Télécharger le magazine au format PDF - Conseil Général de l'Hérault

herault.fr

Télécharger le magazine au format PDF - Conseil Général de l'Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT

n°168

AVRIL 2008

www.herault.fr

6 /

BOHRINGER,

LE NOIR EST BLANC

12 /

UN « GRENELLE »

DE L’INSERTION

DANS L’HÉRAULT

Demain

on s’envole

30 /

FAUT-IL SUPPRIMER

LA CARTE SCOLAIRE ?


RICHARD BOHRINGER • 7

LE TAEKWONDO

DRAGONS TEAM • 42

ÉLUS SUR LE TERRAIN • 18

VITICULTURE

EXPORT • 26

GRENELLE DE L’INSERTION • 12

1000, rue d’Alco 34087 Montpellier. Tél. : 04 67 67 74 41.Fax :04 67 67 72 71.

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Pierre Maurel. DIRECTRICE DE LA COMMUNICATION : Geneviève

Manois. CHEF DU SERVICE INFORMATION : Florence Combes-Boulard. RÉDACTEUR EN CHEF : Vincent Girard.

RÉDACTION : Claire Vincent, Jean-David Bol, Valérie Pérez et Agence JAM. PHOTO : Catherine Agrinier, Olivier Mas,

Christophe Cambon, sauf page 1, 4, 18, 19, 23, 34, 35 (Fish’eye), page 7 (© Francis Demange/ GAMMA),

page 30 (Cour des comptes), page 9, 15, 32, 46, 47, 48 (DR) PHOTOTHÈQUE : Danièle Iacoponelli INFOGRAPHIES :

Aline Lugand DESSIN : Aurel. CRÉATION : Lowe Stratéus. MISE EN PAGE ET PHOTOGRAVURE : Atelier Six.

IMPRIMERIE : Imaye Graphic. Imprimé sur du papier 100% recyclé. DISTRIBUTION : La Poste - Médiapost.

CONTRÔLE DE DIFFUSION : Feedback. ISSN : 1155-1259.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


SOMMAIRE 03

4 ENTRETIEN

6 L’INVITÉ Richard Bohringer

8 DES CHIFFRES ET DES MOTS

9 L’HÉRAULT

EN MOUVEMENT

10 AGIR POUR DEMAIN Valcordia, l’avenir au Cœur

12 ACTIONS Un « Grenelle » pour l’insertion

14 EN BREF

16 LES CLEFS POUR COMPRENDRE

Pourquoi les femmes vivent plus longtemps que les hommes ?

17 ÉLUS SUR

LE TERRAIN

18 UN ÉLU/UN CANTON Kléber Mesquida

20 L’ACTION EN IMAGES Un agenda 21, pour quoi faire ?

22 RENCONTRES Eliane Bauduin, Francis Crouzet,

Gérard Bouisson et Louis Calmels… Au revoir et merci !

24 C’EST VOTÉ Olargues est dans la course

27 CARTE EN MAINS Le Clermontais voit loin

28 FACE-À-FACE L’insertion par tous les moyens

30 CELA FAIT DÉBAT Faut-il supprimer la carte scolaire ?

31 EXPRESSION LIBRE

32 CONSEILLERS JUNIORS

33 GENS D’HÉRAULT

34 PORTFOLIO Oiseaux des garrigues

36 ILS AGISSENT à Saint-Gervais-Sur-Mare

38 AVENTURE CITOYENNE La mer et l’enfant

40 AVENTURE SINGULIÈRE La fibre du métier

42 AVENTURES COLLECTIVES À l’école des Dragons

44 QUESTION DU NET Faut-il supprimer les numéros

de départements ?

45 SORTIR

48 LES BONS PLANS

LE MOIS

PROCHAIN

DANS VOTRE

MAGAZINE

La gestion des déchets

dans l’Hérault. Retour

à l’emploi, les expériences

qui marchent.

Pourquoi les flamants

sont roses ? L’insolite

rassemblement international

des rieurs à Frontignan.

Les luthiers du

département. Que va

changer Num’Hér@ult ?

VOTRE

CANTON

DANS CE NUMÉRO

Bédarieux pages 8, 23, Béziers

pages 8,14,22,32,41,47,48,

Castelnau-le-Lez page 15,

Castries page 8, Claret page

35,47, Clermont-l’Hérault

pages 8, 27, Frontignan

pages 3,22,23,48, Gignac

pages 11,46, Le Caylar

page 28,48, Lodève pages

8,47,Les Matelles pages

8, 47,48, Lunel pages

8,12,48, Mauguio page

20, Montagnac page 15,

Montpellier tous cantons

pages 6,7,8,14,23,25,28,

33,38,41,42,43,45,46,48,

Murviel-les-Béziers page 26,

Olonzac page 14 Olargues

pages 15,24,25,48, Pézenas

pages 46,47, Pignan pages

21,23, Saint-Chinian page

8, Saint-Gervais-sur-Mare

pages 15,36,37, Saint-

Pons-de-Thomières pages

15,18,19,48, Servian page 8,

Sète page 23.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


04 ENTRETIEN

ANDRÉ VEZINHET : « L’Hérault est au cœur de toutes les problématiques du développement durable ».

“Tout est possible

en unissant nos forces”

Le 20 mars, André Vezinhet a été réélu

Président du Conseil général.

Il consacrera son mandat à la mise

en œuvre dans l’Hérault des principes

du développement durable.

Dans votre discours d’investiture, vous dites vouloir

consacrer vos trois ans de mandat au développement

durable. C’est pour être dans l’air du temps ?

Non, ceux qui suivent l’action du Conseil général de

l’Hérault savent qu’il y a longtemps que nous sommes

engagés dans cette démarche ! Nos initiatives ont été reconnues

nationalement. Il y a cinq ans, l’Hérault a été de

la première promotion des « Rubans du développement

durable », qui récompense en France les démarches

exemplaires de collectivités locales dans ce domaine.

Alors, qu’est-ce qu’il y a de neuf ?

C’est la décision de faire du développement durable le

socle de toutes nos actions, dans tous nos domaines de

compétence. Et de prendre cet engagement devant les

Héraultais. Parce qu’ils nous ont élus mais aussi parce

que nous allons les associer à cette démarche. Je veux les

entraîner sur ce chemin et je veux qu’ils nous poussent

jusqu’au bout de nos engagements.

Etes-vous inquiet pour l’avenir de l’Hérault ?

Inquiet non, mais il faut dire la vérité aux citoyens.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


05

L’Hérault est au cœur de toutes les problématiques

du développement durable, que ce soit sur les aspects

sociaux, environnementaux ou économiques : un

accroissement démographique soutenu qu’il faut

accompagner et non subir, des ressources en eau

qu’il faut à la fois protéger et démultiplier, un littoral

agressé par les conséquences du réchauffement

climatique, un nombre plus important qu’ailleurs

de personnes en difficultés sociales…

Cela devrait nous inciter au pessimisme !

Le pessimisme est une perte de temps. Du temps,

nous en avons assez perdu dans la prise de conscience

des problèmes. Maintenant, c’est l’heure de l’action.

Une action qui ne peut s’engager qu’à partir

d’un nouveau rapport entre élus et citoyens.

Je veux leur dire que tout les défis sont surmontables

si nous rassemblons nos forces.

Ce qui m’a d’abord attiré dans cette philosophie,

c’est qu’elle s’appuie sur des valeurs qui sont au cœur

de mon engagement public : la responsabilité,

la participation, le partage, l’innovation, la solidarité.

J’ai aussi compris l’exceptionnelle modernité de ce

concept qui a réussi à réconcilier l’activité économique,

l’environnement, la dimension sociale. Avant,

par idéologie, on pensait que chacun de ces domaines

ne pouvait s’épanouir qu’aux dépens des autres.

Et puis, réduire les inégalités sociales et préparer

le mieux possible le monde des générations futures,

c’est pour cela que j’ai envie de me battre.

Autrement, je ne vois pas à quoi cela servirait

de faire de la politique.

Comment allez-vous faire pour qu’un million

d’Héraultais se sentent concernés ?

Nous allons mettre en place des moyens nouveaux

pour nous rencontrer et débattre des problèmes qui

se posent à nous, problèmes dont la complexité exige

d’associer beaucoup de points de vue différents. Il faut

se dire les choses, même celles qui nous dérangent.

Arriver à un consensus ne sera pas toujours facile.

Mais ce nouveau rapport que je veux instaurer avec les

Héraultais doit aboutir à des propositions concrètes.

L’objectif, c’est vraiment d’arriver à la mise en œuvre

de solutions décidées et assumées ensemble.

Comment en êtes-vous venu à devenir un acteur

du développement durable ?

Au sein de l’assemblée départementale, je suis parmi

les plus décidés, mais heureusement je ne suis pas le

seul. Je peux sans honte utiliser le terme de « converti »

car contrairement aux toutes jeunes générations, il y a

une véritable démarche intellectuelle à engager. Si on

veut vraiment intégrer le développement durable à son

action publique, il faut apprendre à penser autrement.

LE MOIS DERNIER

Lundi 3 mars

Les 49 élus du Département adoptent le 4 e Schéma

gérontologique 2008-2012. Parmi les 33 mesures

en faveur des personnes âgées, la création de

1 500 places en établissement et un effort soutenu

pour l’accueil des malades d’Alzheimer.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


06 L’INVITÉ

RICHARD BOHRINGER

“Je veux donner

la patate aux gens”

LE POÈTE-CHANTEUR-ACTEUR-RÉALISATEUR-ÉDITEUR sort en mai Bouts Lambeaux,

un livre + un DVD. Bohringer, l’Africain, l’écrivain, vient rencontrer ses lecteurs à la

Comédie du Livre à Montpellier. Chaleur humaine et coups de gueule.

Si vous aimez le tiède, le lisse, le

truc qui ne mange pas de pain, ce

type-là n’est pas pour vous.

Il marche « à l’amour », mais si vous

lui marchez sur les pieds, il ne va

pas vous rater. Membre « de la tribu

des balafrés », l’écrivain, le poète

Bohringer fait à chaque fois œuvre

brûlante, martelée, « Je ne suis pas

un gars de la syntaxe, je suis de la

syncope ». Bouts Lambeaux,

son livre à paraître le 15 mai, ne fait

pas exception. Entretien.

Des bouts, des lambeaux, de quoi ?

Comme les anciens dans la tradition

orale, j’ai rassemblé plein de

petits bouts : des poèmes écrits

à 20 ans, deux nouvelles, des textes

de gens qui me touchent, dont un

poète créole. Des bouts pour

donner la patate aux gens.

Il y a tous les thèmes qu’il y avait

dans mes autres bouquins, ceux

qui m’obsèdent. Et même le début

de mon prochain livre.

Vous offrez en même temps que le

livre, le DVD de C’est beau une ville

la nuit. Quelle place ce film, dont

vous êtes le réalisateur et l’acteur,

occupe-t-il ?

C’est tout mon univers, avec des

gens auxquels je tiens : Romane, ma

fille, Robinson Stévenin, mon Paulo

dans le film, et tous les autres. Un

film fait à l’amour, un film de quête

aussi. Il ressemble à ce que les gens

ont aimé chez moi toutes ces années,

mes bouquins, mes concerts.

Vos précédents livres, L’Ultime

Conviction du désir et Carnet

du Sénégal, avec les dessins de

Virginie Broquet, sont une ode à

l’Afrique, que vous appelez « la

mère que je n’ai pas eue. Ma merveille,

ma terrible Afrique ». Vous y

retournez souvent ?

Si j’y retourne ? Mais bordel, je ne

suis pas un touriste ! Je suis africain,

j’ai la nationalité sénégalaise, c’est

mon pays. Je vis dans un village du

Sahel, entre le Burkina et le Mali.

