La natation à l'école primaire - Académie de Reims

ac.reims.fr

La natation à l'école primaire - Académie de Reims

Eps 52 septembre 2011


L’apprentissage de la natation contribue au développement des compétences et des

connaissances qui permettront à l’élève de s’engager en toute sécurité dans le milieu aquatique

et d’accéder aux pratiques nautiques sportives ou de pleine nature.

Apprendre à nager en toute sécurité, tel est l’objectif du document réalisé « Natation à l’école

primaire, Haute-Marne » qui vise à renforcer la cohérence et le suivi de l’enseignement de la

natation dans les écoles en aidant à la prise en compte nécessaire et obligatoire de la

réglementation.

Je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à l’élaboration de ce document qui vous aidera à

mettre en œuvre, en toute sécurité, un enseignement de la natation plus efficace.

La Directrice Académique

Martine Gauthier

2 Eps 52 septembre 2011


A/ Avant d’aller à la piscine…

Décision en Conseil d’école.

Définition du ou des cycles concernés - Discussion en Conseil des maîtres

Renseignements sur le coût (transport + piscine)

Budget établi en tenant compte que la gratuité des activités pendant le temps scolaire est obligatoire (engager financièrement les familles rend l’activité facultative).

B/ Avant la première séance…

1. Informations auprès des familles dans le cadre d’une réunion

Possibilité de projection d’un document vidéo.

Informations à diffuser :

• solliciter la participation de tous les enfants, en insistant sur les enjeux éducatifs de l’apprentissage de la natation ;

• exiger un certificat médical s’il y a contre-indication pour la totalité du cycle ;

• expliquer comment et pourquoi on va à la piscine et dans quelles conditions matérielles ;

• insister sur les problèmes d’habillage, de déshabillage, d’hygiène (douche) ;

• équipement nécessaire à l’enfant (serviette, maillot, bonnet de bain, bonnet en hiver, goûter…) ;

• présenter l’encadrement, ainsi que le dispositif proposé.

2. Parler, avant la première séance de piscine, avec les enfants :

• du moyen de transport utilisé : l’autobus : comment monter ou descendre du bus ? comment traverser la rue pour prendre l’autobus ? à pied : comment marcher

dans la rue ?

de la conduite des activités à l’intérieur de la piscine : Travailler le langage d’évocation : par exemple, émission d’hypothèses, sur les possibilités (on pourra plonger,

jouer ...) ; sur la préparation matérielle (pour aller à la piscine , il faut...), sur les consignes à respecter (Ne pas courir au bord de la piscine, ne pas crier...)

de l’hygiène : pourquoi prendre la douche, comment ; à quoi sert le savon bactériologique ? Le pédiluve : Qu’est ce que c’est ? Pourquoi ? Comment ?

C/ Au cours du cycle…

Prolongements en classe :

• Utilisation de la fiche de liaison natation pour le suivi des apprentissages ;

• Schématisation et explicitation du dispositif utilisé ou à venir.

3 Eps 52 septembre 2011


LES PRINCIPES GENERAUX

LES ACTIVITES AQUATIQUES A L’ECOLE

LA RESPONSABILITE DES ENSEIGNANTS

Pendant le déroulement des activités aquatiques les enfants restent placés sous la responsabilité du maître qui ne saurait s’en décharger sur

des tiers. Il reste maître du projet et de l’organisation pédagogique qu’il met en œuvre.

La circulaire N° 99.136 précise que « le maître peut être déchargé momentanément de la surveillance de groupes d’élèves confiée à des intervenants

sous réserve :

Qu’il sache constamment où sont tous ses élèves, et qu’en cas d’incident il puisse être très rapidement sur place,

Que les intervenants aient été régulièrement agrées ou autorisés et placés sous son autorité ».

De même lorsque « La classe est divisée en groupes dispersés et l’enseignant a en charge l’un des groupes :

Dans ce cas, certains groupes d’élèves sont encadrés par au moins un intervenant et l’un de ces groupes est pris en charge par le maître. L’enseignant

n’a pas à assurer le contrôle du déroulement de la séance. Son action consiste à définir préalablement l’organisation générale de l’activité

avec une répartition précise des tâches et procède a posteriori à son évaluation… L’enseignant s’assure que les intervenants respectent les

conditions d’organisation générales déterminées initialement et plus particulièrement les conditions de sécurité des élèves. En cas de situation

mettant en cause sérieusement la qualité de la séance ou la sécurité de ses élèves, le maître suspend ou interrompt immédiatement l’intervention

».

En résumé, l’enseignant ne peut autoriser l’entrée dans l’eau qu’après s’être assuré que les conditions de sécurité sont remplies. Dans

le cas contraire il lui appartient de suspendre ou d’interrompre immédiatement l’activité. Une telle décision relève de sa seule appréciation, de

son autorité et de sa responsabilité.

L’intervenant extérieur met en oeuvre le projet pédagogique arrêté par l’enseignant. Cette situation n’implique pas pour autant qu’il ne puisse

prendre aucune initiative, dès l’instant qu’elle s’inscrit dans ce cadre. Ceci vaut, en particulier, pour les intervenants spécialistes qui ont une qualification

reconnue et dont le rôle ne saurait se borner, en conséquence, à l’exécution passive des instructions des enseignants. En outre, lorsqu’un

intervenant se voit confier l’encadrement d’un groupe d’élèves, c’est à lui de prendre les mesures d’urgence qui s’imposent, dans le cadre

de l’organisation générale arrêtée par l’enseignant au sein du projet pédagogique pour les activités aquatiques.

4 Eps 52 septembre 2011


1 - REGLE DE FONCTIONNEMENT :

La fréquentation d’une classe à la piscine se fait sur la base d’un projet pédagogique.

Les élèves sont encadrés à la fois par les enseignants, les éducateurs

territoriaux (B.E.E.S.A.N.) agréés et autres intervenants bénévoles agréés. Les

aides-éducateurs, A.T.S.E.M, sont accompagnateurs et interviennent en surencadrement.

Tous ces intervenants sont partie prenante du projet de l’enseignant.

2 - REGLE D’ORGANISATION :

Chaque intervenant extérieur se voit confier une tâche unique, sans interférence

avec d’autres activités et sans croisement de responsabilité.

- tâche d’enseignement et d’encadrement : l’instituteur et l’éducateur territorial

(B.E.E.S.A.N.), bénévole agréé

- tâche de surveillance : l’éducateur ou opérateur territorial (M.N.S. ou

B.E.E.S.A.N.)

- tâche d’aide sur le bassin : bénévoles, A.T.S.E.M. ou aides-éducateurs

(personnes en sur-encadrement)

- tâche d’accompagnement pour les vestiaires : bénévoles autorisés par

le directeur d’école.

3 - REGLE DE SURVEILLANCE :

Autour des bassins :

- Le personnel, qui assure la surveillance, doit être constamment présent, identifié

par l’ensemble des enseignants (lecture du planning), se placer en tenant

compte des caractéristiques de la piscine et de l’organisation pédagogique de

la séance. Il doit être obligatoirement titulaire d’un brevet d’état de M.N.S. ou

du B.E.E.S.A.N.

- Le maître-nageur de surveillance ne peut assurer ni une tâche partielle d’enseignement,

ni donner des conseils. Il ne peut, en outre, quitter son poste pour

répondre au téléphone ou soigner un enfant.

Cette tâche est exclusive de toute autre.

Dans les vestiaires : Il appartient aux maîtres des différentes classes et écoles

fonctionnant sur le même créneau horaire de s’organiser et de se répartir

afin que les élèves puissent être surveillés dans chacun des vestiaires. Les

maîtres sont donc amenés à surveiller d’autres élèves que les leurs.

LES ACTIVITES AQUATIQUES A L’ECOLE

10 REGLES IMPERATIVES EN MATIERE DE PISCINE

4 - REGLE DE DEBUT DE L’ACTIVITE :

Il appartient à chaque maître de s’assurer de la présence sur le bassin des MNS

de surveillance ainsi que de la présence de chacun des adultes responsables

des différents groupes avant de laisser les élèves entrer dans l’eau.

5 - REGLE DE DISCIPLINE ET DE RESPECT DU REGLEMENT INTERIEUR

DE LA PISCINE

6 - REGLE DE COMPTAGE :

Il est effectué le plus souvent possible par l’instituteur et les membres de l’équipe

pédagogique : avant, pendant l’activité, à l’entrée dans l’eau, à la sortie, dans les

circulations, après l’activité.

7 - REGLE D’ATTENTION :

L’enseignant ou l’intervenant doit être attentif aux signes et aux manifestations

de fatigue des enfants.

8 - REGLE D’INTERDICTION :

Les moments de baignade libre ou de récréation sont interdits dans le cadre de

la natation scolaire.

9 - REGLE DE FIN D’ACTIVITE :

Les élèves sont regroupés par classe avant le passage dans le pédiluve pour

retour aux vestiaires. Des MNS restent à proximité des bassins pendant

les interclasses.

