L'air de rien, consommez malin - mai 2012 - Idelux

idelux.aive.be

L'air de rien, consommez malin - mai 2012 - Idelux

MAI 2012

SOMMAIRE

p. 01 édito

21% des pesticides pour les jardins

privés

Arrêtons de gaspiller les aliments

sains

p. 02 Dans la cuisine

Conserver plus longtemps

les aliments

Des produits d’entretien «maison»

p. 03 pour les enfants

Pense à l’environnement en te

brossant les dents

«Joyeux anniversaire…»

Tes anciens jouets peuvent encore

servir

Cet été, un camp sans déchet

p. 04/05 Tous concernés

Le réemploi, kesako ?

Faites la fête

Déchets en chiffres

Les vieux électros ou DEEE

Emballages légers ou recyclables ?

p. 06 Au jardin

Je jardine «au naturel»

Les rendez-vous de l’AIVE

l air

rien de

édito

50 bougies ! Cette année

2012, le Groupe Idelux-

AIVE fête ses 50 années

d’existence. 50 années

au service des communes

et de leurs citoyens. 50

années de développement

économique, de valorisation

et de protection de

l’environnement à travers

la gestion des eaux usées et des déchets.

20 bougies ! 2012, c’est aussi les 20 ans des parcs à conteneurs.

Un double anniversaire qui nous invite à vous montrer

une fois encore que les intercommunales sont là, pour vous !

consommez malin

En 2011, nous avons collecté 616 kg/personne de déchets

ménagers toutes filières confondues, soit 4 kg/personne de

plus qu’en 2010 (détail en page 5). Nous devons donc poursuivre

et renforcer nos efforts pour que chacun, citoyen,

entreprise, administration… puisse agir pour diminuer ses

quantités de déchets réellement produits et enfin amorcer

une tendance globale à la baisse !

Ce 5 e numéro de L’air de rien, consommez malin, vous propose

des pistes pour y arriver. A la maison, au jardin, au travail,

avec les copains ou en famille : c’est ensemble, petit geste

par petit geste, que nous pouvons réduire nos déchets. Il suffit

parfois de changer un détail pour que d’autres s’enchaînent

et la situation s’améliore, progressivement.

www.idelux-aive.be

21%.

En Belgique, 21 %

des pesticides

sont utilisés pour

l’entretien de

jardins privés, avec

des conséquences réelles

pour la santé et l’environnement.

Les herbicides

notamment sont des micropolluants

problématiques qui

souillent les eaux souterraines

et de surface. Ce sont

aussi des déchets dangereux

dont l’élimination spécifique

a un cout élevé.

Jardiner sans

pesticides, c’est

possible ?

Découvrez nos conseils

en page 6.

Arrêtons de gaspiller

En Europe, près de 50 % des aliments sains sont gaspillés ! Au total, cela représente 89 millions de tonnes par an

(soit 179 kg par habitant !) de nourriture gaspillée tout au long de la chaine alimentaire. Les consommateurs bien sûr,

mais aussi les supermarchés, les restaurants et la distribution, l’industrie, nous sommes tous en partie responsables.

Il est grand temps d’agir !

Je m’engage !

Je gaspille moins

A la maison, quelques bonnes habitudes suffisent :

vérifier au préalable ce qu’il reste au frigo et

dans les armoires ;

planifier les menus pour la semaine ;

rédiger une liste avant d’aller faire les courses ;

accommoder les restes de repas avec des

recettes faciles : faites preuve de simplicité et

d’imagination ;

cuisiner des quantités adaptées ;

utiliser, en priorité, les produits déjà entamés

et ceux dont les dates de péremption sont les

plus proches ;

respecter les règles de conservation des produits

;

appliquer la règle du «premier entré, premier

sorti», dans le placard, comme au frigo ! ;

au resto, demander un doggy bag pour emporter

les restes.

Source : Commission européenne - service presse- référence n° : 20120118IPR35648

facebook

Rejoignez-nous aussi sur : www.facebook.com/intercommunaleaive.

