télécharger en [PDF] - Publisuisse SA

publisuisse.ch

télécharger en [PDF] - Publisuisse SA

édition 2 | octobre 2008

Matière pour les pros

de la communication

L’étude sur l’utilisation

des médias passée

au crible

Page 2

La TV reste le

support publicitaire

dominant

Une nouvelle étude de publisuisse donne des éclaircissements

sur l’utilisation des médias par la population suisse.

Elle révèle notamment que la télévision reste le média le plus populaire.

Page 2

Chiffres du marché

publicitaire suisse 2008

Page 6

Médias: comparaison des

méthodes de mesure

Page 8

News radio

Page 10

News des programmes TV

Page 12


2 publisuisse Etude sur l’utilisation des médias 2008

Comparaison intermédia

sur l’utilisation des médias

L’étude de publisuisse sur l’utilisation des médias en 2008 livre des

conclusions plus détaillées que jamais sur la consommation des médias

par la population suisse. Elle fournit d’intéressantes données pour le

marketing et la planification média.

Texte: Clemens Koob et Kerstin Schoegel

Les résultats de l’étude de publisuisse

sur l’utilisation des médias en 2008

ont été publiés au début de l’année.

Réalisée en commun par Strategieberatung

zehnvier et Sinus Sociovision,

cette étude analyse la consommation

des médias en Suisse. Elle a été effectuée

auprès d’un important panel représentatif

de Suisse alémanique et

romande.

Par rapport à d’autres enquêtes de ce

type, cette étude se distingue par son

dispositif particulier: pendant une période

de deux semaines, on a procédé

à 7309 interviews individuelles basées

sur le web avec des consommateurs

âgés entre 15 et 74 ans. L’échantillon

global a ensuite été fractionné

en échantillons quotidiens uniformément

répartis sur les différents jours

de la semaine. Cela permet non seulement

d’en savoir plus sur la consommation

des médias la veille, mais également

sur les divers modèles d’utilisation

les jours ouvrables et le week-end

ainsi que sur les modèles d’utilisation

en cours de journée.

Ce procédé ne fournit pas seulement

de précieux éclaircissements sur le

comportement face à l’utilisation des

médias à partir d’une perspective intermédia,

il permet aussi par exemple

d’identifier des modèles de consommation

typiques, même pour des médias

difficiles à mesurer. L’étude tient

compte de plus de dix groupes de médias

différents, dont la télévision, le

télétexte, la radio, Internet, des quotidiens,

journaux gratuits et du dimanche,

la presse financière et économique

ainsi que des magazines.

Elle renseigne aussi bien sur l’utilisation

de ces groupes de médias que sur

les principaux supports publicitaires,

par exemple de certaines stations radio

ou de journaux. Autre avantage:

les résultats ne se rapportent pas seulement

à la Suisse alémanique et romande,

mais peuvent également être

analysés selon les différents Sinus-

Milieus.

Comparaison intermédia sur

l’utilisation des médias

L’une des questions centrales de l’étude

était: «Lequel de ces médias avezvous

utilisé hier?» La réponse est révélatrice

pour l’importance des différents

médias aux yeux de la population

helvétique. La formulation de

la question supprimait délibérément

toute marge interprétative afin d’obtenir

– dans la mesure du méthodiquement

possible – des données précises

au maximum sur l’utilisation des

médias en Suisse.

Le résultat est sans équivoque. Par rapport

à la consommation de la veille, la

télévision reste le média le plus populaire

de Suisse: 86 pour cent des personnes

interrogées affirment avoir regardé

la TV la veille. Internet arrive en

deuxième position avec 80 pour cent

(à usage personnel) talonné par la radio

avec 79. Parmi la population suisse,

58 pour cent ont indiqué avoir lu

un quotidien la veille, 38 ont parcouru

un journal gratuit et 24 un magazine

grand public ou thématique (voir ill.

1). En comparaison régionale, la télévision

reste le média le plus populaire

aussi bien en Suisse alémanique

que romande. La radio est un peu plus

écoutée en Suisse alémanique qu’en

Romandie alors que les journaux gratuits

ont davantage été feuilletés la

veille en Suisse romande qu’en Suisse

alémanique (voir ill. 2).

La TV reste le média le plus

populaire

Le fractionnement de l’échantillon

sur les différents jours de la semaine

a permis de relever les différences entre

l’utilisation des médias les jours

ouvrables et les week-ends. Au niveau

international, le résultat est le suivant

(voir ill. 3): la télévision reste le média

préféré des Suisses aussi bien pendant

la semaine que le week-end. Pendant


3

un jour ouvrable moyen, 85 pour cent

des Suisses regardent la télévision. Ils

sont même un peu plus le week-end, à

savoir 89 pour cent. Internet (à usage

personnel) est davantage consommé

les jours ouvrables que le week-end

tout comme la radio: pendant un jour

ouvrable moyen, 81 pour cent des Suisses

écoutent la radio, tandis qu’ils ne

sont que 76 pour cent le week-end. En

raison de leur mode de parution, les

quotidiens et les journaux gratuits

sont plutôt des médias des jours ouvrables.

En revanche, les magazines sont

lus à peu près aussi fréquemment pendant

la semaine que le week-end.

Deux médias se détachent en

cours de journée

La question sur l’utilisation en cours de

journée fournit des éclaircissements

particulièrement détaillés. Pour cela,

on a divisé la journée en six tranches

horaires facilement distinguables et

compréhensibles pour les personnes

interrogées: tôt le matin, matinée, midi,

après-midi, soir et nuit. Les résultats

montrent que deux médias leaders se

détachent nettement et que l’importance

des différents médias varie fortement

au cours de la journée.

Ainsi, la consommation des médias

tôt le matin est clairement dominée

par la radio: environ 46 pour cent des

personnes interrogées écoutent la radio

tôt le matin. Elles sont moins de la

moitié (20 pour cent) à lire un quotidien

dans cette tranche horaire. En milieu

de matinée, la radio reste le média

le plus utilisé, avec 40 pour cent. Internet

arrive en deuxième position: 26

pour cent des personnes interrogées

disent avoir consulté Internet (à usage

personnel) la veille. La radio et Internet

dominent également à midi. A ce

moment de la journée, l’importance

du journal quotidien commence déjà

à baisser – de 20 pour cent en matinée,

elle passe à 12 pour cent à midi, puis à

6 pour cent l’après-midi.

En revanche, l’importance de la télévision

augmente en cours de journée:


ill. 1: Utilisation média la veille

Par rapport à l’utilisation de la veille, la télévision reste le

média le plus populaire. Suivent en deuxième et troisième

positions Internet et la radio.

