Views
4 years ago

Rapport d'activités 2003

Rapport d'activités 2003

4 prévention et gestion

4 prévention et gestion de crise partie 216 1.3. Rappels de produits Tout comme dans d’autres secteurs, les acteurs au sein du secteur agro-alimentaire sont responsables de leurs produits. Si, à la suite de ses contrôles ou par le biais d’autres canaux, l’Agence alimentaire prend connaissance d’une non conformité d’un produit qui se trouve déjà dans le commerce, l’Agence veille à ce que le produit en question soit retiré du commerce et à ce que le consommateur en soit informé. Certaines non-conformités représentent un danger aigu direct, d’autres peuvent entraîner l’exposition de la population à des dangers chimiques, microbiens et physiques. En fonction de la situation, l’Agence alimentaire prend elle-même l’initiative sur le plan de la communication, via un communiqué de presse. Une rubrique séparée dans la partie « consommateurs » du site internet de l’AFSCA donne un aperçu spécifi que de ces rappels ou « recalls ». En 2003, on a par exemple signalé 10 rappels. 1.4. CONSUM Consum a été lancé en 2000 dans le prolongement de la crise de la dioxine. En 2001, le programme de monitoring a été élargi aux contrôles de certains autres contaminants. Les résultats de CONSUM sur les trois dernières années sont repris au tableau 4.1. Tableau 4.1 : Résultats de CONSUM pour 2000-2003 Contaminant 2000 2001 2002 2003 PCB Dioxines Métaux lourds Mycotoxines Protéines animales transformées Nombre d’ analyses Dépassements (%) Nombre d’ analyses Dépassements (%) Nombre d’ analyses Dépassements (%) Nombre d’ analyses Dépassements (%) Nombre d’ analyse Dépassements (%) 11.669 0,09 1.205 1,49 11.286 0,05 Le tableau 4.1 révèle une nette diminution pour tous les contaminants analysés. 11.821 0,03 11.308 0,02 En cas de dépassement, une enquête est eff ectuée dans l’entreprise concernée pour essayer de découvrir la cause du dépassement de la norme et de retracer les produits contaminés. 1.111 1,17 1.338 0.45 1.504 1,00 498 1,61 998 1,00 1.435 0.35 1.193 0,18 448 0,22 849 0,35 876 0.46 1.940 0,88 815 0,00

En fonction de la gravité du dépassement, une procédure d’information ou une procédure d’alerte est lancée. De plus amples d’informations spécifi ques au sujet de CONSUM sont reprises dans la Partie 3. 1.5. Tests ESB Avant 2001, les tests ESB étaient eff ectués sur les animaux présentant des symptômes cliniques ou qui étaient suspects pour d’autres raisons. En application de la réglementation européenne en la matière, les tests ont été étendus depuis le 1er janvier 2001 à tous les bovins âgés de plus de 30 mois abattus pour la consommation humaine, à tous les bovins âgés de plus de 24 mois faisant l’objet d’un abattage de nécessité et à tous les cadavres de bovins de plus de 24 mois. Le nombre de tests réalisés annuellement s’est dès lors fortement accru depuis ce moment. Tableau 4.2 : Résultats des tests ESB pour 2001-2003 2001 2002 2003 Nombre d’analyses 377.909 450.419 392.463 Nombre de positifs 46 38 15 Pourcentage de positifs 0,012 0,008 0,004 Le tableau 4.2 révèle une nette diminution du nombre de tests ESB positifs. En cas de résultats positifs, des tests complémentaires sont réalisés. Si ceux-ci s’avèrent également positifs, on ne détruit plus, (l’animal positif compris) que les cohortes d’âge et les descendants des animaux positifs. Avant cette date, tous les bovins présents dans l’exploitation dont provenait l’animal positif étaient détruits, de même que les cohortes d’âge et les descendants qui se trouvaient dans d’autres exploitations. De plus amples informations spécifi ques sur l’ESB sont reprises dans la Partie 3, Chapitre 1 er . 217

Rapport d'activité 2009 - LPO
RAPPORT D'ACTIVITÉ
RAPPORT D’ACTIVITÉ
RAPPORT ANNUEL 2003 - IEDM
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2010
RAPPORT D’ACTIVITÉ