Views
5 years ago

La sécurité alimentaire

La sécurité alimentaire

30 Dans le premier cas,

30 Dans le premier cas, il s’agit de la question: ‘Que faire lorsqu’il s’avère que la présence de certaines substances est inévitable dans les aliments et lorsque – d’après les connaissances scientifi ques actuelles – il n’y a pas de risque pour les consommateurs?’ (Cas ‘Résidus d’antibiotiques dans un œuf de poule?’) Dans le second cas, il s’agit de la question: ‘Peut-on, sans perdre en sécurité alimentaire, accepter d’autres normes pour les produits artisanaux, ou doit-on adopter les mêmes normes pour tous les produits?’ (Cas ‘D’autres normes pour les produits artisanaux?’) Ces travaux permettent également à l’Agence alimentaire et au Service Public Fédéral Santé Publique de collecter des éléments d’information par rapport à ces deux questions. Les cas sont présentés en annexe 7, tandis que la discussion est présentée en annexe 8. Il ressort du rapport des discussions dans les sous-groupes que cet exercice n’a pas été facile pour les citoyens. Les deux cas induisent une réponse claire ou en tout cas l’énumération de considérations pertinentes pouvant être prises en compte dans un tel contexte politique. Nous avons pu constater que des membres du panel se posent des questions quant à leur mandat de citoyen et hésitent à formuler des propositions. En tant que citoyens, ils ont souvent éprouvé des diffi cultés à s’attaquer au problème. ‘Quand j’ai lu cela, je me suis dit, c’est simple, assainissez cette chaîne alimentaire ou faites-en deux diff érentes... C’est une des propositions, des chaînes de production séparées. Oui, mais pourquoi n’a-t-on jamais fait cela alors?’ Les informations concernant l’innocuité de résidus par exemple, font que certains citoyens deviennent même méfi ants. ‘Je ne veux pas en juger. Si ce n’est pas nocif pour l’homme, ce n’est pas nécessaire pour moi. Mais s’il existe une qualifi cation pour la norme, c’est qu’il y a une raison. Et cela, je veux le savoir.’ On demande donc trois choses aux citoyens: • Qu’ils s’approprient une logique politique (par ex. une ‘liste de produits interdits’) ; • Qu’ils prennent en compte les avis scientifi ques (par ex. la précision croissante des analyses) ; • Qu’ils explicitent leurs prises de position en tant que citoyens. Les deux exposés suivants par des personnes de référence illustrent la complexité du défi . et ‘Le problème est que nous parlons en fait de produits interdits. On fabrique des aliments composés pour les porcs en y ajoutant un additif. Tout de suite après, on fabrique un aliment pour volailles. Il y subsiste quelques résidus d’aliments pour porcs. C’est interdit pour la volaille.’ ‘La faible concentration d’antibiotiques ne pose pas problème aux scientifi ques mais est-ce acceptable pour vous en tant que consommateur?’