Télévision

Internet à usage personnel

Radio

Quotidiens

Télétexte

Livres

Journaux gratuits

Magazines, presse grand public et thématique

Vidéo/DVD

Hebdomadaires régionaux

Téléphone mob. pour TV/radio/MP3/Internet

Enregistreur sur disque dur (PVR/DVR)

Journaux du dimanche

Presse économique et financière

Cinéma

Télévision

Internet à usage personnel

Radio

Quotidiens

Télétexte

Livres

Journaux gratuits

Magazines, presse grand public et thématique

Vidéo/DVD

Hebdomadaires régionaux

Téléphone mob. pour TV/radio/MP3/Internet

Enregistreur sur disque dur (PVR/DVR)

Journaux du dimanche

Presse économique et financière

Cinéma

Télévision

Internet à usage personnel

Radio

Quotidiens

Journaux gratuits

Télétexte

Livres

Magazines, presse grand public et thématique

Hebdomadaires régionaux

Vidéo/DVD

Téléphone mob. pour TV/radio/MP3/Internet

Enregistreur sur disque dur (PVR/DVR)

Presse économique et financière

Journaux du dimanche

Cinéma

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

Indications en pourcentage des personnes interrogées

(base n = 7309 cas)

ill. 2: Utilisation média la veille (split par région)

La télévision est le média le plus populaire en Suisse romande

et alémanique. Les journaux gratuits sont davantage consommés

en Suisse romande.

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

CH-SA CH-SR

Indications en pourcentage des personnes interrogées

(base: n = 5490 cas en Suisse alémanique, n = 1820 cas

en Suisse romande).

ill. 3: Utilisation média la veille (split par jour d’utilisation)

La télévision est le média le plus populaire aussi bien les jours

ouvrables que le week-end.

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

Jours ouvrables (lu – ve) Week-end (sa – di)

Indications en pourcentage des personnes interrogées

(base: n = 5245 cas en Suisse alémanique, n = 2065 cas

en Suisse romande).

impact zoom 2 | octobre 08


4 publisuisse Etude sur l’utilisation des médias 2008

➔ alors que seuls 6 pour cent des Suisses

la regardent tôt le matin et 9 pour

cent pendant la matinée, ils sont déjà

11 pour cent à midi et 18 pour cent

l’après-midi. Mais la radio et Internet

restent en tête l’après-midi avec respectivement

34 et 32 pour cent d’utilisation.

Par ailleurs environ 10 pour

cent des Suisses lisent un livre l’aprèsmidi.

Les livres occupent donc la quatrième

place dans le classement des

médias les plus utilisés.

Une cassure en fin de journée

La consommation des médias subit

une cassure nette en fin de journée:

avec 72 pour cent, la télévision devient

le média le plus utilisé et le restera jusque

tard le soir. La consommation d’Internet

progresse également une dernière

fois tout comme la lecture de

quotidiens (certes à un degré moindre).

L’utilisation de la radio baisse cependant

continuellement, d’abord à

22 pour cent, puis à 7 pour cent tard

le soir.

En conclusion, on peut donc affirmer

que la radio est le média le plus

consommé du matin à l’après-midi,

moment où elle commence à régresser

fortement. Les quotidiens et journaux

gratuits ne sont vraiment importants

que tôt le matin et en matinée. En revanche,

la consommation TV progresse

d’abord lentement, puis fortement

le soir, tout comme l’utilisation d’Internet.

Pendant toute la journée, Internet

reste le deuxième média le plus

utilisé, sa courbe en cours de journée

ressemblant à celle de la télévision

(voir ill. 4).

En ce qui concerne le week-end, tous

les médias enregistrent une consommation

inférieure le matin, tandis que

la télévision est allumée plus tôt que

les jours ouvrables. Le soir, Internet

est utilisé moins souvent que les jours

ouvrables (voir ill. 5).

Les révélations sur l’utilisation des médias

en cours de journée sont particu-

lièrement intéressantes si on y ajoute

les analyses d’après les Sinus-Milieus.

D’importantes différences apparaissent

en effet entre les différents Sinus-

Milieus par rapport à la consommation

des médias en cours de journée. Il

apparaît d’autre part que les différents

médias atteignent des groupes cibles

spécifiques à certaines heures de la

journée.

Les consommateurs

populaires regardent la TV

Ce sont surtout les consommateurs populaires

et les rebelles hédonistes qui

regardent la télévision le matin, mais

les ambitieux modernes et les statutaires

allument eux aussi souvent la TV

tôt le matin pendant un court instant.

Pendant la matinée, on compte un

taux de téléspectateurs au-dessus de

la moyenne parmi les conservateurs

populaires, tandis que ce sont surtout

les ambitieux modernes qui regardent

la TV l’après-midi. Le soir, tous les Sinus-Milieus

sont représentés à peu

près de la même façon. Les statutaires

commencent habituellement leur

journée en écoutant la radio ce qui est

rarement le cas pour les consommateurs

populaires et les rebelles hédonistes

qui sont en revanche de grands

lecteurs de journaux gratuits du matin.

En revanche, les ambitieux modernes

et la grande bourgeoisie préfèrent

lire un journal gratuit le soir. Le matin

et l’après-midi, Internet reste le média

préféré des expérimentalistes. Pendant

la pause de midi, les ambitieux

modernes et les rebelles hédonistes

utilisent Internet pour leur usage personnel

tandis que tous les Sinus-Milieus

sont à peu près représentés à part

égale pour ce qui est de l’utilisation

d’Internet.

Les données réunies permettent d’analyser

le comportement face à l’utilisation

des médias en Suisse à partir de

trois perspectives différentes: la perspective

intermédia (comparaison de

l’utilisation des médias), la perspective

des médias individuels (utilisation

des médias en cours de journée et utilisation

de supports publicitaires des

différents médias) et la perspective

des groupes cibles (par exemple analyse

du comportement face à l’utilisation

des médias des différents Sinus-

Milieus). Ces différents angles de vue

fournissent de précieuses indications

pour le marketing et la planification

média.

Auteurs

Kerstin Schoegel et Clemens Koob sont

Managing Directors de Strategieberatung

zehnvier à Zurich. zehnvier conseille les

entreprises à l’intersection entre marketing

et stratégie avec un accent principal mis sur

les domaines des médias, du tourisme et de

l’alimentation.


5

ill. 4: Evolution de l’utilisation en cours de journée: du matin jusque tard le soir

(lundi – vendredi)

Jusqu’à l’après-midi, la radio est le média le plus utilisé

tandis que la TV le devient en soirée et la nuit.

Radio

Quotidiens

Internet

Journaux gratuits

Télévision

Télétexte

Indications en pourcentage

des personnes interrogées

(base: n = 7309 cas)/top 6

des médias utilisés la veille

(sans livres)

75

70

65

60

55

50

45

40

35

30

25

20

15

10

5

0

matin

matinée

midi

après-midi

soir

nuit

ill. 5: Evolution de l’utilisation pendant la journée: du matin jusque tard le soir

(samedi – dimanche)

Le week-end, les médias sont moins utilisés le matin.

