Views
4 years ago

Rapport d'activités 2005

Rapport d'activités 2005

2.3. Le Laboratoire

2.3. Le Laboratoire Fédéral pour la Sécurité Alimentaire de Liège Activités des laboratoires 189 Depuis l’année 2004, le laboratoire de Liège centralise les analyses des paramètres de qualité des aliments pour animaux et des engrais. Le laboratoire de Liège analyse l’a atoxine M1 dans le lait et les produits laitiers et la plupart des déterminations de la présence de farines animales dans les aliments pour animaux. En 2005, le laboratoire a développé le screening des a atoxines M1 au moyen de la méthode ELISA, ainsi que la con rmation par la méthode HPLC, méthodes de routine. Il a également introduit la méthode de détection d’aliments irradiés par chromatographie gazeuse couplée à la spectrométrie de masse en 2004, et par thermoluminescence en 2005. Le laboratoire a également développé des méthodes de dosage de conservateurs. Dans ce cadre le laboratoire a implémenté en 2005 le dosage de l’acide benzoïque et de l’acide sorbique dans les boissons rafraîchissantes et dans les crevettes, ainsi que le dosage de nitrates et de sul tes dans les légumes, fruits et autres denrées alimentaires. 2.4. Le Laboratoire Fédéral pour la Sécurité Alimentaire de Tervuren Le laboratoire de Tervuren centralise depuis 2004 la détermination des PCB, dioxines (composés cancérigènes qui sont libérés lors de certains processus de combustion) et dioxinelike PCB dans les aliments pour animaux, les viandes, le lait, les œufs et depuis 2005 également dans le poisson. Le laboratoire est également spécialisé dans les analyses d’additifs et de composés indésirables dans les aliments pour animaux, les denrées alimentaires et autres produits d’origine animale. L’augmentation sensible du nombre d’échantillons analysés et du nombre d’analyses e ectuées au laboratoire de Tervuren en 2004 ne s’est plus répétée en 2005. L’importance des analyses de vitamines, antibiotiques, coccidiostatiques (médicaments vétérinaires anti-parasites) et PCB dans les aliments pour animaux a diminué considérablement en 2005. Le nombre d’analyses de denrées alimentaires et de produits d’origine animale a quant à lui augmenté. Le nombre de déterminations de dioxines a doublé en 2005. Le nombre d’analyses de mycotoxines (composés cancérigènes sécrétés par des moisissures), pesticides organochlorés et hydrocarbures aromatiques polycycliques (produits cancérigènes pouvant causer des problèmes de fertilité) ont également augmenté en 2005. Depuis 2005, parmi les analyses de mycotoxines, le laboratoire réalise la détermination de fumonisine B1 et B2 dans les céréales et les produits de céréales, ainsi que d’ochratoxine dans les boissons. Les deux méthodes sont basées sur la technique HPLC avec détecteur de uorescence.

Rapport d’activités 190 3. Les laboratoires extérieurs Pour pouvoir travailler avec l’AFSCA, les laboratoires doivent être agréés. L’AFSCA a élaboré un arrêté royal relatif à la désignation des laboratoires o ciels, xant la procédure et les conditions d’agrément des laboratoires qui e ectuent des analyses ou des contre-analyses dans le cadre des compétences de l’AFSCA. Pour pouvoir être agréé par l’Agence le laboratoire doit, à partir du 1er juin 2006 : ● disposer d’une accréditation délivrée par un organisme belge d’accréditation ou un organisme avec lequel le système belge d’accréditation a un accord de reconnaissance mutuelle, pour les analyses pour lesquelles l’agrément est demandé ; ● informer l’Agence du prix unitaire des analyses et/ou de leur prix par série ; ● informer l’Agence du niveau de performance technique qu’il est capable d’atteindre par secteur d’analyse; ● respecter les délais convenus pour e ectuer les analyses ; ● participer aux essais interlaboratoires organisés au niveau national ou international ou par l’Agence, lorsque l’Agence en fait la demande ; ● ne pas avoir de lien avec des activités pouvant entraîner un con it d’intérêts. 4. Les laboratoires de référence Les laboratoires de référence constituent l’appui scienti que de tout le réseau. Ils ont été désignés au niveau national et international pour soutenir les laboratoires nationaux au niveau scienti que et technique. Ces centres d’expertises assurent le développement et la standardisation des méthodes d’analyse et l’organisation d’essais comparatifs en tant que contrôle externe de la qualité. Ils assurent les formations techniques et scienti ques et coordonnent les études. Ils sont à leur tour soutenus par les laboratoires de référence de la Communauté européenne. Les laboratoires nationaux de référence dépendent du SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, de la Région wallonne, de ‘Vlaamse Gemeenschap’ et d’Institutions universitaires ou publiques. Le CERVA a organisé en 2005 des tests interlaboratoires relatifs à l’isolement de diverses espèces de la bactérie Salmonella et de sa sérologie.

rapport d'activité 2005 - Sivoa
Rapport d'activité 2005 - FIFA.com
Télécharger rapport d'activité 2006Le lien est - CarPostal
Rapport d'activité 2011 - CarPostal
RAPPORT D'ACTIVITE 2002 - DTIE
RAPPORT D'ACTIVITÉ - Valeo
Rapport d'activité technique format PDF
Lire le rapport d'activité 2009 - April
2009 Rapport d'activité - Vétoquinol
Rapport d’activité 2015
Rapport d'activité du GIP Genopole pour l'année 2009
rapport d'activité rapport d'activité - GL events
Rapport d'activité - Zonebourse.com
RAPPORT D'ACTIVITé - SNC-Lavalin
Rapport d'activité 2008 - Vétoquinol
Rapport d'activité 2011 - Etavis
Rapport d'activités 2006 - Inrap
Rapport d'activité 2011 - Irsst
Rapport d'activité 2008 - Cetim
Bibliothèque municipale de Bordeaux : rapport d'activité 2008
Rapport d'activités DORE - Schweizerischer Nationalfonds (SNF)
Rapport d'activités 2005 - Fiscus.fgov.be
Rapport d'activités 2009 - SWICO Recycling
Rapport annuel 2005 - Institut Luxembourgeois de Régulation
Service de Police de Winnipeg - Rapport annuel de 2005
Rapport d'activités 2010 à télécharger - ORIAPA
Rapport d'activité 2008 - Etat de Genève