pdf 1 - exhibitions international

exhibitionsinternational.org

pdf 1 - exhibitions international

Mapping

Cyprus


[22] [23]

European Cartographers

and Cyprus 1320–1918

From the collection of

Professor Andrew Nicolaides

Andrew nicol Aides

introduction

Before the discovery of printing, maps of Cyprus and the rest of the world for

that matter were drawn on vellum. Those used by sailors often showed only

the outline of the shores with names of ports (portolan maps).

Such were the maps used on the sailing ships of the crusades.

The discovery of printing soon after 1450 using movable

type made books available to a large number of people speeding

up dissemination of knowledge. Until then manuscripts,

which were expensive, were the privilege of the rich, the church

and the noble. Strangely enough, the first printed atlases were

not reproductions of portolan maps, but were based on the

works of Ptolemy (Claudius Ptolemaeus 100–178 Ad) of Alexandria

who was a mathematician, astronomer and geographer.

Ptolemy worked in the great library in Alexandria where

he had access to all accumulated knowledge including astronomy,

geography and history. With this, with information he

collected from travellers passing through Alexandria, culturally the centre of

the Hellenic world, and with his own observations he produced two important

books, his Almagest a manual on astronomy and his Geographike hyphegesis

(known as Geographia or Cosmographia in some Latin editions), which was

a summary of the geographical knowledge at 150 Ad and a guide to drawing

maps of the known world. He provided instructions for drawing the map on a

globe and for three possible projections on a plane surface; also for drawing a

series of regional maps and a catalogue of approximately 8,000 localities with

their coordinates of latitude and longitude.

With the fall of the Roman Empire the classical Greek texts were lost to

the West. Western scholars had been aware of Greek authors such as Homer,

Plato, and Aristotle from references in Roman texts but they did not have any

access to them. Thanks to the Byzantines who copied the Greek classics, many

of which were taught at school, these texts including the Geographia survived.

Today there are at least 53 known Greek manuscripts in existence, some with

maps, the oldest dated 1300. The West became aware of the existence of Greek

MAPPING CYPRUS EUROPEAN CARTOGRAPHERS AND CYPRUS

Fig. 1: Cyprus. From Cosmographia Universalis

(German edition) by Sebastian Munster,

Basle, 1550; 96 x 150 mm


Fig. 2: Soria E Terra Sancta Nova Tabvla from

La Geographia... by Giacomo Gastaldi, published

by Giovanni Battista Pedrezano, Venice

1548; 130 x 170 mm

[24] [25]

Classical scripts including Ptolemy’s books at the end of the 14th century

when a delegation of Byzantine scholars visited Venice and Florence. For the

Florentines this was a revelation. They were so impressed that several decided

to learn Greek and translate them. Jacopo Angeli da Scarperia with the help of

his teacher Manuel Chrysoloras, translated the Cosmographia into Latin during

the years 1400–1407 making it available to the West for the first time in

manuscript form.

GeoGrAphicAl knowledGe At the time of ptolemy

Ptolemy’s concept that the earth was a perfect sphere was based on the teachings

of Pythagoras in the 6th century Bc and the proofs provided by Aristotle

(384–322). He accepted the calculation of the earth’s circumference by Poseidonius

of Apameia (130–52 Bc) of 18,000 miles (50 miles to an arc of 1 degree)

rather than that of Eratosthenes of Cyrene of 25,200 miles (70 miles to an arc

of 1 degree). This made the Earth circumference 18% smaller than the true

size. His concept of the sun and planets in orderly orbits around the stationary

earth at the centre of the universe with the stars fixed

on an outer celestial sphere also rotating round the earth

was the most popular at the time, while rejecting the heliocentric

hypothesis of Aristarchus of Samos (310–230 Bc).

The latitude of a locality was the angle of inclination

from the equator and was between 00 and 900 depending

on the distance from the equator. It could be determined

from several measurements such as (a) the elevation of the

north celestial pole above the horizon, (b) the ratio of a vertical

stick (gnomon) to its shadow on the longest and shortest

days of the year or (c) the ratio of the longest day of the

year to the shortest, or even the length of the longest day.

Thus, Ptolemy gives latitude as hours of sunlight.

Longitude was measured eastward starting at the Fortunate (Canary)

islands and Ptolemy drew his meridians at “intervals of a third of an equinoctial

hour” i.e. at 50 intervals.

