sort. Une chance lui a alors été offerte<br />

lorsqu’un centre d’apprentissage primaire<br />

a ouvert ses portes en 2000<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> district de Muradiye. Ce centre<br />

fait partie d’un réseau d’établissements<br />

ouverts <strong>dans</strong> cinq provinces, à <strong>la</strong> suite<br />

du succès d’un proj<strong>et</strong> pilote mené avec<br />

<strong>la</strong> Fondation de <strong>la</strong> Turquie pour <strong>le</strong> développement,<br />

l’Organisation internationa<strong>le</strong><br />

du Travail, <strong>le</strong> Programme <strong>des</strong><br />

Nations Unies pour <strong>le</strong> développement,<br />

<strong>le</strong> Fonds <strong>des</strong> Nations Unies pour <strong>la</strong><br />

popu<strong>la</strong>tion <strong>et</strong> <strong>le</strong> Fonds <strong>des</strong> Nations<br />

Unies pour l’enfance.<br />

TAUX NET DE FRÉQUENTATION<br />

SCOLAIRE DES GARÇONS PAR<br />

RAPPORT AUX FILLES<br />

Colombie .........................................................0,81<br />

Haïti..................................................................0,84<br />

Lesotho ............................................................0,45<br />

Madagascar.....................................................0,82<br />

Ma<strong>la</strong>wi .............................................................0,84<br />

Mongolie .........................................................0,82<br />

République-Unie de Tanzanie........................0,81<br />

Suriname .........................................................0,73<br />

(parmi <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> âgés de 7 à 14 ans)<br />

Source : UNICEF, 2003<br />

Ces centres ont pour vocation de<br />

donner une deuxième chance aux<br />

fil<strong>le</strong>s qui n’ont pas achevé <strong>le</strong> cyc<strong>le</strong><br />

d’enseignement primaire obligatoire <strong>et</strong><br />

de <strong>le</strong>s libérer <strong>des</strong> corvées ménagères<br />

familia<strong>le</strong>s. El<strong>le</strong>s sont encouragées à<br />

s’inscrire <strong>dans</strong> ces établissements<br />

d’enseignement primaire <strong>et</strong> el<strong>le</strong>s<br />

sont aidées à faire <strong>le</strong>urs devoirs. Les<br />

centres sont équipés d’ordinateurs,<br />

de rétroprojecteurs, de magnétoscopes<br />

<strong>et</strong> de téléviseurs.<br />

Pour <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s qui ont rarement<br />

l’occasion de sortir de chez el<strong>le</strong>s, ces<br />

centres servent non seu<strong>le</strong>ment de lieu<br />

d’apprentissage, mais éga<strong>le</strong>ment de<br />

cadre social où el<strong>le</strong>s peuvent discuter<br />

de <strong>le</strong>urs expériences <strong>et</strong> de <strong>le</strong>urs préoccupations<br />

<strong>et</strong> découvrir de nouveaux<br />

horizons. Les fil<strong>le</strong>s ont organisé <strong>des</strong><br />

excursions <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s provinces voisines.<br />

C’était pour beaucoup d’entre el<strong>le</strong>s <strong>la</strong><br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

61


avaient abandonné <strong>le</strong>urs étu<strong>des</strong>, contre 8,5 pour cent<br />

seu<strong>le</strong>ment <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s 75 .<br />

Le moment critique pour <strong>le</strong>s garçons survient souvent<br />

au début de l’ado<strong>le</strong>scence, lorsque <strong>le</strong>ur corps <strong>et</strong><br />

<strong>le</strong>ur sens de <strong>le</strong>ur identité se modifient, lorsqu’ils sont<br />

confrontés au <strong>monde</strong> <strong>des</strong> adultes <strong>et</strong> aux aspirations<br />

que ce dernier nourrit à <strong>le</strong>ur égard. Le jeune<br />

Anderson, par exemp<strong>le</strong>, vit <strong>dans</strong> un bidonvil<strong>le</strong> de Rio<br />

de Janeiro (Brésil). Maintenant qu’il est sur <strong>le</strong> point<br />

de quitter l’ado<strong>le</strong>scence, il a décidé de donner sa<br />

chance à l’éco<strong>le</strong>, mais se remémore <strong>le</strong>s moments où,<br />

au début de son ado<strong>le</strong>scence, passer son temps<br />

<strong>dans</strong> <strong>la</strong> rue avec ses amis ou jouer au football était<br />

beaucoup plus branché <strong>et</strong> excitant que ce qu’il pouvait<br />

faire à l’éco<strong>le</strong>.<br />

« Vous savez, quand vous êtes plus jeune, vous ne<br />

vou<strong>le</strong>z pas vous en faire, vous vou<strong>le</strong>z juste g<strong>la</strong>nder.<br />

Ma mère me disait d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> je lui répondais<br />

que je n’irais pas. Et je m’enfuyais en courant parce<br />

qu’il n’y avait pas d’homme à <strong>la</strong> maison (...) pas<br />

première fois qu’el<strong>le</strong>s quittaient <strong>le</strong>s<br />

repères familiers de <strong>le</strong>ur quartier.<br />

Le centre de Muradiye qu’a fréquenté<br />

Çigdem a dépassé toutes <strong>le</strong>s attentes.<br />

Les fil<strong>le</strong>s – notamment Ada<strong>le</strong>t, Ayper,<br />

Çigdem, Gurb<strong>et</strong>, Nezak<strong>et</strong> <strong>et</strong> Y<strong>et</strong>er - ont<br />

mis sur pied un club de théâtre, ont fait<br />

participer <strong>le</strong>s garçons de <strong>la</strong> région <strong>et</strong>,<br />

ensemb<strong>le</strong>, ont écrit <strong>et</strong> mis en scène<br />

une pièce fondée sur <strong>le</strong>urs propres<br />

expériences <strong>et</strong> intitulée Karde<strong>le</strong>n.<br />

Ce titre est symbolique. Karde<strong>le</strong>n est<br />

<strong>le</strong> nom d’une f<strong>le</strong>ur qui pousse <strong>dans</strong> <strong>la</strong><br />

neige <strong>des</strong> montagnes. La pièce traite<br />

<strong>des</strong> pratiques culturel<strong>le</strong>s qui restreignent<br />

<strong>la</strong> vie <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>dans</strong> <strong>le</strong> sud-est<br />

de <strong>la</strong> Turquie. C’est une mosaïque<br />

d’expériences vécues, de mariages<br />

précoces <strong>et</strong> de pratiques traditionnel<strong>le</strong>s<br />

qui empêchent <strong>le</strong>s femmes de<br />

participer à part entière aux communautés.<br />

Mais <strong>la</strong> pièce est p<strong>le</strong>ine<br />

d’espoir, car <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s luttent contre<br />

l’adversité <strong>et</strong> s’épanouissent comme<br />

<strong>la</strong> f<strong>le</strong>ur de karde<strong>le</strong>n.<br />

La pièce a d’abord été présentée aux<br />

mères <strong>et</strong> a remporté <strong>le</strong>ur adhésion.<br />

El<strong>le</strong> a ensuite été jouée devant un plus<br />

grand public <strong>dans</strong> <strong>le</strong> chef-lieu de <strong>la</strong> province<br />

<strong>et</strong> a obtenu un succès tel que <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s sont passées sur <strong>la</strong> chaîne de<br />

62 ET LES GARÇONS ?<br />

d’homme qui puisse me rattraper <strong>et</strong> m’obliger à al<strong>le</strong>r<br />

à l’éco<strong>le</strong>. Ma mère ne pouvait pas me rattraper.<br />

Aujourd’hui que je suis plus vieux (…), je vais étudier.<br />

Sans instruction (...) c’est déjà dur. » 76<br />

Le témoignage d’Anderson perm<strong>et</strong> de mieux comprendre<br />

un problème qui n’existe pas seu<strong>le</strong>ment un<br />

peu partout en Amérique <strong>la</strong>tine <strong>et</strong> <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s Caraïbes,<br />

mais est de plus en plus fréquent <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s pays occidentaux,<br />

<strong>le</strong> problème <strong>des</strong> garçons qui perdent tout<br />

intérêt pour l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> <strong>le</strong> travail sco<strong>la</strong>ire pendant<br />

l’ado<strong>le</strong>scence.<br />

Les garçons distancés<br />

télévision régiona<strong>le</strong>. Deux autres représentations<br />

ont eu lieu <strong>dans</strong> <strong>la</strong> capita<strong>le</strong>,<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre d’un festival de théâtre<br />

<strong>et</strong> ensuite d’un forum d’<strong>enfants</strong> où <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s ont joué devant <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> de<br />

toutes <strong>le</strong>s régions de <strong>la</strong> Turquie, ainsi<br />

que pour <strong>le</strong>s Ministres de l’éducation<br />

<strong>et</strong> de <strong>la</strong> culture. Quelques scènes ont<br />

été diffusées sur <strong>des</strong> chaînes de<br />

télévision nationa<strong>le</strong>s.<br />

La pièce a permis aux fil<strong>le</strong>s d’exprimer<br />

<strong>le</strong>ur frustration de ne pouvoir al<strong>le</strong>r à<br />

l’éco<strong>le</strong>. El<strong>le</strong> a ouvert <strong>le</strong>s yeux <strong>des</strong><br />

parents qui, ancrés <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s traditions,<br />

gardaient <strong>le</strong>urs fil<strong>le</strong>s à <strong>la</strong> maison pour<br />

qu’el<strong>le</strong>s s’occupent <strong>des</strong> corvées ménagères.<br />

El<strong>le</strong> a fait évoluer <strong>le</strong>s mentalités<br />

<strong>dans</strong> l’ensemb<strong>le</strong> du pays.<br />

Et surtout, <strong>la</strong> pièce a transformé <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s el<strong>le</strong>s-mêmes. Avant Karde<strong>le</strong>n,<br />

el<strong>le</strong>s n’étaient que <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> ayant<br />

abandonné l’éco<strong>le</strong> dès <strong>le</strong> primaire;<br />

aujourd’hui, ce sont <strong>des</strong> jeunes fil<strong>le</strong>s<br />

sûres d’el<strong>le</strong>s, qui veu<strong>le</strong>nt devenir<br />

enseignantes, médecins <strong>et</strong> juristes.<br />

L’une d’entre el<strong>le</strong>s, Ayper Sara, dit<br />

qu’el<strong>le</strong> ne s’arrêtera pas au certificat<br />

d’étu<strong>des</strong> mais essaiera d’al<strong>le</strong>r au lycée<br />

<strong>et</strong> même à l’université. « Nous voulons<br />

y arriver, dit-el<strong>le</strong>, non pas pour accrocher<br />

un diplôme sur notre mur mais<br />

pour être nous-mêmes <strong>des</strong> mères<br />

Dans <strong>le</strong>s pays industrialisés, <strong>le</strong> problème de <strong>la</strong><br />

contre-performance sco<strong>la</strong>ire <strong>des</strong> garçons est<br />

demeuré voilé pendant <strong>des</strong> décennies. On s’accordait<br />

généra<strong>le</strong>ment à reconnaître que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s<br />

réussissaient mieux que <strong>le</strong>s garçons <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s<br />

matières littéraires <strong>et</strong> linguistiques, mais on partait<br />

du principe que, dès lors que <strong>le</strong>s garçons obtenaient<br />

instruites <strong>et</strong> informées, de façon à ce<br />

que nos fil<strong>le</strong>s ne soient pas privées de<br />

ce dont nous avons été privées. »<br />

La sœur de Çigdem, Gurb<strong>et</strong>, n’est pas<br />

non plus allée à l’éco<strong>le</strong>, mais, au centre<br />

de Muradiye, el<strong>le</strong> dit avoir compris à<br />

quel point une personne peut progresser<br />

en apprenant une seu<strong>le</strong> <strong>le</strong>ttre de<br />

l’alphab<strong>et</strong>; el<strong>le</strong> aimait même l’odeur du<br />

papier <strong>et</strong> du crayon. El<strong>le</strong> fait aussi partie<br />

de <strong>la</strong> troupe de théâtre de Karde<strong>le</strong>n<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>s deux fil<strong>le</strong>s ont ouvert de nouveaux<br />

horizons <strong>dans</strong> <strong>le</strong>ur propre<br />

famil<strong>le</strong>. Le message de <strong>la</strong> pièce a<br />

convaincu <strong>le</strong>urs parents, <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur p<strong>et</strong>ite<br />

sœur Esma va maintenant au lycée.<br />

Le Ministère de l’éducation turc est<br />

éga<strong>le</strong>ment admiratif. Ce type d’éco<strong>le</strong><br />

primaire constitue maintenant <strong>la</strong> principa<strong>le</strong><br />

stratégie visant à perm<strong>et</strong>tre aux<br />

fil<strong>le</strong>s d’achever <strong>le</strong> cyc<strong>le</strong> d’enseignement<br />

obligatoire. Çigdem <strong>et</strong> ses amies<br />

ont non seu<strong>le</strong>ment vaincu <strong>le</strong> manque<br />

d’ambition dont el<strong>le</strong>s étaient victimes<br />

mais el<strong>le</strong>s ont éga<strong>le</strong>ment ouvert <strong>la</strong><br />

voie à d’autres.


de meil<strong>le</strong>urs résultats en mathématiques <strong>et</strong> en<br />

sciences, <strong>la</strong> <strong>situation</strong> généra<strong>le</strong> s’équilibrait. Ces<br />

dernières années, toutefois, <strong>la</strong> participation <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

résultats <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s en sciences <strong>et</strong> en mathématiques<br />

se sont n<strong>et</strong>tement améliorés, pour <strong>des</strong> raisons qui<br />

tiennent non pas seu<strong>le</strong>ment aux initiatives sco<strong>la</strong>ires,<br />

mais aussi à une évolution généra<strong>le</strong> du rô<strong>le</strong> que <strong>la</strong><br />

société s’attend à voir jouer aux femmes. Les garçons,<br />

de <strong>le</strong>ur côté, n’ont pas amélioré <strong>le</strong>urs résultats<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong>s matières linguistiques, ce qui fait que <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s réussissent mieux <strong>dans</strong> toutes <strong>le</strong>s matières,<br />

comme en témoignent <strong>le</strong>s examens nationaux<br />

depuis l’éco<strong>le</strong> primaire jusqu’aux examens de<br />

fins d’étu<strong>des</strong> secondaires.<br />

Les gouvernements se sont vivement émus de c<strong>et</strong><br />

état de choses. En Australie, par exemp<strong>le</strong>, <strong>la</strong><br />

Commission par<strong>le</strong>mentaire chargée de l’éducation a<br />

mené une enquête approfondie sur l’éducation <strong>des</strong><br />

garçons, qui a abouti à 24 recommandations portant<br />

sur <strong>le</strong>s sal<strong>le</strong>s de c<strong>la</strong>sse aussi bien que sur <strong>la</strong> politique<br />

éducative <strong>et</strong> socia<strong>le</strong>. L’enquête a notamment recommandé<br />

de promouvoir <strong>des</strong> stratégies que <strong>le</strong>s enseignants<br />

puissent m<strong>et</strong>tre en œuvre pour faire participer<br />

activement tous <strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong> toutes <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s, <strong>et</strong><br />

d’inscrire <strong>la</strong> question du niveau d’instruction selon <strong>le</strong><br />

sexe aux programmes d’initiation à l’enseignement <strong>et</strong><br />

de formation continue <strong>des</strong>tinés aux maîtres 77 .<br />

Au Royaume-Uni, <strong>le</strong> Gouvernement exige depuis<br />

1998 de toutes <strong>le</strong>s autorités sco<strong>la</strong>ires loca<strong>le</strong>s qu’el<strong>le</strong>s<br />

formu<strong>le</strong>nt <strong>des</strong> stratégies de longue durée pour remédier<br />

aux contre-performances <strong>des</strong> garçons <strong>et</strong> qu’el<strong>le</strong>s<br />

évaluent régulièrement <strong>le</strong>urs progrès 78 . Il a demandé<br />

<strong>la</strong> réalisation d’un proj<strong>et</strong> de recherche s’éta<strong>la</strong>nt sur<br />

trois ans <strong>et</strong> visant à dégager <strong>des</strong> stratégies performantes<br />

pour é<strong>le</strong>ver <strong>le</strong> niveau d’instruction <strong>des</strong> garçons<br />

sans porter préjudice à celui <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, <strong>et</strong> il gère<br />

un site Intern<strong>et</strong> consacré à <strong>la</strong> présentation d’étu<strong>des</strong><br />

de cas, de sources d’information <strong>et</strong> de conseils aux<br />

éco<strong>le</strong>s sur <strong>la</strong> façon de formu<strong>le</strong>r une stratégie <strong>des</strong>tinée<br />

