m - Presse régionale

images.expressdumidi.bibliotheque.toulouse.fr

m - Presse régionale

Organe Régional de Redressement National, de Défense Religieuse et de Progrès Social

38'

ABONNEMENTS

> S mois 6 mois 1 an

AWNÉE - N L 13.21 û ji France et Colonies 22 4. 43 1. 82 f.

ArU II Étranger 35 f. 70 1.140 t.

DIRECTION: 25, Rue Roquelaine, TOULOUSE - Téléph one 2-12, Chèque Postal 4.936

Bureaux de Publicité à PARIS, 13, Boulevard des Italiens " ' *3 centimes DIMANCHE 2 JUIN 1929

Les Elections

Anglaises

Les Idées

et les Faits

Les Elections Anglaises

tfi» élections anglaises constituent ineonfêstablement

une victoire des travaillistes;

non qu'ils aient conquis, comme le

M'di veut l'espérer la majorité absolue,

mais ils sont largement en tête, au moins

au point de vue du nombre des sièges, le

système électoral anglais à un seul tour et

l'existence le plus souvent de candidatures

libérales sans chances de succès les ayant

favorisés, comme avaient été favorisés les

conservateurs lors du dernier scrutin.

Nous reviendrons sur les conséquences

politiques et internationales de ces élections,

mais sur le scrutin lui-même, trois

remarques s'imposent.

Et d'abord les libéraux sont écrasés,

malgré les promesses de M. Lloyd George

qui avait en poche, affirmait-il, un plan

destiné à faire cesser le chômage; mais les

chômeurs anglais somptueusement rentés

tiennent-ils tant que cela à voir cesser le

chômage ?

§f Ensuite — et c'est là une des beautés

du gpuvernement des partis — malgré sa

défaite incontestable le parti libéral est

maître de la situation; c'est lui, avec une

soixantaine de sièges seulement qui, en

s'alliant soit avec les conservateurs soit

avec les travaillistes peut déterminer

l'orientation future de la politique anglaise.

Enfin c'était la première fois que le suffrage

universel fonctionnait pour les électrices;

celles-ci étaient - même en majorité

sur les hommes de plus d'un million de

suffrages.

Or l'inauguration du suffrage;

universel féminin coïncide avec la victoire

travailliste. A méditer par ceux qui espèrent

que l'accession des femmes aux droits

électoraux nous vaudra enfin de bonnes

élections.

Les «Fraudes » de Générac

Les prétendus fraudeurs de Générac ont

été, après 24 jours de prison préventive,

condamnés par le tribunal correctionnel

de Nîmes à diverses peines d'emprisonné-

.ment avec sursis. En attendant, ils tien- j tuatïon'est 3 nŒ' mS^ <

nent leurs 24 jours de prison effective. Et

i ce narti .a non 6eulemer.t perdu la ma-

'-jjorité à la Cnambre dos communes

mais, il a cessé d'être le parti le plus

nombreux.

Les travaillistes occupent pour la

première fois la première place. Que

La plaie qu'il fit saigner

Baratau

M, RAMSAY MACDQNALD

LA CAMPAGNE A COÛTÉ

275 MILLIONS DE FRANCS

Londres, 1« juin.

D'après les chiffres officiels, 79.99

pour cent des électeurs et éleetrices

sont allés aux urnes, chiffres t, n

marquent un recul sur ceux de iv2t

qui étaient de 80.06 pour cent.

Le total des frais de la campagne

électorale de tous les partis atteint

2.500-000 livres sterling, soit au cours

actuel du change 275 millions de francs.

LA SITUATION POLITIQUE

La lourde défaite du gouvernement

crée une situation politique nouvelle

du point de vue conservateur. La siles

véritables fraudeurs pourront contiîiuer

leurs petites opérations.

Car Générac est une commune en majorité

catholique et royaliste, il faut bien

fidr tous itm movcii,^ tfSamm

'—laiiiw '.m êfraffy

la doter d'une municipalité républicaine.

Nos lecteurs connaissent le système, il

n'est pas nouveau; il y a dans toute commune

un patus ou un terrain inculte; en le

détaillant au mètre carré, on multiplie à

volontc le nombre des propriétaires et

donc des électeurs de la commune.

A

Générac, ces électeurs d'un genre spécial

sont si nombreux qu'on les désigne

sous un nom spécial; leur qualité d'étrangers

iss fait appeler « les forains ».

C'est pour n'avoir pas pu obtenir justice

contre l'inscription de ces forains que nos

amis ont résolu de les empêcher de voter,

Cela a amené évidemment quelque grabuge,

urne enlevée, listes électorales déchirées,

etc..

Résultat : Ce sont ceux-là même qui

s'efforçaient de rétablir la moralité du

scrutin — car il y a plus de dix ans que

ceta dure — qui sont légalement frappés.

Mais qui révisera la loi absurde qui permet

à des étrangers venus de Nîmes ou

d'ailleurs d'imposer à Générac une administration

municipale dont la population

ne veut pas ?

pensent que même sans autre raison

la maladie du roi est un motif suffisant

pour éviter toute précipitation. .

Si, comme l'on s'y attend, le gouvernement

se présente devant la nouvelle

Chambre, i! le fera, pense-t-on, avec

un ministère reconstitué puisque sept

ministres n'ont pas été réélus.'

UNE DECLARATION

DE LLOYD GEORGE

L'apposition d'une plaque cammémorative

sur la maison où mourut

Emile Zola, le 29 septembre 1902, a

été, pour un certain nombre des ora

teurs qui ont pris la parole en cette

circonstance, l'occasion et le prétexte

de rappeler le rôle joué par l'écri

vain pendant la sinistre affaire Dreyfus.

On pouvait en conclure que les

organisateurs avaient eu moins l'intention

d'honorer le romancier que

le partisan.

Ils ne voulaient pas célébrer l'auteur

des Rougon-Macquart, mais

exalter l'auteur de J'accuse. Il était

clair que ce pamphlet contre notre

état-major et les grands chefs de notre

armée pesait davantage, aux

yeux des orateurs officiels, que les

cinquante volâmes qui constituent

l'œuvre de l'écrivain.

Ecoutez cette tirade de M. Lernarchand,

président du Conseil municipal

: « Comment être surpris que de

son âme ait jailli, à une époque poignante-,

le cri vengeur « J'accuse 1 »,[

qui a fait rendre justice à un innocent,

si cruellement supplicié dans

son honneur et dans son droit, à la

place du seul coupable, du véritable

félon »

! Le journal cartelliste VŒuvre,

qui reproduit avec joie ces paroles

singulières, ajoute, s'adressant

à, l'orateur : « Oh 1 monsieur Lemarchand

comme vos électeurs réactionnaires

seraient surpris s'ils vous entendaient

! »

Le fait est qu'on peut être surpris

d'entendre celui-ci tenir un pareil

langage, quand on sait qu'il est l'élu

d'une majorité nationaliste

! De même,

quel diable put bien pousser

l'orateur à rappeler le mot d'Anatole

France, présentant Zola comme

« un moment de la conscience

humaine » ? C'est une formule que.

chaque année, l'un ou l'autre des

« Amis de Zola », qui ont reçu mission

de pérorer au « pèlerinage »

rituel de Médan (le village de Seineet-Oise

où le romancier avait une

propriété), ne saurait se dispenser

de répéter.

C'est vrai, Anatfll^--^g-rieL-.. erprgs

nages l'affolement de l'ordure.

Eu

écrivant La Terre, il a donné les

Géorgiques de la crapule... Son œuvre

est mauvaise et il est de ces

malheureux dont on peut dire qu'il

vaudrait mieux qu'ils ne fussent pas

nés Je ne lui nierai point Fa détestable

gloire. Personne avant lui n'avait

élevé un si haut tas d'immondi

ces. C'est là son monument dont on

ne peut contester la grandeur. »

Et Anatole France concluait en

ces ternies

: < Jamais homme n'avait

fait un pareil effort pour avilir l'humanité,

insulter à toutes les images

de la beauté et de l'amour, nier tout,

ce qui est beau et tout ce qui est

bien. Jamais homme n'avait à ce

point méconnu l'idéal des hommes...

M. Zola est digne d'une profonde

pitié. »

Ayant ainsi parlé, le délicat Anatole

France se hâta d'accepter la

présidence de la Société des « Amis

de Zola » quand elle lui fut offerte.

Mais, étant . donné l'opinion qu'il

avait ainsi expçjmôe . sur 4e , romancier

« digne d'une profonde pitié »,

et qui ne pouvait avoir changé, il est

clair qu'en acceptant ce titre il n'avait

d'autre but que de servir la

gloire, vraiment « détestable » cellelà,

de l'homme qui avait publié les

pages ignobles intitulées : J'accuse I

Après la publication de La Terre

encore, M. Lucien Descaves, l'auteur

l'honneur de combattre à cette époque

dans les rangs de ceux dont les

chefs étaient

Rochefort, Drumont,

Lemaître. Coppée, Barrés et Maurras,

nous n'avons pu relire sans colère,

l'autre semaine, les lettres qui

viennent seulement d'être publiées,

écrites par Zola pendant son « exil »

à Londres. Car, l'auteur de J'accuse!

condamné à un an de prison pour

les outrages amoncelés dans ee pamphlet

contre les chefs les olus illustres

de notre armée, s'était empressé

de prendre la fuite et rie mettre la

Manche entre les gendarmes français

et sa précieuse personne.

De Londres, il adressai lettres sur

lettres aux dreyfusards de marque,

déversant copieusement son fiel sur

tous ceux qui ne partageaient pas

ses convictions ou ses illusions en

l'excellence de la cause dont il s'était

fait l'apôtre.

C'est ainsi qu'il écrivait à Joseph

Reinach, en août 1898, pour lui suggérer

Je « rester les maîtres de l'agitation,.

de la plaie que nous pourrons

toujours rouvrir et faire saigner ».

Ces conseils atroces, s'ils étaient

suivis, — et ils ne le furent que trop

par la tourbe des antimilitaristes,

des métèques et des juifs coalisés

pour faire triompher la plus abominable

des causes — ces conseils ne

pouvaient émaner que d'un homme

étranger et fermé à tout sentiment

QUATRIEME AUDIENCE

du livre tristement fameux, Sous- 1 français, à toute, préoccupation na-

Offs, avait signé un manifeste de

i tionale. Mais est-il nécessaire de rap

M. Lloyd George a fait la déclaration

suivante à la presse .

« Il serait ridicule que les libéraux

prétendent avoir réalisé leurs espérances.

Les luttes triangulaires ont

causé une fois de plus notre défaite.

Nous aurons, selon toute probabilité, à

tenir la balance entre les partis. C'est

une très grande responsnbilité, nous

nous en rendons compte et vous pou j publication

Le conseil a examiné les demandes Mais il ne peut'préciser-quel jour, alors i eeran 1 autorité militaire qui, en raid'interpellation

déposées au sujet des ' crue l'accusé dit que c'est le jeudi 12. son do la

- 6ernaine anglaise et.de la

réparations et de6 dettes de guerre. Mme Hamel, caissière du café Vie- I fou!ô consécutive a ,1a fermeture dt a s

Le débat sur la fixation de la date

, tor, un peu ' intimidée à la barre, dé- j usines,

ncr la panhart.

Le président. — Vous avez reconnu

quelqu'un ?

Réponse. — Oui, M. Roux.

D. — Et Barataud: ?

R. — .Te ne le connaissais pas. »

Le président voudrait faire préciser

L'avocat général. — Le niinis;

public, qui n'a pas été consulté, ti

à déclarer qu'il juge cette mes

inopportune.

M* Chautemps. —- Et la partie ci'

s'associe - au ministère public.

Le président. — Peu m'importe

sont réunis ce matin,

à, l'Elysée, sous

la présidence de M. G. Doumergue.

LES DETTES INTERALLIÉES

L'ancien ministre de la Guerre

du roi Amancultab, Nadir Khan

se serait proclamé émir du

vaste royaume asiastique pour

un certain temps seulement

et sur les instances de chefs

religieux afghans

(Cliché Ccllon paris.)

aura lieu à la séance do mardi.

Le gouvernement a confirmé sa. vo

pose à son tour. Elle n'en affirme pas

moins nettement qu'elle no vit le jeudi

lonté de ne prendre aucune décision

; soir ni Barataud dans son établissent

sur les dettes interalliées ni sur les; ment ni la voiture devant la- porte,

réparations avant que le président du; Barataud, qui avait affirmé avoir

conseil, le ministre des finances et le

: parlé à 22 heures à Mme Hamel. assiste

ministre des affaires étrangères aient; sans réagir à la déposition contraire à

été entendus par la commission corn- son alibi. Mais M» Pierre Ma«sé estime

étente et avant qu'ait eu heu un dé- qu'il est bien tard pour porter de. *em- ' ouvriers, poursuit

bat parlementaire.

LA GRÈVE DES FACTEURS

D'IMPRIMÉS

Le gouvernement, après avoir entendu

M Germain Martin, sous-secrétaire

d'Etat 'aux P T. T.. faire l'exposé des

conditions dans lesquelles s-'est orodmite,

hier matin, la grève des facteurs

Mables précisions. A l'instruction Mme ! "ue clameur.

Hamel ne s'était pas montrée affirma- j sans incident

tive, mais aujourd'hui elle maintient!

son redoutable démenti et cette déposi-j

tion est confirmée par un des ^areon^ ,

du café.

i

aurait redouté

dee incidents

; graves lors du transfert de l'accusé,'

et -cela malgré

1RS gardes et les dragons

à cheval qui eussent entouré sa

voiture.

A

11, h. 45, Barataud, protégé par

son escorte habituelle, .est reconduit à

la prison.

La foule, qui comprend de nombreux

l'accusé d'une lonle

transfert s'achève

îai

Les fraudes é'ecîoraies

de Rivesaltes

UN TÉMOIN TROP HILARE

Voici maintenant uns petite femme i

d'imprimés, a arrêté les sanctions et :

délurée, en manteau de soie noire et

col de fourrure blanche. C'est Mlle Ma- !

rie Gorse, dite Marinette, 22 ans, qui !

Te' reste de la séance a été consacré , accompagna Barataud , à la soirée de

mesuras qui seront prises h cette occasion.

Les rebelles

de Ciudad Real

Au Vatican

LE JUGEMENT EST RENDU

Perpignan. l«r juin.

Ee tribunal correctionnel a rendu

son jugement 'ans l'affaire des fraudes

électorales de Rivesalt.es..

M. BraU, secrétaire de mairie, a été

condamné à trois mois de prison et à

trois ans- de privation de ses droits

civiques;

M. Houjon, maire, a été condamne

a deiix mois de prison et, n deux ans

de privation de ses droits civiques.

La partie civile obtient le franc de

dommages-intérêts.

Les trois assesseurs ont été relaxés

L'ANNIVERSAIRE

DU PAPiE

Rome, l« juin.

Le Pape a fêté aujourd'hui ses 72

ans

De nombreux télégrammes . lui

ont'ètô adresses tant de l'Italie que de

l'étranger. - Un registre, placé dans

l'antichambre pontificale, s'est couvert

de signatures, parmi lesi

des diplomates, des ha.ù

des notabilités civiles

M.

boxe le vendredi, lendemain du crime. '

Troublée par l'appareil judiciaire,

conseil ' e"e s'énerve d'abord mais elle déclare

j bientôt avec assurance :

« J'ai vu Barataud le vendredi 13 à

! l'heure de l'apéritif, . avec Peynet. J'ai

; dîné ayee eux et Manou à la Taverne;

' ensuite norrs sommes allés a la boxe

Germain Martin, sous-secrétaire j a " cirque; après quoi je les al quittés. »

b? président — Qui invita à dine

à l'expédition des affaires courantes

Les membres du gouvernement

se

réuniront lundi prochain, en

coi

! des ministres, à l'Elysée.

AUTOUR

DU CONSEIL

Londres, ler juin.

On mande de Madrid qu'à l'issue du

Conseil des ministres, le général Primo

de Rivera a soumis an roi un décret

graciant de la peine de mort les trois

oliiciers espagnols condamnés

à la

suite de :1a .mutinerie de Ciudàd Real.

Aucune solennité spéciale n'a eu lieu

au Valiran. mais une manifestation a

été organisée en l'honneur du Pontife

par 35)00 pèlerins de Turin, qui.se

trouvent

ft Rouie pour la béatification

de Ôom Bosco, cardinal-archevêque de

Turin

Mgr Gamba y assistait, ainsi

que plusieurs évèques piemontais.

d'Etat au P. T. T.. a mis le conseil au

courant des conditions dans lesquelles

s'était produite, hier matin, la grève

des facteurs d'imprimés.

De l'enquête effectuée par

1 administration

des P- T i'.. il résulte que c'est

la l re brigade des fac:eurs d'imprimés

qui s'est mise en grève.

Il' a été décidé que les cent quatre-

. vingt-onze facteur? composant cette

es celles

15r0 brigade seront frappés d'exclusion

iats etfde fonctions pendant un mois.

Cette.exclusion comprend la privation

Je traitement pendant ces front? ionrs

Toutes les mesures ont été

prises

peur que le service continue à être

normalement, assuré.

D'atitrp part le conseil a procède à

un échange de vues sur le résultat des

élections anclnifcs et sur les répercussions

possibles qu'elles pourraient,

lavoir sur la politique extérieure.

— Manou.

Le président. — Et qui a payé ?

— Ces messieurs.

Le président. — J'aime mieux c-a » i

(Hilarité). ! ' '

Toujours riant, 1s témoin déclare j en SOUVENIR DU PRINC

que Barataud avait l'air sombre et !

préoccupé au cirque.

Après la séance de boxe. Barataud!

et Peynet les ont. quittées

Le président

— Oui.

laissé tomber ! » (Rires.)

Et comme le témoin continue A s'a

tordre


— Votre rire est de trop, s'écrie le

président

: snneez, qu'il s'agit ici de la

tête d'un homme. »

Elle confirme • crue Barat? ud avait

I air déprimé et sombre. CoTiime elle

taquinait Peynet il lui dit . . Marinette-,

tu mériterais une volée, « (Rires )

Ike cérémonie aux Invalides

IMPÉRIAL

Paris, 1er Juin.

•Le' !«'

- juin 1879, le prince impérial,

fils de

.Napoléon III, tombait au Zoui's

voit"; tin*

i louland. .fr'appé de dix-sept blessùw*.

vous on.

i

n . 4i . ait qne n an?:

n y a aona

j cinquante, ans que cette mort tragique

'. est survenue.

; (jne cérémonie h la mémoire du

' prince impérial u eu lieu à midi, aux

! invalides, l'ne messe a été dite a la

! chapelle -Snitit-I.ouib.

i

Dans 'l'après-midi, tin .pèlerinages est

i effectué,

à, i heures, au .uiauso.ee de

Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés


DIMANCHE 2 JUIN 1929

LE RÈGLEMENT

DES RÉPARATIONS

Les rapports de l'Eglise

et de l'Etat Fasciste

itî Divers La Vie Sportiwe

AU COMITÉ DES EXPERTS

Paris,

1er juin.

Les experts des puissances créancières

ont corn ué leurs conversations

hier après-midi. L'accord semble avoir

été fait au sein du Comité sur la plupart

des réserves allemandes, notamment

1° Sur la question du moratoire des

paiements. L'Allemagne devrait d'abord

demander au Comité- le bénéfice du

moratoire de translert ; si elle a estimé,

au bout d'une année de ce régime,

que sa si'uation économique l'exige,

elle peut demander au Comité le bénéfice

du moratoire de paiement, et ce

dernier statue.

3» Sur les chemins de fer. Ainsi

qu'il a été déjà dit, les experts mettent

une première

I. pothèque, à forme de

prélèvement, sur

les recettes brutes

dcs.chemins de fer allemands, pour un

montant égal a celui de la fraction

mobilisable de la dette allemande. Ces

prélèvements donneraient

Heu a des

paiements directs, tous les quinze

tours, au compte de

la Banque des

paiements. Ils primeraient tous les

autres impôts présents ou futurs, mais

laisseraient aux chemins de fer la faculté

' de contracter les emprunts nécessaires

a leur fonctionnement.

3° Les clauses de démission et de

rachat. Les réserves qui restent à régler

dune façon définitive c:.t trait aux

vingt-deux dernières annuités et aux

avantages qu" pourrait retirer l'Allemagne

au cas où les Etats Unis modifieraient

leur altitude sur le problème

des dettes En outre, on discute encore

le point de savoir si le Comité établira

ou non une progression nom la fraction

mobilisable de J'annuité.

Les Allemands proposent

pn effet

d'établir une progression constante de

B50 millions, tandis que le= Alliés envisagent

une progression allant jusqu'à

750 millions.

Enfin demeure le problème des

marks belges. On estime qu'il est .nécessaire

que cotte importante question

soit réglée avant la rédaction définitive

du rapport aux gouvernements.

FRAGTÎ3M INCONDITIONNELLE

DE L'ANÎ-iUlTÉ

La fraction inconditionnelle de l'annuité

moyenne

de i 050 imitions de

marks Or que l'Allemagne devra verser

pendant trente-sept ans a été fixée a

060 millions de marks or, dont 500 millions

pour ia France

Cette traction n'étant soumise à au

cuno condition de transfert ni de moratoire

est donc mobilisable

La pan

reveinant à ia France sur cette partie

de l'annuité permet, sur la base d'un

intérêt .de 5 %, de réduire, par voie d'amortissement,

de 50 milliards de francs

le montant de notre dette intérieure,

notre dette extérieure résultant de la

guerre étant en outre intégralement

couverte par les paiements allemands

au titre des réparations

Les 660 millions de marks or qui représentent

le chiffre fixé de la parti*

inconditionnelle de l'annuité comprennent

le service de l'emprunt

Dawes.