10 - DEVOIR D’ARRET :

Le maître de la classe se doit d’arrêter immédiatement la séance si à un moment

donné le cadre garantissant la sécurité n’est pas respecté.

En cas de manquement grave à ces règles de sécurité, l’enseignant devra

informer, par écrit, l’inspecteur de l’Education Nationale.

5 Eps 52 septembre 2011


1. SI LE MAITRE NAGEUR DE SURVEILLANCE DOIT S’ABSENTER ?

Si, pour une raison majeure, il est conduit à quitter son poste au cours de la

séance, il doit signaler son départ aux enseignants. Nous nous trouvons dans

le cas d’un changement d’organisation de l’équipe d’encadrement, et

l’enseignant doit prendre des mesures adéquates pour :

- soit poursuivre l’activité si un nouveau maître-nageur est désigné pour assurer

la surveillance du bassin et si les conditions d’encadrement restent

conformes aux textes.

- soit arrêter la séance si l’une des conditions de surveillance ou d’encadrement

ne peut être réalisée.

Autre cas : le M.N.S. d’enseignement doit s’absenter : il doit faire sortir tout son

groupe de l’eau et le confier à un enseignant qui prendra les mesures

adéquates.

2. SI UN DES BASSINS NE PEUT ETRE SURVEILLE PENDANT LA

FREQUENTATION DES SCOLAIRES ?

Si l’on veut neutraliser l’accès à l’un des bassins de manière effective il faut

veiller à constituer un obstacle empêchant les élèves d’emprunter cette

direction, sans négliger de donner des instructions verbales, d’installer des

panneaux et pancartes dont les consignes sont compréhensibles par tous les

élèves et précisant cette interdiction.

3. COMMENT DIFFERENCIER LE JEU DE LA BAIGNADE LIBRE RE-

CREATIVE ?

Il est nécessaire de ne pas confondre ce qui est de l’ordre de la "baignade libre

récréative" et de l’ordre de la dimension ludique de l’apprentissage aquatique.

- la baignade libre "récréative" se définit par une absence totale d’objectifs

pédagogiques liés à cette activité. Elle n’est pas autorisée pendant le temps

scolaire.

- en revanche, il est souhaitable de favoriser la dimension ludique de l’apprentissage

aquatique qui apporte une motivation supplémentaire et permet un

réinvestissement des acquis. Les situations d’apprentissage conduites par les

enseignants, dans le cadre d’une sécurité effective des élèves, comportent des

objectifs, un aménagement bien matérialisé, une organisation précise des

élèves et des consignes claires avec des critères de réussite.

LES ACTIVITES AQUATIQUES A L’ECOLE

QUESTIONS/REPONSES

4. COMMENT INFORMER LES ENSEIGNANTS DES DISPOSITIONS RE-

LATIVES AUX PLANS DE SECOURS DE LA PISCINE ?

Les usagers (y compris les enseignants) doivent prendre connaissance des

dispositions relatives aux procédures du plan de secours et en particulier les

consignes d’évacuation et les conduites à tenir conformément à la réglementation

en matière d’équipements sportifs.

4. CAS PARTICULIERS

• D’UN OU PLUSIEURS ENFANTS MALADES

Deux solutions sont envisageables :

Les élèves malades restent à l’école et sont accueillis dans d’autres classes.

Pour les classes uniques et petites écoles pour lesquelles cette première

solution ne peut être appliquée : confier ce groupe à un parent

accompagnateur ; aide éducateur ; ATSEM… qui gardera l’enfant et si possible

dans un lieu autre que le bassin.

• D’ENFANT BLESSE

L’enfant est confié à un aide éducateur ou ATSEM.

En cas d’absence de surencadrement, c’est l’adulte responsable du groupe

dans lequel l’enfant est blessé qui soigne celui-ci après avoir sorti tout le

groupe de l’eau.

Dans l’hypothèse d’un accident grave : c’est l’un des MNS de surveillance qui

intervient ; le bassin dont celui-ci avait la responsabilité de surveillance doit

dans ce cas être évacué.

6 Eps 52 septembre 2011


Ma classe va à la piscine : quels sont les rôles et tâches de chacun ? (les enseignants, les maîtres-nageurs, le Cpc, les parents…)

M.N.S (BEESAN)

CONSEILLER TECHNIQUE

• Rôle pédagogique dans l’élaboration des

contenus d’apprentissage natation

• Organisateur de l’enseignement en

co-animation

• Préparation matérielle des séances

(aménagement des bassins)

• Conseils, informations, échanges (utilisation

du matériel…)

• Accueil : Découverte des locaux, du

règlement, mise en confiance, sollicitations

des élèves (et des enseignants)

• Sécurité (surveillance, sauvetage etc.)

• Respect des règles d’hygiène

• Qualité de l’eau

PERSONNEL DE LA PISCINE

ACCUEIL

Hygiène, propreté

Vérification de la qualité de l’eau

Matériel de dépannage (bonnets)

Mise à disposition du matériel à acheter

Répartition des rôles et tâches de chacun dans l’équipe éducative

ENSEIGNANT

DEMARCHE PEDAGOGIQUE

• Co-animation (ou animation d’un groupe)

• Rôle pédagogique : organise le cycle, la surveillance (trajets,

vestiaires), la répartition des élèves dans les groupes en

fonction des compétences de chacun élaboration des

contenus des séances pré et post séances, suit et évalue les

apprentissages.

• Observe, encourage, est répétiteur et soigne.

• S’assure de la présence du matériel nécessaire aux

apprentissages (bonnet, change) et au respect de l’hygiène.

• S’assure des bonnes conditions de sécurité globale

(surveillance) Veille au respect du cadre défini.

• Rôle affectif (mise en confiance, sollicitation des enfants etc.)

• Responsabilité administrative et pédagogique (garant des I.O

et de l’application de la réglementation).

• Coordonne les relations :

• Piscine/enfants (préparation des élèves ; documents

d’évaluation)

• Piscine/parents (sensibilisation et information pour les

rassurer)

• Enseignant/MNS

• Ecole/IEN formalités administratives

ENFANTS

ACTEURS DE L’APPRENTISSAGE

Développer, construire des connaissances, des compétences, des

savoirs, des habiletés en s’engageant dans l’activité, en s’exerçant

et en s’entraînant

S’auto-évaluer, mesurer ses progrès

Se sécuriser, se responsabiliser dans les différentes situations,

seul ou en groupe

Accéder à l’autonomie

PARENTS ou ADULTES AGREES

Encadrement : prise en charge possible d’un

groupe en cohérence avec le projet défini par

le maître.

Aide active à la surveillance (pendant le trajet,

vestiaires)

Rôle affectif (rassurer, encourager)

Aide matérielle (habillage,…)

Médiateur avec les autres parents

PARENTS NON-AGREES

Aide au déshabillage, surveillance pendant le

trajet, surveillance dans le vestiaire des élèves

malades.

AUTRES PARENTS

Reconnaître l’importance des activités aquatiques.

Informer et rassurer leurs enfants pour les

envoyer à la piscine dans les meilleures

conditions affectives et matérielles.

IEN (CPC EPS)

COORDINATION

Informer les partenaires et les réunir

Etablir les contenus, plannings (transports…)

Coordination des différentes actions

(formation, animations)

Assurer le suivi avec l’équipe de MNS et les

enseignants, diffuse des infos

Agréments des intervenants. Ext. accordés

ou refusés par l’IA

ATSEM

Rôle d’aide en sur-encadrement

sur le bassin ; avec le maître ou l’intervenant.

pas de prise en charge de groupe possible

Aide active à la surveillance (pendant le

trajet, vestiaires)

Rôle affectif (rassurer, encourager)

Aide matérielle (habillage, soins, passage

aux toilettes…)

IA (CPD EPS)

COORDINATION

Suivi réglementation

Agrément des MNS accordés ou refusés

par l’I.A.

Harmonisation des différentes actions

à l’échelle départementale

7 Eps 52 septembre 2011


SCHEMA DE COMMUNICATION DES ACTEURS SUR LE TERRAIN

QUI ? QUEL TYPE D’ACTION ? POUR FAIRE QUOI ? QUAND ET OU ? COMMENT ?

MNS

(possesseur du BEESAN)

CPC-EPS

ENSEIGNANTS

ENFANTS

PARENTS AGREES

PARENTS

Visite dans les classes

(priorité aux classes « sensibles ».

concertation :

1. avec les enseignants

2. avec le CPC

Elaboration du projet global et suivi du

cycle et des apprentissages

Co-animation, ou suivi d’un groupe, ou

interventions ponctuelles

Concertation avec les MNS

Information des parents

Relations avec :

1. les autres enfants

2. les MNS

3. l’enseignant

4. les parents accompagnateurs

Accompagnement et encadrement

Relations avec :

les enfants

les enseignants

les MNS

Relations avec

les enfants

les enseignants

les MNS

Contact avec les élèves et les parents

Pour assurer le suivi des apprentissages

Idem pour régler tout problème

Cohérence dans les apprentissages

Règlement de problèmes éventuels

Responsabilité pédagogique,

Suivi des apprentissages des élèves, mise

en place de l’évaluation

Leur faire comprendre les enjeux et obtenir

une aide effective

S’entraider, s’évaluer, jouer etc.