Le soir, c’est Internet qui recule le plus le week-end.

Radio

Quotidiens

Internet

Journaux gratuits

Télévision

Télétexte

Indications en pourcentage

des personnes interrogées

(base: n = 2065 cas)/top 6

des médias utilisés la veille

(sans livres)

75

70

65

60

55

50

45

40

35

30

25

20

15

10

5

0

matin

matinée

midi

après-midi

soir

nuit

ill. 6: Utilisation média pendant la journée: radio(matin), utilisation la veille en %

Ce sont surtout les conservateurs qui écoutent la radio

le matin.

sur-représen

Indice: ≥ 116

moyenne

sous-représen

Indice: ≤ 84

supérieur/

moyenne

supérieure

moyenne

intermédiaire

moyenne

inférieure/

inférieure

1

2

3

Sinus A2

Bourgeois

conservateurs

38%

96

Sinus A23

Conservateurs

populaires

48%

119

43%

108

Sinus AB1

Grande bourgeoisie

40%

100

Sinus AB12

Statutaires

Sinus B2

Bourgeois modernes

7%

97

18

Sinus B3

Consommateurs

populaires

39%

Sinus C2

Expérimentalistes

33%

Sinus C12

Ambitieux

modernes

Sinus B12 32%

Postmatérialistes

79

40%

99

Sinus BC3

Rebelles hédonistes

37%

93

82

© Sinus Sociovision 2007

Couche

sociale

Orientation

fondamentale

A

Tradition

Ordre, devoir

B

Modernisation

Individualisation, épanouissement personnel, plaisir

C

Emergences

Options multiples, expérimentation,

paradoxe au quotidien

(base: n = 7309 cas)

Source: Etude de publisuisse sur l’utilisation des médias 2008

impact zoom 2 | octobre 08


6 Commentaire semestriel Performance publicitaire brute en Suisse

Le marché de la pub

poursuit sa croissance

La tendance se poursuit: selon Mediafocus, le marché suisse de

la publicité ne cesse de croître depuis le second semestre 2006.

La performance a progressé d’environ 7,1 pour cent au cours du

premier semestre 2008. Depuis un certain temps déjà, la part

majeure de la croissance revient aux médias électroniques.

Texte: Roland Kopf

Depuis le second semestre 2006, la

croissance dans les médias électroniques

correspond à un nombre à deux

chiffres: elle s’élève à 16,7 pour cent au

premier semestre 2008. Les secteurs

de médias presse écrite et outdoor progressent

bien plus faiblement (presse:

3,1 pour cent, outdoor: 0,1 pour cent).

Les médias électroniques

gagnent du terrain

A l’exception de la radio, tous les groupes

électroniques ont obtenu un résultat

positif au premier semestre. La part

majeure de la croissance revient à la

TV et à Internet, mais le cinéma a lui

aussi progressé de 14,5 pour cent. Internet

profite surtout de l’adaptation

du système d’évaluation intervenue

en mai 2008. Avec une part de 48 pour

cent de la performance publicitaire, les

chaînes du service public restent les

leaders incontestés sur le marché TV.

Le léger recul de sa part de marché au

cours du premier semestre 2007 s’explique

par la croissance du volume publicitaire

suite à l’entrée en vigueur de

la nouvelle LRTV.

Comparaison semestrielle de tous les groupes et genres

de médias

1 er sem. 2007

en milliers CHF

Le premier semestre 2008 et

l’Euro 08 de l’UEFA

L’Euro 2008 de l’UEFA, qui s’est déroulé

du 7 au 29 juin, a constitué de loin

l’événement sportif majeur en Suisse.

Les chiffres sont éloquents: la rencontre

entre la Suisse et la Turquie

sur SF zwei a obtenu le septième taux

d’audience de tous les temps. En revanche,

le marché de la publicité a été plus

calme. Les résultats de juin 2008 ont

1 er sem. 2008

en milliers CHF

08 vs. 07

en milliers CHF

08 vs. 07

en %

Marché total 1'864'549 1'997'224 132'675 7,1%

Médias électroniques 592'556 691'582 99'027 16,7%

TV 479'191 571'163 91'972 19,2%

Radio 65'932 63'618 -2'314 -3,5%

Cinéma 18'014 20'624 2'610 14,5%

Télétexte 5'536 5'537 1 0,0%

Internet 23'882 30'640 6'758 28,3%

Presse 1'062'468 1'095'905 33'437 3,1%

Quotidiens, hebdomadaires régionaux

626'687 663'188 36'501 5,8%

et journaux du dimanche

Presse grand public, économique et financière 201'513 198'381 -3'132 -1,6%

Presse spécialisée 193'497 195'171 1'674 0,9%

Presse professionnelle 40'771 39'164 -1'606 -3,9%

Affichage 209'525 209'737 211 0,1%

Source: Media Focus sans événements de branches

été inférieurs d’environ 23 millions

de francs à ceux de juin 2007, tous les

médias étant en recul sauf Internet.

C’est le cas aussi pour le secteur TV qui

a perdu environ 3,6 millions de francs

par rapport à l’année précédente. Les

chaînes retransmettant des programmes

sportifs en direct ont toutefois su

en tirer profit. Ainsi, les deuxièmes

chaînes de SRG SSR ont vu leur performance

publicitaire brute progresser

de 9,3 millions de francs tandis

que les premières chaînes ont perdu

dans la même période 9,2 millions de

francs. La force de certaines chaînes

est donc en même temps la faiblesse

des autres.

Les journaux gratuits

progressent

Dans le domaine de la presse écrite,

les journaux quotidiens, hebdomadaires

régionaux et journaux du dimanche

ainsi que le nouveau groupe de la

«presse spéciale» ont eux aussi progressé.

En revanche, la presse spécialisée,

grand public, financière et économique

a régressé. L’évolution positive

du premier groupe est surtout à mettre

sur le compte du succès continu

des journaux gratuits. Dans le même

temps, les hebdomadaires régionaux

et journaux du dimanche ont enregistré

une meilleure performance publicitaire

qu’au premier semestre 2007.