Mais attention, je n’y possède rien,

je ne suis pas un colon blanc.

Dans Carnet du Sénégal, il y a bien le

dessin d’une maison que je voulais

acheter à Saint-Louis. Mais ce n’était

pas pour moi, c’était pour accueillir

des orphelins. Ça n’a pas pu se faire.

Quand je serai maire de Saint-Louis

(rire), je le ferai, cet orphelinat !

Vous êtes venu à Alès le 31 mars,

pour soutenir l’action de lycéens :

ils ont écrit un livre-journal, Sang

d’encre (éd. Indigènes). Vous avez

participé avec eux à une soirée

dont les bénéfices sont allés au

réseau Education sans frontières.

Ça fait partie de ce que je suis.

Aider les autres. Ces mômes, ça me

touche, c’était normal que je sois là,

avec eux. Aider les sans-papiers, c’est

une belle cause.

Le Bohringer acteur a des projets ?

Oui, je tourne un film avec Jean-Pier-

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


« Je suis africain,

j’ai la nationalité

sénégalaise, c’est mon pays.

Je vis dans un village

du Sahel, entre

le Burkina et le Mali. »

Richard Bohringer

re Mocky. Et ensuite deux films avec

des réalisateurs marocains. Je suis

content de bosser avec des talents

du Maghreb. C’est aussi l’Afrique.

ACTUALITÉ

Richard Bohringer, trois jours

à la Comédie du livre.

Pour revenir à la Comédie du livre,

ces séances de dédicaces, c’est un

pensum pour vous ?

Si ça m’emmerdait, je ne viendrai

pas. C’est un plaisir pour moi

d’échanger avec mes lecteurs.

Je suis déjà venu à Montpellier,

j’ai fait des rencontres, j’ai croisé

des gens. C’est comme ça

que ça marche. A l’amour.

RICHARD BOHRINGER SERA PRÉSENT AU

STAND DE LA LIBRAIRIE SAURAMPS, les

30, 31 mai et 1er juin (10 h -18 h), à la

Comédie du livre à Montpellier. Il y

dédicacera son dernier livre, Bouts

Lambeaux (éd. Arthaud, sortie le 15

mai), avec lequel il offre le DVD de

son film C’est beau une ville la nuit.

Ainsi que Carnet du Sénégal (avec

les dessins de Virginie Broquet,

chez Arthaud), L’Ultime Conviction

du désir (Flammarion), Le Bord

intime des rivières (Denoël)

et C’est beau une ville la nuit

(Denoël). Les trois derniers sont

aussi en collection de poche.

Peut-être pour vous et lui une

simple dédicace, peut-être une

rencontre et un échange riches

d’humanité. L’instant magique ne

se décrète pas…

plus d’infos www.sauramps.com

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


08 DES CHIFFRES ET DES MOTS

34

TOURS, C’EST REPARTI !

Vous êtes un groupe de

musique ? Vous voulez

devenir pro ? Allez sur le site

www.addm34.fr pour

vous inscrire !

BIEN !

DÉSORMAIS, VOUS POUVEZ

CONSULTER GRATUITEMENT

4 MILLIONS D’IMAGES et de

documents sur le site des

Archives départementales :

registres d’état civil, plans

du cadastre napoléoniens,

photos et documents

anciens, affiches, etc.

Une mine d’or pour vos

recherches. L’adresse :

http://archives.herault.fr

PAS BIEN !

LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES DE

BÉDARIEUX ET CLERMONT-L’HÉRAULT

POURRAIENT DISPARAÎTRE. Ces

tribunaux examinent les

litiges nés dans les relations

de travail. Leur suppression,

prévue par la réforme

du Garde des Sceaux,

entraînerait une surcharge

des Prud’hommes de

Montpellier et Béziers.

115 000

EUROS DU DÉPARTEMENT

pour la nouvelle école

primaire de Coulobres, près

de Servian. Vingt-trois élèves

y feront leur rentrée

en septembre.

BOUM !

RENDEZ-VOUS le 29 avril à 14 h 30 à la salle du Triumph, à Lodève

pour une séance « Bien bouger pour mieux vieillir », avec un

atelier de prévention des chutes.

Infos : 04 67 44 10 13.

TERRE A TERRE

LA MAISON DÉPARTEMENTALE DE L’ENVIRONNEMENT à Prades-le-Lez

vous propose plusieurs rendez-vous en avril. Le vendredi 11, visite

du Centre expérimental horticole de Marsillargues : entre recherche

agronomique et innovation agricole. Dimanche 13 h à 15 h,

une conférence : « Agriculture de demain : avec ou sans OGM ? »,

par un généticien des plantes et un expert de l’Afssa, aux points

de vue divergents. Enfin, le dimanche 27, visite de Rieu-Berlou,

à Saint-Chinian, un site exemplaire associant viticulture, paysage

et patrimoine. Programme complet : www.herault.fr/environnement.

Infos et inscriptions : 04 99 62 09 40.

18

UNE NOUVELLE AGENCE

DÉPARTEMENTALE

de la Solidarité à Jacou,

Espace Bocaud.

C’est la 18 e !

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


L’HÉRAULT EN

MOUVEMENT

09

Des actions concrètes, des sujets d’actualité, des éclairages différents

sur un problème à résoudre , des chantiers en cours, des acteurs de terrain,

des questions que vous vous posez.

10 AGIR POUR DEMAIN L’avenir au Cœur

12 ACTIONS Un « Grenelle » pour l’insertion

14 EN BREF

16 LES CLEFS POUR COMPRENDRE

Pourquoi les femmes vivent plus longtemps ?

ZOOM

Règles du jeu,

règles de vie ! A Montpellier,

douze élèves de 3 e du collège

Las-Cazes sont en section

sportive arbitrage.

L’école du respect

par le sport.


10 L’HÉRAULT EN MOUVEMENT

LE FLEUVE HÉRAULT joue un rôle identitaire fort dans le territoire du Cœur d’Hérault.

Partager, pour l’avenir

du Cœur d’Hérault

Le Département et les huit collectivités

du Centre Hérault adoptent

une stratégie commune pour le futur

du territoire. Son nom : Valcordia.

C’est cette zone géographique qui connaîtra la plus

forte croissance démographique dans les prochaines

années. Plusieurs raisons à cette attractivité :

une très bonne desserte du secteur encadré par

l’A 9 et l’A 75, le coût du logement moins élevé que

dans les agglomérations montpelliéraine et biterroise,

et surtout l’art de vivre que les nouveaux habitants

viennent y chercher. Oui mais voilà : si cette tendance

n’est pas accompagnée et canalisée par les collectivités,

le Centre Hérault pourrait devenir un territoire

surpeuplé et urbanisé de façon anarchique.

Développer sans sacrifier le cadre de vie

Pierre Guiraud, conseiller général du canton de Pézenas,

anime le projet Valcordia : « L’idée de départ, est

que le Montpelliérain, le Biterrois et le Sétois ont les

ressources financières suffisantes pour se développer

correctement. Le Cœur d’Hérault, non. » D’où le nécessaire

engagement du Département aux côtés des

communes et communautés de communes, pour garantir

à ce territoire un développement indépendant.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


AGIR POUR DEMAIN 11

« Notre métier : mener

le projet de l’idée à la réalisation »

Jean-Claude Deperrois, directeur d’Hérault Aménagement

Le projet Valcordia re-

tation, les élus ont retenu

Les futurs aménagements

prochaines années et

pose sur l’adhésion des

un scénario d’aménage-

seront répartis entre les

partager ce projet avec

élus locaux. On en est où

ment à dix et vingt ans.

communes, reliées entre

les habitants. Dès cette

aujourd’hui ?

Quelles sont les attentes

elles par une boucle de

année, le Département

Sur ce projet, le partena-

des maires ?

transport multimodale.

va engager la réalisation

riat entre le Département

Réussir à accueillir une

Concrètement, que va-t-il

d’un parc d’activités d’in-

et les collectivités locales

nouvelle population, tout

se passer maintenant ?

térêt départemental sur

est exemplaire. Après trois

en préservant l’identité et

Les élus doivent plani-

les communes de Gignac

ans d’études et de concer-

les paysages du territoire.

fier les actions pour les

et Popian.

Objectifs : un habitat raisonné, des modes de transport

adaptés et un accès à des pratiques culturelles et

sportives variées. Le tout dans le respect du cadre de

vie cher aux habitants du Cœur d’Hérault.

Le fleuve Hérault comme colonne vertébrale

Valcordia répond à une « logique multipolaire ». Derrière

ce mot barbare, l’idée est de partager les différentes

fonctions urbaines entre les communes du

Cœur d’Hérault : travailler, habiter, se divertir… Le tout

autour d’un axe : « On s’est aperçus que le vecteur qui

paraissait le plus important, c’était le fleuve Hérault »,

explique Pierre Guiraud. Il traverse tout le territoire

et représente à la fois un lieu de promenade et un site

d’activités de pleine nature. Le fleuve joue donc un

le identitaire important. Valcordia prévoit une mise

en valeur de ses berges, mais également la réalisation

d’un Parc d’activités à l’ouest de Gignac (lire encadré)

et d’un pôle ludique sur le site des Trois-Fontaines.

Egalement à Gignac, est prévue la création d’un pôle

de transports en commun qui ferait de la ville une

porte entre Montpellier et le Cœur d’Hérault.

FOCUS

Bientôt

un Parc d’activités

Le projet est simple : rassembler sur un même

site des activités tournées vers l’environnement

et les nouvelles technologies. « Nous

voulons un site qui grandisse le territoire »,

explique Pierre Guiraud. Deux points

communs aux entreprises qui s’implanteront :

« La matière grise et l’innovation ! »

Ce Parc d’activités sera situé près de l’échangeur

de Gignac, le long de la RD 32.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


12 L’HÉRAULT EN MOUVEMENT

COMME FABIENNE THOREL (au restaurant La Jalade à Montpellier) 1 000 Héraultais ont repris le chemin du travail grâce au RMA+.

Un « Grenelle » pour l’insertion

COMMENT SORTIR des prestations

sociales et devenir un acteur

économique ? C’est l’enjeu du « Grenelle

de l’insertion » qui se tient le 21 mai

à l’Hôtel du Département.

« Nos politiques d’insertion sont à bout de souffle. Si

nous continuons, nous connaîtrons simultanément des

pénuries considérables de main-d’œuvre et des taux de

chômage massifs dans certaines catégories de la population.

Si nous transformons, bouleversons, révolutionnons

les politiques d’insertion, nous pouvons faire reculer la

pauvreté… en créant de la richesse ! » Martin Hirsch, Haut

commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté, ne

mâchait pas ses mots en lançant le Grenelle de l’insertion.

Un grand débat national qui mobilise tous les acteurs :

élus, collectivités, entreprises, professionnels de l’insertion,

syndicats, bénéficiaires des minima sociaux…

Le Département de l’Hérault se bat depuis longtemps

aux avant-postes, dans la lutte pour le retour à l’emploi

durable.

- Depuis trois ans, il ajoute un « + » au contrat de travail

RMA : 30 heures minimum, un accompagnement professionnel

et social, un renouvellement de l’aide si un

CDI est signé.

- L’Hérault s’est porté volontaire pour l’expérimentation

du RSA (sur huit cantons de l’Hérault). Le revenu de solidarité

active devrait à terme remplacer les multiples minima

sociaux (RMI, API, ASS…) et encourager le retour à l’emploi

avec un revenu supérieur garanti.

