Views
5 years ago

Rapport d'activités 2003

Rapport d'activités 2003

3 activités de

3 activités de contrôle partie 82 1.2.2. Surveillance épidémiologique des maladies des animaux 1.2.2.1. Ruminants 1.2.2.1.1. L’ESB chez les bovins Les mesures radicales en vue d’une importante protection du consommateur à l’égard de la variante humaine de l’ESB ou Encéphalopathie spongiforme bovine consistent, d’une part, en un programme de contrôle national étendu et, d’autre part, en une interdiction totale (depuis le 1er janvier 2001) de donner des protéines animales comme aliment à tous les animaux domestiques agricoles. Le programme de contrôle se compose d’une analyse de la matière cérébrale de tous les animaux à risques, à l’aide des « tests rapides d’ESB ». A l’abattoir, les bovins de plus de 30 mois sont testés. Tant pour les bovins abattus par nécessité que pour ceux apportés morts à l’usine de destruction, ce test est eff ectué à partir de l’âge de 24 mois. La réalisation pratique de ces tests rapides comprend deux phases : l’échantillonnage et l’analyse proprement dite. L’échantillonnage se fait à l’abattoir pour les animaux abattus ou après transport à l’entreprise de destruction pour les animaux morts. Lorsque l’analyse de l’échantillon par un laboratoire agréé fournit un résultat favorable, la carcasse est débloquée. Le résultat est-il au contraire défavorable, la carcasse est alors saisie et détruite. Tous les déchets de l’animal sont également détruits. Comme mesure directe, on recherche immédiatement aussi l’exploitation de provenance (=dernière exploitation) et d’origine (=exploitation de naissance), ainsi que les autres exploitations où l’animal a séjourné. En attendant les résultats défi nitifs, ces exploitations sont bloquées. Les descendants des bovins femelles atteints ainsi que les animaux de la cohorte de naissance sont également recherchés et sont bloqués dans leurs troupeaux actuels. L’enquête épidémiologique est lancée. Le laboratoire agréé transmet les échantillons avec résultat défavorable au laboratoire de référence pour complément d’analyse d’ESB. Ce laboratoire de référence eff ectue les « tests classiques » nécessaires (tests de référence) pour confi rmation ou infi rmation du test rapide. Outre cette surveillance à l’aide de tests rapides, une surveillance épidémiologique assure le dépistage d’ESB chez les animaux vivants par un vétérinaire agréé dans les exploitations pour bovins, par un vétérinaire agréé sur les marchés aux bestiaux et par les vétérinaires contrôleurs à l’arrivée aux abattoirs. Tout bovin présentant des troubles neurologiques pouvant révéler la maladie ou dont la cause est inconnue, est considéré comme suspect d’ESB et est soumis à des tests de diagnostic. Afi n d’empêcher au maximum la transmission d’ESB à la chaîne alimentaire, non seulement les animaux déclarés impropres sont entièrement retirés de la chaîne alimentaire avec les matériels à risque qui les accompagnent, mais également tous les matériels à risque spécifi és (MRS) d’animaux déclarés propres à la consommation (non contaminés par l’ESB).

Passage à un assainissement partiel Depuis le 1er octobre 2003, les abattages sanitaires des troupeaux frappés par l’ESB sont limités aux cohortes d’âge et aux descendants des animaux positifs. Cette décision a été prise sur base de l’avis de la commission d’experts scientifi ques de la Commission européenne et du Comité scientifi que de l’AFSCA. Seuls les animaux nourris dans les mêmes conditions que l’animal positif ont une chance accrue d’être porteurs de la maladie. L’évolution des connaissances scientifi ques a rendu superfl us les assainissements complets, du point de vue de la protection de la santé publique. Le passage des assainissements totaux à des assainissements partiels va ramener le nombre d’animaux détruits à 11 - 12 % du nombre d’animaux détruits auparavant. Ces chiff res doivent être interprétés avec une certaine réserve car le type d’exploitation bovine peut avoir un eff et sur cette diff érence. Tableau 3.11 : Résultats des analyses d’ESB ches les bovins Groupe cible Nombre d’échantillons Positifs Négatifs Clos d’équarrissage 33.6915 33.686 Abattages de nécessité 1.214 0 1.214 Suspicion chez un bovin avec symptômes cliniques lors de l’expertise ante mortem + bovin mort pendant le transport vers l’abattoir 79 BE 3 LUX 1 ESP 0 83 Abattoir : bovins de boucherie normaux 356.184 10 356.174 Animaux mis à mort et analysés lors de l’éradication d’un foyer d’ESB Suspicion clinique dans l’exploitation agricole ou sur le marché au bétail 1.125 BE 1 FR 0 1.126 167 0 167 Total 392.465 15 392.450 En 2003, un total de 15 cas d’ESB ont été constatés : 10 animaux atteints ont été retrouvés via le test rapide à l’abattoir et 5 cas ont été découverts lors de l’enquête à l’entreprise de destruction. Le nombre d’animaux trouvés positifs suit une tendance nettement décroissante ces dernières années : en 2002 et en 2001, on avait encore enregistré respectivement 38 cas et 46 cas d’ESB. 83

2009 Rapport d'activité - Vétoquinol
RAPPORT D'ACTIVITES 2010 - caritasdev.cd
Rapport d'activité 2000 - TF1
RAPPORT ANNUEL 2003 - IEDM
Rapport d'activité 2007 - pdf - Anru
Rapports d'activités - ANREVA L
Rapport d'activité - AWE
Rapport d'activité 2008 - FIFA.com
RAPPORT D'ACTIVITÉ 2010 - Ordiecole.com
Rapport d'activités 2012 - Apsam
RAPPORT D'ACTIVITÉ 2012 - Fipoi
Rapport d'activité - Communauté de Communes de Brocéliande
rapport annuel 2003 - valorlux.lu
Rapport d'activité 2009 - Cité de la musique
Télécharger le rapport d'activité IRSN 2006.
Rapport d'activité 2008/2009 - FIFA.com
Rapport d'activités 2009 - Groupe URD
Rapport d'activité 2012 - association païdos
Rapport d'activités - Tribunaux judiciaires du Québec
Rapport d'activité 2011 - Poste Immo
Rapport d'activités 2010 maisons de justice (PDF, 26.84 MB)
RAPPORT ACTIVITE DEFINITIF 2003 -2009 final - LEARY.CSOFT.NET