Views
5 years ago

Le P52 (P. Rylands.Gr.457) contenait-il un nomen sacrum pour "Jésus" ?

Examen de la présence ou non des nomina sacra dans le plus ancien manuscrit grec du Nouveau Testament.

ku« Seigneur » Forme

ku« Seigneur » Forme du nom divin en paléo-hébreu. Il s’agit non du tétragramme הוהי, mais d’une forme influencée par son étymologie biblique (cf. Ex 3.14) et probablement aussi de l’araméen (אָמְשׁ, le Nom): היהי 8. 8. Fragments d’Aquila du Caire V/VI V/VI e s. – 2 Rois 23.24-24 Burkitt, Fragments of the Books of Kings According to the Translation of Aquila, 1897, p. 8 174 174 F. Crawford Burkitt, Fragments of the Books of Kings According to the Translation of Aquila From a Ms. Formerly in the Geniza at Cairo, now in the possession of C. Taylor D.D. Master of St. John’ College and S. Schechter M.A. University Reader in Talmudic Literature, Cambridge: University Press, 1897, p. 8. Sur le tétragramme, cf. p.15-16. Burkitt explique que l’occurrence d’un nomen sacrum est une indication que le tétragramme en paléo-hébreu était prononcé kyrios lors des lectures à la synagogue, ce qui est en conformité avec le témoignage d’Origène. Sans doute. Nous trouvons cependant étonnant qu’un scribe juif ait pu faire usage des nomina sacra. Il faut songer ici, vraisemblablement, à une influence chrétienne sur le copiste. Signalons à cet égard qu’on a retrouvé un nomen sacrum sur une inscription datée ca. 360-370 AD dans une synagogue à Sarde (cf. Edwards 2009). 53

pipi nom divin grécisé qs, « Dieu » ks, « Seigneur » kw, « Seigneur » et en marge son « explication » : une forme étymologisante du tétragramme : היהי 9. 9. Vaticanus 749 f.8 Cité dans Devreesse 1954, planche 18 (face à la p.108) 54

La Bible Authentique, quelle version ?
La Bible d'Olivetan 1535
Versions et révisions de la Bible