LES INDISPENSABLES JANVIER 2010 - Colaco

colaco.fr

LES INDISPENSABLES JANVIER 2010 - Colaco

Société

16 de Basse-pointe

de Camille Mauduech

En 1948, en Martinique, dans un climat de grève sur une habitation sucrière,

un géreur, blanc créole, est assassiné de 36 coups de coutelas et

retrouvé mort dans un champ de cannes de la plantation qu’il administre.

Après une chasse à l’homme de plusieurs semaines, 16 coupeurs de cannes

noirs sont arrêtés et maintenus en détention préventive pendant trois

ans. En 1951, leur procès, renvoyé à Bordeaux, ancien port négrier, avec

l’assurance d’un verdict exemplaire et sans appel, deviendra le premier

procès du colonialisme français aux Antilles, jugé devant ses pères.

«Le fi lm prend la forme d’une investigation au coeur de l’affaire des 16 de Basse-Pointe, à

la fois du drame et du procès qui en découle. Je la revisite, poursuivie par son exemplarité

historique en même temps que par sa violence et ses secrets, 60 ans plus tard. Je me positionne

parfois comme un enquêteur sans obligation de résultat, parfois comme une glaneuse

de souvenirs, parfois comme un guide, pas à pas, et fondamentalement en tant que narrateur

dans les méandres d’une histoire à tiroirs.» Camille Mauduech

Une affaire de nègres

de Osvalde Lewat

Cameroun 2000. En un an le Commandement Opérationnel, une unité spéciale

des forces de l’ordre qui lutte contre le banditisme dans la région de

Douala, fait disparaître impunément plus d’un millier de personnes.

Habitée par cette histoire terrible, Osvalde Lewat part à la rencontre des

familles de victimes qui se battent pour savoir ce que sont devenus les disparus..

L’exil et le royaume

de Jonathan Le Fourn, Andreï Schtakleff

Aux contreforts de l’empire, on pêche, on drague, on passe le temps. Cigarette

après cigarette, on refait le monde, on en réanime les ruines encore

fumantes. Tuons le temps avant que le temps nous tue. Lorsqu’en face, il fait

beau, on peut voir le Paradis perdu. Est-ce un mirage ? Après tout on s’en

fout. Il y a tant à faire ici. La terre entière est à Calais.

«Entre nuit et faux jour, invisible et visible, le fi lm travaille sur un scandale : on n’y voit pas le

sujet. Ou mal, ou peu. Qu’on ne compte pas sur le fi lm pour faire des exposés - au sens propre.

Ce qui met le fi lm en mouvement, ce sont quelques personnes, qui, chacune à sa manière, ont

décidé de partager la nuit des clandestins pour la combattre. Soit, mais ce n’est pas la singularité

majeure du fi lm. Car ce qu’il tente, c’est de constituer aux migrants et aux activistes

qui les côtoient une histoire commune. Une Histoire de France qui serait prise dans celle du

monde, et qui parviendrait à relier l’image scolaire des «Bourgeois de Calais» aux traques

policières, qui saurait joindre plutôt que séparer les pays, réduire les distances et subvertir le

temps. Car le temps ici, est composé de plusieurs temps. C’est ainsi que vivent et agissent les

personnages du fi lm, activistes et migrants. Ces nuits et ces marches épuisantes, ces sous-sols

et ces caches, ces ombres et ces cris sont le lieu / temps d’une longue histoire : celle qui met les

êtres en mouvement. L’histoire des guerres, des révolutions, des combats, des migrations, des

exils et des survies obstinées. L’histoire d’une aspiration à la liberté et au bonheur qui reste

subversive. Et l’histoire d’un danger commun : l’oubli. La non-histoire. L’éternel présent des

dominations qui recommencent tous les matins sur les ruines de la veille.»

Extrait de «Du désordre dans le décor» de Marie-Pierre Duhamel Muller.

4

More magazines by this user
Similar magazines