Introduction : les droits de l'enfant - Filme für eine Welt

filmeeinewelt.ch

Introduction : les droits de l'enfant - Filme für eine Welt

Les enfants du monde nous racontent Introduction : les droits de l’enfant Page 1

Quelques étapes sur

le chemin qui a conduit

à la Convention des

droits de l’enfant

1924

La Société des Nations

adopte la Déclaration des

Droits de l’Enfant connue

sous l’appellation de

Déclaration de Genève.

1945

Création de l’Organisation

des Nations Unies (ONU).

1946

L’ONU reprend la Déclaration

de Genève et crée le

Fonds des Nations Unies

pour l’enfance (UNICEF).

1948

L’ONU adopte la Déclaration

universelle des droits

de l’homme – l’article 25,

alinéa 2, de cette déclaration

précise :

« La maternité et l’enfance

ont droit à une aide et à

une assistance spéciales.

Tous les enfants, qu’ils

soient nés dans le mariage

ou hors mariage, jouissent

de la même protection

sociale. »

Introduction : les droits de l’enfant

Les enfants n’ont pas de lobby. En raison de leur statut, ils sont particulièrement vulnérables

et ont donc besoin d’une protection spéciale. C’est sur ce constat que se fondent les droits de

l’enfant. Reconnaître aux enfants des droits qui leur sont propres, c’est renforcer leur position et

les considérer comme des êtres humains autonomes, sujets de droit.

Le 20 novembre rappelle partout dans le monde que les Nations Unies ont adopté en 1989 les

droits fondamentaux des enfants. Tous les Etats du monde (sauf les Etats-Unis et la Somalie) ont

signé ce traité. La Suisse a pour sa part ratifié la convention en 1997 et les droits de l’enfant sont

intégrés à la nouvelle Constitution fédérale.

Jusqu’aux temps modernes, l’enfant était considéré comme la propriété de ses parents, en particulier

de son père. Les adultes décidaient de sa vie, de sa formation et de son emploi. De son

côté l’enfant devait obéissance. Ce n’est qu’au moment de l’industrialisation et de l’introduction

de l’école obligatoire que la « société civile » s’est mise à faire la distinction entre le monde des

enfants et celui des adultes ; c’est ainsi que la discussion concernant l’obéissance et le devoir des

enfants a pu évoluer. Le regain d’attention suscité par les droits de l’homme depuis les révolutions

survenues en Amérique (1776) et en France (1789) a conduit aussi à une réflexion en profondeur

sur la situation des enfants. Ainsi, en Grande-Bretagne, le travail en fabrique pour les enfants de

moins de 9 ans a été interdit en 1833 par l’ « English Factories Act » tandis qu’en 1842, le travail

dans les mines était soumis à des restrictions par le biais du « Mines Act ». En 1896, le Code civil

a introduit en Allemagne des peines à l’endroit des parents qui maltraitaient leurs enfants ou s’en

occupaient mal. En 1899, des tribunaux de mineurs ont été créés aux Etats-Unis. Jusqu’alors, les

enfants étaient traités comme des adultes par le tribunal. La pédagogue Ellen Key a déclaré en 1902

que le 20 e siècle serait celui de l’enfant. Même si l’exploitation, le travail ou la prostitution continuent

de priver d’innombrables enfants de leur enfance, le 20 e siècle a effectivement posé des jalons

importants dans l’histoire des droits de l’enfant.

En 1924, la Société des Nations a adopté, sur la base d’un document rédigé par la société de protection

de l’enfant Save the Children, une « Déclaration des droits de l’enfant » dite « de Genève ».

Celle-ci devait permettre de promouvoir les soins et la protection des enfants dans l’entre-deuxguerres.

Malgré tout, on a considéré longtemps qu’il était superflu de créer un instrument juridique

international spécialement pour les enfants.

Les enfants étant des êtres humains, les droits de l’homme étaient aussi valables pour eux. Mais

dès la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, on s’est rendu compte que l’on

n’avait pas toujours pensé aux enfants lors de la formulation des droits. Après plusieurs années

de travaux préparatoires, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté finalement le 20 novembre 1959

la « Déclaration des droits de l’enfant ». C’est pour cette raison que le 20 novembre est la Journée

des droits de l’enfant.


Les enfants du monde nous racontent Introduction : les droits de l’enfant Page 2

1959

Le 20 novembre,

l’Assemblée générale de

l’ONU adopte à l’unanimité

la Déclaration des droits

de l’enfant.

