Télécharger le magazine au format PDF - Conseil Général de l'Hérault

herault.fr

Télécharger le magazine au format PDF - Conseil Général de l'Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT

n°209

JANVIER 2012

herault.fr

Avec l’Unicef,

le Département

de l’Hérault soutient

la cause des enfants.


ILS AGISSENT À LOUPIAN • 36

FRANÇOIS LIBERTI

DANS SON CANTON • 18

AIDER LA PÊCHE • 20

CATHERINE BERNARD,

LE SÉCATEUR ET LA PLUME • 42

LA VIE DES

MINES • 34

1 000, rue d’Alco 34087 Montpellier. Tél. : 04 67 67 74 41. Fax : 04 67 67 72 71.

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Pierre Maurel. DIRECTRICE DE LA COMMUNICATION :

Florence Combes-Boulard. RÉDACTEUR EN CHEF : Vincent Girard. RÉDACTION : Claire

Vincent, Jean-David Bol, Valérie Pépin-Pérez et Agence JAM. PHOTO : C. Agrinier

(02, 13, 36, 37, 42) ; C. Cambon (02, 20, 21, 23, 25, 26, 28, 32, 39) ; O. Mas

(02, 07, 09, 17, 18, 19, 23, 25, 28, 29, 30, 33, 36, 40) ; V. Girard (05) ; A.

Tarroux (14) ; J.D. BOL (26) ; R. Rivière (29) ; UNICEF (01) ; Fish’eye (45) ;

C. Vincent (02, 22,34) ; Association Clin d’œil Boujanais (34, 35) ; T. Wouters

(46) ; G. Bergeret (46) ; A. Ruebrecht (48) ; DR (11, 12, 24,14, 15, 27, 41, 46, 47, 48). PHOTOTHÈ-

QUE : Danielle Iacoponelli. INFOGRAPHIES : Aline Lugand. DESSIN : Aurel. CRÉATION : Lowe Stratéus.

MISE EN PAGE ET PHOTOGRAVURE : Atelier Six. IMPRIMERIE : Imaye Graphic. Imprimé dans le respect de la

charte sur les déchets, les produits dangereux et toxiques sur papier issu de forêts gérées durablement.

DISTRIBUTION : La Poste - Médiapost. CONTRÔLE DE DIFFUSION : Feedback. ISSN : 1155-1259.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


SOMMAIRE 03

4 ENTRETIEN

6 L’INVITÉ Vincent Tardieu

8 DES CHIFFRES ET DES MOTS

9 L’HÉRAULT

EN MOUVEMENT

10 AGIR POUR DEMAIN Le compostage se développe

12 ACTIONS L’OCCE 34 au cœur des écoles

14 EN BREF

16 LES CLEFS POUR COMPRENDRE

Pourquoi Montpellier s’appelle aussi le Clapas ?

17 ÉLUS SUR

LE TERRAIN

18 UN ÉLU/UN CANTON François Liberti

20 L’ACTION EN IMAGES Des ports départementaux,

pour quoi faire ?

22 RENCONTRE Pierre Maurel

24 ÉLUS SUR LE TERRAIN Tchin Chine avec les vins de l’Hérault

27 CONTRAT DE TERRITOIRE Le Lodévois-Larzac

28 FACE-À-FACE La lecture publique dans mon canton

30 CELA FAIT DÉBAT S’endetter, c’est mal ?

31 EXPRESSION LIBRE

32 COLLÉGIENS

33 GENS D’HÉRAULT

34 PORTFOLIO Les souvenirs remontent de la mine

36 ILS AGISSENT À Loupian

38 AVENTURE CITOYENNE Fernand Niel

40 AVENTURES COLLECTIVES Awox, le succès sans fil

42 AVENTURE SINGULIÈRE Catherine Bernard

44 QUESTION DU NET Faut-il vraiment se faire vacciner

contre la grippe ?

45 SORTIR

48 LES BONS PLANS

LE MOIS

PROCHAIN

DANS VOTRE

MAGAZINE

Déviation de Villeveyrac

: c’est parti !

Sur les pas du GIHP

en ronde de nuit.

Ces familles qui en

choisissent d’autres

pour garder leurs

aînés. Aéroport de

Montpellier : non à la

privatisation. Saint-

Valentin : ils s’aiment

depuis 60 ans !

VOTRE

CANTON

DANS CE NUMÉRO

Agde pages 2, 11, 20, 21

45 et 48, Aniane page 15,

Bédarieux pages 2, 34, 35,

46 et 47, Béziers pages 25,

38, 47 et 48, Capestang

page 48, Castries pages 2,

42 et 43, Caylar page 27,

Clermont-l’Hérault pages

10 et 48, Frontignan pages

26, 45 et 48, Gignac pages

12 et 47, Lattes page 32,

Les Matelles pages 6 et

7, Lunel pages 15 et 46,

Lodève pages 27, 46, 47 et

48, Mauguio page 8, Mèze

pages 2, 23, 36 et 37,

Montpellier tous cantons

pages 13, 14, 15, 16, 22,

23, 25, 26, 29, 32, 33, 40,

41,43, 46 et 48, Pézenas

pages 11, 25 et 46, St-

Gervais-sur-Mare page 28,

Sète pages 2, 18, 19, 25,

32, 36 et 47.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


04 ENTRETIEN

« J’AIMERAIS QU’ON PARLE de la façon dont nous allons garantir le pacte républicain, qui ne peut pas être mis entre parenthèses

pendant la crise . » André Vezinhet.

« La solidarité ne peut pas

attendre »

En s’associant à nouveau à l’Unicef

en 2012, le Conseil général réaffirme

sa vocation solidaire, même et surtout

en temps de crise.

L’année 2011 touche à sa fin. Que faudra-t-il en retenir ?

Pour moi, 2011 est une année charnière dans l’Histoire

contemporaine. D’abord à cause du Printemps arabe,

ensuite avec la remise en cause profonde du modèle

économique des pays occidentaux.

idées de la Révolution française dans notre pays, donc

soyons un peu patients avant de faire le bilan du Printemps

arabe. L’essentiel, c’est que l’idéal républicain

continue de guider les femmes et les hommes de ces

pays sur le chemin de l’espoir. Celui d’une société fondée

sur la liberté, l’égalité, et la fraternité. Nos valeurs républicaines

ne sont pas périmées. Elles dérangent toujours

les tyrans, les profiteurs, les extrémistes. Certes, il faut

être honnête, les résultats des premières élections libres

nous désorientent. On ne s’attendait pas à ces choix.

Mais nous ne sommes qu’au début d’une transition

démocratique. Faisons confiance à ces peuples.

Quel bilan tirez-vous des révolutions arabes ?

Il a fallu un siècle pour voir s’installer durablement les

Vous parlez beaucoup des valeurs républicaines.

Oui, 2012 sera une année cruciale pour notre pays avec

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


05

des élections présidentielles et législatives. J’aimerais

qu’on parle aux Français de la façon dont nous allons

garantir le pacte républicain, qui ne peut pas être mis

entre parenthèses pendant la crise.

À quoi peuvent nous servir ces valeurs dans une crise

économique ?

Quelle que soit la situation, l’important c’est la justice.

Liberté, égalité, fraternité, ce n’est pas qu’une devise,

c’est le manuel d’organisation d’une société juste.

Nous devons fonder nos actions sur ce socle. Mais je

n’entends pas ce discours. Même si j’ai conscience de

la gravité de la situation financière, je m’interroge sur

le débat que l’on propose au citoyen. Il se cristallise

uniquement sur des considérations comptables. La

Nation est assimilée à une entreprise qui doit se désengager

de ses activités non rentables : la solidarité,

l’éducation, la culture, la santé, l’environnement.

lancement du projet de la déviation de Villeveyrac, à

la poursuite de la mise à 2 x 2 voies de la RD 65 entre

Montpellier et Clapiers, etc.

Le budget du Département est en progression en

2012, à 1, 334 milliard d’euros . Dans le contexte de

crise financière, vous avez décidé de ne pas augmenter

le taux d’imposition. Comment est-ce possible ?

Il est vrai que ce budget s’inscrit dans un contexte particulier

de crise sociale, de crise bancaire, de crise de

la dette publique et de réforme de la fiscalité locale.

Malgré cela, le Conseil général n’augmentera pas les

impôts, car la situation est déjà assez difficile pour

les Héraultais. Nous concentrons nos efforts sur une

gestion rigoureuse de l’institution départementale,

en stabilisant notamment les effectifs.

Pour la troisième année, vous vous associez

à l’Unicef pour vos vœux aux Héraultais.

Oui, c’est notre manière de rappeler que, même en

temps de crise, il faut être solidaire. On ne peut pas

penser qu’il faut attendre des jours meilleurs pour

faire valoir les droits des enfants en France et dans

le monde. Et puis, ces visages annoncent également

que la jeunesse sera l’une des priorités de l’Hérault

en 2012

Les grands projets de l’Hérault en 2012 ?

D’abord le logement, avec un accroissement des

mises en chantier de logements sociaux, et, comme je

le disais : la jeunesse, qui est la première victime de la

crise. Nous déclinerons bientôt les actions pour leur

ouvrir le chemin de la citoyenneté et de l’autonomie,

avec un effort tout particulier pour favoriser leurs

déplacements et leur accès au logement.

2012 verra aussi l’achèvement ou le lancement de

grands projets car nous avons décidé de maintenir

notre effort d’investissement. Je pense à l’ouverture

au public du bâtiment Pierresvives, à Montpellier, au

LE MOIS DERNIER

24 novembre, soirée des Grands prix Objectif

2011 : André Vezinhet remet le trophée

« Décideur de l’année de l’Hérault » à Gil

Souviron, patron d’IES Synergie, entreprise

de 48 salariés spécialisée dans les chargeurs

de batterie pour véhicules électriques.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


06 L’INVITÉ

VINCENT TARDIEU

Dans les huit bras

d’une belle en soie

JOURNALISTE SCIENTIFIQUE ET ÉCRIVAIN, Vincent Tardieu donne une conférence

le 5 février à la Maison départementale de l’environnement, à Prades-le-Lez,

pour raconter la vie et l’incroyable beauté… des araignées !

Après avoir travaillé neuf ans à

Libération, sept ans au Monde et

collaboré à de nombreux magazines

scientifiques, Vincent Tardieu

se consacre aujourd’hui à l’écriture

d’ouvrages pour le grand public.

Véritable passeur de savoir alliant

un travail d’enquêtes méticuleuses

et des talents d’écriture, cet insatiable

curieux, passionné d’écologie,

vient présenter son dernier

ouvrage* sur la vie des araignées.

Comment en êtes-vous venu à

vous intéresser au monde des

araignées et pourquoi ce titre

Arachna : les voyages

d’une femme araignée ?

— Ce travail est né d’une rencontre

avec Christine Rollard, LA spécialiste

des araignées en France,

que l’on surnomme « la femme

araignée », lors d’une importante

expédition scientifique portant sur

la biodiversité, organisée sur l’île

de Santo dans le Pacifique. J’ai été

impressionné par l’acuité de son

regard naturaliste dans son travail

d’inventaire des araignées. Nous

avons donc décidé d’unir nos compétences

très différentes, et celles

de l’illustrateur Marcello Perrineo,

pour créer ce beau livre.

Qu’est ce qui vous fascine

le plus dans l’araignée ?

— Il faut d’abord savoir que ce n’est

pas un insecte ! Elle s’en distingue

par toute une série de différences

morphologiques, et fait partie des

arachnides. Les araignées ont des

modes de vie très surprenants. Par

exemple, les « figures de cour » que

développent de nombreux mâles

pour atténuer l’agressivité des femelles

sont incroyables. La qualité

des fils de soie et la construction

des toiles que tissent les araignées

sont exceptionnelles. J’admire aussi

leur beauté, la stupéfiante variété

de leurs anatomies et couleurs. Le

mystère inquiétant qu’elles suscitent

dans l’imaginaire me passionne

également.