Pour la première

année, ce servie»

exige RSmillions

: il reste donc 572 millions

dont la France recevra 500. Les

années suivantes, les sommes nécessaires

pour l'emprunt Dawes vont décroissant

' et l'emprunt sera totalement

amorti en 1919.

Les marks ainsi libérés sur la fraction

inconditionnelle iront aux créan

ciers, la part de la France restant toujours

de 500 millions.

LA BANQUE DES REGLEMENTS

INTERNATIONAUX

Les experts ont réglé le fonctionneimafrônatix

et l'utilisation

des bénefifes après le paiement du dividende

aux actions'. Le capital sera,

de 400 millions de marks or, environ

1D0 millions de dollars.

DÉPART DE M. MORGAN

M. Pisrpont Morgan, qui représentait

avec M. Owei, Young les

Etats-

Lnis au Comité des experts,

a quitté

Parla ; il s'embarque aujourd'hui à

Cherbourg, rentrant en Amérique, laissant

ses pouvoirs à M. Lamont.

AU REIQKGTAG

Berlin, Ie' juin.

Le groupe nationaliste du Reiçhstag

5"déposé une interpellation sur ia

conférence des experts, disant notamment

que l accord conclu à Paris le 29

mai est inacceptable. Le Reichstaîr

est invité à repousser l'accord

de

Paris.

Cette interpellation sera discutée en

séance plénière du Reichstag après la

clôture de la conféronce de Paris.

Les Prix d'Héroïsme

DE

LA FONDATION CARNÉGIE

Paris,

1 er juin.

La fondation Camégie, destinée à récompenser

les actes d'héroïsme civil, a

tenu son assemblée générale pour le

premier semestre 1929.

Parmi les lauréats, citons :

Le chauffeur Bourrel, de ia Compa

gnie des chemins de fer du Nord qui,

en pleine marche et au prix d'efforts

considérables, sauva

son mécanicien

tembé entre le tender et le fourgon

L'élève officier Axel Morch qui, lors

du naufrage du

« Jacques-Fraissinet

en mer Noire, n'a pas hésité à plonger

par 20° de froid au secours de son lieu

tenant.

M. Lalant qui, quoique âgé de 83 ans.

a sauvé deux jeunes gens qui se

rioy aient.

De nombreux jeunes gens et jeunes

filles, auteurs d'actes de courage, ont

été récompensés par la Fondation qui

leur a accordé des bourses d'études ou

d'apprentissage. Citons parmi eux M

Roger Vincès. de Castres.

De notre correspondant particulier :

Rome, 28 mai.

Le discours prononcé par M. Mussolini

au Sénat italien apparaît comme

plus modéré de ton que celui du 13 mai

a la Chambre, mais si ont y a vu très

généralement un certain désir d apaiser

les suceptibilitês irritées, de calmer

l'émotion soulevée dans les milieux

catholiques, tant en Italie qu a

1 étranger

il a paru difficile d'y trouver une

atténuation quelconque aux principes

oui de la volonté du Duce, doivent dominer

les rapports de l'Eglise et de

11 est apparu de trop que le chef de

gouvernement d'un Etat catholique

spécifiquement catholique, ait éprouvé

le besoin de nier que son discours « fui

adressé tt des éléments de gauche, qui

n'existent pas dans le parti fasciste,

ignorant de ces vieilles terminologies »

ril qu'il

« lût destiné à apaiser les cellules

maçonniques », auxquelles .11

n'a jamais été accordé et ne sera jamais

accordé de trêve. » •

Dans certains milileux catholiques

on n'a pu s'empêcher de tressauter à

l'évocation de ces loges maçonniques,

que

l'on s'imaginait bien mortes, et

dont l'on nous révèle, non seulement

la survivance, mais encore l'àpre.té et

l'acharnement dans la lutte, puisque le

dictateur puissant doit se dresser contre

l'idée de trêve, murmurée à ses

brailles. On pense ensuite à ces éléments

de gauche dont il est question,

et l'on se demande s'il n'existeraient

pas en dehors du fascisme, car la pression

peut s'en exercer de l'extérieur

aussi bien que de l'intérieur et le Duce

aurait pu penser a s'en défendre.

D'aucuns ont

également remarqué

que

s'il n'y a actuellement dans le

parti que des a ruscistes » tout court,

on sait qtfe pas mal d'entre eux viennent,

des pai'lis libéraux et l'on cite

des noms

: le prof. Genlile, le député

Garibalidi, Scinjola,

délégué permanent

à la S.D.N.. et d'autres: on doit

admettre qu'ils ont. fascisé leur libéralisme

et leur anticléricalisme, mais

malgré tout n'a-t-il pas été dur de

leur faire admettre l'idée du vieil Etat

italien, laïc et anticlérical, pactisant

avec l'Eglise ? Il a au moins bien

fallu leur prouver que les droits sacrosaints

de l'Etat demeuraient intangibles,

voire consacrés et consolidés par

cette collaboration nouvelle.

Il serait vain de nier que le fascisme

a intégré des éléments i'béraux: aussi

'a question de connaître leur influence

au sein du parti n'est-elle pas absurde

a priori.

Maïs, si nous admettons que ce grand

discours du 13 mai n'avait d'autre but

que d'apporter des précisions nécessaires

et n'était adressé ni aux prétendus

cens de gauche, ni aux loges

maçonniques, il faut bien admettre

qu'il a été adressé aux gens de droite

— si l'on peut dire — soit aux cléricaux.

Le Duce ne dit-il pas : « Mes

polémiques avaient des cibles bien définies

et sont arrivées

a leur adresse,

puisque ceux auxquelles elles étaient

destinées ont accusé le coup ». Or, le

premier qui a

« accusé le coup » est

le Souverain Pontife lui-même, et l'on

nent même presque dire qu'il est le

seul.

Telle est la série de réflexions que

l'on entend dans les milieux romains ;\

le discours,

si violent et agressif,

n'était pas destiné, comme on aurait

pu le penser tou d'abord, à amadouer

une certaine gauche du fascisme, qui

aurait conservé en partie les traditions

libérales et anticléricales du Risorgimento.

Non

! Ces affirmations nettes,

dures, n'avaient d'autre dessein que de

réduire à leur proportion, avant toute

ratification, les dons pharamineux que

de trop enthousiastes catholiques

avaient vus dans le Concordat; le Duce

.. ,,,v lî 50

2. Lazaro ( Vatard ) au comte

de la Cimera p 13 50

3. Porteveine (Rabbe) à Mme

E. Ed. Blanc p y

Non pacès

: Heusky (Goldin), liœnigsmark

(Chancelier), Carinosa (Semblât),

Amhrosia (Smith), Polybann

(Keogh), Va-Sans-Crainle (Winkfield),

Poleat (Duforez),

Querato (Thomas),

Eseulape II (Pantall),

Boniruec (Portais),

Le Guide (C. Bouillon).

Lionhearted

(Gallaahd-Guerrrère-II)

entraîné par G. Newton.

AU BOIS-DE-BOULOGNE

Paris, i" Juin.

Demain courses an Rots de Uoulegnc. Partants

et montes probables :

1UUX DE N AN TERRE

In Partibus (Lester), l^e Loupiot (Itobson),

Ceylon Chief (Durnalelche), Nyo (Rochetti),

Pomme a'Ajii (Kosso), Lactose (Leroux), Menulda

(Sampson), Tedjauic (Wlnkfielti),

Sans Dragon (Eslins), Prestataire (Wiîllams),

Fraise des Bois (Allen), Hatlo (Jouvln).

PRIX DE MONTFORT

Emagines (Semblât), -Le Parquet (C.

Bouillon), Clroom (Esling), Mercure (M. Allemand),

Sir Lancelot (Rochetti), Sapor

(Rosso), coruwall (Sitiritt), Surclt (Dles),

Teddyson (Turner), o (X). Partant dou

teux

: Roi des Enfers (Williams).

PRIX LOPIN

Hotweed (Garner), Arbaletier (Torterolo).

Dark Times (Esling), Rebentl (Swaiin), Cheval

de Troie (Semblât), Redouin (Chancelier),

Calembour (C. Bouillon), Charllernagne

(Hervé).

PRIX DE L'ESPLANADE

Eros (Sibritt), Le Chevron (Rabbe), Ergoteur

(Semblât), Alcacer (Sharpe), Gribouilleur

(Duforez), RaUye (Keogh), Slipepr (Esling),

Cheverny (Toussaint), The Briton (Vatard).

PRIX DU LAC

Ivatn (Semblât), Pembroko (Esling), Agami

(C. Bouillon), Cornwall (X), Suzerain

(Garner), Brimadon (Torterolo), Occam

(M.

Alemand), Croissant (Rabe), The-Briton (Vatard),

Seyssel (Rochetti), Bienfait (Sibritt),

Le-Canderquet (Duforez), A-ia-Violette (X),

Ferdousy (Beguirlstain), Magum-III Flora),

I.e-Tonkin (Tournié). Partant douteux

: La-

Fa] detta (Rosso).

PRIX DU TROCATJERO

ConnottryîSibbrit), Gribouilleur (Durerez),

Frontiffuan (Vatard), Duke-Of-Well (Esling),

Impérial (Torterolo), Irillis (Jafîeu), Atair

(Bonaventure), Tridi (Semblât), Tolède

(Teasdalc), B-eramus (Renard), Orval (Hervé),

Raymond ,Rabe).

Pronostics

ParU-Sporl. — Le-Loupiot et Nyo — Str-

Lancelôt et Le-Parquet — Ecurie Esmond et

Arbalétrier) — Alcacer et Ergoteur — Ecurie

Conn et Suzerain — Tridi et Irilis.

deux étapes de 50 km. sur route et à

travers pays. Prix en espèces, 8.000 fr.,

dont 2.500 fr. au 1er, 2.000 fr. au 2» ;

1.500 fr. au 3«.

Un bronze offert par le

« Miroir des

Sports

», coupes, objets d'art, médailles,

objets d'utilité.

Le 23 juin, sur le terrain du concours

hippique de Aguilera, les concurrents

pourront participer à une épreuve sur

obstacles. Prix

: Objets d'art.

Les listes de prix en nature et le nom

des donateurs seront publiés ultérieurement.

Les inscriptions sont reçues dès

maintenant, chez M. Gibrac. président

de la Société, à Biarritz, 11, rue Ardoin,

jusqu'au 15 iuin, dernier délai.

La Cie des Chemins de fer a accordé

u retour gratuit

des attelages et des

:onducteurs.

17. Torrès (Stylson); 18. ClcriBor/W-r- '

rot); 38. Lacombe (Gnoine-i •* Ï'U1 „.

29 Bertrand (Terrot); ci. Fournit

(Austral); 35. Fraîche Dollar); 21

jol (Terrot); 55. Timbal (Stvij Pu.

S'OQ).

Coins ee ,

LA COUPE DAVIS

Détroit, 1" juin.

Dans les matches de double des finales

de la zone américaine pour ,0

Coupe Davis, John Van Ryn et Wilmer

Mlison (Eiats-Unis) ont battu Riccardc

Moralès et Hermann Upmanii (Cuba)

par G-2, 6-1, C-0.

Cuba est donc éliminé.

LES

CHAMPIONNATS

INTERNATIONAUX

DE FRANCE

22- 50

9 »»

10 50

15 »»

PRIX LOISIR

20.000 francs, 2.400 mètres

P

.. P 25 50

12 »»

P 19 50

te Jochey. — Le-Loupiot et In-Partibus

— Groom et O — Hatweed et Arbalétrier —

Alcacer et Ergoteur — Suzerain et Croissant

— Irillis et Tridi.

—La^Velne. — Lactose et Sandragon — Le-

Parqùet et o —^BKrnio Moultnes et Hot —

Tridi et Irillis.

A VIENNE

1. N'Zao .(Goldin)

à M. A. Espir.

Pluie-d'Or (Berches)

au marquis de Llano...

Le-Drapeau (Babinot)

à M. L. Olry-Rœderer

Non placés

: Altayr (Garner), Emoi

(Woodland), Pèlerin (Toussaint), The-

Parthian (Duforez).

N'Zao, par Bamus et Yasmina, en

traîné par L. Delfargueil.

PRIX ROLLEPOT

50.000 francs. 1.500 mètres.

Rosclio (Rabbé)

G

à M. Eddy-Ed. Blanc

P

Telles (Esling), à M. J.-D.

Cohn

P

Argonaute (Semblât), à

M. Mortimer Shiff P

Non placés

: Hightide (Garner), Totichaud

(Torterolo), Lafayette (M. Chancelier),

Rosorio II (Mac Gée).

Rosolio par Massine et Rosely c

traîneur

: H. Cunnington,

PRIX DES MARETTES

20.000 francs, 2.000 mètres.

26 »»

8 50

7 50

8 50

En

1. Mignapouf (Rabe) à Mme G 0 »»

Eddy Ed. Blanc P 6 »»

2. Pilicar (Dupuit) à M. Paul

Orabbe P 9 »»

3. Eden (Semblât) à Mme

Eddy Ed. Blanc.

4. Hervé (X)

Mignapouf par Ksar-Myrtis entraîné

par H. Cunnington.

PRIX ILE BLOIS

50.000 francs, .2100 mètres.

1. Larsy (Esling) à M. Oct. G

Homberg

P

2. Saint-Corentin (Rochetti) à

M. J.-D. Cohn P

3. Egmont (Rosso) à M. L.

Olrv-Rcederer

P

30 juin 1929

Depuis fort longtemps le public

sportif de notre ville était unanime à

trouver ia date du 14 juillet trop tardive

pour la réunion ajmuelle de la

Société des Courses.

En effet, à la fin de l'année scolaire,

beaucoup de sociétaires sont déjà en

villégiature, et de plus la chaleur excessive

à cette époque de l'année influe

défavorablement sur les engagements,

les propriétaires redoutant pour

leurs chevaux la dureté de la piste.

Cette année grâce aux demandes de

son président, le Comité des courses

a pu obtenir pour sa réunion la date

du 30 uin.

j

Aussi depuis 1 état de la piste, jusqu'aux

promesses des propriétaires de

nombreuses écuries, tout nous fait

présager pour 1929 une réunion extrèment

brillante.

Le programme comportera huit, courses,

une course trot attelé, deux courses

plates, i-ne course de haies et quatre

military.

Le buffet sera tenu par la maison

Berrier et Millet.

A BIARRITZ"BAY0NNE

SEMAINE HIPPIQUE DE BIARRITZ

j Raid pour chevaux montés et attelés

j Nous rappelons que les diverses

I épreuves pour chevaux montés et attelés

seront courues du 19 au 25 juin,

dans l'ordre suivant :

Le 19 juin, course de chevaux de

fiacre, sur 20 km., le challenge Janot

Sarrote et 2.000 francs de prix en

espèces.

Les 20, 21, 22, 23 juin, raid pour

chevaux attelés : environ cent soixante

kilomètres sur route, en quatre étapes

de environ quarante kilomètres.

Prix en espèces

: 30.000 francs, dont

8.000 francs au premier, 6.000 fr. au

deuxième ; 4.000 fr. au troisième, etc...

Un vase de Sèvres offert par M. le

président de la République, coupes,

objets d'art, médailles, objets d'utilité,

offerts par les grands journaux français

et étrangers.

Les 24 et 25 juin, raid pour chevaux

17 50'montés ; environ cent kilomètres en

Paris, 1" juin.

La treizième journée des championnats

internationaux de France fut

consacrée aux demi-tlnules des simple

messieurs et simple dames des championnats

internationaux de France.

Tout d'abord, le match Jean Borotra-

Hunter. comptant pour les quarts de

finale simple messieurs, arrêté hier à

cause de la nuit, alors que Hunter

menait par deux sets à un, fut repris

cet après-midi.

U permit à notre brillant représentant

Jean Borotra de pagner les deux

manches qui restaient à jouer et de

gagner le match, se qualifiant ainsi

pour les demi-finales.

Son match contre Cochet, qui était

nrôvu pour aujourd'hui, est reporté à

demain sur la demande de Jean Borotra.

_ 1 ,

Simple messieurs (quart de finale).

— Jean Borotra bat Hunter par 6/8,

10/8, 4/6, 8/6 et 6/4.

Simple dames.

— Miss Helen Wille

(E.-U.) bat Miss Bennett (Grande-Bretagne)

par 6/2 et 7/5.

Au cours du premier set, l'Américaine

fut elle-même, se dépensant sans

compter. Elle domina son adversaire

dans le second set

; cette dernière fit

mieux que se défendre, attaquant très

souvent et gênant son adversaire dans

son jeu habituel.

Miss Helen Wills

ioua beaucoup moins bien.

Simplv messieurs (demi-finale). —

Lacoste (France) bat Tilden (E.-U.) par

6/1, 6/0, 5/7 et m.

Le match fut très Intéressant à suivre.

Lacoste ne manque aucune balle

et ne commet presque pas de fautes.

Tilden, par contre, doit se contenter

d'une sévère défensive, sauf toutefois

dans le troisième set, où il parvient à

inquiéter son adversaire, qui mène par

5/4. et finit par égaliser à 5 partout

pour gagner lo set.

Lsi troisième manche est un peu

moins disputée et permet à Lacoste

d'emporter à nouveau son jeu et de

gagner le set et le match.

Lacoste mène au cours du premier

#*nM^^

gner 6/1 au cours du deuxième set.

Il ne permet pas à son adversaire

de marquer aucun jeu et c'est par 6/0

qu'il gagne.

Le troisième set voit Tilden gagner

son service. Lacoste égalise, puis Tilden

mène par 2/1. Lacoste égalise de

nouveau, puis mène

h son tour par

3/2. Sur service de Lacoste, Tilden

égalise

: trois partout. Lacoste mène

ensuite par 4/3. 5/3, 5/6.

Par deux fois, il manque la balle

et Tilden égalise, menant alors par

6/5 et gagnant par 7/5.

Après dix rr' 'tes de repos, les deuxjoueurs

se p, ...entent à nouveau sur

le court.

Tilden perd son service et Lacoste

mène par 1/0. Lacoste perd et Tilden

égalise

• un jeu partout. Lacoste mène

ensuite, 2/1, 3/1, 4/1. Il perd le sixiô

me jeu et ne mène plus que par 4/2.

Il mène 4/3, puis 5/3 pour gagner finalement

par

G/3.

15 Joubès (Motosacoche);

(Terrot).

Motos 500 cmc. — 33. I.aborie (Ne«, ;c

Map): 47. Lanelois (Ci. m -BhonpV"'

53. Boycr (Gnome-Rhône): 58. Gardeiti

'Gnonie-Rhone): 63. Capv Gnojjcl

nhùtiel: 6*. Derossp :r Hh.'.r.iv'

16 Alexandre Gnome-Rtii'ine); 32 Ma»''

nie (Gnome-Rhône): 37: Tc-tiere (F. JJ«

44. Bordes Triumph); 40. Nicolles À u v '

tral): 41. Deibreil (F N.) : 45 r^t

IF. N.); 46. D'Ormoy 'Austral): 49. .

drane (Gnome-Rhône): m Crozel

f/n^H

tral); 31. Cavrol 'F. N.l: 34. AlW .

(Dollar); 51. Esnitalier 'Gnotne-Rhônres

59. Faneères (Gnome-Rhône)*. '

Sidecars

WY> cme. — 64 M-auricé vk

(Gnome-Rhône); 65. Garrigues 'Gnom»---

Rhône): 66. X... (X...).

Voitures 750 cmc. — 71 Savène (Peu

eot): 72. Alaux (Rosengart): 73. G Vié

(Peugeot); 74. Mme Larrouv (Rosen

art).

Voitures 1.100 cmc. — 79. Bergé nÊ*i

N C); 82. Bousquet (Amilcar); 75. Gaal ;"

thier (Morgan).

Voitures 1.500 cmc. — 77. Auguste

Boyer (Amilcar); 88. . Lormand . m»

gatti); 90. J. Icart (Chenard).

.. ... . '

La course de côte dé Villegailheric--

doit aussi passionner les spectateurs "

On sait, en effet

crue MM. Clerniont

et Langlois, de l'U. M. M., ont. lancé unv

défi à M. Rousscily, du . Sainu^ciie, :

Moto-Club.

La liste des engagements pour 1»

course de côte n'est pas encore close

mais les noms des premiers engagés

font prévoir que la lutte sera serrée

100. M. Clermont (Terrot, 350 cmc'--

101. M. Clermont (Terrot, 500 erhe {•

102. Maigrot (Monet-Govon, 175 crnc'v

27. Maigrot (Styls'on, 350 cmc); 33. Lai

borle New-Map, 500 cmc); 47. Langloi.

(Gnome-Rhône, '500 cmc); 103. Langlois

(Gnome-Rhône, 175 cmc:); 19. Maure!"

