Le Bureau éphémère - Théâtre de Vienne

theatredevienne.com

Le Bureau éphémère - Théâtre de Vienne

DOSSIER

DE PRESSE

SAISON 2010-2011

THEATRE

SARAH FOURAGE – SOPHIE LANNEFRANQUE

GILLES GRANOUILLET

TRIPTYQUE.COM

OU… MA LANGUE AU DIABLE

VENDREDI 4 FEVRIER A 20H30

AU THEATRE DE VIENNE

Renseignements / réservation

04 74 85 00 05

www.theatredevienne.com

CONTACT PRESSE Sylvie Déjean 04 74 53 88 08 / sylvie-dejean@theatredevienne.com


Compagnie du Bonhomme

« Triptyque.com

ou… ma langue au diable »

Comment Karl Kraft s’est coupé en morceaux

(et ce qu’il a fait de son âme) de Sophie Lannefranque

Sans la langue de Sarah Fourage

Speed dating de Gilles Granouillet

Mise en scène Adeline Benamara et Thomas Poulard

Coproduction : le Groupe des 20, théâtres de ville en Rhône-Alpes.

Avec l’aide de la DRAC Rhône-Alpes. Avec l’aide de la région Rhône-Alpes

(aide au foctionnement). Avec le soutien de l’ADAMI

L’équipe artistique

« On est douze. Deux fois six mais deux par deux et ça tourne. A la cloche ça tourne.

A moins une ça cloche et à six recloche : on tourne »

(Speed dating)

Mise en scène Adeline Benamara, Thomas Poulard

Dramaturgie Sarah Fourage

Lumière Bruno Marsol

Son Régis Sagot

Scénographie Aude Vanhoutte

Costumes Marie-Frédérique Fillion

Régie générale Manuella Mangalo

Production Laurence Rotger, Aurélie Maurier

(Le Bureau éphémère)

Avec

La femme poignante Adeline Benamara

La mère, La dame qui finit Sylvie Jobert

Karl Kraft, Clamard Gilles Fisseau

Le bûcheron-boucher, L’homme-aux-pinceaux Carl Miclet

Le fils Thomas Poulard

CONTACT PRESSE Sylvie Déjean 04 74 53 88 08 / sylvie-dejean@theatredevienne.com


Genèse du projet

«Sam ! Sam ! Ça y est, enfin, c’est arrivé ! Ici, dans ma propre vie… C’est arrivé, Sam !

Un miracle ! On n’a pas une vie pour rien, non, la vie… la vie sert à quelque chose, oui,

Sam, mais il faut trouver à quoi, trouver quelque chose, j’ai cherché à quoi sert ma vie,

j’ai cherché Sam, oui, j’ai cherché et j’ai trouvé !

Je l’ai trouvée.

Hier soir, dans ma boîte aux lettres et je l’ai trouvée… Je la tenais dans mes mains, sans

qu’elle bouge… Elle s’offrait à moi. Elle me disait « oui », oui, Sam. Elle m’a illuminé,

moi, Karl. Bon sang, j’ai levé les deux bras au ciel, en la voyant !

J’ai trouvé.

J’ai de la chance… Elle est belle, Sam. Elle est… tellement parfaite pour moi. Elle est

comme une carte du monde !

(Karl Kraft)

En 2008, dans le cadre de l’opération baptisée Saut en Auteurs, le groupe des Vingt en

Rhône-Alpes a passé une commande d’écriture à six auteurs de théâtre de la région à partir de

trois thèmes au choix : « Le diable », « Les communications modernes » ou « Le diable dans

les communications modernes ». Après avoir été mis en espace en Novembre 2008, trois de

ces six textes ont été retenus. Un appel à projets a ensuite été lancé auprès des compagnies

rhône-alpes pour mettre en scène une ou plusieurs de ces pièces. C’est le projet de la

compagnie du Bonhomme, créée et implantée à Lyon depuis 2000 qui a été choisi.

L’idée de présenter un spectacle avec ces trois pièces est née de l’envie de deux comédiens

metteurs en scène, Thomas Poulard et Adeline Benamara, de croiser leurs expériences

acquises respectivement auprès de la Compagnie du Bonhomme et du Théâtre du Cri ; ces

deux compagnies ayant toujours défendu le travail et la langue de Sarah Fourage (pour le

Bonhomme) et Sophie Lannefranque (pour le Cri).

CONTACT PRESSE Sylvie Déjean 04 74 53 88 08 / sylvie-dejean@theatredevienne.com


Résumé des pièces et propos

Le Bûcheron : Vous êtes la mère ?

