Mise à jour 2012 déclaration environnementale 2011 - Idelux

idelux.aive.be

Mise à jour 2012 déclaration environnementale 2011 - Idelux

Déclaration

environnementale

mise à jour 2012

Secteur Valorisation et Propreté

résultats

2011

Association intercommunale

pour la protection et la valorisation

de l’environnement


3

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

s o m m a i r e

REG . NO . BE - RW – 000029

1

Objectifs et pistes d’avenir

État d’avancement

Actions menées en 2011 et priorités 2012

4

8

10

2 Résultats 16

Indicateurs de base

• L’efficacité énergétique

• La consommation d’eau

• Les émissions de gaz à effet de serre

• La biodiversité

Indicateurs spécifiques à nos métiers

17

24

• Les émissions d’odeurs

• Les rejets de nos stations d’épuration

• La qualité des eaux souterraines

• Les émissions des moteurs à biogaz

• La qualité des eaux de surface

• Le taux de valorisation des déchets

• Le fonctionnement du réseau des conseillers en environnement

Sites concernés par la certification emas 32

Annexe 1 : portée de l’enregistrement 33

Annexe 2 : nous contacter 35


1

Objectifs

Les pistes d’avenir


5

Déclaration environnementale Mise à jour 2011

résultats 2010

Le coeur du métier de l’AIVE est de préserver l’environnement.

Quoi de plus évident que l’AIVE veuille maîtriser tous les impacts

de ses activités sur l’environnement ?

1

Pour y parvenir, l’Intercommunale s’impose d’atteindre des

objectifs précis.

Les engagements de l’AIVE se traduisent par des objectifs fixés pour une année ou répartis sur plusieurs

exercices, suivant le nombre de sites concernés ou leur ampleur. Dans tous les cas, le fil

conducteur de ces actions est celui d’une amélioration continue et économiquement soutenable.

Pour que cette mise à jour de déclaration environnementale permette à qui le souhaite de suivre sans

peine l’évolution des actions engagées, année après année, elles sont présentées sous la forme d’un

tableau. Il précise pour chaque objectif le délai imparti, le résultat visé à terme, l’état de réalisation

(ici, en 2011) et ainsi que les perspectives des années à suivre.

État d’avancement des objectifs

Tableau de synthèse des objectifs

Légende :

}

Objectif en cours

}

Objectif atteint

Objectifs ACTIONS 2011 Délais d’exécution STATUT

Réseau parcs à conteneurs

Suivi des permis

d’environnement

Actualisation des plans et

informatisation des permis pour

l’ensemble du réseau

31/12/2013

}

Gestion de la

problématique « vols et

vandalisme »

Eviter les vols, destructions et

vandalisme

31/12/2013

}

Améliorer l’image de

marque des parcs

améliorer la propreté des voiries

d’accès des parcs et veiller à leur

embellissement

31/12/2013

}

Optimiser les

consommations eau,

électricité et gaz

Proposer des actions en vue de

réduire les consommations

31/12/2013

}


6

Objectifs et pistes d’avenir

Objectifs ACTIONS 2011 Délais d’exécution STATUT

Collecte en porte-à-porte

Amélioration de

la qualité des

collectes suite au

renouvellement des

contrats de collectes

Amélioration du tri

des producteurs en

amont des collectes

d’encombrants

Organisation du

lavage des conteneurs

et des camions dans

une station privée

Formation et sensibilisation

des nouveaux collecteurs

et du personnel de collecte

Incitation des communes

à participer aux collectes

d’encombrants à la demande

Réduction de l’impact sur les eaux

de surface du lavage des camions

et conteneurs

31/12/2011

31/12/2013

31/12/2011

} }

}

Optimisation des

tournées de collecte

des PMC dans les

parcs à conteneurs

Réduction de l’empreinte carbone 31/12/2013

Site de Habay

}

Améliorer la gestion

des eaux pluviales

collectées et rejetées

Respect de la qualité de base du

milieu récepteur

31/12/2012

}

Contenir la migration

du lixiviat en dehors

des casiers étanches

et de l’ancienne

décharge non étanche

Respect de la qualité de base des

eaux souterraines

31/12/2013

}

Valoriser en partie ou

totalité les refus issus

de la préparation

des combustibles de

substitution

Réduire la mise en CET 31/12/2013

}

Assurer une

valorisation optimale

des combustibles de

substitution

Améliorer le bilan

environnemental et recherche

d’autres débouchés intéressants

31/12/2013

}

Réaliser un audit

énergétique global

Proposer des actions en vue

de réduire les consommations

énergétiques

31/12/2013

}

Pérenniser

la production

énergétique du

site au terme de la

production de biogaz

Rechercher et proposer des

solutions techniques alternatives

31/12/2013

}

}

Objectif en cours

}

Objectif atteint


7

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

Objectifs ACTIONS 2011 Délais d’exécution STATUT

Site de Tenneville

1

Améliorer la gestion

des lixiviats collectés

et optimiser le

fonctionnement de la

station d’épuration

Respect de la qualité de base du

milieu récepteur.

31/12/2013

}

Réduire au maximum

la production de

lixiviat de l’ancienne

décharge

Respect de la qualité de base des

eaux souterraines

31/12/2013

}

Améliorer les rejets

de gaz d’échappement

des moteurs à biogaz

Placer une nouvelle

torchère capable

de traiter le biogaz

pauvre produit par

l’ancienne décharge

et le CET

Optimiser le

fonctionnement

de la torchère de

sécurité de l’unité de

biométhanisation

Réduire la concentration en CO 31/12/2011

Elimination complète du biogaz

pauvre

Eviter le rejet atmosphérique du

biogaz en toiture du digesteur

31/12/2011

31/12/2011

} } }

Améliorer la

production et la

qualité du compost

produit

Augmenter le rendement en

produit fini

Minimiser la quantité de compost

déclassé

31/12/2012

}

Réaliser un audit

énergétique global

Proposer des actions en vue

de réduire les consommations

énergétiques

31/12/2013

}

Site de Saint-Vith

Aménagement d’une

dalle imperméable

pour le stockage

de déchets et de

conteneurs

Eviter toute infiltration vers

le sous-sol tout en collectant

les eaux vers le débourbeur/

séparateur d’hydrocarbures

31/12/2013

}

Réaliser un audit

énergétique global

Proposer des actions en vue

de réduire les consommations

énergétiques

31/12/2013

}

}

Objectif en cours

}

Objectif atteint


8

Objectifs et pistes d’avenir

La collecte des déchets

Les parcs à conteneurs

Objectifs CibleS Délais d’exécution

Suivi des permis

d’environnement

Actualisation des plans

et informatisation des permis

pour l’ensemble du réseau

31/12/2013

Gestion de la problématique

« vols et vandalisme »

Améliorer l’image de marque

des parcs

Optimiser les consommations

eau, électricité et gaz

Eviter les vols, destructions

et vandalisme

Améliorer la propreté des voiries

d’accès des parcs et veiller à leur

embellissement

Proposer des actions en vue de réduire

les consommations

31/12/2013

31/12/2013

31/12/2013

actions 2011

22 parcs à conteneurs ont fait l’objet d’actualisation de leur plan terrier et d’implantation du réseau de collecte des

eaux pluviales. Les demandes de renouvellement de permis ont été introduites pour 6 parcs à conteneurs.

