Views
4 years ago

Rapport d'activités 2002

Rapport d'activités 2002

50 Chez les bovins, on

50 Chez les bovins, on n’a pas trouvé de résidus de substances à eff et hormonal, de bêta-agonistes ou de substances à eff et anti-hormonal. On a cependant trouvé 3 échantillons positifs en résidus de corticostéroïdes, plus précisément de dexaméthasone. Dans les autres cas positifs, il s’agissait de résidus de substances autorisées. Chez les veaux, les porcs, les chevaux, les ovins et les caprins, on n’a pas trouvé de résidus de substances à eff et hormonal, de bêta-agonistes, de corticostéroïdes ou de substances à eff et anti-hormonal. Les échantillons positifs chez les porcs concernaient presque tous des résidus de tranquillisants autorisés. 2.3.2.2. Contrôles orientés Ces contrôles se concentrent sur les animaux suspects. Un animal est considéré comme suspect lorsqu’il y a un soupçon qu’il a subi un traitement illégal. Ce soupçon peut exister à la suite de certaines constatations (la découverte de sites d’injection, animaux anormalement lourds, …) ou à la suite de données du passé (animaux à statut H, …). Les animaux ou carcasses en question sont bloqués jusqu’à ce que le résultat de l’analyse soit connu. Chez les bovins, on n’a pas trouvé de résidus de substances à eff et hormonal, de bêta-agonistes ou de substances à eff et anti-hormonal. On a cependant trouvé 8 échantillons positifs en résidus de corticostéroïdes, plus précisément de dexaméthasone (4) et de prednisolone (4). Dans les autres cas positifs, il s’agissait de résidus de substances autorisées. En 2002, on a trouvé chez les porcs 4 échantillons positifs présentant des substances à eff et hormonal, plus précisément de l’acétate de médroxyprogestérone (MPA). Ces échantillons positifs étaient dus à une introduction accidentelle de MPA dans les aliments pour porcs. Dans les autres cas positifs, il s’agissait de résidus de substances autorisées. On n’a pas trouvé de résidus de bêta-agonistes, de corticostéroïdes ou de substances à eff et anti-hormonal. Chez les veaux, les chevaux, les ovins et les caprins, on n’a pas détecté de résidus de substances à eff et hormonal, de bêta-agonistes, de corticostéroïdes ou de substances à eff et anti-hormonal. Dans le cadre de la problématique du MPA, 180 prélèvements supplémentaires ont été eff ectués sur des porcs, et 15 sur du lait. Toutes les analyses étaient négatives, et donc favorables. 2.3.2.3. Statuts R et H En application de la législation en vigueur, les statuts R et H ne peuvent être attribués qu’aux exploitations porcines et bovines. Mais là aussi, le nombre de résultats positifs et le nombre de statuts attribués ne correspondent pas entre eux. Pour l’attribution d’un statut R ou H, on a tenu compte, en eff et, d’un certain nombre de considérations : • si l’enquête a révélé que ce n’est pas l’agriculteur, mais bien le transporteur qui avait piqué les animaux, un procès-verbal a été dressé à l’encontre du transporteur. On utilise, en eff et, encore des tranquillisants pour que les porcs se tiennent tranquilles pendant le transport. • si les résidus ont uniquement été retrouvés sur le site d’injection et qu’il s’agissait de produits autorisés, on n’a pas attribué de statut R mais on a seulement refusé la carcasse.

