Peter Kuon, L'écriture des revenants. Lecture de témoignages de la déportation politique.

fondationauschwitz

Peter Kuon, L'écriture des revenants. Lecture de témoignages de la déportation politique,Paris, Kimé / Fondation Auschwitz, Coll. « Entre histoire et mémoire », n° 9, 2014, 456 p. (ISBN 978-2-84174-646-0 ; 28,00 €)
Que faire des centaines et milliers de textes que nous ont légués les survivants des camps de concentration et d’extermination nationaux-socialistes ? Ces textes qui peuvent apparaître monotones et répétitifs, peu fiables aux dires des historiens, à l’écriture souvent maladroite de l’avis des littéraires. L’auteur propose un mode de lecture qui se met à l’écoute des revenants cherchant les mots pour dire une réalité insaisissable. En faisant dialoguer les textes au sujet d’une expérience commune (l’arrivée, la déshumanisation progressive, la découverte des ressorts de défense, la libération), il décèle dans les plis d’écritures inégales, entre le dit et le non-dit, la vérité subjective du témoignage, littéraire ou non.

Entre Histoire et Mémoire

Peter Kuon

L’écriture

des revenants

Lectures de témoignages

de la déportation politique


Sommaire

Préface...................................................................................................... 11

Avertissement éditorial............................................................................ 17

Méthodes

Chapitre I : Témoignages de la déportation politique.............................. 21

1. L’autonomie du témoignage.......................................................................25

2. La déportation politique : l’exemple de Mauthausen.................................31

3. Le corpus de Mauthausen : description et chronologie.............................35

Chapitre II : Analyse sémiotique du témoignage..................................... 49

1. L’appareil péritextuel.................................................................................49

2. La fonction référentielle du témoignage.....................................................53

3. La fonction expressive du témoignage........................................................57

4. La fonction appellative du témoignage......................................................67

5. La fonction représentationnelle du témoignage.........................................76

6. Une textualité hybride................................................................................80

Expériences

Chapitre III : L’arrivée............................................................................. 89

1. La gare........................................................................................................89

2. La forteresse...............................................................................................93

3. Le camp.......................................................................................................95

4. Le troc.........................................................................................................98

5. Le rasage..................................................................................................100

6. Le récit......................................................................................................106

Chapitre IV : La déshumanisation......................................................... 109

1. La métamorphose.....................................................................................109

2. Les métaphores animales..........................................................................114


4 L’écriture des revenants

Sommaire

5

3. Une nouvelle espèce humaine...................................................................118

4. La déshumanisation vécue........................................................................126

5. La déshumanisation vue...........................................................................134

6. Le musulman.............................................................................................139

Chapitre V : Résilience et résistance...................................................... 151

1. Rêves concentrationnaires........................................................................152

2. Rêve et résilience......................................................................................167

3. Images d’ailleurs et mémoire culturelle...................................................170

4. La fraternité..............................................................................................178

5. La logique nationale.................................................................................184

6. La solidarité..............................................................................................192

7. La résilience féminine...............................................................................199

8. Les raisons de la survie............................................................................216

Chapitre VI : La Libération.................................................................... 223

1. La Marseillaise.........................................................................................224

2. Récit et idéologie......................................................................................230

3. Déconstructions........................................................................................241

4. L’écriture autobiographique.....................................................................247

5. Une mémoire polyphonique......................................................................250

Écritures

Chapitre VII : Écriture et mythification................................................. 255

1. La dernière forteresse de Pierre Daix.......................................................256

2. Le tunnel d’André Lacaze.........................................................................267

Chapitre VIII : Écriture et trauma.......................................................... 285

1. Écritures traumatisées..............................................................................287

2. Écritures du trauma..................................................................................296

Chapitre X : Écriture et vérité................................................................ 339

1. N. N. et Les murs éclatés de Violette Maurice.........................................340

2. Les morts inutiles de François Wetterwald..............................................346

3. Le pain des temps maudits de Paul Tillard..............................................352

Conclusion

Lectures.................................................................................................. 365