Source: Media Focus sans événements de branches

160

155

Indice de la croissance des

150

genres de médias au premier

145

semestre depuis 2005

140

135

130

125

120

115

110

105

100

95

90

2005

2006

Presse

Médias électroniques

Publicité extérieure

Marché

2007

2008

Source: Media Focus


7

Parts de marché janvier-juin 07/08

15 – 59, 24 h (CH-SR)

y

publisuisse

Ip

0 5 10 15 20 25 30 35%

La part de marché total des différentes régies en Suisse romande a été

relativement constante pendant le 1 er semestre. publisuisse obtient environ

30 % de xxpart de marché et Ip 14 %. Source: Telecontrol

e

d

c

Parts de marché janvier-juin 07/08

b

15 – 59, 24 h (CH-SR)

a

TSR1

TSR2

M6

TSI 1

TSI 2

2007

2008

0 5 10 15 20 25%

Au cours du 1 er semestre, TSR1 a enregistré une baisse de 2,9 points de

pourcentage par rapport au 1 er semestre 2007. Cela correspond à un recul

effectif de 12 % qui s’explique notamment par le manque de temps forts

des programmes comparé à 2007, mais aussi pour une baisse générale de

l’utilisation TV pendant les premiers mois de l’année. TSR2 a réussi à augmenter

massivement ses parts de marché par rapport à l’année précédente

(+ 2 points de pourcentage). Raison: les grands rendez-vous sportifs,

comme l’Euro 08. TSI 1 et TSI 2 ont également progressé d’environ 2 points

de pourcentage pour atteindre 33 pour cent de part de marché.

Source: gTelecontrol

f

e

Minutes d publicitaires par programme en

c

primetime, b 1 er semestre 08

a

TSR1

TSR2

M6

TSI1

TSI

Nettement moins de publicité sur la TSR et la TSI que chez la concurrence.

Source: Telecontrol (tous les écrans publicitaires, c‘est-à-dire sur M6 tant

les fenêtres suisses que les écrans français)

xx

e

d

c

b

a

TSR1

TSR2

M6

Grande performance publicitaire sur les

écrans publicitaires de la TSR et la TSI,

15 –59, 1 er semestre 07/08

TSI1

TSI2

2007

2008

0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50

0 2 4 6 8 10 12%

Performance publicitaire toujours nettement au-dessus de la moyenne

sur la TSR et la TSI. On perçoit là aussi les effets de l’Euro 08 surtout

retransmis par les deuxièmes chaînes. Source: Telecontrol, GRP (tous les

écrans publicitaires suisses planifiés entre 19 et 23 heures)

yy

Internet: top 10 des sites au 1 er semestre 07/08

xx

2007

2008

zz

Bluewin

search.ch

directories.ch

Scout24

Blick Online

20 minuten.ch

NZZ Online

moneyhouse

sf.tv

tagesanzeiger.ch

0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000

Unique Clients en milliers. Moyenne mensuelle. Source: Net-Metrix-Base

Uniquement sites avec indications complètes sur toute la période

Radio: évolution du taux de pénétration net

1 er semestre 07/08 programmes SRG SSR

2008

2007

DRS 1

DRS 2

DRS 3

DRS 4 News

DRS Musikwelle

La Première

Espace 2

Couleur 3

Option Musique

Rete Uno

2008

2007

Rete Due

Rete Tre

Radio Rumantsch

Swiss Jazz

Swiss Pop

Swiss Classic

Virus

World Radio Switzerland

Radio: taux de pénétration net en %,

1 er semestre 07/08

2008Radio

2007

DRS 1

DRS 3

La Première

DRS 2

DRS 4 News

DRS Musikwelle

Rete Uno

Option Musique

Radio 24

Top

2007

2008

0 500 1000 1500 2000 2500

Les nouveaux programmes ont obtenu un taux de pénétration à la hausse.

Bon démarrage de la nouvelle station DRS 4 News qui a atteint au 1 er semestre

2007 le taux de pénétration net de DRS 2. Source: Radiocontrol, groupe cible

15+, Suisse entière, 24 heures

Utilisation radio/top 10 minutes, 1 er semestre 07/08

Radio

DRS 1

La Première

DRS 3

DRS Musikwelle

Rete Uno

Swiss Classic

EVIVA

DRS 2

Radio 32

BEO

2007

2008

0 20 40 60 80 100 120

Au 1 er semestre 2008, les auditeurs ont utilisé le média en moyenne 115,9

minutes par jour, avec tendance à la hausse par rapport à l’année précédente.

Les médias de SRG SSR ont obtenu le taux d’utilisation le plus élevé, à commencer

par les premiers programmes de CH-SR et de CH-SA.

Source: Radiocontrol, groupe cible 15+, Suisse entière, 24 heures

2007

2008

0 20 40 60 80 100

Sur l’ensemble de la Suisse, la radio a atteint 90,1 pour cent de la population de

plus de 15 ans. Les stations obtenant le taux de pénétration le plus élevé font

partie de SRG SSR tandis que Radio 24 a le plus fort taux de pénétration parmi les

stations privées. Source: Radiocontrol, groupe cible 15+, Suisse entière, 24 heures

yy

xx

zz

Bluewin

Blick Online

Netlog

search.ch

20 minuten.ch

NZZ Online

directories.ch

Scout24

tagesanzeiger.ch

sf.tv

0 5000 10 000 15 000 20 000 25 000 30000 35 000 40000 45 000

Visites en milliers. Moyenne mensuelle. Source: Net-Metrix-Base

Uniquement sites avec indications complètes sur toute la période

Pénétration nette en 1000

impact zoom 2 | octobre 08


8 Médias

Comparaison des principales méthodes

d’analyse des médias

Médias

concernés

Editeur Instituts exécutants Univers Méthode d’enquête Echantillon Disponibilité

des chiffres

NET Metrix SPR+ Radiocontrol

Telecontrol MACH Basic

Presse,

cinéma

Télévision

Radio

A f fi c h e

En ligne

REMP, SA pour les

recherches et études

sur les médias publicitaires,

Zurich

www.wemf.ch

Mediapulse AG, Berne

www.mediapulse.ch

Mediapulse AG, Berne

www.mediapulse.ch

Swiss Poster Research

Plus AG, Zurich

www.spr-plus.ch

NET-Metrix AG, Zurich

(filiale commune de

REMP, Mediapulse

et de l’Union de

branches de la SIMSA)

www.net-metrix.ch

Demoscope AG,

Adligenswil

Link AG, Lucerne et

Lausanne

Erasm SA, Genève

IHA-GfK, Hergiswil

IHA-GfK, Hergiswil

Relevé GPS: IHA-GfK,

Hergiswil

Modelage:

Fraunhofer-Institut,

Sankt Augustin (D)

NET-Metrix-Base:

voir MACH Basic

NET-Metrix-Audit:

NET-Metrix AG

(système de mesure

basé sur le système

Pixelbox spring GmbH,

Saarlouis)

NET-Metrix-Profile:

NET-Metrix AG (mesure),

Demoscope AG

Adligenswil et interrogare

GmbH, Bielefeld

NET-Metrix-Tracking:

TNS infratest, Munich

et Demoscope AG,

Adligenswil

Population de CHF

et du FL. A partir

de 14 ans dans des

ménages privés avec

abonnement au réseau

fi xe. Linguistiquement

assimilés au vu de la

langue offi cielle du lieu

de domicile.