Il était donc logique que le Département s’investisse dans

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


ACTIONS 13

l’organisation d’un Grenelle local (une petite dizaine en

France). Le thème : « Pour un maintien dans un emploi de

qualité ». Le 21 mai, autour d’André Vezinhet et Martin

Hirsch, quelque 500 acteurs de l’insertion débattront

autour de trois questions : « Quelles aspirations des bénéficiaires

? » ; « Quel besoin des entreprises ? » ; « Quel

accompagnement et quels outils pour créer les conditions

du maintien dans l’emploi ? ». Comme le dit un de

ces acteurs, « Il est temps de prendre des mesures qui

enrayent vraiment l’échec ! » Les objectifs du Grenelle

héraultais :

- simplifier les dispositifs,

- assurer des revenus du travail supérieurs aux revenus

de la solidarité,

- définir un nouveau concept de contrat aidé, avec des aides

qui financent tutorat, accompagnement, formation,

- faciliter la réussite du recrutement des entreprises.

Le but est d’inventer un contrat qui prenne en compte

tous ces critères, et de le mettre en place dans le département

avant l’été. Il sera en parallèle proposé au débat

national. L’Hérault est prêt a donner l’exemple.

plus d’infos www.herault.fr.

Mail : rma@cg34.fr ou rsa@cg34.fr. Tél. 04 99 74 39 45.

« Le RMA + héraultais

est un modèle »

Jean-Marc Oluski, directeur de Profil Emploi à Montpellier

(accompagnement vers et dans l’emploi).

Lorsqu’un contrat aidé

comme le RMA + débouche

sur un emploi pérenne,

c’est dû à quoi ?

A l’aide financière pour

30 %, à l’accompagnement

pour 70 %. Avant

la signature du contrat,

pendant le premier mois

surtout, et à l’issue des

six mois du contrat initial,

nous accompagnons aussi

bien l’employeur que le

bénéficiaire, pour informer,

aplanir les difficultés,

motiver, encourager. L’effet

d’aubaine pour l’employeur

de l’aide financière

ne suffit pas. C’est

en ce sens que le RMA +

spécifique à l’Hérault est

exemplaire. Ca marche !

Il devrait être adopté par

tout le monde.

Qu’attendez-vous

de ce Grenelle ?

Justement, la confrontation

des idées et des

expériences, avec d’autres

professionnels d’autres

territoires. Pour finir par

en extraire un dispositif

qui combine RMA et RSA et

l’appliquer nationalement.

VRAI / FAUX

VRAI

Les contrats aidés

n’exigent pas

aujourd’hui d’engagement

de pérennisation

de l’emploi.

A l’exception de

quelques initiatives

locales, dont celle de

l’Hérault, le versement

d’une aide n’est

pas assorti d’un

engagement. Ce sera

le thème central du

Grenelle de l’insertion

héraultais.

FAUX

Le temps partiel subi

est une fatalité.

Même si certains secteurs

d’activité sont par nature

sujets aux temps partiels

(aide à domicile, grande

distribution, etc.), de plus

en plus d’exemples illustrent

des avancées vers le

temps plein, grâce à un

accompagnement prenant

en compte les aspirations

des bénéficiaires et les

besoins des entreprises.

C’est l’objectif poursuivi

dans le cadre du RSA.

1 000

emplois pérennisés

grâce au RMA +

dans l’Hérault.

800

contrats signés par

an : objectif du

Département avec

le contrat aidé

nouvelle formule.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


14 L’HÉRAULT EN MOUVEMENT

ENVIRONNEMENT

PLANTES

SANS SOIF

A l’occasion du concours « Cadre

de vie - Villes et villages fleuris »,

le Département et le Conseil

d’architecture, d’urbanisme et

d’environnement (CAUE) incitent

les communes à faire fleurir des

essences locales et méditerranéennes,

moins gourmandes en eau.

plus d’infos www.villes-et-villages-fleuris.com

JEUNESSE

« LES PROSTITUÉES, POUR-

QUOI ELLES FONT ÇA ? »

TOURISME

SUR UN ROCHER

Le site de Minerve, classé parmi

« les plus beaux villages de France »,

reçoit 300 000 visiteurs par an. Pour

permettre son développement

touristique, le Conseil général

soutient la création d’une aire

d’accueil et de stationnement au

Bouys, et subventionne le syndicat

d’initiative pour 22 000 €.

« Quels sont les avantages et les

inconvénients d’être un homme

ou d’être une femme ? » Question

pertinente posée aux élèves

de la 4 e Lucas du collège Clémence-

Royer, à Montpellier. Aux commandes

de cet atelier, le Mouvement

du Nid, une association nationale

qui milite depuis soixante-dix ans

contre la prostitution. Les réponses

fusent, parfois poétiques, parfois

crues : « Les femmes donnent la vie,

les hommes peuvent pisser debout,

les filles ont leurs règles, les gars

ont des érections incontrôlées ».

La liste est longue et tourne

principalement autour de la

sexualité. Et puis tombe la réponse

classique : « Les femmes peuvent

vendre leur corps pour de l’argent ».

« Quand on aborde le sujet, assure

Millie, l’animatrice des débats, on

a toujours les mêmes idées reçues

qui reviennent ». Et ça ne rate

pas : « Ouais, mais si elles font ça,

c’est qu’elles aiment ça ! Personne

ne les force à le faire ! ». Et Millie

d’expliquer la violence que constituent

les rapports sexuels non

désirés, la menace permanente

du proxénète. Une triste réalité

bien loin du film Pretty Woman.

Et ça, les élèves l’ont

finalement tous bien compris.

plus d’infos 04 67 02 01 23

www.mouvementdunid.org

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


A L’AFFICHE

Saperlipopette

!

Depuis onze ans, le

Département soutient

le festival Saperlipopette,

voilà Enfantillages

! pour petites

et grandes personnes.

Cette année, la série

de spectacles vivants

aura lieu du 3 au

25 mai 2008.

Et afin que tous

les Héraultais en

profitent, le festival

sera itinérant, de

Montpellier à Béziers,

en passant par

de nombreux petits

villages

(suite page 45).

n

Tout le programme sur

www.herault.fr

EMPLOI

AIDER

À GRANDIR

Afin d’encourager les PME/PMI, le

Conseil général a créé un programme

d’aide départemental à

l’immobilier d’entreprise (Padie).

A ce titre, la société Ecobâtir,

fournisseur de matériaux verts,

non polluants, reçoit 16 200 €

pour s’installer au Crès.

ET AUSSI…

Bien chez soi

Téléalarmes et

thermomalettes

(utiles à la livraison

de repas à

domicile) pour

faciliter le maintien

à domicile des

personnes âgées.

Le Département

soutient le Centre

communal

d’action sociale

de Montagnac à

hauteur de 7 650 €

pour les acheter.

Réseau vert

Ouverture au public

d’un nouveau

tronçon de piste

verte, allant de

Courniou-gare

(en limite du Tarn)

à Saint-Juliend’Olargues

(Monscentre).

Olé taureau !

Afin de promouvoir

les activités

taurines héraultaises,

le Département

a accordé

à la Fédération

française de

la course camarguaise

une

EN BREF 15

SOLIDARITÉ

FEMME

ET CANCER

L’association Etincelle Languedoc-

Roussillon est un nouvel espace

d’accueil et de bien-être à Montpellier

pour les femmes atteintes d’un

cancer. Services gratuits : soutien

psychologique, soins esthétiques...

plus d’infos 04 67 58 94 23

www.etincelle.asso.fr

subvention de

6 098 € et à

l’Union taurine

biterroise, 3 050 €.

Epaves auto

Le Conseil général

investit

1 433,31 € pour

l’enlèvement de

trente épaves

automobiles sur

les communes

d’Hérépian, Riols,

Les Aires, Saint-

Gervais-sur-Mare,

Roquebrun,

Prémian, Vieussan,

Saint-Vincent-d’Olargues

et Courniou.

Sourds et

malentendants

Vous avez une

démarche à effectuer

à la Maison

des personnes

handicapées

de l’Hérault ?

Une aide à la

communication

(interprétariat

en langue des

signes) vous est

proposée un

jeudi sur deux, de

13 h 30 à 16 h 30

(avril : 10 et 24).

Fax : 04 67 67 75 58.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


16 L’HÉRAULT EN MOUVEMENT LES CLEFS POUR COMPRENDRE

La différence est flagrante. Une Française vit huit ans de plus

que son alter ego mâle (81 ans contre 73).

Pourquoi les femmes

vivent plus longtemps

que les hommes ?

Elle vivent plus longtemps

et ça ne s’arrange pas !

L’écart était de six ans

en 1935, il est de huit ans

aujourd’hui. Première

raison : les femmes ont

une meilleure hygiène de

vie. Par rapport à sa compagne,

un homme a ainsi

88 % de risque en plus

de mourir d’une maladie

cardiovasculaire, 45 %

d’un cancer. Et puis les

métiers dangereux sont

« réservés » aux hommes

qui subissent 90 % des

(vitesse sur la route, alcool,

tabac, sida, sports dangereux),

vont plus souvent

jusqu’au bout d’une

des messieurs entre 45

et 64 ans n’ont jamais fait

contrôler leur cholestérol.

Pas la peine d’essayer de

Le secret des

japonais

Au Japon, l’espérance

de vie est de 78 ans

pour les hommes.

Les raisons de cette

longévité : un mode de

vie où les personnes

âgées restent actives,

une culture fondée sur

le respect des anciens,

le régime alimentaire

traditionnel fait de riz,

de poisson, de soja, un

environnement protégé,

très peu pollué.

accidents du travail. Ils

démarche suicidaire,

changer de pays pour fuir

ont des conduites à risque

s’éliminent les uns les

cette malédiction. Toutes

autres (statistiquement,

les sociétés du monde

nes. Selon les biologistes,

La citation

« L’espérance de vie progressera

sérieusement

le jour où les légumes

sentiront aussi bon que

le bacon. » Doug Larson

(sportif anglais)

le crime de sang est quasi

exclusivement une affaire

d’hommes).

En plus, ils fuient ceux

qui pourraient les aider.

Les hommes fréquentent

moins les médecins que

les femmes : un tiers

connaissent le même

phénomène, sauf une,

les Mormons.

« C’est pas juste ! » crient

d’une même voix tous

les mâles qui lisent cet

article. On n’y peut rien…

C’est à cause des hormo-

L’hormone mâle testostérone,

qui développe la

puissance, encouragerait

un comportement à

risque, alors que chez la

femme, les oestrogènes

induisent une attitude de

précaution.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


ÉLUS SUR

LE TERRAIN

17

Des décisions qui changent notre quotidien, des élus que l’on croise sur le terrain,

des débats, des portraits, des prises de position, des choix politiques expliqués.

C’est l’actualité des 49 élus du Département.

18 UN ÉLU/UN CANTON Kléber Mesquida

20 L’ACTION EN IMAGES

Un agenda 21, pour quoi faire ?

22 RENCONTRES

24 C’EST VOTÉ

27 CARTE EN MAINS Le Clermontais

28 FACE À FACE Frédéric Roig &

Christian Bénézis

30 CELA FAIT DÉBAT Faut-il supprimer la carte

scolaire ?

31 EXPRESSION LIBRE

32 CONSEILLERS JUNIORS

L’ÉVÉNEMENT

Jeudi 20 mars,

les 49 conseillers généraux

ont voté : André Vezinhet

est réélu pour trois ans

à la tête du Département

de l’Hérault.


18 ÉLUS SUR LE TERRAIN

KLÉBER MESQUIDA

DANS SON CANTON DE

ST-PONS-DE-THOMIÈRES

A la frontière du Tarn, ce territoire est la porte d’entrée

du Parc naturel régional du Haut-Languedoc.

1

1 UN NOUVEAU SIÈGE

POUR LE PARC.

Un grand moment à Saint-Pons.