En 2012, 43 parcs feront l’objet d’actualisation de leur plan et/ou les demandes de renouvellement de permis seront

introduites auprès des autorités locales.

Afin de pouvoir réagir efficacement face à cette problématique, une étude de faisabilité a été réalisée pour le

placement de caméras sur le parc à conteneurs d’Aubange et ce à titre d’expérience pilote.

En plus des actions efficaces entreprises par l’équipe dédiée au nettoyage du réseau de parcs à conteneurs, un état des

lieux a été réalisé afin de recenser le matériel et les panneaux d’identification des déchets non-conformes. Ceci afin de

standardiser l’ensemble de la signalisation et ainsi améliorer l’image de nos parcs à conteneurs.

Un relevé systématique de l’index des compteurs a été mis en oeuvre depuis le début de l’année pour l’électricité et

l’eau. Les citernes à gaz sont en cours de retrait pour l’ensemble des parcs à conteneurs. L’analyse de ces données,

courant 2012, permettra de cibler les gros consommateurs d’énergie et de proposer certaines recommandations

visant à réduire les consommations d’électricité et d’eau. Les recommandations les plus intéressantes feront l’objet

d’un nouvel objectif qui sera proposé et avalisé par la direction en 2013.


9

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

1

Les collectes en porte-à-porte

Objectifs CibleS Délais d’exécution

Amélioration de la qualité

des collectes suite au

renouvellement des contrats

de collectes

Amélioration du tri des

producteurs en amont des

collectes d’encombrants

Organisation du lavage des

conteneurs et des camions

dans une station privée

Formation et sensibilisation

des nouveaux collecteurs

et du personnel de collecte

Incitation des communes

à participer aux collectes

d’encombrants à la demande

Réduction de l’impact sur les eaux de

surface

31/12/2011

31/12/2013

31/12/2011

Optimisation des tournées

de collecte des PMC dans les

parcs à conteneurs

Réduction de l’empreinte carbone 31/12/2011

actions 2011

Suite au changement du collecteur en porte-à-porte, des séances de formation ont été assurées à l’attention de son

personnel portant sur le contrôle qualité à effectuer sur la matière organique et la fraction résiduelle.

Les communes ont été sensibilisées au travers du renouvellement du contrat de collecte. Une commune

supplémentaire a adhèré au service. Ce qui porte le nombre à 13 communes pour ce service. La sensibilisation

sera reconduite chaque année afin d’augmenter le taux de participation.

A l’heure actuelle, les lavages des camions sont réalisés au niveau d’une station de lavage spécifique dont les

installations permettent de traiter les eaux usées. En ce qui concerne les conteneurs, il a été proposé aux organisateurs

de foires et de gros évènements d’acheter des conteneurs et de réaliser eux-mêmes le nettoyage de ceux-ci.

Nous avons listé en détail les étapes de chaque parcours de collecte. Ceci a permis de réorienter certains points de

collecte vers une fréquence de collecte adaptée à leur quantité de déchets produite. Le travail doit se poursuivre en

2012.


10

Objectifs et pistes d’avenir

Le traitement

des déchets

Objectifs d’amélioration pour le site de traitement des déchets de Habay

Optimalisation de la protection des eaux de surface

Objectifs CibleS Délais d’exécution

Améliorer la gestion des

eaux pluviales collectées et

rejetées

Respect de la qualité de base du milieu

récepteur.

31/12/2012

actions 2011

Le réseau séparatif a été modifié et est opérationnel depuis le second semestre de 2011.

Les conduites de réchauffement du lixiviat entre les bassins de stockage et la station d’épuration ont été sécurisées

permettant ainsi de ne pas avoir de déboitement des conduites et d’écoulement de lixiviat dans la nature. Au pied

du tumulus, dans une zone très localisée, du lixiviat s’écoulait et pouvait rejoindre le réseau d’eau propre. Un drain

a été placé et permet de collecter ce lixiviat vers le réseau spécifique. En ce qui concerne le traitement des eaux

pluviales de notre hall de tri et de l’atelier de notre sous-traitant, ce dossier a été proposé à notre bureau d’étude

qui suggèrera les solutions techniques envisageables dans le courant de 2012. Au niveau du rejet de nos eaux usées

industrielles, des campagnes d’essais avec d’autres réactifs permettant de réduire la concentration en chlorures sont

programmées pour l’année 2012.

Optimalisation de la protection des eaux souterraines

Objectifs CibleS Délais d’exécution

Contenir la migration du

lixiviat en dehors des casiers

étanches et de l’ancienne

décharge non étanche

Respect de la qualité de base des eaux

souterraines

31/12/2013

actions 2011

Par rapport à la maitrise de la barrière hydraulique, les investigations mettent en évidence une légère influence

sur les eaux souterraines. Une réflexion globale sur la gestion des équipements en place au regard de la géologie

locale est menée conjointement avec les autorités. Les conclusions et les recommandations seront présentées en

2012 et déboucheront sur un plan d’actions concerté à mettre en oeuvre d’ici 2013. En ce qui concerne, la surverse

possible en dehors du casier 2.2, notre bureau d’étude a pour mission d’évaluer la situation et de proposer des

solutions techniques viables pour 2013. Ce qu’il y a lieu de faire sera repris dans un plan d’actions et proposé à la

direction en 2013. Pour éviter le passage de lixiviats au travers du flanc de l’ancien tumulus, il a été décidé, au fur

et à mesure que les déchets s’amoncèlent dans le casier, de placer une membrane entre ces déchets et le flanc

du tumulus. Pour l’heure, les déchets n’atteignent pas encore le flanc. Le placement de la membrane sera mise en

oeuvre dans le courant de l’année 2013.


11

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

Optimalisation du taux de valorisation ou autre voie de valorisation des déchets

et combustibles de substitution

Objectifs CibleS Délais d’exécution

1

Valoriser en partie

ou en totalité les refus

issus de la préparation des

combustibles de substitution

Réduire la mise en CET 31/12/2013

Assurer une valorisation

optimale des combustibles de

substitution

Améliorer le bilan environnemental

et rechercher d’autres débouchés

intéressants

31/12/2013

actions 2011

Après de multiples essais de criblage, des caractéristiques ont pu être définies en vue de l’achat d’un crible

spécifique en 2012. Ce qui permettra de réduire la part de refus à mettre en CET et augmentera la part à valoriser.

Nous avons poursuivi nos contacts avec un centre de recherche spécialisé dans le domaine de production de

carburants alternatifs au départ de déchets comme nos combustibles de substitution. D’autres débouchés sont

recherchés à l’occasion de foires spécialisées, séminaires et contacts divers.

Optimalisation des consommations énergétiques et production d’énergie alternative

Objectifs CibleS Délais d’exécution

Réaliser un audit énergétique

global

Proposer des actions en vue de réduire

les consommations énergétiques

31/12/2013

Pérenniser la production

énergétique du site au terme

de la production de biogaz

Rechercher et proposer des solutions

techniques alternatives

31/12/2013

actions 2011

Un audit énergétique des bâtiments du site a été réalisé en 2010. Vu l’ancienneté de la construction de ceux-ci

début des années 80, les conclusions du rapport mentionnent un manque d’isolation. Afin de compléter notre

état des lieux relatif aux consommations et pertes énergétiques, un relevé périodique et détaillé des différentes

données a été réalisé. L’analyse de ces données, courant 2012, permettra de cibler les gros consommateurs

d’énergie et de proposer certaines recommandations visant à réduire les consommations d’électricité et de

mazout. Les recommandations les plus intéressantes feront l’objet d’un nouvel objectif qui sera proposé et avalisé

par la direction en 2013.

