22 juillet 1925 - Bibliothèque de Toulouse

images.expressdumidi.bibliotheque.toulouse.fr

22 juillet 1925 - Bibliothèque de Toulouse

Edition êê Tûumm

MERCREDI 22 JUILLET 1925 - 34 e Année - N° 11.825

Xâépbooe : 2-12 — Chèque postal : C H6 4.936 ÎT

Organe de Défense Sociale et Religieuse

ClKECmON z 25, Ria© RocxTielaixie, TOXJÏJOtJSEÎ W PRIX LES ÂBOi 18MTS

3mois 6moï3 iaa

France et Colonies. 18 fr. 35 fr. 68fr.

Etranger 30 fr. 55 fr. 105 fr-

Le SectaFi§n)e eq Syrie

fe ne saSs qneJ scraptdé de patrio-

tisme avait jusqu'ici fait reculer nos

gouvernants les plus sectaires devant

l'exportation de leur sectarisme. 11

était convenu qu'au-dedes mers

1 influence et l'action catholiques

avaient loua* utilité et demeureraient

tout an moins libres, ai on ne les

encourageait pas.

Le Cartel des gauches et son exé-

crable ministère Herriot ont perdu

jusqu'à cette dernière pudeur, jus-

qu'à cette dernière conscience des

intérêts nationaux. Le jour où ils ont

exporté le général Sarrail en Syrie,

Us ont manifestement résolu de su-

bordonner à leur haine antireligieu-

se la politique extérieure de la

France, comme ils lui avaient déjà

livré toute la politique intérieure.

Et dans oe nouveau domaine, la

Htalî aisance de ces passions destruc-

tives a, une fois de plus, affirmé,

sans tarder, ses redoutables effets.

sNdus avons déjà eu l'occasion d'en

entretenir nos lecteurs.

Mais aujourd'hui, à la veille de

pendre compte à la Société des Na-

tions du mandat qu'elle exerce en

son nom, voilà que la France entend

avec stupeur s'élever un concert de

plaintes, de récriminations, d'accusa-

tions formelles venant de ces mômes

populations qui avaient accueilli na-

guère son gouvernement avec des

Gris d'enthousiasme et d'amour.

U a suffi de quelques mois pour

produire ce bouleversement et saper

notre influence. Le général Wey-

gamd, lors de son récent départ, était

encore l'objet des plus chaleureuses

jet des plus confiantes manifestations.

(Aujourd'hui, toute notre belle clien-

tèle nous tourne le dos et en appelle

& l'Angleterre ou à la Turquie. Le

proconsul des Loges peut être fier de

son oeuvre : L'heure est venue où les

FF.', pourront lui accorder la légi-

time réparation pour laquelle il fut

envoyé là-bas et lui décerner enfin le

bâton de maréchal de France.

L'Eclair et l'Echo de Paris ont

tour à tour recueilli et énuméré les

titres qu il avait acquis à cette insi-

gne récompense» La mesura en est

«omble.

Le réquisitoire de Henri de KérOlis

est particulièrement nourri de faits

et puissamment édifié.

Il nous montre un despote fanait!

que frappant à tort et à travers tout

ee qui est catholique, hommes et

institutions, brisant ee qui hn ré-

siste, n'apportant dans la - distribu-

tion de ses faveurs et de ses coups

aucun soin de ménager ceux qui sont

les fidèles amis de la France et de

tenir en respect ceux qui furent ses

adversaires, mate poursuivant avec

rage rabaissement du nom chrétien,

en exaltant aveuglément tout ce qui

lui est opposé.

Dissoudre le Parlement du Grand

Liban par arrêté du 12 janvier 1925,

bâillonner la presse par arrêté du

84 avril 1925, imposer an pays, con-

tre la volonté unanime, son alter

ego, le gouverneur Cayla, ne sont

que jeux d'enfpjnt pour son caprice

tout-puissant. Le champ ainsi déga-

de toute gênante opposition, fl va

Pouvoir légiférer à lui seul

Le mandat dont fl est le déposi-

taire 1^ enjoint, il est vrai, de colla-

borer, pour ee faire, avec les popu-

te-tions intéressées. Mais, comme les

vêpres entants des populations ont

^feparu par ses soins, il s'arroge le

àroit do se passer de leur avis.

Et le voilà qui taille et qui façonne

wu goût du Grand-Orient l'Etat

d'Orient catholique qu'il tient sous sa

truelle.

Tout cTabord, H ormvtewt de sup-

primer renseignement confessionnel,

et de doter le pays d'écoles dûment

laïques, où la prétendue neutralité

aura tôt fait de devenir agressive et

impie Cette réforme révolte la con-

science d'un peuple foncièrement

attaché à sa foi chrétienne, elle va

soulever une résistance irréductible

et passionnée ; elle peut conduire à

une insurrection : peu importe ; ne

répond-elle pas au premier article du

dogme maçonnique '

Mais ce n'est pas assez. — Ces

groupements catholiques, les tradi-

tionnels protégés de la France, qui

hier acclamaient leur libératrice et

prenaient à respirer librement

sous sa tutelle, ils vont connaître

enfin les libertés privilégiées que la

République française réserve aux

hommes de leur religion. Qu'ils se

réjouissent !... On les replace tout

simplement sous la tutelle électorale

et politique des musulmans.

Une loi, qui a été à juste titre

qualifiée de loi de chambardement,

bâclée en deux mois, sans avoir le

temps de prendre la peine d'étudier

la situation que l'on ne connaît pas,

vu détruire l'œuvre libératrice ac-

complie depuis 1920 et ramener le

Liban au régime instauré par les

Turcs en 1840-13. Livrer la montagne

chrétienne au littoral musulman,

telle avait été à cette époque 1 orga-

nisation imaginée pour châtier les

Libanais d'avoir, à l'instigation de la

France, soutenu les Egyptiens. De-

puis lors, la diplomatie française

n'avait cessé de protester contre cet

inique traitement et de réclamer la

réintégration du Liban dans ses an-

ciennes frontières.

Naturellement, dès son arrivée, en

1920, le représentant de la France,

fidèle à la politique traditionnelle,

s'était efforcé de réparer la vieille

injustice et de rendre à chacun son

droit. Le droit des catholiques, voilà

ce que les Loges ne peuvent recon-

naître ni tolérer, à Beyrouth pas

plus qu'à Parts, et monsieur Sarrail,

adoptant pour la circonstance les

procédés d'un pacha turc, s'est char-

gé d'en faire la démonstration. Cest

ainsi qu'au nom de la France une

administration sectaire opprime et

persécute, comme aux jours les plus

sombres de la domination du Crois-

sant, les populations qu'elle avait la

noble mission de libérer.

Ces violences et ces méfaits mons-

trueux vont être dénoncés par les

victimes au contrôle de la Société

des Nations. Il est probable que

l'Angleterre, aussi bien que les na-

tions méditerranéennes, si jalouses

de notre prépondérance en Orient,

n'auront garde de les retenir, ni

d'élever le moindre obstacle devant

le flot d'hostilités que cette scanda-

leuse politique soulève contre nous,

mais le blanc-seing qu'elles pourront

leur donner n impliquera certaine-

ment pas une haute estime pour nos

agissements.'

A toute autre époque, une conduite

aussi criminelle, tenue par un per-

sonnage officiel, aurait soulevé en

France un courant d'indignation qui

emporterait l'agent coupable de pa-

reils attentats. De quelle paralysie

est donc atteinte l'opinion publique?

N'y a-t-il plus au moins une élite

que touche la dignité nationale

N'entendronsHnous pas une voix

s'élever pour la défense des oppri-

més, pour la sauvegarde des grands

intérêts qui sont en jeu ? Il est grand

temps que cesse le silence qui ren-

drait la représentation nationale

tout entière solidaire des actes de

monsieur Sarrail.

Colonel KELLER

USÉE PARLEMENTAIRE

Wli&isSficiaMss

(Suite)

M. PHILIPPOTEAUX

Urdennes), ni en 1866.

M. Philippoteaux serait-il peu con-

nu de nos lecteurs ? Est-ce moi qui

leur apprendrai qu'il a failli être

ministre î Eh oui I U était entendu

que M. Philippoteaux, président de

La commission des régions libérées,

serait ministre des régions libérées.

Painlevé vint. Occasion unique I

Philippoteaux était justement de son

groupe et de sa Ligue. Crac i On

supprime justement, à ce moment-là,

le ministère des régions libérées : il

y a de ces choses qui n'arrivent qu'à

certaines personnes. « Philippoteaux

n'a pas de chance », tel pourrait être

le titre d'une revue pour les initiés

du Palais-Bourbon.