J’accueille les présidents des Conseils

généraux du Tarn et de l’Hérault et le

président de la Région Midi-Pyrénées

pour inaugurer le tout nouveau siège

du Parc naturel régional du Haut-

Languedoc. Ce Parc s’étend sur

92 communes du Tarn et de l’Hérault.

C’est un outil formidable pour

développer ce territoire, d’une exceptionelle

richesse naturelle et patrimoniale.

J’invite tous les habitants à venir

débattre de son avenir sur

notre blog : www.horizon2021.fr

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


UN ÉLU / UN CANTON 19

2

4

3

2 • 3 UN MUSÉE DE LA PRÉHISTOIRE

RÉGIONALE

Les Hommes vivaient ici il y a 5 000 ans.

Nous avons créé dans le canton un

nouveau musée qui raconte leur histoire.

4 30 KM DE PISTE CYCLABLE

La piste cyclable aménagée le long du Jaur

par le Département permet de découvrir

les paysages sous un nouvel angle.

Le canton de Saint-Pons-de-Thomières.

EN CHIFFRES

4500

habitants dans

le canton.

2

produits phares

de la gastronomie

héraultaise : le navet

de Pardailhan et

le muscat de Saint-

Jean-de-Minervois.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


20 ÉLUS SUR LE TERRAIN

UN AGENDA 21,

POUR QUOI FAIRE ?

L’Agenda 21 est un

« programme d’actions

pour le XXI e siècle »,

adopté par 173 pays lors

du Sommet de la Terre

de Rio, en 1992. Suite

au Sommet, chaque

collectivité a été invitée

à mettre en œuvre

localement les principes

du développement

durable. Au Conseil

général, Monique Pétard

est vice-présidente à

l’Environnement. Elle

se souvient : « Au début,

quand je parlais de

développement durable,

beaucoup pensaient

que ce n’était qu’une

mode ! Aujourd’hui, tout

le monde est convaincu

de la démarche ! »

plus d’infos www.herault.fr/environnement

1 LA PLAGE RETROUVÉE

Sans cesse grignotée, la plage du lido

du Petit et Grand-Travers a retrouvé

sa largeur d’il y a 20 ans. Monique

Pétard visite le chantier qui a permis

d’apporter un million de m 3 de sable

entre Carnon et La Grande-Motte.

2• 3 ECONOMISONS L’EAU

Un rond-point avec des plantes sobres

en eau. Un exemple de l’engagement

du Département auprès de quatre

collectivités héraultaises

dans un programme de maîtrise

des consommations d’eau.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


L’ACTION EN IMAGES 21

1

2

4

3

4 LE SOCIAL AUSSI

Hérault Habitat va construire 18

logements à Saint-Georges-d’Orques

avec ossature en bois et doublage

en ouate de cellulose pour

une consommation énergétique

plus basse. A venir également :

un écoquartier à Fabrègues.

EN CHIFFRES

47

actions dans

l’Agenda 21 du

Département

1

L’Hérault à

été le premier

Département

à obtenir la

label national

« Ruban du

développement

durable »

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


22 ÉLUS SUR LE TERRAIN

Au revoir et merci !

Pendant de nombreuses années, ils ont donné

toute leur énergie et leur conviction à la cause

publique. En 2008, ils ont choisi de mettre un

terme à leur mandat départemental.

A eux quatre, ils comptent 74 ans de mandat au

service des habitants de l’Hérault ! Eliane Bauduin,

Françis Crouzet (à g. sur la photo), Gérard Bouisson

(au centre) et Louis Calmels (à dr.) ne se représentent

pas. Sentiments partagés au moment de leur

départ : la qualité du travail d’équipe, la coordination

avec les services du Département, la dimension

humaine ont marqué leur cœur et leur esprit.

« Des équipes formidables sur le terrain, avec un vrai

sens de la solidarité, pour travailler ensemble dans

des domaines où l’on est au quotidien confronté à la

détresse humaine », souligne Eliane Bauduin. Sa délégation

de vice-présidente à la Solidarité l’a conduite à

s’investir dans les politiques en faveur des personnes

âgées, des handicapés, des RMIstes, de la protection

de l’enfance.

Pour Gérard Bouisson, la construction du collège de

Villeneuve-lès-Maguelone a constitué le fait le plus

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


RENCONTRES 23

QUATRE ÉLUS ATTACHÉS

A LEUR CANTON

Louis Calmels (PS),

conseiller général du

canton de Montpellier IV,

élu depuis 1988.

Eliane Bauduin (PS),

conseillère générale du

canton de Béziers II, élue

depuis 1988.

Gérard Bouisson (PC),

conseiller général du

canton de Frontignan, élu

depuis 1994.

Francis Crouzet (Sans

étiquette), conseiller

général du canton de Sète I,

élu depuis 1988.

marquant de son mandat : « Un collège qui a été le

pionnier des collèges HQE (haute qualité environnementale)

construits à dimension humaine dans l’Hérault.

»

Louis Calmels a consacré son mandat aux questions

liées à l’environnement. Heureux et fier d’avoir contribué

à la mise en place de structures de gestion et de

protection : « Nous avons créé des organismes pour

mieux protéger notre littoral, nos cours d’eau et nos

lacs. Le fleuve Hérault, le Lez et le Salagou sont des espaces

précieux du territoire que nous nous efforçons

de sauvegarder pour les générations futures. »

Françis Crouzet, Sétois proche des pêcheurs et

conchyliculteurs est ému d’avoir « obtenu l’installation

sur le canal Royal de la statue du jouteur, réalisée

par Pierre Nocca ! »

Au moment où lele du Département est si controversé,

ils affirment tous avec foi et vigueur la pertinence

de sa place, « il reste l’interlocuteur le plus efficace

auprès des communes dans le développement

et l’aménagement de leur territoire ».

MONTPELLIER

CHANTIER

PAILLADE

Le Square Corte de la

Paillade est en travaux,

comme l’a constaté sur

place André Vezinhet.

A terme, il accueillira le

Centre communal d’action

sociale et la Mission

locale des jeunes. Hérault

Habitat finance 300 000 €

du montant des travaux.

COURNONSEC

QUAND MA-

DELON…

Jean-Pierre Moure a

visité la future maison de

retraite « La Madelon ».

Capacité de 65 lits

pour une surface

de 5 694 m², avec

création d’une unité

spécifique

« Alzheimer ».

Ouverture :

novembre 2008.

BÉDARIEUX

DITES 34 !

Le vieil hôpital fait peau

neuve. André Vezinhet et

Antoine Martinez l’ont

inauguré : amélioration

du confort des patients,

de la fonctionnalité des

locaux... Subvention du

Département : 493 864 €.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


24 ÉLUS SUR LE TERRAIN

JEAN ARCAS, conseiller général et maire d’Olargues a retroussé ses manches pour poser la première pierre.

Olargues est

dans la course

ANDRÉ VEZINHET ET JEAN ARCAS posent

la première pierre de la halle de sport

du collège Alexandre-Laissac.

Et une de plus ! A un rythme de

marathonien - régularité et endurance

-, le Département construit

quatre halles de sports par an.

Une course engagée dès 1997

afin que chaque collège puisse

disposer d’équipements sportifs.

20 ont déjà été livrés sur les 34

prévus (un chiffre bienvenu dans

l’Hérault !).

1 000 m 2 couverts

La halle d’Olargues verra le jour

début 2009, certes pour le bonheur

des collégiens et des écoliers mais

aussi pour la trentaine d’associations

sportives de la petite cité auquel elle

va s’ouvrir. Il en coûtera 1 390 000 €

au Département pour réaliser cet

espace couvert de plus de 1 000 m²,

organisé autour d’un terrain de 18 x

36 m et comportant douches, vestiaires

et annexes. De quoi pratiquer une

foule de sports, de la gymnastique

au tennis de table, du badminton au

basket-ball ou au volley-ball. Et même

apprendre l’escalade sur un mur

équipé pour la pratique de ce sport.

Site classé

La vraie difficulté de l’opération

venait du caractère exceptionnel du

site. Olargues est un village classé

et il fallait l’aval des Bâtiments de

France. La construction se fera donc

sur une plate-forme en contrebas

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


C’EST VOTÉ 25

d’un talus, avec des matériaux et

des couleurs permettant d’intégrer

le bâtiment dans le paysage. Elle bénéficiera

aussi du label HQE (haute

qualité environnementale).

Proximité

La halle de sport est proche des

autres équipements de la commune,

du Campotel et en bordure de la

« Piste verte ». Ce qui fait dire à Jean

Arcas : « Cet outil complète nos

installations sportives et d’activités

pour groupes. Il pourra servir à toute

la communaude communes. »

CE QUE ÇA CHANGE

Martine Viala, professeur d’éducation

physique à Olargues depuis 1991,

en est convaincue : la nouvelle halle va

être un plus pour ses élèves. Elle utilisait

jusqu’alors un plateau sportif et la salle

polyvalente mise à sa disposition par la

Mairie. « Mais sa conception ne permet

pas la pratique du hand-ball, par exemple,

ou du volley-ball (la hauteur est

coupée par un filet de sécurité) ; il n’y a

pas de locaux permettant le rangement

de gros matériel pour la gymnastique

et le tennis de table. Désormais, nous

travaillerons en adéquation avec les

textes officiels concernant l’EPS ! »

plus d’infos www.herault.fr/jeunesse/

college/equipements/sportifs/sportifs.html

Bon point

Pierre Maurel propose de bonifier de

10 % la subvention « équipements

scolaires » des écoles maternelles

et élémentaires qui intègrent dans

un projet de construction ou réhabilitation,

la gestion de l’énergie, des

déchets, le choix des produits de

construction…

plus d’infos 04 67 67 73 86.

CE QUE ÇA CHANGE

Meilleure qualité du bâti et sensibilisation

au respect de l’environnement..

Boues taboues

Dans l’Hérault, 18 000 tonnes

de boues sèches, issues de la

dépollution des eaux usées, sont

produites par an. Leur mise en décharge

étant interdite, les collectivités

les font incinérer (mais ça

coûte cher !) et/ou sollicitent les

agriculteurs pour qu’ils les épandent

comme engrais sur leurs

cultures. Une pratique d’intérêt

agronomique dont certains acheteurs

se méfient. Monique Pétard

a donc annoncé que le Département,

l’Agence de l’eau Rhône-

Méditerranée et Corse, et la

chambre d’Agriculture de l’Hérault

mettraient en place une « charte

qualité compost » pour l’expertise

des épandages et le contrôle de la

filière de recyclage des boues.

CE QUE ÇA CHANGE

La charte garantira la qualité des boues

recyclées, la traçabilité et la fiabilité des

épandages.

Coopération

André Vezinhet et Nejib Barkallah,

gouverneur du Gouvernorat de

denine réitèrent la coopération

des deux collectivités territoriales.

Budget du Département : 122 000 €.

CE QUE ÇA CHANGE

Développement du tourisme rural, actions

humanitaires, démoustication de la région

dedenine…

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


26 ÉLUS SUR LE TERRAIN

Ils ont franchi

la Grande muraille

AIDÉS PAR LE DÉPARTEMENT, treize producteurs de vin de l’Hérault partent

à la conquête du marché chinois.

QU’EN PENSEZ VOUS ?

«Une aventure

autant humaine

qu’économique »

Michel Birot

Président du GIE Plato Méditerranée.

HENRI CABANEL, Norbert Etienne et les membres du GIE fêtent la 100 000 e bouteille

exportée en Chine.

Rouge, blanc, muscat… Les rivières

colorées du vin héraultais commencent

à se marier aux eaux

du grand Fleuve jaune. Une telle

rencontre culturelle et économique,

ça se fête ! Les membres du

GIE Plato Méditerranée avaient

toutes les raisons de lever leur

verre, en février dernier, dans le

caveau du château de Saint-Martindes-Champs,

à Murviel-lès-Béziers.