Magazine publié dans le cadre des actions de l’AIVE pour limiter la production de déchets.

Avec le soutien de la Wallonie

p. 01


Dans la cuisine

Conserver plus longtemps

les aliments

Une conservation correcte des aliments permet de réduire le gaspillage.

Comment comprendre les informations indiquées sur les emballages des aliments ?

Dates de péremption

Certains aliments sont encore consommables même si la date indicative

de validité est dépassée, d’autres sont à éviter une fois périmés.

Comment les distinguer ?

Indications de conservation

Conserver au congélateur

Conserver au réfrigérateur

Conserver au frais

Conserver à température ambiante

Conserver au sec

Conserver à l’abri de la lumière

Conserver dans un endroit humide

et frais

= conserver au congélateur à minimum

-18°C

= conserver entre +2 et +5°C

= conserver à une t° jusqu’à +15°C, hors

réfrigérateur

= conserver entre +18 et +22°C

= conserver dans un endroit sec avec un

degré hydrométrique de maximum 70 %

= protéger de la lumière directe

= conserver entre +6 et +15°C, avec un

degré hygrométrique de 70-90 %

«A consommer de préférence avant le…» précise la date limite d’utilisation

optimale. Un produit dont la date d’utilisation optimale a été dépassée ne présente

normalement pas de danger mais certaines propriétés telles que le gout, la couleur

et la texture peuvent avoir été altérées (blanchissement du chocolat, ramollissement

des biscuits...). Ce sont par exemple des denrées alimentaires séchées, les

conserves, les produits à teneur élevée en sucre, les denrées alimentaires fortement

acides, le lait UHT... Elles peuvent être conservées à température ambiante et

demeurent souvent comestibles après leur date de péremption.

«A consommer jusqu’au…» précise la date limite de consommation. Cette

inscription se trouve sur les denrées hautement périssables d’un point de vue microbiologique.

Ceci implique qu’un produit dont la date limite de consommation est

expirée peut présenter un risque pour la santé. Ce sont principalement des produits

frais devant être conservés au frigo. Ces produits sont par exemple la viande fraîche,

le poisson, le poulet, le lait pasteurisé, les légumes prédécoupés, les repas préparés,

les salades prêtes à l’emploi...

Des produits d’entretien «maison» !

Les produits d’entretien vendus dans le commerce ne sont pas toujours sans danger pour la nature. Alors, revenons aux produits «simples» ! Pour laver et faire briller,

préférons le savon de Marseille, le bicarbonate de soude, le vinaigre… Biodégradables, plus faciles à épurer, ces produits sont généralement moins chers et génèrent aussi

bien moins de déchets d’emballage.

Pour brosser, nettoyer et astiquer, rien de tel donc que les trucs et astuces de nos grands-mères. Au diable les produits ultra-chimiques. Avec quelques produits de base

et de bonnes recettes, on peut remplacer l’ensemble des produits ménagers. Retrouvez d’autres recettes sur : www.aive.be/citoyens/moins de déchets/nos recettes

Je m’engage ! Je fabrique mon

nettoyant multi-usage

Pour 1/2 litre de produit

> 1/2 cuillère à soupe de bicarbonate de soude

> 1/2 cuillère à soupe de cristaux de soude

> 1/2 cuillère à soupe de vinaigre blanc

> 1/2 litre d’eau chaude

> 10 gouttes d’huile essentielle

Au

diable les

produits

ultrachimiques.

Recette

1. Mélangez le bicarbonate, les cristaux de soude et le vinaigre dans le saladier.

Le dégagement de petites bulles est normal.

2. Ajoutez l’eau chaude.

3. Ajoutez 10 gouttes d’huile essentielle et continuez à mélanger.

4. Versez le produit obtenu dans le vaporisateur à l’aide d’un entonnoir.

Les huiles essentielles apportent bien plus qu’un agréable parfum à votre intérieur.

Elles ont de réelles propriétés antiseptiques, antivirales ou bactéricides.