Mais si Philippoteaux n'est pas

destiné à passer dans l'histoire com-

me successeur de Colbert et de M.

Loucheur, il est du moins digne

d'une certaine notoriété, parce qu'il

est éminemment représentatif d'une

certaine psychologie : celle du politi-

cien de gauche.

Philippoteaux, maire de Roeroi,

ville essentiellement catholique et

nationale, est en même temps député

du Cartel. C'est dore qu'il est homme

à crier, selon son interlocuteur :

« Vive le Roi i Vive la Ligue I » Et

soyez sûrs qu'il ne met dans son pro-

gramme aucun des articles du sys-

tème Herriot-Blum, ni l'inflation, ni

la banqueroute, ni l'invasion. Il se

proclame « Sanglier des Ardennes »

et vante volontiers le charme sau-

vage des forêts et l'âme rude et fière

des populations frontières. Car Phi-

lippoteaux fut, en 1919, député du

Bloc national. Eh oui 1 L'heure était,

à ce moment-là, mauvaise pour les

radicaux.^ F.'. Corneau, la Loge de

Charleville et le Petit Ardennais

courbaient le dos sous l'orage. Ile

étaient tout à l'union sacrée. Phi-

lippoteaux fut de l'Union sacrée.

Mais, dès que le ciel s'éclaircit et

qu'il comprit que les gens du Bloc

national n'avaient point la manière

électorale, il faussa compagnie à ses

colistiers. Quatre de ceux-ci, d'ail-

leurs, furent réélus avec leur pro-

gramme. Philippoteaux revint au

titre du Bloc des gauches. Car les

radicaux bon teint — et Philippo-

teaux en est un, encore qu'il se pro-

clame, prudemment et adroitement,

républicain socialiste — s'arrangent

pour être toujours du dîner, quelle

crue soit la maison où l'on met le

oouvert « Philippoteaux en est ! »

Autre titre de revue.

LA LUTTE

contre Âbd-el-Krim

LE PACTE

DE SÉCURITÉ

Au Jour le Jour

COMMENT ON FABRIOUG

LES TIMBRES-POSTE

ïusqu^a présent, les timbres étaient

imprimés sur des machines plates et

seulement ensuite on procédait au

dommage. La Nature annonce qu'on

*st arrivé à mettre au point une ma-

chine rotative qui imprime, numérote,

perfore, découpe, compte et empa-

quette les timbres, tout cela en une

Seule opération. Grâce à elle, le tira-

ge est plus rapide, il y a peu de dé-

jjneu et on pell t diminuer le personnel

de dix ouvriers par machine.

. L'impression se fait aujourd'hui sur

Papier gommé d'avance, ce qui pré-

sentait une certaine difficulté ; mais

surtout, l'emploi des rotatives a été

longtemps impossible parce qu'on

n'arrivait pas à réaliser les demi-cy-

wndres, qui servent à l'impression,

avec une perfection suffisante. Pour

*es journaux, ces diemi-cylindres sont

londus avec un alliage de plomb et

« etain ; pour les journaux illustrés

«n couleurs, on est souvent obligé de

Jjickeier les demi-cylindres en plomb

Pour les empêcher de s'écraser et de

«empâter. C'est par un procédé analo-

*" e , mais dont le détail est tenu se-

r**\ qu'on est parvenu à adapter la

fuacnme rotative à l'impression des

L'ENVERS PE LA CIVILISATION

te

L

M»T»?h Wigh ij la Verte anglaise de

tes

66 dépeuple de ses mouet-

ÎSr ^ chasse die son gibier,

Wiona fïïLW- au P ro g rè s des appli-

senœ mif c i, e i 1 l

lfl(îuas -

L ' nuil « et l'es-

niobâ^t s ^S na PP ent des can°ts auto-

tels Iniatl^f 3 steam ers développent de

te S ^n? 5^ e les eau* territoria-

ï>ointe enR^t de W1 ? ht ' ^ certains

Bon pnt empoisonnées. Une péti-

*> m* *s m» habitante deA'jUe

vient d'être adressée au président du

Conseil britannique pour protester con-

tre la pollution des eaux.

« Outre que les baigneurs en sont in-

commodés, les oiseaux de mer en souf-

frent cruellement », disent les signa-

taires. La nappe graisseuse dont s'im-

prègnent leurs plumes les empêche

de plonger pour chercher leur nourritu-

re. Ils flottent donc au hasard, et beau

coup sont tombés morts an creux des

roches du littoral.

Des centaines de mouettes ont été dé-

truites ainsi. Beaucoup de poissons suc-

combent également.

OU BON VIEUX TEMPS

LES COMPTES

Voîca quelques extraits d'un livre de

comptes, commencé en 1816 par un fer-

mier du Berry.

Gages d'une servante pour Tannée

1815 : 19 francs.

Une journée de charron, 1822 : 1 fr. 50

Une journée de tonnelier : 1822 : 2 fr

Une journée de couvreur, 1823 •

francs 50.

Une journée de charpentier. 18S0

1 franc.

Une brebis, 1816 : 5 francs.

Un mouton, 1822 : 5 fr. 60.

Un veau, 1822 : 18 francs.

Une vache, 1823 : 103 francs;

Autres temps, autres prix !

CHEVAUX DE COURSES

Ils ont, en Angleterre, une valeur

sans ceeso grandissante. Le nombre de

personnes qui ont l'ambition de devenir

propriétaires de chevaux de courses n'a

jamais été plus considérable. Et com-

me le féminisme a conquis outre-Man

coe les franchises, beaucoup de à aires

font courir des chevaux. La prospérité

du sport hippique en Angleterre vient

d'être démontrée par le vente de 1'éeu-

ne d« sir Edward Hulton qui a produit

982 580 guinées, soit 31 iitiJllaas de

francs.

ft'est un >on «hiîjfflsu

LES PRIX DE ROME

Mile Pauvert, âgée de 22 ans, a obte-

nu le Grand Prix de Peinture. C'est la

première femme admise à la villa

Médicis pour la peinture.

Le Communisme

dans l'Administration

UNE CONFÉRENCE

A LA PRESIDENCE DU CONSEIL

Paris, 21 juillet.

M. Painlevé, président du conseil, a

présidé, ce matin, au ministère de la

guerre, une conférence à laquelle ont

pris part : M. Steeg, garde des sceaux;

M. Schrameck, ministre de l'intérieur;

Emile Borel, ministre de la marine ;

Chaumet, ministre du commerce ; de

Monzie, ministre de l'instruction pu-

blique, et Maurice Viollette, gouver-

neur général de l'Algérie.

Au cours de cette réunion commen-

cée à midi et terminée un peu après

13 heures, les ministres ont examiné la

situation créée par la propagande

communiste dans les divers services

et administrations de l'Etat, de la mé-

tropole et de l'Algérie.

Les membres du gouvernement ont

également étudié diverses questions

concernant le statut des fonctionnaires

et les récentes revendications présen-

tées par eux*

PARCE QUE LE CARTEL A RÉPU-

DIE, PEUT-ÊTRE MOMENTANÉMENT,

QUELQUES-UNS DE SES MEILLEURS

FILS, EST-CE ASSEZ POUR JUSTI-

FIER NOTRE CONTENTEMENT ET

NOS ESPERANCES T

LE SAGE SE CONTENTE DE PEU.

NOUS SOMMES DONC DES SAGES.

ENCORE UN SUJET DE JOIE. MAIS

LA FRANCE PEUT-ELLE SE CONTEN-

TER DE CE PEU, ET VIVRE 1 C'EST

UNE AUTRE QUESTION, DONT IL

VAUDRA»! LA PEINE DE SE PREOC-

CUPER.

Le Temps

{(Opinions de province}.

LE DEPART DE L'ESCADRILLE

AMÉRICAINE

Paris, 21 juillet

Les anciens combattants de l'esca-

drille Lafayette, qui ont offert de ser-

vir au Maroc, quitteront Paris, vers la

fin de la semaine, leur offre ayant été

officiellement acceptée.

Cette escadrille, qui sera définitive-

ment constituée à Rabat, ne compren-

dra, à son départ de France, qu'un

noyau commandé par le colonel Swee-

ney et composée du lieutenant-colonel

Kerwood, des majors Parker et Pol-

lock, des capitaines Pockevell, Wel-

ler et Buffun.

Ces officiers, tous anciens combat-

tants du front français et décorés de

la Légion d'honneur, partent avec le

grade fictif qu'ils avaient à la fin de

la guerre.

L'escadrille aura un représentant à

Paris qui sera chargé de centraliser

toutes les demandes et de fournir tous

les renseignements nécessaires aux

formalités d'engagement.