Ils fêtaient la 100 000 e bouteille

exportée vers la Chine. Ils souhaitaient

aussi remercier ceux qui

les aident à partir à l’assaut d’un

marché réputé difficile. En particulier

le Département qui a accompagné

le GIE dès sa création et lui

a consacré 28 000 €. Les conseillers

généraux Norbert Etienne, maire

de Murviel-lès-Béziers et Henri

Cabanel, le Monsieur Viticulture du

Conseil général, ont mis l’accent

sur l’exemplarité de la démarche.

Celle qui fait le choix de l’action en

commun et de la complémentarité

des crus. « La richesse de notre

territoire, a rappelé Henri Cabanel,

est dans cette diversité. » Et s’il est

impossible d’aider les viticulteurs

individuellement, « les initiatives

collectives, telles Plato, sont les

bienvenues. Le Conseil général

continuera de les soutenir ».

plus d’infos

domaine@saintmartindeschamps.com

« L’idée de nous

regrouper est

née en 2002. Peu

à peu, un « noyau

dur » a émergé

et s’est doté d’un

outil, avec le GIE,

en 2004. Nous

sommes treize producteurs avec cette

particularité unique d’associer des caves

coopératives et des caves privées. Nous

avons appris à nous connaître et à nous

estimer. En ce sens notre GIE a été autant

une aventure humaine qu’économique.

Nous avons visé la Chine en 2005 parce

qu’aucun d’entre nous n’était présent

sur ce marché au potentiel gigantesque.

Aujourd’hui la consommation moyenne

est encore très faible : un demi-litre

par personne et par an. Mais le marché

double chaque année et cela concerne

1,3 milliard d’habitants. Nous avons

joué avec succès la complémentarité en

proposant des AOC, du vin de pays, du

muscat, etc. Bien sûr, ce n’est pas facile

et il faudra du temps pour conforter nos

positions. Mais nous avons déjà accompli

un grand pas. »

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


CARTE EN MAINS 27

Le Clermontais voit loin

« Nous anticipons les besoins

de notre population. »

Alain Cazorla, conseiller général du canton de Clermont-l’Hérault, à propos du

contrat de territoire Département/Communaude communes du Clermontais.

Périmètre de la communaude communes du Clermontais

Plus de trois millions

d’euros vont être investis

en 2008 dans le cadre du

contrat du Clermontais.

Dont 830 000 € de subventions

du Conseil général. Un

soutien financier concentré

sur de grands objectifs : qualité

de vie, tourisme, culture

et loisirs, développement

économique.

PRÉPARER L’AVENIR

Bref, le Clermontais prépare

son avenir. Le territoire

connaît une progression

démographique de 3% par

an. Mais l’autoroute A 750

a changé la donne et toutes

les études confirment

que le développement

va s’accélérer. « Nous devons

nous projeter dans l’avenir,

commente Alain Cazorla,

et réaliser les équipements

structurants dont nous

allons avoir besoin.

Il faut pouvoir accueillir

les nouveaux venus dans

de bonnes conditions,

avec des services et des

équipements de proximité. »

UN SOUTIEN REMARQUABLE

En pratique cela se traduit

par la mise en chantier de

crèches ou d’écoles, par

des travaux de rénovation

urbaine, des investissements

dans le domaine

culturel… Bref le visage du

Clermontais change « avec

un soutien remarquable du

Département, notamment

sur la culture » tient

à préciser Alain Cazorla.

49 %

des 350 000 € consacrés

à l’aménagement

de l’esplanade de la Gare

à Clermont-l’Hérault

sont financés par

le Conseil général.

1 118 000 €

pour l’école Jules-Verne

(2 e tranche) à Clermont.

Le Département finance

la moitié des coûts

en 2008.

564 000 €

dont 20% du

Département, seront

consacrés cette année

à la future structure

d’accueil d’enfants

qui verra le jour

en 2009 à Paulhan.

650 000 €

en 2008. C’est l’investissement

prévu pour la

future Zac de l’Estagnol, à

l’entrée nord de Clermontl’Hérault.

Le Département

soutient la communau

de communes du Clermontais

à hauteur de 12 %

dans ce projet. L’étude

prévoit la création de

dizaines d’emplois, notamment

via la piscine

couverte, prévue dans la

Zac. Une zone d’aménagement

concertée qui aura

une vocation « sports et

loisirs » et dont la piscine

sera l’équipement phare.

Mais d’autres projets

devraient voir le jour. On

parle notamment d’un

bowling, d’une cafétéria,

d’un café-concert… « Outre

ses retombées en matière

d’emplois, la Zac sera un

élément d’attraction pour

les entreprises, en offrant

un environnement de

travail agréable à leurs

collaborateurs », précise

le conseiller général

Alain Cazorla.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


28 ÉLUS SUR LE TERRAIN

L’insertion par

tous les moyens

EMPLOI, LOGEMENT, ACCÈS AUX LOISIRS… Le Caylar et Montpellier V, deux cantons

dans lesquels le Département mène la bataille de l’insertion sur tous les fronts.

FREDERIC ROIG

conseiller général

canton du Caylar

« Un dentiste et

une pharmacie

veulent

s’installer »

1 Quels sont les besoins exprimés

par les Héraultais ?

Le canton du Caylar, c’est deux

chiffres : environ 1 000 habitants et

1 million de personnes par an en escale

sur l’aire d’autoroute du Caylar.

« Le défi, c’est de relier le potentiel

de l’A 75 aux besoins du territoire »,

explique Frédéric Roig. A la clé : de

nouveaux emplois, mais aussi des

besoins en logement et en services

à la personne.

2. Que fait le Département pour

améliorer les choses ?

L’aire de l’A 75, le tourisme et la

filière Roquefort représentent des

centaines d’emplois. « De nouvelles

populations jeunes s’installent, se

réjouit l’élu. On a accompagné par

exemple la création de la médiathèque,

de la Maison des services,

de nouvelles salles communales ».

Côté insertion, le canton bénéficie

de l’action du Plie Cœur d’Hérault,

le plan local d’insertion par l’emploi

porté par le Département.

3. Quelques exemples concrets

à citer ?

« Au Caylar, Hérault Habitat est

en train de construire douze villas

individuelles pour répondre aux

nouveaux besoins de logement »,

précise Frédéric Roig. Mais ça n’est

pas la première opération réalisée.

En tout, quarante-deux logements

sociaux auront ainsi été construits

au Caylar.

LE CAYLAR

1 000

habitants

1million de personnes de

passage chaque année

sur l’aire du Caylar

380

emplois au Caylar

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


FACE À FACE 29

« Je reçois trente

lettres par jour

pour du logement »

1 Quels sont les besoins exprimés

par les Héraultais ?

Le canton de Montpellier V se fond

avec le quartier Près-d’Arènes et

compte environ 20 000 personnes,

« dont plus de la moitié est au

chômage ou allocataire du RMI »

précise Christian Bénézis. « Et la

demande n°1 des habitants, c’est

le logement social ». Une demande

entendue par le Département qui

s’apprête à livrer 160 logements sociaux,

avenue du Mas-d’Argeliers.

2. Que fait le Département pour

améliorer les choses ?

L’insertion, c’est lever les obstacles

qui peuvent compliquer l’accès

ou le retour à l’emploi. Et ça commence

par l’éducation. « Notre

contrat éducatif local, mis en place

avec Hérault Sport et ses éducateurs

socio-sportifs de quartier,

permet aux jeunes de bénéficier

de soutien scolaire et d’activités

sportives ou artistiques

extrascolaires tout au long

de l’année », explique l’élu.

3. Quelques exemples

concrets à citer ?

« On a fait de gros efforts

sur les équipements,

en partenariat avec la

Ville : deux collèges, quatre

écoles, trois maisons pour

tous, trois gymnases et

trois stades de foot

sont présents sur le

canton ». Côté emploi,

le Département

soutient plusieurs

initiatives exemplaires,

comme le

restaurant d’insertion

La Table de

Cana, situé rue

de l’Industrie.

CHRISTIAN BENEZIS

conseiller général

canton de

Montpellier V

Montpellier V

N°168 – AVRIL 2008

20 000

habitants

40%

de logement social

88 000

personnes reçues

par an à l’antenne

départementale

médico-sociale

de Près-d’Arènes

www.herault.fr


30 ÉLUS SUR LE TERRAIN CELA FAIT DÉBAT

Faut-il supprimer

la carte scolaire ?

LA CARTE SCOLAIRE détermine l’affectation d’un élève dans un collège ou un lycée

correspondant à son lieu de résidence. Le Gouvernement prévoit sa suppression

progressive sur 3 ans.

“EFFET PERVERS”

L

reproduction des inégalités.

a carte scolaire a un effet pervers : celui de la

Les quartiers en difficulté attirent des populations

en difficulté. Le processus est cumulatif. L’école

y participe à son tour par la carte scolaire en regroupant

les élèves en difficulté. Les populations les plus exposées

au chômage et les moins intégrées se retrouvent ainsi

concentrées, sans repères ni références, et créent une

sous-culture commune, où un sentiment de rébellion

permanente et larvée constitue le seul ciment réel, notamment

chez les jeunes. Aujourd’hui, la sectorisation

introduit donc un lien mécanique entre ségrégation

urbaine et ségrégation scolaire. Ce mouvement général et

cumulatif de concentration urbaine des familles défavorisées

ne laisse que peu de marge dans le court terme à la

reconquête indispensable d’une mixité sociale.

Face à ces contraintes, l’Éducation nationale doit livrer un

combat inégal pour corriger les handicaps.

“DÉMAGOGIE”

La réforme proposée de la carte scolaire est très

dangereuse. Elle risque d’anéantir le difficile

travail de mixité sociale dans les établissements.

De plus, c’est une annonce que l’on peut qualifier

de démagogique. Elle donne l’illusion aux familles qu’elles

vont toutes pouvoir inscrire leur enfant dans le collège ou

le lycée le plus réputé. Ce qui n’est évidemment pas possible

puisque les capacités d’accueil des établissements

sont limitées. La carte scolaire permet de gérer les effectifs.

Dans l’Hérault, nous avons fait le choix de collèges de

600 élèves, à taille humaine. Et lorsque nous construisons

un nouvel établissement en zone urbaine, nous le plaçons

à la jonction d’un quartier populaire et d’un quartier

habité par des catégories sociales plus aisées.

Même imparfaite, même s’il est toujours possible pour les

parents de la contourner, la carte scolaire reste pour les

élus de terrain un outil pour organiser la mixité sociale sur

leur territoire.

Extrait d’un rapport

de la Cour des comptes,

présenté par

PHILIPPE SÉGUIN

Premier président

de la Cour des comptes.

PIERRE MAUREL

Vice-président du Département

de l’Hérault, chargé de

l’Education.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


EXPRESSION LIBRE 31

Ces propos sont sous la stricte responsabilité de leurs auteurs. Loi de démocratie de proximité (27/02/2002)

Groupe d’opposition de Droite

Groupe Démocratie et République

Protection

de l’Enfance

Selon l’Article 19 de la Convention

Internationale des droits de l’enfant

(20/11/1989), la maltraitance renvoie à

« toute forme de violences, d’atteinte

ou de brutalités physiques et mentales,

d’abandon ou de négligences, de mauvais

traitements ou d’exploitation, y compris

la violence sexuelle...» L’Odas (Observatoire

décentralisé de l’action sociale)

distingue, depuis 1993, les « enfants

en risque » des « enfants maltraités » :

L’enfant maltraité est victime de violences

physiques, cruauté mentale, abus

sexuels, négligences lourdes ayant des

conséquences graves sur son développement.