S’assurer de la consigne

Questionner, se rassurer etc.

Se faire aider, rassurer etc.

Obligation réglementaire

Les aider, les rassurer

Etre informé, aider…

Etre informé, aider…

Les préparer, les rassurer

Etre informés, rassurés, convaincus

Idem

En début d’année (vidange piscine par ex

ou début de cycle)

A chaque séance, au coup par coup

Annuellement (projet global) et ponctuellement

(suivi) en réunion :

1. avec les MNS

2. avec les enseignants

lors d’un stage, d’une animation

pédagogique, d’une réunion.

Toute la séance ou selon problèmes

rencontrés

Le plus souvent possible, et au minimum

en fin de séance

En amont de la mise en place de

l’activité, à l’école

A la piscine et en classe

En cours de séquence

A la piscine et en classe

A la piscine

De la sortie de l ‘école jusqu’au retour

des enfants dans leur classe

A la piscine

Durant toute la sortie

A la piscine

A la maison

A l’école

A l’école dans le cadre plus exceptionnel

d’une réunion

Institutionnellement : temps inclus dans le

service

verbalement

Institutionnellement : temps de service

(MNS et CPC)

En accord avec les MNS, selon le projet

mis en place

Verbalement

Réunion des parents : exposé, discussions,

vidéo, note d’information

Verbalement et par l’intermédiaire de

projets bâtis en classe

Verbalement et physiquement

Verbalement

verbalement

Verbalement

Verbalement, par l’intermédiaire d’une

note d’information.

verbalement

8 Eps 52 septembre 2011


Propositions concernant les procédures de communication

la réunion d’information à l’école : parents/enseignants (indispensable en maternelle)

Elle a lieu en début d’année ou avant le démarrage des activités ; les informations peuvent également être communiquées aux parents sous forme de note.

Sont abordés les points suivants :

• les objectifs et les compétences visés par l’EPS à l’école élémentaire

• les objectifs spécifiques de l’activité natation

• l’intérêt pédagogique de cette activité

• le cadre pédagogique (encadrement), organisationnel et sécuritaire (rappel des textes)

• la liste des « affaires » de piscine et les modalités de responsabilisation des élèves

• le caractère obligatoire et les modalités de dispense (certificat médical de contre-indication pour dispense de l’ensemble du cycle)

• les mesures de prévention sanitaire et d’hygiène prévalant à la piscine

• le rôle important des parents (aide à l’habillage et au déshabillage, attitude sollicitante, encourageante, réconfortante etc.)

• les possibilités de prolongement « hors » cadre scolaire…

les relations enfants/enseignants/MNS : établir une sorte de « correspondance »

Les souhaits des enfants, projets de groupe ou de classe, se font sous forme de productions d’affiches, de dessins, de fiches individuelles d’évaluation ou même de

tableaux collectifs regroupant les acquisitions faites au cours des différentes séances…

les relations enseignants/MNS :

Pour le suivi, l’évaluation, les projets…avec souvent l’aide du CPC pour la liaison et l’harmonisation des procédures à adopter.

Les relations CPC/MNS :

Fréquentes, concernant le suivi général des différents niveaux, la résolution de problèmes rencontrés dans la conception, la mise en place et le suivi des projets…

Les relations enseignants/enseignants :

Relatives aux documents d’évaluation et d’auto-évaluation, ainsi qu’à l’harmonisation des décisions concernant l’organisation des séances (organisation matérielle,

pédagogique, surveillance…)

9 Eps 52 septembre 2011


CIRCULAIRE N°2000-075 DU 31-05-2000

Test nécessaire

avant la pratique

des sports nautiques

La circulaire n° 99-136 du 21 septembre 1999, publiée au B.O. hors-série n° 7 du 23 septembre 1999, relative à l'organisation des sorties scolaires dans les écoles maternelles

et élémentaires publiques, est modifiée comme suit :

Les dispositions du premier paragraphe du II.4.3. Les conditions particulières à certaines pratiques, sont remplacées par les dispositions suivantes :

"La pratique des sports nautiques est subordonnée à la réussite d'un test permettant d'apprécier la capacité de l'élève à se déplacer dans l'eau, sans présenter

de signe de panique, sur un parcours de 20 mètres, habillé de vêtements propres (tee-shirt et, si possible, pantalon léger, de pyjama par exemple) et muni d'une

brassière de sécurité conforme à la réglementation en vigueur, avec passage sous une ligne d'eau, posée et non tendue.

En piscine, le départ est réalisé à partir d'un tapis disposé sur l'eau, par une chute arrière volontaire. Si le test est réalisé en milieu naturel, le départ est effectué

de la même manière à partir d'un support flottant.

Le parcours est réalisé dans la partie d'un bassin ou d'un plan d'eau d'une profondeur au moins égale à 1m 80.

La réussite à l'épreuve est attestée par le conseiller pédagogique en éducation physique et sportive, de circonscription ou départemental, ou un professionnel des activités

physiques et sportives du lieu où se passe le test : en piscine, ce professionnel pourra être un maître nageur sauveteur (1), ou bien un éducateur ou conseiller territorial des

activités physiques et sportives titulaire ou bien, dans les piscines parisiennes, un professeur de la ville de Paris. Sur une base de plein air, ce professionnel pourra également

être un titulaire du brevet d'État de l'activité concernée (voile, canoë-kayak, aviron)."

Ces dispositions sont applicables immédiatement.

Les élèves qui ont, avant la publication de ce texte, réussi les épreuves du test défini par la circulaire du 21 septembre 1999 n'ont pas à passer cette nouvelle épreuve pour

une sortie se déroulant avant la fin de la présente année scolaire.

Le titre de maître nageur sauveteur est conféré par la possession d'un diplôme d'État de maître nageur-sauveteur ou du brevet d'État d'éducateur sportif premier degré des

activités de natation (BEESAN).

10 Eps 52 septembre 2011


1. Exigences attendues

Recommandations particulières

à l’enseignement de la natation

L’acquisition des connaissances et des compétences permettant l’accès au savoir-nager se conçoit à travers la programmation de plusieurs cycles d’activités répartis au trois

paliers du socle commun. Ces acquisitions doivent être régulièrement évaluées, notamment au palier 2 du livret personnel de compétences.

Pour baliser les réalisations des élèves et afin d’aider les maîtres à organiser leurs enseignements, 5 niveaux et 3 paliers d’autonomie ont été définis en cohérence avec les

circulaires ministérielles.

Vous trouverez dans la fiche de liaison natation (Annexe 4) le contenu des niveaux, des paliers et des tests.

Le premier palier comprend le test des 15 mètres et constitue le minimum exigible à l’issue du cycle 2. Ce savoir-faire permet de garantir à l’enfant sa propre sécurité lors

de toute entrée accidentelle ou volontaire dans l’élément aquatique. Il permet également aux élèves d’accéder à l’apprentissage et au plaisir de toutes les activités aquatiques

et nautiques.

Le deuxième palier comprend le test des 25-30 mètres et constitue le minimum exigible à l’issue du cycle 3.

Le troisième palier correspond au 1 er degré du savoir nager (compétence à nager en sécurité, dans un établissement de bains ou un espace surveillé).

NB : Un niveau ou un palier ne sera atteint que si tous les éléments du niveau ou du palier (entrée, distance, respiration, immersion) sont validés.

IMPORTANT : la fiche de liaison sera tenue à jour à chaque période d’apprentissage de la natation, quel que soit le nombre de séances vécues à la piscine. J’ai demandé

aux CP EPS de suivre cette opération au plus près : chaque enseignant complètera le relevé récapitulatif de sa classe avec une extrême rigueur avant de le transmettre à

son IEN, à l’issue du module.

Pour satisfaire au besoin de continuité des enseignements exprimés dans le texte de référence, la fiche de liaison Natation devra être insérée dans le livret de compétences

de l’élève.

Réunion de concertation pédagogique

L’enseignement de la natation exige une programmation rigoureuse des activités et une concertation réelle de tous les acteurs.

Cette réunion en amont est réglementairement obligatoire et en accord avec les IEN sera décomptée du temps de concertation pédagogique.

Elle réunit tous les intervenants amenés à collaborer pour l’enseignement de l’activité. Elle a pour objectif de présenter ou d’élaborer le projet pédagogique placé sous

l’autorité de l’enseignant de la classe avec l’appui des équipes de circonscription:

- répartir les tâches, définir les rôles et les responsabilités de chacun,

- envisager les contenus d’apprentissage proposés,

- définir les différents temps d’évaluation et préciser les niveaux d’habileté attendus, harmoniser les pratique pédagogiques.

2. Encadrement

Les enseignants du 1 er degré

L’encadrement est assuré par l’enseignant de la classe ou à défaut, l’enseignant qui, dans le cadre de l’organisation du service, assure l’encadrement des séances de natation.

Il participe effectivement à l’enseignement, notamment en prenant en charge un groupe de travail.