Comment avez-vous procédé ?

— Mon objectif est de transmettre

notre passion en captivant le

lecteur par un vrai récit d’enquête,

avec des textes et des images à

la fois poétiques et esthétiques,

dans le respect de la rigueur et de

l’objectivité scientifique. J’ai choisi

de présenter mon livre sous forme

d’histoires à la fois savoureuses et

savantes. Nous l’avons illustré de

350 photos et dessins, tel un album

naturaliste et j’ai voulu montrer et

expliquer, à partir des différents

lieux où Christine Rollard réalisait

ses inventaires, la façon dont elles

se nourrissent, se reproduisent,

habitent, chassent, combattent…

A chaque site exploré en France

correspond ainsi une fonction chez

l’araignée. Bref, toute leur vie est

ainsi racontée, dans des paysages

somptueux !

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


« Un audacieux

pari ? C’est parce que la

plupart des gens détestent

les araignées que j’ai voulu

en faire un beau livre ! »

Vincent Tardieu

Vous avez un lieu de prédilection

pour vos observations ?

— Je suis très heureux de vivre

dans les garrigues des hauts cantons

! Dans ce département, plus

de 60 % de l’espace est encore

« naturel ». Si j’y ai élu domicile,

c’est que j’y ai trouvé une diversité

des milieux exceptionnelle

et une extraordinaire richesse

d’animaux, insectes et plantes.

De quoi faire le bonheur de tout

naturaliste !

* « Arachna. Les voyages d’une femme araignée »

éditions Belin. 28,50 €.

ACTUALITÉ

Conférence à partir d’un beau livre,

riche en illustrations.

VINCENT TARDIEU a notamment publié

Santo, les explorateurs de l’île planète

et L’étrange silence des abeilles, une

enquête passionnante construite à

la manière d’un thriller et reposant

sur des centaines de témoignages

à travers le monde. Il donne une

conférence dimanche 5 février à

15 h à la Maison départementale

de l’environnement à Prades-le-Lez

pour présenter son dernier ouvrage

écrit en collaboration avec Christine

Rollard, enseignante-chercheuse

du Muséum national d’Histoire

naturelle, Arachna. Les voyages d’une

femme araignée. Une conférence et

un récit riches en images savantes,

poétiques et spectaculaires. Vous

repartirez en ne portant plus jamais

le même regard sur ces bestioles si

inquiétantes ! Entrée libre mais sur

inscription.

Rens. : 04 99 62 09 40 et www.herault.fr

Aussi à Bédarieux, mardi 24 janvier

à 18 h 30.

Rens. : 04 67 95 48 27.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


08 DES CHIFFRES ET DES MOTS

130

CRÉATIONS D’EMPLOI EN CDI,

dans la future centrale

logistique de Système U

de 63 000 m² à

Clermont-l’Hérault.

1,7 km

C’EST LA LONGUEUR DU FUTUR

chemin cyclable qui

permettra aux collégiens

de Saint-Just d’aller

au collège

de Lansargues.

BIEN !

LES TRAVAUX SUR LES ARRÊTS DES

CARS HÉRAULT TRANSPORT VONT

DÉBUTER. Objectif : les rendre

accessibles aux voyageurs

handicapés. La première

tranche va concerner 28

communes de l’Est héraultais

et du pourtour de l’étang de

Thau, déjà desservis par des

bus également adaptés. Les

autres tranches de travaux,

entrepris par les communes

et financés pour moitié par

le Département, vont durer

jusqu’en 2015.

PAS BIEN !

LA COMMISSION EUROPÉENNE

va rendre totalement libre la

plantation de vignes à partir

de 2016. Une décision qui

risque fort de déséquilibrer

les marchés, de provoquer

une chute des prix de vente

des producteurs et de mettre

à mal tous les efforts de

restructuration du vignoble

menés dans l’Hérault. Les élus

du Département dénoncent

cette décision et appellent

l’Elysée et le gouvernement à

réagir.

EMPLOI

PRÉSENT DANS TOUTE LA FRANCE, le groupe Mazet a choisi l’écoparc

départemental de Saint-Aunès pour implanter son 19 e site. Cette

entreprise de transport de marchandises va créer 40 emplois.

Infos : www.mazet.com

D’ICI À 2023

LE PARC NATUREL RÉGIONAL DU HAUT-LANGUEDOC vient d’obtenir

l’adhésion du Département à sa nouvelle charte 2011-2023. Ce

document de référence qui régit le parc a trois grandes ambitions :

préserver les patrimoines naturels, paysagers et architecturaux,

changer les comportements pour « mieux vivre au pays » et dynamiser

la vie économique et sociale en valorisant les patrimoines. Le parc

s’étend sur l’Ouest héraultais et l’est du Tarn, il comprend 93 communes

et concerne 82 000 habitants. 28 communes supplémentaires doivent se

prononcer d’ici au mois prochain pour dire si elles rejoignent ou non le

périmètre du parc. L’enjeu est important : les chartes sont notamment

opposables aux documents d’urbanisme.

Plus d’infos : www.parc-haut-languedoc.fr - www.horizon2021.fr

Abc

LÉGI SPECTACLE publie

L’Abécédaire du spectacle,

guide juridique complet

destiné aux organisateurs.

Infos : 04 67 58 60 59.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


L’HÉRAULT EN

MOUVEMENT

09

Des actions concrètes, des sujets d’actualité, des éclairages différents

sur un problème à résoudre , des chantiers en cours, des acteurs de terrain,

des questions que vous vous posez.

10 AGIR POUR DEMAIN Le compostage

se développe

12 ACTIONS L’OCCE 34 au cœur des écoles

14 EN BREF

16 LES CLEFS Pourquoi Montpellier s’appelle

aussi le Clapas ?

ZOOM

« Bougez-ramez »,

c’est le nom de l’opération

lancée par Hérault Sport

dans huit communes. 1 500

collégiens vont en profiter

cette année. Plus d’infos

sur www.herault.fr


10 L’HÉRAULT EN MOUVEMENT

Déchets : compostage

à tous les étages

Il réduit la quantité de nos déchets

de cuisine et de jardin.

Economique, écologique et citoyen,

le compostage est un enjeu qui

nécessite une mobilisation générale.

Dans l’Hérault, nos ordures ménagères pourraient peser

un million de tonnes en 2015. Prévenir plutôt que guérir

est donc une priorité pour le Département, engagé avec

l’Ademe 1 dans la mise en œuvre d’un plan départemental

d’élimination et de valorisation de ces déchets. La priorité

: développer le compostage. Un procédé naturel qui

transforme les détritus organiques en engrais, allège nos

poubelles et coûte deux fois moins cher que le stockage

et l’incinération. Sur 250 000 tonnes de boues d’épuration,

bio-déchets et déchets verts, 143 000 sont ainsi recyclées

par 16 plates-formes de compostage.

Collectif et individuel

Outre une aide à l’investissement (1,4 M€ alloués en

2011), le Département apporte un soutien technique

aux collectivités en charge de ces opérations, via la

mission Compost 34. Ce réseau a pour but d’animer la

filière. Cap sur la qualité des produits et la pérennisation

des débouchés. A l’image de la plate-forme du Syndicat

Centre Hérault, à Aspiran, qui, à partir des bio-déchets et

déchets verts de 75 000 habitants, produit depuis 2003

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


AGIR POUR DEMAIN 11

« Nos poubelles vertes réduites

de 40 % à 50 % »

Jean-Paul Nourrit responsable de « Vers la terre », spécialiste du lombricompostage

facile à Pézenas

Quel est l’intérêt du

et pédagogique de traiter

suivie, comme le Syctom

urbain, validé comme tel

lombricompostage ?

nos déchets de cuisine.

de Paris (6 millions d’habi-

en 2009, nécessite une

Les vers réduisent nos

Est-il répandu dans

tants). Le procédé ne peut

volonté politique mais

poubelles vertes de 40 %

l’Hérault ?

pas être utilisé partout

aussi une sensibilisation.

à 50 % tout en produisant

Notre entreprise est le

mais le renouvellement

C’est pourquoi nous

un excellent engrais.

pionnier et leader du lom-

des appels d’offres prou-

organisons des réunions

Adapté à l’habitat sans

bricompostage en France.

ve qu’il fonctionne.

publiques, formations,

jardin, cet écosystème à

Et la collectivité de Pé-

Quelles sont

actions dans les écoles,

vie est simple, rapide, pro-

zenas-Agde a été la pre-

les perspectives ?

visites de la ferme...

pre, inodore. Et sûrement

mière à s’équiper. Depuis,

Le développement de ce

un moyen économique

d’autres collectivités l’ont

moyen de compostage

Infos : verslaterre.fr

un compost de qualité entièrement vendu aux professionnels

et aux particuliers. Et qui a même adapté ses

équipements de collecte aux immeubles. Campagne ou

ville, le combat est le même et vise surtout le compostage

domestique, qui ne concerne aujourd’hui que 8 %

à 10 % des foyers héraultais.

Pour la planète

Ainsi, le Sictom Pézenas-Agde propose un composteur

individuel pour les maisons avec jardin et un lombricomposteur

pour les résidents en appartement. A chacun de

jouer le jeu. « Sensibilisée à cette démarche lors d’une

animation à la Maison départementale de l’environnement,

j’ai acquis un composteur auprès de ma communau

de communes… au tiers du prix du commerce », témoigne

Sharon Nagel, habitante de Lauret. Depuis trois

ans, elle élimine ainsi épluchures et autre marc de café :

« C’est fou comme ça réduit le volume de la poubelle ! »

Chauffage au bois, panneaux photovoltaïques, projet de

potager bio… « Ce geste en a entraîné d’autres. C’est un

comportement responsable vis-à-vis de la planète, que

j’apprends à mes enfants. » Et un exemple à suivre.

1

Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

FOCUS

Innovation

en Pays de Lunel

La communaude communes du Pays de

Lunel projette de construire une plate-forme

de compostage pour ses déchets verts

(5 000 tonnes/an). Une expérimentation

a débuté à Marsillargues afin de valider

un procédé innovant permettant de produire

un compost de haute qualité. Les premiers

résultats sont attendus d’ici à mi-2012.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


12 L’HÉRAULT EN MOUVEMENT

À VERSAILLES, les élèves de l’école de Vendémian. Le coût du séjour (une semaine à Paris) a été réduit d’un quart grâce aux activités

organisées par la coopérative scolaire (OCCE 34).

Quand la coopération

fait école

INSTRUMENT D’ÉDUCATION

À LA CITOYENNETÉ, l’OCCE 34

développe un grand nombre d’outils

et d’actions pédagogiques

pour les coopératives scolaires.

Son nom ne vous dit peut être pas grand-chose.

Et pourtant, l’Office central de la coopération à l’école,

créé en 1928, fédère en France la vie de la plupart des

coopératives scolaires du primaire et de nombreux

foyers coopératifs de collèges et lycées. Dans l’Hérault,

l’OCCE est présent dans 228 communes et 90 % des

établissements scolaires à travers 750 coopératives.