à pallier <strong>le</strong>s contre-performances <strong>des</strong> garçons 79 .<br />

Garçons désenchantés<br />

Des étu<strong>des</strong> de plus en plus nombreuses nous aident<br />

à mieux comprendre <strong>la</strong> contre-performance sco<strong>la</strong>ire<br />

<strong>des</strong> garçons. Les préoccupations <strong>des</strong> auteurs de ces<br />

étu<strong>des</strong> sont différentes, mais tous souscrivent <strong>dans</strong><br />

l’ensemb<strong>le</strong> à <strong>la</strong> conclusion du rapport du Par<strong>le</strong>ment<br />

australien selon <strong>la</strong>quel<strong>le</strong> il s’agit d’un phénomène<br />

comp<strong>le</strong>xe dû à <strong>des</strong> causes très diverses. Il ne fait<br />

aucun doute que <strong>le</strong>s solutions sco<strong>la</strong>ires ne rég<strong>le</strong>ront<br />

pas <strong>le</strong> problème à el<strong>le</strong>s seu<strong>le</strong>s <strong>et</strong> que celui-ci,<br />

comme <strong>la</strong> question <strong>des</strong> contre-performances <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong> en développement, est indisso-<br />

ciab<strong>le</strong> de questions plus vastes en rapport avec <strong>la</strong><br />

problématique hommes-femmes <strong>et</strong> <strong>le</strong> pouvoir.<br />

Selon un élément d’explication, <strong>la</strong> socialisation <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s à <strong>la</strong> maison <strong>le</strong>s aide à se concentrer sur une<br />

tâche donnée; en d’autres termes, el<strong>le</strong>s réagissent<br />

mieux au cadre de <strong>la</strong> sal<strong>le</strong> de c<strong>la</strong>sse. La recherche<br />

menée en Jamaïque, par exemp<strong>le</strong>, où <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s réussissent<br />

mieux que <strong>le</strong>s garçons <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s étu<strong>des</strong><br />

secondaires <strong>et</strong> supérieures, révè<strong>le</strong> que <strong>le</strong>s garçons<br />

de ce pays sont libres de passer une bonne partie de<br />

<strong>le</strong>ur temps en dehors de chez eux tandis que <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s sont censées rester à <strong>la</strong> maison <strong>et</strong> se consacrer<br />

à <strong>des</strong> tâches spécifiques 80 . Une étude réalisée par <strong>le</strong><br />

Gouvernement jamaïcain a montré que <strong>le</strong>s différences<br />

de niveau sco<strong>la</strong>ire entre <strong>le</strong>s sexes peuvent<br />

être imputées à divers facteurs, depuis <strong>la</strong> socialisation<br />

par <strong>le</strong>s parents <strong>dans</strong> <strong>la</strong> p<strong>et</strong>ite enfance jusqu’aux<br />

messages sexistes véhiculés par <strong>la</strong> société <strong>dans</strong> son<br />

ensemb<strong>le</strong>, ainsi qu’au fait que <strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s ne sont pas traités de <strong>la</strong> même manière en<br />

c<strong>la</strong>sse.<br />

Un autre champ de recherche <strong>et</strong> d’action prom<strong>et</strong>teur<br />

rattache <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s à <strong>la</strong> question plus généra<strong>le</strong> <strong>des</strong><br />

modè<strong>le</strong>s d’identification socia<strong>le</strong> <strong>et</strong> sexuel<strong>le</strong> : l’équilibre<br />

<strong>des</strong> sexes parmi <strong>le</strong>s enseignants. Un moyen<br />

jugé essentiel en Afrique subsaharienne pour rendre<br />

<strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s plus adaptées aux fil<strong>le</strong>s, <strong>et</strong> plus attirantes,<br />

consiste à augmenter <strong>la</strong> proportion d’enseignantes<br />

<strong>dans</strong> une région où <strong>la</strong> profession est dominée par<br />

<strong>le</strong>s hommes. L’inverse est parfois vrai <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s pays<br />

industrialisés <strong>et</strong> <strong>dans</strong> <strong>la</strong> région de l’Amérique <strong>la</strong>tine<br />

<strong>et</strong> <strong>des</strong> Caraïbes où, surtout à l’éco<strong>le</strong> primaire, <strong>le</strong>s<br />

enseignantes sont <strong>la</strong>rgement majoritaires, ce qui<br />

peut donner lieu à une pénurie de modè<strong>le</strong>s positifs<br />

pour <strong>le</strong>s jeunes garçons.<br />

Pour certains auteurs, l’une <strong>des</strong> raisons pour <strong>le</strong>squel<strong>le</strong>s<br />

<strong>le</strong>s garçons obtiennent <strong>des</strong> résultats si inférieurs<br />

en <strong>la</strong>ngues <strong>et</strong> en littérature est que ces<br />

disciplines sont considérées comme <strong>des</strong> « matières<br />

pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s », <strong>et</strong> que <strong>la</strong> <strong>le</strong>cture est trop souvent<br />

considérée comme une activité « féminisée ».<br />

Comme l’a fait remarquer un garçon britannique<br />

de sept ans lors d’un entr<strong>et</strong>ien pour <strong>la</strong> télévision,<br />

« On n’est pas un vrai garçon si on aime lire » 81 .<br />

Rô<strong>le</strong>s assignés à chaque sexe<br />

Tout ce<strong>la</strong> donne à penser que <strong>le</strong> désintérêt <strong>des</strong> garçons<br />

pour l’éducation pourrait être étroitement lié à<br />

<strong>le</strong>ur socialisation masculine traditionnel<strong>le</strong>. On voit<br />

alors qu’il importe que <strong>le</strong> père soit en contact avec<br />

ses <strong>enfants</strong> dès <strong>le</strong>ur naissance, <strong>le</strong>ur prodigue lui<br />

aussi <strong>des</strong> soins, participe à <strong>le</strong>ur développement pen-<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

63


dant <strong>la</strong> p<strong>et</strong>ite enfance <strong>et</strong> contribue à <strong>le</strong>ur éducation.<br />

Ce<strong>la</strong> étant, <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s systèmes éducatifs sont<br />

inévitab<strong>le</strong>ment confrontés à <strong>des</strong> garçons qui n’ont<br />

pas connu c<strong>et</strong> exemp<strong>le</strong> positif <strong>dans</strong> <strong>le</strong>ur propre<br />

famil<strong>le</strong> <strong>et</strong> qui réagissent plutôt aux messages négatifs<br />

de <strong>la</strong> société qui encouragent <strong>la</strong> vio<strong>le</strong>nce <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

comportements susceptib<strong>le</strong>s de m<strong>et</strong>tre <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s en<br />

danger, <strong>et</strong> eux-mêmes éga<strong>le</strong>ment.<br />

Au Nigéria, <strong>le</strong> programme Sensibiliser <strong>le</strong>s ado<strong>le</strong>scents<br />

de sexe masculin s’occupe de garçons parvenus<br />

à l’ado<strong>le</strong>scence depuis 1995. Il s’adresse à <strong>des</strong><br />

écoliers qui s’engagent à rencontrer pendant un an<br />

un enseignant ayant reçu une formation spécifique<br />

pour avoir avec lui <strong>des</strong> discussions hebdomadaires<br />

sur <strong>le</strong>s rô<strong>le</strong>s assignés à chaque sexe <strong>et</strong> ce qu’il en<br />

est <strong>dans</strong> <strong>le</strong>ur propre famil<strong>le</strong>, <strong>dans</strong> une société où <strong>le</strong><br />

viol <strong>et</strong> <strong>la</strong> vio<strong>le</strong>nce contre <strong>le</strong>s femmes sont <strong>des</strong> suj<strong>et</strong>s<br />

de préoccupation. Toutefois, <strong>le</strong> programme <strong>des</strong><br />

discussions évolue constamment. Il y a quelques<br />

années, on s’est aperçu que <strong>le</strong>s garçons avaient du<br />

mal à distinguer l’amour du désir sexuel; on a donc<br />

Respecter <strong>le</strong>s<br />

différences entre<br />

sexes implique<br />

que l’on créera<br />

<strong>des</strong> systèmes<br />

sco<strong>la</strong>ires, <strong>des</strong><br />

c<strong>la</strong>sses <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

sociétés <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong>squels tant<br />

<strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s que <strong>le</strong>s<br />

garçons pourront<br />

s’épanouir.<br />

64<br />

ajouté un modu<strong>le</strong> sur « <strong>la</strong> responsabilité <strong>des</strong><br />

hommes <strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre <strong>des</strong> re<strong>la</strong>tions sexuel<strong>le</strong>s, de<br />

l’amour <strong>et</strong> du mariage ». Les responsab<strong>le</strong>s du programme<br />

se sont rendu compte qu’il importe de trouver<br />

<strong>le</strong> moyen d’aborder l’idée de masculinité d’une<br />

manière qui ne soit pas trop abstraite, par exemp<strong>le</strong><br />

en analysant ce que <strong>le</strong>s garçons ressentent quand ils<br />

n’obtiennent pas de bons résultats sportifs ou que<br />

<strong>le</strong>s garçons de <strong>le</strong>ur âge <strong>le</strong>s poussent à courir après<br />

<strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s ou à se montrer « macho ». Ce programme<br />

tient inévitab<strong>le</strong>ment de l’autosé<strong>le</strong>ction <strong>dans</strong> <strong>la</strong><br />

mesure où <strong>le</strong>s garçons doivent être suffisamment<br />

motivés au départ pour s’inscrire <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s groupes<br />

de discussion. Néanmoins, au cours de ses six premières<br />

années, 2 000 garçons <strong>et</strong> jeunes hommes<br />

ayant suivi ce programme ont reçu <strong>le</strong>ur diplôme à<br />

Ca<strong>la</strong>bar <strong>et</strong> à Uyo <strong>et</strong>, en 2002, plus de 700 garçons s’y<br />

sont inscrits. Les diplômés ont acquis une bonne<br />

aptitude à <strong>la</strong> discussion <strong>et</strong> à l’extériorisation, ce qui<br />

<strong>le</strong>s désigne comme <strong>des</strong> « étoi<strong>le</strong>s », au sens où ils<br />

sont susceptib<strong>le</strong>s d’être considérés par <strong>le</strong>s autres<br />

comme <strong>des</strong> modè<strong>le</strong>s à imiter.


Tom Rho<strong>des</strong>/2003<br />

Les garçons comme alliés stratégiques<br />

En <strong>le</strong>s invitant à participer à <strong>des</strong> actions de promotion<br />

<strong>et</strong> de protection <strong>des</strong> droits <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, il est possib<strong>le</strong><br />

de donner aux garçons <strong>des</strong> moyens d’agir tout<br />

en développant <strong>le</strong>urs aptitu<strong>des</strong> socia<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur<br />

niveau d’instruction. On l’a bien vu en Ouganda, où<br />

<strong>le</strong> Mouvement pour l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s a enrôlé<br />

d’emblée <strong>le</strong>s garçons comme alliés stratégiques. Les<br />

fil<strong>le</strong>s <strong>des</strong> districts de Kiba<strong>le</strong> <strong>et</strong> Mbarara, par exemp<strong>le</strong>,<br />

ont créé <strong>des</strong> clubs <strong>et</strong> sections locaux en partenariat<br />

avec <strong>le</strong>s garçons, avec <strong>le</strong>squels el<strong>le</strong>s ont col<strong>la</strong>boré<br />

pour identifier <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> non sco<strong>la</strong>risés par <strong>le</strong>ur<br />

nom <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur lieu de résidence pour pouvoir ensuite<br />

<strong>le</strong>s localiser. L’aide <strong>des</strong> garçons a été particulièrement<br />

précieuse pour rég<strong>le</strong>r <strong>le</strong>s problèmes concernant<br />

<strong>la</strong> sécurité <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s durant <strong>le</strong> traj<strong>et</strong> à<br />

<strong>des</strong>tination <strong>et</strong> en provenance de l’éco<strong>le</strong>, de même<br />

qu’à l’intérieur <strong>des</strong> locaux sco<strong>la</strong>ires 82 . Étant donné<br />

que <strong>la</strong> vio<strong>le</strong>nce à <strong>la</strong>quel<strong>le</strong> <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s sont confrontées<br />

est <strong>le</strong> fait <strong>des</strong> garçons aussi bien que <strong>des</strong> hommes,<br />

<strong>le</strong> recrutement de garçons pour combattre avec el<strong>le</strong>s<br />

ENCADRÉ 10<br />

Soudan : <strong>la</strong> communauté<br />

qui a fait bouger <strong>le</strong>s choses<br />

Sur <strong>le</strong> chemin cahoteux <strong>et</strong> poussiéreux<br />

qui traverse en serpentant El-<br />

Geneina, <strong>dans</strong> <strong>le</strong> Darfur de l’Ouest,<br />

une région du Soudan proche de <strong>la</strong><br />

frontière avec <strong>le</strong> Tchad, une fil<strong>le</strong>tte<br />

svelte de onze ans aux yeux bril<strong>la</strong>nts<br />

fait avancer trois ânes en une imposante<br />

procession. Du premier, on ne<br />

voit que <strong>le</strong>s maigres pattes <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

yeux tristes, tant il est surchargé de<br />

ballots d’herbes jaunies; <strong>le</strong>s deux<br />

autres ploient aussi sous <strong>le</strong>urs lourds<br />

chargements de bois <strong>et</strong> d’eau. C<strong>et</strong>te<br />

fil<strong>le</strong> mince <strong>et</strong> timide s’appel<strong>le</strong> UM-<br />

Jummah Abdul<strong>la</strong>hi <strong>et</strong> el<strong>le</strong> contribue<br />

aux revenus de sa famil<strong>le</strong> en parcourant<br />

tous <strong>le</strong>s jours 10 kilomètres pour<br />

al<strong>le</strong>r chercher de l’herbe à vendre au<br />

marché. En deux jours de travail, passés<br />

à ramasser ces tiges jaunes qui<br />

serviront à garnir haies <strong>et</strong> mate<strong>la</strong>s,<br />

el<strong>le</strong> gagnera moins d’un dol<strong>la</strong>r.<br />

Il n’est pas étonnant que UM-Jummah<br />

n’ait pas pu al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> primaire : <strong>le</strong><br />

Soudan a l’un <strong>des</strong> taux de sco<strong>la</strong>risation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>le</strong>s plus bas du <strong>monde</strong> (42<br />

pour cent), <strong>la</strong> province du Darfur de<br />

l’Ouest a un taux beaucoup plus bas<br />

(22 pour cent) <strong>et</strong>, <strong>dans</strong> c<strong>et</strong>te localité, <strong>la</strong><br />

<strong>situation</strong> est pire encore, 1 pour cent<br />

seu<strong>le</strong>ment <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s al<strong>la</strong>nt à l’éco<strong>le</strong>.<br />

Mais l’heure est au changement, un<br />

changement qui montre à quel point <strong>la</strong><br />

participation de <strong>la</strong> communauté à<br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s peut être décisive.<br />

Le Gouvernement soudanais <strong>et</strong><br />

l’UNICEF ont <strong>la</strong>ncé l’Initiative communautaire<br />

en faveur <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>, qui a<br />

abouti à <strong>la</strong> création de 378 communautés<br />

de ce type <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s neuf provinces<br />

<strong>le</strong>s plus défavorisées du nord du pays<br />

<strong>et</strong> <strong>dans</strong> trois agglomérations urbaines<br />

accessib<strong>le</strong>s du sud, <strong>et</strong> a montré<br />

l’exemp<strong>le</strong> en bâtissant <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s,<br />

ce problème comporte <strong>des</strong> avantages manifestes<br />

pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s. Mais en regardant en face <strong>la</strong> réalité<br />

de <strong>la</strong> vio<strong>le</strong>nce <strong>et</strong> en comprenant pourquoi el<strong>le</strong> est<br />

inacceptab<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s garçons, de <strong>le</strong>ur côté, en r<strong>et</strong>irent<br />

indéniab<strong>le</strong>ment un avantage sur <strong>le</strong> p<strong>la</strong>n de <strong>le</strong>ur<br />

propre développement social.<br />

De même, au Pakistan, <strong>des</strong> ado<strong>le</strong>scents de sexe<br />

masculin participent activement à <strong>la</strong> promotion <strong>des</strong><br />

droits <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>des</strong> femmes 83 . Un proj<strong>et</strong> visant à<br />

renforcer <strong>le</strong>s moyens d’action <strong>des</strong> ado<strong>le</strong>scentes y est<br />

exécuté depuis plus de 6 ans, <strong>et</strong> a profité à 25 000<br />

fil<strong>le</strong>s de 500 localités du pays. Il a réussi à m<strong>et</strong>tre à<br />

