Views
5 years ago

Business plan pour l'agence alimentaire - Favv

Business plan pour l'agence alimentaire - Favv

L’Agence tient à

L’Agence tient à jouer elle-même un rôle important dans les procédures de recrutement, évidemment en collaboration avec SELOR. Elle souhaite continuer à procéder elle-même (en régie) au recrutement de contractuels. L’Agence va devoir de plus en plus se justifier sur le plan juridique et sera de plus en plus responsable de faire respecter des réglementations souvent complexes. Il est dès lors nécessaire de disposer d’un service juridique à part entière. Pour la formation du personnel de l’Agence, un montant supplémentaire de 100.000 € par an est prévu. La réduction de personnel sera réalisée par le biais des départs naturels, des départs d’agents contractuels et d’un passage à la cellule «Validation des systèmes d’autocontrôle». 4.11. Prévention et gestion de crise La prévention et la gestion des crises constituent des tâches cruciales de l’AFSCA. L’Agence alimentaire doit donc disposer le plus rapidement possible de tous les instruments nécessaires à cette fin. Les crises éventuelles doivent être abordées en collaboration avec les structures de gestion de crise des autres instances officielles. Trois aspects sont d’une importance primordiale : l’anticipation, la réaction rapide et la continuité de l’action de l’AFSCA pendant la crise, tout en prêtant attention à une communication interne et externe optimales. L’Agence alimentaire doit pouvoir disposer à court terme d’un système de chambre de notification, de la construction d’une veilleuse pour l’assistance de crise, d’un plan d’urgence générique et de plans d’urgence spécifiques aux secteurs. Certains stakeholders de l’AFSCA doivent être impliqués dans l’établissement et la mise à l’épreuve des scénarios de crise. A l’heure actuelle, l’AFSCA dispose d’une réserve d’un montant de 20 millions d’€. Une partie de cette réserve est nécessaire en tant que fonds de roulement. L’AFSCA va réserver un montant de 10 millions d’€ au financement des coûts opérationnels liés à la gestion des incidents dans la chaîne alimentaire. Un protocole détaillé sera conclu en ce qui concerne la gestion et l’utilisation de ces réserves. B U S I N E S S P L A N 55

56 L’AGENCE ALIMENTAIRE 4.12. Collaboration public-privé 4.12.1. Les organismes d’accréditation et de certification L’arrêté sur l’autocontrôle dit qu’il est de la responsabilité des opérateurs de disposer d’un système d’autocontrôle (SAC) à partir du 1er janvier 2005. L’AR ne stipule pas que ce SAC doit être obligatoirement validé, mais il prévoit la possibilité que la validation d’un SAC soit confiée par l’agence à un tiers disposant d’une accréditation à cette fin. Pour les secteurs ayant un guide sectoriel validé, l’AFSCA profitera de cette possibilité et offrira aux entreprises la possibilité de faire valider leur SAC par un organisme de certification (OCI). L’AFSCA validera elle aussi le SAC à la demande d’une entreprise. Un audit par l’AFSCA se limitera toutefois à la vérification de la conformité avec les dispositions de l’AR et n’aboutira en aucun cas à une certification. Seul le résultat de l’audit sera communiqué. De plus, un mécanisme encourageant les entreprises à faire valider leur SAC par un OCI sera intégré dans le financement de l’AFSCA. 4.12.2. Collaboration avec des médecins vétérinaires indépendants La nouvelle collaboration avec les vétérinaires indépendants sera basée sur une description claire et sans ambiguïté, grâce à une convention-cadre et à des conventions partielles, des tâches à accomplir ainsi que la nature de la relation entre l’agence et les vétérinaires indépendants. Cette description entraînera une plus grande responsabilité et une plus grande conscience des responsabilités de ces partenaires. De plus, leur travail en sera revalorisé. Une attention spéciale sera consacrée à la procédure de sélection des vétérinaires sur base de leurs connaissances et de leur personnalité, ainsi qu’à l’absence de conflits d’intérêts. De plus, ils seront évalués à intervalles réguliers. Une évaluation négative entraînera la cessation de leur collaboration avec l’agence.

Business Plan - unido
PLAN D'AFFAIRES 2005 - Agence Française de Développement
l'afd, partenaire du secteur prive au senegal - Agence Française de ...
Rapport annuel 2005 - Agence Française de Développement
Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaine Alimentaire ... - FAVV
Rapport d'activités 2011, Agence Fédérale pour la Sécurité ... - Favv
plan de contrôle pluriannuel intégré de la belgique 2009-2011 - Favv
l'afsca: 10 ans au service de la sécurité alimentaire - Favv
Guide d'autocontrôle dans le secteur Horeca - Favv
Avis 10-2012 du Comité scientifique de l'AFSCA - FAVV
Rapport de la réunion n° 2011-3 du comité consultatif de l ... - Favv
Rapport d'activités 2007 de l'AFSCA - FAVV
MANCP de la Belgique (2012-2014) - Favv
Business-Plan-2015-06
evaluation des plans de securite alimentaire dans la region de ...
Business Plan - UTC
Généralités sur le business plan
plan de securite alimentaire de la commune rurale de kiffosso i
plan de securite alimentaire commune rurale de kolongo
La création d'entreprise A. Le contenu d'un business plan B. Les ...
PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE FANGA
Consultant Formateur en Restauration et Sécurité Alimentaire - CV
Gestion d'une Toxi infection alimentaire collective(TIAC) Plan - Anfh
Plan de suivi Informatique HENALLUX - Agence pour l'Evaluation ...
Plan de suivi Informatique IFOSUP Wavre - Agence pour l'evaluation ...
Plan de suivi Informatique HELB Prigogine - Agence pour l ...
Systèmes de communication hybrides - Panasonic Business