Mission : « Promouvoir des formes nouvelles de pédagogie

axées sur les valeurs de coopération, d’entraide

et de solidarité, afin que l’enfant apprenne autrement

avec les autres et non contre les autres », résume

Jean-Pierre Martin, son président. Pour y parvenir,

l’OCCE 34 offre aux enseignants et aux élèves qui le

souhaitent un support légal leur permettant d’ouvrir

et de gérer une coopérative. Puis elle les accompagne

dans des projets coopératifs grâce à un réseau de

collaborateurs et de bénévoles majoritairement

issus de l’enseignement. En amont, ses actions s’appuient

sur des ateliers pédagogiques pour les enseignants,

des formations de formateurs, délégués

et éco-délégués, le prêt de mallettes et d’ouvrages

pédagogiques.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


ACTIONS 13

Apprentissages transversaux

Place ensuite aux animations, en classe. Certaines s’inscrivent

dans une dynamique nationale, comme la participation

des élèves à la Journée internationale des

droits de l’enfant ou à la Semaine de la presse. Mais la

plupart sont spécifiques à l’Hérault. « Depuis plusieurs

années, nous menons notamment un travail de fond sur

le développement durable, dans le cadre de l’agenda 21

du Conseil général », souligne Anne Serrano, déléguée

départementale. Avec par exemple la réorganisation de

la cour du collège de Clapiers par les collégiens autour de

plantes méditerranéennes, peu gourmandes en eau. Ecocitoyenneté,

théâtre, réalisation d’un journal, philatélie,

jardinage… Aux ateliers s’ajoutent des manifestations

comme le marché des connaissances, journée de rencontres,

d’échanges et de partage entre enfants, autour d’un

thème d’apprentissage. Sans oublier de nouveaux projets,

dont un rassemblement de toutes les classes « théâtre »

et une contribution au Printemps des poètes, prévus en

2012. « En favorisant les interactions et donc l’acquisition

des compétences, conclut Anne Serrano, nous espérons

contribuer à la réussite de tous les élèves. En faire de futurs

citoyens responsables… et des enfants heureux ! »

plus d’infos 04 67 63 04 92 www.occe34.fr

« À plusieurs, on avance mieux

que tout seul »

Pierre Cieutat

professeur des écoles cycle 3, école élémentaire

Simon-Bolivar, Montpellier

Que veut dire pour

vous la notion de classe

coopérative ?

Cela signifie que les

élèves vont interagir pour

apprendre et s’entraider,

en devenant sources

d’apprentissage et de motivation

: à plusieurs, on

avance mieux que seul.

Que vous apporte l’OCCE ?

Au-delà du soutien et des

ressources qu’elle m’offre,

cette association prône

une philosophie que je

partage : elle appréhende

l’enfant dans toutes ses

composantes : un être

humain doté d’émotions

et un petit homme social,

libre de s’exprimer.

Bilan ?

Il est très positif. Composée

surtout d’enseignants,

l’équipe de

l’OCCE sait ce qu’est une

classe, coopère vraiment

avec les élèves et les

enseignants. Et rend

vivants des thèmes peu

abordés en cours car difficiles

à traiter, comme la

philosophie ou les droits

de l’enfant !

VRAI / FAUX

VRAI

Tous les élèves

de l’établissement

peuvent être

membres actifs

de la coopérative

Ils sont même encouragés

à participer à son

fonctionnement en

fonction de leur âge, de

leur degré de maturité,

et avec l’aide d’adultes,

notamment en gérant

les finances ou en

étant membres du bureau.

La coopération à l’école

ou en entreprise part

d’ailleurs des mêmes

principes : démocratie (une

personne = une voix), libre

adhésion, solidarité,

engagement, responsabilité

et autonomie.

FAUX

Une coopérative

scolaire ne finance

ses activités que grâce

aux adhésions

Outre la participation

financière et volontaire

des familles (1,50 € pour

adhérer à l’OCCE 34),

les ressources de la

coopérative peuvent

provenir de la mise en

place d’actions (kermesse

ou vente de produits

transformés par les élèves

par exemple), de subventions

et de dons…

qui servent uniquement

à financer des projets

coopératifs.

1949 :

date de naissance

de l’OCCE 34

20 000 €

en 2011.

Le Département

soutient l’OCCE 34

depuis une

quinzaine d’années.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


14 L’HÉRAULT EN MOUVEMENT

ECOUTE

SOS AMITIÉ

Présente à Montpellier depuis

40 ans, l’association est toujours à

l’écoute de tous, 24h/24 et 365 jours

par an. Elle cherche aussi à grossir

ses rangs, pour répondre aux 18 000

appels reçus chaque année. Nouveautés

: le dialogue par mail

et par « chat ». Infos : 04 67 63 00 63

www.sos-amitie.org

TERRITOIRE

PASS’ TON TEL POUR LUTTER

CONTRE LE CANCER

RÉCUP’

CHAUVE

QUI PNEU

Vous avez crevé ? Amenez votre

chambre à air dans le magasin

de cycles le plus proche (liste sur

herault.fr). Elle servira à concevoir

un abri pour chauves-souris !

Ce projet, lancé par le Département,

vise à protéger la pipistrelle,

présente sur la frange littorale et

grande mangeuse de moustiques.

20 000 téléphones portables usagés

pour lutter contre le cancer :

l’association « Pass’ ton Tel » reste

en ligne ! Rappelez-vous, l’an dernier,

des étudiantes de l’Institut

universitaire de technologie (IUT)

de Montpellier avaient pour projet

de récolter 10 000 mobiles pour

aider la Ligue contre le cancer. Objectif

atteint avec 22 816 euros au

profit de la Ligue. Cinq nouveaux

étudiants de l’IUT, Marie-Catherine,

Mathilde, Nicolas, Marianne et

Yannis, ont décidé de reprendre le

flambeau en doublant le nombre

de téléphones, soit 20 000 mobiles

à regrouper avant le 31 mars.

L’APF (Association des paralysés

de France) rachète chaque portable

1,40 € et permet la création

d’emplois temporaires pour leur

donner une seconde vie. Les gains

seront intégralement reversés à

la Ligue départementale contre

le cancer. Des lieux de dépôt sont

disposés dans tout l’Hérault (écoles,

lycées…). Donnez votre portable

usagé et devenez acteur de

cette chaîne de solidarité. Tous les

portables sont acceptés, avec ou

sans batterie, cache ou chargeur.

Une urne est disposée à l’entrée

de l’Hôtel du Département,

1 000 rue d’Alco à Montpellier.

Plus d’infos :

passtontel.pagesperso-orange.fr

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


À L’AFFICHE

Vœux

Depuis 2011, c’est l’entreprise

Pisoni qui a en

charge l’affichage des

campagnes de communication

du Département

(sur chaque

panneau, une des deux

faces est réservée à la

collectivité). Mobiliers

neufs, formats plus

adaptés aux paysages

urbains, ce marché

prévoit également le

versement au Conseil

général d’une redevance

annuelle. Résultat :

une communication

gratuite visible dans

tout l’Hérault.

GASTRONOMIE

RECETTES

Un Mas de cocagne, c’est le titre du

livre de recettes truffé d’anecdotes,

publié par Véronique Guibert

de la Vaissière, propriétaire depuis

1972 du Mas Daumas-Gassac, à

Aniane. 90 recettes faciles auxquelles

se mêle le parfum des souvenirs.

(20 €, édité aussi en anglais).

Infos : 04 67 57 71 28.

MUSIQUE

RADIO

EN BREF 15

Il s’appelle Phyl, habite Mèze, et

la fibromyalgie dont il est atteint

ne l’a pas empêché de vivre sa

passion de chez lui : la radio. Au

micro depuis ses 13 ans, il produit

aujourd’hui le Hit, l’émission des

souvenirs, diffusé sur 90 radios francophones.

Découvrez Power Hit, sa

webradio : http://power.hit.free.fr

n

Affichage en cours : les vœux du Département

dédiés à tous les enfants du monde,

en partenariat avec l’Unicef.

ET AUSSI…

Prom’nonsnous

Christian Cayssiols

ajoute

un opus à la

collection de ses

ouvrages Ballades

et découvertes.

Après Le Pic

Saint-Loup, sortie

en 2008, l’auteurphotographe

des

Matelles publie

De Saint-Guilhem-le-Désert

à Navacelles.

Disponible dans

toutes les bonnes

librairies.

Famille

Escargot

Après les Escargots

électriques,

association montpelliéraine

créée

pour organiser des

concerts post hardcore,

post rock,

doom, shoegaze

et post punk, voilà

les petits frères :

les Escargots électroniques,

plus

branchés électro.

Lancée le mois

dernier, l’asso ne

devrait pas tarder

à communiquer

sur ses premiers

concerts.

Historique

Christophe Dosta

publie son premier

roman historique

: Le Concert

du roi. L’histoire

très documentée

se passe en 1709.

Au travers de

son personnage

principal, facteur

de clavecins,

l’auteur biterrois

se demande

comment une invention

italienne

aurait pu traverser

l’Europe pour

devenir le piano

contemporain

(29,45 €, 23,25 € en

eBook, Editions

l’Harmattan).

Primée

Bravo à Axode ! La

société basée à

Lunel a été récompensée

pour sa

dernière innovation,

développée

avec Kodak :

une solution qui

vérifie en temps

réel la qualité

d’impression sur

du papier continu

à très haute

vitesse (600 m par

minute). Infos :

www.axode.com

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


16 L’HÉRAULT EN MOUVEMENT LES CLEFS POUR COMPRENDRE

Eh oui, la ville, connue pour son architecture médiévale et sa belle pierre

de Castries, n’était à l’origine qu’un « tas de cailloux ».

Et pourquoi Montpellier

s’appelle aussi « Le Clapas » ?

Qui a déjà essayé de

planter un arbre dans

son jardin ? Levez le

doigt ! Neuf fois sur

dix, que se passe-t-il ?

« Ping », la pioche se

casse le nez sur un gros

caillou. En effet, le sol

héraultais, surtout dans

sa partie garrigue, est un

vrai nid à blocs de calcaire.

Les anciens, pauvres

agriculteurs non

mécanisés, se sont mis

en tête de coloniser ces

espaces pour les rendre

cultivables. D’abord, on

envoie les chèvres ou les

moutons pour débroussailler

et ensuite on sort

une à une les pierres du

sol. Quel boulot ! « Hé

La citation

« Uno lengo es un clapas

» Frédéric Mistral

(traduction : « Une

langue est un bloc »)

P16A

Marcel, je les mets où les sèches ou servant de

pierres ? » « Ben je sais matière première pour

pas, tu n’as qu’a en faire construire les capitelles,

un tas dans un coin ». ces cabanes de bergers.

Et voilà, le clapas était Et Montpellier dans tout

né ! En certains endroits, ça ? Eh bien avant de

ces clapas peuvent devenir une grande ville,

être gigantesques et c’était un espace clafi

forment des chemins de tas de pierres, tout

de pierres qui dominent simplement. Il a gardé

le paysage. Bien rangé, depuis ce sobriquet

le clapas devient plus occitan : « le clapas ».

noble : muret de pierres Clapas qui a donné son

Pas touche

au clapas

Monuments de nos

garrigues, les clapas

méritent notre respect.

Conservez-le

sur votre terrain

ou mieux, prenez un

cours de construction

en pierres sèche.

Des associations

les organisent. Par

exemple :

Pierre d’iris à Villeveyrac

: 04 67 78 03 76

Pierres sèches à Faugères

: 06 16 60 81 76

nom à la ville de Clapiers

mais aussi au clapier

(celui des lapins) pour

des raisons confuses.

Les petites bêtes proliféraient-elles

dans les

tas de cailloux ? Si vous

avez la réponse, merci

d’écrire au journal !

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


ÉLUS SUR

LE TERRAIN

17

Des décisions qui changent notre quotidien, des élus que l’on croise sur le terrain,

des débats, des portraits, des prises de position, des choix politiques expliqués.

C’est l’actualité des 49 élus du Département.

18 UN ÉLU/UN CANTON François Liberti

20 L’ACTION EN IMAGES

Des ports départementaux, pour quoi faire ?

22 RENCONTRES Pierre Maurel

24 ÉLUS SUR LE TERRAIN Tchin Chine avec

les vins de l’Hérault

27 CONTRAT DE TERRITOIRE Le Lodévois-Larzac

28 FACE-À-FACE La lecture publique dans mon canton

30 CELA FAIT DÉBAT S’endetter, c’est mal ?

31 EXPRESSION LIBRE

32 CONSEILLERS JUNIORS

L’ÉVÉNEMENT

André Vezinhet et

Pierre Bouldoire visitent

les futurs thermes du centre

Obalia à Balaruc-les-Bains.

Aide du Département :

10 M€, ouverture

en 2014.