Population constante

à partir de 3 ans vivant

dans des foyers privés

ou collectifs dont au

moins une personne

parle l’une des langues

nationales et où se

trouve au minimum un

poste TV

Population constante

linguistiquement

assimilée à partir de

15 ans vivant dans des

foyers collectifs

Population à partir de

15 ans

NET-Metrix-Base:

voir MACH Basic

NET-Metrix-Audit:

tous les utilisateurs

des sites participants

NET-Metrix-Profile:

internautes en Suisse/

FL à partir de 14 ans,

linguistiquement

assimilés

NET-Metrix-Tracking:

internautes en Suisse

linguistiquement assimilés

à partir de 3 ans

Interviews téléphoniques

assistées par

ordinateurs également

réparties sur tous

les jours ouvrables,

question après la

lecture dans le dernier

intervalle de parution

d’un titre

Appareils Telecontrol

pour mesurer en permanence

la consommation

TV

Montre Radiocontrol

qui mesure la consommation

courante

de radio

Appareil GPS de la

taille d’un téléphone

mobile qui est porté

pendant une semaine

et enregistre les trajets

parcourus

NET-Metrix-Base:

interviews téléphoniques

assistés par ordinateur

dans le cadre

de MACH Basic

NET-Metrix-Audit:

mesure basée sur les

pixels de toutes les

opérations d’utilisation

par site web participant

(enquête

complète)

NET-Metrix-Profile:

combinaison de la mesure

NET-Metrix-Audit

et d’interviews onsite

NET-Metrix-Tracking:

logiciel de mesure sur

des appareils domestiques,

identifi cation

du portail à l’extérieur

Plus de 23’000

personnes par année

Env. six mois après la

dernière interview

1870 foyers Chaque jour le

lendemain

Panel de 26’000

personnes dont 1012

portent chaque jour

une montre Radiocontrol

Echantillon d’env.

10’000 personnes

représentatives par

rapport au reste de

la population et à la

mobilité

NET-Metrix-Base:

voir MACH Basic

NET-Metrix-Audit:

sondage complet de

toutes les opérations

d’utilisation sur les sites

mesurés

NET-Metrix-Profile:

taux de pénétration,

PageImpressions

temps d’utilisation sont

basé sur une enquête

complète (mesure);

pour les données structurelles,

on interroge

chaque année env.

35’000 utilisateurs

choisis au hasard sur

les sites participants

NET-Metrix-Tracking:

panel d’environ 3’000

personnes

Chaque jour après

18 jours

Via outils de planifi cation

SPR+ Expert

NET-Metrix-Base: env.

4 mois après l’enquête

NET-Metrix –Audit

chaque sixième jour

du mois suivant

NET-Metrix-Profile:

env. 4 mois après le

sondage

NET-Metrix-Tracking:

non décidé encore


9

Source: Ueli Custer

Publication standard

Ouvrage imprimé de

données

CD-ROM

Publication des

nouvelles données

2 x par an

(mars et septembre)

Valeurs essentielles Outils d’analyse Avantages Désavantages

Taux de pénétration d’une

édition moyenne d’un titre

au cours d’un intervalle

de parution en moyenne

annuelle

Programmes pour installation

locale : SwissPlan,

MMWin

Programmes pour analyse

en ligne : Vergo, MACH

Online

Complété par des données

de consommation

relevées tous les deux ans

grâce à MACH Consumer

adapté à MACH Basic

Complété par des données

psychographiques

dans MACH Radar

L’évolution du marché

ne peut être enregistrée

qu’après une longue

période (env. 1,5 an après

la première parution d’un

nouveau titre)

Les valeurs se rapportent

à l’utilisation générale d’un

titre

Rapport annuel en PDF

téléchargeable

Actualisé quotidiennement

et disponible dès le

lendemain

Rating, taux de pénétration,

GRP selon des

unités de temps choisies

(tranches horaires) et les

écrans publicitaires

Programmes d’installation

locale avec accès en ligne

à la banque de données

IHA-GfK:

New Media Reporter

Advertiser

Media-Optimizer

Données actualisées en

permanence

Les enfants à partir de 3

ans sont pris en compte

Complété par des données

psychographiques

des Sinus-Milieus

Possibilité de contrôler le

succès

Les valeurs publicitaires

se rapportent à la durée

de la publicité

Relativement peu de

personnes sont représentatives

pour l’utilisation

Rapport annuel en PDF

téléchargeable

2 x par an (juillet et

janvier), chaque jour pour

les utilisateurs de New

Media Reporter

Taux de pénétration quotidienne

d’après la durée

d’écoute et des parts de

marché (par trimestre,

semestre et année)

Taux de pénétration

horaire en moyenne d’un

semestre

New Media Reporter

Radio Control Manager

pour l’installation locale

Précision relativement

grande en raison de la

mesure passive

Les valeurs de Radio Control

Manager se rapportent

à une heure moyenne

L’utilisation de la radio sur

Internet n’est pas relevée

Aucune, publication et

analyse via les outils de

planifi cation de SPR+

Expert

NET-Metrix-Base:

analogue MACH Basic

NET-Metrix-Audit:

publication mensuelle sur

www.net-metrix.ch, outil

d’analyse interne pour les

clients

NET-Metrix-Profile:

pdf téléchargeable, outil

d’analyse en ligne

NET-Metrix-Tracking:

outil d’analyse en ligne et

rapports

2 x par an mises à jour

avec l’outil de planifi cation

SPR+ Expert

NET-Metrix-Base: 2 x par

an (juillet et janvier)

NET-Metrix-Audit:

mensuel

NET-Metrix-Profile: 2 x

par an (mai et novembre)

NET-Metrix-Tracking:

mensuel (à partir du troisième

trimestre 2008)

Taux de pénétration,

GRP, PMC de campagnes

d’affi chage

Chiffres pondérés pour

chaque surface de rue

des 55 agglomérations de

Suisse

NET-Metrix-Base:

données de base pour

l’utilisation d’Internet en

Suisse (WNK et ENK,

fréquence d’utilisation

NET-Metrix-Audit: nombre

d’utilisations par mois

NET-Metrix-Profile:

pénétration, Page-Impressions,

temps d’utilisation

par internaute, informations

détaillées sur les

utilisateurs des sites

enregistrés

NET-Metrix-Tracking:

informations détaillées

sur l’utilisation de tous

les sites visités chez soi;

on prévoit de mesurer

l’utilisation hors domicile

SPR+ Expert Studio

(stratégie)

SPR+ Expert Planning

(campagne)

NET-Metrix-Base: outil

d’analyse en ligne NET-

Metrix-Base, SwissPlan

NET-Metrix-Audit:

outil d’analyse interne Heatmap

(uniquement pour

les participants à l’étude)