Une réflexion est en cours, portant sur trois pistes de production d’électricité. Celles-ci abordent la production

d’énergie à partir de la biomasse comme les pellets de matières végétales, à partir de la valorisation d’huiles de

friture usagées et à partir de panneaux photovoltaïques. Pour l’instant, seule la production à partir de la biomasse a

été explorée. Les autres pistes feront l’objet d’investigation dans le courant de l’année 2012.


12

Objectifs et pistes d’avenir

Objectifs d’amélioration pour le site de traitement des déchets de Tenneville

Optimalisation de la protection des eaux de surface

Objectifs CibleS Délais d’exécution

Améliorer la gestion des

lixiviats collectés et optimiser

le fonctionnement de la

station d’épuration

Respect de la qualité de base du milieu

récepteur.

31/12/2013

actions 2011

En ce qui concerne la sécurisation du dégrilleur en amont de la station d’épuration, une étude de faisabilité sur

la mise en place d’un système de report d’alarme ou d’optimisation technique est en cours de réalisation. Pour

l’amélioration des performances de la station d’épuration, divers essais ont été réalisés avec d’autres réactifs dont

les résultats n’ont pas été concluants mais ont démontrés l’efficacité des réactifs déjà utilisés. Des réglages et le

placement de sondes de mesure ont permis d’affiner le fonctionnement et aboutissent à une bonne marche de l’outil

à son débit nominal. D’autres actions sont envisagées en 2012, comme l’évacuation des eaux de nettoyage du process

vers les bassins de stockage et non plus en tête du traitement qui se voit perturbé.

Optimalisation de la protection des eaux souterraines

Objectifs CibleS Délais d’exécution

Réduire au maximum la production

de lixiviat de l’ancienne

décharge

Respect de la qualité de base des eaux

souterraines

31/12/2014

Collecter les eaux de ruissellement

de la zone de tri des

plastiques agricoles

Respect de la qualité de base des eaux

souterraines

31/12/2013

actions 2011

Au niveau de cette ancienne décharge, la problématique constatée de contamination des eaux souterraines résulte de

l’amassement des déchets à même le sol sans étanchéification de fond. Afin de réduire l’infiltration des eaux pluviales

à travers le massif, des travaux de réhabilitation provisoire ont été entrepris dans les derniers mois de l’année. Ceuxci

ont consisté d’une part à revoir le réseau séparatif de collecte des eaux propres et des eaux sales et d’autre part à

reprofiler les talus avec les fines terres issues de la plateforme de tri concassage des déchets inertes de la construction.

Cette couche de terre va permettre d’augmenter l’imperméabilité des talus et ainsi réduire la production de lixiviat.

La réhabilitation n’est pas finalisée et prendra encore quelques années durant lesquelles l’ensemble des talus seront

reprofilés. Le suivi de la qualité des eaux souterraines permettra d’évaluer l’effet bénéfique de cette réhabilitation sur

celles-ci pour les prochaines années.

L’activité de tri des plastiques agricoles a été délocalisée sur le site de Tenneville suite à l’implantation d’une usine de

recyclage de ces plastiques sur ce site. Le stockage des plastiques est réalisé sur le sol nu sans pouvoir collecter les

eaux sales issues de cette activité. En 2011, vu la nécessité de stocker ces matières et faciliter les opérations de tri, un

appel d’offre a été lancé et a permis de réaliser les travaux d’aménagement de la plateforme en octobre 2011. Les eaux

sales sont collectées et traitées par la station d’épuration du site.


13

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

Optimalisation de la protection de l’air

Objectifs CibleS Délais d’exécution

1

Améliorer les rejets de gaz

d’échappement des moteurs

à biogaz

Réduire la concentration en CO 31/12/2011

Placer une nouvelle torchère

capable de traiter le biogaz

pauvre produit par l’ancienne

décharge et le CET

Elimination complète du biogaz pauvre 31/12/2011

Optimiser le fonctionnement

de la torchère de sécurité de

l’unité de biométhanisation

Eviter le rejet atmosphérique du biogaz

en toiture du digesteur

31/12/2011

actions 2011

En 2010, nous constations des dépassements récurrents de la norme en CO au rejet des moteurs à biogaz. En

concertation avec le motoriste, un plan d’actions a été envisagé afin d’améliorer la qualité du biogaz qui posait

problème. Un travail a dans un premier temps consisté à optimiser le rendement du charbon actif servant à

épurer le biogaz. Un système de maîtrise de la concentration en oxygène dans le biogaz a été installé fin 2010 et

a démontré son efficacité. Suite à l’optimisation de l’épuration, les pots catalytiques n’ont pas dû être replacés.

D’autre part, la teneur en eau dans le biogaz issu de la biométhanisation était trop importante. Un second groupe

froid a été installé afin d’assécher au maximum le biogaz avant sa valorisation. Ces actions ont permis d’obtenir

une meilleure régulation du fonctionnement des moteurs et donc une meilleure combustion. Néanmoins, une

troisième action a consisté à adapter la norme vu la bonne qualité du biogaz issu de l’unité de biométhanisation.

Cette demande a été acceptée par les autorités régionales et la norme a ainsi été modifiée en juillet 2011. Depuis

lors, il n’y a plus de dépassement de la norme en CO au rejet de nos moteurs.

Cette nouvelle torchère a été délocalisée sur le CET. Elle remplace une torchère dont le débit de traitement n’était

plus adapté au volume de biogaz produit par l’ancien tumulus. Elle a été mise en service en mai 2011. Le biogaz

produit par le tumulus est toujours valorisé au niveau des moteurs à biogaz jusqu’à ce que sa richesse en méthane

ne soit plus suffisante.

Suite à des défauts techniques ne permettant pas de démarrer la torchère de la biométhanisation de façon

automatique, il a été remarqué qu’une certaine quantité de biogaz s’échappait du digesteur vers l’atmosphère.

Les travaux entrepris ont permis d’assurer le démarrage automatique de la torchère et d’assurer la combustion

efficace du biogaz.


14

Objectifs et pistes d’avenir

Optimalisation du taux de valorisation

Objectifs CibleS Délais d’exécution

Améliorer la production et la

qualité du compost produit

Augmenter le rendement en produit fini

Minimiser la quantité de compost

déclassé

31/12/2012

actions 2011

Durant l’hiver 2010, suite aux conditions climatiques rigoureuses, il n’a pas été possible de réaliser efficacement

le compostage du digestat qui restait trop humide en fin de processus. Ce qui a occasionné beaucoup de travail

de manutention et de mauvais rendements dans le cadre de l’affinage des matières compostées. Une réflexion

a été menée déjà en 2010 et poursuivie en 2011 afin de mettre en place des actions pour améliorer le procédé

de compostage en hiver. Pour l’hiver 2011, des dalles supplémentaires ont été construites afin d’augmenter les

surfaces de stockage et des tests d’ajout de chaux vive, avant compostage, ont été menés. Le bilan de ces actions

est positif. Il n’y a pas eu nécessité de déclasser les matières. Suite aux tests de chaulage, il a été décidé de

pérenniser cette façon de faire en 2012 en réalisant un appel d’offre pour l’achat d’installations de stockage et de

mélange de la chaux au digestat.