“The Zodiacal circle”, the ecliptic, was recognised as the circle tilted at

an angle of 240 traversed by the sun at a rate of just under a degree a day opposite

to the rotation of the stars. The most northerly point of the ecliptic defined

the Tropic of Cancer and the most southerly the Tropic of Capricorn.

Tow further circles were recognised, the Arctic and Antarctic where the

longest day of the year just reached 24 hours.

Although the division of the circle to 3600 dates to Babylonian times

and was used by the Greek astronomers and mathematicians,

Ptolemy was the first to apply it in the use of terrestrial coordinates

for specifying geographic positions.

The habitable world of Ptolemy, the oikoumene, occupied

one quarter of the earth, from just south of the equator to the

64½ degrees north of the equator, and from the fortunate islands

00 longitude to the end of the “Silk country” 1800 longitude.

Thus, the width of Europe and Asia were exaggerated by 30%.

Ptolemy believed that there was a southern land counterbalancing

the land north of the equator so that the Indian Ocean was

shown as a closed sea, but this land south of the equator was too

hot to sustain human life. On the question whether the land on

the other side of the earth was inhabited Ptolemy kept an open mind. The

oikoumene was divided in three continents, Europe, Libye (Africa) and Asia.

In the Geographia, Ptolemy states that to draw the world map on a globe

is a method of ensuring correct representation of distances, but argues that

globes are usually too small to show detail and he describes how to make

projections on a flat surface. He gives detailed instructions how to make three

different projections. His first projection is a conical one. In this projection

east-west distances are portrayed in correct proportionality to north-south

distances only along the parallel of Rhodes. His second projection is a pseudoconical

one that preserves the ratio of the total latitudinal dimension to the

total longitudinal dimension for all parallels. A third spherical projection is a

modification of the second, but has not been used in any of the manuscript or

printed Ptolemaic atlases. In addition to the world map, Ptolemaic atlases

contain 26 regional maps with equidistant meridians and parallels: 10 for

MAPPING CYPRUS EUROPEAN CARTOGRAPHERS AND CYPRUS

Fig. 3: Asiae IIII Tab: From Tabvlae Goographicae

Cl. Ptolomei... edited by Gerard

Mercator, and printed by Godefrid von

Kempen, Cologne, 1578; 345 x 465 mm


[26] Cat. 77 [27]

Europe, 4 for Africa and 12 of Asia. Cyprus was in “Tabula Asiae IIII”, the forth

table in the section of Asia.

mAppinG the world

If one looks at the world map of Ptolemy, the area that is most recognisable

and closest to the world as we know it today is the region of the Mediterranean.

However, it is the Mediterranean of Roman times with Roman places

and names. The further away one looks the less recognisable the regions

become. The first printed maps coincided with the beginning of the time of

exploration and the discoveries of new lands. Following the trip of Columbus

in 1492 and the circumnavigation of Africa by the Portuguese, the map of the

world changed very fast; so did the maps of the Mediterranean regions not so

much in land outline but mainly in terms of names and accuracy. The theme

of the exhibition “European Cartographers and Cyprus” as well as the cartography

of the Eastern Mediterranean cannot be seen in isolation without

knowledge of the changes in other areas nor without a detailed knowledge of

the work of Ptolemy who influenced subsequent European cartographers.

The early Editions of the Geographia

As indicated in the introduction, Ptolemy’s maps were a revelation in the West

because for the first time they showed a wide audience what the world was

like and the Geographia became one of the earliest texts to be published soon

after printing was invented. With the exception of the Mediterranean region,

the maps were far in advance of any others that existed. Such was the demand

that by 1500 there were four printed editions with maps and two further

impressions.

The Bologna Edition 1477 The first printed edition was in Vicenza in 1475

without maps. The first edition with maps was printed by Taddeo Crivelli in

Bologna in 1477 (misprinted as 1462 on the front page). It included the reedited

text of the Latin translation by Jacobo d’Angelo and 26 rather crudely

Cipro, from Viaggio da Venetia...

by Gioseppe Rosaccio and Giacomo Franco,

Venice 1598

98 x 174 mm

MAPPING CYPRUS EUROPEAN CARTOGRAPHERS AND CYPRUS


[28] Cat. 89

Cat. 90 [29]

Christ (First half of the 16th century)

St Nicolas (16th century)

Arakapas, old church of Panayia Iamatiki, Diocese of Limassol

Church of Chrysaliniotissa, Nicosia

67 x 25,1cm

67 x 25,1cm

MAPPING CYPRUS EUROPEAN CARTOGRAPHERS AND CYPRUS


[30] Cat. 93 (top)