C’est la raison pour laquelle

la « Journée des droits

de l’enfant » a lieu chaque

année à cette date.

1979

Année Internationale de

l’Enfant. Le projet d’une

Convention relative aux

droits de l’enfant est lancé

la même année.

1989

Le 20 novembre,

l’Assemblée générale

des Nations Unies adopte

à l’unanimité la Convention

relative aux droits de

l’enfant. Celle-ci entre en

vigueur le 2 septembre

1990.

1997

La Suisse ratifie la

Convention relative aux

droits de l’enfant le 24

février. Elle entre en

vigueur en Suisse le 26

mars 1997.

La Convention est intégrée

aujourd’hui au système

juridique suisse et a donc

force de loi pour les autorités

à l’échelon fédéral,

cantonal et communal.

La Convention relative aux droits de l’enfant

C’est le 20 novembre 1989, 30 ans après la Déclaration des droits de l’enfant et 10 ans après

l’Année Internationale de l’Enfant, que la Convention relative aux droits de l’enfant a été adoptée

par l’Assemblée générale des Nations Unies.

Cette convention a permis d’élever les droits de l’enfant au rang des droits de l’homme et ils ont

force de loi en droit international. La Convention relative aux droits de l’enfant s’applique à tous

les enfants et les jeunes de moins de 18 ans. Elle définit des normes valables dans le monde entier

pour une société respectueuse des enfants et oblige les gouvernements à observer les droits des

enfants, à les protéger et à les mettre en oeuvre dans leur législation et leur politique. En l’an 2000,

deux protocoles additionnels à la Convention des droits de l’enfant ont été adoptés à Genève :

• L’un concerne la protection des enfants dans les conflits armés (le protocole est entré en vigueur

en février 2002 avec 35 Etats parties ; aujourd’hui, plus de 50 Etats l’ont ratifié),

• L’autre concerne la protection contre la vente d’enfants, la pornographie mettant en scène des

enfants et la prostitution des enfants (ce protocole est entré en vigueur en janvier 2002 avec

32 Etats parties ; 49 Etats l’ont déjà ratifié).

Les Etats parties s’engagent à poursuivre pénalement l’exploitation sexuelle d’enfants et à améliorer

la coopération internationale concernant la poursuite et la lutte contre ces délits.

Des manques au niveau de l’application

En vertu de l’article 1 de la Convention des droits de l’enfant, tout être humain de moins de 18 ans

est un enfant. Pourtant, de nombreuses constitutions nationales prévoient la majorité à 14 ans

seulement, ce qui restreint fortement la protection des enfants et leurs droits.

Mais l’enfance n’est pas seulement définie par des lois. Elle est marquée de manière prépondérante

par la culture, la religion, la nationalité et l’appartenance sociale. De ce fait, elle diffère d’un

pays à l’autre. L’enfance n’est pas considérée partout comme une période de la vie indépendante,

comme une étape préservée durant laquelle les enfants peuvent grandir, apprendre et s’épanouir.

De nombreux savoir-faire et compétences font tout naturellement partie de la vie courante pour les

enfants des pays du sud. Les enfants, en particulier ceux qui vivent dans des conditions de pauvreté,

doivent endosser très tôt des responsabilités, qu’il s’agisse d’eux-mêmes ou de leur famille.

Même dans les pays dont la législation l’interdit, il y a des enfants de huit ans qui travaillent dix

heures par jour ou plus. L’enfance est de surcroît marquée par l’appartenance à un sexe : dans les

pays de l’hémisphère sud, les filles sont souvent considérées comme des membres de la société

de moindre valeur. Dans de nombreux pays, elles font généralement partie de la famille de leur

époux après leur mariage. A quoi bon investir dans l’instruction d’une fille si elle peut être bien plus

utile dans les travaux ménagers ou pour contribuer au gagne-pain ? Ces convictions constituent un

désavantage supplémentaire pour les filles.