Annexes

Annexe 1 : Classement général du corpus

de Mauthausen en langue française....................................................... 373

Annexe 2 : Classement détaillé du corpus

de Mauthausen en langue française....................................................... 374

Annexe 3 : Classement chronologique

du corpus de Mauthausen....................................................................... 417

Annexe 4 : Classement des auteurs

selon leur arrivée à Mauthausen............................................................ 423

Annexe 5 : Synopsis des moments clefs

de la libération du camp d’Ebensee....................................................... 426

Bibliographie.......................................................................................... 427

Index des noms...................................................................................... 443

Index thématique.................................................................................... 448

Remerciements....................................................................................... 457

Chapitre IX : Écriture et poésie............................................................. 307

1. Larmes publiques et Alerte aux ombres de Jean Cayrol..........................308

2. Poèmes du camp d’André Ulmann...........................................................324

3. Eaux mortes de Violette Maurice..............................................................331


Préface

Le prix Nobel de littérature, décerné en 2002 à Imre Kertész, a donné

ses quartiers de noblesse à toute une littérature issue des camps de concentration

et d’extermination nazis qui, pourtant, dès ses premières œuvres,

n’a pas manqué de reconnaissance publique : David Rousset, rescapé de

Buchenwald, reçut, en 1946, le prix Renaudot pour L’univers concentrationnaire

; Jean Cayrol, survivant de Mauthausen, se vit attribuer le même

prix, un an après, pour Je vivrai l’amour des autres ; André Schwarz-Bart,

Juif français d’origine polonaise dont les parents, deux frères et une grandtante

furent déportés et assassinés, obtint, en 1959, le Prix Goncourt pour

son roman Le dernier des justes ; Primo Levi, survivant d’Auschwitz dont

le premier témoignage – capital – Si c’est un homme (Se questo è un uomo)

ne trouva l’éditeur prestigieux qu’il méritait qu’onze ans après sa première

publication en 1947, fut honoré en 1963 du prix Campiello pour son récit de

retour La trêve (La tregua). Depuis, d’autres auteurs ont prolongé cette liste.

Il n’y a rien d’étonnant à ce que l’attention du public et de la critique

se focalise sur les textes dont la qualité littéraire fait l’unanimité – et auxquels

on pourrait ajouter, en France, L’espèce humaine (1947) de Robert

Antelme, La nuit (1958) d’Élie Wiesel et la trilogie Auschwitz et après

(1965-1971) de Charlotte Delbo. Mais on peut se demander pourquoi la

recherche universitaire se contente d’étudier la partie visible d’un iceberg

sans s’intéresser au volume bien plus important qui reste caché sous l’eau.

En effet, les quelques œuvres de notoriété publique qui constituent désormais

le canon de la littérature des camps émergent d’un immense magma


12 L’écriture des revenants

Préface

13

textuel aux contours incertains. L’argument, qui sert à renvoyer dans

l’ombre les centaines et milliers de textes publiés dans toutes les langues

d’Europe par les rescapés des camps nazis, est leur apparente uniformité.

« Nombreux sont les récits des survivants 1 », écrit Hannah Arendt dans

Les Origines du totalitarisme, publié en 1951, pour ajouter, en 1955, dans

l’édition allemande « et [ils sont] d’une monotonie frappante ».

Le verdict de Hannah Arendt non seulement empêche jusqu’à nos jours

une plus juste appréciation des témoignages mais soulève encore un sérieux

problème moral parce qu’il renvoie les survivants à l’anonymat d’où ceuxci

voulaient sortir par leur écriture. Libérer les textes des survivants du

reproche de leur monotonie exige de notre part, cependant, l’effort d’une

lecture qui s’intéresse moins aux faits qu’ils rapportent mais qui met en

valeur la vérité subjective d’une expérience vécue.

