Glencore - Dans le ventre du monstre La plus grande ... - rts.ch

rts.ch

Glencore - Dans le ventre du monstre La plus grande ... - rts.ch

40∑GLENCORE

GLENCORE∑41

169

MILLIARDS

DE FRANCS

Le chiffre d’affaires de

Glencore pour l’année 2011

(en dollars: 186 milliards).

Son bénéfice a atteint

3,6 milliards de francs

(4 milliards de dollars)

l’année dernière.

L’EMPIRE GLENCORE-XSTRATA

57 500

EMPLOYÉS

L’entreprise est présente

dans plus de 40 pays,

avec une majorité

de ses employés actifs

directement sur le terrain

des opérations en Afrique

et en Amérique du Sud.

40

MILLIARDS

DE FRANCS

La valorisation boursière

de Glencore à fin mars 2012.

L’entreprise est cotée

à la Bourse de Londres

et à celle de Hong Kong

depuis mai 2011.

MEINRAD SCHADE

POIDS LOURD En quelques années, Glencore s’est imposée comme l’un des leaders de l’extraction du cuivre et du cobalt dans la très stratégique «Copperbelt»

africaine, qui s’étire entre la Zambie et la République démocratique du Congo.

L’HISTOIRE D’UNE ENTREPRISE TENTACULAIRE

MIEUX COMPRENDRE

eu une coulée contenant du cobalt

dans cette réserve qui a contaminé un

lac. Une fois que ces pollutions ont lieu,

il est très difficile de les traiter», accuse

le spécialiste.

Révolté, Paul Nyembo peine à faire

entendre sa voix. D’abord, parce que le

code minier congolais protège fortement

les entreprises extractives.

Ensuite, parce que dans cet Etat

corrompu jusqu’à la moelle, ravagé par

la dictature de Mobutu, deux guerres et

des pillages, la justice ne fonctionne

tout simplement pas. Enfin, parce que

le pouvoir des multinationales y est

tel, qu’il est périlleux de les affronter.

«Dès que nous essayons de mettre la

loi en pratique, nous butons sur des

problèmes d’intimidation», déplore

Paul Nyembo.

Cette puissance, L’Hebdo l’a ressentie

lors de son enquête de terrain. Plusieurs

représentants des autorités

municipales et provinciales nous ayant

appuyé dans nos recherches ont fait

état de fortes pressions à leur encontre

liées à l’objet de notre visite. Ceux qui

cherchaient un jour à nous ouvrir les

portes, étaient le lendemain contraints

de ne plus nous aider.

«Ici, Glencore, on l’appellele monstre”.

Parce qu’il s’agit de gens très puissants

mais invisibles. Ils n’ont pas de bureaux

en leur nom, pas de représentants»,

observe Jean-Pierre Muteba, président

de la Société civile du Katanga et secrétaire

général de Nouvelle dynamique

syndicale. «En conséquence, il est très

difficile de surveiller leurs activités.

Cela pose problème, parce qu’ils font

main basse sur d’importantes sociétés.

Ils travaillent par exemple beaucoup

avec Dan Gertler.»

Partenaire sulfureux. Homme d’affaires

issu d’une famille de diamantaires,

Dan Gertler est un proche du

président Joseph Kabila. Multimillionnaire

de moins de 40 ans, l’Israélien

détient un nombre impressionnant de

sociétés-écrans dans les îles Vierges.

Des sociétés en lien avec ses activités

minières, comme l’a révélé l’année dernière

le député britannique Eric Joyce,

qui l’accuse de corruption.

Le personnage sulfureux est également

partenaire de Glencore dans les trois

sociétés qu’elle contrôle au Congo:

Katanga, Mutanda et Kansuki. «C’est

lui qui ouvre toutes les portes. Il

L’HEBDO 29 MARS 2012

Entourée de mystère depuis sa création en 1974, la plus grande société

de Suisse (en termes de chiffre d’affaires) est soudainement sortie de

l’ombre au moment de son entrée en Bourse, l’année dernière. Glencore

(contraction de «Global Energy Commodity Resources») était à

l’origine un «négociant pur», avant d’investir progressivement dans

la production des matières premières, acquérant des mines de charbon,

des gisements pétroliers et des terres agricoles à travers le monde.

Aujourd’hui, la société établie à Baar (ZG) occupe toute la chaîne de

valeur ajoutée du secteur des matières premières, de l’extraction à la

commercialisation en passant par le transport, la distribution et le

stockage. Dans le domaine minier, Glencore détient plus de la moitié

des parts de marché mondial du zinc et du cuivre, 23% du cobalt, 22%

de l’aluminium et 14% du nickel. Par ailleurs, la société vend du

charbon, du pétrole, ainsi que des matières premières alimentaires

telles que des céréales, du sucre et des huiles végétales.

De nombreuses controverses ont jalonné l’histoire de Glencore à

travers les décennies, à commencer par les affaires judiciaires de son

fondateur, Marc Rich, qui a fui les Etats-Unis après avoir violé plusieurs

embargos, s’installant en toute discrétion sur les bords du lac de Zoug

29 MARS 2012 L’HEBDO

dans les années 70 (lire en page 48). Plus récemment, Glencore a été

pointée du doigt dans le rapport de Paul Volcker – chargé par les

Nations Unies d’enquêter sur les manipulations dans le cadre du

programme «Pétrole contre nourriture» – pour avoir versé de l’argent

au dirigeant irakien Saddam Hussein. En Colombie, Glencore a été

accusée de conduire une politique hostile aux syndicats dans ses

mines de charbon. Il y a quatre ans, l’entreprise a remporté le Public

Eye Award, un «prix de la honte» attribué par plusieurs ONG en marge

du World Economic Forum de Davos. Parmi les critiques les plus

fréquentes figure le non-respect de l’environnement et des droits de

l’homme par l’entreprise dans les pays où elle opère. En 2010,

Glencore a également été critiquée pour son rôle supposé dans l’augmentation

soudaine du prix du blé, en marge de l’embargo sur les

exportations de blé décrété par Moscou.

En février 2012, Glencore et Xstrata, un géant minier également basé

à Zoug et dont Glencore détient déjà 34,3% du capital, ont annoncé

leur fusion. La nouvelle entité, Glencore-Xstrata International, deviendra

le premier négociant mondial et le quatrième plus grand groupe

minier du monde, derrière BHP-Billiton, Vale et Rio Tinto.√CJ

MIEUX COMPRENDRE

More magazines by this user
Similar magazines