Reconnaissance et application de la Convention par la Suisse

Le Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant est entrée en vigueur en Suisse le 26 mars

1997. En 2002, la Suisse a également signé les deux protocoles additionnels. Tous les Etats parties

ont l’obligation de déposer tous les cinq ans un rapport concernant la mise en oeuvre de la

Convention. Le premier rapport a été remis en 2002 par le gouvernement suisse au comité des

droits de l’enfant de l’ONU. Au moment de l’audition, il a été également tenu compte du « rapport

indépendant » établi parallèlement par 46 organisations non gouvernementales. Dans leur rapport,

les ONG, emmenées par UNICEF Suisse, ont mis en avant les lacunes suivantes au niveau

de l’application : soutien insuffisant apporté aux familles concernées par la pauvreté, manque

d’intégration et de soutien des enfants étrangers et des requérants d’asile mineurs et insuffisance

de la participation des enfants dans les questions les concernant. Le Comité de l’ONU a repris les

points essentiels de cette critique dans ses recommandations à l’adresse de la Suisse. Le second

rapport de la Suisse aurait dû être déposé en 2007. Jusqu’à la rédaction du texte présent (fin août

2009), ce rapport n’avait toujours pas été remis.


Les enfants du monde nous racontent Introduction : les droits de l’enfant Page 3

Suggestions didactiques Objectifs :

• Les enfants imaginent un monde juste.

• Les enfants se familiarisent avec les droits de l’enfant.

• Ils établissent un lien avec leur vie de tous les jours.

• Ils repèrent certaines violations des droits de l’enfant.

• Ils sont capables de considérer les différents films à la lumière des droits de l’enfant.

Objectifs partiels Méthode Durée Matériel

Introductions aux droits Les enfants ferment les yeux et se relaxent. Enseignant-e : 10-15

de l’enfant

imagine que tu te réveilles, un matin, et qu’une voix annonce

Voyage imaginaire

à la radio : un miracle s’est produit cette nuit, le monde est

devenu pacifique et juste pour tous les enfants.

Laisse jaillir en toi les images évoquées par une telle réalité.

Autres questions pour guider le voyage imaginaire

• Comment se présenterait la situation chez nous ?

• Comment se présenterait la situation dans notre école ?

• Comment se présenterait la situation chez les enfants ?

• Comment se présenterait la situation dans d’autres pays ?

Prendre note des

impressions / les dessiner

Donner de l’importance aux

travaux personnels.

Accrocher les dessins ; lire

les textes à haute voix.

Discussion pendant la leçon

sur le thème des droits de

l’enfant

Introduction aux droits de

l’enfant : lire les droits et les

comprendre

En mission comme avocat-e

des enfants

Alphabet des droits

de l’enfant

Considérer un film sous

l’aspect des droits de l’enfant

Jeu : voyage à destination de

l’île des droits de l’enfant

Les enfants dessinent leurs images intérieures et/ou les

décrivent dans un texte

Papier à dessin et à écrire, craie, crayons de couleur 15-45

Ecrire au tableau le terme « droits de l’enfant » :

• Les enfants disent ce que cela évoque pour eux.

• Quels droits ont les enfants ?

• Quels droits souhaiterais-tu pour toi ?

Les conditions dans lesquelles vivent les enfants ne sont

pas satisfaisantes pour tous. De nombreuses personnes

s’emploient à améliorer les conditions de vie des enfants.

30-60 Fiche pratique 1

15

15-45 Fiche pratique 2 ou 3

Quels droits n’ont pas été respectés ici ? Fiche pratique 4

Etablis un alphabet des droits de l’enfant sur la base de ce

que tu as lu, vu et entendu

Fiche pratique 5

Remplir la fiche 6 à l‘aide de la fiche 2 ou de la fiche 3. Fiche pratique 6

et fiches pratiques

2 ou 3

Ce jeu implique que les enfants connaissent les dix droits de

l’enfant. Leur connaissance est approfondie à l’aide d’un jeu

de groupe. Toutes les instructions se trouvent sur la fiche pratique

7. Ce jeu favorise délibérément les nantis et désavantage

les pauvres.

Fiche pratique 7


Les enfants du monde nous racontent Introduction : les droits de l’enfant Page 4

Matériel pédagogique

pour aller plus loin

Sites Internet

Adresses

Petits débats philo – Les droits de l’enfant

Kit d’animation avec des propositions d’activités et 40 affiches A3, couleur

Le grand livre des droits de l’enfant

Alain Serres, Rue du Monde, 2005. Livre, 11-13 ans.

