Views
4 years ago

Rapport d'activités 2005

Rapport d'activités 2005

2.1. Les Laboratoires

2.1. Les Laboratoires Fédéraux pour la Sécurité Alimentaire de Melle et de Gembloux Activités des laboratoires 187 Les analyses microbiologiques sont centralisées à Melle et Gembloux depuis 2004. En 2005, des échantillons de lait, produits laitiers, poisson, viande, herbes aromatiques et autres aliments y ont été analysés. Le nombre de pathogènes recherchés s’est également accru. A Melle, le champs d’action a été élargi au dénombrement de Listeria monocytogenes, une bactérie responsable de méningites, ainsi que de la recherche d’E. coli O157:H7, pouvant provoquer une intoxication alimentaire voire un décès. Une nouvelle méthode de détermination de Clostridium perfringens a été introduite à Gembloux. Par rapport à 2004, le nombre d’échantillons a légèrement augmenté en 2005 à Melle, tandis que le nombre d’analyses a diminué. Cette diminution s’explique par une forte diminution du nombre d’analyses de composition chimique dans le plan de contrôle 2005. Cette diminution a été compensée partiellement par une augmentation de ces analyses pour le compte du BIRB (27% à Melle et 47% à Gembloux). En 2005, la caractérisation de la nature des acides gras dans les graisses au moyen de la chromatographie gazeuse a été transférée à Gembloux. La diminution du nombre d’analyses de PCB et de pesticides organochlorés e ectuées à Gembloux s’est poursuivie. C’est le laboratoire de Tervuren qui s’est spécialisé dans ce type d’analyse depuis 2004. Les laboratoires de Melle et de Gembloux disposent tous deux d’un système de dispatching. Les échantillons prélevés par les contrôleurs et inspecteurs de l’AFSCA sont rassemblés à l’UPC de l’agent qui a e ectué le prélèvement. Ils sont collectés une fois par jour par un service de transport interne à l’Agence et sont acheminés vers le centre de dispatching de Melle ou de Gembloux pour y être triés et soit redistribués vers un des laboratoires de l’Agence, soit conservés jusqu’à leur enlèvement par les laboratoires privés. Les résultats des analyses sont ensuite introduits dans le système informatique IG/IMP et envoyés à l’UPC qui a demandé l’analyse. L’année 2005 était la première année entière d’application du système de dispatching qui a évolué et s’est amélioré. Pour les laboratoires de Melle et de Gembloux cela signi ait une réorganisation considérable des activités administratives et de laboratoire. Aucun membre du personnel n’a été recruté dans ce but à Gembloux.

Rapport d’activités 188 2.2. Le Laboratoire Fédéral pour la Sécurité Alimentaire de Gand Le laboratoire de Gand est le plus grand laboratoire de l’Agence. Il est caractérisé par deux sections principales : la section « résidus et contaminants » et la section « chimie inorganique ». La première section se concentre sur les résidus de substances interdites et de médicaments vétérinaires dans des échantillons de matières fécales, de viande et de foie. En 2004, le nombre d’échantillons analysés a diminué de 26 % par rapport à 2003. Cela était principalement dû à la suppression d’environ 5.000 analyses de PCB dans les aliments, analyses qui ont été transférées au laboratoire de Tervuren. Cette diminution a été compensée en développant de nouvelles méthodes d’analyses pour de nouvelles matrices, comme les denrées alimentaires végétales, les viandes, les œufs et ovoproduits, les produits laitiers, les poils, la fourrure, les graisses, l’œil et le sérum. En 2005, on a également développé et implanté des nouvelle méthodes d’analyses, comme le screening et la con rmation des bêta-agonistes (promoteurs de croissance interdits) dans la viande, des substances à e et thyréostatique (à e et de rétention d’eau) dans la viande et des matières fécales et de chloramphénicol (antibiotique interdit) dans le lait, les produits laitiers et les matières fécales. Grâce à ces extensions, le nombre d’analyses en 2005 est quasiment stable. De surcroît, plus de combinaisons d’analyses ont été demandées sur un seul échantillon. Dans la section de chimie inorganique, le nombre d’analyses de métaux dans les denrées alimentaires a doublé en 2005 par rapport à 2004. Des légumes, des fruits, des boissons, des semences, du poisson et des produits d’aquaculture ont été soumis à des analyses. Le laboratoire réalise à présent l’analyse de la teneur en cadmium et en plomb dans les fruits, légumes et céréales et de la teneur en mercure dans les aliments pour animaux, le poisson et les produits d’aquaculture. Les analyses e ectuées en 2005 sur les engrais portaient sur des analyses des boues, du compost, du terreau et des engrais phosphatés. Une troisième petite section “Globodera” e ectue des recherches des nématodes dorés dans les échantillons de sol où sont cultivés des plants de pommes de terre. Depuis le mois de novembre, les analyses sont facturées aux producteurs de plants.

Rapport d'activités 2005 - Fiscus.fgov.be
Rapport d'activité 2005 - FIFA.com
2009 Rapport d'activité - Vétoquinol
RAPPORT D'ACTIVITÉ 2011 - Vétoquinol
rapport d'activité 2005 - Sivoa
Rapport d'activités 2005-2006 - TrainForTrade - Unctad
Rapport d'activité 2012 - CarPostal
Télécharger rapport d'activité 2006Le lien est - CarPostal
Rapport d'activité 2011 - CarPostal
rapport d'activité 2005 - CRR
Rapport d'activité 2009 - LPO
RAPPORT D'ACTIVITE 2002 - DTIE
RAPPORT D'ACTIVITÉ - Valeo
RAPPORT D’ACTIVITÉ
synthèse du rapport 2005 sur le développement durable - Baxter ...
Rapport d'activités 2010 - Ligue pulmonaire
Rapport d'activité technique format PDF
Rapports d'activités - ANREVA L
Rapport d'activité - AWE
Rapport d'activité des services de l'Etat - Préfecture
RAPPORT D’ACTIVITÉ