Les professionnels qualifiés et agréés

Les professionnels qualifiés et agréés assistent l’enseignant dans l’encadrement des élèves et l’enseignement de la natation, notamment en prenant en charge un groupe

d’élèves, selon les modalités définies par le projet pédagogique.

11 Eps 52 septembre 2011


Les intervenants bénévoles agréés et non qualifiés

Pour des raisons de sécurité et d’efficacité, il est souhaitable de veiller à ce que le recours à des bénévoles ne soit pas trop important. En effet, le nombre d’adultes présents

sur le bord du bassin peut conduire à une dilution de la responsabilité et entraîner des situations d’insécurité.

L’agrément des bénévoles nécessite une habilitation préalable, qui fait suite à :

- la participation à une session de formation et d’information ;

- la réussite à un test de contrôle des capacités physiques.

Cette habilitation, placée sous l’autorité de l’Inspecteur d’Académie, est exclusivement délivrée par un membre de l’équipe EPS (CPC, CPD)

Selon les modalités fixées par l’enseignant, l’intervenant pourra selon les cas :

assister de façon complémentaire l’enseignant ou le professionnel qualifié et agréé dans les activités que celui-ci conduit avec le groupe.

prendre en charge le groupe d’élèves que l’enseignant lui confie. Dans ce cas, il assure la surveillance du groupe et remplit une mission d’animation d’activités de

découverte du milieu aquatique.

encadrer des déplacements sur des parcours aquatiques aménagés ou des jeux pratiqués à des profondeurs permettant la reprise d’appuis.

Cas particuliers des personnes n’étant pas en charge de l’encadrement de l’activité

Les ATSEM (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles)

Ils assurent l’encadrement de la vie collective et ne sont soumis à aucune exigence de qualification ou d’agrément. Leur participation relève de l’autorisation du directeur

d’école et de celle, préalable du maire. Cette autorisation peut inclure l’accompagnement des élèves dans l’eau.

Les AVS-I (auxiliaire de vie scolaire)

Ce n’est pas un professionnel des APS et il ne peut, à ce titre, être inclus dans le taux d’encadrement réglementaire général de la classe. Sa mission doit se limiter à l’aide et

au soutien de l’élève dont il a la charge, y compris dans l’eau quand c’est nécessaire.

Taux d’encadrement : voir annexe 2

3. Surveillance et sécurité

La surveillance est obligatoire pendant toute la durée de la présence des classes dans le bassin et sur les plages, telle que définie par le plan d'organisation de la surveillance

et des secours (POSS) prévu par l'article D. 322-16 du code du Sport. Elle est assurée par un personnel titulaire d'un des diplômes conférant le titre de maître nageur

sauveteur conformément à l'article D. 322-13 du code du Sport (cf. annexe 2, § 4). Ces dispositions sont applicables à toute activité de natation impliquant des élèves

(enseignement obligatoire, dispositifs spécifiques d'aide ou de soutien, accompagnement éducatif).

Les surveillants de bassin sont exclusivement affectés à la surveillance et à la sécurité des activités, ainsi qu'à la vérification des conditions réglementaires d'utilisation de

l'équipement et, par conséquent, ne peuvent simultanément remplir une mission d'enseignement.

Ils sont qualifiés pour assurer les missions de sauvetage et de premiers secours. Aucun élève ne doit accéder aux bassins ou aux plages en leur absence

La sécurité doit être active et permanente : les formes de travail, les acquisitions des élèves, leur sensibilisation aux règles de fonctionnement contribuent à la construction de

cette sécurité active.

Chaque adulte disposera d’une fiche nominative du groupe dont il a la responsabilité.

De plus, un comptage régulier des élèves (notamment lors des mouvements en début et en fin de séquence), ainsi que les signes éventuels de fatigue feront l’objet d’une

attention toute particulière.

Références :

Circ. n°2011-090 du 07/07/2011

12 Eps 52 septembre 2011


Classe

TAUX D’ENCADREMENT Natation

Dans le 1 er degré, le taux d’encadrement est à prévoir sur les bases suivantes :

en élémentaire, l’enseignant et 1 adulte qualifié ou bénévole pour une classe.

en maternelle, l’enseignant et 2 adultes qualifiés ou bénévoles pour une classe.

Pour les classes à faibles effectifs, le taux d’encadrement,

en élémentaire, est d’1 adulte (l’enseignant) pour une classe inférieure ou égale à 12 élèves.

en maternelle, est de 2 adultes (dont l’enseignant) pour une classe inférieure ou égale à 12 élèves.

Dans le cas d’une classe comprenant des élèves de maternelle et d’élémentaire, les normes d’encadrement de la maternelle s’appliquent. Néanmoins, quand la classe comporte

moins de 20 élèves, l’encadrement peut être assuré par l’enseignant et un adulte agréé, professionnel qualifié ou intervenant bénévole.

Groupe de natation

Dans certains cas, des élèves issus de classes différentes peuvent être regroupés pour l’apprentissage de la natation.

Ce regroupement ne pourra s’effectuer que dans le cadre d’un projet pédagogique (annexe 3), d’un projet d’école ou d’une proposition d’un projet incluant les modalités de

déplacements, d’accueil et de fonctionnement à la piscine. Ce projet sera validé par l’IEN.

Ce regroupement d’élèves issus de plusieurs classes sera considéré comme un groupe de natation.

Regroupement d’élèves

issus de différentes

classes constituant un

groupe de natation

A l’école élémentaire

Taux d’encadrement de base

à l’école élémentaire

Groupe ≤ à 30 2 adultes agréés dont au moins 1 enseignant

Groupe ≤ à 45 3 adultes agréés dont au moins 1 enseignant

Groupe ≤ à 60 4 adultes agréés dont au moins 1 enseignant

Groupe ≤ à 75 5 adultes agréés dont au moins 1 enseignant

Regroupement d’élèves

issus de différentes classes

constituant un groupe

de natation

A l’école maternelle

Taux d’encadrement de base

à l’école maternelle

Groupe ≤ à 30 3 adultes agréés dont au moins 1 enseignant

Groupe ≤ à 40 4 adultes agréés dont au moins 1 enseignant

Groupe ≤ à 50 5 adultes agréés dont au moins 1 enseignant

13 Eps 52 septembre 2011


14 Eps 52 septembre 2011


Année scolaire …………../………….. (A renvoyer au plus tard après la 1ère séance à la piscine au CPC Eps de votre circonscription)

Période du module : du ……………...……… au ……………………….. Soit ………….. séances. Horaires :

…………………..

Lundi o Mardi o Jeudi o Vendredi o

PROJET

Les classes étant amenées à travailler ensemble, il a été décidé de mettre en

place un projet qui puisse permettre aux élèves de progresser dans les apprentissages

en milieu aquatique et ceci en leur proposant des situations adaptées à leur

degré de compétence.

DISPOSITIF PEDAGOGIQUE

Selon leurs compétences identifiées en début de cycle, les élèves sont répartis

dans des groupes ayant chacun des objectifs d’apprentissages spécifiques.

Groupes

1

2

3

4

Objectifs en termes de compétences

Niveau visé

(voir fiche de liaison natation)

Adultes

Responsables

des groupes

(Nom et prénom)

EVALUATION DU PROJET

Les niveaux atteints par les élèves au cours du module d’apprentissage seront portés sur la fiche de liaison Natation.

Signatures

Ecoles Classes Effectifs

Qualité

(enseignant ; MNS ; intervenant bénévole)

Nombre

d’élèves

15 Eps 52 septembre 2011

IEN

CPC


Groupe 1 Groupe 2

Nom Prénom Classe Nom Prénom Classe

Groupe 3 Groupe 4

Nom Prénom Classe Nom Prénom Classe

16 Eps 52 septembre 2011


1 er palier

(fin cycle 2)

2 ème palier

(fin cycle 3)

3 ème palier

(collège)

TEST

« NAUTIQUE »

nécessaire avant la pratique

des sports nautiques

L’évaluation s’effectue en deux parties séparées par un temps de récupération.

⇒ Se déplacer sur une quinzaine de mètres sans aide à la flottaison et sans reprise d’appuis.

⇒ Enchaîner sans reprise d’appuis un saut en moyenne profondeur, un passage sous un objet flottant puis se laisser

flotter un instant (3 à 5 secondes) avant de regagner le bord.

L’évaluation s’effectue en deux parties séparées par un temps de récupération.

⇒ Se déplacer sur une trentaine de mètres sans aide à la flottaison et sans reprise d’appuis.

⇒ Enchaîner sans reprise d’appuis un saut ou un plongeon en grande profondeur, un passage dans cerceau immergé et

un sur-place de 5 à 10 secondes avant de regagner le bord.

L’évaluation s’effectue en effectuant le parcours complet, en continuité, sans reprise d’appuis.

⇒ Sauter ou plonger en grande profondeur ;

⇒ Revenir à la surface et s’immerger pour passer sous un obstacle flottant ;

⇒ Nager 20 mètres : 10 mètres sur le ventre et 10 mètres sur le dos ;

⇒ Réaliser un sur-place de 10 secondes ;

⇒ S’immerger à nouveau pour passer sous un obstacle flottant.