Cat. 95 [31]

Map (First half of the 16th century)

Manuscript with map of Cyprus (16th century)

67 x 25,1cm

Ink on paper, 67 x 25,1cm

Cat. 94 (bottom)

Map (First half of the 16th century)

67 x 25,1cm

Collection xxx

MAPPING CYPRUS EUROPEAN CARTOGRAPHERS AND CYPRUS


Les cartographes européens et Chypre

(1320–1918) dans la collection

d’Andrew Nicolaïdes

Andrew nicol Aides

introduction

Avant la découverte de l’imprimerie, les

cartes de Chypre, et plus généralement du

reste du monde, étaient dessinées sur vélin.

Les cartes utilisées par les navigateurs ne

montraient souvent que les contours des

rivages en indiquant les ports. Elles étaient

de ce fait appelées portulans. C’est ce type

de cartes qui fut utilisé sur les voiliers des

croisades.

Fig 1. Untitled Chart of the Eastern Mediterranean

(265 x 325 mm) by Christian Wechelus, Hanover,

1611 as drawn by Pietro Vesconte for Marino

Sanudo’s “Liber Secretorum Fidelibus de Crucis”

c. 1320.

La découverte de l’imprimerie à caractères

mobiles, peu après 1450, rendit les

livres accessibles à un large public et accéléra

fortement la diffusion des connaissances.

Auparavant, les manuscrits, dont la

réalisation était très coûteuse, avaient été le

privilège des riches, de l’Église et de la

noblesse. Fait assez singulier, les premiers

atlas imprimés ne furent pas des reproductions

de portulans, mais s’appuyèrent sur les

travaux du mathématicien, astronome et

géographe Claude Ptolémée d’Alexandrie

(lat. Claudius Ptolemaeus, 100-178 apr. J.-C.).

Ptolémée travaillait à la grande bibliothèque

d’Alexandrie et avait donc accès à la somme

[224] [225]

de toutes les connaissances disponibles,

notamment astronomiques, géographiques

et historiques. Armé de ce vaste fonds et des

informations qu’il recueillit auprès des voyageurs

de passage à Alexandrie, centre culturel

du monde hellène, mais aussi de ses

propres observations, il produisit deux

ouvrages importants : l’Almageste, un

manuel d’astronomie, et la Geographike

hyphegesis (que certaines éditions latines

connaissent sous le nom de Geographia ou

de Cosmographia), résumé des connaissances

géographiques vers 150 apr. J.-C. et

manuel de dessin de cartes du monde connu.

Ptolémée explique comment en dessiner la

carte sur un globe et donne des instructions

pour réaliser trois types de projections sur

une surface plane, mais aussi pour dessiner

une série de cartes régionales. Il fournit

enfin un catalogue d’environ 8000 localités

avec leurs coordonnées longitudinales et

latitudinales.

Suite à la chute de l’Empire romain, les

textes classiques grecs furent perdus pour

l’Occident. Les lettrés occidentaux avaient

connaissance des auteurs grecs comme

Homère, Platon et Aristote par les citations

qu’en donnaient les textes latins, mais n’y

avaient aucun accès direct. Grâce aux Byzantins

qui copièrent les classiques grecs, dont

beaucoup étaient enseignés à l’école, ces

textes survécurent, et notamment, avec eux,

la Geographia,. À ce jour, on recense 53

manuscrits grecs de cet ouvrage, certains

illustrés de cartes, le plus ancien datant de

1300. C’est dans le cadre de la visite d’une

délégation d’érudits byzantins à Venise et à

Florence à la fin du XIVe siècle que l’Occident

prit connaissance de l’existence des

classiques grecs et des ouvrages de Ptolémée.

Pour les Florentins, ce fut une révélation.

L’impression fut telle qu’ils décidèrent

d’apprendre le grec et de les traduire. Aidé

de son maître Manuel Chrysoloras, Jacopo

d’Angelo da Scarperia traduisit la Cosmographia

en latin dans les années 1400 à 1407,

la rendant pour la première fois accessible à

l’Occident sous forme de manuscrit.

lA connAissAnce GéoGrAphique

à l’époque de ptolémée

La conception de Ptolémée selon laquelle la

Terre était une sphère parfaite reposait sur

les enseignements de Pythagore (VIe s. av.

J.-C.) et les preuves de la sphéricité de la

Terre apportées par Aristote (384-322 av.