3.2 Discussion en quatre sous-groupes 3.2.1 Cas ‘Résidus d’antibiotique dans un œuf de poule?’ Groupe 1 Les citoyens se mettent en quête d’une défi nition du problème dans l’analyse du système de production actuel: • La présence d’antibiotiques dans les aliments pour bétail est nécessaire car sinon le système de production alimentaire actuel ne fonctionnerait pas. • Certains disent que ces antibiotiques ne sont pas mauvais pour l’homme. Si c’est inoff ensif et que c’est la seule manière de maintenir la production, pourquoi pas? Mais trouvons-nous cette situation normale? • Oui mais, qu’est-ce qui n’a pas changé en cinquante ans! • Je ne vois pas vraiment de problèmes. Sur la base des informations que nous recevons ici, je pense que c’est inoff ensif. Il y a tellement de choses que nous achetons et dont nous n’avons pas besoin. Tout le monde peut se débrouiller sans voiture et nous circulons quand même tous les jours en voiture. Si c’est inoff ensif, pourquoi l’interdirions-nous? Nous faisons un problème de quelque chose qui ne l’est pas. • Nous allons vers un monde avec trop de gens, il y a trop d’élevages de porcs. C’est lié aussi aux conditions de vie. Les gens ne renoncent pas volontiers à une certaine qualité de la vie. • Je constate une évolution dans cette problématique. Dans le temps, quelqu’un qui utilisait des antibiotiques était considéré comme un fraudeur. Tandis que maintenant, c’est accepté et c’est même réglementé dans la législation. Maintenant, ce serait mal à nouveau. En avons-nous vraiment besoin? N’est-ce pas plutôt culturellement déterminé (technologiquement)? Les citoyens cherchent des solutions: • Quand j’ai lu cela, je me suis dit, c’est simple, assainissez cette chaîne alimentaire ou faites-en deux diff érentes. Ils doivent quand même faire des aliments pour porcs sans antibiotiques (pour la viande biologique, pour les animaux sur le point d’être abattus). • Pas d’antibiotiques, cela signifi e-t-il aussi pas de porcs? Ou moins? Considérons-nous cela important? Beaucoup de gens choisissent de ne pas manger de viande ou d’en manger moins. Ils n’ont plus confi ance dans la viande. • On avance toujours l’argument qu’une alternative n’est pas faisable sur le plan économique. Mais ce n’est pas parce que tout le monde achète un gsm chaque année que je dois faire la même chose. Nous en tant que consommateurs déterminons aussi l’eff ort qu’ils vont faire. Nous demandons une qualité élevée et beaucoup de viande et c’est ainsi que la production augmente. Je voudrais donc que quand je vais faire mes courses, je puisse choisir entre de la viande de porc avec ou sans antibiotique. • Les gens veulent à la fois un grand choix de produits dans le magasin et une grande sécurité. Ils veulent les deux choses en même temps et c’est impossible. Je veux dire, si on va au magasin et qu’il y a 20 sortes de yaourt, est-ce un retour au communisme s’il n’y en a que cinq? On produit de tout pour pouvoir vendre. Cela ne pourra pas durer. Je ne dis pas un seul pot de yaourt mais bien limiter le choix. Je trouve qu’il y aura quand même encore beaucoup de choix. 31

La sécurité alimentaire
Evaluation dE la Sécurité alimEntairE Et dES moyEnS d'ExiStEncE ...
un défi pour la sécurité alimentaire - Le Monde selon les femmes
La sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le contexte ... - WorldFish
IntroductIon à la sécurIté alImentaIre prIncIpes d'InterventIon
Optimiser l'impact nutritiOnnel des interventiOns sécurité alimentaire ...
La Qualite des Produits Agricoles et Alimentaires
présentation législation chambre agri 12 mai 06 - Sécurité alimentaire
Note stratégique "Agriculture et Sécurité alimentaire" - Belgium
Business plan pour l'agence alimentaire - Favv
Souveraineté alimentaire : un agenda pour agir(2008) - Cncd
Allergènes dans les denrées alimentaires ... - Hotelleriesuisse
Empballage Alimentaire - Easy catalogue
Services alimentaires - Congrès des milieux documentaires
LA GENERALE ALIMENTAIRE JOUDA - CTAA
News - SEGUREL - Votre centrale d'achats alimentaires
Application de l'évaluation des risques dans la chaîne alimentaire
les combinaisons alimentaires Public - Courrier du Livre
Lutter contre le gaspillage alimentaire - Econologie.info
Guide de réduction du sodium pour l'industrie alimentaire
Le partenariat mondial pour la sécurité alimentaire - France ...
LE DÉFI DE LA HAUSSE DES PRIX ALIMENTAIRES - Oonops
Stratégie - SEGUREL - Votre centrale d'achats alimentaires
L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2017
Crise alimentaire Elle concerne aussi nos projets Kosovo Concours ...
Typologie du gaspillage alimentaire - Crioc
alimentaire dans le Lot alimentaire dans le Lot - Lot-cci-magazine.fr