Une série de médicaments restent, en eff et, assez longtemps présents sur le site d’injection, même longtemps après l’écoulement du délai d’attente. • Si, pendant le transport vers l’abattoir, les animaux étaient accompagnés d’un document IEV-20 (abattage de nécessité) ou d’une attestation de traitement, on n’a pas attribué de statut R. Dans ce cas, une analyse a cependant été eff ectuée pour rechercher la présence de résidus. Si cette analyse aboutissait à la découverte de résidus, la carcasse était saisie. • La dexaméthasone est un médicament vétérinaire autorisé pour un traitement thérapeutique. Parfois, il est aussi utilisé illégalement pour l’engraissement. Si, lors de la découverte de dexaméthasone, l’enquête révélait qu’il s’agissait d’une administration illégale, un statut H a été attribué, sinon l’établissement en question a reçu un statut R. • Parfois, l’analyse se faisait attendre durant un temps déraisonnable et le résultat n’était connu qu’après plusieurs mois. Dans ces cas-là, on n’a pas attribué de statut R. Un statut R est attribué aux animaux d’un troupeau si l’analyse d’échantillons de contrôle révèle la présence de résidus de substances autorisées. Ceci implique que pour une période de 8 semaines, 1 animal sur 10 de ce troupeau fera l’objet, lors de l’abattage, d’une analyse visant la recherche de ce résidu, et ce aux frais du responsable. 38 statuts R ont été attribués à des exploitations bovines, et 24 à des exploitations porcines. Par rapport à 2001, ce chiff re est plus élevé pour les exploitations bovines, mais plus faible pour les exploitations porcines. En eff et, en 2001 on avait attribué 11 statuts R à des exploitations bovines et 36 à des exploitations porcines. Dans les exploitations bovines, le statut R a été dans l’immense majorité des cas attribué à cause de la découverte d’antibiotiques. Les statuts R attribués aux exploitations porcines venaient principalement du fait qu’on avait trouvé des résidus de tranquillisants autorisés. Le statut H est attribué aux animaux d’un troupeau où sont trouvées des substances interdites (soit dans des fl acons ou dans des seringues, aiguilles etc.) ou des troupeaux où des animaux se sont révélés positifs en résidus de substances interdites. Le statut est indiqué sur les documents d’identifi cation et ce pour une période de 52 semaines. Les animaux ainsi qualifi és ne peuvent quitter l’exploitation que pour être emmenés dans un abattoir situé dans le pays, où 1 animal par tranche entamée de 10 fait l’objet d’un prélèvement et d’une analyse aux frais du responsable. En 2002, on a attribué respectivement 5 et 3 statuts H à des exploitations bovines et porcines. Ceci représente plus ou moins un statu quo par rapport à la situation de 2001, où l’on avait attribué 6 statuts H à des exploitations bovines, et 1 statut H à une exploitation porcine. Dans les exploitations bovines, le statut H a été attribué quatre fois en raison de la présence détectée de substances à eff et hormonal. Dans le cinquième cas, c’est la présence d’un antibiotique interdit qui avait été décelée. Les 3 statuts H dans des exploitations porcines étaient dus à la découverte de tranquillisants interdits. Aliments pour animaux, santé animale, produits animaux 51

RAPPORT D'ACTIVITE 2002 - DTIE
Rapport d'activités 2002 - Irsst
RAPPORT D'ACTIVITÉ 2011 - Vétoquinol
2009 Rapport d'activité - Vétoquinol
Rapport d'activité 2002 - Federation of the Swiss Watch Industry FH
Téléchargez le rapport d'activités Natura 2002 - SIEL
Rapport d'activité 2009 - LPO
RAPPORT D’ACTIVITÉ
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2010
Rapport d'activité 2007 - FIFA.com
Rapport d'activité 2011 - Cetim
Rapport d'activité - Sidaction 2016
Rapport d'activités 2012 - Vivaqua
Rapport d'activité 2012 - CarPostal
Rapport d'activité 2012 - ONAC
Rapport d'activité 2012 - CarPostal
Rapport d'activité 2011 - Croix-Rouge luxembourgeoise
Rapport d'activités 2010 - Total.com
Rapport d'activité 2005 - FIFA.com
Rapport d'activité 2000 - TF1
RAPPORT D'ACTIVITES 2010 - caritasdev.cd
SIXIÈME RAPPORT ANNUEL 2002
Rapport d'activité 2011 - CarPostal