Attention donc, si vous disposez d’un système d’épuration individuelle. Certaines

huiles essentielles (citron, tea tree et cannelle) ont des vertus bactéricides très

puissantes. Ces huiles peuvent perturber les bactéries présentes dans les systèmes

d’épuration. On observe d’ailleurs parfois des dysfonctionnements d’assainissement

chez les personnes utilisant fréquemment ce type de produit.

Préférez donc les huiles essentielles comme le pin, le sapin, la lavande, l’orange

douce ou la menthe selon les gouts, et utilisez-les avec parcimonie : une à trois

gouttes suffisent dans une lessive ou un seau de ménage.

(source : www.reseau-eau.net)

Huile essentielles

Propriétés pour le ménage

Citron (Citrus limon) Zeste Antibactérien ; antiseptique ; antiviral ;

bonne odeur de propre

Pin sylvestre (Pinus sylvestris) Aiguilles

Eucalyptus (Eucalyptus radiata,

Eucalyptus globulus) Feuilles, rameaux

Sapin (Abies balsamea ) Aiguilles

Menthe poivrée (Mentha Piperita)

Sommité fleurie

Lavande aspic (Lavandula spica ou

Latifolia cineolifera) Sommité fleurie

Citronelle (Cymbopogon winterianus ou

Cymbopogon nardus) Herbes

Tea tree (Melaleuca alternifolia) Feuilles

Cannelle (Cinnamomum cassia ou

Cinnamomum verum ) Ecorce

Thym (Thymus vulgaris) Sommité fleurie

Girofle (Eugenia caryophyllus) Bouton

(clou)

Haut pouvoir antiseptique ; bonne odeur

de propre

Antiseptique ; antiviral ; antibactérien ;

bonne odeur de propre

Antiseptique ; bonne odeur de propre

Antiseptique ; bonne odeur de propre

Antiseptique ; bactéricide ; antiviral ;

antimite ; bonne odeur de propre

Antiseptique ; répulsif contre les insectes

Antibactérien puissant à large

spectre d’action +++ ; fongicide ++ ;

parasiticide ++ ; antiviral ++

Antiseptique ; antibactérien puissant à

très large spectre d’action ++++ ;

antiviral +++ ; fongicide +++ ;

parasiticide ++++. Ne pas en mettre

beaucoup, odeur très forte !

Antiseptique ; antiviral ; antibactérien

puissant

Antibactérien très puissant à large

spectre d’action +++ ; fongicide +++ ;

parasiticide +++ ; antiviral +++

p. 02


Pour les enfants

Pense à

l’environnement

en te brossant

les dents

Protège tes dents, tout en

préservant l’environnement :

c’est possible.

1. Choisis une brosse à dents

rechargeable avec brossettes de

rechange. A défaut, une brosse

à dents classique, mais, pas de

brosse à dents «gadget» lumineuse

ou sonore…

2. Pour le dentifrice, prends les tubes

plutôt que les flacons à pompe qui

font plus de déchets.

Sais-tu que pour fabriquer une brosse à dents de quelques grammes, il

faut 1,5 kilo de ressources naturelles (pétrole essentiellement) ? C’est ce qu’on

appelle le sac à dos écologique du produit, autrement dit la quantité de ressources

naturelles nécessaires à sa production.

3. Utilise un gobelet. Ne laisse pas

couler l’eau pendant que tu te

brosses les dents, sinon tu gaspilles

jusqu’à 10 litres d’eau en

quelques minutes.

«Joyeux anniversaire,

nos vœux les plus sincères…»

Tes anciens

jouets peuvent

encore servir

Toi aussi, tu peux

être acteur de

la réduction

des déchets,

notamment

en offrant une

seconde vie aux

jouets qui ne

t’intéressent

plus.

De bonnes

habitudes à prendre…

Comment ?

• Offre-les à des amis, cousins, voisins…

• Donne-les à des associations, au

CPAS, à la Croix-Rouge...