18 ÉLUS SUR LE TERRAIN

FRANÇOIS LIBERTI

DANS SON CANTON

DE SÈTE II

Si Thau dit, sitôt Sète ! Solidarité, enseignement, aménagement de quartier…

Le canton est sur tous les fronts. Trois exemples de projets en cours.

1

1 • 2 CARTABLE NUMÉRIQUE

Depuis trois ans au collège Jean-

Moulin, les élèves ne risquent plus

d’oublier leurs livres. Leurs devoirs

sont sur clef USB. Un projet innovant,

portée par C. Chevalier et F. Bernard,

enseignants. « C’est une réponse

concrète aux sempiternels discours

sur le poids du cartable… mais ce

n’est pas le plus important ! souligne

François Liberti. Ce qui compte,

c’est le sens donné à ce projet : apporter

des connaissances par le biais de

nouvelles techniques que les jeunes

maîtrisent. » Subv. CG34 : 57 €/élève.

Reportage : herault.fr/11008

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


UN ÉLU / UN CANTON 19

2

4

3

3 ILE DE THAU

Les voiries aux abords des bâtiments

le Seinchole, le Sardinal, et le Véradier

ont été remises à neuf.

4 LOGEMENTS

Le CG 34 a vendu à Hérault Habitat

(784 300 €) l’immeuble de l’ancienne gendarmerie.

Huit logements sociaux à venir.

Le canton de Sète II

EN CHIFFRES

22 405

habitants

1928

la ville de Cette

prend le nom de Sète.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


20 ÉLUS SUR LE TERRAIN

AIDER LES PORTS,

POUR QUOI FAIRE ?

En 10 ans, le Conseil

général a investi plus

de 47 M€ pour les ports,

la conchyliculture et la

pêche. « Nous voulons

conserver les métiers de

la mer car ils font partie

de notre patrimoine

et de notre culture »,

rappelle Henri Cabanel,

vice-président délégué

à l’agriculture, aux ports,

à la conchyliculture

et à la forêt. « Comme

pour d’autres métiers,

l’avenir c’est aussi

privilégier la qualité

et la modernisation des

outils de production ».

Téléchargez

le Mag de la mer

et du littoral :

herault.fr/10772

1

1• 2 LE PORT DU GRAU D’AGDE

La criée accueille 12 chalutiers,

3 thoniers et 85 petits-métiers.

Retrouvez l’ambiance de la salle des

enchères sur www.herault.fr/10783

3 LE PORT DE BOUZIGUES

À la fois pêche et plaisance, il est le

seul port du Languedoc-Roussillon

certifié « gestion environnementale »

par l’Afnor. Infos : afnor.org

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


L’ACTION EN IMAGES 21

2

3

4

4 LE CHICHOULET À VENDRES

D’un côté la plaisance, de l’autre

les mas conchylicoles. « Ce projet

de 11 M€ illustre bien notre démarche

pour rassembler les professionnels.

Les postures de clivage

ne font avancer personne »

explique Henri Cabanel.

EN CHIFFRES

5 M€

par an

du CG 34

consacrés

aux ports

22

ports dans

l’Hérault

(plaisance,

pêche,

conchyliculture,

commerce)

dont huit

départementaux

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


22 ÉLUS SUR LE TERRAIN

DEVANT LA FLAMME DU SOLDAT INCONNU, Paris, Concours de la Résistance mai 2010.

Un homme qui n’a jamais

quitté l’école

« J’ai toujours été passionné par l’éducation.

C’est capital que la politique s’y intéresse. Construire

et réhabiliter les collèges, c’est un défi fabuleux. »

Pierre Maurel, conseiller général du canton de Montpellier II

Son parcours. Un souvenir à jamais présent. En 1954,

Pierre Maurel n’a que 13 ans quand lui et sa famille

s’installent à Sétif en Algérie. « J’ai vécu les premiers soubresauts

de la Révolution algérienne. Je n’étais ni piednoir,

ni algérien. Juste un Français de France au milieu

de toute cette hostilité. » Il passe son BEPC au lycée de

Sétif avant de rentrer en France, à Narbonne. Question

de sécurité. Au début des années 60, Pierre Maurel obtient

son CAPES de Sciences économiques et de gestion

puis son agrégation. Il est nommé au lycée Mermoz de

Montpellier, et passe ensuite son doctorat. « En somme,

je n’ai jamais quitté l’école ! »

Demandez-lui ce qui l’a amené à la politique, il vous répondra

: « Le hasard ! Je n’étais pas programmé pour être

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


RENCONTRES 23

PIERRE MAUREL EN 5 DATES

1940 né le 15 décembre

à Marseille

1972 adhésion au parti

socialiste, au Congrès

d’Epinay.

1983 élu maire de Clapiers

jusqu’à aujourd’hui

(son cinquième mandat).

1993 le 26 septembre,

élu conseiller général.

1998 vice-président

délégué à l’éducation

pour tous.

élu ». Pourtant, son passé en Algérie et les valeurs transmises

par son père, prisonnier de guerre puis résistant,

ont bel et bien forgé ses convictions politiques. Il prend

sa carte du Parti socialiste en 1971. Militant à la section

de Clapiers, où il s’installe dès 1975, il sera d’abord

conseiller municipal, puis maire en 1983.

Dix ans plus tard, il succède à son ami Ernest Granier

en tant que conseiller général du canton de Montpellier

II. « J’avais à cœur de m’engager davantage pour mes

concitoyens, faire avancer les projets pour mon canton :

les voiries départementales, les aménagements autour

du Lez... » D’abord en dehors du groupe majoritaire, sa

carrière décolle en 1998, quand André Vezinhet est élu

président, et lui confie la vice-présidence à l’éducation.

Ses engagements

Une de ses missions qu’il qualifie de « défi fabuleux » :

construire et réhabiliter les collèges héraultais. « Le

premier, c’était à Jacou en 2000 », se souvient-il. « J’ai

toujours été passionné par l’éducation. C’est capital et

nécessaire que la politique s’y intéresse. » Pierre Maurel

accompagne chaque année les collégiens et lycéens lauréats

du concours de la résistance : « Je suis très attaché

au devoir de mémoire ».

plus d’infos www.herault.fr/canton/Montpellier-II

MÈZE

COLLÈGE

DURABLE

Le collège Jean-Jaurès

a reçu le label « collège

durable 34 » de la main de

Monique Pétard, déléguée

à l’environnement,

pour son projet pédagogique

sur l’économie d’eau

et la gestion des déchets.

GIGEAN

ARCHI

UTILE

André Vezinhet et Christophe

Morgo, conseiller

général de Mèze, visitent

la résidence « les Jassettes

» de 16 logements

individuels (huit T2 et

huit T3). Projet conçu par

l’architecte P. Sebbane.

Subvention : 168 900 €.

FRONTIGNAN

AIDE AUX

SENIORS

Pierre Bouldoire, élu du

canton de Frontignan, a

inauguré l’extension de

l’Ehpad « les Muscates » :

accueil de jour, service

de soins infirmiers à

domicile, service d’aide

de nuit à domicile.

Subvention : 80 000 €.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


24 ÉLUS SUR LE TERRAIN

ANDRÉ VEZINHET, Henri Cabanel et Jacques Atlan visitent la société d’import-export Andji Foodstuff, basée à Quanzhou, qui distribue

en Chine les vins de l’Hérault.

Tchin Chine avec

les vins de l’Hérault

DES COLLERETTES SUR DES BOUTEILLES, un site web

100 % chinois… pour un objectif double,

vendre un territoire et ses produits.

Résultat : + 400 % de chiffre d’affaires en un an.

« Kampaï ! ». Celui qui a déjà partagé

un repas en Chine connaît le côté

effrayant de ce mot !! Effrayant ? Car

il ponctue chaque plat. Traduction

« Cul sec ! ». Traditionnellement le

liquide servi dans les petits verres

transparents est de l’alcool de

céréales, mais depuis quelques

années, le vin colore les rencontres

des convives. Avec potentiellement,

250 millions de consommateurs !

Aujourd’hui, ce marché, en progression

de 10 % depuis 2008, fait de l’œil

à tous les pays de tradition viticole

qui ne peuvent l’ignorer. 780 000

hectolitres font le voyage en bateau

chaque année depuis l’Hexagone car

le vin, symbole de luxe et d’un art de

vivre à la française, attire en Chine

une clientèle aisée et urbaine.

Une marque : Tanins

Dans ce contexte de marché en plein

essor, le Département de l’Hérault

a fait appel à un expert, Erwann

Le Moigne, fondateur de la société

French Paradoxe qui importe 70 %

du vin étranger vendu en grande distribution

en Chine. Et à deux jeunes

chefs d’entreprise, Nicolas Seffusatti

et Mathieu Rollin, qui ont inventé

une marque : Tanins. Véritables

agents de notre viticulture, ils adaptent

l’image des vins de l’Hérault

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


C’EST VOTÉ 25

aux goûts des clients. Pour soutenir

cette démarche, Hérault Tourisme,

présidé par Louis Villaret, conçoit

alors un outil marketing. Des collerettes

en carton, un site web 100 %

chinois, et un concours de vente

proposé à 300 vendeuses dans 350

grandes surfaces. Résultat : 400 % de

chiffre d’affaires en plus en un an,

avec 300 000 bouteilles vendues.

Le vin et les hommes

Point d’orgue, le linéaire du rayon

vins du Carrefour de Shangai, le

plus grand en Chine. « En 2012,

nous réitérons bien évidemment ce

travail de fond auprès des grandes

surfaces. Il faut expliquer notre

vin, les hommes qui le font et les

paysages qu’ils façonnent. L’Hérault

représente tout autant des vins de

qualité qu’une destination», explique

le président André Vezinhet.

L’occasion également de « fédérer

les vignerons héraultais », comme

le souligne Henri Cabanel, vice-président

à l’agriculture : « Unis, nous

pourrons mutualiser nos moyens

et avoir ainsi une plus grosse force

de frappe face à ce marché très

convoité. Notre objectif : soutenir les

professionnels pour augmenter leur

chiffre d’affaires, que ce soit dans les

ventes conditionnées et pourquoi

pas sur le vrac. Nous y travaillons. »

2012, un millésime prometteur pour

les vins de l’Hérault en Chine ?

Dépistage

C’est la lutte ! Sida, hépatites et

autres maladies sexuellement

transmissibles (MST) font encore

trop de victimes. Le Conseil

général de l’Hérault gère deux

consultations de dépistage anonyme

et gratuit (CDAG) / Centres

d’information de dépistage, de

diagnostic des infections sexuellement

transmissibles (Ciddist) à

Béziers et Montpellier. Afin d’ajuster

ses besoins en personnels

(infirmières, secrétaires), l’Agence

régionale de santé lui donne un

coup de pouce financier depuis

2008. La subvention s’élève cette

année à 53 600 €, comme indiqué

par Christian Bénézis, vice-président

délégué à la santé et à la

prévention.

EN CAS DE DOUTE

CDAG/Ciddist Montpellier (Hôpital

Saint-Eloi - 04 67 33 69 50) et Béziers

(Espace Perréal - 04 67 35 73 84).

Clef en main

Le groupe Angelotti aménage la

ZAC de la Caritat, à Saint-Thibéry.

Pierre Guiraud, délégué au logement

social et à la politique foncière,

a fait savoir que le Département

achetait au groupe deux parcelles

de 2 500 m 2 (prix : 375 000 €).

CE QUE ÇA CHANGE

Hérault Habitat y construira 30 nouveaux

logements locatifs sociaux.

À bon port

Le port du Barrou de Sète fait désormais

partie du domaine public

départemental, comme annoncé

par Henri Cabanel, vice-président

délégué à l’agriculture et aux ports.

À RETENIR

Le budget annuel du Conseil général

consacré aux ports est de l’ordre

de 5 M€ par an.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


26 ÉLUS SUR LE TERRAIN

Une autre économie

est possible : yESS !!!

C’EST L’ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE et le Département y croit.