Optimalisation des consommations énergétiques

Objectifs CibleS Délais d’exécution

Réaliser un audit énergétique

global

Proposer des actions en vue de réduire

les consommations énergétiques

31/12/2013

actions 2013

Un audit énergétique des bâtiments du site a été réalisé en 2010. Vu l’ancienneté de la construction de ceux-ci

début des années 80, les conclusions du rapport mentionnent un manque d’isolation. Afin de compléter notre

état des lieux relatif aux consommations et pertes énergétiques, un relevé périodique et détaillé des différentes

données a été réalisé. L’analyse de ces données, courant 2012, permettra de cibler les gros consommateurs

d’énergie et de proposer certaines recommandations visant à réduire les consommations d’électricité et de

mazout. Les recommandations les plus intéressantes feront l’objet d’un nouvel objectif qui sera proposé et avalisé

par la direction en 2013.


15

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

Objectifs d’amélioration pour le site de traitement des déchets de Saint-Vith

Optimalisation de la protection des eaux souterraines

1

Objectifs CibleS Délais d’exécution

Aménagement d’une dalle

imperméable pour le stockage

de déchets et de conteneurs

Eviter toute infiltration vers le soussol

tout en collectant les eaux vers le

débourbeur/séparateur d’hydrocarbures

31/12/2013

actions 2011

Le bureau d’études a été approché dans le courant du dernier trimestre afin d’établir la faisabilité et les projets

de plans de réalisation. Ces informations et documents serviront à établir un cahier des charges pour réaliser un

appel d’offres dans le courant de l’année 2012. Les travaux seront notifiés, sans doute fin 2012, afin de réaliser le

chantier au printemps 2013.

Optimalisation des consommations énergétiques

Objectifs CibleS Délais d’exécution

Réaliser un audit énergétique

global

Proposer des actions en vue de réduire

les consommations énergétiques

31/12/2013

actions 2011

L’audit énergétique n’a pas été réalisé mais un relevé périodique des consommations énergétiques a été mis en

place. Ces consommations seront analysées et un audit énergétique des bâtiments sera réalisé d’ici fin 2012. Un

rapport de synthèse reprenant diverses pistes de réduction des consommations sera diffusé dans le courant 2013.


Résultats

Remarque préalable :

Toutes les informations relatives aux campagnes de

contrôles pour le réseau de surveillance des centres

d’enfouissement technique Habay et de Tenneville sont

accessibles sur le portail de la Région wallonne :

http://environnement.wallonie.be/data/dechets/cet

2


17

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

Indicateurs de base

2

Le règlement EMAS publié au journal officiel

de l’Union européenne le 22 décembre 2009

demande aux organisations, qui mettent en place

un système de management environnemental

de ce type, de publier certains indicateurs

de base en complément à leurs indicateurs

spécifiques de performance environnementale.

Les indicateurs de base pertinents retenus par le

secteur Valorisation et Propreté de l’AIVE en regard

de ses activités et permettant d’apprécier d’une

année à l’autre les performances de ses outils sont

:

1. L’efficience énergétique,

2. La consommation d’eau,

3. Les émissions de gaz à effet de serre,

4. La biodiversité pour les sites de Habay

et de Tenneville.

Les indicateurs relatifs à l’utilisation de

ressources naturelles et la production de déchets

ont été jugés non significatifs car il n’y a aucune

ressource naturelle utilisée dans les procédés

de traitement de déchets, et la production de

déchets est marginale au regard des quantités

de déchets traitées.

L’efficacité énergétique

Les parcs à conteneurs

L’énergie utilisée par cette activité correspond à la consommation d’électricité et de gaz propane liée

au fonctionnement de nos 51 parcs (chauffage, éclairage,…).

Pour cet indicateur, la consommation énergétique a été rapportée à l’unité « parc à conteneurs ».

Pour l’année 2010 Pour l’année 2011

Utilisation totale directe d’énergie (GJ) 1 936 1 472

Utilisation totale d’énergie

renouvelable (GJ)

0 0

Energie consommée par parc (GJ/parc) 37,97 28,86

Par souci de sécurité et de gain de place, 14 citernes à gaz du réseau des parcs à conteneurs avaient été

mises hors service en 2010. Pour 2011, seuls 16 parcs sont encore équipés d’un chauffage au gaz et 35

parcs sont équipés d’un chauffage électrique. Du fait de ce remplacement, il est à constater une légère

augmentation de la consommation électrique et une réduction conséquente de la consommation de gaz.

De plus, une campagne de sensibilisation a été menée auprès des préposés afin de les conscientiser par

rapport à la consommation électrique qui semblait être trop importante. Cette sensibilisation a permis

de réduire cette consommation comme démontré par l’indicateur.


18

Résultats

Les collectes internes

Par collectes internes, nous comprenons uniquement les transports de déchets entre nos différentes

installations. Il s’agit de l’évacuation des déchets des parcs à conteneurs vers nos sites de traitement par

camion presse et camion « lift ».

Cette activité est la plus gourmande en carburant. En 2011, la flotte de camions presse et « lift » a

consommé 218 362 litres de mazout (1l mazout = 36,29 GJ)

Pour l’année 2010 Pour l’année 2011

Déchets transportés (to) 7 665 7 884

Utilisation totale directe d’énergie (GJ) 7 097 7 924

Utilisation totale d’énergie

renouvelable (GJ)

Energie consommée par tonne

de déchets collectés (GJ/to)

0 0

0,93 1

La consommation de mazout routier est en augmentation par rapport à 2010. Ceci s’explique par le

fait que le service collecte a intégré un camion presse supplémentaire dans sa flotte et a optimisé

ses tournées pour collecter des déchets en attente d’évacuation sur les parcs à conteneurs.

Malgré cette augmentation, l’énergie consommée par tonne de déchets transporté varie peu au regard

de celle de 2010.

Les sites de traitement des déchets

Nos trois sites de traitement de déchets ; Habay, Tenneville, Saint-Vith, consomment de l’énergie

pour traiter les déchets :

• De l’énergie électrique : l’électricité verte achetée sur le réseau et autoproduite par nos installations

de cogénération.

• De l’énergie thermique : la chaleur produite par nos moteurs à biogaz.

• De l’énergie fossile (mazout) : carburant des engins de chantier + mazout de chauffage.

Nous avons rapporté la quantité d’énergie consommée sur nos sites à la quantité de déchets qui y

sont traités.

Nous produisons aussi de l’électricité et de la chaleur par la biométhanisation des déchets organiques

et par l’exploitation du biogaz de nos centres d’enfouissement technique. C’est ce que nous appelons

l’énergie renouvelable.


19

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

2

Quantités

de déchets

traités (to)

Utilisation

totale directe

d’énergie (GJ)

Utilisation

totale

d’énergie

renouvelable

(GJ)

Par tonne de

déchets traités

(GJ/to)

Habay

2010

Habay

2011

Tenneville

2010

Tenneville

2011

Saint-Vith

2010

Saint-Vith

2011

157 213 164 446 90 055 114 021 7 840 6 286

28 325 26 643 36 282 37 710 894 683

22 212 18 404 25 553 26 878 0 0

0,180 0,162 0,403 0,331 0,114 0,109

En analysant le tableau, on constate, en 2011, que la part de l’énergie renouvelable reste importante ;

elle représente :

• A Habay : 69 % de l’énergie totale consommée.