Les droits de l’enfant expliqués aux 7/11 ans

Michel Pellaton, Patrice Brizard, 1999. Livre

L’agenda des droits de l’enfant

Dominique De Saint Mars, Serge Bloch, Calligram, 2005, Livre 8-10 ans, 11-13 ans

Le pédagogue et les droits de l’enfant: histoire d’un malentendu?

Philippe Meirieu, Tricorne, 2002. Livre pour enseignants

Les droits de l’enfant à l’école

Pour une éducation à la citoyenneté. Jean Le Gal, De Boeck, 2008. Livre pour enseignants

Tous les enfants du monde ont les mêmes droits!

Survivre, apprendre et jouer, se sentir en sécurité, participer. Eric Pierrat, Clotilde Grison,

Gallimard, 2003

Repères juniors

Manuel pour l’éducation aux droits de l’homme pour les enfants. Editions du conseil

de l’Europe 2008

Droits devant !

Jeu des sept familles sur le thème de la convention internationale des droits de l’enfant.

Hyères, 2006

Le monde des enfants qui travaillent

Sandrine Létard, Usha Selvaraju, Dora Giusti, DEI, 2003-2005. Livre pour les enfants de

8-10 ans. Avec document pédagogique pour les enseignants

Des jeux pour des droits

Anne Wilsdorf, poster avec document pédagogique. 1995 (8-10 ans).

www.droitsenfant.globaleducation.ch

Espace pédagogique pour la Journée des droits de l’enfant, le 20 novembre.

Le site présente les documents et fiches pédagogiques.

www.humanrights.ch

Plateforme d’informations concernant les droits humains

www.netzwerk-kinderrechte.ch/fr

Réseau Suisse des droits de l’enfant

www.securitehumaine.ch

Dossier pédagogique en ligne pour le niveau secondaire II concernant les droits humains, les

guerres et la gestion de conflits

www.unicef.org, www.unicef.ch, www.unicef.fr

www.tdh.ch Fondation terre des hommes

Films pour un seul monde. Monbijoustrasse 31, CP 6074, CH-3001 Berne

Tel. +41 (0)31 398 20 88, www.filmeeinewelt.ch, mail@filmeeinewelt.ch

Fondation Education et Développement. Avenue de Cour 1, 1007 Lausanne

Tel. +41 21 612 00 81, www.globaleducation.ch, fed@globaleducation.ch

Alliance Sud, service éducation. Monbijoustrasse 31, CP, CH-3001 Berne

Tel.: +41 31 390 93 39, www.alliancesud.ch, school@alliancesud.ch


Les enfants du monde nous racontent Introduction : les droits de l’enfant Page 5

Fiche pratique 1 : Un monde juste comme je le vois

Imagine que tu te réveilles un beau matin et que tu entendes à la radio le message suivant :

« Un miracle s’est produit dans le monde cette nuit : dès aujourd’hui, tous les enfants du monde

peuvent avoir une vie épanouissante et adaptée à leurs besoins. Tous les enfants peuvent grandir

sans connaître la misère ».

Décris ce monde comme tu l’imagines et dessine-le :

______________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________

_____________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________

_____________________________________________________________________________________________________________


Les enfants du monde nous racontent Introduction : les droits de l’enfant Page 6

Fiche pratique 2 : Les 10 droits de l’enfant en bref

Dans la version originale de l’ONU, la Convention des droits de l’enfant occupe plusieurs pages ;

en tout, ce texte compte 54 articles et deux protocoles additionnels. Les droits de l’enfant sont

bien sûr traduits dans de très nombreuses langues. L’UNICEF (le Fonds des Nations Unies pour

l’enfance) et d’autres organisations ont essayé de résumer les droits les plus importants en dix

points. Presque tous les pays du monde se sont engagés à faire valoir ces droits sur leur territoire.

L’UNICEF lutte aujourd’hui pour que les Etats respectent réellement ce traité.

Les dix droits de l’enfant les plus importants

1. Chaque enfant a droit d’être protégé contre toute forme de discrimination en raison de

sa race, de sa religion, de son origine ou de son sexe.

2. Chaque enfant a droit d’avoir un nom et une nationalité.

3. Chaque enfant a droit à la santé.

4. Chaque enfant a droit de recevoir une éducation et une formation.

5. Chaque enfant a droit d’avoir des loisirs pour jouer et se reposer.

6. Chaque enfant a droit de s’informer, d’exprimer son opinion, de voir celle-ci prise en

considération et le droit de se réunir.