TENTATIVE CRIMINELLE

Casablanca, 21 juillet.

Une tentative criminelle rappelant

celle de Casablanca a été constatée

au eanip daviatioa de Mêlâtes. Eiie

n'a eu aucune conséquence.

LA VISITE DU GÉNÉRAL RiQUELME

Fez, 21 juillet.

Le générM Biqueta» a visite la sec-

teur d'Ouezzan

Il a été reçu par le général Gouraud

Le générai espagnol a déclaré atta-

cher le plus grand, prix à la collabo-

ration des arméi» française et espa-

gnole,

L'INSPECTION

DU MARECHAL PÉTAIN

Fez, 21 Juillet.

Le maréchal Pétaim, accompagné

du général Baugan, a pasde en revue

dans la journée d'hier, les troupes

françaises de renfort qui se trouvent

actuellement à Fez.

Il a visité ensuite la m-ehalla chéri-

tienne qui se trouve à Saoula, et qui

va entrer en action datas quelques

jours.

Les Dettes Interalliées

DÉLÉGUÉS FRANÇAIS FINANCIERS

A LONDRES

Londres, SI juillet

On nwmde de Paris au Times que

très prochainement viendront à Lon-

dres des délégués ftoanefers français,

en vue de discuter avec les fonction-

naires de la Trésorerie la c^iestion des

dettes. M*. Cailiaux irait ensuite à Lon-

jkreï

Les Inondations en Corée

m PLUS DE

CADAVRES

2.000 VICTIMES

RETIRÉS DES EAUX

Tokio, 21 juillet.

Les dégâts causés par les inonda-

tions qui se sont produites en Corée,

sont évalués à plus de 8 millions de li-

vres.

La ville de Séoul est complètement

isolée et ses habitants sont menacés

par la famine.

Au total, le nombre des victimes dé-

passerait deux mille.

Deux cents cadavres ont déjà été re-

tirés des eaux.

Aux environs de la capitale, environ

20.000 constructions légères ont été em-

portées on emdommagées par le fleuve.

La Loi de Finances

LES BIJOUTIERS

ET LES ACHATS A DES ÉTRANGERS

Paris, 21 juillet

Une disposition de la loi de finances

de 1925 dans son article 97 exige que

les inscriptions au livre de police

soient appuyées, lorsque les achats

sont conclus avec des personnes domi-

ciliées à l'étranger, des quittances at-

testant le paiement, lors de l'entrée en

France, des droits et taxes de douanes

exigibles.

ww—— —

Pour nos Bégions dévastées

LA MAIN-D'ŒUVRE ROUMAINE

Paris, 21 juillet

On mande de Bucarest au Matin que

des délégués français se rendent ac-

tuelleniont en Bessarabie nfin de trou-

ver des colons qui seraient envoyés en

France pour nos régions dévastées. Un

premier essai de 50 Bessarabiens va

être fait Ceux-ci vont partir très pro-

chainement pour la France, où H sera

confié, pour un certain temps, à cha-

cun d'eux, 50 hectares de terres à tra-

vailler. Des avantages nombreux leur

sont accordés.

NOUVELLES EXPRESS

Du 21 février.

du début du mois d'août se tien-

dra, d Vienne, une conférence des

grands leaders bolchevistes des Bal-

kans. A. cette conférence assistera Ra-

kowski.

> Quarante-cinq personnes ont été

mises en état d'arrestation, en Rouma-

nie, pour avoir participé à un complot

communiste.

m-+ Le vice-amiral Violette, chef du

cabinet militaire du ministre de la ma-

rine, est nommé commandant en chef

de l'escadre de la Méditerranée,

A NOS ABONNES

Nous rappelons à nos Abonnés que

tout changement d'adresse doit être

accompagné de 0 fr. 75 en timbrée-

poste, mentant des frais de réfection

*\dee elioliea et At »i hnnirina

Les Grèves

CHEZ LES EMPLOYÉS DE BANQUE

A MARSEILLE

Marseille, 21 juillet.

Les employés de banque, qui ont voté

la grève hier soir, ont arrêté ce matin

les dispositions à prendre pour contrô-

ler les entrées dans tous les établisse-

ments bancaires de Marseille.

A 8 heures, les employés de chaque

établissement se trouvaient donc à

proximité de l'entrée où veillaient trois

agents de police. Ceux des enployés

qui ne voulaient pas se joindre aux

grévistes ont pu librement pénétrer à

l'intérieur. Du côté du Syndicat des

employés de banque on déclare que

90 % du personnel sont en grève.

Une seule banque française, rue

Noailles n'est pas touchée par la grève,

le personnel ayant reçu récemment des

augmentations sérieuses. Aucune ban-

que étrangère ne participe à la grève.

Ce sont ces établissements étrangers

qui vont profiter de la situation, no-

tamment pour les opérations de change

toujours très actives à Marseille,

Vacances de Chaires

DAMS LES FACULTES

Paris, 21 juillet.

Les chaires des Facultés des Universi-

tés ci-après désirées sont déclarées

vacantes :

Université de Bordeaux. — Faculté de

droit : chaire de droit romain.

Université de Mont(peiliér. _ Faculté

de droit : chaire de droit criminel ;

chaire de droit romain.

Université de Toulouse. — FacuWé d»

droit : chaire de droit civM.

DANS LES LYCEES DE LA SEttîE

ET DE SEIKE-ET-OISE

Paris, 21 juillet.

Sont inscrits s*® 1 la liste d'aptitude

aux fonctions de professeur dans les

lycées de la Seine et de Seine-et-Oise.

pour une année, à compter du 1er juil-

let 1925 :

Pour les chaires de physique : MM.

Oueysanne, professeur au lycée de Bor.

deaux ; Savariau, professeur au lycée

de La Rochelle ; Dufay, professeur au

lycée de Montpellier.

Pour la chaire de philosophie : M.

Vialle, professeur au lycée de Poitiers.

Pour la chaire de grammaire : M.

Guillaume, professeur au lycée de Bor-

deaux.

Pour les chaires d'espagnol : MM.

Pons, professeur au lycée de Montpel-

lier ; Thomas, professeur au lycée de

Toulouse.

Pour la cha!.re de sciences naturel-

les : M. Joyet-Lavergne, professeur au

lycée de Montpellier.

Pour la chaire d'anglais : M. Catel,

j^oXeaacpr. m «à*** de MoaîjpelfciÉC.

CONTRE OUEZZAN

Rabat, 21 juillet.

On apprend que les Hiffains concen-

trent des forces importantes devant la

zone espagnole, en vue d'une marche

contre la ville d'Ouezzan, dans la

zone française. Des dispositions ont

été prises pour repousser cette attaque.

L'ACCORD FRANCO-ESPAGNOL

Madrid, 21 juillet

Les délégués français et espagnols

ont paraphé, dans la journée d'hier,

raccord intervenu au sujet de Tanger.

Cet accord sera signé aujourd'hui dé-

finitivement. La Conférence franco-es-

pogtnole est donc déiiuitivemeat ter-

minée.

ARRIVÉE DU GENERAL NAlfLIN

Casablanca, 21 juillet.

Le générai Naulin, accompagné des

officiers de son état-major, est arrivé

ce matin par le paquebot « Abda ».

Il a été salué à bord par le général

Heusch, son chef d'état-major, le ma-

réchal Lyautey et le colonel paquit,

son chef d'état-major.

Il a reçu des délégations d'associa-

tions militaires de mutilés et d'an-

ciens combattants, qu'il a assurée de

toute sa bienveillaince.

A son débai-quement les honneurs

lui ont été rendus par un bataillon

d'infanterie coloniale avec drapeau et

musique, que le général Naulin a passé

en revue.

Après avoir rendu visite à M. Lau-

rent, contrôleur en chef de la Oiaouda,

avec lequel U s'est entretenu quelques

instante, le général Naulin est parti

pour Rabat.

COMMUNIQUÉ OFFICIEL

Rabat, 21 juillet

Dans le secteur Ouest on signale de

nombreux rassemblements ennemis en

zone espagnole. C'est peut-être l'indioe

d'une reprise de l'attaque vers Ouezzan

ou d'u/iM préparation d'offensive contre

la zone espagnole de Lara ne.

A l'Est de oe secteur, le groupe mo-

bile Defrère après avoir replié les pe-

tite postes au nord de Teroual, est

rentré sans incident dans ce camp.

Dans le secteur Centre, le groupe

mobile Noguès a pu atteindre hier ma-

tin, presque sans résistance, Aln-

Maatouf.