Son point fort : l’Homme et l’éthique y conservent une place centrale.

QU’EN PENSEZ-VOUS ?

« Nous croyons

en notre projet »

Florence Sueur-Meneux

directrice de Pléiades Services.

Crise, délocalisations, hausse du

chômage, etc. Une réalité quotidienne

qui montre bien qu’on

touche aux limites de l’économie

telle qu’elle existe aujourd’hui : un

capitalisme financier où les ressources

humaines sont devenues

une charge fixe au même titre que

les autres. Mais il existe une autre

économie et elle ne date pas d’hier :

l’économie sociale et solidaire (ESS).

Ses principaux acteurs sont les

mutuelles, les coopératives et les

associations. Leurs règles du jeu

sont différentes et ont toutes pour

objectif de redonner à l’Homme

la place centrale dans l’activité

économique. Quelles sont-elles ?

Une finalité d’intérêt général ou collectif,

une prise de décisions démocratique,

une recherche limitée de

bénéfices et un ancrage territorial.

« L’Hérault est dans la moyenne

nationale, précise le vice-président

du Département, délégué au développement

économique, à l’économie

solidaire et à l’insertion. Plus de

10 % des salariés travaillent dans le

cadre de l’ESS. » Une proportion

appelée à grimper dans les années

à venir.

plus d’infos www.creslr.org

www.replic.fr - www.pleiades-services.com

« Pléiades Services

existe depuis

11 ans. Nous

proposons près

de 200 services à

domicile, en tant

qu’intermédiaire

entre les bénéficiaires

(près de 5 500) et notre réseau de

180 prestataires référencés « qualité ».

Créée sous forme associative, Pléiades

Services s’est récemment transformée

en société coopérative d’intérêt collectif.

L’idée, c’est de développer notre

activité en gardant toujours l’humain

au cœur du système, qu’il s’agisse du

bénéficiaire du service ou du salarié de

l’entreprise. Par exemple, nous sommes

sept salariés et nous sommes tous

associés au capital. Cela montre combien

nous croyons en ce projet ! Côté

clients, nous avons à cœur de gérer leur

demande de A à Z, jusqu’à la vérification

de leur satisfaction. Aujourd’hui, nous

cherchons à nous développer et acquérir

notre autonomie financière, sans

aide publique. Nous avons un savoirfaire

que nous voulons proposer dans

d’autres départements que l’Hérault.

D’ici à trois ans, nous visons l’équilibre

et le doublement de nos effectifs. »

Infos : 04 67 540 540.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


CONTRAT DE TERRITOIRE 27

LODÉVOIS/

LARZAC

60 %

des 106 000 € consacrés

à l’étude d’aménagement

multipolaire sont financés

par le Département.

80 000 €

de subvention

du Conseil général

pour le festival « Les Voix

de la Méditerranée »

(soit 27%).

ATOUT

« Notre territoire est en plein développement.

» Les élus du lodévois Larzac ne

cachent pas leur enthousiasme : le classement

par l’Unesco des 3 000 km² des

Causses et Cévennes au patrimoine de

l’humanité, en juin dernier, représente

un atout majeur pour la communaude

communes. Ce n’est pas le seul.

FLUX

Comme l’explique le conseiller général

du Caylar : « L’A 75 nous apporte des

flux et donc des consommateurs, ce

qui génère un développement économique

et l’arrivée d’entreprises. A nous

de veiller à la préservation de notre

patrimoine et de notre qualité de vie. »

Car avec l’autoroute, les centres de

décisions et la métropole régionale ne

« Le Lodévois/Larzac

est en plein

développement. »

LE VICE-PRÉSIDENT DU DÉPARTEMENT délégué

au développement économique à propos du contrat

de territoire Département/Lodévois et Larzac

sont plus très loin. De quoi induire de

nouveaux comportements. Au risque

de transformer les villages du territoire

en cités-dortoirs et d’attiser la fièvre

immobilière.

EQUILIBRE

Il faut donc équilibrer le développement

économique et le respect d’un

territoire désormais universellement reconnu.

D’où le souci de faire leur place

aux entreprises, aux commerces et à

l’artisanat tout en en veillant à préserver

l’environnement et en permettant

un vrai rayonnement culturel.

En apportant 765 000 € de subventions

qui génèrent 2 700 000 € d’actions

diverses, le Conseil général contribue

à ce développement vigoureux mais

raisonné.

PATRIMOINE

VOILÀ UN PROJET EN PHASE AVEC L’UNESCO : LA RÉHABILITATION

DU ROC CASTEL. Le site domine le village du Caylar. Une très vieille

histoire a déposé ici de nombreuses traces. Habité sans doute dès

la préhistoire pour sa forte position, il exhibe encore des vestiges

de maisons carolingiennes. Au XII e siècle le « castel » est édifié.

Entièrement restaurée, sa chapelle de la même époque témoigne de

cette ancienneté. « La forêt gagnait. Nous lançons une étude foncière

et paysagère pour réhabiliter le site et l’habitat », indique le conseiller

général du canton. Car certaines maisons, toujours occupées, datent

de la Renaissance. Un effort de 130 000 € dont 75 000 € en subventions

départementales. « Le gage de voir se pérenniser le prestigieux label de

l’Unesco en marquant notre volonté de préserver notre patrimoine. »

Périmètre de la communau

de communes Lodévois et Larzac

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


28 ÉLUS SUR LE TERRAIN

La lecture, formidable

moyen d’accès au savoir

« Les petites

bibliothèques

sont un trésor

pour les

habitants. »

JEAN-LUC FALIP

conseiller général

de Saint-Gervais-sur-Mare.

1. Quelle initiative du Département

vous tient à cœur ?

Je soutiens depuis sa signature

et son renouvellement en 2009, la

convention culturelle passée entre

le Conseil général et la communau

de communes des Monts-d’Orb.

C’est une des plus dynamiques du

Département, dont l’un des axes

forts porte sur le livre et la lecture.

A ce titre je m’efforce de développer

un véritable maillage du territoire

en associant les maires des communes

pour créer de petites bibliothèques

qui sont autant de lieux de vie

que d’ouverture à la culture et à la

lecture.

2. Y a-t’il des nouveautés ?

Nous voulons créer à Combes un

point bibliothèque, lieu d’ancrage

pédagogique pour la découverte

de la forêt des Ecrivains Combattants.

Cette forêt, aménagée pour

la promenade et rendue accessible

à tous, rassemble 560 stèles

gravées de noms d’écrivains qui ont

défendu la France, décédés lors

de la Seconde Guerre mondiale.

3. Quel « plus » cela apporte-t-il aux

usagers ?

Ce projet vient renforcer les actions

du Département déjà en cours pour

valoriser cet espace remarquable

de notre patrimoine. Le but est de

créer un lieu ressource qui permette

au visiteur de s’imprégner

de l’histoire de ces écrivains et de

renforcer le devoir de mémoire

pour les nouvelles générations.

St-Gervais-sur-Mare

3000

41 000

Près de

lecteurs bénéficient

des prêts de livres

dans les Hauts Cantons.

ouvrages prêtés

aux habitants des

petites communes.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


FACE À FACE 29

JACQUES ATLAN ET JEAN-LUC FALIP, élus des cantons

de Montpellier VIII et Saint-Gervais-sur-Mare évoquent

la politique du Département dans le domaine du livre

et de la lecture.

3

QUESTIONS À…

1. Quelle initiative du Département

vous tient à cœur ?

Nous avons souvent évoqué les

nombreuses actions du Conseil

général dans ce domaine, mais je

souhaite mettre l’accent sur lele

du livre pour les plus petits.

Le Département développe depuis

10 ans un programme « Des bébés

et des livres » en direction des bibliothécaires,

mais aussi des assistantes

maternelles et puéricultrices. À la

médiathèque de St-Jean-de-Védas,

dès son ouverture en 2001, le Département

développe une action

forte en direction des tout petits en

accueillant régulièrement les enfants

de la crèche.

2. Y a-t’il des nouveautés ?

Oui, un observatoire de la lecture

chez le tout-petit a été mis en place

dans les bibliothèques, en association

avec les professionnels de la

petite enfance et permet de faire

progresser la recherche sur la lecture

chez les enfants de moins de

JACQUES ATLAN

conseiller général du canton de Montpellier VIII.

« Favoriser l’appropriation

de l’écrit et le plaisir de lire

dès la petite enfance ».

3 ans. Par ailleurs, chaque enfant né

dans l’Hérault reçoit un livre dans la

mallette du nouveau-né.

3. Quel « plus » cela apporte-t-il aux

usagers ?

Cet album est offert aux jeunes

parents avec un livret présentant la

démarche du Département ent et nant sur les idées reçues à propos

de la lecture chez le tout-petit.

Cette initiative donne la possibilité

aux familles pour qui la lecture

ne va pas de soi, de découvrir le plaisir

du livre et un moyen de favoriser

le développement de leur enfant

dès le plus jeune

reve-

âge.

Montpellier VIII

236

bibliothèques

départementales

ouvertes à tous

dans l’Hérault.

75 000

lecteurs inscrits.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


30 ÉLUS SUR LE TERRAIN CELA FAIT DÉBAT

S’endetter est-il aussi

mauvais que cela ?

POUR LES ETATS OU LES PARTICULIERS, l’emprunt est devenu un sujet sulfureux.

Pourtant on dit que la consommation soutient la croissance. Et si le bon curseur

était un niveau d’endettement qui permette aux emprunteurs de rester solvables ?

tilisé avec modération, l’endettement n’est

“RESTER RAISONNABLE”

U

pas inutile : il permet de satisfaire un plaisir,

un achat nécessaire, une espérance - par

exemple celle de gagner plus, en investissant dans

un projet. Autant d’objectifs qui soutiennent la croissance

et qui, en l’absence d’emprunt, devraient être

différés. Ce n’est pas le recours au crédit qui pose problème,

mais son remboursement, soumis aux intérêts

qui paient à la fois le temps et le risque du prêteur. Le

malheur aujourd’hui vient du fait que les emprunts

servent parfois à financer des dépenses courantes.

Certains ménages utilisent le crédit revolving et le

rachat de crédits pour pallier leur endettement. Cette

spirale les conduit à la ruine, avec des conséquences

sociales dramatiques. Pour être gérable, il faut qu’une

dette reste raisonnable : un particulier, une collectivité

ou l’Etat, doivent être capables de la rembourser

à hauteur de leur propre épargne. »

“CRÉER UN FICHIER POSITIF”

n’est pas un mal quand il s’agit

financer un projet ou de pallier une

S’endetter

difficulté provisoire. Or, le décalage actuel

entre baisse de la consommation et explosion du recours

au crédit montre que cet argent sert à survivre

et non à consommer. Avec la crise, le surendettement

n’est plus seulement le fait de crédits à la consommation

mal gérés : il touche des foyers fragilisés par la

perte de revenus, un prêt immobilier ou des découverts

bancaires. Pour limiter les dégâts, il faudrait

instaurer un registre positif des crédits permettant de

vérifier la solvabilité des emprunteurs. En Belgique,

où ce registre existe, le surendettement moyen est de

15 000 €, contre 38 000 € en France. Paradoxalement,

l’absence de fichier crée des inégalités : l’offre de

crédit est concentrée sur certaines catégories, sans

réelle vérification des prêts souscrits, tandis que des

citoyens ayant un emploi précaire en sont privés. »

MICHEL GAUDY

vice-président délégué

aux moyens financiers

et aux marchés publics.

JEAN-LOUIS KIEHL

président fondateur

de la Fédération Cresus

(Chambres régionales

de surendettement social).

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


EXPRESSION LIBRE 31

Ces propos sont sous la stricte responsabilité de leurs auteurs. Loi de démocratie de proximité (27/02/2002)

Groupe d’opposition de Droite

Groupe Démocratie et République

Le tourisme doit

être une priorité

départementale

Le débat d’orientation budgétaire a récemment

permis d’éclairer les priorités

politiques données à l’action du Conseil

général de l’Hérault. La première de

ces priorités est le logement car il est,

en effet, devenu nécessaire d’aider les

Héraultais à mieux se loger. La deuxième

priorité est le développement durable.