J.-C.). Ptolémée admettait le calcul de la circonférence

de la Terre par Posidonius d’Apamée

(130-52 av. J.-C.), qui l’avait fixée à 28 125

km (78 km pour un degré d’arc), plutôt que

celle de 39 375 km calculée par Érastosthène

de Cyrène, diminuant ainsi la taille de la

Terre de 29 % (?) par rapport à sa taille véritable.

Sa conception d’un soleil et de planètes

disposées en orbites ordonnées autour

d’une Terre stationnaire occupant le centre

de l’univers, les étoiles étant fixées sur une

sphère céleste externe tournant elle aussi

autour de la Terre, était la plus couramment

admise à son époque, sachant qu’elle s’opposait

à l’hypothèse héliocentrique d’Aristarque

de Samos (310-230 av. J.-C.).

La latitude d’un lieu correspondait à

l’angle d’inclinaison de l’équateur et se

comptait de 0 à 90 degrés selon sa distance

par rapport à l’équateur. Plusieurs méthodes

permettaient de la calculer : 1) hauteur du

pôle nord céleste au-dessus de l’horizon ; 2)

proportion entre un bâton vertical (gnomon)

et son ombre aux jours le plus court et

le plus long de l’année ; ou encore 3) proportion

entre les jours le plus long et le plus

court de l’année, voire sur la base de la durée

du jour le plus long de l’année. C’est ce qui

fait que Ptolémée donne la latitude d’un

lieu en heures d’une journée.

Concernant la longitude, elle était mesurée

depuis l’est en partant des îles Fortunées

ou îles des Bienheureux, aujourd’hui îles

Canaries, et Ptolémée traçait ses méridiens

comme « intervalles d’un tiers d’heure équinoxiale

», c’est-à-dire à intervalles de cinq

degrés.

Le « cercle zodiacal » (l’écliptique) était

reconnu comme le cercle formant un angle

de 24 degrés par rapport à l’équateur, parcouru

par le soleil en sens contraire de la

rotation des étoiles à raison d’un peu moins

d’un degré par jour. Le point le plus au nord

de l’écliptique marquait le tropique du Cancer,

et le point le plus au sud le tropique du

Capricorne.

D’autres cercles étaient également reconnus

: les cercles Arctique et Antarctique

marquaient le lieu où le jour le plus long de

l’année durait exactement 24 heures.

Bien que la division du cercle en 360°

remontât à l’époque babylonienne et qu’elle

fût utilisée par les astronomes et mathématiciens

grecs, Ptolémée fut le premier à l’appliquer

aux coordonnées terrestres pour spécifier

des position géographiques.

Le monde habitable de Ptolémée, l’oikouménè,

couvrait un quart de la Terre. Dans le

sens nord/sud, il s’étendait d’un peu au sud

de l’équateur à 64,5° nord, et dans le sens

est-ouest de la longitude 0° des îles Fortunées

à la longitude 180° marquant l’extrémité

orientale du « Pays de la soie ». La largeur

de l’Europe et de l’Asie était donc

exagérée de 30 %. Ptolémée croyait qu’il

existait dans l’hémisphère sud une terre qui

contrebalançait la terre située au nord de

l’équateur, de sorte que l’océan Indien était

présenté comme une mer intérieure, mais

cette terre située au sud de l’équateur était

trop chaude pour permettre la vie humaine.

Quant à savoir si les terres situées de l’autre

côté de la Terre étaient habitées, Ptolémée

réservait son opinion. L’ œkoumène était

divisé en trois continents : Europe, Libye

(Afrique), Asie.

Dans sa Geographia, Ptolémée explique

que dessiner la carte du monde sur un globe

est la méthode qui garantit la justesse des

distances, mais que les globes sont habituellement

trop petits pour montrer des détails.

Il décrit donc la méthode permettant de réaliser

des projections sur une surface plane et

donne des instructions détaillées pour réaliser

trois types de projections différents. Sa

première projection est conique. Dans ce

mode de projection, la proportionnalité

entre les distances est-ouest et nord-sud est

préservée, mais seulement le long du parallèle

de Rhodes. Sa deuxième projection est

pseudoconique, elle préserve la proportionnalité

de la dimension latitudinale par rapport

à toute la dimension longitudinale

pour tous les parallèles. Une troisième projection,

en l’occurrence sphérique, consiste

en une modification de la deuxième

méthode, mais n’a été utilisée dans aucun

atlas ptolémaïque manuscrit ou imprimé.