7. Chaque enfant a droit à une sphère privée et à une éducation imprégnée d’un esprit

d’égalité et de paix.

8. Chaque enfant a droit de bénéficier d’une aide immédiate en cas d’urgence et celui

d’être protégé contre toute forme de maltraitance.

9. Chaque enfant a droit à une communauté de type familial, à la protection de parents et

à un toit sûr.

10. Chaque enfant a droit de recevoir des soins spécifiques en cas de handicap.

Quels sont les droits qui apparaissent dans ton dessin ou dans ton texte sous une forme ou sous

une autre ; lesquels sont absents ?

Les enfants ont-ils les droits suivants ?

Réfléchis et explique pourquoi.

• sécher les cours

• lire des livres

• manger du chocolat

• martyriser les animaux

• frapper d’autres enfants

• jouer sur l’ordinateur

• pratiquer un sport de haut niveau

• acheter et porter des vêtements de marque


nager


Les enfants du monde nous racontent Introduction : les droits de l’enfant Page 7

1. Chaque enfant a droit

d’être protégé contre toute

forme de discrimination en

raison de sa race, de sa religion,

de ses origines ou de

son sexe.

2. Chaque enfant a droit

d’avoir un nom et une

nationalité.

3. Chaque enfant a droit

à la santé.

4. Chaque enfant a droit

de recevoir une éducation

et une formation.

Fiche pratique 3 : Les 10 droits de l’enfant expliqués en détail (2 pages)

Dans sa version originale, la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant occupe beaucoup

de pages ; ce texte compte en tout 54 articles et deux protocoles additionnels. Les droits de

l’enfant sont traduits, bien sûr, dans de très nombreuses langues. L’UNICEF (le Fonds des Nations

Unies pour l’enfance) et d’autres organisations ont essayé de résumer les droits les plus importants

en dix points. Presque tous les pays du monde se sont engagés à faire valoir ces droits sur

leur territoire. L’UNICEF lutte maintenant pour que ces Etats respectent réellement ce traité.

Cela signifie : tous les enfants sont égaux. Les gouvernements doivent respecter tous les droits de

ce texte en tout temps et pour tous les enfants, même quand les enfants :

• sont originaires d’un autre pays

• ont une couleur de peau différente

• sont des filles / sont des garçons

• parlent une autre langue

• croient en un autre Dieu ou en d’autres Dieux

• ont des parents qui pensent autrement

• ont des parents pauvres ou riches

• sont handicapés

A sa naissance, chaque enfant reçoit un nom. Ce nom est inscrit dans le registre de sa commune.

Par cette inscription, chaque enfant appartient aussi à un pays. Il s’agit généralement du pays

d’où vient le père. Mais il arrive aussi que l’enfant ait la nationalité de sa mère. Certains enfants

ne peuvent pas vivre avec leurs parents parce que ces derniers travaillent dans un pays lointain.

D’autres enfants sont originaires d’un autre pays et ont des parents d’ici. Ils ont été accueillis et

adoptés par ces familles. Les enfants adoptifs ont le droit de connaître leurs parents naturels. Les

parents naturels sont ceux qui t’ont conçu et mis au monde. Mais il y a aussi des enfants qui n’ont

pas de famille et pas de nom, car ils ont été abandonnés. Les enfants dont les parents sont réfugiés

n’ont souvent pas de nationalité.

Chaque enfant a le droit de vivre. Les gouvernements doivent tout faire pour que les enfants puissent

survivre et avoir une enfance. Pour être en bonne santé, les enfants ne devraient pas souffrir

de malnutrition ou de carences alimentaires. Ils devraient recevoir les médicaments et les soins

médicaux nécessaires en cas de maladie. Les gouvernements doivent veiller à ce que les enfants

ne meurent pas à la naissance ou plus tard pour cause de maladies ou d’accidents. Les enfants

ont aussi le droit de boire de l’eau potable et de respirer de l’air pur.

Il se peut que tu n’ailles pas toujours très volontiers à l’école. Mais il y a des enfants qui n’arrivent

pas à lire ce texte parce qu’ils ne peuvent jamais aller à l’école ; ils seraient heureux de savoir lire.

Les enfants ont l’obligation d’aller à l’école et peuvent y apprendre ce qui les intéresse. Les enfants

ne doivent rien payer pour aller à l’école, bien que cela soit très coûteux pour les pays. Tous

les enfants ont l’obligation de fréquenter l’école régulièrement pendant neuf ans (dans nos pays).