Plus à l'Est, une reconnaissance par-

tie de Tissa s'est heurtée & un groupe

ennemi et l'a dispersé en lui infligeant

de grosses pertes.

Les rebelles, dans toute cette- région,

sont impressionnés par la vigueur de

nos attaques et les pertes Qu'ils subis-

sent.

Dans le secteur Est, nous avons con-

tinué avec succès nos opérations de

nettoiement.

Un coup de main sur Pomed Ameiil

a été facilement repoussé.

LA SOUSCRIPTION BELGE

POUR NOS SOLDATS

Bruxelles, 21 juillet

En moins de quinze jours. Le Soir

a réuni, par souscription, plus de

200.000 francs pour nos soldats du Ma-

roc Cest la plus forte souscription re-

çue de l'étranger.

LA RÉPONSE ALLEMANDE

Paris, 21 juillet.

La note allemande, remise hier

après-midi par M. von Hcesch à M.

Briand, constitue un document sensi-

blement aussi long que le mémoran-

dum français du ifi juin, auquel elle

répond.

La traduction française qui raccom-

pagne comprend sept pages dactylo-

graphiées. Rie est conçue ea termes

très mesurés et son argumentation suit

en général la ligne de la note fran-

çaise.

Elle marque nettement l^>uverture

des négociations et c'est l'impression

qu on recueille à son sujet dans les mi-

lieux autorisés.

Bien entendu, le gouvernement alle-

mand formule certaines réserves, no-

tamment en ce qui concerne son ad-

mission dans la S. D. N. et les obliga-

tions qui en résulteraient pour lui en

vertu de l'article 16.

Mais ce sont là précisément des

points qui seront discutés et sans doute

mis au point au cours des négociations

ultérieures.

En tout cas, la noie du Reioh fait

preave d'un certain désir d'aboutir qui

a été favoraMemenit accueilli à Paris.

Elle ne lie pas la question de l'éva-

cuation de la zone de Cologne à la

négociation sur le pacte de sécurité,

comme on l'avait prétendu.

M. Stresemann n'indique pas non

plus qu'il serait préférable de réunir

une conférence entre les puissances in-

téressées pour poursuivie la discus-

sion.

11 ne semble pas d'ailleurs qne cette

procédure soit très avantageuse dans

l'état actuel du problème.

Les échanges de vues entre les chan-

celleries semblent, au contraire, être

plutôt de nature à amener les préci-

sions souhaitables sur la nature et

l'étendue des engagements que pren-

dront les signataires éventuels du pacte

de garantie mutuelle, notamment en oe

qui touche l'arbitrage envisagé en cas

de conflit.

C'est d'aileurs de cette façon que

M. Briand se propose de mener la né-

gociation.

Il va communiquer ans: Alités la

note allemande, qui sera publiée mer-

credi matin ; puis il conférera à nou-

veau avec l'ambassadeur d'Allemagne,

comme il l'a fait dès hier soir, de mê-

me que l'ambassadeur de France à Ber-

lin pourra s'en entretenir avec M. Stre-

semann.

Ainsi on pense çne la réponse fran-

çaise pourra être prête dans mm qt&t-

zaine de jours.

Un Contre-Torpilleur saute

Dantzig, 21 juillet

Le contre-torpilleur polonais Kazut,.

qui se trouvait dans le port de Dant-

zig, a sauté dans la soirée d'hier et si

coulé immédiatement. Trois tués et six

blessés. Ce navire appartenait à l'Al-

lemagne ; il avait été rendu à l'Angl».

terre qui l'avait vendu & la Pologne.

Accident Tragique

Madrid, 21 juillet

Hier après-midi une automobile mon-

ta sur un trottoir dans une rue de Ma-

drid, tuant deux personnes. La foule

ameutée se précipita sur le chauffeu?-

de la voiture et le tua.

Secousse Sismique

San-Francisco, 21 juillet

Un tremblement de terre a été enre-

gistré dans la journée d'hier, à 23 heu*

res, en Californie. Les dégâts sont im,

portants, mais on ignore les détails.

LssWssEilesiFlfiioi

LA CROIX DE GUERRE

A L'ÉCOLE FORESTIERE

Nancy, 21 jnmet.

Ce matin, ïe ministre de Tagriciufliure

a procédé à la remise de la Croix de

guerre à l'Ecole forestière, à l'occasion

de son centenaire, et inauguré une pla-

que wnmiémorative.

M. Jean Durand, après avoir rappelé

le passé glorieux de l'Ecole, a dit :

« L'exemple de vos aînés, Messieurs

les officiers des eaux et forêts, ayez-les

constamment devant les yeux, car ils

ont fait de belles et grandes choses.

Mais à cet égard les recommandations

sont superflues, car je sais combien vi-

vaees sont les traditions du corps fores-

tier qui ont ici des racines profondes »

M. Jean Durand a décerné ensuite

diverses décorations de la Légion

d'honneur et du Mérite agricole.

——-v-vw-—. ——

Les MB feinalB

UN COMMUNIQUÉ DE LA LIGUE

REPUBLICAINE NATIONALE

Paris. 21 juillet..

Si l'on s'en réfère à la statistiaue pu-

bliée par l'Agence Havas, dont lets

sympathie en faveur du gouvernement

sont connuas, on obtient les résultats

suivants :

Cariellistes et sympathisante : radi*

caux-socialistes, 444 ; Républicains so-

cialistes, 49 : socialistes, 91 ; commu-

nistes, 2. Total : 536.

Noti cartedliates : Républicains radi-

caux, 133 . Républicains de gauche, 233;

conservateurs et libéraux, 115. Total é

712

D'où il suit que le cartel a été batte*

aux élections de dimanche demie: par,

126 voix.

Si on décompose de la même façon,

la statistique du miristère de Tinté- 1

fleur,


PORTS

A COMPIÊGNK

Paris. 21 juillet.

Prix du Chemin de fer du Nord, à ré-

elauKir, ù.oOo francs, 900 mètres. —

J. Utluiie, à M F.J. (àouid (Clay) ;

2. 'Haure-d'Eie. à M X. BaUi (Koogh) ;

S. Briare-11. à M. Mat, Pautall (Martz).

Non plaoée : RUcie .000 francs, 2.100 mètres. — i, Cham-

bardouse, à M. Mat. Pautall (de Ne-

Aon) ; 2. Le-Fléau. au baron R. Merlin

(Thomas Moret) : 3. Catilina, à M.

Harry Crosby (Destmirel).

Non placés : Highlander. Samienne,

La Mariolle

Mutuel. — Gagnant, 13 ; placés :

Chambardeuse, 7 • Le-Fléau, 8 50.

Prix de Tracy le Vàl. 8.000 francs, 900

mètres. — l. Edvvina, à M. C.-W. Bir-

kin (Garner) , 2. Madelin*, à M X.

Balli (Keosrh) ; 8. Dandin, à M. Stépha-

ne Vagllano (Ilobe).

Non placés : Lugus (Lister), Le-Hou-

ley (Fère). Star-Lolotte (Semblât),

Mandramea (Jennlngs), Lucina-Ill

(Sautouir), Bamboula (Dwyer), Tou-

voyou (Merlaut), Zonctta (Gardner),

Fredarica (Herbert).

Mutuel. — Gasmant, 20 50 • placés :

Ecwina, 9 ; Madelin*. 10 : Dandin, 12.

Prix de Longchamp, 2» prix de la So-

ciété d'Encouracrement, hors série.

ffi.SOQ francs : distance : 2.100 mètres.—

1» Hélène-Of-Troy, à M. Lord Derbv

(Herbert) ; 2. Hstoire-de-Rire, à M. Al-

bert Weil (Vatard) ; 3. Diablesse, à M.

Michel Lazard (Semblât).

Non placés : Combien (Gardner), Con-

cruest (Jçnninjg), Cherrvtrée (Sharpe),

Éemington (Woodlandf, Treille-Durci

(A. Mosse).

Mutuel. — Gagnant, U ; Hélène-OÎ-

seTroy, 10 ; Histoire-de-Rire, 10,50; Dia-

blesse, 6,50»

Prix de Rethondes. hmdacap, hors

série, 8.000 fr.; distance, 1.800 métros.

— i, Hibernirm, à M .Ed. Andréoli

(Amossé) . 2. Roi d'Argot, à M André

Rérard (Vatard); 3. Caribert, au comte

de Beaur'.igard (Semblât).

Non plcés : Rhadamante '(Hervé),

Zampa (Jennings). Marquesità (Martsz),

Plu-cée {Winder)

Mutuel — Gagnant, 29 ;placés : Hi-

bernian. 12 ; Roi d'Argot, 10 50.