<strong>la</strong> disposition <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s de nouvel<strong>le</strong>s connaissances<br />

<strong>et</strong> aptitu<strong>des</strong> <strong>et</strong> à <strong>le</strong>ur ouvrir de nouvel<strong>le</strong>s perspectives,<br />

un succès qui est loin d’être négligeab<strong>le</strong>. Mais<br />

<strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s qui bénéficiaient du proj<strong>et</strong> ont fini par faire<br />

savoir qu’el<strong>le</strong>s jugeaient que <strong>le</strong>s garçons vivant <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong>urs communautés commençaient à se <strong>la</strong>isser distancer<br />

<strong>et</strong> el<strong>le</strong>s ont recommandé que <strong>le</strong>s garçons<br />

puissent participer au proj<strong>et</strong>.<br />

en aidant <strong>le</strong>s enseignants <strong>et</strong> en<br />

encadrant <strong>le</strong>s activités sco<strong>la</strong>ires.<br />

Dans <strong>le</strong> cadre de c<strong>et</strong>te alliance,<br />

l’UNICEF apporte son soutien à <strong>la</strong><br />

rénovation ou à <strong>la</strong> construction<br />

d’éco<strong>le</strong>s, à l’acquisition de mobilier<br />

sco<strong>la</strong>ire <strong>et</strong> de matériel <strong>des</strong>tiné aux<br />

enseignants <strong>et</strong> aux élèves <strong>et</strong> à <strong>la</strong> formation<br />

d’enseignants. Le Programme<br />

alimentaire mondial fournit <strong>des</strong> ustensi<strong>le</strong>s<br />

de cuisine <strong>et</strong> <strong>des</strong> produits<br />

alimentaires pour que plus de 40 000<br />

<strong>enfants</strong> de six provinces prennent tous<br />

<strong>le</strong>s jours un repas à l’éco<strong>le</strong>. Ils participent<br />

en outre à <strong>la</strong> construction de<br />

<strong>la</strong>trines <strong>et</strong> d’instal<strong>la</strong>tions sanitaires <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s. Le programme d’étu<strong>des</strong><br />

traite de questions de base de santé <strong>et</strong><br />

d’hygiène. À ce<strong>la</strong> s’ajoutent <strong>des</strong> clubs<br />

de santé qui rappel<strong>le</strong>nt éga<strong>le</strong>ment aux<br />

<strong>enfants</strong> l’importance <strong>des</strong> vaccinations<br />

<strong>et</strong> ont récemment commencé à<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

65


On a alors modifié <strong>le</strong> modu<strong>le</strong> de formation <strong>des</strong>tiné<br />

aux fil<strong>le</strong>s pour l’adapter aux garçons <strong>et</strong> on a identifié<br />

<strong>dans</strong> chaque localité <strong>des</strong> garçons dont on a perfectionné<br />

<strong>le</strong>s aptitu<strong>des</strong> à l’animation pour <strong>le</strong>ur perm<strong>et</strong>tre<br />

de superviser <strong>le</strong>s activités de suivi <strong>et</strong> de<br />

rendre compte <strong>des</strong> progrès accomplis. En faisant<br />

participer <strong>le</strong>s garçons au proj<strong>et</strong>, on s’efforçait de <strong>le</strong>ur<br />

inculquer <strong>des</strong> connaissances qui non seu<strong>le</strong>ment <strong>le</strong>ur<br />

donneraient de nouveaux moyens d’agir, mais <strong>le</strong>s<br />

aideraient à prendre conscience de <strong>le</strong>ur nouveau rô<strong>le</strong><br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>ur perm<strong>et</strong>traient de comprendre <strong>et</strong> d’appuyer <strong>le</strong>s<br />

droits <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. Le modu<strong>le</strong> ainsi modifié a fait l’obj<strong>et</strong><br />

d’un essai pilote, concluant, avant d’être mis à <strong>la</strong> disposition<br />

de 45 localités disséminées <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s quatre<br />

provinces du pays. Les premières réactions <strong>des</strong> garçons<br />

ainsi invités à participer sont encourageantes.<br />

Ils sont devenus plus soucieux du bien-être <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

<strong>et</strong> ont commencé à s’impliquer <strong>dans</strong> <strong>des</strong> activités<br />

positives de développement local.<br />

proposer <strong>des</strong> séances de sensibilisation<br />

au VIH/SIDA.<br />

Parallè<strong>le</strong>ment à c<strong>et</strong> enseignement<br />

général, <strong>des</strong> <strong>la</strong>trines sont installées,<br />

ainsi que <strong>des</strong> pompes à main perm<strong>et</strong>tant<br />

de s’approvisionner en eau<br />

potab<strong>le</strong>. « Par <strong>le</strong> passé, ces <strong>la</strong>trines<br />

auraient été <strong>le</strong> dernier souci <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s,<br />

explique Mohamed Musa Hajj, directeur<br />

<strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s d’El-Geneina, mais maintenant<br />

on comprend que disposer d’instal<strong>la</strong>tions<br />

sanitaires adéquates est<br />

important pour <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> non seu<strong>le</strong>ment<br />

à l’éco<strong>le</strong> mais aussi à <strong>la</strong> maison. »<br />

Une simp<strong>le</strong> pompe à eau manuel<strong>le</strong> installée<br />

à l’éco<strong>le</strong> peut avoir de gran<strong>des</strong><br />

répercussions à <strong>la</strong> maison. Tous <strong>le</strong>s<br />

jours, Awatif Ahmed Mutal<strong>la</strong>h, 11 ans,<br />

remplit d’eau potab<strong>le</strong> plusieurs bouteil<strong>le</strong>s<br />

à <strong>la</strong> pompe de l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

emporte chez el<strong>le</strong>. Chaque bouteil<strong>le</strong> est<br />

<strong>des</strong>tinée à un usage ménager particulier,<br />

par exemp<strong>le</strong> à boire, à préparer du<br />

thé, à se <strong>la</strong>ver <strong>le</strong>s mains pendant <strong>la</strong> préparation<br />

<strong>des</strong> repas. Aussi minimes<br />

soient-el<strong>le</strong>s, ces mesures réduisent <strong>le</strong><br />

nombre de ma<strong>la</strong>dies <strong>et</strong> de décès qu’il<br />

est possib<strong>le</strong> d’éviter. Les élèves<br />

convainquent éga<strong>le</strong>ment <strong>le</strong>urs parents<br />

de vacciner <strong>le</strong>urs frères <strong>et</strong> sœurs contre<br />

<strong>la</strong> polio <strong>et</strong> d’autres ma<strong>la</strong>dies évitab<strong>le</strong>s<br />

(<strong>le</strong> Darfur de l’Ouest a <strong>le</strong> taux de<br />

66 ET LES GARÇONS ?<br />

tétanos néonatal <strong>le</strong> plus é<strong>le</strong>vé<br />

du <strong>monde</strong>).<br />

En matière d’éducation, <strong>le</strong> contraste<br />

entre passé <strong>et</strong> présent ne pourrait<br />

être plus grand. Auparavant, <strong>le</strong>s<br />

élèves passaient <strong>le</strong>ur journée assis<br />

Le rô<strong>le</strong> de <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é<br />

Aux Caraïbes, <strong>le</strong>s gouvernements comprennent de<br />

mieux en mieux que <strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong> <strong>le</strong>s jeunes<br />

hommes courent davantage <strong>le</strong> risque d’être exclus<br />

de l’éco<strong>le</strong> s’ils viennent d’un milieu défavorisé.<br />

Certaines interventions ont été conçues spécifiquement<br />

pour ces jeunes hommes, comme <strong>le</strong> programme<br />

bahamien Youth Empowerment and Skills<br />

Training (Autonomisation <strong>des</strong> jeunes <strong>et</strong> formation<br />

axée sur <strong>des</strong> compétences), qui s’adresse à ceux<br />

auxquels <strong>le</strong> programme sco<strong>la</strong>ire pose <strong>des</strong> problèmes,<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong> proj<strong>et</strong> jamaïcain Uplifting Ado<strong>le</strong>scents<br />

(Relèvement social <strong>des</strong> ado<strong>le</strong>scents), qui cib<strong>le</strong><br />

<strong>le</strong>s jeunes chômeurs n’étant pas passés par <strong>le</strong><br />

système éducatif 84 .<br />

Au Brésil aussi, <strong>le</strong>s problèmes que <strong>le</strong>s garçons<br />

rencontrent <strong>dans</strong> <strong>le</strong> domaine de l’éducation sont<br />

diffici<strong>le</strong>s à dissocier de <strong>le</strong>ur origine socia<strong>le</strong>. La<br />

<strong>des</strong>cription vivante que donne Anderson de l’appel<br />

de <strong>la</strong> rue est confirmée par une étude récente de<br />

en surnombre sur un sol poussiéreux<br />

ou caillouteux, à essayer de mémoriser<br />

autant de choses que possib<strong>le</strong><br />

sans papiers ni crayons, <strong>le</strong> ventre<br />

vide jusqu’à ce qu’ils soient rentrés<br />

chez eux après avoir longuement<br />

marché.<br />

Tom Rho<strong>des</strong>/2003


l’Organisation internationa<strong>le</strong> du Travail, qui<br />

s’intéresse à ce que signifie <strong>le</strong> fait d’être membre<br />

d’une bande de jeunes au Brésil, un comando.<br />

Dans ce type de groupe de jeunes du même âge,<br />

on prise tout particulièrement l’action <strong>et</strong> <strong>des</strong> comportements<br />

qui ne semb<strong>le</strong>nt pas devoir s’accorder<br />

très faci<strong>le</strong>ment avec <strong>la</strong> plupart <strong>des</strong> sal<strong>le</strong>s de c<strong>la</strong>sse,<br />

surtout <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s régions à faib<strong>le</strong> revenu. Qui plus<br />

est, il ressort de l’analyse <strong>des</strong> données sur <strong>le</strong> revenu<br />

que <strong>le</strong>s garçons venant <strong>des</strong> régions <strong>le</strong>s plus pauvres<br />

seraient fondés à penser que l’éco<strong>le</strong> ne peut pas<br />

<strong>le</strong>ur rapporter un dividende financier suffisant. Les<br />

habitants <strong>des</strong> régions à faib<strong>le</strong> revenu doivent avoir<br />

été à l’éco<strong>le</strong> pendant au moins 11 ans avant de<br />

pouvoir prétendre à une rémunération éga<strong>le</strong> aux<br />

gains moyens d’individus n’ayant été que quatre<br />

ans à l’éco<strong>le</strong> <strong>dans</strong> l’ensemb<strong>le</strong> de <strong>la</strong> métropo<strong>le</strong> de<br />

Rio de Janeiro 85 .<br />

En bref, loin d’être un phénomène simp<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s « disparités<br />

en faveur <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s » observées en Amérique<br />

<strong>la</strong>tine <strong>et</strong> <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s Caraïbes sont une réalité à <strong>la</strong><br />

Les parents inscrivent volontiers <strong>le</strong>urs<br />

<strong>enfants</strong> <strong>dans</strong> <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s rénovées <strong>et</strong> <strong>le</strong><br />

développement de l’éducation <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s a <strong>des</strong> répercussions <strong>dans</strong> l’ensemb<strong>le</strong><br />

de <strong>la</strong> communauté. « Une<br />

famil<strong>le</strong> qui voit que ses voisins font<br />

tout pour sco<strong>la</strong>riser <strong>le</strong>urs fil<strong>le</strong>s se<br />

démènera aussi pour que ses fil<strong>le</strong>s<br />

ail<strong>le</strong>nt à l’éco<strong>le</strong> », explique Maka Al-<br />

Dom Ahmed, directeur de l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s du Darfur de l’Ouest.<br />

Ce partenariat améliore éga<strong>le</strong>ment <strong>la</strong><br />

qualité de l’enseignement. En 2002,<br />

l’UNICEF a formé 2 759 enseignants<br />

(dont 1 200 femmes) de toutes <strong>le</strong>s<br />

régions du Soudan à de nouvel<strong>le</strong>s<br />

métho<strong>des</strong> de participation <strong>et</strong> d’interaction<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>ur a expliqué comment faire<br />

de l’égalité <strong>des</strong> sexes une composante<br />

intégra<strong>le</strong> du programme d’étu<strong>des</strong>. En<br />

s’aidant d’activités théâtra<strong>le</strong>s, de sport<br />

<strong>et</strong> d’ateliers de poésie, <strong>des</strong> enseignants<br />

<strong>et</strong> <strong>des</strong> responsab<strong>le</strong>s communautaires<br />

ont réussi à <strong>la</strong> fois à instruire<br />

<strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> <strong>et</strong> à faire passer <strong>des</strong> messages<br />

essentiels auprès d’un plus<br />

grand public. À l’éco<strong>le</strong> <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s d’Al-<br />

Humaira, par exemp<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s élèves ont<br />

conçu un spectac<strong>le</strong> de <strong>dans</strong>e <strong>et</strong> de<br />

poésie visant à promouvoir <strong>la</strong> paix <strong>et</strong><br />

<strong>la</strong> réconciliation <strong>dans</strong> <strong>la</strong> communauté.<br />

Ce<strong>la</strong> est particulièrement important<br />

<strong>dans</strong> c<strong>et</strong>te région où <strong>des</strong> affronte-<br />

ments ont souvent lieu entre noma<strong>des</strong><br />

<strong>et</strong> agriculteurs se disputant de rares<br />

ressources en eau <strong>et</strong> pâturages <strong>et</strong> où<br />

26 éco<strong>le</strong>s ont été réduites en cendres<br />

lors <strong>des</strong> émeutes de 1999 à 2001.<br />

Dans ces vil<strong>la</strong>ges re<strong>la</strong>tivement isolés,<br />

élèves <strong>et</strong> adultes en viennent à considérer<br />

avec une plus grande ouverture<br />

d’esprit <strong>le</strong>s cultures qui <strong>le</strong>s entourent<br />

<strong>et</strong> comprennent notamment mieux<br />

<strong>le</strong>urs voisins noma<strong>des</strong>. Des recherches<br />

indiquent que c<strong>et</strong>te compréhension<br />

acquise dès l’enfance mène au dialogue<br />

à l’âge adulte <strong>et</strong> crée <strong>des</strong><br />

conditions favorab<strong>le</strong>s à <strong>la</strong> paix.<br />

UM-Jummah bénéficie d’un autre<br />

aspect de l’Initiative communautaire en<br />

faveur <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>, qui ouvre <strong>des</strong><br />

centres d’éducation pour adultes<br />

accueil<strong>la</strong>nt ceux qui n’ont pas eu <strong>la</strong><br />

possibilité d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> primaire<br />

pendant <strong>le</strong>ur enfance. El<strong>le</strong> se rend<br />

maintenant régulièrement au centre<br />

Al-Wehda, où on lui enseigne <strong>des</strong><br />

matières de base en plus <strong>des</strong> compétences<br />

pratiques qui l’aideront à<br />

compléter ses revenus.<br />

Par <strong>le</strong>ur impact sur <strong>la</strong> communauté,<br />

ces centres d’éducation pour adultes<br />

peuvent être aussi essentiels que <strong>le</strong>s<br />

éco<strong>le</strong>s primaires. « Une mère est à el<strong>le</strong><br />

faveur de <strong>la</strong>quel<strong>le</strong> <strong>le</strong>s facteurs liés aux différences<br />

entre <strong>le</strong>s sexes, à l’origine socia<strong>le</strong> <strong>et</strong> <strong>et</strong>hnique s’influent<br />

mutuel<strong>le</strong>ment. Ceci dit, il va de soi que beaucoup<br />

de garçons réussissent <strong>et</strong> sont heureux à<br />

l’éco<strong>le</strong> tandis que cel<strong>le</strong>-ci est une expérience très<br />

pénib<strong>le</strong> pour beaucoup de fil<strong>le</strong>s. Le problème qui en<br />

décou<strong>le</strong> pour <strong>le</strong>s spécialistes de l’éducation <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

responsab<strong>le</strong>s politiques de <strong>la</strong> région – ainsi que ceux<br />