La préservation des équilibres écologiques

constitue un devoir vis-à-vis des

générations futures et c’est pourquoi

le groupe Démocratie et République

a appelé le renforcement de l’action

du Département dans trois domaines

majeurs : celui de la préservation de la

ressource en eau, celui de la protection

du littoral, celui de la gestion et de

l’élimination des déchets. La troisième

priorité est la jeunesse parce que c’est

en grande partie pour elle que doivent

être engagés les chantiers qui prépareront

l’avenir et le développement

économique de notre territoire. Concernant

ces trois premières orientations,

le groupe Démocratie et République

a fait connaître un avis de principe

favorable accompagné de propositions

visant à améliorer l’efficience des

politiques départementales engagées

au service des Héraultais. La quatrième

priorité que la Majorité Départementale

a proposé de fixer est la culture. Sur ce

point, le groupe Démocratie et République

a exprimé son désaccord. En effet,

la crise économique rappelle qu’il n’est

plus possible d’ignorer que la puissance

publique doit impérativement fixer

les limites de son engagement financier

- comme y sont contraintes toutes

les entreprises. Par conséquent, nous

ne considérons pas, à l’heure où il est

devenu obligatoire de faire des choix

politiques et financiers, qu’il faille placer

l’action culturelle au rang des priorités

départementales. Nous souhaitons,

pour notre part, que soit placé au rang

des priorités politiques du Conseil

général de l’Hérault le tourisme, qui

génère et finance aujourd’hui plusieurs

milliers d’emplois. Le groupe Démocratie

et République demande donc que les

efforts consentis par le Département

soient encore renforcés en matière de

développement touristique. Le tourisme

crée des emplois. Il doit être considéré

comme une priorité départementale.

Sébastien FREY

Président de Groupe

Groupe

communiste

Meilleurs vœux

pour 2012

Serait-il déplacé, en cette nouvelle

année, de souhaiter à toutes les

Héraultaises et tous les Héraultais

le meilleur pour 2012, alors qu’à longueur

de journaux télévisés, de débats

redondants sur la crise – quelle

crise d’ailleurs ? – on nous ressasse

que notre avenir ne pourrait être que

sang et larmes mêlés, et que nous ne

pourrions qu’être réduits à choisir

entre une austérité de droite et une

rigueur de gauche, voire à nous

abandonner à un populisme dangereux

pour notre liberté ?

Serait-il hautement improbable que

notre horizon ne se réduise qu’à

convaincre nos enfants et nos petitsenfants

que le pire reste à venir et

qu’il ne saurait y avoir d’éclaircies ?

Ce serait sans doute une bien curieuse

nouvelle année à souhaiter que

de se laisser ainsi gagner par une

désespérance généralisée et tourner

le dos à ce qui fait de nous des êtres

doués de raison et de bon sens.

Elus communistes au Conseil

général, nous ne renonçons pas,

pour notre part, et sommes satisfaits

du budget du Conseil général de

l’Hérault que nous avons construit

et voté avec la Majorité départementale.

Ce budget ne sacrifie aucune des

missions sociales du Département, il

consacre une large part au développement

durable, il poursuit l’effort

considérable d’appui aux communes

et aux intercommunalités, il ne

sacrifie pas les investissements nécessaires

pour assurer la continuité

des services publics.

Pourtant, pour les collectivités, la

situation n’est pas des plus simples

et le recul constant des dotations de

l’État pèse lourdement.

Nous vous souhaitons pour cette

nouvelle année une saine indignation

!

Nous vous souhaitons pour 2012 une

franche colère contre ceux qui ne

visent qu’à favoriser le démantèlement

du service public et du pacte

social national !

Nous nous souhaitons à tous d’être

capables de peser sur le cours de

notre histoire et d’inventer un autre

avenir commun !

François LIBERTI

Président de Groupe

Groupe majoritaire socialistes

et apparentés

Tous citoyens

combattants

contre

l’extrémisme !

Lorsque l’économie ne sort pas de la

crise, l’emploi disparaît, les inégalités

s’accroissent, la violence s’installe et la

République est en danger !

Dans l’Hérault nous nous efforçons de

montrer que l’action politique de proximité

peut améliorer la vie quotidienne.

L’emploi, le logement, la santé, l’éducation

et la dépendance sont les priorités

du Conseil général. La victoire des forces

de progrès de la Majorité départementale

aux dernières élections cantonales

est un formidable encouragement. Vous

nous avez prouvé votre soutien aux

politiques locales menées par des élus

qui, jour après, jour mettent en œuvre

des actions concrètes dans tous les

territoires urbains et ruraux, auprès de

tous les citoyens.

Mais les Héraultais, comme les Français,

attendent un changement de cap

national. En 2012, ils diront s’ils souhaitent

poursuivre avec la même politique,

menée depuis près de 10 ans par les

mêmes responsables et avec les mêmes

résultats. Les électeurs manifestent

leur espoir d’une autre politique, juste,

sociale et humaine, et que cessent les

attaques contre l’emploi, le pouvoir

d’achat et les services publics.

La tentation de sanctionner le gouvernement

en place par une abstention ou un

vote extrémiste représentant une idéologie

inégalitaire et violente, serait une

menace pour la République. Malgré une

quête de respectabilité et une nouvelle

distribution des rôles, un parti antinational

ne change pas et ne changera

jamais. Le masque tombe à chaque fois

que le naturel idéologique est brandi en

étendard pour justifier l’ignoble, comme

lors du massacre en Norvège... Il existe

un lien fort entre toutes les extrêmesdroites

européennes et ces formations

politiques sont très dangereuses pour

la démocratie, dont nous sommes les

ardents défenseurs.

Au nom du « vivre ensemble », soyons

tous citoyens combattants contre l’extrémisme,

à l’instar de notre assemblée

départementale composée d’élus républicains

qui respectent l’engagement

de chacun et agissent dans l’intérêt des

Héraultais.

Nous vous adressons nos meilleurs

vœux pour 2012.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


32 ÉLUS SUR LE TERRAIN CONSEILLERS COLLÉGIENS JUNIORS

AFFICHES DE BON GOUT

Sensibiliser les collégiens aux

enjeux liés à l’alimentation et

promouvoir le bien-manger :

telle est l’une des priorités de la

démarche haute qualité alimentaire

(HQA) mise en place par le

Département dans les restaurants

scolaires.

« Grâce à ce projet, j’ai appris à mieux manger, c’est

important pour être bien dans sa peau et en bonne

santé. Notre tableau a été placé bien en évidence à

la cantine. Ça nous fait plaisir de savoir qu’il va être

diffusé dans les autres collèges et être utile. »

Célian Nocca,

en 3 e au collège Jean-Moulin, Sète

Concours

Concrètement : des projets

pédagogiques mobilisant enseignants,

personnels de cuisine et

équipes administratives, permettent

aux élèves de réfléchir

aux conséquences de leurs choix

alimentaires sur la santé mais

aussi l’économie ou l’environnement.

Dernier exemple en date :

un concours d’affiches sur lequel

ont planché les collèges de Lattes

(Georges-Brassens), Montpellier

(Jeu-de-Mail) et Sète (Jean-

Moulin) durant l’année 2010-2011.

Les visuels retenus forment, avec

deux outils conçus par d’autres

collégiens, un « kit restauration »

qui sera progressivement proposé

à tous les collèges héraultais.

Actions

Y figurent : un outil à base de

codes couleurs symbolisant les

qualités nutritionnelles des plats

du self pour composer un repas

équilibré ; un tableau matérialisant

le voyage des aliments

servis et donc leur impact écologique

et cinq affiches autour du

bien-être lié à l’alimentation pour

décorer le restaurant. Au total,

163 élèves se sont investis dans

ce projet qui a déjà touché 1 050

demi-pensionnaires. En 2010, les

actions d’éducation au goût ont

ainsi concerné quarante collèges,

contre cinq en 2008. Preuve que

la démarche gagne du terrain.

« En groupe de sept élèves, nous avons créé un tableau pour savoir

ce que nous mangions (matières grasses, protéines…) et

équilibrer nos repas. Nous avons beaucoup travaillé avec l’aide

du professeur de français, du chef de cuisine et d’une personne

de l’association « Terre nourricière ». Il fallait que cet outil

soit pratique, facile à comprendre : on espère qu’il contribuera

à faire changer les choses. »

Léna Leiria, en 3 e au collège Jean-Moulin, Sète

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


GENS

D’HERAULT

33

Ils créent, ils cherchent, ils portent les couleurs de l’Hérault, ils sont solidaires,

ils vivent dans des paysages extraordinaires, ils font vivre une culture

et un patrimoine. C’est eux et vous, les gens d’Hérault.

34 PORTFOLIO Les souvenirs remontent de la mine

36 ILS AGISSENT À Loupian

38 AVENTURE CITOYENNE Fernand Niel

40 AVENTURES COLLECTIVES Awox, le succès

sans fil

42 AVENTURE SINGULIÈRE

Catherine Bernard

44 QUESTION DU NET Faut-il vraiment se faire

vacciner contre la grippe ?

L’INSOLITE

Son visage vous est

inconnu, pas sa voix.

Simone Hérault, timbre officiel

de la SNCF, était de passage

à Montpellier. A écouter

sur herault.fr


34 GENS D’HÉRAULT

ON AVAIT BONNE MINE

Le Parc naturel du Haut-

Languedoc a réalisé

un inventaire de notre

patrimoine minier.

3

1

2

1 99 SITES IDENTIFIÉS

par l’inventaire, vestiges de l’activité

minière dans l’ancien bassin houiller

de Graissessac, fermé en 1991.

Ici, à Camplong, le chevalement

qui descendait les ouvriers au fond

de la mine.

2 A GRAISSESSAC, un wagonnet

de transport du minerai.

3 IMPÉRIAL GIMENEZ, un des rares

anciens mineurs, mémoire d’une

époque révolue, témoigne encore sur

le quotidien et la vie des mineurs.

4 LES ATELIERS de maintenance

et de réparation de la mine.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


PORTFOLIO 35

4

5

Graissessac

5 LA LOCOMOTIVE

du Bousquet-d’Orb permettait

de tirer les wagonnets

hors de la mine.

en savoir plus Retrouvez

les « paroles de mineurs » sur herault.fr.

Inventaire à découvrir sur

parc-haut-languedoc.fr

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


36 GENS D’HÉRAULT

ILS AGISSENT

À LOUPIAN

Entre collines et garrigues, et dominant le bassin

de Thau, un village bien ancré dans ses traditions

et où il fait bon vivre.

1

1 DAVID ROUSSEAU

préside Archéo-Factory qui met en

valeur le patrimoine archéologique

du bassin de Thau et l’exceptionnelle

villa gallo-romaine de Loupian,

ouverte à la visite du public.

2

3

2 NICOLE SEGUIER

est présidente de Loupiana Rythme.

L’association rassemble 170

adhérents passionnés de danse,

elle fête cette année ses 20 ans.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


PORTFOLIO 37

4

4 ISABELLE DANIEL

préside l’école de musique Diapason.

Avec 17 ans d’existence, cette école

de musique offre un enseignement

de proximité très apprécié par ses

adhérents de tous âges dès 7 ans, et

participe aux animations du village.

Loupian

3 JEAN-CHARLES JACQUOT

est président de l’association Loupian

tri nature et organise des sorties VTT

et courses à pied pour tous, en famille

dès 8 ans, au cœur d’un environnement

privilégié de garrigues et de l’étang

de Thau.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


38 GENS D’HÉRAULT AVENTURE CITOYENNE

Quelque chose à dire

INSTITUTEUR à le retraite de 85 ans, Fernand Niel fait partie des anciens

qui accompagnent les jeunes en difficulté. Rencontre.