• A Tenneville : 71 % de l’énergie totale consommée.

En plus de nos consommations propres nous avons injecté sur le réseau électrique :

• A Habay : 6 157 GJ.

• A Tenneville : 14 390 GJ.

Pour le site de Habay, l’utilisation totale directe d’énergie diminue légèrement en 2011 sans explication

notable mais par le fait d’une gestion un peu différente des outils. D’autre part, en ce qui concerne l’énergie

renouvelable, la diminution de la consommation est plus marquée. Celle-ci résulte de problèmes

techniques au niveau des systèmes d’échange de chaleur sans conséquence pour les différents utilisateurs

et principalement la station d’épuration des lixiviats.

Pour le site de Tenneville, l’utilisation totale directe d’énergie et d’énergie renouvelable a augmenté en

2011. Cette augmentation est le fait d’une quantité de déchets plus importante à composter ainsi que la

part d’énergie renouvelable consommée, plus élevée, qui a été utilisée pour le process épuratoire des

lixiviats et par le sécheur à boues.

Pour le site de Saint-Vith, l’utilisation totale directe d’énergie a diminué en 2011 suite au transfert de

l’activité de tri-compactage des plastiques agricoles vers le site de Tenneville d’où la diminution de la

quantité de déchets traités.

Pour les 3 sites, on remarque que l’énergie totale consommée rapportée à la tonne de déchets traités est

en diminution pour l’année 2011.


20

Résultats

La consommation d’eau

Cet indicateur présente les consommations globales de 2011 pour les activités en eau de distribution

et de captage. Ces consommations servent à différents usages sur nos différents sites comme eau

sanitaire, de nettoyage de véhicules, de conteneurs et de voiries ainsi que la préparation de polymère

pour l’épuration. L’indicateur tel que proposé reste encore à affiner sur le terrain pour différencier les

utilisateurs pour lesquels nous ne connaissons pas la consommation réelle afin d’en assurer le suivi

pour une meilleur maîtrise. Ces améliorations seront mises en oeuvre dans le second semestre 2012.

Les parcs à conteneurs

A l’heure actuelle, le suivi des consommations pour l’ensemble du réseau de parcs à conteneurs et en

passe de devenir totalement effectif pour l’année 2012.

Seuls 43 parcs sont équipés d’un compteur qui fera l’objet d’un relevé d’index régulier.

Pour l’indicateur 2011, celui-ci a été établi sur base des consommations relevées de septembre 2011

à juin 2012. Période à partir de laquelle le relevé trimestriel est maintenant devenu systématique.

Cette consommation globale a donc été extrapolée à l’ensemble des 51 parcs à conteneurs sur base

des relevés de compteur pour les parcs en disposant.

La consommation inclut également le volume qui a été capté au niveau du puits situé sur les installations

de Bertrix.

PAC 2010 PAC 2011*

Quantité totale d’eau consommée (m³) 2 063 1 796

Quantité consommée par parc (m³/parc) 40 35

Comparativement à 2010, l’estimation de la consommation s’affine pour 2011. Les données de 2012

permettront cette fois-ci d’aboutir à un meilleur suivi des consommations parc par parc. Néanmoins, la

tendance 2011 montre que la consommation estimée reste dans le même ordre de grandeur que celle

de 2010.

Les collectes internes

La consommation d’eau pour notre hall logistique sert à l’usage sanitaire et au nettoyage des camions

et des conteneurs. La quantité d’eau utilisée en 2011 n’est pas spécifiquement comptabilisée pour ces

activités mais est globalisée avec les consommations du hall de tri de Habay.

* La consommation 2011 a été estimée sur base des relevés d’index de septembre 2011 à juin 2012.


21

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

2

Les sites de traitement des déchets

Le suivi des consommations est réalisé en relevant les index de consommations pour les différents

compteurs que comportent les sites. Le relevé des index est réalisé mensuellement.

Quantité

totale d’eau

consommée (m³)

Habay

2010

Habay

2011

Tenneville

2010

Tenneville

2011

Saint-Vith

2010

Saint-Vith

2011

2 790 2 350 4 238 2 688 65 187

Pour le site de Habay, la majorité de la consommation en eau sert pour le nettoyage et la préparation du

polymère pour la station d’épuration des lixiviats.

Pour 2011, la consommation est en baisse. Cette diminution provient de la moindre utilisation d’eau au niveau

de la préparation du polymère à la station d’épuration. En effet, suite aux conditions climatiques favorables,

le volume de lixiviats traités a diminué et par conséquent les réactifs également.

Pour le site de Tenneville, la majorité de la consommation en eau est utilisée pour la production de vapeur

pour l’unité de biométhanisation et le nettoyage. La diminution résulte du fait de la moindre consommation

pour la fabrication de vapeur. Les consignes d’exploitation ont été modifiées afin d’optimiser le processus

de biométhanisation pour augmenter le taux de matière sèche du digestat et réduire la température dans

le digesteur.

Pour le site de Saint-Vith, la consommation en eau sert principalement à un usage sanitaire et domestique.

La consommation, plus importante en 2011, résulte, d’un meilleur suivi des consommations et est sans

doute plus représentative que celle relevée en 2010.

Les émissions de gaz à effet de serre

Nos activités de collecte et de traitement génèrent aussi certains rejets atmosphériques :

Au niveau du réseau des parcs à conteneurs

• Du CO 2

est produit par la combustion de gaz propane pour le chauffage des locaux pour les préposés

de parc à conteneur

En 2010, 14 citernes à gaz ont été démantelées pour raison de sécurité et de stockage. En 2011, seuls

16 parcs à conteneurs disposent d’un chauffage au gaz encore en activité. Dès lors, la production de CO 2

a été significativement réduite. En 2012, selon les réserves de gaz pour les citernes encore existantes, la

production de CO 2

devrait être nulle.


22

Résultats

Au niveau de la collecte interne

• Du CO 2

est produit par la combustion de carburant de nos camions presse et « lift »

Pour l’année 2010 Pour l’année 2011

Déchets transportés (to) 7 665 7 884

Tonnes équivalent CO 2

émises (to) 514 574

Par tonne de déchets transportés

(toCO 2

/to)

0,067 0,073

L’augmentation de CO 2

est à mettre en relation avec l’intégration d’un camion presse dans la flotte de

camion existante.

Au niveau du traitement des dechets

• Du CO 2

est produit par la combustion du biogaz dans les moteurs.

• Du CO 2

est produit par la combustion du mazout de nos engins de chantier et nos installations de

chauffage.

Nous avons estimé et converti l’ensemble de ces émissions en équivalent CO 2

.

Tonnes

équivalent CO 2

(to)

Par tonne de

déchets traités

(toCO 2

/to)

Habay

2010

Habay

2011

Tenneville

2010

Tenneville

2011

Saint-Vith

2010

Saint-Vith

2011

3 106 3 369 7 062 7 068 51 34

0,02 0,02 0,078 0,062 0,007 0,005

Pour le site de Habay, la production de CO 2

est en légère augmentation par rapport à 2011.