<strong>des</strong> pays industrialisés où une évolution analogue<br />

est constatée – est de trouver <strong>le</strong> moyen de remédier<br />

à l’expérience négative que l’éducation représente<br />

pour <strong>le</strong>s garçons sans renforcer <strong>le</strong>s stéréotypes<br />

sexistes.<br />

L’expression « sensibilisation aux spécificités <strong>des</strong><br />

sexes » est à prendre à <strong>la</strong> <strong>le</strong>ttre : il s’agit de se faire<br />

une idée précise <strong>des</strong> besoins <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s comme <strong>des</strong><br />

garçons, <strong>et</strong> de créer <strong>des</strong> systèmes éducatifs, <strong>des</strong><br />

sal<strong>le</strong>s de c<strong>la</strong>sse <strong>et</strong> <strong>des</strong> sociétés <strong>dans</strong> <strong>le</strong>squels tous<br />

<strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> puissent s’épanouir – ce qui est au reste<br />

l’objectif ultime de l’Éducation pour tous.<br />

seu<strong>le</strong> une éco<strong>le</strong> <strong>dans</strong> <strong>la</strong> mesure où el<strong>le</strong><br />

enseigne à son entourage », estime<br />

Fatihiyyah Abbas, directrice d’éco<strong>le</strong>.<br />

Eshama Ezzeldien Abdul<strong>la</strong>h est une<br />

autre fervente partisane de l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. Bien qu’el<strong>le</strong> soit el<strong>le</strong>-même<br />

il<strong>le</strong>ttrée, el<strong>le</strong> a vu tout ce que l’éducation<br />

a changé pour ses deux fil<strong>le</strong>s, qui<br />

sont maintenant infirmières. « Les<br />

choses sont tel<strong>le</strong>ment différentes chez<br />

moi depuis que mes fil<strong>le</strong>s sont allées à<br />

l’éco<strong>le</strong>. El<strong>le</strong>s nous ont montré comment<br />

arranger notre foyer, comment <strong>le</strong><br />

n<strong>et</strong>toyer, ainsi que <strong>des</strong> moyens de<br />

nous protéger de <strong>la</strong> fièvre <strong>et</strong> de <strong>la</strong> diarrhée<br />

– aussi simp<strong>le</strong>s que couvrir <strong>le</strong> <strong>la</strong>it<br />

pour <strong>le</strong> protéger <strong>des</strong> mouches. »<br />

« Il y a <strong>des</strong> signes de changement »,<br />

remarque Maka Al-Dom Ahmed. « Les<br />

parents commencent à envisager<br />

différemment <strong>le</strong> rô<strong>le</strong> de <strong>le</strong>urs fil<strong>le</strong>s.<br />

Par <strong>le</strong> passé, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s accouchaient à<br />

12 ans <strong>et</strong> avaient déjà trois <strong>enfants</strong><br />

à l’âge de 18 ans. »<br />

Et maintenant ? Le chef communautaire<br />

Sheikh Mekki Bakhit Siam a une<br />

fil<strong>le</strong> qui fait <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> de sciences<br />

vétérinaires à l’université de Nya<strong>la</strong>.<br />

Lorsque <strong>des</strong> prétendants lui demandent<br />

<strong>la</strong> main de sa fil<strong>le</strong>, il répond :<br />

« Pas question – vous devrez attendre<br />

qu’el<strong>le</strong> finisse ses étu<strong>des</strong>. »<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

67


68 ET LES GARÇONS ?


LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

69


6 LA<br />

MEILLEURE CHOSE<br />

À FAIRE


Beatrice Progida/2003<br />

Pour n’importe quel chef de gouvernement disposé<br />

à al<strong>le</strong>r au-delà <strong>des</strong> solutions immédiates <strong>et</strong><br />

c<strong>la</strong>ssiques aux problèmes du développement,<br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s est l’investissement idéal. Loin<br />

de dépouil<strong>le</strong>r <strong>le</strong>s autres secteurs du développement<br />

social, <strong>le</strong> financement de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s en<br />

valorise l’activité. Il sou<strong>la</strong>ge d’autant <strong>le</strong> système<br />

de soins de santé en réduisant <strong>la</strong> mortalité infanti<strong>le</strong><br />

<strong>et</strong> maternel<strong>le</strong>, en maintenant <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> en meil<strong>le</strong>ure<br />

santé <strong>et</strong> en diminuant l’incidence du VIH/SIDA. Il<br />

améliore <strong>le</strong> niveau de compétence <strong>et</strong> <strong>la</strong> productivité<br />

<strong>des</strong> femmes <strong>et</strong>, ce faisant, contribue à faire recu<strong>le</strong>r<br />

<strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é <strong>et</strong> consolide l’économie à long terme.<br />

Le lien étroit existant entre l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>s autres domaines du développement signifie,<br />

par exemp<strong>le</strong>, que <strong>le</strong> simp<strong>le</strong> financement de l’adduction<br />

d’eau <strong>et</strong> de <strong>la</strong> construction d’instal<strong>la</strong>tions<br />

d’assainissement <strong>dans</strong> une éco<strong>le</strong> présente <strong>le</strong> doub<strong>le</strong><br />

avantage d’améliorer <strong>la</strong> santé <strong>et</strong> l’hygiène de <strong>la</strong><br />

communauté loca<strong>le</strong> <strong>et</strong> de sco<strong>la</strong>riser <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s en<br />

plus grand nombre.<br />

Le coût n’est pas prohibitif. Les prévisions de<br />

dépenses supplémentaires au titre de <strong>la</strong> réalisation<br />

de l’Objectif de développement pour <strong>le</strong> Millénaire<br />

concernant l’éducation – l’éducation primaire<br />

universel<strong>le</strong> pour 2015 – oscil<strong>le</strong>nt entre 9,1 milliards<br />

de dol<strong>la</strong>rs <strong>et</strong> 38 milliards de dol<strong>la</strong>rs par an 86 . Les<br />

38 milliards de dol<strong>la</strong>rs de dépenses prévues par <strong>la</strong><br />

Banque mondia<strong>le</strong>, dont <strong>la</strong> plus grande partie serait<br />

prise en charge par <strong>le</strong>s pays en développement euxmêmes,<br />

font apparaître un déficit de financement de<br />

5 à 7 milliards de dol<strong>la</strong>rs qu’il importerait de comb<strong>le</strong>r<br />

en recourant à l’aide extérieure 87 . D’ici à 2015, <strong>la</strong><br />

facture supplémentaire au titre de l’aide pourrait<br />

ainsi s’é<strong>le</strong>ver à environ 60 milliards de dol<strong>la</strong>rs,<br />

somme considérab<strong>le</strong>, certes, mais n<strong>et</strong>tement inférieure<br />

au coût d’opérations militaires de grande<br />

envergure dont <strong>le</strong> financement ne semb<strong>le</strong> jamais<br />

poser de problèmes.<br />

Les obstac<strong>le</strong>s concr<strong>et</strong>s ne sont pas non plus insurmontab<strong>le</strong>s.<br />

Dans <strong>le</strong> domaine de l’éducation, il<br />

n’existe quasiment aucun problème pour <strong>le</strong>quel une<br />

solution n’ait pas déjà été testée ail<strong>le</strong>urs. Les avantages<br />

qui décou<strong>le</strong>nt de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s ne peuvent<br />

pas être contestés, <strong>et</strong> <strong>le</strong>s stratégies <strong>et</strong> mesures<br />

spécifiques susceptib<strong>le</strong>s de faire bouger <strong>le</strong>s choses<br />

sont bien connues. El<strong>le</strong>s ont été appliquées <strong>dans</strong> <strong>le</strong><br />

cadre de proj<strong>et</strong>s <strong>et</strong> de programmes exécutés <strong>dans</strong><br />

toutes <strong>le</strong>s parties du <strong>monde</strong> (voir Annexe A p. 83 :<br />

une solution à presque tous <strong>le</strong>s problèmes).<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

71


Dans <strong>le</strong> domaine de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, <strong>des</strong><br />

années d’expérimentation ont permis de mieux<br />

comprendre <strong>le</strong> type d’initiative qui donne de bons<br />

résultats. Il ressort d’évaluations réalisées en<br />

Afrique subsaharienne, par exemp<strong>le</strong>, que l’on ne<br />

peut pas se contenter de p<strong>la</strong>quer une approche<br />

fondée sur <strong>le</strong>s sexospécificités sur un programme<br />

éducatif existant. Chaque fois qu’on a essayé de<br />

<strong>le</strong> faire, <strong>le</strong> programme existant s’est révélé rebel<strong>le</strong><br />

à tout changement. Les proj<strong>et</strong>s d’éducation <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s doivent être é<strong>la</strong>borés de façon spécifique dès<br />

<strong>le</strong> départ <strong>et</strong> doivent pouvoir compter sur l’adhésion<br />

<strong>des</strong> pouvoirs publics <strong>et</strong> <strong>des</strong> p<strong>la</strong>nificateurs de<br />

programmes.<br />

Les programmes d’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s doivent<br />

se fixer trois buts spécifiques : réduire <strong>le</strong> nombre<br />

total de fil<strong>le</strong>s non sco<strong>la</strong>risées, améliorer <strong>la</strong> qualité<br />

de l’éducation pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s comme pour <strong>le</strong>s garçons<br />

<strong>et</strong> assurer l’élévation du niveau d’instruction<br />

pour tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong>. En conjuguant <strong>des</strong> interventions<br />

sur l’accès à l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> d’autres sur <strong>la</strong> qualité,<br />

Le défi du<br />

développement,<br />

c’est <strong>le</strong> défi de<br />

l’éducation pour<br />

tous <strong>et</strong> <strong>le</strong> défi de<br />

l’éducation pour<br />

tous, c’est <strong>le</strong> défi<br />

de l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s.<br />

72<br />

on contribue à remplir <strong>la</strong> mission consistant à<br />

localiser <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> exclus <strong>et</strong> vulnérab<strong>le</strong>s, en<br />

particulier <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s, à <strong>le</strong>s inscrire à l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> à faire<br />

en sorte qu’ils y ail<strong>le</strong>nt régulièrement, y étudient<br />

<strong>et</strong> y réussissent <strong>dans</strong> un environnement protecteur<br />

<strong>et</strong> productif. Ces interventions aident <strong>le</strong>s systèmes<br />

éducatifs à jouer efficacement <strong>le</strong>ur rô<strong>le</strong> en faveur<br />

de tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> 88 .<br />

Le cas de l’Afghanistan montre bien ce qu’il est possib<strong>le</strong><br />

d’accomplir lorsque <strong>la</strong> communauté internationa<strong>le</strong><br />

est véritab<strong>le</strong>ment résolue à faire face à une<br />

crise. Il illustre de façon frappante ce que l’on peut<br />

faire quand <strong>des</strong> facteurs multip<strong>le</strong>s – <strong>la</strong> soif d’apprendre<br />

<strong>des</strong> <strong>enfants</strong>, <strong>le</strong>s rêves nourris par <strong>le</strong>s<br />

parents pour <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong>, <strong>la</strong> volonté du gouvernement<br />

de diriger <strong>le</strong>s opérations <strong>et</strong> cel<strong>le</strong> de <strong>la</strong> communauté<br />

internationa<strong>le</strong> d’apporter l’aide nécessaire –<br />

sont réunis. On a vu avec quel<strong>le</strong> ardeur <strong>le</strong>s famil<strong>le</strong>s<br />

afghanes, privées d’instruction pendant <strong>des</strong> décennies<br />

de conflit, en particulier durant l’ère <strong>des</strong><br />

Taliban, vou<strong>la</strong>ient que <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> aient <strong>la</strong> chance


Kent Page/UNICEF/2002<br />

d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong>. La fourniture d’urgence par<br />

l’UNICEF de matériels éducatifs à ces famil<strong>le</strong>s a<br />

représenté <strong>la</strong> plus vaste opération de ce type jamais<br />

<strong>la</strong>ncée par l’organisation (voir Encadré sur<br />

l’Afghanistan, page 73).<br />

Une nouvel<strong>le</strong> théorie de l’éducation<br />

D’un bout à l’autre du présent rapport, on a analysé<br />

l’interdépendance entre <strong>le</strong>s résultats de l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> ceux du développement. Pour inscrire<br />

<strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s à l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> s’assurer qu’el<strong>le</strong>s y ail<strong>le</strong>nt régulièrement,<br />

il faut m<strong>et</strong>tre en œuvre <strong>des</strong> stratégies<br />

intégrées à tous <strong>le</strong>s niveaux – famil<strong>le</strong>, communauté,<br />

administration loca<strong>le</strong> <strong>et</strong> gouvernement national. Trop<br />

longtemps, l’absence d’instruction <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s a été<br />

considérée comme re<strong>le</strong>vant de <strong>la</strong> sphère privée, un<br />

problème à rég<strong>le</strong>r par chaque famil<strong>le</strong>. Mais <strong>le</strong>s éléments<br />

présentés ici montrent que l’impératif de<br />

l’éducation de chaque fil<strong>le</strong> est un impératif pour <strong>le</strong><br />

développement sous toutes ses formes.<br />

ENCADRÉ 11<br />

Afghanistan : c’est <strong>la</strong> rentrée<br />

« Il m’est impossib<strong>le</strong> d’expliquer ce<br />

que j’ai ressenti. J’avais quitté<br />

l’Afghanistan deux ans après l’arrivée<br />

au pouvoir <strong>des</strong> Taliban <strong>et</strong> je suis rentrée<br />

quand <strong>le</strong>ur régime a pris fin. Je ne<br />

peux tout simp<strong>le</strong>ment pas expliquer ce<br />

que j’ai ressenti », raconte Najiba<br />

Forough*, <strong>le</strong>s <strong>la</strong>rmes aux yeux. El<strong>le</strong> a<br />

maintenant repris ses fonctions de<br />

directrice de l’éco<strong>le</strong> Nahisa Barbad.<br />

Sous <strong>le</strong> régime <strong>des</strong> Taliban, bien que<br />

l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s fût interdite, de<br />

nombreux parents <strong>et</strong> enseignants organisaient<br />

pour el<strong>le</strong>s c<strong>la</strong>n<strong>des</strong>tinement<br />

<strong>des</strong> cours <strong>dans</strong> <strong>des</strong> domici<strong>le</strong>s privés.<br />

La directrice d’éco<strong>le</strong> se rem<strong>et</strong> à p<strong>le</strong>urer<br />

en se souvenant de l’incident qui l’a<br />

fina<strong>le</strong>ment convaincue de quitter son<br />

pays natal. Son éco<strong>le</strong> avait été convertie<br />

par <strong>le</strong>s Taliban en centre de communication.<br />

Couverte d’une burka, el<strong>le</strong><br />

faisait tous <strong>le</strong>s jours <strong>le</strong> tour de ce qui<br />

avait été son éco<strong>le</strong>. Un jour, une<br />

femme en burka l’a saluée. N’arrivant<br />

pas à reconnaître sa voix, Mme<br />

Forough lui a demandé de re<strong>le</strong>ver son<br />

voi<strong>le</strong> afin qu’el<strong>le</strong> puisse voir son visage<br />

<strong>et</strong> el<strong>le</strong> a tout de suite reconnu une<br />

ancienne élève. Après avoir discuté<br />

quelques minutes, el<strong>le</strong>s ont chacune<br />

repris <strong>le</strong>ur chemin, mais avant que l’ancienne<br />

élève ne sorte de l’éco<strong>le</strong>, un<br />

Taliban s’est approché d’el<strong>le</strong> <strong>et</strong> a commencé<br />

à lui donner <strong>des</strong> coups. La<br />

directrice s’est précipitée <strong>et</strong> a tenté de<br />

protéger de son corps son élève, en<br />

expliquant que cel<strong>le</strong>-ci avait re<strong>le</strong>vé sa<br />

burka parce qu’el<strong>le</strong> <strong>le</strong> lui avait<br />

demandé. Peu de temps après, Mme<br />

Forough est partie vivre au Pakistan <strong>et</strong><br />

a obtenu un poste où el<strong>le</strong> enseignait à<br />

<strong>des</strong> réfugiés afghans.<br />

« L’éducation est <strong>le</strong> fondement de<br />

toutes <strong>le</strong>s sociétés », ajoute-t-el<strong>le</strong>. « Si<br />

vous fermez <strong>le</strong>s portes de l’éco<strong>le</strong>, vous<br />

remplissez <strong>le</strong>s cellu<strong>le</strong>s <strong>des</strong> prisons. »<br />