Trente ans que Fernand coule une retraite paisible.

« Je suis parti à 55 ans, fallait bien laisser la place aux

jeunes », explique-t-il dans un sourire. Les jeunes.

D’une manière ou d’une autre, Fernand a toujours

travaillé avec eux. Pour eux. Que ce soit à l’école,

sur le banc de touche d’un terrain de basket ou sur

les sentiers, avec les Éclaireurs. Alors quand on lui a

proposé d’aller à leur rencontre une nouvelle fois, il

a dit oui. « Je pense que la relation entre générations

ne peut être qu’enrichissante. » Première rencontre,

Fernand se présente et raconte son parcours professionnel.

Celui d’un jeune homme de 17 ans qui tente le

concours d’entrée à l’Ecole normale, mène sa carrière

d’instituteur et la termine comme directeur d’école.

« De toute façon, si c’était pas ça, c’était autre chose ! »

PROJET PRIMÉ

À tout âge son histoire

C’est le nom du programme intergénérationnel

porté par le CLIC Partage et par l’Unité territoriale

d’action gérontologique (UTAG) du Piémont

Biterrois, auquel a participé Fernand. Ce programme

a obtenu un prix de l’Arc Latin en 2011.

Sortir des

caricatures

« jeune c…,

vieux c… »

Il faut dire qu’à l’époque,

l’avenir ne suscitait

pas trop d’interrogations.

« Aujourd’hui,

je suis inquiet pour les

jeunes, qu’ils soient

diplômés ou pas. »

Une raison de plus pour les aider, mais en respectant

leurs idées. « Je pense que l’expérience ne se transmet

pas, résume Fernand. Chacun doit faire la sienne. »

C’est dans cet état d’esprit là que les premières rencontres

se sont faites avec des jeunes en difficulté,

volontaires. Aux côtés de Fernand : Edmond, qui a

participé à l’installation des ascenseurs de la Tour Eiffel,

Momo le tailleur de pierre, Jean-Paul, électricien,

et bien d’autres. L’objectif de ces rencontres ? Sortir

les jeunes et les moins jeunes des caricatures qu’ils

peuvent se faire de l’autre génération. Et ça marche.

Maud, 19 ans, était là. Elle a vu en Fernand « une personne

qui a l’esprit large ». Quant à lui, il a trouvé là

« des jeunes attachants ». Prochaine étape : les faire

travailler ensemble sur un beau projet : « Par deles

générations, au-dedes frontières », la livraison de

matériel médical au Maroc.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


40 GENS D’HÉRAULT

ALAIN MOLINIÉ DANS LE SHOWROOM D’AWOX. Les clients de la PME sont des fabricants de téléviseurs, des spécialistes

de la téléphonie mobile, de tablettes, de PC, des fournisseurs d’accès Internet....

Cette entreprise qui rend

votre télé intelligente

LA SOCIÉTÉ MONTPELLIÉRAINE AWOX

est devenue un leader sur le marché

de la communication sans fil.

Rien ne prédestinait ce fils d’enseignants à créer son entreprise.

Alain Molinié, « globe-trotteur et entrepreneur dans

l’âme », l’a fait. Et plutôt deux fois qu’une : après avoir lancé

Smartcode, une société revendue au célèbre groupe américain

Palm, cet ingénieur de Centrale Marseille s’est associé

en 2003 à Eric Lavigne et Vincent Leclaire pour fonder

Awox. Une jeune pousse montpelliéraine spécialisée elle

aussi dans les nouvelles technologies de la communication.

Mais opérant sur un nouveau marché très porteur.

Réseau domestique

« Smartcode réalisait des solutions d’accès au web

pour les téléphones mobiles, explique le P-DG. Awox

conçoit des outils permettant de connecter télés, décodeurs,

PC et autres appareils électroniques entre

eux, ou à internet, dans toute la maison. » L’entreprise

développe ainsi des solutions logicielles mais aussi

des produits audio et vidéo connectés, vendus sous

d’autres marques. Avec une cinquantaine de salariés,

un chiffre d’affaires en croissance exponentielle et

des filiales à Singapour, Hong-Kong et aux Etats-Unis,

Awox figure parmi les premiers acteurs mondiaux du

secteur. Plus précisément en matière de technologies

DLNA 1 .

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


AVENTURES COLLECTIVES 41

Capital humain

« Aujourd’hui, souligne Alain Molinié, nous présidons le

comité en charge de cette certification, conçue par les

300 poids lourds de l’électronique grand public et des

technologies de l’information, pour garantir l’interopérabilité

des équipements. » Le fondateur d’Awox attribue

son succès à des valeurs simples : « Persévérance, professionnalisme

et qualité des équipes ». Les salariés, recrutés

pour « leur esprit d’entreprise et leur volonté d’aller

de l’avant », ont tous leur chance. « En deux ans, un

stagiaire peut devenir responsable de projet à Taïwan »,

résume celui qui a parcouru le chemin inverse : Alain

Molinié faisait carrière aux Etats-Unis puis à Paris, mais

rêvait de retrouver sa ville d’origine. Seize ans après son

retour, il continue d’y créer des emplois 2 .

1

Digital living network alliance.

2

Awox recrute actuellement des ingénieurs logiciel embarqué.

plus d’infos www.awox.com

« Un exemple à suivre »

Grégoire Mariau

Chargé d’affaires, Oseo innovation, Montpellier

En quoi Awox est-elle

innovante ?

L’entreprise consacre la

moitié de ses dépenses

annuelles à la recherchedéveloppement,

elle se

maintient ainsi à l’avantgarde

des technologies

de communication sans

fil : elle développe actuellement

des décodeurs

et cartes électroniques

pour la connexion du

téléviseur à internet.

Reflète-t-elle la vitalité

du secteur high-tech ?

Bien que dynamique, la

filière régionale est plutôt

axée informatique.

Tête de pont technologique

opérant à l’échelle

mondiale, Awox est un

exemple à suivre.

RADIO WIFI

Zoom sur l’un des

produits-phares d’Awox

Prenez un poste de radio classique. Truffezle

d’ingrédients high-tech. Vous obtiendrez

une innovation signée Awox : connecté à un

modem, ce récepteur permet d’accéder à des

milliers de radios, podcasts 1 et livres audio. Il

peut aussi lire les contenus audio stockés sur

un PC, une clé USB ou un disque dur externe.

1

possibilité de télécharger des émissions pour les écouter en différé.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


42 GENS D’HÉRAULT

L’EX-JOURNALISTE CATHERINE BERNARD : « J’étais étrangère à cette terre, mais je racine, je m’enracine. »

SAINT-DRÉZÉRY

Le bonheur est dans la vigne

APRÈS UNE CARRIÈRE DANS LES

RÉDACTIONS, Catherine Bernard

est devenue vigneronne… maniant

passionnément le sécateur et la plume.

Changer de vie ? Beaucoup en rêvent. Catherine Bernard

l’a fait. Journaliste économique, correspondante

à Montpellier pour des publications parisiennes, dont

Libération, elle raconte comment un jour de 2004, elle

s’est retrouvée « incapable de téléphoner ou d’écrire ».

Un séisme intérieur qui l’a conduite, à 40 ans, « à quitter

une situation confortable » pour passer un diplôme de

viticulture-œnologie, puis d’acheter des vignes à Saint-

Drézéry. Pour cette néo-vigneronne, femme, « étrangère

» et adepte du franc-parler, les premiers pas sont difficiles.

« Je savais qu’on n’allait pas me dérouler un tapis

rouge, même si, par la suite, j’ai découvert l’entraide. »

Consciente que sa formation lui offre « au mieux un socle

», elle apprend sur le terrain, découvre la taille et les

vendanges.

Un vin de pays…

Catherine Bernard revendique une certaine idée de la

terre et s’est lancée dans le bio : « C’est quinze mille fois

plus intéressant que la chimie. Il faut constamment réfléchir,

observer… » Attentive au cadre de son « bureau »,

elle a même planté des arbres fruitiers et concédé une

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


AVENTURE SINGULIÈRE 43

parcelle à un berger. « Sans caveau ni cave », cette vigneronne

atypique vinifie chez une consœur avec laquelle

elle partage les frais d’équipement. De l’élaboration de

son vin, d’ailleurs, elle ferait presque une recette, transformant

ses cuves en « marmites » ou le mourvèdre en

« tour de poivre ». Ce vin, obtenu au prix d’un « boulot

de dingue », serait, selon elle, « le fruit d’une succession

de choix et d’erreurs ». Un assemblage qui lui ressemble,

acide, franc et joyeux.

…et un livre

« Le vin traduit mon rapport aux autres et au monde. Je

devrais augmenter la taille de mon exploitation pour en

vivre, mais travailler à petite échelle me permet d’être

libre. » Cette liberté lui a permis aussi de reprendre la

plume pour raconter son aventure. Son livre Dans les Vignes

(voir ci-dessous) dresse un portrait incisif de la viticulture

aujourd’hui. « Il a fallu que j’en passe par là où je

suis passée pour apprécier où j’en suis : financièrement

appauvrie, mais humainement enrichie. Je suis étrangère

à cette terre, mais je racine, je m’enracine... » Pour

s’en convaincre, il suffit de la voir au milieu de ses trois

hectares, marquer le pas à chaque cep et savourer dans

un grain de grenache l’avant-goût d’une future cuvée.

L’OUVRAGE

de Catherine Bernard,

Dans les Vignes, chroniques

d’une reconversion,

(Éditions du Rouergue, 2011).

RETOUR SUR…

Nino Baliardo : le

nouvel album arrive !

Guitare à la main, fierté gitane en bandoulière,

Nino est un livre ouvert. En juin

dernier, nous avions fait sa rencontre. Il se

préparait alors à la Nuit gitane qui devait

avoir lieu un mois plus tard au Domaine

d’O à Montpellier. L’album sur lequel il travaillait

alors sort le 24 janvier. Chapelet de

compositions personnelles, cet album est

tantôt puissant, tantôt suave. Son titre :

Picasso. Comme le peintre qu’il a côtoyé

dès son enfance. « Quand il peignait, il

aimait m’avoir à côté de lui. Il me disait

« chante, petit, chante » Nino n’avait que

9 ans. Et c’est dans la même année qu’il

sort son premier disque et participe

au Grand Échiquier de Jacques Chancel.

Plus tard, il fait partie des créateurs

des légendaires Gipsy Kings.

Infos : www.lechantdumonde.com

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


44 GENS D’HÉRAULT QUESTION DU NET

MORTALITÉ EN BAISSE, VACCINATION AUSSI. Il est clair que la pandémie à virus H1N1

a suscité de la méfiance. Mais de là à prendre le vaccin en grippe…

Faut-il vraiment se faire

vacciner contre la grippe ?

Vous avez écrit

Nature du vaccin en

doute ? Effets indésirables

? La vaccination

contre la grippe

n’a plus la cote. Nora

Berra, secrétaire d’Etat

chargée de la Santé,

constate que le taux de

couverture vaccinale de

2010 n’atteint que 51,8%,

contre 60,2% en 2009.

Cette année, rebelote.

D’autant que vous êtes

nombreux à vous tourner

vers l’homéopathie.

Paradoxalement – et

c’est tant mieux ! - la

grippe de 2010-2011 a

fait 146 morts en France

contre 245 la saison

précédente.

Cette saison, 12,5 millions

de Français

ont été invités à se faire

vacciner gratuitement :

les 65 ans et plus, les

personnes atteintes

d’une affection de

longue durée, asthme,

bronchite chronique, les

professionnels de santé,

les enfants malades, les

femmes enceintes (dès

le 2 e trim. de grossesse)

et les personnes obèses.

Comme l’an dernier, le

vaccin vise les trois souches

de virus influenza :

A(H1N1), A(H3N2) et B.

Alors, tenté par une

petite piqûre ? Venez

l’exprimer sur herault.fr.


Je suis pour.