(Terrof), 350 cmc): 104. Louis " Due ban

(Bugattl, 3.000 cmc): 105. Max Denjean

(Bugatti. 3.000 cmc); 106. Vassal

fMr> '

net, ,175 cmc.)! 107. Baynaud (Terrot

350 cmc); 72. Alaux ' (Roséiigart'

art,

000

750 cmc); 99. Billoin (Bugatti, " f

cmc.': 63. Capv

(Ci.-Rhône, 500 ctifev

64. Vié (Gnome, sidecar, 600 cmc*-'

65. Garrigues ((Gnome, side-cnr, eoft •

cmc.)^ 53. Boyer .(Gnome-Rhône

500 cmc); 68. Defosse (Gnome-Rhône

500 cmc); 108. Bruguyère (Amilcar

1.100 cmc); 109. Georges Guiraud (Terrot,

350 cmc); 110. Garbonne (Terrot,

350 cmc; 15. Joubé 'Motosacoche'

350 cmc); 26. Combes (Terrot, 350 cmc.}'

M. Roussely (X...). -

c r i ra s

CHAMPIONNAT D'ÉPÉE

Budapest, 1«- juin-.

Voici, les résultats du championnat

d'Europe d'épée pour -officiers :

1. Fristeau (France), 11 victoires sans

défaites ; 2. Pezzana (ltàlle), 9- victoires,

2 défaites ; 3. de Young ,(H.o!laii,:,

de), 7 victoires, 4 défaites

; 4. Bertinettl:.

(Italie), 6 victoires, 12 touches : 5,'vlK

6. Granfelt (Suède) et Thofeld. (Suèdefc:

6 victoires, 12, touches ; Maudet (l7rar*> .

ce) est 8* avec 4 victoires.

CHAMPIONNAT

•6 MAITAS6

AUTOMOBILISM

50 50

16 »»

13 ».

Le Circuit de l'Aide

1

COURSE DE COTE

DE VILLECHAILEKC

Toulouse. 2 juin.

Ce circuit de régularité, qui remportera

un succès sans" précédent, grâce

au nombre et à la qualité des engagés,

se déroulera aujourd'hui sur le parcours

Toulouse-Ca stelnaudary-Carcassonne-Moux-Lézignan-Carcassonne.

Voici du reste les heures approximatives

de passage des concurrents :

Toulouse (départ), 6 heures; castanet,

6 h. 23; Baziège, 6 h. 35: Villefranchede-Lauraguais,

6 h. 45; Castelnaudary,

7 heures; Villasavary, 7 h. 10; Montréal,

7 h. 18; Lavalette, 7 h. 40; Carcassonne,

7 h. 47; Trèbes. 7 h. 54; Capendu,

8 h. 4; Moux, 8 h. 10; Lézignan, 8 h 19-

Pépieux, 8 h. 41; Villegly, 9 h. 2; Vil.

lalier, 9 h. 6; Carcassonne, 9 h. 45.

Voici d'autre part la première liste

des engagés :

Motos 175 cmc. — 1. Ronnet (Magnat-

Debon); 4. Souby (Gnome-et-Rhône).

Motos 250 cmc. — 6. Amieux (X...V

10 Jean Tournier (Magnat-Ddebon);

Paris, "!«*, juin.

La grande semaine d'escrimé a

VT(* I

se dérouler aujourd'hui sa seconds.,

journée. L'épreuve principale .était";

constituée par le. championnat -d'à..,

France des maîtres d'armes militaires.?'

au fleuret,

..',,,'

Le tournoi a donné les résultats suif^

vants : ' .. ', |fi

1. Dupoiron (Ecole dé Joinville). six:

victoires ; 2. Hàmet (Ecole dê": .loin- H

ville), cinq victoires : 3. Lamy (Ecole

militaire de Fontainebleau)', quatre 1

victoires ; 4. Anchetti

(8e génie-), trois

victoires ; 5. Leprêtre (Ecolo de loinville),

trois victoires ; 6. Ballly

(7e génie),

1 victoire.

Le prix des Belles-Armes a été décerné

à Anchetti et . à Hamet. Cette

finale était présidée par :

le maître

Didivers. . ;

Les sous-officiers disputaient égalé':.,

ment cet après-midi leur charHpiopnatde

France au sabre. Résultats ; 1. Adju/

dant Laclare U9« R.A.D.C. de Nimes),

cinq victoires ; 2. sergent pion-(2.J*.R.l..-

de Langres), quatre victoires ; 3. sergent

aurice

(6° R.L de Grenoble), quai*

ire victoires ; 4. adjudant-chef Çorrt- -;

psin

(50 e R.A. de Montpellier), trois

victoires

; 5. sergent Lavergne (char:

d'assaut de Versailles), deux victoires ;

6. sergent Jounaud (46« R.I, de Paris);

deux victoires.

Le championnat des sociétés agrées

par équipes de trois tireurs a été gagné

par l'Amicale des Arts de Roubai?;..

Sont classées ensuite : la Jeune Gâf aie

républicaine

de Paris, .l'Engarde.- de

Paris, l'Union chrétienne de Pariss--

Cette seconde journée était présidéèfj

par le général Mordaco, entouré dir

MM. Armand Massard et Lucien Gau-'

din. ' • "-'- '

LA SUÈDE BAT LA FRANCE

Stockholm,

1er juin.

, Dans un match de football associa .

tiôn, l'équipe sélectionnée de Stockholm

a battu le Hacing-Club de France par.

4 buts à 2.

128 Feuilleton du 2 juin 1929

CHAPITRE

V

FIDÉLITÉ D'AMRAH

Sa coutume était d'aller aux provisions

après la chute du jour. Furtivement,

sans uttirer l'attention, elle fréquentait

de préférence les boutiques du Tyropéon

ou celles de la Porte aux Poissons,

à

l'orient, s'y fournissait de viandes et de

légumes, et rentrait au palais pour s'y

enfermer.

Grande avait été sa joie en retrouvant

Ben-Hur dans l'antique demeure. Elle ne

pouvait rien lui dire de Tirzah et de sa

mère — rien. Tl aurait voulu la voir

choisir un séjour moins solitaire

: elle

avait refusé.

De son côté, elle souhaitait

qu'il occupât son ancienne chambre, demeurée

telle qu'il l'avait laissée

; mais le

danger d'y être découvert était trop

grand, et ce qu'il désirait avant toutes

choses, c'était d'échapper à toute recherche.

Donc, il reviendrait la voir aussc

fréquemment que possible

: il vieti irait

de nuit et repartirait avant le iour. Elle

dut accepter cette combinaison et n'eut,

désormais, d'autre souci que de le rendre

heureux autant que possible. Elle ne

songea pas un seul instant que Ben-Hur

était devenu un homme, qu'il pouvait

n'avoir plus les mêmes goûts qne dans

son enîance

; et, pour lui plaire, elle ne

trouva rien de mieux que de reprendre les

usages de jadis. Autrefois, il aimait les

friandises

; elle se rappela celles qu'il

préférait et décréta qu'elle en aurait toujours

une provision. Heureuse idée, assurément

! Le soir suivant, plus tôt que

d'habitude, elle sortit avec sa corbeille 1

et se rendit au marché de la Porte aux

Poissons. Passant de boutique en boutique

pour découvrir le miel le meilleur,

elle entendit un homme qui racontait une

étrange chose.

De quoi s'agissait-il ? Le lecteur le

comprendra sans peine quand il saura

que le narrateur était l'un des hommes

qui portaient les torches pour accompagner

le tribun de la Tour Antonia, 5au6

la cellule VI où les deux prisonnières

avaient été trouvées. Tous les détails de

la découverte étaient précisés

; en nommait

les captives ; on répétait tout ce que

la pauvre mère avait révélé de son sort

et de celui de sa fille.

Amrah écoutait avidement et l'on devine

quels sentiments s'agitaient dans le cœur

de la fidèle créature. Elle se hâta de terminer

ses achats et rentra au palais, tout

en croyant rêver. Quelle joie elle allait

donner à son enfant

! Elle Venait de

retrouver sa mère !

Elle riait, elle pleurait. Soudain, elle

s'arrêta et réfléchit. Lui révéler que sa

mère et Tirzah étaient lépreuses, ce serait

le tuer. Il voudrait, à travers la ville,

malgré le danger, courir au Mont, du

Mauvais Conseil, scruter chacun deg tombeaux,

s'informer de celles qu'il cherchait;

et, alors, il contracterait le mal et leur

destin deviendrait le sien

! Et elle te

tordait les mains, se demandant ce qu'elle

devait faire.

Comme beaucoup

d'autres avant elle,

comme beaucoup d'autres après elle, elle

trouva dans son affection même, sinon la

sagesse, du moins une inspiration. Et

voici le plan qu'elle se traça.

Les lépreux — elle le savait — avaient

coutume, au matin, de descendre de leurs

tombeaux et de renouveler, nu puits d'En-

Rogel, leur provision d'eau pour la journée.

Apportant leurs jarres, ils les déposaient

sur le sol et attendaient à distance

qu'elles fussent remplies. Tirzah et sa

mère viendraient dans ce même but, car

la loi était inexorable et n'admettait aucune

exception parmi les lépreux

: elle ne

connaissait ni riches ni pauvres

; elle ne

voyait que des lépreux.

Amrah résolut donc de ne point parler

à Ben-Hur de ce qu'elle avait appris. Elle

irait seule au puits d'En-Rogel et elle

attendrait. La faim et la soif amèneraient

là les malheureuses qu'elle croyait oouvoir

reconnaître dans le nombre

; sans

quoi, elles,

du moins, la reconnaîtraient

sûrement.

Sur ces entrefaites, Ben-Hur urvint

: ils

s'entretinrent ictnguemenl. Mallucn devait

Y arriver le len^^ss^ain et les racherenes

commenceraient immédiatement.

11 avait

si grande hâte ! Pour se distraira, il visj- !

terait les lieux sacrés des environs. Son

j

secret, on le comprend, pesait à Ain Mb. :

mais elle sut le garder.

Ben-Hur parti, elle s'occupa de préparer

quelques aliments et y apporta 'ous ses

soins.

A l'approche du jour, dont elle

jugea d'après la position des étoiles, elle

remplit un panier, choisit une jarre et se

dirigea vers

En-Rogol en sortant de la

ville par la Porte des Poissons,

qu en

ouvrait de très bonne heure.

Nous avons vu comment elle' était

arrivée.

Peu d'instants après le lever du soleil,

alors que la plus grande activité régnait

autour du puits, qué le tireur


DIMANCHE Z J U 1 ."V r.JZ9

Dernière Heure

Le Congrès

des Blessés du Poumon

Reims. 2 juin,

r -

^-hier après-midi, le

Dans sa s^J^tton des Blessés

„,inr,té divers vœux, detlu

Poumon a adopte u

Congrès de la

mandant iiotammeru •

manadui

combattant ayant

T Que tout anue»

^ p&]u _

servi dane un comme paludéen ;

disme soii ( 0 °- tuberculose provoquée

2' Que 'ou** ' c0it imputée au scrnar

le paludism-

*»e* « mute tuberculose se décia-

J'Oït °a grand bleesé de guerre

rfî £nwtroit à pension :

L'application dee lois sur les soins

dont peuvent bénéficier les blessés du

*"^y?Le transport aux frais de l'Etat

fl»s r-orps des tuberculeux décédée dans

vrn sanatorium.

A LA CHAMBRE

AU

GROUPE FRANCO-ALLEMAND

Paris. 2 juin.

• Le groupe franco-allemand de la

Chambre e; du Sénat, réuni au Palais-

Bourbon, sous la présidence de M

Yves Le Trocquer a reçu M. Von Rheiru

baben, député au Reichtag, vice-président

du groupe germano-français au

' Reichtag.

A L'EXPOSITION DE BARCELONE

De notre envoyé spécial :

Barcelone, 31 mai.

EFFETS DE NUIT

L'on peut dire qu'à l'Exposition de

Rar^elone

,l'électricité et l'eau régnent

Barceiuuo ,*

„a,.,„„t et or,

en niaitress

Nouvelles Militaires

'COLE DE SAINT-MAIXENT

Paris, 2 juin.

lisu! des candidats de la métropole et du

s»sîin méditerranéen

déclarés admissibles

tjt 1959, à 'école mUitalre d'infanterie :

Boy, lieutenant de réserve 53" R. T. tndcehinois

; Couvreu, 52? R. T. indo-chinois ;

I^ydiï, sergent 14" R T. sénégalais ; Caftste,

sergent centre de transition des trouva,

mdiçéneâ coloniales

; Atbernyz, sous-

• reuté.ae.nt de réserve, 24* R. T sénégalais ;

Victor, sergent 16' R. T. sénégalais

; Geneau,

veinent 13' R T. sénégalais.

Un Accord Turco-Syrien

Parie, l* r juin.

Cm mande d Angora que la ministre

tore des affaires étrangères a fait savoir

qu'il ferait demain au Parlement

urré une déclaration importante

11 a

ajft'itè que cette déclaration est l'an-

•nonce de la conclusion d'un accord

complet intervenu entre la France et

la Turquie au sujet de là Syrie:

« Cet

accord dit-il est tout à l'honneur des

Sens ambassadeurs oui ont su mener

* bien les conversations.

Le mauvais vin

DES FAMILLES INTOXIQUÉES

Montpellier, 1er mai.

Plusieurs personnes de Béziers ont

*te gravement incommodées par du vin

acheté chez un petit débitant du boulevard

de Strasbourg.

M. Pancol ressentit les premiers

svmptômes dimanche dernier.

' Le docteur ' ne put fournir de diagnostic

certain, mais dès le lendemain

d'autres malades faisaient appeler le

medcin ce ouimotivaune analyse chimique

du TOTTfvïtge TrrcxnnTrre, Taqueiie |

décela une assez forte proportion d'arsenic.

M. Fournairon, sa femme et son

pëtit-fils, un bébé de trois ans, ont du

être l'objet de eoins immédiats, ainel

que les familles Fabre et Pibre.

- En outre, Mme Lejeune, Mme Autfoux

et M. Berdoulat, employé à la

Compagnie du Midi

ressentirent les

mêmes symptômes.

Les

pensionnaires d'un restaurant

de la rue Victor-Hugo ont été également

atteints ce qui porte le total des

victimes à une trentaine.

es. C'est partout, et en pariculier

dans l'avenue de la Reine-

\farie-Christiiie, une véritable . débauche

de lumières et d'eifete lumineux.

Obélisques, plafonds de palais lumineux

• jeux d'eaux tour à tour de

différentes couleurs, sont savamment

combinés et peuvent être comparés à

ceux, bien connus, de Saint-Cloud.

Parmi les diverses entrées de l'Exposition,

la principale donne sur la

place d'Espagne. Deux immenses obélisques

en forment l'entrée, et tout de

suite c'est l'avenue de la Reine-Marie-

Christine, avec, à ea gauche, le palais

des Communications, qui n'est pas encore

terminé, et à sa droite le palais

de la Métallurgie.

Dominant l'avenue, dominant Barcelone,

voilà le Palais National, face au

Tibidabo. Nous accédons au Palais par

deux terrasses successives, au milieu

desquelles l'eau tombe en cascades.

Des jets d'eau accompagnent notre

ascension.

- Nous nous proposions de visiter le

Palais National lorsque- nous eûmes

la bonne fortune d'assister à l'inauguration

de la Section suisse et du Palais

des Arts.

A 11 h. 30, une haie de valets en

magnifique tenue garnit l'intérieur de

la section.

S. M. Alphonse XIII ne tarde pas à

arriver, accompagnée de l'infant don

Jaime, des infantes, du général Primo

de Rivera en habit, de membres du

gouvernement, du préfet, du maire de

Barcelone et de diverses personnalités

du Comité directeur.

Aussitôt ce sont des vivats enthousiastes,

frénétiques, auxquels, n'est pas

étrangère une masse populaire qui se

tient aux abords du palais.

Nous ne pouvons vraiment nous empêcher

de songer aux « troubles » de

Barcelone et à l'inanité de ce bruit.

Partout et en toute occasion, le peuple

acclame son Boi et d'un mot fixe son

opinion

: Sympatlco ! Sympatlco!

Le Roi visite les diverses sections.

Sa Majesté s'intéresse à tout et s'arrête

souvent devant les vitrines.

Un orchestre joue l'Hymne national

espagnol, pour terminer par l'Hymne

suisse.

Alphonse XIII signe l'acte d'ouverture

de la Section suisse et se rend à

sa voiture pour aller au Palais des

Arts. A nouveau les applaudissements

éclatent...

A ce moment, nous sommes attirés

par des bruits insolites : des détachements

de diverses armes passent place

Del Angel, accompagnés de musiques

militaires, et nous rappellent que nous

sommes invités à nous rendre, à 4 heures,

à un balcon de la place de Catalogne,

que nous devons à l'obligeance

d'une famille espagnole, pour assister

à l'ancestrale procession de la Fête-

Dieu.

Que ne ferait-on pas, pour un Français,

à Barcelone I

LA PROCESSION

« DEL CORPUS CHRISTI »

Dès 3 heures, les cordons de troupes

traditionnels gardent les rues. La foule

se masse un peu partout

: les balcons,

pavoisas de drapeaux et de draperies,

sont garnis de monde. L'on peut évaluer

pour le moins à deux cent mille

les Barcelonais qui ont assisté à cette

manifestation sacrée.

La grande place de Catalogne est

noire de monde. Hommes, femmes et

Un tanin- hi(rnrr,ii—dj»

ouvre la marche, portant la bannière

historique de la cité

; suivent ies hérauts

d'armes, les tambours, en costume

historique, précédant quatre géants

qui représentent le roi Ferdinand, in.

reine Elisabeth et le peuple, au temps

du Moyen Age. Derrière eux, des musiciens

de la Maison do Charité jouent

la

« Danse du Bâton ». que dansent

avec une admirable cadence des enfants,

suivis par la bannière de Sainte

Eulalie. patronne de Barcelone

; et la

Croix de la Cathédrale, encadrée des

gardes royaux ou hallebardiens, habillés

de rouge et coiffés d'un bicorne

bordé de blanc.

Viennent ensuite les représentants

de diverses confréries, des académies,

des écoles, des patronages agricoles,

industriels, artistiques, et nous en oublions

beaucoup encore.

Le Custode, qui est sorti de la Cathédrale

à 6 h. 20, passe à la place de

Catalogne à 7 heures. L'Hostie est sur

le siège historique d'or et d'argent,

gothique, du roi Martin lor d'Aragon,

surnommé pour sa grande bonté

« L'Humain », qui en fit don, à sa

mort, à la Cathédrale de Barcelone.

Le Custode et le siège sont eux-mêmes

protégés par une magnifique écharpe

de soie, brodée de perles et de pierres

précieuses d'une grande valeur.

C'est le cadeau d'une reine qui,

d'après la légende, voulant un jour

faire ouvrir de force le cercueil de

sainte Eulalie malgré la défense d'un

prêtre, devint aveugle et fit serment

de donner à la sainte cette môme

écharpe si elle lui rendait la vue. Le

miracle s'accomplit.

Vient encore le Pallium, autrefois

porté par le Roi et les conseillers et

qui est -porté par des membres de la

noblesse catalane.

L'arrivée du Custode est annoncée

par la sonnerie de la Marche Royale

que jouent la Garde et la musique des

différentes armes.

La foi est loin d'être morte en Espagne.

Sitôt la sonnerie entendue, les

soldats présentent les armes, à genoux,

les têtes se découvrent, et avec

la foule espagnole nous nous agenouillons.

Dans tous les cœure palpite l'amour

de Dieu et du Roi.

L'évêque suit le Custode, accompagné

du maire, du président du Conseil

général, d'officiers généraux, du préfet

et de diverses et multiples autorités.

Tous en une tenue à la fois

officielle et fort pittoresque.

Fermant la marche, le carrosse

royal, attelé de huit chevaux à plumets,

et le carrosse de la marquise de

Castellbell, se tiennent prêts, en cas

de mauvais temps, à abriter le Custode.

De partout, les fleurs, les confettis,

les serpentins pleuvent, jetés des balcons

et des trottoirs, et forment un

tapis moelleux sur le chemin de la

Saints Hostie.

S. M. Alphonse XIII, au balcon de

1 Hôtel de Ville, avec à ses côtés la

famille royale, attend le passage de

la procession, A ce moment, il descend,

accompagné de ses gentilhommes,

sur la place Saint-Jaime, et s'agenouille

sur le pavé, au passage du

Custode.

Le moment est poignant où un roi,

a genoux, rend hommage au Roi des

Rois. La foule le sent si bien qu'un

instant silencieuse, elle ne peut se

contenir et éclate en applaudissements.

Le Roi suit la procession jusque

dans la Cathédrale. Lé Custode' est

rentré, et au son de la Marche Royale,

le fort de Montjuioh mêle sa grande

voix à celles des cloches de la ville,

indiquant que la plus grande fête, à

Autour du Conseil des Ministres

La Question des Dettes

interalliées

Les coureurs ont été conduits en autobus

Jusqu'à PavtlIon-sous-Bols.' d'où le départ

de la course a été donné a 4 heures

du- matin.

s ASSOCIATION S

L'ECOSSE

ET L'ALLEMAGNE

PONT

MATCH NUL

Berlin,

2 Juin.

Le match de football Ecosse-Allemagne

s'est disputé hier après-midi a Berlin.

Les deux équipes ont fait match nul,

réussissant chacune un but.

. Paris, 2 juin.

Le Conseil des miniau-es, qul s'est

réuni hier matin a i'tUysçç, a longuement

examiné la question des dettes

de guerre. D après des renseignements

leeueillis a une source autorisée,

nous croyons savoir que sur

la ratification des dettes, le président

du conseil se réserve le soin de choisir

une des deux Voies qui lui sont

ouvertes, c'est-a-dire soit la ratification

par décret, soit la 'ratification par

un projet de loi.

