Projet « Renforcement du leadership féminin et de ... - Genre en action

genreenaction.net

Projet « Renforcement du leadership féminin et de ... - Genre en action

Etat de la situation de la participation de la femme à la vie politique

en Algérie, au Maroc et en Tunisie

30 femmes ont pu, malgré les barrières, notamment culturelles, accéder, à l’hémicycle

parlementaire (2008) ; elles ont pu accéder à la présidence et vice-présidence des commissions

parlementaires et du groupe parlementaire de leur parti politique.

2.4- Les femmes dans les assemblées locales

La représentation des femmes reste insignifiante au sein des assemblées locales. En 1997,

1.281 femmes se sont présentées comme candidates aux élections communales; 75 d’entre

elles ont été élues. Cinq ans plus tard, en 2002, 3.679 femmes sont candidates aux élections

communales, dont 147 seulement sont élues.

Si le nombre de candidates pour les élections communales de 2002 a triplé par rapport

à celui de 1997 et le nombre d’élues presque doublé, ces nombres de candidates et d’élues

demeurent insignifiants par rapport au nombre total de candidatures et au nombre d’élues. La

même remarque peut être faite pour les élections de wilayas. Lors des élections du 23 octobre

1997, 62 femmes sont élues dans les Assemblées populaires de wilayas sur 305 candidatures.

En 2002, 113 femmes sont élues sur 2.684 candidatures féminines.

Les seconds rôles sociaux sont confiés aux femmes dans les communes : trois femmes sont

élues présidentes de commune, en Algérie. On leur confie exceptionnellement la présidence

de commissions. Quand elles sont choisies, elles sont chargées de structures et de missions

sociales, (santé, enfance, solidarité, etc.). La représentation féminine dans les institutions politiques

locales demeure faible et lente.

Dans les structures exécutives locales, les femmes, même si elles accèdent à des fonctions

électives au sein des assemblées locales, on observe, qu’elles n’accèdent pas, dans les mêmes

proportions, aux fonctions de décision politique et administrative, au niveau local.

Les nominations des femmes dans les corps de wali, secrétaire général de wilaya, ou chef

de daïra sont en nombre insuffisant. Si le nombre de femmes désignées secrétaires générales de

wilayas, ou chefs de daïra a augmenté, on ne compte encore que 2 femmes walis.

3- Les femmes dans les partis politiques

La représentation féminine au sein des deux grands partis de la majorité présidentielle, le

Front de Libération National (FLN) et le Rassemblement National Démocratique (RND), n’est

pas conforme au rôle qui leur est dévolu sur la scène politique.

Le FLN, parti majoritaire et le RND se sont prononcés ensemble, contre le système des

quotas. Peu de partis prennent ouvertement position sur cette question. Le Rassemblement

pour la Culture et la Démocratie (RCD) et le Mouvement pour la Société et la Paix (MSP), favorables

aux quotas, intègrent ce système dans leurs structures. Le MSP, parti proche des Frères

Musulmans (4) , adopte une attitude avancée en intégrant la femme à hauteur de 20% dans ses

(4) Les Frères Musulmanes est un mouvement Sunnite transnational et la plus grand organisation d’opposition politique dans

plusieurs Pays Arabes, particulièrement en Egypt. (http://en.wikipedia.org/wiki/Muslim_Brotherhood)

21

More magazines by this user
Similar magazines