Prix de la Société Sportive d'Encotira-

gîmenf, 1ro série, 10.000 fr.; distance,

2.400 mètres, —-1. Médina, a lord Derby

lEsling); 2 Coeangw, a M. E. Morgon

.Semblât) ; 3. Kettle, au baron Foy

(Childs).

Non placés : Naja (Sharpe), Esserteau

(Amosse), Miéris (William), Fiancée d«

M. (Lister), Pontarmé (Jennings), As-

KUÉKis (Hervé).

Mutuel. — GaanaLtit. 75 50 ; placés

Médina 23. Cocange 15, Kettle 14 50.

A CHANTILLY

CHalïtUly, ai Juillet.

Demain, cotirses à. CbaatUly. Partante et

montes probables :,

Prix de Ctaumcat : Rliéaan (E. Gardner),

Trimace (C. itorlaut). ïiauené (Amosse),

Ctoiug-Oliang (A. Esliiig), Perle-Kare (il.

Senxbiat), liumau .H. Martz), UtuuaLote IC.

Bouillon).

Prix de Vioeua : Gargles (M. Allemand),

Diplomate iP. PeinéJ, Hogiiborn «i. liarner),

Oosçuer (V. Lister), Olyiaplanne (X), Tved

(F. Koujsn), La-Petite-Sotte ou Ficelle (M.

Mac Gée), Granctcouï (G. Stern), Le-Cnoc

i«f^riche Nel complesso Bi puo giu-

dicare l'annata discrète ,tenuto pré-

sent© che i terrent coltivati dagli Ita-

liani ,non hoftna anecra potuto essere

lavorati profondameruve.

LUIQI.

LesMtons pari A s

RAD!0>TOULOUSE

Long, d'ondes, 275 m. Puissance, 2 kw

PROGRAMME DÎJ 3IERCRÊDI SS JUILLET

19 11. 3) : Dtte demi-heure de musiain de soleil-, 5. Lu Joueur

de goli; e. La championne de tenni»-. Le

Pré aux Clers, fantaisie (Hérold); Marche

printantère (H. Mouton).

so heures : 2" Soirée de gala offerte par

M. Mollard, bienfaiteur de Radio-Toulouse :

Première tendresse (Mouton); Fleur d'amour

(R Berger); Le Crucilix (J. Faure); te Petit

Faust, fantaisie tHerré); Snchantemen'

(Massenet).

20 h. 30 ; Variations des Changes; Infor-

mations de la journée; Derniers cours com-

merciaux.

20 h. *& : Concert par l'Orchestre qui

jouera notamment : Petits Patins (Barbi-

rolli); Si f osais dire (C Denisty); Froc-Froc

(Paans).

Audition poétique avec le concours de

Mlle Cayre et de M. Nadra-Espy.

91 h 30 : Conférence de M. Lajrardelle.

secrétaire général de la 17" Région écono-

mique.

STATION RADIOTÉLÉPHONtQUE

DES P. T. T. A TOULOUSE

Longueur d'onde : 315 mètres

SEANCE DU 22 JUILLET 1SSS

20 h. 45 : Informations.

Si heures : Causerie médicale du Doc-

teur Helias. stomatologiste ; « La carie den-

taire ». suivie d'un concert vocal et instru-

mental, avec le concours de M. Jean Bac-

cjuié, clarinettiste, V prix du Conservatoire.

Menuet gothique (clarinette et piano), ex-

trait de la SWte Gothique pour Orgue o.e

L. Boelmann.

Samson et Dalila (clarinette et piano),

Cantabile, extrait du duo : « Mon cœur

s'ouvre à ta voix », de Camille Salnt-Saëns.

Audition poéti

Z9c.

M, Krassine

en Roussillon

Perpignan, 21 juille.

M. Dâlbiflz, députe ; M. Krassine et

la suite de ee dernier, sont arrivés hier

matin, à 11 h. 30, à Perpignan, venant

de Vernet-les-Bains.

Ils ont été reçus à l'hôtel de ville par

M. le maire, en présence de M, le pré»

fet, et M. Denis a éprouvé le besoin de

lui souhaiter la bienvenue.

M. Krassine et son état-ma]or ; MM.

Dalbîez, le préfet, le maire et invité»

sont partis ensuite pour Canet-Plage,

où ils ont déjeuné,

La promenade à Canet terminée, 1*

caravane, pilotée par M. parlsot. com-

missaire spécial, et M. Roca, insp^o»

teur d* la police spéciale, repart «a

direction de la Côte Vermeille.

Le séjour de M. Krassine dans les!

Pvrénée's-Orientales touche à sa fln.„

En effet, après avoir suivi la routs «n

corniche de la côte, l'ambassadeur et

sa suite ont pris à 20. heures, le rapide

Paris-Font-Romeu, à destination d« la

capitale.

BOIJ-SE DE : ! GROUSE

Du 91 juillet.

Valeurs locales factions). — Miuos d« Car-

maux, ex-coupons et 91 act. de louis


Association amicale

« La Cigarette »

Tous m*. avfiMon des

ie\ tudio-Tduiouse . él des « P. T.

Pïaue de billard. biplothèque, jeux di-

Orpbéon de Lardenne

« uiit. de Lardenne, nous

L'Orphéon ^\ e

Q 9

e uivante :

Les P eMO , n ornhéon au Fêtes de Mu

comparer 1 Orpheon aiii 26

ret. dimanche M« obtenus par le

profi ter des ^faf se faire inscrire

société. *ont,/£rousse-Foresttè, usqu'à

au siège, c^é 1e B u r d f dernier délai,

demain soir )eua^ U j an Ron(j

Départ du tram y

point t d HP L ?Muret 20 heures et minuit.

aA train : 2 fr. aller et retour ;

Faits Divers

PENDANT LES VACANCES

Des malfaiteurs ont pénétré, par ef-

îraction, dans les appartements de M.

-peyrot, marchand de bois et charbons

rue Seint-ferreol. 9. Ceux-ci se trou-

vant momentanément à Vayrac (Lot),

il n'a pas été possible de connaître le

montant du vol.

M. Peyrot a été avisé par télégram-

me. M. le commissaire de police du

5e arrondissement a ouvert un© en-

quête.

DANS LE BASSIN DES FILTRES

Hier matin, vers 10 heures, le corps

ae la nommée B. L..., âgée de 53 ans,

a été découvert dans le bassin des Fil-

tres, aux Ponts-Juimeaux, pair M. L&f-

fltte, éclusier.

Informé. M. le commissaire de police

au 3 e arrondissement s'est rendu sur

les lieux, accompagné de M. le docteur

Frézières. De leurs constatations il ré-

sulte que, cette femme ne portant au-

. cune trace de blessure sur le corps, il

y a tout lieu de croire qu'elle s'est sui-

cidée en se jetant dans le canal de

Brienne ou directement dans le bassin

des Filtres. Cette personne était mala-

dive et neurasthénique depuis long-

temps.

Le corpc de cette malheureuse a été

transporté an domicile de sa famille.

DEMCNAG" A9*«t tf^/sonnei de

choix. Prix réduit*, èlayn&cd, 4,. . du

Taur. Tél. 18-06.

SOLIDES ! SOLIDES et bien faites

sont les chaussuiros de chasse, de fati-

gue et tous les articles de la Maison

PAUL, 24. rue des Changes. Prix les

plus réduits. Vente directe. Atelier de

réparations. Ouverte le dimanche jus-

qu'à midi.

Trouvailles. — Réclamer * à Mme Dei

bourg, rue du Pont-Gullneméry, 1, une

fcourse avec petit* somme ; à M. Nouan-

tes, allée de Esrtenne. i, une petite somme-,

è l'agent Delcros, attache au 3' arrondis-

sement, une plaque de bicyclette ; a M.

Laiton, Instituteur à l'école Bayard, pn

sac ù main renfermant une certaine som-

me . à M. Savl^nol. rue Compans, 22, un

médaillon ; a Mlle Maria Martin, rue St-

Joseph, 7. une petite somme ; a M. JuU-

lan, me Vélane, 26. un carburateur d'au-

tomobile : à M Latour, boulevard de la

Gare. SU, une pince coupante ; a M Ger-

main Xèqul, rue colasson, s, an chien poli

cier . à l'administration des omnibus et

tramways, an paC a main, une paire de

gants, une clé. un taDller d'enfant, une ra

luette, neuf parapluie-* et une ombrelle .

tourner àmsiip

NOS COMPATRIOTES

Nous apprenons «rue notre compatriote

Mlle Marjfuei-ite Chandy, de la Gatté Lyri-

que, a été engagée par le Casino de Lu-

chon où eUe vient d'obtenir un très brû-

lant succès au cours du premier sonoert

classique de la saison.