NET-Metrix-Profile:

outil d’analyse en ligne

NET-Metrix-Profile, vergo,

SwissPlan

NET-Metrix-Tracking: outil

d’analyse en ligne NET-

Metrix-Tracking

Précision relativement

grande en raison de la

mesure passive

NET-Metrix-Base:

évolution à long terme

de l’utilisation globale

d’Internet

NET-Metrix-Audit:

grande précision grâce

à la mesure passive, enquête

complète, nombre

de sites en croissance

permanente

NET-Metrix-Profile:

première étude pour la

planifi cation de campagnes

en ligne

NET-Metrix-Tracking:

enregistre tous les sites

visités chez soi par les

représentants du panel

Les surfaces d’affi chage

dans des lieux publics

comme les gares, les supermarchés,

les parkings

etc. ne sont pas encore

analysées

L’actualité des trajets

enregistrés diminue sans

cesse

NET-Metrix-Base:

les données ont au moins

4 mois au moment de la

publication

NET-Metrix-Audit et

NET-Metrix-Profile:

données uniquement sur

les sites participants

NET-Metrix-Tracking:

seule l’utilisation chez soi

est enregistrée, la consommation

hors domicile

(p. ex. à son lieu de travail)

ne peut pas encore être

mesurée

impact zoom 2 | octobre 08


10 DRS Musikwelle sur la radio numérique

La fin de l’émetteur à ondes

moyennes Beromünster

Le 28 décembre prochain, l’émetteur à ondes moyennes Beromünster

va définitivement se taire. Ainsi se termine, après 77 ans, un chapitre

important de l’histoire de la radio suisse. DRS Musikwelle, programme

populaire et folklorique de radio DRS, continue a être diffusé sur la

radio numérique et le câble, par satellite et sur Internet.

Texte: Thorsten Kaletsch Photos: Radio DRS

Programme

DRS Musikwelle ne

change pas

Au printemps 2008, DRS Musik -

welle a subi un important

remaniement de ses contenus.

La chaîne offre à son public un

programme musical folklorique

et traditionnel qui couvre mieux

encore les nombreuses facettes

de la création musicale populaire.

En achetant une radio numérique

(Digital Audio Broadcasting,

DAB), les auditeurs ne profitent

pas seulement d’une qualité

sonore nettement supérieure,

mais peuvent également recevoir

leur programme favori sans

parasites par les airs dans toute

la Suisse. Rien à changer si vous

captez déjà DRS Musikwelle sur

le réseau câblé, par satellite ou

sur Internet.

Beromünster est un symbole de l’identité

suisse et constitue un chapitre essentiel

de l’histoire de la radio. L’émetteur

a diffusé ses premiers programmes

le 11 juin 1931 et a été complété en

1937 par la construction de la tour de

Blosenberg. Bien connu du public, Beromünster

était capté un peu partout

en Europe: pendant la Seconde Guerre

mondiale, l’émetteur à ondes moyennes

a même joué un rôle essentiel dans

la Défense spirituelle en tant que source

d’information indépendante. Avec

Sottens, son pendant suisse romand

que l’on peut continuer à recevoir tard

la nuit aux quatre coins de l’Europe,

«Beromünster» est l’une des marques

les plus célèbres de l’histoire de la radio

helvétique.

Culminant à 217 mètres, la tour du Blosenberg

est la troisième tour de Suisse

par sa hauteur, derrière la tour TV de St-

Chrischona et celle de l’émetteur national

du Monte Ceneri. La tour en treillis

d’acier ne se trouve pas à Beromünster

même, mais dans la commune voisine

de Gunzwil. Le programme radio n’était

pas non plus produit à Beromünster,

mais dans les studios de Berne, Bâle et

Zurich. La notoriété de la marque «Beromünster»

reste cependant intacte

bien que la radio suisse alémanique

s’appelle officiellement depuis plus de

40 ans «Schweizer Radio», respectivement

«Schweizer Radio DRS».

Mandaté par SRG SSR, Swisscom Broadcast

exploite l’émetteur Beromünster

et diffuse encore jusqu’à la fin de l’année

sur la fréquence en ondes moyennes

531 kHz le programme de musique

populaire et folklorique DRS Musikwelle.

Une nouvelle ordonnance sur le


11

rayonnement non ionisant (RNI) a fixé en 2002 de nouveaux

taux limites. C’est pourquoi l’émetteur sera définitivement

mis hors service le 28 décembre 2008. Une

rénovation n’aurait finalement abouti qu’à une réduction

massive de la puissance émise et donc aussi du

taux de pénétration. En raison de l’essoufflement de la

radiodiffusion sur ondes moyennes, Swiss Broadcast et

SRG SSR ont décidé de désaffecter l’émetteur national.

En revanche, on peut écouter les programmes de DRS

Musikwelle depuis 1999 par les airs sur la radio numérique

(Digital Audio Broadcasting, DAB). Les émissions

peuvent également être suivies sur le réseau câblé, par

satellite et sur Internet.

Des ondes moyennes via la FM au DAB

L’importance de l’émetteur ondes moyennes Beromünster

n’a cessé de diminuer depuis l’introduction

dans les années 1960 de la modulation de fréquence

(FM). Le lancement en 1956 de la deuxième chaîne

(l’actuel DRS 2) a permis aux signaux FM nettement

plus clairs de s’imposer comme la technique de radiodiffusion

la plus courante. Aujourd’hui, SR DRS diffuse

tous les programmes de DRS 1, DRS 2 et DRS 3 ainsi

que les journaux régionaux sur les ondes FM. Et une

nouvelle étape technologique a déjà été franchie avec

l’introduction de la radio numérique (DAB): si vous

disposez d’un appareil approprié, vous pouvez capter

la majorité des programmes de SRG SSR par les airs et

sur les réseaux câblés régionaux.

«Un monument d’intérêt national»

Personne ne peut pour l’instant prédire ce qu’il adviendra

du pylône émetteur haut de 215 mètres, de la tour

de réserve et du bâtiment principal de l’émetteur. Une

expertise de la Commission fédérale des monuments

historique (CFMH) définit le site de l’émetteur comme

«un monument d’intérêt national». Un groupe de travail

réunissant des représentants du gouvernement

lucernois, des communes concernées, du Patrimoine

culturel et monuments historiques ainsi que de l’association

HistoriAV et de Swisscom Broadcast AG se donne

pour mission de sauver l’ancien émetteur national.

Ce groupe est à la recherche de la solution la plus sensée

pour continuer d’exploiter à l’avenir l’émetteur et

d’assurer ainsi son maintien pour la postérité.

➔➔ Renseignements sous www.drsmusikwelle.ch

Fête

Grande fête à Beromünster

Avec une grande fête populaire et deux émissions en direct,

Radio DRS fête solennellement la mise à la retraite du légendaire

émetteur national Beromünster après 77 ans de service.