L’expérience de l’Afghanistan après <strong>la</strong><br />

guerre, une fois que <strong>le</strong>s Taliban ont été<br />

chassés du pouvoir par une opération<br />

Pour <strong>le</strong> ministre de l’éducation, assurément; mais<br />

aussi…<br />

Pour <strong>le</strong> ministre <strong>des</strong> finances, qui doit affecter à l’enseignement<br />

primaire une part suffisante du budg<strong>et</strong><br />

<strong>et</strong> rendre <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s abordab<strong>le</strong>s en supprimant <strong>le</strong>s<br />

frais de sco<strong>la</strong>rité <strong>et</strong> en versant aux famil<strong>le</strong>s pauvres<br />

un sa<strong>la</strong>ire suffisant.<br />

Pour <strong>le</strong> ministre de <strong>la</strong> santé, qui doit assurer <strong>la</strong> prestation<br />

de services de santé, un approvisionnement<br />

en eau <strong>et</strong> <strong>la</strong> fourniture d’instal<strong>la</strong>tions d’assainissement<br />

de bonne qualité.<br />

Pour <strong>le</strong> ministre du travail, qui est tenu de fixer <strong>des</strong><br />

normes de protection pour <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> qui travail<strong>le</strong>nt,<br />

de façon qu’ils ne soient pas exploités <strong>et</strong> ne se<br />

voient pas dénier <strong>le</strong> droit à l’éducation.<br />

Pour <strong>le</strong> ministre de <strong>la</strong> justice, à qui il incombe<br />

d’assurer <strong>la</strong> sécurité <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s.<br />

militaire autorisée par l’ONU, semb<strong>le</strong><br />

indiquer que <strong>la</strong> réouverture <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s<br />

est <strong>le</strong> meil<strong>le</strong>ur moyen de j<strong>et</strong>er <strong>le</strong>s<br />

bases d’un avenir réussi, prospère <strong>et</strong><br />

paisib<strong>le</strong>.<br />

La campagne Rentrée <strong>des</strong> c<strong>la</strong>sses<br />

menée en Afghanistan en 2002 a montré<br />

ce qu’il était possib<strong>le</strong> d’accomplir<br />

lorsque <strong>la</strong> communauté internationa<strong>le</strong><br />

est fermement résolue à remédier à<br />

une <strong>situation</strong> de crise. Privés d’éducation<br />

pendant <strong>des</strong> années de conflit, <strong>et</strong><br />

en particulier sous <strong>le</strong>s Taliban, <strong>le</strong>s<br />

<strong>enfants</strong> afghans étaient très impatients<br />

d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong>. Le rô<strong>le</strong> que l’UNICEF a<br />

pu jouer en <strong>le</strong>ur livrant du matériel<br />

pédagogique en <strong>situation</strong> d’urgence est<br />

l’une <strong>des</strong> réalisations dont l’organisation<br />

est <strong>le</strong> plus fière ainsi que l’une <strong>des</strong><br />

plus gran<strong>des</strong> opérations de ce type<br />

qu’el<strong>le</strong> ait jamais menées.<br />

À <strong>la</strong> fin de l’année 2001, l’Administration<br />

intérimaire a fait, avec l’aide de<br />

l’UNICEF, tout ce qui était en son<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

73


Pour <strong>le</strong> ministre du p<strong>la</strong>n, qui doit perm<strong>et</strong>tre aux<br />

communautés loca<strong>le</strong>s <strong>et</strong> aux parents de superviser <strong>la</strong><br />

prestation <strong>des</strong> services dont <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> ont besoin<br />

pour survivre <strong>et</strong> s’épanouir.<br />

Sept dispositions à prendre<br />

pour al<strong>le</strong>r de l’avant<br />

On ne verra jamais <strong>le</strong>s 65 millions de fil<strong>le</strong>s qui ne<br />

vont pas à l’éco<strong>le</strong> s’imposer à l’attention du <strong>monde</strong><br />

de <strong>la</strong> même façon qu’une guerre. El<strong>le</strong>s ne seront<br />

jamais sauvées par <strong>des</strong> chars fonçant <strong>dans</strong> <strong>le</strong> désert.<br />

Pas de manch<strong>et</strong>tes raco<strong>le</strong>uses sur <strong>le</strong>ur <strong>situation</strong><br />

<strong>la</strong>mentab<strong>le</strong> pour doper <strong>le</strong>s indices d’écoute <strong>des</strong><br />

médias ou <strong>le</strong> tirage <strong>des</strong> quotidiens. Le gaspil<strong>la</strong>ge de<br />

<strong>le</strong>urs aptitu<strong>des</strong> n’apparaîtra pas sur <strong>le</strong>s photos de<br />

première page pour donner mauvaise conscience<br />

à ceux qui vivent <strong>dans</strong> <strong>le</strong>ur p<strong>et</strong>it confort.<br />

Mais el<strong>le</strong>s n’en vivent pas moins une <strong>situation</strong> d’urgence.<br />

Les gouvernements, <strong>le</strong>s organisations humanitaires<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>s institutions internationa<strong>le</strong>s doivent<br />

pouvoir pour contribuer à <strong>la</strong> remise en<br />

état du système éducatif, en perm<strong>et</strong>tant<br />

<strong>dans</strong> un premier temps à 1,5 million<br />

d’<strong>enfants</strong> de r<strong>et</strong>ourner à l’éco<strong>le</strong> à <strong>la</strong> fin<br />

du mois de mars 2002. Du matériel<br />

pédagogique <strong>des</strong>tiné à 700 000 <strong>enfants</strong><br />

a été ach<strong>et</strong>é <strong>dans</strong> <strong>la</strong> région <strong>et</strong> <strong>le</strong> reste a<br />

dû être acheminé depuis l’entrepôt principal<br />

de l’UNICEF, situé au Danemark.<br />

Un nouveau centre d’assemb<strong>la</strong>ge a été<br />

entièrement créé au Pakistan tout près<br />

de <strong>la</strong> frontière, <strong>et</strong> 180 personnes ont été<br />

engagées loca<strong>le</strong>ment pour travail<strong>le</strong>r<br />

<strong>dans</strong> deux équipes. En moins de deux<br />

mois, ce centre a produit 50 000 colis<br />

d’éducation, au rythme de deux colis<br />

par minute, tandis que <strong>le</strong>s centres de<br />

plus p<strong>et</strong>ite tail<strong>le</strong> du Tadjikistan <strong>et</strong> de<br />

l’Ouzbékistan fabriquaient plus de<br />

10 000 colis, 400 colis de loisirs <strong>et</strong> 600<br />

tentes sco<strong>la</strong>ires. Environ 7 000 tonnes<br />

de fournitures sco<strong>la</strong>ires ont été distribuées<br />

<strong>dans</strong> l’ensemb<strong>le</strong> du pays, non<br />

seu<strong>le</strong>ment par <strong>le</strong>s responsab<strong>le</strong>s de<br />

l’éducation mais éga<strong>le</strong>ment par <strong>le</strong>s<br />

agents de santé qui faisaient partie<br />

du réseau de vaccination national.<br />

La campagne avait éga<strong>le</strong>ment pour<br />

objectif de renforcer <strong>le</strong>s capacités du<br />

Ministère de l’éducation. En tout, 600<br />

personnes nommées coordinateurs <strong>et</strong><br />

chargées de faciliter <strong>la</strong> col<strong>le</strong>cte de données<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>s procédures de distribution<br />

74 LA MEILLEURE CHOSE À FAIRE<br />

ont participé à <strong>des</strong> ateliers régionaux<br />

qui <strong>le</strong>ur ont apporté un appui technique<br />

<strong>et</strong> financier.<br />

Le 23 mars 2002, environ 3 000 éco<strong>le</strong>s<br />

ont ouvert <strong>le</strong>urs portes <strong>dans</strong> l’ensemb<strong>le</strong><br />

de l’Afghanistan pour accueillir<br />

<strong>des</strong> millions de fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> de garçons.<br />

Quatre-vingt-treize pour cent <strong>des</strong> fournitures<br />

avaient été livrés à temps aux<br />

éco<strong>le</strong>s. En septembre 2002, de nombreux<br />

<strong>enfants</strong> du sud du pays, ainsi<br />

que <strong>des</strong> réfugiés revenant du Pakistan,<br />

de l’Iran <strong>et</strong> d’autres pays voisins, <strong>et</strong><br />

<strong>des</strong> <strong>enfants</strong> dép<strong>la</strong>cés à l’intérieur de<br />

<strong>le</strong>ur pays ayant quitté <strong>le</strong>s camps pour<br />

revenir chez eux, ont repris <strong>le</strong> chemin<br />

de l’éco<strong>le</strong> – en tout, ce sont ainsi trois<br />

millions d’<strong>enfants</strong> qui ont été inscrits<br />

au cours d’une année, soit deux fois<br />

plus que prévu. Environ 30 pour cent<br />

d’entre eux étaient <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. Ce<strong>la</strong><br />

représente un progrès considérab<strong>le</strong><br />

<strong>dans</strong> beaucoup de régions car même<br />

avant <strong>le</strong>s Taliban, seuls 5 pour cent <strong>des</strong><br />

fil<strong>le</strong>s en âge d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> étaient<br />

sco<strong>la</strong>risées.<br />

En 2003, <strong>le</strong> principal défi de <strong>la</strong> campagne<br />

d’éducation a été de maintenir<br />

<strong>et</strong> d’intensifier ces efforts à l’heure où<br />

<strong>la</strong> communauté internationa<strong>le</strong> a <strong>le</strong>s<br />

yeux tournés vers une autre région à<br />

<strong>la</strong>quel<strong>le</strong> el<strong>le</strong> est donc plus susceptib<strong>le</strong><br />

prendre <strong>des</strong> dispositions concrètes pour <strong>le</strong>s sauver<br />

en traitant c<strong>et</strong>te affaire de façon aussi urgente que si<br />

ces 65 millions de fil<strong>le</strong>s du <strong>monde</strong> entier, piégées par<br />

une guerre, s’étaient réfugiées <strong>dans</strong> une montagne,<br />

devant <strong>des</strong> caméras de télévision.<br />

Les responsab<strong>le</strong>s doivent œuvrer de concert à tous<br />

<strong>le</strong>s niveaux de <strong>la</strong> société pour :<br />

1. Faire de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s un vo<strong>le</strong>t essentiel de<br />

l’effort de développement<br />

Les principes fondamentaux re<strong>la</strong>tifs aux droits<br />

de l’homme doivent inspirer <strong>le</strong>s programmes de<br />

développement économique <strong>et</strong> de lutte contre<br />

<strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é, <strong>et</strong> <strong>le</strong>s droits <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s doivent<br />

faire l’obj<strong>et</strong> d’une protection spécifique. Si <strong>le</strong>s<br />

gouvernements, <strong>le</strong>s institutions financières<br />

internationa<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s organisations d’aide bi<strong>la</strong>téra<strong>le</strong>s<br />

<strong>et</strong> multi<strong>la</strong>téra<strong>le</strong>s appliquaient <strong>le</strong>s principes<br />

de <strong>la</strong> justice socia<strong>le</strong> aux programmes de développement,<br />

<strong>le</strong> résultat serait meil<strong>le</strong>ur pour l’ensemb<strong>le</strong><br />

de <strong>la</strong> société – en particulier ses membres <strong>le</strong>s plus<br />

d’allouer <strong>des</strong> fonds. La qualité de l’enseignement<br />

a pris une importance de<br />

premier p<strong>la</strong>n car si <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> cessent<br />

d’al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> aujourd’hui, il sera très<br />

diffici<strong>le</strong> de <strong>le</strong>s sco<strong>la</strong>riser de nouveau<br />

une fois que <strong>le</strong> système sco<strong>la</strong>ire aura<br />

été rebâti. C’est <strong>dans</strong> c<strong>et</strong> esprit que <strong>le</strong><br />

Ministère de l’éducation a demandé à<br />

l’UNICEF d’organiser pendant l’hiver<br />

<strong>des</strong> ateliers de formation <strong>des</strong> enseignants<br />

en préparation de l’année sco<strong>la</strong>ire<br />

2003; 19 500 enseignants du<br />

primaire ont suivi un stage de formation<br />

de huit jours portant sur <strong>des</strong> cours<br />

axés sur <strong>le</strong>s élèves, sur <strong>la</strong> p<strong>la</strong>nification<br />

de l’enseignement <strong>et</strong> <strong>la</strong> sensibilisation<br />

aux mines terrestres.<br />

Certes, <strong>des</strong> problèmes considérab<strong>le</strong>s<br />

demeurent mais <strong>le</strong>s progrès obtenus<br />

en Afghanistan au cours <strong>des</strong> deux dernières<br />

années ont été remarquab<strong>le</strong>s.<br />

Pour <strong>la</strong> première fois, l’éducation a été<br />

<strong>la</strong> priorité absolue <strong>dans</strong> un pays sortant<br />

d’un conflit, <strong>et</strong> <strong>dans</strong> une société qui<br />

avait depuis trop longtemps pris l’habitude<br />

de ne voir que <strong>des</strong> hommes <strong>dans</strong><br />

<strong>la</strong> rue, <strong>le</strong> spectac<strong>le</strong> d’<strong>enfants</strong> al<strong>la</strong>nt à<br />

l’éco<strong>le</strong> <strong>le</strong> cartab<strong>le</strong> sur <strong>le</strong> dos était à lui<br />

seul <strong>la</strong> promesse d’un meil<strong>le</strong>ur avenir.<br />

En Afghanistan, <strong>la</strong> soif d’éducation est<br />

perceptib<strong>le</strong>, tout comme <strong>la</strong> confiance<br />

qu’a <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion en son pouvoir de


marginalisés. (Voir Repère 6 : budg<strong>et</strong>s <strong>et</strong> droits<br />

de l’homme.)<br />

En cas de crise économique ou de changement de<br />

<strong>la</strong> politique nationa<strong>le</strong>, il importe de protéger <strong>le</strong>s<br />

services publics de façon qu’il ne soit pas porté<br />

atteinte aux droits <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s à l’éducation, à <strong>la</strong><br />

santé, à l’alimentation <strong>et</strong> à <strong>la</strong> sécurité.<br />

L’égalité <strong>des</strong> chances ne suffit pas. Nous devons<br />

nous concentrer sur l’ « égalité de résultat »,<br />

en faisant en sorte que tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong>, fil<strong>le</strong>s<br />

<strong>et</strong> garçons, obtiennent <strong>la</strong> même éducation<br />

de qualité.<br />

Il convient de respecter <strong>le</strong> droit <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> <strong>et</strong> de<br />

<strong>le</strong>ur famil<strong>le</strong> de prendre part à <strong>la</strong> prise <strong>des</strong> décisions<br />

importantes pour eux. Leurs avis doivent<br />

être pris en considération <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s affaires<br />

publiques <strong>le</strong>s concernant, comme l’affectation de<br />

crédits budgétaires à l’éducation <strong>et</strong> <strong>le</strong>s décisions<br />

en matière de développement qui s’y rattachent.<br />

rem<strong>et</strong>tre en état une nation fort mal en<br />

point. Enseignante, Soraya Habibi, a<br />

passé 19 ans à enseigner avant que <strong>le</strong>s<br />

Taliban lui interdisent de travail<strong>le</strong>r. El<strong>le</strong> a<br />

continué à enseigner c<strong>la</strong>n<strong>des</strong>tinement<br />

<strong>dans</strong> <strong>des</strong> domici<strong>le</strong>s privés mais est ravie<br />

d’être aujourd’hui de r<strong>et</strong>our <strong>dans</strong> une sal<strong>le</strong><br />

de c<strong>la</strong>sse à faire ce qu’el<strong>le</strong> sait <strong>le</strong> mieux<br />

faire. « Je suis contente de pouvoir contribuer<br />

à l’avenir de ce pays, à l’avenir de<br />

ces <strong>enfants</strong>. N’oubliez pas que j’ai passé<br />

<strong>le</strong>s cinq dernières années à ne rien faire –<br />

maintenant tout ce que je veux, c’est<br />

enseigner <strong>et</strong> enseigner. »<br />

Dans ce pays, pour l’instant du moins, <strong>le</strong>s<br />

<strong>enfants</strong> ont véritab<strong>le</strong>ment conscience de<br />

l’importance de <strong>le</strong>urs enseignants. Sur un<br />

panneau d’affichage de l’éco<strong>le</strong> Abdul<br />

Ghafoor Nadeem de Kaboul, on peut lire<br />

<strong>dans</strong> un poème écrit par un élève : « Les<br />

enseignants sont <strong>la</strong> lumière de notre vie.<br />

S’il n’y a pas d’enseignants, <strong>la</strong> société<br />

sera détruite. »<br />

*Certains noms <strong>dans</strong> c<strong>et</strong> encadré ont été changés.<br />