A la fin de la scolarité, les jeunes doivent pouvoir décider eux-mêmes s’ils souhaitent apprendre

un métier ou continuer de fréquenter une école. En plus d’apprendre à lire, à calculer et à écrire,

il est également prévu que les enfants apprennent à vivre dans un climat pacifique et à gérer les

conflits de manière constructive.


Les enfants du monde nous racontent Introduction : les droits de l’enfant Page 8

5. Chaque enfant a droit

d‘avoir des loisirs pour

jouer et se reposer.

6. Chaque enfant a droit de

s’informer, d’exprimer son

opinion, de voir celle-ci prise

en considération et le droit

de se réunir.

7. Chaque enfant a droit à

une sphère privée et à une

éducation imprégnée d’un

esprit d’égalité et de paix.

8. Chaque enfant a droit de

bénéficier d’une aide immédiate

en cas d’urgence et

celui d’être protégé contre

toute forme de maltraitance.

9. Chaque enfant a droit à

une communauté de type

familial, à la protection de

parents et à un toit sûr.

10. Chaque enfant a droit

de recevoir des soins spécifiques

en cas de handicap.

Les enfants ont besoin de repos et d’un sommeil régulier. Les enfants devraient aussi avoir le

temps de jouer, de faire de la musique ou de pratiquer d’autres activités artistiques. Ils doivent

avoir la possibilité de retrouver leurs copains/copines et de participer à la vie culturelle. De nombreux

villages et villes veillent à offrir la possibilité aux enfants et aux jeunes d’organiser leurs

loisirs de manière constructive.

Pour avoir une opinion personnelle, il faut d’abord avoir la possibilité de s’informer. Les enfants

ont accès aux livres, aux revues, à Internet, à la radio et à la télévision pour s’informer. Les enfants

ont le droit d’exprimer leur avis à l’école, dans les réunions, dans un journal, à la télévision

ou sur Internet. Mais ils doivent aussi respecter certaines règles du jeu : les autres ont le droit

d’exprimer leur opinion et il ne faut pas raconter des choses qui pourraient nuire à autrui.

Les enfants ont le droit d’avoir de bons secrets, des choses qu’ils n’aimeraient pas révéler comme,

un journal intime, de la correspondance de personnes chères, des habitudes auxquelles ils

tiennent. Chaque enfant a le droit d’avoir un jardin secret dont il n’est pas obligé de parler aux

autres. Il doit accepter de reconnaître aussi ce droit à autrui, sauf si ces secrets mettent quelqu’un

en danger. Ce sont alors de mauvais secrets.

Dans les situations difficiles comme les catastrophes environnementales ou les guerres, les enfants

font partie des premières personnes qui doivent recevoir une protection et une aide. Quand

les enfants n’ont plus leurs parents ou que les parents ne sont pas en mesure de s’occuper de

leurs enfants, ces derniers ont besoin d’une assistance et d’une protection particulière. Les

adultes doivent alors chercher pour l’enfant un endroit où il pourra vivre, où on prendra soin de

lui avec affection. Il arrive que les enfants se fassent maltraiter et frapper violemment par leurs

parents. Certains enfants subissent de la part d’adultes des attouchements qui leur sont désagréables

et ils n’osent pas se défendre. Les gouvernements doivent alors aider les enfants et les

parents. S’il n’y a pas d’autre solution, les enfants doivent être séparés de leurs parents.

De manière générale, les enfants devraient pouvoir être élevés par leur père et leur mère et vivre

avec eux. Mais quand les deux parents doivent travailler simultanément, il faut qu’il y ait des

crèches, des garderies, des écoles à horaire continu et d’autres lieux d’accueil en nombre suffisant.

Aucun enfant d’âge préscolaire ne devrait rester seul tous les jours ou être gardé uniquement

par des frères et sœurs plus âgés.

Il y a des enfants qui viennent au monde avec un handicap. Certains ne peuvent pas voir, pas

entendre ou pas marcher. D’autres enfants sont très lents à apprendre et ont besoin de beaucoup

de temps ; il y a beaucoup de choses qu’ils n’arrivent pas à retenir. Les enfants handicapés physiques

ou mentaux ont les mêmes droits que les autres enfants. Les écoles devraient préparer les

enfants handicapés à avoir une vie aussi autonome que possible et leur permettre de côtoyer des

enfants non handicapés.