L’enfant en risque connaît

des conditions d’existence mettant en

danger sa santé, sa sécurité, sa moralité,

son éducation ou son entretien ; il n’est

pas pour autant maltraité. Les enfants

en danger comprennent l’ensemble des

enfants en risque et maltraités. Alors que

la responsabilité de l’aide sociale pour

l’enfance a été transférée aux Départements,

la loi vise à redéfinir les priorités

en ce domaine pour répondre aux

situations de violence et de maltraitance.

Trois objectifs sont affirmés :

- renforcer la prévention, en détectant le

plus tôt possible les situations à risque

par des bilans réguliers : entretiens systématisés

au 4 e mois de grossesse, visite à

domicile dans les premiers jours suivant

la sortie de maternité, bilans systématiques

à l’école maternelle puis primaire.

- réorganiser les procédures de signalement

: création dans chaque département

d’une cellule spécialisée permettant

aux professionnels liés par le secret

professionnel et intervenant pour la

protection de l’enfance dans les domaines

sociaux, médico-sociaux ou éducatifs

de mettre en commun leurs informations

et d’harmoniser leurs pratiques.

- diversifier les modes de prise en

charge des enfants : possibilité d’accueils

ponctuels hors de la famille. Des amendements

ont été ajoutés par le Parlement

portant sur l’obligation de visites

médicales gratuites tous les 3 ans pour

les enfants entre 6 et 15 ans, l’instauration

de peines de prison pour les refus de

vaccination, les conditions d’audition des

mineurs dans les affaires judiciaires les

concernant.

Groupe

communiste

L’Education

en danger !

Un vent mauvais souffle sur le système

public d’éducation. C’est ce que

les enseignants du secondaire ont

exprimé à plus de 10 000

dans les rues de Paris et à plus

de 1 500 dans celles de Montpellier.

Les suppressions massives de

postes, comme le recours aux heures

supplémentaires, débouchent sur

plus de précarité là où il faudrait au

contraire renforcer les moyens et

valoriser le métier d’enseignant.

C’est grave, car ce qui en jeu c’est la

qualité de l’enseignement.

Moins de professeurs, moins de personnel,

c’est au bout du bout, moins

de Service Public, moins d’Education,

plus d’inégalités sociales.

Dans le département de l’Hérault, où

le Conseil général a fait un immense

effort sur le bâti et la construction

des collèges, cette logique portée

par un ministre qui vient d’être

désapprouvé par le corps électoral,

n’est pas acceptable, ni

dans l’Hérault ni ailleurs.

Le système public d’éducation

mérite mieux !

Il y a urgence à obtenir le retrait de

ce plan de destruction du Service

Public de l’Education et surtout exiger

l’abandon des suppressions de

postes pour la rentrée de septembre.

Il y a urgence aussi à obtenir l’ouverture

d’un vrai débat de fond sur les

enjeux de l’éducation.

Groupe majoritaire socialistes

et apparentés

Avec votre

confiance, nous

poursuivrons

nos chantiers

Les élections cantonales de mars vous

ont donné l’occasion de vous exprimer.

Vous avez renouvelé votre confiance à

une majorité d’élus de gauche : 38 élus au

sein du groupe majoritaire socialistes et

apparentés et 3 élus communistes. Bien

que disposant d’une large majorité, nous

sommes à l’écoute des autres composantes

de l’assemblée et dans le respect

des traditions républicaines que nous

avons toujours pratiqué, le dialogue est

ouvert. La majorité départementale est

une équipe d’élus solidaires et engagés

pour répondre à vos besoins, vos attentes

et assurer le développement harmonieux

de tous les territoires urbains et ruraux,

de notre beau département. Autour

d’André Vezinhet, qui préside le Conseil

général, nous avons initié des politiques

volontaristes en terme d’aménagement

du territoire, de développement économique,

d’action sociale, d’environnement,

de culture, de jeunesse, de sports et de

loisirs, d’aides aux communes et aux

structures intercommunales. Dans nos

choix et nos actions, nous continuerons

à faire prévaloir notre idéal de solidarité,

malgré les obstacles qui se dressent

au fil des nouvelles lois de décentralisation,

transférant de plus en plus de

compétences aux Départements sans

les compensations financières assorties.

L’évolution constante des budgets

que nous élaborons témoignent d’une

réponse sans cesse adaptée aux besoins

des Héraultais, que nous nous efforçons

d’apporter. Nous remercions toutes les

électrices et tous les électeurs qui se sont

mobilisés et ont apporté leur soutien aux

candidats de la majorité départementale.

Grâce à votre confiance renouvelée, nous

poursuivrons nos chantiers pour continuer

à développer la qualité des services

publics et engager résolument l’avenir

de notre département vers le développement

durable, l’équité et la justice sociale

dans tous les domaines. Le Département

joue un rôle essentiel dans la vie quotidienne

des Héraultais. La force et la

cohésion de la majorité départementale,

qui décide des politiques à mener, sont

les gages pour que l’Hérault poursuive

son développement dans la modernité

au service de tous les habitants.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


32 ÉLUS SUR LE TERRAIN CONSEILLERS JUNIORS

C’est parti pour deux ans !

TRENTE-SIX JEUNES ÉLUS constituent la nouvelle assemblée départementale junior.

Ils vont vivre l’expérience du débat démocratique, grandeur nature.

Vingt-trois filles, treize garçons. Ils sont issus des

classes de 5 e ou de 4 e des trente-six collèges du

département inscrits au Conseil départemental

des jeunes. Ils viennent de vivre et d’expérimenter

toutes les étapes - et les émotions - d’une campagne

électorale, avec ses débats, ses réunions

publiques, ses affiches. Puis le temps du vote, celui

des dépouillements, la joie d’avoir été élu. Et les

voilà désormais propulsés, depuis le 23 janvier, date

officielle de leur installation en assemblée plénière,

dans l’apprentissage des valeurs démocratiques et

l’implication citoyenne.

« Bien dans mon corps, bien dans ma vie »

C’est sur ce thème qu’ils vont plancher toute l’année.

Décliné en quatre commissions thématiques:

« Sport et respect », pour aider à être plus fair-play

dans le sport et prévenir les débordements ; « Santé

et alimentation » pour participer à l’amélioration

de l’hygiène des locaux et de la qualité des repas au

collège ; « Culture et communication » pour promouvoir

des activités artistiques et des échanges

culturels auprès des collégiens ; « Citoyenneté et

environnement » pour améliorer le cadre de vie à

l’intérieur des collèges et sensibiliser les élèves au

respect de leur environnement.

Un calendrier bien rempli

Les commissions se réunissent régulièrement, et une

séance plénière conclut l’année scolaire. Le premier

rendez-vous s’est tenu le 12 mars. Ils vont bénéficier

ce mois-ci, durant trois jours, d’une formation axée

sur le fonctionnement des institutions.

Au terme de leur mandat, à la fin de l’année scolaire

2009, ils feront le déplacement à Bruxelles pour

découvrir les institutions européennes. « Cette

expérience d’élu est pour nous une grande chance

et une vraie responsabilité. J’espère surtout pouvoir

appliquer les idées sur lesquelles nous travaillons

et faire changer les choses dans la vie du collège

avec l’adhésion de tous les élèves », confie Justine,

présidente de la commission Sport et respect, élue

au collège Paul-Riquet, à Béziers.

plus d’infos www.herault.fr/CDJ/

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


GENS

D’HERAULT

33

Ils créent, ils cherchent, ils portent les couleurs de l’Hérault, ils sont solidaires,

ils vivent dans des paysages extraordinaires, ils font vivre une culture

et un patrimoine. C’est eux et vous, les gens d’Hérault.

34 PORTFOLIO Oiseaux des garrigues

36 ILS AGISSENT À Saint-Gervais-Sur-Mare

38 AVENTURE CITOYENNE La mer et l’enfant

40 AVENTURE SINGULIÈRE La fibre du métier

42 AVENTURES COLLECTIVES

À l’école des Dragons

44 QUESTION DU NET faut-il supprimer les numéros

de département ?

L’INSOLITE

Dans le labo d’Annie Orth,

au CNRS de

Montpellier : 2 500 souris

du monde entier, dont l’étude

aide à percer les mystères

de l’évolution

génétique.


34 GENS D’HÉRAULT

OISEAUX DES GARRIGUES

Aux beaux jours, les

collines héraultaises

deviennent des tremplins

pour les mordus du

parapente.

3

1

2

1 DÉCOLLAGE

Nicolas Brenneur, moniteur de

parapente, avec un passager

sur son biplace. Au sol, Alexandre,

du club Embrusc’ailes, vérifie

que la voile se déploie bien.

2 SÉCURITÉ

Les parapentistes ne plaisantent

pas avec la sécurité : Casque, gants,

parachute de secours, radio VHF

et même airbaig sous les fesses

du passager !

3 CONDITIONS DE VOL

C’est en fin d’après-midi, quand la

chaleur remonte du sol pierreux et

avec une brise de 20 km/h, que les

conditions de vol sont idéales.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


PORTFOLIO 35

4

5

La Séranne

Montjoux

Claret

Vesoles

Pic de Vissou

4 PLAISIR

A 400 m au-dessus du sol, le paysage

se dévoile. Ici, la plaine viticole de Claret

et le Pic-Saint-Loup au loin.

5 ESSAYER

On compte huit clubs et écoles de

parapente dans l’Hérault pour se former

ou simplement s’offrir un baptême de

l’air (entre 60 et 80 € selon les sites).

S’ENVOLER

D’est en ouest notre département

compte cinq sites de parapente.

plus d’infos www.lvllr.net

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


36 GENS D’HÉRAULT

ILS AGISSENT À

SAINT-GERVAIS-

SUR-MARE

La fermeture des mines de charbon après-guerre

annonçait la mort du village. Aujourd’hui, St-Gervais

est bien vivant et son dynamisme , 817 habitants

et 31 associations, contredit la sinistre prédiction.

1

1 LA MAISON CÉVENOLE, C’EST …

l’office de tourisme et le musée des

arts et traditions populaires avec ses

activités de découverte des métiers

d’autrefois.

2

3

2 PROXIMITÉ : 8 COMMERÇANTS

AU CŒUR DU VILLAGE

Dont Cathy Pailhès, lauréate du prix

de la très petite entreprise 2007, qui

tient le point presse et services.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


PORTFOLIO 37

4

4 L’ASSOCIATION

« VIVRE AUX NIERES »,

refait vivre ce petit hameau de Saint-

Gervais. Murs en pierres sèches et

escaladou en bois ont été reconstruits

sur le chemin de Graissessac, vers le

terril des anciennes mines.

Saint-Gervais-sur-Mare

3 GRAND DÉBROUSSAILLAGE !

le collectif des associations a saule

Castrum du XII e siècle de la friche. Place

forte sur les hauteurs du village, le

château protégeait les déplacements

entre le Bas-Languedoc et le Rouergue.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


38 GENS D’HÉRAULT AVENTURE CITOYENNE

La mer et l’enfant

NATHALIE DI MEGLIO a fait des baleines son cheval de bataille : entre projets

éducatifs et recherche, elle offre un « Nouvel horizon » aux enfants malades.

« Fascinée par la mer et les cétacés », Nathalie Di Meglio

a cédé toute petite au chant des baleines. Devenue docteur

en écologie marine, elle n’a pas hésité à fonder EcoOcéan

Institut pour créer ses « propres programmes de recherche

dans un domaine non lucratif » : la protection et

la conservation des vertébrés marins. Plongée « à temps

plus que plein » dans la gestion de son association, Nathalie

aurait pu en rester là. C’était sans compter avec son

tempérament altruiste et une vocation de pédagogue.

« Formée à l’animation et à l’enseignement, j’avais besoin

de transmettre », résume cette Montpelliéraine au

regard pétillant.