Les fil<strong>le</strong>s doivent jouir de l’égalité <strong>des</strong> chances <strong>et</strong><br />

être aussi bien préparées que <strong>le</strong>s garçons au type<br />

de participation constructive qui est essentiel<strong>le</strong> à<br />

<strong>la</strong> gestion démocratique <strong>des</strong> affaires publiques.<br />

2. Instaurer une culture nationa<strong>le</strong> en faveur<br />

de l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

Il importe d’instaurer une culture nationa<strong>le</strong> autour du<br />

thème « toutes <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s à l’éco<strong>le</strong> », de façon que <strong>le</strong>s<br />

communautés soient aussi scandalisées <strong>et</strong> préoccupées<br />

par <strong>le</strong> fait que <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s sont gardées à <strong>la</strong> maison<br />

sans pouvoir al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> qu’el<strong>le</strong>s <strong>le</strong> sont par <strong>le</strong><br />

cas <strong>des</strong> garçons <strong>et</strong> <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s dont l’exploitation <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong> travail est plus visib<strong>le</strong>. L’instauration d’une tel<strong>le</strong><br />

culture signifie qu’il faut <strong>la</strong>ncer une vaste campagne<br />

d’instruction civique qui explique <strong>le</strong>s avantages que<br />

<strong>la</strong> famil<strong>le</strong> <strong>et</strong> <strong>la</strong> société peuvent r<strong>et</strong>irer de l’éducation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. Chaque segment de <strong>la</strong> société doit être<br />

mobilisé, hommes politiques <strong>et</strong> parents, secteur privé<br />

<strong>et</strong> médias. Les gouvernements doivent être tenus<br />

pour responsab<strong>le</strong>s de l’inscription <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> de <strong>la</strong><br />

régu<strong>la</strong>rité de <strong>le</strong>ur fréquentation sco<strong>la</strong>ire. À c<strong>et</strong>te fin :<br />

Le nombre <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s n’al<strong>la</strong>nt pas à l’éco<strong>le</strong> doit être<br />

systématiquement <strong>et</strong> publiquement signalé – <strong>et</strong> il<br />

doit être considéré comme un suj<strong>et</strong> de préoccupation<br />

nationa<strong>le</strong> aussi pressant que l’aggravation<br />

<strong>des</strong> taux de chômage.<br />

Les pays devraient envisager d’adopter une taxe<br />

pour l’éducation ou une surtaxe sur <strong>le</strong>s produits<br />

de base, qui serait utilisée exclusivement pour<br />

inscrire <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s ou <strong>le</strong>s garçons à l’éco<strong>le</strong> jusqu’à<br />

ce que <strong>la</strong> parité entre sexes y soit réalisée.<br />

Les gouvernements devraient inventorier <strong>le</strong>s proj<strong>et</strong>s<br />

couronnés de succès <strong>dans</strong> <strong>le</strong>urs pays respectifs,<br />

<strong>le</strong>s porter à l’échel<strong>le</strong> nationa<strong>le</strong> <strong>et</strong> vérifier <strong>dans</strong><br />

quel<strong>le</strong> mesure ils ont permis aux fil<strong>le</strong>s d’al<strong>le</strong>r<br />

jusqu’au bout de <strong>le</strong>ur éducation de base.<br />

3. Interdire <strong>le</strong>s frais de sco<strong>la</strong>rité quels qu’ils soient<br />

L’éco<strong>le</strong> n’est pas une option que l’on finance au cas <strong>et</strong><br />

au moment où l’économie s’améliore : c’est un droit<br />

fondamental. Lorsque <strong>le</strong>s systèmes éducatifs reposeront<br />

sur ce principe, ils feront l’effort supplémentaire<br />

de garantir <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> plus marginalisés <strong>et</strong><br />

défavorisés, dont <strong>la</strong> majorité sont presque toujours<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. L’éco<strong>le</strong> primaire doit être gratuite, universel<strong>le</strong><br />

<strong>et</strong> obligatoire, <strong>et</strong> <strong>le</strong>s parents doivent pouvoir<br />

choisir <strong>le</strong> type d’instruction à offrir à <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong>. Il<br />

faut supprimer immédiatement tous <strong>le</strong>s frais de sco<strong>la</strong>rité<br />

<strong>et</strong> autres à l’éco<strong>le</strong> primaire. Lorsque <strong>le</strong>s parents<br />

doivent payer <strong>le</strong>s étu<strong>des</strong> de <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong>, l’Éducation<br />

pour tous devient impossib<strong>le</strong> <strong>et</strong> <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s sont encore<br />

plus pénalisées que <strong>le</strong>s garçons. L’éducation doit être<br />

considérée comme <strong>le</strong> droit de chaque enfant.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

75


4. Ne pas cantonner <strong>la</strong> réf<strong>le</strong>xion au secteur<br />

de l’éducation<br />

L’éducation en général – <strong>et</strong> cel<strong>le</strong> <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s en<br />

particulier – doit être entièrement intégrée à <strong>la</strong><br />

stratégie de lutte contre <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é de chaque<br />

pays. Il faut augmenter l’échel<strong>le</strong> <strong>des</strong> programmes<br />

qui donnent satisfaction.<br />

La sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s peut <strong>et</strong> doit être encouragée<br />

par <strong>des</strong> mesures tel<strong>le</strong>s que :<br />

Des lois <strong>et</strong> politiques antidiscrimination qui<br />

protègent <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s femmes<br />

Des programmes de prévention du VIH/SIDA qui<br />

cib<strong>le</strong>nt <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s femmes<br />

Des programmes en faveur du jeune enfant qui<br />

traitent <strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong> <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s sur un pied d’égalité<br />

<strong>et</strong> abordent <strong>la</strong> question <strong>des</strong> rô<strong>le</strong>s assignés à<br />

chaque sexe <strong>et</strong> <strong>des</strong> re<strong>la</strong>tions entre <strong>le</strong>s sexes<br />

Un investissement <strong>dans</strong> l’approvisionnement en<br />

eau <strong>et</strong> l’assainissement pour <strong>le</strong>s logements<br />

<strong>et</strong> l’éco<strong>le</strong><br />

Des efforts déployés pour réduire <strong>la</strong> vio<strong>le</strong>nce <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong>s communautés <strong>et</strong> m<strong>et</strong>tre <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> à l’abri de<br />

l’exploitation <strong>et</strong> de <strong>la</strong> maltraitance, en accordant<br />

une attention particulière aux fil<strong>le</strong>s.<br />

D’un autre côté, l’investissement <strong>dans</strong> l’éducation<br />

doit s’appuyer sur <strong>le</strong>s multip<strong>le</strong>s exemp<strong>le</strong>s de résultats<br />

positifs obtenus <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s lorsqu’il y a :<br />

Un accroissement <strong>des</strong> possibilités de participation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, notamment <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s sports, <strong>le</strong>s activités<br />

culturel<strong>le</strong>s, <strong>le</strong>s affaires loca<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>la</strong> gestion sco<strong>la</strong>ire<br />

Des mesures d’incitation <strong>et</strong> une aide financière<br />

pour <strong>le</strong>s famil<strong>le</strong>s qui envoient <strong>le</strong>urs fil<strong>le</strong>s à l’éco<strong>le</strong>,<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>s y <strong>la</strong>issent, <strong>et</strong> contribuent activement à améliorer<br />

<strong>le</strong>urs résultats<br />

Des enseignants formés aux droits de l’enfant <strong>et</strong><br />

aux techniques d’enseignement tenant compte<br />

<strong>des</strong> différences entre <strong>le</strong>s sexes<br />

Des enseignants touchant un traitement régulier<br />

<strong>et</strong> suffisant<br />

Des parents à qui l’on a donné <strong>le</strong>s moyens<br />

de s’engager <strong>dans</strong> <strong>la</strong> gestion <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong><br />

soutien à <strong>le</strong>ur apporter, ainsi que <strong>dans</strong> l’activité<br />

<strong>des</strong> associations de parents <strong>et</strong> d’enseignants, <strong>et</strong><br />

que l’on aide à créer au foyer un environnement<br />

plus propice à l’apprentissage <strong>et</strong> à présenter une<br />

76<br />

LA MEILLEURE CHOSE À FAIRE<br />

image positive de ce qu’ils attendent de <strong>le</strong>urs<br />

<strong>enfants</strong> s’agissant du niveau d’instruction.<br />

5. Faire <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s <strong>des</strong> centres de développement<br />

communautaire<br />

Les éco<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>s lieux d’apprentissage moins « c<strong>la</strong>ssiques<br />

» devraient devenir davantage que <strong>des</strong><br />

endroits où suivre <strong>des</strong> cours <strong>et</strong> acquérir <strong>des</strong> aptitu<strong>des</strong>;<br />

ils devraient devenir <strong>des</strong> centres de participation<br />

<strong>et</strong> de développement communautaires.<br />

L’expérience de l’UNICEF en matière de <strong>situation</strong>s de<br />

conflit <strong>et</strong> d’urgence a montré que l’éducation avait <strong>le</strong><br />

pouvoir, au sortir d’une tragédie <strong>et</strong> du désordre qui<br />

en décou<strong>la</strong>it, de favoriser <strong>le</strong> redressement <strong>et</strong> de<br />

redonner l’espoir, car el<strong>le</strong> restructure <strong>la</strong> vie <strong>des</strong><br />

<strong>enfants</strong>, <strong>le</strong>s revigore <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur offre <strong>des</strong> points de repère<br />

pour envisager un avenir qui est, au mieux, incertain.<br />

De même, <strong>la</strong> pandémie de VIH/SIDA aide à comprendre<br />

<strong>le</strong> rô<strong>le</strong> de l’éducation <strong>dans</strong> une <strong>situation</strong><br />

d’urgence. Les éco<strong>le</strong>s se sont avérées <strong>le</strong> moyen <strong>le</strong><br />

plus efficace <strong>et</strong> <strong>le</strong> plus économiquement viab<strong>le</strong> de<br />

protéger <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> <strong>et</strong> <strong>le</strong>s jeunes contre l’infection<br />

par <strong>le</strong> VIH. À lui seul, ce fait est un argument de<br />

poids en faveur de ceux qui voudraient faire <strong>des</strong><br />

éco<strong>le</strong>s <strong>le</strong> centre nerveux <strong>des</strong> efforts déployés pour<br />

lutter contre <strong>la</strong> propagation de <strong>la</strong> ma<strong>la</strong>die <strong>et</strong> en atténuer<br />

l’impact.<br />

Tout comme el<strong>le</strong>s doivent devenir suffisamment<br />

soup<strong>le</strong>s pour répondre aux besoins de tous <strong>le</strong>s<br />

<strong>enfants</strong>, qu’il s’agisse de fil<strong>le</strong>s traditionnel<strong>le</strong>ment privées<br />

d’instruction ou d’<strong>enfants</strong> <strong>des</strong> rues, <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s<br />

doivent aussi prendre en charge <strong>le</strong> nombre croissant<br />

d’<strong>enfants</strong> rendus orphelins <strong>et</strong> vulnérab<strong>le</strong>s par <strong>le</strong><br />

VIH/SIDA. C’est l’éducation qui peut <strong>le</strong> mieux aider<br />

<strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> <strong>et</strong> <strong>le</strong>s jeunes – en particulier <strong>le</strong>s orphelins<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s, qui sont <strong>le</strong>s plus exposés – à se prendre<br />

personnel<strong>le</strong>ment en charge, en <strong>le</strong>ur inculquant <strong>le</strong>s<br />

connaissances dont ils ont besoin pour assurer <strong>la</strong><br />

protection de <strong>le</strong>ur communauté <strong>et</strong> <strong>la</strong> <strong>le</strong>ur propre, <strong>et</strong><br />

peut <strong>le</strong>s aider à acquérir <strong>le</strong>s connaissances <strong>et</strong> compétences<br />

nécessaires pour édifier un avenir meil<strong>le</strong>ur.<br />

Et c’est l’éducation qui peut venir à bout de <strong>la</strong> discrimination<br />

<strong>et</strong> de l’ignorance qui perpétuent <strong>la</strong> propagation<br />

du VIH/SIDA.<br />

L’éducation devrait ainsi être p<strong>la</strong>cée au centre <strong>des</strong><br />

efforts déployés contre <strong>le</strong> VIH/SIDA <strong>et</strong> d’autres<br />

menaces qui pèsent sur <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> <strong>et</strong> <strong>le</strong>s jeunes.<br />

6. Intégrer <strong>le</strong>s stratégies<br />

Des stratégies intégrées s’imposent pour <strong>le</strong>ver <strong>le</strong>s<br />

multip<strong>le</strong>s obstac<strong>le</strong>s à l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. C<strong>et</strong>te<br />

intégration doit intervenir à trois niveaux : investissements,<br />

politiques <strong>et</strong> institutions; prestation de services;<br />

<strong>et</strong> cadres conceptuels, plus précisément ceux


<strong>des</strong> démarches fondées sur <strong>le</strong>s droits économiques<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong>s droits de l’homme.<br />

a. Investissements, politiques <strong>et</strong> initiatives institutionnel<strong>le</strong>s.<br />

Il ne suffit pas d’allouer <strong>des</strong> ressources<br />

financières à <strong>la</strong> réalisation de certains objectifs :<br />

encore faut-il revenir sur <strong>le</strong>s politiques susceptib<strong>le</strong>s<br />

d’al<strong>le</strong>r à l’encontre <strong>des</strong>dits objectifs. Il ne servira pas<br />

à grand-chose de construire de nouvel<strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s si<br />

<strong>le</strong>s droits d’inscription <strong>et</strong> autres obstac<strong>le</strong>s empêchent<br />

toujours <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation de certains <strong>enfants</strong>. De <strong>la</strong><br />

même façon, <strong>le</strong>s ressources disponib<strong>le</strong>s sont <strong>le</strong>s plus<br />

REPÈRE 6<br />

BUDGETS ET DROITS DE L’HOMME<br />

Une approche du développement fondée sur <strong>le</strong>s droits<br />

de l’homme implique <strong>la</strong> réalisation progressive de tous<br />

ces droits. Les États doivent mobiliser <strong>le</strong> maximum de<br />

ressources disponib<strong>le</strong>s tout en é<strong>la</strong>borant un p<strong>la</strong>n de<br />

financement à long terme pour <strong>le</strong> respect de tous <strong>le</strong>s<br />

droits de <strong>le</strong>urs citoyens.<br />

Il est nécessaire de procéder à une nouvel<strong>le</strong> analyse de<br />

<strong>la</strong> procédure de préparation du budg<strong>et</strong>. À présent, on fixe<br />

en premier lieu <strong>le</strong> cadre macroéconomique, assorti<br />

d’objectifs de croissance ou de stabilisation. Pour <strong>le</strong>s<br />

dépenses gouvernementa<strong>le</strong>s, <strong>le</strong>s programmes visant au<br />

respect <strong>des</strong> droits de l’homme sont rarement prioritaires<br />

pour l’attribution <strong>des</strong> ressources disponib<strong>le</strong>s : ces<br />

programmes n’obtiennent souvent que ce qui reste après<br />

qu’on a fixé l’enveloppe revenant au secteur de <strong>la</strong> croissance<br />

économique, au remboursement de <strong>la</strong> d<strong>et</strong>te ou à<br />

<strong>la</strong> défense. Bien que <strong>le</strong> gouvernement d’un pays ait pu<br />

s’être <strong>la</strong>ncé vers <strong>le</strong>s Objectifs de développement pour <strong>le</strong><br />

Millénaire ou vers ceux d’Un <strong>monde</strong> digne <strong>des</strong> <strong>enfants</strong>,<br />

<strong>le</strong>s ressources qu’il affecte véritab<strong>le</strong>ment à <strong>la</strong> réalisation<br />

de ces objectifs peuvent se révé<strong>le</strong>r n<strong>et</strong>tement inférieures<br />

aux besoins. Pour éviter que ce<strong>la</strong> ne se reproduise, <strong>le</strong><br />

financement <strong>des</strong> programmes visant au respect <strong>des</strong> droits<br />

de l’homme doit devenir un élément prioritaire <strong>et</strong> non pas<br />

marginal au moment de l’é<strong>la</strong>boration du budg<strong>et</strong>.<br />