« … se déplacer dans l’eau, sans présenter de signe de panique, sur un parcours de 20 m, habillé de vêtements propres (tee-shirt et,

si possible pantalon léger) et muni d’une brassière de sécurité avec passage sous une ligne d’eau, posée et non tendue. Départ

effectué à partir d’un tapis, disposé sur l’eau, par une chute arrière volontaire. »

Nom :

Prénom :

Validé le :

17 Eps 52 septembre 2011

Par :

Fonction :

Signature :

Validé le :

Par :

Fonction :

Signature :

Validé le :

Par :

Fonction :

Signature :

Validé le :

Par :

Fonction :

Signature :


Nom :

Prénom :

Date de naissance :

1

2

3

4

5

ENTREE DISTANCE RESPIRATION IMMERSION

Saute avec une frite (petit ou grand bain)

Date de validation :

Saute depuis le bord sans matériel

Date de validation :

Saute depuis un plot

Date de validation :

Saute et enchaîne avec la nage

Date de validation :

Plonge et enchaîne avec la nage

Date de validation :

Année de validation

Etablissement

fréquenté

Se déplace sur moins de 15 m avec frite

(1 ou 2 frites) petit ou grand bain

Date de validation :

Se déplace librement (sans matériel) avec

la tête plus souvent dans l’eau que hors de

l’eau (grand bain)

Date de validation :

Déplacement sur 15 m sans matériel (1)

Date de validation :

Déplacement sur 25 m sans matériel (2)

Date de validation :

Déplacement sur 50 m sans matériel

Date de validation :

Fait des bulles en se déplaçant

Date de validation :

Fait des bulles en se déplaçant : souffle au

moins 5 fois dans l’eau sur 15 m

Date de validation :

Souffle pendant la nage (au moins 3 sec.)

et sort la tête 1 seconde pour respirer

Date de validation :

Utilise un mode de nage au choix, associé

à une expiration aquatique

Date de validation :

Utilise deux modes de nage codifiées en

lien avec la respiration

Date de validation :

Passe sous un objet placé en surface

(perche, ligne d’eau, cerceau)

Récupère un objet dans le petit bain (


Nom

Prénom

FICHE DE SUIVI pour la CLASSE ou le GROUPE DE NATATION

Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4 Niveau 5

E D R I E D R I E D R I E D R I E D R I

E : Entrée / D : Distance / R : Respiration / I : Immersion

NB : Dans les cases, inscrire les dates de validation (à reporter sur la fiche de liaison natation

Niveau

atteint

Test

« nautique»

19 Eps 52 septembre 2011


20 Eps 52 septembre 2011


Piscine de :

Ecole :

Fiche récapitulative à renvoyer impérativement

au CPC EPS de la circonscription

à l’issue de chaque cycle Natation

Classe :

Nombre de séances :

Reporter sur le tableau ci-dessous le nombre d’enfants ayant atteint chaque niveau, le nombre d’enfants ayant réussi les évaluations des 1er, 2ème et 3ème paliers

ainsi que le test nécessaire à la pratique des sports nautiques.

Niveau/Palier

Année

de naissance

Enfants

n’ayant pas

atteint le

niveau 1

Effectifs :

1 2 3 4 5

1er

palier

2ème

palier

3ème

palier

Test

nautique

21 Eps 52 septembre 2011


22 Eps 52 septembre 2011


Matériel

Immersion surface / accoutumance

Immersion profondeur Equilibration flottaison

Chutes Entrées

dans l’eau

Planches : repères en mousse

Cerceaux

Cage

Tunnel

Cerceaux lestés

Propulsion

Tapis

Lignes d’eau

LE MATERIEL ET SON UTILISATION LORS DES SEQUENCES NATATION

Perches

Echelles

Planches/Pull Boy Frites/Ceintures

Anneaux lestés

Mannequins

Ballons

Plaquettes

Brassards

Lunettes/Masques

Cordes tendues entre deux échelles

23 Eps 52 septembre 2011


EQUILIBRATION

COMPETENCES VISEES : Adapter ses déplacements à différents types d’environnements.

Réaliser une performance mesurée.

Situations à intégrer dans le travail sur la propulsion et la respiration.

NATATION A L’ECOLE PRIMAIRE HAUTE-MARNE

NIVEAUX A ATTEINDRE SAVOIRS A DEVELOPPER SITUATIONS MATERIEL LIEU

Faire une glissée ventrale suivie

d’une étoile ventrale

Réaliser une étoile dorsale

Faire une glissée dorsale suivie

d’une étoile dorsale (5 sec minimum)

Réaliser une étoile ventrale

• Quitter ses appuis terrestres

• S’équilibrer sur le ventre tête immergée

• Se rééquilibrer

• Passer d’un équilibre à un autre

• Accepter le déséquilibre arrière

• Accepter de relâcher la tête

• Mettre les oreilles dans l’eau

• Accepter le déséquilibre arrière

• Accepter de relâcher la tête

• Mettre les oreilles dans l’eau

• Quitter ses appuis terrestres

• S’équilibrer sur le ventre tête immergée

• Se rééquilibrer

• Passer d’un équilibre à un autre

• Bras derrière le corps, accrochés à la rigole, tête dans l’eau ;

pousser sur les jambes pour aller le plus loin possible, corps

allongé

• Idem, quand on n’avance plus, écarter bras et jambes pour

faire étoile ventrale

• Poussée avec une planche tenue devant

• Chercher tous les équilibres ventraux en s’aidant d’une frite

placée sous différentes parties du corps

• S’équilibrer sur deux planches tenues dans chaque main en

écartant les bras, oreilles dans l’eau et en regardant le plafond

• S’équilibrer sur le dos à l’aide d’une frite placée successivement

sous différentes parties du corps

• Bras accrochés à la rigole, tête dans l’eau ; pousser sur les

jambes pour aller le plus loin possible, corps allongé

(regarder le plafond, oreilles dans l’eau)

• Idem, quand on n’avance plus, écarter bras et jambes pour

faire étoile dorsale

• Poussée avec une planche tenue à hauteur du ventre

• S’équilibrer sur deux planches tenues dans chaque main en

écartant les bras, tête dans l’eau

• S’équilibrer sur le ventre à l’aide d’une frite placée

successivement sous différentes parties du corps

• Passer d’une étoile ventrale à une étoile dorsale et inversement

avec appuis sur deux planches

24

PETIT BAIN

Puis

GRAND BAIN

PETIT BAIN

Puis

GRAND BAIN

PETIT BAIN

Puis

GRAND BAIN

PETIT BAIN

Puis

GRAND BAIN


IMMERSION

COMPETENCES VISEES : Adapter ses déplacements à différents types d’environnements.

Réaliser une performance mesurée.

Une constante : toujours travailler la respiration aquatique

NATATION A L’ECOLE PRIMAIRE HAUTE-MARNE

NIVEAUX A ATTEINDRE SAVOIRS A DEVELOPPER SITUATIONS MATERIEL LIEU

NIVEAU 1

Passer sous un objet placé en surface

(perche, ligne d’eau, cerceau),

Récupérer un objet dans le petit bain

(


IMMERSION (suite)

COMPETENCES VISEES : Adapter ses déplacements à différents types d’environnements.

Réaliser une performance mesurée.

Une constante : toujours travailler la respiration aquatique

NIVEAU 3

Rechercher un objet en petite

profondeur sans aide et sans

appuis (à 1 ou 1,5m)

• Reprendre les savoirs du NIVEAU 2 dans

le petit bain sans aide

• Reprendre les situations du NIVEAU 2 dans le petit bain sans aide

NATATION A L’ECOLE PRIMAIRE HAUTE-MARNE

NIVEAUX A ATTEINDRE SAVOIRS A DEVELOPPER SITUATIONS MATERIEL LIEU

NIVEAU 4

Rechercher un objet à deux mètres

en canard

NIVEAU 5

Rechercher un objet lourd à deux

mètres de profondeur (croisillon,

mannequin)

• Rouler en avant dans l’eau

• Enchaîner une action des bras avec une

bascule du tronc sur l’avant

• Souffler tout au long de la descente

• Ouvrir les yeux sous l’eau

• Se rééquilibrer

• Prendre une impulsion au fond pour

remonter

• Reprendre les savoirs du NIVEAU 4 avec

un objet lourd

• Effectuer des roulades avant dans l’eau à l’aide de deux planches (une dans chaque

main)

• Idem sans planche

• Effectuer 25 m, à chaque repère situé sur le bord de la piscine, effectuer une roulade

avant

• Aller chercher des objets lestés au fond en utilisant un moyen de son choix pour descendre

(perche,cage, échelles, plongeon…)

• Aller chercher des objets lestés au fond en utilisant la technique du plongeon canard

• Plongeon canard

• En glissée ventrale, rentrer la tête

• Casser le bassin (comme pour roulade avant)

• Monter les jambes

• Descendre corps allongé pour souffler

• Reprendre les situations du NIVEAU 4 avec des objets lourds

26

Objets lestés

Cerceaux

lestés

Planches

Etablir des

repères sur le

bord

Objets lestés -

Installation d’un

“ parcours ”

Petits

mannequins

PETIT BAIN

GRAND

BAIN

GRAND

BAIN


ENTREES DANS L’EAU – PLONGEON

COMPETENCES VISEES : Adapter ses déplacements à différents types d’environnements.