S

APOLLO-THBATRË. - A S k. «t à » t.,

la Maîtresse du Monde (fin) ; Rio Jim tient

parole drame ,• Reces de Clowns.

Vendredi : début» des célèbres clowns

« Les Fratellind ». Location ouverte de dix

neures à midi et de deux à six neures.

AMERICAN-OOSMOOfiAPM. — A 9 heures,

un suoeô» sans précédent : De la haine d

Vamour merveilleusement interprété par la

délicieuse Mary Miles Mlnter, Antonio M0-

reno et Ernest. Torrence ; Un garçon vieux

jeu, comique , Baignade tragique ; maga-

zine Paramount.

ROYAL. — A3 heures et à 9 heures,

Gosse de Riches, avec Suzanne Grandais ;

Mlts Bengali, comédie ; comique.

OLYMPIA. — En soirée à 9 heures,

Comme minuit sonnait ; Buridan ou le

Héros de la Tour de A'ejle, S" êpo..AM-

M

BKRT et DONNADIEU

cèrent les personnes i

moigne des marques

l'occasion du décès de

Monsieur Louis 0OF.NAC

Commis des Postes à Paris

et les prirrt d assister à la mess* d»

neavaice qui eera date, le jeudi 23 cou-"

rant, à la chapelle des Frères, rue Car- 1

raman, à lû heures. I

une procédure objective, s'ils étaient

d'avis que l'Allemagne aurait contreve-

nu aux dispositions sur la démilitarisa-

tion des pays rhénans.

Les conséquences que pourrait ame-

ner la garantie des traités d'arbitrage

à conclure telle qu'elle est proposée

dans la note française, ne donnent pas

moins lier à des objections. U est vrai

que lintervention du garant serait su-

bordonnée à des conditions détermi-

nées, mais ce serait le garant qui au-

rait ù. décider d'une manière souverai-

ne et unilatérale si ces conditions sont

remplies.

En l'espèce cela reviendrait à dire

qu'en cas de conflit entre les deux si-

gnataires du traite d'arbitrage, le ga-

rant aurait à déterminer lequel d'entre

eux devrait être considéré comme

agresseur. Il aurait cette faculté même

dans l'éventualité où il serait de

l'admissibilité ou de l'inadmissibilité

du chef des obligations de réparation,

mais réserver cette question à leur dé-

cision unilatérale.

UNE BRECHE

dim9 les

GARANTIES DE L'ALLEMAGNE

n est évident que les clauses de cette

nature feraient brex-he dans le système

de garni tf.les au pnejudjœ exclusif die

d'Aïn-AIchi tavestis depuis quelques

jours.

Nos troupes mobiles ont rencontré de

forts détachements etnnemiis, bien re-

tiatiThes, qu'ils ont contraint à refluer

vers le Nord-.

Notre cavalerie est également inter-

venue.

lin fin de journée, les dissidents ont

abandonné de nombreux cadavres sur

le terrain.

Pendant le véritable siège qu'elle a

subi, la garnison d'Arn-Maatouf a pu

recueillir différentes marques de dé-

couragement chez l'ennemi en enten-

dant, près de ses murs des conversa-

tions échangées entre Européens, qui

parai raient vivement impressionnés

par l'héroïque et vigoureuse résistance

de ce poste.

L'aviation avait particulièrement aug-

menté la force de la résistance de la

garnison d'AW^Maatouf en la ravita.il-

lant. et en lui permettant, par ses har-

céléments, durant lu jouir, d© prendre

quelque repos et de soutenir plus fa-

cilement les assauts de nuit

Les Troubles de Chine

LA SITUATION

Shanghaï, 22 juillet.

Un certain nombre de grévistes re-

prennent le travail malgré la violente

intimidation dont ils sont l'objet.

La Chambre de commerce chinoise a

adopté une résolution préconisant la

coniiscation des marchandises britan-

niques et japonaises, dont les Chinois

sont actuellement en possession.

La résolution demande également que

l'on inflige des amendes aux négo-

ciants qui ne participeront pas au boy-

cottage des britanniques et des japo-

nais, boycottage qui doit conunencer

le 30 juillet et se prolonger une année

entière.

Monsieur et Madame Henry FAVA»,

| T1ER et leurs enfants -. Madame veura*

! TISSEIRE, née d'ANDRE ; MonsieeJfc

Jules DUFAUR ; Monsieur et Madam*

' Etienne DUFAUR et leurs enfants ; le* 1

! familles BORIES, NOMBEL, SLAU, F.V-:

VATIER, TURCY. MARTY et CAM-;

BOURNAC. remercient bien sincex*»;

nient les personnes qui leur ont tH

rnoigné des marques de sympathie tà3

l'occasion du décès de

Madame veuve Paul NOMBEL

Née Jeanne NOMBEL

survenu à Toulouse le 14 juillet 3885*

et les prient de bien vouloir assiste»,

au service de neuvain© qui sera Oél&*j

bré pour le repos de son âme le Jeadt

23 juillet 1925, à 10 heures, en TCwa-i

toire N.-D. de Nazareth (rue PfofflrayH

Féiral), où l'on se réunira.

n ne sera pas fait d autre frte&attati*;

Pompes Ftmèlrrcs Générales.

7, rue Lafayette. Téléphone tO-38. ,

BOXE Paris, 22 juillet.

Voici les résultats Ses divers combate

organisés dans la salle des fêtes du

« Petit Journal •, sous les auspices du

Modem Boxing-Club :

Stiackels jeune vainqueur de Faugère

par abandon au 7° round ;

" Gavalda bat Sirvaine aux points en

10 reprises.

Depont vainqueur de Nataii aux

A l'Est, situation sans changement, points.

Des éléments de la division Marjaitue David bat Peck sur disqualification

sont attendus à Tazza. ^pour coup bas à le, 4* reggjae.

COURONNES MORTUAIRES-

FILMES DE BRONZE

Pompes Funèbres Générales i

7, rue LAFAYETTE

R. C. Seine no ôS.OSS

Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés


TATIOHS

m

THERMALES

BALNEAIRES

R a R ET OE :: u u

TOURISME

USSAT-LES-BÂINS

ARIÈGE

Juin-octobre, 500 m. altitude, â trains dans

les deux sens Touiouse-Ax.

DEUX ÉTABLISSEMENTS THERMAUX avec

bains, douches, piscines pour les soins des

maladies des femmes et maladies nerveuses

(goitre exophtalmique). Boisson diurétique et

laxative réputée prise à la Lavette ou en bou-

teille pour l'exportation,

Gd HOTEL DU PARC et des BAINS, entiè-

rement renouvelé. Situation magnifique. Té-

léphone, 4.

VILLA DE LA DIRECTION DES THERMES

pour ménages, toutes chambres en façade,

proximité du marché et des bains. Tarifs ré-

duits début et fin de saison, crire : Directeur

des Thermes, à Ussat-les-Bains (Ariège).

GRAND HOTEL VERGE, près parc, thermes,

chapelle, bonne cuisine 20 à 25 fsr. p. jour.

Appartements pour familles.

VILLA DES ROSES, mais, fam., cuis, soign.

HOTEL-RESTAURANT-VILLA DES MAR-

RONNIERS. — L. DOMERC, Propriétaire. Eta-

blissement de 1er ordre. Confort moderne.

Electricité. Garage, Pârc, Télêph. n» 3.

ÂX-LES-THERIES

(ARIEGE).

GRAND HOTEL SICRE T. C F., A. C. F.. 100

chambres et annexe modernisés Eau courante

chaude et froide. Garage complet pour 30 au-

tos. S. SICRE, propr. J. ROUGÉ, directeur.

Bains et Etablissement thermal dans l'hôtel.

Grand HOTEL RECINA, Restaurant réputé,

Confort moderne. Garage, Téléphone 12.

HOTEL DU TEICH. Eau courante, chaude

et froide. Salles de bains. Grand parc.

CHALET " MON CAPRICE "

HOTEL-PENSION DE FAMILLE LACOSTE,

près Etablissement et Parc. Terrasse ombra-

gée. Confort. Cuisine soignée.

HOTEL-PENSION FERRIOL

Confort, cuisine soignée. Maison recomman-

dée pour familles. — Garage.

Grand Hôtel de France

Le mieux situé, vue superbe sur les monta-

gnes. Eau courante dans les chambres. Grand

pare. Tennis, Garage spécial.

Hôtel Veuve CARRIÈRE

Cuisine soignée. Centre des Etablissements

thermaux. Prix modérés. Garage,

ASCOU

(Ariège).