Soutenue par le Conseil général et en lien avec le CHU

Arnaud-de-Villeneuve à Montpellier, elle a lancé le projet

« Nouvel Horizon » : chaque été, des enfants atteints de

cancer embarquent à Toulon pour une semaine de voile,

NATHALIE DI MEGLIO

A Montpellier depuis 1986

1990 : commence à travailler sur les cétacés

de Méditerranée

Avril 2004 : fondation d’EcoOcéan Institut

avec Léa David.

Juin 2005 : Début d’Impact-Cet ® (recherches sur

l’impact des activités humaines sur les cétacés).

Juillet 2006 : 1 ère croisière « Nouvel Horizon ».

« Une bouffée

d’oxygène pour

des enfants

marginalisés

par la maladie. »

à la rencontre des

cachalots et autres

dauphins. Le but

n’étant pas de

« consommer, mais

de recevoir et de

redonner à la nature

» : la croisière

s’amuse... intelligemment

! Entourés d’un chercheur, d’un animateur

et du skipper, sept moussaillons de 11 à 17 ans participent

ainsi à la collecte de données scientifiques :

« Ils comptent les souffles des baleines, identifient les

espèces... Des jeux et des vidéos leurs expliquent les menaces

qui pèsent sur elles et comment les protéger. » Agir

pour l’environnement, hisser les voiles, rédiger un carnet

de bord, vivre ensemble ou mettre la main à la pâte - du

fondant au chocolat ! À la « grande joie » de Nathalie.

« Ces initiatives valorisantes sont une bouffée d’oxygène

pour des enfants parfois marginalisés par la maladie, qui

se livrent à nous souvent lors des quarts de nuit, propices

aux confidences. » D’où son désir de poursuivre « cette

belle aventure » tout en mettant le cap sur les écoles et les

maisons pour tous. Pour d’autres missions éducatives !

plus d’infos 04 34 35 52 97 et www.ecoocean-institut.org

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


40 GENS D’HÉRAULT

LE CHEF-D’ŒUVRE DE CÉCILE, Meilleur Ouvrier de France 2007 en marqueterie.

La fibre du métier

AU TERME D’UN PARCOURS FULGURANT,

une jeune Biterroise est

devenue Meilleur ouvrier de France

en marqueterie.

Une patience d’ange. Des doigts de fée. Et 1 700

heures de travail acharné. C’est ce qu’il aura fallu à

Cécile Fouquet pour créer son tableau sur le thème

imposé au 23 e concours du Meilleur ouvrier de

France (MOF), section marqueterie : la reproduction

d’une femme à l’ombrelle du dessinateur-sculpteur

Pierre Sizonenko. Comme chaque candidat à

« cette rude épreuve », elle a connu « les moments

de doute et de découragement », sacrifié son temps

libre… Et même quelques deniers « pour acheter des

feuilles de placage — en scié — plus chères car de

meilleure qualité ». Mais aussi plus difficiles à travailler

!

La précision d’un orfèvre

Résultat ? A 24 ans, elle est la seule, sur une quarantaine

d’inscrits, à avoir obtenu la consécration.

Une prouesse au vu de la maîtrise exigée : tracer

le dessin, préparer et découper les bois - souvent

de l’épaisseur d’un ongle -, puis monter, coller, racler,

poncer… « A chaque étape, le moindre faux

pas peut tout détruire », confirme ce bout de

femme discret, que rien ne destinait au métier.

« Après un BTS agricole, raconte Cécile, j’ai passé des

mois à chercher un emploi. Sans succès. » Attirée par

le travail manuel et « fuyant l’inactivité », elle se lance

alors dans une formation dispensée par Olivier Cheymol,

MOF 2000 en marqueterie.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


AVENTURE SINGULIÈRE 41

Une boutique en perspective

Son professeur se souvient d’une élève «très réceptive,

d’une rare dextérité, qui manquait de confiance

en elle mais pas de ténacité », et qu’il fut peu surpris

de voir revenir un mois plus tard, « bien décidée à se

perfectionner ». Son œuvre de fin de stage remportera

le premier prix aux Journées internationales de la marqueterie

2004. Lucide quant à « l’impact des médailles

dans ce métier confidentiel », l’artiste assure son quotidien

en travaillant à la cafétéria d’un supermarché.

Mais elle pourrait à l’avenir ouvrir un atelier au sein

du pôle des métiers d’art en projet à Béziers : ne dit-on

pas que toucher du bois porte chance ?

plus d’infos 04 67 28 57 11

« Un diplôme de l’Education

nationale »

Philippe Bot

Commissaire départemental aux expositions nationales

du travail

« Ouvert tous les trois ans

par le comité d’organisation

des expositions du

travail, ce concours est né

après la Première Guerre

mondiale - en 1924 - pour

relancer l’artisanat de

qualité. Pour s’y inscrire,

il suffit d’avoir 23 ans

minimum dans l’année du

concours. A ce jour, 8 456

lauréats ont été désignés

dans près de 200 secteurs

d’activité : outre la notoriété,

ils obtiennent un

diplôme de l’Education

nationale de niveau bac +

2, permettant de porter le

titre de maître artisan. »

MEILLEUR OUVRIER DE FRANCE

HÉRAULTAIS

Jamais deux sans trois !

Cécile Fouquet n’est pas la seule Héraultaise

à avoir été médaillée Meilleur ouvrier de France

2007. Ont aussi été épinglés le luthier montpelliérain

Pierrick Brua (37 ans), spécialiste

des guitares acoustiques jazz et folk, et

Gérard Cabiron (38 ans). Cogérant de Cabiron

Traiteur et gérant de l’Atelier du chocolat

à Montpellier, ce dernier a rejoint la crème

des artisans pâtissiers-glaciers !

La guitare de concert

à six cordes en nylon

(photos), signée

Pierrick Brua, a séduit

les jurys composés

de professionnels.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


42 GENS D’HÉRAULT

LE TAEKWONDO, UN ART MARTIAL, mais aussi une école de la vie pour les enfants de Bagatelle.

MONTPELLIER

A l’école des Dragons

LE TAEKWONDO DRAGONS TEAM est bien

plus qu’une fabrique de champions. Cette

grande famille de 350 membres réchauffe

tout un quartier de Montpellier.

« Quand les Dragons débarquent dans une compèt’, on

entend : “ Regarde, c’est l’ONU qui arrive ! ”, tellement il

y a de couleurs, d’origines, « Rebeus », Asiatiques, Malgaches,

Gitans, Français… » Karim Bellahcene est le créateur

du Montpellier Elite Taekwondo Dragons Team, élu

meilleur club français 2008 - parmi 880 - par la fédération.

Une association à l’image de son quartier cosmopolite,

Bagatelle, où vivent des familles souvent modestes. La

vie n’est pas toujours tendre, les gamins prennent parfois

le mauvais virage. Le miracle de Bagatelle, ce sont

les Dragons. Trois cent cinquante mômes, ados, adultes,

qui ne ratent pas un entraînement. Même si, pour une

minute de retard, c’est vingt pompes, ils les font sans

rouspéter. Ici, c’est respect et discipline, mais avec le

sourire. Le club a enfanté des dizaines de champions, de

France, d’Europe, et un champion du monde junior.

Karim Bellahcene, c’est le papa exigeant, le grand frère

chaleureux. Avec une histoire familiale : en 2000, Karim

et son père, éducateur, veulent ouvrir un club dans leur

quartier pour ces jeunes déracinés. Le père, Jean-Claude,

décède brutalement. Le fils va réaliser leur rêve. « Je donnais

deux cours dans une salle sans matériel. Les bénévo-

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


AVENTURES COLLECTIVES 43

les sont arrivés, c’est sur cet esprit famille que tout s’est

bâti. On est passés à 350 élèves. Les profs, les champions

d’aujourd’hui sont les gamins des débuts. »

Le champion du monde junior, positionné pour les JO

de 2012, Yassine Belhadj, 18 ans dont onze au club, témoigne

: « C’est plus que des amis, quand l’un a des problèmes,

les autres ne le laissent pas tomber. Et ils m’ont

évité de prendre la grosse tête ! »

L’autre réussite : un Dragon sur deux est une Dragonne.

Les familles savent que leurs filles sont protégées par

cet art martial qui canalise les énergies et par l’esprit

du club, qui régule la vie du quartier. Hind Zouak, 18

ans, ex-championne d’athlétisme, a abandonné pour le

taekwondo : « L’athlé, c’était chacun pour soi. Ici, c’est

l’individuel avec l’esprit d’équipe. Au début, mon père l’a

très mal pris, maintenant il est fier de ma motivation. »

Motivés, les Dragons le sont pour leur sport, mais aussi

pour le reste. Quand ils arrivent, ils signent un pacte :

« Tu bosses à l’école, pas de bagarres à l’extérieur, et tu

arrives à l’heure. » C’est tout ou rien. Et ça marche. Le

souffle du dragon tient chaud à tout un quartier.

plus d’infos www.montpellier-elite.com

KARIM BELLAHCENE (à g.) : « Les gamins du début sont les champions

d’aujourd’hui ». A dr. le champion du monde junior, Yacine Belhadj.

RETOUR SUR...

Elles ont les clés

du garage

Cent voitures réparées, vingt vendues le

premier mois : ça marche fort pour le Garage

au féminin, ouvert en début d’année au Crès.

Avec douze filles que nous avions rencontrées

en avril 2006 (L’Hérault n°146) lors de leur

formation aux métiers de l’automobile à Base

34. « Ces pionnières montrent que les femmes

peuvent exceller dans les métiers d’homme »,

explique Hervé Malige, directeur de Base 34.

Il tient les rênes du garage, « je les confierai

à Sandra dès qu’elle sera rôdée ». Les dix salariées

ont des parts dans la société, les décisions

se prennent en commun. Côté clients,

c’est 50-50 entre les hommes et les femmes,

celles-ci se disent « plus en confiance ». La

formation, elle, va être dupliquée en région

parisienne, et peut-être à Nîmes.

(*) 570 route de Nîmes, Le Crès, 04 67 70 02 02.

Base 34, 04 67 70 02 02.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


44 GENS D’HÉRAULT QUESTION DU NET

WWW.HERAULT.FR, ajoutez sans tarder cette adresse à vos favoris internet.

Actu au jour le jour, agenda des loisirs, débats,… On a tous quelque chose à faire

sur le webmagazine du Conseil général !

Faut-il supprimer les numéros

de départements ?

Vous avez déjà dit

La suppression du

chiffre « 34 » sur nos

plaques d’immatriculation,

ça vous chatouille

ou ça vous gratouille ? Le

1 er janvier 2009, les préfectures

ne délivreront

plus que des suites de

lettres et de chiffres ne

permettant pas d’identifier

géographiquement le

véhicule. Est-ce un progrès

ou une perte ? Sur

herault.fr, vous avez jusqu’au

15 avril pour prendre

position sur le sujet.

Futile en apparence

peut- être, mais qui pose

le problème de l’identité

dans le contexte d’une

proposition du récent

rapport Attali : la suppression

pure et simple

des Départements.

Chaque mois,

sur le tout nouveau

webmagazine vous

pourrez donc participer

à un débat concernant

l’Hérault. Vos réactions,

publiées dans le cadre

d’une charte des commentaires,

alimenteront

la rubrique « Pour ou

contre » du site d’info

départemental. Et la

synthèse du débat sera

transcrite chaque mois

sur cette page du magazine

de l’Hérault.


Je suis favorable

à la suppression

des numéros de

département sur les

plaques d’immatriculation

des véhicules

parce que je pense

qu’en France il est

temps de rationaliser

tout ça. On n’a pas

besoin d’une identité

départementale

sur une voiture,

c’est tout. »

François – 23 ans


Je suis contre

la suppression

des numéros de

département tout

simplement parce

que c’était sympa

de se repérer selon

son origine géographique.