Réaliser une performance mesurée.

NATATION A L’ECOLE PRIMAIRE HAUTE-MARNE

NIVEAUX A ATTEINDRE SAVOIRS A DEVELOPPER SITUATIONS MATERIEL LIEU

NIVEAU 1

Sauter avec une frite dans le

grand bain

NIVEAU 2

Sauter et prendre la perche

• Mettre la tête sous l’eau

• Bloquer sa respiration

• Sauter dans le grand bain

• Maîtriser un temps de blocage de respiration

• Accepter de se lancer

• Utiliser ses appuis pour remonter

• Se repérer pour remonter

• Entrer dans l’eau, les pieds en premier

• Assis sur la première marche de l’échelle, bras de chaque côté de la tête, plonger en

basculant sur l’avant

• Marcher sur un gros tapis installé à moitié sur le bord, à moitié sur l’eau et se laisser

enfoncer dans l’eau

• Sauter dans l’eau en donnant la main, en tenant la perche, en tenant une frite

• Glisser sur le toboggan, sur un gros tapis (pieds devant puis tête devant)

• Assis au bord : Tomber - réception sur les pieds puis sans réception

• Sauter du bord

• Sauter du bord à deux

Reprendre les situations du NIVEAU 1

• Sauter en tenant la perche puis sans perche

• Sauter au-delà d’un cerceau

• Sauter dans un cerceau

• Sauter sans aide matérielle en réalisant des figures (1/4 tour, 1/2 tour…)

• Rouler en avant sur un gros tapis installé au bord

• Rouler en arrière sur un gros tapis installé au bord

27

Gros tapis

Perche

Toboggan

Perche

Cerceaux flottants

ou frites

Gros tapis

PETIT BAIN

Puis

GRAND

BAIN

PETIT BAIN

(Grande

profondeur)

Et

GRAND

BAIN


ENTREES DANS L’EAU – PLONGEON (suite)

COMPETENCES VISEES : Adapter ses déplacements à différents types d’environnements.

Réaliser une performance mesurée.

NATATION A L’ECOLE PRIMAIRE HAUTE-MARNE

NIVEAUX A ATTEINDRE SAVOIRS A DEVELOPPER SITUATIONS MATERIEL LIEU

NIVEAU 3

Sauter depuis un plot

NIVEAU 4

Sauter et enchaîner avec la nage

NIVEAU 5

Plonger et enchaîner la nage

• Maîtriser un temps de blocage de respiration

• Se lancer sans hésitation

• Utiliser ses appuis pour remonter

• Se repérer pour remonter

• Sauter sans hésitation

• Souffler dans l’eau

• Utiliser ses appuis pour remonter

• S’équilibrer pour enchaîner la nage

• Entrée dans l’eau par la tête (culbute en avant

au minimum) :

• Basculer la tête en avant

• Accepter le déséquilibre avant

• Souffler par le nez

• Prendre une impulsion avec les jambes

• Effectuer un plongeon du bord suivi d’un déplacement

de 5 mètres sous l’eau :

• Adapter la trajectoire de son plongeon au but à

atteindre

• Enchaîner l’utilisation des appuis sous l’eau

• Reprendre les situations du NIVEAU 2 en hauteur (depuis le plot, un muret)

• Reprendre les situations du NIVEAU 3

• Attraper un objet flottant, s’allonger sur l’eau et se propulser

• Rouler en avant sur un gros tapis installé au bord

• Accroupi, pieds au bord du bassin, tête sur les genoux et bras entourant les

genoux, culbuter en avant

• Accroupi, bras vers l’avant, tête entre les bras, basculer vers l’avant

• Allonger sur un gros tapis, se laisser glisser dans l’eau tête vers l’avant

• Position fente avant, bras vers l’avant, lever jambe arrière et basculer vers

l’avant

• Plonger au-delà d’un cerceau

• Plonger dans un cerceau

• Plonger et passer sous 1, 2, 3 repères placés à la surface

• Plonger pour aller le plus loin possible en restant immobile dans l’eau

28

Cerceaux

flottants ou

frites ou

perche

frites ou

planches,

avec puis sans

matériel de

flottaison

Gros tapis

Cerceaux

flottants ou

frites

GRAND

BAIN

GRAND

BAIN

GRAND

BAIN


DISTANCE

COMPETENCES VISEES : Adapter ses déplacements à différents types d’environnements.

Réaliser une performance mesurée.

NATATION A L’ECOLE PRIMAIRE HAUTE-MARNE

NIVEAUX A ATTEINDRE SAVOIRS A DEVELOPPER SITUATIONS MATERIEL LIEU

NIVEAU 1

Se déplacer sur moins de 15 m avec

frite (un ou deux frites) petit ou grand

bain

NIVEAU 2

Se déplacer librement (sans matériel)

avec la tête plus souvent dans l’eau

que hors de l’eau (grand bain)

NIVEAU 3

Se déplacer sur 15 m sans matériel

• Se déplacer sur l’eau

• Orienter ses appuis bras /jambes

• Trouver différentes façons de progresser

• Trouver l’équilibre subaquatique horizontal

• Se laisser déséquilibrer par l’eau

• Souffler longtemps dans l’eau (bouche + nez)

• Mettre menton, front, nez dans l’eau

• Trouver des appuis efficaces pour se déplacer

• Connaissance et utilisation des différents

appuis bras et jambes

• Accepter le déséquilibre arrière

• Construire de nouveaux repères

• Avec matériel (frites ou planches) se déplacer avec l’aide des bras

• Positions : à cheval – assis - frite sous les genoux - sous les bras – sur le ventre – sous le ventre

• Avec matériel (frites ou planches) et se déplacer avec l’aide des jambes

• Positions : sous la nuque – sur le ventre …

• Avec matériel (frites ou planches) et se déplacer avec l’aide des bras et des jambes

• Traverser le bassin à l’aide d’une planche pour aller chercher des objets placés sur le bord, les

ramener au point de départ en nageant

• Reprise de situations de Niveau 1 sans matériel

• Avec matériel (frites ou planches) s’équilibrer sur le ventre et se déplacer avec l’aide des bras

• Avec matériel (frites ou planches) s’équilibrer sur le ventre et se déplacer avec l’aide des jambes

• Avec matériel (frites ou planches) s’équilibrer sur le ventre et se déplacer avec l’aide des bras et

des jambes

• Avec matériel (frites ou planches) s’équilibrer sur le dos et se déplacer avec l’aide des bras

• Avec matériel (frites ou planches) s’équilibrer sur le dos et se déplacer avec l’aide des jambes

• Avec matériel (frites ou planches) s’équilibrer sur le dos et se déplacer avec l’aide des bras et des

jambes

• Traverser le bassin à l’aide d’une planche pour aller chercher des objets placés sur le bord, les

ramener au point de départ en nageant

• (je pousse la planche sur le ventre, sur le dos, je tire la planche sur le ventre, sur le dos)

29

Frites Planches

Planches Objets

divers

Frites Planches

Objets divers

Frites – Planches

PETIT BAIN

Puis

GRAND BAIN

GRAND BAIN

GRAND BAIN

PETIT BAIN


DISTANCE

COMPETENCES VISEES : Adapter ses déplacements à différents types d’environnements.

Réaliser une performance mesurée.

NIVEAU 4

Déplacement sur 25 m sans

matériel

• Coordonner l’action des bras et des jambes

• Inspirer en fin d’action motrice des bras

• Expirer sur l’action motrice des bras

Avec aide d’un objet flottant

• traverser en se propulsant avec les jambes

• traverser en se propulsant avec les bras

• traverser en se servant des 4 membres

Expirer en fin d’action motrice des bras

IDEM sans matériel

Les propulsions jambes et/ou bras se font

• avec mouvements alternatifs des bras

• avec mouvements simultanés des bras

• avec mouvements alternatifs des jambes

• avec mouvements simultanés des jambes

Apprentissage des nages “ codifiées ” (cf document joint)

NATATION A L’ECOLE PRIMAIRE HAUTE-MARNE

NIVEAUX A ATTEINDRE SAVOIRS A DEVELOPPER SITUATIONS MATERIEL LIEU

NIVEAU 5

Déplacement sur 50 m sans

matériel

• Connaître ses possibilités

• Savoir effectuer une distance avec mouvements

alternatifs et/ou simultanés des bras

• Adapter sa respiration à la nage pratiquée

• Entraînement aux nages ventrales et dorsales

• Alterner brasse ventrale et brasse dorsale

• Alterner crawl et dos crawlé

• Travail avec et sans matériel

• Perfectionnement des nages “ codifiées ”

• Insister sur la respiration aquatique


• Annoncer “ sa distance et son temps ”

• Par équipe, annoncer la distance et le temps

30

Frites –

Planches

GRAND

BAIN

GRAND

BAIN


CRAWL

COMPETENCES VISEES : Adapter ses déplacements à différents types d’environnements.