• Participe à des bourses aux

jouets. La ligue des familles

en organise régulièrement un

peu partout dans le pays (infos :

www.citoyenparent.be, activités,

bourses).

• Revends-les lors d’une brocante,

via internet (ebay…) ou dans les

magasins de seconde main.

Le samedi 20 octobre 2012, dans

ton parc à conteneurs, participe

à collecte de jouets en bon état

organisée par l’AIVE au profit des

associations locales.

Les fêtes d’anniversaire sont

aussi une excellente occasion

de t’initier au respect de

l’environnement. A préparer

avec tes parents : c’est

encore plus amusant.

Invitations

Pour les invitations, choisis : e-mail,

bricolage - récup’ ou papier recyclé.

On fait quoi ?

Avec une ribambelle de copains à la

maison, mieux vaut être organisé et

avoir prévu quelques activités sympas.

Mais rien ne sert d’acheter du neuf :

loue, emprunte, réutilise… Ecologique

et économique.

Sous la pluie

• Prépare une malle de déguisement remplie

de vêtements, tissus, objets divers… Ajoute

quelques accessoires «bricolés» : un badge

de conférence en guise de carte de policier,

des ailes de papillon, une guitare de rock

star ou un bouclier de chevalier découpé

dans des emballages en carton, etc. L’imagination

de tes amis et toi fera le reste !

• Loue des jeux de société à la ludothèque.

• Organise un atelier bricolage : pate à sel,

fabrication d’instruments de musique,

création culinaire…

> http://espritrecup.fr

> http://julieadoredimanche.blogspot.com,

www.teteamodeler.com,

> http://nounoubricabrac.centerblog.net/

rub-Bricolages-Instruments-de-Musiquea-Fabriquer-.html

Il fait beau

• Prévois un jeu de piste ou une

chasse au trésor.

• On s’initie au «land art». Il s’agit

de créations dans la nature avec

feuilles, fleurs, brindilles, cailloux,

pommes de pins…

> http://landart-enfants.blogspot.com

> www.c-paje.net/p_chemin.asp

Les cadeaux

Pour les anniversaires, le cadeau reste un point délicat. Voici quelques idées alternatives

:

• Demande à tes petits invités d’offrir un jouet ou un livre qui vient de chez eux !

Ils choisiront ainsi parmi leurs propres jouets, livres, CD, quelque chose qu’ils

aimeraient offrir à leur ami. C’est une bonne façon d’apprendre le partage, non ?

• On opte pour la dématérialisation : par exemple un «bon pour…» un ciné avec

une copine, une journée à la mer, la confection d’une cabane dans le jardin, un

spectacle de marionnettes…

• Propose un cadeau collectif. Au lieu d’accumuler une foule de babioles, les invités

participent à un cadeau que l’on pourra choisir plus utile et plus durable.

www.aive.be, profil jeunes

L’AIVE a développé plusieurs outils pour sensibiliser les jeunes à la prévention

des déchets et, plus largement, au tri et au recyclage des déchets

et à la gestion des eaux usées. Découvre-les sur

www.aive.be, profil jeunes : animations en classe,

visites de parcs à conteneurs, de stations d’épuration,

outils pédagogiques…

Cet été, un camp sans déchet !

Pour aider les mouvements de jeunesse à prévenir

les déchets, l’AIVE a développé une brochure joliment

illustrée.

Et pour arriver à organiser un camp sans déchet,

il suffit de suivre quelques éco-conseils : adopte

piles rechargeables, vaisselles réutilisables, grands

conditionnements, verre consigné…

Pense aussi à ne pas utiliser des détergents contenant

des phosphates et à ne rien jeter dans les

rivières.

Tu projettes d’installer votre campement chez un

agriculteur ? Profitez-en pour découvrir ses produits

: lait, beurre, œufs, légumes, viande

En plus de la brochure «Un camp sans déchet», l’AIVE offre aux mouvements

de jeunesse des sacs de couleur et un guide pour le tri des déchets recyclables.