1.000 mèt. d'alt.. 4 Ml; d Ax. Cure d'air.

HOTEL DU BELVÉDÈRE. Cadre charmant ;

restaurant en plein air. Electricité, pêche :

téléphone, garage.

ÂUDINAC-LES-BAINS

Près Saint-Cirons (Ariège).

FOIE, ESTOMAC, INTESTIN, REINS, vessie,

diabète, arthritisme. Service auiobus.

GINOLES-LES-BAINS

Par QUILLAN (Aude).

Estomac, reins gravelle, Intestin neurasthi.

nie. Iloted villas, appartements ménages, cha-

pelle, café, grand parc, garage. Ouvert toute

l'année, importantes transformations. Electri-

cité. Auto de rétablissement à tous les trains.

Prix modérés.

BAGNÉRES-DEBIGORRE

(Hautes-Pyrénées)

CABINET DE LA BORIE, 4, av. F^-Ferrugi-

neuse. Vente villas, commerces, propriétés.

Location villas, appartements.

Hôtel-Restaurant Audy

Tout confort ; vaste salle a manger ;

d'agrément. A. FONT, successeur.

Hôiel Benjamin Rivière

VILLA, directeur. Situation 1 er ordre, patfÇî

ombragé. Garage English-Spoken.

HOTEL DURAN

en face là Promenade du Couloubret et du

Casino, à proximité des Etablies»» thermaux.

PENSION FAMILLE ROUSSE PÈRE, 41, rue

de la République. Recommandée aux ecclé-

siastiques. Près église. Facilité pour prolon-

gation saison. Chauffage central.

GRANDS HOTELS ICTORIA ET D'ANGLE-

TERRE, Pérez, propr., promenade des Cous-

tous. — Eau courante, chaude et froide. Ap-

partements avec bains et w. c. privés. Ascen-

seurs. Garage. A. C. F. — T. C F. Téléph. 20.

GRAND HOTEL FRASCA1 1, proximité Casi-

no et Thermes. Complètement renouvelé. Eau

courante chaude et froide. Salle à manger 200

couverts. Jardin, garage. .Automobile en gare.

Cuisine renommée.

HOTELS DU BON PASTEUR ET FAMILY-

HOTEL. Lapeyre, propr.. Esplanade des Cous-

tous, rue des Thermes et de l'Horloge. Etablis-

sements recommandés aux familles. Garage.

Cuisine soignée.

HOTEL LUTETIA, Abadie, propr. Recom-

mandé aux familles. Confort moderne. Eau

chaude, îroide, 6alle de bains. Garage. Cuisine

renommée. Téléphone : 45.

LOURES-BARBAZAN

[(Htes-Pyrénées)..

GRAND-HOTEL VERDIER. Confort, Parc;

Garage.

SIRADAN

(Hautes-Pyrénées).

LIGNE DE LUCHON

La meilleure Station pour Familles

Foie, Gravelle, Rein, Anémie, Paludisme.

HOTEL DES THERMES, Gd Pare, ïeanis,

Garage.

LOURDES

(Hautes-Pyrénées).

CABINET DE LA BORIE, 11, rue de la Fitte,

Vente villas, commerces, propriétés. Loca-

tion villas, appartements.

A NOTRE-DAME D'ISSOCJDUN, avenue du

Cinéma Moderne. Arrît du tram au Cinéma

Moderne. Pension de Famille. Confort et pro-

preté Prix modères. Recommandé. — Mma

SALLE propriétaire.

Pension de FAMILLE RAYNAL, 29, rue du

Bourg. — Chambres t nfortablea. Cuisine de

famille appréciée. Journée complète de 17 a

20 fr., selon étages. Réduction po;ir familles

ou groupes. Tram Marcadal-Basiliq.'ie.

CADÉÀC-LES-BAfNS

(HAUTES-PYRENEES).

(Ligne Lannemezan-Arreau-Cadôao)

ETABLISSEMENT FISSE £&$$gSbm.

Belle vue. Grand Parc. Chapelle Catholique

CHALETS SÂINT-NÉRÉE

A FERRÈRE (Htes-Pyrénées).

Station idéale de repos, altitude 770 mèt •

guérison rhumatisme, arthritisme lévrosè

affections de la peau, "xcursions pêche chas-

se : prix modérés. Service automobile gare de

Loures-Barbazan. 8 0

ROYAN

CHARENTE-INFERIEURE.

CABINET DE LA BORIE, 70, boul. Botton.

Vente Villas. Commerces, Propjiétés. Loca-

tions villas, appartements.

ARCACHON

(COTE-D'ARGENT).

Régina Palace Hôtel

120 chambres, 40 salles de bains. Durant les

grandes vacances : TENSION COMPLÈTE,

35 FRANCS PAR JOUR. Tarifs spéciaux pour

enfants ; arrangements pour familles.

CABINET DE LA BORIE, 20, boulevard

Haussez. Téléph. 5-36. Vente Villas, Commer-

ces, Propriétés, Locations villas, appart.

CURE

BARBAZAN

(Haute-Garonne)

D'EAU CURE D'AIR

CURE DE REPOS

La valeur de la Source minérale n'est plus

discutée. Pour 1925, la Direction inaugurera le

Casino du Parc. Brillant crchestre, 3 fois par

jour. Dancing ; jeux' ; représentations et fêtes.

On se soigne ; on se distrait

SÂLIES-Dlî-SALÂT

(HAUTE-GARONNE).

Reine du Sel

Station pour femmes et enfants. Eaux chlo-

rurées sodiques, fortes, bromiodurôes, les plus

fortement minéralisées d'Europe. Climat ex-

cellent, sédatif. Altitude 300 mètres.

NOUVEL ETABLISSEMENT THERMAL

Ouvert du I e " mal an 15 octobre

Renseignements gratuits Syndicat d'Initiative

CRANE HOTEL FEUILLERAT. H. Frèche

Fils, successeur. A proximité des Bains. Ex-

position en plein midL Restaurant d'été sous

tonnelles ombragées. Grand parc. Cuisine

bourgeoise. Cave réputée. Garage gratuit.

GANTIES-LES-BAÎNS

(Haute-Garonne).

((Etablissement ouvert le 1er juillet)

Source diurétique, sédative et très légère.

Indiquée dans les affections douloureuses de

l'estomac et de l'intestin. Les maladies par

ralentissement de la nutrition, le traitement

de la vessie et des reins, organes génitaux,

maladies des femmes. Goutte, gravelle, ar-

thritisme, maladies de la peau. Affections

nerveuses.

HOTEL DES THERMES, confort moderne.

Prix modérés. Service quotidien d'autobus de

St-Gaudens à Ganties (deux aller et retour).

ENCAUSSE-LES-TFRMES

(Haute-Garonne)

£AU anti-congestive, laxative, diurétique

tvraitement curatif du paludisme. Autobus _

aller et retour quotidiens, gare St-Gaudens à

Encausse.

HOTEL DE LONDRES

Grand parc, restaurant, électricité, garage

Pirx ntfOérés ,B. DARBAS, propriétaire.

LABARTHE-DE-RIVIÉRE

(HAUTE-GARONNE).

Par Saint-Cauden9 ou Martres de-Riviére

VILLA DES CONVÈNES Pension de famil-

le, cures thermales et régimes. Albuminurie,

maladies de la femme. Phlébites, Autobus

gare Saint-Gaudens.

BAGNÈRES DE LUCHON

CABINET DE LA BORIE, 7, cours des Quin-

conces. Vente villas, commerces, propriétés.

Location villas, appartements.

BIARRITZ

(BASSES-PYRENEES).

Hôtel Victoria

150 chairbres. Face à la mer. Tout le confort

moderne. Très recommandé. Pension : 46 fr.

par jour. CAMY, administrateur.

VILLA DES ORANGERS, Avenue de la Ville.

d'Hiver, Pension de Famille Mm,! Carrère,

Cuisine soignée. Confort moderne. Prix mo-

dérés. Arrangements pour famille. Tél. 664.

CABINET DE LA BORIE, avenue Edouard-

VII (Face Casino), Téléph. 11-66 . Vente Villas,

Commerces, Propriétés, Locations

Blaser [HÏK-TWWES

(CERS).

Phlébites. Rhumatismes, Sclatique?

Saison 1 er Mai — 1 er Octobre

Hôtel recommandé : Grand Hôtel des Tbeff.

mes.

FONT-ROMEU

PYR.-0RIENT4

Station d'altitude (1.800 m.)

VILLA SAINT-PAUL, 'ension de ïamille.

Terrasses, vue splendide; parc et bois de sa-

pins; confort moderne. Excellente table. Pen-

sion depuis 30 fr. arrangements pour familles

et pour séjour. Ouvert toute l'année.