D'ores et déjà, il apparaît que le

débat à la Chambre sur cette importante

question ne pourra avoir lieu

avant une dizaine de jours, après le

retour de M. Briand qui part mardi

matin pour Madrid. Le ministre des

Affaires étrangères rentrera vraisemblablement

à Paris vers la fin de la

semaine prochaine. On rappelle à ce

sujet que M. Briand était président

du Conseil et ministre des Affaires

étrangères lors de la signature des

accords Mellon-Bérenger.

La discussion qui aura lieu au Parlement

dès le mardi 4 juin se poursuivra

donc uniquement sur la fixation

de la date du débat sur le fond

Le groupe Marin paraissant

devoir

appuyer M. Poincaré sur la procédure

le gouvernement a escompté une mal

jorité de 60 à 70 voix dans ce débat

préliminaire.

UNE REMARQUE ANGLAISE

Londres, 2 juin.

On mande de Paris à l'agence Reuter

au sujet de l'accord des réparations


Un corollaire intéressant de la clause

qui prévoit

que les paiements des

vingt-deux

dernières annuités seront

effectuées à l'aide d'un fonds d'amortissement

et des bénéfices de la banque

internationale, est que, dans le cas où

les Etats-Unis

accorderaient une réduction

des dettes, l'Allemagne bénéficierait

pour les dettx tiers et les

alliés d'un tiers. Le? dette à l'Amérique

apparaît également

à l'arrière plan

dans la clause accordant à l'Allemagne

un moratorium conditionnel de ses

paiements. 11 y est prévu que le moratorium

allemand n'affectera pas les

sommes en excédent de celles pour

lesquelles la France

a obtenu également

un moratorium dans ses accords

des dettes.

La France voit ainsi reconnaître le

principe suivant lequel elle ne paiera

pas . plus que

ce qu'elle reçoit. Ceci

pourrait bien devenir l'atout qui

décidera le Parlement français à ratifier

ses accords des dettes.

BILLARD

Paris, 1« juin.

Cet après-midi a pris fin le champion,

nat du monde de billard au cadre de

45 à deux coups entre le champion du

monde, l'Américain Schaefer et le Belge,

Horemans.

La victoire est revenue à Schaefer qui

a réussi à remonter son adversaire qui,

hier, le précédait de 152 points.

Aujourd'hui Schaefer effectua ses 400

points plus 'son retard, c'est-à-dire 552

points en onze reprises, meilleure sé

rie 151. tandis qu'Horemans ne réussis

sait que 359 points en onze reprises également,

meilleure série 157.

Au classement général, Schaefer gagne

donc le match ayant réalisé 2.400

points en 61 reprises, tandis qu'Horemans

n'en compte que 2.359 en 60 reprises.

La moyenne générale pour Schaefer

pour le match est de 39 p. 34.

99, Allées Charles-de-Fiue

TOULOUSE (Télépft. 24-751

ULtltlEWr IMMÉDIAT

dans un rayon de 50 kilomètres

de Toulouse,

par

camionnettes automobiles,

des animaux morts et vivants

destinés à l'équarrlssage.

qui sont

payés comptant

aux propriétaires et aux

PRIX CI-DESSOUS :

Bœufs. 80 fr.

- Vaches. 50 fr-

Chevaux, 50 fr. Mulets 30 fr.

Anes. 10 francs

- LAIN .S-COTONS

DES PRIX SENSATIONNELS

Ecrivez-nous

aujourd'hui

pour recevoir collection et

INDISPENSABLE

CADEAU

UNION OOTONNIÈRE Minimes

TOULOUSE

LA MEILLEURE DES BOISSONS

La Bière

Mais exigez

« LA BIERE

la meilleure -

MONTPLAISIR

Que prendre au café, lorsqu'on a

1 estomac malade ? Un quart de VICHY-

ETAT. Avant le repas, il prépare les

voies digestives. Après le repas, il

active la digestion. Exigez VICHY-

ETAT.

P«* COMMUNIONS. —

A. FONTAN

PENENT, succès. Tous objets de piétê^

3, rue Saint-Etienne, Toulouse. Maison

existant depuis 1840

Dernières Nouvelles

Sportives

mille couleurs et manifestent par des

cris leur impatience. Le fort de Montjuich

doit tirer un coup de canon lorsque

la procession sortira de la cathédrale.

La foule s'amasse de plus en plus.

Le coup de canon tant attendu est

tiré. La procession ne tarde pas à déboucher

sur la place et devant nous

défile le plus beau des spectacles.

Lentement, un détachement de gardes

municipaux, en tenue de gala,

avons cru Intéresser nos lecteurs

en ajournant un compte-rendu

de l'Exposition pour donner celui de

cette si pittoresque fête Mais nous y

reviendrons bientôt.— R. LARROUY.

Informations

Commerciales

ORAGES FINANCIERS

CREDIT NATIONAL 1919

Le n° 5.782.644 est remboursé par un

million.

Les autres numéros de la centaine

sont remboursés à 600 francs.

Le n» 7.635.716 est remboursé par

500.000 francs.

Les autres numéros

de la centaine

sont remboursés à 600 francs.

Les cinq numéros suivants sont remboursés

par 100.000 francs : 922.938,

1.441.588, 2903.216, 4.150.928, 7.830.994.

Les dix numéros suivants sont remboursés

par 50.000 francs : 848.501,

1.791.156, 2.863.533, 4.141.395, 4.512.636,

5 200.120, 5.770.731, 6.151.772, 7.493.452,

7.539.5%.

Les autres numéros des centaines

renfermant des lots de 100.000 et de

50.000 francs sont remboursés à cinq

cents francs.

Crédit National 1921

Paris, i* juin.

Les six numéros suivants sont remboursés

chacun par 100,000 francs :

110,100 1110.100 S110.100 3110,100

4110,100 5110,100

Les six numéros suivants sont remboursés

par 50,000 francs :

230,100 1230,100 2230,100 3230,100

4230,100 5230,100

Les vingt-quatre numéros suivants

sont remboursés par 10,000 francs :

200,100 320,100 ^620,100 .760,100

AGRICULTEURS !

Si vous voulez conserver,

assainir

et enrichir vos fourrages, faites vos

demandes en sels mélangés et agricoles

à vos syndicats et fournisseurs habituels.

FRANÇAIS!!!

Réagissons ontre l'invasion

des produits étrangers.

L'industrie française tabrique

aussi bien pour ne point dire

mieux.

La machine à écrire MAP est

française.

(sains prénom)

J%imagèref demandez &,

LESSIVE CIHENTIÉ

ia jifiis scwonneuse.ui mieux ^as^mâe.

€n VenA ftarùne£

F! FABRICANT

â'œnéfe. d&tofùs. TOULOUSE

Eau

Noix (ÀBaNlS

CHAMPAGNE

HIPPISME

A TOULOUSE

HIPPODROME DE LA OEPIERS

Juin d u h. so

la fois religieuse et cyal^N—


DIMANCHE Z JUIN VJZJ

Iksa température

j

Du 1er |Uin 1929

Une aire de iurle pression s'étend

toujours du centre de l'Europe au nord

du Luuuuellt.

Lut dépression importante apparaît

à l'ouest de

1 Irlande.

La température donne

: 10» a Cler

aicnt-Kerrand; 12° à Arcaclion et à Pau,

14° a Lyon et à Marseille, 15° à Nice,

le» a Nimes, 17° à Perpignan. 13° à

Ëète.

On a relevé

i? millimètres de piuie a

Toulouse, 1 à Pau, 7 à Saint-Jean-de

Luz.

t) a Arcaclion.

Dans nos régions, ciel couvert ou très

nuageux

A Toulouse, temps 'îuageux. riuvieux

le matin

; pression barométrique à mi

di, 768 ; température- à midi, 16° ; température

miniina. 11° : température

niaxima, 21» : vents à midi. Ouest, modérés.

Soleil

: lever à 4 h. 12 ; coucher à

19 h 26.

Lune : nouvelle le 7.

Probabilités : temps nuageux ; vents

'de Nord-Ouest.

BULLETIN AGRICOLE

DE LA TOÏR EIFFEL

Du 2 juin 1929

Massif Central et régions Sud-Ouest

et Sud. — Beau temps, nuageux, brumeux

le matin

; vents du Nord, 3 à

5 mètres ; température en hausse avec

un minimum en baisse de 2°.

« Quo Vaais» aux Arènes

DE BÉZIERS

La création de « Quo Vadis », le

chef-d'œuvre du célèbre compositeur

Jean Nouguès, qui sera donné le samedi

15 juin en soirée et le dimanche

16 juin en matinée et soirée, au théâtre

des Arènes de Béziers. est assuré d-

plus brillant succès.

Nous avons indiqué hier que ia diiec

tion, faisant preuve d'un désintéressement

dont il faut la louer, avait décidé

de laisser complètement libre la piste

des Arène? pour que les jeux de cirque

puissent s'y dérouler avec toute

l'ampleur désirable et pour que ces

représentations laissent ainsi dans l'esprit

des spectateurs un souvenir inoubliable.

Des attractions sensationnelles et inédites

seront présentées et nous pouvons

indiquer, sans crainte d'être démentis,

crue cette partie du spectacle

dépassera de loin tout ce qui a été fait

jusqu'à présent, les organisateurs

ayant su tirer admirablement parti du

cadre unique dont ils disposent.

Chez /es Sténos Dactylos

EXAMEN

DE SECREOAIRE COMMERCIAL

L'Alliance Toulousaine des Sténos-

Dactylos-Comptables et assimilés à qui

est revenu l'honneur d'organiser le

XlV'e congrès fédérai des sociétés sténograpihiques

et dactylographes du

sud-ouest, prépare actuellement le

concours annuel de secrétaire commercial.

-

C'est dans ce milieu interméthodiqua

et professionnels qu'on a eu, en 1920,

l'heureuse initiatne de créer l'examen,

de secrétaire 'commercial qui a reçu

l'approbation et les encouragements des

3- evsonnalités les plus autorisées du

commerce et de l'industrie

• cet exaraent

couronne, chaque année, les efforts

quo consacre à ces épreuves l'Alliance

Toulousaine des sténos-dactylos-comptables

en y préparant méthodiqusment

ses inembr.es par des cours

gratuits. ^,ujigOtfUt jUtffomjdJf

commerciale, comptabilité, droit coin

merclal et langues vivantes.

On peut alfirmer, sans conteste, que

cet examen n'a pas d'équivalent dans

la région si l'on en juge par l'étendue

de ses matières inscrites au programme

et par les conaissances nombreuses

qu'il suippose de la part des

candidats appelés non seulement à

faire uniquement de la sténo-daetyloffirapnie,

mais à remplir le rôle plus

délicat de secrétaire

< c'est ce qui lait

sa caractéristique et l'importance qu'il

revêt auprès des commerçants et indus'.ricls

de Toulouse et de la région

qui le patronent.

Ci-dessous nous communiquons

le

programme des peruves de cet examen

qrui aura lieu à l'école supérieure

de commerce de Toulouse sous

la direction de M. Touzet, directeur

de

1 Ecole de commerce, président du

jury.

t° Rédaction d'une lettre commerciale

(coef. g)

2° Sténographie (prise d'une lettre

commerciale) à la vitesse de 100

mots a la minute, et transcription en

triple exemplaire a la machine à

écrire, dans un ternes déterminé

ïcoef. 2).

3° Epreuve d'ortographe (coef 3).

4° Notions de compabilité (écritures

au brouillard, journalisation, grandlivre,

livre de caisse, échéancier).

(Coef. 2.)

a° Rédaction de correspondance et

die documents commerciaux factures,

quiltances. reçus, effets de commerce.

(Coef. 2).

.6° Organisation intérieure du bureau

(attribution des employés, classement,

répertoire, enregistrement du courrier,

copie de lettres). (Coef. 2.1

7° Connaissances géographiques.

Parmi les épreuves facultatives

: notions

de droit commercial, langues vivantes.

Pour tous renseignements et inscriptions

s'adresser chez Mme E. Vidal,

vice-prt'siclente de l'Alliance Toulousaine.

10. rue de Metz, Toulouse,

de 12 à 15 heures.

Caisses Nationales

aes Retraites

git. devront remplir une demande du modèle

ci-annexce et l'adresser au directeur

général de la Caisse des dépôts et consignations

156, rue de Lille, â Parls-T) au

llu- lard le 30 juin 19.'9 Les énonciations

(or.lenues dans lesdltes demand»s devront

être cetifiées exactes par

le maire de la

résidence du chef de famille

Elles devront

être accompagnées d'un certificat attestant

que le chef de famille n'est inscrit à aucun

des rôles de l'impôt sur le revenu ou que

la Jeune fille elle môme, si elle est orpheline

de père et de mère, n'est pas soumise

a cet Impôt.

Tribunal Militaire

ae Montpellier

Le tribunal militaire de Montpellier,

sous la présidence éclairée de M. le

conseiller Manceawx. a tenu vendredi

une courte audience, où les affaires

suivantes ont été jugées :

— Le nommé Elie Vieu. soldat de

2 classe au 81» R. L, qui s'était rendu

coupable de trois vols au préjudice de

divers camarades, comparaissait sous

l'inculpation de vols.

Pour ces faits, Elie Vieu est condamné

à six mois de prison.

Défenseur

: Me Justin.

— Le nommé Henri Vernazobres.

soldat de 2» classe au 80« R. L, qui

avait soustrait une somme de 60 francs

se trouvant à l'intérieur de la petite

caisse individuelle d'un camarade de

chambre, comparaissait à son tour

sous l'inculpation de vol qualifié. .

Il est, pour ce fait, condamné à six

mois de prison.

Défenseur

: M0 Badie.

— Le nommé Jean Bosc, jeune soldat

de la classe 1924, n'avait pas répondu

à son ordre d'appel et comparaissait

donc sous l'inculpation d'insoumission

en temps de paix.

Il se voit infliger pour ce délit la

peine de huit mois de prison.

Défenseur

: M6 Recoulin.

— Enfin, le nommé Joseph Rubil,

réserviste de la classe 1902, du recrutement

de Perpignan qui, durant les

hostilités, n'avait pas répondu à son

ordre de mobilisation, a été condamné,

pour insoumission en temps de guerre,

à la peine de dix-huit mois de prison.

Défenseur : M.8 Servent.

///* Congrès

D'ŒNOLOCIE.

D'ŒNOTECHNIQUE

ET DE V1TI3ULTURE

BORDEAUX, 24-25 JUIN 1929

Voici le programme des travaux :

Lundi 24 juin. — Le matin, réception

des congressistes et ouverture du congrès

au grand a" i.ithéâtre de l'Ecole

supérieure de commerce, 66, rue l'Abbede-l'Epée.

Séance sous la présidence

d'honneur de M. le maire de Bordeaux,

député de ia Gironde. Allocution de

M. Malvezin, président du comité d'organisation.

Conférence de M. de Roquette-Buisson,

président

de l'Union

Girondine des Syndicats agricoles ;

communications sur « Le vieillissement

artificiel des eaux-de-vie

», par

M. Coffre, ingénieur , chimiste .; « La

préparation des vins blancs édulcorés

et stabilisés », par M. Ch. Bertm, directeur

de l'Institut œnologique d'Algérie.

L'après-midi, visite des vignobles et

chais du château Laflte, château Mouton

d'Armailhaeq à Pauillac, du château

Margaux.

Mardi 25 juin. — Matinée, communications

: * Sur l'action des bouillies

cupriques », par M. Chaine, ingénieur

chimiste :

« Les appellations d'origine

et, les organisations de vente en commun

», par M. Jacob, œnologue conseil:

« Procédé biologique permettant de

M

personnel et le relèvement des traitements

; elle veut aussi faire œuvre

constructive en s'attaaliant à la réforme

des taxes indirectes. Les rapports

ont déjà paru.

Le groupement vise à assouplir la

fiscalité des indirectes pour faciliter

le rôle du contribuable.

Il poursuit également la transformation

du contentieux correctionnel en

contentieux administratif comme aux

directes

La caisse du secours mutuel du syndicat,

qui a un actif dépassant 3 millions,

a installé un préventorium et

une maison de repos dans un beau

domaine qu'elle a acheté

a Crânes

(Tarn-et-Oaronne). L'inauguration aura

lieu le

12 juin.

Le Congrès Archéologique

ae France

Le congrès archéologique do France

a rempli toute la semaine de ses travaux

: séances, visites, longues randonnées

dans notre région toulousaine

qui les ont amenées tout a tour à

Auch, LonUi!-z. Saint-Bertrand-de-Comminges,

Saint-Lizier, Rabastens.

Albi

Cordes, Moissac.

Vendredi soir, il se réunit â l'hôtel

d'Assézat, sous la présidence de M.

Michon, membre de l'Institut, conservateur

aiu Musée du Louvre. Il tut

donne lecture aes nombreux vœux émis

par le congrès, vœux qui lui ont été

suggérés par la vue de tel ou de tel

monument. Retenons surtout celui que

l'Etat autorise l'organisation d'une

grande loterie destinée à permettre

ta reconstruction du clocher de la Da,-

bade.

Ensuite ce fut la lecture des récompenses

décernées par la Société Française

d'archéologie.

Le prix Lefèvre-

Pontalis est attribué à M. Pasquier,

l'archiviste honoraire de la Haute-Garonne.

Des médailles de vermeil sont

attribuées à M. le chanoine Margoutin,

M. le chanoine Auriol, ainsi qu'à MM.

Begouen. Calmette, Privât, Lavedan,

Rev, Paul Deschamps. Des médail.es

d'argent à KM. Portai, Faucher, Garrigues,

Biscons, Li;ot, Sapcne, Delà

geir, Guitarû Des médailles de bronze

à MM. Pomian, Riolet, Rossard, etc

Au nom de M. le chanoine Auriol,

président de la Société archéologique

du Midi de la France. M. Privât décerne

une médaille d'or à M. Saintenoy,

architecte du roi, délégué du

gouvernement belge.

'M. !e comte Régouen lit ensuite une

conférence très abondamment il.ustrée

de projections sur les grottes pré

I |QU|OUSE

Choses et

Gens de TWouse

La Visite présidentielle

UN CONCOURS POUR L'ATTRIBUTION

DE DOTS

Paris,

31 mai.

La commission supérieure de la Caisse nationale

des retraites pour la vieillesse a décide,

dans le but d'encourager la prévoyance j |J

et de récompenser les efforts des anciens

' s

déposants de l'institution de procéder à

l'attribution d une dot de 1,000 fr. à un

cerlain nombre de jèûiies filles choisies

parmi les enfants de titulaires de livrets

Je la Caisse nationale des retraites ayan.t

élevé une famille nombreuse.

Pour concourir à l'attribution de ces dots

les candidates et leurs parents devront réunir

les conditions suivantes .

1° Le père IOU la mère) devra avoir effectue

de son plein gié, en dehors de toute

affiliation à un système colleciil de re-

, traites, des versements à la Caisse nationale

des retraites- pour la vieillesse-,

2* U ne devra pas être assujetti à l'impôt

général sur le revenu :

3° L'enfant à doter devra être du sexe

féminin, âgé de moins d-> quinze ans et ap-

- purtenir à une famille d'au moins cinq enlants

vivants.

Dans le cas où plusieurs soeurs se trouveraient

dans les conditions requises, la

dot serait attribuée à la plu» jeune.

La Caisse nationale des retraites versera

à la Caisse nationale d'assurance en cas

de décès sur des livrets de capital différé,

la somme nécessaire pour constituer, au

profit de chaque enfant adni's à la réparfittrn;

un capital de I.OOO 'i-ancs payable

quand l'enfant atteindra vliiiit-cinn ans.

Les demandes des postulants seront examinées

par la Caisse des dépôts et consignations

et les dots seront attribuées, dans la

utilité des crédits dispon'hles. en tenant

compte

: 1' Du nombre d'enfants. 2- Du

nombre d'années de versements à la Caisse

nationale des retraites

Les personnes désirant concourir pour

l'attribution en

19-28 des dots dont U s'a-

TÉmônïTpar M. Ch. Btrtin.

Après-midi : « Valeur alimentaire et

thérapeutique des vins du Saint-F.millonnais

et du Libournais », par M. le

docteur Fagouët ; « Qu'est-ce qu'un vin

loyal et marchand ? », par M. Ch.

Bertin ;

« Sur la création de labora.

toires communs ». par M. L. Pivert,

président de

l'Union Bordelaise du

commerce des vins

Le soir, banquet.

N. B. — Les conférences et communications

en séances ainsi que les discours

au banquet seront radio-diffnsés

par le poste officiel d'Etat de Borr'oaux-Lafayette.

^ u Conseil de Préfecture

interdépartemental

de Toulouse

LES CONTESTATIONS ELECTORALES

Département de la Haute-Garonne

Communes de Artigue, Herran. Bieucazé,

Sênarens. — Les protestations

sont rejetées.

Commune de Lespiteau. — Le sieur

Honoré Barthe est élu L'élection du

sieur Arsène Casse est annuelée.

Commune de Villeneuve-Tolosane. —

L'élection du sieur Jules Blandinières

est annulée.

Commune de Mauressac. — L'élection

du sieur Frédéric Soulies est annulée.

Commune de Puydaniel. — L'élection

des sieurs Jean Griffon. Louis Linge.

Raymond Dumas, Antonin Mercadier

est annulée.

Département de l'Ariège

Communes de Montoulieu et Roumengoux

— Les protestations sont reietées.

Département de l'Aude

Communes de Auriac. Belcaire, BelvianneovCaunes,

Fraissé-Cabardès. Pestes

et Saint-André. Gruissan. Joucou.

Ribouisse. — Les protestations sont

reietées.

Commune de La Bezolle.

