Plage du Petit et Grand Travers - Conseil Général de l'Hérault

herault.fr

Plage du Petit et Grand Travers - Conseil Général de l'Hérault

Plage du Petit et

du Grand Travers

Un site à protéger ensemble


La plage du Petit et du Grand Travers, comme

une grande partie du lido est menacée

par l’érosion. Ce phénomène touche

aujourd’hui le quart du littoral français

et près de 20 000 km de côtes européennes.

Ici, le site est exposé à deux types de menaces.

• D’abord, des causes naturelles : la montée du

niveau de la mer et les tempêtes de plus en plus

nombreuses malmènent les plages de sable.

• Ensuite, des causes humaines : les barrages sur

les fleuves côtiers, les digues et les ports maritimes

limitent le déplacement naturel du sable. Les plages

se rechargent donc moins qu’avant en sédiments.

Par ailleurs, la grande fréquentation de ce lieu,

notamment en voiture, accentue cette érosion.

Conséquence : à Carnon, le trait de côte a reculé

de 5 mètres par an entre 1989 et 1995 et 1,5 mètre

par an jusqu’en 2007.

Tout le monde est d’accord pour préserver cet endroit :

le protéger sans en faire un sanctuaire. C’est le choix

des partenaires qui, ensemble, ont décidé de mettre

en œuvre des actions fortes.

Prenez la navette des plages,

les week-ends de juin et tous

les jours en juillet et août.

Départ du Parc expo à Pérols.

herault-transport.fr


Un site naturel rare

pour la faune et la flore

Le lido du Petit et du Grand Travers abrite un

patrimoine naturel typique du littoral languedocien.

Les milieux d’arrière-dune plus humides abritent un cortège

très riche d’espèces végétales d’interêt patrimonial et notamment des

orchidées (Spiranthe d’été, Epipactis des marais, Orchis des marais...).

En partant de la plage aux dunes jusqu’aux milieux boisés en passant

par les zones humides, on trouve une diversité d’espèces végétales et

animales exceptionnelle.

Près de la plage, on rencontre le cordon de dunes

mobiles.

Il est issu d’une accumulation

de sable liée à la présence

d’espèces fixatrices comme l’Oyat.

Spiranthe d’été (Spiranthes aestivalis),

espèce protégée au niveau national.

Epipactis des marais (Epipactis palustris).

Les dunes mobiles et le chardon bleu,

espèce emblématique du littoral.

L’immortelle des sables est une espèce

caractéristique des dunes fixées.

Les zones paturées

du Grand Travers

abritent une population de plus de

mille pieds d’Orchis des marais,

qui constitue sans doute une des

stations les plus remarquables de

la région.

Viennent ensuite

les dunes fixées.

Ce sont des milieux plus protégés

du vent et des apports d’embruns

que la dune mobile, où la végétation

est plus diverse et dense.

Lis de mer (Pancratium maritimum),

espèce remarquable des milieux dunaires.

Milieux d’arrière-dune.

Orchis des marais

(Orchis laxiflora ssp. palustris).


Les mares du Grand Travers abritent en période

de reproduction de nombreux amphibiens.

Des actions pour

la protection du Petit

et du Grand Travers

La mare, un milieu vulnérable

pour la reproduction des amphibiens.

Pélobate cultripède (pelobates cultripes).

Les reptiles affectionnent

tout particulièrement les milieux

secs et ensoleillés.

Couleuvre de Montpellier.

Pélodyte ponctué

(Pelodytes punctatus).

Lézard ocellé.

1/ Le réensablement

Début 2008, près d’un million de mètres cubes de sable ont été pompés

au large de l’Espiguette grâce à des méga-barges d’une capacité d’un

millier de camions environ. Résultat : une plage élargie de 40 à 50 mètres

selon les endroits. Financement : Sivom de la Baie d’Aigues-Mortes, Etat,

FEDER (Europe), Conseil général de l’Hérault, Région Languedoc-Roussillon.

2/ Le renforcement des dunes

Tout le long de la plage, des ganivelles* ont été installées pour garantir

la fixation des dunes.

* Ganivelles : barrières de bois servant à retenir le sable.

Elles permettent de rehausser les dunes sans nuisance pour l’environnement.

3/ L’accueil sur le site

Le rond-point d’accès à la plage du Petit Travers a été déplacé afin

de mieux desservir l’aire de stationnement gratuite, accessible depuis

le début de l’été 2009. Au total, plus de 500 places pour les riverains

et les touristes. En plus de cet équipement nouveau, la route, désormais

à sens unique a été transformée pour laisser la place à une piste cyclable

et un cheminement piéton. Enfin prochainement, un bâtiment sanitaire

de qualité sera installé près du parking, pour assurer le meilleur confort

possible aux amoureux de la plage.

4/ Une concertation

pour poursuivre la protection

durable du site

Une réflexion approfondie sur le devenir du site, son évolution,

et l’élaboration d’un plan de gestion, pilotées par le Conservatoire

du littoral en partenariat étroit avec les collectivités locales et l’État,

sont en cours. C’est à travers une très large concertation, associant

l’ensemble des utilisateurs et des usagers de la plage, que seront

apportées des réponses communes aux enjeux environnementaux,

économiques et sociaux de ce site majeur. Objectif : préserver

durablement le site sans réduire sa capacité d’accueil.


PEFC / 10-31-1319

SIVOM

des Communes

littorales

de la Baie

d’Aigues-Mortes

Mauguio-Carnon

Conseil général de l’Hérault

1000, rue d’Alco

34087 Montpellier Cedex 04

Tél. : 04 67 67 67 67

herault.fr

Direction de la communication du département de l’Hérault – Conception et création : – Crédits photos : Claude O’Sughrue / CEN L-R : M. Klesczewski, T. Gendre, X. Rufray – imprimé sur du papier recyclé - Juin 2009 - Ne pas jeter sur la voie publique

More magazines by this user
Similar magazines