TOULOUSE

Grand Hôtel de la Poste

B6-38. Rue Alsace-Lorraine. Tél. 0.78

Ascenseur. Chauffage. Electricité. Eau cou-

rante chaude et froide dans toutes les cham-

bres. CARDON, propriétaire.

Grand Hôtel de Paris

66, Rue Gambetta, Place du Capitole, en

plein centre des affaires et des monuments àr.

chéologiques. Eau courante, chambre avec

salla de bains. Speech Engli&h. Man sprieh.

deutseh.

Restaurant André

anciennement rue Saint-Rome, transféaS rue

de l'Esquile, en face l'anc. Séminaire. Vraie

cuisine de famille. Repas à 6 fr., vin compris.

Service 4 la carte. Pension et cachets prix di

vers.

Hôtel d'Orléans

72, Rue Bayird. Tel 1349, près Gare

Jardin d'hiver. Repas prix fixe et a la carte.

Même propriétaire Hôtel de France, à lissât

(Ariège).

Hôtel-Caté-Restaurant des Lois

TOULOUSE. 8 et 10, rue des Lois, 13, rue du

Taur, près place du Capitole. Chambres con-

ortables. Cuisine très soignée, service à la

carte. Repas à prix fixe. Pension, cachets.

Bar. Apéritifs de marque. Vins fins, liqueurs.

Se recommande aux familles.

Maison de Famille « IBERIA »

18, Rue Pharaon, Toulouse

Eau courante, salle de bains cuisine sol.

gnée. jardin d'hiver. Arrangements pour sé-

jour. Chambres meublées. Télép. 5-63

1 EXCELSIOR-IÎOTEL î£* e T 9 G]&A*

8, rue Rival s e t^ 7, ru e^d e la Poste (Tkêp.15.93)" 1

face la Grande Poste"

de la Poste •

— 1906.......

— 1912».

— 1920

60 ..

169 ..

44 50

195 ..

48 ..

322 50

77 ..

168 ..

78 ..

163 ..

41 25

164 ..

269 ..

400 ..

6270 ..

4350 ..

1305 ..

1036 ..

942 ..

435 ..

1320 ..

429 ..

195 ..

203 ..

49 75

210 ..

224 ..

130 ..

227 ..

813 ..

188 ..

56 25

56 25

420 ..

94 ..

439 ..

185 ..

235 ..

210 ..

214 ..

120 ..

816 "

Comi-. 1921 flb..

— 1921 nop Hb,

— 1922 Ufc... ..

— 1922 non 3ft>,

— 1923 lib»...

ioc. Marseillaise,

Crédit Lyonnais.

— Mobilier....

Soc Générale...

Banque Française

— Nation. Créd,

Un on Parisienni

Rente Foncière..

Bône-Guelma ...

— obligat»...,

Est-Algérien. ...

— obligat»....

Est»

— obligat»....

— nouvelle ...

— 2 % %

Lyon

— obligat......

Méditerranée 5 %

— 3 %

— fusion ane. .

— nouvelle ...

- 2 % %.».»»

Midi. ... ... .. . *

— obligat»....

— nouvelle ...

•— 2 H %

Nord

— obligat»....

— nouvelle ...

— 2 % %

Orlûana

•— obligat»....

— nouvelle ...

— 2 -h

Ouest»

— obligat......

— nouvelle ...

— 2 H %

Ouest-Algérien, .

— obligat......

Sud France.....

— obligat......

Docks Marseille.

Magas. Généraux

Transatlantique .

— priorité....

360 ..

• • «

320 ..

282 ..

320 ..

435 ..

1530 ..

494 ..

779 ..

560 ..

635 ,,

875 .,

3900 .,

356 ..

178 .,

350 ..

172 .,

656 ..

ï»5

216 ..

167 ..

868 .,

210 ..

397 ..

220 .,

318 .,

208 ..

181 ..

731 ..

210 .,

2C8 .,

185 .,

1010 ..

259 ..

250 .,

179 .,

790 .,

238 .,

214 ..

187 ..

560 ..

234 ..

217 .

182 .,

825 ..

179 .,

130 .

165 .

381 .

1145 ..

130 .

124 .

— à %. 183 ..

— 4 %........ 401 ..

Messageries».... 117 ..

— priorité .... 100 ..

— 3 % %..... 201 ..

— 5 % 324 ..

Métropolitain. .. 445 ..

—— 3 % %..*•• 2^-3 ..

— 4 % 237 50

Nord-Sud 182 ..

— 4 %........ 235 ..

Omnibus 610 ..

— 4 .-83 «•

Industr. et Force, 234 ..

Tramw. Français 3i6 ..

— 4 % 220 ..

— Seine. 154 ..

— Bordeaux .. 198 50

— Var 76 ..

— Nice. 333 ..

Voitures 717 ..

Associât. Minière 337 ..

Aguila 252 ..

Boléo 492 ..

Jenmont 284 ..

Cuivres, Pyrites. 3C5 ..

Elec . MétaUurg. 1074 ..

Malfidano 450 ..

Métaux 1365

Penarroya...... 10£0 ..

1 atine • 750 .

Panama........ 145 ,.

Suez.. .11450 ..

— 5 %........ 1925 ..

Dynamite...... 1400 ..

Pathé 315 ..

Qklahoms. ..... 218 ..

Galsa. 910 ..

— parts ...... 1395 ..

Thomson....... 385 ..

Say 1980 ..

— priorité •••• ... ..

?opp 1750 ..

Distribution.... 955 ..

— 3 3/4 %.... 203 -•

— 4 % 330 . •

Distribution 5 %. 310..

Electricité Paris. 1300 ..

— obligation .. 290 ..

Télèpl nés 794 ..

Angleterre 238 50

Argentin 1886. .. 2140 ..

1896»...... 325 ..

— 1900» 130 . .

1907 1830 ..

— 1909 1845 ..

— 1911 290 ..

Belge3 % 2» série 49 05

Brési; 1889 ..... 184 ..

— 1898....... 370 ..

3uigare 1902,... 431 ..

-~ 1904»....., ... ..

— 1907........ ...

Chine 1895 355 ..

— 1992» 470

— 1903....... 420 ..

— 1908 1415 ..

— 1911» 898 ..

—5%1913rêorg. 1360 ..

Egypte unifiée.. 343 50

— % %% 298 5C

Espaane Extér». 258 SC

HeUén.5%1881. 1100 ..

Italie 3 H " 10

Japon 1905 352 . .

— 1907» 313 ..

— 1910....... 235 ..

— 1913......

Maroc 1&"4 330 ..

— 1910 1C45 ..

Portugal 3" série, 107 75

— obL Tabacs. 1414 ..

Roumain 4 %1890 (67 -.

Busses 1880..... £ ?0

— 1889....... 6 50

— consolidé, .. 14 80

— 1901»......

6 50

— 1891 9 05

— 1896, 7 80

— 3%%1894. 7 20

— 1906» 15 50

—- 1909....... 10 05

— 1914....... 9 35

Serbe 1895...... „66 ..

— 1902 345 ..

— 1906....... 260...

— 1909....... 260 ..

— 1913 41 .

Suisse 3 %19101?s. 272 ..

Turc unifié 61 75

— 1914 32 55

Bq. Es. Rio-Ptata 146 ..

Athènes. 276 ..

Land Eank..... 1425 ..

Espagne

Comm* italienne.

Mexique .......

Londres-Mexico .

Ottomane ••••«.

Franc. Rio-Flata.

Orient..

Foncier Egyptien

Andalous

— obi.première

Central-Paciflc. .

Chic. MUwau.ee .

Congo Gds Lacs.

Lombards otlig..

— nouvelle . ..

Nitrate Railway.

Nord Espagne . .

— première....

Pampelune.....

Barcelone ......

Asturies....... .

Portugais ......

— 3 % 1»—..

— 3

— 4 %1......

— 4 % 2*.....

Rail*. Electriq..

Sa Ionique ......

Saragosse ......

— première....

Wagons-Lits

Briansk ordin**.,

— préiérenee. .

Makeevka. .....

Rio-Tinto

SosDowice, .... .

Centrai Mi: jng. .

Lapunas .......

Lautaro.........

Azote.......... .

Est Asiatique. ..

Naphte ........

Carpet

Provodnik

Raffiner Egypte.

— parts

Tabacs ottomane

Philippine? .....

Portugal.

Créd. Comnerc..

Chemins Algérie,

Cablee tôlégrapb.

290

114»

576

237

919

826

213

3175

270

15

More magazines by this user
Similar magazines