Les enfants du monde nous racontent Introduction : les droits de l’enfant Page 9

1.

2.

Fiche pratique 4 : En mission comme avocate ou avocat des enfants

Tu trouves ici la description de situations dans lesquelles les droits de l’enfant sont lésés. Imagine

que tu es une avocate ou un avocat des enfants. Essaie de trouver dans chaque cas quels

droits sont lésés et d’expliquer pourquoi la situation n’est pas conforme aux droits. Souvent,

plusieurs réponses sont possibles.

Dans de nombreux pays, les filles sont moins bien traitées que les garçons. On leur donne moins à manger ou

on les soigne moins bien quand elles sont malades. Beaucoup de filles ne sont pas autorisées à aller à l’école.

Seuls les enfants dont les parents ont assez d’argent pour payer les manuels scolaires peuvent aller

à l’école.

3. Des milliers d’enfants meurent chaque jour en raison d’une nourriture insuffisante.

4. Beaucoup de familles ne peuvent pas payer les médicaments pour soigner leurs enfants.

5. Un garçon de huit ans travaille toute la journée dans une carrière.

6. Le préau d’une école est réaménagé sans que les enfants aient pu exposer leurs idées.

7. Il y a des pays dans lesquels les enfants sont soldats.

8. Parfois, les enfants sont séparés de leurs parents par la guerre et doivent se débrouiller seuls.

9.

10.

11.

Certains enfants subissent des attouchements désagréables de la part des adultes sans pouvoir

se défendre.

Dans les pays pauvres, beaucoup d’enfants meurent de maladies que l’on pourrait soigner facilement.

Mais il y a trop peu dedecins et les hôpitaux indispensables manquent.

Un enfant doit s’occuper de ses frères et sœurs cadets, faire la lessive, nettoyer et préparer à manger.

Il ne lui reste pas de temps pour jouer.

12. Les enfants blessés ou handicapés au cours d'une guerre sont souvent la cible de moqueries.

13. Il y a des parents qui travaillent dans un autre pays et ne peuvent pas prendre leurs enfants avec eux.

14.

Chaque année, des milliers d’enfants qui viennent au monde ne sont pas annoncés officiellement

par leurs parents.

15. Une mère quitte l’Allemagne à destination du Canada avec sa fille. La fillette ne peut plus voir son père.

16. Une fillette de neuf ans noue des tapis à raison de six heures par jour.

17. Certains enfants ne peuvent pas aller à l’école car le trajet pour s’y rendre est trop long.

18.

Au lieu d’aller à l’école, les enfants doivent gagner de l’argent comme domestiques ou en faisant un

autre travail, afin d’aider leurs familles à vivre.

19. Un enfant de dix ans n’est pas auditionné lors du divorce de ses parents.

20. Un enfant se fait frapper souvent sauvagement.

des droits


Les enfants du monde nous racontent Introduction : les droits de l’enfant Page 10

Fiche pratique 5 : L’alphabet des droits de l’enfant

Quels sont les mots ou expressions qui vous viennent à l’esprit en rapport avec les droits de

l’enfant et la vie des enfants ?

A Adoption

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U L’Unicef vient en aide aux enfants

V Violations des droits de l’enfant : lesquelles faut-il combattre aujourd’hui ?

W

XY

Z


Les enfants du monde nous racontent Introduction : les droits de l’enfant Page 11

Fiche pratique 6 : Les droits de l’enfant dans le film

Quels droits étaient respectés dans ce film ? Lesquels ne l’étaient pas ? Si tu ne sais plus très bien

ce que signifient les différents droits, relis les fiches pratiques 2 et 3.

Droits Ici, ce droit est respecté Ici, ce droit n’est pas respecté

Nom et nationalité

Egalité de traitement

et protection contre la

discrimination (race,

religion, origines et sexe)

Soins médicaux appropriés

Une famille, des parents

attentifs et un toit sûr

Des loisirs pour jouer et

se reposer

S’informer, exprimer son

avis, être entendu et

se réunir avec d’autres enfants

Protection contre la violence

et l’exploitation, contre toute

forme de maltraitance

Education et formation

Sphère privée et éducation

bienveillante et équitable

Soins et soutien particuliers

en cas de handicap


Les enfants du monde nous racontent Introduction : les droits de l’enfant Page 12

Objectifs

• Les enfants sont

amenés à réfléchir sur

l’importance de tel ou

tel droit.