Le rendez-vous est fixé au 11 et 12 octobre, soit 77 jours

exactement avant la mise hors circuit.

SRG SSR mise sur DAB

La radio numérique (Digital Audio Broadcasting, DAB) est un

nouveau mode de diffusion de programmes radiophoniques.

Elle est transmise par les airs – pour recevoir les programmes

DAB, il ne faut donc ni raccordement ni antenne parabolique,

mais simplement un récepteur DAB. La plupart de ces radios

sont portables et en mesure de capter des programmes FM.

Il est également possible d’écouter les programmes DAB en

route sur une autoradio DAB. Certaines nouvelles voitures

allemandes et anglaises en sont déjà équipées. Pour les véhicules

plus anciens, on trouve dans le commerce un appareil

complémentaire qui reçoit le signal DAB et le retransmet à

l’autoradio sur une fréquence FM.

La radio numérique DAB dispose de nombreux avantages:

utilisation très simple, réception sans parasites, excellente

qualité sonore et sans changements inopinés de fréquences.

Les radios numériques DAB sont disponibles sur le marché

pour moins de 100 francs. Lors de l’achat d’une radio,

assurez-vous qu’elle est compatible DAB+.

SRG SSR idée suisse mise beaucoup sur cette nouvelle

technologie déjà fort répandue dans de nombreux pays.

Pour l’instant, seuls les programmes radio de SRG SSR idée

suisse sont diffusés sur DAB – 12 en Suisse alémanique, 11

en Suisse romande et 10 en Suisse italienne. Les premières

radios commerciales suisses alémaniques s’apprêtent à

adopter à partir du printemps 2009 le nouveau format DAB+.

Chaînes DAB en Suisse alémanique: DRS 1, DRS 2, DRS 3,

DRS 4 News, DRS Musikwelle, DRS Virus, La Première, Rete

Uno, Radio Rumantsch, Radio Swiss Classic, Radio Swiss

Jazz, Radio Swiss Pop.

Chaînes DAB en Suisse romande: La Première, Espace 2,

Couleur 3, World Radio Switzerland, Option musique, DRS 1,

Rete Uno, Radio Rumantsch, Radio Swiss Classic, Radio

Swiss Jazz, Radio Swiss Pop.

Chaînes DAB en Suisse italienne: Rete Uno, Rete Due,

Rete Tre, DRS Musikwelle, World Radio Switzerland, Option

musique, Radio Rumantsch, Radio Svizzera Classic, Radio

Swiss Jazz, Radio Swiss Pop.

➔➔ Renseignements sous www.digitalradio.ch

impact zoom 2 | octobre 08


12 TSR: show TV

La fièvre musicale

du samedi soir

Le nouveau magazine musical de la TSR,

«MusicOmax», est plus complet que tous

ceux qui l’ont précédé: il mêle concerts

live, clips vidéo, reportages et interviews

sur le plateau. Coproduit avec Couleur 3,

il explore la richesse de la scène musicale

romande et fait office d’agenda.

Texte: Jane-Lise Schneeberger. Photos: TSR

Chaque semaine, un groupe de Suisse romande

– parfois aussi d’autres cantons ou de France

voisine – participe à l’émission. Il se produit

en concert durant 25 minutes, avant d’être accueilli

sur le plateau par les animateurs Pierrick

Destraz, de Couleur3, et Judith Repond, de la

TSR. Le coup d’envoi a été donné le 27 septembre

par Sideburn, une formation vaudoise née dans

les années 80. De nombreux autres groupes lui

succéderont semaine après semaine. Certains

existent aussi depuis plus de quinze ans, comme

les Lausannois Favez et les Jurassiens Izul.

D’autres sont apparus ces dernières années, tels

les Atomic Shelters de Neuchâtel, les rappeurs

dominicains Solo Dos de Montreux, Manitu

(Jura), William White, un chanteur zurichois

originaire de La Barbade, les Valaisans Dawnless

et Charlotte Parfois, ou encore les Genevois

Love Motel et Stevans. «Ils font tous une musique

d’excellente qualité», note Patrick Allenbach,

producteur de l’émission. «Notre but est

de montrer que la scène romande est riche, vivante

et que nos artistes valent largement certains

groupes internationaux.»

Sportifs ou politiciens mordus de

musique

Un ou une invité(e) sert de fil rouge à l’émission.

Il s’agit d’une personnalité suisse qui nourrit


News des progammes TV 13

TSR 1: série

Pierrick Destraz et Judith Repond,

les deux animateurs de «MusicOmax».

une passion pour la musique, sans être nécessairement

active dans ce domaine. La première invitée

était la politicienne neuchâteloise Valérie Garbani,

férue de heavy metal. D’autres rendez-vous sont

déjà pris avec le Payernois Mat Rebeaud, champion

de motocross freestyle et grand amateur de punk,

le disc-jockey bâlois DJ Antoine, qui fait danser

les clubbers du monde entier, et Sophie Hunger,

jeune chanteuse zurichoise qui connaît un succès

fulgurant.

Ensemble, les animateurs et la personnalité invitée

passent en revue l’agenda. L’émission, diffusée

tous les samedis de 16h00 à 17h15 sur TSR2 en

direct depuis le Mad de Lausanne, tient en effet à

fournir aux téléspectateurs des informations complètes

sur les concerts prévus durant le week-end

dans les clubs, les festivals et autres manifestations.

«Nous nous adressons aux gens qui sortent

et veulent savoir ce qui se passe en Suisse romande»,

explique Patrick Allenbach. Le choix de la tranche

horaire permet aussi à «MusicOmax» d’inviter

sur son plateau des musiciens se produisant le soir

même dans la région.

Plusieurs émissions en une

Jusqu’ici, les magazines de la TSR n’avaient abordé

la musique que par l’une ou l’autre des approches

possibles. Ainsi, «Garage Live», supprimé récemment,

annonçait les événements musicaux de Suisse

romande en se basant sur des clips vidéo et des

interviews. Il y a quelques années, «100% scène»

diffusait des concerts live de groupes suisses, mais

ne les accompagnait pas de débats sur le plateau.

«Nous avons repris ce qu’il y avait de mieux dans

ces émissions et dans d’autres plus anciennes, pour

en faire une qui soit vraiment complète», remarque

Patrick Allenbach.

Imbroglio amoureux

La nouvelle série télévisée «Petits déballages entre amis»,

met en scène quatre trentenaires romands, des amis d’enfance,

emportés dans le tourbillon de leurs vies sentimentale

et professionnelle qu’ils ne parviennent pas à assumer

complètement: Fred (Barbara Tobola), professeure de français,

cherche le prince charmant sans voir qu’il est peut-être

à côté d’elle; Étienne (Lucien George), vendeur dans un garage,

adore sa femme, mais ne peut s’empêcher de la tromper;

Michel (Marc Donet-Monet), un dentiste pas encore remis de

son divorce, s’interroge sur ses orientations sexuelles ; quant

à Valère (Laurent Deshusses), chauffeur de taxi, il multiplie

les aventures tout en rêvant d’une relation stable. Cette coproduction

de la TSR et de Yaka Productions a été réalisée

par Jérôme Porte. Elle est diffusée chaque vendredi à 20h10

sur TSR1.