On a tous

nos traditions donc

c‘était bien de s’y

retrouver avec les

numéros de département.

»

Nelly – 28 ans .

Tous les autres

commentaires sur

www.herault.fr

UNE PREMIÈRE

herault.fr est le premier

site d’info en

ligne créé en France

par un Conseil général.

Vous y trouvez

l’actu sur le terrain

du Département, des

infos services (météo,

travaux sur les

routes), vous pouvez

aussi annoncer un

événement dans votre

commune.

Donnez votre avis sur

www.herault.fr

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


SORTIR

45

POUR TOUT BAGAGE : PETIT GRIS, d’après Elzbieta. Théâtre, danse, masques et marionnettes… l’un des nombreux spectacles offerts aux

petits et grands.

COUP DE CŒUR

DU 3 AU 25 MAI

DANS 25 COMMUNES

Grands spectacles

pour les petits

C’est la fête avec Saperlipopette,

voilà Enfantillages ! la

11 e édition du festival vient

réveiller nos sens et habiter

les jardins du Domaine

d’O à Montpellier avec une

vingtaine de spectacles dont

quatre créations. La cigogne

au long bec viendra aussi

déposer son humour et sa

poésie dans près de vingtcinq

communes du départe-

ment. Découvrez le magicien

qui fait jouer les ombres

avec Xavier Mortimer dans

l’Ombre orchestre, de jeunes

acrobates tunisiens du

cirque de Tunis, la musique

de noces avec le Klezmer

Circus venant de Barcelone,

des marionnettes volatiles

espagnoles dans Eh esperadme

!, et encore plein de

drôles d’oiseaux du centre

des arts du cirque Balthazar,

cachés dans les bosquets et

jouant les funambules jusqu’au

sommet des arbres.

Rens. : 04 67 99 25 00 et

www.herault.fr

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


46 SORTIR

JUSQU’AU 13 AVRIL

MONTPELLIER

Expo à

la Galerie d’O

A l’issue de sa résidence d’artiste,

Marie Denis expose les

œuvres créées tout au long

de son installation temporaire

au Château d’O. Avec une

prédilection pour l’univers

végétal et les paysages, Green

Spirit imagine un travail

autour de la plante verte

comme créatrice de portrait

social. Entrée libre.

Du mardi au dimanche

de 14 h à 17 h 15.

Rens. : 04 67 67 69 83.

CAMPAGNE

GIGNAC

MONTPELLIER

ST-JEAN-

PÉZENAS

DE-VÉDAS

VENDREDI 11 ET SAMEDI 12 AVRIL

MONTPELLIER ET SAINT-JEAN-DE-VÉDAS

Escales en Méditerranée

Les Rencontres Méditerranéennes poursuivent leur

voyage et proposent avec Escale sur le port de

Sète une évocation des ports dans un langage très

contemporain. Théâtre de rue, projections lumineuses,

concerts, café-rencontre avec dégustations et

musique, ateliers d’initiation aux joutes, exposition

de pavois illustrés par des artistes sétois… De

l’esplanade de la médiathèque à Saint-Jean-de-

Védas au quartier Mosson, théâtre Jean-Vilar et

maison pour tous Léo-Lagrange à Montpellier.

Entrée libre. Rens. : 04 67 67 70 46.

SAMEDI 12 AVRIL

GIGNAC

De la terre

aux étoiles

Une journée familiale et pédagogique

dans les anciennes

gravières au riche milieu écologique,

avec ateliers nature,

petite pêche aux animaux

et soirée astronomique avec

Alain Jupin, après un apéritif

partagé et un repas tiré du

sac. 5 € par famille.

Rens. : 04 67 57 25 44.

SAMEDI 19 AVRIL

PÉZENAS

Jazz des années 50

Le Minton’s Jazz Quintet

offre un répertoire d’arrangements

personnels des grands

standards qui ont marqué

l’époque du be-bop et

du swing, immortalisée

par Charlie Parker, Dizzy

Gillespie, Clifford Brown,

Miles Davis, Stan Getz et

bien d’autres grands du jazz.

A 22 h à la Station Mir.

Tarif de 8 € à 15 €.

Rens. : 04 67 98 54 23.

SAMEDI 3 MAI

CAMPAGNE

Vin gourmand

Journée Vèrévin pour découvrir

et promouvoir les vins

et produits régionaux. À 9 h

30, dégustation au caveau

des vignerons du Sommiérois,

puis à 11 h 30, abrivado avec

la manade Vitou, suivie d’un

apéritif. L’après-midi, exposition,

artisanat et stands

de découverte des senteurs

et arômes du terroir, avec

course de barriques, défilé à

l’ancienne, nouvelles dégustations

aux caveaux à 18 h et

à 23 h, retraite au flambeaux

et feu d’artifice. Le tout avec

peñas et animation musicale

Restauration possible sur

place avec paella, gardianne

et grillades.

Rens. : 06 79 66 58 55.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


SORTIR 47

CAZOULS-LÈS-

BÉZIERS

PÉZENAS

BÉZIERS

CLARET

PIC ST-LOUP

FOZIÈRES

DIMANCHE 13 AVRIL

CLARET

Trail de la Taillade

Rendez-vous pour raffermir

les mollets ankylosés

par l’hiver. Une course

destre pour adultes

de 15 km (400 m

de dénivelé). Départ

9 h 30 du centre

du village. Inscription

10 € avant le 13,

et 12 € le jour même.

Buffet campagnard offert

aux participants

et convivialité garantie.

Inscription : 06 31 61 99 25.

LES 11, 12 ET 13 AVRIL

CAZOULS-LÈS-

BÉZIERS

Cirque en cavale

Itinérant, populaire et

autonome, Zanzibar Cirque

en cavale crée une relation

étroite entre la piste et le

spectateur, un langage commun,

authentique et intime,

qui donne au spectacle son

unicité. Dans le cadre des

programmations de

SortieOuest. Sous chapiteau.

Les vendredi et samedi à

21 h, le dimanche à 18 h.

Tarif de 6 € à 15 €.

Rens. : 04 67 28 37 32.

LES 11, 12 ET 13 AVRIL

PIC SAINT-LOUP

Festival Passerelles d’avril

Voix et musique s’accordent pour trois concerts suivis

de dégustations des vins du Pic Saint-Loup. Le 11 à

20 h 30 à l’église de Valflaunès : Ensemble vocal Luis

Barban et le chœur de Saint-Mathieu-de-Tréviers

(10 €). Le 12 à 20 h 30 à la salle polyvalente

de Claret, A Filetta, joyau de la polyphonie corse (15 €

et 20 €). Le 13 à 17 h à l’église de Pourols de Saint-

Mathieu-de-Tréviers, les Manufactures verbales (15 €).

Rens. : 06 03 78 29 28.

DIMANCHE 27 AVRIL

FOZIÈRES

Théâtre musical

Paradis, etc. une création

de l’Art compagnie. Trois

femmes sur un banc, telles

les Parques au clair de

lune, regardent se dérouler,

se mêler ou se rompre

les fils du destin. Entre le

détail et l’universel, les comédiennes

et les musiciens

font naître lors de cette

veillée de chants et de récits,

une comédie humaine

mordante et poignante. A

18 h à la salle des fêtes.

Tarif de 5 € à 7 €, gratuit

pour les moins de 12 ans.

Rens. : 04 67 44 51 52.

DU 22 AU 27 AVRIL

PÉZENAS

Printival

Boby Lapointe

9 e édition d’un festival qui

fait la part belle aux groupes

de chanson française

de la région. 11 groupes

d’artistes émergents de la

nouvelle scène française. Au

Magic Printival, chapiteau

baroque de bois, de miroirs

et de velours installé pour

l’occasion sur la place centrale,

dans les hôtels particuliers,

à l’Illustre Théâtre, à la

Station Mir : des concerts,

spectacles, débats et rencontres,

Ouverture du festival

le 22 à 19 h au Magic

Printival avec L’Herbe Folle,

chansons métissées au son

des accordéons qui abordent

tous les styles sans s’arrêter

sur aucun. Tarif : 5 €.

Rens. : 04 67 21 29 56.

N°168 – AVRIL 2008

www.herault.fr


48 SORTIR gratuit ou presque jeune public

LES BONS PLANS

ST-PONS-DE-

THOMIÈRES

SORBS

LES MATELLES

OLARGUES

LUNEL

PRADES-LE-LEZ

MONTPELLIER

BÉZIERS VILLENEUVE-LÈS-MAGUELONE

JEUDI 10 AVRIL

DU 8 AU 19 AVRIL

MONTPELLIER

Théâtre d’O

A 19 h, au studio Gabriel-

Monnet, restitution d’atelier

d’écriture sur le thème de la

saison écoulée : révoltes et

renoncements, avec Perrine

Griselin, suivie à 20 h 45, à

la salle Paul-Puaux d’une

lecture-spectacle Prendre

appel, donner corps, rendre

l’âme, par la compagnie

Machine Théâtre.

4 €, gratuit pour les abonnés.

VILLENEUVE-LÈS-

MAGUELONE

Fêtes singulières

La Caravane des Arts

Singuliers, une exposition

foisonnante d’œuvres

insolites et un festival

pour jeune public : danse,

contes, théâtre, marionnettes,

rencontres avec

les artistes. Au théâtre.

Rens. : 04 67 69 58 00.

Rens. : 04 67 67 66 66.

DU 18 AU 20 AVRIL

DU 22 AU 24 AVRIL

jardinage ! Gratuit mais sur

inscription au 04 67 97 88 01.

ST-PONS-DE-THOMIÈ-

RES, LUNEL, BÉZIERS

Concerts gratuits

L’Ochestre départemental

amateur de l’Hérault ,composé

de plus de 70 musiciens,

se produit sous la direction

de Lionel Giroud : le 18 à

18 h à la salle des fêtes de

Ponderach à Saint-Pons-de-

Thomières, le 19 à 18 h

à la salle Georges-Brassens

de Lunel, et le 20 à 18 h

à SortieOuest, domaine

de Bayssan, à Béziers.

Rens. : 04 67 45 71 10

et www.addm34.fr

SAMEDI 12 AVRIL

SORBS

Rencontre

patrimoine

Balade et présentation du

livre de Jérémy Beaumes

sur les oiseaux des causses

méridionaux. A 15 h sortie

encadrée de découverte

et d’observation, suivie

à 19 h à la salle des fêtes,

d’un diaporama et de

la présentation du livre.

Tout public et accès libre.

Rens. : 04 67 44 51 52.

PRADES-LE-LEZ

Graines de paysans

Ateliers pour les 5-7ans et

8-12 ans, pour découvrir la

diversité des produits de la

terre et des pratiques agricoles.

Tous les jours de 14 h à

17 h à la Maison de l’Environnement.

Gratuit mais sur

inscription au 04 99 62 09 40.

DU 21 AU 25 AVRIL

OLARGUES

Paysans

en culotte courte

Ateliers pour les 6-12 ans

avec le centre Cebenna et la

Maison départementale de

l’environnement. Tous les jours

de 14 h à 17 h, chausse tes

bottes et prépare tes outils

pour tout découvrir sur le

JEUDI 1 er MAI

LES MATELLES

11 e journée

du livre ancien

Le jeudi de l’Ascension devient

le rendez-vous des amoureux

du livre ancien. Des berges

du Lirou jusqu’au cœur du

village médiéval, bouquinistes,

relieurs et libraires exposent

livres rares ou épuisés,

BD, de 8 h à 19 h.

Rens. : 04 67 84 16 26.

LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DE L’HÉRAULT – 1000 RUE D’ALCO – 34087 MONTPELLIER CEDEX 04

More magazines by this user
Similar magazines