Views
4 years ago

La sécurité alimentaire

La sécurité alimentaire

46 Il ressort de

46 Il ressort de l’analyse ci-dessus que de nombreuses contributions se situent dans cette catégorie de messages. Il s’agit par exemple de faire une stricte distinction entre certains phénomènes (par ex. l’administration préventive et curative d’antibiotiques), de vérifi er la signifi cation de certaines notions (par ex. date de péremption), d’expliquer une approche juridique et les notions y aff érentes (par ex. qu’est-ce qu’un additif?), de décrire en langage courant certains principes généraux (par ex. la sécurité alimentaire suppose qu’une même norme soit appliquée à tous les produits). Messages ‘objectifs’ Ces sont des messages qui consistent à communiquer des informations relatives à la réalité (physique et sociale). Pour démontrer leur objectivité, les personnes de référence renvoient par ex. à la méthode qui a permis de recueillir ces connaissances, aux vérifi cations que ces connaissances ont subies, etc. Les personnes de référence constituent par excellence un groupe qui peut apporter une contribution importante à ce domaine de connaissances objectives. Dans cette initiative, les personnes de référence présentes ont donné des explications plénières quant au cadre légal et aux procédures à suivre. Une discussion en panel off re rarement l’occasion d’approfondir des notions scientifi ques et la manière dont ces notions ont été testées scientifi quement. Les avis concernant par exemple le fait de ne pas manger de viande et les risques qui sont liés à cette option, la nécessité des antibiotiques dans l’élevage des porcs, l’évaluation des pour et des contre du seul usage curatif des antibiotiques (cfr Suède) en restent nécessairement au niveau de pures ‘prises de position.’ Le risque existe que les auditeurs considèrent ces interventions comme un message normatif, même si ce n’était pas du tout l’objectif du locuteur. Messages normatifs Ce sont les messages dans lesquels sont évoqués les besoins sociaux, les formes appropriées de vie collective, les valeurs normatives, etc. Il n’existe pas de méthode communément acceptée pour justifi er la validité de choix normatifs. Ce qui existe en revanche, ce sont des règles communément acceptées pour favoriser une discussion ouverte sur des valeurs collectives. À certains moments, les personnes de référence présentes ont communiqué très explicitement un message normatif: ‘l’importance de l’éducation’, ‘pas de législation à deux vitesses’, ‘le principe de la responsabilité partagée’, ‘l’accessibilité au niveau du prix’, ‘pas de renforcement de la législation à cause de cas frauduleux’, ‘l’importance d’une alimentation équilibrée’. Les locuteurs reviennent ici sur des valeurs et des principes déterminants dans la réfl exion actuelle concernant la sécurité alimentaire et sur des valeurs convertibles dans une politique. Ici aussi, le choix d’une discussion en panel ne laisse pas vraiment l’occasion de chercher d’éventuels nouveaux principes. On disposait de trop peu de temps pour traiter de manière plus explicite des diff érences éventuelles entre une perspective citoyenne et une perspective politique. Messages subjectifs Ce sont les messages dans lesquels le locuteur renvoie à sa propre subjectivité, comme la peur, la joie, la frustration. Leur validité s’appuient ici sur l’authenticité et la droiture du locuteur. On a constaté que les personnes de référence utilisaient parfois la forme interrogative dans leurs interventions. Au moyen de phrases telles que ‘Comment interprétez-vous ces notions?’ ‘Avez-vous