➔➔ www.tsr.ch

impact zoom 2 | octobre 08


14 Talk-show

TSR

La société dans le miroir

de la culture

La nouvelle émission de débat « Tard pour bar » se propose

d’établir des ponts entre la culture et des phénomènes de

société. Tous les jeudis soirs, ce talk-show culturel réunira

dans un café-théâtre des invités d’horizons très divers.

Texte: Jane-Lise Schneeberger. Photos: TSR

C’est le 30 octobre que les téléspectateurs

découvriront vers 22h45 sur TSR1

la première édition de « Tard pour bar »,

magazine produit par Laurence Mermoud

et animé par Michel Zendali.

Après avoir dirigé pendant quatre ans

les débats politiques « d’Infrarouge », ce

dernier entend susciter des échanges

tout aussi passionnés et polémiques

sur des thèmes ayant trait à la culture.

Il invitera aussi bien des metteurs en

scène ou des peintres que des psychologues,

des juristes, des sociologues, etc.

« Nous n’allons pas célébrer la culture,

mais la questionner », promet Michel

Zendali dans une interview au quotidien

« Le Temps ».

L’émission se tiendra au café de Bourg,

à Lausanne. En fonction de l’agenda,

elle s’appuiera sur des expositions, des

films ou d’autres manifestations culturelles

pour aborder des problématiques

sociales. Par exemple, la récente exposition

du Musée des Beaux-Arts de Lausanne,

consacrée aux animaux dans

l’art moderne, pourrait donner l’occasion

de s’interroger sur nos rapports

avec la gent animale. Dans d’autres

cas, « Tard pour bar » fera la démarche

inverse, en prenant comme point

de départ un événement social. Ainsi,

la mode des « botellones » serait l’occasion

de parler de l’ivresse, en s’intéressant

notamment aux écrivains et aux

poètes qui, comme Baudelaire, ont eu

recours aux paradis artificiels. « Nous

ne ferons pas un magazine culturel au

sens étroit du terme », souligne Laurence

Mermoud. « Si nous parlons de culture,

c’est dans la mesure où celle-ci tend

un miroir à la société. »


info 15

TSR

La recherche suisse en 25 portraits

Les quatre chaînes de télévision de SRG SSR

idée suisse entament fin octobre la diffusion de

la série documentaire « SCIENCEsuisse », qui

comprend les portraits de 25 scientifiques.

Ligne graphique

griffée Zep

Le Fonds national suisse de la recherche

scientifique (FNS) a contribué à

l’élaboration de ces courts métrages,

d’une durée de treize minutes chacun.

Il a notamment proposé une longue

liste de recherches de pointe menées

actuellement dans les universités, les

écoles polytechniques fédérales et

d’autres institutions suisses. Un comité

éditorial, composé de journalistes de

SF, TSR, RTSI et RTR, a retenu 25 chercheurs

de toutes les régions linguistiques.

«Nous avons choisi ceux dont les

travaux nous semblaient les plus intéressants

pour les téléspectateurs», explique

Alberto Chollet, responsable du

projet à SRG SSR idée suisse.

Leurs recherches portent sur des domaines

aussi variés que la génétique,

l’histoire des religions, la neurobiologie,

l’économie expérimentale, la primatologie,

la physique du climat ou encore

la nanotechnologie. «Le plus difficile a

été de traduire en images certains thèmes

abstraits, mais le résultat est passionnant.

Nous avons réalisé des films

réellement fascinants, en particulier

sur les chercheurs actifs dans les sciences

pures», relève M. Chollet. Quelques

exemples tirés de cette galerie de portraits:

Rolf Pfeiffer, chercheur en robotique,

mène des recherches sur l’intelligence

artificielle à l’Université de Zurich;

les astrophysiciens Michel Mayor

et Didier Quéloz, de l’Observatoire de

Genève, sont de sérieux candidats au

Prix Nobel pour leurs découvertes sur

les exoplanètes; Antonio Lanzavecchia,

immunologiste à l’Institut de recherche

en biomédecine, à Bellinzone,

développe une approche prometteuse

de traitement contre le cancer.

La TSR a fait appel au dessinateur genevois

Zep pour créer le nouvel habillage

graphique de ses émissions pour la

jeunesse, qui prennent désormais l’appellation

générique de Mabule. Le père

de Titeuf a dessiné deux personnages,

un renard candide et une souris rusée,

qui guideront les petits téléspectateurs

à travers les 35 heures de programme

qui leur sont destinées chaque semaine.

Depuis fin août, ces deux créatures

sont présentes dans les jingles, les génériques

d’ouverture et de fermeture,

les annonces de publicité, les concours

ainsi que sur le site www.mabule.ch.

Zep inventera chaque année une vingtaine

d’animations.

Des changements à la tête de la TSR

À l’occasion de deux départs à la retraite

anticipée, la TSR réorganise son programmation, un poste qui chan-

associés au mandat du directeur de la

Conseil de direction, présidé par le directeur

de la chaîne Gilles Marchand. Ménestrier prend sa retraite à la fin de

ge en même temps de titulaire: Yves

Dès le 1 er janvier 2009, les responsabilités

seront réparties différemment bera, directrice artistique de la fiction

l’année et sera remplacé par Mara Sor-

entre les membres du conseil, afin au sein de TF1 depuis 2004. Catherine

d’établir une distinction claire entre Noyer, chargée des affaires extérieures

la conception éditoriale des émissions de la TSR, part elle aussi à la retraite.

et l’élaboration des grilles ou l’achat de C’est Chantal Bernheim qui lui succèdera,

tout en conservant ses responsa-

programmes.

bilités actuelles, notamment la vente

Gilles Pache, actuel directeur Information

et Magazines, a été nommé Enfin, Éliane Chappuis, responsable

des programmes et le merchandising.

directeur des Programmes. Il prendra

également sous sa responsabilité chapeautera également la publici-

des affaires nationales et juridiques,

les secteurs Fiction, Divertissement et té, le sponsoring et les relations avec

Jeunesse. Ces derniers étaient jusqu’ici publisuisse.

impact zoom 2 | octobre 08


16 focus

Attention totale garantie.

Notre étude «Premium Position» le prouve: ce sont les

programmes de la télévision suisse qui sont suivis avec le plus d’attention.

Tous les détails sur www.publisuisse.ch/research

toujours plus.

More magazines by this user
Similar magazines