Étoiles du nord - Base de données en alphabétisation des adultes

bdaa.ca

Étoiles du nord - Base de données en alphabétisation des adultes

ejet (et pire, celle d’un renvoi) du Canada à la fin du séjour

d’études suffit à la majorité des diplômés étrangers pour

qu’ils n’investissent ni leur temps ni leur argent à tenter d’y

« rentrer et rester ». Presque 80 % des étudiants de cette

étude voient avec pessimisme leurs possibilités d’emploi

au Canada.

« Je veux un emploi qui s’harmonise

avec mes compétences et mes objectifs

de carrière. Je ne veux pas devenir un

chauffeur de taxi après avoir obtenu mon

doctorat, ni avoir un emploi de bureau, où

je ne pourrai pas utiliser mon expertise ni

mes connaissances. »

« Le choix d’emplois est très limité pour

les étudiants étrangers, puisque presque

tous les employeurs exigent une expérience

canadienne. » ”

« J’étudie en anthropologie. Comment

vais-je démontrer que mes études sont

importantes pour un poste de gestion? Je

ne peux même pas me décrocher du travail

dans un casse-croûte (postdiplôme). »

Ces données suggèrent que les étudiants étrangers veulent

exactement ce que veulent les étudiants canadiens :

travailler et contribuer à la société canadienne. Mais la

plupart des étudiants étrangers ne croient pas que le

Canada saisit l’importance de réussir à retenir des diplômés

étrangers. Cette réalité a été exprimée avec éloquence par

un participant à un des groupes de consultation qui, à un

moment donné, s’est esclaffé en disant :

« Je ne comprends vraiment pas pourquoi

le Canada s’évertue à attirer tous ces

nouveaux immigrants alors que nous

sommes déjà ici et qu’on veut nous

retourner chez nous? »

AVANTAGES À RESTER AU CANADA. Aux questions

sur ce que le Canada peut offrir aux diplômés, la plupart

des étudiants ont commencé par comparer le Canada à

leur pays d’origine. Lorsque la question a été posée dans

le contexte des emplois, un grand nombre des étudiants

ont soulevé, comme attraits principaux, des considérations

financières (salaires, prestations et pensions) et la qualité du

milieu de travail, y compris les pratiques en éthique. Alors

que les femmes ont accordé une aussi grande importance

aux questions financières que les hommes, elles ont

aussi mentionné fréquemment le fait qu’elles sont mieux

traitées ici, au Canada, qu’elles ne le seraient dans leur

pays d’origine.

QU’EST-CE QUI REND LE CANADA ATTRAYANT?

« La qualité de vie est bien meilleure au

Canada. Le gouvernement est juste et c’est

ce qu’il démontre à tous ses citoyens. Les

gens vous acceptent comme vous êtes et

n’essaient pas de vous changer. C’est un

pays paisible et, à mon avis, bien meilleur

que n’importe où ailleurs, y compris mon

propre pays. »

« Parce que le Canada n’est pas en guerre

avec d’autres pays, je m’y sens plus en

sécurité et en paix qu’aux États-Unis. »

« Je voulais découvrir d’autres cultures,

relever de nouveaux défis et devenir

autonome. »

« J’étais intéressé à vivre à l’étranger et à

acquérir de l’expérience internationale en

termes d’études, de travail et de culture. »

Aux questions sur ce qui, dans leur vie au Canada, leur

plaisait le plus, les étudiants ont donné des réponses axées

sur les avantages en matière d’emploi et sur les indicateurs

de la qualité de vie, la « sécurité » étant l’avantage le plus

fréquemment mentionné. Le « multiculturalisme » suivait

la sécurité de près (avantage exprimé le plus souvent par la

majorité des étudiants étrangers vivant dans les grandes villes

canadiennes), suivi de la chaleur et de l’esprit d’ouverture

de la population canadienne.

Dans l’ensemble, les étudiants considèrent le Canada

attrayant, contrairement à leurs possibilités d’emploi ici.

Il semble bien que, si les processus et les attitudes leur

étaient plus favorables, un plus grand nombre d’entre

eux choisiraient de rester.

THÈME 2. Ce qu’il faut faire,

Monsieur le Premier ministre

D’après les étudiants étrangers, il existe de graves

éléments dissuasifs au sein des politiques et pratiques du

gouvernement canadien. De plus, presque tous exhortent

le gouvernement de rendre le système moins punitif —

pour le meilleur ou pour le pire, c’est la façon dont ils

le voient maintenant.

ÉTOILES DU NORD : DIPLÔMÉS ÉTRANGERS DES ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT CANADIENS ET MAIN-D’ŒUVRE NATIONALE

21

More magazines by this user
Similar magazines