La Mère : Je suis la mère. Je suis tellement…

Le Bûcheron : Vous en faîtes pas.

La Mère : Maintenant vous avez vu.

Le Bûcheron : J’ai vu.

La Mère : Quel est le diagnostic ? Vous ne dîtes peut-être pas « diagnostic » dans votre

métier…

Le Bûcheron : J’ai vu.

(Sans la langue)

Sans la langue

Une femme, la Mère, reçoit chez elle un artisan d’un genre un peu spécial, nommé le

bûcheron-boucher pour désincarcérer son fils de l’écran de l’ordinateur devant lequel il passe

toutes ses journées.

L’homme « nouveau » est arrivé. C’est un homme machine, en symbiose totale avec

l’ordinateur. Le rêve des pères fondateurs d’internet serait-il ici devenu réalité ?

Plus qu’une parabole sur l’addiction aux modes de communication actuels, c’est

l’histoire d’une double folie : celle d’une mère qui voudrait garder éternellement son fils

auprès d’elle et celle d’un fils qui pour lui échapper se réfugie dans le monde virtuel de

l’internet.

Comment Karl Kraft s’est découpé en morceaux…

Karl Kraft a enfin trouvé un sens à sa vie. Mais son rêve a un prix. Pour le réaliser, il devra se

déposséder de tous ses biens. Mais sera t-il prêt à vendre son âme au diable ?

Cette pièce énigmatique se présente comme un puzzle qui ne sera reconstitué qu’à la fin.

C’est l’histoire d’une mutation, celle d’un homme qui se libère des contraintes de sa vie

antérieure pour renaître à une autre vie, dans un autre corps. Le mythe Faustien

revisité !

Speed dating

Imaginez un lieu qui ressemblerait à un commissariat de police et mettez-y : un célibataire

dépressif menotté, une belle victime bien amochée, une commissaire expéditive en fin de

carrière et un peintre en radiateur, tous convoqués pour une reconstitution de rencontre

amoureuse qui a mal tourné. Au final, vous obtenez un cocktail savoureux, mélange de jeu

télévisé et de film d’humour noir.

Les histoires d’amour finissent mal… même lorsqu’elles n’ont pas encore commencé !

Tous les ingrédients de la farce sont réunis pour parler de la quête de l’âme soeur dans la

société moderne.

CONTACT PRESSE Sylvie Déjean 04 74 53 88 08 / sylvie-dejean@theatredevienne.com


Le Triptyque - Intentions de mise en scène

A l’instar d’un recueil de nouvelles, « Triptyque.com ou… ma langue au diable »

présente en une même soirée ces trois pièces courtes. Trois auteurs, trois univers aux

atmosphères et aux styles très différents. Avec un certain humour, on y parle encore et

toujours d’amour et de solitude face aux choix de l’existence. A l’heure de l’hyper

sophistication des moyens de communication, jusqu’où est-on prêt à aller pour se faire

aimer de l’autre ? Trois Illustrations d’un monde moderne où paradoxalement « plus on

communique, moins on se parle ».

Ces histoires n’ont a priori pas de liens entre elles mais sont interprétées par les mêmes

comédiens et dans un même espace scénique modulable. L’idée commune aux trois textes

est de représenter l’enfermement et l’isolement dans lequel se trouvent tous ces personnages.

Pour Sans la langue et Karl Kraft, le travail de mise en scène tourne autour de ces deux

questions. Comment passer du réel au fantastique ? Comment mettre en jeu la perte ou plus

exactement la transformation du corps ?

Karl Kraft est construit autour de la présence imaginaire du personnage invisible de Sam. Qui

est-il ? Un autre ou peut-être un double ? Karl ne semble vivre et entreprendre sa

transformation que pour lui. A la fois proche et lointain, personnage réel ou imaginaire, c’est

en essayant de le trouver qu’on peut mieux comprendre dans quel univers situer cette histoire.

Dans Sans la langue, tout est en partie affaire de suggestion pour rester au plus près de

l’écriture et laisser deviner l’informe ou le monstre en mutation.

Pour Speed dating, nous nous sommes surtout attachés à trouver le rythme, l’énergie du jeu,

déjà présents dans l’écriture. Il n’y a qu’à se laisser guider par le fil des dialogues

extrêmement bien construits pour trouver la mécanique du rire. Les répliques fusent, l’intrigue

est cocasse. Ici, point de psychologie si ce n’est la solitude de ces personnages hauts en

couleurs empêtrés dans une reconstitution de drame absurde qui déraille et semble se répéter à

l’infini.