Le but du présent livre est de proposer un mode de lecture qui va à l’encontre

du lieu commun de la monotonie afin de faire apparaître la diversité

de la littérature des camps. Les écrits mémoriels des rescapés n’ont pu être

compris comme monotones que parce qu’on leur a appliqué des critères de

lecture qui passent à côté de leur statut textuel. On comprend que l’historien

s’attachant à reconstruire l’histoire de la déportation et des camps considère

ces écrits comme des sources peu fiables, sujettes à caution, qu’il faut passer

au crible de l’examen critique. Et on comprend que le littéraire ne retient

de la production des survivants que les œuvres les plus éminentes, celles

qui s’intègrent sans trop de difficulté dans une esthétique littéraire, celles

qui se prêtent le plus facilement aux lectures critiques traditionnelles. Mais

ces textes ne se placent ni du côté de la source historique ni du côté de la

représentation littéraire ; ils se situent dans un entre-deux, un tiers espace,

difficile à cerner.

Le statut textuel d’un écrit de rescapé est celui d’un témoignage. Un

témoin est une personne qui, ayant vu ou entendu, fait un rapport sur l’événement.

Son autorité repose sur l’affirmation vérifiable d’y avoir été 2 et

(1) Hannah Arendt, Les origines du totalitarisme. Eichmann à Jérusalem, traduit de l’anglais

par Jean-Loup Bourget, Robert Davreu, Anne Guérin, Martine Leiris, Patrick Lévy et

Micheline Pouteau, révisé par Michelle-Irène Brudny-de Launay, Hélène Frappat et Martine

Leibovici, édité par Pierre Bouretz, Paris, Gallimard, coll. Quarto, 2002, p. 784.

(2) Renaud Dulong, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle,

Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, coll. Recherches d’histoire

l’engagement solennel, pris en public, de dire la vérité. Cette prétention à

dire la vérité, qui est au cœur du témoignage 3 , resterait sans effet, si elle ne

rencontrait la disposition des auditeurs à écouter le témoin et à ajouter foi

à ses paroles. La vérité du témoignage ne se résume pas à l’attestation de

tel ou tel fait, de tel ou tel crime. S’il est vrai qu’on trouve dans les écrits

des rescapés de telles attestations précises, inébranlables, la vérité dont se

réclament les auteurs va au-delà d’une vérité juridique ou historique, en ce

qu’elle est la révélation d’une « expérience inconnue du lecteur 4 ». Cette

expérience de l’humiliation, de la terreur, de la faim, de la maladie, de la

mort dans les camps de concentration, n’est pas seulement vue mais aussi,

au moins en partie, vécue : le témoin l’« incarne 5 ». L’« implication existentielle

6 » explique la dimension autobiographique des témoignages qui

visent à reconstruire, par un récit de survie, l’identité personnelle de leurs

auteurs. À la vérité d’un savoir concentrationnaire s’ajoute donc la vérité,

strictement subjective, d’une lutte identitaire.

La recherche est unanime ou presque à qualifier les écrits des rescapés

de témoignages. Cette notion reste pourtant vide si elle n’est pas animée par

une lecture prenant en considération le statut spécifique du témoignage. Une

telle lecture éviterait soigneusement toutes les approches hétéronomes, celle

des juristes qui cherchent des preuves pour porter un jugement, celles des

historiens qui établissent les faits pour reconstruire une réalité historique,

celle des littéraires qui se bornent, trop souvent, à soupeser les qualités littéraires

et esthétiques des textes. Elle s’appliquerait, en revanche, à « mettre

en valeur le statut du témoignage en tant que tel 7 », c’est-à-dire en tant que

manifestation textuelle d’une vérité – en dernier ressort – individuelle.

et de sciences sociales, 1998, p. 56.

(3) Monika Neuhofer, « Identité, vérité et traumatisme : le témoignage de François

Wetterwald », in Peter Kuon (dir.), Trauma et Texte, Frankfurt am Main, Lang, coll. KZmemoria

scripta, 2008, p. 274.