— L'élection

du sieur Guillaume Gayraud est

annulée.

Nous avons publié le programme

de la visite du président de la République

à Tourouse.

Il semble qu'il n'ait pas été accueilli

par tout le monde

avec le

même plaisir et, qu'une fois de plus,

se soi* réalisé à, son occasion la maxime

bien connue : « Qu'on ne peut

contenter tout le monde et son

père » ; en d'autres tèrnies, qu'à force

„j vouloir satisfaire trop d 3 gens,

on n'aboutit qu'à multiplier les mécontents.

Or, les mécontents, ce serait, si

nous sommes bien informés, du côté

de l'Université qu'il

les faudrait

chercher.

Qu'est, en effet, la principale raison

— la seule d'ailleurs — ayant

motivée la venue à Toulouse de M.

Gaston Doumergue ? Tout le monde

est d'accord sur ce point

: c'est le

septième centenaire de notre grande

université toulousaine ; c'est le désir

du chef de l'Etat de rehausser,

par sa présence, les fêtes d'un anniversaire

qui va jeter un lustre nouveau

et très mérité sur un de

plus

illustres organismes du monde littéraire

et scientifique français.

M. Doumergue étant, d'ailleurs, ce

9 juin, l'invité de l'Université de

Toulouse, il semble que la majeure

partie du temps que le président

doit passer au milieu de nous eût dû

être consacré aux cérémonies organisées

par cette Université pour comhistonques

des Pyrénées, sujet qu'il I mémorer le iour de w^gxua jjrésidentiel,

à la fin de cette épuisante~jourla

fui 'i^u dy iiiu.1*

. nifiquement contribué à enrichir.

Tour à. tour ce sont les p° ntures, les

gravures et les modelages impressionnants

du Tue d'Audoubert de la Grotte

des trois frères, du Mas-d'Azil, de

Bedelllhac. de Niaux, nui défilent sur

l'écran, accompagnés d'explications à

la fois technique et sauvoureuses car

la séance de M. Bégouen est de celles

qui s'établissent sur le terrain et même

sur le? aspérités du terrain.

Ces aspérités, nous ne les avons vues

que sur l'écran, mais dimanche certains

membres du congrès archéologique

les connaîtront en nature, qnoiqu'â.Voucies,

car M. Bégouen les mènera

à Niaux et au Mas-d'Azil Ce

sera leur dernière étape avant la dispersion

définitive. — P. MESPLË.

Encore la brocante/

Nous croyons savoir qu'une armoire

ancienne renfermant de précieuses

archives de la petite ville de

Rieux, en Comminges, serait sur le

point d'être acquise, avec son contenu,

par un antiquaire ,toulousain. On nous

en a môme cité le prix.

On sait que Rieux, siège d'un ancien

évêché, est une petite cité très

riche en souvenirs du passé. Ses archives

sont certainement du plus haut

intérêt. On se dera«« ont été fixées ni,''.

Juin prootinin. u * 23 „ t

exclusivement dans

l'a

de l'organisation de la

ou bénéfice de la « Ma

Croix de Guerre

arrête

Ces

10 Ju

• La Maison de la Croix d» er) ?

Tiaordie de Sali nè (Florent

Srhmit).

La location pour celte incomparable

manifestation d'art sera, ouverte dès

demni'i matin, dix heures, au bureau

nt

à cette galle des téléphones, sen

élégance et j mises d'achats, service d vicj des r*;

e de réunion**^*'

de consommation. On ỵ trouve) a, Salement

: Salle de douchés, pi£ C ioï"

rie,

. de

bains, salmi de massage et salon

repos, un service

complet d'axpr*iiS

pljysiques et de gymnastique ; un 3

vice de rééducation des mutilés

Les emplois sont réserves de"hf3|

rence à des veuves de guerre ou à „«

anciens combattants.

sorte de 5 à 7 prématuré —- au cours

duquel on peut imaginer que les po- 1 Cu théâtre du Capitol*

liticiens de la cohorte de M. Dou- '

mergue s'ennuieront ferme et qu'il

n'a pas dépendu d'eux, sans doute,

de la racourcir davantage. Et l'éminent

M. Declareuil, chargé de rappeler,

devant un parterre de savants,

les gloires et les illustrations de

l'antique Université toulousaine, aura

tout juste trente-cinq minutes (le

Grand Concours de Bébés

et de Voitures Fieu^es

C'est +e dimanche 23 juin que se déroulera

dans le Jardin des Plantes le

grand concours de oeues et de voitures

ueimes, organise par i'Olympique de

Toulouse.

Ce concours, qui e-uivra la Semaine de

Département du Lot

Commune de Lacandourcet. — Les

sieurs Jus'in 2^palieu et Jules Pueehmaurel

sont élus au premier tour de

scrutin

Les opérations électorales du

deuxième tour sont annulées.

Département du Tarn

Communes de Vindrac, Barre. Saint-

Julien-Gaulème. — Les protestations

sont rejetée6.

Commune d? Tamis. — L'élection du

sieur Sauveur Assie est annulée.

Commune de Fiac.

— L'élection des

sieurs Paul Cambournac et Pascal Su-

Ire eet annulée.

Commune de Andillac.

— Le sieur

Adrien Durand est élu au premier tour

de scrutin

Lee opérations électorales

du deuxième tour de scrutin sont annulées

à l'hôtel de Paris, à Toulouse.

Le Congrès aes Agents

aes Contributions tnairectes

Le syndicat national des agents des

contributions indirectes va tenir son

congrès annuel à Toulouse, les 13, 14

et 15 iuin

Le groupement compte plus de 9.000

adhérents sur un effectif administratif

de 12.0(10 agents

Aux dernières élections du conseil

de discipline, ses candidats ont tous

été élus, avec un nombre dp voix supérieur

â celui de l'an dprnier

A l'ordre du jour du eonstrès figure

la réforme des impôts Indirpcts et

du contentieux

i,a vipjllp organis?,-

tjon de? Indirpelps nP SP cnntentp Pas

ulières

~ Nous esjérons que M. le préfet de la

Haute-Garonne saura empêcher cet

exode avant qu'il, ne soit trop tard. —

P. M.

Pendant ies Fêtes

ae Toulouse

RÉUNION DES MAIRES

DES HUIT DÉPARTEMENTS

LIMITROPHES

Saisissant l'exceptionnelle circonstance

qui résulte de la venue à Toulouse

de M. le président de la République,

l'Automobile-Club du Midi a

pris l'initiative de réunir la plupart

des maires des huit départements limitrophes,

en vue de leur exposer les

lacunes qui existent dans la réglementation

de la circulation automobile et

dans l'application des arrêtés municipaux.

Nous félicitons l'Automobile-Club de

sa nouvelle et heureuse initiative,

dont l'objet ne peut que favoriser et

fortifier les bonnes dispositions des

premiers magistrats municipaux envers

les usagers de la route.

La conférence aura lieu le 8 juin, à

21 heures, à l'ancienne Faculté des

lettres, rue de Rémusat, à Toulouse.

Elle sera présidée par M. Billières,

maire de Toulouse, et M. le comte Ed.

de Risaud, président de l'Automobile-

Club du Midi.

M. Maurice Icart, avocat, maire

d'Ercé (Ariège), traitera les sujets précités.

Le lendemain, à

12 h. 30, un grand

banquet réun'ra les maires et les dirigeants

de l'Automobile-Club du Midi

protocole ne lui en a pas accordé !1 i-niance, est certain ue- remporter le

une de nlus) nnnr

c^ rmiittP _ (lp P'us éclatant succès. Les stands. des exune

de puis) pour

s acquitter ue JJUsariU (lQ m Semaine de i'Eniunce,

cette tache écrasante.

(qui commence le 16 courant, seront en-

Voilà comment on amoindrit, sous i t'Off ouverts le 23, jour du concours de

un régime qui a débuté en procla- 1 t êbés. Cela ne pourra, que rehausser eu

„ , „. ,,. r . core 1 intérêt de cette lete, qui sera

mant que la République n'a pas he-

| bien une grande fête de tamille dans

soin de savants, un très grand, très

: toute l'acception du mot ; elle attirera

' au Jardin -les Plantes enfants, parents

et amis.

Tous 'es enfants engagés et participant

à ja fête recevront une petite surprise

agréable durant l'après-midi.

Le concours de voitures fleuries ne le

cédera également en rien atLx précédents

et on nous annonce déjà la participation

de nombreuses voitures artistiquement

décorées.

Les lonas les lauréats pour les deux

concours seront communiqués

à la

presse et la photo des plus jolis bambins,

ainsi que celle des plus belles voitures

seront exposées dans nos

plus

grands magasins de Toulouse.

Les engagements sont reçus au siège

nobl» et illustre anniversaire !

Mais l'on comprend maintenant

pourquoi tous ceux qui avaient rêvé

de faire de ce 0 juin une magnifique

apothéose de la Science — et de la

Science dans le cadre de l'histoire

toulousaine — rr- se montrent pas

très satisfaits de l'élagage auquel

ont été soumis leurs intentions at

qui replonge dans la banalité une

visite présidentielle qui, powr une

fois, aurait pu apparaître vraiment

gr«rttHT7-^e%-^£xeeptionnelle. — L,

ue, F. ^ •

DU 2 JUIN 1929

Saint du iour : Sainte Emilie,

f été à souhaiter Sainte Clotiide.

6 heures : Devant le Café Sion,

départ, du Circuit de l'Aude.

*>-* 2 h. 30, à la Cèpière : cciirses

de chevaux.

*»-* 2 h. 30, au Parc des Sports : Fête

sportive.

-T* 4 h 30. à l'Orphelinat de la

Grande-Allée Concert au profit de la

Bonne Presse.

»-> 8 h 30. à rowhelinat de la

Grande-Allée, séance récréative organisée

par le Patronage Notre-Dame du

Bon Conseil.

«—>• 8 h 30. théâtre des Variétés

: Représentation

du Grand-Guignol.

P-* 9 heures Au Grand-Bond . concert

de la Cobla : « Antigua Peps de

Figueras ».

Chez les Sous-Qffiçierî

Toujours fidèle aux

bonnes

tions, la 64 e section de ia K-dèrauS

nationale des sous-omclers a donné

sa feie auuuuile le samedi 25 mai, ^1

4U vasie et coquulte su.ie UU cale ji-SKj

Nomole.ux étaient les Couples uiiiu*

leurs de danses et nombreux aussi u-i

sous-oliteiers de la garnison qui

Ciul

assiste a cette intime soliee ou dfi jolies

tuileUeS lémunnes ont été itm ar .

quees. L yre-hesire habituel B est 6(J1 /

passé et mérite tous nos eyinpi iuein à

Le président gênerai de la K-tiera!

lion est venu tout expiés

de p Wls

pour assister à cette leie.

Lu lende

main, un banquet succulent a été

servi à J.i)ôlui terminus. Au dessert

le président, M. Lailoni, dit coiru^eà

il était Heureux de présider uns «ns^m.

blée aussi disciplinée et aussi iu^ue

des sentiments de solidarité.

M. Biage, , président général, i&

remercia en termes chaleureux et

essaya de taire comprendre aux sousoliicjejs

qu U n'y a pas de sociétés

mutualistes rivales, mais tout simplement

unë seule arnice française uti,

tous, dans tous ies échelons ae ta hiérarchie,

doivent s'aimer et se soutenir

dans la discipline et l'honneur.

Un jeune artistes plein d'avenir et

quj même d'être

çjicourage, voulut

bien nous tenir sous le charme de H

belle voix, car M. Pommerat est déJ4

un chanteur de talent. M. Boy, secré.

taire de ia section, chanta aussi les

meilleurs morceaux de son répertoire.

Au grand regret de l'assistance, 1$

général Maître, absent de

Toulouse,

s'était fait excuser.

Les décorations suivantes de la Mutualité

furent remises :

Médaille d'argent a M. Gozias, viceprésident.

Médailles de bronze à : MM. Joubert,

83= R.I. ; Vesperini, 83 R.I. ; Boy, secrétaire

; Corny, secrétaire adjoint ;

Massé, 2* aérôstlers ; Bonhomme, 2»

aérostiers ; Toulmont, C.O.A.

M. le président Laffont reçut également

la médaille de bronze, et on se

sépara joyeux aux cris de

: t Vive la

France

! vive l'armée et ses belles

traditions 1 ».

GRAXD ÎHÊAL E DE BORDEAUX

Jusqu'à lundi inclus, le drame

« Le

Bossu

» avec M Jean Hervé, de la Comédie-Française

; M. Victor Perny,

Mlle Jeanne Rolland, Mlle Simonne

Granvilli.

Mardi 4 juin, création h Bordeaux de

« Mater Dolorosa ».

Lundi 10 iuin, « Les Marionnettes ».

avec Mlle Marie-Thérèse Piérat et M

Escande.

ar'auof.

Bordeaux,

1 er juin.

Le Brazza, venant de Matadi, a quitté

Libreville le 29 mai pour Bordeaux et

escales.

Le Kerguelen, venant de Buenos-

Ayree. a quitté Rio-de-Janeiro le 2'.) mai

pour Bordeaux et escales.

Le La-Bourdon nais, venant de

Bordeaux,

est arrivé à New-York le 30 mai.

Le Luietia. venant de Rordeanx. eet

passé au la^e de Teneriffe le 2 heures et retour à Ton!

lotise vers 20 h. 30.

Borios, 14, place du Caipitole. Pour le

concours do bébés, joindre le bulletin

de naissance.

L'Aftaire Lavit-Turroque

Samedi, se trouvait inscrite à l'aUr

dience du Tribunal correctionnel l'affaire

intentée par M Lavit contre M.

Turroque, pour diffamation

On se rappelle que cette affaire avait

été soulevée à la tuite des incidents

électoraux du bureau de l'Ecole Vétérinaire.

M" Messaud demanda, au r.om de

M 0

Léon Blum, défenseur de M. Lavit,

un nouveau renvoi de l'affaire

L'avocat de M Turroque. M. le bAtonnier

Deyres. ne s'opposant pas au

renvoi,

le Tribunal n'appeliera cette

affaire que le 6 juillet

Le dépôt des Matériaux

PRES DU MOULIN VIVENT

Le maire de Toulouse a l'honneur de

rappeler à ses administrés et tout particulièrement

aux entrepreneurs de travaux

et tombeliers, que, par arrêté de

M. le préfet- de la Haute-Garonne du

31 mai 1917, il est formellement Interdit

de faire aucun dépôt de matériaux

fur le terrain longeant la rive gauche

(le la Garonne, près de l'ancien moulin

Vivent, entre l'île de Monte-Cristo et le

pont Sain*-Mieheï.

Des ordres très sévères viennent

d être donnes aux services de police

tifin que les infractions aux prescripl

t:ons qui précèdent soient relevées et

poursuivies conformément aux loi*

N T ouve M es Religieuses

ŒUVRE DE LA PROPAGATION DE

LA FOI — Mgr l'Archevêque a i ninmé

M l'abbé Pierre 'Uby directeur diocésain

de l'Œuvre de la Propagation de

1 la Foi,

La Fête sportive au T. O.E.C.

NoU6 avons déjà eu le plaisir d'annoncer

cette semaine à nos lecteurs

la frrande fête sportive que l'école de

préparation militaire de l'Association

des Officiers de Réserve organise ce

soir au T. O. E. C.

Présidée par M. le général commanaant

& i, 8

région et par les autorités

civiles, cette journée sportive et récréative

connaîtra certainement le suc-

$ e 1I d( i? ^ands iours. Eile commencera

a 14 h. 30

Le programme qui nous a été communique

est des plus complets • de

10,15 et nombreux exercices d'équita-

,

V

A? RUrent h côté de courses les

plus drôles, où l'adresse est la première

qualité exigée. Des numéros d'un comique

achevé communiquent la joie la

tamurT 6 6 ' ^ plUS fnmclle aux s P ec "

Dee exercices de voltige au* salon

H?, Cuei L', Rront !es v » fe applaudissements

au public et plus de vingt partants se

disputeront les prix de deux épreuves

de concours hippique.

Un Kïmkana inoubliable intéressera

et amusera les grands et les petits.

c„ „ ar , mo 1 le si a PPi'éciée des Toulousains.

La Toulousaine, exécutera au

cours de la fête les morceaux suivants


« L Entente cordiale ». pas redoubié;

" ri' 0 oba I- marche espagnole :

lÀ?r- me Esnaen e

». valse . Rrosi

suhe

ouverture ' " L'Artésienne »,

Ra'pv; SO ei!l é ,

«rompes de chasse Le

Plus y goûhé's m " Hubert Sohera Ies airs ,es

ajLfi& d ? nc quelques heures fort

arables a nagser dans un cadre plaisant,

ou

1 heure du départ ne causera

2M» iî S TT t5 '- Souhaitons à nom-eau

•nue.

e soleil eoit de la fête et que le

oub ic aille en foule passer un bel

p'xénûanti "À an^»«-ir les nombreux

Le prix- des places est ainsi fixé


tafSîÏÏH^ 5 , fran( " s ! ^rondes. 3 fr ,

& e1 J" 1lantf :- les militaires, les mèmbies

des société* sportives S A G hé

nefteieront. de ï8 rédurtion lur présert

talion de leur carte. Les membres

donateurs de l'école rentreront


Caisse d'Epargne

ET DE PRÉVOYANCE

42, rue de Languedoc

Le conseil des directe^ la CÇud'épargne

et de P^ 0^" „. 1T l'année

Use a décidé d'aftrUmer çotit '

amil ,

19-20 des primes en »1& C AJÏÏ ne ses

les nombreuses et méritante

déposants.

,. t .^« i

les conditions

a

Pour

tenant, et, avant w

remplir,

1M

dès ma m-

e, aux

i& de la Caisse d'épargne.

Pharmacies de service

Faits Divers

ACCIDENT D'AUTOMOBILE

Jeudi dernier 39 mai, Sur la route ùt

foulousc à Paniiers, a 4 km. de Baver

toll

dtin

une conduite intérieure il H.P

M, Dp, industriel

Esauirol

nette. 9ï

'chaubet, place WUson. ^1

Bavard. 60 • Feyt, $e

urbet.

. u joiiivet. rue SambMi

6#«»>«r?ir'o me saint-Etienne; .': a

t;ai»H»»* su j r e. rue Samt-Etienrus. .

sbeL.f* 'nie de ia Concorde. MouuiC,

avenue de j^f tl -^ice dG nuit, dans. la

Assureront le »erv ce u

nnT maeii'S

semaine du au 9 iW-W W £ ...

Alu ry, Casteran

M ou nie

La Presse Périodique

JOURNAL DE TOULOUSE

Direction

: V. Lesplne.

Dans le Journal de Toulouse, paru aujourd'hui,

il laut lire : J^'-A .

Après l'anniversaire de la Commune ,

L'Organisation révolutionnaire

; Lœil de

Moscou regarde Paris, par Victor Lespinc;

Chronique scientifique : Une ennemie de

notre santé-, La Moucne, par le docteur

indrée Besson ; Le Toulouse d'autrefois ;

Les anciennes Portes de l'enceinte du Moyen

v>e et leurs anciens noms, par Jules OH*-

jande- Gazette rlmée : La nouvelle Hor-

102e par Victor Mire; La Vie toulousaine :

Le journal de Toulouse il y a cent ans

Toulouse 1er juin 18-29) ; Les petits faits de

la semaine; Le Journal mondain

: les naissances,

les mariages, les deuils, les fêtes,

et* : Les sports; Les pronostics du Journal

Ae Toulouse; Clironiqua régionale des ttypotéemies,

etc-

Le journal de Toulouse, qui est le plus lu

'des périodiques toulousains, est en vente

dans tous les kiosques et dans les gares

de chemins de fer.

Prix : 0 fr. 25.

Abonnement,

: Haute-Garonne et départements

limitrophes

: 13 lr.; autres départciuenst

: 14 fr.; étranger : 20 fr.

Direction

: 65, rue de la Pomme.

Jeun, luurr

V Toulouse, passa sur ces entrefaites.

M

iaan e'etwBfessa de porter secours

:,nv Wessés ot les transporta chez un

HHnteur de Saverdun. Les blessés ne.

-Vint fort heureusement pas gravement

atteints ] [l voiture (,û M -

1,u es t îC '-

'rleuseiiiem endommagée,

LA BASSINE DISPARAIT

Sur plainte de Mme Rose Bousquairol

âlrie de 32 ans. sans profession,

demeurant rue Maubec, villa Mi-Uradi,

et aiiiefieuremont rue d Orléans, SI,

mie eiuiuéte est. ouverte au 3" arrondissement

de police contre inconnu pour

vol d'une bassine en 1er galvanise

d°,ne valeur de 35 francs, commis. au

préjudice de la plaignante le

1% courant.

IL EST ÉCROUÉ

Nous avons relaté hier que M. Barthélémy

Desplax, surveillant assermenté

des magasins « Au Capitole »,

avait surpris Miguel Badenas, âgé de

85 ans maçon, demeurant rue de la

Colombette, 20, au moment où il s emparait

d'un lot do bas et chaussettes

a l'intérieur du magasin.

\près interrogatoire de M. le procureur

de la République, Badenas a été

écroué à la prison Saint-Michel.

VOL D'UN SAC A MAIN

Lundi soir, vers 8 heures et quart.

une dame de mœurs légères, Maire-

Louise Bosc, épouse. Roussel, âgée

d>o

2S ans, demeurant rue Saint-Thomasd'Aquin,

se disposait à rentrer dans un

hôtel meublé, rue du May, lorsqu'un

individu lui a brusquement arraché

son sac à main en cuir marron, contenant

divers papiers et un billet do 100

francs

Cet inconnu, aussitôt son coup fait

s'«st enfui on courant.