Lorsque <strong>le</strong>s gouvernements procèdent à <strong>la</strong> reconfiguration<br />

<strong>des</strong> budg<strong>et</strong>s, ils doivent tenir compte de certaines réalités :<br />

Les droits de l’homme sont interdépendants. Tous<br />

sont d’éga<strong>le</strong> importance <strong>et</strong> <strong>le</strong> fait d’en négliger un peut<br />

empêcher ou entraver <strong>la</strong> jouissance <strong>des</strong> autres. Les<br />

progrès réalisés <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s domaines de <strong>la</strong> santé, de<br />

l’éducation, de <strong>la</strong> nutrition <strong>et</strong> de l’eau, par exemp<strong>le</strong>,<br />

peuvent se renforcer mutuel<strong>le</strong>ment <strong>et</strong>, de plus, favoriser<br />

<strong>la</strong> croissance. C<strong>et</strong>te synergie justifie qu’on travail<strong>le</strong> au<br />

respect de tous <strong>le</strong>s droits.<br />

productives lorsque <strong>le</strong> cadre politique <strong>et</strong> institutionnel<br />

est favorab<strong>le</strong> à <strong>le</strong>ur utilisation. La décentralisation,<br />

par exemp<strong>le</strong>, ainsi que <strong>le</strong>s réformes juridiques,<br />

<strong>le</strong>s partenariats <strong>et</strong> <strong>la</strong> participation vont tous <strong>dans</strong> <strong>le</strong><br />

sens d’une utilisation plus efficace <strong>des</strong> ressources.<br />

b. Prestation de services. Une bonne coordination<br />

<strong>des</strong> services <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s domaines de l’éducation, de <strong>la</strong><br />

santé, de <strong>la</strong> nutrition, de l’approvisionnement en eau<br />

<strong>et</strong> de l’assainissement – s’agissant surtout de <strong>la</strong> prestation<br />

de ces services – peut améliorer l’efficacité<br />

<strong>des</strong> programmes. Au niveau local, par exemp<strong>le</strong>, un<br />

La non-rétrogression est un autre principe important en<br />

matière de droits de l’homme. Ce<strong>la</strong> signifie que personne<br />

ne doit accepter un recul <strong>dans</strong> <strong>la</strong> jouissance de ses droits<br />

dû à une action délibérée <strong>des</strong> pouvoirs publics. Un bon<br />

nombre de réformes macroéconomiques, notamment<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> domaine <strong>des</strong> échanges <strong>et</strong> de <strong>la</strong> fiscalité, sont<br />

mises en p<strong>la</strong>ce sans tenir compte de <strong>le</strong>ur incidence<br />

négative sur certaines personnes, généra<strong>le</strong>ment cel<strong>le</strong>s<br />

qui sont pauvres. Ces réformes peuvent ne pas être,<br />

en el<strong>le</strong>s-mêmes, contraires aux principes <strong>des</strong> droits de<br />

l’homme, mais el<strong>le</strong>s vio<strong>le</strong>nt ces principes si, à cause<br />

d’el<strong>le</strong>s, certains ménages font face plus diffici<strong>le</strong>ment aux<br />

besoins de base de <strong>le</strong>urs <strong>enfants</strong> en matière de santé <strong>et</strong><br />

d’éducation. Des « fi<strong>le</strong>ts de sécurité » suffisants doivent<br />

être intégrés à de tels changements de politique.<br />

L’État doit éga<strong>le</strong>ment garantir <strong>des</strong> résultats égaux.<br />

Ce<strong>la</strong> va au-delà de l’égalité d’accès ou de l’égalité de<br />

possibilités pour tous. Ainsi, <strong>le</strong> fait d’assurer à un enfant<br />

handicapé l’égalité d’accès à l’éco<strong>le</strong> loca<strong>le</strong> peut ne pas suffire<br />

pour qu’il bénéficie, sur un p<strong>la</strong>n d’égalité, de l’éducation<br />

offerte. Afin d’obtenir <strong>le</strong>s connaissances qu’il mérite, il est<br />

souvent nécessaire de lui consacrer davantage de ressources<br />

<strong>et</strong> de soins qu’à un enfant sans handicap. L’artic<strong>le</strong><br />

23 de <strong>la</strong> Convention <strong>des</strong> droits de l’enfant stipu<strong>le</strong> que « <strong>le</strong>s<br />

États Parties reconnaissent <strong>le</strong> droit <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> handicapés<br />

de bénéficier de soins spéciaux… »<br />

Enfin, <strong>la</strong> participation est un élément essentiel de c<strong>et</strong>te<br />

approche. Pour sauvegarder <strong>la</strong> liberté <strong>et</strong> <strong>le</strong>s droits civiques<br />

– <strong>et</strong> pour garantir que l’État affecte <strong>le</strong> maximum de ressources<br />

disponib<strong>le</strong>s à <strong>la</strong> concrétisation progressive <strong>des</strong><br />

droits <strong>des</strong> citoyens – une participation démocratique est<br />

essentiel<strong>le</strong>. La participation au niveau de base est éga<strong>le</strong>ment<br />

déterminante afin d’assurer que personne n’est victime<br />

de discrimination ou ne se voit refuser <strong>des</strong> prestations<br />

qui lui sont dues. Toute <strong>la</strong> programmation <strong>des</strong> besoins de<br />

base doit être participative, transparente <strong>et</strong> responsab<strong>le</strong>,<br />

afin de favoriser <strong>le</strong>s meil<strong>le</strong>urs résultats pour tous.<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong> 77


comité sco<strong>la</strong>ire peut être <strong>le</strong> point de contact pour <strong>le</strong>s<br />

interventions de vaccination, de nutrition <strong>et</strong> d’assainissement<br />

ainsi que pour <strong>le</strong>s services plus directement<br />

liés à l’éducation.<br />

c. Cadres conceptuels. En règ<strong>le</strong> généra<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s cadres<br />

économiques servent à é<strong>la</strong>borer <strong>des</strong> instruments<br />

d’investissement, de politique généra<strong>le</strong> ou institutionnels.<br />

Lorsque ces instruments reposent entièrement<br />

sur <strong>des</strong> principes économiques, ils s’avèrent<br />

inaptes à atteindre <strong>le</strong>s objectifs programmés<br />

concernant <strong>le</strong>s individus <strong>le</strong>s plus pauvres <strong>et</strong> <strong>le</strong>s plus<br />

marginalisés. Mais lorsque l’approche économique<br />

s’inspire <strong>des</strong> principes re<strong>la</strong>tifs aux droits fondamentaux,<br />

<strong>le</strong>s programmes de lutte contre <strong>la</strong> pauvr<strong>et</strong>é, de<br />

développement social <strong>et</strong> de réduction <strong>des</strong> inégalités<br />

deviennent beaucoup plus performants.<br />

7. Augmenter <strong>le</strong> financement international en faveur<br />

de l’éducation<br />

Tous <strong>le</strong>s pays industrialisés devraient affecter 10<br />

pour cent de l’aide publique à l’éducation de base,<br />

en accordant <strong>la</strong> priorité aux programmes en<br />

faveur <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s. Ils peuvent y parvenir en honorant<br />

l’engagement pris à <strong>la</strong> Conférence internationa<strong>le</strong><br />

sur <strong>le</strong> financement du développement tenue<br />

à Monterrey (Mexique) de se rapprocher rapidement<br />

de l’objectif consistant à allouer au moins<br />

0,7 pour cent de <strong>le</strong>ur produit national brut au titre<br />

de l’aide, <strong>et</strong> au moins 0,15 pour cent en faveur<br />

<strong>des</strong> pays <strong>le</strong>s moins avancés.<br />

78<br />

LA MEILLEURE CHOSE À FAIRE<br />

É<strong>la</strong>rgir l’Initiative pour l’accélération de l’éducation<br />

pour tous à d’autres pays <strong>et</strong> garantir <strong>le</strong> financement<br />

rapide de <strong>le</strong>urs besoins. Tous <strong>le</strong>s pays qui<br />

remplissent <strong>le</strong>s conditions requises pour bénéficier<br />

d’une aide accélérée aux fins de <strong>la</strong> réalisation<br />

de l’objectif de l’éducation pour tous doivent recevoir<br />

d’urgence l’aide financière que <strong>le</strong>s gouvernements<br />

donateurs <strong>le</strong>ur ont promise. L’Initiative<br />

devrait être é<strong>la</strong>rgie à tous <strong>le</strong>s gouvernements qui<br />

manifestent <strong>la</strong> ferme volonté de réaliser l’objectif<br />

de l’éducation primaire universel<strong>le</strong>.<br />

Ce que <strong>le</strong> XX e sièc<strong>le</strong> n’a pas encore réglé<br />

Si <strong>le</strong> <strong>monde</strong> ne se concentre pas sur l’échéance de<br />

2005 concernant l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, <strong>la</strong> date butoir<br />

de 2015 fixée pour <strong>le</strong>s Objectifs de développement<br />

pour <strong>le</strong> Millénaire sera dépassée sans que ces<br />

derniers aient pu être atteints. Si <strong>la</strong> communauté<br />

internationa<strong>le</strong> n’agit pas maintenant, une autre<br />

génération de fil<strong>le</strong>s seront victimes de l’ignorance,<br />

de <strong>la</strong> maltraitance, de l’exploitation <strong>et</strong> du VIH/SIDA –<br />

<strong>et</strong>, <strong>dans</strong> un avenir plus proche que nous <strong>le</strong> croyons,<br />

<strong>le</strong>urs millions de jeunes <strong>enfants</strong> mourront d’une<br />

cause que l’on aurait pu éviter ou seront frappés par<br />

<strong>la</strong> malnutrition <strong>et</strong> <strong>des</strong> ma<strong>la</strong>dies évitab<strong>le</strong>s, <strong>dans</strong> un<br />

immense gaspil<strong>la</strong>ge de capital humain.<br />

L’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s est un domaine <strong>dans</strong> <strong>le</strong>quel<br />

nous n’avons pas à attendre une avancée scientifique;<br />

nous savons pertinemment ce qu’il faut faire<br />

« Enfants <strong>et</strong> jeunes d’Afghanistan, je voudrais vous dire que (…) vos<br />

parents, vos enseignants, votre gouvernement <strong>et</strong> bien d’autres<br />

personnes encore <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong> entier ont travaillé d’arrache-pied pour<br />

vous offrir un nouveau départ à l’éco<strong>le</strong>. C’est notre responsabilité, en<br />

tant qu’adultes. Maintenant, c’est votre tour : profitez-en au maximum.<br />

Écoutez vos maîtres <strong>et</strong> maîtresses, apprenez tout ce que vous pouvez,<br />

posez <strong>des</strong> questions <strong>et</strong> ouvrez-vous aux idées nouvel<strong>le</strong>s. Et ne <strong>la</strong>issez<br />

quiconque s’emparer de votre éco<strong>le</strong>. L’éco<strong>le</strong> est à vous, el<strong>le</strong> est votre<br />

droit – <strong>et</strong> ce<strong>la</strong> est vrai tant pour <strong>le</strong>s garçons que pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s. »<br />

(Carol Bel<strong>la</strong>my, lors du <strong>la</strong>ncement de <strong>la</strong> campagne Rentrée <strong>des</strong> c<strong>la</strong>sses,<br />

23 mars 2002)


<strong>et</strong> comment <strong>le</strong> faire. Les Objectifs de développement<br />

pour <strong>le</strong> Millénaire sont menacés : en investissant<br />

<strong>dans</strong> l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, nous nous donnerons <strong>le</strong>s<br />

moyens de <strong>le</strong>s atteindre. Le développement bat de<br />

l’ai<strong>le</strong> : l’éducation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s lui donnera un nouveau<br />

souff<strong>le</strong>. Des millions d’<strong>enfants</strong> sont touchés par <strong>le</strong><br />

VIH/SIDA : <strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s respectueuses <strong>des</strong> différences<br />

entre <strong>le</strong>s sexes peuvent devenir <strong>des</strong> havres de<br />

sollicitude <strong>et</strong> de réconfort. Les droits de l’enfant sont<br />

violés quotidiennement <strong>et</strong> systématiquement un<br />

peu partout <strong>dans</strong> <strong>le</strong> <strong>monde</strong> : en perm<strong>et</strong>tant aux<br />

fil<strong>le</strong>s d’exercer <strong>le</strong>ur droit à l’éducation, on créera<br />

<strong>le</strong>s conditions nécessaires à <strong>la</strong> sécurité <strong>et</strong> à<br />

<strong>la</strong> protection de tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong>.<br />

Nous ne pouvons pas nous aventurer plus avant<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> XXI e sièc<strong>le</strong> sans nous occuper de ce que <strong>le</strong><br />

XX e sièc<strong>le</strong> n’a pas encore réglé.


80 LA MEILLEURE CHOSE À FAIRE


LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

81


© UNICEF/HQ03-0254/Shehzad Noorani<br />

ANNEXE A<br />

UNE SOLUTION À PRESQUE<br />

TOUS LES PROBLÈMES<br />

Il a été prouvé que <strong>le</strong>s stratégies décrites ci-<strong>des</strong>sous,<br />

qu’el<strong>le</strong>s soient appliquées à l’intérieur ou à l’extérieur<br />

de <strong>la</strong> c<strong>la</strong>sse, ont amélioré <strong>le</strong>s taux de fréquentation<br />

sco<strong>la</strong>ire <strong>et</strong> de réussite chez <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s. Chacune de<br />

ces stratégies m<strong>et</strong> en va<strong>le</strong>ur un certain type d’éco<strong>le</strong><br />

proposant une méthode d’apprentissage efficace<br />

<strong>dans</strong> un environnement sûr, sain, qui tienne compte<br />

<strong>des</strong> différences entre sexes <strong>et</strong> où l’enfant occupe une<br />

p<strong>la</strong>ce centra<strong>le</strong> (voir Repère 7 : une éco<strong>le</strong> adaptée aux<br />

<strong>enfants</strong>).<br />

Aucun pays n’est en mesure d’appliquer toutes ces<br />

stratégies en même temps. Les gouvernements<br />

devraient procéder à une analyse <strong>des</strong> obstac<strong>le</strong>s<br />

particuliers que <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s doivent surmonter avant<br />

d’adopter <strong>le</strong> train de mesures <strong>le</strong> plus approprié.<br />

Un sondage d’opinion sur <strong>le</strong>s perceptions que <strong>le</strong>s<br />

parents <strong>et</strong> <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> ont de ces obstac<strong>le</strong>s<br />

s’avérerait très uti<strong>le</strong> pour c<strong>et</strong>te analyse.<br />

Rendre l’éducation gratuite <strong>et</strong> obligatoire est <strong>la</strong><br />

pierre angu<strong>la</strong>ire de tout programme national visant à<br />

éliminer <strong>le</strong>s disparités entre <strong>le</strong>s sexes <strong>dans</strong> l’éducation<br />

<strong>et</strong> à atteindre l’objectif de l’éducation universel<strong>le</strong>.<br />

Confrontées à <strong>des</strong> difficultés économiques qui<br />

<strong>le</strong>s obligent à faire un choix entre <strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong> <strong>le</strong>s<br />

fil<strong>le</strong>s, <strong>le</strong>s famil<strong>le</strong>s pauvres décident <strong>le</strong> plus souvent<br />

d’envoyer <strong>le</strong>urs fils à l’éco<strong>le</strong>. L’élimination <strong>des</strong> frais<br />

de sco<strong>la</strong>rité ou l’offre d’un soutien financier aux<br />

famil<strong>le</strong>s dont <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s sont sco<strong>la</strong>risées, ainsi que<br />

l’explication <strong>des</strong> avantages qui accompagnent <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>risation<br />

<strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, revêtent à c<strong>et</strong> égard une importance<br />

capita<strong>le</strong>. Au Ma<strong>la</strong>wi, par exemp<strong>le</strong>, l’abolition<br />

<strong>des</strong> frais de sco<strong>la</strong>rité en 1994 a eu pour résultat initial<br />

d’accroître <strong>le</strong> taux de sco<strong>la</strong>risation de près de<br />

70 pour cent; de 1,9 million d’élèves pour l’année<br />

académique 1993-1994, <strong>le</strong> pays est passé à 3,2<br />

millions pour l’année académique 1994-1995 89 .<br />

Stratégies <strong>dans</strong> <strong>la</strong> sal<strong>le</strong> de c<strong>la</strong>sse<br />