Celle-ci résulte de la valorisation d’un volume de biogaz plus élevé.

Pour le site de Tenneville, la production de CO 2

est équivalente à celle produite en 2010. Le ratio quand à

lui diminue car le tonnage de déchets à l’entrée du site est en augmentation.

Pour le site de Saint-Vith, la diminution de la production de CO 2

est en relation avec la diminution de la

consommation en mazout suite au transfert de l’activité de tri-compactage des plastiques agricoles vers

le site de Tenneville.


23

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

2

la biodiversité

Nos installations occupent une superficie importante. Il importe de conserver une superficie « non bâtie »

afin de permettre le maintien de la biodiversité.

Dans le tableau suivant, nous faisons le rapport entre les surfaces bâties et non bâties de nos deux sites

principaux.

La plus grande partie des surfaces « bâties » correspond aux centres d’enfouissement technique.

Néanmoins, une fois réhabilité et verdurisé, ils passent dans la catégorie « non bâties » car ils contribuent

au maintien et au développement d’une certaine biodiversité.

Les aménagements que nous avons réalisés tout au long de l’exploitation et les activités qui se sont

développées ont eu des effets positifs en matière de biodiversité. Des dizaines d’espèces végétales et

animales, parfois rares, y sont recensées. Ce qui démontre la cohabitation possible entre les activités

industrielles et la nature.

Pour les sites, il n’y a pas eu de modification des surfaces dans le courant de l’année 2011.Au niveau du

traitement des dechets

Habay

2010

Habay

2011

Tenneville

2010

Tenneville

2011

Surface totale (m²) 473 016 473 016 1 107 911 1 107 911

Surface bâtie au sol (m²) 193 630 193 630 195 045 195 045

Coefficient d’emprise au sol 0,41 0,41 0,18 0,18


24

Résultats

Indicateurs spécifiques

à nos métiers

C’est un aspect essentiel de la certification EMAS. Pour améliorer

nos performances environnementales, nous devons connaître

nos impacts significatifs sur l’environnement, nous fixer des

objectifs à atteindre, mais aussi nous donner des indicateurs

concrets pour mesurer nos progrès. Ces indicateurs trouvent

essentiellement leur pertinence au niveau de nos sites de

traitement des déchets de Habay et de Tenneville.


25

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

Les émissions d’odeurs

2

INDICATEURS

Nombre de jours de plaintes odeurs par an pour

chacun de nos sites.

CIBLES

Ne pas dépasser 7 jours de plaintes par an.

Zone de perception des odeurs (percentile 98*). Réduire et maintenir la zone du percentile 98*

en deçà des villages.

Nombre de jours de plaintes Habay Tenneville

2010 2 0

2011 2 0

A Tenneville : la campagne de mesure réalisée en 2008 par l’ISSeP dans le cadre du réseau de surveillance

des CET montrait une diminution significative du percentile 98 par rapport à la situation de 2005.

Une nouvelle campagne de mesure a été réalisée en 2011. Les résultats de cette campagne indiquent un

cercle légèrement allongé dans le sens des vents dominants, d’un rayon de 1500 mètres environ.

Le premier riverain direct, matérialisé par le point blanc en bas et à droite de l’image, n’est pas compris

dans cette zone d’influence. On constate que l’aire de distribution des odeurs et pratiquement identique

à celle relevée en 2008.

Limite du Percentile 98 pour 1 uo/m³

* Percentile 98 : C’est une courbe qui délimite la zone de nuisance olfactive à moins de 2 % du temps de perception par an.


26

Résultats

A Habay : la campagne de mesure réalisée en 2009 par l’ISSeP dans le cadre du réseau de surveillance

des CET montre une diminution significative du percentile 98 par rapport à la situation de 2005. A ce jour,

l’ISSeP n’a pas planifié de nouvelle campagne de mesure.


27

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

Les rejets de nos stations d’épuration

2

INDICATEURS

Suivi des paramètres de DCO et d’ammonium aux

rejets de nos stations d’épuration.

CIBLES

Respecter les normes de rejets des stations

d’épuration.

Ces deux paramètres font l’objet d’un suivi interne bihebdomadaire pour s’assurer des performances

épuratoires des stations d’épuration des lixiviats. Aujourd’hui, ce sont les seuls paramètres qui pourraient

poser problème en termes de respect des normes de rejet.

On note, en 2011, une modification de la norme en azote ammoniacal suite à la modification des conditions

sectorielles relatives à l’exploitation des centres d’enfouissement technique.

Station d’épuration du site de Habay

350

300

250

200

150

100

50

HABAY - Indicateur DCO (mg O 2

cons./l)

0

2007 2008 2009 2010 2011

DCO

Norme DCO

HABAY - Indicateur azote ammoniacal NNH4 (mg/l)

60

50

40

30

20

10

0

2007 2008 2009 2010 2011

NNH4

Norme NNH4


28

Résultats

Station d’épuration du site de Tenneville

350

300

250

200

150

100

50

TENNEVILLE - Indicateur DCO (mg O 2

cons./l)

0

2007 2008 2009 2010 2011

DCO

Norme DCO

HABAY - Indicateur azote ammoniacal NNH4 (mg/l)

60

50

40

30

20

10

0

2007 2008 2009 2010 2011

NNH4

Norme NNH4

Les résultats d’analyses, en ce qui concerne les autres

paramètres analysés et pour lesquels une norme au rejet est fixée

dans nos permis, ne présentent aucun dépassement pour l’année

2011. Ces autres paramètres concernent les métaux lourds, les

formes de l’azote et du phosphore, des composés organiques, les

hydrocarbures et les polychlorobiphényles (PCB).


29

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

La qualité des eaux souterraines

2

INDICATEURS

Analyses physico-chimiques des eaux des

piézomètres de contrôle

CIBLES

Respect de la qualité de base des eaux

souterraines

A Tenneville, on remarque une légère contamination par du lixiviat au niveau d’un piézomètre situé

au pied de l’ancienne décharge. Cette contamination très localisée était déjà identifiée en 2007. Suite

au début des travaux de réhabilitation de l’ancien tumulus durant l’automne 2011, deux piézomètres

de contrôles ont dû être rebouchés dont un était concerné par la contamination. En concertation avec

l’administration, trois nouveaux piézomètres ont été forés en aval pour mieux évaluer l’influence du

tumulus sur les eaux souterraines. Ces trois ouvrages ont fait l’objet de prélèvements d’échantillons

d’eau et d’analyses par l’administration. Ces dernières montrent également l’influence du tumulus en

aval. La distance d’influence reste pour le moins très réduite. L’administration, en concertation avec

l’exploitant, a défini un contrôle accru à mettre en oeuvre. Les résultats de celui-ci seront évalués dans

le courant de 2013.

A Habay, les prélèvements réalisés en 2011 n’indiquent aucun impact sur la qualité des deux nappes

souterraines exploitables.

Les émissions des moteurs à biogaz

INDICATEURS

Analyses physico-chimiques des gaz d’échappement

CIBLES

Respect des normes au rejet des moteurs

A Tenneville, pour 2010, le rejet des deux moteurs présentaient un dépassement permanent de la

norme en CO. Un plan d’actions avait été mis en oeuvre afin d’améliorer la qualité du biogaz valorisé

et l’introduction d’une demande d’adaptation de la norme en CO auprès du Service Public de Wallonie.