M. Lamon, commissaire de perma

nence. a ouvert une enquête eî avisé

le service dé ia sûreté

ENCORE

UN VOL

A LA SALLE DES VENTES

Dans l'après-midi de vendredi, vers

I i heures, on a soustrait à. Mme Juliette

Secail, âgée de 61 ans, vendeuse, demeurant

21,' rue Cafarelli,

un porter

feuille contenant la somme de 400 fr.,

alors qu'elle venait d'effectuer un

achat à la salle des Ventes, rue des

Trois.Journûes.

Sur plainte une enquête est ouverte

au commissariat du 1er arrondissement.

LE CHAPITRE DES ETRANGERS

Procès-verbal pour défaut de renouvellement

de carte d'identité a été

dressé contre

,: Mme Ferrnx, née Grégoria

Enfedague, demeurant petite rue

de la Gaieté (Pont-des-Demoiselles),

ainsi qu'à Mme

Ferruz, née Maria

Catalan.

UNE BONNE INDELICATE

Le 18 avril dernier mourait a l'Hôtel-Dieu,

où il avait été transporté, l'a

vant-veille, pour y subir une opération

à la suite d'une ' hernie étranglée, M

Pierre Jaubnrt, 06 ans, bourrelier à

Lomiages (Heute-Garonne).

Lo vieillard! vivant soûl avec une

vieille lionitê-, Mtno veuve Marie R...

le maire de Longages fit apposer les

scellés sut la maison «près sa mort.

A l'hivsnlaira qui suivit, Jo fils du

défunt. M- Jean Jaubart, âgé de 36 ans.

bourrelier à Toulouse, constata la disparition

d'une somme de 40.000 francs

qu'il savait quo son père possédait

M Jaubnrt porta plainte au parquet

et l'enquête fut confiée a M. Mtcouleau,

commissaire à la brigad-e mobile,

qui, assisté des inspecteurs Gros et Duc-ros,

n e tarda pas a établir cfue les auteurs

'du vol étaient la bonne do M.

jauban pè>re, la veuve Marie 11.... et

[n belle-flllo de cette demièrp, Philippine

R.,., née J... . .

Elles opposèrent tout d'abord les

plus formelles dénégations et ce n'est

qu'après plusieurs interrogatoires qu'el.

Jfes se di vidèrent a avouer avoir vole

oT.ooo francs de titres au porteur et

3.000 francs en billets de banque.

Les titres avaient été caches par le

mari de Philippine R... dans un banfar

et enfouis sons un tronc d'arbre.

Ouant aux billets de banque qui

étalent enfermés dans une cassette, ils

avaient été confiés à une yoisine qui

en ignorait le contenu.

DIMANCHE Z JUI IN

iTjcv

Gazette Judiciaire

TRIBUNAL CORRECTIONNEL

Troisième Chambre

Auditrice du 1er jfUin

Président : M. Signorel ; ministère

publie : M. Gleises; greffier : M, Plsnchon.

L'accident, de Saint-Jean, le Vieux —

Le 17 janvier dernier, M. Henri A...,

épicier, demeurant route de Castres,

circulait en automobile sur la route

de Salnt-lean-le-Vieux, lorsqu'il vint

s'écraser contre un camion du service

des ponts et chaussées

Par suito du choc, Mlle Eglantine

Fabre fut grièvement blessée et dêeéda

peu après à l'Hôtel.Dieu.

Le tribunal a condamné M. Henri

A... à 15 Jours de prison avec sursis.

La partie civile obtient 12.000 francs

de dommages et intérêts.

Pour un frort entonnai e. — Adrien

Auzan, mécanicien, demeurant 57, rue

de l'Industrie, a volé le portemonnaie

de

M. Laurent Briquet.

Le tribunal lui inflige 15 jours de

prison par défaut.

Au stationnem-nt de la rue Constan-

Une. — Maurice Bosc, âgé de 18 ans,

manœuvre, sans domicile fixe, était

un voleur officiel au stationnement

de, la nie, Constantine.

Le tribunal, vu les mauvais antécédents

de l'inculpé, le condamne à

3 mois et un jour de prison. Sa complice.

Marguerite A..., récolte

fi mois

de prison avec sursis.

Un bon repas. — Georges Picot, voulut

bien manger dans une auberge de

Cornebarrieu, où il Savait ne pas pouhuit

voir payer Et voici la note

jours de prison

Vagabondages— Roger Hermet a été

trouvé mendiant sur le territoire dé

la commune de Villefranche. \\ fera

15 jolirs de prison.

— Etienne Gros, sans domicile fixe,

se voit infliger 6 jours de prison pour

un délit analogue.

THÉÂTRE DES VARIÉTÉS

Premier Spectacle du

Grand Guignol

. Le Théâtre du Grand Guignol a toujours

beaucoup do succès dans

notre

rllle. Aussi est-il revenu, sur la scène

des Variétés, pour toute une série de

représentations.

Lo premier programme, inausVue

vendredi soir comprend deux drames :

le Poignard malais, tiré d'une nouvele

de Tristan Bernard, par Jean Aramy.

et l'Homme Nu, ae M. Charles

Méré

; et une comédie de M. Jean Bastia,

(a suite à demain. -

La partie dramatique de ce spectacle

a paît! peut-être moins bien venue

que la partie comique.

Si le Poignard nwlals est adroitement

bâti sur un curieux thème judiciaire,

l'Homme nu paraît lent, peu

vraisemblable et sans véritable intérêt.

IA pièce traino en Q» longues préparations

qui obligent, à éeourter le véritable

drame, celui de

I amour paternel

en face d'un être dégénéré, confinant

moins à l'homme qu'à la bête fauve.

Et l'erreur essentielle consista a avoir

montré cotte bête fauve, ce monstre,

au Heu d'avoi-- misse travailler sur lui

notre imagination.

La suite à demain n'est qu'une faroe

mais bien observée, sur les mœurs d»s

teuilletonistes .. et do leurs

lecteurs.

Elle vient à son heure, en ce moment


quelques ingénus songent a célébrer

le centenaue de Ponson de Terrail

(Pourquoi. Seigneur, pourquoi

'?)

Elle a gaiement terminé la soirée gra>

ce a un comioue de tout point excel

lent, M. Paul Larche.

D'ailleurs toute la troupe, du Grand

Guignol est parfaitement composée,

bien entrînée à exécuter son répertoire.

Un peu spécial. Nous avons revu avec

le plus vif nlnisir MM. Paul Dernier

Jules Sulvere, Baert. Paul-Henry Wild

\>lle Marcelle Gylda eto. ils forment

fin ensemble vraiment impeccable

jouant avec une sûreté et une préci

sion qui enchantent. Le publie toulousain

ne manquera pas d^aller les ap

plaudir. Ils le méritent amplement.

A. P

Du Lundi 3 au Jeudi 6 Juin

Aux GALERIES PARISIENNES

VENTE exceptionnelle

à PRIX FIXES

TRAMV/AY ET AUTO

Le 31 mai, vers 8 h. 45, une collision

s'est produite à l'intersection de la rue

AragD et du faubourg Bonnefoy, entre

l'auto conduite par son propriétaire,

M. Michel Mathieu, demeurant rue.

Arago, 41, et un tram de la ligne 12 se

dirigeant vers la barrière do

Croix-

Daurade.

11 n'y a. pas eu d'accident de personne,

' mais seulement des dégâts

matériels.

VACHES ERRANTES

Vendredi après-midi, vers 18 h. 30,

une douzaine de vaches sans conducteur,

qui se trouvaient sur la Grande-

Allée, ont été conduites sur un terrain

vague

par l'agent cycliste Jeanson,

aidé du cantonnier de l'allée, en attendant

que le propriétaire sohVretrouvé.

Procès-verbal a été dresse contre

celui-ci, M. Justin Lloan, laitier, demeurant

rue Tarissan, au Sauze-Long,

par M. le commissaire de police du

0° arrondissement.

LES SPORTSMEN boivent tous du

ROLY-MANDARINE Ou de PAMER.

ROLY, Tous cafés, bars, alimentations.

-vwv-

DU VENDREDI 31 MAI

AU JEUDI 6 JUIN 1929

Troisième et dernière semaine

des Films Parlants I

et Sonores |

PROGRAMME :

Allocution de M. Camille BEP.T

Les Mélancolies futuristes

de ROGGS

tES NOCES DE FIGARO

(air de Chérubin)

interprété par Mme REGELLY

Le Célèbre Quatuor Russe

MOUSSORGSKY

dans

Les Bateliers

o>, la Voljja

Une chanson pai/sanne russe

Une chanson en français

2 Histoires racontées par Flatenu

Le 10" anniDersaire de l'Armistice

DITA

PARLO

LARS HANSON, C. FROHLICH

dans

Le Gftaiit du prisonnier

Grande production dramatique

Location ouverte en permanence

Au choix : 5 fr. - 10 fr. - 15 fr. - 20 fr.

Un Choix considérable - Un Sacrifice sans précédent

Sans concurrence

Voir nos Etalages du DIMANCHE

Du LUNDI 3 au LUNDI 10 JUIN inclus

GRANDE SEMAINE de SOLDES des ARTICLES

de Demi-Saison à

MIDI-TEXTILE

rn^r.NTDl'irR^in

8

LAINA6ES. SOIERIES, FOURRURES

UN APERÇU DE

» LAINAGES —

FLANELLE d'ALSACE gris Q QA

et beige. Valeur 18 Lr... Q.aU

CHEVIOTTÉ laine, larg. 100, toutes

teintes

et im près- ift flfl

sions. Val. 19.50

IU>9||

DAMIERS et ECOSSAIS laine,

larg. 100, pour jupes.

44 QR

Valeur 30 l'r 14.341

KASCHA quadrillé, larg. 140 pour

manteaux ot robes.

£ r An

Valeur 35 fr

1U.9U

FAÇONNÉS nouveaux, larg. 100,

pour robes et tailleurs.

A A n A

Valeur 3a fr 10, OU

FANTAISIE teintes mode, larg. 110

nour tailleurs et m an- é n r n

teaux. Val. 35 fr....... 10. OU

MOUSSE jolis tons, largeur 140,

pour manteaux enfant.

Valeur 35 fr

*b,

FANTAISIES et KASÎ5HAS en

belle laine, largeur 140, pour

robes et manteaux. AA

Valeur 50 fr «9 >y

NOUVEAUTÉS en laine cachemire,

larg. 140, pour man.

teaux. Val. 60 fr

22.50

39 »

QUELQUES

PRIX

— SOIERIES —

TOILE SOIE, filet soie naturelle

tous coloris.

AA

Va!. 10 et 2ï fr.— 12 fr.et /.OU

CRÊPE de CHINE soie natUï&Ile,

tous coloris. Val 40 fr. | "t QA

et 30 fr : 27,90 et I / .OU

CEORGETTE soie naturelle, tous

coloris. Valeur 45 f r. i "j .

et 3o fr 26 fr. et I / >y

TAFFETAS glacé, uni et écossais,

ttes teintes mode. Val. AA An

45 et 35 fr... 29 fr. et Cl.uM

CRÊPE CHINE impressions modo

sole naturelle. Val. 55 A A

et 45 lr 39 fr. et £0 >y

SOIERIES pour MANTEAUX, noir

et couleurs. Val, 70 n\ AC

et 50 fr 39 fr, or, £0 >y

LAINAGES (suite)

FAÇONNÉS moite, laine mérinos,

larg.

150 pour robes AA

et tailleurs. Val. C0 fr. 00

y

FAÇONNÉS haute couture, latg.

1-40, poitr robes et ta il- JF ..

leurs. Valeur 70 fr.... *W *

HCMESPUNC anglais pour martiaux

sport, larg. 140 *r

Val, 75 et (15 fr, 59 et »t3

BAX, MASSEUR

MÉDICAL et CHI-

RURGIEN-PÉDICURE DIPLÔMÉ, rue

Rempart-Saint-Etienne, 51. ne fait que

les massages essentiellement médicaux

et électriques. Soins complets des pieds

comprenant . excision sans douleur des

cors, durillons, œils-de-perdrix, ongles

incarnés.

ESSAYEZ

LA LAME RENODIER, à

1 fr. 25, c'est celle qui dure le pius et

rase lo mieux. 17, rue Gambette.

LE MEILLEUR TERRAIN POUR BA-

TIR se trouve au lotissement du Pech

(Barrière de Cugna-uv), a-V3unuu.ee t-.m-

4-a.nf«, pHir . aan^xoncurrence, facilité de

paiement. Loi Loucheur. Tram n° 5.

Voir les maisons en construction. Bureau

ouvert tous les jours, de 13 h.

à 17 heures, dimanche compris.

POUR VOS FOURRURES, voyez

Louise JEAN, pas d'étalages, mais

fourrures de qualité. Choix, prix

inconr

arables. Maison de confiance :

,1 rue Baour-Lormian (1", étage). —

Téléph. 31-85.

A TOULOUSE, le meilleur restaurant

est celui de l'Hôtel de Paris, 66, rue

Gambetta (Capitole). Vous pouvez re

tenir vos tables par téléphone '14-97.

TOUT POUR JARDINS, méubles fer

et bois laqué on rotin. Flâneuses tous

modèles. Parasols, Outillage d'agriculture,

SICRE, au Pont-Neuf.

SANS RIEN DEBOURSER, participez

àu

» Grand Concouïs des Pendules

Electriques « ATO ». dont le règlement

vous sera remis gracieusement

par

« Emile Alquié », horloger-bijoutier,

23, rue des Arts. Clôture irrévocable

le 15 juin.

IL EST DE NOTORIÉTÉ que les Et**

INCLEBERT so consacrent entièrement

aux vraies nouveautés et à ia qualité

des tissus. Leur exposition actuelle de

cost'im-es de couleur beige réalise le

maximum d'élégance do bon ton. Paiements

ccheloiinés sur demande.

Sports et Préparation Militaire

Club BculiMs Toulousain. —

Dimanche

115 Juin, grand concours de boules ouvert

à tous les loueurs munis de la licence

t'.N.F.B.

Pour tous renseignements s'adresser au

siège de la société, cafë . du Grand-Eond,

Toulouse.

Société d'Education physique de la Haute-

Caronne. — La Société d'Education physique

do la Haute-Garonne, qui s'est spécialisée

â la préparation minutieuse au B. 1'.

JSt. E., et aux brevets de spécialités, continue

ses cours en vue des examens d'août

prochain, le dimanche, à 8 II, 43, caserne

Cafarelli, boulevard Lascrosses, et le Jeudi,

à so li. -43, au Gymnase de la x'ue>

Maibec.

Aujourd'hui, à

9 heures, entraînement

complet ; à li heures, théorio et tir au

stand Nlel, obligatoires pour toUs les candidats

au B. P. M. E.

Les inscriptions sont toujours reçues les

joUrs des séances ou chez le président, tue

des Lois, 32 bis, de 12 heures â 11 heures.

IViS ET .CONVOCATIONS

»

RENARDS du Pays, 170 fr. et 20A fr. RENARDS Noirs, de 300 à 380 fr.

RENARDS Sitka et Isabelle, de 400 â S75 fr.

Un Lot GOXJ JVO JNT» Soieries-Lainages

Voir nos Etalages du Dimanche pour Exposition de nos Soldes

Gjjazar Réclame

I0OTELLERIÎ

0.50

etc. 2* *

COUTEAUX

COUTEAUX

!oucher

13, Rue ALSACE-LORRAINE

(En face le Musée)

TOULOUSE

ORFEVRERIE

TOUT CE QLT CONCERNE

:: L'ARGENTERIE u

couverts, déjeuners, coupes ;

fruits k des PRIX ÎMONNI'S

. JÉ» ~' *~ - - ~ "

LE COMPTOIR MATABIAU, 9', TUP

Raymond-ÎV, 2, devient COMPTOIR

PHONO-RADIO-PHONO, 77. Bd CaiîtOt

(à cû:é du Calé des Américains).

VOUS TROUVEREZ CHEZ RYSOR,

63, rue de la Poirîrr.e, le SPECIALISTE

DES PULLS, les modèles dernier genre,

et des ensembles ravissants ; les

pulls ultra-mode pour messieurs, les

bas, chaussettes, ift bas, et cravates

aux prix les plus réduits.

INSTALLATIONS D'EAU,

moto-çompes.

For.tanié, rue du FouibastaTd, 3.

A L'ESPÉRANCE, 29, rue de Metz,

ancienne Maison Pouviflon

: Mercerie,

Fournitures pour couturières. Réalisa.-

tion ancien stock avec rabais considérables

à partir de lundi

LES ÉLECTIONS BRITANNIQUES

Elles intéressent toute l'Europe.

Les Anglais assistent à l'effondrement,

d'aillettrs prévu, d un dé leurs

viciUc partis traditionnels

: les llbe.

raux paraissent écartés, pour longt&mps

de

la. vie gouvernementale

Les français voient arriver dans

itne* 'nation amie, une majorité gui

leur est instinctivement hostile.

Lès

partis- leî plus démocratiques sont

ordinairement' erV Europe ceux gui

nous aiment le moins et le travaillis.

thé -anglais ne fait vas exception à la

règle , -

tes Allemands se réjouissent du succès

des travaillistes, dont la politique

dvidslilit* au traité, de Versailles, aux

ri„arations, a l'occupation rhénane,

leur est si connue.

' foui ce-nul en Europe est favorable

au désordre doit se réjouir aujour-

. it'l. ni.

Cependant, il ne parait pas qu'un

Uoiivêjrnement travailliste soit si

fa^

'•ili a-'etablir qu'on pourrait le croire

an. premier abord.

U aurait contre

lui les conservateurs

e' ce gui reste de l'ancien parti

libéral, c'est-à-dire

la majorité de la

Chambre des Commune».

Vn gouvernement conservateur n'au.

rail d'ailleurs vas

plus de solidité,

car

les travaillistes et les libéraux

formeraient eontre lui une majorité

plus forte encore.. ...

L'Angleterre aura donc un gouvernement

de coalition, à moins que les

travaillistes, succédant dans la tradition

parlementaire aux libéraux comme

Us leur ont succédé dans les succès

électoraux, n'adoptent la méthode

de gouvernement classique en Angleterre.

On verrait alors conservateurs et travaillistes

se succéder en quelque sorte

automatiquement aux affaires.

Un ministère conservateur faisant

place d un gouvernement travailliste,

mais appelé a le remplacer ensuite.

Une telle méthode suppose une sorte

d'entente entre ces deux partis.

Elle existait entre les conservateurs

et les libéraux, composés il est vrai

bien souvent de membres des mêmes

familles. . ..

Mais M Olivier Baldwin, fils du leader

conservateur, vient d'être élu sur

une liste travailliste, cela semble indiquer

que la tradition continue et

fin'unc entente n'est pas impossible

ent^c conservateurs et travaillistes

pour fixer la succession au pouvoir.

MARTHE. — ROBES cérémonies.

MARTHE. — Manteaux couture.

MARTHE. — Toilettes l ra communion

MARTHE. — Ses robes, ses manteaux.

MARTHE, — Habille sur mesure

MARTHE. -

A L'ÉLÉGANCE

S, rue Rivais,

ON DEMANDE dos ouvriers zingueurs

et couvreurs, 68, rue de la Colombette

Toulouse.

proefamée cette nuit est l'Inanité dès

efforts dee libéraux à reconquérir les

positions perdues en 1924. Ils ne paraissent-

avoir réussi Jusqu'ici qu'à,

faciliter la. victoire .des travaillistes

aux dépens des conservateu-ic.

l'Intransigeant :

« Quel que soit le parti qui-, prenne

les rênes gouvernementales, il se

souviendra, je pense, que la Grande-

Bretagne n'a qu'une parole -et

- reste

toujours fidèle à ses engagements. »

Voila ce que déclarait, il y a quelques

jours. . M.

- Stanley ..Baldwin, chef

du parti conservateur et du cabinst

anglais. Déclaration qui avait quelque

mérite au moment, où les travailliste;}

excitaient lkipinion contre l'accord financier

signé avec la France. Et nous

devrons nous rappeler que l'amitié; de

M. Stanlay Baldwin envers nous fut

constante et courageuse.

Le Soir :

Une des partieularités du scrutin est

que les travaillistes,

pour l'instant,

•enlèvent la grosse majorité des sièges,

bien qu'ils aient moins de voix que

les conservateurs et les libéraux révnis.

En 1924, les conservateurs avaient

conquis les Communes et le gouverne-

Fédération des Artltan», — Réunion du

Comité lundi _y_ium.

û. M n»"»», *.i"e Unplace

du Capitole.

Société de Secourt mutuels de la Manufacture

des Tabacs, — AswnMée générale

aujourd'hui dimanche, à 2 h. 30, à la mal

son. de la Mutualité, 3, rue de Metz.

Paro Toulousain. — Aujourd'hui dimanche,

à 14 h. 30, gtand bal champêtre au.

bénéfice des oeuvres de bienfaisance de la

ville.

Amicale des Anciens Combattants non

pensionnés. — Permanences de dimanche 2

juin, de 10 heures a. midi :

Section nord

; Café Olivier, 1, avenue des

Minimes : Sedipn centre : Càfo Fizes, Arcades

du Capitole ; Section sud : Café

Louis, place Saint-Michel ; Section ouest ;

café du Progrès, 5, place Olivier ; Muscat,

Patte d'Oie

; Bijou-Ciné, Crotx-rte-pierre.