En plus de la carte du monde, les atlas

ptolémaïques contiennent 26 cartes régionales

présentant des méridiens et des parallèles

équidistants : 10 cartes portent sur

l’Europe, 4 sur l’Afrique et 12 sur l’Asie.

Chypre se trouvait dans la « Tabula Asiae

IIII », quatrième table de la section Asie.

cArtoGrAphie du monde

Quand on se penche sur la carte du monde

de Ptolémée, la zone géographique la plus

reconnaissable et la plus ressemblante au

monde tel que nous le connaissons

aujourd’hui, est la région méditerranéenne.

Il s’agit toutefois d’une Méditerranée

romaine avec des toponymes romains. Plus

on s’en éloigne, moins les autres régions

sont reconnaissables. Les premières cartes

imprimées coïncident avec le début des

grandes découvertes et l’exploration de

terres inconnues. Après l’expédition de

Christophe Colomb en 1492 et le contournement

de l’Afrique par les Portugais, la carte

du monde change rapidement. Ceci vaut

également pour les cartes des régions méditerranéennes,

mais moins en termes de

contours des terres que principalement en

termes de toponymes et de précision. Le

thème de l’exposition « Les cartographes

européens et Chypre » et la cartographie de

la Méditerranée orientale ne peuvent être

abordés isolément sans connaissance des

évolutions dans d’autres domaines, ni sans

une connaissance détaillée de l’œuvre de

Ptolémée, qui exerça une influence déterminante

sur les cartographes européens ultérieurs,

et dont les erreurs dans la région

méditerranéenne se perpétuèrent encore

pendant une bonne partie du XVIIe siècle.

Premières éditions de la Geographia

Comme nous l’avons dit dans l’introduction,

les cartes de Ptolémée furent une révélation

en Occident parce qu’elles montraient pour

la première fois à un large public à quoi ressemblait

le monde, et la Geographia devint

l’un des tout premiers textes publiés peu

après l’invention de l’imprimerie. Exceptée

la région méditerranéenne, ses cartes

étaient très en avance sur toutes les cartes

existantes. La demande fut telle qu’en 1500,

quatre éditions enrichies de cartes et deux

réimpressions supplémentaires avaient déjà

été imprimées.

L’édition de Bologne 1477 La première édition

imprimée fut publiée sans cartes en

1475 à Vicence. La première édition contenant

des cartes fut imprimée en 1477 à

Bologne par Taddeo Crivelli (l’année 1462

MAPPING CYPRUS FRENCH TRANSLATIONS

figurant en page de titre est erronée). Elle

comprenait la réédition de la traduction

latine de Jacopo d’Angelo et 26 cartes plutôt

mal gravées sur cuivre. Le grand nombre

d’inexactitudes et d’erreurs d’impression

suggère que cette édition fut préparée à la

hâte pour pouvoir revendiquer d’avoir été la

première. En tout état de cause, ce fut un

des premiers livres à présenter des gravures

sur cuivre. L’année suivante, l’édition de

Bologne devait être reléguée dans l’ombre

par l’édition de Rome plus érudite et n’allait

jamais être réimprimée.

De cet atlas n’existent aujourd’hui que 26

exemplaires connus.

L’édition de Rome 1478 La deuxième édition

de l’ouvrage de Ptolémée fut imprimée

en 1478 à Rome par Arnoldus Bucking.

Conrad Swenheym, qui avait appris le métier

chez Gutenberg, commença à travailler aux

gravures sur cuivre en 1474. Pendant qu’à

Bologne, Taddeo Crivelli se hâtait pour être

le premier à publier l’ouvrage, Swenheym

travaillait lentement et soigneusement pour

lui assurer une haute qualité. La justesse du

texte et la finesse des gravures en fit la plus

admirée de toutes les éditions du XVe siècle.

L’utilisation d’une presse d’imprimerie plutôt

que d’une presse à gravure était une nouveauté.

Une autre nouveauté était l’impression

des toponymes en fins caractères

d’imprimerie – plutôt que leur gravure

directe sur les plaques de cuivre. Une troisième

nouveauté contribua à l’excellente

qualité de la gravure, à savoir le fait que

chaque carte était imprimée en utilisant

deux plaques imprimées chacune sur une

feuille séparée, les deux feuilles étant

Fig 2. Asiae Tabula IV (370 x 540 mm); From Claudii

Ptolemaei Alexandrini Philosophi Cosmographia,

Edited by Arnoldus Bucking, Rome 1478

More magazines by this user
Similar magazines