JML 1999 05 27 Homélie Messe à la mémoire de Jerzy Turowicz

institutlustiger.fr

JML 1999 05 27 Homélie Messe à la mémoire de Jerzy Turowicz

Jeudi 27 mai 1999

- Messe à la mémoire de Jerzy TUROWICZ

Jeudi 8è TO (imp.)

- Si 42, 15-25

- Ps 32

- Mc 10, 46-52

Homélie

Un des traits de cet épisode qui se passe à Jéricho, c'est

l'extraordinaire malentendu que l'évangéliste nous rapporte avec

précision, entre l'événement tel qu'il est vu de l'extérieur et

l'événement tel qu'il se produit à l'intérieur.

L'extérieur, c'est le sentiment des gens; nous dirions aujourd'hui:

l'opinion publique. L'intérieur, c'est ce que Jésus voit, c'est

ce que Bar-Timée comprend, c'est ce que Jésus fait, c'est ce que

Bar Timée va accomplir.

Que voit-on de l'extérieur? Un mendiant qui mendie; il est

aveugle, certes. Mais raison de plus, un mendie qui mendie ne peut

que mendier et il ne peut réclamer que ce qu'un mendiant~endie: de

l'argent, une aumône. On sait exactement où on en est et ce qui se

passe.

Il entend dire que c'est Jésus qui approche et il se met à crier.

Les disciples, ceux qui entourent Jésus et els gens qui l'accompagnent

le font taire parce qu'il fait du bruit, ilgêne; le service d'ordre

intervient comme dans toute manifestation. Et normalement, Bar-Timée

qui aurait pu obtempérer se met à crier de plus belle: "Jésus, Fils

de David, aie pitié de moi".

Quel est l'enjeu à ce moment-là? L'enjeu, c'est l'aumône;

c'est ce que les gens voient

Jésus s'arrête, il stoppe la manifestation et il dit: "Faites-le

venir". Les disciples lui disent: "Courage, va, lève-toi; il t'appelle".


2.

Et là, nous ne voyons plus seulement l'extérieur, mais ce que

j'appelais l'intérieur. C'est-à-dire ce qui va se passer dans le

tête à tête entre cet homme et jésus. Peut-être els disciples et ceux

qui le font venir s'attendent-ils à ce que Jésus dise: "Bah, donnezlui

de l'argent; qu'il aie une aumône, partagez, prenez un peu dans

nos

réserves".

Jésus pose une question: "Que veux-tu que je fasse pour toi?lI

Comme si ce n'était pas évident!

rieur. - "Seigneur, que je voie".

"Kabbounill noù.s dit St Marc, ce n'est pas un titre courant, ce

Allons jusqu'au bout de l'intén'est

pas un titre de politesse, c'est "mon maître ll en araméen. Ce

qui signifie peut-e~tre dans le non-dit de la supplique de l'aveugle

de Bar-Timée, quelque chose que Jésus seul peut entendre.

Et la réponse de Jésus n'est abso1ument pas ce qu'on attend,

ni de l'argent, ni la guérison. Il aurait pu dire: Va, je le veux,

,

vois Ouvre tes yeux. Il aurait pu guérir l'aveugle comme il l'a

fait dans d'autres miracles, erlfaisant un geste.

C'est la parole la plus fondamentale: lIVa,ta foi t'a sauvé ll .

,

Cette simple demande, nous aurions bien du mal de déduire

logiquement, explicitement de "Rabbouni, que je voie" à "Va, ta foi

t'a sauvé" une déduction logique et enchaînée. En réalité, entre

ces deux phrases, qu'est-ce qu'il y a? Il yna tout le non-dit

invisible de Dieu qui voit les coezrs et de la parole divine qui va

au profond des destins et des libertés.

L'Evangile cerne l'invisible pour nous le donner à voiro et

nous le faire comprendre.

Et la suite: aussitôt, il voit. Et le plùs inattendu, c'est

que, s'il s'agissait d'un bienfait d'une guérison purement thérapeutique,

à la place d'une aumône, normalement Bar Timée aurait dû

retourner à Jérucho, aller faire le tour des amis, des parents

et leur dire: "Voilà, maintenant je vois, donnez-moi ma place;

je suis capable de travailler, je vais m'occuper de mes affaires"

insi de suite.

Mais voilà, l'évangéliste nous dit: "Il suit Jésus sur le chemin"


3.

Ce chemin, ce n'est pas n'importe lequel. C'est Jésus qui monte à

Jérusalem, en tête, tout seul , nous a précisé St Marc quelques

lignes plus haut. Et les disciples, eux, sont atterrés, alors que

Bar-Tmée; lui, suit Jésus.

A la limite, on peut comprendre dans la briéveté du style de

St Marc que peut-être Bar-Timée prend la place privilégiée d'être

juste dans els pas de Jésus, puisqu'il se met à le suivre immédiatement.

*

Je me suis permis d'attirer notre attention à tous ce matin

sur ce visible et cet invisible. Ou plutôt, non pas sur le public

et le secret, mais sur l'apparence et la réalité qui est un peu différent.

Car le public, là, le visible, ce n'est qu'une apparence

trompeuse, superficielle. La réalité, c'est la profondeur qui se

dévoile dans le destin de Jésus, dans els paroles de Jésus et

dans le destin de cet homme.

Je pense que celui pour qui nous prions ce matin a vécu cela,

et ses plus proches le savent sans doute; tout au long de sa vie.

Il était évident dans un univers où seuls les rapports de force

et le jeu politique réduit au rapport de force" sa présence

de ce don de la vérité, de la liberté et de la grâce que donne le

Christ, du pardon des péchés et de la miséricorde, de la divinisation

de kl1homme auraient été imperceptibles.

Que ce qu'il a été amené à faire n'ait été compris que dans

ce registre; ce n'était qu'un jeu, füt-il politique; un jeu de

forces, un rapport de forces. Alors qu'en réalité, la force réelle,

celle qui bouge les destins et dans laquelle chaque destin s'accomplit,

c'est celle de l'Esprit de Dieu; c'est celle de l'offrande

du Christ pour la déêivrance des hommes. Pour la délivrance des

hommes - de leurs péchés, de leurs faiblesses, de leurs misères.

Et pour ma part, priant pour Jerzy Turowicz, en demandant à

Dieu de l'accueillir comme un bon disciple, je lui demande de

reonnaitr~ en lui le frère de Bar-Timée; lui qui a suivi Jésus

alors que, peut-être, autour de lui, fussent els disciples, ils

pensaient qu'il ne faisait que mendier, agir selon lrhomme alors

qu'il agit selon la grâce du Christ.


4.

C'est donc un exemple, une indication que Dieu nous donne

dans la vie et la mort d'un de nos frères, pécheur pour qui nous

prions, disciple de Jésus avec qui nous prions. Notre frère et notre

ami:

puisse le chemin du Christ trouver parmi nous des disciples

nombreux, qui mettent leurs pas dans ses pas comme l'a fait celui

pour qui nous prions.

Amzn.

==============

More magazines by this user
Similar magazines