Bureau central : Cafô de l'Univers, 25,

Boulevard de Strasbourg. Apporter livret

lascicule.photo 3x4. formules à garnir

pour les anciens prisonniers.

Chez les voyageurs de commerce. — Nous

rappelons auiç voyaegurs et représentants

de commerce, adhérents ou non â l'TJ. S.

X., que la féta du groupe aura lieu dimanche

2 juin.

A 0 heures

: conférence de M' Noguerres,

dans la salie des l'êtes de la Chambre do

commerce ; i 13 heures : banquet an

Grand Hf.tel ; à 16 heures : concert au

Grand Hôtel ; à 21 heures, soirée dansante

dans les salons du Grand Ilôtel.

Lés cartss do banquet

et se soirée peuvent

être retirées chez M. Chaleiicon,. 11,

ptace Ksquirol, ou chez M. Lagerle, 3, rue

de. l'Orient.

Union Nationale des combattants.

L'Union Nationale de» Combattants, reconnue

d'utilité publique par décret dii

.'o mai

1M0. informe les anciens combattants

que la permanence du dimanche est

toujours ouverte de dix heures à midi, à

son siège, sa, allées Oean-Jâurès. .

Deux administrateurs de l'U. N. C. don.

jl'ront des renseignements au sujet de la

ietraito mutuelle et prendront les adhésions.

Evadés t anciens prisonniers de guerre.

(il, rus dix Taur). — l'erinanence lo dimanche

matin, île

10 heures à midi, au secrétariat,

G, rue du Taur.

Les camarades y trouveront

': Formules

da

dernanrlû d'indemnité, pour dommages

de captivité

: formule de demande de carte

do comhattant

; reiitelgnenientssur mutuelle-retraite,

pensions, elc. Les veuves . 1

ascendants d'A. 1\ G. sont invités a adhérer.

I^e secrétariat est ouvert tous les jours

de 0 b.

,1 19 heures.

* *

le Grand Guignol de Paris donnera aujourd'hui

dimanche, en matinée et en soi

rée, deux représentations avec le piugi-aui

1110 qui fit courir tout Toulouse depuis deu

jours

: Innomme nu, La poignard muWiî

La suite d demain.

Demain lundi, grande première du nouveau

spectacle qui comprendra : Le lal'ora

tolre

des hallucinations, drame en trois

actes, de MM. ndré de Lorde et Henri Bauche

et deux comédies très gaies

: L : n troisième,

do Serge- weber et La Folie, ae Mas

Mauroy.

Location ouverte.

AU CONSERVATOIRE

Concert des « Fraters Mandol's »

L'Estudititina toulousaine, dirigée par

M. J. Paris, les « Fraters Mandol's »,

nous conviait hier soir à l'audition

offerte à ses membres bienfaiteurs, honoraires

et amis.

Un très grand nombre

d'auditeurs

avalent été attirés par la variété du

programme.

11 était composé, en effet, d'oeuvres

de Gouhod Massenet Léo Delibes. Paludiihe.

M. Dclmas, Léoncavallo et de

plusieurs italiens. H comprenait des

auditions de l'Estudinntina, de cantatrice,

de chanteurs et d'instrumentistes.

Tous ont mérité les salves d'applaudissements

du public, les « biss » répétés.

C'est avec plaisir que nous publions

un nouveau « palmarès » de ces

différents artistes.

L'Estiidiantina, sous la direction nette

et avisée de M. Paris joue avec homogénéité

et avec le soin du détail ;

elle rythme et nuance bien, L exécution

colorée réalisée par mandolinistes

et guitaristes, donne parfois l'impression

d'un orchestre complet.

Mlle Delrieu, la gracieuse lauréate

du Conservatoire, fait admirer son joli

« soprano » bien conduit dans touâ les

i-esistres. souple dans les vocalises et

toujours d'une, sonorité suave. Elle est

fêlée et fleurie.

M. Bertilfnd t harytonne. a .agréablement.

d'UflO voix puissante 'et bien conduite,

l'air du iioi, de Lahore et le

trop fameux ProlOfrue de

Paillasse.

MM. Assalit et Maliabréra

« ténorisérit

» avec goût. Colui-oi, d'une voix

veloutée et prenante, a chanté la

* Fantaisie

aux ailes d'or

» do Lahmé et le

Rêve

» de Manon. Celui la a prêté

son timbre chaud et chaleureux au

sympathique ami de Sapho, pour chanter

la Provence, et à ll'er(/ier pour

i.nvonu


DIMANCHE 2 JUIN 1929

Réaction raisonnable

Nous avens trouvé dans le Kurjer

y/S'arszauisi (le Courrier de

Varsovie)

au

13 mai dernier, un article fort intin

ssam sur la puissance militaire du

BÇicli. article publié par le général

Eugène de Henning-Michaelis. Polonais

par la langue et le cœur, le pénéral

Michaelis se trouvait, pendant la

dernière guerre, à la tête du &)• corps

d armée russo et avait puissamment

g&ntribué

à la magnifique offensive

contre l'armée austTO-allemande en Ga-

Heie. offensive qui. par de ténébreuses

.gtjfluences politiques, fut arrêtée

au

moment 'où elle allait donner tons ses

fruits

Familiarisé avec la question militaire

et rin courant de la situation de l'Allemagne,

ie général Micbaelis. nous donne

des renseignements de la plus grati-

.,4iè importance. C'est pourquoi nous

-a'-ons per.sé qu'il était do notre devoir,

«le . traduire, nour les lecteurs de l'Express

du Midi, les principaux passages

de cet article :

« En 1S16, après renfoncement du

front austro-allemand écrit le général

Michaelis. on m'apporta divers imprimes

allemands, trouvés dans les tran-

< fiées conquises, entre autres une brochure

publiée à Munich. J'y al trouvé

une poésie intitulée : « La Haine ».

Elle chantait et. glorifiait le sentiment

Se haine que tout Allemand devait

nourrir dans son âme contre ses enneuns.

Cette poésie, composée avec ta

des prétentions légales que la Prusse

peut avoir pour ces territoires allemands

arrachés aux Allemands.

Le crime bestial d Oppeln provoqua

la plus grande indignation d'un bout

à l'autre de la Pologne ; l'opinion publique

exige une réaction de là part

du gouvmiement polonais. Mais il ne

faut pas que cette réaction soit

un

simple mouvement sentimental, oui ne

toucherait point l'Allemand moderne,

sensible uniquement à deux choses :

à. la manifestation de la force et à la

question d'argent. C'est à ca double

point de vue que le gouvernement et

la société doivent agir ensemble et avec

concordance.

A cet article fort instructif, et don

nant des avertissement dont on ferait

bien de tenir compte, non seulement

on Pologne mais aussi en France, je

me permettrai d'ajouter une rectification

de la grosse erreur historique

commise, certes, à bon «scient par le

ministre prussien de l'intérieur au sujet

des deux piovinces de Posen et de

Westpreussen (Prusse occidentale).

Cette dernière

province, après l'écrasement

de l'Ordre Teutonique. une

des plus terribles machines de guerre

et d oppression, fut réunie à la Pologne

par le traité de Thorn (Torun),

conclu en U66- Elle en faisait partie

intégrante jusqu'au premier partage de

la Pologne qui eut lieu en 1772, Annexée

par Frédéric IL roi de Prusse,

principal instigateur du criminel parlent

était ' imprégnée, littéralement, ! tage, ell t résistait, pendant • près de

OnroniauBdesiransparts

d'une passion sadique contre les peu

pies qui osaient s'opposer à

1 hégémo-

[ îe du « Herrenvoîk » (peuple des seigneurs).

. ,

c i: v a de cela treize ans; il s'est donc

écoule assez de temps pour que les

passions s'attiédissent ; le pacte de

I ocarno devait amener l'apai6ement

des sentiments. Malheureusement,

ce

pacte n'a pas contribué beaucoup

à

éclaircir la situation politique de nos

provinces occidentales. Toutefois, il a

fortifié les dispositions de certains

Polonais pacifistes de profession. Alors

a commencé une action en vue de té-

«onci'ier les deux peuples

brouillés.

On organisait des conférences où nous

voyions quelques Allemands disposés

â vivre en paix avec nous

• des artistes

. llemands recevaient l'hospitalité

étiez nous

; notre gouvernement fais-Hit

à l'Allemagne d'importantes confessions

' dans le traité do commerce .

1-s marchandises allemandes envahissaient

de plus en plus notre marché.

« Et voici que deux coups de tonnerre

éclatèrent, l'un après l'autre :

la proposition de Schacht a Paris

" d'augmenter la montant des échéances

des réparations allemandes en échange

du retour au Reich des provinces

Bolonaises perdues par la guerre

et

l'attaque barbare des artistes polonais

a Oppeln par des bandes armées allemandes.

i

« Tous ceux qui ont observé et étuv

"dié de près l'Allemagne actuelle sont

! arrivés à la conviction


fï3 —_ Si —

Etat des Culture

J^ij&nri Hitier continue dans le

iWai d'igric^ Prague

de

tour d.hor, on.

c c ; eurs de posséder

%X de compannson. Voici son

un po

0ph,iÙI ' ^ ^ne agricole 1929-1930

" La C nas P to"ne. P Dans beaucoup

ne

S f a S pas do fourrages et des

' le - /vant' souffert de l'hiver ; beau-

RS^àVihamps de ces biés ont dû

|rf retournés, d'autres que r agriculteur,

malgré' tout, a cru devoir

garder, sont très clairs. »

Le malaise de notre agriculture

est grandissant. Telle est la conclusion

de l'éminent agronome.

L'Académie d'Agriculture à consacre.une

séance à l'étude de la résistance

des blés aux gelées de

l'hiver.

M. Rabaté a présenté des

pûtes de 3ÏM. Denaifie et Colle et de

JU. Zaleristu. M. Schribaux développe

'des conclusions que nous ne manquerons

pas de faire connaître. En

grps, voici quelques résultats :

Les blés supportent sans grand

•dommages une température de — 8°

- ; centigrade. ; Les études, sur leur résistance

doivent donc Être faites sur

des températures entre — 8 C. et

-fc-'ÏS'C.."

\ .Les'.brusques, oscillations de tenv

: pérature avec alternatives de gel et

de dége.i en mars-avril sont néfastes.

* Lés" plantes, soumises à un dégel

brusquç sont plus touchées que celles

qui sont restées cependant plus

lnngternps.au froid, mais qui ont

.dégelé lentement.

-. -Notre excellent confrère le Blé cl j

|« Vin, démontre dans son numéro J

. .du 26 mai 1929, sous la signature

' de M. E. Boué que te prix de revient

. dé l'hectolitre dé blé en Mars 1929

dans .notre .région est de 146 £r. 50,

pour un ; rendement moyen de 16

hectolitres à l'hectare. Un hectare

de blé coûte 2.345 francs à cultiver.

M. H. Hitler , estime que les travaux,

engrais et traitements supplémentaires

de 1929 augmentent le

prix de 800 à 400 francs par hectare.

En ce- qui, concerne ia vigne, la

floraison sfera en retard cette année.

Jusqu'ici

' là croissance a été très

lentei la température ayant été plutôt

basse. " -

-, La coulure est à craindre.

; ^-yfZ".*- '> ' H . ' ' ' i

Travaux à exécuter en Juin

, S'il pieu f à la Saint-Mêdard

pleut., quarante jours plus tard

La. récolte diminue d'un quart

' J.U3Cru;ici, on désirait un mois de

ijuin chaud, l'on redoutait les pluies

persistantes.

Pluie, de la Trinité

0tîl dépérir tes blés.

£au de : Saint-Jean .

Ole le vin et ne donne pas de pain

f Les:3âictons de toutes les régions

le 'France "sont concordants.

/ S'appliqueront-'ils au 'mois de juin

;i929 ? Comment concilier le besoin

exceptionnel d'eau et le désir général

de beau temps et de soleil.

Juin, c'est la période

des très

grands travaux qui commencent :

'. binage- des pommes de terre,

des

bofterav es, du maïs. et des haricots ;

\ de la rentrée des foins ; de la fumure

des terres en jachère.

N'oublions" pas que nous devons

peiner des fourrages pour la fin de

•l'été.

Au vignoble les traitements pré-

, y'ë'ntifs contre l'oïdium, le mildiou,

f i/è -black-rot doivent être effectués et

continués.

Faisons ,1a guerre aux insectes,

surveillons nos vins en cuve.

Le jardinier sarcle, bine et arrose.

Il

' pince les, melons et les tomates.

Il sème e'ii pépinière la chicorée frisée

et' la- scarole. Il continue les semis

de choux de Milan hâtifs et de

' l'aitûes.' *£

L'apiculteur surveille les essaims

"'et récolte quelques rayons.

'

1

M. ' Maurice Aragou nous envoie

yne note -fort intéressante sur la

«ulture superficielle dé la vigne et

§ur la culture Maroger.

Cette étude est tout à fait de circonstance

dans une année de séche-

- resse.

Ji ..M, Maroger a fait constater, offî-

"cicllomeht, par M. Cabanne, professeur

d'agriculture, les résultats suivants

obtenus au domaine d'Au-

': bord, - propriété du syndicat agricole

du Gard.

• :- Culture , ordinaire en gobelet :

-130 ^hectolitre. Culture Maroger ;

?-é50 hectolitre.:

• -. Ce résultat presque incroyable a

été obtenu, certes, pour la plus

grande partie, par la raison que je

donne page 10, de ma brochure, et,

qui permet de prendre à l'air- 161 k.

d'azote, soit l'équivalent de plu? de

1 000 kilos de .nitrate de soude. Mais

il y a encore une autre cause bien

peu connue. .

Presque tous les agriculteurs sont

persuadés que les plantes ne vivent,

l'été que grâce à l'humidité emmagasinée

dans le sol lorsqu'il pleut ;

cette humidité remonterait, par cap:ila-ité,

jusqu'aux racines.'

A l'école d'aericulture de Montpellier,

placée au centre d'une région où

les pluies annuelles sont particulièrement

déficitaire, on s'est vite rendu

compte que cette donnée n'était

pas exacte.- Dienert, Houdaille, Chaptal,

etc., ont prouvé que « ...si la

pluie est le principal pourvoyeur de

la nappe souterraine formant les

sources, c'est la condensation de

la vapeur d'eau de l'air qui en

fl

tient l'humidité, à la surface du sol

et fournit aux plantes l'eau nécessaire

à leur évappration... »

La constatation de ce fait a été

obtenue au moyen' d'une balance

Roverbal à sensibilité réglable, munie

d.'un enregistreur et d'un amortisseur

destiné à atténuer l'action du

vent.

Le résultat qui va certainement

étonner mes lecteurs a été le

suivant, moyenne de trois années :

l'apport quotidien d'eau fournie par

l'air et condensé dans la couche

arable a été de treize mètres cubes.

La célèbre expérience des Romell

prouvant que jusqu'à 0,19 cer.tim.

de profondeur, l'air contenu dans le

sol se renouvelle, en entier, dana

une heure, est venue apporter les

dernières précisions à cette découverte

d'une utilité essentielle pour

l'agriculture.

Ëï c'est, ici, que nous retrouvons

la supériorité de la méthode Maroger.

Il est évident, en i effet, que

l^air circulera plus facilement dans

une terre rendue poreuse, triturée

comme le disait Dehérain, et que son

humidité se déposera plus vite dans

une terre ainsi ameublie. De plus,

cetto humidité protégée par le matelas

du Dry farming sera, toute entière,

utilisée par les plantes, et non

pompée par le soleil, comme dans

les terres sâns culture, tassées et

crevassées.

Naturellement, les savants

l'Ecole de Montpellier, . dans

horreur de la théorie microbie:

ont

, saisi la balle au bond, et

de

ont

affirme que la seule supériorité . de '

la culture Maroger était là..

Je leur pose simplement cette

question. r.

Comment expliquez-vous, donc, le

système Jean de Bru qui. obtient,

avec les céréales, des résultats aussi

extraordinaires que ceux de M. Maroger,

avec la vigne ? Jean de Bru

fait tout son travail du 15 juillet au

15 octobre, alors que la terre est

rtue. A partir du 15 octobre, il ne

touche plus à ses céréales jusqu'à, la

moisson. Alors ? f^'-^'l

Il faudra 'bien en venir à l'expli-"

cation scientifique Pasteuriennè..

La crise agricole mondiale qui

s'aggrave chaque jour, et qui, dans

deux ans, sera insoutenable, forcera

toutes les ïésist.ances. En terminant,

j'adresse un pressant appel aux jeunes

' : il faut travailler, *il faut étudier,

il faut combattre, la routine

et l'erreur,

II!

Relèvement

des droits de douane

sur les céréales panifiâmes

Le Journal officiel du 2-i mai a publié

le décret dû 23 mai portant relèvement

des droits de douane sur le

froment, l'épeautre, le méteil et leurs

dérivés.

Le taux des nouveaux droits en

vigueur par quintal sera pour le froment

de 50 francs,

Le droit était

avant cette date de 35 francs. L'élévation

est donc do 15 francs.

Cette mesure est prise conformément

à la loi du 13 décembre 1927,

j

dite loi du cadenas. Un projet de !

loi a été déposé sur le bureau de la

Chambre. Mais les nouveaux droits

seront immédiatement applicables.

Les motiîs de cotte élévation se devinont

: 1° Fléchissement de la culture

du hVâ en France

; 2° baisse des

blés étrangers.

La meilleure justification de cette

élévation se trouve dans un article

publié le 19 mai 1929, dons le Ulc,

le Vin, par MM. Amouroux irères.

Nos compatriotes ont comme nous

le juste souci d'associer tous les productîurs,

agriculteurs, industriels,

commerçants, au relèvement économique

de la France. D'autre part, ils

se préoccupent des consommateurs et

en particulier des ouvriers.

Comment augmenter le prix du blé

et améliorer sa situation douanière,

sans augmenter le coût de la rie ?

Voiei la solution proposée :

En France, le pain est à un prix

unique, correspondant

à une seule

qualité officiellement' constatée.

Pourtant. Il y a aussi du pain de

demi-luxe et de luxe.

Tout en continuant de vendre le

pain blanc ordinaire au poids et au

prix de base pratiqué actuellement,

sans en diminuer

la qualité, l'on

pourrait fixer un prix au kilo pour

le pain de demi-luxe, le prix du pair:

de luxe étant laissé libre pour les

boulangers.

Nous nous contentons d'indiquer

très sommairement

cette- idée nouvelle

et,'personnelle fort intére--santét;

nous proposant de l'examiner en détail

dans le courant du mois, ...

IV

Augmentation

de la consommation des vins

L'Officiel de mai . donne les chiffras

du mouvement des - vins en avril

et depuis le 1 er

octobre 1928, date du

début de la campagne en cours.

Ces chiffres sont très intéressants

pour les viticulteurs.

La consommation taxée du vin

augmente.

Elle s'est élevée en avril à 4.265.509

hectolitres contre 3.678.172 hectolitres

en avril 1928.

Le stock commercial est à peu près

inchangé.

De l'avis unanime, la situation est

en vDie d'amélioration.

Pondant la période des mois

chauds et des grands travaux, la

consommation s'accroît.

Le commerce devra se remettre

aux achats.

Que doivent faire les

propriétaires ?

' '

Voici le conseil que notre confrère

Y Action Vinicole de Narbonne donne

le jeudi 23 mai 19.29. Nous le rapportons

dans le texte exact.

« Si l'importance de la consommation

des sept derniers mois et la ferme

conviction que nous avons qu'elle

ne peut que s'accroître, nous permettent

de penser qu'il ne saurait rester

en fin de campagne de stock appréciable

et encombrant, nous considérons,

toutefois, qu'il serait peut-être

Imprudent d'entraver, par fie trop

g; on les exigences,:, l'écoulement normal

des disponibilités. »

Ut

-•-..»

En été

Faîcool de menthe

LÈS

est indispensable

47, Rue Alsace-Lorraine

TOULOUSE

GASPILLA

47, R*te Alsace-Los

TOULOUSE

DIRECTION

LE BLE

Les nouvelles qui nous parviennent

des récoltes son.! assez contradictoires

et il est difficile (Je se former une opinion

très précise. Cependant la note

générale est moins bonne qu'il y a

un mois, il n'y a gisère do contrées

ou les aies n'aient quelque' peu souffert

du froid. II y en a par contre,

et non des moindres, comme la Beauce.

.-la Brie, le Soisspiinais.' le Nord-

Est où beaucoup de champs ont été

très éclaircis. Certains ont dû être retournés,

d'autres qui ne l'auraient pas

été auraient gagné à l'être. Le temps

froid et sec que nous subissons ne favorise

par la végétation des tiges qui

restent. Sans rien préjuger des condi- 1

tions atmosphériques futures, nous ne

j

pouvons iaire autrement que de cons-

tater que nous partons avec un retard

i

considérable dans la végétation et une

réduction des .surfaces sur l'an dernier..

Ces divers facteurs de moindre

production peuvent être, nous rie le

dissimulons pas, sans influence sur

ies cours qui sont, surtout fonction des

marchés étrangers.

C'est pour nous

une raison de plus pour réclamer avec

énergie le renforcement des droits de

douane dan6 le plus bref délai possible.

— La C. Q. B.