Il ne te reste plus qu’à les apporter au parc à conteneurs.

La brochure «Un camp sans déchet» est disponible sur www.aive.be/jeunes/

J’agis pour la planète / Réduire les déchets / Camp sans déchet ?

p. 03


Tous concernés

Le reemploi, kesako ?

Le terme de réemploi n’est pas toujours

bien compris : à peine 17% des

citoyens l’associent à la bonne définition.

Le réemploi résume pourtant des

actions que l’on connaît tous. Quelques

exemples :

• Donner un vêtement ou des électroménagers

à une association caritative.

• Remettre un vieux pull des années 90

parce que cela revient à la mode.

• Réparer son vélo plutôt que deder

aux sirènes des nouveaux vélos qui

brillent.

Réemployer consiste donc à «récupérer

ou à réparer un produit ou une

matière pour l’utiliser sans modification

de sa forme ou de sa fonction».

Donner un objet, c’est lui offrir une

seconde vie ! Qu’il s’agisse de vêtements,

d’équipements sportifs, d’appareils

électroménagers, de mobilier

ou autres… le réemploi présente des

avantages sur trois plans :

• social : il facilite l’accès des personnes

à des produits qu’elles n’ont

pas la possibilité ou l’envie d’acheter

neufs ;

• économique : la collecte, la réparation,

la distribution, la revente des dons

créent des emplois, souvent réservés

à la réinsertion de personnes en

difficulté. Les organismes actifs dans

ce domaine (entreprises d’économie

sociale notamment) fonctionnent

principalement grâce au don ;

• écologique : d’une part le produit

réemployé ne deviendra pas un

déchet qu’il faudra gérer. D’autre

part, réutiliser un objet évite de

devoir en acheter un neuf pour le

même usage : voilà autant d’énergie

et de ressources épargnées !

Donner près de chez soi.

Il existe souvent des organismes

intéressés par des objets de

seconde main près de chez vous,

même dans les petites communes

: pensez aux Maisons

Croix-Rouge, aux CPAS, aux boutiques

OXFAM, à certaines asbl

actives dans le réemploi…

Appel aux associations.

L’AIVE souhaite publier les coordonnées

des associatives actives

dans le réemploi dans un prochain

de L’Air de rien et sur

www.aive.be. Si vous souhaitez

que votre organisme y figure,

contactez par email marienoelle.minet@idelux-aive.be

en

précisant vos coordonnées et

votre activité.

Faites la fête !

Le retour de la belle saison est souvent synonyme de

fêtes : mariage, communion, kermesse d’école, bal

d’étudiants, fête de quartier… Avec un peu d’anticipation

et sans jouer les trouble-fête, on peut combiner

facilement plaisir et respect de l’environnement !

Boissons

Dans les assiettes

Le choix des boissons influence considérablement

les quantités de déchet.

Quelques conseils judicieux :

• Vous pouvez prévoir des cruches

d’eau du robinet. Pour les enfants,

optez pour des cruches incassables.

• Pour les bouteilles, il est préférable

de les choisir consignées. Pensez aux

brasseurs, ils reprennent en général

les bouteilles non consommées.

• Et si vous proposiez des jus de fruits

(de pommes) et des bières produits

en Belgique ?

• Pour le vin, c’est le moment de tester

les excellents crus bio.

• Pour le thé, le café et les jus exotiques,

les labels du commerce équitable

vous permettent de consommer

durable…

Vous faites

appel à un

traiteur ? Exprimez

vos souhaits pour

une alimentation

durable.

• Les produits de saison, c’est tellement

mieux ! A titre d’exemple, faire pousser

un kilo de tomates en hiver (dans

une serre chauffée) nécessite six fois

plus d’énergie qu’en été. Réservonsles

donc aux buffets estivaux !

• Et si vous vous renseigniez sur des

produits locaux : fromages, légumes,

viandes… Contactez les producteurs.

Ils seront heureux de partager leur

passion et de vous faire gouter leurs

produits.