CONTACT PRESSE Sylvie Déjean 04 74 53 88 08 / sylvie-dejean@theatredevienne.com


Sans la langue ©Eric Bern

Histoire de compagnie

La compagnie du Bonhomme s'est créée à Lyon en 2000, à la sortie de l'ENSATT (Ecole

Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre). Dans ce cadre, quatre textes de

Sarah Fourage ont été mis en scène par Marie-Sophie Ferdane :

- Une Seconde sur Deux, créé en septembre 2000 et en tournée jusqu’en mars 2002 :

L'Elysée, le Toboggan de Décines, Théâtre Kantor - Lyon, Comédie de Valence - CDN

Drôme-Ardèche, le Grand Bleu - CDN jeune public, Lille.

- Plexi Hôtel, créé en juin 2003 après une résidence aux Subsistances, à Lyon.

- Loteries, créé en février 2003 au Théâtre du Point du Jour, repris en Novembre 2003 au

Théâtre de Villefranche-sur-Saône et au Toboggan de Décines.

- On est mieux ici qu’en bas, créé en Janvier 2006 au théâtre des Célestins de Lyon, et en

tournée ATP (Amis du Théâtre Populaire) dans toute la France.

« …Nous faisons sonner la langue de Sarah avec bonheur. Nous jouons pour des gens qui

ne connaissent pas la fin de l'histoire avant nous, qui ne savent pas comment on l'a raconté

mieux que nous, avant nous, ailleurs, avant même que l'on ne soit né. Nous ne jouons pas

pour prouver que nous sommes légitimes, conformes, aptes, tels qu'on nous voulait. Mais

pour jouer cela - comme pour la première fois. Nous découvrons une langue, un auteur et

son monde peuplé toujours de mères terribles, d'enfants silencieux, de chansons tristes et

de cauchemars boiteux… ».

Marie-Sophie Ferdane

CONTACT PRESSE Sylvie Déjean 04 74 53 88 08 / sylvie-dejean@theatredevienne.com


Les auteurs - biographies

Sarah Fourage

Formée à l’ENSATT (Ecole Nationale des Arts et Techniques du Théâtre) de 1997 à 2000.

Comédienne, auteur, elle participe à la création de la compagnie du Bonhomme avec Marie

Sophie Ferdane qui met en scène plusieurs de ses textes - Une seconde sur deux, Plexi hôtel,

Loteries et On est mieux ici qu’en bas (coproduction ATP en 2005).

Elle a reçu plusieurs aides à l’écriture de l’Association Beaumarchais (1998), de la DMTDS

(aide à la création en 2005) et du Centre National du Livre (CNL - bourses d’encouragement

en 2002 et bourse de création en 2007). Elle a été en résidence à la Chartreuse de Villeneuvelès-

Avignon en 2003 et 2009. Suite à des commandes d’écriture, certains de ces textes ont été

monté ou mis en chantier par la compagnie Zéotrope (Quand l’un pleure, l’autre essuie les

larmes), Renaud Lescuyer (Clairières dans le ciel) et plus récemment Philippe Delaigue

(Cahiers d’histoire). Elle vient de bénéficier d’une aide de la DMTDS dans le cadre d’un

projet de compagnonnage avec la compagnie Machine Théâtre.

Comme comédienne, elle a travaillé avec Emilie Valantin (Castelets d’Hiver, L’Homme

Mauvais), Michel Raskine (Barbe-bleue, espoir des femmes de Dea Loher), Jacques Rebotier

(La tragédie de Pluto, De l’Omme), Dag Jeanneret (Fuck You Europa de Nicoleta Esinencu,

Une nuit au Jardin d’Emmanuel Darley.).

Gilles Granouillet

Il fonde en 1989 la compagnie Travelling Théâtre avec qui il réalise plusieurs mises en scène :

Jacques le Fataliste d’après Diderot, Fool for love de Sam Shepard, Germinal d’après Emile

Zola, Le temps des muets de Gilles Segal, Linge sale de Jean-Claude Grumberg, Le voyage du

couronnement de Michel-Marc Bouchard, Mickey la torche de Natacha de Pontcharra…

Très vite, il se tourne vers l’écriture théâtrale. Après Le poids des arbres en 1992, il écrit et

met en scène Les anges de Massilia en 1995. Il a bénéficié, depuis, de plusieurs bourses

nationales pour l’écriture dramatique et écrit notamment : Vodou (mise en scène de Gilles

Chavassieux au théâtre les Ateliers de Lyon), Chroniques des oubliés du Tour, Nuit

d’automne à Paris (mise en scène de Guy Rétoré au Théâtre de l’Est Parisien), Maman !