Réaliser une performance mesurée.

NATATION A L’ECOLE PRIMAIRE HAUTE-MARNE

SAVOIRS A DEVELOPPER SITUATIONS MATERIEL LIEU

Se propulser avec les jambes

Coordonner les mouvements de bras

et la respiration

Se propulser avec les bras et les jambes

• Battements de jambes mains au mur (taper la surface de l’eau avec les pieds) - Souffler dans l’eau à fond – Inspirer en plaçant la

tête sur le côté (ne pas relever la tête)

• Avec planche, une main sur la planche (bras tendu), inspirer en regardant derrière (le bras qui tient la planche est collé à l’oreille,

l’autre est placé le long du corps main contre la cuisse)

• Changer de bras

• Battements de jambes, les deux mains tiennent la planche (inspirer en plaçant la tête sur le côté, expirer à fond : bouche + nez dans

l’eau

• Départ en coulée ventrale, planche tenue devant à deux mains. Ramener un bras le long de la cuisse (frôler la cuisse avec le doigt)

Lancer ce bras vers l’avant pour rattraper la planche. Changer de bras

• Placer la respiration sur ce travail. Respirer à droite quand on lance le bras droit, à gauche quand on lance le bras gauche.

• Travail des bras en alternance.

• Idem avec pull boy entre les cuisses

• Inspirer tous les 3 mouvements de bras, souffler dans l’eau la tête dans le prolongement du corps

• Inspirer tous les 3 mouvements de bras

31

Frites ou

planches

Planches ou

frites

Pull Boy

PETIT BAIN

ou

GRAND

BAIN

PETIT BAIN

ou

GRAND

BAIN

PETIT BAIN

ou

GRAND

BAIN


BRASSE

COMPETENCES VISEES : Adapter ses déplacements à différents types d’environnements.

Réaliser une performance mesurée.

NATATION A L’ECOLE PRIMAIRE HAUTE-MARNE

SAVOIRS A DEVELOPPER SITUATIONS MATERIEL LIEU

Se propulser avec les bras

Coordonner les mouvements de bras

et la respiration

Se propulser avec les jambes

Coordonner les mouvements de bras

et de jambes

• Dessiner un petit rond avec les bras, les mains repassent sous les aisselles. Puis faire “ un trait ” (les bras sont devant tendus)

• Assis sur l’escalier, les épaules dans l’eau, faire les actions de bras ( petits ronds + traits ”, avancer dans le petit bain en décollant

les fesses)

• Idem assis sur une frite ou sur une planche

• Idem exercice précédent mais en liant la respiration aquatique. Souffler “ sur le trait ”, Inspirer “ sur le rond ”

• Frites derrière la nuque, allongé sur le dos. Se déplacer en effectuant les mouvements de brasse

• Pieds en flexion

• Fléchir les jambes

• Ecartement des jambes

• Rassembler les 2 jambes tendues, les pieds en extension

• (L’écartement et le rassemblement des jambes doivent se faire en continu)


• Idem en position ventrale (frite ou planche sur le ventre ou tenues devant soi bras tendus)

• Inspirer en mettant la tête sur le côté quand on plie les jambes

• S’allonger dans l’eau pour avancer (souffler quand on tend les jambes)

• Alterner un mouvement de bras et un mouvement de jambes


• Coordonner d’abord les mouvements de bras puis ceux des jambes


• Bien s’allonger pour avancer

32

Frites

Planches

Frites PlanchesCeintures

PETIT BAIN

ou

GRAND

BAIN

PETIT BAIN

ou

GRAND

BAIN

PETIT BAIN

ou

GRAND

BAIN

GRAND

BAIN


DOS CRAWLE

COMPETENCES VISEES : Adapter ses déplacements à différents types d’environnements.

Réaliser une performance mesurée.

NATATION A L’ECOLE PRIMAIRE HAUTE-MARNE

SAVOIRS A DEVELOPPER SITUATIONS MATERIEL LIEU

Se propulser avec les jambes

Se propulser avec les bras

Se propulser avec les bras

et les jambes

• Tenir une planche ou une frite à hauteur du ventre ou des genoux, oreilles dans l’eau, regard dirigé vers le plafond, se déplacer

(les genoux ne doivent pas taper contre la planche)

• Idem frite ou planche placée sous la nuque

• Idem frite ou planche tenue derrière soi bras tendus

• Même situation que précédemment, mais greffer les mouvements de bras : le bras sort de l’eau à hauteur de la cuisse pouce en

l’air et rentre dans l’eau tendu derrière la tête par le petit doigt. Ramener le bras latéralement pour “ taper ” la cuisse

• Travail d’un bras après l’autre avec temps d’arrêt à la cuisse pour rattraper la planche

• Idem sans planche

33

Planches ou

frites

Planches ou

frites

Planches

PETIT BAIN

ou

GRAND

BAIN

PETIT BAIN

ou

GRAND

BAIN

PETIT BAIN

ou

GRAND

BAIN


LE CRAWL

Décomposition du mouvement de crawl

Cette série de dessins montre un nageur nageant le crawl traditionnel avec battement de jambes à six temps et mouvement de bras continu.

1. Au moment où la main droite plonge dans

I’eau dans le prolongement de I’épaule, la paume

tournée vers le bas, l'autre bras a accompli la

moitié de son trajet aquatique. L'air est rejeté par

la bouche et le nez du nageur d'une façon

continue, ce qui indique que la respiration est

rythmée.

2. La force vers le bas acquise par la main droite

pendant son retour l'oblige à s'enfoncer pour

prendre appui. Le bras gauche continue sa

poussée vers l'arrière, la paume de la main faisant

toujours face à l'arrière.

3. La main droite continue à descendre

lentement alors que la main gauche commence à

revenir vers l'axe central du corps.

4. Les muscles abaisseurs du bras commencent

maintenant à se contracter fortement et à abaisser

le bras droit.

5. Le bras gauche a presque terminé sa poussée

et les deux mains ont maintenant une action

motrice. Cependant la force que fournit la main

droite n'est pas encore suffisamment appliquée

vers l'arrière pour contribuer à la propulsion du

corps vers l'avant.

34

6. Au moment où le bras gauche termine sa

poussée la jambe gauche bat vigoureusement

vers le bas. Cette action annule celle du bras

gauche vers le haut qui fait s'abaisser les hanches.

7. Alors que la main droite presse vers le bas, le

coude commence à se plier.

8. On remarque la position élevée des deux

coudes.

9. La main droite a maintenant accompli la moitié

de son parcours de poussée et commence à

pivoter autour de son axe longitudinal. La quantité

d'air expirée commence à augmenter.

10. La tête commence à tourner autour de son

axe longitudinal, alors que la main droite a accompli

la moitié de son trajet aquatique.


11. La tête continue à tourner sur le côté et le

menton semble vouloir suivre le coude dans son

parcours vers l'arrière. La main qui pousse arrondit

son mouvement et revient vers la ligne médiane du

corps.

12. La bouche du nageur s'ouvre au fur et à mesure

que la quantité d'air expiré augmente.

13. La main qui pousse n'a plus la paume

directement tournée vers l'arrière, mais à un angle

d'environ 45°. On remarque la position du pouce

écarté des autres doigts chez beaucoup de bons

nageurs mais cela ne présente ni avantages, ni

inconvénients.

14. Le mouvement descendant de la jambe droite

commence au moment où le bras droit termine son

trajet aquatique. La bouche finalement émerge et

l'inspiration va commencer.

LE CRAWL (suite)

35

15. Juste avant que la main ne sorte de l'eau, la

paume est tournée à l'intérieur, vers le corps. Le

nageur ouvre les yeux et commence son

inspiration.

16. Le mouvement descendant de la iambe

droite se termine au moment où le bras droit

commence à revenir, vers l'avant. L'inspiration

est presque terminée.

17. La tête commence à revenir vers l'axe central

du corps tandis que le bras droit est projeté vers

l'avant.

18. Le nageur commence à expirer, son visage

est presque complètement submergé. Le bras

gauche est sur le point de pénétrer dans l'eau,

terminant ainsi le cycle complet du mouvement

de crawl.


LA BRASSE

Le battement en coup de fouet de la brasse

Cette série de dessins illustre la technique correcte du mouvement de jambes en coup de fouet, exécutée à l'entraînement, avec la planche. Lorsqu'il s'agira réellement de la nage, la plus grande profondeur du pied

sera atteinte à d'autres moments, par suite d'une force de réaction au mouvement des bras et à l'élévation de la tête.

1. Lorsque les pieds ne sont pas en action, ils

doivent être maintenus en extension complète,

position profilée très près de la surface de l'eau.

Les pieds doivent être en flexion plantaire.