• Privilégiez les aliments issus de

l’agriculture biologique. Leur production,

en plus d’être exempte de

pesticides et d’engrais de synthèse,

génère 30 à 50% de gaz à effet de

serre en moins que l’agriculture classique.

• Misez sur la qualité plutôt que sur les

quantités de viande.

• Soyez originaux et innovez : faites

la part belle aux salades et aux préparations

à base de légumineuses :

tartinade de betterave rouge et raifort

sur toast, brochettes de légumes

grillés...

• Estimez le nombre de convives et prévoyez

des quantités raisonnables. On

prépare souvent trop de nourriture de

peur de tomber à court.

Une juste estimation des

quantités évite le gaspillage

alimentaire et limite

les dépenses !

La table

Le jetable est source inévitable de

déchets. Laissez de côté la vaisselle

en plastique jetable, en particulier les

gobelets. Optez pour du réutilisable :

vaisselle en porcelaine, verre ou plastique

dur, nappes et serviettes lavables.

Pour des évènements de grande envergure,

vous pouvez louer des gobelets

réutilisables en plastique. La province

du Luxembourg a d’ailleurs développé

un service gratuit de prêt de gobelets

réutilisables (tél. : 063/212.761 ou

cellule.dd@province.luxembourg.be).

Pour permettre un retour aisé de ces

gobelets, cautionnez-les. On peut par

exemple demander un euro de plus

pour la première boisson et compter

les suivantes au prix normal à condition

de revenir avec son verre. La caution

pourra évidemment être récupérée.

Si vous optez malgré tout pour du

jetable, choisissez de la vaisselle en

carton ou biodégradable (en amidon

de maïs), des nappes et des serviettes

en papier. Tous ces déchets peuvent

être déposés dans votre compost ou

aux collectes sélectives de matière

organique. Riches en carbone, ils ont

d’ailleurs leur utilité pour équilibrer les

matières entrantes dans la biométhanisation

de Tenneville.

N’hésitez pas à placer ces déchets dans le sac bio,

le côté vert de votre duo-bac ou sur votre compost.

Cartons à pizza

Nappes

et serviettes

en papier

Vaisselle

en carton ou

amidon de maïs

Essuie-tout

p. 04


Tous concernés

Nos déchets en 2011 : en chiffres

En 2011, la production totale de déchets,

en kg par équivalent-habitant et par an,

a légèrement augmenté.

En y regardant de plus près, ce sont les

déchets inertes (collectés via les parcs

à conteneurs) qui sont principalement

responsables de cette augmentation.

Production totale par personne et

par an

2010 2011

Déchets recyclés ou valorisés 176 kg/personne/an 179 kg/ personne /an

Fraction résiduelle et encombrants valorisés

en combustible de substitution

kg

kg

161 kg/ personne /an 156 kg/ personne /an

Inertes recyclés pour les travaux de voirie 104 kg/ personne /an 112 kg/ personne /an

Déchets verts compostés 103 kg/ personne /an 102 kg/ personne /an

Matière organique (issue des collectes

sélectives) valorisée en énergie et en compost

Déchets mis en centre d’enfouissement

technique

40,8 kg/ personne/an 41,1 kg/ personne /an

27 kg/ personne/an 26 kg/ personne /an

Aujourd’hui,

96% des

déchets

sont

valorisés !

Point positif, les quantités collectées

de déchets résiduels et d’encombrants

ont diminué de 3%. Ce résultat est surtout

lié à un meilleur tri des déchets.

Les déchets recyclés augmentent de

1,9% et la matière organique issue

des collectes sélectives aussi (+ 0,8%).

Bravo, merci et continuez !

Grâce à vos efforts et au développement

de nouvelles filières, les déchets mis

en centre d’enfouissement technique à

Habay et à Tenneville ne représentent

plus que 4% du total des déchets collectés

par l’AIVE.