esoin de plus de transparence, de plus d’informations à ce sujet? Cela vous aiderait-il?’, les personnes de référence expriment une curiosité sincère à l’égard de la vision des citoyens. L’appel à davantage de confi ance dans l’expert illustre dès lors aussi le souhait dans le chef de l’expert de jouer un rôle contemporain dans de tels entretiens avec les citoyens. Voulons-nous retourner à une diff érence claire entre la position de l’expert et celle du profane et la confi ance qui va de pair ou de telles initiatives stimulent-elles une autre manière de penser et d’agir concernant la relation entre expert et citoyen? 3.5 Questions à approfondir L’Agence alimentaire et le Service Publique Fédéral Santé Publique soumettent aux membres du panel trois questions qu’ils souhaitent voir approfondir. Plusieurs membres du panel y ont ajouté une quatrième question. 1. Peut-on, sans perdre en sécurité alimentaire, accepter d’autres normes pour les produits artisanaux ou doit-on appliquer les mêmes normes à tous les produits? Quels sont les arguments? 2. Hier, on a mis le doigt sur une contradiction - On ne doit pas détruire les poulets qui ne constituent aucun danger pour la santé publique. - Mais la législation ne peut être assouplie. Que pensez-vous à ce sujet, quels sont vos arguments? 3. Légalement, on exige une ‘présence zéro’ de certaines substances dans l’alimentation. Dans la pratique, cette exigence s’avère parfois irréalisable. Que doit-on faire dans ces cas-là, lorsque – d’après les connaissances actuelles – il n’y a pas de risque pour l’homme? 4. Quel est d’après vous le rôle de la communication et de l’information? Les membres du panel essaient, tant en sous-groupes que durant la session plénière, de formuler leurs réponses aux diff érentes questions. 3.5.1 Réponses à la question 1 Les membres du panel se posent des questions quant aux suppositions implicites se dissimulant derrière la question posée: Est-il vrai qu’à normes égales, les produits artisanaux deviendront plus chers? ‘La production artisanale présente quand même aussi des avantages: moins de frais de transport, de conservation et d’emballage?’ ‘Et si en conséquence de ces normes égales, il y a une diff érence de prix, est-ce au producteur ou au consommateur à la supporter?’ Est-il vrai qu’à normes inégales, les produits artisanaux deviennent aussi moins sûrs? Il y a des labels de qualité: ‘Les producteurs artisanaux instaurent des labels de qualité pour se distinguer de l’industrie et nous convaincre que leur produit est bon. Je leur fais confi ance.’ 47

La sécurité alimentaire
Evaluation dE la Sécurité alimEntairE Et dES moyEnS d'ExiStEncE ...
La sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le contexte ... - WorldFish
IntroductIon à la sécurIté alImentaIre prIncIpes d'InterventIon
Optimiser l'impact nutritiOnnel des interventiOns sécurité alimentaire ...
Note stratégique "Agriculture et Sécurité alimentaire" - Belgium
un défi pour la sécurité alimentaire - Le Monde selon les femmes
présentation législation chambre agri 12 mai 06 - Sécurité alimentaire
La Qualite des Produits Agricoles et Alimentaires
Empballage Alimentaire - Easy catalogue
Business plan pour l'agence alimentaire - Favv
Application de l'évaluation des risques dans la chaîne alimentaire
alimentaire dans le Lot alimentaire dans le Lot - Lot-cci-magazine.fr
LA GENERALE ALIMENTAIRE JOUDA - CTAA
Souveraineté alimentaire : un agenda pour agir(2008) - Cncd
L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2017
Typologie du gaspillage alimentaire - Crioc
News - SEGUREL - Votre centrale d'achats alimentaires
Allergènes dans les denrées alimentaires ... - Hotelleriesuisse
Guide de réduction du sodium pour l'industrie alimentaire
Lutter contre le gaspillage alimentaire - Econologie.info
les combinaisons alimentaires Public - Courrier du Livre
Services alimentaires - Congrès des milieux documentaires
Allergènes dans les denrées alimentaires vendues en vrac
Conséquences sur les constituants alimentaires - Master VRV ...
Repression des insectes et acariens dans les denrees alimentaires ...
LE DÉFI DE LA HAUSSE DES PRIX ALIMENTAIRES - Oonops
Cultiver un Avenir Meilleur: La justice alimentaire ... - Oxfam-Québec