Mieux centrer <strong>la</strong> c<strong>la</strong>sse sur <strong>le</strong>s besoins de l’enfant,<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> respect <strong>des</strong> différences entre <strong>le</strong>s<br />

sexes, <strong>et</strong> enraciner <strong>le</strong>s activités <strong>dans</strong> <strong>la</strong> vie <strong>et</strong> <strong>le</strong><br />

contexte communautaires. Le programme interculturel<br />

de <strong>la</strong> Nueva Escue<strong>la</strong> Unitaria Bilingüe<br />

Intercultural au Guatema<strong>la</strong> s’appuie sur un enseignement<br />

<strong>et</strong> un apprentissage participatifs, <strong>dans</strong><br />

<strong>le</strong>quel <strong>le</strong> jeu <strong>et</strong> l’étude se combinent de façon<br />

créative. Les enseignants doivent utiliser au maximum<br />

<strong>le</strong>s <strong>la</strong>ngues <strong>et</strong> <strong>la</strong> culture mayas qui ont été<br />

marginalisées <strong>dans</strong> <strong>le</strong> passé malgré l’importance<br />

qu’el<strong>le</strong>s revêtent pour <strong>la</strong> moitié de <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion<br />

du pays. Ces mesures ont entraîné un taux de<br />

réussite supérieur à <strong>la</strong> moyenne nationa<strong>le</strong> <strong>et</strong> un<br />

taux é<strong>le</strong>vé de sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s 90 .<br />

Recruter <strong>et</strong> former <strong>des</strong> enseignants soucieux<br />

d’équité entre <strong>le</strong>s sexes <strong>et</strong> <strong>des</strong> droits de l’enfant<br />

<strong>et</strong> verser à ces enseignants un sa<strong>la</strong>ire régulier<br />

<strong>le</strong>ur perm<strong>et</strong>tant de mener une vie décente. Les<br />

enseignants, hommes <strong>et</strong> femmes, devraient<br />

suivre une formation qui <strong>le</strong>s sensibilise aux<br />

spécificités <strong>des</strong> sexes <strong>dans</strong> <strong>la</strong> sal<strong>le</strong> de c<strong>la</strong>sse.<br />

Sans quoi, certains pays, comme <strong>la</strong> Zambie par<br />

exemp<strong>le</strong>, risquent de découvrir que <strong>le</strong>s enseignants<br />

valorisent <strong>et</strong> encouragent davantage <strong>la</strong><br />

participation <strong>des</strong> garçons que cel<strong>le</strong> <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong><br />

qu’ils répartissent <strong>le</strong>s tâches selon <strong>des</strong> schémas<br />

discriminatoires stricts, <strong>la</strong>issant aux fil<strong>le</strong>s <strong>le</strong> soin<br />

LA SITUATION DES ENFANTS DANS LE MONDE <strong>2004</strong><br />

83


de ba<strong>la</strong>yer <strong>la</strong> c<strong>la</strong>sse <strong>et</strong> de n<strong>et</strong>toyer <strong>le</strong>s toi<strong>le</strong>ttes 91 .<br />

(Voir Encadré sur <strong>le</strong>s enseignants sources d’espoir,<br />

page 5.) Même si on ne peut pas jurer que<br />

toutes <strong>le</strong>s enseignantes seront attentives aux<br />

besoins spécifiques <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, il est nécessaire<br />

<strong>dans</strong> certaines régions de recruter davantage de<br />

maîtresses d’éco<strong>le</strong> qui peuvent servir de modè<strong>le</strong>s<br />

aux fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> m<strong>et</strong>tre <strong>le</strong>s parents en confiance.<br />

Les pays qui affichent de meil<strong>le</strong>urs taux de sco<strong>la</strong>risation<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong> primaire emploient généra<strong>le</strong>ment<br />

une proportion plus é<strong>le</strong>vée d’enseignantes 92 . Au<br />

Kenya, <strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre d’un proj<strong>et</strong> de renforcement<br />

de l’administration sco<strong>la</strong>ire au niveau du primaire,<br />

financé par <strong>le</strong> Department for International<br />

Development du Royaume-Uni, un maître principal<br />

ou directeur sur deux qui suit une formation<br />

doit être une femme. De ce fait, <strong>la</strong> proportion de<br />

directrices d’éco<strong>le</strong>s est passée de 10 à 23 pour<br />

cent en 10 ans <strong>et</strong> <strong>le</strong>s enseignantes au niveau primaire<br />

représentent 41 pour cent du total 93 . Le<br />

taux de réussite de <strong>la</strong> sco<strong>la</strong>rité primaire s’est<br />

éga<strong>le</strong>ment amélioré pendant <strong>la</strong> même période : <strong>le</strong><br />

taux de réussite entre 1994 <strong>et</strong> 2001 était de<br />

46 pour cent (48 pour cent pour <strong>le</strong>s garçons <strong>et</strong><br />

43 pour cent pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s). En 2002, <strong>le</strong> taux est<br />

passé à 56 pour cent pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s comme pour<br />

<strong>le</strong>s garçons. Le pourcentage d’enseignants du<br />

primaire ayant suivi <strong>le</strong> stage est passé de<br />

70 pour cent en 1990 à 97 pour cent en 2002.<br />

Promouvoir <strong>la</strong> santé <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s. Un programme<br />

appliqué au Myanmar adopte une<br />

approche globa<strong>le</strong> de <strong>la</strong> santé fondée sur l’enseignement<br />

<strong>des</strong> aptitu<strong>des</strong> à <strong>la</strong> vie quotidienne. Le<br />

Programme d’éducation pour une vie saine <strong>et</strong> de<br />

prévention du VIH/SIDA mis en œuvre <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s<br />

éco<strong>le</strong>s fait partie <strong>des</strong> matières obligatoires enseignées<br />

aux élèves de <strong>la</strong> 2 e à <strong>la</strong> 9 e année d’enseignement.<br />

Il s’applique à toute une gamme de<br />

problèmes sanitaires <strong>et</strong> sociaux – du VIH/SIDA à<br />

l’hygiène personnel<strong>le</strong>, de <strong>la</strong> nutrition aux stupéfiants<br />

– <strong>et</strong> <strong>le</strong>s examine <strong>dans</strong> <strong>le</strong> cadre d’activités<br />

<strong>des</strong>tinées à développer <strong>le</strong>s aptitu<strong>des</strong> à <strong>la</strong> vie quotidienne<br />

tel<strong>le</strong>s que <strong>la</strong> communication, <strong>la</strong> coopération<br />

<strong>et</strong> <strong>la</strong> solution <strong>des</strong> problèmes. Le programme<br />

a remporté <strong>des</strong> succès étonnants : par exemp<strong>le</strong>,<br />

un vil<strong>la</strong>ge du district de Tachi<strong>le</strong>ik a commencé à<br />

utiliser du sel iodé sous <strong>la</strong> pression <strong>des</strong> <strong>enfants</strong><br />

qui, grâce à un cours consacré à ce suj<strong>et</strong>, avaient<br />

bien saisi l’importance de ce sel. Introduit en<br />

1998, ce programme <strong>des</strong>sert aujourd’hui<br />

1,3 million d’élèves <strong>dans</strong> près de 9 000 éco<strong>le</strong>s<br />

<strong>et</strong> <strong>le</strong> gouvernement l’a adopté comme modè<strong>le</strong><br />

d’enseignement <strong>des</strong> aptitu<strong>des</strong> à <strong>la</strong> vie<br />

quotidienne <strong>dans</strong> l’ensemb<strong>le</strong> du pays 94 .<br />

84 ANNEXE A<br />

Promouvoir <strong>le</strong> sport à l’éco<strong>le</strong>. Perm<strong>et</strong>tre aux fil<strong>le</strong>s<br />

de faire du sport peut éga<strong>le</strong>ment contribuer à <strong>la</strong><br />

parité <strong>dans</strong> l’éducation. Comme <strong>le</strong>s sports sont<br />

traditionnel<strong>le</strong>ment réservés aux garçons <strong>dans</strong> un<br />

certain nombre de pays, <strong>la</strong> participation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s<br />

rem<strong>et</strong> en question <strong>le</strong>s stéréotypes sexistes <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

attitu<strong>des</strong> profondément ancrées. À mesure que<br />

<strong>le</strong>s athlètes de sexe féminin sont mieux reconnues,<br />

el<strong>le</strong>s servent de mentors aux autres fil<strong>le</strong>s.<br />

Le sport donne aux fil<strong>le</strong>s l’occasion de prendre<br />

<strong>des</strong> responsabilités tout en renforçant <strong>le</strong>ur<br />

confiance <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur estime de soi. En faisant du<br />

sport, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s apprennent à établir <strong>des</strong> re<strong>la</strong>tions<br />

socia<strong>le</strong>s <strong>et</strong> grâce aux réseaux ainsi créés, de nouvel<strong>le</strong>s<br />

possibilités s’offrent à el<strong>le</strong>s, ce qui <strong>le</strong>ur perm<strong>et</strong><br />

de s’engager davantage <strong>dans</strong> <strong>la</strong> vie sco<strong>la</strong>ire <strong>et</strong><br />

communautaire. En Roumanie, <strong>le</strong> sport a amélioré<br />

<strong>la</strong> fréquentation sco<strong>la</strong>ire au sein de <strong>la</strong> minorité<br />

rom en perm<strong>et</strong>tant aux garçons <strong>et</strong> aux fil<strong>le</strong>s de<br />

participer à <strong>des</strong> sports d’équipe, à condition qu’ils<br />

fréquentent régulièrement l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> obtiennent de<br />

bons résultats 95 . Au Zimbabwe, <strong>le</strong> programme<br />

d’éducation de <strong>la</strong> jeunesse par <strong>le</strong> sport, dirigé par<br />

<strong>des</strong> jeunes, exige <strong>des</strong> participants qu’ils s’engagent<br />

à ne pas quitter l’éco<strong>le</strong> <strong>et</strong> à faire du bénévo<strong>la</strong>t<br />

<strong>dans</strong> <strong>le</strong>urs communautés. Ce programme a pour<br />

but de <strong>le</strong>s aider à acquérir <strong>des</strong> compétences pratiques,<br />

à conseil<strong>le</strong>r <strong>le</strong>urs camara<strong>des</strong> <strong>et</strong> à contribuer<br />

à <strong>la</strong> vie communautaire en servant d’exemp<strong>le</strong>.<br />

Depuis 2000, 25 000 jeunes <strong>dans</strong> 10 provinces ont<br />

participé à ce programme 96 .<br />

Éliminer <strong>le</strong>s préjugés sexistes <strong>dans</strong> <strong>le</strong>s manuels<br />

sco<strong>la</strong>ires <strong>et</strong> <strong>le</strong> matériel pédagogique. Sans compter<br />

sa va<strong>le</strong>ur évidente pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s, une révision<br />

attentive <strong>des</strong> manuels, du matériel utilisé en<br />

c<strong>la</strong>sse <strong>et</strong> de <strong>la</strong> structure <strong>des</strong> cours a de bonnes<br />

chances d’en améliorer <strong>la</strong> qualité <strong>et</strong> l’utilité pour<br />

tous <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong>. Au Vi<strong>et</strong> Nam, <strong>le</strong> gouvernement<br />

m<strong>et</strong> au point de nouveaux modu<strong>le</strong>s de formation<br />

<strong>des</strong> enseignants respectueux <strong>des</strong> différences<br />

entre <strong>le</strong>s sexes; il s’assure que tous <strong>le</strong>s nouveaux<br />

manuels ne privilégient ni <strong>le</strong>s garçons ni <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s,<br />

<strong>et</strong> il donne une formation sur l’égalité entre <strong>le</strong>s<br />

sexes <strong>et</strong> <strong>le</strong>s droits de l’enfant aux administrateurs<br />

de l’éducation nationa<strong>le</strong> <strong>et</strong> aux membres <strong>des</strong><br />

associations loca<strong>le</strong>s de parents <strong>et</strong> d’enseignants 97 .<br />

En Somalie, une approche du programme sco<strong>la</strong>ire<br />

<strong>et</strong> de <strong>la</strong> formation <strong>des</strong> enseignants tenant compte<br />

<strong>des</strong> spécificités <strong>des</strong> sexes a permis au taux de<br />

sco<strong>la</strong>risation de progresser de 28 pour cent pour<br />

atteindre 260 000 élèves (bien que <strong>le</strong> pourcentage<br />

de fil<strong>le</strong>s soit resté stationnaire à 35 pour cent). La<br />

demande, <strong>dans</strong> <strong>le</strong> secteur de l’éducation, a progressé<br />

<strong>et</strong> un nombre accru de femmes deviennent<br />

<strong>des</strong> membres actifs <strong>des</strong> comités d’éducation<br />

communautaire 98 .


Assouplir l’enseignement. Les <strong>enfants</strong> sont souvent<br />

exclus de l’éco<strong>le</strong> en raison <strong>des</strong> responsabilités<br />

familia<strong>le</strong>s ou <strong>des</strong> tâches domestiques qui <strong>le</strong>ur<br />

incombent, un problème qui touche plus <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s<br />

que <strong>le</strong>s garçons. Au Bang<strong>la</strong><strong>des</strong>h, <strong>le</strong>s éco<strong>le</strong>s du<br />

BRAC ont accordé <strong>la</strong> priorité aux fil<strong>le</strong>s <strong>et</strong> <strong>le</strong>ur<br />

exemp<strong>le</strong> a inspiré de nombreux pays. L’horaire<br />

sco<strong>la</strong>ire est soup<strong>le</strong>; <strong>le</strong>s c<strong>la</strong>sses, qui durent deux<br />

heures par jour, sont organisées six jours par<br />

semaine, mais <strong>le</strong> moment de <strong>la</strong> journée consacré<br />

à l’étude est choisi par <strong>le</strong>s parents <strong>et</strong> <strong>le</strong> ca<strong>le</strong>ndrier<br />

sco<strong>la</strong>ire peut s’ajuster aux besoins locaux, <strong>le</strong>s<br />

récoltes par exemp<strong>le</strong> 99 . Les éco<strong>le</strong>s du BRAC ont<br />

remporté un tel succès que <strong>le</strong> modè<strong>le</strong> s’est rapidement<br />

propagé <strong>et</strong> que ces éco<strong>le</strong>s regroupent<br />

aujourd’hui 1,2 million d’<strong>enfants</strong>. Grâce à l’attention<br />

particulière que ce programme accorde à <strong>la</strong><br />

sco<strong>la</strong>risation <strong>des</strong> fil<strong>le</strong>s, ces dernières représentent<br />

près de 70 pour cent <strong>des</strong> <strong>enfants</strong> suivant une<br />

filière primaire non traditionnel<strong>le</strong> <strong>et</strong> fréquentant<br />

<strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s offrant une éducation de base aux<br />

<strong>enfants</strong> plus âgés. Près de 97 pour cent <strong>des</strong> enseignants<br />

<strong>des</strong> éco<strong>le</strong>s du BRAC sont <strong>des</strong> femmes.<br />

Enseigner <strong>dans</strong> <strong>la</strong> <strong>la</strong>ngue loca<strong>le</strong>. Quand <strong>la</strong> <strong>la</strong>ngue<br />

d’enseignement n’est pas <strong>la</strong> <strong>la</strong>ngue maternel<strong>le</strong> de<br />

l’enfant, <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s sont souvent plus défavorisées<br />

car el<strong>le</strong>s sont généra<strong>le</strong>ment moins exposées aux<br />

milieux sociaux extérieurs à <strong>le</strong>ur famil<strong>le</strong> immédiate<br />

100 . Au Pérou, l’enseignement pour <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s<br />

comme pour <strong>le</strong>s garçons se fait d’abord en quechua,<br />

<strong>le</strong>ur <strong>la</strong>ngue maternel<strong>le</strong>. Par <strong>la</strong> suite, <strong>le</strong>s<br />

<strong>enfants</strong> apprennent l’espagnol en deuxième<br />

<strong>la</strong>ngue. La proposition visant à appliquer l’éducation<br />

bilingue interculturel<strong>le</strong> au système de <strong>la</strong><br />

c<strong>la</strong>sse unique <strong>et</strong> aux éco<strong>le</strong>s n’ayant qu’un seul<br />

enseignant pour tous <strong>le</strong>s niveaux a été couronnée<br />

de succès : chez <strong>le</strong>s <strong>enfants</strong> de <strong>la</strong>ngue maternel<strong>le&l