Les vieux électros

ou deee

(déchets d’équipement

électriques ou électroniques)

25 kg, c’est la quantité d’appareils

électriques que chaque Belge achète par année (dont 9 kg

de gros appareils ménagers, 7 kg d’informatique, 3 kg de TV

et 2 kg de petits appareils ménagers).

Vous pouvez apporter les déchets électriques ou électroniques au parc à conteneurs

pour qu’ils soient recyclés. Mais avant tout, essayons de privilégier les

appareils durables et réparables. Même si nous sommes parfois confrontés

à des pratiques industrielles qui poussent à la consommation comme par

exemple l’obsolescence programmée.

Qu’est-ce que l’obsolescence programmée ?

L’obsolescence programmée est un principe industriel qui vise à déterminer

la durée de vie d’un produit (nombre d’heures d’éclairage pour une ampoule,

nombre d’impressions pour une imprimante…) afin d’augmenter le taux de

remplacement, autrement dit, les ventes.

Avant d’être pris au piège, renseignez-vous sur la durée de vie de votre appareil

et choisissez-le en connaissance de cause !

A voir sur le net le documentaire «Prêt à jeter» et à méditer…

Quels emballages choisir ?

Légers ou recyclables ?

En tant que citoyens, nous pouvons

réduire les quantités de déchets. Mais

faire un choix «minimum déchet» n’est

pas toujours simple. En effet, vaut-il

mieux privilégier un emballage plus

lourd mais recyclable ou un emballage

plus léger non recyclable ? Ou parmi

les matériaux recyclables, a-t-on défini

une hiérarchie sur base de critères

environnementaux ? Vaut-il mieux privilégier

le carton, issu de ressources

renouvelables, ou le plastique PET,

provenant de ressources non renouvelables

? Les questions sont nombreuses.

Sans apporter toutes les réponses à ces

questions complexes, fin 2008, l’Observatoire

Bruxellois de la Consommation

Liste de courses

Avec un minimum d’emballages

Durable a mené une enquête pour évaluer

l’offre en emballages des produits

de consommation courante (étude

complète sur http://www.oivo-crioc.

org/files/fr/4011fr.pdf).

Pour un ménage d’une personne,

quatre paniers contenant les mêmes

produits mais dans des emballages

différents ont été analysés.

Les résultats sont édifiants. En choisissant

des produits dont le poids total

des emballages est le plus faible ou

dont le poids de la fraction non recyclable

est la plus faible; non seulement

on réduit nettement les quantités de

déchets ; mais en plus, on peut faire de

réelles économies !

Poids

total des

emballages

Poids de la

fraction non

recyclable

Prix euros

133.2 g 46.0 g 17.9 €

Avec un minimum d’emballages

non recyclables

Avec un maximum d’emballages

381.0 g

1057.7 g

29.3 g 20.6 €

325.9 g 30.7 €

Avec un maximum d’emballages

non recyclables

986.1 g

335.3 g 33.6 €

En conclusion, pour réduire nos déchets tout en faisant des économies, privilégions :

• l’eau du robinet au lieu de la bouteille d’eau en plastique

• les fruits et légumes en vrac

• le paquet de beurre en papier plastifié ou sulfurisé, versus les mini portions

• la bouteille de lait en verre consigné au lieu du lait en brique

• les grands paquets de céréales au lieu des petites boîtes de 25 g

• le dentifrice liquide en flacon versus la pâte de dentifrice en pompe

• la nourriture pour le chat en grand sac papier.

p. 05


Au jardin

C’est le printemps. Si l’envie de faire place nette vous reprend,

profitez-en pour modifier quelques habitudes et jardiner sans pesticides !

Je jardine «au naturel».

Les rendez-vous

de l’AIVE

à partir du 13 avril

«1962-2012 : depuis 50 ans, nous

travaillons pour vous !