(4) Fransiska Louwagie, Le témoignage francophone sur les camps de concentration nazis

(1945-2004). Une étude générique et discursive, Louvain, Université Catholique de Louvain,

2007, p. 55.

(5) Monika Neuhofer, « Identité, vérité et traumatisme », op. cit., p. 275.

(6) Fransiska Louwagie, Le témoignage francophone sur les camps de concentration nazis

(1945-2004), op. cit., p. 57.

(7) Monika Neuhofer, « Identité, vérité et traumatisme », op. cit., p. 277.


14 L’écriture des revenants

Préface

15

Quelle pourrait être une recherche sur la littérature des camps qui parte

du principe de l’individualité des textes ? C’est l’enjeu du présent livre.

Notre étude s’ouvre sur une partie méthodologique (« Méthodes »)

qui, d’un côté, introduit le terme clef de témoignage, discute l’état de la

recherche, justifie la focalisation sur la déportation politique, explique le

choix du complexe concentrationnaire de Mauthausen, décrit le corpus

de Mauthausen et, de l’autre, développe, par une analyse sémiotique de

l’appareil péritextuel des témoignages, l’idée conductrice d’une textualité

essentiellement hybride. La seconde partie (« Expériences ») étudie les

solutions qu’ont trouvées les survivants pour s’exprimer sur quatre grandes

thématiques de leur vécu concentrationnaire : l’événement choc de l’arrivée,

l’expérience d’une déshumanisation progressive, la découverte de

leurs ressorts de défense et le nouvel événement choc de la Libération.

Au lieu de procéder à des classifications anthologiques, nous essaierons de

faire dialoguer les textes au sujet de l’expérience commune d’un convoi ou

d’un groupe de déportés, uni par des convictions idéologiques communes

ou par des liens d’affection. Cette confrontation de points de vue différents

sur un même moment de la vie du camp permet de saisir la textualité particulière

de nos extraits. Les témoignages, en effet, tout en faisant de leur

refus de littérarité une marque d’authenticité, n’échappent pas pour autant

aux contraintes de l’écriture qui a besoin de recourir aux artifices rhétoriques

pour exprimer et communiquer le vécu du déporté. Il s’agit d’étudier,

d’un côté, la manière spécifique à laquelle recourt chaque témoignage pour

mettre en scène l’expérience concentrationnaire et, de l’autre, le rapport

qu’il entretient avec des discours et récits collectifs qui orientent, souvent

à l’insu des auteurs, l’écriture individuelle. Les relations complexes entre

l’écriture individuelle et l’écriture collective sont l’objet de notre troisième

partie (« Écritures ») qui cherche une réponse à la question de savoir si l’approche

littéraire favorise ou entrave l’expression de la vérité testimoniale.

Les récits romancés, recueils de poèmes et témoignages littéraires, discutés

dans notre dernière partie, montreront que certains auteurs qui cherchent

à créer une cohérence esthétique, narrative ou poétique, succombent à la

tentation de la mythification, alors que d’autres (et parfois les mêmes dans

leurs textes antérieurs ou postérieurs) réussissent, par l’artifice littéraire, à

symboliser leur et le trauma de la déportation.

En proposant un nouveau mode de lecture, qui fasse ressortir la texture

et, par là, l’individualité de l’écriture des revenants 8 , nous invitons le lecteur

à prospecter une terre inconnue – celle des centaines et des milliers

d’écrits peu et mal connus des rescapés des camps nazis – qui mérite d’être

exploitée parce qu’elle renferme l’humus qui féconde les grands textes,

désormais canonisés, de la littérature des camps, aux qualités esthétiques

et éthiques indiscutées.