(mise en scène de Anne-Laure Liégeois, dans le cadre du spectacle Embouteillages),

L’incroyable voyage (mise en scène de Philippe Adrien, suite à un partenariat avec l’AFAA

en Turquie), Six hommes grimpent sur la colline (mise en scène de Carole Thibaut, coproduit

par les ATP en 2003), Ralf et Panini, Une saison chez les cigales, Trois femmes descendent

vers la mer, Ma mère qui chantait sur un phare (lauréat des journées d’auteur de Lyon).

La pièce L’envolée a été mise en scène par Jean Claude Berutti en 2008 à la Comédie de

Saint-Etienne. En 2009, François Rancillac a mis en scène Zoom dans le cadre du festival

jeune public Odysées-78 au CDN de Sartrouville.

Il est auteur associé à la Comédie de Saint Etienne depuis 1999. La plupart de ses pièces sont

publiées aux éditions Actes Sud/ Papiers.

CONTACT PRESSE Sylvie Déjean 04 74 53 88 08 / sylvie-dejean@theatredevienne.com


Sophie Lannefranque

Formée à l’école du Centre Dramatique National de Saint Etienne de 1989 à 1991.

Comédienne, auteur et metteur en scène, elle crée le Théâtre du Cri en 1996. Elle a mis en

scène ses propres textes - Ventre Amérique, Les purs, Camisoles, camisoles, Opération

Carman - mais aussi ceux des autres (Les Règles du Savoir-vivre… de Jean-Luc Lagarce,

Dramuscules de Thomas Bernhard).

Elle a reçu plusieurs aides à l’écriture du Centre national du Livre (CNL - bourses

d’encouragement en 1997, bourse de création en 2001) et de la DMTDS (2001 et 2004). Elle

a été en résidence à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon en 1997 et 2000. Suite à des

commandes d’écriture, certains de ses textes ont été mis en scène par Eric Massé

(Encouragements), Anne-Laure Liégeois (Embouteillages), Dominique Lardenois (Encore

Merci), Jean-Philippe Salério (Tourisme), Johanny Bert (Histoires de post-it), Gilles

Granouillet pour la Comédie de Saint Etienne (Gimmick), etc.

Les metteurs en scène

Adeline Benamara - Metteur en scène, comédienne

Elle suit les ateliers de la Comédie de Saint Etienne. Elle suit également une formation à

New York au Stella Adler Conservatory basée sur la méthode Actor Studio.

Au sein du théâtre du Cri, elle a joué sous la direction de Sophie Lannefranque (Chaos

etcetera, Les Purs, Visions d’après Pasolini, Camisoles camisoles, Dramuscules de Thomas

Bernhard, Les règles du savoir-vivre dans la société moderne de Lagarce) et par Natalie

Royer (Gogo). Elle a aussi travaillé avec Arnault Mougenot (La visite de la vieille dame,

Franck V de Dürrenmatt), Gilles Granouillet (Chronique des oubliés du tour, Le cercle de

craie caucasien - Brecht, Caravanes), Jean-Philippe Salério (Tourisme), Claire Truche (Les

Z’habitants), Philippe Zarch (Médée), Béatrice Bompas (Ma Solange, La Tempête, A

l’impossible…)...etc. Elle a récemment mis en scène le spectacle Appartements témoins

d’après des textes de Sophie Lannefranque.

Thomas POULARD - Metteur en scène, comédien

Diplômé de l’ENSATT (Ecole Nationale Supérieure de Arts et Techniques du Théâtre) en

2000.

Il a collaboré avec de nombreuses compagnies et institutions basées en région Rhône Alpes. Il

a notamment travaillé avec Marie-Sophie Ferdane de la Compagnie du Bonhomme (Une

seconde sur deux, Loteries, On est mieux ici qu’en bas de Sarah Fourage), Eric Massé (L’île

des esclaves de Marivaux), Simon Delétang (Woyzeck de Buchner, Shopping and Fucking de

Marc Ravenhill), mais aussi Christophe Perton (Lear de Bond, Woyzeck), Jean Lacornerie

(Monsieur de Pourceaugnac de Molière), François Rancillac (Kroum l’ectoplasme de Hanokh

Levin) ainsi qu’Emilie Valantin (Qui t’as rendu comme ça, Formation continue). Il a

récemment mis en scène Le monologue d’Adramélech de Valère Novarina avec la compagnie

grenobloise La Silencieuse.

CONTACT PRESSE Sylvie Déjean 04 74 53 88 08 / sylvie-dejean@theatredevienne.com

More magazines by this user
Similar magazines