Pour éviter

d’être malade pendant

les périodes difficiles

comme l’hiver. C’est un

moyen de prévention

avant tout.

Hadri, 24 ans


C’est la première

année que je ne

le fais pas. Le vaccin a

été modifié, on ne sait

pas trop ce qu’il y a

dedans...

Josette, 71 ans


Pour la vaccination

de la grippe

saisonnière, mais

contre celle de la grippe

A. C’est pour faire

de l’argent à mon avis

et les effets secondaires

sont méconnus.

Ça ne m’inspire pas

confiance.

Marie, 23 ans


J’étais pour il y a

quelques années,

mais je me suis

fait vacciner et j’ai été

malade. Depuis ce jour

j’ai arrêté.

Philippe, 45 ans


Je suis pour le

fait de vacciner

les enfants, les personnes

âgées et les

femmes enceintes.

C’est un plus pour les

personnes fragiles, et

ça évite aux enfants

d’être malades chaque

année et facilite ainsi

la vie des mamans.

Françoise, 53 ans

LA QUESTION

Immunisé

ou ne pas l’être ?

La compagne de vaccination

a lieu jusqu’au

31 janvier 2012.

Pour ou contre ?

Dites-le sur herault.fr.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


SORTIR

45

EN MAILLOT (OU PAS !), l’important c’est la convivialité pour finir ou commencer l’année en beauté !

COUP DE CŒUR

31 DÉCEMBRE ET 8 JANVIER

CAP-D’AGDE

ET FRONTIGNAN

Même pas froid !

avec une peña pour encourager

les baigneurs à relever

ce défi à basse température.

Tombola au profit de la

Croix-Rouge, remise du

diplôme officiel, tee-shirt

souvenir et vin chaud pour

réchauffer cœurs et corps.

Le 8 janvier à 11 h, rendezviaux

pour les plus courageux

et tous les curieux : terminer

2011 ou (et !) commencer

2012 par un bain vivifiant

dans la Grande bleue. Le 31

décembre, 12 h 30, Port-Nature

au village naturiste du

Cap d’Agde, 23 e édition du

« Dernier bain de l’année »,

Tradition héraultaise oblige :

quelle que soit la météo, deux

grands rendez-vous convi-

vous plage des Mouettes à

Frontignan, ouvert en musique,

avec gourmandises et

un bon verre de « Musklor »,

l’apéritif qui réchauffe, pour

réjouir tous les participants.

En savoir plus :

Cap-d’Agde : 04 67 01 04 04

et Frontignan 04 67 18 31 60.

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


46 SORTIR

BÉDARIEUX

CAUX

LODÈVE

LES 20 ET 21 JANVIER

MONTPELLIER

Théâtre d’O

Le Chemin solitaire,

d’Arthur Schnitzler par

la Cie TG Stan. Ultime

retour d’un homme qui a

jadis délaissé sa femme

et son fils. Ecrite à l’orée

de la psychanalyse, une

pièce âpre mettant en scène

un drame familial articulé

autour du secret.

À 20 h 30 au théâtre d’O.

Tarif 10 € et 14 €.

Rens. : 0800 200 165.

LUNEL

MONTPELLIER

TOUS LES MARDIS

LODÈVE

Apothicairerie

Ne ratez pas ce patrimoine exceptionnel et

méconnu : l’apothicairerie de l’hôpital ! Conservée

« in situ », l’ancienne officine présente de

nombreux pots en verre et en porcelaine dans un

remarquable état de conservation. Visite d’une

heure et demie conduite par un guide agréé par le

ministère de la Culture, présentant aussi lele de

l’hôpital aux siècles passés, ainsi que le patrimoine

mobilier et pictural de l’hôpital. Visite sur RV les

mardis à 10 h et 14 h. Tarif : 5 € et 3,50 €.

Rens. : 04 67 88 86 44 et reservation@lodevoisetlarzac.fr

SAMEDI 22 JANVIER

CAUX

Musique en scène

Résistances, spectacle

musical et choral sur la

mémoire de la Résistance,

de la lutte, contre toutes les

formes d’oppression. Une

ballade pour ne pas oublier,

avec chants populaires,

révolutionnaires, chants du

maquis et chants d’amour.

À 21 h à la salle du Peuple.

Tarif : 7 €.

Rens. : 04 67 98 48 70.

JEUDI 19 JANVIER

LUNEL

Duel comique

Toréadors par la Cie Les

Perles de Verre, un duel où

s’affrontent Momo l’immi-

gré, gérant d’une laverie, et

Ferdinand, chômeur SDF,

col blanc déchu subitement

tombé de son piédestal

social. Une joute verbale et

un texte grinçant, drôle et

magistral. À 20 h 30 salle

Georges-Brassens.

Tarif : de 5 € à 15 €.

Rens. : 04 67 22 03 78.

VENDREDI 27 JANVIER

BÉDARIEUX

Victoire du Jazz

Ibrahim Maalouf, digne

héritier de l’inventeur de la

trompette à quarts de ton,

donne à sa musique les couleurs

du Liban teintés de jazz

contemporain. Un voyage

musical et un moment de

grâce unique et indéfinissable,

entre ses origines orientales

et des tonalités rock,

électro, jazz et ou funk. Il a

remporté le prix Victoire du

Jazz 2010 dans la catégorie

« Révélation instrumentale ».

Spectacle co-accueilli avec

SortieOuest. À 21 h à La

Tuilerie. 1 ère partie à 20 h

avec l’école de musique.

Tarif : 10 € et 15 €.

Rens. : 04 67 95 48 27.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


SORTIR 47

GRAISSESSAC

BÉZIERS

BÉZIERS

LES 21 ET 22 JANVIER

MÈZE

Fête des vignerons

Pour la Saint-Vincent, la

ville renoue avec la tradition

offrant deux jours de fête et

de retrouvailles autour du

vin. Dégustations, animations,

café-théâtre musical,

spectacle itinérant, ateliers

du goût, opérette, bal et

autres joyeuses agapes vous

attendent. Soirée vigneronne

samedi dès 19 h avec

coquillages, tapas, bar à

vins et orchestre avec bal :

10 € et 15 €.

Rens. : 04 99 04 02 03

et www.ville-meze.fr

LODÈVE

GIGNAC

MÈZE

SÈTE

MARDI 17 JANVIER

GIGNAC

Quartet concert

One Shot Bebop-Club

Concert : un jeune et talentueux

quartet offrant un

curieux et harmonieux dosage

de folk happy hip hop,

de groove jazz, de chanson

soul blues. Un petit combo

inventif et détonnant, au

son plein de finesse. Le

TOUT LE MOIS

SÈTE

Les cousins au Miam

morceau groove hippy

hop Think about est un

tube en puissance. À

19 h 30 à l’espace culturel.

Tarif unique : 5 €.

Rens. : 04 67 56 10 32.

TOUT JANVIER

LODÈVE

La Savonnerie

en expo

« La Savonnerie de Lodève,

50 ans de création ». Exposition

en collaboration avec

Avec « My Winnipeg » le Musée international des arts

modestes (Miam) accueille 250 œuvres de 70 artistes

autour de la ville canadienne de Winnipeg, marquée par

un dynamisme culturel particulièrement attractif. Sur

l’initiative de Hervé Di Rosa, commissaire de l’exposition

avec Paula Aisemberg et Anthony Kiendl. Mardi

au dimanche 10 h-12 h et 14 h -18 h. Visites guidées

gratuites sur demande. Tarif : de 2 € à 5 €.

Rens. : 04 99 04 76 44.

le Mobilier national auquel

est rattaché l’atelier national

de la Savonnerie de Lodève.

Un hommage rendu au travail

et à la technicité du métier

de licier, avec une quinzaine

de tapis issus de l’atelier de

Lodève et de nombreuses

œuvres originales. Au musée,

tous les jours sauf le lundi, 9 h

30-12 h et 14 h-18 h. Tarif :

3 € et 4,50 €.

Rens. : 04 67 88 86 10.

DU 12 AU 14 JANVIER

BÉZIERS

ET GRAISSESSAC

Mécanique

des émotions

Amore de et avec Stéphanie

Marc. Après le touchant

Marylin Monroe, entretiens,

dédié à Marylin, l’artiste nous

fait partager les secrets de sa

fabrique sentimentale, et

offre un spectacle construit

d’émotions liées à la musique,

au cinéma, à la chanson. À

SortieOuest à 19 h les 12 et

13, et 21 h le 14. À

Graissessac, au café Mounis à

19 h le 15. Rens. : 04 67 28 37 32

et www.sortieouest.fr

N°209 – JANVIER 2012

herault.fr


48 SORTIR

gratuit ou presque

jeune public

accessible handicap

LES BONS PLANS

LODÈVE

MONTPELLIER

CLERMONT-

L’HÉRAULT VILLENEUVE-LÈS-

CAPESTANG

MAGUELONE

AGDE

SÉRIGNAN

SAMEDI 14 JANVIER

LODÈVE

Contes gourmands

Contes et friandises par la

Cie du Théâtre Mordoré. Il

était une fois une princesse,

trois fées… et la grenouille

était un prince… mais le

château était hanté ! Les

Contes gourmands permettent

aux enfants de découvrir

plein d’histoires connues ou

méconnues, mais adorées de

tous. Dès 4 ans. À 14 h 15

au théâtre Lutéva. Tarif 4 €.

Rens. : 04 67 88 86 44.

MARDI 10 JANVIER

CAPESTANG

Voyage imaginaire

Le Petit Prince d’après

Saint-Exupéry. Grégory

Nardella nous emporte

dans l’imaginaire : le mystère

d’un homme confronté

à la solitude et l’urgence

de la survie, qui interroge

l’enfant enfoui en lui. Dès

10 ans. Tarif 5 €/10 €. À

19 h Maison du Peuple.

Aussi le 27 à 19 h à St-

Etienne-d’Estrechoux.

Rens. : 04 67 37 85 29.

MARDI 31 JANVIER

SÉRIGNAN

Théâtre d’objets

Je me rappelle à toi par la

Cie Les Voisins du Dessus.

Avoir une grand-mère

qui perd la tête, ça arrive

souvent à des petits-enfants,

c’est même parfois drôle.

Une histoire entre une petite

fille et sa grand-mère. Ce

spectacle aborde avec

bienveillance et simplicité

le thème des troubles de la

mémoire. Dès 6 ans. À 20 h

au théâtre de la Cigalière.

Tarif de 6 € à 10 €.

Rens. : 04 67 326 326.

VENDREDI 20 JANVIER

CLERMONT-

L’HÉRAULT

Lecture pour tous

Le Don, lecture de Susie

Morgenstern accompagnée

par des musiciens de l’école

de Musique. Dès 6 ans. À

19 h au théâtre. Tarif : 5 €.

Rens. : 04 67 96 31 63.

JEUDI 5 JANVIER

MONTPELLIER

Café et vidéo

Deux films scientifiques

grand public : L’art rupestre

d’Afrique du Sud

VEND. 27 JANVIER

VILLENEUVE-LES-M

Symbole de vie

Louise Rizière, par la

Cie Les Petites Choses.

Un théâtre d’objets et la

petite Louise racontent

l’histoire fabuleuse du riz

aux extrémités du globe.

Dès 6 ans. À 20 h 30,

théâtre la Grande Ourse.

Tarif 7 €.

Rens. : 04 67 69 58 00.

et La Dame d’Elche, chef

d’œuvre de l’art ibérique.

À13 h à l’amphi du CNRS.

Café offert.

Rens : 04 67 61 34 47.

MARDI 31 JANVIER

AGDE

Humour musical

Cocorico de Patrice Thibaud.

Spectacle burlesque, feu

d’artifice de trouvailles !

Dès 7 ans. 21 h, Palais

des Congrès. 6 € à 20 €.

Rens. : 04 67 94 65 80.

LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DE L’HÉRAULT – 1000 RUE D’ALCO – 34087 MONTPELLIER CEDEX 04

More magazines by this user
Similar magazines