2. Le retour des jambes commence par une

flexion aux hanches et aux genoux. La plupart

des entraîneurs s'efforcent de faire conserver

aux nageurs les talons joints lorsqu'ils sont

ramenés vers le haut. Les meilleurs nageurs, au

point de vue mouvement des jambes, maintiennent

leurs talons joints, comme indiqué cidessus,

mais très peu font toucher leurs talons à

ce stade de la poussée.

3. Tandis que les talons se rapprochent des

fesses les pieds commencent à se plier et les

talons et les genoux à s'écarter légèrement.

4. Les genoux et les hanches atteignent leur

maximum de flexion au moment où les doigts de

pied sont tournés vers l'extérieur et où les

chevilles sont fléchies. L'angle formé par le tronc

et les cuisse est de 125°.

5. Les quelques premiers centimètres de la poussée

des jambes vers l'arrière ne sont pas

propulsifs et servent à donner une accélération

aux jambes et à placer les pieds dans la position

voulue pour que ceux-ci puissent effectuer une

bonne poussée vers « arrière » avec les côtés et

les plantes des pieds. A ce stade les pieds

poussent l'eau et deviennent propulsifs.

36

6. Les pieds sont poussés vers l’extérieur et vers

l’arrière en même temps que les genoux entrent

en extension. Les cuisses sont repoussées vers

le haut, grâce à l’action des puissants muscles

extenseurs des hanches. Les pieds, toujours

pliés, attaquent l’eau avec la plante.

7. Tandis que les jambes continuent à se tendre,

elles sont aussi rapprochées l'une de l'autre. La

cuisse continue à être poussée vers le haut.

8. Lorsque les pieds ne sont plus qu'à quelques

centimètres l'un de l'autre, les jambes ont

presque atteint leur pleine extension.

9. A la fin du mouvement, les pieds sont à

nouveau en extension. Le nageur glisse pendant

un court moment au cours duquel ses pieds vont

s’élever de quelques centimètres jusqu’à ce que

les talons émergent presque.


Décomposition de la brasse.

Cette série de croquis nous montre un nageur ayant une bonne technique de brasse, qui a adopté le mouvement de jambes en coup de fouet et la position haute du coude pour la propulsion des bras.

1. Le nageur est en position de coulée, le corps

relativement horizontal. La tête est immergée à peu

près à 80 pour cent le visage légèrement incliné

vers l'avant. Les bras sont en extension au-dessus

de la tête et les paumes des mains légèrement

obliques sont tournées vers l'extérieur.

2. L'attaque est faite avec les mains à une

profondeur de 18 à 22 cm et la traction

commence latéralement. L'expiration commence

ici et des bulles commencent à s'échapper par le

nez et la bouche.

3. Les bras, sans que les coudes ne se plient,

continuent leur traction latérale. L'expiration se

fait plus forte.

4. Les coudes commencent à se plier et les bras

à pivoter, alors que la tête du nageur commence

à se soulever légèrement, à la suite de

l’extension du cou.

5. Au moment où les bras atteignent leur

maximum d'écartement, les coudes se plient de

façon à ce que l'angle formé par le bras et

l'avant-bras soit de 110°. C'est ici qu'apparaît la

position haute des coudes qu'il convient

d'adopter. La position des bras est la même que

celle des nageurs de papillon à ce stade de leur

mouvement.

6. La tête continue à se relever par extension du

cou. La fin de l'expiration se fait au moment où la

bouche émerge, Les mains commencent à se

diriger vers l'intérieur. terminant alors la partie

propulsive de leur trajectoire.

7. L'inspiration a lieu au moment où les bras

s'apprêtent à revenir vers l'avant. Les coudes ne

sont pas poussés vers les côtés comme la

plupart des nageurs veulent le faire. Les genoux

commencent à se plier et le retour des jambes

débute.

37

8. L'inspiration est terminée et la bouche

refermée. Les mains commencent à être

ramenées vers l'avant tandis que le retour des

jambes se poursuit.

9. Le cou se fléchit afin d'abaisser la tête dans

l'eau. Les pieds sont ramenés vers les fessiers,

tandis que les bras continuent leur mouvement

vers l'avant à la suite de l'extension des coudes.

10. La tête continue à s'incliner vers le bas par

suite de la flexion du cou Les pieds se mettent en

extension au moment où la pousse. des jambes

vers l'arrière commence et où les bras sont

presque au bout de leur retour .

11. Les pieds sont repoussés vers l’arrière et

commencent à se rapprocher. Le nageur retient

son souffle et ne recommence pas son expiration

avant que la nouvelle phase motrice des bras ne

commence.

12. Les bras sont maintenant en extension

complète et les mains légèrement plus basses

que le niveau des épaules. Les jambes ont presque

terminé leur poussée.

13. Le nageur termine son mouvement de

jambes et s'efforce de placer son corps en

alignement horizontal. Il conservera cette

position pendant une fraction de seconde. et

puis, quand il sentira qu'il ralentit, il recommencera

le cycle.

13


1. Le premier dessin montre le nageur au

moment où le bras gauche entre dans l'eau

directement au-dessus de l'épaule, le petit doigt

touchant l'eau le premier. La main droite a

terminé sa poussée et commence la phase aquatique

de son retour.

2. La vitesse acquise par le bras gauche pendant

la seconde moitié du retour oblige le bras,

toujours en extension, à s'enfoncer dans l'eau.

La main droite remonte en même temps que le

pied gauche. On remarque cette synchronisation

chez tous les bons nageurs de dos crawlé.

3. Ce sont les muscles qui à partir de là font

s'enfoncer le bras gauche. Le bras droit émerge

et le poignet se fléchit.

4. Le coude gauche commence à se fléchir alors

que le bras est ramené vers le bas et le côté. La

jambe droite qui se trouve au bas de son

battement descendant est prête à commencer

son mouvement ascendant un peu en diagonale.

5. Au fur et à mesure que le coude se plie, le

bras gauche continue sa poussée. La paume de

la main est presque complètement tournée vers

l'arrière, Le bras droit remonte directement vers

le haut. La jambe droite commence son

mouvement ascendant, légèrement oblique.

LE DOS CRAWLE

38

6. Au moment où la main gauche passe au

niveau de l'épaule, le coude atteint son maximum

de flexion, soit 90°, Le bras qui est dans l'air

commence à pivoter, faisant tourner la paume de

la main vers l'extérieur. Ce mouvement facilite le

retour du bras.

7. Le bras qui est dans l’eau commence à se

tendre au moment où la main dépasse l’épaule.

L’autre bras qui se trouve directement au-dessus

de l’épaule pivote de façon à ce que la paume de

la main soit dirigée vers l’extérieur. Le nageur

ferme la bouche pour ne pas recevoir les gouttelettes

qui tombent de ce bras. C’est à ce point du

mouvement que le corps atteint son roulement

maximal de 40° à 45°.

8. La main gauche change de position, la paume

se rapprochant du corps, et elle est prête à commencer

sa poussée presque directement vers le

bas. Le bras qui est dans l'air continue sa trajectoire

verticale.

9. Le bras gauche termine sa poussée avec le

coude en extension complète et la paume de la

main tournée vers le bas à environ 7 à 14 cm audessous

des hanches. Cette poussée de la main

vers le bas aide l'épaule droite à s'élever.


10. Au moment où la main droite entre dans

l'eau, la paume tournée vers l'extérieur, le bras

gauche commence à remonter. On voit ici que le

nageur lève son bras en conservant la paume de

la main tournée vers le bas. Beaucoup de nageurs

tournent au contraire le bras afin que la

paume de la main soit dirigée vers la ligne médiane

du corps. Les deux méthodes sont acceptables.

A ce stade du mouvement, aucune des

11. L'épaule gauche émerge avant que le bras

gauche ne commence son retour aérien. La main

droite s'enfonce dans l'eau prête à attaquer.

12. L'attaque de la main droite est faite avec le

coude en extension au moment où la main gauche

commence son retour aérien. La jambe gauche

bat diagonalement vers le bas. A nouveau, le

battement ascendant de la jambe du côté opposé

coïncide avec la sortie du bras de l’eau.

13. On commence à remarquer que le bras droit

se plie pendant qu'il descend sur le côté.

14. La main droite directement au niveau de

l'épaule applique sa force vers l'arrière. L'épaule

gauche est soulevée au-dessus de l'eau principalement

à la suite de la rotation du corps.

LE DOS CRAWLE (suite)

39

15. Le bras qui est dans l'eau a effectué la moitié

de son parcours. A partir de ce moment, la main

va se rapprocher du corps, ce qui aura tendance

à repousser les hanches dans la direction opposée

et à détruire l'alignement latéral du corps. Ce

mouvement peut être annulé par le battement

diagonal et ascendant de la jambe gauche.

16. Tandis que le bras droit commence sa poussée

vers le bas, la jambe gauche continue son

battement diagonal vers le haut.

17. La main gauche, paume tournée vers l'extérieur,

continue son retour, tandis que la main

droite continue sa poussée vers l'arrière et vers

le bas.

18. La main droite termine sa poussée tandis que

la main gauche a presque terminé son retour. Le

cycle complet est maintenant terminé.

More magazines by this user
Similar magazines