(8) Le titre de notre étude s’inspire du témoignage d’un des auteurs de notre corpus (Maurice

Delfieu, Récits d’un revenant. Mauthausen – Ebensee (1944-1945), illustrations de Prosper

Rotgé, Paris, Publications de l’« Indicateur Universel des P.T.T. », 1946) qui fut l’un des

premiers à introduire le terme de revenant, repris plus tard par d’autres (dont Jorge Semprun,

L’écriture ou la vie, Paris, NRF Gallimard, 1994, p. 99) pour souligner le caractère spécifique

d’une survie empreinte de façon indélébile de l’expérience de la mort.


Transdisciplinaire et Transgénérique

La collection Entre Histoire et Mémoire regroupe des textes liés

aux témoignages, à la mémoire et à l’histoire. Elle part d’un constat très

simple : les thèmes et les questions de mémoire et d’histoire ne se laissent

entièrement circonscrire dans aucune discipline et inclinent à ne jamais

être ni seulement histoire, ni seulement mémoire. En ce sens, le lecteur y

trouve des travaux, individuels ou collectifs, propres aux études littéraires

ou aux arts aussi bien qu’aux sciences humaines et sociales. Au-dedes

disciplines, donc. Cette originalité se double d’une autre. Entre Histoire

et Mémoire n’est pas seulement trans- et interdisciplinaire, mais transgénérique.

En effet, s’il existe déjà des conventions d’écriture mémorielle et

tout un savoir sur l’écriture de l’histoire, la quantité de créations sur ces

sujets prend forme dans une multitude de genres ou se donne pour vocation

de les déborder. Ainsi, la collection accueille, certes, des essais venant de

différentes disciplines, mais aussi des témoignages, des récits, des pièces

de théâtre éventuellement, des analyses de films ou des scénarios, voire des

biographies, des catalogues d’exposition ou des ouvrages à vocation pédagogique.

Dans ces différents domaines, Entre Histoire et Mémoire confirme

sa pluralité en pratiquant une politique soutenue de traduction.

Une collection dirigée par Philippe Mesnard

Entre Histoire et Mémoire

Fondation Auschwitz

65, rue des Tanneurs

1000 Bruxelles

Belgique

Cette collection est une des activités de

Mémoire d’Auschwitz ASBL / Fondation Auschwitz

de Bruxelles, avec le soutien de la Fédération

Wallonie-Bruxelles et de la Loterie Nationale.


Entre Histoire et Mémoire

L’écriture des revenants

Lectures de témoignages

de la déportation politique

Peter Kuon

Que faire des centaines et milliers de textes que nous ont légués les survivants des

camps de concentration et d’extermination nationaux-socialistes ? Ces textes qui

peuvent apparaître monotones et répétitifs, peu fiables aux dires des historiens,

à l’écriture souvent maladroite de l’avis des littéraires.

L’auteur propose un mode de lecture qui se met à l’écoute des revenants cherchant

les mots pour dire une réalité insaisissable. En faisant dialoguer les textes

au sujet d’une expérience commune (l’arrivée, la déshumanisation progressive, la

découverte des ressorts de défense, la libération), il décèle dans les plis d’écritures

inégales, entre le dit et le non-dit, la vérité subjective du témoignage, littéraire

ou non.

Peter Kuon est professeur de philologie romane (Université de Salzbourg/Autriche). Auteur

de livres sur l’utopie littéraire, les réécritures de la Divine Comédie au XX e siècle, l’intertextualité

dantesque dans le Chansonnier de Pétrarque, il se consacre depuis quinze ans à la recherche

sur les témoignages écrits des survivantes et survivants des camps de concentration nationauxsocialistes,

ayant dirigé, à ce titre, plusieurs volumes parmi lesquels Trauma et Texte, Peter Lang,

2008 et « Les mots sont aussi des demeures ». Poétiques de Jean Cayrol, Presses universitaires

de Bordeaux, 2009.

« Entre Histoire et Mémoire »,

une collection de la Fondation Auschwitz (Bruxelles)

Prix TTC France : 28 €

ISBN : 978-2-84174-646-0

Couverture : © Bundesarchiv

More magazines by this user
Similar magazines