• Cette expérience leur

permet de se rendre

compte que les droits

dont on a besoin dépendent

de la situation

dans laquelle on se

trouve.

• Ce jeu est délibérément

conçu de manière

injuste et privilégie les

nantis (On donne à celui

qui a ; on prend encore

à celui qui n’a « rien »).

Cette démarche permet

d’approcher concrètement

la situation réelle

dans le monde.

Matériel

pour chaque membre de

chaque groupe un exemplaire

de la fiche pratique

2 : Les droits de l’enfant

en bref (ou pour chaque

groupe un seul exemplaire

de la fiche pratique 2) ;

par groupe : 10 ballons

gonflables et 10 ficelles,

des feutres épais.

Préparation du jeu

• Constituer les groupes :

former des groupes de

4 ou 5

• Chaque groupe gonfle

10 ballons et l’attache

par un bout de ficelle.

• Numéroter les ballons

de 1 à 10.

• La fiche pratique 2 est

à la disposition de

chaque groupe (un

exemplaire)

Fiche pratique 7 : Voyage à destination de l’île des droits de l’enfant — instructions

pour l’enseignant-e

L’enseignant-e prend le rôle de guide de voyage :

Introduction : nous allons faire ensemble un voyage. Vous allez faire toutes sortes de découver-

tes. Soyez attentifs à ce qui se passe en vous, à vos réflexions et à vos sentiments. Vous devez

sans cesse prendre de nouvelles décisions en tant que groupe. Votre moyen de paiement, ce sont

les 10 droits de l’enfant. Le but du jeu est de conserver le plus grand nombre possible de droits.

Les gagnants sont ceux qui, à la fin, ont le plus grand nombre de droits. Vous êtes dans le train à

destination de la capitale. Soudain, le train s’arrête. Les lampes s’éteignent. Dans le haut-parleur,

une voix vous indique que vous devez céder un droit pour obtenir du courant pour la suite du

trajet. Vous devez vous défaire de l’un de vos ballons.

Décision 1 : chaque groupe doit décider en l’espace de cinq minutes quel ballon il est prêt à céder.

A quel droit pourriez-vous renoncer en premier ?

Le voyage peut continuer. Vous arrivez dans une grande ville et vous vous perdez dans une gare

très compliquée. Vous demandez de l’aide à un policier qui réclame lui aussi un ballon en contrepartie.

Décision 2 : Chaque groupe doit décider en l’espace de cinq minutes quel ballon il est prêt à céder.

Vous cherchez maintenant un hébergement et vous trouvez une auberge de jeunesse : là, on vous

demande deder en contrepartie le droit numéro 7, le droit à une vie privée ; si vous ne le possédez

plus, vous devez céder deux autres droits.

Décision 3 : Chaque groupe doit décider en l’espace de cinq minutes quel ballon il est prêt à céder.

Le jour suivant, vous participez dans cette ville à une réunion sur le thème des droits de l’enfant ;

vous ne pouvez le faire que si vous êtes encore en possession du droit numéro 6. Si vous pouvez

y participer, vous recevez en retour deux ballons de votre choix. Si vous ne pouvez pas y participer,

vous devez payer votre séjour à l’auberge de jeunesse en cédant deux autres droits.

Décision 4 : Les groupes doivent décider quels droits ils sont prêts à céder ou lesquels ils

souhaitent recevoir.

Le voyage en train se poursuit. A une station où se trouve un foyer pour handicapés, vous devez

der le droit numéro 10 qui concerne les enfants handicapés. Si vous ne l’avez plus, vous devez

der trois autres droits.

Décision 5 : Les groupes doivent décider quels droits ils sont prêts à céder.

Alors que vous êtes sur le point d’arriver à l’île des droits de l’enfant, votre destination, vous subissez

un contrôle douanier. Vous devez présenter une pièce d’identité (droit numéro 2). Si vous

n’avez pas ce droit à disposition, vous ne pouvez pas vous rendre sur l’île des droits de l’enfant.

On compte alors le nombre de ballons que possède chaque groupe.

Réfléchissez à l’expérience de ce jeu. Comment avez-vous vécu la manière injuste dont vous étiez

traités ? Quel rapport y a-t-il entre cette expérience et les droits de l’enfant ?

More magazines by this user
Similar magazines