Les actions mises en oeuvre ont permis d’améliorer la qualité du biogaz permettant de la sorte une

optimisation du fonctionnement des moteurs à biogaz. La demande d’adaptation de la norme a été jugée

recevable et les conditions d’exploitation ont été modifiées au niveau du permis d’environnement en

juillet 2011. La norme est ainsi passée de 650 mg CO/Nm³ à 1 000 mg CO/Nm³. Suite à cette adaptation,

les moteurs ne présentent plus de dépassement des normes en 2011.

A Habay, le rejet du moteur a présenté un léger dépassement de la norme en CO lors de la seconde

campagne semestrielle. Afin de vérifier ce dépassement, une campagne de contrôle a été réalisée en

octobre. Cette dernière a bien confirmé le premier dépassement. En concertation avec le fournisseur,

il a été convenu que le moteur devait faire l’objet d’un gros entretien. Vu l’avancement dans l’année et

les conditions climatiques changeantes, il a été décidé de réaliser cet entretien au printemps 2012. Il n’a

pas été possible de réaliser cette révision à l’automne car il y avait nécessité de produire des thermies

afin d’entretenir le process épuratoire en réchauffant les lixiviats pour maintenir l’activité biologique.

L’administration a été informée des dépassements ainsi que des actions qui allaient être entreprises.


30

Résultats

La qualité des eaux de surface

INDICATEURS

Les indices diatomiques (IDSE)

CIBLES

La qualité des eaux en aval des rejets de nos sites

doit être tout aussi bonne que celle de l’amont.

IDSE

(Qualité biologique)

Habay

2010

Habay

2011

Tenneville

2010

Tenneville

2011

en amont du site

Moyenne

(3,1)

Moyenne

(3,5)

Très bonne

(4,3)

Très bonne

(4,4)

en aval du site

Bonne

(3.6)

Moyenne

(3,5)

Très bonne

(4,4)

Très bonne

(4,4)

A Habay, les prélèvements ont été effectués dans le ruisseau « la Tortrue ».

A Tenneville, les prélèvements ont été effectués dans le ruisseau « la Wamme ».

Pour les deux sites, on remarque que les rejets dans les eaux de surface ne dégradent pas la qualité

celles-ci.

Le taux de valorisation des déchets

INDICATEURS

- Taux global de valorisation des déchets.

- Quantité des déchets mis en centre

d’enfouissement technique.

CIBLES

Obtenir une diminution de la mise en centre

d’enfouissement technique et une augmentation

des quantités valorisées.

2010 (to) 2010 (%) 2011 (to) 2011 (%)

Total des matières

valorisées

Total des matières mises en

CET

302 994 to 83 % 277 260 to 78 %

60 189 to 17 % 80 349 to 22 %

On note une légère diminution du taux de valorisation pour l’année 2011.

Celle-ci est due à un apport exceptionnel et temporaire de cendres de chaudière à biomasse d’environ

18 000 tonnes.

En retirant la part des déchets industriels du tonnage global, le taux de valorisation passe à 96%. Ce qui

correspond aux déchets ménagers que nous collectons en porte à porte ainsi qu’au niveau du réseau des

parc à conteneurs.


31

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

Le fonctionnement du réseau des conseillers en environnement

INDICATEURS

CIBLES

2

Tableau de suivi des actions.

1. Prévenir et optimiser la production de déchets

Objectifs

Réaliser l’ensemble des actions prévues sur

l’année écoulée.

2011

Prévisions

Actions de prévention

Mettre en oeuvre les actions

Copidec* et mener au minimum

1 action AIVE.

Réalisé : Opérations Vélos,

Jouets et Cocotte Papier au

niveau régional + 1 exemplaire

de «L’air de rien» (journal à

destination des citoyens)

Communication 1 article/trim. Réalisé

Info et sensibilisation

Promotion du tri

Redynamiser le tri dans les

écoles

Rencontrer les producteurs de

déchets ménagers assimilés,

usagers du réseau de parcs

à conteneurs, désireux

d’optimaliser la gestion de leurs

déchets.

Mise en place d’un groupe de

travail

Peu de demandes reçues

2. Prévenir et lutter contre les incivilités environnementales : incinération à ciel ouvert, abandon sauvage

de déchets, ...

Actions de prévention

Pérenniser les actions initiées

en 2008, 2009 et 2010

Organiser les 3ème Assises de

la Propreté

Inviter l’ensemble des

partenaires à renouveler leur

engagement dans la dynamique

Pure Province.

Poursuite de la collaboration

avec la Province

Réalisé

Réalisé dans le cadre des 3ème

Assises

3. Encadrer les pouvoirs locaux et partager notre expertise tant sur le plan administratif, législatif

qu’opérationnel.

Statistiques communales

Encadrement des communes

Cout-vérité

Cout-vérité

Rédiger et transmettre un

tableau de bord + un document

de vulgarisation par commune

Réunir les comités de suivi au

moins une fois par an

Réaliser des simulations pour

aider les communes à se

positionner dans l’intervalle

requis

Analyse des règlements taxe et

proposition d’uniformisation

95 %

95 %

Réalisé

Mise en place d’un groupe de

travail

La mission d’assistance aux Communes a été rencontrée à 95% en 2011. Les tableaux de bord annuels

reprenant, par Commune, la synthèse de la production de déchets et les actions de sensibilisation ont pu

être présentés à la plus grande majorité des communes.

* Copidec : commission permanente des intercommunales de gestion des déchets


32

L’enregistrement

EMAS du secteur

Valorisation et Propreté

de l’AIVE

Organisme de vérification

Numéro d’agrément

du vérificateur

Date de validation

de la déclaration

Date de la prochaine

validation

AIB-Vinçotte

International S.A.

BE - V - 0016

12/11/2012

mai 2013

Les sites

Site de Tenneville

Site de Habay

Centre de tri de Saint-Vith

Site de Manhay

CET de Bertrix

Route de Beausaint 3 - 6971 Tenneville

Chemin des Coeuvins - 6720 Habay-la-Neuve

John-Cockerill Strasse, 7 - 4780 Sankt-Vith

Parc Industriel Dochamps 7 - 6960 Manhay

Route de Recogne Lieu dit « Le Rouvrou » - 6880 Bertrix

Les parcs à conteneurs

ARLON Route de Neufchateau, 258

ATTERT

Route Attert - Schadeck

AUBANGE

Zoning Industrie

HABAY

Chemin des Coeuvins

MESSANCY Rue Krebling, 15

MUSSON

Rue Marcel Niessen à Baranzy

ROUVROY

Rue Sainte-Anne (Dampicourt)

SAINT-LEGER Chemin de Mines

TINTIGNY

Haut des Fagots – Breuvanne

BERTRIX

Route de Recogne

(Lieu-dit «Le Rouvrou»)

BOUILLON

Route de Bellevaux Menuchene

CHINY

Route de Bertrix à JAMOIGNE

DAVERDISSE Lieu-dit «La Briqueterie»

Haut-Fays

FLORENVILLE Lieu-dit «Chemin du Clument»

HERBEUMONT Bochaban n° 1 (Saint-Médard)