Le Groupe intercommunal IDELUX-

AIVE fête cinquante ans d’action

au bénéfice de la population

du territoire qu’il dessert. Fort

bien, direz-vous, mais concrètement

que faites-vous ? C’est

pour répondre à cette question

que nous vous donnons rendezvous

chaque vendredi (après la

météo vers 18h20, 18 diffusions dans

les 24h) sur TVLux et ce, depuis le

13 avril. Vous ne captez pas TVLux,

vous n’êtes pas libre au moment de

diffusion ? Alors, rejoignez-nous sur

www.idelux-aive.be. Vous pourrez y

regarder à votre aise l’ensemble des

épisodes préparés avec soin à votre

intention.»

Samedi 12 mai 2012

Journée des préposés placée sous le

signe des 20 ans des parcs à conteneurs.

Du 5 au 21 mai 2012

Concours de dessin «Dessine le parc

à conteneurs de tes rêves».

Désherber le trottoir

Les herbicides utilisés sur les trottoirs

ou les terrasses posent de réels problèmes.

Pulvérisés sur des surfaces

imperméables comme les pavés, ils

ruissèlent et percolent et polluent les

eaux, ce qui nécessite des traitements

de potabilisation spécifiques très couteux.

Afin de préserver nos réserves d’eau

potable et de réduire les quantités de

déchets dangereux, choisissez l’huile

de bras pour chasser les mauvaises

herbes.

Idée

1. Brossez régulièrement les surfaces.

Un brossage régulier élimine les

sédiments. Privées de substrat, les

mauvaises herbes se développent

difficilement.

2. A l’aide d’outils spécifiques ou à

la main, arrachez les mauvaises

herbes en prenant soin de bien

enlever les racines.

3. Pour de grandes surfaces, vous pouvez

tester le désherbeur thermique.

Il s’agit d’une sorte d’engin sur

roues, fonctionnant habituellement

au gaz, qui brule littéralement les

herbes sur son passage.

Je m’engage !

Je récupère les rouleaux de papier

cartonné pour mes semis

Au potager

et dans les parterres

T a g è

t e

s

S a

Certaines plantes sont très utiles au

jardin :

• Le sarrasin (engrais vert) a des propriétés

«nettoyantes». Ses racines

émettent une substance qui inhibe la

germination de mauvaises herbes.

• Les tagètes (Tagetes patula) et les

soucis (Calendula officinalis) sont

réputés pour produire des substances

toxiques contre le chiendent

et les herbes indésirables.

• La phacélie, le trèfle ou la moutarde

(engrais verts) poussent vite et produisent

une telle masse de feuillages

et de racines qu’ils ne laissent plus

de place aux mauvaises herbes.

r

s

r a

i n

Vous pouvez aussi couvrir le sol après

un bon binage en déposant une couche

de 10 cm de paillis (tonte de gazon

sèche, feuilles mortes…) ou en utilisant

des voiles de paillage.

Découvrez d’autres astuces pour jardiner

sans pesticides dans la brochure

«Moins de pesticides, c’est moins de

pollution et moins de déchets dangereux»

disponible gratuitement auprès

de l’AIVE.

Recettes de grand-mère

• Récupérez l’eau de cuisson des pommes de terre pour

la verser sur les herbes indésirables. Elle a des propriétés

désherbantes naturelles. Attention à l’excès de

sel, car il bouleverse l’équilibre biologique du sol.

• Saupoudrez du bicarbonate de soude entre les pierres

ou les dalles de votre terrasse : il freine la repousse

des herbes indésirables.

• Le vinaigre blanc peut aussi être utilisé comme désherbant

naturel. Mélangez 1 litre de vinaigre blanc avec

un demi-litre d’eau, puis arrosez en fin de journée.

p. 06

Ce document a été imprimé sur un papier 100 % recyclé. Son format a été conçu pour limiter au maximum les chutes de production.

Editeur responsable : B. ANTOINE – Association intercommunale pour la protection et la valorisation de l’environnement.

Drève de l’arc-en-ciel, 98 à 6700 ARLON - www.idelux-aive.be

Faites-nous part de vos remarques et suggestions via contact@idelux-aive.be

Rejoignez-nous aussi sur : www.facebook.com/intercommunaleaive.

More magazines by this user
Similar magazines