/V!»» A. BQUCïiCAïJY

Mag-asins les plus importants vendant le meilleur marc CH3

ACTU"FTT ,T iTRTvTTnjNTT

NOUVEAUTES de ia S

Le plus grand choix

— La meilleure qualité

Les plus bas prix

— La plus grande complaisance

========== Aperçu de quelques s>rîx: ; •——*

SI VOUS SOUFFFREZ DE

La confession a ua agriculteur

Un médecin de Paris quittera capitale

et abandonne sa clientèle, se

retire en province et devient agricul-*

teur. Quels, résultats obtiènt-il ?

Le D r Javal, C'est de lui qu'il

s'agit, exploite

à Vauluisant, dans

l'Yonne, l'une des fermes les plus

modernes de France. Des milliers ds

visiteurs sont venus la voir.


T ift javal «tffun indépendant.' I

C'èft" un

. partisan de la rationalisation

de l'agriculture.

Il nous expose ses idées ' dans un

livre charmant et instructif, que puj :

Mie Fayard, et que je vous engage

de lire.

'

VI-

La grêle et le fisc

La première pensée de l'agriculteur

qui est grêlé est de demander

une réduction d'impôts, û

Rappelons que ces demandes peu-'

vent se faire sous uno forme double.

La procédure fiscale administrative

prévoit, eh effet, des demandes collectives

et des demandes individuelles,

Les premières doivent être présentées

par le maire dans les quinze

jours qui suivent le sinistre. Passé

ce délai, les réclamations seront, encore

valables trente jours au moins

avant la date de l'enlèvement des récoltes.

Que chaque propriétaire ayant subi

des pertes souscrive à la mairie

une déclaration personnelle.' Des formules

spéciales lui seront remises.

Le sinistré peut aussi adresser au

sous-préfet des demandes individuelles.

Ces demandes no sont pas soumises

au droit -de timbre.

Les délais sont les mêmes que pour

'es demandes collectives. . Le contrôleur

des contribntiorxs directes les

vérifie,

R. de QOYER-MONTÉGUT.

ou ^AFFECTIONS ABDOMINALES

vous irez voir l'éminent Spécialiste des

Etablissements A. CLAVERIE, la

vieille maison de confiance qui, par

f incomparable supériorité de ses appareils

sa compétence et son honnêteté

est devenue la plus considérable

et ia plus célèbre ùu monde entier.

Pourquoi perdre votre temps et votre

argent en essais inutiles ?

Vous trouverez le salut certain

auprès de l'éminent et discret Spécialiste

des Etablissements A. CLAVERIE,

qui vous attendra, de 'J h. à 4 h., â :

.Cnrmaux, mardi 4 juin, Hôtel Mader.

FUIX, mercredi 5, Hôtel Benoît,

ST-QMJDEHS, jeudi 6, Motel FerUère.

LAVELA.NET, vendredi 7. hôt. d'Espa-

: gne. (jusqu'à il h.).

Muret, samedi S, Hôtel Pigot.

TOULOUSE, dimanche 9, hôt. Capoul

St-Gironc, lundi 10, Hôtel de France.

Pamïcrs, Mardi 11, Hôtel de la Paix.

• (Jusqu'à 2 h.). <

Capeanac-Gare, mercredi 12, Hôtel Fabre-Campergue.

Decazeville, jeudi 13, hôtel de France.

'-RODEZ, dimanche 16, Hôtel Broussy.

; jusqu'à 2 lu).

A LUI, lundi 17, hôtel de la Poste.

Un éminent Spécialiste Collaborateur

recevra également de 9 h. à 4 h. à :

PAU, dimanche 2 et lundi 3 juin, Hôtel

du Commerce.

-Fleùrancc, mardi 4, Hôtel de France.

Gimont, mercredi 5, Hôtel Lasbats.

esuzis, jeudi 6, Hôtel M&upeu.

Risple^ vopdradi 7, Hôtel de ia Gare.

(Ancien Dumartin).

AUCH,- samedi' S, Hôtel de France.

Condom, dimanche 9,

Hôt. Lion d'Or.

Mirande, lundi 10, Hôtel Beustes.

Vnlertoc-d'Agen, mardi 11, Hôtel de

France.

Bcaumont-de-Lomagne, mercredi 12,

Hôtel Boudilhon-Darolles.

Caoteisai-rasin, jeudi 13, Hôtel Moderne

(Marceillac).

Lootouro, vendredi 14, Hôtel- de France.

MONTAUBAN, ssmedi 15, Hôt. du Midi

Moissao, dimanche 10, Hôt. du Luxembourg.

Oatissadc, lundi 17, Hôtel Larroque.

i Un éminent. Spécialiste Collaborateur

recevra également de 9 h. à 4 h. à


Limctix, vendredi 14 juin, Hôtel

Moderne

(Pigeon).

OAROASSONME, samedi 15, Hôtel

du Commerce.

Quillan, dimanche 10, Hôt Moline.

Caoteinaudary, lundi 17, Hôt. de France

Capaudu, mardi 18, Hôt. du Commerce

Lézîgnan, mercredi 19, Hôtel du Chemin

de Fer (Parés).

Narfconr.e, jeudi 20, Grand Hôtel.

Un éminent Spécialiste Collaborateur

recevra également de 9 b. à 4 h. à :

Figeac, samedi 15 juin, Hôtel des Voyageurs

(Villa).

CAHOR3, dimanche 10, Hôtel des

Ambassadeurs.

Grive, mardi 18 et vendredi 28, Hôtel

Terminus.

Souiliac, mercredi 19, Hôtel Moderne.

C:.;i-:'. .i. jeudi 20,

Terminus Hôtel

(Près la Gare), (jusqu'à 2 h.).

Gramat, vendredi

21, Hôtel de Bordeaux.

Sî-Cèré, samedi 22, Hôt. des Voyageurs

VlPhV très

quAlité pour robes

'«"J «t tabliers, dispositions

B

nouvelles, largeur 100 e/m... ^.90 Toile de soie ^Œ; p 2

pour robes et chemisiers | 9,90

lolie Robe

im '

colore «{-a *

FrPCPft fantaisie et uni pour fl

riCObll robes, grande largeur

Q .60 Linge d'Alsace VS^L- œ lï

blanc, très belle qualité. a (j

La douz. de serviettes 65x85. »fr(t ?

QlniîdlQC nouveauté toile basque, sfc-

OaïlliaiCà mei\e corde, tour chromé.

du 28 au 34 35 au *t 42 au T

Bxccj tionnel.. 7.90, 5.30, *l.90

21 » 30 » 33 ».

Cilafn Pour robes et tabliers, 1

IIIGIC grand choix de coloris. «! -.80 Costume- Blouse en Piqu* bi»no.

2 à 4- ans 5 à 7 ans BâS m mercerisé 0.5?, S .7S

Mousseline d d e isp^m 0n i s rap T« a L ir 36 » 41 »

COSÎUme-BIOUSe zéphyr rayébleu.

Arflefe exceptionnel

2 à 4 ans 5 à 7 ans

DM soie CELTA, très bette « a __

aûù qualité. Sans précédent. 14 .75

Sultane Sar'^ 211.90 OUimpeS coton, bette qualité. 4 .75

Shantung et Toile de soie

imprimée, pure soie naturelle, AA — —

19 » 22 »

Pricllimo vest°f droit très beau pei-.

UUaiUlllC ané, dispositions ft-IT

_

' nouveUes 350 fr., £ f O * Chemises américaines 0 « oa '

sans manches . . U.75

HERNIE

Faites vos provisioDS !

Apportez vos Bouteilles

A LA

« Traités de la Her.ile » des • Varices ,

et ries a Affections abdominales »

Conseils et renseignement? cratis et

discètement

: A. CLAVERIE, 234, faubourg

Saint-Martin, PARIS.

La hernie est définitivement vaincue el

craérîc par les nouveaux appareils sans ressorts

à compression souple de

M f! fiCSS LE RÉrUTÊ SPÉCIALISTE DE

m, ULMuCli PARIS. 44. BdSEBASTOPOL

Biea-etre nnmédiat. lissai sraUs de 9 h. à 4a.

Gourdon, 2 juin, de 9 h. a 2 h.. Hôtel

. de la Boule d'Or.

Agen, -i iuin, Grand-Hôtel et du Midi.

Fumel, 4 juin, Hôt. Boudet, r. Parry.

TOULOUSE, 5 juin, Hôtel Capoul, place

Lafayette.

Lavaur, 6 juin, Hôtel Terminus (gare).

Rafeastens

7 juin, Hôtel Azéma.

Montaubah, 8 juin. Hôtel du Commerce,

olace des Etats-Unis.

Souiliac 9 juin, de 9 h. à 1 h., Hôtel

Bellevile (face gare).

Cajarc, 10 juin, H. de la Croix-Blanche.

Gramat, 11 juin, de 9 h. à midi, Hôtel

de l'Europe.

Agen, 12 juin, de 9 h. a 3 h., Grand

Hôtel et du Midi.

St-Gaudens, 13 juin, ds 9 h

à h n.,

Hôtel Central.

Carmaux, 14 juin, H. de la Poste.

Figeac, 15 juin, Hôtel de la Croix-Blaai-

?he, près Poste.

TOULOUSE, ie juin, Hôtel Capoul,

place Lafayette. "

Albi, 17 juin, Hôtel du Vigam.

Valence-d'Agen,

18 juin, Hôt. Bemech.

Villeneuve-our-Lot, 19 juin, Hôt. Gâche.

Gailiac, 20 juin. Hôtel de France (Bousquet).

Nérac, 21 juin, Hôtel dé France.

Marmande,

23 juin, Hôtel Terminus

(«ace gare).

Un collaborateur de M. Glaser recevra

à :

Eauze, 2 juin, hôt. Soubiran.

Mirantîe, 3 juin, de 9 h. à 5 h., hôt. Métropole.

Fieuranoe, 4 juin, hôt. Palanque,

au

FoiraU.

Gimont, 5 juin, de 9 h. à 3 h., hOt. Ducos

(Vvo Ducos).

Tarbes, 6 juin, hôt. de France.

Pau, dimanche 9 juin, hôt. du

Commerce.

Limous, mardi 11 juin, hôt. Pigeon.

Ouilian, 12 juin, hôt. des Pyrénées.

Âu&in, vendredi 14 juin, hôt. Landes,

rue de l'Hospice.

Garcassonne, 15 juin, hôt. Bernard.

Decazeville, 16 juin, hôt. de la Poste.

Gastolnaudary, 17 juin, hôt. Notre-

Dame.

Vic-Bigorre, mercredi 19 juin, hôt. du

Commerce.

Tarbes, 20 juin, Family-Hôtel (près gare).

Millau, 21 juin, hôt. de Millau Janin.

Yillofranche-dc-Rouerguo, 22 juin,

de

9 h. à 2 h., hôt. Métropole.

Notre Ceinture Perfectionnée

pour déplacement tous organe»,

TRAITP. de la HERNIE franco sur

deinande, à M. CLASER, 44, boulevaro

Sébastopol, PARIS,

Grande Parfumerie C

14, Hue Alsace-Lorraine - TOULOUSE

«JTJITSf

T>VL LUNDI 3 au SAJytîBDI S

Semaine de Grande Réclame d'

EAUX DE COL©

TOUS LES PARFUMS, TOUS LES DEGRÉS, TOUTES LES QUALITÉS

VENDUES LE LITRE NU :

4

50° 60" 70» 80" 90"

1" série... 16 95

2° série.... 19 75

3» série.... (Origan,

4 e série.... Tous les

Notre mode do vente vous fai

de poudre de 8 fr, 75 est vendue £

18 95

23 75

Chypre,

27,95 29 95

31 75 34 73

23 75 et; 26 75,

parfums; | .36 75 (article recommandé).

économiser 80 %. Exempb

i0, etc.;*., .etc

20 95

26 75

Fougère'

u poids 3 fr.

le

litre

) nu

V boîte

VENTE AUX ENCHÈRES

Après décès et par autorité do Justice

Le mardi « fittn 1929, à to usures et

14- houres, à Toulous»e, Hôtel des yentes,

rue des 3-JOurnées, n° 4.

BON MOBILIER

Comprenant

. :- Mobiliers de salons,

salles -à manger bois de noyer, Henri

II, chambres différents styles, bonheur

du jour, meubles séparés, glaces,

sièges, garniture de cheminée et dé

foyer vaisselle, verrerie,- quantité do

linge 'de maison J.ot important de coton

D. M. C, dentelles, argenterie, bijoux,

pianos.

Exposition lundi 3 juin.

MOTEURS

A ESSENCE

-:- Tuyauterie -

Scies à. grume


-:- -:- Moulins

Accessoires -:

Scies à bûche,

à farine -:- -:

TOUT MATÉRIEL D'ENTREPRISE

BERNARD

ÎTO-POirIFES

Installation d'arrosage -:-

:- Outillage agricole -:- -:•

La Maison Darnajou

recevra, lundi 3 courant, un très beau

convoi de vaches laitières de -plusieurs

races. Toujours 68, avenue des Minimes,

Toulouse.

GRANDE FABRIQUE

"VËTElvîENTS :

MALADIE DU JEUNE CHIEN. - Guéridon

rapide par les Pilules Canines

Henri PRIVÂT . En vente dans toutes

les pharmacies.

CHANTIERS CES POWTS-JUiEâUX -

Téléphone : 25-15

boulevard l'Embouchure TOULOUSE

m

Chute ne Ursevoun

M Barbe par plaques

— Notfce ifraus —

BÉNIT, Ph*~. ri. r. Matablat

TOULOUSE

LE DERNIER JOUR DES GIRONDINS

drame on cinq actes et en vers, par

Louis Sarrazain :

1" « Lux in tenebris » ; 2° Douleur

des familles; 3° Les évasions; 4° Complots

terroristes ; 5» « Ultima verba ».

Prix de souscription, 3 fr., chez l'auteur,

4, rue Mage, Toulouse.

ailbeîuzslf

, "1. Place EsqLûrcl/

\ téiéfJv.c -97 /ff '* -

% 7/ - —

//ËNCLUH **

/POKEN

COUTIL - ALPAGA

iOSTDMES SPORT

Gabardine grand ieint 110

Î0SÏM8 SPORT

coutil fant. 128,108. SQet 7î

COMPLETS trois pièces

135,-.114. 11 û -81

IS MIL

fantaisie. 45,36,27 et

W

nSTUKGHAUFFEIfRv ,

(excspfaiel) B«

«RWS-MOTIL.'.v - 2;

NORFOLK COUTIL . . 3!

BLAZERS LAINAGE . . 2;

fESÎOHS U$M

'

doublés. 125, 99. 70 et 5!

CHEMISERIE, BONNETERIE,

ARTICLES DE TRAVAIL

m

LES ÉLECTIONS BRITANNIQUES

HUes vdéressent toute l'Europe.

, Lès Anglais àssistciu â reifondrement,

d'aUleitrs prévu, d'un dé leurs

vieux' partis traditionnels

.- les libéraux

paraissent écartés, pour longtemps

de ia rie gouvernementale

' Les -Français voient arriver dans

une' 'nation amie une majorité qui

leur est instinctivement hostile.

Lès

partis- la Plus démocratiques sont

ordinairement' en. Europe ceux qui

nous aiment le moins et le travaillis.

-me-angiais ne fait pas exception à la

règle

Les Allemands se réjouissent du succès

des travaillistes, dont la politique

' darfois

j-egrettaûb-s, , mais le plus souvent

comiques' ; lis furent provoqués par

des jeunes : femmes qui auparavant

n'avaient janiuis voté.

L'une d'elles, ayant mal Interprété

la question que lui posait le président

de la section de vote qui lui demandait

simplement son nom et son âge,

provoqua un esclandre, croyant qu'on

lui demandait le nom

du candidat

pour lequel elle voulait voter.

Une autre vota pour un candidat

écossais parce qu'elle était elle-même

écossais: 1 , sans se préoccuper qu'elle

vr'i'ut de donner son vote à .un com-

•1ht? autre encore s'inquiéta auprès

du pollceipan chargé de maintenir le

service d'ordre, afin de savoir pour

qui dfle devait voter. Le représentant

de l'autorité lui ayant fait remarquer

an' il lui était interdit de faire de la

politique. la jeune fille s'éloigna sans

remplir 'son devoir d'électrice.

On cite aussi des cas où des jeunes

filles votèrent sans distinction de parti

pour les candtduts ayant le physique

le plus agréable.

11 v a aussi cette électrice qui, ne

voulant faire de peine a personne, vota

pour les trois candidats en présence,

rendant ainsi nul son bulletin de vote.

Sous l'œil amusé d'un policeman,

uno autre se présenta nu-tête, en

costume de tennis, sa raquette et ses

chaussures blanches à la main et son

bulletin de vote de l'autre.

LES ELECTIONS BELGES

René Cillouin écrit dans la Liberté':

Ce qui caractérise les élections beli

ges, ce n'est pas 1' « écrasement » des

' communistes, qui perdent un siège

(sur deux

qu'iLs possédaient) à cause

de leur division

eu Stalinistes et on

Trotskvstes, mais qui gagnent en réalité

plus de 13.000 voix.

Ce n'est pns la « victoire > des libéraux,

qui gagnent cinq sièges, mais

qui en avaient perdu dix aux éiections

rte I0?,ï et qui

avec leurs 28 députés

sur 178 qu'en compte la Chambre, demeurent

un petit parti, par lo nombre

sinon par la qualité de ses membres.

Ce n'est même pas tant le recul des

catholiques et des socialistes, qui perdent

respectivement doux et huit sièges

que l'évolution intérieure qui a

sensiblement augmenté, au s-in de

ces d»ux partis, la proportion dés flamingants

; c'est surtout l'accroissement

du simple au double qui porto

de 6 (tans l'ancienne Chambre a 12

dans la nouvelle le nombre des frdnti5tes

ou nationalistes flamands ; et

c'est enfin l'entré© du frontisrne au

Sénat, ou il n'avait pas encore pénétré,

et où il aura désormais deux représentants.

Jusqu'à la guerre, la revendication

flamande n'a pas ou. à proprement parler

d'extrémistes. Ayant obtenu, par

des lois successives, un certain nombre

de satisfactions essentielles en

matière de justice, d'administration et

d'enseignemi'nt primaire,

elle n'avait

plus d'autre ambition que d'obtenir une

Université flamande, où pût se former

cette élite intellectuelle de langue et

de culture flamandes dont la Flandre

avait été jusqu'alors privée. Aujourd'hui

encore, les Flamingants pondérés,

qui sont le plus prand nombre,

ne r-


DIMANCHE 2 JUIN 1929

OCCASIONS DU LimOB 3 au JEUDI S JUIN

COMPAGNIE FR

La Maison Spéciale des Tissus

de coton uni, tou«

Batiste S:^!:!

amen- de Fr

1.85

0

.!! 4.90

BS g de ooton imprirnd, tri» jolis

» dessins, nos séries ^ gg

de soi« imprimée, ^9 QJnos

séries, 9.95 et. * *'»>

TAÎI A de d"oujr P our robe». "J nr

frâno satin, tr. belle qua- OK .

VlC|IC ute, noir seulement *

de Chine lourd, tous OQ)

Crêpe coloris mode fcC

A n

Exceptionnel r Tnïlfi da „ soie l %i j" iée » , 40 dispositions nou-

• v "*> vellos très belle qualité,

largeur 80 c/m. Lundi et Hardi seulement Le mètre 7.75

A notre Rayon Spécial de Soieries Solde à

des prix exceptionnels de bon marché, de toutes

les coupes et coupons de la saison.

Pour robes de Ville et de Cérémonies, voir nos

Choix de Soieries imprimées et unies.

PnU'Hi nouveauté pour costumes d'hommes, très grand

UUUIII choix, largeur 140 c/m. ^

Le mètre. * 0 "

PpOTnnnO. imprimée, très grand choix de dessins, largeur

Ul ClUlillO 80 c m par coupes. o O EL

Loue'; et Mardi. Le mètre.

Pniilil matelas, très bonne qualité,

UUU III largeur 140 c/m. c/i Le mètre. 12.95

CHAMBRE Moderne

glace, biâeauiée.

CHAMBRE "Rusttc"

noyer qaèon verni.

U€EIEBUK DANEUB

A foocosiOTv dss

ILTD PPCSIDENT1 ELLES

mmm mu SENSATKHUIEUE

RABAISDE20A40%

dufîùtâ éëmftSe au/tlué â&xm&c.

du, aa J*tilk

mémeMPv&j/z'avez/ïaj /'uâ&kzâotimffit^ia^è

SALLE A MANtER'RfliaistMtt'

maêitvrz, com/dèfe.

5AUEAKAN6ER ?\0tjc*}

- 2 rrr^jTte,, fiênOanf oêSk. /tàrtode, et /na£çré &a /inx* récuu&J à fejetrême- téà mcvi&'-é

mia en r*ec£xm£ 4er>ont irencLcu) avec factût&ô dfe. /ua/emje/z£.

S T Y LOS

Plume OR 18 Carat»

garanti* pointe innum

| Plume rentrante ou rem n r lr

f plisseur automatioiie

Contre remboursement... 26 tr

HALL tfe I*. EXPRESS DU Mit»

4. Rue Antcnin-Merclé. (

TOULOUSr

PLUS DE RHUMATISMES PLUS Ot

OOULEURS SCIATIQUES 'iuenson

radical^ par le Vin et le Baume Antirhumatique

Carayos. Dépos ef-néral et

seul faonrant M AT. Dharmacjpn $

Saint-Ji:éry 'Tarn) Se trouve dans

tout°s les Pharmacies

Baume Tue-nerf Miriga

Buérison rjtTàlllIbiE. mjtantanft. radicale

More magazines by this user
Similar magazines