LIBRAMONT Route de Libramont

à S te -Marie 6800 PRESSEUX

PALISEUL

Rue d’Opont

WELLIN

Rue Paul Dubois

BERTOGNE-S te -ODE Barrière Hinck à Ste-Ode

DURBUY

Route de Tohogne

(Barvaux-sur-Ourthe)

EREZEE

Pont d’Erezée

HOTTON Route de Barvaux (RN 86)

LA ROCHE

Roupage, 63z 6983 ORTHO

LEGLISE Rue du Lery, 1

LIBIN

Gare de Villance

MARCHE I

(WAHA) Lieu-dit

«Fosse-Saint-Etienne» à Waha

MARCHE II

(MARLOIE) Rue du Carmel

Zoning Industrie

NASSOGNE Rue de Lahaut

(derrière le garage communal)

NEUFCHâTEAU «Blanc Caillou»

(près des ateliers communaux)

RENDEUX

Rue de la Roche 1A

SAINT-HUBERT Lieu-dit «Les Fermes»

à Arville (Route de Grupont)

TELLIN

Route de Tellin Bure

TENNEVILLE Au Gris Han, 13

VAUX-SUR-SÛRE Lieu-dit «Derrière le Faignoul»

Route Vaux-s-Sûre - Remience

AMEL

«Auf der Leu» MEDELL

BASTOGNE I Zoning Industrie

BASTOGNE II (Noville) Cobru, 1Z

BULLANGE Merlscheid, 1z MANDERFELD

BURG-REULAND Oudler «Oben Am Mühlenbusch»

BÜTGENBACH «Auf dem Mühlenberg»

FAUVILLERS/ Warnach, 23Z

MARTELANGE

GOUVY

Route de Courtil HALCONREUX

HOUFFALIZE Route de Liège, 6C (Fontenaille)

MALMEDY

Avenue de Norvège

(Zoning Industriel)

MANHAY-LIERNEUX Route de Lierneux

à VAUX-CHAVANNE

SAINT-VITH Zoning Industriel n° 2

STAVELOT

rue Saint-Laurent

(Zoning de Chefosse)

STOUMONT Gare de la Gleize

TROIS-PONTS Place de la Gare

VIELSALM Ville du Bois, 174

WAIMES I

Rue du Château, 1z

La cellule des conseillers en environnement

La gestion de la collecte en porte-à-porte


33

Déclaration environnementale Mise à jour 2012

résultats 2011

Déclaration de validation

Système Communautaire de Management Environnemental et d’Audit

(EMAS)

AIB-Vinçotte - International n.v., Bruxelles - Belgique

Sur base de l’audit de l’organisation, des visites de son site, des interviews de ses collaborateurs, et de

l’investigation de la documentation, des données et des informations, documenté dans le rapport de

vérification n° 60317285_AIVE_EMAS_SEPT_2012, du 05 septembre 2012, AIB-VINÇOTTE International,

en tant que vérificateur environnemental, a conclu:

• Que l’analyse environnementale, la politique environnementale, le système de management

environnementale, les procédures d’audit et leur mise en oeuvre de:

sis à

AIVE scrl - secteur Valorisation et Propreté

drève de l’ARc-en-Ciel, 98 - 6700 Arlon (Belgique)

Et utilisé pour :

Exploitation :

Les Centres d’Enfouissement Technique de classe II et leurs annexes (moteurs à biogaz, torchères et

stations d’épuration des lixiviats ; Habay et Tenneville) ; l’usine de broyage et de conditionnement

des combustibles de substitution (Habay) ; les plateformes de compostage et d’affinage des matières

organiques et végétales (Habay et Tenneville) ; les halls de tri et de conditionnement des déchets

recyclables (Habay et Saint Vith) ; les bureaux (Habay, Tenneville et Saint Vith) ; les ateliers d’entretien

(Habay et Tenneville) ; l’unité de séchage des boues (Tenneville) ; les plateformes de recyclage des

déchets inertes de la construction (Habay et Tenneville), l’unité de biométhanisation (Tenneville) ; la

station de transfert (Manhay).

Logistique :

Le réseau des 51 parcs à conteneurs (Arlon, Attert, Aubange, Chiny, Fauvillers, Habay, Léglise,

Messancy, Musson, Rouvroy, Saint-Léger, Tintigny, Bertrix, Bouillon, Daverdisse, Florenville,

Herbeumont, Neufchâteau, Paliseul, Wellin, Bastogne, Noville, Bertogne, Durbuy, Erezée, Hotton,

Libin, Libramont, Marloie, Waha, Nassogne, Rendeux, Saint-Hubert, Tellin, Tenneville, Vaux-Sur-Sûre,

Amel, Bullange, Burg-Reuland, Bütgenbach, Houffalize, Gouvy, La Roche, Malmedy, Manhay, Saint-Vith,

Stavelot, Stoumont, Trois-Pont, Vielsalm, Waimes ; le Centre d’Enfouissement Technique de Classe

3 (Bertrix) ; le hall logistique (Habay) ; le réseau des conseillers en environnement ; la gestion de la

collecte des déchets en porte à porte.

répondent aux exigences du Règlement (CE) N° 1221/2009 du Parlement Européen et du Conseil du

25 novembre 2009 permettant la participation volontaire des organisations à un système

communautaire de management environnemental et d’audit (EMAS).

• Que l’information et les données dans la déclaration environnementale :

DECLARATION ENVIRONNEMENTALE de l’année 2012 datée du 12 novembre 2012, sont fiables,

crédibles et exactes, et répondent aux exigences du Règlement (CE) N° 1221/2009.

Numéro de la déclaration: 11 EA 065/1

Date de délivrance: 12 novembre 2012

Pour le vérificateur environnemental :

Bart Janssens

Président de la Commission de Certification


Retrouvez-nous en ligne :

www.aive.be

Décembre 2012

Éditeur responsable

Bernard Antoine

Directeur général adjoint

Drève de l’Arc-en-Ciel, 98

6700 Arlon

Crédits photos

AIVE

Cartes & graphes

AIVE

Nous Contacter

Conception graphique

Studio Breakfast

Adresses et personnes de contact

AIVE – siège social

Drève de l’Arc-en-Ciel 98

B-6700 Arlon

T +32 (0)63 23 18 11

F +32 (0)63 23 18 95

Notre équipe est à votre entière disposition

pour répondre à toutes vos questions.

N’hésitez pas à nous contacter.

Direction

Bernard ANTOINE

Directeur général adjoint

T 063 23 18 77

bernard.antoine@idelux-aive.be

Jacques COUNET

Directeur des sites d’exploitation

T 063 23 19 17

jacques.counet@idelux-aive.be

Pierre COLLIGNON

Directeur de la logistique et du réseau

des parcs à conteneurs

T 063 42 00 26

pierre.collignon@idelux-aive.be

Cellule qualité – Coordination EMAS

Carl DAMBRAIN

Responsable de la cellule qualité

T 063 42 00 29

carl.dambrain@idelux-aive.be

Communication

Isabelle BREELS

Chargée de communication

T 063 23 19 84

isabelle.breels@idelux-aive.be


AIVE

L’environnement

préservé !

www.aive.be

Association intercommunale

pour la protection et la valorisation

de l’environnement

Secteur Valorisation

et Propreté

More magazines by this user
Similar magazines